Archives par mot-clé : Afrique subsaharienne

Compte-rendu du séminaire de recherche « Migrations, mobilités et circulations intra-africaines : savoirs, critiques et méthodes »

Betty Rouland est géographe, en post-doctorat MEAE à l'IRMC depuis 2017. Elle mène un programme de recherche "Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l'émergence d'un espace de soins transnational en Afrique du Nord ?"portant sur les circulations liées aux soins médicaux dans la région du Maghreb et en particulier en Tunisie (voir aussi son projet sur les mobilités liées à la PMA).

En 2019, s’est tenu le séminaire de recherche « Migrations, mobilités et circulations intra-africaines : savoirs, critiques et méthodes ». Cette rencontre ambitionnait de documenter des interactions tissées par des mobilités aussi bien anciennes qu’émergentes, de déconstruire des catégories englobantes, peu représentatives de la condition réelle des populations mobiles dans les pays africains, dans l’optique plus générale, d’enrichir les débats scientifiques contemporains sur cette zone d’étude. Privilégiant une perspective « Sud-Sud », une attention particulière a été donnée aux travaux invitant à développer une approche critique et à décentrer le regard. Par le biais de différentes conférences, ont été mises en exergue les dynamiques dites top down et « par le bas », tout en saisissant les enjeux et les échelles de leurs processus (mondialisation, (trans)régionalisation, transnationalisme). Par la pluridisciplinarité des approches (histoire, géographie, droit et anthropologie) et la pluralité des prismes d’analyses utilisés (la diplomatie, les réseaux et routes marchands, le droit et le religieux), les interventions successives des chercheur.e.s. invité.e.s ont permis d’enrichir les débats actuels sur les migrations, les mobilités et les circulations à l’échelle intra-africaine et au-delà.

L’historienne Sophie Bessis, chercheure associée à l’IRIS, est intervenue lors de la première séance de séminaire, jeudi 28 février 2019,  sur « Diplomatie et coopération entre la Tunisie et l’Afrique de l’Ouest depuis l’Indépendance jusqu’à aujourd’hui » (cf. Lettre de l’IRMC, n° 24). L’approche « par le haut » et l’analyse factuelle développées par la chercheure ont permis de retracer l’évolution des relations diplomatiques contemporaines entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne.

Elle distingue trois temps forts de l’histoire de ces relations : la période Bourguibienne, ce qu’elle qualifie d’« éclipse tunisienne en Afrique Subsaharienne » durant le règne de Ben Ali et l’après 2011. Au lendemain de l’indépendance de la Tunisie et jusqu’aux années 1970, les relations entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne sont marquées par de nombreuses actions de coopération. Parmi les événements les plus significatifs, Sophie Bessis rappelle la présence militaire de la Tunisie en Afrique, avec, par exemple, l’envoi de 2 200 casques bleus au Congo en 1961 ; la participation active du pays à la création de l’organisation de l’unité africaine en 1963 ou bien la tournée de Bourguiba dans plusieurs pays subsahariens en 1965. À l’inverse, la période de Ben Ali se caractérise par un tropisme arabe et des relations résiduelles, voire inexistantes, avec l’Afrique subsaharienne. Depuis les soulèvements populaires de 2011, qui ont entrainé la chute du régime de Ben Ali, l’historienne note une reprise des relations, animées par des logiques principalement mercantiles. Elle observe, notamment, la présence croissante de sociétés tunisiennes sur le marché africain, ainsi que celle d’étudiants subsahariens en Tunisie, bien que ce nombre décroisse depuis 2012. En termes de partenariat économique, cela se traduit par l’adhésion de la Tunisie à la COMESA et le statut de membre observateur à la CDEAO.

Néanmoins, la chercheure met en lumière ce qu’elle considère comme le déni de la Tunisie face à sa dimension « africaine ». C’est ainsi que l’absence de politiques migratoires visant à régulariser la situation des travailleurs subsahariens en Tunisie illustre bien une certaine inertie du gouvernement tunisien et ce malgré la pression de la société civile. En d’autres termes, Sophie Bessis apporte des éclairages sur un sujet de recherche pionnier ouvrant de nouvelles pistes de réflexions sur le positionnement de la Tunisie en direction de la rive Sud de Sahara. 

Directeur de recherche au CNRS (LISST, UMR 5193), le géographe Olivier Pliez est intervenu jeudi 14 avril 2019, sur « La mondialisation des pauvres : loin de Wall Street et de Davos », titre de son dernier ouvrage codirigé avec Armelle Choplin [1]. Spécialiste des territoires urbains liés aux mobilités au Sahara, dans le monde arabe et en Méditerranée, ses terrains de recherche dans de petites localités marchandes au Maghreb l’ont conduit jusqu’en Asie du Sud-Est. Ainsi, Olivier Pliez propose une clef de lecture originale de l’objet géographique – et métaphorique – de la « route ». À travers l’exemple des réseaux migratoires marchands inter et transnationaux, cette deuxième séance s’inscrit à la croisée des trois dimensions proposées par le séminaire de recherche : « savoirs, critiques et méthodes ». En effet, les éléments introductifs abordent de manière critique les définitions et les représentations véhiculées par la mondialisation contemporaine. Réductrices et hiérarchisées, ces approches interprètent ledit processus via des valeurs marchandes globalisées qui seraient structurées par les firmes multinationales et excluraient, de ce fait, des populations considérées comme « pauvres ». À partir de deux terrains de recherches, des souks en Algérie et en Libye, le chercheur démontre non seulement que des routes commerciales « discrètes » se créent en dehors de celles tissées par les firmes multinationales, mais que les acteurs de ces réseaux marchands « du quotidien » sont totalement intégrés au système mondialisé. En d’autres termes, sa méthodologie de recherche souligne l’importance de « suivre » des routes commerciales afin de les reconstituer. Olivier Pliez explique de quelle façon de nouvelles formes de territorialisation émergent de ces routes commerciales discrètes à l’instar de la ville chinoise de Yiwu, spécialisée dans le marché du gros, où des quartiers sont réinvestis par ces acteurs marchands maghrébins. Lors des échanges avec le public, les discussions se sont penchées sur des aspects aussi bien méthodologiques que théoriques : comment « suivre » les objets de recherche ? Comment redéfinir la figure contemporaine du « pauvre » ou (re)conceptualiser le transnationalisme par le bas ?

Organisée jeudi 28 novembre 2019, la troisième séance de séminaire accueillait Delphine Perrin, juriste et politiste chargée de recherche à l’IRD, invitée pour présenter son dernier ouvrage Frontières, sociétés et droit en mouvement. Dynamiques et politiques migratoires de l’Europe au Sahel [2] codirigé avec Sylvie Mazzella. Issu d’un colloque international, cet ouvrage collectif réunit quatorze auteur.e.s provenant de champs disciplinaires variés. Les thèmes de recherche développés recouvrent ainsi une pluralité d’acteurs, de contextes et de prismes d’analyse pour saisir les enjeux des mobilités de l’Europe au Sahel.

Le propos de la conférencière ne s’est guère attardé sur les spécificités des contributions mais a plutôt introduit les idées fortes et transversales de l’ouvrage. Du point de vue de la place du droit dans les approches et les pratiques de la migration, Delphine Perrin souligne un processus de  diffusion de la juridicisation des migrations et les impacts du droit sur les mobilités. Une autre idée transversale de ce livre porte sur la dimension transrégionale des dynamiques et des politiques migratoires, invitant à dépasser le seul rapport « Nord-Sud ». Elle ajoute, par conséquent, qu’il faut aller au-delà de cette idée de « subalternité Nord-Sud » à l’image des États maghrébins qui participent à la fabrique des discours et des lois sur les migrations. D’ailleurs, Delphine Perrin insiste sur le fait que les dynamiques maghrébines s’inscrivent dans des échelles plus larges mettant en exergue un élargissement du « limes » méditerranéen. De même, la juriste note l’importance des articulations entre les dynamiques juridiques et l’évolution du contexte social et géopolitique de ces quinze dernières années avec les orientations restrictives et répressives des migrations (exemples donnés de l’Algérie, du Niger, de la Tunisie). À propos du délit de solidarité et du processus de criminalisation à l’encontre des migrants « irréguliers », Delphine Perrin explique que cela n’a rien de nouveau dans le droit tunisien car il existe un délit de « non délation ». Les discussions avec la salle ont abordé la question des frontières en mouvement et, notamment, la problématique des frontières maritimes, le nouveau positionnement du Maroc en tant que « modèle » et la place de la société civile marocaine, les possibles écarts entre la juridicisation et les réalités migratoires locales, ainsi que le rôle joué par les organisations internationales telles que le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés ou l’Organisation Internationale pour les Migrations.

Enfin, c’est l’anthropologue Sophie Bava qui a clôturé le séminaire de recherche jeudi 12 décembre 2019,  en présentant ses travaux empiriques sur « La formation religieuse chrétienne au Maroc : la naissance de nouveaux entrepreneurs religieux ». Chercheure à l’IRD, ses travaux se focalisent sur les migrations africaines sous le prisme de l’anthropologie religieuse du mouvement, à savoir, les constructions religieuses musulmanes et chrétiennes entre l’Afrique méditerranéenne et subsaharienne. Sophie Bava explique que cette recherche est une réflexion anthropologique nourrie du travail d’un photographe et qui a donc pour vocation à être partagée. L’anthropologue revient ensuite sur le fait que la migration représente un temps où l’on questionne sa foi, un temps qui se caractérise aussi par l’immobilité et l’ennui, enfin, un temps d’indépendance et donc de négociations qu’elle qualifie de temps de « butinage religieux ». 

Dans les années 1990, alors qu’il n’y a plus qu’un pasteur au Maroc et que les églises y sont très peu fréquentées, l’Église a su s’adapter à l’arrivée des premiers étudiants originaires de la rive Sud du Sahara. D’une part, la chercheure démontre que l’Église a bien un projet fédérateur pour le Maroc, caractérisé par l’octroi de bourses, la formation œcuménique avec l’Institut Al Mowafaqa, mais surtout les tentatives d’encadrement des églises de maison. D’autre part, le « culte à la régularisation » exemplifie la manière dont la théologie répond à des questions d’ordre sociologique, une théologie qualifiée de « pratique » voire « pragmatique » par la chercheure. Tandis que les fidèles prient pour régulariser leur situation administrative, les prêcheurs mobilisent les récits bibliques, à l’image de celui de Moïse qui renvoie à la figure du migrant. Les différents temps théologiques (passage, ancrage, installation, etc.) présentés ne sont pas chronologiques comme le rappelle la conférencière : « on les fait vivre au temps de la migration ».

Sophie Bava élargit la réflexion et explique que le christianisme, au Maroc, pose d’autres questions sur la diversité religieuse dans une dimension africaine. Par une stratégie de diplomatie religieuse, il confirme progressivement son rôle de médiateur entre l’Europe et l’Afrique.

[1] CHOPLIN Armelle, PLIEZ Olivier, 2018, La mondialisation des pauvres : Loin de Wall Street et de Davos, Paris, Seuil-La République des idées

[2] MAZZELLA Sylvie, PERRIN Delphine, 2019, Frontières, sociétés et droit en mouvement. Dynamiques et politiques migratoires de l’Europe au Sahel, Bruxelles, Bruylant

Compte-rendu initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

EDI 2019… et si c’était encore à revivre ?

Binyou Bi Homb
Doctorant en sociologie de l’oralité, Université de Douala, Cameroun.

De Tunis à Sousse, une expérience à nulle autre pareille ! Dans le jardin de la recherche…aux abords de la Méditerranée. Entre deux sourires, quelques éclats de rires, parfois taquins, l’accueil fut très chaleureux. L’ambiance esquisse à l’entre-deux pauses, le dîner valu la chandelle pour un au revoir sans fin.

Nous avons été au contact des aînés, mais aussi des grands. Oissila Saaidia ! Madame la Directrice ! Inextinguible, toujours au galop à nous faire rattraper le temps perdu. Nous étions pris entre le « sprint » des allées et venues en conférences et le « marathon » de la méthodologie en sciences sociales des ateliers. Nous n’avons pas que rencontré des encadrants, mais des coachs pour la recherche.

Sousse, c’était aussi le face-à-face avec la mer, à perte de vue, la cloche des mosquées. J’ai eu envie de me revêtir de mon manteau, celui du poète bantu à la quête du temps et de l’espace.

Sousse cette convivialité généreuse que nous ont ouverte les portes du Technopôle, à nos fenêtres, entre la fraîcheur du matin et la chaleur maghrébine à la tombée du jour. Le brassage des cultures, au-delà de la couleur de la peau et des différences. L’osmose insolite de nos pas feutrés vers le bus au lever, et nos pas lourds vers les dortoirs le soir. Bain collectif la nuit, chants de rassemblement à la terrasse au matin. 

Sousse 2019…Si c’était encore à revivre, je le vivrais, peut-être en un autre lieu ?

La ville demeure unique en son genre. La gentillesse ingénieuse de nos frères du Nord, transformés subito en servantes et serviteurs de circonstance. Des marchés colorés. Courses à gauche, commissions à droite ! Sousse, il en aurait fallu de peu, pour que j’en en tombe amoureux. Et ce n’est pas la mosaïque d’Apollon qui le démentira.

Retrouvez le compte-rendu de la 4ème édition de l'EDI ici.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Retour sur la 4ème édition de l’Ecole doctorale itinérante en sciences humaines et sociales Maghreb-Afrique subsaharienne

Manon Rousselle
Chargée de projets scientifique et de valorisation de la recherche à l'IRMC

La 4ème édition de l’école doctorale itinérante en sciences humaines et sociales Maghreb-Afrique subsaharienne s’est déroulée du 9 au 14 septembre 2019, à Sousse, en Tunisie. Elle a réuni autour de la thématique « L’Afrique dans les SHS : regards croisés et approches méthodologiques », une trentaine de doctorants et une quinzaine d’intervenants du Nord et du Sud du Sahara.

Se déroulant au Technopôle de Sousse, dans les locaux du Centre de recherche en micro-électricité et nanotechnologie (CRMN), cette école d’été a été organisée par l’IRMC en partenariat avec le ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), l’Agence française de développement (AFD) et avec le soutien du Centre Jacques-Berque de Rabat, de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), des Services de coopération et d’action culturelle (SCAC) des ambassades de France au Mali, au Burkina Faso, au Niger et au Sénégal, de la représentation de l’Institut de recherche sur le développement (IRD) à Tunis, de la Royal Air Maroc, de l’Université de la Manouba et de la Faculté de droit et de sciences politiques de Sousse.

PRÉSENTATION DE L’ECOLE

Événement scientifique annuel, depuis 2016, l’école doctorale itinérante est destinée aux doctorants en sciences sociales inscrits dans une université ou rattachés à un laboratoire situés dans un pays d’Afrique du Nord ou d’Afrique sub-saharienne. Elle vise à apporter un soutien méthodologique aux doctorants en sciences sociales tout en stimulant la coopération scientifique entre l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique du Nord et l’Europe.

Les sessions, se tenant chaque année dans un pays différent, sont organisées en étroite collaboration avec une équipe de chercheurs de l’université d’accueil. La sélection des participants et le programme sont réalisés en concertation. La réussite de l’événement est donc conditionnée par l’engagement du groupe local de collègues dans sa préparation, sa mise en place et son animation. L’encadrement des doctorants est assuré par une équipe mixte de chercheurs locaux et étrangers.

Pour rappel, la première édition a eu lieu à Bamako (Mali) en 2016, la deuxième à Saint-Louis (Sénégal) en 2017, la troisième à Cotonou (Bénin) en 2018. La quatrième s’est donc tenue à Sousse (Tunisie) en 2019, première édition organisée au Maghreb. Ces quatre éditions ont réuni des doctorants issus de plusieurs disciplines (sociologie, histoire, anthropologie, géographie, droit, agronomie, économie, démographie), ainsi que des encadrants et des conférenciers (chercheurs ou enseignants) en provenance d’une quinzaine de pays du Maghreb et d’Afrique subsaharienne.

Cette formation a permis d’initier de nouvelles connexions entre doctorants et encadrants, de créer un espace de partage d’informations et d’expériences, se voulant un lieu d’apprentissage interactif et participatif des cultures et des habitudes de l’autre. L’école doctorale itinérante en sciences sociales est l’opportunité de s’ouvrir à d’autres thématiques, disciplines et terrains de recherche.

Au-delà des savoirs, il est aussi question de revenir sur les approches méthodologiques des différentes disciplines dont on connait l’importance pour les doctorants. Les SHS répondent à des méthodologies spécifiques sur lesquelles repose la scientificité des démarches qu’il convient à la fois de maîtriser et de croiser. A l’instar des éditions précédentes, conférences plénières et ateliers alternent pour permettre à la fois la transmission des savoirs et la mise en pratique.

Participant de la 4ème édition de l’EDI à Sousse – sept. 2019 © Manon Rousselle

LA QUATRIEME EDITION

Conseil scientifique : Joseph Adandé (Université d’Abomey Calavi, Bénin), Amin Allal (IRMC, Tunis), Ramzi Ben Amara (FLSH, Sousse), Kmar Bendana (Université de la Manouba, IRMC, Tunis), Adrien Delmas (CJB, Rabat), Jamie Furniss (IRMC, Tunis), Khaoula Matri (FLSH, Sousse), Claude Prudhomme (Université Lyon 2), Oissila Saaidia (IRMC, Tunis), Laurick Zerbini (Université Lyon 2).

Coordination scientifique : Ramzi Ben Amara (FLSH, Sousse), Oissila Saaidia (IRMC, Tunis)

Chargée de projet : Manon Rousselle (IRMC, Tunis)

Présentation générale de l’édition

Cette 4ème édition s’est proposée de réfléchir sur « L’Afrique dans les SHS : regards croisés et approches méthodologiques » avec, comme problématique centrale, la place de l’Afrique dans les sciences humaines et sociales d’hier et d’aujourd’hui, en Afrique et ailleurs. Cette année, l’école doctorale a proposé d’intégrer une discipline jusqu’alors non représentée, l’histoire des arts. Il s’est agi de porter le regard « Au-delà de la frontière », de revisiter les savoirs africanistes en les repensant dans le cadre de concepts universels, de jouer sur les échelles par une entrée autour de « La ville africaine ou des villes en Afrique ». Le programme, construit dans le respect de l’interdisciplinarité, de la pluralité des approches méthodologiques et la pertinence des thèmes abordés au regard de la thématique principale, alternait séances plénières et ateliers doctoraux. Au total, 12 conférenciers sont intervenus : 7 Tunisiens, 4 Français et 1 Canadien.

Les groupes des ateliers doctoraux ont été formés et ont pu débuter dès le lundi après-midi à l’issue de la conférence inaugurale. Parmi les 10 encadrants des ateliers doctoraux, 5 d’entre eux étaient tunisiens, 4 étaient français et 1 canadien. En plus de la plupart des intervenants, deux enseignants de l’Université de Sousse se sont joints à l’encadrement : Ahmed Boujarra, maître-assistant en géographie physique et Karim Chayata, maître de conférences en droit.

Les doctorants

Cette année, l’école a bénéficié d’un engouement sans précédent. Près de 500 candidatures ont été envoyées, dont 444 dossiers complets. Seuls 303 dossiers entraient dans les critères de sélection de l’école et ont donc été examinés. Au total, 34 doctorants ont été sélectionnés, selon la qualité de leur dossier principalement, mais aussi selon des critères d’âge, de sexe (discrimination positive pour les femmes) et de provenance, et ce dans le but qu’un maximum de pays soient représentés. Les participants venaient ainsi de 12 pays : 1 Burkinabé, 1 Nigérien, 1 Tchadien, 2 Maliens, 2 Togolaises, 3 Béninois, 3 Sénégalais, 4 Ivoiriens, 4 Algériens, 4 Marocains, 4 Camerounais et 5 Tunisiens ; dont 13 femmes (38%) et 21 hommes (62%). Ils représentaient les disciplines suivantes : économie (8,8%), histoire de l’art et architecture (8,8%), histoire (11,8%), sciences politiques et relations internationales (11,8%), droit (14,7%), géographie (17,6%), sociologie et anthropologie (26,5%).

45% des doctorants étaient en première année de thèse, 20% en deuxième année, 20% en troisième année et seulement 15% en quatrième année. Le comité scientifique a choisi de donner la priorité à la jeune recherche.

Séance plénière de la 4ème édition de l’EDI dans l’amphithéâtre du Centre de recherche en Microélectricité et nanotechnologie (CRMN) du Technopôle de Sousse © Manon Rousselle

ÉVALUATION

Pour la première fois depuis la création de l’école, un questionnaire d’évaluation a été transmis aux doctorants pour avoir leurs retours sur cette édition. 69% d’entre eux ont répondu. De manière générale les retours de l’évaluation sont très positifs.

  • 95% sont satisfaits de la période à laquelle est organisée l’école (chaque année en septembre). 95% estiment que la durée (une semaine) de l’école est satisfaisante.
  • 80% estiment que la gestion du temps pendant la semaine est satisfaisante. 75% souhaitent du temps supplémentaire dans l’emploi du temps ; notamment du temps informel avec les encadrants (93,3%) et du temps de travail individuel (13,3%).
  • 95% jugent que la thématique principale a été respectée, que l’école correspondait à leurs attentes et qu’ils ont atteint les objectifs voulus par l’école. 100% déclarent l’école utile, 60% la considèrent même comme extrêmement importante.
  • 30% estiment que les conférences plénières n’ont pas suffisamment abordées les questions méthodologiques.
  • Plus de 70% sont satisfaits de la transversalité, l’interdisciplinarité, la représentation des différentes disciplines, la qualité du contenu scientifique, la qualité des débats, et la qualité des thématiques abordées.
  • 100% se déclarent satisfaits des ateliers doctoraux même si 20% estiment que la formule (une présentation du cadre théorique de sa thèse et une présentation de sa mise en œuvre, les deux mises en débat avec les encadrants et les autres doctorants du groupe) n’est pas adaptée. 100% jugent les encadrants disponibles.

Les retours des participants laissent paraître une réelle demande d’élargir le spectre des disciplines présentes dans la formation, en particulier le droit (conférencier) et les sciences économiques (encadrants), ainsi qu’une demande de méthodologie pure. En effet, la demande concernant une session d’écriture d’article scientifique est forte.

Ateliers de groupe © Manon Rousselle

BILAN

Le soutien du ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de l’Agence française de développement ainsi que la disponibilité des collègues tunisiens de l’Université de Sousse ont permis à cette 4ème édition de se dérouler dans d’excellentes conditions.

Le réseau de la recherche en SHS intra-africain prospère et nous avons vu avec le nombre de candidatures que ce réseau est toujours très actif, réactif et solidaire des jeunes chercheurs. La demande est bien présente concernant ces ateliers de formation à la recherche et cette école ne pourra que s’améliorer à l’avenir.

Voir aussi le témoignage de Marius Binyou Bi Homb, doctorant camerounais, participant à cette 4ème éditon.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Diplomatie et coopération entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne depuis l’Indépendance jusqu’à aujourd’hui

Echos de presse sur la Radio Libre Francophone

Manon Rousselle
Chargée de projets scientifiques et de valorisation de la recherche

Dans le cadre du séminaire mensuel « Migrations, mobilités et circulations intra-africaines : savoirs, critiques et méthodes » coordonné par Betty Rouland, le 28 février 2019 se tenait la conférence de Sophie Bessis, chercheure associée à l’IRIS, sur la coopération et les relations diplomatiques entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne.

Sophie Bessis passe en revue ces relations, de manière très factuelle. D’aucun pense que ces relations sont restées très embryonnaires entre l’Afrique subsaharienne, dans son ensemble, et la Tunisie. Elle remonte rapidement très loin dans l’histoire, à l’époque où les Carthaginois arrivent sur les rives du pays qui s’appelle, depuis 1840, la Tunisie mais qui était à l’époque la terre des Afridis. Ce peuple a donné son nom à tout un continent, ce qui n’est pas sans évoquer justement les relations de l’Afrique du Nord, et, en particulier, de la Tunisie, avec le reste du continent africain.

Elle rappelle que chaque pays d’Afrique du Nord a une politique très différente avec l’Afrique subsaharienne, l’Egypte, par exemple, entend la politique avec l’Ouganda ou l’Ethiopie, pays dans lesquels le Nil prend sa source, comme relevant de la politique intérieure du pays, l’Afrique devenant alors son hinterland direct. Mais, le reste
de l’Afrique méditerranéenne a des relations différentes. Néanmoins, d’un point de vue général, le Sahara a d’abord été un espace d’échange plus qu’une frontière, et ce depuis des temps très
anciens. En grande partie des échanges commerciaux, selon des témoignages historiques antiques tels que celui d’Hérodote. Aux époques médiévales, dès le IXe siècle, le trafic négrier devient le principal axe commercial entre les régions, jusqu’au XIXe siècle. Tozeur et Tunis, par exemple, étaient de grands marchés négriers, pour l’Empire ottoman entre autres, jusqu’à l’abolition officielle de l’esclavage en 1846, et par décret colonial en 1890.

L’époque contemporaine se caractérise aujourd’hui, selon Sophie
Bessis, comme une rencontre manquée entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne. D’une part, les contentieux historiques freinent ou ont freiné une partie des relations possibles, mais d’autre part, l’historienne relève un désintérêt évident des responsables tunisiens pour le Sud du Sahara, ainsi qu’un déni évident de la part africaine de la Tunisie. Malgré les tentatives de rapprochement, qui ont été nombreuses au cours des soixante dernières années, il n’y a pas eu de réelle suite donnée à ces souhaits. Elle divise cela en trois étapes : la période suivant l’Indépendance et le reste des indépendances africaines jusqu’aux années 1970, marquées par un certain activisme de la Tunisie et de nombreuses actions de coopération donnant une bonne image de la Tunisie et de Habib
Bourguiba au Sud du Sahara ; la deuxième période, des années 1980 à 2011, marquée par un désintérêt total de la Tunisie pour le Sud du Sahara : les vingt-trois ans du régime de Ben Ali ont totalement ignoré l’Afrique subsaharienne et la Tunisie ne s’est pas encore relevée de ce long silence ; enfin la période actuelle, post 2011, marquée par un souhait de renouer les relations mais essentiellement mercantiles.

La période bourguibienne

L’historienne explique que la Tunisie de l’indépendance hérite d’une série de relations de solidarité avec l’Afrique subsaharienne, comme l’ensemble des anciennes colonies africaines d’une manière générale ; c’est une période qui efface les contentieux et qui débouche sur une aide aux pays qui ne sont pas encore décolonisés et selon Sophie Bessis c’est ainsi que les années 1950-1960 sonnent l’apogée du Panafricanisme.

Cette période va pour la Tunisie jusqu’au milieu des années 1970 et sur la vingtaine d’année, la Tunisie est très présente en Afrique subsaharienne mais maintient tout de même une distance plus grande que les autres pays du Maghreb. Bourguiba ne montre pour l’intérieur du pays qu’un intérêt limité mais se lie d’amitié avec un certain nombre de leaders subsahariens dits « modérés » comme Léopold Sédar Senghor au Sénégal, le nigérien Hamani Diori et surtout Felix Houphouët-Boigny en Côte d’Ivoire qui est probablement le chef d’Etat dont Bourguiba se sent le plus proche. Par ailleurs, ce qui facilite la coopération, dès les années 1950, la Tunisie est un des pays possédant le plus de compétence en Afrique francophone et cela lui permet de construire une coopération relativement dynamique. Cette coopération permet au pays de se construire une aura internationale par le biais de nombreuses actions en Afrique subsaharienne, dont la plus célèbre est celle de 1961 lorsque la Tunisie envoie 2200 casques bleus au Congo qui est alors en pleine crise. Cette présence extrêmement importante de la Tunisie au Congo est notamment due aux liens d’amitié entre le Secrétaire général de l’ONU Dag Hammarskjöld et Mongi Slim ambassadeur de la Tunisie auprès de l’ONU. Ce contingent est le premier d’une série de participation de la Tunisie aux actions de l’ONU sur le continent africain, qui ira néanmoins en s’amenuisant jusqu’à la dernière mission en 2009.

Bourguiba et son régime sont résolument pro-occidentaux alors que l’heure est au progressisme et au tiers-mondisme sur le continent africain. En plein Guerre froide, la Tunisie fait partie du groupe de Morovia, un groupe de pays africains dits « modérés » et plutôt du côté des Etats-Unis et des occidentaux, ce qui l’exclue des mouvements de libération les plus importants de l’époque menés par les pays appartenant au groupe de Casablanca, identifié comme anti-impérialistes. La Tunisie prend d’ailleurs fait et cause pour les actions des Etats-Unis, à l’exemple des événements en Angola, ou la Tunisie soutien le Front national de libération de l’Angola, soutenu par les Etats-Unis, tandis que celui-ci s’oppose au Front de libération de l’Angola déjà existant qui était soutenu par Moscou. Du fait de ce positionnement politique et diplomatique, la Tunisie n’a pas produit de personnalité résolument engagé dans les mouvements anti-impérialistes comme Mehdi Ben Barka au Maroc, sans parler de l’Algérie autoproclamée leader du mouvement tiers-mondiste.

Néanmoins la Tunisie participe activement à la création de l’Organisation de l’Unité africaine en 1963, et pour l’occasion Bourguiba prononce le 25 mai un discours qui exalte l’africanité retrouvée de la Tunisie. Et en 1965, Bourguiba entame une longue tournée en Afrique subsaharienne, en Mauritanie, pays avec lequel la Tunisie a toujours été très proche, au Mali, au Sénégal, au Niger, au Libéria, en Centrafrique, au Cameroun. Ce sont donc plusieurs semaines de voyages qui ressemblent tout de même à un divertissement touristique, sauf l’étape dakaroise, car c’est lors de cette étape qu’est esquissée l’idée d’une organisation de la francophonie. Bourguiba est un personnage populaire au sud du Sahara, popularité qui ne sera jamais vraiment payée de retour.

En revanche la coopération est plutôt solide puisque la Tunisie envoie des conseillers dans plusieurs pays, l’appareil bancaire tunisien aide le Niger a construire son propre dispositif bancaire, de nombreux enseignants et personnels médicaux vont en Afrique subsaharienne et  la jeune université tunisienne accueil de plus en plus d’étudiants subsahariens essentiellement francophone ou arabophone. Si on ne peut parler de véritable coopération culturelle, il y a tout de même une présence culturelle de la Tunisie, notamment par le biais des journées cinématographiques de Carthage (JCC) qui sont organisées tout les deux ans en alternance avec le FESPACO (Festival panafricain du cinéma et de la télévision) de Ouagadougou, ont été pendant des années un grand moment de panafricanisme. L’hebdomadaire Jeune Afrique a également été créé par un tunisien. Dans les années 1960-1970, la Tunisie est membre de la ligue arabe et celle-ci prend position sur les dernières manifestations colonialistes, notamment lors du sommet d’Alger en 1972, la Ligue arabe rompt ses relations diplomatiques avec l’Afrique du Sud et avec le Portugal. Mais malgré ces liens, les échanges commerciaux restent très modestes et la Tunisie reste tournée vers l’Europe et partiellement vers le monde arabe.

Le règne de Ben Ali ou l’éclipse tunisienne en Afrique subsaharienne

Sophie Bessis estime que ce qu’elle caractérise comme une éclipse subsaharienne commence à la fin des années 1970 mais c’est à partir de 1987 qu’elle devient très évidente car le règne de Ben Ali est marqué par un tropisme arabe. En vingt-trois ans, le dictateur ne sera allé qu’à un seul sommet de l’OUA (devenue Union africaine dans les années 2000) et sa politique africaine ne se résumera, selon l’historienne, qu’à avoir été cordial avec le Maroc et l’Algérie. La coopération universitaire continue mais s’amenuise pourtant la Tunisie avait été très active dans la création de l’agence de coopération technique et culturelle, ancêtre de la francophonie, mais elle ne participe alors que formellement aux instances de cette organisation. Elle caractérise la politique de Ben Ali comme étant très provincialiste. Et sur le plan économique, l’Afrique subsaharienne est presque totalement absente des statistiques tunisiennes ; en 1995 par exemple, la totalité des exportations tunisienne est évaluée à 5 milliards de dollar et 0,7% se dirige vers l’Afrique subsaharienne tandis que 78% se dirige vers l’Europe.

Il demeure quand même quelques actions de coopération, mais elles sont plus l’œuvre d’individus isolés que d’une réelle politique, par exemple l’Office national de la famille et de l’enfant tunisien élabore grâce à un financement français un projet pilote au Niger de mise en place de clinique mobile pour les femmes, de consultations prénatales, de vaccination, de contraceptifs, etc. Mais les grandes heures de la présence tunisienne au sud du Sahara sont terminées. Même le transfert du siège de la Banque africaine de développement à Tunis en 2003 suite à la crise ivoirienne ne participe pas à un regain de coopération et au contraire même relève la chercheure, les fonctionnaires de la BAD se sont sentis rejetés par la population tunisienne, ils n’ont pas noué de liens avec la société tunisienne et c’est en fait avec satisfaction que la plupart ont quitté Tunis en 2014 lorsque la BAD relocalise son siège à Abidjan.

En nuançant son propos, l’historienne précise que quelques bureaux d’études remportent des contrats au sud du Sahara, quelques architectes sont présents aussi. Cette éclipse remarque-t-elle ainsi, a été un temps général dans l’ensemble du Maghreb central. L’Algérie à partir de 1988 s’enfonce dans une grande crise interne et n’a alors pas de réelle diplomatie, elle s’occupe simplement de ses zones frontalières sauf avec le Mali, qui reste son hinterland stratégique. Le Maroc quitte l’OUA en novembre 1984 suite à la reconnaissance de la République arabe sahraouie démocratique et ne renoue avec une politique africaine active qu’au début des années 2000.

Pour la Tunisie il faut attendre plus longtemps encore puisque ce n’est que récemment que les dirigeants tunisiens se tournent vers l’Afrique subsaharienne et la considère comme un hinterland intéressant pouvant constituer un nouveau marché.

La Tunisie et l’Afrique subsaharienne depuis 2011

Pour montrer la réalité de ce réinvestissement, Sophie Bessis commence par aborder les chiffres. En 2012, au lendemain de la révolution, il y a environ 500 sociétés tunisiennes opérant sur le marché subsaharien contre 2600 pour la seule Algérie ; les exportations vers le sud du Sahara représentent 311 millions d’euros, sur un stock d’exportation de plus de 5 milliard d’euros. Sur le plan diplomatique, en 2012, la Tunisie n’a que 9 représentations diplomatiques contre 21 pour le Maroc. Tunisair ne desservait que trois destinations subsaharienne contre 25 pour la Royal Air Maroc. Et il n’y avait aucune ligne maritime. Les relations sont donc plus que modestes et la présence tunisienne très discrète. Il n’y selon elle que la coopération universitaire qui échappe à cette situation, en 2010 il y avait environ 12 000 étudiants subsaharien, mais en 2012 il n’y en a que 8000. Diminution donc, mais présence tout de même. Elle relève que sur ces 8000, il n’y en a qu’un millier qui fréquente l’université publique tunisienne et 80% vient du Gabon, Cameroun, Côte d’Ivoire, Congo, Mali et ils sont soit boursiers de leur Etat soit boursiers de la Banque islamique de développement pour les pays à majorité musulmane.

La chercheure s’interroge alors : peut-on parler d’un nouveau départ à partir de 2012 dans les relations tuniso-subsaharienne ? Devant le déficit économique du pays et les difficultés du secteur privé tunisien, les entrepreneurs commencent à voir le marché subsaharien comme une opportunité intéressante. Cela se ressent aussi dans les politiques menées par les deux chefs d’Etats tunisiens en poste depuis 2011. Ils se sont régulièrement rendus à des sommets de l’UA par exemple. Mais les efforts publics ne sont pas vraiment à l’ordre du renforcement. Il y a de nombreux obstacles. Il n’y a pas réellement de diplomatie économique et le ministère des affaires étrangères agit selon Sophie Bessis comme un électron libre ; il y a un département Afrique en son sein, elle relève que ce n’est pas « Afrique subsaharienne ». Il y a tout de même une intensification des relations et notamment de nouvelles ambassades qui ouvrent, avec Ouagadougou en 2017 et Nairobi en 2018, ce qui témoigne de la prise de conscience de la part du pays de l’existence et de l’intérêt de l’Afrique de l’Est, très dynamique et en plein essor. Néanmoins, la Tunisie a moins d’ambassades en Afrique subsaharienne que la Serbie. La Tunisie a adhéré au COMESA, le marché commun de l’Afrique orientale et australe qui s’étend jusqu’à l’Afrique du Sud, et a obtenu le statut de membre observateur de la CDEAO, la communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest. Accompagnant ce mouvement, Tunisair a ouvert de nouvelles lignes. Néanmoins la Tunisie reçoit peu de dirigeants d’Afrique subsaharienne et se déplace d’ailleurs peu au sud du Sahara.

Sur le plan économique, quelques grands patrons regardent de plus en plus vers l’Afrique subsaharienne et le Tunisia-Africa Business Council a été créé pour œuvrer à ce rapprochement. En novembre 2018, un tunisien a été élu Vice-Président du conseil des jeunes entrepreneurs francophones. La chercheure relève que ce sont donc des initiatives du secteur privé et d’ailleurs, l’Université Centrale de Tunis, université privée, a ouvert un master d’intelligence économique des marchés africains, en collaboration avec un centre universitaire camerounais. Les clients principaux du Sud du Sahara pour la Tunisie sont l’Ethiopie, le Sénégal, le Rwanda, le Cameroun, la Côte d’Ivoire. En matière de coopération, l’assistance médicale tunisienne a pris un réel essor, notamment avec Djibouti mais aussi le Tchad. On note aussi quelques actions culturelles.

Mais elle estime que l’intérêt tunisien est encore trop faible, malgré le sommet de la francophonie programmé en 2020 pour la première fois à Tunis. Ce nouveau départ n’est pas, pour Sophie Bessis, à la mesure des ambitions affichées. Il y a des dysfonctionnements internes, manque de rigueur de l’administration tunisienne, manque de coopération qui dilue le peu de dynamisme qu’il peut y avoir. D’autre part une situation géopolitique difficile avec la Libye qui plonge toute une partie du territoire subsaharien, le Tchad en particulier, et dont la Tunisie a sous-estimé l’incidence, notamment sur la zone saharo-sahélienne qui est son arrière pays. Une indifférence extrêmement dangereuse car en n’acceptant pas faire partie de cette zone du monde, les tunisiens se mettent en danger. Leurs intérêts s’arrêtent à la Libye, sans voir que ce pays est la plaque tournante d’activités criminelles et mafieuses qui englobent toute la zone saharo-sahélienne. Seuls les militaires en Tunisie semblent avoir pris conscience de ces enjeux, mais poussés par les américains.

Depuis le 1er février, on renoue avec la tradition militaire de coopération onusienne puisque la Tunisie s’est jointe à la mission de l’ONU au Mali en envoyant une unité aérienne et un millier de militaires tunisiens devraient bientôt être casques bleus au Mali.

En conclusion, Sophie Bessis estime que la Tunisie a besoins d’en finir avec le déni de sa dimension africaine. Il y a une vieille culture de la domination, un malaise certain avec l’esclavage, surtout quand on n’a pas fait un travail de mémoire, ce qui est le cas de la Tunisie. Cette vieille histoire n’est pas étrangère à un racisme quelque peu désinhibé depuis 2011, dans deux champs principaux : les universités et le traitement de la population noire. De fait, aujourd’hui le monde universitaire tunisien n’est plus attractif pour les étudiants subsahariens. S’il y en avait 8000 en 2012, cela ne dépasse pas les 4500 aujourd’hui. Dans ces conditions, le souhait du ministère des affaires étrangères d’accueillir 20 000 étudiants subsahariens en 2020 paraît irréalisable. D’autre part, la migration de travail existe en Tunisie et qu’elle n’est plus aujourd’hui une migration de transit. La migration féminine est une réalité extrêmement importante dans le secteur domestique en Tunisie. Aucune politique de permis de séjour n’existe en Tunisie et les autorités refusent cette réalité. La société civile se mobilise notamment contre la discrimination raciale et une loi a été votée sous la pression des associations pour les droits humains en Tunisie en 2018 pénalisant les discriminations à caractère racial. Aucun autre pays arabe n’a un tel dispositif. Si la Tunisie a repris conscience de l’importance du marché subsaharien, mais tant que les tunisiens et tunisiennes ne changeront pas les habitus mentaux, la coopération avec l’autre rive du Sahara ne pourra pas se construire sur des bases solides et durables. En ce sens, le processus d’éducation citoyenne n’a pas réellement commencé.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°24, bulletin trimestriel mai-septembre 2019, parue le 1er octobre 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’Ecole doctorale itinérante Maghreb-Afrique subsaharienne de l’IRMC, témoignage d’une doctorante

Imane el Fakkaoui, doctorante, Centre marocain des sciences sociales, Université Hassan II, FLSH Ain Chock Casablanca, Maroc – la migration des femmes subsahariennes au Maroc

Les trois éditions de l’école doctorale itinérante ont réuni des doctorants et des docteurs, issus de plusieurs disciplines (sociologie, histoire, anthropologie, géographie, droit, agronomie, économie, démographie), ainsi que des encadrants et des conférenciers (chercheurs ou enseignants).

Les trois formations intensives se sont tenues à Bamako (Mali) en 2016, à Saint Louis (Sénégal) en 2017 et à Ouidah (Bénin) en 2018. Elles regroupaient un nombre important de doctorants et des jeunes chercheurs africains. Courtes, mais efficaces, ces formations nous ont permis de survoler notre continent. Entre les participants s’est développé un partage d’informations et d’expériences, un apprentissage interactif et participatif des cultures et des habitudes de l’autre. Les échanges ont dépassé les salles de cours pour s’imposer dans les couloirs des résidences et autour des tables à manger, ainsi que pendant les sorties organisées chaque soir par les doctorants originaires du pays où s’organisait l’école, jouant ainsi le rôle de guide et de négociateur lors de nos transactions.

Des liens, des amitiés et des relations qui dépassent les frontières ont été établis par la suite entre les doctorants, pour former un réseau de chercheurs qui collaborent : lecture des travaux, correction en cas de besoin, partages des annonces liées aux appels à communications et aux différentes opportunités. L’école doctorale itinérante en sciences sociales est une occasion unique de s’ouvrir sur d’autres thématiques, disciplines et terrains de recherche.

L’école doctorale se déroule toujours en deux temps. Les matinées sont consacrées aux conférences qui donnent lieu à des débats entre l’ensemble des doctorants et les conférenciers. Elles permettent de renforcer les convergences entre les travaux des étudiants et les avancées scientifiques récentes sur l’Afrique. Le second temps est consacré aux ateliers où l’occasion est donnée aux doctorants de présenter leurs travaux relevant de disciplines différentes, et abordant des thématiques diversifiées. Les présentations des doctorants, d’une durée maximale de 20 minutes, doivent permettre à l’auditoire de comprendre le sujet de la thèse, sa méthodologie, ses hypothèses, les premiers résultats et les terrains pratiqués. En retour les encadrants et les autres doctorants jouent le jeu de la discussion, pointant les convergences avec leurs propres travaux, apportant des conseils méthodologiques ou bibliographiques, des recommandations,parfois des orientations, ou posant des questions d’ordre factuel.

Ces ateliers ont permis de faire bénéficier d’un regard extérieur, fondé sur des remarques pertinentes qui ont permis aux doctorants de sortir de leur propre pensée et d’apporter un nouveau regard sur leur problématique.

Photo des doctorants maghrébins lors de la première édition de l’école doctorale itinérante qui a eu lieu à Bamako en 2016

© photo d’auteur.

Les photos de la troisième édition à Ouidah, Bénin

© photo d’auteur. 

© photos d’auteur.

Imane el Fakkaoui

Pour citer ce billet : Imane el Fakkaoui, «L’Ecole doctorale itinérante Maghreb-Afrique subsaharienne de l’IRMC, témoignage d’une doctorante», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2330.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook