Archives par mot-clé : Betty Rouland

From medical tourism to regionalism from the bottom up: emerging transnational spaces of care between Libya and Tunisia

Résumé de l’article : ROULAND Betty, JARRAYA Mounir, 11 mai 2019, « From Medical Tourism to Regionalism from the Bottom Up: Emerging Transnational Spaces of Care Between Libya and Tunisia », Journal of Ethnic and Migration Studies [En ligne]

Cet article analyse l’émergence d’un espace de soins transnational et du processus de régionalisation « par le bas » à travers l’étude de cas de patients libyens recourant aux services des cliniques privées dans la ville tunisienne de Sfax. Si les mobilités médicales des Libyens en Tunisie s’inscrivent dans des logiques de contiguïtés antérieures aux soulèvements populaires de 2011 (géographique, culturelle, politique, historique), l’escalade de violences qui règne depuis lors dans le pays a entraîné une augmentation accrue de la patientèle libyenne et de l’offre de santé privée à Sfax. Dans la mesure où les données « officielles » s’avèrent en décalage avec les logiques de circulations déployées par les patients libyens, ce papier vise à déconstruire des catégories dichotomiques peu significatives (« touriste médical » vs « réfugié »). La méthodologie développée s’appuie sur une enquête par questionnaire auprès des patients libyens (n = 205) dans quatre cliniques privées de la ville de Sfax ainsi que des entretiens semi-directifs menés avec des professionnels du (para)médical entre 2014 et 2015. Impulsé par les investissements des professionnels de santé locaux, le développement du secteur privé de santé à Sfax est endogène et repose sur une patientèle provenant très majoritairement de Libye. Depuis les années 1960, l’évolution du contexte géopolitique régional produit des figures migratoires (diaspora, voyageur médical, blessés de guerre, patients transnationaux) et des spatialités spécifiques (échelle transfrontalière, intra-régionale). Les résultats collectés ont permis d’identifier quatre périodes géopolitiques clés : (1) la systémogénèse des échanges facilités par la présence de la diaspora libyenne et les accords bilatéraux entre les deux pays ; (2) l’émergence de l’industrie du tourisme médical dans un contexte d’embargo ; (3) la situation de crise de 2011 et l’afflux des blessés de guerre ; (4) l’accroissement des circulations thérapeutiques et l’émergence d’un espace de soins transnational résultant de la guerre en Libye.

This paper analyses the emergence of transnational care through the case study of Libyan patients seeking care in the Tunisian city of Sfax as a result of changes triggered by the 2011 Arab uprisings. Deconstructing categories of ‘medical tourist’ and ‘medical traveller’, we examine how the evolving geopolitical context produced specific migratory profiles (diasporic, traveller, cross-border, war-wounded and transnational patients) and spaces (cross-border, (intra)regional and transnational spaces of care) between Libya and Tunisia. Given a lack of data on the topic in North Africa, we developed a study on health mobilities and circulations from a South-South perspective. Based on a survey amongst Libyan patients (n = 205) in four private clinics and nine semi-structured interviews with health professionals in Sfax, we identified, how four key geopolitical periods shaped medical travel to this city: (1) initial diasporic exchanges facilitated by bilateral agreements; (2) an emerging medical tourism industry within private health services arising from the UN embargo on Libya; (3) the 2011 political crisis and arrival of war-wounded; and (4) therapeutic circulations and emerging transnational spaces of care resulting from the context of war.

Résumé initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°25, octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Compte-rendu du séminaire de recherche « Migrations, mobilités et circulations intra-africaines : savoirs, critiques et méthodes »

Betty Rouland est géographe, en post-doctorat MEAE à l'IRMC depuis 2017. Elle mène un programme de recherche "Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l'émergence d'un espace de soins transnational en Afrique du Nord ?"portant sur les circulations liées aux soins médicaux dans la région du Maghreb et en particulier en Tunisie (voir aussi son projet sur les mobilités liées à la PMA).

En 2019, s’est tenu le séminaire de recherche « Migrations, mobilités et circulations intra-africaines : savoirs, critiques et méthodes ». Cette rencontre ambitionnait de documenter des interactions tissées par des mobilités aussi bien anciennes qu’émergentes, de déconstruire des catégories englobantes, peu représentatives de la condition réelle des populations mobiles dans les pays africains, dans l’optique plus générale, d’enrichir les débats scientifiques contemporains sur cette zone d’étude. Privilégiant une perspective « Sud-Sud », une attention particulière a été donnée aux travaux invitant à développer une approche critique et à décentrer le regard. Par le biais de différentes conférences, ont été mises en exergue les dynamiques dites top down et « par le bas », tout en saisissant les enjeux et les échelles de leurs processus (mondialisation, (trans)régionalisation, transnationalisme). Par la pluridisciplinarité des approches (histoire, géographie, droit et anthropologie) et la pluralité des prismes d’analyses utilisés (la diplomatie, les réseaux et routes marchands, le droit et le religieux), les interventions successives des chercheur.e.s. invité.e.s ont permis d’enrichir les débats actuels sur les migrations, les mobilités et les circulations à l’échelle intra-africaine et au-delà.

L’historienne Sophie Bessis, chercheure associée à l’IRIS, est intervenue lors de la première séance de séminaire, jeudi 28 février 2019,  sur « Diplomatie et coopération entre la Tunisie et l’Afrique de l’Ouest depuis l’Indépendance jusqu’à aujourd’hui » (cf. Lettre de l’IRMC, n° 24). L’approche « par le haut » et l’analyse factuelle développées par la chercheure ont permis de retracer l’évolution des relations diplomatiques contemporaines entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne.

Elle distingue trois temps forts de l’histoire de ces relations : la période Bourguibienne, ce qu’elle qualifie d’« éclipse tunisienne en Afrique Subsaharienne » durant le règne de Ben Ali et l’après 2011. Au lendemain de l’indépendance de la Tunisie et jusqu’aux années 1970, les relations entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne sont marquées par de nombreuses actions de coopération. Parmi les événements les plus significatifs, Sophie Bessis rappelle la présence militaire de la Tunisie en Afrique, avec, par exemple, l’envoi de 2 200 casques bleus au Congo en 1961 ; la participation active du pays à la création de l’organisation de l’unité africaine en 1963 ou bien la tournée de Bourguiba dans plusieurs pays subsahariens en 1965. À l’inverse, la période de Ben Ali se caractérise par un tropisme arabe et des relations résiduelles, voire inexistantes, avec l’Afrique subsaharienne. Depuis les soulèvements populaires de 2011, qui ont entrainé la chute du régime de Ben Ali, l’historienne note une reprise des relations, animées par des logiques principalement mercantiles. Elle observe, notamment, la présence croissante de sociétés tunisiennes sur le marché africain, ainsi que celle d’étudiants subsahariens en Tunisie, bien que ce nombre décroisse depuis 2012. En termes de partenariat économique, cela se traduit par l’adhésion de la Tunisie à la COMESA et le statut de membre observateur à la CDEAO.

Néanmoins, la chercheure met en lumière ce qu’elle considère comme le déni de la Tunisie face à sa dimension « africaine ». C’est ainsi que l’absence de politiques migratoires visant à régulariser la situation des travailleurs subsahariens en Tunisie illustre bien une certaine inertie du gouvernement tunisien et ce malgré la pression de la société civile. En d’autres termes, Sophie Bessis apporte des éclairages sur un sujet de recherche pionnier ouvrant de nouvelles pistes de réflexions sur le positionnement de la Tunisie en direction de la rive Sud de Sahara. 

Directeur de recherche au CNRS (LISST, UMR 5193), le géographe Olivier Pliez est intervenu jeudi 14 avril 2019, sur « La mondialisation des pauvres : loin de Wall Street et de Davos », titre de son dernier ouvrage codirigé avec Armelle Choplin [1]. Spécialiste des territoires urbains liés aux mobilités au Sahara, dans le monde arabe et en Méditerranée, ses terrains de recherche dans de petites localités marchandes au Maghreb l’ont conduit jusqu’en Asie du Sud-Est. Ainsi, Olivier Pliez propose une clef de lecture originale de l’objet géographique – et métaphorique – de la « route ». À travers l’exemple des réseaux migratoires marchands inter et transnationaux, cette deuxième séance s’inscrit à la croisée des trois dimensions proposées par le séminaire de recherche : « savoirs, critiques et méthodes ». En effet, les éléments introductifs abordent de manière critique les définitions et les représentations véhiculées par la mondialisation contemporaine. Réductrices et hiérarchisées, ces approches interprètent ledit processus via des valeurs marchandes globalisées qui seraient structurées par les firmes multinationales et excluraient, de ce fait, des populations considérées comme « pauvres ». À partir de deux terrains de recherches, des souks en Algérie et en Libye, le chercheur démontre non seulement que des routes commerciales « discrètes » se créent en dehors de celles tissées par les firmes multinationales, mais que les acteurs de ces réseaux marchands « du quotidien » sont totalement intégrés au système mondialisé. En d’autres termes, sa méthodologie de recherche souligne l’importance de « suivre » des routes commerciales afin de les reconstituer. Olivier Pliez explique de quelle façon de nouvelles formes de territorialisation émergent de ces routes commerciales discrètes à l’instar de la ville chinoise de Yiwu, spécialisée dans le marché du gros, où des quartiers sont réinvestis par ces acteurs marchands maghrébins. Lors des échanges avec le public, les discussions se sont penchées sur des aspects aussi bien méthodologiques que théoriques : comment « suivre » les objets de recherche ? Comment redéfinir la figure contemporaine du « pauvre » ou (re)conceptualiser le transnationalisme par le bas ?

Organisée jeudi 28 novembre 2019, la troisième séance de séminaire accueillait Delphine Perrin, juriste et politiste chargée de recherche à l’IRD, invitée pour présenter son dernier ouvrage Frontières, sociétés et droit en mouvement. Dynamiques et politiques migratoires de l’Europe au Sahel [2] codirigé avec Sylvie Mazzella. Issu d’un colloque international, cet ouvrage collectif réunit quatorze auteur.e.s provenant de champs disciplinaires variés. Les thèmes de recherche développés recouvrent ainsi une pluralité d’acteurs, de contextes et de prismes d’analyse pour saisir les enjeux des mobilités de l’Europe au Sahel.

Le propos de la conférencière ne s’est guère attardé sur les spécificités des contributions mais a plutôt introduit les idées fortes et transversales de l’ouvrage. Du point de vue de la place du droit dans les approches et les pratiques de la migration, Delphine Perrin souligne un processus de  diffusion de la juridicisation des migrations et les impacts du droit sur les mobilités. Une autre idée transversale de ce livre porte sur la dimension transrégionale des dynamiques et des politiques migratoires, invitant à dépasser le seul rapport « Nord-Sud ». Elle ajoute, par conséquent, qu’il faut aller au-delà de cette idée de « subalternité Nord-Sud » à l’image des États maghrébins qui participent à la fabrique des discours et des lois sur les migrations. D’ailleurs, Delphine Perrin insiste sur le fait que les dynamiques maghrébines s’inscrivent dans des échelles plus larges mettant en exergue un élargissement du « limes » méditerranéen. De même, la juriste note l’importance des articulations entre les dynamiques juridiques et l’évolution du contexte social et géopolitique de ces quinze dernières années avec les orientations restrictives et répressives des migrations (exemples donnés de l’Algérie, du Niger, de la Tunisie). À propos du délit de solidarité et du processus de criminalisation à l’encontre des migrants « irréguliers », Delphine Perrin explique que cela n’a rien de nouveau dans le droit tunisien car il existe un délit de « non délation ». Les discussions avec la salle ont abordé la question des frontières en mouvement et, notamment, la problématique des frontières maritimes, le nouveau positionnement du Maroc en tant que « modèle » et la place de la société civile marocaine, les possibles écarts entre la juridicisation et les réalités migratoires locales, ainsi que le rôle joué par les organisations internationales telles que le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés ou l’Organisation Internationale pour les Migrations.

Enfin, c’est l’anthropologue Sophie Bava qui a clôturé le séminaire de recherche jeudi 12 décembre 2019,  en présentant ses travaux empiriques sur « La formation religieuse chrétienne au Maroc : la naissance de nouveaux entrepreneurs religieux ». Chercheure à l’IRD, ses travaux se focalisent sur les migrations africaines sous le prisme de l’anthropologie religieuse du mouvement, à savoir, les constructions religieuses musulmanes et chrétiennes entre l’Afrique méditerranéenne et subsaharienne. Sophie Bava explique que cette recherche est une réflexion anthropologique nourrie du travail d’un photographe et qui a donc pour vocation à être partagée. L’anthropologue revient ensuite sur le fait que la migration représente un temps où l’on questionne sa foi, un temps qui se caractérise aussi par l’immobilité et l’ennui, enfin, un temps d’indépendance et donc de négociations qu’elle qualifie de temps de « butinage religieux ». 

Dans les années 1990, alors qu’il n’y a plus qu’un pasteur au Maroc et que les églises y sont très peu fréquentées, l’Église a su s’adapter à l’arrivée des premiers étudiants originaires de la rive Sud du Sahara. D’une part, la chercheure démontre que l’Église a bien un projet fédérateur pour le Maroc, caractérisé par l’octroi de bourses, la formation œcuménique avec l’Institut Al Mowafaqa, mais surtout les tentatives d’encadrement des églises de maison. D’autre part, le « culte à la régularisation » exemplifie la manière dont la théologie répond à des questions d’ordre sociologique, une théologie qualifiée de « pratique » voire « pragmatique » par la chercheure. Tandis que les fidèles prient pour régulariser leur situation administrative, les prêcheurs mobilisent les récits bibliques, à l’image de celui de Moïse qui renvoie à la figure du migrant. Les différents temps théologiques (passage, ancrage, installation, etc.) présentés ne sont pas chronologiques comme le rappelle la conférencière : « on les fait vivre au temps de la migration ».

Sophie Bava élargit la réflexion et explique que le christianisme, au Maroc, pose d’autres questions sur la diversité religieuse dans une dimension africaine. Par une stratégie de diplomatie religieuse, il confirme progressivement son rôle de médiateur entre l’Europe et l’Afrique.

[1] CHOPLIN Armelle, PLIEZ Olivier, 2018, La mondialisation des pauvres : Loin de Wall Street et de Davos, Paris, Seuil-La République des idées

[2] MAZZELLA Sylvie, PERRIN Delphine, 2019, Frontières, sociétés et droit en mouvement. Dynamiques et politiques migratoires de l’Europe au Sahel, Bruxelles, Bruylant

Compte-rendu initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les Marocains du Maghreb : de l’absence d’intégration régionale à une mondialisation migratoire limitée (Algérie et Tunisie)

Betty Rouland est géographe, en post-doctorat MEAE à l'IRMC depuis 2017. Elle mène un programme de recherche "Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l'émergence d'un espace de soins transnational en Afrique du Nord ?"portant sur les circulations liées aux soins médicaux dans la région du Maghreb et en particulier en Tunisie (voir aussi son projet sur les mobilités liées à la PMA).

Edité par la Fondation Hassan II des Marocains résidant à l’étranger, Marocains de l’Extérieur – 2017 [1] est un ouvrage collectif qui dresse un bilan des tendances migratoires de la communauté marocaine dans le monde. Au-delà de proposer une synthèse sur des thématiques inhérentes aux migrations contemporaines (vieillissement, féminisation, régionalisation, développement, etc.), l’ossature de cet ouvrage présente la particularité d’examiner la communauté marocaine à l’étranger par pays. Ce dernier ouvrage se distingue de l’édition précédente par l’élargissement du nombre de pays étudiés. En 2013, deux études seulement portaient sur les Marocains dans les pays africains et arabes (El Farah, 2013 ; Ezzine, 2013). Avec deux chapitres examinant, de manière distincte, la situation des ressortissants marocains dans les pays du Maghreb et du Golfe, cette nouvelle étude s’inscrit dans une volonté de déconstruire des aires culturelles peu pertinentes tout en rendant compte de dynamiques migratoires encore largement ignorées en Afrique du Nord. 

Initialement, le chapitre « Marocains du Maghreb » ambitionnait de couvrir trois pays maghrébins : l’Algérie, la Libye et la Tunisie. Du fait de l’instabilité politique en Libye, limitant drastiquement la collecte d’informations, l’analyse s’est focalisée sur l’Algérie et la Tunisie. Au vu d’un outillage statistique peu fiable dans les deux pays concernés, les données exploitées proviennent des registres consulaires, soit un consulat à Tunis contre trois en Algérie, à Alger, Oran et Sidi Bel-Abbès. Or, de même que pour les recensements de populations, lesdits registres présentent de nombreux biais liés aux sur/sous-déclarations, auxquels s’ajoutent ceux liés aux binationaux qui échappent aux instruments de mesure. Afin de compléter les données officielles peu significatives, des entretiens ont été menés auprès d’acteurs institutionnels et de membres d’associations marocaines. Par ailleurs, force est de constater que la littérature scientifique demeure embryonnaire sur le sujet. Les mobilités intra-maghrébines constituent, en effet, un objet de recherche encore très peu développé, hormis quelques exceptions telles que Brunet, 1958 ; Aziza, 2012 ; Boubakri, Mandhouj, 2013. Autrement dit, ce chapitre ne prétend guère à l’exhaustivité mais ouvre, au contraire, un vaste chantier scientifique tout en invitant à investir un champ d’étude en devenir. 

À travers les études de cas de l’Algérie et de la Tunisie, le texte offre deux radiographies qui identifient les dynamiques, les profils ainsi que la condition des ressortissants marocains, en privilégiant une approche multiscalaire (échelle nationale, consulaire, transfrontalière et locale). Jusqu’à très récemment encore, le Maghreb était considéré comme une région d’émigration massive alors que l’ancrage des Marocains dans les pays maghrébins remonte à l’époque coloniale française, période de suractivation des flux migratoires intra-maghrébins (Taïeb, 2012). Ces derniers répondent au développement de l’économie coloniale et reposent sur des logiques transfrontalières, intra-régionales voire même transnationales: une. Plus encore, le texte s’intéresse à la manière dont la condition des Marocains, dans les deux pays étudiés, est révélatrice d’une absence d’intégration régionale « par le haut » et d’une mondialisation migratoire subséquemment limitée. À ce titre, la fermeture « officielle » de la frontière terrestre maroco-algérienne, alors que les ressortissants de chaque pays sont exemptés de visa, exprime un des paradoxes les plus symptomatiques de l’Union du Maghreb Arabe (UMA) dont la création visait pourtant à favoriser l’intégration commerciale de la région, ainsi qu’à encourager la libre circulation. Aux nombreuses barrières juridico-administratives s’ajoutent des logiques discriminantes quant à l’accès à l’emploi. En Algérie comme en Tunisie, on privilégie l’embauche de la population autochtone, ce qui ne fait qu’accentuer les difficultés rencontrées par les migrants marocains. Des filières migratoires marocaines spécifiques se sont développées au cours de ces dernières décennies, de l’attractivité du secteur minier à Gafsa durant la période coloniale en passant par les filières de gardiennage et de la maroquinerie à la mobilité des plâtriers et des étudiants. Dans les deux pays étudiés, les travailleurs marocains semblent confrontés aux mêmes difficultés, à savoir un accroissement de la paupérisation dû à des problèmes administratifs et socio-économiques. Dans une région considérée comme amorphe, et par conséquent, peu attractive, on observe cependant, des interactions tissées par des mobilités « par le bas » qui s’inscrivent dans des logiques de contournement et d’adaptation à l’image des dynamiques transfrontalières et du trabendo à la frontière maroco-algérienne (Moussaoui, 2015). En d’autres termes, cette étude met en exergue le décalage entre ce que les économistes interprètent comme le « Non Maghreb », les données « officielles », peu représentatives des réalités migratoires et les mobilités « en pratique ». Informelles ou méconnues, elles répondent à des processus de régionalisation « par le bas ».  

[1] ROULAND Betty, 2018, « Les Marocains du Maghreb : de l’absence d’intégration régionale à une mondialisation migratoire limitée (Algérie et Tunisie) », in M. BERRIANE (dir.), Marocains de l’extérieur – 2017, Rabat, Fondation Hassan II des Marocains résidant à l’étranger, 645 – 674.

Article initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Gestion locale des migrations en Tunisie

Programme de recherche coordonné par Marouen Taleb, chercheur postdoctoral IRMC et Betty Rouland, chercheure postdoctorale référente IRMC

Marouen Taleb
Docteur en urbanisme et aménagement du territoire.
Ses recherches s’inscrivent dans les domaines de la géographie économique et des sciences de l’aménagement en rapport avec les modèles de gouvernance territoriale et de développement.

La compréhension des rapports entre migration et développement local au sein des communes tunisiennes constitue l’ossature du programme « Gestion locale des migrations en Tunisie » hébergé au sein de l’IRMC et financé par l’AFD. Allant au-delà des causes directes liées à l’employabilité et au chômage, cette recherche tente de comprendre les rapports des jeunes à leur territoire à travers les aspects liés à leur place au sein de la société, du tissu économique et leur degré d’implication dans la chose publique, à l’aune du processus de décentralisation engagé.

Les agences de développement ont besoin de collecter des données fiables pour mesurer l’impact réel du développement sur les migrations. À des niveaux divers – politiques, tutelles, citoyens – les agences sont interrogées sur leurs actions dans le domaine des migrations. De manière générale, la redevabilité est un sujet clé et cette dernière est particulièrement prégnante dans le domaine des migrations.

Les travaux de recherche examinant les déterminants, les dynamiques et les enjeux des migrations contemporaines se sont multipliés au cours de ces deux dernières décennies. Aujourd’hui, la migration s’avère une priorité politique ainsi qu’une thématique centrale des sciences humaines et sociales. En revanche, les impacts des projets de développement sur la mobilité des populations restent très discutés et peu analysés par les chercheurs. Ces derniers se basent souvent sur des données issues des instituts de statistiques, dont la temporalité et l’échelle territoriale ne sont pas toujours pertinentes pour les projets menés. La problématique majeure réside donc dans le fait que ces projets s’appuient sur des données et des populations « officielles » plutôt que réelles.

Figure 1 : Aïn Draham (Nord-ouest de la Tunisie) : le code forestier régissant l’exploitation forestière privilégie les grandes entreprises au détriment des jeunes de la région souhaitant s’établir comme sylviculteur – © Marouen Taleb

 

Dans ce contexte, le programme de recherche « Gestion locale des migrations en Tunisie » financé par l’Agence Française de Développement (AFD) met en étroite collaboration professionnels de terrains et académiciens. Ce projet, à portée inclusive, vise non seulement à produire et collecter des données territorialisées innovantes sur la question du développement et des migrations, mais aussi à évaluer l’efficacité des champs d’actions développés. Le projet offre, en effet, l’opportunité de développer un partenariat pionnier entre académiciens et professionnels de terrains. Tandis que les agences travaillant sur les questions migratoires visent l’opérationnalité des projets liés au développement, la composante scientifique du projet permet, elle, de contextualiser les données et d’analyser les enjeux spécifiques au développement et à la migration au niveau de trois communes : Aïn Draham (nord), Sbeïtla (centre) et Beni Khedache (sud).

Sbeïtla
Figure 2 : Sbeïtla (Centre ouest de la Tunisie) : un potentiel touristique encore inexploité – © Marouen Taleb

 

Cette collaboration couvre deux thématiques du projet : la question des liens entre l’employabilité et la mobilité notamment chez les jeunes, et celle de la prise en compte de la question migratoire dans la gouvernance locale.

La recherche du lien entre employabilité et mobilité(s) pose comme hypothèse de départ que l’emploi, parmi l’ensemble des facteurs « push » identifiés, demeure le plus significatif auprès de la population ciblée par les enquêtes. De ce fait, il apparaît comme nécessaire de préciser l’éventail des dimensions relatives au facteur « employabilité » à l’instar du niveau de salaire, de la garantie de l’accès à l’emploi à l’étranger à travers les réseaux transnationaux de solidarité familiale ou tribale, de la nature de l’emploi, des conditions d’entreprenariat pour les jeunes dans les communes concernées, de l’adéquation entre emploi et formation/aptitudes et entre emploi et liens familiaux et sociaux (présence/absence de réseaux clientélistes ou de favoritisme).

La seconde thématique concerne l’intégration des enjeux migratoires par les acteurs locaux. L’hypothèse de départ tend à privilégier l’idée que les niveaux d’intégration des enjeux migratoires seraient corrélés à la capacité des pouvoirs locaux à engager des démarches participatives de citoyens d’une manière générale et de leur capacité à mobiliser ces derniers pour des questions relatives au développement local. En outre, dans une seconde hypothèse, l’intégration des enjeux migratoires serait également tributaire de la qualité des rapports entre l’institution de la commune et celle du gouvernorat, en charge jusqu’ici des questions de développement et de la coordination entre les services déconcentrés de l’Etat central.

Figure 3 : Beni Khedache (sud-est de la Tunisie) : un terroir en cours de valorisation – © Marouen Taleb

 

Pour ce faire, il s’agira à la fois d’étudier le niveau de connaissance, la volonté politique et les outils à disposition des acteurs locaux pour intégrer les migrations dans leur stratégie de développement local. Ce volet est également dédié aux questions de perceptions de la gouvernance locale des migrations post-2011 et post-élections locales de 2018 en rapport avec la question de la participation des jeunes à la vie publique, à celle du développement local et de l’accès à l’emploi. Le programme de recherche intègre ainsi les questions d’auto-perception par rapport aux concepts d’identité, de société, de famille et de culture. Par le prisme scientifique, cette collaboration permet non seulement d’appuyer mais surtout d’évaluer les problématiques, les enjeux et les impacts dudit projet de développement.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, bulletin trimestriel octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vivre au temps du COVID-19. chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la tunisie

Ouvrage sous la direction de Oissila Saaidia, aux éditions IRMC-Nirvana.

VIVRE AU TEMPS DU COVID-19
Chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la Tunisie

Le dimanche 22 mars 2020, le confinement entre en vigueur en Tunisie ; le lundi 4 mai, la phase du déconfinement débute. Entre ces deux dates, la société tunisienne a vécu une expérience unique, à l’instar d’autres pays à travers le monde.
C’est dans ce contexte que des chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS), de l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC / USR 3077, CNRS), se lancent dans un projet inédit, celui de réfléchir ensemble sur les incidences sociétales de cette crise dont ils sont partie prenante car ils vivent en Tunisie. Ce
livre collectif est un document unique sur la vie au temps du coronavirus car il a été rédigé par dix chercheurs de différentes disciplines, à partir d’un même objet, dans un laps de temps identique et depuis un même lieu géographique.
Cet ouvrage – le premier en SHS sur le Covid-19 publié par des universitaires francophones – livre des clés de lecture pour saisir la complexité d’un événement protéiforme et d’ampleur planétaire. L’analyse s’appuie sur le terrain tunisien même si sa portée dépasse la seule Tunisie car les thématiques abordées font immanquablement écho à des situations vécues dans d’autres sociétés à travers le monde.
Rédigés sous forme de chronique, ces textes mettent, notamment, en exergue un constat : cette crise planétaire est un révélateur, un accélérateur, un catalyseur de dysfonctionnements qui remontent aux années 1980, au moment de la bascule du monde vers un néo-libéralisme économique visant la dérégulation des échanges.
En ce sens, le Covid-19 n’invente rien, ne change rien, ne modifie rien mais il aggrave, renforce et amplifie les faiblesses des sociétés travaillées par les inégalités.
En d’autres termes, l’ouvrage propose des pistes pour nourrir la réflexion et enrichir le débat.

 


Sommaire


Présentation des contributeurs…………………………………………….. 9
Introduction : Le monde, la Tunisie, le Covid-19 et le chercheur
Oissila Saaidia…………………………………………………………………… 13

Première partie. Avril………………………………………………………. 19
Être chercheur au temps du coronavirus :
« le retour à la vraie vie » ?
Oissila Saaidia…………………………………………………………………… 21
Suspendue entre Berlin et Tunis : une chercheure tunisienne
témoigne
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 25
Le confinement comme intensificateur des situations
de vulnérabilité
Marta Luceño Moreno ………………………………………………………. 29
La société civile en Tunisie face au Covid-19 : le cas de la
mobilisation spontanée des jeunes des villes de l’intérieur
Marouen Taleb …………………………………………………………………. 33
Ramassage des déchets et recyclage en période de confinement :
incidences de la distinction entre activités « essentielles » et « non
essentielles »
Jamie Furniss…………………………………………………………………….. 37
Public / Privé au temps du confinement : le corps dansant en live
Monia Lachheb…………………………………………………………………. 41
Des circulations ignorées aux écosystèmes discrets :
secteur privé de santé et patientèle étrangère en Tunisie
Betty Rouland ………………………………………………………………….. 45
L’inégalité d’accès au savoir en temps de confinement :
petites histoires d’une « continuité pédagogique » improbable
Marta Luceño Moreno ……………………………………………………… 49
Les salarié-e-s du secteur privé face aux mesures de confinement
Mohamed Slim Ben Youssef ………………………………………………. 53
Où est passée la semoule ? Lecture de l’interventionnisme
étatique en Tunisie mis à mal par la crise du Covid-19
Marouen Taleb …………………………………………………………………. 57

Deuxième partie. Mai ………………………………………………………. 63
Le Covid-19, un outil multiforme : usages religieux et politiques
des pandémies
Jamie Furniss…………………………………………………………………….. 65
L’autre pandémie, les inégalités de genre
Marta Luceño Moreno ………………………………………………………. 69
De la condition de migrant immobilisé au temps du Covid-19
en Tunisie
Betty Rouland…………………………………………………………………… 75
Corps infecté ou la mort affectée au temps du coronavirus
Monia Lachheb…………………………………………………………………. 81
Se souvenir de 2011
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 85
L’économie repolitisée : propositions contradictoires et
alternatives politiques sur la sortie de crise en Tunisie
Mohamed Slim Ben Youssef ………………………………………………. 91
Science en situation. Réflexions autour de la recherche
tunisienne
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 95
Les inégalités de sexes en période de confinement : sociabilité
sur la toile et mobilisation contre les violences
Khaoula Matri ……………………………………………………………….. 101
La moralisation du Covid-19
Jamie Furniss…………………………………………………………………… 107
Les sexualités ou les oubliées du coronavirus
Monia Lachheb……………………………………………………………….. 111
Bas les masques : inégalités au temps du Covid-19
Betty Rouland…………………………………………………………………. 115

Conclusion
Oissila Saaidia…………………………………………………………………. 121

Annexes…………………………………………………………………………. 123
Chronologie mondiale de la pandémie
Claude Prudhomme………………………………………………………… 125
Chronologie Tunisie
Khaled Jomni………………………………………………………………….. 143
Trois stratégies nationales pour sortir du confinement
au 19 mai 2020
Claude Prudhomme………………………………………………………… 181

Présentation des contributeurs

Bendana Kmar est Professeure émérite d’histoire contemporaine
à l’Université de La Manouba et chercheure associée à l’IRMC.
Historienne de la culture et de la vie intellectuelle en Tunisie (XIXe
et XXe siècles), ses travaux portent sur l’histoire des revues, du
cinéma et sur les conditions de production du savoir en Tunisie.
Elle anime, depuis 2011, un carnet de recherche intitulé Histoire
et Culture dans la Tunisie Contemporaine (hctc.hypotheses.org).

Ben Youssef Mohamed Slim est doctorant en sociologie
politique à l’IEP d’Aix-en-Provence et boursier d’aide à la
mobilité internationale à l’IRMC. Ses recherches portent sur les
transformations de l’organisation du travail, le syndicalisme et les
politisations ouvrières dans la Tunisie post-2011. Dernier article
publié : « Tunisie. Qui paie le prix du coronavirus ? », Orient XXI,
en ligne.

Furniss Jamie, docteur en développement international de
l’Université d’Oxford, est Lecturer (maître de conférences) en
anthropologie sociale à l’Université d’Édimbourg. Il a rejoint
l’IRMC en 2019 et dirige le projet « Environnement, déchets et
économies de recyclage dans le Maghreb contemporain ». Parmi
ses publications : «What type of problem is waste in Egypt», Social
Anthropology (2017).

Jomni Khaled est documentaliste à l’IRMC.

Lachheb Monia est sociologue, chercheure détachée de l’Université
tunisienne, à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain.
Ses travaux s’inscrivent dans le champ de la sociologie du corps et des sexualités. Les études de genre relèvent aussi de ses champs de recherche. À côté de plusieurs articles académiques, des ouvrages collectifs sont parus sous sa direction dont le dernier est Transgresser au Maghreb. La normalité et ses dépassements, Paris, Karthala, 2018.

Luceño Moreno Marta est docteure en communication et information, chercheure associée à l’IRMC. Ses recherches portent sur des thématiques associées au genre, à la visibilité de la diversité sexuelle et de genre en Tunisie, avec une approche féministe intersectionelle décoloniale. Parmi ses publications récentes : « Des munaqabas aux Femen : le (dé)voilement du corps féminin comme problème public dans la période de la transition tunisienne », in Zahi F., Rhani Z. (dir.), Politiques du corps, Publications de l’IURS, 2019.

Matri Khaoula, docteure en sociologie de l’Université de Tunis et de
l’Université Paris V-Descartes, est Maître-Assistante à l’Université
de Sousse et chercheure associée à l’IRMC. Ces travaux portent sur la violence contre les femmes, la question du corps, du voile et des normes sociales. Dernier ouvrage publié : Le port du voile au Maghreb, l’exemple tunisien, Fondation du Roi Abdul-Aziz, Casablanca, 2015.

Prudhomme Claude est Professeur des Universités honoraire en histoire contemporaine de l’Université Lyon 2.

Rouland Betty, docteure en géographie, est actuellement chercheure à l’IRMC. Dans le cadre de son programme «  Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ? », elle a codirigé un projet de recherche sur la santé reproductive transfrontalière dans le Maghreb (Hef.so, Lausanne) et est membre de trois autres projets financés par la MSH en Bretagne, l’AFD et ANR DFG.

Saaidia Oissila, agrégée de l’Université en Histoire et licenciée en arabe, est Professeur des Universités en histoire contemporaine (Lyon 2). Elle s’intéresse aux enjeux religieux de part et d’autre de la Méditerranée. Elle dirige l’IRMC depuis septembre 2017. Dernier ouvrage publié L’Algérie catholique XIXe -XXIe siècles, Une histoire de l’Église catholique en Algérie, Éditions du CNRS, Paris, 2018, Prix d’histoire Diane PotierBoès de l’Académie française (2019).

Taleb Marouen, chercheur post-doctorant à l’IRMC, est docteur
en urbanisme et aménagement du territoire. Ses recherches portent
sur les modèles de gouvernance territoriale et de développement au
Maghreb. Parmi ses publications récentes : Gana Alia et Marouen Taleb, « Mobilisations foncières en Tunisie : révélateur des paradoxes de l’après « révolution » », Confluences Méditerranée, vol. 108, no 1, 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Soins transfrontaliers en santé reproductive au Maghreb : Un paysage reproductif en devenir ?

Le projet « Soins transfrontaliers en santé reproductive au Maghreb : un paysage reproductif en devenir » (Cross Border Reproductive Care in the Maghreb (CRBC) : an emerging reproscape ?) s’implante à l’IRMC en tant que projet collaboratif de recherche. Ce projet est financé pour un an dans le cadre de l’initiative “Seed Money for Cooperation with Mediterranean countries” hébergée par la Haute École de Santé de Suisse Occidentale (HESSO) en tant que the Leading House (LH) pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (MENA).

La valorisation de ce projet se fera par le biais d’au moins une publication collective (numéro thématique d’une revue), de l’organisation de plusieurs workshops de l’équipe CBRC en Tunisie et en Europe ainsi qu’en participant à différentes conférences. Deux workshops, en partenariat avec les professionnels de la santé, qui ont collaboré avec les membres du projet, sont également prévus à Tunis et à Sfax afin d’encourager le transfert de connaissances. Au-delà de l’apport heuristique d’une telle recherche, il s’agit aussi de pérenniser un tout nouveau réseau de chercheur(e)s et de s’orienter vers une société inclusive qui permet plus de dialogue et qui collabore avec les acteurs privés.

Résumé du projet et
caractéristiques

Le projet réunit une équipe transdisciplinaire de huit personnes et établit les bases d’une recherche sur un sujet pionnier, la Procréation médicalement assistée (PMA), qui n’a encore jamais été étudiée au Maghreb. Un secteur de fait peu discuté, bien que de nombreuses cliniques pour l’infertilité existent dans la région depuis les années 1980. En Tunisie, le système privé de santé s’est beaucoup développé au cours de ces dix dernières années et notamment le réseau des cliniques qui offrent l’assistance médicale à la procréation (Belhassen, 2018 ; Ghorbal, 2016). Fortement liée à l’augmentation des patients en provenance des autres pays du Maghreb et d’Afrique subsaharienne (Rouland 2018 ; Lautier 2005, 2013), l’étude des soins transfrontaliers en santé reproductive en Tunisie constitue une approche originale permettant d’observer des processus renforcés par des mobilités intra-régionales et transnationales qui s’inscrivent dans une perspective Sud- Sud. Il s’agit, avec ce projet, de développer une étude au croisement de multiples débats en sciences sociales (surtout concernant les paradigmes bio et mobility) mais également d’inscrire ces débats dans la région du Maghreb.

Ce projet de recherche se caractérise par la nature pionnière de la thématique des soins transnationaux en santé reproductive au Maghreb. L’idée est de créer un réseau de recherche autour de ces questions médicales et ce, des deux côtés de la Méditerranée. Sa mise en place s’effectue notamment par la réunion de l’équipe transdisciplinaire avec trois workshops sur l’année. Une autre caractéristique fondamentale de ce projet réside dans la nature appliquée de la recherche qui pourra contribuer aux politiques des acteurs locaux, sur la base de données inédites et solides.

Les porteuses du projet

Irène MAFFI, professeure d’anthropologie sociale à l’Institut des sciences sociales de l’Université de Lausanne. Spécialiste du monde arabe, Soins transfrontaliers en santé reproductive au Maghreb : Un paysage reproductif en devenir ? Programme de recherche 10 Bulletin trimestriel n° 23 janvier-avril 2019 elle a mené ses recherches dans deux domaines : l’anthropologie politique et l’anthropologie de la reproduction. Elle est l’auteure de Pratiques du patrimoine et politiques de la mémoire en Jordanie. Entre récit dynastique et narration communautaire (2004), de Women, Health and the State in the Middle East. The politics and culture of childbirth in Jordan (2012) et a co-dirigé avec Rami Daher The Politics & Practices of Cultural Heritage in the Arab World: Positioning the Material Past in Contemporary Societies (2014). Ses derniers articles explorent la santé et les droits sexuels et reproductifs ainsi que la transformation de la famille en Tunisie après la révolution de 2011. Elle prépare un ouvrage sur les pratiques de l’avortement et de la contraception en Tunisie, qui devrait être publié en 2019.

Betty ROULAND, géographe, chercheure MEAE en post-doctorat à l’IRMC. Ses recherches portent sur le triptyque « migrations, mondialisation, santé » de part et d’autre de la Méditerranée. Dans le cadre de son programme de recherche « Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ? », ses travaux s’articulent autour de trois axes intrinsèques : (1) Développement du secteur privé de santé et patientèle étrangère en Tunisie ; (2) Figures migratoires émergentes, mobilités régionales et espaces de circulations dans le Maghreb post-révolution ; (3) Processus de régionalisation, transnationalisme et mondialisation au prisme des mobilités et des circulations dites médicales dans une perspective « Sud-Sud ».

L’équipe CBRC

Malika AFFES a obtenu son diplôme de sage-femme en 1991 à l’école de santé de Tunis et c’est par l’exercice de ce métier qu’elle a ressenti le besoin de promouvoir la santé sexuelle et reproductive. Responsable d’une unité de planning familial au sein de l’hôpital universitaire de La Rabta de Tunis jusqu’à l’été 2017, elle a participé à des travaux dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive (« Gynuity health project ») et a eu l’occasion de collaborer avec Irène Maffi sur la thématique de « La contraception et l’IVG en Tunisie », collaboration qui a abouti à la co-écriture d’un article paru dans L’Année du Maghreb intitulé « Institutions médicales, loi et itinéraires thérapeutiques des femmes après la révolution ». Active dans deux associations tunisiennes s’intéressant à la santé des femmes : le groupe Tawhida Ben Cheikh et la Société tunisienne pour l’étude de la ménopause, elle travaille actuellement à l’hôpital universitaire Mongi Slim de La Marsa au service de consultation prénatale.

Mohamed-Lamine BENAYACHE,
étudiant en sixième année de pharmacie à l’Université Claude Bernard – Lyon I ainsi qu’en Master 2 de Géographie de la santé à l’Université Paris-X Nanterre. Ses champs d’intérêts recouvrent la santé publique et plus particulièrement la thématique des inégalités sociospatiales d’accès aux soins. Après une année hospitalo-universitaire entre la France, le Liban et la Jordanie ainsi qu’une expérience en management de projet chez un éditeur de presse Programme de recherche Bulletin trimestriel n° 23 janvier-avril 2019 11 médicale spécialisée, il contribue désormais au projet CBRC et est en accueil scientifique à l’IRMC.

Simon BOUHOUR, diplômé du master de l’IEP de Toulouse « Politique, Discriminations, Genre », il a diverses expériences professionnelles et associatives en milieu scolaire sur l’éducation affective et sexuelle, sur la prévention du sexisme et de l’homophobie, mais également auprès d’associations de défenses des droits des migrants et de défense des droits des femmes notamment en territoire palestinien.

Imen JAOUADI, titulaire d’une thèse de doctorat en Sciences économiques (économie de la santé) de la Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de Tunis, elle a enseigné à l’INSAT (2001- 2005) en tant qu’assistante puis en tant que maître assistante à l’ISCCB (Université de Carthage) depuis 2011 jusqu’à aujourd’hui. Elle a rejoint l’OMS, bureau de la Tunisie, en tant que responsable nationale de programme pour le projet Optimize (2010 à 2012).


Elle a également participé au dialogue sociétal pour les politiques, stratégies et plans de santé en Tunisie en partenariat avec le ministère de la Santé pendant 2 ans, en tant que gestionnaire, formateur, co-auteure des différents rapports du dialogue sociétal et du livre blanc pour la réforme de santé. Elle a occupé le poste de directrice du CeFIR (Centre de la formation internationale et de la recherche) de l’ONFP (Office national de la famille et de la population) du ministère de la Santé de décembre 2015 à septembre 2016. Ses travaux portent sur la chaîne logistique des vaccins, l’accès au système de santé en Tunisie, la réforme du système de santé, les déterminants sociaux de la santé, les inégalités de santé, l’accès aux soins des migrants et la gouvernance du financement du système de santé.

Angèle MENDY, chercheure postdoc en sociologie de la santé et des migrations à l’Université de Lausanne, elle a été auparavant chercheure boursière à l’International Migration Institute (Oxford). Titulaire d’une thèse en sciences sociales, précédée d’un Master en « Globalization and social regulation » des universités de Genève et Lausanne ainsi qu’un master en sociologie de la santé de l’Université de Saint Louis du Sénégal. Son domaine de recherche se concentre sur les migrations et mobilités internationales des professionnels de santé et le fonctionnement des systèmes de santé dans les pays en voie de développement.

Dounia SAADI, titulaire d’une licence en anthropologie sociale et culturelle de l’institut des sciences sociales et humaines de Tunis en 2017 et inscrite en deuxième année de master dans la même spécialité. Elle s’intéresse à la recherche en anthropologie médicale en général et à la thématique de la reproduction en particulier. Elle a travaillé, dans le cadre de son mémoire de licence, sur l’expression de la douleur de l’accouchement chez les parturientes tunisiennes d’un point de vue anthropologique et compte étudier les rapports conjugaux impactés par le recours à la PMA, dans le cadre de son mémoire de master. Elle a occupé le poste de chargé du recrutement et formatrice des nouveaux bénévoles intervenant dans les hôpitaux tunisiens pour fournir une aide psychologique aux malades hospitalisés, de mars 2017 à mars 2018. Elle fait maintenant partie des étudiants accueillis dans le cadre du projet CBCR.

Etat d’avancement du projet

Le premier workshop du projet s’est tenu en septembre 2018 et a permis d’identifier les axes de recherche de chaque chercheur et les perspectives à explorer. Les 29 et 30 septembre, l’équipe incluant Malika Affes, Simon Bouhour (en visio-conférence), Ibtissem Ben Dridi, Imen Jaouadi, Irene Maffi, Angèle Mendy, Betty Rouland et Dounia Saadi s’est réunie à l’IRMC, dans un atelier permettant de discuter du projet en se focalisant sur ses présupposés théoriques et méthodologiques ainsi que sur ses aspects pratiques et organisationnels. Chaque membre de l’équipe a expliqué la manière dont elle/il entend contribuer à sa réalisation et comment elle/il entend collaborer avec les autres chercheurs pendant les différentes phases de l’enquête. Les deux étudiants de master de l’équipe ont présenté leurs projets individuels qui seront inclus dans la recherche commune. Les chercheures expérimentées de l’équipe leur garantiront leur soutien et encadrement lors de la réalisation de l’enquête et de la rédaction du mémoire final.

Les aspects éthiques de la recherche, l’accès aux cliniques privées et aux cabinets des médecins ont aussi été abordés de manière exhaustive afin d’identifier les figures professionnelles clés dans le domaine de la PMA ainsi que les organisations, les événements et les lieux où commencer le terrain en Tunisie. Deux textes centraux sur le thème des soins transfrontaliers en santé reproductive ont été analysés en profondeur par les membres de l’équipe afin d’identifier les axes de recherche développés dans la littérature portant sur d’autres aires géographiques. Une grande partie du second jour du workshop a été consacrée à l’élaboration du questionnaire à faire compléter par les patients infertiles qui ont recours aux soins en santé reproductive en Tunisie de manière à intégrer les intérêts interdisciplinaires de toutes les chercheurs qui prennent part au projet. De manière générale, les discussions et les réflexions communes ont été très fructueuses et un bon esprit de collaboration inter-disciplinaire a caractérisé les échanges.

Les 13 et 14 avril derniers, le workshop de mi-parcours s’est également tenu à l’IRMC, intégrant des invités de choix, dont Trudie Gerrits de l’Université d’Amsterdam, spécialiste de la PMA au Ghana ainsi que Atf Gherissi, professeure assistante à l’Ecole supérieure des sciences et techniques de l’Université Al-Manar de Tunis, sociologue et Maître de conférences en sociologie à l’Université de Sfax.

Par ailleurs, Betty Rouland est allée présenter le projet à l’University of West England le 1er février 2019 lors d’une conférence intitulée « Human Reproduction Study Group Winter Event. Critically Mapping Cross-Border Reproduction ». Cette intervention a permis de présenter les premières observations faites auprès des professionnels de la santé reproductive dans les cliniques privées de Tunisie (Tunis et Sfax).

Betty Rouland

Sources
https://cbrcma.hypotheses.org/
http://www.uva.nl/profiel/g/e/g.j.e.gerrits/g.j.e.gerrits.html?1550242083701
https://www.researchgate.net/profile/Fr
ancine_Tinsa

Pour citer ce billet : Betty Rouland, «Soins transfrontaliers en santé reproductive au Maghreb : Un paysage reproductif en devenir ?», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2287.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) en Tunisie : Profil socio-épidémiologique (1983 – 2016)

Samedi 2 décembre 2017 avait lieu au Liber’thé, le premier café-débat organisé par Betty Rouland, chercheure à l’IRMC. L’objectif pour cette dernière est de donner la parole à de jeunes chercheur(e)s afin de présenter leurs travaux. Cette initiative est née d’un constat : les chercheurs passent des années à travailler sur un sujet, et ont finalement assez peu d’occasions d’échanger avec le grand public. En pratiquant cette rencontre « hors les murs », c’est aussi l’occasion de rendre accessible à tous des sujets de recherche trop souvent réservés à des lieux et à des publics initiés.

Ainsi, cette première édition s’est déroulée avec une présentation de thèse d’Inès Boughzala sur “l’Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) en Tunisie : Profil socioépidémiologique de 1983 à 2016”. Inès Boughzala, diplômée de la Faculté de médecine, était investie au sein de l’association de prévention positive (ATP+) à l’époque et travaille à présent au sein de l’organisation non gouvernementale Médecin du Monde Belgique en Tunisie. Sa directrice de thèse, Rim Abdelmalek, professeur au service des maladies infectieuses était aussi présente. Monia Lachheb, chercheure associée à l’IRMC était invitée à discuter en sa qualité de sociologue, spécialiste des sexualités marginales et de l’homosexualité au Maghreb.

Inès Boughzala a d’abord dressé un historique de l’apparition de cette maladie à l’échelle mondiale avant de se concentrer par la suite sur le cas tunisien. Cette recherche dresse une monographie du VIH sur une période de 34 ans en Tunisie. Inès Boughzala a ainsi focalisé ses recherches sur les patients se présentant à l’hôpital de la Rabta à Tunis.

Ainsi, les premiers cas ont été recensés aux Etats-Unis en 1981. En 1987, apparaît le premier médicament contre le VIH dont les effets s’estompaient au bout de 6 mois de traitement. En 1996, la trithérapie fait son apparition. À partir de 2005, le nombre de cas diminue, à la suite de quoi l’on passe d’une infection mortelle à une infection chronique.

© Al Huffington Post Maghreb.

En Tunisie, la prédominance de la maladie est masculine, mais l’on observe une féminisation progressive de l’épidémie. D’après les chiffres recensés par la jeune docteure, la tranche d’âge la plus touchée est celle des 30/34 ans. 14,51% des malades sont des étrangers, dont un tiers sont des Libyens, un tiers des Africains subsahariens. Les catégories sociales les plus répertoriées sont les  chômeurs qui représentent 37,88 %, les commerçants représentant 18,11% des cas et enfin les ouvriers non qualifiés qui représentent 14,67% des personnes détectées. Cependant, ces chiffres sont à relativiser car les travailleurs du sexe ne se déclarent pas comme tel. Les étrangers concernés, quant à eux, sont essentiellement des étudiants. Inès a tenu à préciser que le VIH est la forme antérieure du virus. Le Sida est la forme qui suppose un état d’avancement tardif de la maladie. Elle a aussi déploré que les migrants n’aient pas accès gratuitement aux traitements, ce qui est le cas pour les Tunisiens. Elle déplore une difficulté pour accéder aux soins et préconise de continuer à sensibiliser et éduquer sur les risques du VIH, mais aussi de continuer le plaidoyer à l’encontre d’une loi répressive envers l’homosexualité, notamment, qui incite les personnes atteintes du virus à le dissimuler. De plus, le retard de diagnostic représente une plus grande charge économique et augmente le taux de mortalité. La Tunisie demeure un pays à faible prévalence même si les personnes atteintes y sont diagnostiquées relativement tardivement.

© lapressenews.tn.

Selon Monia Lachheb, cette thèse déconstruit les préjugés sur le VIH. Elle permet d’en donner une information éclairée, chiffrée et objective. D’après elle, l’opinion publique s’imagine que le VIH ne touche que les homosexuels ou les sexualités dites atypiques et cela entraîne une stigmatisation de ces populations dites « clés ». Cependant, qu’en est-il des femmes en général mais aussi des femmes porteuses du VIH et enceintes notamment ? Inès répond que même si la prévalence est faible en Tunisie, elle n’en demeure pas moins importante dans les populations dites « clés ». Quant aux femmes enceintes, elles ont à présent la possibilité de se faire dépister contre le VIH à toutes les étapes des visites médicales obligatoires.

Une autre interrogation a porté sur les inégalités territoriales en termes d’accès aux soins, ce à quoi il a été évoqué la situation de Kairouan. La ville de Kairouan possède en effet un centre de dépistage situé au coeur de la médina, mais au lieu d’être un lieu facilement accessible, il est un lieu trop visible aux yeux de tous, et donc très peu fréquenté à cause de sa trop grande visibilité et de la stigmatisation que cela engendre.

Enfin, différentes personnes sont intervenues afin de faire-valoir la nécessité d’un corps médical neutre et bienveillant. Le corps médical a en effet été décrit comme partial et posant un regard accusateur, si ce n’est inquisiteur sur les personnes qui viennent obtenir renseignements ou soins. Il est donc indispensable de former les médecins, pharmaciens et autres personnels médicaux, à leur devoir de soigner sans moraliser. La responsabilité du corps médical est engagée dans la décision de pratiquer le test anal ou non. La dimension éthique est éminemment présente. Le manque d’éducation sexuelle a aussi été déploré ainsi qu’un retour du conservatisme religieux, ayant pour conséquence l’accentuation d’un regard moralisateur.

Il a aussi été signalé que les moyens de communication afin de sensibiliser à cette problématique, n’étaient pas adaptés aux jeunes. Certains ont ainsi suggéré de moderniser les biais de sensibilisation, à travers les réseaux sociaux notamment. C’est sur ces préconisations que s’est clôturée la première édition de ce cafédébat.

Louise Favel

Pour citer ce billet : Louise Favel, «Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) en Tunisie : Profil socio-épidémiologique (1983 – 2016)», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2219.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ?

Le programme de recherche « Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ? » vise à examiner l’accroissement du secteur privé de santé en Tunisie en lien avec l’augmentation de la patientèle étrangère (maghrébine, subsaharienne principalement originaire d’Afrique de l’Ouest, européenne) avec une attention particulière portée aux changements enregistrés depuis 2011. De manière assez inattendue, une des dynamiques, qui découle des révolutions arabes, est le nouveau rôle de la Tunisie en matière de services de santé. À l’augmentation accrue de la patientèle libyenne dans les structures de soins privées depuis l’éclatement de la guerre civile en Libye, s’ajoute l’émergence de nouveaux marchés. La Tunisie se positionne actuellement comme le principal pays exportateur de soins en Afrique du Nord, le pays affiche même l’une des plus fortes croissances au monde dans le secteur du tourisme médical (Lautier, 2013). À la croisée des enjeux (géo)politiques et sociétaux du Maghreb contemporain, la recherche proposée cristallise des thèmes essentiels à l’instar du champ des migrations, des mobilités et des circulations à caractère médical mais aussi de problématiques telles que celles du développement local, de l’intégration régionale et de la mondialisation économique dans un contexte spécifique de transition politique. Pionnier, ce programme s’inscrit dans les débats qui animent aujourd’hui les sciences humaines et sociales à l’intersection des migration studies et du tournant mobilitaire (Sheller, Urry, 2006), des transnational studies (bottom-up/topdown) et du biopolitique (borderities (Amilhat-Szary, Giraut, 2011), bioéconomie et bioéthique). Au-delà de la production de données empiriques sur un sujet encore très peu documenté au
Maghreb 1, le programme de recherche présente une dimension heuristique en invitant à reconceptualiser le triptyque « mondialisation, migration, santé ». À partir d’un champ original (la santé), il est question d’analyser de nouvelles formes d’interactions et de mobilités convergentes vers la Tunisie, tout en privilégiant une approche multi-scalaire afin d’examiner la production de nouveaux espaces de soins (échelle locale, urbaine, transfrontalière, régionale, transnationale) dans une perspective « Sud-Sud ».

Ce programme de recherche s’articule autour de trois axes intrinsèques : (i) Développement du secteur privé de santé et patientèle étrangère en Tunisie ; (ii) Figures migratoires émergentes et espaces de circulations depuis 2011 dans le Maghreb et au-delà ; (iii) Mobilités régionales, transnationalisme et mondialisation au prisme des mobilités médicales « Sud-Sud ».

Axe 1 : Développement du secteur privé de santé en lien à la patientèle étrangère en Tunisie

La Tunisie dispose aujourd’hui des ressources sanitaires équivalentes à celles des pays européens (niveau de qualification des praticiens, standardisation des protocoles thérapeutiques, infrastructures sanitaires, matériel médical, etc.) à des prix très concurrentiels sur le marché mondial (Lautier, 2013). À titre  d’indication, on estimait à 22.1 millions de dollars (USD) les exportations de services de santé de la Tunisie (dont 18 millions USD vers la seule Libye) (Menvielle, 2012), tout en précisant qu’il convient d’ajouter à ces chiffres les dépenses relatives aux séjours des malades (accompagnants, apport de devises, etc.) (Rouland et al., 2016). Cependant, les impacts du secteur privé de santé tout comme les effectifs réels des patients qui viennent se faire soigner en Tunisie échappent aux instruments de mesure : « ce phénomène n’en est probablement qu’à ses débuts et son ampleur réelle apparaît incertaine. Il est difficile à quantifier […]. Une première difficulté de mesure est liée à la prise en compte de ces flux car ils se soumettent mal aux instruments de mesure disponibles » (Lautier, 2013). Bien que l’absence de données limite la mesure dudit
phénomène, l’accroissement de l’offre privée de santé et de la patientèle libyenne depuis 2011 dans la ville de Sfax, témoignent d’une part du dynamisme local de la niche d’activité et, d’autre part, de la diversification des profils des patients libyens dans le contexte de guerre civile en Libye mais aussi à l’essor de nouveaux marchés (la patientèle algérienne).

Par conséquent, ce premier axe vise à dresser un état des lieux de l’expansion du secteur privé de santé dans les villes tunisiennes en lien avec l’augmentation de la patientèle étrangère et notamment les changements enregistrés depuis 2011 :

i) Élaborer une radiographie de l’évolution du secteur privé de santé en Tunisie (offre médicale et paramédicale) ;

ii) Identifier les différents acteurs et les logiques déployées pour le développement de la niche d’activité (professionnels de santé et personnel « extra » médical », actionnaires, sociétés intermédiaires/
facilitators, etc.) ;

iii) Examiner les impacts locaux du développement des services du secteur privé de santé et des activités corollaires dans les villes tunisiennes (aménagements liés aux structures (para)médicales, aux nouveaux espaces résidentiels (hôtellerie, marché locatif et commerciaux).

Axe 2 : Figures migratoires émergentes et espaces de circulations depuis 2011 dans le Maghreb et au-delà

Depuis la révolution de la « dignité » (Thawrat al-Karama) à la fin de l’année 2010 en Tunisie et depuis les soulèvements populaires qui ont eu lieu dans les pays arabes en 2011, on assiste à une redistribution de la donne et des enjeux migratoires dans le Maghreb et bien au-delà. Des populations migrantes hétérogènes s’entrecroisent aujourd’hui sur le sol tunisien, un changement de paradigme s’est opéré : la Tunisie est passée du statut de terre traditionnelle d’immigration à celui d’espace d’accueil, de transit et de circulation. Désormais, le pays accueille de nouvelles figures migratoires complexes dont les statuts sont difficilement identifiables du fait de l’absence d’outils statistiques fiables (Boubakri, 2015). À titre d’exemple, les Libyens présents en Tunisie sont catégorisés de manière antinomique comme réfugiés (sans le statut légal) ou touristes médicaux alors que les études récentes démontrent à l’inverse que ces derniers sont mobiles et circulent pour des motifs variés mais que leurs modes de recours aux soins s’éloignent des logiques du tourisme médical et nécessitent d’être appréhendés dans le contexte de guerre civile actuelle qui règne en Libye (Rouland et al., 2016 ; Boubakri, 2015). En dépit de la proximité géographique avec l’Union Européenne (UE), ce sont les patients originaires des pays voisins de la rive sud de la Méditerranée et du Sahel qui répondent majoritairement à l’offre médicale privée qui s’est développée en Tunisie et, contrairement aux voyageurs médicaux venus du Nord, recourent à une gamme de  soins beaucoup plus large (Rouland et al., 2016). Aussi, l’émergence de figures et d’espaces migratoires structurés par des logiques sanitaires met en exergue de nouvelles interactions, des espaces d’échanges intra-maghrébins et avec le Sahel, des processus de
régionalisation « par le bas » nouveaux et originaux caractéristiques de dynamiques « Sud-Sud ».

Figure 2. Projets d’aménagements liés au secteur privé de santé
(résidences et cabinets médicaux) à proximité de deux polycliniques récemment construites dans la ville de Sfax

© Rouland, 2015.

Par conséquent, la Tunisie constitue aujourd’hui un « espace laboratoire » pour étudier le phénomène croissant des mobilités médicales en Afrique du Nord.

Par le biais du champ de la « santé » et l’examen des modes de recours aux services du secteur privé, le second axe s’intéresse à élaborer des typologies en fonction des « profils » et des « espaces » sur lesquels circulent la patientèle étrangère enquêtée :

i) Contextualiser dans le temps et sur l’espace l’évolution des mobilités médicales au Maghreb ;

ii) Dresser une typologie en fonction des profils de la patientèle étrangère (en fonction des origines géographiques, mode(s) d’accès et de prise(s) en charge des soins, itinéraire(s) thérapeutique(s), exposition à des risques et degré de vulnérabilité), des réseaux sur lesquels les patients s’appuient et analyser la complexité des figures migratoires émergentes ;

iii) Spatialiser le regard en cartographiant les espaces de soins empruntés, tissés et pratiqués par les patients (mobilités médicales trans-frontalières, intra-maghrébines, sahéliennes- maghrébines, etc.) et élaborer un panorama plus large des figures migratoires et des formes de circulations qui découlent de la révolution arabe de 2011.

Axe 3 : Mobilités régionales, transnationalisme et mondialisation au prisme des mobilités médicales « Sud- Sud »

Dans un monde globalisé et au vu de l’augmentation des mobilités et des circulations médicales, la santé apparaît d’une part comme un champ pertinent pour repenser les enjeux du tournant mobilitaire. À ces nouvelles formes de mobilités s’ajoutent l’émergence d’espaces de soins transnationaux en Afrique du Nord tissés par des acteurs pluriels, impulsés par des dynamiques de la mondialisation économique et structurés par des processus de régionalisation « par le bas ». D’autre part, la santé offre des outils d’analyses pertinents pour évaluer les « champs migratoires » pratiqués par les migrantsainsi que les processus de différenciation qui les caractérisent. En effet, la santé s’avère à la fois un excellent indicateur de la mondialisation économique (Huynen, 2005 ; Dixneuf, 2003) mais également des conditions de vie des populations (Fleuret, Séchet, 2004, 6). Autrement dit, le choix du projet est d’abord motivé par le fait que de
nouvelles figures migratoires et des espaces de circulations liés à la santé ont émergé au cours de cette dernière décennie au Maghreb et spécialement depuis 2011.

L’axe 3 permet d’aborder des enjeux théoriques, devenus des questions centrales dans les sciences humaines et sociales :

i) Déconstruire des catégories englobantes (touriste médical vs réfugié) et saisir l’hétérogénéité des formes de mobilités et de circulations afin d’appréhender les inégalités des champs migratoires dans lesquels les populations migrantes évoluent au Maghreb ;

ii) Évaluer par le biais des champs sanitaire et migratoire les processus de régionalisation « par le bas » et d’intégration régionale au Maghreb et comparer les phénomènes observés avec d’autres régions du globe ;

iii) Recadrer le contexte régional dans des enjeux globaux (mondialisation économique et marchandisation des soins) à travers les approches du biopolitique (borderities), de la bioéconomie et de la bioéthique (avec un focus néanmoins porté sur le secteur de la reproduction médicalement assistée).

© Rouland, 2015.

1 Contrairement à d’autres régions du globe comme l’Asie, les études portant sur les mobilités médicales (phénomène également qualifié de tourisme médical, de voyages médicaux ou de circulations thérapeutiques) sont très peu développées en Afrique à l’exception de celles de l’économiste Marc Lautier sur l’exportation des services de santé en Tunisie (2013 ; 2005) et de Jonathan Crush et Abel Chikanda (2015) sur l’Afrique du Sud.

Bibliographie
AMILHAT-SZARY Anne Laure, GIRAUT,Frédéric, 2011, Borderities and the,Politics of Contemporary Mobile,Border, Basingstoke, Palgrave,MacMillan.

BOUBAKRI Hassan, 2015, « Migration et asile en Tunisie depuis 2011 : vers de nouvelles figures migratoires ? » Revue européenne des migrations internationales, vol. 31, n° 3, 17-39.

CRUSH Jonathan, CHIKANDA Abel, 2015, “South-South medical tourism and the quest for health in Southern Africa”, Social Science & Medicine, n° 124, 313-320.

DIXNEUF Marc, 2003, « La santé publique comme observatoire des dynamiques de la mondialisation » in J. Laroche (dir.), Mondialisation et gouvernance mondiale, Paris, PUF, 213-225.

FLEURET Sébastien, SECHET Raymonde, 2004, Géographie sociale et dimension sociale de la santé, Colloque ESO, [En ligne : http://assos.univ-lemans.fr/ LABO/eso/IMG/pdf/fs.pdf].

HUYNEN Maud, MARTENS Pim, HILDERINK Henk B.M., 2005, “The health impacts of globalization: a conceptual framework”, Globalization and health, vol. 1, n° 1.

LAUTIER Marc, 2005, Les exportations de services de santé des pays en développement : le cas tunisien. Agence française de développement, Notes et documents n° 25.

LAUTIER Marc, 2013, Le développement des échanges internationaux de service de santé : perspectives des exportations en Afrique du Nord, Banque Africaine de Développement, [En ligne : http://www. afdb.org/fr/news-and-events/article/ internationaldevelopment- of-health-services-northafricas- export-prospects-11649/].

MENVIELLE Loïck, 2012, « Tourisme médical : quelle place pour les pays en développement ? » Mondes en développement, vol.°157, n° 1, 81- 96.

ROULAND Betty, JARRAYA Mounir, FLEURET Sébastien, 2016, « Du tourisme médical à la mise en place d’un espace de soins transnational : l’exemple des patients libyens à Sfax (Tunisie) », Revue francophone sur la santé et les territoires, [En ligne : http://rfst.hypotheses.org/roulandbetty- jarraya-mounir- f l e u r e t –
sebastien].

SHELLER Mimi, URRY John, 2006, “The new mobilities paradigm”, Environment and planning A, vol. 38, n° 2, 207-226.

Betty Rouland

est Géographe, chercheure à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Betty Rouland, «Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ?», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2176.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook