Archives par mot-clé : Alessia Carnevale

La chanson engagée en Tunisie : culture et résistance sous les régimes autoritaires

Présentation du projet de thèse

Les premiers groupes de musique en Tunisie qui revendiquent un engagement artistique et politique se forment à partir de la fin des années 1970 et du début des années 1980. Pourtant, des expériences solistes avaient déjà fait leur apparition quelques années plus tôt, surtout parmi les artistes qui avaient vécu à Paris et participé aux mouvements de mai 1968. La « chanson engagée » tunisienne – en arabe al-ughniya al-multazima – se développe principalement en milieu estudiantin et syndical, en parallèle de la vague de soulèvements et de protestations qui agite le pays, et en particulier les facultés, dans la phase terminale du régime bourguibien. Directement ou indirectement impliqués dans le militantisme estudiantin ou ouvrier, participants ou témoins des grèves et des émeutes, ces groupes essaient d’être porte-parole des étudiants et des travailleurs en révolte contre l’autoritarisme, le parti unique et la crise économique qui affligent le peuple.

© photo de Alessia Carnevale.

La chanson engagée est, dans un premier moment, expression exclusive de la gauche radicale. Les artistes se représentent dans les foyers universitaires et dans les facultés, dans les locaux de l’UGTT de tout le pays, parfois dans les festivals estivaux, et souvent dans les maisons de Culture de la capitale, véritables lieux de refuge pour la culture « alternative » de cette période. Cependant, dans la première moitié des années 1980, lorsque l’islamisme gagne un espace prépondérant dans la vie politique universitaire, d’autres groupes émergent, exprimant leur dissidence au régime et leur solidarité aux masses déshéritées de la population tunisienne et des peuples arabes, et se représentant devant un public proche ou affilié au syndicat des étudiants islamistes, l’UGTE, qui venait d’être fondé.

Si pendant la présidence de Bourguiba les groupes engagés sont mal tolérés et relégués à des cercles fermés, le régime de Ben Ali, après une très brève période d’ouverture, ferme bientôt toutes les portes aux artistes dissidents. La plupart d’entre eux – tous ayant une autre carrière professionnelle – ont malgré tout continué à poursuivre leur vocation, plus ou moins en cachette, ou en trouvant différents canaux pour éviter la censure d’état.

Le militantisme et la résistance à l’autoritarisme dans la Tunisie contemporaine a été objet de nombreuses études, notamment dans le domaine des sciences politiques et en sociologie 1. Cependant, les expressions culturelles relatives aux mouvements protestataires précédents aux soulèvements révolutionnaires de 2010-2011 n’ont pas reçu une grande attention. Le théâtre, le cinéma, la poésie, la musique, ont pourtant été dépositaires et catalyseurs de l’activisme politique et intellectuel, ils ont raconté des histoires et partagé des témoignages, ils ont supporté les expériences de lutte et ils ont été sujets à différents dispositifs de répression et de censure 2. Ils peuvent donc constituer une trace à suivre pour comprendre certains développements politiques et sociaux qui ont intéressés le pays.

© photo de Alessia Carnevale.

Ma thèse est centrée sur la chanson, celle-ci étant, parmi les formes artistiques et culturelles contestataires, le produit le plus fluide, le plus accessible au public, le plus direct pour mettre les questions politiques à l’ordre du jour, et qui devient slogan pendant les manifestations et les rassemblements des militants. Dans le même temps, la chanson engagée, écrite en arabe dialectal ou littéraire, établit une forte connexion avec le patrimoine culturel et artistique local et régional : de la réélaboration de la tradition populaire tunisienne, à l’appropriation du patrimoine musical et poétique arabe, ces références sont des instruments qui canalisent des instances politiques et idéologiques bien déterminées.

En s’appuyant sur les élaborations théoriques (néo)gramsciennes développées dans le cadre des études postcoloniales et culturelles, ma recherche adopte une notion de « culture » comme une source d’identité conflictuelle, « une sorte de théâtre où différentes causes politiques et idéologiques s’affrontent » 3. En reconnaissant le potentiel révolutionnaire et résistant des expressions culturelles « populaires », « alternatives », subalternes », ce courant s’est révélé apte à permettre l’analyse des phénomènes de résistance populaire dans les régions du Moyen-Orient et du Nord de l’Afrique 4. Il offre ainsi des instruments théoriques et méthodologiques valables pour le travail que je me propose de conduire.

Cette recherche part de l’hypothèse que la chanson engagée en Tunisie peut être considérée comme un lieu où s’articule le conflit idéologique, la lutte pour l’hégémonie politique et culturelle dans le pays : de la gauche face à l’islamisme, et des deux face au pouvoir. C’est un lieu imaginaire, de création artistique, mais aussi un lieu physique, si on le considère en tant que phénomène qui lutte constamment pour l’accès à, ou la domination de, l’espace publique. Et aujourd’hui elle est le lieu où se préserve la (les) mémoire(s) collective(s) d’une génération d’opposants. Le propos, en explorant ce patrimoine artistique et mémorielle, est d’évaluer sa capacité à constituer une contre-narration de l’histoire culturelle de la Tunisie autoritaire, d’ouvrir des perspectives nouvelles sur les événements clés de cette histoire, ainsi que d’en faire émerger les aspects qui ont été négligés. Il ne s’agit pas seulement de comprendre l’impact que l’environnement politique, local et régional, a eu sur les pratiques culturelles dissidentes, mais aussi la contribution de ces dernières aux luttes et aux changements sociaux dans le pays.

Les sources premières sur lesquelles s’appuie la recherche sont principalement de trois types : les textes des chansons, avec les enregistrements audio ou audiovisuelles, qui feront l’objet d’une analyse littéraire (thématique, du langage, et du discours idéologique) ; la presse écrite, qui signale la présence intermittente de la culture alternative sur la scène publique, et qui peut donc être indicative des changements dans le rapport entre pouvoir et oppositions ; les entretiens avec les musiciens, les chanteurs, et les poètes en question, ainsi qu’avec des personnalités dans le domaine culturelle et politique (responsables des maisons de la culture, professionnels des médias, syndicalistes).

© photo de Alessia Carnevale.

Le terrain exploratoire qui vient de se terminer, outre le dépouillement des sources bibliographiques, a visé à collecter ce corpus artistique et documentaire. Une série d’entretiens préliminaires, semi-directifs et non directif, avec certains des membres des principaux groupes engagés, habitants à Tunis, Gabès et Moularès (Gafsa), a été fondamental à l’avancement du projet et pour planifier les étapes suivantes. Les témoignages oraux sont en fait une partie indispensable de la reconstruction historique que la recherche se propose de faire. En premier lieu, établir un contact direct avec les acteurs sociaux en question est souvent le seul moyen pour accéder au corpus artistique à analyser, puisque le matériel textuel et audio n’est pas disponible via des canaux conventionnels. Par ailleurs, ils donnent une vision interne des événements, ils en révèlent les aspects autrement inconnus ; ils donnent un aperçu des significations collectives des événements historiques, et ils laissent émerger les subjectivités des groupes sociaux concernés 5.

1. Cf. AYARI Michaël, 2017, engagement politique dans la Tunisie Autoritaire : Gauchistes et Islamistes sous Bourguiba et Ben Ali (1957-2011), Paris, IRMC-Karthala ; LE SAOUT Didier, ROLLINDE Marguerite (dir.), 1999, Émeutes et mouvements sociaux au Maghreb. Perspective comparée, Paris, Karthala.

2. Un aperçu est donné par Mohamed-Salah OMRI, 2017, “The Labour Union Movement and ‘Alternative’ Culture in Tunisia: the Long View of a Long Relationship”, in Sian Lazar (dir.) Where are the Unions? Workers and Social Movements in Latin America, the Middle East and Europe, Londres, Zed Books, 64-83.

3. « In this second sense culture is a sort of theater where various political and ideological causes engage one another », SAID Edward, 1994, Culture and Imperialism, New York, Vintage Books, xiii. Sur l’utilisation de Gramsci par les cultural studies cf. aussi HALL Stuart, 1998, “Notes on deconstructing the popular”, in John Storey (dir.), Cultural Theory and Popular Culture: a Reader, Prentice Hall, Pearson, 442-453 ; et HALL Stuart, 198 8, “Gramsci and Us”, in The Hard Road to Renewal. Thatcherism and the Crisis of the Left, New York, Verso Books, 161-173.

4. Cf. EL HAMAMSY Walid, SOLIMAN Mounira (dir.), 2013, Popular Culture in the Middle East and North Africa. A Postcolonial Outlook, New York, Routledge.

5. Cf. PORTELLI Alessandro, 2007, Storie orali. Racconto, immaginazione, dialogo, Rome, Donzelli.

Alessia Carnevale

est doctorante à l’Institut Italien d’Etudes Orientales (ISO), Université La Sapienza, Rome.

Pour citer ce billet : Alessia Carnevale, «La chanson engagée en Tunisie : culture et résistance sous les régimes autoritaires», Le Carnet de l’IRMC, N° 22, avril-octobre 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2243.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook