Archives par mot-clé : constantine

Les 1ères rencontres UC3/IRMC à Constantine

Les 1ères rencontres UC3/IRMC ont été organisées les 11 et 12 novembre 2018 en partenariat avec l’Université de Constantine 3. Cette manifestation scientifique a permis à l’IRMC de présenter ses travaux, ses programmes de recherche devant les chercheurs et étudiants constantinois et d’animer des ateliers conçus sur le modèle de l’école doctorale (conférences méthodologiques, présentations et discussions des projets de thèse) à destination des doctorants.

La première journée a présenté les perspectives de la recherche actuelle au Maghreb, en particulier en Algérie et en Tunisie. La matinée a été dédiée à la présentation de l’équipe de l’IRMC. Oissila Saaidia, directrice de l’IRMC, a insisté sur la politique scientifique menée à l’égard de l’Algérie par l’intermédiaire du SCAC (Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France) d’Alger. La volonté a été affichée de favoriser les échanges scientifiques avec l’Algérie – ici, en s’engageant dans un partenariat durable avec les universités de Constantine – comme celle d’encourager les doctorants algériens, et plus largement, les doctorants travaillant sur l’Algérie, à venir y faire du terrain en leur octroyant des bourses.

© tsa-algerie.com

Amin Allal, chercheur CNRS en science politique à l’IRMC, a présenté son programme de recherche sur « Les citoyennetés industrielles » qui repose sur une équipe de l’Université de Lille 3 et des chercheurs du Nord et du Sud afin de poser des questions communes sur la sociologie du travail et des institutions économiques. Il a également évoqué son projet ambitieux de tenir des « états généraux de la science politique au Maghreb » pour contribuer à enrichir la discipline par des bilans et des perspectives de recherche de/sur la région.

Hend ben Othman, architecte de formation, urbaniste et chercheure associée à l’IRMC, a parlé de l’apport de cette institution dans son itinéraire de formation. Pour elle, la phase de mutation actuelle favorise les grands projets urbains, l’avènement des acteurs privés et de l’action des habitants. Après avoir passé en revue les dernières rencontres maghrébines intéressant son domaine, elle a souligné le déni du patrimoine colonial. Elle a fait part de son projet d’habilitation à diriger des recherches (HDR) qui porte sur les principes et la mise en place des instruments de la décentralisation en cours.

Betty Rouland, chercheure en géographie à l’IRMC, a exposé son projet de recherche sur l’accès aux soins pour la patientèle étrangère en Tunisie et présenté son séminaire mensuel sur les migrations, mobilités et circulations intra-africaines. Par ailleurs, elle mène avec Irène Maffi, anthropologue, une enquête sur les mobilités médicales et le recours à la procréation médicalement assistée (PMA) en Tunisie.

Kmar Bendana, historienne à l’Université de la Manouba à Tunis et chercheure associée à l’IRMC, a abordé les « Chantiers d’écriture » qu’elle anime depuis des années pour consolider la formation méthodologique. Elle a appelé de ses voeux à une meilleure exploitation du bilinguisme scientifique arabe-français, bagage commun à plusieurs générations de la recherche sur le Maghreb.

Monia Lachheb, chercheure en sociologie à l’IRMC, a présenté son programme de recherche sur les sexualités dites marginales au Maghreb (homosexualités, prostitution, etc.).

Nassima Mekaoui-Chebout, doctorante en histoire à l’EHESS à Paris et boursière à l’IRMC de 2016 à 2018, a évoqué l’atelier doctoral mensuel de l’IRMC. Elle a rappelé, parmi les manifestations scientifiques destinées aux doctorants, l’organisation des journées doctorales de l’IRMC en 2017. Elle a conclu en présentant son projet de thèse en cours sur « Les domestiques employé.e.s au service des Européen.ne.s en Algérie coloniale (1830-1962) ».

© univ-constantine3.dz

L’après-midi a été consacrée aux présentations des ouvrages les plus récents des chercheurs. Oissila Saaidia, directrice de l’IRMC et historienne, a présenté l’ouvrage issu de son HDR paru en 2015 : Algérie coloniale : musulmans et chrétiens, le contrôle de l’État, 1830-1914. Elle a développé dans un exposé synthétique la démarche méthodologique qu’elle a empruntée dans le prolongement de ses travaux antérieurs sur le fait religieux au Mashreq. Partant d’un questionnement interrogeant les discriminations subies par les musulmans en Algérie à l’époque coloniale, son raisonnement s’est étoffé autour d’une réflexion comparée. Son examen historique des politiques cultuelles l’a conduite à comparer l’islam et le catholicisme tels qu’ils étaient vus et administrés par l’État colonial. Ainsi, son travail d’enquête dans les archives l’a menée à deux conclusions. La première est le constat d’une méfiance de l’État à l’égard de toutes les religions quelles qu’elles soient (protestantisme et judaïsme n’ont été reconnus légalement en France qu’après la Révolution française), qui s’est traduite par une gestion étatique des cultes tout au long du XIXe siècle. La deuxième conclusion consiste à confirmer l’hypothèse de départ d’un traitement différencié de l’islam dans l’Algérie coloniale. Indépendamment des lois, le peu de financement des mosquées et de la formation des imams, l’accès rendu difficile aux pèlerinages, ne fût-ce qu’à la zaouia voisine, et la surveillance récurrente, constituent autant d’entraves à la liberté de la pratique de l’islam. Par ailleurs, son travail a permis de mettre en lumière la spécificité de l’Algérie concernant la situation unique du catholicisme organisé sur le modèle diocésain comme en France et non pas sur celui du vicariat apostolique ou du diocèse colonial.

L’historien Marc André (Université de Rouen) a présenté l’ouvrage issu de sa thèse paru en 2016 : Femmes dévoilées : des Algériennes en France à l’heure de la décolonisation. Son travail se place du côté de la rive métropolitaine. L’auteur s’est interrogé sur les migrations des musulmanes d’Algérie en métropole (environ 20 000 femmes sont concernées), et en particulier dans la région de Lyon, sachant que les Algériennes ne seront citoyennes qu’à partir de 1956, tandis que les Algériens sont citoyens, à certaines conditions, sous l’appellation de « Français musulmans d’Algérie » dès 1947. Par sa méthodologie, Marc André a mis en évidence la pertinence de l’enquête orale pour l’historien inspirée de la sociologie (entretien semi-directif), qu’il a nommé « histoire participative ». Ce faisant, il a montré à quel point le recours à l’interdisciplinarité en sciences sociales peut être stimulant. Il a évoqué les conditions de migration de ces femmes (regroupement familial, mariage, veuvage), puis leur « vie ordinaire » (logement, loisirs, travail), mais aussi leur implication politique dans la guerre d’Algérie (FLN, MNA). Il a prêté une attention particulière aux sources iconographiques, notamment aux photographies de la presse illustrée ou encore aux albums de famille qu’il a recueillies auprès de ses enquêtées. À cet égard, il a insisté sur la relecture genrée de son corpus de sources qu’a occasionné le changement de perspective suite au recalibrage de son sujet initial de recherche : les femmes invisibles, parce qu’invisibilisées, sont devenues visibles à ses yeux.

Enfin, Amin Allal a présenté l’ouvrage collectif paru en 2018 qu’il a dirigé avec Vincent Geisser : Tunisie : une démocratisation au-dessus de tout soupçon ? La diversité des contributions et la pluralité des approches montrent un renouveau historiographique certain de l’étude du fait politique dans la Tunisie post-révolutionnaire. En particulier, les oppositions binaires classiques – entre  autoritarisme et pluralisme, entre dictature et démocratie – y ont été démenties de façon convaincante. Ces actes de colloque s’inscrivent dans le sillage de l’hommage rendu à Michel Camau lors de la journée d’étude « Actualité de la question autoritaire » organisée en 2016 par l’IRMC. Amin Allal a présenté la méthodologie de la sociologie politique basée sur les entretiens et l’observation ethno-graphique. L’ouvrage est structuré en trois parties : la première s’interroge sur l’éventualité d’une refondation politique à travers les partis, les syndicats et les mouvements sociaux. La deuxième partie s’intéresse aux structures politiques (armée, sécurité, police, presse). La troisième partie astucieusement intitulée « Au-delà du mythe national, une nouvelle citoyenneté tunisienne » aborde la question des défis posés à la Tunisie. Les revendications des différentes minorités ethniques et sexuelles face aux discours racistes et homophobes questionnent la société tunisienne contemporaine. Les différentes facettes de la citoyenneté y sont abordées : le féminisme (ou sa relative absence dans le champ politique), la question des usages politiques de la darija (et notamment du dialecte arabe tunisien), la place de la diaspora dans les débats politiques (le désenchantement des binationaux), la question des harragas, etc.

La deuxième journée a commencé par deux conférences méthodologiques : la première a été assurée par Hend ben Othman, la seconde par Amin Allal. Hend ben Othman s’est intéressée à la méthodologie propre à toute recherche en sciences sociales. Elle a présenté les différentes étapes méthodologiques du travail de recherche aux doctorants : lectures ciblées (état de l’art), conduite d’entretiens exploratoires, identification des personnes ressources, etc. Elle a surtout insisté sur le caractère itératif, et non linéaire, du processus de la recherche : dit plus simplement, la recherche naît des allers-retours permanents entre problématisation, cadrage théorique et terrain. Elle a également mis en garde contre les écueils guettant toute recherche (la problématique doit être analytique et non descriptive) et plus spécifiquement les études urbaines. En effet, si l’expertise par le biais du diagnostic territorial n’est pas à proscrire absolument, elle ne constitue cependant pas un résultat heuristique en soi, seulement celui d’un savoir-faire technique. La recherche scientifique exige et se distingue par un questionnement pertinent et original qui correspond à un contexte et des enjeux actuels.

Dans sa conférence méthodologique sobrement intitulée « Faire une recherche en science politique » Amin Allal a proposé une approche nonconventionnelle, ou du moins qui ne fait pas l’unanimité, de la mise en oeuvre d’une recherche en science politique aujourd’hui. Partant de l’objet « Qu’estce- que le politique ? », l’entrée proposée par le chercheur est celle de la sociologie politique. En esquissant l’histoire de la discipline, la proximité fondatrice du droit avec la science politique est apparue, tout comme la vocation émancipatrice du divorce entre les deux disciplines. Du conseil au prince, la science politique s’est mue en science sociale : c’est l’acte de naissance des sciences sociales du politique. Il a défendu l’idée fondamentale selon laquelle le politique se niche dans les ramifications les plus inattendues de la société. À ce titre, en prenant l’exemple d’objets de recherche aussi variés que l’informel, la famille, le football et les loisirs, il a montré l’étendue et les possibilités offertes par un champ de recherche en pleine mutation. Il a abordé les méthodes disponibles pour mettre en oeuvre une telle recherche (quantitatives, qualitatives, ethnographiques, etc.). Mais surtout, Amin Allal a insisté sur la nécessité pour tout chercheur en sciences sociales de « mettre en énigme » l’objet social par un processus d’objectivation réflexif qui consiste entre autres à déconstruire le sens commun et à chercher des réponses sociologiques à la réalité sociale.

La deuxième partie de la journée était structurée autour des présentations des travaux des doctorants algériens, pour la plupart constantinois et/ou anciens boursiers de l’IRMC, devant des enseignants chercheurs de l’UC3 et de l’IRMC. Quatre panels ont été organisés : histoire et patrimoine ; géographie, aménagement du territoire et urbanisme ; sociologie et anthropologie ; sciences sociales du politique.

Au cours des panels, les doctorants ont eu l’opportunité de présenter leurs projets de thèse qui portent sur des sujets aussi variés que l’héritage colonial de la ville de Constantine à travers l’historicisation du fait urbain et architectural (1837-1962) ou les disparités socio-spatiales dans l’accès à l’eau à Tlemcen. Les travaux des doctorants s’inscrivent dans des disciplines aussi différentes que la sociologie de l’environnement et l’histoire ottomane. Nombre de questions méthodologiques et épistémologiques, soulevées par les pratiques disciplinaires et interdisciplinaires, mais aussi de difficultés du même ordre rencontrées par les doctorants ont été posées. Les bénéfices du recours à la science politique entendue comme sociologie politique, pour étudier les mobilisations syndicales dans la fonction publique algérienne (1989-2014), ont été bien démontrés. Les problèmes liés à la faisabilité de la thèse ont été mis en évidence à travers l’accès au terrain (ksours, c’est-à-dire l’architecture de terre, du sud algérien), ou aux sources (archives coloniales situées en France) selon les disciplines, et à travers la technicité des compétences requises pour traiter tel ou tel sujet de recherche (SIG pour la cartographie géographique, maîtrise de l’osmanli pour la lecture des manuscrits ottomans). Différents conseils ont été donnés face aux interrogations des doctorants, les discutants ont suggéré des solutions pragmatiques et adaptées aux demandes personnalisées de chacun : réduire la périodisation historique envisagée, diversifier le type de documents recherchés quand les sources sont lacunaires, mener une enquête de terrain par entretiens sociologiques avec les acteurs quand ils sont disponibles, s’ouvrir à d’autres méthodes telles que l’observation ethnographique dans une perspective plus anthropologique, etc.

En définitive, les discutants ont encouragé les doctorants à prendre connaissance et conscience de la propension des méthodes issues de plusieurs disciplines des sciences sociales à se compléter les unes les autres. Ainsi, la recherche doctorale sur les traces coloniales présentes dans l’espace urbain et architectural à Constantine mêle intelligemment histoire spatiale, étude de l’architecture coloniale et enjeu patrimonial autour d’un héritage contesté (la notion même de patrimoine colonial, utilisée avec parcimonie, est questionnée). Les doctorants ont également fait preuve de savoir-faire inventif en expérimentant des méthodes inédites telles que le photo-questionnaire pour analyser la « culture paysagère » ou le « paysage urbain » du secteur sauvegardé de Constantine. Employé pour prendre contact avec les enquêtés, le photoquestionnaire a été reconnu comme une manière pertinente et originale d’initier le dialogue et de recueillir des témoignages sur le vécu de la ville par les Constantinois. Des points plus classiques de la démarche méthodologique du chercheur ont aussi été réaffirmés : l’importance du travail d’enquête exploratoire, l’attention portée au choix de l’échantillon, la nécessité de bien identifier et hiérarchiser les acteurs interrogés pour accroître l’efficacité de la réflexion sociologique, pour mieux circonscrire le  terrain et finalement pour affiner sa problématique.

Les deux journées ont permis de donner des pistes de recherche empiriques et de réflexions plus théoriques pour aider les jeunes chercheurs à mieux articuler leur propre travail heuristique. La première journée a permis de déployer les questions épistémologiques et méthodologiques, au coeur de toute recherche en sciences sociales, à travers programmes de  recherche et présentations d’ouvrages. La matinée du deuxième jour a prolongé les débats sur ces enjeux avec les conférences méthodologiques. La deuxième journée, sur le modèle de l’atelier ou de l’école doctorale, a aussi été un moment d’écoute, d’échanges et de partage autour des projets de thèse des uns et des autres. Présenter sa problématique, son terrain et sa méthodologie en dix minutes de manière claire et intelligible à l’oral est un exercice exigeant qui impose une rigueur scientifique et une discipline de travail à tous. La discussion pédagogique et la nécessité de répondre aux critiques constructives de ses pairs en est un autre, complémentaire. La présentation doctorale d’un travail en cours permet un bilan d’étape indispensable pour repenser et éventuellement reformuler ses pratiques de recherche.

Nassima Mekaoui-Chebout

Pour citer ce billet : Nassima Mekaoui-Chebout, «Les 1ères rencontres UC3/IRMC à Constantine», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2323.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Historicisation et perspectives patrimoniales d’un héritage architectural et urbain de la période coloniale française (1837-1962) à Constantine

Contexte de la recherche

Constantine a été un véritable terrain d’expérimentation 1 en termes d’architecture et d  ’urbanisme pendant la période coloniale française. Celui-ci a légué à la ville un important héritage architectural d’une grande richesse stylistique. La pluralité de la production architecturale et urbaine de cet héritage demeure méconnue, en dépit de sa dominance dans le paysage urbain constantinois.

D’une part, la construction d’une connaissance sur cet héritage permet d’apporter de nouveaux éclairages à l’histoire de la ville, qui pourront enrichir l’enseignement de cette phase en histoire de l’architecture, aujourd’hui encore peu maîtrisée et trop schématisée. D’autre part, l’étude du cas de Constantine, dans son contexte historique et sa réalité matérielle singulière, selon une nouvelle approche que nous développons ci-après, peut être un apport aux recherches en cours sur les différents modèles de villes et d’architectures de la période coloniale française au Maghreb en général, et en Algérie en particulier.

Il apparaît important de connaître les valeurs historique, architecturale, technique et esthétique afin de donner une plus-value à l’héritage architectural et urbain de cette période. Ceci orientera le regard du maître d’ouvrage (public ou privé), du maître d’oeuvre ou du propriétaire, pour décider en particulier du devenir de cet héritage – conservation, réhabilitation, disparition – et pour une meilleure prise en charge de ces architectures dans le processus de changement du regard sur ce qui constitue la ville ancienne de Constantine. La connaissance de cet héritage permettra également de guider le travail de conservation du patrimoine dans le but de le valoriser ; ce qui est un enjeu important dans le contexte actuel où la ville connait une phase de réhabilitation de son bâti ancien et de son parc immobilier colonial datant des XIXe et XXe siècles. Cette méconnaissance pose en effet beaucoup de problèmes concrets lors des opérations de réhabilitation des bâtiments, notamment quant au processus de transformation de certains bâtiments, qui en ont modifié la substance au fil du temps. Les évaluations des interventions et des projets de réhabilitation entrepris en témoignent. Ces opérations sont souvent menées dans l’incompréhension de l’objet sur lequel elles portent, en ne prenant pas en considération la genèse historique ainsi que les caractéristiques du bâti. Elles sont généralement limitées à un ravalement de façade assez simplificateur. On part ici de l’hypothèse – à vrai dire fondatrice de l’intervention patrimoniale dans les villes anciennes – que les valeurs (historiques, architecturales, esthétiques, techniques…) des bâtiments sont à étudier pour conduire des actions de réhabilitation plus nuancées et respectueuses, à même de conserver le capital culturel constitué par cet héritage.

Ce travail est plus que jamais nécessaire dans le contexte actuel de mise en place d’un processus de patrimonialisation : de grandes opérations de rénovation et de réhabilitation ont été lancées dans le centre des grandes villes comme Alger ou Oran.

Le paysage urbain constantinois avec son vieux « Rocher » et extensions urbaines de ce dernier

© Maïssa Acheuk-Youcef.

En effet, un patrimoine n’est considéré comme tel que s’il est le fruit d’une construction sociale. D’où l’intérêt de se poser la question : qui porte la reconnaissance d’un héritage comme patrimoine ? L’intérêt de reconnaissance en tant que tel et de la valorisation patrimoniale naissent notamment lorsque les valeurs sont connues. L’expertise scientifique peut être un facteur déterminant dans la mise en valeur. Ainsi, la production de la connaissance s’avère nécessaire et préalable à la reconnaissance et à la mise en valeur de cet héritage constantinois. Par conséquent, il apparaît important d’étudier ses logiques de production qui justifieront sa logique de protection.

Cette étude d’une ville comme Constantine s’inscrit au croisement de plusieurs champs disciplinaires : à savoir l’architecture, l’urbanisme, l’histoire de l’art et la géographie-aménagement, mobilisant ainsi des approches comme l’histoire urbaine et de l’architecture, les sciences du patrimoine, l’étude de la morphologie urbaine et des outils comme la cartographie par la construction d’un Système d’Information Géographique (SIG). Le croisement de ces approches sous cet angle-là, n’a pas encore constitué un champ de recherche accompli dans l’étude des villes algériennes aux XIXe et XXe siècles.

De ce terrain d’étude brièvement décrit émanent plusieurs questionnements

Quel est l’héritage architectural et urbain de l’époque coloniale française à Constantine ?

Afin d’identifier et de connaître cet
héritage, le travail de recherche est basé sur une « historicisation de l’espace construit 2 », ce qui implique l’identification et la datation des objets de cet espace, dont le processus de production, fait lui-même de sous-processus ayant chacun sa logique, et (étant) en interaction 3.

Le « Rocher », coeur historique de Constantine avec son tissu urbain et ses architectures

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Ainsi pour connaître l’architecture produite, il s’agit alors d’appréhender auparavant l’espace urbain de Constantine dans son évolution historique, sociale et spatiale.

L’étude porte sur l’espace urbain constantinois avec le Rocher, coeur historique de la ville, et ses premières extensions urbaines datant de la période coloniale française à savoir : les faubourgs de Saint-Jean, Saint-Antoine, El Kantara, Sidi Mabrouk et le Coudiat-Aty.

Quel est le processus de production architecturale et urbaine de cette époque et quels en sont les acteurs ?

Considérant que chaque nouvelle production dans l’espace urbain nécessite la mobilisation et l’interaction de plusieurs acteurs 4, il apparaît nécessaire de mettre en évidence la complexité de ces jeux d’acteurs. Ainsi, d’autres questions de recherche en découlent :

Quels sont les registres architecturaux de cet héritage ?

– Quels sont les types et les formes d’architectures – notamment pour l’habitat – produites à Constantine pendant cette période ?

– Quelles ont été les inspirations et les contributions locales pour la production architecturale ? Notamment l’expression de la population locale – qu’elle soit autochtone ou coloniale – dans l’architecture.

– Qui sont les architectes/concepteurs dont les créations ont marqué l’espace urbain constantinois ?

– L’Algérie ayant été un terrain d’expérimentation, est-ce que certaines architectures n’ont pas été exportées à Constantine par des avant-gardistes avant leur apparition en métropole ?

La réponse à ces questions permettra notamment de connaître la contribution de l’expérience constantinoise à la circulation des modèles architecturaux.

Pour répondre à nos questions

Notre méthode de recherche consiste à partir de la réalité matérielle du terrain d’étude que nous considérons comme la première source historique vivante à interroger. Cela est ensuite confronté et croisé avec l’analyse des sources historiques graphiques et écrites collectées à partir d’un important travail de dépouillement mené dans différentes sources d’archives en Algérie (Constantine, Alger) et en France (Paris, Vincennes, Aixen- Provence). Ceci représente plus de 300 dossiers consultés, soit près de 4000 documents graphiques et écrits mobilisés et émanant principalement des :

– Archives Municipales de Constantine ;
– Archives de la direction du Cadastre de Constantine ;
– Archives de la Wilaya (Préfecture) de Constantine ;
– Archives Nationales d’Algérie, Alger ;
– Archives du Service Historique de la Défense, Vincennes ;
– Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM), Aix-en-Provence ;
– Fonds de l’Institut Français d’Architecture, Paris ;
– Fonds de l’IGN, Saint-Mandé. Pour approcher la fabrication de l’espace urbain constantinois, nous considérons que chaque objet dans la ville est issu d’un processus matériel et social basé sur des jeux d’acteurs : publics (militaire et civil) et privés (architectes, entreprises, société civile…etc.). Ainsi, nous décomposons la réalité matérielle de l’espace urbain en plusieurs objets à étudier, emboîtés à différentes échelles (quartiers, lotissements, rues, bâtiments – habitat et équipements –) que nous identifions et que nous analysons.

Contraste dans le paysage urbain entre l’héritage de la période coloniale française (extensions de la ville) et l’héritage architectural des époques antérieures (Rocher)

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Un aperçu sur la mosaïque d’architectures identifiées dans le paysage urbain constantinois

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Nous étudions ces jeux d’acteurs complexes pour certaines opérations dans la ville à travers une approche systémique. Ainsi, nous analysons le processus de décision pendant cette période, à différentes échelles du pouvoir : le niveau local (la Mairie et la Préfecture de Constantine), le niveau central (le Gouvernement général à Alger) et enfin, le niveau de la métropole (différents ministères, Assemblée nationale…etc. à Paris), avec les autorités et les acteurs clés correspondants à chaque régime politique (selon les périodes).

Pour ce qui est de l’échelle des quartiers et lotissements, pour étudier le processus de leur fabrication et avant d’aborder leur évolution, nous revenons à leur genèse d’abord à travers la question de l’acquisition et la répartition du foncier pour les colons européens. Par la suite, les autres échelles de la rue et du bâti, sont traitées.

Les objectifs et les apports scientifiques de ce travail de recherche sont de plusieurs ordres

La visée de cette recherche est de mieux connaître l’architecture et l’urbanisme de l’époque coloniale française à Constantine entre 1837 et 1962. À partir de là, on peut déterminer quelques pistes permettant de mieux envisager l’inscription de cet héritage dans le développement urbain. Il s’agit de :

– Connaître le processus de production architectural et urbain de cette époque et d’identifier les maîtres d’ouvrage et les architectes qui ont marqué l’espace urbain constantinois.

L’emboitement des échelles de production de l’espace à travers la mobilisation des documents graphiques et écrits correspondant à ces échelles permettra de rendre compte de manière systématique et rigoureuse de l’évolution de la ville et ainsi d’historiciser l’espace urbain à ses différentes échelles.

– Mettre en exergue la richesse et la diversité architecturale du patrimoine bâti. Plusieurs registres, styles et typologies architecturales sont juxtaposés et articulés dans la même ville, dans un même quartier ou parfois dans une même rue, créant une mosaïque à ces différentes échelles.

Ainsi on rencontre des bâtiments marqués par des influences occidentales d’une tendance apparue en Europe au XIXe et au début du XXe siècle, comme des bâtiments marqués par des influences locales ou bien un mélange des deux, avec des bâtiments stylistiquement « hybrides ». Nous étudions certaines architectures qui sont apparues dans une période donnée et ont été appliquées en Algérie. D’autres styles singuliers, sont caractérisés par une empreinte locale, il s’agira de faire ressortir l’influence locale dans la production architecturale.

– Identifier les objets datant de cette période, ayant un potentiel culturel et économique, y compris ceux situés en dehors de l’actuel secteur sauvegardé et qui sont susceptibles de faire l’objet de mesures de protection. Ceci sera réalisé entre autres, dans une perspective de développement de l’attractivité de la ville. – Constituer une base de données numérique et géo-référencée, à l’échelle de la ville : historicisation de l’espace urbain et du bâti avec un Système d’Informations Géographique (SIG). Ce système aura vocation à évoluer vers un instrument d’aide à la décision, de conservation et de valorisation de cet héritage urbain et architectural, basé sur ces nouvelles connaissances.

Ce travail permettra également à partir du dépouillement des sources dispersées, d’accès parfois difficile (Fonds des Archives Municipales de Constantine, Archives Nationales d’Outre-Mer à Aix-en-Provence, Archives du Service Historique de la Défense à Vincennes, Archives de l’Institut Français d’Architecture à Paris…etc), de les rassembler et de les intégrer. Il faut bien sûr d’abord repérer et identifier les données historiques encore inexploitées, et les répertorier. Cela sera d’autant plus utile aux études d’histoire urbaine et architecturale pendant la période coloniale française à Constantine, en facilitant leur croisement selon une approche systémique, avec ce que cela implique comme nouveaux objets et aspects à étudier.

Exemples d’architectures identifiées situées en dehors de l’actuel secteur sauvegardé et qui sont susceptibles de faire l’objet de mesures de protection dont certaines sont exposées à la destruction

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Un échantillon du type de documents historiques archivistiques correspondant aux objets d’étude à différentes échelles, collectés et mobilisés pour cette recherche

© Archives Municipales de Constantine ; Archives du Cadastre de Constantine ; Archives du Service Historique de la Défense, Vincennes ; Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM), Aix-en-Provence ; Fonds de l’Institut Français d’Architecture, Paris ; Fonds de l’IGN, Saint-Mandé.

En plus de l’apport historiographique à l’échelle de Constantine et la dimension d’expertise patrimoniale de ce travail de recherche, la connaissance du cas spécifique constantinois permettra de constituer un apport entre autres sur la question de la circulation des modèles architecturaux aux XIXe et XXe siècles à l’échelle du Maghreb et de la Méditerranée.

En effet, les travaux qui ont été développés en histoire urbaine et architecturale de la partie nord de l’Afrique ont été menés principalement sur des grandes villes et capitales comme Alger, Tunis, Casablanca, le Caire…etc, mais peu ou presque pas sur des métropoles régionales comme dans le cas de Constantine, qui comporte des spécificités sur plusieurs aspects, comme la recherche en cours le fait apparaître.

L’apport de cette recherche permet également de capitaliser les données cartographiques collectées, pour constituer un SIG historique qui n’existe pas encore au niveau de la ville de Constantine. Cette capitalisation des données pourra être une manière de contribuer notamment à préserver le patrimoine de Constantine et en particulier les archives de cette période, qui sont exposés à la dégradation et donc à la menace de destruction.

1 Cette notion de laboratoire d’expérimentation a déjà été largement discutée, illustrée et démontrée par différents chercheurs dans plusieurs travaux de recherche sur l’Algérie et les pays du Maghreb notamment: De Tarde (1937, 27) ; Guillerme (1992) ; Culot (1992) ; (1996, 8) ; Nouschi (1996, 139) ; Pinon (1996, 49) ; Cohen et Eleb (1998) ; Vacher (1997) ; Volait et Minnaert (2003, 379-380) ; Garret (2005, 37) ; Hakimi (2005, 64 ; 81), etc.

2 Gauthiez Bernard, 2014, « Le temps dans l’espace
des villes, ou l’espace des villes comme accumulation des produits matériels de phénomènes sociaux », Géocarrefour, vol. 89/4, 283-296.

3 Ibid.

4 Ibid.

Maïssa Acheuk-Youcef

Doctorante en Architectur/Géographie- Aménagement en cotutelle, Université de Constantine 3/ Université de Lyon 3, UMR 5600. Contact : aymaissa@hotmail.com

Pour citer ce billet : Maïssa Acheuk-Youcef, «Historicisation et perspectives patrimoniales d’un héritage architectural et urbain de la période coloniale française (1837-1962) à Constantine», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2193. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2182.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook