Archives par mot-clé : aménagement

Gestion locale des migrations en Tunisie

Programme de recherche coordonné par Marouen Taleb, chercheur postdoctoral IRMC et Betty Rouland, chercheure postdoctorale référente IRMC

Marouen Taleb
Docteur en urbanisme et aménagement du territoire.
Ses recherches s’inscrivent dans les domaines de la géographie économique et des sciences de l’aménagement en rapport avec les modèles de gouvernance territoriale et de développement.

La compréhension des rapports entre migration et développement local au sein des communes tunisiennes constitue l’ossature du programme « Gestion locale des migrations en Tunisie » hébergé au sein de l’IRMC et financé par l’AFD. Allant au-delà des causes directes liées à l’employabilité et au chômage, cette recherche tente de comprendre les rapports des jeunes à leur territoire à travers les aspects liés à leur place au sein de la société, du tissu économique et leur degré d’implication dans la chose publique, à l’aune du processus de décentralisation engagé.

Les agences de développement ont besoin de collecter des données fiables pour mesurer l’impact réel du développement sur les migrations. À des niveaux divers – politiques, tutelles, citoyens – les agences sont interrogées sur leurs actions dans le domaine des migrations. De manière générale, la redevabilité est un sujet clé et cette dernière est particulièrement prégnante dans le domaine des migrations.

Les travaux de recherche examinant les déterminants, les dynamiques et les enjeux des migrations contemporaines se sont multipliés au cours de ces deux dernières décennies. Aujourd’hui, la migration s’avère une priorité politique ainsi qu’une thématique centrale des sciences humaines et sociales. En revanche, les impacts des projets de développement sur la mobilité des populations restent très discutés et peu analysés par les chercheurs. Ces derniers se basent souvent sur des données issues des instituts de statistiques, dont la temporalité et l’échelle territoriale ne sont pas toujours pertinentes pour les projets menés. La problématique majeure réside donc dans le fait que ces projets s’appuient sur des données et des populations « officielles » plutôt que réelles.

Figure 1 : Aïn Draham (Nord-ouest de la Tunisie) : le code forestier régissant l’exploitation forestière privilégie les grandes entreprises au détriment des jeunes de la région souhaitant s’établir comme sylviculteur – © Marouen Taleb

 

Dans ce contexte, le programme de recherche « Gestion locale des migrations en Tunisie » financé par l’Agence Française de Développement (AFD) met en étroite collaboration professionnels de terrains et académiciens. Ce projet, à portée inclusive, vise non seulement à produire et collecter des données territorialisées innovantes sur la question du développement et des migrations, mais aussi à évaluer l’efficacité des champs d’actions développés. Le projet offre, en effet, l’opportunité de développer un partenariat pionnier entre académiciens et professionnels de terrains. Tandis que les agences travaillant sur les questions migratoires visent l’opérationnalité des projets liés au développement, la composante scientifique du projet permet, elle, de contextualiser les données et d’analyser les enjeux spécifiques au développement et à la migration au niveau de trois communes : Aïn Draham (nord), Sbeïtla (centre) et Beni Khedache (sud).

Sbeïtla
Figure 2 : Sbeïtla (Centre ouest de la Tunisie) : un potentiel touristique encore inexploité – © Marouen Taleb

 

Cette collaboration couvre deux thématiques du projet : la question des liens entre l’employabilité et la mobilité notamment chez les jeunes, et celle de la prise en compte de la question migratoire dans la gouvernance locale.

La recherche du lien entre employabilité et mobilité(s) pose comme hypothèse de départ que l’emploi, parmi l’ensemble des facteurs « push » identifiés, demeure le plus significatif auprès de la population ciblée par les enquêtes. De ce fait, il apparaît comme nécessaire de préciser l’éventail des dimensions relatives au facteur « employabilité » à l’instar du niveau de salaire, de la garantie de l’accès à l’emploi à l’étranger à travers les réseaux transnationaux de solidarité familiale ou tribale, de la nature de l’emploi, des conditions d’entreprenariat pour les jeunes dans les communes concernées, de l’adéquation entre emploi et formation/aptitudes et entre emploi et liens familiaux et sociaux (présence/absence de réseaux clientélistes ou de favoritisme).

La seconde thématique concerne l’intégration des enjeux migratoires par les acteurs locaux. L’hypothèse de départ tend à privilégier l’idée que les niveaux d’intégration des enjeux migratoires seraient corrélés à la capacité des pouvoirs locaux à engager des démarches participatives de citoyens d’une manière générale et de leur capacité à mobiliser ces derniers pour des questions relatives au développement local. En outre, dans une seconde hypothèse, l’intégration des enjeux migratoires serait également tributaire de la qualité des rapports entre l’institution de la commune et celle du gouvernorat, en charge jusqu’ici des questions de développement et de la coordination entre les services déconcentrés de l’Etat central.

Figure 3 : Beni Khedache (sud-est de la Tunisie) : un terroir en cours de valorisation – © Marouen Taleb

 

Pour ce faire, il s’agira à la fois d’étudier le niveau de connaissance, la volonté politique et les outils à disposition des acteurs locaux pour intégrer les migrations dans leur stratégie de développement local. Ce volet est également dédié aux questions de perceptions de la gouvernance locale des migrations post-2011 et post-élections locales de 2018 en rapport avec la question de la participation des jeunes à la vie publique, à celle du développement local et de l’accès à l’emploi. Le programme de recherche intègre ainsi les questions d’auto-perception par rapport aux concepts d’identité, de société, de famille et de culture. Par le prisme scientifique, cette collaboration permet non seulement d’appuyer mais surtout d’évaluer les problématiques, les enjeux et les impacts dudit projet de développement.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, bulletin trimestriel octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC : un lieu d’échange, de savoir et de partage

Hend B Othman
Photographie de Hend Ben Othman

Ma « rencontre » avec l’IRMC date d’un certain mois de juin 2001, je m’apprêtais à entamer mon mémoire de DEA en urbanisme et aménagement. Depuis, la bibliothèque de l’IRMC est devenue pour moi mon lieu de prédilection, un endroit où je pouvais réfléchir, lire, écrire, me laisser aller à mes pérégrinations intellectuelles. J’ai commencé à fréquenter la bibliothèque, à m’attacher au lieu, à apprécier la qualité de ses ouvrages et des échanges que je pouvais y avoir avec les chercheurs et tout le “staff”. Outre la bibliothèque, un des atouts de l’IRMC demeure à mon avis l’organisation de programmes de recherche qui réunissent des chercheurs confirmés et de jeunes chercheurs, autour de thématiques transversales. L’opportunité est ainsi donnée aux « chercheurs juniors » de discuter leurs hypothèses de travail, de présenter leurs terrains et de bénéficier des avis éclairés de chercheurs « seniors », de faire partie d’un réseau et de publier le fruit de ces échanges intellectuels.

Ma première collaboration avec l’IRMC date en effet de 2005-2006, j’ai été invitée à participer à des rencontres doctorales, dans une équipe de recherche, sur le thème de « Gouvernance et territorialité : L’echelle urbaine » [1]. Ce fut le début d’un échange intellectuel épanouissant et très stimulant. Vint ensuite le programme de Lamia Zaki entre 2007 et 2009, sur l’action urbaine au Maghreb[2], auquel cette dernière m’a invitée à participer, avec un travail sur les promoteurs immobiliers privés, leur structuration et leurs enjeux. Les échanges stimulants avec des chercheurs d’horizons divers, avec des

expériences croisées éclairant d’autres contextes, sont rarement possibles sans des programmes de recherche de cette qualité. Vint enfin le programme de Valerie Clerc sur les concurrences foncières[3], à l’occasion duquel M. Denieuil m’a associée en tant que jeune chercheure à l’équipe de l’IRMC, en janvier 2011. Cette date coïncide avec un nouveau contexte politique qui a ouvert de nouvelles perspectives de recherche en sciences humaines et sociales, de manière générale, et en urbanisme et aménagement en particulier. L’opportunité est ainsi offerte pour investir d’autres champs de recherche avec des travaux de terrain sur la décentralisation et l’équité socio-spatiale, le développement local et la gouvernance, thématiques peu explorées à l’époque, à cause du contexte politique, tant le travail de terrain était ardu et les langues peu déliées, mais que l’IRMC avait déjà investi, à travers des recherches ou des conférences, et qui offraient aux chercheurs un espace de « liberté » et de débat avant l’heure… Pour moi, l’IRMC restera un lieu d’échange, de savoir et de partage…

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Hend BEN OTHMAN BACHA

est doctorante en urbanisme à l’ENAU, enseignante chercheure à l’Université de Carthage et chercheure associée à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Hend Ben Othman, « L’IRMC : un lieu d’échange, de savoir et de partage », Le Carnet de l’IRMC, 9 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1108


[1] Coordonné par A. Rebhi, chercheur boursier de l’IRMC.

[2] Lamia Zaki, 2011 « (En)jeux professionnels et politiques de la fabrication des villes : l’action urbaine au Maghreb » qui a donné lieu à la publication de l’ouvrage collectif Lamia Zaki (dir.), L’action urbaine au Maghreb : enjeux professionnels et politiques, Paris, IRMC-Karthala.

[3] Valérie Clerc, Médiation publique dans les métropoles du Maghreb et du Moyen-Orient : concurrences foncières et accès au logement (Amman, Beyrouth, Casablanca, Damas, Istanbul, Le Caire, Teheran) (Publication en cours).

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook