Archives par mot-clé : développement

Pour une sociologie historique (et située) de l’expertise transnationale Retours d’enquêtes et propositions à partir des activités de «développement parlementaire» en Tunisie

quel degré, et selon quelles modalités, les institutions et les acteurs politiques sont-ils « globalisés » ? Nous voulons défendre ici l’idée que depuis le soulèvement de 2011, la Tunisie offre un terrain privilégié pour poser cette question, et nous souhaitons faire quelques propositions pour s’en saisir. A partir de 2011, un grand nombre d’acteurs internationaux se sont installés en Tunisie, pour y déployer savoirs et experts. Jusqu’à 2014 tout particulièrement, il était difficile d’échapper au très grand nombre de formations, de « worskshops » ou encore de conférences organisés dans les hôtels de Tunis ou de sa banlieue nord. Toutes les thématiques qu’il était possible d’aborder pendant la transition l’ont été. Rédaction de la constitution, bien sûr, mais aussi réforme du secteur de la sécurité », justice transitionnelle » ou encore appui au parlement et à la mise en place de l’ISIE : tous ces objets politiques de la transition ont « bénéficié » d’un déploiement d’expertise internationale. Il est donc tout autant difficile de nier le fait que ces acteurs transnationaux aient pu jouer un rôle dans l’émergence des nouvelles institutions tunisiennes, en transition ou parfois en construction. Cependant, comment comprendre leur rôle ? Comment éviter les deux travers qui se présentent à la recherche : ne pas surestimer leur rôle et attribuer les éléments les plus significatifs de la transition à des acteurs étrangers ; ou ne pas choisir plus simplement d’ignorer ces acteurs et de rester dans un cadre national. Le second travers est tentant au vue des difficultés qui peuvent apparaître lorsqu’il s’agit d’enquêter sur ces expertises en plein déploiement.

Notre recherche a pris cette interrogation comme objet central. Après un premier terrain exploratoire fin 2014 et début 2015 en Tunisie, nous avons choisi de suivre le déploiement de l’expertise en développement parlementaire ». Autrement dit, nous avons cherché à reconstituer, pour en faire notre objet d’enquête, l’ensemble des acteurs qui à Tunis où dans les espaces transnationaux de production de cette expertise ont participé, directement ou indirectement, au déploiement d’activités et d’experts visant à « soutenir » l’Assemblée Nationale Constituante (ANC), puis l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP). Ceci nous a rapidement amené à investir deux types de terrains, qu’il nous a d’ailleurs fallu connecter. D’abord, nous avons mené une enquête d’environ 9 mois au total dans les lieux de production de l’expertise transnationale mobilisée pour le « renforcement » des parlements. Alors que le terrain tunisien, tout comme la littérature grise » (brochures, manuels de bonnes pratiques, etc.) semblaient laisser apparaître une grande multiplicité d’acteurs, et une expertise de nature « globale », le premier enjeu pour nous a été de « localiser le terrain de l’international ». Autrement dit, il s’agissait pour nous de déconstruire cette expertise des institutions démocratiques en identifiant les institutions, les lieux, les individus qui l’incarnent. L’ensemble des traces laissées sur internet (biographies ; matériaux distribués lors d’événements ; travaux académiques d’experts ; etc.) nous ont été sur ce point d’une grande aide, pour réussir à « resituer » cette expertise globale, à poser les premières pierres de la genèse de cette expertise parlementaire, à identifier ses acteurs les plus centraux. C’est de cette manière que nous avons tracé le chemin d’une enquête au sein de quatre sites privilégiés : les sièges du Programme des Nations Unies pour le Développement, celui du National Democratic Institute, de la Banque Mondiale, et de l’Union Inter-Parlementaire. Nous sommes ainsi parvenus de cette manière à accumuler un ensemble d’archives, et à réaliser un ensemble d’entretiens pour parvenir, comme principal résultat, à montrer comment un petit groupe de personnes, localisées dans ces différentes institutions, ont fait émerger depuis le début des années 1990, entre ancrage académique et connaissances issues du « terrain », un ensemble de savoirs et d’études de cas sur ce que serait le « bon » fonctionnement des parlements.

Le deuxième terrain investi est le terrain tunisien, ou plutôt, la deuxième partie de notre enquête est une ethnographie des professionnels de l’international » que sont les experts en développement parlementaire. Il s’agissait ainsi pour nous d’ouvrir la boîte noire » des organisations internationales sur le terrain, dans leurs rapports avec les acteurs politiques et administratifs tunisiens. Par le biais d’un stage, obtenu lors de notre terrain exploratoire, il a ainsi été possible de passer trois mois au sein de l’équipe de renforcement du parlement tunisien mise en place par le PNUD depuis le début des travaux de l’ANC. Nous avons donc participé nous-mêmes à ces activités, chaque jour, dans les bureaux locaux du PNUD comme dans les couloirs de l’ARP ; lors des interactions avec les responsables politiques comme lors de la préparation des travaux, de la mobilisation des différentes formes de savoirs, de références internationales. L’intérêt de cette enquête a été double, en nous offrant tout d’abord d’observer les angles morts d’activités transnationales peu connues. Notre principal apport est alors de montrer que ces experts ne sont pas tant des prescripteurs inflexibles de normes internationales, mais que leur travail se résume davantage à la mise en place d’activités visant à mieux faire circuler ce qui  pourrait  constituer  un  répertoire légitime » de dispositifs et de procédures parlementaires, dont le périmètre et les origines sont alors à identifier. Le deuxième apport, qui permet déjà d’évoquer une piste pour l’inscription de ces activités dans une certaine globalisation des institutions politiques, est l’utilisation que nous avons faite de cette expérience tunisienne, comme observation participante mais aussi comme expérience personnelle, pour mieux incarner l’expertise transnationale que nous prenons pour objet au cours de notre enquête dans les sièges de ces organisations : « Vous m’avez présenté l’activité de NDI au niveau global, mais comment avez vous mis en place votre projet en Tunisie ? Qui étaient vos interlocuteurs dans le champ politique ? Qu’avez vous pensé de la première version de la constitution ? ». Une relative connaissance du champ politique tunisien permet alors de donner un virage aux entretiens, d’une relative abstraction des activités à une discussion « située » dans le champ politique tunisien.

L’enquête, sous forme d’allers-retours entre espaces transnationaux de production d’une expertise et ethnographie de ses professionnels sur le terrain, fait alors ressortir – il nous semble – l’intérêt du dépassement des échelles « globales » et

locales ». Cependant, articuler la jonction de ces deux perspectives est loin d’être une pratique habituelle dans l’étude d’objets internationaux traditionnellement sous le monopole de disciplines – telles que les relations internationales – peu ouvertes aux perspectives empiriques. La grande richesse que représente le choix de ce type d’objet devient alors de participer à un questionnement, en cours actuellement et à l’échelle elle-même globale, sur les méthodes et les concepts qui peuvent permettre de se saisir des acteurs et des espaces transnationaux. On peut ainsi citer trois grands enjeux autour desquels se structure la littérature. Il s’agit d’abord de parvenir à contester les monopoles disciplinaires de l’international, en particulier celui des relations internationales, tout en maintenant parfois le dialogue avec celles-ci, comme le fait le courant de l’international political sociology. Il s’agit également, comme le propose Johanna Siméant autour des « enquêtes globales », de questionner l’usage de concepts construits dans des espaces nationaux sur des objets transnationaux. Un certain nombre d’auteurs s’interrogent enfin sur ce que la globalisation et l’arrivée de nouveaux objets de recherches transnationaux fait aux disciplines, et en quoi ces processus ré-ouvrent le champ des possibles en termes d’interdisciplinarité.

En cherchant à s’inscrire dans ces littératures qui tendent à se structurer, à se consolider, nos intuitions issues du terrain nous ont alors amené à réunir les deux pans de notre enquête en une problématique commune : dans quelle mesure le déploiement de savoirs experts trans-nationaux concernant le fonctionnement des institutions politiques en Tunisie depuis 2011 est-il la continuité d’une sociologie historique du politique dans une certaine mesure « globalisée » ? Nos orientations de recherches actuelles consistent ainsi à ne pas prendre notre terrain en Tunisie comme une « simple » étude de cas, mais à l’inscrire dans la genèse d’activités internationales qui apparaissent de plus en plus présentes, de plus en plus sophistiquées, aux savoirs de plus en plus stabilisés, de plus en plus légitimes. La Tunisie devient ainsi une incarnation, à un moment historique donné, du degré d’institutionnalisation de l’expertise au niveau international, des rapports de forces et des forme que peuvent prendre les interactions entre les acteurs constitutifs d’un État (fonctionnaires, ministres, députés) et des acteurs internationaux s’appuyant sur des normes, des standards, des modèles institutionnels dont la légitimité est reconnue à des degrés divers, tant au niveau international qu’aux seins des champs politiques nationaux.

Bibliographie

SIMÉANT J., 2012, « Localiser le terrain de l’international », Politix, 100, 4, 129.

LECLER R., 2016, « Resituer la mondialisation. Récit d’une enquête sur la prise en charge administrative de l’audiovisuel international en France », Terrains/Théories, 5.

MAERTENS L., 2016, « Ouvrir la boîte noire: Observation participante et organisations internationales », Terrains / Théories, 5.

BASARAN T., BIGO D., GUITTET E.-P., WALKER R.B.J., 2016, International Political Sociology: Transversal Lines, London ; New York, Routledge, 310 p.

SIMÉANT J., 2015, Guide de l’enquête globale en sciences sociales, CNRS, 408 p.

Quentin DEFORGE

doctorant à l’IRISSO, Université Paris Dauphine

Pour citer ce billet : Quentin Deforge, « Pour une sociologie historique (et située) de l’expertise transnationale Retours d’enquêtes et propositions à partir des activités de « développement parlementaire» en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2137.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Changements politiques et socio-institutionnels en Afrique du Nord. Concurrence des modèles et diversité des trajectoires nationales (TARICA)

Photographie de l’auteure

La réunion de lancement du projet de recherche, Changements politiques et socio-institutionnels en Afrique du Nord. Concurrence des modèles et diversité des trajectoires nationales (TARICA), financé par le programme Advanced Grants du Conseil européen de la recherche (ERC), s’est tenue les 16, 17 et 18 février 2017. Elle, a réuni des chercheurs venant d’Egypte, du Maroc, d’Algérie, de France et de Tunisie.

La réunion a été ouverte par Karima Dirèche, directrice de l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) à Tunis, et Alia Gana, chercheure principale du projet TARICA. Après avoir souhaité la bienvenue à l’ensemble des participants et remercié l’équipe de l’IRMC, ainsi que la gestionnaire du projet, Julia Taos Tortel, elles ont mis en avant le caractère inédit de ce projet de quatre ans qui a nécessité un travail d’écriture considérable. Il s’inscrit dans la continuité des travaux de l’Institut et est le fruit de la collaboration de six chercheurs : Alia Gana, Karima Dirèche, Eric Gobe, Jérôme Heurtaux, Imed Melitti et Enrique Klaus.

Alia Gana est revenue ensuite sur la problématique et les objectifs du projet TARICA. Le projet a pour objectif d’analyser les mutations en cours dans le nord de l’Afrique sous l’angle de la diffusion, la confrontation et l’hybridation de divers modèles politiques, sociétaux et économiques, et en tant que produit de l’appropriation et de la réinterprétation qu’en font les acteurs. Il s’agit de saisir la manière dont différents acteurs publics, privés et associatifs, se positionnent dans les espaces ouverts par l’effondrement ou la remise en cause des systèmes politiques autoritaires, et d’analyser leurs stratégies en lien avec les modèles de référence et les registres normatifs qui inspirent leurs actions. L’objectif est aussi d’identifier les facteurs et les processus qui rendent possible (ou qui empêchent) la mise en place de dispositifs institutionnels à même de gérer la diversité sociale, le pluralisme et les conflits. À partir de cette approche centrée sur les acteurs, il s’agit de mettre en évidence les processus complexes qui contribuent à la diversité des trajectoires suivies par les cinq pays d’Afrique du Nord directement ou indirectement touchés par les « révoltes arabes », à savoir la Tunisie, l’Égypte, leMaroc, l’Algérie et la Libye, chacun de ces pays représentant un cas d’étude, voire un « modèle » à part entière. S’appuyant sur une approche interdisciplinaire et comparative, qui articule différents niveaux d’analyse, le projet propose d’explorer ces différents processus à travers trois entrées thématiques complémentaires : (i) les recompositions et les formes de régulation politique, (ii) la justice transitionnelle et les modèles de réconciliation, (iii) les modèles de développement et de justice sociale.

© Louise Favel.

Trois séances ont permis de préciser les orientations thématiques des trois axes de recherche.

– Le premier inscrira ses analyses dans la problématique de la crise de la démocratie représentative, de la reconfiguration des périmètres de l’action étatique et des nouveaux modes de légitimité de l’État. Les trois entrées retenues portent sur les recompositions politiques et les conflits de légitimité, la reconfiguration/institutionnalisation du pluralisme politique, les réformes territoriales et les reconfigurations de l’action publique à l’échelle locale.

– Le deuxième analysera les modèles de réconciliation en rapport avec les transactions mémorielles et abordera la question du passé comme un objet de transaction politique. Trois modèles sont déjà distingués : un modèle de réconciliation sans transaction mémorielle (Algérie) ; un modèle de réconciliation par transaction mémorielle (Maroc) ; un modèle de transaction mémorielle sous tension (Tunisie).

– Le troisième s’intéressa aux « modèles de développement » à la fois comme modèles normatifs et prescriptifs et comme objet de recherche, en combinant des approches macro économique et sociopolitique. Il interrogera aussi les questions du développement et de la justice sociale et spatiale en lien avec la problématique de la refondation du pacte social et du pacte national et en articulant une analyse des pratiques (contestations, mobilisations, innovations) et des perceptions/représentations sociales d’acteurs (représentation du juste et de l’injuste, demande de reconnaissance).

Le projet, qui a démarré en janvier 2017, sera hébergé à l’IRMC durant les deux premières années et à l’UMR LADYSS (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) au cours des deux dernières années. Il permettra de recruter des jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorants). Les activités prévues incluent, outre les recherches de terrain, l’organisation d’ateliers thématiques et méthodologiques, de colloques internationaux, ainsi qu’une école d’été destinée aux jeunes chercheurs.

Qu’est-ce que l’ERC ?

Créé en 2007, l’European Research Council – Conseil Européen de la Recherche – fait partie du programmecadre européen finançant la recherche et l’innovation (Horizon 2020).

Une bourse individuelle

Fort d’un budget de 13,1 milliards d’euros pour la période 2014-2020, l’ERC attribue chaque année des bourses de recherche individuelles à des scientifiques issus de tous les pays du monde. Une fois sélectionnés, les lauréats doivent accomplir leurs travaux de recherche dans un pays européen ou associé.

Aux frontières du savoir

L’ERC finance des projets exploratoires originaux porteurs de découvertes scientifiques, techniques et sociétales. Tous les domaines du savoir sont éligibles sachant que les idées neuves à l’interface des champs disciplinaires classiques sont particulièrement recherchées.

Les appels à projet se répartissent selon 25 panels thématiques couvrant les sciences physiques et l’ingénierie, les sciences humaines et sociales et les sciences de la vie.

© Louise Favel.

Évaluation par les pairs

L’excellence scientifique est l’unique critère de sélection de l’ERC. Elle est appréciée par des jurys internationaux réunis au sein de 25 panels thématiques. Le taux de succès des chercheurs français à l’ERC s’élève à 15 % en 2015 (13,4 % au niveau européen).

Des conditions favorables

Afin d’inscrire ces recherches dans la durée, les bourses sont attribuées pour une durée de 5 ans. Elles représentent 1,5 à 3,5 millions d’euros par chercheur. Ce financement permet aux lauréats de recruter des collaborateurs, d’effectuer des missions à l’étranger, etc. L’ERC propose aux chercheurs un cadre assez souple, notamment pour poser sa candidature et faire évoluer son projet en cours de route.

Les divers types de bourses individuelles 2

Le programme ERC propose quatre types de bourses individuelles :
– Starting Grant, pour les jeunes chercheurs deux à sept après obtention de leur thèse ;
– Consolidator Grant, pour les jeunes chercheurs sept à douze ans après obtention de leur thèse ;
– Advanced Grant, destiné aux chercheurs confirmés ;
– Proof of Concept (vérification de concept) pour l’aide à la valorisation. Cette dernière bourse est réservée aux lauréats ERC.*

1 http://erc.cnrs.fr/presentation-erc/
2 http://www.horizon2020.gouv.fr/cid72629/erc.html

Alia GANA

 

Pour citer ce billet : Alia Gana, « Changements politiques et socio-institutionnels en Afrique du Nord. Concurrence des modèles et diversité des trajectoires nationales (TARICA) », Le Carnet de l’IRMC, N° 19,  janvier-mai 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2057.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Agricultures familiales, territoires et perspectives de développement dans les Suds

Longtemps marginalisée par les politiques libérales de « modernisation agricole » qui ont marqué les dernières décennies, l’agriculture familiale se voit désormais réhabilitée dans les discours des acteurs publics, comme en témoigne le choix de l’Organisation des Nations Unies de proclamer l’année 2014, « Année internationale de l’agriculture familiale ». Le colloque international « Agricultures familiales, territoires et perspectives de développement dans les Suds » qui s’est tenu à Tunis les 11, 12 et 13 décembre 2014, avec le soutien de l’Institut Français de Tunisie (IFT), l’Agence Française pour le développement (AFD) et de l’Union Européenne (UE), s’est justement attaché à approfondir le rôle et les enjeux socioéconomiques de cette forme sociale d’agriculture, et les conditions dans lesquelles elle pourrait contribuer à l’émergence de nouvelles dynamiques porteuses d’un développement durable des territoires.

Alia GanaRepenser les rapports aux politiques publiques, discuter le rôle des agriculteurs familiaux dans les conflits territoriaux, leur place dans les mobilisations, la réappropriation des territoires et la construction de la démocratie, identifier les processus de diversification économique des agriculteurs familiaux et leurs impacts sur le développement local, tels étaient les thèmes des quatre axes qui ont animé les dix sessions de travail de ce colloque, et où plus d’une cinquantaine d’intervenants ont présenté leurs travaux durant trois jours. Au-delà du réseau méditerranéen, le colloque a également permis de s’ouvrir et de confronter les terrains d’Amérique latine à ceux d’Afrique subsaharienne, en passant par l’Asie du Sud-Est et le Maghreb.

En raison du grand nombre de travaux présentés, il ne s’agit pas ici d’en faire un compte rendu exhaustif, mais plutôt de rendre compte des points qui ont soulevé et animé les débats, et de revenir sur ceux qui ont été mis en lumière lors de la présentation des rapports de synthèse de la dernière session, élaborés et présentés respectivement par M. Elloumi (INRAT, Tunis), H. Guétat et N. Rebaï (UMR PRODIG, Paris), J-L Chaléard (Université Paris 1, UMR PRODIG), et H. Cochet (AgroParisTech, UMR PRODIG).

Les présentations de l’axe 1 ont permis d’appréhender dans le temps long, une double dynamique : la réponse apportée par les politiques publiques aux impératifs de développement agricole et les réponses des agricultures familiales à ces mêmes politiques, telles qu’elles s’expriment dans leurs stratégies d’adaptation diversifiées. Alors que certains États cherchent à favoriser les agricultures familiales, d’autres s’engagent dans le soutien des entreprises d’agro-business, ou se caractérisent par une politique du « laisser faire ». Comme l’a souligné M. Elloumi, la diversité des stratégies et des choix politiques révèle la difficulté à penser une alternative, à jeter les bases d’un nouveau contrat social, qui propose une autre vision du développement. Les questions des impacts sociaux et environnementaux liés aux aménagements et aux dynamiques des agricultures familiales face aux politiques publiques ont été abordées au travers de différents exemples : les processus d’accaparement des terres au Mali à la suite du développement d’une politique de grandes infrastructures hydrauliques, les problèmes posés par les périmètres irrigués issus de grands projets étatiques en Algérie et en Syrie, ceux liés aux aménagements hydrauliques en Équateur, ainsi que ceux générés par la réforme agraire avortée en Afrique du Sud. Les discussions ont permis de souligner l’ambivalence de ces grands projets étatiques, souvent à l’origine d’un renforcement des disparités sociales sur les territoires.

Dans l’axe 2, les présentations ont fait ressortir le lien entre les agricultures familiales et les processus de construction-déconstruction des territoires. Ainsi, les agricultures familiales y ont été abordées en tant que forme sociale productrice d’un certain rapport au territoire. Plusieurs exemples sur l’Afrique de l’ouest, mais également en Équateur, ont montré que l’implantation de grandes entreprises agricoles n’avait pas que des impacts fonciers, mais reconfigurait en profondeur les dynamiques territoriales. Ainsi, le modèle « archétypale » de grandes exploitations agricoles présenté a permis de souligner, paradoxalement, la diversité des configurations à l’échelle locale et la primauté de la problématique d’accès aux ressources. En Côte d’Ivoire, le rôle des migrations est au cœur des questions d’accès au foncier ; au Cameroun, on a pu mesurer les conflits d’usage liés à la croissance urbaine et les effets sur les petites agricultures familiales en termes de transformation des systèmes de cultures. De nombreux exemples ont montré la reconversion des petites agricultures à la suite du développement de grandes exploitations ou de cultures commerciales. L’accaparement des terres n’est donc pas le seul moyen d’assujettissement des petits paysans, qui peut prendre des formes plus économiques ou sociales. Au cœur de ces conflits de territoires, les éleveurs itinérants se présentent comme les « parents pauvres » de ces processus de développement rural, fragilisés et marginalisés. Les débats ont souligné le caractère très mobile et évolutif des situations, dans le temps et dans l’espace, contribuant à accentuer la différenciation des types sociaux de l’agriculture. Les politiques de réforme agraire, parallèlement à des mesures de libéralisation accrues ont produit dans un certains nombre de cas, une déstructuration de la paysannerie. Les exemples ouest africains rappellent la violence de la problématique migratoire dans les conflits pour le développement rural et l’instrumentalisation politique qui en est faite. Dans ce contexte, les débats ont également été l’occasion de montrer la nécessité d’une articulation accrue des politiques entre les échelles locale, nationale et globale.

Photo de groupe des participants du colloque de Tunis. © Emna Khemiri
Photo de groupe des participants du colloque de Tunis.
© Emna Khemiri

En conséquence de la pluralité de ces conflits de territoire, et dans un contexte de remise en cause de ces politiques libérales de développement, les mobilisations paysannes attestent du renforcement des revendications pour le droit à la terre et de l’émergence de la figure de l’agriculteur familial comme acteur majeur des processus de démocratisation et de mise en valeur de leurs territoires. N. Rebaï a par ailleurs souligné le fait que la majorité des présentations de cet axe ont concerné des terrains d’Amérique latine et du Maghreb, symbolisant la forte imbrication des revendications paysannes et des dynamiques de démocratisation dans ces ensembles régionaux. L’ancrage territorial des petites agricultures familiales se présente comme un enjeu majeur de la lutte politique dans un contexte libéral ayant pour effet un bouleversement des configurations territoriales historiques. L’alliance symbolique des mobilisations « villes/campagnes » dans un certain nombre d’exemples contribue à la reconfiguration des champs de la mobilisation. Par ailleurs, un certain nombre de présentations se sont attachées à analyser les rouages des organisations collectives et leurs effets sur la gouvernance locale et la justice sociale, en Tunisie en particulier. Il s’en est ainsi suivi un débat animé sur les éventuels effets « positifs » de l’expérience coopérative en Tunisie et une série de réflexions visant à relativiser les vertus de ces expériences de décentralisation de gestion des ressources, lorsqu’elles ne s’inscrivent pas, là encore, dans une articulation entre les différentes échelles de gestion. C’est la problématique de gestion des ressources, hydrauliques en particulier, qui se retrouve au centre des dynamiques de réappropriation des territoires et de construction de la démocratie.

photo irene
© Irène Carpentier

Le dernier axe avait pour objectif de saisir les liens entre diversification économique des agriculteurs familiaux et développement des territoires, lien qui serait a priori vertueux. H. Cochet a tenu à relativiser cette vision idéaliste. Ainsi, dans le contexte d’un accroissement de plus de 80 % des actifs agricoles dans les pays en voie de développement et de plus de 30 % dans le monde, l’emploi agricole représente un enjeu mondial. Alors que les agricultures familiales étaient historiquement pluriactives, les chercheurs et instances internationales ont eu tendance à « redécouvrir » ce phénomène et à en faire un axe actif de valorisation. Cependant, la majorité des présentations de cet axe 4 ont également montré les logiques de spécialisation accrue pour garantir le maintien des exploitations. L’exemple haïtien a ainsi été l’occasion de discuter le concept même de diversification et de stratégies, dans un contexte d’extrême précarité, où la vente de la main d’œuvre à l’extérieur relève plutôt d’une nécessité de survie. Par ailleurs, l’exemple marocain d’agrotourisme, qui entend opérer un rapprochement des milieux ruraux/urbains, a permis de souligner le bilan finalement très contrasté de ces expériences, qui ne relèvent que rarement d’une demande locale. Dans cet axe, une partie des présentations ont en réalité mis en lumière la création de nouveaux produits, de nouvelles filières, comme le commerce du charbon en Haïti, le lait au Vietnam, l’arachide au Bénin, instaurant de nouveaux liens avec les consommateurs et de nouveaux modèles de consommation. Ces produits de « terroirs » créent de nouveaux produits, de nouveaux marchés, parfois ex-nihilo, comme le lait à Hanoï ou l’huile d’Argan marocain. Va-t-on donc vers une spécialisation pour des marchés de niches, plutôt qu’une véritable diversification ? Quelles sont alors réellement les opportunités de développement ? Et pour qui ? Telles sont les questions qui ont animé les discussions concernant cet axe. L’enjeu est alors de cerner les processus de différenciation des territoires, et de mesurer dans quelles conditions ces processus peuvent être porteurs d’un accroissement des inégalités sociales, ou d’une concentration des ressources. Les dynamiques internes aux territoires doivent être remises au cœur des recherches sur les agricultures familiales, afin de ne pas céder aux fantasmes de projets en décalage avec la réalité locale.

Le colloque, qui s’était ouvert sur trois présentations inaugurales, rappelant l’engagement de Marc Dufumier pour le bien-fondé de l’agro-écologie, la place et le rôle de la recherche dans les études sur les agricultures familiales, par Shelley Feldman, et le bilan et la place des politiques publiques agricoles pour le développement dans les suds, par Michel Petit, s’est refermé sur la nécessité d’un travail conceptuel sur le sens même des mots, sur l’examen de la pertinence des différentes échelles de travail, et le besoin de poursuivre l’ouverture du réseau méditerranéen pour confronter les expériences et les terrains, dans une perspective plus large, mieux à même de saisir les dynamiques complexes d’agricultures familiales qui n’en finissent pas de se réadapter et de réinventer les modèles et les façons de penser le développement.

Irène Carpentier

est doctorante en géographie, LADYSS, Paris 1 et doctorante associée à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Irène Carpentier, « Agricultures familiales, territoires et perspectives de développement dans les Suds », Le Carnet de l’IRMC, 29 mai 2015. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1852.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les oasis de Tozeur et Chenini Gabès : diversité et durabilité des formes de valorisation à l’ère de la mondialisation et des crises du développement

Article paru in Marshall A., Lavie E., Chaléard J-L., Fort M., Lombard J. (dir.), 2014, Actes du colloque international : Les oasis dans la mondialisation : ruptures et continuités, Paris, 16 et 17 Décembre 2013, 105-112 et consultable en ligne sur HALSHS (https://hal-univ-paris13.archives-ouvertes.fr/hal-01024643/document).

Introduction

Les profondes mutations dans les conditions d’accès aux ressources agricoles qui ont accompagné les processus de libéralisation et de désengagement de l’état tunisien ont favorisé la montée des tensions sociales et des revendications dans les régions rurales. La révolution tunisienne a pris corps dans les territoires ruraux délaissés de l’intérieur et du Sud tunisien et les demandes populaires pour plus d’équités sociale et régionale ont fortement remis en cause les modèles de développement territoriaux promus par les politiques publiques. Les fortes inégalités foncières, la priorité donnée au développement des services et à l’ancrage de l’économie nationale dans la mondialisation ont entrainé une forte régression de la contribution de l’activité agricole dans l’emploi et les revenus des ménages ruraux (Gana, 2013)[1].

Les économies oasiennes du sud tunisien n’échappent pas à ces évolutions. En lien notamment avec la mise en œuvre de politiques de modernisation axées sur la promotion de la monoculture du palmier dattier (Tozeur), ou sur le développement d’activités industrielles (Gabès), cette agriculture a subi de profondes transformations qui ont bouleversé les équilibres du milieu et du système économique et social sur lesquels elle était historiquement fondée.

Dans un contexte de transformation profonde des conditions de l’activité économique, des dynamiques contradictoires caractérisent aujourd’hui l’agriculture et les espaces oasiens. Parallèlement à la consolidation du secteur des grandes entreprises de production et d’exportation des dattes deglet nour et à la marginalisation, voire la disparition, d’une fraction importante d’exploitations autrefois basées sur le modèle de l’agriculture familiale oasienne diversifiée, on observe l’émergence de nouvelles formes de valorisation des ressources et des espaces oasiens, parfois liées à l’activité touristique et répondant souvent à la demande d’une clientèle essentiellement internationale. Portées par des acteurs individuels ou associatifs, ces nouvelles pratiques s’inscrivent dans des démarches de préservation du milieu oasien, de valorisation de ses paysages et savoir-faire, et de promotion de la qualité et de la variété de ses produits.

Basé sur les résultats d’enquêtes de terrain réalisées entre 2011 et 2013 auprès d’agriculteurs, d’acteurs associatifs et institutionnels, et l’analyse de bases de données constituées sur les deux terrains d’étude[2], cette communicationrend compte de la diversité des dynamiques qui caractérisent l’évolution de l’agriculture oasienne dans les régions de Gabès et de Tozeur. Elle interroge en particulier la diversité sociale et économique des pratiques émergentes de valorisation de l’agriculture et des espaces oasiens et analyse les formes d’ancrage économique – et leur lien avec les processus de mondialisation- qu’elles impliquent pour les territoires concernés.

Diversité des pratiques agricoles et multifonctionnalité des territoires oasiens

La compréhension des territoires oasiens passe par la mise en lumière de la complexité d’espaces qui coïncident de moins en moins avec les espaces agricoles productifs, mais s’inscrivent de plus en plus dans une multifonctionnalité des territoires et une diversification des pratiques agricoles locales[3]. L’activité agricole se voit de plus en plus attribuer, par les pouvoirs publics mais aussi la société civile, un certains nombre de fonctions extra-productives, associées à la notion de service, tels que les services éco-systémiques, paysagers, sociaux, de loisirs… L’émergence de nouvelles initiatives de valorisation s’inscrit dans cette dynamique de diversification des activités de l’espace local et n’est pas sans lien avec d’insertion de l’économie tunisienne dans la mondialisation.

D’une part, l’agriculture oasienne a subi les effets des politiques de libéralisation (réduction des subventions, renchérissement des coûts de production, nouvelles conditions d’accès aux ressources en eau, etc.…). D’autre part, les changements de l’environnement économique ont imposé des adaptations qui répondent souvent à des demandes extérieures. Nous proposons d’analyser les implications concrètes et dynamiques qu’elles induisent dans les territoires oasiens. Nous formulons l’hypothèse que la diversité des formes d’adaptation du territoire agricole oasien aux crises liées aux processus de libéralisation et de mondialisation exprime un potentiel de résistance du système oasien à un déclin annoncé. Il s’agit alors d’identifier la complexité de ces processus tels qu’ils s’appliquent aux oasis. Les conséquences sur les territoires locaux de la libéralisation de l’économie sont nombreuses et contribuent à redéfinir l’insertion dans les marchés des exploitants oasiens. En particulier, les processus d’urbanisation et de désertification accélérés contribuent à une profonde transformation de la structure même du territoire oasien. Ces dynamiques imposent de fortes restructurations de l’activité agricole et contribuent à l’émergence de nouvelles pratiques basées sur des formes de valorisation patrimoniales des ressources oasiennes.

L’élaboration d’une typologie des formes de valorisation du territoire agricole traditionnel permet de caractériser la diversité des agricultures oasiennes dans la mondialisation. Les différents types d’acteurs du territoire local (acteurs associatifs, investisseurs privés, petits exploitants,…) sont à l’initiative de stratégies de valorisation différenciées relevant d’une modernisation technique de type conventionnel, d’adaptations du modèle traditionnel, ou se réclamant de modèles alternatifs de valorisation patrimoniale.

Le modèle de l’agrobusiness oasien

Dans une première catégorie, les innovations et transformations des systèmes agricoles et territoires traditionnels se font au sein du système moderniste classique qui contribue à la consolidation d’exploitations capitalistes intégrées au marché national et international. C’est le modèle de l’agri-business oasien, présent surtout à Tozeur. Au moyen de forts investissements, les projets des investisseurs privés, parfois de nouveaux oasiens, se développent dans une logique entrepreneuriale. Au sein d’une infrastructure moderne complète, comprenant raccordement à l’électricité, puits, bassins, canaux d’irrigation PVC ou bétonnés, et bâti agricole, les projets visent la conquête de marchés de niches à l’exportation. L’accès à la ressource en eau est généralement assuré par la présence d’un puits ou d’une vanne sur la parcelle permettant une gestion autonome de l’irrigation. La spécialisation des cultures est au cœur de la stratégie de mise en valeur du sol. A Tozeur, cela débouche sur une quasi-monoculture d’un cultivar, le deglet nour. Les exploitations de cette catégorie sont assez grandes (supérieures à 1,5ha), et situées essentiellement le long des axes de communication qui traversent l’oasis ancienne. Elles constituent la norme dans toutes les nouvelles plantations. La rentabilité agricole de tels projets est importante, mais s’inscrit souvent dans le cadre d’une pluri-activité de fait. L’agriculture demeure une activité de complément, pour des entrepreneurs actifs dans d’autres secteurs et d’autres espaces, mais permet, pour ceux qui sont originaires de la région, de conserver un lien au territoire local et de garantir l’appartenance à la communauté oasienne.

irene1
Exploitation spécialisée dans la monoculture de Deglet Nour à Tozeur. © Irène Carpentier.

Ces projets d’agro-business sont pleinement ancrés dans des logiques d’intégration à des marchés porteurs d’exportation s’appuyant sur des réseaux internationaux de clientèles et sur des modèles productifs et paysagers caractérisés par l’élimination de l’étagement des cultures et l’alignement des plantations de palmiers… Ils participent aussi d’une consolidation de positions dominantes dans la compétition pour l’accès aux ressources territoriales.

Souvent, ces mêmes agro-entrepreneurs revendiquent aussi leur contribution à la mise en valeur du patrimoine que représente le palmier dattier et à la durabilité du territoire oasien. Ils soulignent que leurs activités permettent d’éviter l’abandon des terres, mais permettent aussi la sauvegarde du milieu et la préservation de sa fonction agricole productive. Ces discours de valorisation de l’activité agricole en tant que ressource économique locale susceptible de promouvoir la durabilité du milieu s’inscrivent dans un contexte régional de mise en place de nouvelles logiques de valorisation économique. Les labels de qualité ou la conversion en bio des plantations récentes dans le gouvernorat de Tozeur permettent aux exploitants de ces espaces de saisir de nouvelles opportunités et de se positionner sur le marché du « patrimoine » et de « l’alternatif », répondant à une demande internationale en priorité. Ces stratégies sont promues et trouvent un appui auprès des institutions de développement. A Tozeur, le ministère de l’Agriculture prévoit une conversion de l’ensemble des oasis à l’horizon 2030[4], afin de renégocier les marchés d’exportation, et d’optimiser la rente de la datte deglet nour.

Le marketing territorial, une tertiarisation de l’activité oasienne ?

Dans le cadre de cette diversification des formes de mise en valeur, et en lien avec les politiques publiques de développement, se distingue une seconde catégorie d’exploitants[5], qui s’inscrit dans une dynamique de tertiarisation de l’activité agricole et du territoire oasien. C’est le modèle du « marketing territorial », qui tend à produire des activités de services, en particulier de loisirs ou touristiques. Ces activités sont des moyens de mettre en valeur le « décor oasien » auprès d’une clientèle touristique nationale et internationale. Mais dans le cadre de la crise touristique que traversent les territoires oasiens, ces espaces de loisirs et de restauration sont de plus en plus investis par la population locale et les entrepreneurs tentent de s’adapter à cette demande spécifique. C’est le cas du projet « Sahara Lounge » à Tozeur, espace d’accro-branche dans une parcelle de la zone de R’bat qui propose également un espace de café et d’animations. Souvent, une combinaison d’activités est ainsi proposée sur une même parcelle, afin de satisfaire une clientèle plus large: restauration, café, jeux pour enfants, salle des fêtes, projections…

irene2
La zone de Ras el Oued, historique zone des sources à Chenini Gabès. © Irène Carpentier.

C’est le cas du « parc el Berka » à Tozeur, ou du « parc Amine » à Chenini. La fonction productive de l’agriculture devient marginale et se destine à l’utilisation directe pour la clientèle et le personnel (en particulier les productions arboricoles : citronnade, jus d’oranges, dattes pour le jardinier…). Le territoire oasien n’est plus considéré comme nourricier, mais comme espace de loisir et de « marketing ». Le paysage référent est celui de l’oasis traditionnelle. Il est entretenu et recréé dans une logique de jardinage où la dimension esthétique prime, par le moyen de plantes décoratives, parfois stériles et importées. En effet, la plus value du territoire passe par la mise en marché d’un paysage historique et diversifié, d’un cadre paysager de loisir. Les entrepreneurs oasiens sont donc dans une démarche d’ouverture des territoires oasiens à des activités de services diversifiées. La diversification des activités oasiennes, qui répond à une demande internationale mais aussi locale, est un moyen pour saisir les opportunités d’un marché toujours plus restreint, tant sur le plan agricole que touristique.

Une agriculture familiale diversifiée et pluriactive

Aux côtés de ces nouveaux entrepreneurs oasiens, perdurent des formes de mise en valeur « paysanne », basées sur diversification des cultures. Dotés d’une faible capacité d’investissement, les petits exploitants qui les pratiquent déploient leurs projets au sein de la parcelle familiale. Au cœur d’un territoire fortement morcelé, le bien foncier des petits exploitants est soumis à la disparité des conditions d’exploitation en termes d’accès à l’eau, de salinité des sols, et d’accessibilité des parcelles. Les systèmes de cultures sont diversifiés et étagés ; l’arboriculture ou le maraîchage sont privilégiés selon le zonage agronomique local en association avec le petit élevage. Dans la pratique de l’activité, comme dans l’agencement des parcelles et la conduite des cultures, c’est le modèle « traditionnel » qui fait référence malgré l’influence grandissante du modèle moderniste, sous la pression du marché. Les savoir-faire traditionnels (greffes d’arbustes, modifications des méthodes d’irrigation, association des cultures …) sont à la base de l’adaptation aux contraintes qui touchent cette catégorie en particulier : manque d’eau, concurrence sectorielle et difficultés de commercialisation. L’autoconsommation reste une des fonctions principales pour ces cultures oasiennes, en particulier les cultures maraîchères et arboricoles. Les productions ne sont pas toujours rentables sur le plan économique mais permettent de contribuer à la sécurité alimentaire des familles. A Tozeur, ce sont les travailleurs agricoles, les khammès, métayers au cinquième et véritables travailleurs des oasis, qui contribuent au maintien de l’étagement des cultures et de la fonction nourricière des parcelles.

 Mais le maintien à la terre des petits exploitants passe aussi par l’inscription plus poussée dans des logiques marchandes. C’est le cas à Gabès, où la stratégie pluriactive de valorisation du territoire est surtout une adaptation à la conjoncture du marché. Elle se traduit par l’introduction de cultures traditionnellement absentes des oasis, comme le poireau, ou l’aubergine, ce qui permet de faire la différence sur un marché local restreint et saturé, et de s’adapter au stress hydrique. Se développe ainsi une agriculture de spéculation, en particulier pour les maraîchers qui font face à la concurrence toujours plus rude d’autres espaces productifs. La pratique de l’agriculture par ces petits exploitants permet de préserver les fonctions historiques de l’oasis : paysagère, nourricière, socio-économique. L’objectif reste ici de garantir la reproduction du système et des exploitations à l’échelle locale, tout en valorisant un patrimoine familial.

On observe ainsi une différenciation des formes d’agricultures familiales oasiennes: entre marginalisation et repli vers une agriculture diversifiée uniquement vivrière ou de loisir, et intégration progressive au marché pour les exploitants qui se tournent vers l’intensification.

Des exploitations familiales spécialisées et intensives

A la différence des logiques de la catégorie précédente, certains acteurs se tournent vers des modèles d’intensification et de spécialisation des exploitations, sous l’impulsion de programmes étatiques de soutien aux projets d’élevage bovin et de maraîchage (à Gabès). Garantissant a priori une stabilité importante des exploitations avec des productions qui procurent des revenus réguliers toute l’année, de nombreux petits et moyens exploitants, encouragés par les programmes de subventions se lancent, en particulier dans l’élevage bovin.

irene3
Exploitation spécialisée dans l’élevage bovin à Chenini Gabès. © Irène Carpentier.

Certains éleveurs de bovins ou maraîchers s’inscrivent donc dans des logiques d’intensification et de spécialisation des productions. Leur stratégie s’appuie sur une insertion dans des bassins de production. A la différence des petits exploitants diversifiés, c’est sur la spécialisation des productions et l’insertion aux marchés régionaux que ces producteurs fondent leurs stratégies de valorisation des terres. Cependant, le cadre paysager oasien est plus ou moins préservé, notamment au travers du palmier dattier qui joue ici un rôle de maintien de l’écosystème. Si les cultures arboricoles disparaissent presque totalement, la pluralité des cultures fourragères permet de subvenir aux besoins, dans des exploitations qui visent l’autosuffisance en alimentation du bétail.

Dotés d’une capacité d’investissements moyenne, les projets de ces exploitants se développent dans une logique de recherche de rentabilité. Ces exploitants spécialisés ont souvent bénéficié de subventions, en particulier pour l’élevage bovin, avec la subvention à l’introduction de races importées. L’infrastructure hydraulique de base, (canaux d’irrigation en béton), est bien entretenue par les exploitants eux mêmes et permet d’optimiser les ressources disponibles. Les éleveurs de bovins bénéficient d’un robinet complémentaire qui garantit de l’eau à volonté et qui se paye à l’année auprès des associations d’irrigants. L’ensemble de la parcelle est mise au service de l’activité principale, élevage ou maraîchage. Ainsi, la luzerne est cultivée sur l’essentiel de la parcelle dans le cadre des projets d’élevage bovin, et toutes les parcelles sont dévouées aux cultures de légumes dans le cadre des projets de maraîchers.

Les exploitations de cette catégorie sont de taille moyenne (de 0,3 à 0,6 ha), et les exploitants jouent souvent sur le morcellement foncier des propriétés, avec des parcelles réservées à un type de culture selon leur situation et au service du projet de l’exploitation. Dans l’oasis de Gabès à Menzel et Chenini, les programmes d’introduction de l’élevage bovin ont encouragé ces types d’exploitants. On ne les trouve pas à Tozeur. La rentabilité agricole de tels projets n’est pas toujours très importante, en raison de la forte augmentation des prix des aliments pour le bétail. Seuls, les élevages les plus importants sont rentables. La pluriactivité reste majoritaire.

Les militants oasiens

Enfin, la dimension politique et idéologique des choix de mise en valeur apparaît au sein d’une dernière catégorie, celle de « militants oasiens », porteurs d’un projet alternatif de développement fondé sur la réhabilitation du milieu oasien par la mobilisation des savoir-faire traditionnels et la promotion de pratiques agro-écologiques. Les formes d’adaptation à la conjoncture de crise sont profondément ancrées dans une démarche idéologique et politique de remise en cause du modèle moderniste et libéral.

Le modèle s’appuie sur la diversification des activités du territoire, comme la transformation des produits et l’implantation d’activités de tourisme écologique, et s’inscrit dans une dynamique associative, soucieuse d’apporter des réponses aux problématiques locales des petits exploitants, telles que la qualité du sol, la disponibilité de l’eau, les maladies… Pluriactifs, les militants sont souvent représentants syndicaux, enseignants, ou fonctionnaires et font majoritairement partie de classes socioprofessionnelles supérieures. Leurs projets se déploient au cœur de réseaux associatifs diversifiés. Ce sont les associations de sauvegarde des oasis qui les rassemblent, à Tozeur comme à Chenini. Depuis la révolution, la multiplication des associations de protection de l’environnement et de développement local a contribué à la diversification des acteurs concernés[6].

grenade
Grenades BIO à Gabès. © Irène Carpentier.

Bénéficiant d’une capacité d’investissement moyenne, tant sur le plan financier qu’en travail, ces militants exploitants travaillent leurs terres dans un mode de faire-valoir direct, avec une main d’œuvre familiale et parfois quelques salariés. Les parcelles, de tailles moyennes, font l’objet d’une mise en valeur du paysage selon le modèle traditionnel. Les systèmes de cultures sont diversifiés et en étages, du palmier, aux cultures fourragères, industrielles et maraîchères, en passant par les cultures arboricoles. L’association des cultures, la rotation et les techniques de jachères sont utilisées. Les savoir-faire traditionnels sont au cœur des stratégies d’exploitation, de gestion des semences et d’irrigation. Ces exploitations ne se distinguent pas spécifiquement des autres formes d’agricultures familiales paysannes car ce sont moins leurs pratiques propres qui importent que la formulation d’un projet collectif pour le développement territorial.

La conquête d’autonomie dans la gestion des ressources est un des enjeux principaux des projets des associations face à la crise du milieu. La fonction nourricière s’efface devant la fonction pédagogique du jardin oasien, cellule de base pour un nouveau modèle de développement. Ces exploitants tentent de susciter, au travers de projets associatifs, une demande locale et urbaine, soucieuse d’une meilleure qualité des produits, participant à la sauvegarde du milieu. Une meilleure maîtrise des prix par les exploitants, la mise en place de filières bio, ou la transformation des produits doivent permettre de créer un réseau renouvelé autour d’un modèle alternatif de mise en valeur du patrimoine. Les projets se déploient à l’échelle locale, et parfois, via les réseaux associatifs, à l’échelle internationale. C’est le cas de l’exportation des grenades bio de l’oasis de Gabès, gérée par l’association de sauvegarde de l’oasis de Chenini (ASOC). L’objectif est souvent, à terme, le développement d’activités de services liées au tourisme, à la culture ou à l’artisanat dans l’oasis, au moyen d’une multifonctionnalité accrue du territoire. Le tourisme alternatif est au cœur de ces stratégies de diversification. Fermes pédagogiques, accueil à la ferme, éco-logement, restauration bio… les initiatives associatives contribuent à la redéfinition du tourisme oasien au profit de la sauvegarde d’un capital culturel et paysager de l’oasis. L’oasis traditionnelle est sollicitée dans ces zones les plus symboliques : c’est le cas de la zone de Ras el oued à Chenini, ou du pourtour du quartier Ouled el Hej de Tozeur. Les acteurs associatifs oasiens visent une remise en question du modèle moderniste et proposent des innovations dans le cadre d’une recomposition du modèle traditionnel. La durabilité de ce modèle oasien alternatif est centrée sur la diversification de la dynamique agricole, garante de l’intégrité du milieu et du paysage. La capacité de ce modèle à contrecarrer les dynamiques caractérisées par la disparition du milieu semble cependant fortement liée au soutien des pouvoirs publics.

Conclusion

Cette typologie des formes d’adaptation du territoire oasien montre bien que les impacts de ces changements liés aux processus de libéralisation et de mondialisation sont loin d’être uniformes. On observe une diversité de stratégies de valorisation ainsi qu’une différenciation importante des profils socio-économiques des agriculteurs. Les dynamiques observées dans les oasis tunisiennes illustrent ce processus de diversification/différenciation des pratiques de l’agriculture oasienne face à la crise mais attestent aussi de sa résilience et de sa vitalité. Ainsi, les grandes exploitations spécialisées dans l’exportation de dattes deglet nour sont considérés comme les « territoires gagnants » du développement oasien. (Chaléard, 2008[7]) Les petites exploitations familiales morcelées, situées dans des zones périphériques et intérieures, fragilisées par la mise en compétition des territoires et l’externalisation de l’économie, se diversifient sous la pression d’un accès au marché et de choix de valorisation différenciés. Les associations, bien que pleinement insérées dans les nouvelles exigences de l’intégration à une économie globalisée, luttent pour une remise en cause des choix de développement à l’échelle locale et tentent de tisser un réseau territorial oasien.

La situation et l’accessibilité des exploitations se posent comme des critères déterminants de la valorisation du territoire, tout comme le type de marchés en liens avec la spécialisation des cultures. Les oasis du sud tunisien sont un exemple des processus de transformations des territoires ruraux, où la diversité des initiatives de valorisation souligne le potentiel de résistance à un déclin annoncé.

La capacité d’adaptation des territoires oasiens à la crise des modes de développement redéfinit la question de la durabilité d’espaces ruraux profondément dynamiques.

 Irène CARPENTIER et Alia GANA

doctorante en géographie, associée à l’IRMC Tunis, LADYSS, Paris 1 ; sociologue, Directrice de recherche au CNRS en affectation à l’IRMC Tunis.

Pour citer ce billet : Irène Carpentier, Alia Gana, « Les oasis de Tozeur et Chenini Gabès : diversité et durabilité des formes de valorisation à l’ère de la mondialisation et des crises du développement » ? », Le Carnet de l’IRMC, 20 novembre 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1658.


[1] A.Gana, 2013, « Editorial », Maghreb-Machrek, 2013/1 n°215, p. 5-8

[2] Listes des agriculteurs des Groupement de Développement Agricole (GDA) de Tozeur, (Hafir, R’bat, Abbes, Wassat) et Gabès (Chenini, Menzel, Jara), renseignées avec l’aide des aiguadiers des GDA et des lignes d’eau concernés.

[3] JP Charvet, 2008

[4] Selon le responsable de l’arrondissement agriculture biologique du CRDA de Tozeur, lors d’un entretien en avril 2012

[5] Dans certains cas, les agro-entrepreneurs, et les tenants de projets de valorisation touristiques sont les mêmes acteurs. En effet, le morcellement des exploitations favorise une mise en valeur différenciée : une parcelle est vouée à la production agricole, alors qu’une autre accueille un projet touristique ou de loisir. C’est le cas des plus grands entrepreneurs de l’oasis de Tozeur (Nieffer, Chraïet, …)

[6] ASMT (Association de Sauvegarde de la Medina de Tozeur), Club UNESCO de Tozeur,

Post révolution : ASOT (Association de Sauvegarde de l’oasis de Tozeur) fondée en 2011, Association des Amis du Palmier de Tozeur fondée en 2011 ;

ASOC (Association de Sauvegarde de l’Oasis de Chenini) fondé en 1992,

Post révolution : AFCO (Association Formes et Couleurs Oasiennes) fondée en 2011, Gabès Action fondée en 2011, SOS Gabès Environnement fondée en 2011

[7] JL Chaléard, 2008, « Les grandes mutations des territoires ruraux dans les pays du sud : problèmes et enjeux », in Ruralités Nords-Suds : inégalités, conflits, innovations, H. Rakoto Ramiarantsoa (dir.), B. Thibaud (dir.), D. Peyrusaubes (dir.)

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Transformations spatiales et dynamiques socio-environnementales de l’oasis de Ouargla. Une analyse des perspectives de développement

Urbanisation de l’oasis de Ouargla
© Abdelkader Salhi

Ouargla, appelée autrefois « Capitale des oasis », est considérée, depuis l’Antiquité, comme un carrefour important et un centre d’une activité commerciale ancienne pour les caravanes et les nomades. Le système agricole oasien, basé sur la culture du palmier dattier, était, jusqu’au début des années 1950, la principale activité économique d’une population en constante transformation. L’exploitation des nappes pétrolifères dans la zone de Hassi Messaoud vers les années cinquante et la mise en valeur de nouvelles terres agricoles par le biais de l’APFA[1] au début des années 1980, ont profondément modifié l’économie locale et la structure sociodémographique.

La conquête du Sahara algérien et la stratégie d’occupation d’énormes espaces ont vu leur concrétisation effective après la tenue, en 1966, du premier Conseil des ministres hors capitale, dans la ville même de Ouargla[2]. Depuis lors, la population de la ville de Ouargla n’a cessé d’augmenter. Ainsi, en 1977, l’agglomération de Ouargla[3] comptait 73 900 habitants, 185 999 en 1998 et 253 362 habitants en 2010[4]. L’origine de cette nouvelle population est diverse : des commerçants soufis et mozabites, des transitaires africains vers l’Europe, des ouvriers agricoles (des oasis environnantes : Oued Righ et Touat) et des cadres supérieurs[5] originaires du Nord du pays. Pour accompagner ces transformations, l’État algérien a investi dans le développement des moyens de liaison, des services, la mise en place de mesures incitatives (augmentation des salaires de 80 % par rapport au Nord, programme de logements). Ceci a contribué à façonner de nouvelles spatialisations et urbanisations, ainsi qu’une nouvelle forme d’occupation de la palmeraie.

Le sujet de notre thèse porte sur la durabilité du système oasien au niveau de la wilaya de Ouargla. La question centrale est la suivante : dans quelle mesure les dynamiques socio-environnementales contemporaines permettent-elles la durabilité du système oasien ? Nous nous intéressons, à travers cette thèse, aux interactions entre société locale et écosystèmes dans une perspective historique pour comprendre les changements à l’oeuvre.

La méthodologie adoptée pour ce travail de recherche s’appuie sur une approche historique de la zone, une analyse qualitative à partir d’entretiens avec les exploitants, les responsables des secteurs de l’agriculture, un échantillon des « nouvelles populations », des services de l’habitat, de l’aménagement du territoire et une analyse socio-spatiale. Sur le plan écologique, nous nous référons aux recherches menées par les écologues de l’Université Kasdi Merbah pour comprendre les modifications diachroniques de la qualité des sols, et la diminution de la biodiversité, liée à l’abandon de certaines variétés de dattes.

Notre approche est également spatiale avec l’analyse de photos aériennes et satellitaires de la zone d’étude, la mise en place d’un traitement par SIG, nous permettant d’avoir une vue générale de la zone, sur son changement dans le temps ainsi que sur les endroits les plus touchés par l’urbanisation au niveau de la palmeraie.

Les premiers résultats d’investigation nous ont permis d’établir une typologie des exploitations existantes au niveau de l’oasis de Ouargla. Différents acteurs, issus de différentes couches sociales, investissent aujourd’hui la palmeraie de Ouargla. Ainsi, au cours de nos enquêtes de terrain, cinq types différents d’acteurs ont pu être distingués. Il s’agit de :

1- l’exploitant agricole, qui n’habite pas sur sa parcelle, mais qui l’exploite,

2- l’exploitant agricole qui habite sur la parcelle et l’exploite,

3- le promoteur immobilier,

4- le « néo-rural »,

5- le « patriarche » qui habite une parcelle avec sa famille élargie.

Il y a lieu aussi de parler d’une autre catégorie assez différente de celles-ci. Il s’agit d’un groupe dit « propriétaire absent » : c’est un groupe qui n’investit pas dans la palmeraie.

Les différentes catégories d’acteurs n’ont pas les mêmes représentations, pratiques ni les mêmes stratégies dans la mise en oeuvre du développement de l’oasis de Ouargla. Le phénomène de l’urbanisation au sein de la palmeraie a dynamisé, en quelque sorte, l’activité agricole dans la région d’étude. Il a permis de minimiser les incendies, les vols des productions dattières et d’améliorer les investissements au sein de la palmeraie par son entretien, les amendements en sable et engrais ainsi que par l’embellissement du terrain agricole. Cette nouvelle forme de reprise des terrains agricoles pourrait être une opportunité pour le redéploiement de l’activité agricole et de la sauvegarde de l’oasis de Ouargla, mais elle peut aussi entraîner une reconfiguration de la vocation socio-économique de la palmeraie qui deviendrait une forme de « parc urbain » ou zone résidentielle de verdure, avec un déplacement de l’activité productive agricole vers la périphérie de Ouargla.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

Abdelkader Salhi

est doctorant en géographie à Aix-Marseille Université, au laboratoire LPED (Laboratoire Population, Environnement et Développement) sous la direction de Chantal Aspe. Sa thèse s’intitule « Le système oasien et sa durabilité face à la dynamique socio-économique ». Il a rejoint l’IRMC en tant que Boursier Moyenne Durée (BMD)* entre septembre et octobre 2012.

 

Pour citer ce billet : Abdelkader Salhi, « Transformations spatiales et dynamiques socio-environnementale de l’oasis de Ouargla. Une analyse des perspectives de développement », Le Carnet de l’IRMC, 9 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/735

 


[1] APFA : Accession à la Propriété Foncière Agricole (loi 83/18 du 13 Aout 1983).

[2] Bisson J. 2003, Mythes et réalités d’un désert convoité : le Sahara, Paris, L’Harmattan, 480 p.

[3] L’agglomération de Ouargla regroupe les communes de Ouargla, Ain Beida, Sidi Khouiled, Rouissat, Hassi Ben Abdellah et N’Goussa.

[4] Direction de Planification et de l’Aménagement du Territoire, 2012 Annuaire statistique 2011 de la wilaya de Ouargla.

[5] Des médecins généralistes et spécialistes, des ingénieurs et des enseignants.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook