Archives par mot-clé : Algérie

Compte-rendu : Présentation de l’ouvrage « L’Algérie au présent », Sous la direction de Karima Dirèche

Manon Rousselle est en volontariat international à l'IRMC depuis 2019, en charge des projets scientifiques et de la valorisation de la recherche.
Retour en image sur la présentation d’ouvrage de Karima Dirèche le 29 janvier 2020 dans la bibliothèque de l’IRMC.

Le 29 janvier 2020, Karima Dirèche, directrice d’études au CNRS (TELEMME) et ancienne directrice de l’IRMC, est venue présenter l’ouvrage sous sa direction, L’Algérie au présent. Entre résistances et changements, paru en 2019 aux éditions IRMC- Karthala. L’objectif de ce que plusieurs collègues ont appelé un « travail colossal » est de donner un aperçu multidimensionnel de l’Algérie contemporaine : les dynamiques qui ont traversé les trente dernières années et les enjeux actuels, dans une perspective analytique poussée.

Cet ouvrage regroupe une soixantaine de contributions, mettant en valeur aussi bien la jeune recherche que les chercheurs confirmés. Un tiers des contributeurs sont des collègues de l’Université algérienne. Lors de son intervention, Karima Dirèche est revenue sur les difficultés à travailler sur l’Algérie et sur la genèse de cet ouvrage.

Continuer la lecture de Compte-rendu : Présentation de l’ouvrage « L’Algérie au présent », Sous la direction de Karima Dirèche

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Compte rendu de lecture : AREZKI Saphia, De l’ALN à l’ANP. La construction de l’armée algérienne 1954-1991

L’ouvrage de Saphia Arezki [1] analyse le processus de construction de l’Armée nationale populaire (ANP) et sa formation depuis la Guerre de libération (1954-1962) jusqu’au début des années 1990. Se fondant principalement sur les témoignages d’anciens militaires, cet ouvrage aide à mieux comprendre les choix de ses dirigeants, les enjeux et les mécanismes qui ont permis l’évolution d’une structure de résistance vers une institution servant de socle à la consolidation d’un État algérien moderne.

Traiter de l’histoire d’une institution militaire constitue, pour tout chercheur, un véritable défi en raison du cloisonnement de l’information. Les enjeux politiques et la portée symbolique du sujet induisent une certaine rareté des études historiques contemporaines sur les institutions militaires. C’est ce défi, à la fois méthodologique et intellectuel, que Saphia Arezki a relevé avec succès dans son ouvrage. Issu d’une thèse en histoire, son travail appréhende l’évolution de l’armée algérienne et son fonctionnement depuis le déclenchement de la résistance armée en 1954 et la formation de l’Armée de libération nationale (ALN), jusqu’à 1991, date à laquelle l’Algérie et l’Armée nationale populaire (ANP) entrent dans un nouveau cycle de reconfiguration politique. Cette armée algérienne est entourée de mythes et d’idées reçues que l’auteure s’est efforcée de déconstruire tout au long de son livre. Il est nécessaire de rappeler la position névralgique de l’armée au sein de l’État algérien, non comme un « pouvoir occulte », comme présentée par de nombreuses thèses, mais comme une institution formée d’individus, construite par eux au fil des décennies et qui a fait face aux exigences de la formation d’un État indépendant.

En optant pour une analyse prosopographique, qui permet une description détaillée du processus de construction de l’armée algérienne, l’auteure évite le piège des généralisations et des raccourcis qui foisonnent sur cette question. Explicitée dès l’introduction, cette approche se révèle primordiale pour saisir la transformation d’une armée de libération en une armée nationale, par le biais de l’analyse de la trajectoire des groupes sociaux qui la composent. Cela renvoie inévitablement à définir l’unité d’observation à la base de ces groupes sociaux : le militaire, le djoundi, le moujahid, l’askeri, etc. Si cette unité d’observation constitue, à la fois, l’objet, mais également, une des sources de ce travail de recherche, l’apport de l’ouvrage est de collecter et de corréler un corpus fragmenté entre les archives françaises, les sources officielles algériennes et les nombreux entretiens réalisés par l’auteure. C’est là toute l’originalité de ce travail. En suivant les trajectoires de militaires, de leur parcours de formation à leur accession à des postes de commandement, Saphia Arezki décrypte la structuration de la résistance armée, puis finalement la consolidation de l’institution militaire algérienne. Cette trame suivie par l’auteure constitue les trois parties du livre De l’ALN à l’ANP. La construction de l’armée algérienne 1954-1991.

La première partie étudie l’origine géographique et familiale des officiers algériens, dans le but d’établir une typologie des militaires selon la génération (âge) et le milieu social d’origine. L’auteure a manifestement l’intention de déconstruire certains mythes, dont celui du triangle BTS (Biskra/Batna-Tebessa-Souk Ahras/Skikda) qui concerne un régionalisme caractérisant l’accès aux grades élevés au sein de l’ALN puis de l’ANP. Il n’en est rien et Saphia Arezki montre que la prédominance des officiers originaires de l’Est algérien est surtout due à des facteurs démographiques et historiques liés au développement du mouvement national dans cette région de l’Algérie.

La segmentation par classe d’âge des officiers révèle trois générations dont les rapports vont structurer la future ANP. La première, incluant les combattants de « la première heure », est constituée de maquisards et de Déserteurs de l’Armée Française (DAF), dont le niveau d’éducation est généralement faible. La seconde est composée de jeunes algériens davantage instruits que leurs aînés et de DAF. Enfin, les hommes formant la troisième génération n’ont pas participé à la guerre et n’ont intégré l’ANP qu’après 1962. Les origines sociales de ces hommes sont variées même si l’auteure souligne une prépondérance des classes moyennes. Toutefois, on observe chez les DAF une appartenance à la notabilité et un passé familial militaire qui oriente le choix de carrière. C’est pourquoi, le pouvoir colonial a créé des institutions de formation militaire en Afrique du Nord suite à la mobilisation de soldats maghrébins lors de la Seconde Guerre mondiale et de la Guerre d’Indochine. La désertion de ces hommes est donc un atout pour l’ALN car ils ont déjà subi l’épreuve du feu et sont formés au maniement des armes. L’auteure met également en évidence le fait que l’acte de déserter relève d’une entreprise collective. Elle établit ainsi qu’un « esprit de corps » s’est créé entre ces hommes avant, pendant et après la Guerre d’indépendance. Cet esprit est d’autant plus renforcé que les DAF ont souvent été mal perçus et que leur loyauté a été mise en doute. Longtemps les DAF ont été opposés à leurs frères d’armes formés à l’étranger pendant la guerre à l’initiative de l’ALN. C’est pourquoi, cette dernière instaure, à partir de 1957-1958, une politique de formation militaire au Moyen-Orient (Égypte, Syrie, Irak et Jordanie), en Chine, puis en URSS. Ces formations, bien que se déroulant dans le contexte difficile de la Guerre de libération nationale, ont pour objectif de produire les futurs cadres de l’institution militaire qui prendront le relais de l’ALN, une fois l’indépendance acquise. Pour preuve, de nombreux recrutés ont été formés dans la marine et dans l’aviation alors que l’ALN est exclusivement une armée de terre. Parallèlement à cette politique, il existe des camps d’instruction en Tunisie et au Maroc dont des DAF ont la charge en tant qu’instructeurs. Ils sont destinés soit à former des hommes de troupes, soit à sélectionner ceux suffisamment qualifiés pour suivre des formations à l’étranger, soit encore à déployer le service de renseignement algérien. L’auteure montre ainsi que la construction d’une armée professionnelle débute dès le milieu de la guerre et que l’ossature de l’ANP et des services de renseignement voient le jour aux frontières de l’Algérie.

Présentation d’ouvrage 11 octobre 2019 à l’IRMC

C’est de cette armée des frontières dont il est question dans la seconde partie de l’ouvrage. L’auteure s’emploie à démontrer l’apport des DAF dans la mise en place de l’organisation des troupes, mais surtout à étudier la perception dont font l’objet ces hommes vis-à-vis des autres combattants. Que ce soit par la date de ralliement (1956 n’est pas 1960) ou par la manière de déserter, l’intégration de ces hommes et leur accès à des postes de responsabilités restent tributaire de leur acceptation par la hiérarchie et par les hommes de rang similaire. Ainsi, malgré le congrès de la Soummam qui se veut une tentative de réglementation et d’organisation de l’ALN, elle demeure, jusqu’en 1958, largement tributaire de ses chefs bénéficiant d’une autonomie assez large.

Ce n’est qu’après 1956, année de l’indépendance du Maroc et de la Tunisie, que l’ALN installe des bases fixes et que s’amorce sa transformation grâce à la volonté de ses chefs et des apports progressifs d’hommes formés à l’exercice militaire. L’auteure note, avec raison, que le renforcement de l’armée des frontières résulte de la concentration de troupes qui ne sont plus capables de rejoindre les maquis déclinant en Algérie du fait de la mise en place, par l’armée française, de la ligne Pédron à l’ouest et des lignes Morice et Challe à l’est. Ce renforcement va dans le sens d’une organisation structurée avec la création de l’état-major général (EMG) en 1960 sous le commandement de Houari Boumediène basé à Ghardimaou (frontière tuniso-algérienne). L’EMG s’attèle au renforcement des troupes et de la discipline et, surtout, établit des formations de combat hétéroclites pour limiter les effets du régionalisme et minimiser les conflits internes. Cette stratégie payante a fait en sorte que la frontière tunisienne devienne un point de rencontre et un espace de socialisation des futurs officiers de l’ANP bien que l’auteure signale des différences notables, sur le plan idéologique, entre les DAF et ceux revenus des formations au Moyen-Orient. Boumediène, pragmatique, arase ces différences en utilisant leurs compétences pour structurer l’armée des frontières sur le modèle d’une armée classique. Il s’appuie sur ces hommes, une fois le cessez-le-feu conclu avec la France, lorsqu’éclate, à l’été 1962, la crise entre l’EMG et le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA). Cette crise dégénère en guerre ouverte entre l’armée des frontières et les maquis de l’intérieur qui consacre la victoire de l’EMG à l’issue de conflits meurtriers et marque la naissance de l’ANP qui entre dans une phase de reconversion vers une armée professionnelle.

La troisième partie de l’ouvrage étudie la construction de l’ANP sur deux périodes : de 1962 à la mort de Houari Boumediène en décembre 1978 et celle de la présidence de Chadli Bendjdid (1979-1991). Durant la première période, l’auteure revient sur les luttes internes, exacerbées par l’indépendance, au sein même de l’ANP cherchant alors à maintenir son hégémonie sur les autres institutions. Si le pouvoir de Boumediène et la cohésion au sein de l’armée en sortent renforcés, notamment après la tentative de putsch de 1963, les questions relatives à la non-préparation de l’armée sont mises en lumière lors de la Guerre des Sables avec le Maroc. L’auteure décrit le processus d’organisation de l’ANP en mettant en relief une stratégie d’équilibre complexe adoptée par la haute hiérarchie militaire pour intégrer les officiers de l’ALN, majoritairement illettrés. Ce processus d’organisation, initié par Boumediène jusqu’à sa mort, consiste à trouver un juste équilibre au niveau des nominations entre compétence, loyauté et légitimité au combat. Il est à souligner que la grande qualité de ce chapitre réside dans la reconstruction de l’organigramme de l’armée par l’auteure car les textes juridiques régissant le fonctionnement de l’État algérien et son architecture institutionnelle occultent tout ce qui relève de l’appareil militaire. Elle met également en évidence la mise en place progressive d’une politique de formation et de recyclage des maquisards en mettant en perspective le contexte international dans lequel évolue l’État algérien. Ainsi, le choix de se tourner vers l’URSS pour l’acquisition de l’équipement militaire et la formation des officiers s’inscrit dans la continuité de la Guerre de libération, mais est également une conséquence du soutien accordé par les États-Unis au Maroc. Le choix, plus pragmatique, de diversifier la coopération militaire avec la France met en exergue des tensions, liées à la position ambigüe de Moscou lors de la Guerre des Six jours et à l’insatisfaction de la formation prodiguée aux officiers supérieurs dans les structures soviétiques. Cette situation pousse la direction de l’ANP à « algérianiser » la formation militaire, objectif atteint à la mort de Boumediène et démontré par l’auteure grâce à une description détaillée de la mise en place des écoles de formation militaire sur le territoire algérien.

Jouissant d’un consensus au sein de l’armée et du soutien de la puissante Sécurité Militaire (SM) de Kasdi Merbah, l’accession de Chadli Bendjdid à la présidence en 1979 entérine la domination de l’ANP sur le FLN et sur la vie politique algérienne. L’armée a désigné l’un des siens, celui qui, par ailleurs, a le moins d’ambition à réorganiser le système mis en place par Boumediène. Toutefois, cela n’a pas empêché l’ANP de connaître des changements à sa direction, marquant la volonté de Chadli d’assoir son pourvoir en mettant à l’écart ses rivaux, comme Abdelaziz Bouteflika, et en favorisant la promotion de ses proches. Dans cette perspective, l’auteure note que la réorganisation à la tête de l’armée apparait au grand jour à travers la publication au Journal Officiel des nominations et des créations de départements liés à la Défense. Elle y décèle, avec raison, une quête de légitimité légale de Chadli pour compenser son manque de légitimité auprès de l’institution militaire en comparaison de son prédécesseur. Un réseau « Chadli » se met donc en place qui trouve ses racines dans les connections établies au cours de son passage à la frontière tunisienne lors de la Guerre de libération et/ou d’une affectation dans la 2ème région militaire, dont il assure alors le commandement. Cela ouvre la voie à une profonde réorganisation de l’armée, à partir de 1984, au moyen de la création de nouveaux grades et d’une centralisation du commandement militaire afin de diminuer l’autonomie des régions. L’auteure révèle un basculement de l’élite militaire algérienne vers la seconde génération de DAF, mettant au ban les officiers formés au Moyen-Orient. Ainsi, dès octobre 1988, la haute hiérarchie de l’armée se caractérise par une forte cohésion tant professionnelle que personnelle qui s’exprime notamment par la répression des émeutes et, plus tard,  par l’interruption du processus électoral, préfigurant la crise de la décennie noire.

Traitant plutôt du passage « de l’armée des frontières à l’ANP », que « de l’ALN à l’ANP » tel que mentionné par le titre, l’ouvrage de Saphia Arezki révèle des trajectoires de militaires et permet de comprendre l’accession de certains au grade d’officier supérieur de l’ANP entre 1962 et 1991. Un souci constant de contextualisation rend son propos parfaitement accessible au lecteur profane. De même, pour l’académicien, la richesse de cet ouvrage permet d’envisager l’exploration d’autres terrains, au prisme de l’histoire, mais également de la science politique. Tout en ayant conscience de la difficulté de la tâche, les aspects liés à la création du ministère de l’Armement et des Liaisons générales (MALG) et sa reconversion dans la puissante « Sécurité Militaire », après l’indépendance, mériteraient, par exemple, d’être approfondis. Ces éléments permettraient, à mon sens, une meilleure compréhension des liens de subordination du politique au militaire en Algérie. De même, une description du fonctionnement de la SM durant les années 1980 donnerait une portée plus large vers un meilleur décryptage de certains événements de la décennie noire. Ces quelques suggestions ne sont ici que des détails mineurs qui n’enlèvent rien à la qualité de l’ouvrage : il demeure une des très rares références sur l’histoire de l’Algérie post-1962, en général, et sur l’armée algérienne, en particulier.

[1] AREZKI Saphia, 2018, De l’ALN à l’ANP. La construction de l’armée algérienne 1954-1991, Alger, Éditions Barzakh.

Recension initialement publiée dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les Marocains du Maghreb : de l’absence d’intégration régionale à une mondialisation migratoire limitée (Algérie et Tunisie)

Betty Rouland est géographe, en post-doctorat MEAE à l'IRMC depuis 2017. Elle mène un programme de recherche "Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l'émergence d'un espace de soins transnational en Afrique du Nord ?"portant sur les circulations liées aux soins médicaux dans la région du Maghreb et en particulier en Tunisie (voir aussi son projet sur les mobilités liées à la PMA).

Edité par la Fondation Hassan II des Marocains résidant à l’étranger, Marocains de l’Extérieur – 2017 [1] est un ouvrage collectif qui dresse un bilan des tendances migratoires de la communauté marocaine dans le monde. Au-delà de proposer une synthèse sur des thématiques inhérentes aux migrations contemporaines (vieillissement, féminisation, régionalisation, développement, etc.), l’ossature de cet ouvrage présente la particularité d’examiner la communauté marocaine à l’étranger par pays. Ce dernier ouvrage se distingue de l’édition précédente par l’élargissement du nombre de pays étudiés. En 2013, deux études seulement portaient sur les Marocains dans les pays africains et arabes (El Farah, 2013 ; Ezzine, 2013). Avec deux chapitres examinant, de manière distincte, la situation des ressortissants marocains dans les pays du Maghreb et du Golfe, cette nouvelle étude s’inscrit dans une volonté de déconstruire des aires culturelles peu pertinentes tout en rendant compte de dynamiques migratoires encore largement ignorées en Afrique du Nord. 

Initialement, le chapitre « Marocains du Maghreb » ambitionnait de couvrir trois pays maghrébins : l’Algérie, la Libye et la Tunisie. Du fait de l’instabilité politique en Libye, limitant drastiquement la collecte d’informations, l’analyse s’est focalisée sur l’Algérie et la Tunisie. Au vu d’un outillage statistique peu fiable dans les deux pays concernés, les données exploitées proviennent des registres consulaires, soit un consulat à Tunis contre trois en Algérie, à Alger, Oran et Sidi Bel-Abbès. Or, de même que pour les recensements de populations, lesdits registres présentent de nombreux biais liés aux sur/sous-déclarations, auxquels s’ajoutent ceux liés aux binationaux qui échappent aux instruments de mesure. Afin de compléter les données officielles peu significatives, des entretiens ont été menés auprès d’acteurs institutionnels et de membres d’associations marocaines. Par ailleurs, force est de constater que la littérature scientifique demeure embryonnaire sur le sujet. Les mobilités intra-maghrébines constituent, en effet, un objet de recherche encore très peu développé, hormis quelques exceptions telles que Brunet, 1958 ; Aziza, 2012 ; Boubakri, Mandhouj, 2013. Autrement dit, ce chapitre ne prétend guère à l’exhaustivité mais ouvre, au contraire, un vaste chantier scientifique tout en invitant à investir un champ d’étude en devenir. 

À travers les études de cas de l’Algérie et de la Tunisie, le texte offre deux radiographies qui identifient les dynamiques, les profils ainsi que la condition des ressortissants marocains, en privilégiant une approche multiscalaire (échelle nationale, consulaire, transfrontalière et locale). Jusqu’à très récemment encore, le Maghreb était considéré comme une région d’émigration massive alors que l’ancrage des Marocains dans les pays maghrébins remonte à l’époque coloniale française, période de suractivation des flux migratoires intra-maghrébins (Taïeb, 2012). Ces derniers répondent au développement de l’économie coloniale et reposent sur des logiques transfrontalières, intra-régionales voire même transnationales: une. Plus encore, le texte s’intéresse à la manière dont la condition des Marocains, dans les deux pays étudiés, est révélatrice d’une absence d’intégration régionale « par le haut » et d’une mondialisation migratoire subséquemment limitée. À ce titre, la fermeture « officielle » de la frontière terrestre maroco-algérienne, alors que les ressortissants de chaque pays sont exemptés de visa, exprime un des paradoxes les plus symptomatiques de l’Union du Maghreb Arabe (UMA) dont la création visait pourtant à favoriser l’intégration commerciale de la région, ainsi qu’à encourager la libre circulation. Aux nombreuses barrières juridico-administratives s’ajoutent des logiques discriminantes quant à l’accès à l’emploi. En Algérie comme en Tunisie, on privilégie l’embauche de la population autochtone, ce qui ne fait qu’accentuer les difficultés rencontrées par les migrants marocains. Des filières migratoires marocaines spécifiques se sont développées au cours de ces dernières décennies, de l’attractivité du secteur minier à Gafsa durant la période coloniale en passant par les filières de gardiennage et de la maroquinerie à la mobilité des plâtriers et des étudiants. Dans les deux pays étudiés, les travailleurs marocains semblent confrontés aux mêmes difficultés, à savoir un accroissement de la paupérisation dû à des problèmes administratifs et socio-économiques. Dans une région considérée comme amorphe, et par conséquent, peu attractive, on observe cependant, des interactions tissées par des mobilités « par le bas » qui s’inscrivent dans des logiques de contournement et d’adaptation à l’image des dynamiques transfrontalières et du trabendo à la frontière maroco-algérienne (Moussaoui, 2015). En d’autres termes, cette étude met en exergue le décalage entre ce que les économistes interprètent comme le « Non Maghreb », les données « officielles », peu représentatives des réalités migratoires et les mobilités « en pratique ». Informelles ou méconnues, elles répondent à des processus de régionalisation « par le bas ».  

[1] ROULAND Betty, 2018, « Les Marocains du Maghreb : de l’absence d’intégration régionale à une mondialisation migratoire limitée (Algérie et Tunisie) », in M. BERRIANE (dir.), Marocains de l’extérieur – 2017, Rabat, Fondation Hassan II des Marocains résidant à l’étranger, 645 – 674.

Article initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le patrimoine colonial du XIXe -XXe siècles en Algérie et le style néo-mauresque

Anissa Mami
Doctorante en Histoire de l’art au Centre Georges Chevrier -UMR 7366 (Ecole doctorale : Sociétés, Espace, Pratiques, Temps) Université de Bourgogne, Dijon. Elle a bénéficié d’une bourse IRMC-SCAC Alger du 30 avril au 30 juin 2019.
Contact : anissa.mami@outlook.com.

Dans son acception culturelle large, le patrimoine est synonyme d’histoire, de culture, de biens et de vestiges architecturaux dignes d’être conservés et sauvegardés. Le patrimoine confère aux sociétés et aux communautés d’importantes valeurs historiques, identitaires, culturelles, mémorielles et artistiques. De ce fait, son champ se voit
de plus en plus étendu, amplifié, complexifié et connaît donc différentes catégories, notamment en architecture.

Pour ce qui est de l’Algérie, son histoire lui confère un riche héritage
culturel et naturel. On dénombre sur son territoire une variété exceptionnelle de vestiges et d’édifices du fait des nombreuses civilisations qui se sont succédées. Son patrimoine recense, entre autres, les peintures et gravures rupestres du Sahara, des villes antiques romaines comme Timgad, connu aussi sous le nom de « Pompéi de l’Afrique du Nord », Djemila, ou encore les ruines de Tipaza, les vieilles médinas et casbahs d’Alger et de Constantine.
Quant aux constructions coloniales des XIXe et XXe siècles, elles constituent une figure majeure et prépondérante du paysage patrimonial algérien. D’ailleurs, à l’heure actuelle, ces édifices coloniaux constituent le noyau historique de la plupart des villes et représentent à eux seuls pratiquement la moitié du parc immobilier du territoire.

En effet, l’occupation française a marqué le territoire algérien, aussi bien du point de vue architectural, urbanistique que social. L’Algérie a hérité d’importantes constructions architecturales et urbaines de la période coloniale française des XIXe et XXe siècles, sous différentes formes et dans différents styles. Le néoclassique français occidental et européen a pendant longtemps été le style architectural privilégié : « L’architecture classisante d’appartenance européenne a été pendant soixante-dix ans l’architecture officielle de l’empire français en Algérie où la politique d’empire survécut à l’empire » (Deluz, 1988, 30). Par ailleurs, au début du XXe siècle, un nouveau style architectural émerge, le néo-mauresque, appelé également « style Jonnart », en référence au gouverneur général d’Algérie de l’époque (1900-1901 ; 1903-1911 ; 1918-1919). Ce style représente une référence à l’art et aux formes locales en se réappropriant d’une nouvelle manière les différents éléments
qui les caractérisent, à l’exemple de l’hôtel Cirta de Constantine, de la gare ferroviaire d’Annaba ou encore de la maison de Meriam Azza de Skikda.

Il semble cependant que la préservation et la conservation des édifices de l’époque coloniale ne soient pas une chose évidente. Même si leur valeur d’usage est admise, leur prise en charge et leur sauvegarde ne vont pas de soi. Celai amène à se poser certaines
questions sur les modalités de leur préservation, de leur conservation et surtout de leur reconnaissance en tant que patrimoine ou non, et ce, que ce soit au niveau de la politique patrimoniale engagée par l’État algérien ou au sein de la population algérienne, particulièrement pour ce qui concerne les bâtiments de style néo-mauresque. Ces derniers ne constituent en effet pas une réinterprétation de l’architecture et des valeurs traditionnelles ou locales du pays, mais ils restent tout de même un legs colonial retraçant une histoire sensible de l’Algérie contemporaine.

De ce fait, dans un pays où la protection du patrimoine culturel matériel et immatériel est une mission constitutionnelle, il est intéressant dans notre recherche, d’une part, de voir et de comprendre la perception et la conception des acteurs du patrimoine algérien et de la société algérienne à l’égard de cette architecture coloniale, d’autre part, de comprendre les effets de la patrimonialisation ou de la politique patrimoniale, ainsi que les mesures et les techniques de protection et de conservation déployées, à travers notamment une étude de terrain et une
enquête sociologique.

Dans cette enquête et dans ce travail de terrain, il est question, en premier lieu, de rassembler un maximum d’informations et de documentation sur place, en explorant les différentes archives existantes, les manuscrits, les plans techniques et les données pouvant être recueillis sur le terrain. Toutefois, cette étape ne s’avère pas simple compte tenu de l’accessibilité limitée ou interdite à certains documents et du nombre important d’archives égarées en
raison des déménagements ou du fait d’une défaillance dans l’archivage. Chaque consultation d’un relevé de bâtiment, chaque photographie, notamment lorsque ce dernier subit une des mesures de protection édictées dans la législation algérienne à travers la loi n° 98-04 relative à la protection du patrimoine culturel, à savoir le
classement, la mise en instance ou l’inscription sur l’inventaire supplémentaire, est soumise à une autorisation préalable. La demande d’octroi des principales autorisations ne peut s’obtenir qu’avec l’aval du ministère de la Culture et de ses différentes directions détachées ou sous tutelles. Dans un travail de recherche,
cet aspect de restriction de l’information, des rouages et des lenteurs de l’administration, dans un pays qui passe par une phase critique, tant politique que sociale, constitue une entrave à la recherche dans un cadre scientifique académique. Cela peut en effet entraîner des manques importants dans la collecte des données nécessaires, et une perte de temps pour le chercheur accablé par les procédures administratives sans garantie de résultat.

Dans cette enquête, il s’agit également d’appréhender et de comprendre la politique patrimoniale algérienne à l’égard du patrimoine colonial néo-mauresque des XIXe et XXe siècles et d’entrevoir ou de comprendre la perception et la conception que la société algérienne a de ce patrimoine architectural colonial. Pour ce faire, nous réaliserons des entretiens avec certains acteurs politiques et professionnels œuvrant pour le patrimoine. Puis, nous établirons un questionnaire à diffuser auprès de la population algérienne, toutes catégories confondues, afin d’appréhender son
ressenti et ses représentations vis-à-vis de cette architecture néo-mauresque coloniale. Ce questionnaire a déjà été réalisé et est diffusé en ligne depuis le mois de mai, sous le [lien].

Aborder la question du « patrimoine » colonial français fait systématiquement référence à une époque sensible de l’histoire de
l’Algérie. À travers cette étude, il est donc question d’appréhender son statut et sa reconnaissance en tant qu’héritage ainsi que d’analyser son ambiguïté, sa complexité et les questions qu’il pose
dans la société algérienne et auprès des pouvoirs publics.

Bibliographie

Deluz Jean-Jacques, 1988, L’urbanisme et l’architecture d’Alger, aperçu critique, Liège, Mardaga-OPU.

Chadouki Jihane, 2018, « Les monuments historiques en droit comparé et en contexte colonial », in J.-P. Bady, M. Cornu, J. Fromageau, J.-M Leniaud, V. Négri (dir.), De 1913 au code du patrimoine. Une loi en évolution sur les monuments historiques, Paris, La Documentation française.

Cohen Jean-Louis, Kanoun Youcef, Oulebsir Nabila, 2003, Alger :
paysage urbain et architecture, 1800-2000. Besançon, les éditions de
l’imprimeur.

Journal officiel de la République Algérienne Démocratique et
Populaire (=JORA), n° 44 du 22 safar 1419 correspondant au
17 juin 1998.

Pabois Marc, Toulier Bernard, 2007, Architecture coloniale et patrimoine : Expériences française, Paris, Somogy.

Initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°24, bulletin scientifique trimestriel mai-septembre 2019, parue le 1er octobre 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Comment appréhender la problématique des entreprises chinoises de BTP en Algérie ?

Finalités de la recherche et retombées scientifiques

Depuis plus d’une décennie l’implantation des entreprises chinoises en Algérie fait l’objet de discussions à la fois médiatiques et scientifiques. En effet, hormis les commerçants, on recense 90 000 Chinois travaillant avec les 300 filiales chinoises qui opèrent en Algérie, en l’occurrence dans le secteur du BTP (Bureau of statistics of China, 2015). Des chiffres qui se verront sans doute à la baisse à cause de la crise financière qui traverse l’Algérie suite à la chute des prix de pétrole.

De ce fait, l’objectif de mon projet de recherche est de tenter de décrire et d’analyser les implications des investissements chinois en Algérie, en appréhendant ce phénomène par son aspect le plus central. Il s’agit d’« ouvrir la boîte noire » selon une expression empruntée à l’économie de l’entreprise, en s’intéressant à l’ensemble des rapports sociaux qui se tissent autour de l’implantation de telles entreprises : leur mode de fonctionnement, l’organisation et les rapports de travail (impliquant dirigeants, salariés chinois et algériens, mais aussi d’autres institutions comme je le détaillerai plus loin), leurs relations avec leur environnement institutionnel et sociopolitique. Une telle approche demeure encore inédite en Algérie en dehors des quelques travaux que j’ai réalisés antérieurement dans le cadre de mon cursus d’études.

L’intérêt d’une telle recherche consiste donc à enrichir la connaissance scientifique sur un phénomène marquant, significatif des processus de globalisation, mais encore peu exploré. Ce programme de recherche est susceptible de contribuer à la compréhension des problèmes des entreprises algériennes (publiques et privées) dans les travaux publics en particulier, ainsi que des ambivalences des orientations en matière de politique économique. Au-delà de sa dimension propre, cet objet de recherche se présente comme un analyseur des mutations de la société algérienne, au moins sous deux aspects : d’une part, parce qu’il éclairera d’une certaine manière les mutations du marché du travail, qui constituent en Algérie une préoccupation centrale mais demeurent mal connues en dehors de l’analyse des données produites par l’Office national des statistiques ; d’autre part parce qu’il mettra également en lumière les pratiques et les représentations de l’altérité qui s’articulent aux rapports de production et de travail. Les résultats scientifiques attendus sont  donc in fine une contribution à la réflexion critique et analytique des politiques de développement en Algérie et des évolutions de la société algérienne.

Terrain d’enquête, problématique et premiers résultats

C’est sur un tronçon du projet autoroutier, plus précisément le chantier de la pénétrante qui reliera le port de Bejaia à l’axe principal de l’autoroute Est- Ouest à Bouira, que porte particulièrement mon projet de recherche. Le choix de c site d’investigation pour construire l’objet de ma recherche s’explique par différentes raisons. Par son utilité en matière de transport routier, l’autoroute Est-Ouest est de loin la plus importante réalisation d’infrastructure publique en Algérie. Son ampleur et sa complexité en font un objet d’étude passionnant et heuristique. Il apparaît exemplaire des modalités d’implantation des entreprises chinoises en Algérie : le fonctionnement du chantier présente, de manière amplifiée, un ensemble de caractéristiques déjà observées à plus petite échelle sur des entreprises chinoises en Algérie (Rouibah, 2011 ; 2013).

© Hicham Rouibah.

J’ai amorcé une enquête de terrain à caractère exploratoire sur ce chantier en avril-mai 2015 dans le cadre de la préparation du master 2 recherche « Étude comparative du développement » à l’EHESS. Cette première enquête m’a conduit à explorer des pistes de problématisation qui constituent la base du présent projet de recherche. En outre, l’autorisation de poursuivre un travail d’enquête en profondeur et de longue durée, essentiel à la réalisation de ma thèse, m’a déjà été accordée. La phase d’enquête de terrain a été mise en oeuvre depuis août 2017, et la bourse IRMCSCAC a été précieuse pour couvrir les dépenses relatives aux déplacements entre les différents champs d’enquête.

La réalisation du chantier autoroutier a été confiée à un consortium formé de l’entreprise chinoise CRCC (China Railway Construction Corporation) à laquelle les autorités algériennes ont associé la Société Algérienne des Ponts et Travaux d’Art (SAPTA). La CRCC est la société qui, depuis 2005, a construit les deux-tiers (528 km) de l’autoroute Est- Ouest qui s’étend de la frontière marocaine à celle de la Tunisie, et qui est également chargée de la réalisation de la plupart des pénétrantes qui relient les principales villes algériennes à cet axe.

Pour la réalisation du tronçon Bejaïa- Bouira, la CRCC a installé des bases de vie sur trois zones entre Bejaïa et Bouira (Ibourassen, Amizour, Ahnif). Elles permettent à la CRCC de loger son personnel chinois et d’entreposer les engins et les matériaux de construction sur les chantiers de la pénétrante. Ces chantiers emploient, en 2014, environ 1500 salariés, toutes catégories confondues : 380 Chinois et 1200 Algériens.

L’organisation de l’entreprise et de ses chantiers est complexe. Elle implique bien sûr le travail, dans un cadre hiérarchique et fonctionnel qui est ici traversé par une division ethnicisée des tâches, des fonctions, des statuts et des conditions de vie et de travail. Elle engage également d’autres acteurs, extérieurs à l’entreprise proprement dite, mais qui ont un rôle crucial dans l’organisation du chantier et côtoient quotidiennement les dirigeants, techniciens et ouvriers : d’une part l’agence étatique chargée du suivi administratif du chantier et d’autre part le bureau d’étude qui a réalisé les plans du projet et qui est missionné pour le contrôle de la conformité des travaux. L’entreprise doit également gérer un troisième volet des relations qui lui sont extérieures mais influencent son mode de fonctionnement et d’organisation : les rapports conflictuels que la mise en oeuvre des chantiers, des bases de vie et des sources d’approvisionnement en matière premières génèrent avec les populations locales.

Des premières observations réalisées dans le cadre des mes enquêtes de terrain (2015 ; 2017) se dégagent trois grandes pistes de recherche et d’interrogations.

Les rapports au travail et l’organisation interne de l’entreprise chinoise

Ce premier volet est le plus important. Il consiste à appréhender l’entreprise dans sa dimension centrale de l’organisation du travail et des relations de travail, en s’intéressant à l’ensemble des strates hiérarchiques d’acteurs.

On observe sur le chantier, des centaines d’ouvriers, de techniciens, d’ingénieurs et de cadres administratifs chinois qui travaillent 10 à 12h par jour sans relâche. Car les chantiers de la pénétrante opèrent 24h/24h avec une organisation de travail et une division des tâches remarquables. C’est d’ailleurs ce qui caractérise la dynamique du travail de la plupart des entreprises chinoises de BTP.

La CRCC n’a recours à la maind’oeuvre algérienne que pour compléter le personnel administratif et les nombreux postes subalternes (ouvriers, agents de maîtrise, chauffeurs, gardiens). Ces salariés – sous contrat avec la CRCC – travaillent 8h/jour en trois équipes et sont placés sous les ordres des ingénieurs et des cadres chinois. Cette position subalterne engendre une situation conflictuelle : les salariés algériens se sentent dévalorisés par le sentiment de supériorité affiché par les employés chinois, reçoivent un salaire moindre, ne disposent pas d’équipements de sécurité et leur exclusion de la base de vie implique de longs trajets quotidiens entre leur domicile et le chantier. De plus, les dirigeants chinois obligent parfois les ouvriers algériens à travailler au-delà des horaires fixés par la législation algérienne. Les conflits sont nombreux et se manifestent parfois par des grèves ou des arrêts de travail.

À l’inverse, les dirigeants, ingénieurs, techniciens et ouvriers qualifiés chinois en situation d’expatriation sont placés dans le cadre d’une institution « totale » qui les encadre étroitement puisque l’entreprise est à la fois leur communauté de travail et leur communauté de vie : les techniciens et ouvriers subalternes n’ont généralement pas le droit de sortir des bases de vie en dehors du temps consacré au travail ; ils ont, presque, interdiction de côtoyer la société algérienne en dehors des relations de travail. Dans cet univers clos, les conditions de travail et de vie sont rudes, mais les salariés chinois disposent néanmoins d’une rémunération relativement plus élevée (versée directement en Chine), de meilleurs équipements de sécurité, et d’une position dominante et/ou plus valorisée dans le cadre du travail. Si les rapports hiérarchiques sont très marqués, les conflits ne se manifestent pas de façon apparente.

L’ensemble de ces situations particulières nous incite dans un premier temps à observer de manière approfondie comment se forment les relations de travail quotidiennes, de collaboration, d’encadrement, de communication, et comment se configurent les rapports entre les strates hiérarchiques, les rapports entre ces deux groupes de salariés (algériens et chinois), et au sein de chacun d’eux. Comment les acteurs de cet ensemble complexe de salariés vivent-ils leur situation de travail ? Comment se la représentent-ils ? Comment élaborent-ils leurs relations ? On ne peut répondre à ces questions sans simultanément s’intéresser aux trajectoires professionnelles et biographiques, mais aussi à leur univers familial. En ce qui concerne particulièrement les salariés expatriés chinois, comment sont-ils mobilisés et encadrés sur le terrain ? Comment sont-ils recrutés et quelles sont leurs principales motivations pour s’expatrier ? Comment vivent-ils en Algérie et sous quelles conditions ? Quels sont les dispositifs de vie au sein de leurs bases de vie ? Quelle est leur vie sociale dans les bases de vie après le travail ? Quelles relations entretiennent-ils avec leur famille en Chine, et quels sont leurs aspirations ?

© Hicham Rouibah.

Gestion des relations de partenariat et des approvisionnements des chantiers

Le second volet, relatif à la complexité du fonctionnement du chantier, peut s’insérer dans un cadre d’économie politique qui implique un ensemble d’acteurs extérieurs à l’entreprise proprement dite. Il se caractérise notamment par une relation triangulaire entre : (1) l’Agence Nationale Autoroutière (ANA) dépendant du ministère des Travaux publics dont la mission est de coordonner la gestion administrative du projet et suivre son avancement vis-à-vis des délais négociés ; (2) un bureau d’étude étranger (sudcoréen/ italien) qui a réalisé les études architecturales et les plans du projet et qui est chargé en lien avec l’ANA du contrôle de la conformité et de la qualité des travaux ; (3) le groupe chinois CRCC, associé dans un consortium avec le groupe algérien SAPTA, s’occupe de la réalisation technique du projet depuis les plans du bureau d’études jusqu’à la finalisation des travaux. Remarquons au passage que le groupe algérien SAPTA est une entreprise en difficulté financière et technique ne disposant plus de son propre marché. L’association avec le groupe chinois CRCC avait comme objectifs, d’une part, de relancer et de redynamiser l’activité de la SAPTA et, de l’autre, de permettre à la CRCC de bénéficier de son entregent dans les démarches administratives.

Les rapports entre ces trois ensembles d’acteurs sont conflictuels et d’autant plus tendus que la réalisation (par la CRCC) de l’axe central de l’autoroute Est-Ouest a donné lieu à un procès pour corruption amplement médiatisé en 2015 et qu’un scandale public a éclaté à propos des malfaçons, si nombreuses que des travaux de réparation ont dus être engagés sur l’ensemble du trajet autoroutier alors qu’il venait à peine d’être achevé. Dans ce contexte, l’ANA et le bureau d’étude, chargés du contrôle et du suivi de l’état d’avancement du chantier sont d’autant plus enclins à critiquer la qualité des travaux mais surtout à dénoncer vivement le retard accusé dans la livraison du projet. Un retard que les responsables chinois expliquent, entre autre, par le manque de matières premières (ciments, gravats, ferrailles). En effet, depuis les années 1990, ces matières premières sont en état récurrent de pénurie en Algérie, du fait d’un déséquilibre du marché : une forte demande par les constructeurs (publics et privés) face à une très faible capacité de production et d’extraction de ces matières.

Ce second volet incite donc à s’intéresser aux rapports entre les trois organismes qui gèrent le projet autoroutier, en considérant les ingénieurs et agents de l’ANA et du bureau d’étude comme des acteurs du chantier, au même titre que l’ensemble des salariés évoqués dans le premier volet. Il s’agit, comme pour les salariés chinois et algériens de la CRCC, de comprendre et de prendre en compte leur point de vue et leur logique propre, leur situation de travail et leur trajectoire professionnelle et biographique. Il s’agit également de comprendre comment les dirigeants de CRCC gèrent la relation avec les deux organismes, dont l’un représente directement les autorités algériennes, et l’autre est mandaté par elles.

Un second aspect de ce deuxième volet a trait au caractère crucial de l’approvisionnement en matières premières. Là encore, il est nécessaire de s’intéresser aux relations qui s’établissent entre les dirigeants de la CRCC et les fournisseurs d’une part, mais aussi les formes de pression sur les autorités publiques, par l’intermédiaire de l’ANA, ou de la SAPTA, le partenaire de la CRCC dans le consortium dont l’une des fonctions principales est probablement cette intermédiation.

L’entreprise chinoise et l’environnement social algérien

Comme souligné ci-dessus, l’arrivée de toute entreprise chinoise de BTP en Algérie se traduit inévitablement par l’implantation de bases de vie et de chantiers qui s’étalent sur des dizaines de kilomètres, sur des terrains très souvent privés. C’est le cas de la pénétrante autoroutière entreprise par la CRCC qui a  provoqué des contestations concernant l’acquisition de terrains. Des conflits avec le voisinage s’érigent à propos de l’expropriation des terrains.

Les contestations diffèrent selon l’utilité des biens endommagés : certains sont contraints de quitter leur maison, d’autres cèdent des terres agricoles, et d’autres encore des terrains vierges, pour laisser place aux chantiers ou aux bases de vie chinoises et parfois aussi pour des sites d’extraction et d’exploitation de ressources naturelles de construction (gravats et autres matières premières). Les expropriations – indemnisées selon les barèmes fixés par les autorités algériennes – sont souvent rejetées d’une manière catégorique par les propriétaires algériens. La situation alimente alors une hostilité envers les Chinois mais aussi envers les autorités algériennes. Accusées de négliger les problèmes de la vie quotidienne des villageois (manque de transport public, accès au service de gaz de ville etc.) celles-ci sont alors accusées de les forcer à céder leurs terrains à des étrangers qui deviennent, pour une bonne période, « voisins » soit par leurs chantiers ou leurs bases de vie. Les villageois mènent alors des actions pour protester contre ce qu’ils qualifient de « confiscations » (Rouibah, 2011 ; 2015), en tentant, par exemple, de bloquer les travaux, perturbant ainsi le déroulement du chantier ; en d’autres occasions, les populations locales revendiquent une priorité dans le recrutement sur les chantiers. L’entreprise doit alors intervenir pour gérer ces conflits, qui se répercutent sur ses relations avec l’ANA et le bureau d’étude chargés du suivi, puisque le calendrier des travaux et le respect des délais sont des aspects cruciaux du cahier des charges.

Ce dernier volet de la recherche se présente comme une extension de l’enquête sur le fonctionnement du chantier et les rapports entre la CRCC et son environnement social. Il est heuristique dans la mesure où il constitue une part de la réalité des rapports sociaux que l’entreprise doit gérer et fait donc partie du fonctionnement réel de la production, et parce qu’il apparaît en outre comme un révélateur à la fois du rapport entre la population et les autorités, et des processus de construction de l’étranger. Il serait donc judicieux de comprendre ces rapports conflictuels, en nous intéressant au discours, revendications et actions des expropriés, et à la manière dont les conflits sont réglés. En parallèle, par le même biais, il s’agit de saisir les dimensions sociales de la mobilisation des expropriés.

En outre, en ce qui concerne plus spécifiquement les bases de vie, on cherchera à observer les relations et les interactions quotidiennes entre les travailleurs chinois et les populations qui résident dans le voisinage immédiat. Existe-t-il une entente, des formes d’interaction et de communication entre les expatriés chinois regroupés dans les bases de vie et les habitants des zones qui les environnent ?

Ce troisième volet offre l’opportunité d’enquêter sur trois régions hétérogènes par leur position géographique (une commune montagnarde, une rurale et une autre préurbaine), leur culture locale, leur situation socioéconomique, leur histoire postcoloniale et leurs tensions internes. Ces éléments sont des paramètres fondamentaux pour comparer les matériaux d’enquête recueillis sur les chantiers et les espaces résidentiels de l’entreprise chinoise. Ces paramètres de contextualisation sont essentiels pour comprendre comment l’entreprise chinoise fabrique ses relations avec les populations locales.

Toutefois, je choisirai une région parmi les trois où je passerai plus de temps d’enquête. Il est en général utile, voire nécessaire, de se donner un lieu de recherche intensif, portant sur un ensemble social d’interconnaissance, qui puisse servir ensuite de base de référence pour des enquêtes plus extensives sur les deux autres régions (De Sardan, 1998).

Quelles démarches méthodologiques pour les enquêtes de terrain ?

La démarche de recherche que je me propose de mettre en oeuvre se fonde sur la socio-économie du travail et l’anthropologie de l’entreprise : une approche désormais bien éprouvée et consolidée depuis une vingtaine d’années, sur des bases épistémologiques et méthodologiques élaborées dans le cadre de l’IRD, notamment par Monique Selim et Laurent Bazin, qui suit les travaux que j’ai réalisés sur les entreprises chinoises en Algérie depuis 2012, et co-encadrera la réalisation de ce projet de thèse (cf. Althabe, Selim, 1998 ; Bazin, 1998 ; 2010 ; Bazin, Selim, 1995 ; 2001 ; Bazin, Hours, Selim, 2009 ; Cabanes, Lautier, 1997). Cette approche se caractérise en particulier, vis-à-vis des travaux plus classiques de sociologie ou d’anthropologie du travail, par l’appréhension dans le champ de l’enquête de l’ensemble des catégories hiérarchiques et des acteurs qui composent l’entreprise. Elle repose sur une double hypothèse : d’une part que les acteurs qui composent le champ social de l’entreprise élaborent leurs rapports entre eux, et d’autre part qu’ils ne sont pas déterminés par leur position dans le champ du travail, mais par l’ensemble des relations sociales qui composent leur univers. Ma démarche s’inspire en outre des recherches menées plus spécifiquement par Françoise Bourdarias sur les entreprises chinoises au Mali également dans le cadre de l’IRDCESSMA ; enfin, elles s’appuient également sur l’approche élaborée par Djamel Guerid (2007), sociologue de l’université d’Oran, pour analyser les rapports conflictuels des entreprises à leur environnement urbain dans la période d’industrialisation volontariste des années 1970-1980.

© Hicham Rouibah.

Cependant, la complexité et l’ampleur de cette entreprise particulière que représente le chantier autoroutier dirigé par la CRCC (1200 salariés, répartis en deux groupes chinois et algérien, et l’étalement géographique des chantiers et des bases de vie) nécessitent le recours à une approche complémentaire et des techniques d’enquête inspirées de la socioéconomie. C’est pourquoi ma démarche de recherche se tourne vers un pluralisme méthodologique (Rihoux, 2006). L’utilisation de méthodes mixtes présente une difficulté épistémologique dont je suis conscient, en particulier la contradiction de la finalité des techniques relatives aux différentes approches. L’approche inductive et qualitative qui caractérise l’anthropologie de l’entreprise s’efforce de déconstruire les catégories et de mettre en évidence la singularité des situations ; une enquête quantitative vise au contraire à situer les enquêtés ou les événements dans des catégories et à identifier des régularités, des récurrences et des ressemblances. Mon intention est donc d’adapter à ce terrain particulier les techniques d’enquête, de manière à combiner l’investigation ethnologique avec des outils d’enquête quantitatifs (par questionnaire) et à mieux connaître les caractéristiques de la population de salariés du chantier. Cette dualité des approches est nécessaire, malgré leur aspect antinomique, parce que l’enquête par observation et entretien ne peut toucher qu’une fraction des acteurs d’un chantier de grande ampleur, et que seule une enquête par questionnaire peut permettre de la recadrer et de la situer dans l’ensemble plus vaste que constitue l’entreprise.

Techniques qualitatives : Observations et entretiens anthropologiques

Observation : mon choix est porté sur l’observation directe principalement du travail sur les chantiers et des espaces résidentiels de l’entreprise chinoise (bases de vie). L’idée est d’observer d’abord le chantier et la base de vie chinoise de l’extérieur avant d’amorcer une immersion, une familiarisation progressive avec les acteurs et de solliciter des entretiens. Durant les premiers mois, j’alternerai l’observation entre chantiers et espaces résidentiels chinois. L’objectif est de saisir l’organisation concrète du travail (salariés chinois et algériens) et les relations de travail d’un côté, la vie sociale et professionnelle des acteurs chinois dans l’univers clos de la base de vie de l’autre. L’observation s’appuie également sur la photographie qui procure des documents très illustratifs des conditions dans les bases de vie et sur les chantiers.

Entretien : j’estime le nombre d’entretiens nécessaires à une centaine, incluant les salariés de toutes catégories (chinois et algériens, du directeur au sommet de l’échelle hiérarchique jusqu’aux manoeuvres à l’échelon subalterne) de la CRCC, mais aussi les ingénieurs et agents de l’ANA et du bureau d’étude, et des villageois expropriés ou dans le voisinage des bases de vie. Les entretiens seront non directifs : il ne s’agit pas de puiser dans une série de questions préconçues, mais d’inviter mes interlocuteurs à porter un regard sur leur propre situation et à mettre en perspective le cadre de travail de l’entreprise chinoise avec leur vie sociale et familiale, leur parcours professionnel, leurs motivations, ambitions et attentes, les difficultés, les obstacles et les déceptions.

Une difficulté particulière surgit ici de la pluralité des langues, mais elle constitue simultanément une part de la réalité sociale du chantier et permettra de comprendre les formes de la communication mise en oeuvre dans le cadre des rapports de travail.

Les entretiens avec les cadres chinois de la CRCC (ingénieurs et personnel de l’administration) se déroulent en anglais ou en français (Rouibah, 2011 ; 2015). Leurs homologues algériens de la CRCC et de l’ANA s’expriment en arabe dialectal, en kabyle et parfois en français.

Les entretiens avec le groupe des ouvriers chinois ne peuvent se dérouler qu’en chinois, car les ouvriers ne parlent que leur langue régionale et le mandarin. C’est pourquoi le recours à un traducteur s’impose. Celui-ci n’est pas seulement un interprète mais est amené à s’impliquer dans la recherche et forme avec le chercheur un binôme. Il joue un rôle important dans le déroulement même des entretiens, dans leur saisie et leur transcription, mais aussi dans l’observation, l’analyse des situations et la compréhension des représentations liées aux termes utilisés (cf. Bazin in Bazin, Hours, Selim, 2009). C’est pourquoi le choix de l’interprète est crucial. J’ai eu recours lors de l’enquête exploratoire réalisée en avril-mai 2015 à un interprète professionnel algérien (chinois/français) qui correspondait à ces critères et qui sera apte à s’associer au travail d’enquête lorsque ce sera nécessaire pour la réalisation des entretiens (Rouibah, 2015).

Enfin, les entretiens avec les ouvriers algériens, ainsi que ceux qui concernent les habitants touchés par les expropriations ou qui habitent dans le voisinage du chantier, auront lieu en arabe dialectal ou en kabyle.

À la différence du questionnaire, l’échantillonnage est inutile pour le choix des entretiens : il convient ici plutôt de veiller à la pluralité des acteurs, de s’intéresser à des équipes de travail, à des groupes constitués au sein des bases de vie, ou encore de se concentrer sur les acteurs d’événements singuliers. Les entretiens permettent de comprendre les représentations, les logiques sociales et le sens des pratiques observées, et ne reposent pas sur une recherche de représentativité (de Sardan, 1990).

Techniques quantitatives : Questionnaire et analyse secondaire de données

Questionnaire : le recours à une enquête par questionnaire a pour principal objectif de contextualiser et d’appuyer l’enquête ethnologique : répondre à des interrogations descriptives et causales (variables dépendantes indépendantes) mais aussi vérifier certaines hypothèses. J’ai été formé aux techniques d’enquête quantitative et aux outils informatiques d’analyse des données dans le cadre d’un master à l’université Lille 1.

Le questionnaire concernera les ouvriers chinois, en complément des entretiens, et portera principalement sur des questions combinées entre fermées et semi-ouvertes et un style alternant entre direct et indirect en fonction des variables. Celles-ci seront construites sur mes matériaux antérieurs. Le questionnaire sera traduit en langue chinoise et comportera quatre chapitres :

Ch1 : sur le bloc signalétique qui englobe les caractéristiques sociodémographiques (âge, statut, situation familiale, années d’expatriation …) pour tracer le profil des salariés permettant ainsi de donner une meilleure description de la main-d’oeuvre mobilisée par l’entreprise chinoise ;
Ch2 : sur le parcours professionnel (métier antérieur, formation, salaire en Chine, autre expérience en Afrique) et moyen de recrutement (cabinet spécialisé, conditions d’embauche, l’après l’expatriation) ;
Ch3 : sur le motif et/ou la motivation d’expatriation (expérience, salaire, endettement, projet familial : enfants, parents, acquisition de bien immobiliers, représenter la Chine) ;
Ch4 : sur les conditions de vie et de travail en évaluant le sentiment de satisfaction/insatisfaction des ouvriers (restauration et logement, rapports avec les supérieurs, relations avec les ouvriers algériens, législation : congés, indemnités, sécurité sociale).

Échantillonnage et mode de passation : durant l’enquête exploratoire auprès de la CRCC (Rouibah, 2015), j’ai pu accéder à la liste du personnel. Je peux donc penser à une méthode probabiliste avec échantillonnage stratifié. C’est sur cette base que je compte sélectionner l’échantillon, tout en gardant à l’esprit que la population y est instable (départ des salariés, arrivées d’autres, congés, victimes d’accidents de travail, etc.) et qu’il faudrait probablement interroger d’autres personnes. Le mode de passation des questionnaires serait auto-administré, à savoir que chaque répondant serait seul ou avec ses collègues face à son questionnaire, auquel il répondrait lui même par écrit. Une fraction de la population cible n’est pas alphabétisée. Cependant, dans une enquête antérieure (Rouibah, 2011), les ouvriers qui savaient bien lire et écrire le mandarin aidaient leurs collègues ayant des déficits linguistiques à comprendre et à répondre aux questions.

Dans ce contexte de quantification et de représentativité, il serait préférable d’interroger environ une centaine de personnes, réparties entre les classes d’âge figurantes (ex : 120 ouvriers/les 380).

Type et moyens d’analyse : les questionnaires donneront suite à une analyse statistique descriptive. Les indicateurs comme la moyenne et les corrélations permettront de croiser des variables qui peuvent vérifier certaines hypothèses.

Exemples :
Les ouvriers sont plus âgés que les cadres, et sont issus de provinces pauvres en Chine, généralement des paysans reconvertis en ouvriers.

L’expatriation en Afrique est plutôt motivée par des nécessités financières, avoir une carrière et une stabilité professionnelle ou par une quête de « renouveau » : la Chine a longtemps été un pays fermé où la politique du PCC et la pauvreté ont obligé la plupart des Chinois à rester dans leur pays.

Le traitement de ces données quantitatives se fera sur logiciels de programmation statistique (SPSS 2.0, SAS 1.8). De même, les données descriptives sur les bases de vie de l’entreprise chinoise seront traitées sur logiciels cartographiques (Philcarto, Cartes & Données 6.0).

Analyse de données secondaires :
l’accès à certains documents administratifs des organismes sur le terrain (la CRCC-SAPTA, l’ANA et le bureau d’études) comme la liste du personnel, les rapports de la direction, les bilans comptables, les données sur les chantiers, etc. me permettront de procéder à une analyse secondaire de données pour comparer avec les résultats des différentes techniques appliquées (questionnaires, observations et entretiens). Cette technique m’aiderait à acquérir une connaissance sur le cadre législatif de la coopération sinoalgérienne et de la relation triangulaire ainsi que sur les questions d’approvisionnement en matière de construction. C’est aussi un moyen pour mesurer l’écart entre la réalité observée et communiquée par les acteurs, et celle des rapports administratifs et gestionnaires.

Hicham Rouibah

Doctorant en socioéconomie à l’Université Paris-Diderot, programme Arts de l’IRD, membre du laboratoire DYNURES de l’Université Oran.

Pour citer ce billet : Hicham Rouibah, «Comment appréhender la problématique des entreprises chinoises de BTP en Algérie ?», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2193. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2203.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Historicisation et perspectives patrimoniales d’un héritage architectural et urbain de la période coloniale française (1837-1962) à Constantine

Contexte de la recherche

Constantine a été un véritable terrain d’expérimentation 1 en termes d’architecture et d  ’urbanisme pendant la période coloniale française. Celui-ci a légué à la ville un important héritage architectural d’une grande richesse stylistique. La pluralité de la production architecturale et urbaine de cet héritage demeure méconnue, en dépit de sa dominance dans le paysage urbain constantinois.

D’une part, la construction d’une connaissance sur cet héritage permet d’apporter de nouveaux éclairages à l’histoire de la ville, qui pourront enrichir l’enseignement de cette phase en histoire de l’architecture, aujourd’hui encore peu maîtrisée et trop schématisée. D’autre part, l’étude du cas de Constantine, dans son contexte historique et sa réalité matérielle singulière, selon une nouvelle approche que nous développons ci-après, peut être un apport aux recherches en cours sur les différents modèles de villes et d’architectures de la période coloniale française au Maghreb en général, et en Algérie en particulier.

Il apparaît important de connaître les valeurs historique, architecturale, technique et esthétique afin de donner une plus-value à l’héritage architectural et urbain de cette période. Ceci orientera le regard du maître d’ouvrage (public ou privé), du maître d’oeuvre ou du propriétaire, pour décider en particulier du devenir de cet héritage – conservation, réhabilitation, disparition – et pour une meilleure prise en charge de ces architectures dans le processus de changement du regard sur ce qui constitue la ville ancienne de Constantine. La connaissance de cet héritage permettra également de guider le travail de conservation du patrimoine dans le but de le valoriser ; ce qui est un enjeu important dans le contexte actuel où la ville connait une phase de réhabilitation de son bâti ancien et de son parc immobilier colonial datant des XIXe et XXe siècles. Cette méconnaissance pose en effet beaucoup de problèmes concrets lors des opérations de réhabilitation des bâtiments, notamment quant au processus de transformation de certains bâtiments, qui en ont modifié la substance au fil du temps. Les évaluations des interventions et des projets de réhabilitation entrepris en témoignent. Ces opérations sont souvent menées dans l’incompréhension de l’objet sur lequel elles portent, en ne prenant pas en considération la genèse historique ainsi que les caractéristiques du bâti. Elles sont généralement limitées à un ravalement de façade assez simplificateur. On part ici de l’hypothèse – à vrai dire fondatrice de l’intervention patrimoniale dans les villes anciennes – que les valeurs (historiques, architecturales, esthétiques, techniques…) des bâtiments sont à étudier pour conduire des actions de réhabilitation plus nuancées et respectueuses, à même de conserver le capital culturel constitué par cet héritage.

Ce travail est plus que jamais nécessaire dans le contexte actuel de mise en place d’un processus de patrimonialisation : de grandes opérations de rénovation et de réhabilitation ont été lancées dans le centre des grandes villes comme Alger ou Oran.

Le paysage urbain constantinois avec son vieux « Rocher » et extensions urbaines de ce dernier

© Maïssa Acheuk-Youcef.

En effet, un patrimoine n’est considéré comme tel que s’il est le fruit d’une construction sociale. D’où l’intérêt de se poser la question : qui porte la reconnaissance d’un héritage comme patrimoine ? L’intérêt de reconnaissance en tant que tel et de la valorisation patrimoniale naissent notamment lorsque les valeurs sont connues. L’expertise scientifique peut être un facteur déterminant dans la mise en valeur. Ainsi, la production de la connaissance s’avère nécessaire et préalable à la reconnaissance et à la mise en valeur de cet héritage constantinois. Par conséquent, il apparaît important d’étudier ses logiques de production qui justifieront sa logique de protection.

Cette étude d’une ville comme Constantine s’inscrit au croisement de plusieurs champs disciplinaires : à savoir l’architecture, l’urbanisme, l’histoire de l’art et la géographie-aménagement, mobilisant ainsi des approches comme l’histoire urbaine et de l’architecture, les sciences du patrimoine, l’étude de la morphologie urbaine et des outils comme la cartographie par la construction d’un Système d’Information Géographique (SIG). Le croisement de ces approches sous cet angle-là, n’a pas encore constitué un champ de recherche accompli dans l’étude des villes algériennes aux XIXe et XXe siècles.

De ce terrain d’étude brièvement décrit émanent plusieurs questionnements

Quel est l’héritage architectural et urbain de l’époque coloniale française à Constantine ?

Afin d’identifier et de connaître cet
héritage, le travail de recherche est basé sur une « historicisation de l’espace construit 2 », ce qui implique l’identification et la datation des objets de cet espace, dont le processus de production, fait lui-même de sous-processus ayant chacun sa logique, et (étant) en interaction 3.

Le « Rocher », coeur historique de Constantine avec son tissu urbain et ses architectures

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Ainsi pour connaître l’architecture produite, il s’agit alors d’appréhender auparavant l’espace urbain de Constantine dans son évolution historique, sociale et spatiale.

L’étude porte sur l’espace urbain constantinois avec le Rocher, coeur historique de la ville, et ses premières extensions urbaines datant de la période coloniale française à savoir : les faubourgs de Saint-Jean, Saint-Antoine, El Kantara, Sidi Mabrouk et le Coudiat-Aty.

Quel est le processus de production architecturale et urbaine de cette époque et quels en sont les acteurs ?

Considérant que chaque nouvelle production dans l’espace urbain nécessite la mobilisation et l’interaction de plusieurs acteurs 4, il apparaît nécessaire de mettre en évidence la complexité de ces jeux d’acteurs. Ainsi, d’autres questions de recherche en découlent :

Quels sont les registres architecturaux de cet héritage ?

– Quels sont les types et les formes d’architectures – notamment pour l’habitat – produites à Constantine pendant cette période ?

– Quelles ont été les inspirations et les contributions locales pour la production architecturale ? Notamment l’expression de la population locale – qu’elle soit autochtone ou coloniale – dans l’architecture.

– Qui sont les architectes/concepteurs dont les créations ont marqué l’espace urbain constantinois ?

– L’Algérie ayant été un terrain d’expérimentation, est-ce que certaines architectures n’ont pas été exportées à Constantine par des avant-gardistes avant leur apparition en métropole ?

La réponse à ces questions permettra notamment de connaître la contribution de l’expérience constantinoise à la circulation des modèles architecturaux.

Pour répondre à nos questions

Notre méthode de recherche consiste à partir de la réalité matérielle du terrain d’étude que nous considérons comme la première source historique vivante à interroger. Cela est ensuite confronté et croisé avec l’analyse des sources historiques graphiques et écrites collectées à partir d’un important travail de dépouillement mené dans différentes sources d’archives en Algérie (Constantine, Alger) et en France (Paris, Vincennes, Aixen- Provence). Ceci représente plus de 300 dossiers consultés, soit près de 4000 documents graphiques et écrits mobilisés et émanant principalement des :

– Archives Municipales de Constantine ;
– Archives de la direction du Cadastre de Constantine ;
– Archives de la Wilaya (Préfecture) de Constantine ;
– Archives Nationales d’Algérie, Alger ;
– Archives du Service Historique de la Défense, Vincennes ;
– Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM), Aix-en-Provence ;
– Fonds de l’Institut Français d’Architecture, Paris ;
– Fonds de l’IGN, Saint-Mandé. Pour approcher la fabrication de l’espace urbain constantinois, nous considérons que chaque objet dans la ville est issu d’un processus matériel et social basé sur des jeux d’acteurs : publics (militaire et civil) et privés (architectes, entreprises, société civile…etc.). Ainsi, nous décomposons la réalité matérielle de l’espace urbain en plusieurs objets à étudier, emboîtés à différentes échelles (quartiers, lotissements, rues, bâtiments – habitat et équipements –) que nous identifions et que nous analysons.

Contraste dans le paysage urbain entre l’héritage de la période coloniale française (extensions de la ville) et l’héritage architectural des époques antérieures (Rocher)

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Un aperçu sur la mosaïque d’architectures identifiées dans le paysage urbain constantinois

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Nous étudions ces jeux d’acteurs complexes pour certaines opérations dans la ville à travers une approche systémique. Ainsi, nous analysons le processus de décision pendant cette période, à différentes échelles du pouvoir : le niveau local (la Mairie et la Préfecture de Constantine), le niveau central (le Gouvernement général à Alger) et enfin, le niveau de la métropole (différents ministères, Assemblée nationale…etc. à Paris), avec les autorités et les acteurs clés correspondants à chaque régime politique (selon les périodes).

Pour ce qui est de l’échelle des quartiers et lotissements, pour étudier le processus de leur fabrication et avant d’aborder leur évolution, nous revenons à leur genèse d’abord à travers la question de l’acquisition et la répartition du foncier pour les colons européens. Par la suite, les autres échelles de la rue et du bâti, sont traitées.

Les objectifs et les apports scientifiques de ce travail de recherche sont de plusieurs ordres

La visée de cette recherche est de mieux connaître l’architecture et l’urbanisme de l’époque coloniale française à Constantine entre 1837 et 1962. À partir de là, on peut déterminer quelques pistes permettant de mieux envisager l’inscription de cet héritage dans le développement urbain. Il s’agit de :

– Connaître le processus de production architectural et urbain de cette époque et d’identifier les maîtres d’ouvrage et les architectes qui ont marqué l’espace urbain constantinois.

L’emboitement des échelles de production de l’espace à travers la mobilisation des documents graphiques et écrits correspondant à ces échelles permettra de rendre compte de manière systématique et rigoureuse de l’évolution de la ville et ainsi d’historiciser l’espace urbain à ses différentes échelles.

– Mettre en exergue la richesse et la diversité architecturale du patrimoine bâti. Plusieurs registres, styles et typologies architecturales sont juxtaposés et articulés dans la même ville, dans un même quartier ou parfois dans une même rue, créant une mosaïque à ces différentes échelles.

Ainsi on rencontre des bâtiments marqués par des influences occidentales d’une tendance apparue en Europe au XIXe et au début du XXe siècle, comme des bâtiments marqués par des influences locales ou bien un mélange des deux, avec des bâtiments stylistiquement « hybrides ». Nous étudions certaines architectures qui sont apparues dans une période donnée et ont été appliquées en Algérie. D’autres styles singuliers, sont caractérisés par une empreinte locale, il s’agira de faire ressortir l’influence locale dans la production architecturale.

– Identifier les objets datant de cette période, ayant un potentiel culturel et économique, y compris ceux situés en dehors de l’actuel secteur sauvegardé et qui sont susceptibles de faire l’objet de mesures de protection. Ceci sera réalisé entre autres, dans une perspective de développement de l’attractivité de la ville. – Constituer une base de données numérique et géo-référencée, à l’échelle de la ville : historicisation de l’espace urbain et du bâti avec un Système d’Informations Géographique (SIG). Ce système aura vocation à évoluer vers un instrument d’aide à la décision, de conservation et de valorisation de cet héritage urbain et architectural, basé sur ces nouvelles connaissances.

Ce travail permettra également à partir du dépouillement des sources dispersées, d’accès parfois difficile (Fonds des Archives Municipales de Constantine, Archives Nationales d’Outre-Mer à Aix-en-Provence, Archives du Service Historique de la Défense à Vincennes, Archives de l’Institut Français d’Architecture à Paris…etc), de les rassembler et de les intégrer. Il faut bien sûr d’abord repérer et identifier les données historiques encore inexploitées, et les répertorier. Cela sera d’autant plus utile aux études d’histoire urbaine et architecturale pendant la période coloniale française à Constantine, en facilitant leur croisement selon une approche systémique, avec ce que cela implique comme nouveaux objets et aspects à étudier.

Exemples d’architectures identifiées situées en dehors de l’actuel secteur sauvegardé et qui sont susceptibles de faire l’objet de mesures de protection dont certaines sont exposées à la destruction

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Un échantillon du type de documents historiques archivistiques correspondant aux objets d’étude à différentes échelles, collectés et mobilisés pour cette recherche

© Archives Municipales de Constantine ; Archives du Cadastre de Constantine ; Archives du Service Historique de la Défense, Vincennes ; Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM), Aix-en-Provence ; Fonds de l’Institut Français d’Architecture, Paris ; Fonds de l’IGN, Saint-Mandé.

En plus de l’apport historiographique à l’échelle de Constantine et la dimension d’expertise patrimoniale de ce travail de recherche, la connaissance du cas spécifique constantinois permettra de constituer un apport entre autres sur la question de la circulation des modèles architecturaux aux XIXe et XXe siècles à l’échelle du Maghreb et de la Méditerranée.

En effet, les travaux qui ont été développés en histoire urbaine et architecturale de la partie nord de l’Afrique ont été menés principalement sur des grandes villes et capitales comme Alger, Tunis, Casablanca, le Caire…etc, mais peu ou presque pas sur des métropoles régionales comme dans le cas de Constantine, qui comporte des spécificités sur plusieurs aspects, comme la recherche en cours le fait apparaître.

L’apport de cette recherche permet également de capitaliser les données cartographiques collectées, pour constituer un SIG historique qui n’existe pas encore au niveau de la ville de Constantine. Cette capitalisation des données pourra être une manière de contribuer notamment à préserver le patrimoine de Constantine et en particulier les archives de cette période, qui sont exposés à la dégradation et donc à la menace de destruction.

1 Cette notion de laboratoire d’expérimentation a déjà été largement discutée, illustrée et démontrée par différents chercheurs dans plusieurs travaux de recherche sur l’Algérie et les pays du Maghreb notamment: De Tarde (1937, 27) ; Guillerme (1992) ; Culot (1992) ; (1996, 8) ; Nouschi (1996, 139) ; Pinon (1996, 49) ; Cohen et Eleb (1998) ; Vacher (1997) ; Volait et Minnaert (2003, 379-380) ; Garret (2005, 37) ; Hakimi (2005, 64 ; 81), etc.

2 Gauthiez Bernard, 2014, « Le temps dans l’espace
des villes, ou l’espace des villes comme accumulation des produits matériels de phénomènes sociaux », Géocarrefour, vol. 89/4, 283-296.

3 Ibid.

4 Ibid.

Maïssa Acheuk-Youcef

Doctorante en Architectur/Géographie- Aménagement en cotutelle, Université de Constantine 3/ Université de Lyon 3, UMR 5600. Contact : aymaissa@hotmail.com

Pour citer ce billet : Maïssa Acheuk-Youcef, «Historicisation et perspectives patrimoniales d’un héritage architectural et urbain de la période coloniale française (1837-1962) à Constantine», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2193. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2182.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Rapports et représentations du travail à travers la mémoire des veuves de la guerre de libération nationale (1954-2014)

Rapports et représentations du travail à travers la mémoire des veuves de la guerre de libération nationale (1954-2014)1.

La recherche anthropologique que nous menons au CRASC cherche à comprendre le rapport des veuves de chahid (martyr) au travail. La finalité de notre recherche est l’analyse qualitative de la mémoire du travail chez les veuves. L’approche méthodologique objective tend à rompre avec les écrits présentant l’émergence de l’activité féminine avec le processus d’industrialisation. Il est important de prendre en considération les tâches – présentées par la socioanthropologie comme du travail social – permettant aux femmes de produire à l’intérieur du milieu de vie et générant du travail pour la collectivité. Ces activités apparaissent sous des formes diverses et participent au fonctionnement économique de la communauté 2. En Algérie, dans les espaces urbains et ruraux, l’accès des femmes au travail journalier à l’extérieur du foyer, est un fait qui ne date pas de l’époque coloniale 3. Afin de rendre compte de cette réalité, nous nous sommes focalisée sur trois indicateurs sociologiques, à savoir le temps de travail, l’espace de travail et le bien.

© panoramio.com

Comment se présente le rapport au travail à travers la mémoire des veuves de martyrs de la guerre de libération nationale entre 1954 et 2014 en espace villageois ?

Cette recherche interroge quelques veuves des villages de la commune d’Irdjen sur leur mémoire du travail. La région se situe au sud-est de Tizi- Ouzou, à peu-près à 15 Km du chef-lieu de la wilaya. C’est un espace dominé par un relief montagneux. La localité est
traversée par différentes transformations des rapports sociaux, notamment par l’accès des femmes à l’espace public 4.

L’analyse des récits de mémoire des veuves sur leur rapport au travail et à ses conditions sociales nous apprend que la guerre n’avait pas mis fin au travail des femmes en dehors du foyer. Durant les années de lutte pour l’indépendance (1954-1962), les forces de travail masculines étant absentes, les veuves se mettent alors à pratiquer un travail domestique marchand et non marchand et un travail agricole journalier. En ce sens, Claude Meillasoux évoque, en temps de crise sociale, l’insuffisance des forces productives (les hommes combattent et les femmes cultivent les petites parcelles) 5. Ces conditions donnèrent au travail des veuves sa dimension collective : le but est de nourrir le groupe familial et cela sert également de ressources pour les moudjahidines. Pendant les sept ans de guerre, les femmes déclarent qu’elles ne disposaient pas de moyens humains et matériels pour travailler (l’exhérédation des femmes, ne disposant pas de fonds, et occupant une position inférieure à l’homme dans la structure sociale). Malgré les multiples violences sociales et militaires, les veuves expriment dans leurs récits un attachement à la terre familiale et une estime portée à la notion de travail. Le résultat de ce travail est au profit des membres de la famille, des voisins et des moudjahidines. Pour ces femmes, la notion d’autonomie en production et en gestion de bien est relative, elles travaillent souvent en groupe et le résultat de leur travail est au profit du groupe.

Lorsque les solidarités ou les liens de protection deviennent fragiles, du fait de la pauvreté, vécue par de nombreux villageois, les veuves apprennent à chercher d’autres ressources afin de s’intégrer dans un contexte de pénurie. En l’absence de protecteur social et économique (époux martyr ou absent pour une longue période pour assumer son rôle social de générateur de revenu), elles découvrent l’extérieur et apprennent à ne compter que sur elles-mêmes. En revanche, les difficultés matérielles auxquelles sont confrontés les villageois n’excluent pas la continuité ou la formation d’autres liens de solidarité communautaire telle l’adoption sociale, notamment pour les enfants des veuves. L’individu sous cette forme de protection devait travailler car l’assistance n’était pas matérielle et était insuffisante (cas de veuves qui ont été indemnisées pendant et après la révolution).

En plus de l’agriculture, les travaux effectués étaient multiples, les veuves citent : les travaux domestiques (éducation des enfants, lavage, cuisine, élevage des animaux) et les activités de saison (semence et récolte). Elles dévoilent dans leurs récits un rythme de vie villageoise pendant la période révolutionnaire avec une temporalité militante imbriquée avec le temps de l’activité nourricière quotidienne. De ce fait, pour certaines militantes, la nuit se transforme en jour dans une stratégie de discrétion.

Ces types de travaux ne répondent pas aux rythmes connus au sein des entreprises ou au sein d’autres organisations, à l’exception de l’activité militante en temps de guerre, du fait de leur fréquence. Les veuves n’ont en outre pas reçu de formation au préalable, les tâches menées s’inscrivent dans les savoirs acquis durant le processus de socialisation. L’inter-culturalité, du fait de la présence des Soeurs blanches, a permis l’échange et l’apprentissage de modalités de vivre ensemble.

Après l’indépendance, et en dépit de l’inscription de la veuve de chahid comme un ayant-droit lui offrant le droit à la pension, elle continue à exécuter des travaux ; la finalité étant d’acquérir le plus de gain monétaire possible. Son attitude au travail et la gestion de l’argent après l’indépendance dévoilent la présence d’un esprit de calcul notamment dans son rapport à l’agriculture et à la transformation des produits. Ceci contredit relativement la qualification souvent faite de naïve (niya), caractérisant le fellah
algérien 6. Cet esprit de calcul est apparent lorsque ces femmes développent des stratégies de circulation, d’entraide pour l’accomplissement des tâches, de maîtrise des savoir-faire agricoles et de commercialisation de leurs produits. L’esprit de calcul et la ruse sont également des qualités développées par les militantes pour servir la révolution.

© wikipedia.org

De nos jours, l’amélioration des conditions de vie, grâce à la révision du statut de veuve de chahid et de ses enfants 7, inscrit ces catégories dans de nouveaux rapports au travail. Elle détient un capital économique, acquis par un héritage symbolique de veuve de martyr, permettant à son nom d’être inscrit dans de nombreux investissements (café, commerces etc.).

Pendant la guerre, le temps et les espaces de travail ont été perturbés. Dès 1956, la politique de regroupement des villages avait limité la mobilité ou provoqué parfois une mobilité forcée des villageois, en particulier celle des femmes. Les représentations dévoilent l’ancrage des rapports de domination et ne permettent pas – malgré le statut hérité de chahid – la formation d’une catégorie salariale constituée de veuves de martyr de la révolution algérienne. Néanmoins, les sorties dans l’espace public, bien que limitées dans le cadre de la division sociale des espaces (espaces masculins et espaces féminins), leur offrirent la possibilité de mieux maîtriser leur
environnement : dans leur rapport à l’administration, dans la gestion de leur argent. Enfin il est à noter que la solidarité, même après l’indépendance, ne signifie pas une prise en charge totale, mais plutôt un encadrement social.

1 Ce travail est encadré par Fouad Nouar, directeur de recherche au CRASC, dans le cadre du projet de recherche : « Rapports et représentations du travail dans l’Algérie d’aujourd’hui ».

2 Il s’agit de « Certaines activités non rémunérées qui sont désormais considérées comme des activités productives et accèdent au concept du travail » (cf. BOUFENIK Fatima, 2010, l’intégration du genre dans l’approche de l’économie informelle : le cas de la production domestique en Algérie, Thèse de Doctorat, Université de Tlemcen, p. 105.

3 Cf. IBARAKEN Fatima, 2011, De la servitude sainte : le cas de la famille Ben Ali Chérif de Petite Kabylie (1841-1953), in « La montagne : Population et Culture », Insaniyat, n° 53, p. 37.

4 CHAKER Kahina, 2012, « Entre l’usine et le foyer : anthropologie du vécu des ouvrières de l’usine : « chemiserie du centre de Larbâa Nath Irathen », mémoire de master sous la direction de Mohamed Brahim Salhi, Université de Béjaia, p. 75-76.

5MEILLASOUX Claude, 1977, Femmes greniers et capitaux, Paris, Maspéro, p. 71.
6 BOURDIEU Pierre, SAYAD Abdelmalek, 1964, Le Déracinement. La crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Minuit, p. 85.

7 Journal officiel de la République algérienne, 1999, la loi 1999 en ses articles 51-52-53-54- 55-56-57. Publication du ministère des
Moudjahidines.

Kahina CHAKER

est doctorante à l’Université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou. Elle est membre du projet de recherche du CRASC intitulé « Rapports et représentations du travail en Algérie aujourd’hui ».

Pour citer ce billet : Kahina Chaker, «Rapports et représentations du travail à travers la mémoire des veuves de la guerre de libération nationale (1954-2014) », Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2115.

 

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mémoires et changements sociaux en Algérie et en Tunisie dans le discours dominant chez les jeunes à travers la presse : approche comparative

Dans la continuité de l’enquête menée l’an dernier lors de mon accueil scientifique du 26 octobre au 3 novembre 2016 à l’IRMC de Tunis, j’effectue un nouveau séjour de recherche dans cette même institution afin de poursuivre mes recherches empiriques et méthodologiques en m’appuyant sur l’approche comparative des deux contextes algérien et tunisien.

Ma recherche comporte cinq volets principaux : la mémoire, le changement social, le discours dominant, les jeunes et la presse écrite. Cette dernière est abordée pour l’Algérie à partir de 4 quotidiens qui ont émergé dans le cadre du pluralisme : El Watan, qui diffuse ses contenus en langue française, El Khabar, Echourouk et Enahar, en langue arabe. Une démarche similaire est appliquée à la presse tunisienne à partir des quotidiens Essabah en langue arabe et La Presse de Tunisie, en langue française.

La mémoire occupe une place très importante dans la société algérienne, toutes générations confondues. L’Algérie, qui a accédé à l’indépendance, après une guerre de 7 ans, en 1962, garde une image idéale et héroïque de cette guerre. Un premier constat s’impose : la guerre de libération nationale, avec tous ses symboles et comme événement marquant du passé et du présent de l’Algérie, est présente dans la scène politique à travers les discours et les programmes de l’État, dans la constitution, au sein de l’école notamment et dans beaucoup d’autres domaines. En conséquence, elle a eu une influence considérable sur les processus de changement et de développement de l’Algérie depuis 1962.

De la même manière, les personnes interrogées en Tunisie évoquent l’ère bourguibienne, comme nous avons pu le constater lors de notre première enquête de terrain. Les entretiens avec différents acteurs académiques, notamment avec des étudiants, sembleraient confirmer une certaine nostalgie des Tunisiens du temps de la présidence d’Habib Bourguiba.

Les processus de changements des sociétés dans le passé montrent que le changement politique est le premier à apparaître, suivi d’autres changements au niveau social et économique notamment. Le changement social peut être perçu comme positif ou négatif, selon les acteurs. Ce changement exige une transformation dans divers domaines pilotés par des courants politiques, culturels et religieux qui se diffusent à travers la presse ou d’autres supports de communication. Rappelons que l’Algérie a connu des changements importants depuis l’indépendance.

Dans la Tunisie post-révolutionnaire, le changement est à la fois social et politique, il est notamment véhiculé par des jeunes, par des mouvements associatifs mais aussi par la presse écrite qui a bénéficié de plus de liberté. Nous allons donc nous interroger sur le discours dominant en Tunisie.

Les discours des différents acteurs politiques, religieux, culturels et également médiatiques en Algérie, s’appuient sur la mémoire algérienne qui renvoie à la guerre de libération nationale et à tous ses symboles. Pour ce qui est de la Tunisie, à partir des entretiens semidirectifs menés auprès de professeurs, de professionnels de la presse et d’étudiants tunisiens, il semblerait que les discours dominants politiques et religieux s’appuient sur la mémoire bourguibienne.

La presse algérienne a connu deux périodes importantes, celle du parti unique et celle du pluralisme politique. Durant la première période, il s’agissait d’une presse étatique qui propageait le discours officiel et défendait les prérogatives de l’État. Elle participait à la lutte en vue de construire un projet de société algérienne qui reposait sur les principes socialistes et de protection de l’intérêt public. Avec l’instauration de la constitution de 1989, suivie par la promulgation de la loi de 1990 sur l’information [Loi n° 90-07 du 3 avril 1990 relative à l’information] est apparue une presse à caractère privé qui a développé des lignes éditoriales différentes. Le développement de cette presse privée s’est traduite par la naissance de centaines de titres en langues arabe, française et amazigh qui présentent des contenus similaires malgré un contexte de plus grande liberté pour la presse.

En Tunisie, la presse écrite a également connu deux périodes : avant et après la Révolution de 2011. Durant la première période, les libertés étaient limitées et les organes de la presse tunisienne étaient sous le contrôle du régime du président Ben Ali. La Révolution a permis la libéralisation de la presse.

Les jeunes représentent en Algérie un potentiel très important. Présents dans différents secteurs, ils sont aussi une catégorie touchée par les contraintes socioéconomiques que connait l’Algérie depuis des décennies. Ces jeunes sont indifférents aux discours qui s’appuient sur la mémoire de la guerre de libération nationale. En Tunisie, les jeunes ont été les pionniers de la révolution de 2011. C’est pourquoi, les demandes de changements politiques et social ont été marquées par les revendications de la rue et des réseaux sociaux. Ces jeunes, aujourd’hui peu présents sur la scène politique, sont très actifs dans les mouvements associatifs. Certains semblent regretter leur participation à la révolution en avançant l’argument de leur actuelle marginalisation.

Il nous semble important, pour mener à bien ce travail, de développer nos contacts avec des journalistes et des responsables de la presse tunisienne pour enrichir notre étude comparative.

Notre enquête cherche à déterminer la nature du discours véhiculé à travers la presse tunisienne. Quel est le discours dominant en Tunisie : celui qui s’appuie sur la mémoire, celui du changement social ou s’agit-il des deux à la fois ?

Notre recherche s’effectuera donc en deux temps avec d’une part, un travail théorique qui reposera sur une recension des sources et des références sur la thématique qui constitue le thème de notre recherche soit les contenus de la presse tunisienne arabophone et francophone, et d’autre part, un travail pratique d’enquête de terrain via des entretiens avec des historiens, des sociologues et des journalistes de la presse écrite tunisienne.

Nadjat LAHDIRI est chercheure au CRASC d’Oran, depuis juin 2013. Elle conduit une recherche dans le cadre du projet « Mémoire et changement social en Algérie dans le discours dominant (2011-2015) ». contact : n.lahdiri@crasc.dz

Pour citer ce billet : Nadjat LAHDIRI, «Mémoires et changements sociaux en Algérie et en Tunisie dans le discours dominant chez les jeunes à travers la presse : approche comparative», Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2110.

 

 

 

 

 

 

 

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Séjour de documentation à Alger

L’objectif de ce séjour était de collecter des manuels d’histoire algériens neufs et anciens, les livres scolaires d’histoire étant les principales sources de mon travail de thèse. Mon passage dans la capitale algérienne a été fructueux mais également riche en partage et en rencontres. Ayant été logée au Centre d’études diocésain d’Alger, je garde un très agréable souvenir de la convivialité du lieu et des discussions captivantes avec les différents résidents de passage pour effectuer des recherches sur le terrain, des missions au sein d’organismes divers ou pour apprendre l’arabe.

Je suis arrivée à un moment sensible, une rentrée tumultueuse, l’enseignement est en plein débat. En faisant la chaîne 1 devant la librairie de l’ONPS 2, j’ai pu entendre les plaintes des parents excédés par l’attente interminable dans la rue et surtout par le fait que les manuels n’ont pas été distribués dans tous les établissements scolaires comme à l’accoutumée. La rentrée est par ailleurs suivie de près par les journaux qui lui consacrent quotidiennement plusieurs titres 3. Au cœur de l’agitation, se trouve la ministre Nouria Benghabrit, tantôt louée tantôt critiquée pour les réformes qu’elle propose 4.

C’est dans ce contexte, où l’enjeu que représente l’école est palpable, que je commence ma quête des manuels scolaires d’histoire. J’ai d’abord visité quelques librairies, on n’y vend pas les manuels scolaires étatiques mais beaucoup de parascolaires pour toutes les matières. Une vendeuse me dit que cela ne sert à rien pour les élèves de réviser tous les chapitres car aux examens nationaux, il faut toujours s’attendre à être interrogé sur la guerre de libération. Voulant me montrer que cette prédominance éclipse d’autres aspects de l’histoire algérienne, elle termine par une anecdote à propos de son fils qui trouve que « s’il n’y avait pas eu la France, il n’y aurait pas eu d’histoire en Algérie ». Je me suis également dirigée vers les bouquinistes chez lesquels les manuels d’histoire étaient étrangement absents malgré la présence de toutes les autres matières (philosophie, éducation islamique, géographie, français, mathématiques, physique…)

Afin d’acheter des manuels scolaires neufs, il faut aller du côté des librairies de l’ONPS ou directement dans les écoles. Après avoir attendu dans la file réservée aux femmes devant la librairie étatique, j’ai pu acheter les manuels d’histoire correspondant à tous les niveaux scolaires.

Concernant les vieux manuels, l’aide de Fouad Soufi 5 a été déterminante pour mon accès à l’INRE 6 où se trouvent tous les manuels édités en Algérie depuis l’indépendance. Dès mon arrivée au centre d’études diocésain, des chercheurs me demandaient si j’avais « quelqu’un » capable de « m’introduire » dans l’administration que je visais. Avec des moues dubitatives, on me parlait de la méfiance des institutions et de leur manque de coopération et cela m’a un peu inquiétée. J’avais écrit quelques semaines avant mon départ à Fouad Soufi afin d’avoir des conseils quant à mes recherches en Algérie et il a eu l’extrême gentillesse de me recommander auprès du directeur de l’INRE dès mon arrivée à Alger. Cela a beaucoup facilité mes démarches, j’ai été très bien accueillie et j’ai pu accéder à la salle des manuels et à la bibliothèque où les étudiants de l’Ecole Normale Supérieure d’Alger viennent préparer leur mémoire. J’ai pu photographier et photocopier tous les manuels d’histoire qui évoquent la conquête arabe et on m’a également donné accès aux textes des programmes officiels.

conter l’histoire en Algérie

Pendant mon séjour, j’ai pu visiter trois musées algérois 7 : le Musée national du Bardo 8, le Musée de l’armée et le Musée public national des Antiquités.

Photographie de l’Auteure

Le musée de l’armée, qui se trouve en face du mémorial du Martyr, raconte l’histoire de l’Algérie à travers le prisme militaire. Le bâtiment est imposant et il est constitué de quatre étages. Une première salle au rez-de-chaussée présente un aperçu du « guerrier algérien » à travers les âges, grâce à des figurines d’environ 50 cm, alignées derrière une longue vitrine. Parmi les figurines présentées, il y a le « guerrier de la Préhistoire », le guerrier numide », le « guerrier de l’époque islamique », jusqu’à la figure finale du résistant de la Révolution déclinée en plusieurs facettes. Certaines figurines sont exposées avec des armes mais rien n’indique s’il s’agit d’objets historiques ou de reconstructions. Le premier étage est consacré aux périodes historiques précédant la guerre d’indépendance avec de plus amples détails : maquettes de villes et de forteresses, peintures ou tableaux en carreaux de céramique représentant des épisodes importants, mannequins à taille humaine en costume, quelques manuscrits. Les deux derniers étages sont dédiés au récit de la résistance anticoloniale représentée à travers des photographies, des documents d’archives, des objets historiques et des peintures à l’huile représentant « la lutte du peuple » ou « la liesse populaire ».

Je me suis intéressée de près au pavillon de la « période islamique (VIIe– XVIe siècles) » 9 puisqu’il s’agit de la thématique principale de mon travail doctoral. Afin d’illustrer la conquête du Nord de l’Afrique et de l’Andalousie, deux tableaux en carreaux de céramique reconstituent deux scènes du récit des futûhât, le moment où ‘Uqba Ibn Nafi’ se retrouve face à l’Océan Atlantique, incapable de poursuivre plus loin son entreprise et celui où Tarak Ibn Ziyad arrive en Espagne. Les deux grands tableaux (environ 2 x 1,5m) sont mis en valeur, encadrés avec du bois peint en feuilles d’or et bordés d’arabesques. ‘Uqba Ibn Nafi’ est au premier plan sur sa monture dont les sabots touchent déjà les vagues. Il regarde fixement l’horizon, devançant quelques autres chevaliers, la scène donne corps à la citation évoquée par la légende « S’il n’y avait pas cette mer, ô Dieu, je poursuivrais la guerre sainte en ton nom ». La même légende raconte la mort du conquérant arabe sans en évoquer le responsable historique Koceila : « ‘Uqba Ibn Nafi’ a été victime d’un piège », aucune mention en effet du chef berbère 10. Par ailleurs, un film tourne en boucle à tous les étages, il déroule à travers un montage d’images la chronologie algérienne. Alors que toutes les séquences du film (peintures, photographies, extraits de films) sont axées sur les guerres opposant le « peuple algérien » aux Romains, aux Espagnols, aux Français, etc… la conquête arabe est racontée à travers les monuments qu’elle laisse. Lorsqu’il s’agit des futûhât, toute allusion la guerre est gommée dans un film qui regorge de scènes de combats.

On ressort du musée avec l’impression que l’Algérie a existé en tant que nation depuis la nuit des temps, les légendes consacrées aux époques les plus anciennes parlent déjà de « la terre d’Algérie». Par ailleurs, le lieu est régi par la représentation : celle des costumes, des armes, des palais, des forteresses. La plupart des épisodes historiques sont peints, reconstruits et il y a peu de place pour la libre interprétation des faits, le public n’est pas invité à douter : « au sein de cette continuité historique, une vérité historique impossible à ignorer est apparue : la lutte du peuple algérien tout au long des siècles pour son indépendance et sa liberté » 11.

La visite du Musée public national des Antiquités 12 a également été intéressante du point de vue historiographique. Le pavillon des arts islamiques, tardif, fait partie d’un réseau de musées internationaux dédiés aux arts islamiques 13. Il retrace l’histoire des « arts islamiques » depuis la conquête arabe jusqu’au XXe siècle. Le musée contient une collection de costumes, de bijoux, de coffres, d’armes et d’objets d’art. Leurs provenances sont diverses : le Maghreb, le Machrek, l’Empire ottoman et la Perse.

Musée des arts islamiques, Alger. Photographie de l’auteure

Les objets maghrébins sont « citadins et ruraux » 14 et une place très importante est accordée à l’artisanat kabyle et chaoui. On peut se demander ce que viennent faire des objets traditionnels berbères dans le pavillon consacré aux arts islamiques. Est-ce que l’art que les tribus exerçaient et ont continué d’exercer après l’expansion de l’islam est « islamique » ? Est-ce que l’expression est censée enrober tous les arts locaux qui ont persisté et se sont développés depuis la conquête ? Quelle nécessité a présidé à la création de ce pavillon, le besoin d’avoir un espace dédié aux arts islamiques ou d’avoir une réponse palpable au musée des Antiquités ? L’impression que laisse le musée est que « islamique » est un terme qui se voudrait englobant, il définirait un pavillon « endogène » par opposition au pavillon « exogène » qui se trouve dans la même enceinte, à quelques mètres : le musée des Antiquités. Si on poursuit la réflexion en se disant qu’il y a d’un côté l’antique et de l’autre l’islamique, où donc placer les arts amazighs ancestraux qui ont certes continué à se développer après la conquête arabe 15 mais qui l’ont précédée ? Le musée semble avoir éludé la question en plaçant le « berbère » dans « l’islamique » et en affirmant que ce qui est national est islamique et vice versa.

Ces visites ont rendu intelligibles à mes yeux les caractéristiques du récit national algérien fondé principalement sur l’idée de symbiose entre Berbères et Arabes, fusion possible grâce à l’islam 16, et sur l’action du peuple et sa résistance. Cela m’a poussée à comparer avec le discours historique tunisien plutôt focalisé sur la pérennité d’une terre qui accueille au fil des siècles les civilisations successives 17.

Les discussions qui ont ponctué mon séjour m’ont appris plus d’éléments concernant l’enseignement en Algérie et les débats qu’il a suscités. Le centre d’étude diocésain, plus communément appelé les Glycines 18, est un lieu propice aux échanges, particulièrement au moment des repas qui sont communs. Les résidents de passage, les Pères habitant sur place ou les chercheurs algérois se font une joie de pouvoir apporter un éclairage sur des questions méthodologiques ou théoriques. Le fait que ma recherche touche à l’enseignement pousse des personnes à partager avec moi leurs expériences dans le domaine. J’ai pu rencontrer le Père Henri Teissier 19 qui a témoigné du moment où l’État algérien naissant recrutait des professeurs étrangers, il m’a parlé de la difficile entreprise de constituer un corps enseignant formé et efficient au lendemain de l’indépendance. Il a évoqué la manière dont on sélectionnait les instituteurs, les Coptes par exemple avaient le droit de tout enseigner sauf l’arabe, car ils n’étaient pas musulmans. Il attire mon attention sur l’enseignement de l’histoire chez les Kabyles qui se fait à travers les manuels étatiques communs à tous les élèves algériens mais également grâce à des associations culturelles locales. Une chercheuse algérienne me fait part quant à elle de ses souvenirs d’élève frustrée par le « côté dogmatique » des matières dites littéraires comme l’arabe, l’éducation islamique, l’histoire qui étaient pour elle « un tissu de mensonges ».

Le lien entre les « Berbères » et les « Arabes » revient souvent dans les discussions, certains ironisent sur le danger de parler de « conquête arabe » dans un pays où « l’islamisation de la région fait partie de l’ordre naturel des choses ». Les études sur l’historiographie algérienne montrent que l’insistance sur la fusion entre les Berbères et les Arabes fait parfois même remonter l’origine des Berbères au Moyen-Orient 20. Ces études évoquent un amalgame voulu entre les deux, un amalgame qu’on retrouve dans les chartes nationales et les manuels scolaires qui parlent volontairement de cohérence, de rencontre fusionnelle entre deux peuples. Parmi les personnes que j’ai rencontrées, certaines trouvent que c’est une matière de faire face au discours colonial qui aurait cherché à différencier les communautés et à faire des Berbères les victimes des Arabes et d’autres pensent qu’il s’agit d’une manipulation idéologique témoignant de l’incapacité de l’État à gérer toute la diversité de sa population 21.

En Algérie le moment de la conquête arabe est intimement lié à l’histoire des Berbères et à l’enjeu de leur représentativité à l’échelle institutionnelle. Comment donc parler de cette période, comment la dénommer ? Quels sont ses acteurs et comment assumer toute la nature complexe de leurs liens ? Et finalement, quel rôle jouent ces questions dans la définition de la nation algérienne et des Algériens ?

Ce séjour salutaire à bien des égards, a rendu concrète la matière théorique que j’ai pu lire, il m’a permis de mieux structurer mes recherches futures, m’a apporté quelques éléments de réponse et a impulsé de nouvelles interrogations, notamment par rapport à la distinction entre les lignes historiographiques en Algérie 22 et en Tunisie 23, l’une mettant en avant l’unité du peuple et l’autre l’ouverture de la terre.

Faire la queue » en algérien.

2 Office national de la publication scolaire.

3« Introduction de Tamazight à Biskra » El Watan, 06.09.15, « Rentrée scolaire : De nouveaux établissements ouvriront leurs portes » El Watan, 06.09.15 , « Rentrée scolaire : Entre optimisme et incertitude » Le Quotidien d’Oran, 08.09.15, « Citoyenneté, qualité d’enseignement, équité et égalité des chances pour tous les élèves » Le Quotidien d’Oran 10.09.15 , « Rentrée scolaire sans nouveautés : Rien n’est encore tranché pour le bac ! » Le Quotidien d’Oran, 05.09.15.

4 Sociologue, ministre de l’Education depuis 2014. La polémique fait suite à la Conférence nationale sur l’évaluation de la mise en œuvre de la réforme du système éducatif en juillet 2015. Les experts  y  ont  proposé l’institutionnalisation d’une pratique existant déjà sur le terrain, à savoir l’usage par les enseignants des langues maternelles durant le cycle préparatoire et les deux premières années du cycle primaire. Leur argument était que l’arabe classique, contrairement à la darja, la langue parlée, pouvait représenter une barrière pour les très jeunes apprenants.

5 Historien, ancien conservateur en chef aux Archives nationales d’Algérie et chercheur au Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle (Crasc) d’Oran. J’ai eu la chance de rencontrer Fouad Soufi à Oran pour la Journée d’étude «Archives et historiographie maghrébines des XIXème et XXème siècles » organisée le 16 mars 2014 par le Crasc et l’IRMC.

6 Institut national de recherche en éducation.

7 Il était la plupart du temps interdit de prendre en photo les lieux. Selon l’un des guides qui travaillent au musée national du Bardo, les visiteurs prendraient des photographies pour les vendre au nom du musée, ce qui aurait obligé l’administration à interdire les appareils photo, sauf si c’est le guide qui prend le visiteur avec le « décor ». Le musée national de l’armée interdit même d’avoir son téléphone sur soi durant la visite. Le musée des Antiquités et des arts islamiques autorise quant à lui de photographier les collections.

8 Le musée national du Bardo est un musée de préhistoire et d’ethnographie, il est ainsi présenté sur sa page Facebook officielle : « Le musée national du Bardo fut inauguré en 1930 comme musée de préhistoire et d’ethnographie à l’occasion du centenaire de la colonisation française en Algérie. Classé monument historique en 1985, il abrite aujourd’hui une collection préhistorique qui comprend des objets paléolithiques et néolithiques (dont des œufs d’autruches qui servaient de bouteilles aux premiers hommes). La pièce maîtresse du musée national du Bardo est le squelette de Tin Hinan, reine des Touaregs ».

La belle demeure ottomane qui abrite en temps normal la dite collection était vide, pour cause de restauration mais cela a été l’occasion d’apprécier la beauté des lieux et les nombreux carreaux de céramique, en provenance de plusieurs régions méditerranéennes, qui ornent les façades.

9 L’expression est parfois troquée contre le terme « conquête », futûhât en arabe, moins connoté que le mot français. Les expressions « période islamique » et « période musulmane » qu’on retrouve dans les musées mais aussi dans les manuels scolaires donnent l’impression étrange qu’il s’agit d’une époque révolue, que l’islam ne fait plus partie du paysage historique ou politique. Le problème de la dénomination demeure concret, faut-il désigner l’événement fondateur ou la période en sa totalité, faut-il combiner l’aspect religieux et culturel à travers une formule accommodante telle que « arabo-musulman » ?

10 Lydia Aït Saadi remarque la même chose à propos des manuels d’histoire qui évitent de dire qui a tué ‘Uqba Ibn Nafi’, selon elle il s’agirait d’une manière de « préserver l’invincibilité de l’icône » mais on se demande si cela ne témoigne pas également de la volonté de masquer le caractère belliqueux des conquêtes (Lydia Aït Saadi, La nation algérienne à travers les manuels d’histoire algériens, thèse de doctorat, INALCO, Paris, 2010, p. 266).

 

11 Fascicule du musée (traduction).

 

12 « Le musée national des antiquités est le plus ancien musée d’Algérie. Son contenu historique et archéologique témoigne que la terre d’Algérie est sans doute l’une des plus riches du bassin de la Méditerranée […] L’idée de la construction d’un musée pour les collections antiques revenait à Mr Berbrugger premier conservateur, en 1838 […] En 1863, le Musée est installé dans le Palais de Mustapha Pacha, rue de l’Etat-major […] En 1896, des épaves d’une exposition permanente d’objets d’art musulmans furent jointes aux collections d’art antique […] dans un bâtiment construit à cet effet dans un jardin botanique nommé le Parc de la Liberté inauguré le 19 avril 1897. Des salles nouvelles furent adjointes au noyau primitif, et grâce au savant Stéphane Gsell elles ne tardèrent pas à se meubler […] Les collections d’art islamique ont été transférées et réexposées dans un nouveau bâtiment inauguré à l’occasion de la journée mondiale des musées le18 mai 2003. », source : www.musee-antiquites.art.dz.

13 discoverislamicart.org.

14 Fascicule du musée.

15 Les objets « berbères » présentés sont tous postérieurs à la conquête arabe. 

16 François Siino analyse ainsi le texte de la charte nationale algérienne de 1986 : « le texte constate que l’arrivée de l’Islam au VIIème siècle a consacré la fusion entre une civilisation avancée à vocation progressiste et universelle (l’Islam) et un substrat autochtone, certes désorganisé, mais farouchement attaché à sa liberté (les Berbères). La symbiose des deux éléments ayant « donné naissance à une composante humaine homogène, cohérente aux plans religieux, culturel, social et politique et constituant une entité accomplie» (François Siino, 2010, « Reconquérir le temps, nationaliser l’histoire. Variations algéro-tunisiennes », in MMSH. Les échelles de la mémoire en Méditerranée, Actes Sud, 189-209, études Méditerranéennes <halshs-00555050>,

  1. Lydia Aït Saadi relève également dans les manuels l’idée de la conquête arabe comme moment constitutif de la « personnalité arabo-islamique des Imazighen » (Aït Saadi, op. cit., 262).

17 Driss Abbassi a repéré la répétition dans les manuels scolaires d’histoire d’expressions telles     que      :      « pôle     d’attraction », rayonnement », « carrefour », « lieu de rencontres et d’échanges entre les civilisations », « héritage méditerranéen ». Il parle ainsi d’une « géographie à la rescousse de l’histoire » (Driss Abbassi, 2005, De Bourguiba à Hannibal, Paris, Karthala, 202).

18 situé au chemin anciennement appelé chemin des Glycines (aujourd’hui chemin Slimane Hocine).

19 Evêque catholique franco-algérien né en 1929 archevêque émérite d’Alger

20Lyia Ait Saadi op.cit., p. 209.

21 «Le récit concurrent majeur qu’était l’histoire coloniale aboutissait très tôt à la construction d’une « personnalité algérienne » intemporelle présentée comme   celle   d’un   peuple perpétuellement en lutte contre tous les occupants successifs. Une telle définition ne posait pas de problème tant que les « envahisseurs » étaient Romains, Byzantins, Vandales, Espagnols et bien sûr Français. En revanche, elle pouvait devenir plus délicate s’agissant des Ottomans […] qui, pour être « allogènes » n’en étaient pas moins musulmans.  Elle  devenait  potentiellement scandaleuse concernant les Arabes, arrivés dans le Nord de l’Afrique au VIIème siècle», François Siino, op. cit., p. 11.

22 « A la lecture des textes algériens, cette trajectoire historique est dirigée par un facteur explicatif primordial : la lutte contre les agressions étrangères. Ce qui définit avant tout la personnalité algérienne » tout au long de l’histoire est cette volonté de résister aux tentatives d’annexion, de contrôle venues de l’extérieur. Cette définition de soi par la « lutte contre l’envahisseur » ne va pas sans poser de problème lorsque se manifestent d’autres types de récits concurrents, comme la revendication d’une identité et d’une mémoire amazigh(s) » ibid., p. 9.

23 « La nation est circonscrite comme entité historique dont les racines sont d’abord territoriales. La représentation contenue dans les manuels scolaires, selon laquelle la Tunisie est un arbre de racine africaine, de tronc carthaginois et de branches arabo-islamiques, est aujourd’hui une image symbolique des origines de la nation. » Driss Abbassi, op cit., p. 233.

Aroua Labidi

est doctorante à l’Université Paris Ouest Nanterre et associée à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Aroua Labidi, «Séjour de documentation à Alger», Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1936.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mon expérience à l’IRMC

Lassel
Photographie de Djaouida Lassel

Grâce à la bourse d’études de moyenne durée de l’IRMC, j’ai pu séjourner durant 3 mois (2011-2012) à Tunis. Ce séjour s’est inscrit dans le cadre d’un doctorat en sociologie débuté en octobre 2010, intitulé « Action des associations féminines : étude comparée sur l’évolution du statut de la femme en Algérie et au Maghreb (Maroc et Tunisie) ». Cette recherche s’appuie sur un travail de terrain important et le séjour en Tunisie était essentiel, notamment pour rencontrer les acteurs de la société civile s’étant engagés pour la défense des droits des femmes, dont entre autres l’AFTURD, l’ATFD, puis des responsables institutionnels autour de la condition féminine, ce qui a permis de donner corps à mon travail. Le second objectif de mon séjour était de bénéficier des ressources bibliographiques. La richesse de la bibliothèque de l’IRMC m’a permis de consulter les ouvrages et articles dont je n’avais pas encore pu prendre connaissance, et qui ne sont pas disponibles dans les bibliothèques aussi bien algériennes que françaises. Enfin, le troisième objectif de mon séjour était d’acquérir une nouvelle expérience dans la recherche en sciences sociales et de renforcer mes compétences de la pratique et de la culture scientifiques au sein de l’IRMC. J’ai pu y trouver un bureau ou travailler, avec accès à Internet, et des repas à partager avec toute l’équipe. Étant arrivée dans une période où les Tunisiens étaient à l’épreuve des premières élections révolutionnaires, ce fut l’occasion pour moi d’assister à un nombre de séminaires et conférences scientifiques extrêmement enrichissants, portant sur la démocratie, les transformations du politique en Tunisie et dans les pays arabes, etc. Par ce biais, j’ai pu avoir des discussions fructueuses et enrichissantes avec des conférenciers locaux et étrangers. En outre, j’ai eu l’occasion d’assister à d’autres conférences directement liées à mon sujet à travers d’autres institutions gouvernementales et associatives à Tunis et à Hammamet ce qui m’a permis de nouer de nouveaux contacts. Séjourner à Tunis était également propice à vivre le grand changement social que vient de connaitre la population tunisienne. Étant algérienne je me suis facilement intégrée dans l’environnement puisque je partage la même culture et la tradition, et je parle la même langue, ce qui m’a permis de renforcer des liens de solidarités et amicaux. Ce séjour à l’IRMC a été une réussite sur tous les plans : professionnel, académique et humain, je n’aurais pu rêver meilleur accueil et plus grande sympathie et soutien de la part de toute l’équipe de cet institut, son directeur, son personnel comme ses chercheurs.Je souhaite qu’à l’avenir, l’institut ne cesse d’être cet acteur de partenariat et continue à contribuer au développement de la recherche en sciences sociales sur la région maghrébine en collaboration avec la communauté scientifique française, européenne et maghrébine. J’invite tous les doctorants et chercheurs algériens qui mènent des recherches en sciences sociales et souhaitant vivre un séjour enrichissant humainement, scientifiquement et professionnellement à séjourner à l’IRMC !

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Djaouida LASSEL

est doctorante en sociologie à l’IREMAM (Aix-Marseille 1).

Pour citer ce billet : Djaouida Lassel, « Mon expérience à l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 2 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1249

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC et l’Algérie, de 2009 à 2013

pierre Noel lettre
Photographie de Pierre-Noël Denieuil

Depuis 2008, date de la signature d’une convention avec le CRASC (Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle) d’Oran, l’IRMC entretient d’étroites relations avec la recherche et l’Université algérienne. Depuis fin 2008, les actions menées ont été soutenues par le Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France d’Alger.

État de la recherche en Algérie

Le paysage algérien de la recherche a été structuré dans la dernière décennie par deux lois quinquennales, celle de 2002-2007 qui a précisé le statut des enseignants-chercheurs et des centres de recherche, puis celle de 2008-2013 qui a instauré une structure permanente et autonome de coordination de la recherche (DGRST, Direction générale de la recherche scientifique et technique ; CNRST, Conseil national de la recherche scientifique et du développement technologique ; CSNER, Conseil scientifique national d’évaluation de la recherche). Chaque ministère est doté d’une unité sectorielle permanente constituée d’experts. Les services actuellement en place toutes disciplines scientifiques confondues concernent 803 laboratoires de recherche repartis sur 36 universités, 15 centres universitaires, 16 écoles nationales, 5 écoles normales supérieures, 10 écoles préparatoires et 25 centres de recherche hors université. 25 000 étudiants sont actuellement inscrits en thèse, mais seulement 800 sont soutenues chaque année. On relève une difficulté qui est celle du manque d’enseignants de rang magistral, soit 11 000. De 2002 a 2007, l’Algérie a enregistré une forte croissance du nombre de ses chercheurs, alors que celui-ci déclinait parallèlement en Europe et aux États-Unis (4 %). Le secteur des sciences sociales occupe la 3e place après les sciences et techniques et les sciences fondamentales. En règle générale, on constate une désaffection de la présence des SHS dans la réponse aux appels d’offre proportionnellement à la part des autres sciences. En matière d’édition, le livre y représente un enjeu fort alors que les autres sciences privilégient la publication d’article. Notons la difficulté des chercheurs algériens à trouver une place dans des revues indexées.

Les partenariats scientifiques

AlgérieEn matière de recherche institutionnalisée, les deux principaux interlocuteurs de l’IRMC ont été le CREAD (Centre de recherche en économie appliquée au développement), partenaire d’un programme FSP avec le LISE CNAM (Paris) sur l’entrepreneuriat maghrébin, et le CRASC à Oran qui noue dès 1992 une pratique de recherche collective dans un contexte d’isolement international et de lent accompagnement des jeunes chercheurs. L’IRMC s’est attaché ces dernières années à construire un réseau multilatéral tenant compte des coopérations collectives entre chercheurs et institutions multiples, sur la base d’organisation de journées d’études et de séminaires débouchant sur des publications, et d’accueil régulier de boursiers et chercheurs. Un partenariat scientifique, soutenu par l’AUF a permis d’organiser des réunions internationales avec le CRASC d’Oran en avril 2009 et février 2010 sur la thématique de la crise du travail et de l’employabilité, en septembre 2012 sur le chômage et l’insertion professionnelle des jeunes diplômés. Il a permis de mettre en relation, sous l’égide de l’IRMC, l’équipe oranaise avec des enseignants chercheurs tunisiens de l’Université de Sfax, de l’ISSHT de Tunis, de la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, de l’Institut national du travail et des études sociales de Tunis (INTES) et du LISE-CNAM/CNRS Paris. Dans cette perspective, un projet d’ouvrage est à l’étude sur les questions du chômage et de l’insertion professionnelle des jeunes diplômés, devant s’élargir prochainement aux chercheurs marocains. Enfin et simultanément, une autre collaboration de l’IRMC et du CRASC a donné lieu à l’automne 2012 à la publication conjointe (coédition) d’un ouvrage sur Le Maghreb et l’indépendance de l’Algérie, sous la direction de Amar Mohand-Amer et Belkacem Benzenine, à l’occasion de la célébration du cinquantenaire (1962-2012). Cet ouvrage, saisissant le « moment historique » dans un éclairage rétrospectif sur son devenir, traite de l’indépendance nationale et des processus de transitions politique et juridique, syndicale, économique et culturelle. Il en évoque les enjeux nationaux (position des Ulémas, statut des femmes, reconversion du mouvement national…). Il en questionne la confrontation et le devenir des valeurs coloniales et nationales – les anticolonialismes juifs et européens et l’idée de nation algérienne, l’exode des rapatriés, le devenir des Harkis. Outre l’originalité de son approche pluridisciplinaire – de l’histoire à la sociologie et à la littérature, en passant par les sciences juridiques, politiques et économiques –, ce travail s’inscrit dans un échange générationnel novateur. S’y font écho les analyses de chercheurs confirmés spécialistes des questions traitées, avec celles de nombreux doctorants qui livrent les conclusions de leurs premières recherches. Il s’agit là d’une innovation communicationnelle et éditoriale qui a pris la forme d’une publication simultanée. Grace à l’accord des deux centres et éditeurs, et sur la base d’un même manuscrit fabriqué par l’IRMC, cet ouvrage a pu sortir aux éditions Karthala en France, et aux éditions du CRASC en Algérie (sous le titre Les indépendances au Maghreb), ce qui lui garantit la meilleure diffusion de part et d’autre.

Une importante collaboration universitaire a été engagée en 2010 avec l’Université d’Alger 2 Bouzarea et son département de sociologie, avec le soutien du service de coopération universitaire du SCAC de l’Ambassade de France en Algérie. La thématique retenue en a été la question de la jeunesse et des violences scolaires au Maghreb. Une première rencontre s’est tenue à Tunis les 8 et 9 mars 2011. Celle-ci a associé l’IRMC, le Département de sociologie d’Alger, l’Université de Franche-Comté, avec le laboratoire C3S (Culture, Sport, Sante, Société) coordonné par Gilles Ferreol. Elle a réuni 15 chercheurs, dont 6 Algériens, 3 Français, 1 Libyen, 1 Mauritanien et 4 Tunisiens. Une seconde rencontre a eu lieu les 17 et 18 décembre 2011 à Alger, dans un partenariat renforcé avec les chercheurs tunisiens, par l’implication de membres de l’INTES). Ce colloque a rassemblé sous l’égide de l’IRMC une équipe de 7 communicants tunisiens, quatre français et un libyen. 5 communications ont été présentées par l’Université d’Alger 2. En présence d’un public d’enseignants chercheurs, d’étudiants, et de praticiens, évalue entre 100 à 200 personnes/jour. Les Actes de ces manifestations sont sous presse aux éditions Inter-communications (Fernelmont, collection « Mondes méditerranéens »).

Mises en réseaux et échanges scientifiques

En 2010, une importante mise en réseaux scientifiques a été conduite par deux chercheurs boursiers de l’IRMC. L’une sur « L’histoire de la nationalité algérienne et la constitution d’une nationalité post coloniale dans les pays du Maghreb » (Noureddine Amara), avec d’une part les Archives Nationales d’Algérie et d’autre part les Archives de Wilaya à Oran et à Constantine, en relation avec les Archives diplomatiques de Nantes ; dans ce cadre, a été organisé à l’IRMC le 30 avril 2011 une journée d’échanges scientifiques sur les « Nationalités et empires au prisme de la question de la souveraineté », par la mise en réseau d’historiens et de politologues sur « Etats et nationalités au Maghreb ». L’autre sur « Les artistes peintres et la guerre d’Algérie de 1954 à nos jours » (Emilie Goudal), avec le CCF d’Alger, le centre des Glycines, la bibliothèque du Musée national des Beaux-arts d’Alger, et le Centre des Archives du ministère algérien de la Culture. À ce titre, des contacts sont régulièrement entretenus avec le Centre d’étude et de recherche Les Glycines à Alger qui a reçu à plusieurs reprises des chercheurs de l’IRMC. Dans le cadre de l’animation et de la création de liens scientifiques depuis l’IRMC, notons de réguliers échanges visant à la construction de réseaux par la valorisation et la connaissance des travaux algériens à partir des programmes de recherche, des animations et des productions scientifiques de l’IRMC. Ainsi les rencontres sur Le Maghreb et ses africanités, l’identité nationale au regard de ses altérités coordonnées par Stephanie Pouessel, ont permis de mieux connaitre les travaux du CNRPAH d’Alger sur la negrophobie en Algérie, ou de l’Université de Birzeit a Ramallah (Palestine) sur l’intégration des Noirs en Algérie. De même les journées sur Les mouvements sociaux en ligne, cyberactivisme et nouvelles formes d’expressions en Méditerranée coordonnées par Sihem Najar, ont contribué à interroger « les mouvements sociaux en ligne et les nouvelles formes d’expression contestataire à travers l’exemple algérien » (Université d’Annaba), et « les jeunes et l’usage politique de l’Internet en Algérie » (CRASC d’Oran). Des contacts avec l’Université de Bejaïa ont de même été amorcés, notamment avec les Départements communication, économie managériale et sociologie sur les thèmes de l’entrepreneuriat transméditerranéen ainsi que sur les usages de l’Internet. À ce titre l’equipe de Bejaïa fait partie du projet de GDRI présenté par l’IRMC au CNRS sur les pratiques des NTIC en Méditerranée. Citons aussi les présences invitées de représentants du LISODIL Laboratoire de Linguistique, Socio-linguistique et Didactiques des Langues d’Alger 2 (programme Dire en langues coordonné par Myriam Achour-Kallel), et de l’Institut d’Archéologie d’Alger 2 (cycle tourisme et patrimoine). Outre l’accueil de nombreux chercheurs du CRASC, mentionnons l’invitation régulière de conférenciers algériens autour des animations scientifiques, telles les conférences de Mme Hallouma Cherif (Université d’Oran), sur « La construction de l’identité personnelle chez les algériennes », ou de M. Youcef Fatès sur « l’histoire des usages sociopolitiques et associatifs du sport en Algérie ».

Les formations doctorales

Poursuivant l’objectif d’encourager les jeunes chercheurs algériens, déjà maitres assistants à l’université, à finaliser leur thèse et à développer la méthodologie de la soutenance, l’IRMC a organisé en partenariat avec le Consortium des Universités de l’Est-algerien (universités de Skikda, Annaba, Constantine, Guelma, Oum el-Bouaghi) et avec le soutien du SCAC d’Alger, du 7 au 12 décembre 2009 à Hammamet, des « Doctoriales en sciences humaines et sociales : formation à la méthodologie et aux techniques de recherche ». Puis une seconde session s’est tenue à Sousse en décembre 2010, rassemblant sur cinq jours trente doctorants et 8 encadrants autour de deux objectifs : « la finalisation de la thèse » et « l’écriture des articles scientifiques », en collaboration avec le Consortium des universités de l’Est algérien et le CERES de Tunis et l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF). Ces actions visent à assurer un soutien et un accompagnement méthodologique et théorique aux doctorants, en les aidant à dépasser les blocages, à s’intégrer dans le monde de la recherche et à valoriser leurs compétences en matière de rédaction d’articles scientifiques à partir des thèses en cours. Dans la même perspective, s’est tenu à Oran les 17-21 janvier 2013 une école doctorale algero-tunisienne (16 doctorants dont 8 Algériens, 8 Tunisiens et 6 encadrants) ayant pour thème « Les représentations sociales : théories et approches méthodologiques », co-organisée entre l’IRMC et la Faculté des sciences sociales de l’Université d’Oran (Département de psychologie), la Maison du Doctorant (Universite d’Oran), l’Institut Supérieur des sciences humaines et sociales de Tunis, avec une conférence du Pr. Denise Jodelet, directrice d’études à l’EHESS Paris. Notons aussi dans le cadre de l’atelier doctoral Les méthodes d’observation en démographie et sciences sociales, Hammamet (Tunisie), 18-20 juin 2012 co-organisé par l’ED-FSHST-Tunis – INED Paris- IRMC-Tunis, CRASC-Oran, AMER-Maroc, la prise en charge et la formation de 5 étudiants du CRASC-Oran.

L’accueil des boursiers

Outre l’accueil d’une dizaine de séjours scientifiques de courte durée (avec le CRASC d’Oran, l’Université Abderrahmane Mira de Bejaïa), l’IRMC a mis en place avec le soutien du SCAC de l’ambassade France à Alger une coopération transversale Sud/Sud en matière d’accueil (un à trois mois), de boursiers francophones. À ce titre en 2010, 2011 et 2012, 12 bourses ont été accordées sur l’Algérie pour une durée de 27 mois. Leurs profils se décomposaient ainsi : résidents en Algérie sur un terrain de recherche situé en Algérie et en séjour dans une université française (cotutelle), résidents en Algérie et en séjour de terrain (comparaison) en France, résidents et inscrits en France ou en Europe et en bourse de terrain en Algérie, résidents en Algérie et inscrits dans des échanges Sud/Sud d’Algérie vers la Tunisie, dans une approche comparative et en séjour de thèse à l’IRMC, résidents en Tunisie et en séjour de terrain en Algérie. Les thématiques des travaux proposés recouvraient de vastes thématiques disciplinaires : le projet de vie des adolescents marginaux en réinsertion sociale à Oran (psychologie), les violences scolaires en milieu urbain sensible à Constantine (sociologie), les centralités périphériques des villes de l’Est-algérien (géographie urbaine), les associations féminines en Algérie, en Tunisie et au Maroc (sociologie), les petites et moyennes entreprises algériennes (socio économie), le colonialisme dans les relations franco-algériennes (sciences politiques), les politiques publiques et l’espace commémoratif de l’Algérie coloniale (histoire), les proverbes kabyles (socio anthropologie), les systèmes oasiens en Algérie (géographie rurale), la femme ibadite dans la région du Mzab (anthropologie), étude comparative de l’histoire des archives tunisiennes et algériennes (histoire)…

De manière à capitaliser et à valoriser les aides ici évoquées, l’IRMC étudie actuellement un projet de « seminaire-atelier d’écriture » rassemblant 15 boursiers algériens suivis par lui en 2010, 2011 et 2012, en vue de l’écriture d’un article synthétique et à paraître dans un collectif consacré à la jeune recherche, Penser la société algérienne aujourd’hui. Enfin, il importe de souligner que les actions conduites par l’IRMC ne s’inscrivent pas seulement dans une relation bilatérale entre la France et l’Algérie. Les chercheurs algériens reçus à l’IRMC ou invités dans des programmes en réseaux y découvrent notamment leurs homologues tunisiens ou marocains. L’IRMC devient alors un passeur, assurant en corollaire de sa présence francophone, une position de coordinateur scientifique international et de relais intra maghrébin.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël Denieuil

Sociologue, ancien directeur de l’IRMC de 2008 à 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC et l’Algérie, de 2009 à 2013 », Le Carnet de l’IRMC, 2 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1245

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La question du colonialisme dans les relations franco-algériennes

Les relations franco algériennes ont toujours été et demeurent des relations qualifiées de non naturelles en dépit des efforts déployés en vue d’en faire des relations exceptionnelles et spécifiques.

Depuis l’indépendance de l’Algérie, ces relations ont connu de nombreuses périodes de blocages et de différends restés sans issue.

Bien que les relations franco-algériennes aient connu une certaine embellie, elles restent bien en deçà du niveau requis, du fait des sensibilités historiques qui constituent le principal obstacle et une entrave à toute opportunité de véritable coopération stratégique.

Cette sensibilité a étouffé toute tentative d’édification d’un axe franco-algérien, véritable tremplin de coopération entre le Sud et le Nord.

On peut constater que la question du colonialisme qui n’a jamais été résolue subsiste toujours et forme comme une sorte d’obstacle empêchant l’évolution des relations bilatérales bien que ce problème soit quasi-absent dans le discours politique algérien, et ce depuis l’indépendance jusqu’à la fin des années 1990.

La France a essayé malgré cela, sous la gouvernance du président Jacques Chirac, de jouer un rôle positif en soutenant la remise en forme de la politique algérienne ; et aussi son ouverture politique, et ce malgré les événements et la crise politique au cours de ces dernières années. En outre, la France a constaté qu’à travers ce changement démocratique en Algérie, elle pouvait promouvoir sa présence à travers les rouages du pouvoir algérien et ses institutions.

Bien des pays ont pu surmonter leurs contentieux à l’image des Etats-Unis d’Amérique, du japon, du Royaume-Uni et de l’Égypte… le cas franco-algérien reste donc une exception.

En effet, les sédiments historiques constituent une réelle entrave aux relations bilatérales, en déterminent la nature des relations et hypothèquent leur avenir.

Les mutations territoriales et les changements accélérés qu’a connus le monde auraient du avoir pour conséquences un raffermissement des relations bilatérales, et une remise en cause d’une politique reposant sur des fondements réalistes et rationnels occultant les différends et les dissensions du passé.

Cela ne peut se faire sans un diagnostic approfondi et exhaustif de la nature du contentieux et de ses retombées sur le plan politique, économique, culturel ou militaire.

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9 

 

Abdelmalek HATTAB

est doctorant en sciences politiques et d’information à l’Université d’Alger. Il prépare une thèse intitulée : La question du colonialisme dans les relations franco-algériennes, sous la direction du Professeur Belkacem Boumahdi. Il a bénéficié d’un Bourse Moyenne Durée (BMD) de l’IRMC (Dans le cadre de la convention de partenariat passée entre l’IRMC et le SCAC/Ambassade de France en Algérie).

Crédit d’illustration : © forum-binationaux-algéro-français

 

Pour citer ce billet : Abdelmalek Hattab, « La question du colonialisme dans les relations franco-algériennes », Le Carnet de l’IRMC, 2 octobre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/540

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook