Archives par mot-clé : déchet

Atlas de l’Égypte contemporaine

Jamie Furniss est maître de conférence en anthropologie à l'Université d'Edimbourg. Il conduit depuis 2019 un programme de recherche à l'IRMC sur "Environnement, déchets et économies de recyclage dans le Maghreb contemporain". 

En 2020, le CEDEJ, UMIFRE implantée au Caire depuis 1968, publie un Atlas de l’Égypte contemporaine. Cet ouvrage, étonnement le premier en son genre, présente les contributions de plusieurs chercheur-e-s, notamment celles/ceux accueilli-e-s au CEDEJ ces dernières années. Il donne un aperçu des travaux actuels sur l’Égypte, toutes disciplines de sciences humaines et sociales confondues – et pas uniquement en géographie. Les documents accompagnant les articles n’ont donc pas tous une dimension spatiale.
En binôme avec le géographe Pierre Desvaux, nous avons publié deux articles dans l’Atlas : le premier, dans la rubrique « Le Grand Caire », sur le système de ramassage des déchets de la capitale égyptienne ; l’autre, dans la rubrique « Environnement et économie », sur l’économie de recyclage au Caire. Ces travaux sont le fruit de longs terrains individuels et conjoints, menés entre 2009 et 2016. En 2009, nous avons, pour la première fois, travaillé ensemble sur le terrain égyptien. Puis, entre 2014 et 2016, nous avons effectué plusieurs terrains successifs, visant à retracer et décrire les différents maillons de la chaîne de valeur de plusieurs filières de recyclage. Ces recherches ont contribué à l’exposition « Vies d’ordures » en 2017, au Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM) à Marseille. J’étais alors responsable des enquêtes de terrain pour le pavillon Égypte de l’exposition, l’un des trois sites phares de l’exposition.

Continuer la lecture de Atlas de l’Égypte contemporaine

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Masterclass « Environnement, déchets et économies de recyclage dans le Maghreb contemporain »

Jamie Furniss est anthropologue, docteur de l'Université d'Oxford et Lecturer (maître de conférence) à l'Université d'Edimbourg. Depuis mai 2019 il est chercheur permanent à l'IRMC. Son profil complet : ici.

Suite au lancement du programme de recherche de l’anthropologue Jamie Furniss en mai 2019, un cycle de Masterclass a été initié pour l’année 2019-2020. Ces sessions ont commencé en novembre dernier et portent sur la thématique des déchets et des économies de recyclage en Tunisie. Ces séances, à destination d’étudiants de master des universités partenaires de l’IRMC, associent séminaire de recherche et sortie de terrain avec des professionnels.

© Jamie Furniss

Le projet coordonné par le chercheur en anthropologie Jamie Furniss, porte sur les représentations, les pratiques et les techniques liées à la production et à la prise en charge des déchets. Il aspire à utiliser l’objet des déchets comme entrée thématique et heuristique pour rendre la crise écologique accessible méthodologiquement et intellectuellement, ainsi que pour penser l’emboîtement des questions écologiques dans d’autres enjeux, économiques, politiques et sociaux, auxquels fait face aujourd’hui cette région (cf. La Lettre de l’IRMC, n°24).

Le lancement de ce projet a permis la création d’une « Masterclass itinérante ». Elle consiste en une journée de formation destinée à un public d’initiés. La journée s’organise autour d’un séminaire de recherche en matinée et d’une sortie de terrain l’après-midi. Le site de la sortie et le thème de la conférence sont choisis pour s’éclairer mutuellement et pour donner, au fil des différentes séances de l’année 2019/2020, un panorama des enjeux, acteurs et questions qui se posent au sujet des déchets et des économies de recyclage en Tunisie et dans la région. Les propos théoriques et comparatifs du séminaire permettent de mieux appréhender le terrain visité, et vice-versa : le terrain donne à voir — interroge de manière critique — les arguments académiques à la lumière des réalités tunisiennes contemporaines.

Ayant pris son parti d’organiser la majorité des séances hors de la capitale, la Masterclass a permis de toucher une centaine de personnes dans les régions de Sousse/Monastir, Sbeïtla et Sfax au cours de l’automne et, ce faisant, de forger des liens institutionnels inédits entre l’IRMC et l’École Nationale d’Ingénieurs de Sfax et l’Institut Supérieur d’Administration des Affaires de Sfax. Le choix d’écoles d’ingénieurs, de gestion et d’affaires est indispensable au projet, puisque l’un des objectifs est de convaincre de la nécessité de comprendre et de tenir compte des dimensions sociales, économiques et historiques – et pas seulement techniques – dans l’approche des déchets, du recyclage et de l’environnement.

La Masterclass a par ailleurs permis de renforcer les liens existants avec la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Sousse où elle a touché un public d’étudiants en géographie et en anthropologie. Enfin, elle a joué un rôle dans la valorisation du travail des chercheurs de l’IRMC, notamment de Jamie Furniss, auprès de divers partenaires et collaborateurs, parmi lesquels le Forum Tunisien des Droits Économiques et Sociaux (FTDES), l’Agence Nationale de Gestion des Déchets (ANGED) et l’Institut Maghrébin du Développement Durable (IMDeD), dont le soutien a été indispensable au bon déroulement des sorties de terrain.

Sortie de terrain du 6 novembre 2019 avec les étudiants de Sousse © Jamie Furniss

 

Ce dispositif a reçu un accueil très favorable de la part des partenaires et surtout des étudiants car il permet de les former aux méthodes de recherche de terrain ainsi que de créer une passerelle terrain-théorie. Le succès était tel que des difficultés logistiques se sont posées. À Sfax, par exemple, la matinée était ouverte à l’ensemble d’un groupe d’étudiants en master en économie de l’énergie et développement durable. Initialement, la sortie de terrain n’était réservée qu’à celles et ceux qui entamaient leur projet de fin d’études, et ce, en raison du nombre limité de places dans le bus (30 seulement). Mais, tellement enthousiasmés par la matinée, tous ont souhaité y participer. Face à un tel engouement, la coordinatrice du programme de master et ses collègues ont accepté d’emmener certains étudiants dans leurs voitures personnelles, permettant finalement à tous d’y participer.

Masterclass du 6 novembre 2019 à l’Université de Sousse © Jamie Furniss

 

Les sorties de terrain ont permis de visiter des décharges réglementées et non-réglementées, ainsi que des centres de collecte et de tri du plastique, des entreprises de recyclage et de retransformation du plastique. Lors des visites, ce sont les acteurs eux-mêmes qui prennent la parole pour présenter leur métier et leurs difficultés aux étudiants, et pour répondre à leurs questions. En permettant aux participants de se rendre compte des différentes étapes de la chaîne de valeur et de mieux comprendre les conditions dans lesquelles une circularité des ressources est réellement possible, la Masterclass donne à voir le dynamisme et l’efficacité de certaines initiatives et pas seulement les problèmes persistants. Plusieurs étudiants ont exprimé lors des visites le souhait d’effectuer des stages de fin d’études au sein des organisations partenaires de la Masterclass, notamment l’ANGED. Elle a donc atteint son objectif principal : encourager les étudiants à aller plus loin et à s’impliquer davantage dans les sujets abordés.

La Masterclass continue en 2020. Suivez son actualité sur Twitter et Facebook ainsi que dans la Lettre de l’IRMC (informations et images des sorties).

Article initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°25, octobre – décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Environnement, déchets et économies de recyclage dans le Maghreb contemporain

Jamie Furniss est anthropologue, Maître de conférence à l'Université d'Edimbourg, chercheur MEAE à l'IRMC depuis mai 2019. Retrouvez son profil complet ici.

« Lecturer » (Maître de conférences) en anthropologie à l’Université
d’Edimbourg, j’ai rejoint l’IRMC en mai 2019. Depuis ma thèse en développement international qui abordait les conceptions du « développement » et les pratiques de sa mise en œuvre à travers le
cas des ramasseurs-recycleurs de déchets informels au Caire, mes recherches portent principalement sur les questions de développement, d’environnement et d’économie, abordées par l’entrée thématique des déchets. J’étudie, principalement sur le terrain égyptien, les représentations, les pratiques et les
circulations transnationales des déchets depuis 10 ans.

Persuadé de l’importance concrète ainsi que de l’intérêt disciplinaire du sujet de l’environnement, et en particulier des déchets et du recyclage, au Maghreb, mon objectif pour les années à venir est
d’ouvrir un nouveau chantier de recherche, à partir de la Tunisie, sur
« Environnement, déchets et économies de recyclage dans le Maghreb contemporain ». Les déchets fournissent une entrée concrète pour étudier comment la crise écologique contemporaine est vécue dans la région du Maghreb et la manière dont la région
s’inscrit dans cette problématique actuellement au premier plan de l’agenda international. La pertinence des déchets ne se limite pas aux enjeux écologiques, car ils constituent également une porte
d’entrée pour aborder les questions économiques, politiques et sociales qu’ils donnent à voir.

Mon projet se décline en deux principaux axes, dont le premier consiste en des enquêtes ethnographiques sur les filières de recyclage.

L’économie circulaire qui existait déjà

Afin de circonscrire le terrain et de poser un chantier réalisable, mon
objectif ici est de retracer une ou éventuellement deux filière(s) de
recyclage afin de mettre en lumière leurs lieux, acteurs et techniques. Les facteurs qui contribuent à l’émergence et à la
structuration d’une « filière » (« suite de personnes en rapport les unes avec les autres, servant d’intermédiaires à une activité ») sont en soi intéressants et complexes, ils mériteraient de faire l’objet d’une réflexion plus ample. Par exemple faut-il considérer que les
déchets ménagers constituent une filière et les déchets industriels une autre ? Faut-il considérer que les déchets traités par le secteur public, le secteur privé sous contrat de délégation et le secteur
privé dit « informel » constituent trois filières différentes ?

Ma préconisation est de définir les filières en fonction des matières, en distinguant la filière du plastique, celle du métal, celle des fripes, etc. Je fais ce choix pour plusieurs raisons. Premièrement, il s’agit d’une définition ethnographique, c’est-à-dire qui correspond à l’expérience du métier des recycleurs plutôt qu’un système ou une
théorie. Deuxièmement, un des partis pris du projet est d’étudier l’« économie circulaire qui existait déjà ». Cette décision se justifie, sur le plan disciplinaire, par le fait que l’étude des « économies circulaires réellement existantes » permet d’apporter des
éléments de réponse à une question économique et écologique primordiale, à savoir : sous quelles conditions une circularité des matières et des ressources est-elle possible ? L’étude de ces
« success-stories » permet également de problématiser l’idée que les pays des « Suds » suffoquent sous les immondices et les détritus, alors que les pays de la rive « Nord » de la Méditerranée auraient réglé le problème à travers une maîtrise technicienne des déchets. Un grand nombre des acteurs les plus innovants de ce qu’on peut appeler l’économie circulaire n’ont pas attendu la création de
cette étiquette pour se lancer. Ces recherches permettent en même temps de critiquer la notion d’économie circulaire, car il ne suffit pas de l’« inventer » ou de la nommer pour la créer. Il existe des contraintes géographiques, politiques, économiques et matérielles qui rendent possible ou impossible la circularité des matières dans des conjonctures précises.

La ferraille et le plastique semblent être les meilleurs choix dans ce contexte. Malheureusement le verre et le carton (pour prendre deux autres exemples de matières très répandues) ne semblent pas avoir donné naissance, en Tunisie, à des « économies circulaires » extrêmement développées. Les déchets de démolition constituent de toute évidence un problème de politique publique majeur en Tunisie car ceux-ci ne sont presque jamais déposés dans les décharges. Le manque de circularité au sein de ces filières incite à les enlever de mon enquête, sans nier l’importance du problème. La fripe est un sujet de très grand intérêt en Tunisie qui fait l’objet
d’enquêtes de la part d’autres chercheurs. Si elle permet, entre autre, de donner à voir l’interconnexion des flux mondiaux liés à la consommation, elle ne touche à mon sens qu’indirectement à la crise écologique, que je souhaite mettre au cœur de mon projet.

Ma manière de concevoir les filières dans le cadre de ce projet met donc au premier plan la « matérialité » des déchets. Celle-ci détermine leur recyclabilité à travers des facteurs comme les prix au kilo (et donc l’incitation économique à les recycler), les procédés techniques nécessaires (tri, lavage, fonte, etc.) et les cadres
réglementaires spécifiques (e.g. monopole d’État sur l’achat de la
ferraille). La discipline anthropologique envisage souvent la réalité comme une construction sociale malléable, sans essence ou noyau irréductible. Cette épistémologie reste importante dans le deuxième axe de mon projet orienté vers le déchiffrage des comportements, par exemple, à travers l’étude des conceptions de catégories comme
« environnement » ou « pollution ». Mais je suis persuadé que les caractères objectifs, tangibles et incontestables de différentes substances sont un facteur prépondérant pour le recyclage. L’épreuve du terrain le confirme puisque les économies de recyclage sont presque toujours structurées autour de matières et l’action la plus centrale pour le recyclage est la séparation selon le type de matière.

Quel « type » de problème constituent les déchets ?

Le deuxième axe de mon programme s’adresse à la spécificité, la variabilité socioculturelle et historique des catégories d’« environnement » et de « pollution », autour desquelles les
communautés internationales cherchent actuellement à se mobiliser. Le caractère « environnemental » de la crise des
déchets doit être, à mon sens, une question empirique plutôt qu’un acquis conceptuel. Mon postulat, autrement dit, est que les catégories d’« environnement » et de « pollution » ainsi que les « imaginaires environnementaux » s’emboîtent dans des registres éthiques, moraux, esthétiques et politiques spécifiques au contexte.

M’abstenant de réflexions sur le fait que le pays est « sale » en raison de la « mentalité » des Tunisiens et le manque de conscience environnementale, je considère qu’il est nécessaire dans cet axe du projet d’adopter une posture relativiste à l’égard à la fois du caractère du problème posé par les déchets et des éventuelles nuances qualitatives du concept environnement. Les accumulations de déchets dans l’espace public et les plastiques le long du littoral en
Tunisie sont une réalité indéniable, mais comment cette réalité est-elle comprise par les Tunisiens ? Il peut être utile de se rappeler dans ce contexte que si les déchets ont toujours posé problème (sanitaire à l’époque de la théorie miasmatique, de rareté des ressources, etc.), les sociétés euro-américaines ne les conçoivent pas comme un problème environnemental avant les années 1970.

J’espère donc pouvoir trouver d’autres sources, par exemple dans les manuels scolaires de géographie et d’éducation civique notamment, dans les archives autour de la création du ministère de l’Environnement tunisien, ou dans le syllabus obligatoire sur les « droits de l’Homme » durant l’époque de Ben Ali.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°24, bulletin trimestriel mai-septembre 2019, parue en octobre 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook