Archives par mot-clé : Betty Rouland

Soins transfrontaliers en santé reproductive au Maghreb : Un paysage reproductif en devenir ?

Le projet « Soins transfrontaliers en santé reproductive au Maghreb : un paysage reproductif en devenir » (Cross Border Reproductive Care in the Maghreb (CRBC) : an emerging reproscape ?) s’implante à l’IRMC en tant que projet collaboratif de recherche. Ce projet est financé pour un an dans le cadre de l’initiative “Seed Money for Cooperation with Mediterranean countries” hébergée par la Haute École de Santé de Suisse Occidentale (HESSO) en tant que the Leading House (LH) pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (MENA).

La valorisation de ce projet se fera par le biais d’au moins une publication collective (numéro thématique d’une revue), de l’organisation de plusieurs workshops de l’équipe CBRC en Tunisie et en Europe ainsi qu’en participant à différentes conférences. Deux workshops, en partenariat avec les professionnels de la santé, qui ont collaboré avec les membres du projet, sont également prévus à Tunis et à Sfax afin d’encourager le transfert de connaissances. Au-delà de l’apport heuristique d’une telle recherche, il s’agit aussi de pérenniser un tout nouveau réseau de chercheur(e)s et de s’orienter vers une société inclusive qui permet plus de dialogue et qui collabore avec les acteurs privés.

Résumé du projet et
caractéristiques

Le projet réunit une équipe transdisciplinaire de huit personnes et établit les bases d’une recherche sur un sujet pionnier, la Procréation médicalement assistée (PMA), qui n’a encore jamais été étudiée au Maghreb. Un secteur de fait peu discuté, bien que de nombreuses cliniques pour l’infertilité existent dans la région depuis les années 1980. En Tunisie, le système privé de santé s’est beaucoup développé au cours de ces dix dernières années et notamment le réseau des cliniques qui offrent l’assistance médicale à la procréation (Belhassen, 2018 ; Ghorbal, 2016). Fortement liée à l’augmentation des patients en provenance des autres pays du Maghreb et d’Afrique subsaharienne (Rouland 2018 ; Lautier 2005, 2013), l’étude des soins transfrontaliers en santé reproductive en Tunisie constitue une approche originale permettant d’observer des processus renforcés par des mobilités intra-régionales et transnationales qui s’inscrivent dans une perspective Sud- Sud. Il s’agit, avec ce projet, de développer une étude au croisement de multiples débats en sciences sociales (surtout concernant les paradigmes bio et mobility) mais également d’inscrire ces débats dans la région du Maghreb.

Ce projet de recherche se caractérise par la nature pionnière de la thématique des soins transnationaux en santé reproductive au Maghreb. L’idée est de créer un réseau de recherche autour de ces questions médicales et ce, des deux côtés de la Méditerranée. Sa mise en place s’effectue notamment par la réunion de l’équipe transdisciplinaire avec trois workshops sur l’année. Une autre caractéristique fondamentale de ce projet réside dans la nature appliquée de la recherche qui pourra contribuer aux politiques des acteurs locaux, sur la base de données inédites et solides.

Les porteuses du projet

Irène MAFFI, professeure d’anthropologie sociale à l’Institut des sciences sociales de l’Université de Lausanne. Spécialiste du monde arabe, Soins transfrontaliers en santé reproductive au Maghreb : Un paysage reproductif en devenir ? Programme de recherche 10 Bulletin trimestriel n° 23 janvier-avril 2019 elle a mené ses recherches dans deux domaines : l’anthropologie politique et l’anthropologie de la reproduction. Elle est l’auteure de Pratiques du patrimoine et politiques de la mémoire en Jordanie. Entre récit dynastique et narration communautaire (2004), de Women, Health and the State in the Middle East. The politics and culture of childbirth in Jordan (2012) et a co-dirigé avec Rami Daher The Politics & Practices of Cultural Heritage in the Arab World: Positioning the Material Past in Contemporary Societies (2014). Ses derniers articles explorent la santé et les droits sexuels et reproductifs ainsi que la transformation de la famille en Tunisie après la révolution de 2011. Elle prépare un ouvrage sur les pratiques de l’avortement et de la contraception en Tunisie, qui devrait être publié en 2019.

Betty ROULAND, géographe, chercheure MEAE en post-doctorat à l’IRMC. Ses recherches portent sur le triptyque « migrations, mondialisation, santé » de part et d’autre de la Méditerranée. Dans le cadre de son programme de recherche « Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ? », ses travaux s’articulent autour de trois axes intrinsèques : (1) Développement du secteur privé de santé et patientèle étrangère en Tunisie ; (2) Figures migratoires émergentes, mobilités régionales et espaces de circulations dans le Maghreb post-révolution ; (3) Processus de régionalisation, transnationalisme et mondialisation au prisme des mobilités et des circulations dites médicales dans une perspective « Sud-Sud ».

L’équipe CBRC

Malika AFFES a obtenu son diplôme de sage-femme en 1991 à l’école de santé de Tunis et c’est par l’exercice de ce métier qu’elle a ressenti le besoin de promouvoir la santé sexuelle et reproductive. Responsable d’une unité de planning familial au sein de l’hôpital universitaire de La Rabta de Tunis jusqu’à l’été 2017, elle a participé à des travaux dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive (« Gynuity health project ») et a eu l’occasion de collaborer avec Irène Maffi sur la thématique de « La contraception et l’IVG en Tunisie », collaboration qui a abouti à la co-écriture d’un article paru dans L’Année du Maghreb intitulé « Institutions médicales, loi et itinéraires thérapeutiques des femmes après la révolution ». Active dans deux associations tunisiennes s’intéressant à la santé des femmes : le groupe Tawhida Ben Cheikh et la Société tunisienne pour l’étude de la ménopause, elle travaille actuellement à l’hôpital universitaire Mongi Slim de La Marsa au service de consultation prénatale.

Mohamed-Lamine BENAYACHE,
étudiant en sixième année de pharmacie à l’Université Claude Bernard – Lyon I ainsi qu’en Master 2 de Géographie de la santé à l’Université Paris-X Nanterre. Ses champs d’intérêts recouvrent la santé publique et plus particulièrement la thématique des inégalités sociospatiales d’accès aux soins. Après une année hospitalo-universitaire entre la France, le Liban et la Jordanie ainsi qu’une expérience en management de projet chez un éditeur de presse Programme de recherche Bulletin trimestriel n° 23 janvier-avril 2019 11 médicale spécialisée, il contribue désormais au projet CBRC et est en accueil scientifique à l’IRMC.

Simon BOUHOUR, diplômé du master de l’IEP de Toulouse « Politique, Discriminations, Genre », il a diverses expériences professionnelles et associatives en milieu scolaire sur l’éducation affective et sexuelle, sur la prévention du sexisme et de l’homophobie, mais également auprès d’associations de défenses des droits des migrants et de défense des droits des femmes notamment en territoire palestinien.

Imen JAOUADI, titulaire d’une thèse de doctorat en Sciences économiques (économie de la santé) de la Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de Tunis, elle a enseigné à l’INSAT (2001- 2005) en tant qu’assistante puis en tant que maître assistante à l’ISCCB (Université de Carthage) depuis 2011 jusqu’à aujourd’hui. Elle a rejoint l’OMS, bureau de la Tunisie, en tant que responsable nationale de programme pour le projet Optimize (2010 à 2012).


Elle a également participé au dialogue sociétal pour les politiques, stratégies et plans de santé en Tunisie en partenariat avec le ministère de la Santé pendant 2 ans, en tant que gestionnaire, formateur, co-auteure des différents rapports du dialogue sociétal et du livre blanc pour la réforme de santé. Elle a occupé le poste de directrice du CeFIR (Centre de la formation internationale et de la recherche) de l’ONFP (Office national de la famille et de la population) du ministère de la Santé de décembre 2015 à septembre 2016. Ses travaux portent sur la chaîne logistique des vaccins, l’accès au système de santé en Tunisie, la réforme du système de santé, les déterminants sociaux de la santé, les inégalités de santé, l’accès aux soins des migrants et la gouvernance du financement du système de santé.

Angèle MENDY, chercheure postdoc en sociologie de la santé et des migrations à l’Université de Lausanne, elle a été auparavant chercheure boursière à l’International Migration Institute (Oxford). Titulaire d’une thèse en sciences sociales, précédée d’un Master en « Globalization and social regulation » des universités de Genève et Lausanne ainsi qu’un master en sociologie de la santé de l’Université de Saint Louis du Sénégal. Son domaine de recherche se concentre sur les migrations et mobilités internationales des professionnels de santé et le fonctionnement des systèmes de santé dans les pays en voie de développement.

Dounia SAADI, titulaire d’une licence en anthropologie sociale et culturelle de l’institut des sciences sociales et humaines de Tunis en 2017 et inscrite en deuxième année de master dans la même spécialité. Elle s’intéresse à la recherche en anthropologie médicale en général et à la thématique de la reproduction en particulier. Elle a travaillé, dans le cadre de son mémoire de licence, sur l’expression de la douleur de l’accouchement chez les parturientes tunisiennes d’un point de vue anthropologique et compte étudier les rapports conjugaux impactés par le recours à la PMA, dans le cadre de son mémoire de master. Elle a occupé le poste de chargé du recrutement et formatrice des nouveaux bénévoles intervenant dans les hôpitaux tunisiens pour fournir une aide psychologique aux malades hospitalisés, de mars 2017 à mars 2018. Elle fait maintenant partie des étudiants accueillis dans le cadre du projet CBCR.

Etat d’avancement du projet

Le premier workshop du projet s’est tenu en septembre 2018 et a permis d’identifier les axes de recherche de chaque chercheur et les perspectives à explorer. Les 29 et 30 septembre, l’équipe incluant Malika Affes, Simon Bouhour (en visio-conférence), Ibtissem Ben Dridi, Imen Jaouadi, Irene Maffi, Angèle Mendy, Betty Rouland et Dounia Saadi s’est réunie à l’IRMC, dans un atelier permettant de discuter du projet en se focalisant sur ses présupposés théoriques et méthodologiques ainsi que sur ses aspects pratiques et organisationnels. Chaque membre de l’équipe a expliqué la manière dont elle/il entend contribuer à sa réalisation et comment elle/il entend collaborer avec les autres chercheurs pendant les différentes phases de l’enquête. Les deux étudiants de master de l’équipe ont présenté leurs projets individuels qui seront inclus dans la recherche commune. Les chercheures expérimentées de l’équipe leur garantiront leur soutien et encadrement lors de la réalisation de l’enquête et de la rédaction du mémoire final.

Les aspects éthiques de la recherche, l’accès aux cliniques privées et aux cabinets des médecins ont aussi été abordés de manière exhaustive afin d’identifier les figures professionnelles clés dans le domaine de la PMA ainsi que les organisations, les événements et les lieux où commencer le terrain en Tunisie. Deux textes centraux sur le thème des soins transfrontaliers en santé reproductive ont été analysés en profondeur par les membres de l’équipe afin d’identifier les axes de recherche développés dans la littérature portant sur d’autres aires géographiques. Une grande partie du second jour du workshop a été consacrée à l’élaboration du questionnaire à faire compléter par les patients infertiles qui ont recours aux soins en santé reproductive en Tunisie de manière à intégrer les intérêts interdisciplinaires de toutes les chercheurs qui prennent part au projet. De manière générale, les discussions et les réflexions communes ont été très fructueuses et un bon esprit de collaboration inter-disciplinaire a caractérisé les échanges.

Les 13 et 14 avril derniers, le workshop de mi-parcours s’est également tenu à l’IRMC, intégrant des invités de choix, dont Trudie Gerrits de l’Université d’Amsterdam, spécialiste de la PMA au Ghana ainsi que Atf Gherissi, professeure assistante à l’Ecole supérieure des sciences et techniques de l’Université Al-Manar de Tunis, sociologue et Maître de conférences en sociologie à l’Université de Sfax.

Par ailleurs, Betty Rouland est allée présenter le projet à l’University of West England le 1er février 2019 lors d’une conférence intitulée « Human Reproduction Study Group Winter Event. Critically Mapping Cross-Border Reproduction ». Cette intervention a permis de présenter les premières observations faites auprès des professionnels de la santé reproductive dans les cliniques privées de Tunisie (Tunis et Sfax).

Betty Rouland

Sources
https://cbrcma.hypotheses.org/
http://www.uva.nl/profiel/g/e/g.j.e.gerrits/g.j.e.gerrits.html?1550242083701
https://www.researchgate.net/profile/Fr
ancine_Tinsa

Pour citer ce billet : Betty Rouland, «Soins transfrontaliers en santé reproductive au Maghreb : Un paysage reproductif en devenir ?», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2287.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) en Tunisie : Profil socio-épidémiologique (1983 – 2016)

Samedi 2 décembre 2017 avait lieu au Liber’thé, le premier café-débat organisé par Betty Rouland, chercheure à l’IRMC. L’objectif pour cette dernière est de donner la parole à de jeunes chercheur(e)s afin de présenter leurs travaux. Cette initiative est née d’un constat : les chercheurs passent des années à travailler sur un sujet, et ont finalement assez peu d’occasions d’échanger avec le grand public. En pratiquant cette rencontre « hors les murs », c’est aussi l’occasion de rendre accessible à tous des sujets de recherche trop souvent réservés à des lieux et à des publics initiés.

Ainsi, cette première édition s’est déroulée avec une présentation de thèse d’Inès Boughzala sur “l’Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) en Tunisie : Profil socioépidémiologique de 1983 à 2016”. Inès Boughzala, diplômée de la Faculté de médecine, était investie au sein de l’association de prévention positive (ATP+) à l’époque et travaille à présent au sein de l’organisation non gouvernementale Médecin du Monde Belgique en Tunisie. Sa directrice de thèse, Rim Abdelmalek, professeur au service des maladies infectieuses était aussi présente. Monia Lachheb, chercheure associée à l’IRMC était invitée à discuter en sa qualité de sociologue, spécialiste des sexualités marginales et de l’homosexualité au Maghreb.

Inès Boughzala a d’abord dressé un historique de l’apparition de cette maladie à l’échelle mondiale avant de se concentrer par la suite sur le cas tunisien. Cette recherche dresse une monographie du VIH sur une période de 34 ans en Tunisie. Inès Boughzala a ainsi focalisé ses recherches sur les patients se présentant à l’hôpital de la Rabta à Tunis.

Ainsi, les premiers cas ont été recensés aux Etats-Unis en 1981. En 1987, apparaît le premier médicament contre le VIH dont les effets s’estompaient au bout de 6 mois de traitement. En 1996, la trithérapie fait son apparition. À partir de 2005, le nombre de cas diminue, à la suite de quoi l’on passe d’une infection mortelle à une infection chronique.

© Al Huffington Post Maghreb.

En Tunisie, la prédominance de la maladie est masculine, mais l’on observe une féminisation progressive de l’épidémie. D’après les chiffres recensés par la jeune docteure, la tranche d’âge la plus touchée est celle des 30/34 ans. 14,51% des malades sont des étrangers, dont un tiers sont des Libyens, un tiers des Africains subsahariens. Les catégories sociales les plus répertoriées sont les  chômeurs qui représentent 37,88 %, les commerçants représentant 18,11% des cas et enfin les ouvriers non qualifiés qui représentent 14,67% des personnes détectées. Cependant, ces chiffres sont à relativiser car les travailleurs du sexe ne se déclarent pas comme tel. Les étrangers concernés, quant à eux, sont essentiellement des étudiants. Inès a tenu à préciser que le VIH est la forme antérieure du virus. Le Sida est la forme qui suppose un état d’avancement tardif de la maladie. Elle a aussi déploré que les migrants n’aient pas accès gratuitement aux traitements, ce qui est le cas pour les Tunisiens. Elle déplore une difficulté pour accéder aux soins et préconise de continuer à sensibiliser et éduquer sur les risques du VIH, mais aussi de continuer le plaidoyer à l’encontre d’une loi répressive envers l’homosexualité, notamment, qui incite les personnes atteintes du virus à le dissimuler. De plus, le retard de diagnostic représente une plus grande charge économique et augmente le taux de mortalité. La Tunisie demeure un pays à faible prévalence même si les personnes atteintes y sont diagnostiquées relativement tardivement.

© lapressenews.tn.

Selon Monia Lachheb, cette thèse déconstruit les préjugés sur le VIH. Elle permet d’en donner une information éclairée, chiffrée et objective. D’après elle, l’opinion publique s’imagine que le VIH ne touche que les homosexuels ou les sexualités dites atypiques et cela entraîne une stigmatisation de ces populations dites « clés ». Cependant, qu’en est-il des femmes en général mais aussi des femmes porteuses du VIH et enceintes notamment ? Inès répond que même si la prévalence est faible en Tunisie, elle n’en demeure pas moins importante dans les populations dites « clés ». Quant aux femmes enceintes, elles ont à présent la possibilité de se faire dépister contre le VIH à toutes les étapes des visites médicales obligatoires.

Une autre interrogation a porté sur les inégalités territoriales en termes d’accès aux soins, ce à quoi il a été évoqué la situation de Kairouan. La ville de Kairouan possède en effet un centre de dépistage situé au coeur de la médina, mais au lieu d’être un lieu facilement accessible, il est un lieu trop visible aux yeux de tous, et donc très peu fréquenté à cause de sa trop grande visibilité et de la stigmatisation que cela engendre.

Enfin, différentes personnes sont intervenues afin de faire-valoir la nécessité d’un corps médical neutre et bienveillant. Le corps médical a en effet été décrit comme partial et posant un regard accusateur, si ce n’est inquisiteur sur les personnes qui viennent obtenir renseignements ou soins. Il est donc indispensable de former les médecins, pharmaciens et autres personnels médicaux, à leur devoir de soigner sans moraliser. La responsabilité du corps médical est engagée dans la décision de pratiquer le test anal ou non. La dimension éthique est éminemment présente. Le manque d’éducation sexuelle a aussi été déploré ainsi qu’un retour du conservatisme religieux, ayant pour conséquence l’accentuation d’un regard moralisateur.

Il a aussi été signalé que les moyens de communication afin de sensibiliser à cette problématique, n’étaient pas adaptés aux jeunes. Certains ont ainsi suggéré de moderniser les biais de sensibilisation, à travers les réseaux sociaux notamment. C’est sur ces préconisations que s’est clôturée la première édition de ce cafédébat.

Louise Favel

Pour citer ce billet : Louise Favel, «Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) en Tunisie : Profil socio-épidémiologique (1983 – 2016)», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2219.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ?

Le programme de recherche « Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ? » vise à examiner l’accroissement du secteur privé de santé en Tunisie en lien avec l’augmentation de la patientèle étrangère (maghrébine, subsaharienne principalement originaire d’Afrique de l’Ouest, européenne) avec une attention particulière portée aux changements enregistrés depuis 2011. De manière assez inattendue, une des dynamiques, qui découle des révolutions arabes, est le nouveau rôle de la Tunisie en matière de services de santé. À l’augmentation accrue de la patientèle libyenne dans les structures de soins privées depuis l’éclatement de la guerre civile en Libye, s’ajoute l’émergence de nouveaux marchés. La Tunisie se positionne actuellement comme le principal pays exportateur de soins en Afrique du Nord, le pays affiche même l’une des plus fortes croissances au monde dans le secteur du tourisme médical (Lautier, 2013). À la croisée des enjeux (géo)politiques et sociétaux du Maghreb contemporain, la recherche proposée cristallise des thèmes essentiels à l’instar du champ des migrations, des mobilités et des circulations à caractère médical mais aussi de problématiques telles que celles du développement local, de l’intégration régionale et de la mondialisation économique dans un contexte spécifique de transition politique. Pionnier, ce programme s’inscrit dans les débats qui animent aujourd’hui les sciences humaines et sociales à l’intersection des migration studies et du tournant mobilitaire (Sheller, Urry, 2006), des transnational studies (bottom-up/topdown) et du biopolitique (borderities (Amilhat-Szary, Giraut, 2011), bioéconomie et bioéthique). Au-delà de la production de données empiriques sur un sujet encore très peu documenté au
Maghreb 1, le programme de recherche présente une dimension heuristique en invitant à reconceptualiser le triptyque « mondialisation, migration, santé ». À partir d’un champ original (la santé), il est question d’analyser de nouvelles formes d’interactions et de mobilités convergentes vers la Tunisie, tout en privilégiant une approche multi-scalaire afin d’examiner la production de nouveaux espaces de soins (échelle locale, urbaine, transfrontalière, régionale, transnationale) dans une perspective « Sud-Sud ».

Ce programme de recherche s’articule autour de trois axes intrinsèques : (i) Développement du secteur privé de santé et patientèle étrangère en Tunisie ; (ii) Figures migratoires émergentes et espaces de circulations depuis 2011 dans le Maghreb et au-delà ; (iii) Mobilités régionales, transnationalisme et mondialisation au prisme des mobilités médicales « Sud-Sud ».

Axe 1 : Développement du secteur privé de santé en lien à la patientèle étrangère en Tunisie

La Tunisie dispose aujourd’hui des ressources sanitaires équivalentes à celles des pays européens (niveau de qualification des praticiens, standardisation des protocoles thérapeutiques, infrastructures sanitaires, matériel médical, etc.) à des prix très concurrentiels sur le marché mondial (Lautier, 2013). À titre  d’indication, on estimait à 22.1 millions de dollars (USD) les exportations de services de santé de la Tunisie (dont 18 millions USD vers la seule Libye) (Menvielle, 2012), tout en précisant qu’il convient d’ajouter à ces chiffres les dépenses relatives aux séjours des malades (accompagnants, apport de devises, etc.) (Rouland et al., 2016). Cependant, les impacts du secteur privé de santé tout comme les effectifs réels des patients qui viennent se faire soigner en Tunisie échappent aux instruments de mesure : « ce phénomène n’en est probablement qu’à ses débuts et son ampleur réelle apparaît incertaine. Il est difficile à quantifier […]. Une première difficulté de mesure est liée à la prise en compte de ces flux car ils se soumettent mal aux instruments de mesure disponibles » (Lautier, 2013). Bien que l’absence de données limite la mesure dudit
phénomène, l’accroissement de l’offre privée de santé et de la patientèle libyenne depuis 2011 dans la ville de Sfax, témoignent d’une part du dynamisme local de la niche d’activité et, d’autre part, de la diversification des profils des patients libyens dans le contexte de guerre civile en Libye mais aussi à l’essor de nouveaux marchés (la patientèle algérienne).

Par conséquent, ce premier axe vise à dresser un état des lieux de l’expansion du secteur privé de santé dans les villes tunisiennes en lien avec l’augmentation de la patientèle étrangère et notamment les changements enregistrés depuis 2011 :

i) Élaborer une radiographie de l’évolution du secteur privé de santé en Tunisie (offre médicale et paramédicale) ;

ii) Identifier les différents acteurs et les logiques déployées pour le développement de la niche d’activité (professionnels de santé et personnel « extra » médical », actionnaires, sociétés intermédiaires/
facilitators, etc.) ;

iii) Examiner les impacts locaux du développement des services du secteur privé de santé et des activités corollaires dans les villes tunisiennes (aménagements liés aux structures (para)médicales, aux nouveaux espaces résidentiels (hôtellerie, marché locatif et commerciaux).

Axe 2 : Figures migratoires émergentes et espaces de circulations depuis 2011 dans le Maghreb et au-delà

Depuis la révolution de la « dignité » (Thawrat al-Karama) à la fin de l’année 2010 en Tunisie et depuis les soulèvements populaires qui ont eu lieu dans les pays arabes en 2011, on assiste à une redistribution de la donne et des enjeux migratoires dans le Maghreb et bien au-delà. Des populations migrantes hétérogènes s’entrecroisent aujourd’hui sur le sol tunisien, un changement de paradigme s’est opéré : la Tunisie est passée du statut de terre traditionnelle d’immigration à celui d’espace d’accueil, de transit et de circulation. Désormais, le pays accueille de nouvelles figures migratoires complexes dont les statuts sont difficilement identifiables du fait de l’absence d’outils statistiques fiables (Boubakri, 2015). À titre d’exemple, les Libyens présents en Tunisie sont catégorisés de manière antinomique comme réfugiés (sans le statut légal) ou touristes médicaux alors que les études récentes démontrent à l’inverse que ces derniers sont mobiles et circulent pour des motifs variés mais que leurs modes de recours aux soins s’éloignent des logiques du tourisme médical et nécessitent d’être appréhendés dans le contexte de guerre civile actuelle qui règne en Libye (Rouland et al., 2016 ; Boubakri, 2015). En dépit de la proximité géographique avec l’Union Européenne (UE), ce sont les patients originaires des pays voisins de la rive sud de la Méditerranée et du Sahel qui répondent majoritairement à l’offre médicale privée qui s’est développée en Tunisie et, contrairement aux voyageurs médicaux venus du Nord, recourent à une gamme de  soins beaucoup plus large (Rouland et al., 2016). Aussi, l’émergence de figures et d’espaces migratoires structurés par des logiques sanitaires met en exergue de nouvelles interactions, des espaces d’échanges intra-maghrébins et avec le Sahel, des processus de
régionalisation « par le bas » nouveaux et originaux caractéristiques de dynamiques « Sud-Sud ».

Figure 2. Projets d’aménagements liés au secteur privé de santé
(résidences et cabinets médicaux) à proximité de deux polycliniques récemment construites dans la ville de Sfax

© Rouland, 2015.

Par conséquent, la Tunisie constitue aujourd’hui un « espace laboratoire » pour étudier le phénomène croissant des mobilités médicales en Afrique du Nord.

Par le biais du champ de la « santé » et l’examen des modes de recours aux services du secteur privé, le second axe s’intéresse à élaborer des typologies en fonction des « profils » et des « espaces » sur lesquels circulent la patientèle étrangère enquêtée :

i) Contextualiser dans le temps et sur l’espace l’évolution des mobilités médicales au Maghreb ;

ii) Dresser une typologie en fonction des profils de la patientèle étrangère (en fonction des origines géographiques, mode(s) d’accès et de prise(s) en charge des soins, itinéraire(s) thérapeutique(s), exposition à des risques et degré de vulnérabilité), des réseaux sur lesquels les patients s’appuient et analyser la complexité des figures migratoires émergentes ;

iii) Spatialiser le regard en cartographiant les espaces de soins empruntés, tissés et pratiqués par les patients (mobilités médicales trans-frontalières, intra-maghrébines, sahéliennes- maghrébines, etc.) et élaborer un panorama plus large des figures migratoires et des formes de circulations qui découlent de la révolution arabe de 2011.

Axe 3 : Mobilités régionales, transnationalisme et mondialisation au prisme des mobilités médicales « Sud- Sud »

Dans un monde globalisé et au vu de l’augmentation des mobilités et des circulations médicales, la santé apparaît d’une part comme un champ pertinent pour repenser les enjeux du tournant mobilitaire. À ces nouvelles formes de mobilités s’ajoutent l’émergence d’espaces de soins transnationaux en Afrique du Nord tissés par des acteurs pluriels, impulsés par des dynamiques de la mondialisation économique et structurés par des processus de régionalisation « par le bas ». D’autre part, la santé offre des outils d’analyses pertinents pour évaluer les « champs migratoires » pratiqués par les migrantsainsi que les processus de différenciation qui les caractérisent. En effet, la santé s’avère à la fois un excellent indicateur de la mondialisation économique (Huynen, 2005 ; Dixneuf, 2003) mais également des conditions de vie des populations (Fleuret, Séchet, 2004, 6). Autrement dit, le choix du projet est d’abord motivé par le fait que de
nouvelles figures migratoires et des espaces de circulations liés à la santé ont émergé au cours de cette dernière décennie au Maghreb et spécialement depuis 2011.

L’axe 3 permet d’aborder des enjeux théoriques, devenus des questions centrales dans les sciences humaines et sociales :

i) Déconstruire des catégories englobantes (touriste médical vs réfugié) et saisir l’hétérogénéité des formes de mobilités et de circulations afin d’appréhender les inégalités des champs migratoires dans lesquels les populations migrantes évoluent au Maghreb ;

ii) Évaluer par le biais des champs sanitaire et migratoire les processus de régionalisation « par le bas » et d’intégration régionale au Maghreb et comparer les phénomènes observés avec d’autres régions du globe ;

iii) Recadrer le contexte régional dans des enjeux globaux (mondialisation économique et marchandisation des soins) à travers les approches du biopolitique (borderities), de la bioéconomie et de la bioéthique (avec un focus néanmoins porté sur le secteur de la reproduction médicalement assistée).

© Rouland, 2015.

1 Contrairement à d’autres régions du globe comme l’Asie, les études portant sur les mobilités médicales (phénomène également qualifié de tourisme médical, de voyages médicaux ou de circulations thérapeutiques) sont très peu développées en Afrique à l’exception de celles de l’économiste Marc Lautier sur l’exportation des services de santé en Tunisie (2013 ; 2005) et de Jonathan Crush et Abel Chikanda (2015) sur l’Afrique du Sud.

Bibliographie
AMILHAT-SZARY Anne Laure, GIRAUT,Frédéric, 2011, Borderities and the,Politics of Contemporary Mobile,Border, Basingstoke, Palgrave,MacMillan.

BOUBAKRI Hassan, 2015, « Migration et asile en Tunisie depuis 2011 : vers de nouvelles figures migratoires ? » Revue européenne des migrations internationales, vol. 31, n° 3, 17-39.

CRUSH Jonathan, CHIKANDA Abel, 2015, “South-South medical tourism and the quest for health in Southern Africa”, Social Science & Medicine, n° 124, 313-320.

DIXNEUF Marc, 2003, « La santé publique comme observatoire des dynamiques de la mondialisation » in J. Laroche (dir.), Mondialisation et gouvernance mondiale, Paris, PUF, 213-225.

FLEURET Sébastien, SECHET Raymonde, 2004, Géographie sociale et dimension sociale de la santé, Colloque ESO, [En ligne : http://assos.univ-lemans.fr/ LABO/eso/IMG/pdf/fs.pdf].

HUYNEN Maud, MARTENS Pim, HILDERINK Henk B.M., 2005, “The health impacts of globalization: a conceptual framework”, Globalization and health, vol. 1, n° 1.

LAUTIER Marc, 2005, Les exportations de services de santé des pays en développement : le cas tunisien. Agence française de développement, Notes et documents n° 25.

LAUTIER Marc, 2013, Le développement des échanges internationaux de service de santé : perspectives des exportations en Afrique du Nord, Banque Africaine de Développement, [En ligne : http://www. afdb.org/fr/news-and-events/article/ internationaldevelopment- of-health-services-northafricas- export-prospects-11649/].

MENVIELLE Loïck, 2012, « Tourisme médical : quelle place pour les pays en développement ? » Mondes en développement, vol.°157, n° 1, 81- 96.

ROULAND Betty, JARRAYA Mounir, FLEURET Sébastien, 2016, « Du tourisme médical à la mise en place d’un espace de soins transnational : l’exemple des patients libyens à Sfax (Tunisie) », Revue francophone sur la santé et les territoires, [En ligne : http://rfst.hypotheses.org/roulandbetty- jarraya-mounir- f l e u r e t –
sebastien].

SHELLER Mimi, URRY John, 2006, “The new mobilities paradigm”, Environment and planning A, vol. 38, n° 2, 207-226.

Betty Rouland

est Géographe, chercheure à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Betty Rouland, «Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ?», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2176.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook