Archives par mot-clé : activisme

L’hypermédiatisation des Femen en France, au Québec et en Tunisie

 

Résumé de thèse

La politisation des corps féminins – lieux traditionnels de l’antiféminisme et des luttes féministes – s’accompagne dans l’histoire contemporaine d’un phénomène d’amplification par le médiatique. Un mouvement féministe créé en Ukraine en 2008, les Femen, manifeste seins nus contre la domination masculine sous toutes ses formes (prostitution, patriarcat, religion, etc.). Le corps nu des Femen provoque autant l’admiration que l’ire des commentateurs. À l’été 2012, la fuite d’Ukraine et l’exil en France, de l’une des leaders du mouvement, coïncide avec le début de son internationalisation. La même année, en France, les militantes Femen s’impliquent dans les débats sur la loi pour le mariage pour tous, dans une France divisée sur la question. La multiplication d’actions spectaculaires, notamment au sein des églises françaises, accroît sa notoriété. En Tunisie, la jeune Amina Sboui s’inspire de cette stratégie et publie des photographies de son corps nu. Le pays est marqué par les soulèvements du « printemps arabe » et la confrontation entre islam politique et libéraux laïcs cristallise la société. Avec l’action de trois militantes Femen en Tunisie, en mai 2013, la médiatisation atteint des sommets. Quel est le rôle des médias dans ces politisations ? Les controverses se prolongent au Québec où une antenne est créée. En octobre 2013, c’est au sein de l’Assemblée nationale que les activistes Femen réclament le retrait du crucifix et soutiennent la charte de la laïcité qui fait l’objet de vifs débats parmi les Québécois. Sur ces trois territoires, aux histoires différentes mais liées (histoire coloniale et postcoloniale, francophonie, etc.), les actions Femen sont investies par des contextes où la place du religieux est fortement questionnée depuis trois décennies. Les féminismes abordent ces problématiques en ordre dispersé et les stratégies sont diverses. Sur ces trois territoires, si les Femen se sont imposées comme le symbole d’un corps anti-religieux, c’est qu’au même moment, d’autres corps symbolisent le religieux. Les pratiques de voilement islamique (foulard, turban, voile intégral, etc.) sont au cœur d’une dialectique, tantôt réelle, tantôt fantasmée.

Le corps reste donc un « réceptacle des luttes politiques », et devient dans sa dimension genrée, un « champ de bataille ». À partir d’une analyse des discours, il reste à retracer la construction politique et médiatique du mouvement des Femen, à identifier les courants idéologiques qui s’affrontent, et à identifier les sens contemporains de la nudité (politique).

© Bibliothèque Nationale de Tunisie (Une du quotidien national Al-Chourouk, 30/05/2013)

Séjour de recherche à l’IRMC de Tunis : Analyse de corpus et collecte de données

En Tunisie, ces polémiques traversent trois espaces ; les sphères médiatique, politique et judiciaire. Ces évènements sont une porte d’entrée de compréhension des luttes politique qui se jouent dans un pays marqué par la transition politique. Que signifie cette polémique ? Comment est-elle comprise et réceptionnée par la société tunisienne ? Quel est le rôle contemporain du corps dans la sphère politique, dans un tel contexte ? Enfin, comment les mouvements féministes négocient-ils cette tension entre corps-objet et corps-sujet ?

 

Mon séjour de recherche à l’IRMC (septembre à décembre 2017) me permet de collecter deux types de données. Le premier est un corpus de la presse écrite qui retrace l’histoire de ces événements, et les discours en confrontation. Les quatre principales sources, trois en langue arabe (Al-Chourouk, As-sabah, Al-Fajr) et une en langue française (La Presse) couvrent les différentes tendances politiques de la société (gauche, pro-gouvernementale et islam politique). Le positionnement des journaux sur des clivages politiques (proximité avec le pouvoir, clivage gauche/droite) est moins évident qu’il n’y paraît. Un certain nombre d’entretiens sont menés avec des journalistes et des chercheurs sur les médias afin de combler les lacunes de la littérature existante sur la question. La seconde source d’information est institutionnelle. Il s’agit de collecter les comptes rendus de justice, la polémique ayant été marquée par de nombreux procès. Pourquoi la nudité est revendiquée en arme de protestation ? Est-elle historique ? Quelles en sont les limites et les critiques ?

Jallal MESBAH

est doctorant en histoire contemporaine Université d’Angers / GEDI. Contact : jalla.mesbah@gmail.com

Pour citer ce billet : Jallal Mesbah, «L’hypermédiatisation des Femen en France, au Quebec et en tunisie», Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2121.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La société civile tunisienne postrévolutionnaire : un chemin tortueux entre intégration internationale et activisme local

Photographie de l’auteure

Depuis la chute du régime de Zine Al- Abidine Ben Ali le 14 janvier 2011, on assiste à une libéralisation des droits civils et politiques, qui a engendré un tissu associatif très dynamique dans le territoire tunisien. En effet la nouvelle loi de 2011 sur la création des associations (Décret-loi 88) a permis la simplification des modalités administratives, en rendant effectif le régime de la déclaration comme fondement d’existence de l’association. Durant l’année 2011, la Tunisie enregistre la création de près de 2000 nouvelles associations dont environ 700 après les élections du 23 octobre 2011, alors qu’elle en comptait 9600 en 2010 (IFEDA). Il s’agit là d’un véritable boom associatif.

Après la chute du régime le concept de « société civile » fait irruption dans une scène sociopolitique renouvelée, où les associations locales sont devenues les acteurs principaux au coeur du processus de transition. Ainsi elles s’emparent de tous les sujets qui suscitent le débat dans la Tunisie post-révolutionnaire : droits humains, égalité de genre, démocratie et citoyenneté, liberté d’expression, développement social et solidarité, action humanitaire, développement local, protection de l’environnement et développement durable, transparence et lutte contre la corruption, bonne gouvernance, etc. Dans ce contexte de vibrante dynamique associative, on peut considérer la Tunisie comme un intéressant laboratoire social. Il s’agit de s’interroger sur la capacité des associations tunisiennes à s’organiser dans l’espace public pour contribuer au développement social dans la phase de la  transition démocratique.

© theguardian.com (Photographe : Sondos Belhassen)

L’effervescence associative a, à son tour, généré des nouvelles opportunités internationales, soit à travers une pénétration massive des acteurs internationaux (l’action des bailleurs de fonds de soutien à la société civile), soit à travers une facilitation de la coopération transnationale entre différentes associations (partenariats). La question de la dimension internationale, lorsque l’on s’intéresse à un contexte local, est l’objet de nombreux débats. La majorité des travaux académiques sur les rapports entre acteurs locaux et internationaux (development studies) s’est souvent concentrée sur les dimensions plutôt techniques de ces rapports, en en minimisant les conséquences sociales à l’échelle locale. La théorie des mouvements sociaux, de son coté, a rarement pris en compte l’importance des liens avec l’international dans la définition de l’activisme local.

Notre analyse cherche à combler ce manque en partant d’une littérature qui pose l’accent sur le risque de créer une forme de dépendance des acteurs locaux à l’international, pouvant causer à son tour une atomisation et une fragmentation de la scène associative. Les bailleurs de fonds classiques ont ainsi une approche plutôt sélective qui pose des barrières pour les associations qui ne possèdent pas l’expertise nécessaire pour répondre aux appels d’offre, en aggravant les inégalités socio-économiques du tissu social. De plus, en Tunisie, le clivage entre moderniste et associations à référence religieuse présent au sein de la société civile locale, peut être accentué par l’approche sélective de bailleurs de fonds dans leurs choix des bénéficiaires. Notre recherche tente d’approfondir les différents types des liens internationaux établis par les associations, avec l’objectif de vérifier s’il y a des variations au niveau local par rapport au type d’engagement international. Cette approche permettrait d’éviter une analyse strictement verticale en considérant aussi les stratégies de partenariat international des associations locales.

Dans ce cadre, notre recherche tente d’étudier le processus de construction de la société civile post-révolutionnaire dans le contexte d’interactions renouvelées avec l’international. Ce processus de construction et d’interaction est à l’origine de l’émergence d’une diversification des formes d’activisme social local. Ainsi, l’objectif spécifique est de caractériser la nouvelle société civile locale et de cerner la dynamique de diversification sociale de celle-ci. L’hypothèse de travail est que le type d’interaction avec l’international est à l’origine de la différentiation sociale de l’activisme. Pour cela on cherchera à comprendre la diversité des liens à l’international des associations. Quel est le rapport entre l’intégration internationale et l’activisme social local ? Cette question est particulièrement importante à partir de 2011, avec la prolifération du nombre des associations à référence religieuse, qui ont la réputation d’avoir un fort ancrage social. Ainsi, se pose la question de la spécificité islamique dans le lien entre la dimension internationale et la forme d’activisme social. La réalité même de cette catégorisation reste à démontrer.

Pour répondre à ces questions de recherche il faut donner une définition claire des deux variables qu’on tentera de cerner : intégration internationale et activisme local. Plus spécifiquement, pour « intégration internationale » nous considérons les interactions entre les acteurs internationaux et associatifs locaux.

Ainsi nous avons identifié des sous-catégories. Les acteurs locaux peuvent simplement communiquer avec des organisations internationales ; recevoir des ressources matérielles dans le cadre d’une stratégie d’intervention des bailleurs de fonds ; recevoir des ressources immatérielles, comme des cycles de formation et d’autre type d’informations ; être engagés directement dans de partenariats internationaux.

Pour activisme local nous considérons les activités des associations pour contribuer au développement social. Nous avons saisi trois indicateurs : participation, en tant que capacité de mobilisation ; capacité d’établir des partenariats avec d’autres associations locales qui travaillent dans le même domaine ; types d’activités. Pour chaque critère nous vérifierons s’il y a une spécificité par rapport aux associations à référence religieuse. Pour analyser ces deux dimensions (intégration international et activisme local) nous nous appuierons sur une série d’enquêtes (entretiens semidirectifs) au niveau des associations locales dans trois terrains : Tunis, Sfax, Médenine. Une première analyse des résultats montre une grande diversité des pratiques associatives et l’importance de replacer les associations comme les acteurs clés dans le processus de transition démocratique.

Ester SIGILLÒ

est doctorante à l’Institut des sciences humaines et sociales, Scuola Normale Superiore, et doctorante associée à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Ester SIGILLÒ, « La société civile tunisienne postrévolutionnaire : un chemin tortueux entre intégration internationale et activisme local», Le Carnet de l’IRMC, N° 17,  janvier-avril 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1975.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook