Archives par mot-clé : architecture

Historicisation et perspectives patrimoniales d’un héritage architectural et urbain de la période coloniale française (1837-1962) à Constantine

Contexte de la recherche

Constantine a été un véritable terrain d’expérimentation 1 en termes d’architecture et d  ’urbanisme pendant la période coloniale française. Celui-ci a légué à la ville un important héritage architectural d’une grande richesse stylistique. La pluralité de la production architecturale et urbaine de cet héritage demeure méconnue, en dépit de sa dominance dans le paysage urbain constantinois.

D’une part, la construction d’une connaissance sur cet héritage permet d’apporter de nouveaux éclairages à l’histoire de la ville, qui pourront enrichir l’enseignement de cette phase en histoire de l’architecture, aujourd’hui encore peu maîtrisée et trop schématisée. D’autre part, l’étude du cas de Constantine, dans son contexte historique et sa réalité matérielle singulière, selon une nouvelle approche que nous développons ci-après, peut être un apport aux recherches en cours sur les différents modèles de villes et d’architectures de la période coloniale française au Maghreb en général, et en Algérie en particulier.

Il apparaît important de connaître les valeurs historique, architecturale, technique et esthétique afin de donner une plus-value à l’héritage architectural et urbain de cette période. Ceci orientera le regard du maître d’ouvrage (public ou privé), du maître d’oeuvre ou du propriétaire, pour décider en particulier du devenir de cet héritage – conservation, réhabilitation, disparition – et pour une meilleure prise en charge de ces architectures dans le processus de changement du regard sur ce qui constitue la ville ancienne de Constantine. La connaissance de cet héritage permettra également de guider le travail de conservation du patrimoine dans le but de le valoriser ; ce qui est un enjeu important dans le contexte actuel où la ville connait une phase de réhabilitation de son bâti ancien et de son parc immobilier colonial datant des XIXe et XXe siècles. Cette méconnaissance pose en effet beaucoup de problèmes concrets lors des opérations de réhabilitation des bâtiments, notamment quant au processus de transformation de certains bâtiments, qui en ont modifié la substance au fil du temps. Les évaluations des interventions et des projets de réhabilitation entrepris en témoignent. Ces opérations sont souvent menées dans l’incompréhension de l’objet sur lequel elles portent, en ne prenant pas en considération la genèse historique ainsi que les caractéristiques du bâti. Elles sont généralement limitées à un ravalement de façade assez simplificateur. On part ici de l’hypothèse – à vrai dire fondatrice de l’intervention patrimoniale dans les villes anciennes – que les valeurs (historiques, architecturales, esthétiques, techniques…) des bâtiments sont à étudier pour conduire des actions de réhabilitation plus nuancées et respectueuses, à même de conserver le capital culturel constitué par cet héritage.

Ce travail est plus que jamais nécessaire dans le contexte actuel de mise en place d’un processus de patrimonialisation : de grandes opérations de rénovation et de réhabilitation ont été lancées dans le centre des grandes villes comme Alger ou Oran.

Le paysage urbain constantinois avec son vieux « Rocher » et extensions urbaines de ce dernier

© Maïssa Acheuk-Youcef.

En effet, un patrimoine n’est considéré comme tel que s’il est le fruit d’une construction sociale. D’où l’intérêt de se poser la question : qui porte la reconnaissance d’un héritage comme patrimoine ? L’intérêt de reconnaissance en tant que tel et de la valorisation patrimoniale naissent notamment lorsque les valeurs sont connues. L’expertise scientifique peut être un facteur déterminant dans la mise en valeur. Ainsi, la production de la connaissance s’avère nécessaire et préalable à la reconnaissance et à la mise en valeur de cet héritage constantinois. Par conséquent, il apparaît important d’étudier ses logiques de production qui justifieront sa logique de protection.

Cette étude d’une ville comme Constantine s’inscrit au croisement de plusieurs champs disciplinaires : à savoir l’architecture, l’urbanisme, l’histoire de l’art et la géographie-aménagement, mobilisant ainsi des approches comme l’histoire urbaine et de l’architecture, les sciences du patrimoine, l’étude de la morphologie urbaine et des outils comme la cartographie par la construction d’un Système d’Information Géographique (SIG). Le croisement de ces approches sous cet angle-là, n’a pas encore constitué un champ de recherche accompli dans l’étude des villes algériennes aux XIXe et XXe siècles.

De ce terrain d’étude brièvement décrit émanent plusieurs questionnements

Quel est l’héritage architectural et urbain de l’époque coloniale française à Constantine ?

Afin d’identifier et de connaître cet
héritage, le travail de recherche est basé sur une « historicisation de l’espace construit 2 », ce qui implique l’identification et la datation des objets de cet espace, dont le processus de production, fait lui-même de sous-processus ayant chacun sa logique, et (étant) en interaction 3.

Le « Rocher », coeur historique de Constantine avec son tissu urbain et ses architectures

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Ainsi pour connaître l’architecture produite, il s’agit alors d’appréhender auparavant l’espace urbain de Constantine dans son évolution historique, sociale et spatiale.

L’étude porte sur l’espace urbain constantinois avec le Rocher, coeur historique de la ville, et ses premières extensions urbaines datant de la période coloniale française à savoir : les faubourgs de Saint-Jean, Saint-Antoine, El Kantara, Sidi Mabrouk et le Coudiat-Aty.

Quel est le processus de production architecturale et urbaine de cette époque et quels en sont les acteurs ?

Considérant que chaque nouvelle production dans l’espace urbain nécessite la mobilisation et l’interaction de plusieurs acteurs 4, il apparaît nécessaire de mettre en évidence la complexité de ces jeux d’acteurs. Ainsi, d’autres questions de recherche en découlent :

Quels sont les registres architecturaux de cet héritage ?

– Quels sont les types et les formes d’architectures – notamment pour l’habitat – produites à Constantine pendant cette période ?

– Quelles ont été les inspirations et les contributions locales pour la production architecturale ? Notamment l’expression de la population locale – qu’elle soit autochtone ou coloniale – dans l’architecture.

– Qui sont les architectes/concepteurs dont les créations ont marqué l’espace urbain constantinois ?

– L’Algérie ayant été un terrain d’expérimentation, est-ce que certaines architectures n’ont pas été exportées à Constantine par des avant-gardistes avant leur apparition en métropole ?

La réponse à ces questions permettra notamment de connaître la contribution de l’expérience constantinoise à la circulation des modèles architecturaux.

Pour répondre à nos questions

Notre méthode de recherche consiste à partir de la réalité matérielle du terrain d’étude que nous considérons comme la première source historique vivante à interroger. Cela est ensuite confronté et croisé avec l’analyse des sources historiques graphiques et écrites collectées à partir d’un important travail de dépouillement mené dans différentes sources d’archives en Algérie (Constantine, Alger) et en France (Paris, Vincennes, Aixen- Provence). Ceci représente plus de 300 dossiers consultés, soit près de 4000 documents graphiques et écrits mobilisés et émanant principalement des :

– Archives Municipales de Constantine ;
– Archives de la direction du Cadastre de Constantine ;
– Archives de la Wilaya (Préfecture) de Constantine ;
– Archives Nationales d’Algérie, Alger ;
– Archives du Service Historique de la Défense, Vincennes ;
– Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM), Aix-en-Provence ;
– Fonds de l’Institut Français d’Architecture, Paris ;
– Fonds de l’IGN, Saint-Mandé. Pour approcher la fabrication de l’espace urbain constantinois, nous considérons que chaque objet dans la ville est issu d’un processus matériel et social basé sur des jeux d’acteurs : publics (militaire et civil) et privés (architectes, entreprises, société civile…etc.). Ainsi, nous décomposons la réalité matérielle de l’espace urbain en plusieurs objets à étudier, emboîtés à différentes échelles (quartiers, lotissements, rues, bâtiments – habitat et équipements –) que nous identifions et que nous analysons.

Contraste dans le paysage urbain entre l’héritage de la période coloniale française (extensions de la ville) et l’héritage architectural des époques antérieures (Rocher)

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Un aperçu sur la mosaïque d’architectures identifiées dans le paysage urbain constantinois

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Nous étudions ces jeux d’acteurs complexes pour certaines opérations dans la ville à travers une approche systémique. Ainsi, nous analysons le processus de décision pendant cette période, à différentes échelles du pouvoir : le niveau local (la Mairie et la Préfecture de Constantine), le niveau central (le Gouvernement général à Alger) et enfin, le niveau de la métropole (différents ministères, Assemblée nationale…etc. à Paris), avec les autorités et les acteurs clés correspondants à chaque régime politique (selon les périodes).

Pour ce qui est de l’échelle des quartiers et lotissements, pour étudier le processus de leur fabrication et avant d’aborder leur évolution, nous revenons à leur genèse d’abord à travers la question de l’acquisition et la répartition du foncier pour les colons européens. Par la suite, les autres échelles de la rue et du bâti, sont traitées.

Les objectifs et les apports scientifiques de ce travail de recherche sont de plusieurs ordres

La visée de cette recherche est de mieux connaître l’architecture et l’urbanisme de l’époque coloniale française à Constantine entre 1837 et 1962. À partir de là, on peut déterminer quelques pistes permettant de mieux envisager l’inscription de cet héritage dans le développement urbain. Il s’agit de :

– Connaître le processus de production architectural et urbain de cette époque et d’identifier les maîtres d’ouvrage et les architectes qui ont marqué l’espace urbain constantinois.

L’emboitement des échelles de production de l’espace à travers la mobilisation des documents graphiques et écrits correspondant à ces échelles permettra de rendre compte de manière systématique et rigoureuse de l’évolution de la ville et ainsi d’historiciser l’espace urbain à ses différentes échelles.

– Mettre en exergue la richesse et la diversité architecturale du patrimoine bâti. Plusieurs registres, styles et typologies architecturales sont juxtaposés et articulés dans la même ville, dans un même quartier ou parfois dans une même rue, créant une mosaïque à ces différentes échelles.

Ainsi on rencontre des bâtiments marqués par des influences occidentales d’une tendance apparue en Europe au XIXe et au début du XXe siècle, comme des bâtiments marqués par des influences locales ou bien un mélange des deux, avec des bâtiments stylistiquement « hybrides ». Nous étudions certaines architectures qui sont apparues dans une période donnée et ont été appliquées en Algérie. D’autres styles singuliers, sont caractérisés par une empreinte locale, il s’agira de faire ressortir l’influence locale dans la production architecturale.

– Identifier les objets datant de cette période, ayant un potentiel culturel et économique, y compris ceux situés en dehors de l’actuel secteur sauvegardé et qui sont susceptibles de faire l’objet de mesures de protection. Ceci sera réalisé entre autres, dans une perspective de développement de l’attractivité de la ville. – Constituer une base de données numérique et géo-référencée, à l’échelle de la ville : historicisation de l’espace urbain et du bâti avec un Système d’Informations Géographique (SIG). Ce système aura vocation à évoluer vers un instrument d’aide à la décision, de conservation et de valorisation de cet héritage urbain et architectural, basé sur ces nouvelles connaissances.

Ce travail permettra également à partir du dépouillement des sources dispersées, d’accès parfois difficile (Fonds des Archives Municipales de Constantine, Archives Nationales d’Outre-Mer à Aix-en-Provence, Archives du Service Historique de la Défense à Vincennes, Archives de l’Institut Français d’Architecture à Paris…etc), de les rassembler et de les intégrer. Il faut bien sûr d’abord repérer et identifier les données historiques encore inexploitées, et les répertorier. Cela sera d’autant plus utile aux études d’histoire urbaine et architecturale pendant la période coloniale française à Constantine, en facilitant leur croisement selon une approche systémique, avec ce que cela implique comme nouveaux objets et aspects à étudier.

Exemples d’architectures identifiées situées en dehors de l’actuel secteur sauvegardé et qui sont susceptibles de faire l’objet de mesures de protection dont certaines sont exposées à la destruction

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Un échantillon du type de documents historiques archivistiques correspondant aux objets d’étude à différentes échelles, collectés et mobilisés pour cette recherche

© Archives Municipales de Constantine ; Archives du Cadastre de Constantine ; Archives du Service Historique de la Défense, Vincennes ; Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM), Aix-en-Provence ; Fonds de l’Institut Français d’Architecture, Paris ; Fonds de l’IGN, Saint-Mandé.

En plus de l’apport historiographique à l’échelle de Constantine et la dimension d’expertise patrimoniale de ce travail de recherche, la connaissance du cas spécifique constantinois permettra de constituer un apport entre autres sur la question de la circulation des modèles architecturaux aux XIXe et XXe siècles à l’échelle du Maghreb et de la Méditerranée.

En effet, les travaux qui ont été développés en histoire urbaine et architecturale de la partie nord de l’Afrique ont été menés principalement sur des grandes villes et capitales comme Alger, Tunis, Casablanca, le Caire…etc, mais peu ou presque pas sur des métropoles régionales comme dans le cas de Constantine, qui comporte des spécificités sur plusieurs aspects, comme la recherche en cours le fait apparaître.

L’apport de cette recherche permet également de capitaliser les données cartographiques collectées, pour constituer un SIG historique qui n’existe pas encore au niveau de la ville de Constantine. Cette capitalisation des données pourra être une manière de contribuer notamment à préserver le patrimoine de Constantine et en particulier les archives de cette période, qui sont exposés à la dégradation et donc à la menace de destruction.

1 Cette notion de laboratoire d’expérimentation a déjà été largement discutée, illustrée et démontrée par différents chercheurs dans plusieurs travaux de recherche sur l’Algérie et les pays du Maghreb notamment: De Tarde (1937, 27) ; Guillerme (1992) ; Culot (1992) ; (1996, 8) ; Nouschi (1996, 139) ; Pinon (1996, 49) ; Cohen et Eleb (1998) ; Vacher (1997) ; Volait et Minnaert (2003, 379-380) ; Garret (2005, 37) ; Hakimi (2005, 64 ; 81), etc.

2 Gauthiez Bernard, 2014, « Le temps dans l’espace
des villes, ou l’espace des villes comme accumulation des produits matériels de phénomènes sociaux », Géocarrefour, vol. 89/4, 283-296.

3 Ibid.

4 Ibid.

Maïssa Acheuk-Youcef

Doctorante en Architectur/Géographie- Aménagement en cotutelle, Université de Constantine 3/ Université de Lyon 3, UMR 5600. Contact : aymaissa@hotmail.com

Pour citer ce billet : Maïssa Acheuk-Youcef, «Historicisation et perspectives patrimoniales d’un héritage architectural et urbain de la période coloniale française (1837-1962) à Constantine», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2193. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2182.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La villa zehrfussienne de Bourguiba (1954-1956)

La villa zehrfussienne de Bourguiba (1954-1956)[1]

Aléas de la recherche : en quête d’une “maison qui n’existe pas”

Il y a quelques années, en travaillant sur l’œuvre architecturale réalisée en Tunisie par Bernard Zehrfuss et ses collaborateurs dans le cadre de la Reconstruction du pays (1943-1947), j’ai consulté, par hasard, dans les archives de l’Institut français d’architecture à Paris, un dessin de façade pour une “villa Bourguiba”, daté du 27 janvier 1954. Cet avant-projet m’intrigua. Où avait été projetée cette maison ? Était-elle destinée à Habib Bourguiba, dissident et par ailleurs ami de Zehrfuss[2] ? À cette époque, ma seule certitude était qu’elle était restée à l’état de projet, comme le mentionnait l’inventaire des œuvres de Zehrfuss réalisé par l’IFA. Les spécialistes de l’architecture tunisienne contemporaine que j’interrogeais ne savaient rien, eux non plus, sur ce projet -on me répéta alors que “cette maison n’existe pas”.

Fig. 1 Maison Bourguiba 1954
Propriété d’Habib Bourguiba, façade principale, avant-projet, architecte : Bernard Zehrfuss, 27 janvier 1954.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite d’archives n°64.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.

C’est un article paru dans la revue l’Architecture d’aujourd’hui en 1955 qui me poussa à entreprendre des investigations. Un plan et un dessin de façade illustraient un court texte présentant une “maison Bourguiba” de Bernard Zehrfuss. Cette fois le prénom du propriétaire était mentionnée. Il s’agissait d’Habib. Et l’usage de l’indicatif présent ne laisser planer aucun doute : en 1955, le projet était encore en cours. Mon attrait pour ce projet grandissait mais les questions qui se bousculaient restaient sans réponse. Pourquoi cette maison n’a-t-elle pas été construire ? Est-ce l’accession au pouvoir de Bourguiba, quelques mois plus tard, qui avait mis un frein au projet ? Il fallait retourner aux archives. À l’IFA, toujours, je découvris des plans datés de mars et avril 1955, ceux-là même qui avaient été publiés par la revue L’architecture d’aujourd’hui, et d’autres de 1956. Cette fois, une mention primordiale était précisée sur l’un des plans : rue de la Manoubia. Coincée à Paris, il fallu passer de nombreuses heures sur google earth à visionner des images satellitaires, pour trouver enfin la parcelle correspondante à celle représentée sur les plans. Sur le terrain retrouvé, malgré le caractère flou de l’image googlelienne, apparaissaient bien deux bâtiments dont l’implantation correspondait parfaitement à celle des villas projetées pour Bourguiba par Zehrfuss.

Figure 2
Propriété Bourguiba, projet, plan du rez-de-chaussée, architecte : Bernard Zehrfuss, dressé le 4 mars 1955, modifié le 16 mars et complété le 28 mars 1955.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite à rouleaux n°8.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.
Fig. 3
Image google earth sur laquelle est repérable la propriété d’Habib Bourguiba, au nord du réservoir d’eau situé au centre de la photographie.

De retour à Tunis, je partis visiter cette maison. Les voisins m’affirmèrent qu’il s’agissait bien de la demeure de l’ancien président et que celui-ci y habita juste quelques semaines, avant son investiture.

Au moment où sa carrière prend une nouvelle dimension –il commence à travailler sur les projets du CNIT et du siège de l’UNESCO-, Zehrfuss, ancien architecte de la Reconstruction, a donc construit dans un Protectorat français en Tunisie agonisant, une maison pour Habib Bourguiba, qui est alors un résistant, tantôt emprisonné, tantôt assigné à résidence, notamment sur l’île de Groix.

D’une architecture tunisienne à une autre

Le projet, Zehrfuss le peaufine pendant de nombreux mois. L’architecte est chargé de concevoir deux habitations, une villa et un pavillon, sur un terrain pentu situé dans le quartier de Montfleury supérieur à l’ouest de Tunis sur laquelle une splendide vue sur l’ensemble de l’agglomération est offerte. La villa, construite en bordure de la voie publique, est une grande demeure de 700 m2 qui accueille des espaces de réception et les appartements privés d’Habib Bourguiba. Au rez-de-chaussée, de la demeure se trouve une cour d’honneur avec galerie qui donne accès au hall d’entrée et à des garages et la pièce réservée au gardien qui ferment la cour. Au niveau supérieur, le rez-de-jardin, se situent les pièces de réception installées en enfilade : un grand et un petit salons, et la salle à manger. Un grand patio couvert à arcade les sépare la partie privée de la maison qui comprend : les chambres d’amis et l’appartement d’Habib Bourguiba qui regroupe une chambre, un bureau-bibliothèque et qui ouvre sur jardin privé agrémenté d’un bassin d’eau. À ce niveau, se trouve également un oratoire, éclairé zénithalement par un oculus. La maison est dotée d’un Mihrab (projeté dès le premier projet), et cette salle de prière est la seule pièce de la maison aux formes arrondies. Quant au pavillon qui occupe le fond du terrain et qui est d’une surface bien moins importante, près de 175 m2, il s’élève sur deux niveaux. Il est destiné à la femme du futur Président : Mathilde Bourguiba[3] qui y a ses appartements.

Le projet, conçu entre 1954 et 1956, a évolué au fil des mois, en particulier le dessin des façades de la villa principale, qui est totalement contraint par l’orientation du terrain. Pour éviter de subir les vents chauds venant de l’ouest, l’architecte décide de fermer la façade qui donne sur ce point cardinal – il n’y a presque aucune baie et le jardin. Il traite la façade sur rue de manière très massive. Dans la première version proposée par Zehrfuss, un balcon qui court sur l’ensemble du premier niveau souligne la verticalité de la villa, qui est cependant atténuée parles cinq arcs plein cintre qui le ferme et les grands moucharabiehs qui s’y insèrent, mais aussi les voutes qui couvrent la demeure, et même les cinq arcs de la galerie du rez-de-chaussée. Dans la seconde mouture du projet, datée du 21 avril 1955, les moucharabiehs, qui ont vocation à être peints en bleu, sont conservés. Mais de nombreuses modifications sont proposées dans le but de renforcer la massivité de la façade par rapport à la première esquisse. L’architecte rehausse la façade sur rue, au niveau des pièces de réception, et avec elle le balcon. Le bandeau en saillie qu’il formait dans le premier projet est tellement agrandi que la façade semble dotée d’une seconde peau. La suppression des arcs qui fermaient initialement ce balcon, mais aussi celle les voûtes qui couronnait l’édifice renforce encore plus le caractère anguleux de la demeure.

fig 4
Propriété Bourguiba, projet, façades est et sud, Bernard Zehrfuss, dressé le 14 mars 1955.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite à rouleaux n°8.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.
fig5
Propriété Bourguiba, projet, Coupes villa et pavillon, Bernard Zehrfuss, 10 mars 1955.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite à rouleaux n°8.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.

Zehrfuss modifie à nouveau le projet et dans la version finale, les lambeaux du style de la Reconstruction disparaissent de la façade. Au rez-de-chaussée, la galerie ne conserve que trois arcs, et surtout les moucharabiehs sont supprimés. À l’étage supérieur, sont disposés deux niveaux de fenêtres, deux bandeaux horizontaux, formé chacun de dix baies groupées deux à deux. Deux autres lignes horizontales en saillie, faite de béton cette fois, les souligne : un balcon qui prend place sous la première série de fenêtres et un brise soleil au dessus. Aucune fantaisie n’est concédée, ni même aucune référence à l’architecture vernaculaire.

Fig. 6 façade principale maison Habib Bourguiba
Propriété Bourguiba, façade principale, 2012.
© Charlotte Jelidi

La seconde façade partiellement visible depuis la rue, latérale, est traitée de manière différente et présente un aspect moins massif, notamment parce que Zehrfuss multiplie, que ce soit dans les avant-projets et dans la version définitive, les décrochements et que la forme et la taille des ouvertures sont variées : petites baies ornées de grilles, galbées ou non, fenêtres à claustras, etc. [Zehrfuss, 1955]. Lorsqu’il modifie son plan initial, décide de rehausser la partie réservée aux salles de réception, et déplace le hall d’entrée à l’angle sud-est de la maison, il ajoute des ouvertures à cette façade, notamment des claustras pour éclairer le hall et le superbe escalier hélicoïdal qui s’y insère et qui surprend le visiteur tant ses courbes tranches avec le caractère anguleux de la façade. Par ailleurs, la villa destinée à Mathilde Bourguiba, au fond du terrain, plus en haut, est construite dans le même esprit.

Fig. 7 villa principale, façade est
Propriété Bourguiba, façade latérale, est, 2012.
© Charlotte Jelidi
Fig. 8 villa Mathilde B
Image 8 : Propriété Bourguiba, pavillon de Mathilde, façade principale, 2012.
© Charlotte Jelidi

L’évolution du projet et sa finalisation témoignent des tâtonnements qui ont présidé à l’expression architecturale la modernité tunisienne que le futur Président souhaite déjà afficher. Il est alors attaché à la culture tunisienne et à la religion musulmane, comme en témoigne la présence du patio et du Mihrab. Toutefois, son renoncement aux grilles galbées de tradition sidi bou saïdienne et aux moucharabiehs en façade –seuls les claustras sont présents mais relégués sur la façade latérale- témoigne de son désir d’afficher, en façade et dans les espaces de réception, une contemporanéité presque déterritorialisée. L’architecture tunisienne spécifique que le Zaïm façonnera plus tard avec l’architecte Olivier-Clément Cacoub n’est pas encore en germe.

fig9
Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi
fig10
Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi
fig11
Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi
fig12
Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi
fig13
Propriété Bourguiba, patio couvert, 2012.
© Charlotte Jelidi

Propriété de l’État tunisien, cette maison a longtemps servi de centre de formation, et est aujourd’hui désaffectée –seule la ville de Mathilde est habitée par un fonctionnaire.

fig14
Le jardin en 2012.
© Charlotte Jelidi

Mais les questions qui demeurent sans réponse restent nombreuses. La présence du Mihrab peut étonner, a priori, tout comme les dimensions de la demeure. Malheureusement, les archives de l’IFA ne conservent pas la correspondance que se sont échangée Bourguiba et Zehrfuss. Seul le dossier de permis de construire conservé aux archives municipales de Tunis pourrait nous apprendre encore beaucoup sur ce projet. Mais nous n’avons pas encore eu l’autorisation d’y accéder. A-t-il été seulement conservé ? Cette recherche n’est qu’à ses prémices. Il sera intéressant de tenter de comprendre comment le projet final a été élaboré, les débats qui ont agités les deux amis, mais aussi pourquoi cette œuvre charnière est restée dans les limbes de l’histoire de l’architecture contemporaine tunisienne. Et reste un doute, en dépit des témoignages des voisins, le fils d’Habib Bourguiba portant presque le même nom que son père, on ne peut totalement écarter une possibilité de méprise, même s’il est peu probable qu’à 27 ans Junior ait pu se payer une telle demeure. Quoi que ?

 

Charlotte Jelidi

est historienne de l’art et chercheure post-doctorante à l’IRMC. Elle y coordonne deux programmes de recherche, Les villes maghrébines en situation coloniale XIXe-XXe siècles. Urbanisme, architecture, patrimoine et Les musées et lieux d’exposition au Maghreb et leurs publics (XIXe-XXIe siècles).

 

Pour citer ce billet : Charlotte Jelidi, « La villa zehrfussienne de Bourguiba (1954-1956) », Le Carnet de l’IRMC, 2 mai 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/865


[1] Ce texte présente une recherche en cours. Il n’a pour autre ambition que de mettre la lumière sur un édifice méconnu.

[2] Dominique Zehrfuss, dans le portait au vitriol qu’elle dresse de ses parents, témoigne de ce lien de proximité qui unissait son père à celui de la Tunisie indépendante.

[3] Mathilde Bourguiba née Lorain (1890-1976), dite Moufida (après sa conversion à l’Islam) est la première épouse de Habib Bourguiba. Ensemble, ils ont un fils, Habib Bourguiba Junior, le seul enfant naturel du Zaïm, né en 1927. Le Président quitte Mathilde -ils divorcent en 1961- pour Wassila Ben Ammar, qu’il épouse en 1962.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook