Archives par mot-clé : coopération

Retour sur la 4ème édition de l’Ecole doctorale itinérante en sciences humaines et sociales Maghreb-Afrique subsaharienne

Manon Rousselle
Chargée de projets scientifique et de valorisation de la recherche à l'IRMC

La 4ème édition de l’école doctorale itinérante en sciences humaines et sociales Maghreb-Afrique subsaharienne s’est déroulée du 9 au 14 septembre 2019, à Sousse, en Tunisie. Elle a réuni autour de la thématique « L’Afrique dans les SHS : regards croisés et approches méthodologiques », une trentaine de doctorants et une quinzaine d’intervenants du Nord et du Sud du Sahara.

Se déroulant au Technopôle de Sousse, dans les locaux du Centre de recherche en micro-électricité et nanotechnologie (CRMN), cette école d’été a été organisée par l’IRMC en partenariat avec le ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), l’Agence française de développement (AFD) et avec le soutien du Centre Jacques-Berque de Rabat, de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), des Services de coopération et d’action culturelle (SCAC) des ambassades de France au Mali, au Burkina Faso, au Niger et au Sénégal, de la représentation de l’Institut de recherche sur le développement (IRD) à Tunis, de la Royal Air Maroc, de l’Université de la Manouba et de la Faculté de droit et de sciences politiques de Sousse.

PRÉSENTATION DE L’ECOLE

Événement scientifique annuel, depuis 2016, l’école doctorale itinérante est destinée aux doctorants en sciences sociales inscrits dans une université ou rattachés à un laboratoire situés dans un pays d’Afrique du Nord ou d’Afrique sub-saharienne. Elle vise à apporter un soutien méthodologique aux doctorants en sciences sociales tout en stimulant la coopération scientifique entre l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique du Nord et l’Europe.

Les sessions, se tenant chaque année dans un pays différent, sont organisées en étroite collaboration avec une équipe de chercheurs de l’université d’accueil. La sélection des participants et le programme sont réalisés en concertation. La réussite de l’événement est donc conditionnée par l’engagement du groupe local de collègues dans sa préparation, sa mise en place et son animation. L’encadrement des doctorants est assuré par une équipe mixte de chercheurs locaux et étrangers.

Pour rappel, la première édition a eu lieu à Bamako (Mali) en 2016, la deuxième à Saint-Louis (Sénégal) en 2017, la troisième à Cotonou (Bénin) en 2018. La quatrième s’est donc tenue à Sousse (Tunisie) en 2019, première édition organisée au Maghreb. Ces quatre éditions ont réuni des doctorants issus de plusieurs disciplines (sociologie, histoire, anthropologie, géographie, droit, agronomie, économie, démographie), ainsi que des encadrants et des conférenciers (chercheurs ou enseignants) en provenance d’une quinzaine de pays du Maghreb et d’Afrique subsaharienne.

Cette formation a permis d’initier de nouvelles connexions entre doctorants et encadrants, de créer un espace de partage d’informations et d’expériences, se voulant un lieu d’apprentissage interactif et participatif des cultures et des habitudes de l’autre. L’école doctorale itinérante en sciences sociales est l’opportunité de s’ouvrir à d’autres thématiques, disciplines et terrains de recherche.

Au-delà des savoirs, il est aussi question de revenir sur les approches méthodologiques des différentes disciplines dont on connait l’importance pour les doctorants. Les SHS répondent à des méthodologies spécifiques sur lesquelles repose la scientificité des démarches qu’il convient à la fois de maîtriser et de croiser. A l’instar des éditions précédentes, conférences plénières et ateliers alternent pour permettre à la fois la transmission des savoirs et la mise en pratique.

Participant de la 4ème édition de l’EDI à Sousse – sept. 2019 © Manon Rousselle

LA QUATRIEME EDITION

Conseil scientifique : Joseph Adandé (Université d’Abomey Calavi, Bénin), Amin Allal (IRMC, Tunis), Ramzi Ben Amara (FLSH, Sousse), Kmar Bendana (Université de la Manouba, IRMC, Tunis), Adrien Delmas (CJB, Rabat), Jamie Furniss (IRMC, Tunis), Khaoula Matri (FLSH, Sousse), Claude Prudhomme (Université Lyon 2), Oissila Saaidia (IRMC, Tunis), Laurick Zerbini (Université Lyon 2).

Coordination scientifique : Ramzi Ben Amara (FLSH, Sousse), Oissila Saaidia (IRMC, Tunis)

Chargée de projet : Manon Rousselle (IRMC, Tunis)

Présentation générale de l’édition

Cette 4ème édition s’est proposée de réfléchir sur « L’Afrique dans les SHS : regards croisés et approches méthodologiques » avec, comme problématique centrale, la place de l’Afrique dans les sciences humaines et sociales d’hier et d’aujourd’hui, en Afrique et ailleurs. Cette année, l’école doctorale a proposé d’intégrer une discipline jusqu’alors non représentée, l’histoire des arts. Il s’est agi de porter le regard « Au-delà de la frontière », de revisiter les savoirs africanistes en les repensant dans le cadre de concepts universels, de jouer sur les échelles par une entrée autour de « La ville africaine ou des villes en Afrique ». Le programme, construit dans le respect de l’interdisciplinarité, de la pluralité des approches méthodologiques et la pertinence des thèmes abordés au regard de la thématique principale, alternait séances plénières et ateliers doctoraux. Au total, 12 conférenciers sont intervenus : 7 Tunisiens, 4 Français et 1 Canadien.

Les groupes des ateliers doctoraux ont été formés et ont pu débuter dès le lundi après-midi à l’issue de la conférence inaugurale. Parmi les 10 encadrants des ateliers doctoraux, 5 d’entre eux étaient tunisiens, 4 étaient français et 1 canadien. En plus de la plupart des intervenants, deux enseignants de l’Université de Sousse se sont joints à l’encadrement : Ahmed Boujarra, maître-assistant en géographie physique et Karim Chayata, maître de conférences en droit.

Les doctorants

Cette année, l’école a bénéficié d’un engouement sans précédent. Près de 500 candidatures ont été envoyées, dont 444 dossiers complets. Seuls 303 dossiers entraient dans les critères de sélection de l’école et ont donc été examinés. Au total, 34 doctorants ont été sélectionnés, selon la qualité de leur dossier principalement, mais aussi selon des critères d’âge, de sexe (discrimination positive pour les femmes) et de provenance, et ce dans le but qu’un maximum de pays soient représentés. Les participants venaient ainsi de 12 pays : 1 Burkinabé, 1 Nigérien, 1 Tchadien, 2 Maliens, 2 Togolaises, 3 Béninois, 3 Sénégalais, 4 Ivoiriens, 4 Algériens, 4 Marocains, 4 Camerounais et 5 Tunisiens ; dont 13 femmes (38%) et 21 hommes (62%). Ils représentaient les disciplines suivantes : économie (8,8%), histoire de l’art et architecture (8,8%), histoire (11,8%), sciences politiques et relations internationales (11,8%), droit (14,7%), géographie (17,6%), sociologie et anthropologie (26,5%).

45% des doctorants étaient en première année de thèse, 20% en deuxième année, 20% en troisième année et seulement 15% en quatrième année. Le comité scientifique a choisi de donner la priorité à la jeune recherche.

Séance plénière de la 4ème édition de l’EDI dans l’amphithéâtre du Centre de recherche en Microélectricité et nanotechnologie (CRMN) du Technopôle de Sousse © Manon Rousselle

ÉVALUATION

Pour la première fois depuis la création de l’école, un questionnaire d’évaluation a été transmis aux doctorants pour avoir leurs retours sur cette édition. 69% d’entre eux ont répondu. De manière générale les retours de l’évaluation sont très positifs.

  • 95% sont satisfaits de la période à laquelle est organisée l’école (chaque année en septembre). 95% estiment que la durée (une semaine) de l’école est satisfaisante.
  • 80% estiment que la gestion du temps pendant la semaine est satisfaisante. 75% souhaitent du temps supplémentaire dans l’emploi du temps ; notamment du temps informel avec les encadrants (93,3%) et du temps de travail individuel (13,3%).
  • 95% jugent que la thématique principale a été respectée, que l’école correspondait à leurs attentes et qu’ils ont atteint les objectifs voulus par l’école. 100% déclarent l’école utile, 60% la considèrent même comme extrêmement importante.
  • 30% estiment que les conférences plénières n’ont pas suffisamment abordées les questions méthodologiques.
  • Plus de 70% sont satisfaits de la transversalité, l’interdisciplinarité, la représentation des différentes disciplines, la qualité du contenu scientifique, la qualité des débats, et la qualité des thématiques abordées.
  • 100% se déclarent satisfaits des ateliers doctoraux même si 20% estiment que la formule (une présentation du cadre théorique de sa thèse et une présentation de sa mise en œuvre, les deux mises en débat avec les encadrants et les autres doctorants du groupe) n’est pas adaptée. 100% jugent les encadrants disponibles.

Les retours des participants laissent paraître une réelle demande d’élargir le spectre des disciplines présentes dans la formation, en particulier le droit (conférencier) et les sciences économiques (encadrants), ainsi qu’une demande de méthodologie pure. En effet, la demande concernant une session d’écriture d’article scientifique est forte.

Ateliers de groupe © Manon Rousselle

BILAN

Le soutien du ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de l’Agence française de développement ainsi que la disponibilité des collègues tunisiens de l’Université de Sousse ont permis à cette 4ème édition de se dérouler dans d’excellentes conditions.

Le réseau de la recherche en SHS intra-africain prospère et nous avons vu avec le nombre de candidatures que ce réseau est toujours très actif, réactif et solidaire des jeunes chercheurs. La demande est bien présente concernant ces ateliers de formation à la recherche et cette école ne pourra que s’améliorer à l’avenir.

Voir aussi le témoignage de Marius Binyou Bi Homb, doctorant camerounais, participant à cette 4ème éditon.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Diplomatie et coopération entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne depuis l’Indépendance jusqu’à aujourd’hui

Echos de presse sur la Radio Libre Francophone

Manon Rousselle
Chargée de projets scientifiques et de valorisation de la recherche

Dans le cadre du séminaire mensuel « Migrations, mobilités et circulations intra-africaines : savoirs, critiques et méthodes » coordonné par Betty Rouland, le 28 février 2019 se tenait la conférence de Sophie Bessis, chercheure associée à l’IRIS, sur la coopération et les relations diplomatiques entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne.

Sophie Bessis passe en revue ces relations, de manière très factuelle. D’aucun pense que ces relations sont restées très embryonnaires entre l’Afrique subsaharienne, dans son ensemble, et la Tunisie. Elle remonte rapidement très loin dans l’histoire, à l’époque où les Carthaginois arrivent sur les rives du pays qui s’appelle, depuis 1840, la Tunisie mais qui était à l’époque la terre des Afridis. Ce peuple a donné son nom à tout un continent, ce qui n’est pas sans évoquer justement les relations de l’Afrique du Nord, et, en particulier, de la Tunisie, avec le reste du continent africain.

Elle rappelle que chaque pays d’Afrique du Nord a une politique très différente avec l’Afrique subsaharienne, l’Egypte, par exemple, entend la politique avec l’Ouganda ou l’Ethiopie, pays dans lesquels le Nil prend sa source, comme relevant de la politique intérieure du pays, l’Afrique devenant alors son hinterland direct. Mais, le reste
de l’Afrique méditerranéenne a des relations différentes. Néanmoins, d’un point de vue général, le Sahara a d’abord été un espace d’échange plus qu’une frontière, et ce depuis des temps très
anciens. En grande partie des échanges commerciaux, selon des témoignages historiques antiques tels que celui d’Hérodote. Aux époques médiévales, dès le IXe siècle, le trafic négrier devient le principal axe commercial entre les régions, jusqu’au XIXe siècle. Tozeur et Tunis, par exemple, étaient de grands marchés négriers, pour l’Empire ottoman entre autres, jusqu’à l’abolition officielle de l’esclavage en 1846, et par décret colonial en 1890.

L’époque contemporaine se caractérise aujourd’hui, selon Sophie
Bessis, comme une rencontre manquée entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne. D’une part, les contentieux historiques freinent ou ont freiné une partie des relations possibles, mais d’autre part, l’historienne relève un désintérêt évident des responsables tunisiens pour le Sud du Sahara, ainsi qu’un déni évident de la part africaine de la Tunisie. Malgré les tentatives de rapprochement, qui ont été nombreuses au cours des soixante dernières années, il n’y a pas eu de réelle suite donnée à ces souhaits. Elle divise cela en trois étapes : la période suivant l’Indépendance et le reste des indépendances africaines jusqu’aux années 1970, marquées par un certain activisme de la Tunisie et de nombreuses actions de coopération donnant une bonne image de la Tunisie et de Habib
Bourguiba au Sud du Sahara ; la deuxième période, des années 1980 à 2011, marquée par un désintérêt total de la Tunisie pour le Sud du Sahara : les vingt-trois ans du régime de Ben Ali ont totalement ignoré l’Afrique subsaharienne et la Tunisie ne s’est pas encore relevée de ce long silence ; enfin la période actuelle, post 2011, marquée par un souhait de renouer les relations mais essentiellement mercantiles.

La période bourguibienne

L’historienne explique que la Tunisie de l’indépendance hérite d’une série de relations de solidarité avec l’Afrique subsaharienne, comme l’ensemble des anciennes colonies africaines d’une manière générale ; c’est une période qui efface les contentieux et qui débouche sur une aide aux pays qui ne sont pas encore décolonisés et selon Sophie Bessis c’est ainsi que les années 1950-1960 sonnent l’apogée du Panafricanisme.

Cette période va pour la Tunisie jusqu’au milieu des années 1970 et sur la vingtaine d’année, la Tunisie est très présente en Afrique subsaharienne mais maintient tout de même une distance plus grande que les autres pays du Maghreb. Bourguiba ne montre pour l’intérieur du pays qu’un intérêt limité mais se lie d’amitié avec un certain nombre de leaders subsahariens dits « modérés » comme Léopold Sédar Senghor au Sénégal, le nigérien Hamani Diori et surtout Felix Houphouët-Boigny en Côte d’Ivoire qui est probablement le chef d’Etat dont Bourguiba se sent le plus proche. Par ailleurs, ce qui facilite la coopération, dès les années 1950, la Tunisie est un des pays possédant le plus de compétence en Afrique francophone et cela lui permet de construire une coopération relativement dynamique. Cette coopération permet au pays de se construire une aura internationale par le biais de nombreuses actions en Afrique subsaharienne, dont la plus célèbre est celle de 1961 lorsque la Tunisie envoie 2200 casques bleus au Congo qui est alors en pleine crise. Cette présence extrêmement importante de la Tunisie au Congo est notamment due aux liens d’amitié entre le Secrétaire général de l’ONU Dag Hammarskjöld et Mongi Slim ambassadeur de la Tunisie auprès de l’ONU. Ce contingent est le premier d’une série de participation de la Tunisie aux actions de l’ONU sur le continent africain, qui ira néanmoins en s’amenuisant jusqu’à la dernière mission en 2009.

Bourguiba et son régime sont résolument pro-occidentaux alors que l’heure est au progressisme et au tiers-mondisme sur le continent africain. En plein Guerre froide, la Tunisie fait partie du groupe de Morovia, un groupe de pays africains dits « modérés » et plutôt du côté des Etats-Unis et des occidentaux, ce qui l’exclue des mouvements de libération les plus importants de l’époque menés par les pays appartenant au groupe de Casablanca, identifié comme anti-impérialistes. La Tunisie prend d’ailleurs fait et cause pour les actions des Etats-Unis, à l’exemple des événements en Angola, ou la Tunisie soutien le Front national de libération de l’Angola, soutenu par les Etats-Unis, tandis que celui-ci s’oppose au Front de libération de l’Angola déjà existant qui était soutenu par Moscou. Du fait de ce positionnement politique et diplomatique, la Tunisie n’a pas produit de personnalité résolument engagé dans les mouvements anti-impérialistes comme Mehdi Ben Barka au Maroc, sans parler de l’Algérie autoproclamée leader du mouvement tiers-mondiste.

Néanmoins la Tunisie participe activement à la création de l’Organisation de l’Unité africaine en 1963, et pour l’occasion Bourguiba prononce le 25 mai un discours qui exalte l’africanité retrouvée de la Tunisie. Et en 1965, Bourguiba entame une longue tournée en Afrique subsaharienne, en Mauritanie, pays avec lequel la Tunisie a toujours été très proche, au Mali, au Sénégal, au Niger, au Libéria, en Centrafrique, au Cameroun. Ce sont donc plusieurs semaines de voyages qui ressemblent tout de même à un divertissement touristique, sauf l’étape dakaroise, car c’est lors de cette étape qu’est esquissée l’idée d’une organisation de la francophonie. Bourguiba est un personnage populaire au sud du Sahara, popularité qui ne sera jamais vraiment payée de retour.

En revanche la coopération est plutôt solide puisque la Tunisie envoie des conseillers dans plusieurs pays, l’appareil bancaire tunisien aide le Niger a construire son propre dispositif bancaire, de nombreux enseignants et personnels médicaux vont en Afrique subsaharienne et  la jeune université tunisienne accueil de plus en plus d’étudiants subsahariens essentiellement francophone ou arabophone. Si on ne peut parler de véritable coopération culturelle, il y a tout de même une présence culturelle de la Tunisie, notamment par le biais des journées cinématographiques de Carthage (JCC) qui sont organisées tout les deux ans en alternance avec le FESPACO (Festival panafricain du cinéma et de la télévision) de Ouagadougou, ont été pendant des années un grand moment de panafricanisme. L’hebdomadaire Jeune Afrique a également été créé par un tunisien. Dans les années 1960-1970, la Tunisie est membre de la ligue arabe et celle-ci prend position sur les dernières manifestations colonialistes, notamment lors du sommet d’Alger en 1972, la Ligue arabe rompt ses relations diplomatiques avec l’Afrique du Sud et avec le Portugal. Mais malgré ces liens, les échanges commerciaux restent très modestes et la Tunisie reste tournée vers l’Europe et partiellement vers le monde arabe.

Le règne de Ben Ali ou l’éclipse tunisienne en Afrique subsaharienne

Sophie Bessis estime que ce qu’elle caractérise comme une éclipse subsaharienne commence à la fin des années 1970 mais c’est à partir de 1987 qu’elle devient très évidente car le règne de Ben Ali est marqué par un tropisme arabe. En vingt-trois ans, le dictateur ne sera allé qu’à un seul sommet de l’OUA (devenue Union africaine dans les années 2000) et sa politique africaine ne se résumera, selon l’historienne, qu’à avoir été cordial avec le Maroc et l’Algérie. La coopération universitaire continue mais s’amenuise pourtant la Tunisie avait été très active dans la création de l’agence de coopération technique et culturelle, ancêtre de la francophonie, mais elle ne participe alors que formellement aux instances de cette organisation. Elle caractérise la politique de Ben Ali comme étant très provincialiste. Et sur le plan économique, l’Afrique subsaharienne est presque totalement absente des statistiques tunisiennes ; en 1995 par exemple, la totalité des exportations tunisienne est évaluée à 5 milliards de dollar et 0,7% se dirige vers l’Afrique subsaharienne tandis que 78% se dirige vers l’Europe.

Il demeure quand même quelques actions de coopération, mais elles sont plus l’œuvre d’individus isolés que d’une réelle politique, par exemple l’Office national de la famille et de l’enfant tunisien élabore grâce à un financement français un projet pilote au Niger de mise en place de clinique mobile pour les femmes, de consultations prénatales, de vaccination, de contraceptifs, etc. Mais les grandes heures de la présence tunisienne au sud du Sahara sont terminées. Même le transfert du siège de la Banque africaine de développement à Tunis en 2003 suite à la crise ivoirienne ne participe pas à un regain de coopération et au contraire même relève la chercheure, les fonctionnaires de la BAD se sont sentis rejetés par la population tunisienne, ils n’ont pas noué de liens avec la société tunisienne et c’est en fait avec satisfaction que la plupart ont quitté Tunis en 2014 lorsque la BAD relocalise son siège à Abidjan.

En nuançant son propos, l’historienne précise que quelques bureaux d’études remportent des contrats au sud du Sahara, quelques architectes sont présents aussi. Cette éclipse remarque-t-elle ainsi, a été un temps général dans l’ensemble du Maghreb central. L’Algérie à partir de 1988 s’enfonce dans une grande crise interne et n’a alors pas de réelle diplomatie, elle s’occupe simplement de ses zones frontalières sauf avec le Mali, qui reste son hinterland stratégique. Le Maroc quitte l’OUA en novembre 1984 suite à la reconnaissance de la République arabe sahraouie démocratique et ne renoue avec une politique africaine active qu’au début des années 2000.

Pour la Tunisie il faut attendre plus longtemps encore puisque ce n’est que récemment que les dirigeants tunisiens se tournent vers l’Afrique subsaharienne et la considère comme un hinterland intéressant pouvant constituer un nouveau marché.

La Tunisie et l’Afrique subsaharienne depuis 2011

Pour montrer la réalité de ce réinvestissement, Sophie Bessis commence par aborder les chiffres. En 2012, au lendemain de la révolution, il y a environ 500 sociétés tunisiennes opérant sur le marché subsaharien contre 2600 pour la seule Algérie ; les exportations vers le sud du Sahara représentent 311 millions d’euros, sur un stock d’exportation de plus de 5 milliard d’euros. Sur le plan diplomatique, en 2012, la Tunisie n’a que 9 représentations diplomatiques contre 21 pour le Maroc. Tunisair ne desservait que trois destinations subsaharienne contre 25 pour la Royal Air Maroc. Et il n’y avait aucune ligne maritime. Les relations sont donc plus que modestes et la présence tunisienne très discrète. Il n’y selon elle que la coopération universitaire qui échappe à cette situation, en 2010 il y avait environ 12 000 étudiants subsaharien, mais en 2012 il n’y en a que 8000. Diminution donc, mais présence tout de même. Elle relève que sur ces 8000, il n’y en a qu’un millier qui fréquente l’université publique tunisienne et 80% vient du Gabon, Cameroun, Côte d’Ivoire, Congo, Mali et ils sont soit boursiers de leur Etat soit boursiers de la Banque islamique de développement pour les pays à majorité musulmane.

La chercheure s’interroge alors : peut-on parler d’un nouveau départ à partir de 2012 dans les relations tuniso-subsaharienne ? Devant le déficit économique du pays et les difficultés du secteur privé tunisien, les entrepreneurs commencent à voir le marché subsaharien comme une opportunité intéressante. Cela se ressent aussi dans les politiques menées par les deux chefs d’Etats tunisiens en poste depuis 2011. Ils se sont régulièrement rendus à des sommets de l’UA par exemple. Mais les efforts publics ne sont pas vraiment à l’ordre du renforcement. Il y a de nombreux obstacles. Il n’y a pas réellement de diplomatie économique et le ministère des affaires étrangères agit selon Sophie Bessis comme un électron libre ; il y a un département Afrique en son sein, elle relève que ce n’est pas « Afrique subsaharienne ». Il y a tout de même une intensification des relations et notamment de nouvelles ambassades qui ouvrent, avec Ouagadougou en 2017 et Nairobi en 2018, ce qui témoigne de la prise de conscience de la part du pays de l’existence et de l’intérêt de l’Afrique de l’Est, très dynamique et en plein essor. Néanmoins, la Tunisie a moins d’ambassades en Afrique subsaharienne que la Serbie. La Tunisie a adhéré au COMESA, le marché commun de l’Afrique orientale et australe qui s’étend jusqu’à l’Afrique du Sud, et a obtenu le statut de membre observateur de la CDEAO, la communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest. Accompagnant ce mouvement, Tunisair a ouvert de nouvelles lignes. Néanmoins la Tunisie reçoit peu de dirigeants d’Afrique subsaharienne et se déplace d’ailleurs peu au sud du Sahara.

Sur le plan économique, quelques grands patrons regardent de plus en plus vers l’Afrique subsaharienne et le Tunisia-Africa Business Council a été créé pour œuvrer à ce rapprochement. En novembre 2018, un tunisien a été élu Vice-Président du conseil des jeunes entrepreneurs francophones. La chercheure relève que ce sont donc des initiatives du secteur privé et d’ailleurs, l’Université Centrale de Tunis, université privée, a ouvert un master d’intelligence économique des marchés africains, en collaboration avec un centre universitaire camerounais. Les clients principaux du Sud du Sahara pour la Tunisie sont l’Ethiopie, le Sénégal, le Rwanda, le Cameroun, la Côte d’Ivoire. En matière de coopération, l’assistance médicale tunisienne a pris un réel essor, notamment avec Djibouti mais aussi le Tchad. On note aussi quelques actions culturelles.

Mais elle estime que l’intérêt tunisien est encore trop faible, malgré le sommet de la francophonie programmé en 2020 pour la première fois à Tunis. Ce nouveau départ n’est pas, pour Sophie Bessis, à la mesure des ambitions affichées. Il y a des dysfonctionnements internes, manque de rigueur de l’administration tunisienne, manque de coopération qui dilue le peu de dynamisme qu’il peut y avoir. D’autre part une situation géopolitique difficile avec la Libye qui plonge toute une partie du territoire subsaharien, le Tchad en particulier, et dont la Tunisie a sous-estimé l’incidence, notamment sur la zone saharo-sahélienne qui est son arrière pays. Une indifférence extrêmement dangereuse car en n’acceptant pas faire partie de cette zone du monde, les tunisiens se mettent en danger. Leurs intérêts s’arrêtent à la Libye, sans voir que ce pays est la plaque tournante d’activités criminelles et mafieuses qui englobent toute la zone saharo-sahélienne. Seuls les militaires en Tunisie semblent avoir pris conscience de ces enjeux, mais poussés par les américains.

Depuis le 1er février, on renoue avec la tradition militaire de coopération onusienne puisque la Tunisie s’est jointe à la mission de l’ONU au Mali en envoyant une unité aérienne et un millier de militaires tunisiens devraient bientôt être casques bleus au Mali.

En conclusion, Sophie Bessis estime que la Tunisie a besoins d’en finir avec le déni de sa dimension africaine. Il y a une vieille culture de la domination, un malaise certain avec l’esclavage, surtout quand on n’a pas fait un travail de mémoire, ce qui est le cas de la Tunisie. Cette vieille histoire n’est pas étrangère à un racisme quelque peu désinhibé depuis 2011, dans deux champs principaux : les universités et le traitement de la population noire. De fait, aujourd’hui le monde universitaire tunisien n’est plus attractif pour les étudiants subsahariens. S’il y en avait 8000 en 2012, cela ne dépasse pas les 4500 aujourd’hui. Dans ces conditions, le souhait du ministère des affaires étrangères d’accueillir 20 000 étudiants subsahariens en 2020 paraît irréalisable. D’autre part, la migration de travail existe en Tunisie et qu’elle n’est plus aujourd’hui une migration de transit. La migration féminine est une réalité extrêmement importante dans le secteur domestique en Tunisie. Aucune politique de permis de séjour n’existe en Tunisie et les autorités refusent cette réalité. La société civile se mobilise notamment contre la discrimination raciale et une loi a été votée sous la pression des associations pour les droits humains en Tunisie en 2018 pénalisant les discriminations à caractère racial. Aucun autre pays arabe n’a un tel dispositif. Si la Tunisie a repris conscience de l’importance du marché subsaharien, mais tant que les tunisiens et tunisiennes ne changeront pas les habitus mentaux, la coopération avec l’autre rive du Sahara ne pourra pas se construire sur des bases solides et durables. En ce sens, le processus d’éducation citoyenne n’a pas réellement commencé.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°24, bulletin trimestriel mai-septembre 2019, parue le 1er octobre 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La dimension internationale de l’IRMC

pierre Noel lettre
Photographie de Pierre-Noël Denieuil

L’IRMC accueille des chercheurs francophones, des doctorants et des boursiers, de tous pays. Il constitue un outil exceptionnel de coopération (seule la France dispose de ce type d’institut à l’étranger), et est un lieu privilégié de production et de diffusion pluridisciplinaires et internationales des savoirs en sciences de l’homme et de la société.

Des thématiques transversales et internationales

Les programmes de recherche développés par l’IRMC depuis 1992, ont toujours répondu à des préoccupations d’actualité internationale, ne cédant ni à la tentation du localisme ni à celle de l’analyse d’opinion. Cette internationalisation s’est concrétisée dans des partenariats institutionnels d’abord enracinés depuis la Tunisie. Citons pour exemple dans les années 1990 la recherche avec l’INRAT sur les politiques agricoles et les effets de la mondialisation sur les sociétés rurales dans l’espace méditerranéen dans le cadre du programme MOST de l’Unesco. Ou encore celle menée avec l’IPSI sur les techniques de communication et les médias au Maghreb ; ou sur les villes et les communautés locales maghrébines avec le groupe de recherche (GRVCL) de l’Université du 9 avril, qui deviendra le laboratoire DIRASET. À la charnière des années 2000, où s’intensifient l’intérêt de la France pour le partenariat en Méditerranée avec la Conférence de Barcelone, et les échanges entre communautés scientifiques du Nord et du Sud, par l’ouverture de l’espace euro maghrébin à l’espace euro méditerranéen, se développent des recherches sur les migrations internationales avec l’Université de Sousse, sur les flux de compétences et le retour des diplômés tunisiens, puis sur les ingénieurs au Maghreb avec l’INTES. Au cours des années 2000, l’accent des comparaisons internationales sera mis sur les analyses historiographiques avec les universités du 9 avril et de La Manouba ainsi que l’ISHMN, sur le droit et pluralisme juridique avec la Faculté des sciences juridiques de Carthage puis la Faculté des sciences juridiques et politiques de Tunis, sur les pratiques de la langue avec l’EHESS et l’Université de La Manouba, sur les formes de gouvernance mondialisée et de cultures d’entreprise avec l’ISG, les industries numériques et les économies émergentes avec SupCom. Les recherches de l’IRMC ont dès 2005 été dynamisées par les programmes FSP « Appui à la coopération pour la recherche en sciences humaines et sociales entre le Maghreb et la France ». Il y avait là une politique du MAEE français d’une part de renouveler la connaissance française sur le Maghreb et d’autre part de développer la coopération avec les chercheurs maghrébins sur des approches thématiques comparées. Deux recherches internationales ont ainsi été introduites sur l’espace euro maghrébin : l’une sur « Dynamique d’agglomération des activités productives et gouvernance territoriale », l’autre sur « Les étudiants étrangers » entre autres avec les universités de Sfax et de Sousse.

carte Irmc2Du franco-tunisien au régional Maghreb et à l’international

C’est ainsi que depuis Tunis, l’IRMC a offert des potentialités de coopérations avec les institutions françaises tout d’abord. Ce fut le cas avec URBAMA (Tours), l’EHESS, l’IISMM (Paris), la MMSH et l’IREMAM (Aix-en-Provence), l’IRD, l’Université de Montpellier, l’IEP d’Aix-en Provence, l’Université de Toulouse, de Lyon, le CNAM de Paris, l’Université de Rennes, de Franche-Comté etc… Et ces attaches de l’IRMC avec la recherche française en firent un attracteur pour les Tunisiens et les Maghrébins, le maillon fort d’une chaîne de coopération. L’IRMC fonctionnait alors, depuis son siège de Tunis, comme lieu d’expressions inter sociétales et d’acquisition du métier de chercheur, outil d’accompagnement à la recherche et de confrontation des générations entre seniors et juniors. En témoignent les 12 formations doctorales internationales (20 a 50 doctorants) proposées depuis sa création. Citons aussi l’organisation de conférences et l’invitation de personnalités internationales de prestige, l’accueil de chercheurs étrangers en mission et leur mise en contact avec leurs homologues tunisiens. Notons encore en aval de la politique systématique de publications (50 ouvrages), la parution depuis 2005 de la publication annuelle Alfa puis Maghreb et sciences sociales croisant des publications multinationales, et enfin la Lettre trimestrielle comme support du rôle d’interface et de valorisation joué par l’IRMC entre les communautés scientifiques maghrébines et européennes. Le but des la création de l’Institut était que celui-ci s’insère en profondeur dans le tissu intellectuel maghrébin dans un contexte où l’Algérie se trouvait verrouillée. Une antenne avait été créée à Rabat, avant qu’elle ne s’autonomise en 1997. Par la suite l’IRMC n’en n’a pas moins assuré sa vocation régionale qui s’est confirmée par un bulletin et un conseil scientifique communs avec le CESHS de Rabat (futur CJB), ainsi que par le maintien de recherches comparatives, d’enquêtes et de liens avec le Maroc. Une coopération fut amorcée à la fin des années 1990 avec le CENEAP d’Alger, le CRASC d’Oran, puis avec le Markez El Jihad de Tripoli et l’Université d’Aix-en-Provence, par l’intermédiaire d’une allocataire de recherche en histoire. C’est ainsi que se développa un espace scientifique à l’échelle du Maghreb et à partir de Tunis, confortant une complémentarité entre les dimensions tunisienne et maghrébine de l’Institut. C’est très certainement cette forte dimension régionale, de coopération multilatérale, qui a distingué l’IRMC, l’a fait accepter par la communauté intellectuelle et l’a sauvé des risques de compromis politique dans la Tunisie de Ben Ali où, de toute manière toute recherche bilatérale eut été vouée à l’instrumentalisation, à la dépendance et à l’échec. Il prônait alors le comparatisme et la dimension méditerranéenne. Ces enjeux faisaient sens non seulement en Tunisie mais au Maghreb et au-delà, et redéfinissaient le pourtour d’une communauté scientifique transnationale et métissée, intégrant aussi des partenaires français du Proche et Moyen Orient tels l’IFPO à Damas et Beyrouth et le CEDEJ au Caire. L’Institut est alors représenté « comme un lieu d’ouverture et d’échanges préfigurant les laboratoires mixtes », une voie d’accès, pour les chercheurs tunisiens, à des réseaux internationaux.

Par delà les frontières, un trait d’union

L’IRMC a été un vivier de chercheurs. Outre ses propres personnels, intégrés dans les institutions françaises ou tunisiennes, de très nombreux chercheurs étrangers (italiens, espagnols, allemands, anglais et américains) y ont été accueillis et sont devenus professeurs ou chefs de laboratoires. Le recrutement des chercheurs tunisiens détachés (1 gestionnaire, 2 économistes, 1 socio politologue, 1 historien, 1 géographe, 1 sociologue), tout comme celui des français affectés à l’Institut (14 chercheurs) a consolidé leur expérience de l’international et de la pluridisciplinarité (ouverture de l’économie sur la sociologie, de l’histoire et de la géographie sur les sciences sociales). Ainsi parlait un collègue tunisien : « Ma mission a l’IRMC était de monter un programme pluridisciplinaire, j’étais historien et l’ouverture sur d’autres savoirs m’a transformé complètement ». De même le montage de leurs programmes, par la mise en réseaux à la fois nationaux et internationaux, les a constitués en « passeurs » vers la communauté scientifique tunisienne, maghrébine ou française, tout en s’inscrivant avec leur institution d’origine dans des échanges Sud/Sud, et en accordant ainsi une plus grande visibilité à leurs propres travaux. Dès ses débuts, l’IRMC a recruté des chercheurs tunisiens avec le souci qu’ils ne s’isolent pas de l’Université tunisienne et, bien au contraire, qu’ils constituent des points de relai avec celle-ci, en gardant un enseignement à l’université. C’est là un des points forts de la présence de l’IRMC qui a contribué à l’engagement international des chercheurs tunisiens : « Avant l’IRMC, nous avions des rapports avec la France par les actions de coopération universitaire dans le cadre du CMCU. Mais on n’avait pratiquement aucun rapport avec les collègues maghrébins. Et c’est grâce à la dimension maghrébine de l’IRMC, notamment avec son antenne à Rabat, que nous avons pu nouer des relations Sud/Sud notamment avec les collègues algériens, marocains et même un mauritanien, nous les avons reçus et ils nous ont reçus par le biais et avec l’aide de l’IRMC » (chercheur tunisien détaché a l’IRMC). Plus encore, le détour par l’international a suscité un rapprochement vers les nationaux : « le passage à l’IRMC en m’ouvrant à des réseaux internationaux m’a rapproché de la communauté scientifique tunisienne » (chercheur tunisien détaché à l’IRMC). À ce titre, l’IRMC a toujours été plus qu’un partenaire bilatéral, par sa nécessité de maintenir dans l’espace de coopération franco-tunisien, une coopération franco maghrébine et internationale. L’internationalisation apparaît alors comme un outil de légitimité et de valorisation des liens bilatéraux franco-tunisiens. Il faut insister sur cette vocation privilégiée de l’Institut par delà les frontières, comme trait d’union entre chercheurs du Nord et chercheurs du Sud, eux-mêmes rattachés à une communauté qui est celle de la recherche transnationale en sciences de l’homme et de la société. Telle a été la vocation de l’Institut ces vingt années, en renforçant les SHS par la création de réseaux thématiques scientifiques internationaux. C’est la toute la fonction des réseaux, de sortir des coupures nationales et d’agir en transfrontaliers. À cet égard, l’IRMC défend une politique d’actions multilatérales : 10 nationalités de chercheurs l’ont fréquenté. Ses travaux de recherches ont porté sur autant de pays. Ses missions en Algérie ou en Libye incluent des Tunisiens à chaque déplacement en encourageant les rencontres et les relations Sud/Sud à Alger, Rabat, Tripoli, Tunis ou Paris. Il y joue un rôle de hub à l’échelle maghrébine, « synapse », lieu de connexions et d’échanges. On peut dire en ce sens, que le rayonnement de la France en Tunisie et au Maghreb est aussi passé par une coopération avec des institutions non françaises. Cette présence de la France, ailleurs que depuis la France ou ses institutions diplomatiques à l’étranger, ailleurs que dans le seul « bilatéral » jouant comme support des relations internationales, a valorisé l’IRMC comme passeur, relais et inter médiateur, faisant de lui un fer de lance du multilatéralisme scientifique.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël Denieuil

Sociologue, ancien directeur de l’IRMC de 2008 à 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « La dimension internationale de l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 25 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1205

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Acquis et défis d’une recherche en partenariat

A-Gana2
Photographie de Alia Gana

Mon histoire avec l’IRMC est ancienne. Elle remonte aux débuts du Centre de Documentation Tunisie-Maghreb (CDTM), à la fin des années 1970. Le fonds imprimé de livres et de revues de l’Ambassade de France avait alors été rassemblé pour constituer un centre de documentation et de recherche accessible au public. C’est Anne-Marie Planel, historienne, qui a été chargée de l’inventaire et de l’actualisation du fonds et elle s’est acquittée admirablement de cette tache. Au début des années 1980, alors doctorante a l’Université Paris 10 et travaillant sur l’histoire agraire de la Tunisie, j’ai bénéficié de ses conseils éclairés pour mes recherches bibliographiques. Je me rappelle avec nostalgie cette époque bénie, ou le chercheur pouvait s’extraire des contingences du moment et se consacrer pleinement à sa science. Pendant près d’une année, je me suis familiarisée avec l’histoire sociale de la Tunisie, découvrant en particulier l’apport des ethnologues, souvent des Pères blancs, à la connaissance fine des sociétés rurales de ce pays. Le CTDM fut dès le départ un centre d’attraction et de rencontre de nombreux chercheurs tunisiens.

Bien plus tard, au moment de la transformation du CDTM en institut de recherche, j’ai été sollicitée par Anne-Marie Planel et le premier directeur de l’IRMC pour occuper un poste de chercheur détaché et ce afin de développer un programme de recherche sur l’agriculture et le monde rural. Malheureusement, ayant déjà fait le projet de partir aux USA, mon intégration à l’IRMC n’a pu se concrétiser. J’ai continué néanmoins à être proche de l’IRMC et à participer de manière ponctuelle à certaines de ses activités. C’est surtout depuis mon intégration au CNRS et l’arrivée de Pierre Noel Denieuil à la direction de l’institut que mes collaborations avec l’IRMC se sont renforcées : participation à l’animation de journées doctorales, contribution à des colloques et seminaires, etc. Avec mon affectation a l’IRMC et l’accueil d’étudiants français dont j’assure l’encadrement, mes recherches sont aujourd’hui inscrites à part entière dans les programmes de l’Institut. J’y ai trouvé tout le soutien pour développer mes recherches récentes sur les processus électoraux et les territoires et pour y poursuivre celles plus anciennes sur les dynamiques du monde rural et agricole.

Désormais à l’intérieur de l’institution, je perçois mieux les contributions scientifiques de l’IRMC, mais aussi les écueils susceptibles d’en limiter le développement. À travers l’accueil de chercheurs tunisiens en détachement, d’enseignants chercheurs et de chercheurs français en délégation ou en affectation, son centre de documentation d’une richesse insoupçonnée, ses conférences et ses séminaires, destinés également aux doctorants, ses nombreuses publications valorisant des recherches collectives, l’IRMC contribue de façon substantielle au rayonnement des recherches en sciences sociales sur le Maghreb, au développement des partenariats scientifiques avec les institutions et les chercheurs de la région, ainsi qu’à la formation de doctorants. Au cours des dernières années, les collaborations avec le réseau des IFRE, notamment le CEDEJ, le CJB, et aussi avec le SCAC d’Alger, ainsi qu’avec les universités de la région se sont renforcées. De nouvelles activités associent l’IRMC et l’IRD, institution de recherche française représentée en Tunisie et permettent des articulations entre recherches en sciences sociales et en sciences du milieu.

Placé sous la tutelle du MAE et en même temps USR rattaché au CNRS, l’IRMC bénéficie des ressources allouées par ces deux institutions, mais reste néanmoins confronté au manque de moyens nécessaires à la consolidation d’équipes de chercheurs permanents impliqués dans des projets collaboratifs. Ceci réduit la visibilité et les synergies entre des recherches entreprises plutôt sur des bases individuelles. La vocation généraliste des IFRE et en particulier de l’IRMC, qui se traduit par des projets traitant de thématiques diverses et relevant d’une diversité de disciplines en sciences sociales, contribue à réduire cette visibilité. Si l’ouverture et la diversité doivent être préservées, la définition de priorités thématiques, abordées dans une approche interdisciplinaire, pourrait contribuer à renforcer la cohérence scientifique et la lisibilité des programmes de recherche, ainsi que la visibilité de leurs résultats. La constitution au sein de l’IRMC d’équipes de chercheurs rassemblées autour de thématiques porteuses et de problématiques communes favoriserait la mobilisation de ressources, en particulier à travers des réponses collectives aux appels d’offres de l’ANR et de l’Union européenne. Un plus grand rayonnement des activités de l’IRMC à l’échelle du Maghreb passe également par des partenariats renforcés avec les institutions universitaires de la région et l’instauration de mécanismes favorisant l’organisation plus systématique d’activités communes, qu’il s’agisse de recherche, de formation ou d’activités de valorisation. L’insertion de scientifiques français dans des institutions tunisiennes, formule déjà expérimentée par l’IRD pour ses chercheurs affectés en Tunisie, contribuerait d’une manière efficace à développer les interactions entre chercheurs locaux et chercheurs rattachés aux institutions françaises.

Un renforcement des partenariats entre l’IRMC et des institutions de recherche et de coopération françaises représentées en Tunisie, tels que l’IRD, le CIRAD ou l’AFD, favoriserait aussi le développement de collaborations interdisciplinaires (sciences sociales et sciences biophysiques) et de projets orientés vers l’action. Il assurerait une plus grande complémentarité entre les projets et permettrait, pourquoi pas, de mutualiser des moyens et des ressources de plus en plus rares, y compris des locaux plus adéquats, qui font aujourd’hui défaut. Enfin, une réflexion sur des mécanismes et des espaces d’échange et de concertation, permettant d’associer les partenaires locaux et les chercheurs accueillis à l’IRMC dans la définition de programmes de recherche plus en phase avec les demandes sociales dans les pays de la région, s’avère plus que jamais nécessaire, en particulier dans le contexte ouvert par les révolutions et les processus de transition politique en cours.

En prenant de cours la plupart des analystes, la Révolution tunisienne et l’explosion des demandes populaires pour plus de justice ont interpelle les chercheurs spécialisés dans les études sur le monde arabe et maghrébin et, en mettant à mal les thèses de « l’exceptionnalisme arabo-musulman », ont fortement questionné leurs schémas d’analyse. Le renouvellement des approches théoriques et conceptuelles dans ce domaine passe certainement par un dialogue renforcé avec les chercheurs des pays concernés, par un plus grand ancrage des recherches dans les réalités du terrain, une écoute plus importante aux demandes sociales, et enfin une plus grande ouverture aux approches comparatives (Nord/Sud et Sud/Sud) et interdisciplinaires, permettant de dépasser les écueils des études spécialisées dans les aires culturelles. C’est là, à mon sens, le défi lancé aux instituts de recherche français à l’étranger! L’IRMC saura sans aucun doute s’engager plus en avant dans cette voie.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Alia GANA

est sociogéographe, directrice de recherche CNRS UM7533 LADYSS en affectation à l’IRMC de 2012 à 2014.

Pour citer ce billet : Alia Gana, « Acquis et défis d’une recherche en partenariat », Le Carnet de l’IRMC, 13 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1142

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Entretien de Pierre-Noël Denieuil avec François Gouyette, Ambassadeur de France en Tunisie

ambassadeur de france en tunisie
Photographie de François Gouyette, ambassadeur de France en Tunisie

À l’occasion de cette livraison de La Lettre consacrée aux vingt ans de l’IRMC à Tunis, je vous remercie vivement d’avoir bien voulu accepter le principe de cet entretien à bâtons rompus autour des Instituts français de recherche et de la mission des sciences sociales à l’étranger. Je sais que vous connaissez bien le monde de la recherche, et je commencerai par une question un peu personnelle. Comment vous êtes-vous familiarisé avec les sciences sociales ?

Cette familiarité est naturelle si je puis dire, dans la mesure où j’ai fait des études de droit à l’Institut d’études politiques de Paris, mais aussi de langue arabe dans le cadre du cursus de l’INALCO (Institut national des langues et civilisations orientales). Il est clair qu’il y a là une dimension de civilisation déterminante, et qui touche à l’histoire des relations internationales. Et c’est en m’intéressant à ces deux aspects que je me suis bien évidemment familiarisé avec les sciences sociales telles qu’on les conçoit dans le cadre de la recherche sur le devenir des civilisations.

Et avec les Instituts français de recherche à l’étranger ?

Dans le cadre des fonctions que j’ai exercées, j’ai pu me familiariser davantage avec les institutions françaises qui travaillent dans ce domaine et notamment les Instituts. La première expérience que j’ai eue du fonctionnement concret d’un Institut français de recherche, c’est à Damas en Syrie lorsque j’étais n° 2 de l’ambassade de 1990 a 1993, et Jacques Langhade, un arabisant de Bordeaux, dirigeait cette institution. J’ai pu y voir toute l’utilité d’un tel Institut, à la fois académique en terme de connaissance du terrain, mais aussi pour les relations qu’il pouvait entretenir avec les services de l’ambassade. Ma seconde expérience a été en Turquie lorsque n° 2 à l’ambassade en 1996-97, j’ai découvert l’IFEA (Institut français des études anatoliennes). C’est aussi un prestigieux Institut qui a toujours joué un rôle de veille non seulement sur l’époque ottomane mais aussi sur l’époque contemporaine, et qui était aussi étroitement associé à la vie de l’ambassade. Stéphane Yerasimos, aujourd’hui décédé, a été un grand directeur de l’IFEA, où j’ai eu l’occasion de rencontrer des chercheurs. Je me souviens aussi du directeur de l’Institut français pour l’Asie centrale basé à Tachkent, lors d’une visite que j’avais effectuée en Ouzbekistan dans une délégation qui accompagnait le président Mitterrand lors de son dernier voyage dans cette région en 1994. Et puis sur le Maghreb il y a bien sur le Centre Jacques Berque de Rabat et l’IRMC à Tunis.

Quel regard portez-vous sur les travaux de ces différentes institutions et plus particulièrement sur ceux de l’IRMC ?

Son directeur est associé à la vie et au travail de l’ambassade, il assiste périodiquement aux réunions des chefs de service. C’est un signe de confiance bien sûr, c’est aussi un signe qu’il est partie prenante de cette équipe de France que j’ai l’honneur de diriger ici. Et je considère que c’est un élément important de notre dispositif de coopération. Mais au-delà, car on ne saurait réduire la recherche sur le Maghreb contemporain à cette seule dimension, même si elle reste importante, il s’agit d’un observatoire diversifié et multiforme des réalités de l’histoire du protectorat et de la Tunisie d’avant le protectorat, mais aussi de la Tunisie d’aujourd’hui.

Dans la mesure où la mission de l’IRMC couvre « le Maghreb contemporain », peut-on dire que son action dépasse le bilatéral franco-tunisien ?

Je peux me référer à mon expérience récente de la Libye où j’étais ambassadeur et où pour la première fois j’ai pu connaître l’IRMC puisque j’y ai reçu avec vous les chercheurs tunisiens qui travaillaient sur la Libye autour de la relation franco-libyenne.

Aujourd’hui en Libye, la situation est telle que Tunis peut plus que jamais se voir conforté dans son positionnement de centre de veille à l’échelle régionale. De son côté l’Algérie qui est un pays majeur du Maghreb nécessiterait peut-être qu’un Institut lui soit consacré, même si son absence a ce jour s’explique sans doute pour des raisons historiques de la période du terrorisme. Mais que l’IRMC ait une vocation régionale qui couvre la Libye me paraît nécessaire. D’ailleurs les services économiques de l’ambassade couvrent aussi la Libye, et la vocation régionale y est à renforcer.

Vous avez employé le terme de « veille » à propos de la recherche, c’est-à dire… ?

Oui absolument. Je considère qu’un Institut comme l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, et comme d’autres instituts d’ailleurs, a une fonction de veille sur la société, et là on revient au primat de la sociologie dans l’approche du pays où nous nous trouvons. Il est évident que si on ne valorise pas cette fonction, il y aura un déficit dans la manière dont on peut tirer profit de l’existence d’un tel institut.

Vous parliez de l’IRMC comme d’un observatoire de la Tunisie d’aujourd’hui. Que peuvent en dire les sciences sociales ?

La sociologie peut être un angle d’approche particulièrement utile aujourd’hui dans un pays qui depuis la révolution est en train de chercher sa voie pour édifier un État démocratique et une transition, amorcée depuis deux ans maintenant – mais à l’échelle de l’histoire deux ans c’est bien peu – et que la France a choisi d’accompagner avec tous les outils de coopération, dont l’IRMC par sa spécificité. Je pense qu’il faut mettre l’accent sur le suivi, sur les études et la recherche contemporaines, sur l’observation des réalités politiques, économiques et sociales, sociologiques et culturelles de la Tunisie post révolution. C’est un sujet qui peut recouper d’ailleurs des travaux qui sont menés par l’IRD ou par d’autres organismes.

Cela ne signifie pas que les autres travaux sont dénués d’intérêt mais on est quand même aujourd’hui dans une phase qui requiert la mobilisation de toutes les compétences en matière de recherche et d’analyse, et les chercheurs doivent bien évidemment contribuer à cet important travail d’observation.

Par exemple ?

Vous évoquiez l’examen du projet de constitution, mais il peut y avoir d’autres sujets comme par exemple l’Islam tunisien dans sa diversité, les tendances qui le traversent, les mouvements qui le travaillent, et puis au plan sociologique aussi la compartimentation et la fragmentation de la société. On est aujourd’hui au lendemain d’une tragédie de l’immolation d’un jeune marchand ambulant qui rappelle deux ans plus tard celle de l’immolation de Bouazizi qui a été le point de départ d’une révolution encore inachevée, qui n’a pas rempli toutes ses promesses – mais sans doute ne le pouvait-elle pas – en termes de satisfaction des besoins de la population. On voit bien qu’il y a là des questions fondamentales qui mériteraient qu’un Institut comme l’IRMC se penche davantage sur les réalités socio économiques sans préjuger de ce que font d’autres par ailleurs.

Pensez-vous qu’un chercheur puisse se positionner comme un conseiller du politique ou de la diplomatie ?

Cela renvoie à la conception du rapport que l’on peut voir entre diplomatie et recherche. Cela suppose que soient clairement définies les missions de chacun ou que soit affirmé aussi le principe de l’indépendance qui doit s’attacher à la recherche et à la qualité et au statut du chercheur. Le chercheur ne doit pas se considérer ou être considéré comme un auxiliaire de l’État ou de l’administration. En même temps, je dirai que la recherche n’est pas neutre, elle s’inscrit aussi dans un contexte qui est celui de l’action d’un État. Il faut donc trouver un équilibre entre ces exigences : les exigences d’indépendance légitime du scientifique qui ne doit pas être soumis à des contraintes qui iraient à l’encontre de ses convictions et de sa conscience, et en même temps ne pas considérer que la recherche est quelque chose de totalement abstrait et ne s’inscrit pas dans un contexte. De surcroît pour un institut de recherche français, il ne serait pas compréhensible qu’il inscrive son action à l’extérieur de l’État qui le soutient. Je crois que tout est question de gradation.

Que pensez-vous de cette notion de « diplomatie scientifique » ?

Il est tout à fait pertinent de réfléchir à ce que peut être l’apport de ce que l’on appelle diplomatie scientifique. On parle beaucoup de diplomatie économique, la diplomatie scientifique est un concept moins familier mais qui a sa pertinence dans la mesure où la connaissance des pays et des sociétés avec lesquels nous coopérons, est un atout essentiel. Dans un monde extrêmement compétitif, la diplomatie française ne peut négliger aucune piste et aucune perspective pour renforcer sa position. Alors dans un pays comme la Tunisie, il est clair que l’existence d’un centre de recherche ou d’un vivier de chercheurs français et tunisiens doit être mise en valeur.

Pour terminer, que souhaiteriez-vous dire aux chercheurs de l’IRMC ?

Je reviendrai sur les propos que j’ai tenus sur l’utilité de l’Institut telle que je la conçois. Je crois que les chantiers sont nombreux, multiformes et pluridisciplinaires. La synergie avec l’IRD (l’Institut de recherche sur le développement) doit être renforcée, et il faut veiller à ce que plus de liens soit assurés entre ces instituts qui travaillent sur des secteurs et des domaines différents, mais qui peuvent aussi avoir un intérêt commun à travailler ensemble, ainsi qu’avec les autres instituts a l’échelle régionale. Puis sur le fond, le chantier de la révolution est ouvert. Il est d’une extrême richesse et se décline dans tous les domaines que j’ai déjà mentionnés, le politique, la constitution, les institutions, la sociologie, l’économie et la culture. Encore une fois j’insiste sur le principe de l’indépendance du chercheur mais qui ne suppose pas qu’il reste enfermé dans une bulle étanche face aux services de l’ambassade. Au contraire il doit y avoir synergie dans le respect de chacun, mais dans un but de connaissance et de compréhension du pays dans lequel nous vivons.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

François GOUYETTE

Ambassadeur de France en Tunisie.

 

Pour citer ce billet : François Gouyette, « Entretien de Pierre-Noël Denieuil avec François Gouyette, Ambassadeur de France en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 3 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1013

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC et l’Institut français de Tunisie (IFT)

1L’IRMC, depuis sa création, se situe au carrefour institutionnel de plusieurs dispositifs correspondant à des objectifs et à des formes de partenariats spécifiques : le ministère français des Affaires étrangères qui valorise la production de connaissances sur la Tunisie et l’ensemble du Maghreb ; le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) qui vise plutôt la recherche fondamentale et l’entretien des réseaux « d’excellence » ; les universités et les institutions de recherche magrébines en quête de partenariat et de co-constructions scientifiques ; puis les services de l’Ambassade de France a Tunis, qui souhaitent sa visibilité et sa participation à la présence de la culture et de la langue française, ainsi qu’au débat d’idées en matière de coopération universitaire et scientifique. C’est dans ce dernier cadre que l’IRMC entretient des relations suivies avec l’Institut français de coopération, devenu aujourd’hui l’Institut français de Tunisie (IFT). Ainsi après un soutien indifférencié de l’IFC au fonctionnement de l’IRMC lors de sa fondation, s’est progressivement mise en place une coopération fondée sur des objectifs partagés et sur des projets communs.

Les modalités de travail

Dans le cadre du soutien de l’IRMC aux étudiants boursiers et à la recherche universitaire, des contacts étroits sont noués avec les services de coopération de l’IFT. Ces contacts sont régulièrement repartis entre la coopération éducative et pour le français en matière d’orientation sur des stages linguistiques ; la coopération scientifique et technique en vue du montage de projets, des partenariats Curien et d’une présence au CMCU ; la coopération universitaire lors d’échanges ou d’actions de coopération (cursus communs) entre universités françaises et tunisiennes, ainsi que par le biais d’une présence de l’IRMC au Forum des orientations universitaires.

Dans ce cadre, l’Institut de recherche joue un rôle important pour le conseil a l’octroi de bourses d’études (comité mixte Michel Foucault) et apporte régulièrement son expertise dans les commissions de sélection et d’attribution de soutiens a l’organisation de colloques et de manifestations scientifiques. Il contribue ainsi, dans un rôle de courroie de transmission, à promouvoir les sciences humaines et sociales, et à renforcer leur présence et leur audience au sein des services de l’IFT. De leur côté les attachés concernés et/ou le conseiller culturel, participent régulièrement à des réunions ciblées (dont les conseils scientifiques du Pôle Maghreb et les comités mixtes franco-tunisiens de suivi des activités de l’IRMC), contribuant ainsi à une meilleure circulation de l’information entre les deux établissements.

Les actions communes

3Elles sont nombreuses et variées. Elles peuvent tout d’abord concerner des invitations d’universitaires et de chercheurs en France ou en Tunisie, puis des aides financières à la publication (bulletin Correspondances en 1998-2000, Lettre de l’IRMC en 2013) ou a des enquêtes nationales (les diplômés et les ingénieurs en Tunisie, 1999-2002 avec l’INTES), ainsi que des soutiens financiers à des colloques et des manifestations internationales (dont les Chantiers de la recherche au Maghreb en 2006 ou le colloque de l’AISLF en 2007).

Elles concernent aussi les partenariats retenus avec le Fonds d’Alembert, et pour lesquels l’IRMC a eu en charge la définition des thèmes et la conduite des conférences. Citons à ce titre le projet de 2003, Nouveaux risques et culture du risque : quel avenir pour les sociétés contemporaines ? et celui de 2004-2006, Construire un monde ? Mondialisation, pluralisme et universalisme, qui a donné lieu à la publication d’un ouvrage en 2007, sous la direction de Pierre Robert Baduel. Enfin, notons qu’en 2006-2007, l’IRMC a servi de conseil scientifique pour l’organisation des conférences de la manifestation organisée par l’IFT sur L’image révélée. Orientalisme/Art contemporain.

Plus récemment et depuis la révolution tunisienne, plusieurs actions notoires ont sensiblement rapproché les relations de l’IRMC et de l’IFT. Citons d’abord l’organisation d’un cycle de conférences en partenariat conjoint avec la Médiathèque Charles De Gaulle, la BNT (Bibliothèque nationale de Tunisie) sur le thème : Avec quels outils penser la société tunisienne aujourd’hui ? Cinq conférences sont, entre autres, a signaler : « Les perspectives et nouveaux enjeux de l’édition au Maghreb » (Luc Pinhas), « Plus d’une langue » (Barbara Cassin), « La communication : guerre et paix au XXIeme siècle » (Dominique Wolton), et enfin au printemps 2013, « Aménagement du territoire » (Jean-Louis Guigou) et  « Décentralisation » (Jean-Pierre Worms). Mentionnons de même la présence ponctuelle lors de réunions de chercheurs a l’IRMC, de conférenciers du collège de France invités par l’IFT (Henri Laurens, Pierre Rosanvallon).

Citons aussi l’organisation conjointe en mai 2012 avec l’IFT, l’IRMC, l’IRD et l’Institut Pasteur, d’un séminaire sur l’histoire orale et la mémoire des Instituts Pasteur au Maghreb. Anciens directeurs et personnels de ces instituts ont pu y débattre sur le rôle historique de ces Instituts dans la distribution des produits pharmaceutiques, avec les facultés de médecine et d’enseignement, dans la transmission des connaissances, à travers la veille sanitaire et scientifique etc.

Enfin, mentionnons le récent partenariat (décembre 2012) de l’IRMC avec le MAE (Institut français Paris), l’IFT et la BNT lors du Forum sur la question comparée de la transition énergétique au Maghreb dans le cadre de la manifestation annuelle « Sciences en questions ». Ce forum, organisé par Sylvie Daviet (professeur à l’Université d’Aix-Marseille en délégation CNRS auprès de l’IRMC) avec le soutien de Yannick Leroux (attache de coopération scientifique auprès de l’IFT), a permis de rassembler pour la première fois en Tunisie autour d’une même table et sous l’égide des sciences sociales, des acteurs publics et privés non académiques et des universitaires. N’omettons pas non plus de signaler la présence conjointe de nos deux institutions sur des manifestations ponctuelles (escale à Tunis de « Ulysse 2009 », journées audiovisuelles en 2010, Forum social de 2011), ainsi que lors des sessions régulières de la Foire internationale du livre de Tunis.

En conclusion, il convient d’insister sur le fait que les relations nouées entre l’IRMC et l’IFT ont toujours eu lieu sur la base d’un consentement volontaire tenant compte des objectifs spécifiques des deux institutions, l’une en matière scientifique et l’autre en matière d’action culturelle. Et il faut reconnaître que cela n’alla pas toujours de soi. Si les chercheurs de leur côté ont pu revendiquer leur « autonomie scientifique » face aux services culturels français, à la mission diplomatique française et au politique, les Conseillers culturels successifs n’ont pour leur part pas hésité à rappeler la nécessité « pour les chercheurs de prouver aux décideurs l’utilité de leurs investigations ». Il faut toutefois resituer ces résistances mutuelles dans le contexte des « années Ben Ali » où l’IRMC, certainement sauvé par sa dimension internationale, tentait de s’imposer comme un « espace de liberté » en équilibre instable entre le contrôle du pouvoir tunisien et le maintien d’une autocensure a minima souhaitée par ses tutelles. Il semblerait toutefois que la révolution tunisienne et le projet désormais commun tant pour le Gouvernement français et l’IFT que pour l’IRMC, de s’inscrire dans une transition démocratique consensuelle, aient contribué au rapprochement de ces deux institutions au service de nouvelles modalités de la « diplomatie scientifique » en Méditerranée.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Pierre-Noël Denieuil

est directeur de recherche au CNRS et actuel directeur de l’IRMC. Son mandat a débuté en 2008 et s’achèvera à l’été 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC et l’Institut français de Tunisie (IFT) », Le Carnet de l’IRMC, 2 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/928

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC un outil de coopération

Lazari
Photographie de Mohamed-Néjib Lazhari

L’IRMC est un outil particulier de coopération. Il a impulsé en Tunisie une communauté pour les jeunes chercheurs. Par exemple la mise à disposition de sa bibliothèque est un phénomène unique que l’on ne trouve pas dans les autres disciplines, avec pour effet de stimuler la circulation des chercheurs et la participation aux activités de l’Institut. Puis par le biais de son poste en détachement, de nombreux enseignants chercheurs tunisiens y ont transité et sont devenus chefs de laboratoire. Et tout cela a eu des effets démultiplicateurs sur d’autres, en palliant la mobilité parfois difficile avec la France et en contribuant à la formation. Puis il y a eu l’impact des rencontres avec les jeunes étudiants et doctorants lors des sessions doctorales.

L’IRMC a toujours joue un rôle de catalyseur et il doit s’y maintenir et renforcer une synergie des sciences sociales sur les réseaux nationaux, régionaux voire étendus à l’espace euro-méditerranéen, sans perdre toutefois son essence de coopération francophone qui est sa mission scientifique d’origine. Il doit aussi prendre la mesure des évolutions en informatique et en sciences exactes, et tenir compte de l’interférence qui existe entre les disciplines comme entres les sociétés. Par exemple les sondages d’opinion constituent un nouveau créneau pour les sciences sociales qu’il serait intéressant d’emprunter.

La coopération (que l’on peut définir comme savoir donner, savoir communiquer, savoir échanger) devient une association nécessaire dans un contexte où on ne s’en sort jamais seul. Et à ce titre, l’IRMC doit rester la locomotive d’un rapprochement des institutions universitaires. Et cela d’autant plus dans un contexte ou le CERES s’est trouvé marginalisé par rapport aux universités. C’est ainsi que certains chercheurs tunisiens ont trouvé à l’IRMC des choses qu’ils ne trouvaient ni au CERES ni ailleurs.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Mohamed-Nejib LAZHARI

est directeur des programmes et du Partenariat scientifique au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Il est président du comité mixte de suivi franco-tunisien des activités de l’IRMC.

Pour citer ce billet : Mohamed-Nejib Lazhari, « L’IRMC un outil de coopération », Le Carnet de l’IRMC, 19 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/957

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC depuis son Comité de suivi

el gaied
Photographie de Mohamed Moncef El Gaied

L’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) boucle en 2012 ses vingt ans. Il a atteint aujourd’hui une maturité certaine. En effet, il est indéniable que l’IRMC constitue un outil d’une véritable coopération entre la Tunisie et la France. Il est indéniable également que, dans le cadre des sciences humaines et sociales, l’IRMC joue aujourd’hui un rôle important pour comprendre et appréhender certains phénomènes relatifs à la sphère maghrébine, ce qui est sa vocation première. Comment en est-on arrivé là ? Évoquer brièvement les circonstances qui ont jalonné son parcours et identifier succinctement l’environnement au sein duquel l’Institut a développé sa maturation pourraient, dans une certaine mesure, répondre à la question. Dans cet ordre d’idées, il y a lieu de rappeler les faits suivants :

La date de création de l’IRMC (1992) a coïncidé avec le début d’une véritable organisation de la recherche scientifique en Tunisie avec la création (1991) du secrétariat d’État auprès du Premier ministère, chargé de la Recherche scientifique (SERS), transformé (1992) en secrétariat d’État de la Recherche scientifique et de la technologie (SERST), la réactivation (1991), au sein du ministère de l’Enseignement supérieur (MES), de la Direction de la recherche scientifique et technique (DRST), élevée (1992) au rang de Direction générale de la recherche scientifique et technique (DGRST). À la même époque, la coopération scientifique et culturelle avec la France a atteint une densité remarquable et a pris une dimension supérieure, accompagnée d’une diversification des programmes bilatéraux touchant divers départements ministériels tunisiens.

Par ailleurs, le statut de l’IRMC prévoit la possibilité de créer un Comité mixte de suivi. Ce Comité comprend les représentants des autorités de tutelle, à savoir le ministère français des Affaires étrangères (MAE) et le ministère tunisien de l’Enseignement supérieur (MES). Il fut mis en place juste une année après l’entrée en fonctionnement de l’IRMC et organisa sa première réunion la même année (1993). Messieurs Brahim Baccari, directeur général de la recherche (MES) et Yves Saint-Geours, sous-directeur des sciences sociales et humaines (MAE) coprésidèrent cette réunion. Ils y ont souligné, notamment, que cette première réunion devrait permettre de définir les compétences et les modalités de fonctionnement du Comité dans le cadre de la coopération bilatérale franco-tunisienne.

En fait, quand on relit les procès-verbaux des premières réunions, on se rend compte que les interventions des membres du Comité, partie tunisienne et partie française confondues, ont surtout permis de définir une tonalite de discussion imprégnée de pragmatisme et de réalisme. A été installé, également, un état d’esprit ouvert au dialogue et à l’écoute. Liberté de réfléchir tout haut, échanges francs et propositions pertinentes ont toujours été à l’ordre du jour. Ils ont permis, à plus ou moins brèves échéances, de voir se réaliser sur le terrain, la majeure partie des propositions suggérées. Ainsi, quand j’ai succédé à M. Brahim Baccari, appelé à prendre la tête de l’Université de Tunis III, et eu l’honneur de co-présider le Comité, je n’avais plus qu’à surfer tranquillement sur la vague déjà en place pour poursuivre la réflexion avec l’ensemble des membres de cette instance, contribuant ainsi à la consolidation et au renforcement des activités de l’IRMC. Lors de ces réunions, des tendances ont été progressivement dégagées. Elles ont été dictées essentiellement par leurs apports nouveaux et leur pertinence au moment où elles ont été formulées. Certaines étaient susceptibles d’évoluer ou de disparaître et certaines étaient destinées à s’inscrire dans la durée. Sans être exhaustif, on peut citer à titre d’exemples :

– le renforcement et la diversification des partenaires ; le choix de thématiques pertinentes ; la priorité donnée aux formations doctorales et à l’organisation annuelle de rencontres tuniso-françaises de jeunes chercheurs, soutenue par les tutelles des deux pays ; l’institutionnalisation des cotutelles de thèses avec co-diplomation, ce qui constitue un instrument de mobilité pour les doctorants ; la diffusion et la valorisation des résultats de la recherche au Maghreb et sur le Maghreb à travers l’appropriation des nouvelles technologies de l’information et de la communication ; l’encouragement d’une politique de traduction en liaison avec les besoins de formation de chercheurs arabisants.

Du fait de la densité des actions en coopération, rappelées ci-dessus, l’IRMC s’est trouvé dans un environnement local renfermant, en son sein, des potentialités humaines, ayant des compétences reconnues dans les domaines des sciences humaines et sociales, prêtes à la concertation et à la collaboration. En outre, les différents organismes et structures de recherche, aussi bien tunisiens que français, étaient disposés à engager un effort de réflexion pour d’éventuelles coordinations ou intégrations. En particulier, la signature de conventions entre l’IRMC et les partenaires tunisiens a toujours été encouragée.

Bref, localement, une masse critique scientifique potentielle existait. C’était donc un environnement propice à l’épanouissement de toute initiative d’activité en coopération dans le domaine d’intervention de l’IRMC. Ainsi, de par la stature acquise, l’Institut est devenu, assez rapidement, un lieu d’ouverture et d’échanges, dans les domaines des sciences humaines et sociales, entre les chercheurs doctorants et les chercheurs universitaires confirmés. Cela a contribué à l’insertion quasi naturelle de l’IRMC dans le paysage national de la recherche, de sorte que l’Institut est arrivé à faire figure de nœud de réseaux de recherche, capables d’appréhender les mutations régionales, et même au-delà.

À ce titre, les résultats de la recherche peuvent être valorisés a plusieurs niveaux. Il y aurait lieu d’en faire une large diffusion, non seulement en direction des chercheurs (cas classique), mais en direction d’autres parties : grand public, entreprises locales et internationales, instances de la société civile et instances gouvernementales. Il y a là une source de prise de conscience pour les uns, une mine d’informations utiles pour l’aide à la décision pour les autres et une démonstration de l’utilité de la recherche scientifique dans les domaines des sciences humaines et sociales. L’IRMC a donc progressé par touches successives, palier par palier, sous le regard bienveillant des autorités de tutelles des deux partenaires. L’Institut continuera de progresser, j’en suis persuadé, tant que l’ensemble des acteurs concernés continuera d’agir dans le même sens, à savoir agir dans l’intérêt commun. Les deux seules limites à sa progression ne peuvent découler que, soit de l’exigüité des locaux (souvent évoquée lors des réunions du Comité), soit des conditions budgétaires, soit des deux.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Mohamed Moncef EL GAIED

est ancien directeur général à la DGRST du ministère tunisien de l’Enseignement supérieur, et ancien co-président du Comité mixte franco-tunisien de suivi de l’IRMC.

Pour citer ce billet : Mohamed Moncef El Gaied, « L’IRMC depuis son Comité de suivi », Le Carnet de l’IRMC, 19 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/946

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook