Archives par mot-clé : covid19

Confinement et crise du covid-19 : repenser notre rapport au pubLic

Manon Rousselle
Chargée de projets scientifique et de valorisation de la recherche à l'IRMC

La période de confinement et de distanciation physique provoquée par l’épidémie mondiale de Covid-19 nous a poussés à repenser nos activités et notre rapport au public (chercheurs, étudiants, doctorants, avertis ou néophytes). Si nos événements, à l’IRMC, ont dû, pour la plupart, être annulés ou reportés, nous avons souhaité maintenir le dialogue avec notre communauté.
L’époque a ceci d’avantageux que les réseaux sociaux, les applications et l’ensemble des derniers outils techniques, permettent de réinventer la valorisation de la recherche et la rendre plus visible. Une simple connexion internet suffit aujourd’hui pour avoir accès à ces ressources.

* * *

لقد دفعتنا فترة الحجر الصحي و التباعد الجسدي الناجمة عن وباءكوفید-19 العالمي إلى إعادة التفكیر في أنشطتنا وعلاقتنا بالآخرین (باحثین، طلبة، طلبة دكتوراه، من ذوي الخبرة أو المبتدئین). إذا كان لابد لنا بمعھد البحوث المغاربیة المعاصرة، من إلغاء أو تأجیل معظم أنشطتنا، فقد أردنا الحفاظ على الحوار مع مجتمعنا. لھذه الفترة مزایا شبكات التواصل الاجتماعي والتطبیقات وجمیع أحدث التقنیات التي تجعل من الممكن إعادة تثمین البحوث و إبرازھا. یكفي الیوم الحصول على ربط بشبكة الأنترنت للوصول إلى ھذه الموار 

* * *

The period of time of lockdown and physical distancing provoked by the worldwide Covid-19 epidemy has force us to rethink our activities and our relations to our audience (researchers, scholars, students, young researchers, informed or novice). Our events, at the institute, had to be cancelled or postponed, for most of them. Nevertheless, we wished to
maintain the discussion with our community. Our time is deeply advanced on communication tools such as social networks and apps.
All those tools allow us to reinvent the research promotion and even to
make it more visible. Nowadays, a simple Internet connection is enough to have an open access to most of the resources. Continuer la lecture de Confinement et crise du covid-19 : repenser notre rapport au pubLic

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vivre au temps du COVID-19. chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la tunisie

Ouvrage sous la direction de Oissila Saaidia, aux éditions IRMC-Nirvana.

VIVRE AU TEMPS DU COVID-19
Chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la Tunisie

Le dimanche 22 mars 2020, le confinement entre en vigueur en Tunisie ; le lundi 4 mai, la phase du déconfinement débute. Entre ces deux dates, la société tunisienne a vécu une expérience unique, à l’instar d’autres pays à travers le monde.
C’est dans ce contexte que des chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS), de l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC / USR 3077, CNRS), se lancent dans un projet inédit, celui de réfléchir ensemble sur les incidences sociétales de cette crise dont ils sont partie prenante car ils vivent en Tunisie. Ce
livre collectif est un document unique sur la vie au temps du coronavirus car il a été rédigé par dix chercheurs de différentes disciplines, à partir d’un même objet, dans un laps de temps identique et depuis un même lieu géographique.
Cet ouvrage – le premier en SHS sur le Covid-19 publié par des universitaires francophones – livre des clés de lecture pour saisir la complexité d’un événement protéiforme et d’ampleur planétaire. L’analyse s’appuie sur le terrain tunisien même si sa portée dépasse la seule Tunisie car les thématiques abordées font immanquablement écho à des situations vécues dans d’autres sociétés à travers le monde.
Rédigés sous forme de chronique, ces textes mettent, notamment, en exergue un constat : cette crise planétaire est un révélateur, un accélérateur, un catalyseur de dysfonctionnements qui remontent aux années 1980, au moment de la bascule du monde vers un néo-libéralisme économique visant la dérégulation des échanges.
En ce sens, le Covid-19 n’invente rien, ne change rien, ne modifie rien mais il aggrave, renforce et amplifie les faiblesses des sociétés travaillées par les inégalités.
En d’autres termes, l’ouvrage propose des pistes pour nourrir la réflexion et enrichir le débat.

 


Sommaire


Présentation des contributeurs…………………………………………….. 9
Introduction : Le monde, la Tunisie, le Covid-19 et le chercheur
Oissila Saaidia…………………………………………………………………… 13

Première partie. Avril………………………………………………………. 19
Être chercheur au temps du coronavirus :
« le retour à la vraie vie » ?
Oissila Saaidia…………………………………………………………………… 21
Suspendue entre Berlin et Tunis : une chercheure tunisienne
témoigne
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 25
Le confinement comme intensificateur des situations
de vulnérabilité
Marta Luceño Moreno ………………………………………………………. 29
La société civile en Tunisie face au Covid-19 : le cas de la
mobilisation spontanée des jeunes des villes de l’intérieur
Marouen Taleb …………………………………………………………………. 33
Ramassage des déchets et recyclage en période de confinement :
incidences de la distinction entre activités « essentielles » et « non
essentielles »
Jamie Furniss…………………………………………………………………….. 37
Public / Privé au temps du confinement : le corps dansant en live
Monia Lachheb…………………………………………………………………. 41
Des circulations ignorées aux écosystèmes discrets :
secteur privé de santé et patientèle étrangère en Tunisie
Betty Rouland ………………………………………………………………….. 45
L’inégalité d’accès au savoir en temps de confinement :
petites histoires d’une « continuité pédagogique » improbable
Marta Luceño Moreno ……………………………………………………… 49
Les salarié-e-s du secteur privé face aux mesures de confinement
Mohamed Slim Ben Youssef ………………………………………………. 53
Où est passée la semoule ? Lecture de l’interventionnisme
étatique en Tunisie mis à mal par la crise du Covid-19
Marouen Taleb …………………………………………………………………. 57

Deuxième partie. Mai ………………………………………………………. 63
Le Covid-19, un outil multiforme : usages religieux et politiques
des pandémies
Jamie Furniss…………………………………………………………………….. 65
L’autre pandémie, les inégalités de genre
Marta Luceño Moreno ………………………………………………………. 69
De la condition de migrant immobilisé au temps du Covid-19
en Tunisie
Betty Rouland…………………………………………………………………… 75
Corps infecté ou la mort affectée au temps du coronavirus
Monia Lachheb…………………………………………………………………. 81
Se souvenir de 2011
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 85
L’économie repolitisée : propositions contradictoires et
alternatives politiques sur la sortie de crise en Tunisie
Mohamed Slim Ben Youssef ………………………………………………. 91
Science en situation. Réflexions autour de la recherche
tunisienne
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 95
Les inégalités de sexes en période de confinement : sociabilité
sur la toile et mobilisation contre les violences
Khaoula Matri ……………………………………………………………….. 101
La moralisation du Covid-19
Jamie Furniss…………………………………………………………………… 107
Les sexualités ou les oubliées du coronavirus
Monia Lachheb……………………………………………………………….. 111
Bas les masques : inégalités au temps du Covid-19
Betty Rouland…………………………………………………………………. 115

Conclusion
Oissila Saaidia…………………………………………………………………. 121

Annexes…………………………………………………………………………. 123
Chronologie mondiale de la pandémie
Claude Prudhomme………………………………………………………… 125
Chronologie Tunisie
Khaled Jomni………………………………………………………………….. 143
Trois stratégies nationales pour sortir du confinement
au 19 mai 2020
Claude Prudhomme………………………………………………………… 181

Présentation des contributeurs

Bendana Kmar est Professeure émérite d’histoire contemporaine
à l’Université de La Manouba et chercheure associée à l’IRMC.
Historienne de la culture et de la vie intellectuelle en Tunisie (XIXe
et XXe siècles), ses travaux portent sur l’histoire des revues, du
cinéma et sur les conditions de production du savoir en Tunisie.
Elle anime, depuis 2011, un carnet de recherche intitulé Histoire
et Culture dans la Tunisie Contemporaine (hctc.hypotheses.org).

Ben Youssef Mohamed Slim est doctorant en sociologie
politique à l’IEP d’Aix-en-Provence et boursier d’aide à la
mobilité internationale à l’IRMC. Ses recherches portent sur les
transformations de l’organisation du travail, le syndicalisme et les
politisations ouvrières dans la Tunisie post-2011. Dernier article
publié : « Tunisie. Qui paie le prix du coronavirus ? », Orient XXI,
en ligne.

Furniss Jamie, docteur en développement international de
l’Université d’Oxford, est Lecturer (maître de conférences) en
anthropologie sociale à l’Université d’Édimbourg. Il a rejoint
l’IRMC en 2019 et dirige le projet « Environnement, déchets et
économies de recyclage dans le Maghreb contemporain ». Parmi
ses publications : «What type of problem is waste in Egypt», Social
Anthropology (2017).

Jomni Khaled est documentaliste à l’IRMC.

Lachheb Monia est sociologue, chercheure détachée de l’Université
tunisienne, à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain.
Ses travaux s’inscrivent dans le champ de la sociologie du corps et des sexualités. Les études de genre relèvent aussi de ses champs de recherche. À côté de plusieurs articles académiques, des ouvrages collectifs sont parus sous sa direction dont le dernier est Transgresser au Maghreb. La normalité et ses dépassements, Paris, Karthala, 2018.

Luceño Moreno Marta est docteure en communication et information, chercheure associée à l’IRMC. Ses recherches portent sur des thématiques associées au genre, à la visibilité de la diversité sexuelle et de genre en Tunisie, avec une approche féministe intersectionelle décoloniale. Parmi ses publications récentes : « Des munaqabas aux Femen : le (dé)voilement du corps féminin comme problème public dans la période de la transition tunisienne », in Zahi F., Rhani Z. (dir.), Politiques du corps, Publications de l’IURS, 2019.

Matri Khaoula, docteure en sociologie de l’Université de Tunis et de
l’Université Paris V-Descartes, est Maître-Assistante à l’Université
de Sousse et chercheure associée à l’IRMC. Ces travaux portent sur la violence contre les femmes, la question du corps, du voile et des normes sociales. Dernier ouvrage publié : Le port du voile au Maghreb, l’exemple tunisien, Fondation du Roi Abdul-Aziz, Casablanca, 2015.

Prudhomme Claude est Professeur des Universités honoraire en histoire contemporaine de l’Université Lyon 2.

Rouland Betty, docteure en géographie, est actuellement chercheure à l’IRMC. Dans le cadre de son programme «  Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ? », elle a codirigé un projet de recherche sur la santé reproductive transfrontalière dans le Maghreb (Hef.so, Lausanne) et est membre de trois autres projets financés par la MSH en Bretagne, l’AFD et ANR DFG.

Saaidia Oissila, agrégée de l’Université en Histoire et licenciée en arabe, est Professeur des Universités en histoire contemporaine (Lyon 2). Elle s’intéresse aux enjeux religieux de part et d’autre de la Méditerranée. Elle dirige l’IRMC depuis septembre 2017. Dernier ouvrage publié L’Algérie catholique XIXe -XXIe siècles, Une histoire de l’Église catholique en Algérie, Éditions du CNRS, Paris, 2018, Prix d’histoire Diane PotierBoès de l’Académie française (2019).

Taleb Marouen, chercheur post-doctorant à l’IRMC, est docteur
en urbanisme et aménagement du territoire. Ses recherches portent
sur les modèles de gouvernance territoriale et de développement au
Maghreb. Parmi ses publications récentes : Gana Alia et Marouen Taleb, « Mobilisations foncières en Tunisie : révélateur des paradoxes de l’après « révolution » », Confluences Méditerranée, vol. 108, no 1, 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Tunisie. Qui paie le prix du coronavirus ?

Mohamed Slim Ben Youssef
Doctorant en sociologie politique rattaché à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC). Ses recherches portent sur les mobilisations au travail en Tunisie après le soulèvement de 2011.

Le confinement général que vit la Tunisie face à la pandémie du coronavirus, et qui vient d’être prolongé jusqu’au 3 mai, accentue dans la population les inégalités face au coût social d’une telle situation. Mais il fait également émerger des modes de résistance de la part des salariés et des précaires.

Officiellement, la pandémie se déclare en Tunisie le 2 mars 2020. Une série de mesures est prise pour freiner la propagation du coronavirus. Le 20 mars, le président Kaïs Saïed annonce un confinement général accompagné de l’interdiction des déplacements entre les villes. Cette décision suppose la capacité, pourtant inégalement distribuée, d’en supporter le coût, et cette capacité risque de faire défaut lorsqu’on (sur)vit par son travail. Si le recours au télétravail a été possible dans certains secteurs, il est loin d’être généralisable dans un pays où une grande partie de la population active est précaire.

Lors d’une allocution télévisée le 21 mars, le chef du gouvernement Elyes Fakhfakh annonce un dispositif de mesures sociales ayant trois objectifs : le premier est de ne laisser aucun Tunisien dans le besoin, le deuxième de ne perdre aucun emploi, et le troisième de ne voir disparaître aucune entreprise économique, et d’en préparer la relance une fois cette crise révolue.

LES TRAVAILLEURS DU SYSTÈME INFORMEL EXCLUS

Les mesures annoncées incluent une ligne de financement de 300 millions de dinars (96 millions d’euros) pour les travailleurs mis au chômage technique, de 150 millions de dinars (48 millions d’euros) à des aides sociales pour les couches précaires et à faible revenu, et le report du remboursement des crédits bancaires pour les salariés dont le revenu ne dépasse pas 1 000 dinars (319 euros).

Ce dispositif a certes été complété et élargi par la suite, notamment par l’augmentation des budgets alloués. Lors d’un entretien télévisé diffusé en direct le 19 avril, le chef du gouvernement a annoncé une deuxième vague d’aides financières à l’adresse des familles et des retraités les plus démunis, à l’occasion du ramadan (qui commencera le 23 ou le 24 avril). Pour autant, ces mesures demeurent insuffisantes. Ainsi, Leyla Riahi, membre du groupe de travail pour la souveraineté alimentaire en pointe le caractère inégalitaire sur les réseaux sociaux. Il en va ainsi notamment de l’exclusion de pans entiers de la population active, dont les travailleurs du secteur informel, c’est-à-dire plus de la moitié de l’économie tunisienne, les journaliers, les intérimaires et les salariés sous le régime du contrat d’initiation à la vie professionnelle (CIVP).

Ces catégories sont d’autant plus marginalisées qu’elles peinent parfois à se faire reconnaître comme telles par l’administration publique. En effet, nombreuses sont les personnes sans revenu stable qui ne sont pas recensées par les autorités, peinant donc à prouver leur statut de précaires au moment où elles demandent les subventions. Des reportages télévisés montrent des foules compactes dans leur quête des aides étatiques, se perdant dans le dédale administratif tunisien. Sur l’une de ces vidéos, une femme déplore : « Concernant le formulaire, je vais aux affaires sociales qui me renvoient à la délégation, qui encore me renvoie au cheikh… Chez le cheikh, rien ! Et entre temps, nous, on meurt de faim ! »

Autre problème, la pénurie des produits alimentaires de première nécessité. Les raisons de cette pénurie ne se réduisent pas à des achats compulsifs concomitants de la panique observée partout dans le monde. En Tunisie, la spéculation est aussi une cause importante de ce problème. Dans son allocution du 21 mars, Fakhfakh a ainsi annoncé des poursuites judiciaires à l’encontre des spéculateurs, qualifiés de « criminels de guerre » dans la terminologie officielle.

Pour autant, la solution pénale, seule, n’est pas à la hauteur de l’enjeu. La distribution de la semoule et d’autres biens d’importance vitale demeure largement inégalitaire. En effet, si les grandes villes littorales, notamment Tunis, connaissent un approvisionnement alimentaire plus ou moins normal, c’est loin d’être le cas pour les agglomérations, quartiers et bourgs périphériques, aux marges du circuit d’approvisionnement. Dans les régions paupérisées, des scènes filmées en vidéo et relayées par les réseaux sociaux révèlent au grand jour la misère sociale d’une population qui peine à se ravitailler. On y voit des habitants des quartiers populaires et des territoires périphériques du centre ouest du pays en foules compactes, se bousculant pour récupérer de la semoule. Dans les bourgs frontaliers du nord-ouest, dépendants du circuit d’approvisionnement des villes voisines, l’isolement imposé par la restriction des déplacements s’est traduit par un manque de denrées alimentaires, ce qui a motivé des mouvements protestataires. Au moment où le Liban connaît des « protestations de la faim », des dizaines de citoyens contestent collectivement les pénuries alimentaires dans le quartier populaire de Hay Intilaka à Tunis.

« NOS VIES VALENT MIEUX QUE LEURS PROFITS »

Parmi les salariés, l’application des mesures de confinement est problématique. En effet, à l’annonce du confinement total, le gouvernement a décidé la suspension de toutes les activités « non essentielles ». « 1,5 million de Tunisiens travaillera pour les 10 millions restants », avait alors déclaré Fakhfakh. Pour autant, des milliers de salariés de secteurs pourtant « non essentiels » se trouvent contraints de continuer à se rendre sur leur lieu de travail. Bravant les mesures de confinement annoncées, trop nombreuses sont les entreprises à avoir imposé à leurs employés la continuation de la production, moyennant des menaces de non-versement des salaires, voire de licenciement. C’est le cas de nombreux centres d’appels : des milliers de téléconseillers sont invités à maintenir leur présence dans les lieux de travail. Car, si certains grands centres ont pu, en accord avec les syndicats, mettre en place un dispositif de télétravail, d’autres ont continué à exiger la présence de leurs salariés.

Ces entreprises offshore, dont les services sont destinés très majoritairement au marché français, bénéficient d’une politique fiscale très avantageuse et de la plus-value que génère une main d’œuvre qualifiée et beaucoup moins coûteuse qu’en Europe. Employant plus de 30 000 personnes, ce secteur symptomatique de l’extraversion de l’économie tunisienne demeure pourtant faiblement syndiqué. En exigeant de leurs « téléconseillers » qu’ils continuent à assurer la sous-traitance du service après-vente et de l’assistance technique pour des marchés non tunisiens, ces entreprises bravent les mesures de confinement sans vraiment répondre à des besoins internes.

D’autres entreprises du secteur industriel privé, comme des biscuiteries, des usines de sous-traitance, et des filiales-ateliers de multinationales, notamment de l’industrie automobile tentent également d’imposer le maintien de leur routine productive.

Face à ces injonctions au travail, une résistance est tant bien que mal organisée par ces travailleurs et leurs représentants syndicaux sur les réseaux sociaux. Dans un communiqué de l’alliance syndicale internationale des centres d’appels dont l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) est cosignataire, le slogan « Nos vies valent mieux que leurs profits » est érigé en titre. Ali Ourak, le secrétaire général de la fédération générale de la technologie de l’information et des services de l’UGTT combat ces pratiques dans les centres d’appels.

LE PATRONAT CONTESTÉ

Alternant négociation, dénonciation publique des entreprises contrevenantes et appels à intervention au gouvernement, cette lutte a jusqu’ici réussi, non sans difficulté, à imposer le confinement à certains centres initialement récalcitrants. Les salariés de ce secteur ont, de leur côté, créé un groupe Facebook sur lequel on relaie, dévoile et dénonce les entreprises qui bravent le confinement total. Plus largement, la page Balance ton covid patronal créée par un groupe de syndicalistes et de militants de la société civile relaie les témoignages de travailleurs en proie aux intimidations, appels à la délation et menaces de licenciement de leur hiérarchie.

Dans une audition parlement datant du 17 mars, le ministre des finances Mohamed Nizar Yaiche annonce des déductions fiscales pour les entreprises privées contributrices au fonds 1818 créé pour faire face à la crise sanitaire. Or, la contribution de ces entreprises a été largement considérée comme modeste, de l’aveu même du chef du gouvernement Elyes Fakhfakh, au vu de ce que peuvent les grandes fortunes du pays. Dans son allocution du 21 mars, il a envisagé des « mesures unilatérales » à l’égard des grandes entreprises nationales qui se montrent peu généreuses dans la crise. À ce jour, l’acte n’a pas encore rejoint la parole.

De son côté, Samir Majoul, chef de l’organisation patronale du pays, se montre « préoccupé » par ce qu’il appelle « une phase de pré-nationalisation ». Le 25 mars, il déclare sur une chaîné télévisée privée que les entreprises ne peuvent pas payer à la fois les salaires, les impôts et les cotisations sociales. Le 15 avril, l’organisation patronale revient sur un accord signé la veille avec l’UGTT, garantissant le versement des salaires du mois d’avril pour les salariés du secteur privé. Dans un communiqué publié en cette date, l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica) s’est attiré les foudres des syndicalistes et de plusieurs militant.es sur les réseaux sociaux en déclarant être seulement disposée à transformer l’arrêt de travail imposé par le confinement en congé payé.

Or, depuis le début de cette crise sanitaire, les prises de position publiques du patronat ont été fortement contestées. Walid Besbes, contributeur du blog indépendant Nawaat, pointe, dans un article publié le 3 avril, la faiblesse de la contribution économique et fiscale du secteur privé. La captation de la valeur ajoutée du pays par quelques banques et entreprises privées, de fait en situation d’oligopole sous la coupe d’une minorité richissime, est ainsi fortement contestée.

Cette contestation vient même « d’en haut ». En marge de la réunion du conseil de sécurité nationale du 31 mars, le président de la République prononce un discours où il appelle le gouvernement à « prendre l’argent là où il est ». Rappelant des mesures de redistribution qu’il avait proposées lors de sa campagne électorale, Kaïs Saïd préconise de faire une liste des hommes d’affaires les plus corrompus en les obligeant à financer des projets d’infrastructure dans les régions les plus lésées.

UN « MODÈLE DE DÉVELOPPEMENT » DANS L’IMPASSE

Sur un autre plan, le spectre des répercussions socio-économiques de la crise sanitaire hante le débat politique tunisien dès les premières mesures de confinement. Pour le gouvernement comme pour ses opposants, le coronavirus révèle les dysfonctionnements du « modèle de développement », et des services publics fortement détériorés sous l’effet des politiques austéritaires imposées par les bailleurs de fonds internationaux. Néanmoins, la manière d’aborder cette situation est politiquement différenciée. Dans son audition au parlement, le ministre des finances avait souligné l’importance de la crise financière du pays, aggravée selon lui par la baisse anticipée des recettes fiscales et les dépenses exceptionnelles imposées par la situation sanitaire. Et il avait insisté sur la nécessité impérieuse de réformes structurelles : réforme de la méthode comptable des dépenses publiques, restructuration des entreprises publiques déficitaires, intégration du secteur informel.

Au même moment, des propositions alternatives ont été formulées, notamment à gauche. Il en va ainsi pour Hamma Hammami, figure historique de la gauche radicale. Dans une lettre ouverte au président de la République, il propose une série de mesures économiques, dont un impôt exceptionnel sur les grands bénéfices, un moratoire sur la dette publique extérieure et la suspension du transfert des bénéfices annuelles des entreprises étrangères établies sur le territoire tunisien.

Par ailleurs, dans un article paru le 7 avril sur Nawaat, Layla Riahi préconise des mesures qu’elle considère comme les « piliers d’une économie souveraine ». La mise en place d’une telle économie passerait notamment par la pleine reconnaissance de l’économie « informelle » et son intégration dans le système de sécurité sociale du pays, mais aussi par le sauvetage du secteur agricole. Selon elle, « soutenir la production revient opérationnellement à libérer de la trésorerie pour les producteurs par un moratoire sur les dettes agricoles et auprès de la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG), (particulièrement les Groupements de développement agricole), à revoir le prix des céréales et à fixer les prix des produits frais au niveau de l’exploitation, en garantissant une marge suffisante au producteur et enfin, à revoir la stratégie d’encouragement à l’investissement en misant sur le marché local et l’agriculture vivrière. »

En attendant, quoique l’action publique ait été plutôt préventive et jusque-là plutôt réussie dans la lutte contre la propagation du Covid-19 (879 cas confirmés et 38 décès au 19 avril), elle aura à affronter des contraintes plus importantes dans les semaines qui viennent. Or, la mobilisation des ressources matérielles nécessaires pour y faire face demande beaucoup plus que du volontarisme étatique. Au bout d’un moment, il va falloir faire des choix politiques tranchés, notamment sur les questions de la redistribution et de la dette publique.

Article initialement publié sur Orient XXI le 21 avril 2020 : https://orientxxi.info/magazine/tunisie-qui-paie-le-prix-du-coronavirus,3784

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

COVID-19 : Vue de tunisie

Kmar Bendana
Chercheuse associée à l'IRMC en Histoire contemporaine
ISHTC - Université de La Manouba

Tunis, le 6 avril 2020

Comme beaucoup de gens, j’ai mis du temps pour assimiler ce qui nous arrive et pour prendre conscience de l’ampleur humaine de l’expérience de l’épidémie du Corona. Vue de Tunisie, la crise bouscule l’actualité politique et suscite une série de débats qui, touchant à des questions politiques fondamentales (information, communication, santé publique), secouent une « transition » enlisée depuis des années dans des contradictions et des impasses.

Internet : pile et face

Le web permet de décréter la pandémie mondiale et de généraliser son nom : COVID-19 (et non plus virus chinois ou de Wuhan, Coronavirus). La Tunisie déclare son premier cas le 2 mars et renforce le 9 mars les mesures publiques prises en février. L’unification de l’information sur le site Covid-19.Tn, l’ouverture d’une plate-forme de dons 18/18 ou encore le « téléthon » organisé par des journalistes le 20 mars (fête de l’Indépendance, passée inaperçue) montrent une mobilisation qui relègue au second plan la façade médiatico-politique cachant l’impréparation du pays. L’Assemblée des Représentants du Peuple, la Présidence de la République, le gouvernement –entré en fonction le 27 février[1]– révèlent leur errance. A côté du Conseil de sécurité nationale, une cellule de crise du Ministère de la santé -en alerte depuis janvier face à la propagation, encore lointaine, du virus- intensifie les communiqués et les actions. Le pouvoir central s’organise et les bilans quotidiens font pressentir les dangers de la fracture régionale et sociale en train de s’exprimer. Avec l’instauration du couvre-feu (19 mars) puis du confinement, (22 mars) on apprend que les Algériens ne « vendrediront » pas pour la première fois depuis plus d’un an et que le Maroc -qui a connu son premier cas le même jour qu’en Tunisie- a décrété l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 20 avril. La carte journalière de l’université Johns Hopkins indique l’apparition de contaminés en Libye. Le 5 avril, sur les 2908 cas des 5 pays du Maghreb (dont 245 décès et 163 guérisons), la Tunisie a déclaré 596 atteints et 22 décès.

Ici comme partout, les mesures de confinement tracent la limite entre ceux qui restent productifs par le télétravail, ceux qui peuvent s’arrêter sans grande perte économique, ceux qui risquent de perdre emploi et salaire et ceux qui sont contraints de travailler à l’extérieur. Je ne parle pas de la population des prisons et des réfugiés qui n’ont le choix de rien. Universitaire à la retraite, je fais partie des privilégiés qui profitent d’Internet et participent à ses effets.

Les réseaux sociaux prennent des airs de Ramadan ou de fêtes, exhibant prouesses culinaires et conseils domestiques et hygiénistes. Nermine Sfar qui danse chaque soir en streaming avec ses admirateurs et les live musicaux, les projections de films et les vidéos éducatives et artistiques prouvent qu’Internet peut être complément de vie, support de culture et vecteur de solidarité.

Dans le milieu de l’enseignement, la « continuité pédagogique » à travers le web divise les rangs, tant que l’année scolaire et universitaire n’était pas menacée. La prolongation du confinement pousse les enseignantEs à bricoler des formules de cours et d’accompagnement diverses, laissant espérer que l’enseignement à distance amène à transformer les méthodes pédagogiques figées, à activer structures et équipements et à aplanir les inégalités des apprenantEs et des enseignantEs face à la technologie.

La santé au centre de la politique

L’exposition de touTEs aux risques du COVID-19 et l’aptitude inégale de chacunE devant la maladie et la mort sont le dénominateur universel de cette crise sanitaire. Si le personnel médical tunisien s’est montré jusque-là efficace dans les décisions de prévention, on attend la formation d’un conseil scientifique nécessaire aux dimensions de la grave crise sociale et économique en cours[2]. Les femmes sont en première ligne du personnel médical et para–médical[3], reflet du système social et des tendances de la spécialisation des diplômes. La réponse sanitaire tunisienne transcende la division public/privé qui mine depuis trois décennies les acquis d’une santé publique qui a augmenté l’espérance de vie, vacciné contre la tuberculose, banalisé l’avortement, diffusé à travers les dispensaires et la radio une culture médicale péri et néo-natale. Les pouvoirs publics sollicitent la conscience citoyenne, surveillent l’application des mesures avec des moyens visiblement peu adaptés[4]. Les déficits de santé publique éclatent au grand jour alors que la Tunisie dispense une médecine qualifiée (soins du corps, procréation médicalement assistée…) pour les voisins maghrébins, d’Europe ou du Sud du Sahara. Le secteur économiquement prospère participe à cliver les bénéficiaires des soins : les cliniques privées se multiplient aux dépens d’un hôpital public en recul[5], les praticiens manquent dans les régions et le nombre des diplômés de la santé qui quittent le pays augmente, faute de recrutements. La médecine libérale se développe de manière rentable mais elle est incapable d’assurer les soins de proximité pour la population. 

L’impératif sanitaire a fouetté le paysage médiatique plombé par des querelles politiciennes : les médecins épidémiologistes, urgentistes, anesthésistes, réanimateurs, biologistes, radiologues, rhumatologues, internistes, les statisticiens (et non les sondeurs d’opinion), les psychologues expliquent, conseillent, orientent les décisions. Nous voulons entendre économistes, démographes, nutritionnistes, urbanistes, agronomes, architectes, géographes et l’ensemble des sciences humaines contemporaines nous éclairer.

Si la crise a mis en évidence la nécessité d’un journalisme scientifique dans la chaîne d’information, la visibilisation forcée du corps médical pourrait inspirer les gestionnaires du pays à s’entourer davantage des compétences scientifiques et des connaissances de terrain afin de traiter la chose publique avec la conscience, aujourd’hui évidente, que l’intérêt général est constitutif de chaque intérêt individuel.

Initialement publié dans Le Quotidien d’Oran, 8 avril 2020,  http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5288659

Cette chronique est également disponible sur le blog de Kmar Bendana : https://hctc.hypotheses.org/2735

 

[1] Après plus de quatre mois d’intérim du gouvernement Youssef Chahed et le rejet du gouvernement Habib Jemli en novembre 2019.

[2] Deux appels ont été publiés. Cf. Nawaat, 30 mars 2020  http://nawaat.org/portail/2020/03/30/lettre-ouverte-au-president-de-la-republique-appel-a-la-constitution-dun-conseil-scientifique-national/ et Leaders, 5 avril 2020  https://www.leaders.com.tn/article/29583-h-kazdaghli-et-h-mellakh-pour-un-haut-comite-scientifique-consultatif-dans-la-lutte-contre-le-covid-19

[3] Cf. le portrait de Nissaf Ben Aleya https://www.leaders.com.tn/article/29596-nissaf-ben-alaya-un-parcours-d-excellence

[4] L’arrivée des aides de l’Etat pose des problèmes logistiques majeurs.

[5] La mort de 12 nourrissons dans une maternité à Tunis en mars 2019 a choqué l’opinion.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Etre chercheur au temps du Coronavirus : « le retour à la vraie vie » ?

Oissila SAAIDIA
Professeur des Universités en Histoire contemporaine
Directrice de l’IRMC

Tunis, le 3 avril 2020

Alors que le confinement est perçu par l’écrasante majorité de la population comme une période extra-ordinaire, dans le sens premier du terme, c’est-à-dire hors de l’ordinaire, il est pour les chercheurs en sciences humaines et sociales un moment qui relève aussi de « la vraie vie » du chercheur. En effet, le temps de la recherche se répartit, dans ses grandes lignes, en deux moments forts : celui de la collecte de l’information et celui de son traitement. Si dans la première étape du travail scientifique, le chercheur est un être social au contact du monde, dans la seconde étape, il se transforme en reclus. Depuis son bureau, il semble alors s’isoler, y compris de ses proches. Ces derniers doivent apprendre à composer avec ce moment de l’enfouissement, ce tournant décisif où ils savent qu’il va devenir difficile de respecter les usages d’une vie « normale », notamment durant les week-end et les vacances, pour entrer dans un espace-temps assez proche du monastère. Le plus souvent retiré dans son bureau, le chercheur classe, analyse, interprète pour construire, donner à lire et à penser le monde. Absorbé par son objectif, il semble imperméable à toute autre préoccupation. 

Et pourtant cette période de confinement volontaire n’est pas un repli sur soi qui met hors de la société. Le chercheur n’écrit pas pour lui-même mais pour proposer une lecture qu’il soumet à la communauté scientifique et dont il espère qu’elle servira bien au-delà. Pour parvenir au but, il est nécessaire de lire (beaucoup) tout en poursuivant un laborieux travail d’écriture mais aussi de favoriser les échanges avec les collègues pour vérifier avec d’autres la pertinence de ses résultats. Paradoxalement, le confinement, quand on lui fixe un cadre et un objectif, devient fécond et la crise sanitaire générée par le Covid-19 se révèle déjà propice à de nouvelles hypothèses et au débat. Le Coronavirus oblige chacun d’entre nous à interroger son propre terrain de recherche et à y puiser des pistes pour essayer de donner plus d’intelligibilité au monde qui nous entoure.

Le géographe sera attentif aux différentes échelles d’analyse mobilisées pour la compréhension de la diffusion d’un virus parti d’un marché chinois en décembre 2019 avant de toucher le monde entier aujourd’hui. Il reviendra aussi sur la question des mobilités et des circulations qui sont au cœur de nos sociétés contemporaines et qu’immanquablement cette crise amènera à reconsidérer. L’historien, de son côté, sera interpellé par le caractère « répétitif » des grandes épidémies, notamment de la peste noire du XIVe siècle à la grippe espagnole de 1918, et ne manquera pas de rappeler cet adage qui lui est cher : « l’histoire ne se répète jamais, mais elle bégaie étrangement ». Il reviendra au politiste de repenser le politique à la lumière d’un événement d’envergure mondiale qui questionne tous les jours le fonctionnement de nos institutions démocratiques. Une des grandes nouveautés de ces dernières années reste la valorisation du  « principe de précaution ». Nos élites dirigeantes ont appris à l’intégrer dans leur discours, mais sans pouvoir échapper à un cruel dilemme, choisir, dans des pays fragilisés, entre santé et paix sociale, protection sanitaire et accès de tous aux biens indispensables. Des choix cornéliens auxquels les dirigeants ne peuvent échapper car il n’est pas possible de penser les uns sans les autres. Quant aux sociologues, leurs analyses sont précieuses pour comprendre l’émergence de nouveaux modes d’être en société et analyser les recompositions en cours que le Covid-19 ne fait qu’exacerber. Comment penser le religieux dans un monde confiné où les lieux de culte ont été très vite fermés car perçus comme des lieux potentiels de grande propagation de la maladie et relevant des activités non essentielles ? Beau paradoxe, dans ce monde de l’incertain, que de considérer ces lieux vécus comme le siège de l’espérance par des milliards d’individus comme ne relevant pas de l’indispensable, sans contestation apparente de la part des fidèles. Mais les faits sociaux ne se résument pas au religieux, ils englobent tous les aspects de l’existence (le sport, la danse, le travail et les loisirs, la contestation sociale etc)… et le rapport à la mort. C’est bien toute notre vie sociale qui est touchée.

Cette crise sanitaire interroge aussi les anthropologues face à un phénomène d’ampleur planétaire qui met en évidence la diversité des réponses apportées pour combattre l’épidémie. Or, l’une des ambitions de l’anthropologie n’est-elle pas de penser l’humanité au-delà des « barrières » politiques, linguistiques, culturelles pour s’intéresser à l’humain dans son « essence » ?  La situation provoquée par le Covid-19 offre une opportunité unique de penser un même objet à l’échelle de toute la planète.

Je pourrai allonger la liste des sciences humaines et sociales, évoquer les effets probables de cette expérience inédite sur la littérature ou la philosophie par exemple. Mais l’objet de cette chronique est seulement de rappeler l’importance du rôle critique joué par les sciences humaines et sociales dans un monde qui semblait définitivement voué aux impératifs de la rentabilité et aux lois du marché. Si mon propos est resté général, dans les jours à venir des exemples précis seront proposés par des chercheurs de l’IRMC pour montrer comment leur spécialité nourrit leur approche de cette vie en mode coronavirus et nous donne à (re)penser notre monde.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook