Archives par mot-clé : Amin Allal

Citoyennetés sous tension. Politiques sociales et luttes économiques en Tunisie dans une perspective comparée

Amin Allal est chercheur CNRS en sociologie politique, affecté à l'IRMC depuis octobre 2017. Il est actuellement core researcher dans le programme européen "ERC DREAM". Ses recherches explorent la politique des classes populaires, en se concentrant sur diverses scènes d'interactions sociales telles que les mobilisations dans le monde du travail ou les programmes de «développement» orientés vers les «pauvres». Il s'appuie sur des méthodes qualitatives (ethnographie et entretiens non directifs) afin d'analyser l'action collective dans des contextes locaux comme les banlieues paupérisées de Tanger et Tunis, ainsi que la région minière de Gafsa en Tunisie.

Alors que depuis 2011, au Maghreb, de multiples « luttes sociales » se succèdent, aucun programme de recherche transversal ne prend à bras le corps la question de la centralité politique du travail, c’est-à-dire celle des recompositions des rapports au politique, en lien avec le travail effectué ou escompté. L’objectif de ce programme est précisément de repenser les formes de représentation des travailleurs, de saisir les rapports entre monde du travail et champ politique, de penser les tensions de la citoyenneté. Il vise, en effet, à examiner les mutations contemporaines des rapports au politique pour des sujets fortement dépendant d’une activité économique centrale. Partant des relations conflictuelles (protestations collectives, contre-conduites individuelles, etc.) mais aussi plus « ordinaires » ou routinières (rapport au patronat local, à l’administration ou à différentes agences publiques), j’étudie l’émergence des formes de citoyenneté dans ces contextes maghrébins.

Présentation générale

Pour aborder ces questions de façon comparative, nous avons, avec deux collègues du CNRS, Karel Yon et Samuel Hayat, pris l’initiative de créer un réseau pour encourager les échanges entre le Nord et le Sud de la Méditerranée. Grâce à cette équipe internationale, ont notamment été organisés un colloque international les 25 – 27 juin 2018 à Tunis [1],  plusieurs séances de séminaires et ateliers (notamment lors du congrès de l’Association Française de Science Politique à Bordeaux les 2 et 3 juillet 2019).

Le projet « Redécouvrir la citoyenneté industrielle : passés et présents des relations entre travail et politique (2019-2022) » [2] a obtenu un financement de la part de l’ANR qui a permis le lancement d’enquêtes et ateliers de travail. D’ailleurs, une enquête sur le déploiement d’une multinationale au Nord (Espagne et France) comme au Sud (Maroc, Tunisie) est actuellement en cours. Menée par huit membres de l’équipe, elle permettra de comparer les situations industrielles françaises, espagnoles marocaines et tunisiennes. Un atelier a été programmé les 6 – 10 juillet 2020, à l’occasion du congrès de l’Association Internationale de Sociologie de Langue française à Tunis.

Premier output de ce travail, le numéro « Mondes du travail : mutations et résistances » [3] de la revue Confluences Méditerranée, que j’ai codirigé avec Élisabeth Longuenesse et Michele Scala, est paru en 2019.

Ce programme de recherche reprend à son compte l’analogie fondatrice de la citoyenneté politique qui lie les citoyens à un État, pour la redéployer sur les problématiques du travail. Il ne s’agit pas d’en donner une vision enchantée, bien entendu, mais au contraire, de s’appuyer sur les ressources que donne l’étude critique du rapport entre les États et « leurs citoyens », pour enrichir le regard sur les rapports de travail et les rapports des travailleurs aux différentes autorités constituées. Cette analogie permet de mettre en lumière trois éléments qui constituent autant de sous-axes du programme de recherche.

Trois sous-axes de recherche

 Appartenances au travail

 Cette analogie de la citoyenneté indique que la relation de travail passe toujours par la constitution de collectifs, de communautés, de corps. Les individus y sont, certes, des sujets de droit, mais toujours définis par des relations d’appartenance à une communauté de production, mais aussi au territoire d’implantation de cette communauté, à la galaxie constituée par les chaînes de dépendance entre les travailleurs, leurs entreprises et d’autres, etc. Depuis 2015, je coordonne un travail en réseaux sur ces questions avec des collègues d’Algérie, du Maroc et de Tunisie.

Sujetion et citoyenneté

 Les individus, membres de ces collectifs créés par la relation de travail, sont, vis-à-vis de lui et des autorités diverses qui le créent, comme corps dans un rapport de sujets. Tout d’abord, ils y sont assujettis, c’est-à-dire dans un rapport de sujétion aux règles de ce corps mises en œuvre par ces autorités. Pour autant, ils sont dotés d’une certaine capacité d’action. De ce point de vue, l’analogie de la citoyenneté industrielle ouvre vers l’étude des formes de participation, de contestation mais aussi de représentation, de délégation, d’obligation que connaissent les travailleurs vis-à-vis de leur travail et des autorités auxquelles ils sont soumis en tant que travailleurs. Nous avons posé de premiers jalons analytiques sur cette question, en interrogeant de façon comparative la notion d’économie morale, grâce à l’ouvrage collectif, Quand l’industrie proteste. Les fondements moraux des (in)soumissions ouvrières [4].

Les normes et règles de la citoyenneté

Enfin, par « citoyenneté industrielle », l’accent est mis sur le fait que ces formes d’appartenance, de sujétion et de participation sont éminemment réglées, normées. Les relations de production sont organisées par des règles de droit, des règlements intérieurs, des accords, une pratique usuelle de ces normes, parfois des coutumes. Et ces règles sont, comme dans la citoyenneté politique, à la fois le cadre et l’enjeu des relations entre travailleurs et entre les travailleurs et les autorités qui s’imposent à eux.

Ces trois entrées permettent de saisir, dans leur continuité, les rapports multiples qui organisent le processus de travail et l’inclusion des travailleurs comme groupe de sujets, à la fois soumis et agissants dans une communauté de travail réglée et normée. La recherche se déploie en plusieurs études de cas. À ce stade, nous avons avancé (individuellement mais aussi avec une équipe maghrébine constituée) sur l’enquête de terrain dans différentes régions sélectionnées (Kasserine, Gafsa, Grand Tunis, mais aussi Ghardaïa en Algérie et Tanger au Maroc). Je mène, depuis trois ans, des investigations, par observations in situ et par entretiens dans plusieurs gouvernorats sur des situations de travail contemporaines, notamment des usines qui ont connu des mobilisations ces dernières années, mais aussi plus anciennes (travail d’archives sur le fonds de la Compagnie des Phosphates de Gafsa).

[1] Les actes de colloques sont en cours de publication dans la revue Critique Internationale.

[2] Projet IRMC mené en partenariat avec le laboratoire CERAPS et l’Université́ de Lille.

[3] ALLAL Amin, SCALA Michele, LONGUENESSE Elisabeth, 2019, « Mondes du travail : mutations et résistances », Confluences Méditerranée, n° 111. [En ligne ici]

[4] ALLAL Amin, CATUSSE Myriam, BADIMON Montserrat Emperador, 2018, Quand l’industrie proteste. Les fondements moraux des (in)soumissions ouvrières, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Res Publica ».

Présentation de programme de recherche initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Tu fais de la politique ? Non de la science politique

Amin Allal
Photographie de Amin Allal

Le chercheur en science politique est souvent amené à répondre à cette question : « tu fais de la politique ? ». La question/défi exprime la curiosité mais rappelle surtout que pour bon nombre de gens, la raison d’être sociale de cette discipline ne va pas de soi. Cette épreuve est partie prenante des contraintes ordinaires de la recherche en sciences sociales et pas seulement en Tunisie. Elle rappelle que la stratégie de l’enquêteur est fragile, qu’elle peut être réduite à néant par les multiples interactions dans les différentes configurations d’enquête. Mais en définitive, ces bricolages et ces incertitudes sont les sciences sociales en actes, et en rendre compte c’est d’une certaine façon déjà faire des sciences sociales. Dans le contexte tunisien de la fin des années 2000, cette question récurrente – angoissée plus souvent qu’amusée – relevait davantage de l’environnement paranoïaque de la fin du régime autoritaire de Ben Ali. La période n’était pas propice pour le développement d’une recherche collective en science politique ni pour des échanges sur celle-ci. Le voisin, l’ami, le cousin et parfois même le collègue chercheur vous suspectaient d’avoir un agenda caché ; un intérêt dissimulé forcement « politique » ou « carriériste » pour vous frotter ainsi au « Pouvoir ». Beaucoup de chercheurs eux mêmes intériorisant la censure, devenaient des « reproducteurs indirects » de celle-ci, consolidant parfois les supposées lignes rouges à ne pas franchir. Les chercheurs étrangers travaillant sur la Tunisie n’en étaient d’ailleurs pas exempts, loin de la.

Dans cette situation, l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain auquel j’étais rattaché entre 2006 et 2009 en tant que Boursier a constitué une sorte de refuge. Tout d’abord parce qu’il offrait des moyens matériels enviables et rares (dont ne peuvent – c’est regrettable – bénéficier que les titulaires de la nationalité française). L’IRMC permettait également une forme de protection autorisant une recherche en science sociale du politique désintéressée. La curiosité policière, les mises en garde n’étaient pas suivies d’effets dès lors que l’on m’étiquetait « stagiaire au consulat de France ». Simultanément aucune immixtion notable de la part des autorités de tutelle n’était faite, cela est important lorsque l’on sait le peu d’égard qu’une partie des représentants consulaires avaient pour la recherche et le zèle dont ils témoignaient pour maintenir le statu quo politique en Tunisie. De retour de mes séjours parfois tumultueux d’investigation dans la région de Gafsa, la sérénité de l’IRMC permettait une plongée paisible dans les données glanées lors de mon terrain. Lieu de convivialité tenu par un personnel permanent de grande qualité, l’IRMC est surtout un centre pluridisciplinaire où historiens, anthropologues, sociologues, géographes, économistes et politistes cohabitent. Cela engendre une confrontation des points de vue et des méthodes remettant en cause nos reflexes de travail : un décentrement salutaire par rapport aux ancrages disciplinaires respectifs qui sont souvent davantage des effets de chapelles et de découpages institutionnels. Lieu d’équilibre précaire – site d’observation et d’analyse privilégié – l’IRMC peut maintenant pleinement collaborer avec une science politique tunisienne encore incertaine, pas assez développée, encore moins banalisée pour comprendre les mutations politiques d’importance en cours dans le pays. En ces temps de rétrécissement identitaire, il serait profitable d’ouvrir les vannes… L’illusion « d’autochtonie », de l’identitaire et de l’appartenance nationale propre du chercheur sont des croyances trompeuses et somme toute peu fructueuses.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Amin ALLAL

est doctorant en science politique, rattaché à l’IREMAM et à l’IEP d’Aix-en-Provence. Il a été boursier à l’IRMC de 2006 à 2009.

Pour citer ce billet : Amin Allal, « Tu fais de la politique ? Non de la science politique », Le Carnet de l’IRMC, 12 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1138

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Des révoltes de Gafsa à la situation révolutionnaire

Bassin minier de Gafsa

La formule « révolution de jasmin » s’est très rapidement imposée chez les commentateurs pour qualifier les protestations qui ont précipité la chute du régime de Ben Ali. Déjà employée pour qualifier le « coup d’Etat médical » de Ben Ali en novembre 1987, l’expression reflète bien le mythe exotique d’une Tunisie de la modération, de la négociation et du compromis. Toute une série de stéréotypes développés ici et là démontrent une incapacité à saisir les dynamiques sociopolitiques affectant le pays depuis de nombreuses années. D’où d’ailleurs une tendance à valoriser les explications de type « spontanéiste » et « conspirationniste », comme si la révolution tunisienne était le fruit de l’activisme cyber-militant (mythe de la révolution Facebook), d’intrigues au sommet entre militaires et « colombes » du régime (mythe de la révolution de Palais) ou encore d’une intervention étrangère discrète (mythe de la « révolution orange » orchestrée par les Etats-Unis). De telles explications ont probablement une part de vérité. Toutefois, elles ont tendance à entretenir le cliché d’une apathie politique généralisée et corrélativement à euphémiser les formes de résistance populaire et de contre-conduites, voire de dissidences[1], dont les manifestations visibles ne sauraient se limiter aux événements de l’hiver 2010-2011 mais qui renvoient à une temporalité bien plus complexe.

Une telle démarche nous incite à réviser la chronologie médiatique de ladite « révolution » et à penser les dynamiques protestataires à l’oeuvre dans la société tunisienne ces dix dernières années, conduisant à un épuisement progressif des sources de légitimité du régime Ben Ali[2] et à un grippage de ses modes de contrôle social, dont la répression policière ne constitue qu’un registre parmi d’autres. En effet, si le phénomène de peur était bien présent dans la population, il n’a pas empêché, le développement d’actes isolés de désobéissance, les critiques larvées des « familles » au pouvoir coïncidant avec un moindre engagement lors des cérémonies officielles comme, par exemple, les célébrations du 7 novembre, commémorant le « coup d’Etat médical » de Ben Ali. Mais ce qui est davantage significatif des dernières années du régime, ce sont les actions collectives de contestation d’une ampleur inédite sous Ben Ali, dont les protestations du bassin minier de Gafsa en 2008 sont l’épisode principal[3].

En effet, depuis les révoltes de 1984, la Tunisie n’avait pas connu de mouvements sociaux aussi importants. A partir du 6 janvier 2008, suite à l’annonce des résultats d’un concours de recrutement de la Compagnie des Phosphates de Gafsa (CPG), des habitants des principaux villages et villes des centres miniers de la région du sud-ouest tunisien se sont massivement engagés dans une série d’actions de protestation qui ont duré plus de six mois, abouti à des centaines d’emprisonnement et fait des dizaines de blessés et trois morts. La dénonciation du mode népotique d’attribution des postes de la CPG avait réuni un nombre important de chômeurs (diplômés ou non), de leurs familles, en bref de « militants » ad hoc de tous bords. Dans la région de Gafsa, ce ne sont pas des ouvriers, comme il a été parfois dit, mais bien une majorité de « jeunes », pour la plupart sans emploi, qui se sont mobilisés.

Les mobilisations à Gafsa sont « ancrées » dans des raisons d’être, des modes d’énonciation et des relations socio économiques spécifiques à la région minière. Mais simultanément l’analyse de ces révoltes[4] et de celles qui vont leur succéder dans d’autres régions de l’intérieur du pays, permet de mettre en exergue les traits saillants de ces protestations fort éloignées des registres militants des activistes des droits de l’homme de la capitale : un registre de dénonciation contre la corruption, une détermination contre la fatalité du chômage, une mobilisation surtout de jeunes déclassés et une action collective peu institutionnalisée, en tout cas en décalage avec la classe politique d’opposition et la direction de la centrale syndicale.

Manifestation à Redeyef, dans la région minière de Gafsa, juin 2008

Un double clivage socio-territorial et générationnel caractérise ces actions collectives. Une géographie politique et économique rapide de la Tunisie montre que la carte des disparités socioéconomiques se superpose à la « carte protestataire » de ces dernières années. Dans les régions paupérisées du bassin minier de Gafsa dans le sud-ouest dès 2008, dans le sud-est à Ben Gardane en août 2010, dans la région agricole de Sidi Bouzid en décembre 2010, ainsi qu’à Kasserine dans le centre ouest du pays en janvier 2011, se sont déclenchés de forts mouvements protestataires. Ces mouvements, les données tangibles sur lesquelles ils reposent et le sentiment de paupérisation qu’ils expriment, dévoilent ce que la Tunisie du « miracle économique »[5] élude : les disparités régionales, la marginalisation économique et sociale de pans entiers de la population, exclus du système de protection car exclus des circuits de l’emploi. Mobilisations de ces régions paupérisées donc, mais aussi actions protestataires de jeunes animés par un profond sentiment de déclassement social et d’indignité.

En effet, lors du « moment révolutionnaire » qui a vu la fuite de Ben Ali, les acteurs protestataires sont majoritairement des « jeunes » de quartiers populaires. Ils sont pour la plupart chômeurs ou occupent des métiers jugés dévalorisant et pénibles : ouvriers à l’emploi non durable dans les sociétés sous traitantes de la CPG, contrebandiers de Ben Gardane se battant contre les aléas d’une économie de survie dépendant des douaniers, diplômés des universités face à la précarité de leur travail dans les centres d’appels des grandes villes, « garçons du quartier » éternels adolescents passant leur journée dans les cafés, « tenant les murs »[6] et condamnés à une économie de la débrouille au quotidien. C’est cette jeunesse humiliée qui a été le moteur des mouvements de contestation contre le régime.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Amin ALLAL

Politologue, IEP Aix en Provence,

Université de Nice

 

Crédit photographique : © Tunisienumérique.com ; DR.


[1] Michel Camau, 2008, « Tunisie : vingt ans après. De quoi Ben Ali est-il le nom ? », L’Année du Maghreb, Paris, CNRS Éditions, 507-527.

[2] Vincent Geisser, 2008, « Tunisie : la question sociale à l’assaut du régime », L’Encyclopédie de l’état du monde, Paris, La Découverte.

[3] Amin Allal, 2010, « Réformes néolibérales, clientélismes et protestations en situation autoritaire. Les mouvements contestataires dans le bassin minier de Gafsa en Tunisie (2008) », Politique africaine, n° 117, 107-125.

[4] Larbi Chouikha et Vincent Geisser, 2010, « Retour sur la révolte du bassin minier. Les cinq leçons politiques d’un conflit social inédit », L’Année du Maghreb, Paris, CNRS Éditions, 415-426.

[5] Béatrice Hibou, 1999, « Tunisie : le coût d’un miracle économique », Critique internationale, n° 4, 48-56.

[6] Amin Allal, 2010, « ‘Avant on tenait le mur, maintenant on tient le quartier !’ Germes d’un passage au politique de jeunes hommes de quartiers populaires lors du moment révolutionnaire à Tunis », Politique africaine, n° 121, 53 -67.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook