Archives par mot-clé : diaspora

Une Tunise trans-coloniale : les immigrés italiens dans le protectorat français de Tunisie entre colonisation et colonialisme

photographie de l’auteur

Vers la fin du XIXe siècle l’Italie connaît un grand mouvement migratoire qui portera ses citoyens à chercher fortune ailleurs. Si les destinations d’outre- Atlantique sont celles qu’ont accueilli la majeure partie de cette émigration, les pays de la rive méridionale de la Méditerranée ont connu aussi l’installation de communautés d’émigrés italiens. Les travaux financés par les puissances coloniales française et anglaise avaient attiré dans toute l’Afrique méditerranéenne un nombre élevé d’ouvriers pour la plupart provenant de Sicile, Sardaigne et de l’Italie du Sud. La Tunisie était le pays africain avec le plus grand nombre d’immigrés italiens, en 1905 ils étaient environ 90 000. Après la Tunisie, l’Egypte était la destination africaine préférée de ceux qui délaissaient la Péninsule. L’installation des Italiens dans le protectorat français ne concernait pas seulement le cadre urbain de la ville de Tunis où ils étaient très nombreux et avaient formé des quartiers ethniques_ mais aussi les campagnes et les mines de l’intérieur. Les études de Gianni Marilottisur la présence des ouvriers sardes dans les mines des phosphates de Gafsa, Kâala Djerda, Metlaoui et celles de Daniela Melfa 2 sur les agriculteurs et vignerons siciliens dans les régions de Kelibia, Enfida, Mornaguia et Zaghouan démontrent la composition régionale de cette émigration prolétaire. Une des différences avec l’émigration italienne d’outre-Atlantique était que les contacts méditerranéens avaient une histoire plus longue et donc plus stratifiée : en Tunisie, par exemple, il y a eu des présences italiennes – ou italophones – qui dataient au moins de l’époque moderne et qui occupaient des positions aisées dans le contexte beylical précolonial3. Les émigrés prolétaires du XIXe siècle trouvèrent donc une élite italienne fruit des contacts pluri-séculaires entre les deux rivages. Les descendants des pécheurs génois du corail qui s’étaient installés à Tabarka au XVIe siècle, les Juifs séfarades de Livourne – les Grâna 4 – venus à Tunis vers le XVIIe siècle, les prisonniers des corsaires barbaresques, les patriotes du Risorgimento exilés, formèrent au XIXe siècle un groupe déjà bien intégré dans le système tunisien5.

© Comitato Tunisino della Dante Alighieri, La Colonia Italiana di Tunisi durante
la Guerra 1915-1917, Tipografia Finzi, Tunis, 1917.

À l’instar des études sur le nationbuilding des historiens Hobsbwam, Mosse, Banti, Thiesse 6 et en adoptant la perspective de « communautés imaginées » de Anderson7, notre  vise à montrer si et sous quelle forme se structure dans ce contexte d’émigration un processus de construction nationale. Bien entendu, le rapport entre les élites et les classes sociales moins aisées de la plus récente immigration est au centre de l’intérêt de la recherche. Le but est l’analyse des structures, des raisons et des dynamiques sociales du sentiment d’identité collective. Si les identités collectives sont des produits d’imagination sociale, cela est encore plus vrai et concret dans un contexte migratoire où on veut construire ou affirmer une identité nationale, donc un lien social collectif mais exclusif, dans un milieu étranger. Comment ces populations géraient-elles leur identité italienne dans le contexte de la colonisation française ? C’est-à-dire, avec Balandier8, dans une société segmentée selon critères des ethniques qui interagissaient avec des divisions sociales et économiques. L’étude de l’interaction de l’imaginaire italien avec les dynamiques sociales d’une communauté expatriée permet d’analyser concrètement la construction d’une identité collective. Une thématique centrale est sans doute le concept d’italianité vu comme l’ensemble des caractères imaginés ou réels, des références culturelles et sociales, stéréotypes – internes et externes –. L’imaginaire national présenté comme un système inébranlable de valeurs, traditions et qualités du peuple italien, se modifie en se positionnant par rapport aux besoins du moment et au contexte. L’italianité du Risorgimento était bien différente de celle impérialiste du 1911, de celle fasciste ou de celle républicaine. À cette évolution diachronique il faut ajouter des variations, des nuances, par rapport aux lieux où l’idée “d’Italie” devait être pratiquée. À la fin du XIXe siècle il était qualitativement différent de se proclamer Italien en Italie, aux Etats-Unis, en Érythrée, ou à Tunis.

Le cas de l’émigration italienne en Tunisie présente donc des particularités qui la rendent unique : pays de colonisation française mais dans lequel la population italienne est majoritaire démographiquement par rapport aux colonisateurs. La situation est rendue encore plus tendue par des revendications colonialistes que l’Italie avait envers la Tunisie et qu’ont été effacées par l’expansionnisme français. Le choc de 1881, ‘lo schiaffo di Tunisi’ avait fait démissionner le gouvernement Cairoli et changé le cours diplomatique des rapports franco-italiens. Avec la successive normalisation des rapports entre les deux pays, certains secteurs de l’opinion publique italienne ne cessaient pas de regarder la Tunisie comme une sorte de ‘colonie manquée’, signe de la faiblesse italienne dans la politique coloniale. Dans certains milieux émergeait l’idée de la Tunisie comme exemple des avantages et des succès qui pouvait avoir une colonisation italienne en Afrique. La Tunisie devient ainsi la justification des aspirations italiennes en Afrique et notamment, en Tripolitaine. Les propriétés agricoles italiennes présentes dans les régions tunisiennes, les activités des bourgeois, des pêcheurs, des ouvriers dans la construction des infrastructures – en grande majorité des Siciliens – témoignaient de l’importance de l’élément italien en Afrique bien que subordonné à l’autorité française. En 1887 Paul Leroy- Beaulieu dans son livre sur la colonisation française en Algérie et Tunisie écrit à propos des mesures à prendre à l’égard des Italiens en Tunisie : «… il faudra, toutefois, prendre quelques précautions pour que la France ne couve pas en Tunisie un oeuf italien… »9. La prépondérance démographique des Italiens et leur concours direct au développement de l’économie coloniale dans le cadre du système français, était objet d’accusation, de revendications et de tensions entre l’Italie et la France.

© Tipografia Finzi, Tunis, 1917

Si les autorités françaises craignaient un ‘péril italien’, Rome ne voulait pas laisser une communauté si importante tant d’un point de vue économique que politique, à l’assimilation française. Les questions d’appartenance ethnique et nationale se chargent des significations spécifiques dans la Régence, liées aux ambitions italiennes en Afrique et aux rapports franco-italiens. La Tunisie rentrait dans un certain discours colonialiste italien maintenu vivant par les nationalistes, comme Corradini et Castellini10, et qui sera reprit lors du fascisme. L’émigration des Siciliens et des Sardes en Tunisie était interprétée selon la rhétorique colonialiste italienne comme un signe de l’expansionnisme du peuple italien. L’union des capitaux et de l’administration coloniale française avec le travail des ouvriers italiens s’inscrivait dans l’idée de ‘l’Afrique latine’, qui incluait dans la même classe de colonisateurs les Français et les Italiens. La Tunisie des émigrés italiens entrait ainsi dans l’imaginaire colonialiste de Rome, en devenant ainsi un espace qu’on pourrait définir de ‘transcolonial’ pour sa fonction de contact entre les deux colonialismes. En outre, on veut considérer le cas italo-franco- tunisien comme un trait d’union entre l’émigration, la colonisation et le colonialisme dans la complexité d’une société coloniale. L’hypothèse est de voir dans le cas tunisien – pour certains aspects et contextes – un exemple de colonisation italienne sous le colonialisme français. Avec le terme colonialisme on fait référence à tout un système et à un dispositif de pouvoir de domination et assujettissement culturel et matériel, comme tracé par Edward Saïd11, en le distinguant de celui de ‘colonisation’ auquel on donne un signification plus concrète d’installation, production et reproduction, dans un territoire par une population allogène. Wolfgang Reinhard12 souligne que c’est un événement très rare, presque impossible, dans l’histoire contemporaine un processus de colonisation sans colonialisme. Si l’on peut être d’accord avec l’historien allemand il faut ajouter pourtant que le cas tunisien ne peut tenir bien d’exemple en révélantune situation mixte, dans laquelle le colonialisme d’une minorité européenne gère, outre l’exploitation coloniale des ressources du pays et ses habitants, la colonisation faite par une autre minorité européenne.

© Archivio Centrale dello Stato, Casellario Politico Centrale, busta 1176/ Antonino Casubolo.

La Tunisie avait été pour l’Italie une ‘colonie perdue’ mais la présence  d’Italiens émigrés ne permettait pas d’oublier totalement ce pays méditerranéen si proche de la Péninsule. Si la Tunisie était une ‘colonie perdue’, les Italiens de Tunisie formaient une ‘colonie dans la colonie’ que, pourtant, Rome ne voulait pas perdre. L’ambiguïté du terme italien de ‘colonie’, utilisé – à l’époque – tant pour les communautés expatriées (comme en Argentine) que pour les possessions d’outremer (Érythrée, Somalie), a été un moyen pour l’élite libérale italienne d’encadrer les différentes communautés à l’étranger dans une générique Italie d’outre-mer. L’ambiguïté du terme correspond, pour le cas étudié, à une incertitude du positionnement de la présence italienne dans cette situation coloniale : étaient-ils plus des colonisateurs ou des émigrés ? Dans l’espace social colonial les Italiens se trouvaient entre la classe dominante des colonisateurs français et celle dominée des colonisés tunisiens13. Revendiquer l’italianité dans la Tunisie coloniale stigmatisait une condition intermédiaire dans laquelle des ouvriers européens partageaient avec la population locale tunisienne de conditions sociales et économiques similaires. Si le prolétariat italien de Tunisie était beaucoup plus proche des Tunisiens que des Français, il ne faut pas oublier la segmentation sociale ethnique typique d’une société coloniale. Les Européens, même si ‘rivales’ ou concurrents partageaient une même condition de privilège, directement ou indirectement, dans l’espace colonial14. Des émigrés sentimentalement proches des colonisateurs mais dont la pauvreté économique, les rapproche des colonisés. Cette ambiguïté deviendra encore plus paradoxale lors de l’invasion italienne en Libye. La circulation de pratiques et des discours dans l’espace colonial tunisien permet d’analyser la Tunisie et ses Italiens comme un trait d’union entre émigration et colonialisme, et, lors de la guerre de Libye, comme point de contact entre les colonialismes français et italien.

Gabriele MONTALBANO

est doctorant contractuel Section des Sciences Historiques et Philologiques à l’Université de Firence. Contact : gabriele.montalbano@ephe.sorbonne.fr

1 Marilotti Gianni (éd.), L’Italia e il Nord Africa : l’emigrazione sarda in Tunisia 1848-1914. 1 vol. Studi storici Carocci 90. Rome : Carocci, 2006.

2 Melfa, Daniela, Migrando a sud. Coloni italiani in Tunisia. Rome : Aracne, 2008.

3 Des exemples célèbres sont le Comte Giuseppe Raffo, originaire de Ligurie, ministre de Ahmed bey entre le 1835 et le 1859, et Luigi Calligaris, piemontais, premier directeur de l’école militaire du Bardo.

4 Grâna – ou Qrâna – est le pluriel de gurni – ou qurni – qui veut dire livournais, de l’ancien nom de la ville de Livourne en arabe, Gurna . Avec le terme Grâna on entend le groupe juif séfarade italo-ibérique installé à Tunis depuis le XVIIe siècle. Ceci était culturellement, rituellement et linguistiquement différencié des Juifs tunisiens, dits ‘twensa’.

5 Finzi Silvia, a c. di., Memorie Italiane di Tunisia. Tunis : Ambasciata d’Italia, Istituto di cultura, 2000 ; Pasotti, Nullo, Italiani e Italia in Tunisia dalle origini al 1970, Finzi editore, 1971.

6 Hobsbawm Eric, e Terence O. Ranger, The Invention of Tradition. Cambridge University Press, 1992 ; Mosse, George Lachmann. The Nationalization of the Masses : Political Symbolism and Mass Movements in Germany from the Napoleonic Wars through the Third Reich. New York : H. Fertig, 1975. Banti, Alberto Mario. Sublime madre nostra. La nazione italiana dal Risorgimento al fascismo. Bari : Editori Laterza, 2011 ; Thiesse, Anne-Marie. La création des identités nationales. Paris : Seuil, 2001.

7 Anderson Benedict, Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism. London ; New York : Verso Books, 1991.

8 Balandier Georges, « La situation coloniale : approche théorique ». Cahiers Internationaux de Sociologie 11 (1951), 44–79.

9 Leroy-Beaulieu Paul, L’Algérie et la Tunisie. 2e éd. 1 vol. Paris : Guillaumin, 1887, 448.

10 On peut remarquer la forte présence de la question tunisienne dans les ouvrages nationalistes publiés lors de la guerre italo-turque. La Tunisie et son émigration occupe une place tout à fait centrale dans l’imaginaire colonial italien pour la Libye : Castellini, Gualtiero. Tunisi e Tripoli. Turin : Fratelli Bocca, 1911 ; Idem. Nell’Africa romana: note di viaggio. Trente : Scotoni e Vitti, 1908 ; Corradini, Enrico. Sopra le vie del nuovo impero, dall’ emigrazione di Tunisi alla guerra nell’ Egeo. Con un epilogo sopra la civiltà commerciale, la civiltà guerresca e i valori morali. Milan : fratelli Treves, 1912.

11 Said Edward W, Orientalism, Pantheon Books, 1978.

12 Reinhard Wolfgang, Klein Geschichte des Kolonialismus. Stuttgart : Kröner Verlag, 1996.

13 Davì Laura, “Entre colonisateurs et colonisés : les Italiens de Tunisie (XIXe-XXe siècle)”, dans Alexandropoulos, Jacques, et Patrick Cabanel (éd.), La Tunisie mosaïque : diasporas, cosmopolitisme, archéologies de l’identité Toulouse : Presses universitaires du Mirail, 2000.

14 Albert Memmi donne une description magistrale de la condition sociale des Italiens de Tunisie dans son ouvrage Portrait du colonisé : précédé du portrait du colonisateur, Paris : Buchet/Chastel, 1957, 39.

Pour citer ce billet : Gabriele MONTALBANO, « Une Tunise trans-coloniale : les immigrés italiens dans le protectorat français de Tunisie entre colonisation et colonialisme », Le Carnet de l’IRMC, N° 18,  septembre-décembre 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2017.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

De l’usage de la notion de réseau en sociologie des migrations

Avec la mondialisation, les flux migratoires se sont internationalisés, leur ampleur, leur nature et leur diversité ont ainsi inévitablement évolué impulsant de nouvelles figures de migrant-e-s, de nouvelles stratégies de circulations, de nouvelles politiques migratoires dans les pays récepteurs et ceux d’origines… En quarante ans, le nombre de migrants dans le monde a triplé. Ces changements ont rendu indispensable de s’interroger sur ces nouveaux types de liens sociaux et d’espaces qu’engendre la mobilité croissante des personnes à l’échelle mondiale.

Pour traiter de ces questions, s’est tenue le 13 mars 2015, dans le cadre du cycle de conférences MoRéMi Sud “Mobilité, Réseaux, Migrations Sud » organisées par Hasnia-Sonia Missaoui, une conférence donnée par Sylvie Mazzella, directrice du Laboratoire méditerranéen de Sociologie (LAMES) et chargée de recherche au CNRS. Cette conférence avait pour discutant Ridha Ben Amor, sociologue et enseignant-chercheur à l’Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis.

Cette deuxième séance de conférences de l’IRMC s’est tenue volontairement après l’intervention de Michel Grossetti, directeur de recherches en Sociologie des réseaux sociaux qui a présenté ce qu’on pouvait entendre par la notion de réseau en la notion de réseaux sociaux et les possibles liens et ou passerelles à faire entre la méthodologie des réseaux sociaux et les différents thèmes en sciences sociales telle la sociologie des migrations 1.

Souvent, la notion de réseau, quand elle est utilisée dans une approche liée aux migrations, évoque une succession d’images négatives dans les représentations communes : filières mafieuses, travail au noir, repli communautaire… Pourtant, à partir du moment où un individu migre, les réseaux sociaux des migrants sont constitués de liens de solidarité de première nécessité lui permettant alors de s’installer dans la nouvelle société (que ce soit de façon définitive ou provisoire, ou un simple passage vers une autre destination).

Pour le dire autrement, quand un individu vit ou a vécu un processus migratoire, quand une personne est immigrée ou en migration, les réseaux deviennent un élément important dans la construction de sa propre vie. Particulièrement, quand ces derniers ne sont pas dans un pays, un territoire qui leur est familier et qui les oblige parfois à ré-apprendre de nouveaux codes et de nouvelles formes de solidarité pour “vivre ». Les travaux sur les questions de migration ont régulièrement fait appel à cette notion sans vraiment utiliser tout son potentiel analytique.

Selon Sylvie Mazzella, replacer la notion de réseau dans une perspective migratoire présente une réelle importance scientifique. Très régulièrement reprise dans la littérature en sociologie des migrations, la notion de réseau est souvent utilisée comme un mot-clé et rarement interrogée en tant que telle 2 . Or la notion de réseau questionne des paradigmes importants en sociologie des migrations et interroge différentes traditions de recherche (notamment les théories assimilationniste et transnationaliste) par son emploi.

Les sciences sociales se sont longtemps intéressées aux phénomènes migratoires en les examinant, pour l’essentiel, du point de vue des États-nations, et de celui des groupes de migrants venus s’y installer. La sociologie des migrations (Rea, Tripier, 2003 ; Mazzella, 2014) qui a réellement débuté en France après la décolonisation s’est surtout intéressée, dans ses débuts à “l’immigré » et à son statut socialement inférieur. Elle a contribué à la construction d’une image dévalorisée, passive et statique du migrant, image qui a occulté ses capacités « d’entrepreneur », de “fourmi » (Tarrius, 1992 ; Ma Mung, 1996) active du développement des sociétés d’accueil et du lien toujours maintenu avec sa société d’origine. Porter un tel regard sur les phénomènes migratoires et leurs impacts c’est, nous rappelle Sylvie Mazzella :

“renverser les perspectives, opérer un champ/contrechamp », balayer tout l’horizon de son action, saisir le sens de son parcours, permettant ainsi de mieux questionner les liens d’appartenance : appartenance binationale « ici et là-bas », multi-appartenances « ici, là, là-bas et ailleurs… » ou de non-appartenance « ni d’ici ni de là-bas » 3.

Le terme de « réseau » en sociologie des migrations apparait aux Etats-Unis dans les années 1960 suite aux travaux pionniers de chercheurs comme Douglas Massey, John S. Mac Donald et Leatrice D. Mac Donald qui vont analyser les migrations à partir d’une approche par les “chaînes migratoires » donnant sens aux différentes mobilités vécues par les migrants lors de leur migration reconnaissant ainsi la capacité de créer du capital social.

Ce corpus de travaux permet de définir le réseau comme « l’ensemble des liens interpersonnels qui relient les migrants, les futurs migrants et les non-migrants dans des espaces d’origine et de destination, à travers des liens de parenté, d’amitié et une origine communautaire partagée » (Douglas Massey, 1963).

La notion de « chaîne migratoire », également développée est définie comme un « mouvement dans lequel une personne cherchant à migrer est tenue au courant des opportunités de migration, reçoit une aide au transport ainsi qu’un premier logement et un premier emploi grâce à ses relations sociales primaires avec des migrants plus anciens » (MacDonald, MacDonald, 1964). L’un des apports principaux de cette notion est l’idée d’accumulation de capital social dont elle rend compte, et ce au gré de vagues migratoires successives. La notion de chaîne relationnelle en migration a produit de nombreuses recherches empiriques depuis les années 1960, à l’image des recherches sur la création de quartiers ethniques dans certaines villes de destination ou de travaux des démographes (Courgeau, 1970) qui cherchaient à mesurer les flux des migrations ou des géographes (Simon, 1979) qui ont analysé les espaces
relationnels migratoires donnant lieu au concept de « champ migratoire ».

Pour autant, se pose la question de la durée de vie de ces chaînes migratoires, et notamment dans le contexte de crise économique ou de rupture générationnelle. Afin d’illustrer ce type de rupture des chaînes migratoires, Sylvie Mazzella a mentionné l’exemple récent du départ massif de la communauté des Brésiliens du Japon déclenché suite à la crise économique de 2008.

En France, dans les années 1980, à la faveur de la traduction en français de travaux de chercheurs de l’Université de Chicago, de la crise des modèles structuralistes et de la redécouverte de la dimension « locale » en sciences sociales, les recherches en sociologie et en anthropologie urbaine ont progressivement intégré la question du réseau, notamment en sociologie de l’immigration. Cette tradition de recherche a pris pour exemple type le cas de l’immigration algérienne, ouvrière et postcoloniale, travaillant dans des entreprises françaises (Sayad, 1984). Au regard de cet exemple, Sylvie Mazzella souligne, qu’en définitive, étudier l’immigration revient à interroger directement l’État et les fondements politiques et sociaux sur lesquels reposent la société d’accueil.

Chaine migratoire et developpement du réseau
© Munoz, 2006

Une approche alternative à celle portée par Abdelmalek Sayad s’est également développée dans les années 1990, l’approche transnationale. Cette dernière consiste à montrer que la nouvelle ère de la mondialisation donne au migrant l’opportunité de déployer des stratégies et de créer des dynamiques économiques et sociales en vue de transgresser les frontières nationales. La notion de « transnationalisme » en migration apparait dans la littérature en anthropologie sociale en 1992 (Nina Glick Schiller, Linda Basch et Cristina Szanton-Blanc). Ces travaux insistent sur la fonction des diasporas au sein de différents pays d’accueil et sur la manière avec laquelle ces groupes sociaux recréent du territoire par le biais de leurs connections, imaginaires et pratiques sociales.

Cette approche va mettre l’accent sur la notion de « communauté transnationale », en avançant le principe du « champ social transnational », qui repose sur des raisons d’être (« ways of being ») et des modes d’appartenance à distance (« ways of belonging »). Ces derniers engendrent des pratiques sociales, de l’imaginaire et des valeurs symboliques, qui font naître des formes de citoyenneté à distance, par exemple à travers les réseaux sociaux numériques. On peut distinguer trois domaines de l’approche transnationale où les travaux ont été les plus particulièrement stimulants : les réseaux commerciaux transfrontaliers, la famille transnationale et le care (le soin transnational).

Si l’on observait jusqu’à récemment une fracture entre sociologie de l’immigration et approche transnationale, de plus en plus de recherches concilient désormais les deux traditions et permettent de jeter un regard neuf sur les liens d’appartenance des migrants.

Il existe donc un véritable intérêt scientifique à rapprocher ces deux traditions de recherche. L’un des principaux apports d’une telle
combinaison est celui de nuancer deux visions exagérées de la notion de réseau, l’une trop fermée à la notion de
communauté, et l’autre au contraire trop ouverte et où « tout fait réseau ». Enfin, la notion de réseau est aujourd’hui utilisée principalement dans des recherches horizontales (récits et études de cas). En conclusion de cette conférence, Sylvie Mazzella a ainsi souligné le manque problématique de travaux de recherche portant sur la verticalité du réseau, autrement dit sur ce que sont ses règles et ses normes, et sur les inégalités et les rapports de force qu’il crée et entretient.

1 Clément Perarnaud, 2015, « Les réseaux
personnels et leur évolution », La Lettre de
l’IRMC, n°15, janvier-mars, 21-23.

2 Cf. à ce propos le texte de Marie-Antoinette Hily,
William Berthomière, Dimitrina Mihaylova,
2004, « La notion de “réseaux sociaux” en
migration », Revue Hommes &Migrations, n°
1250 – Juillet-août, qui dressait un état de l’art
des travaux qui portaient sur les « modes
d’organisation des migrants » et l’usage de la
notion des réseaux sociaux des migrants.

3 Sylvie Mazella, 2014, Sociologie des migrations,
Paris, PUF, « Que sais-je ? ».

Clément Perarnaud, Hasnia-Sonia Missaoui

Clément Perarnaud, est volontaire international à
l’IRMC, chargé de la coordination scientifique
et du montage de projets. Contact :
clement.perarnaud@irmcmaghreb.org.

Hasnia-Sonia Missaoui, MCF Sociologie, Université
Jean-Jaurès Toulouse II, laboratoire LISST-Cers
(UMR 5193) en délégation CNRS à l’IRMC

Pour citer ce billet : Clément Perarnaud, Hasnia-Sonia Missaoui, «De l’usage de la notion de réseau en sociologie des migrations», Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1942.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook