Une valorisation de la recherche à multiples facettes « Semaine virtuelle: qu’est-ce que l’école doctorale itinérante en sciences humaines et sociales Maghreb-Afrique subsaharienne ? »

Par Manon Rousselle

Du fait de la situation sanitaire internationale en 2020, nous avons été contraints d’annuler, reporter voire repenser des activités très attendues et de grande ampleur. Ainsi, la 5ème édition de l’EDI a pâti de l’impossibilité de voyager ou de garantir les conditions sanitaires nécessaires au plus grand nombre. Elle a donc été reportée en juin 2021. Cela a néanmoins été l’occasion, lors de la semaine habituellement dévolue à l’EDI, de créer un événement de promotion digitale, sur les réseaux sociaux, pour revenir sur les quatre ans d’existence de cette école.

Due to the 2020 international health situation, we have been forced to cancel or postpone or even rethink highly anticipated and large-scale activities. Thereby, the 5th edition ot the EDI suffered from the inability to travel or ensure the necessary sanitary conditions the many. Although postponed, it was nevertheless an opportunity to create an event on social networks looking back on the four years of this project.

نظرًا للوضع الصحي العالمي في عام 2020 ، فقد اضطررنا إلى إلغاء أو تأجيل أو حتى إعادة التفكير في أنشطة واسعة النطاق  وذات الأهمية القصوى.  هكذا ،عانت الطبعة الخامسة من التبادل الإلكتروني للبيانات من عدم القدرة على السفر أو من ضرورة ضمان الظروف الصحية اللازمة لأكبر عدد ممكن من الناس. على الرغم من تأجيلها  إلا أن ذلك  مثّل فرصة لإنشاء حدث على الشبكات الاجتماعية  لإلقاء نظرة على السنوات الأربع لهذا المشروع.

____________________________________________________________________

En juillet dernier, nous évoquions dans la Lettre de l’IRMC n° 27 le renouveau de notre réflexion dans notre rapport au public. Cette refonte a permis de redéfinir les priorités de notre stratégie de valorisation des activités de l’IRMC et des recherches conduites. Ainsi, de nouveaux formats sont apparus sur les réseaux sociaux, notre site est en cours de reconstruction et des nouveautés sont en préparation. Tout cela répond à plusieurs objectifs : rester en contact avec notre public habituel qui a dû s’éloigner pour des raisons sanitaires ; élargir notre portée afin que nos collègues d’Algérie, de Libye, du Maroc, d’Afrique subsaharienne et, pourquoi pas, de l’autre bout du monde puissent avoir accès à nos contenus ; rendre la recherche accessible à d’autres publics ; varier les contenus proposés permettant ainsi à nos chercheurs et nos équipes de jouer avec leur créativité.

L’exemple de la « Semaine virtuelle : qu’est-ce que l’école doctorale itinérante en sciences humaines et sociales Maghreb-Afrique subsaharienne (EDI) ? » en est la preuve.

L’école doctorale en sciences humaines et sociales Maghreb-Afrique subsaharienne (EDI)

Cette école d’été itinérante, initiée en 2016 par Jérôme Heurtaux, sous le directorat de Karima Dirèche, a pour objectif d’apporter un soutien méthodologique aux doctorants en sciences sociales tout en stimulant la coopération scientifique entre l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique du Nord et l’Europe. La première édition a eu lieu en septembre 2016 à l’Institut de Sociologie et d’Anthropologie de l’Université des lettres et des sciences humaines de Bamako (ULSHB) au Mali, la seconde à l’Université Gaston Berger (UGB) à Saint Louis du Sénégal, la troisième à l’Université d’Abomey Calavi au Bénin et la quatrième à l’Université de Sousse en Tunisie. Ces éditions ont réuni des doctorants issus de plusieurs disciplines (sociologie, histoire, anthropologie, géographie, droit, économie, science politique), ainsi que des universitaires (encadrants et conférenciers) en provenance d’une quinzaine de pays.

Cette formation permet de connecter doctorants et encadrants en créant un espace de partage d’informations et d’expériences, un lieu d’apprentissage interactif et participatif des cultures et des habitudes de l’autre. Un véritable réseau de chercheurs a émergé car l’école doctorale itinérante en sciences sociales est l’opportunité de s’ouvrir sur d’autres thématiques, disciplines et terrains de recherche.

La cinquième édition devait se tenir en septembre 2020 à l’Université Houphouët Boigny à Abidjan en Côte d’Ivoire. Jamie Furniss, coordinateur, et ses collègues d’Abidjan, ont estimé que les conditions sanitaires internationales ne permettaient pas le maintien de cette édition en 2020. Elle a donc été reportée en juin 2021.

La Semaine virtuelle

Pensée comme une semaine de promotion des éditions antérieures, la Semaine virtuelle a permis de faire témoigner les doctorants des éditions précédentes. Un appel a été lancé le 29 juin afin de récolter, auprès des anciens participants, des capsules vidéo de 180 secondes maximum. Un conseil scientifique ad hoc en a sélectionné 10, diffusées, tout au long de cette Semaine, sur les réseaux sociaux.

Ainsi, le 7 septembre, nous diffusions deux capsules de Oissila Saaidia : la première présentant l’EDI, la seconde présentant la Semaine virtuelle. Les vidéos des gagnants du concours ont été mises en ligne les 8, 9 et 10 septembre. C’est lors du Facebook Live du 11 septembre qu’ont été annoncé les noms des trois lauréats de ce concours, invités à participer à la 5ème édition de l’EDI en 2021 et le 12 septembre était lancé l’appel à candidature de la 5ème EDI.

Le Facebook Live a quant à lui réuni encadrants et anciens participants. Ainsi, Jérôme Heurtaux est intervenu depuis Prague, Oissila Saaidia et Jamie Furniss depuis Tunis, Faridah Dosso et Renaud Fiacre Avlessi depuis le Bénin et enfin Digo Enyota K.D. Jean-Paul Akakpo-Ahianyo depuis le Togo. Chacun a fait part de son expérience dans les différentes éditions, Jérôme Heurtaux de la philosophie de cette formation lors de sa fondation et des éditions qui évoluent en importance, puis Jamie Furniss a annoncé la tenue de la cinquième édition en juin 2021 à Abidjan. Oissila Saaidia a clôturé le Live en annonçant les noms des trois lauréats de cette édition : Faridah Dosso (Bénin), Ahed Sboui (Tunisie) et Jacques Gameni (Cameroun).

En termes de chiffres, le Facebook Live a touché 1 600 personnes en un peu plus de deux jours sur Facebook et plus de 200 personnes sur Twitter. La semaine virtuelle a rassemblé 10 500 personnes (en nombre de vues cumulées) sur Facebook et plus de 2 000 sur Twitter, en ne comptant que les vidéos des doctorants. Chaque vidéo touche plus de 1 000 personnes en quelques heures sur Facebook et 200 sur Twitter, en moyenne, et les vidéos les plus populaires de la semaine culminent à 2 700 personnes touchées sur Facebook. La vidéo de présentation de l’EDI a touché près de 3 000 personnes en une semaine, et a été visionnée en entier par 1 000 personnes sur Facebook et 400 sur Twitter.

Sur Facebook, l’appel à candidature a touché 1 500 personnes en 48h et une centaine de personnes sur Twitter, alors que nous partions d’une centaine de candidatures en 2016…

  • Statistiques 1

Au 14 septembre, le plus gros succès s’était déroulé sur Twitter, avec des tweets qui ont permis de toucher plus de 1 600 personnes par jour durant toute la semaine dernière, avec un taux d’engagement à près de 4 %, ce qui est 3 fois supérieur à nos statistiques habituelles.

Plus d’un mois après, les chiffres se sont stabilisés, comme pour tous les contenus dits « chauds », c’est-à-dire, attractifs sur le moment et dont la popularité décroît par la suite (cf. graphique n° 1). L’ensemble des statistiques des vidéos sont à l’image du graphique du Facebook Live.

L’intérêt supplémentaire de ces contenus est qu’ils pourront être réutilisés à l’avenir pour d’autres événements de promotion de l’EDI.

  • Graphique 1

Le témoignage comme nouveau contenu de valorisation

Qu’on l’appelle témoignage ou « retour sur expérience », ce contenu n’est encore que peu utilisé pour valoriser les activités scientifiques. L’évaluation des projets de coopération ou des ateliers organisés n’est pas automatique, et les feedbacks quantitatifs mêlés au qualitatifs rares. C’est donc une occasion, au-delà du questionnaire de fin de formation, de concilier les deux et de les rendre accessible. La capsule vidéo permet l’attractivité et la concision que demande un réseau social.

Nous retrouvons plusieurs thèmes récurrents dans les vidéos envoyées, même celles qui n’ont pas été publiées. 86 % des participants mentionnent l’aide méthodologique. Les anciens participants affirment avoir pu grandement avancer dans leur thèse, que ce soit dans la découverte d’une nouvelle méthode d’enquête ou de rédaction, ou bien dans les conseils de recentrage de la thèse ou du sujet lui-même.

Ensuite, l’aide à la formulation de la problématique est abordée par près de 75 % des témoignages reçus.

Enfin, un thème transcendant la quasi-totalité des vidéos (93,75 %) est celui de « l’aventure humaine ». Les témoignages font part de leur découverte des cultures, des pays, d’autres disciplines. Certains évoquent la façon dont ils ont réussi à briser les clichés répandus de part et d’autre du Sahara, mais aussi la découverte, si ce n’est la passion, pour de nouvelles formes de recherche ou de valorisation de la recherche ; notamment pour la quatrième édition où plusieurs doctorants ont été marqués par la présentation des films de chercheurs [1].

Ainsi, il nous est apparu que le report de la 5ème édition de l’EDI en juin 2021 ne devait pas laisser un vide en septembre 2020. Un événement d’ampleur régional, si ce n’est international, devenu un temps scientifique très attendu à l’échelle du continent, depuis sa fondation en 2016, ne pouvait pas se voir simplement reporté. La semaine virtuelle a donc été l’occasion de revenir sur les aspects marquants de notre école d’été, en alliant réseaux scientifiques ou réseaux de recherche et réseaux sociaux. Témoignages vidéo et échanges en direct ont accru le rayonnement important de cette semaine et ont mis l’accent sur l’importance de l’encadrement méthodologique en SHS en Afrique et sur la nécessité de croiser les regards, à la fois disciplinaires mais avant tout humains. Véritable succès, la valorisation de cette activité a ouvert un nouveau champ des possibles dans la communication et des projets de l’IRMC.

[1] En 2019, à Sousse, la conférence plénière d’Ons Kamoun, maître-assistante en études cinématographiques et audiovisuelles à l’École supérieure de l’Audiovisuel et du Cinéma de Gammarth et chercheure associée à l’IRMC, portait sur « Le cinéma au Maghreb ».

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Séminaire de recherche « Sexualités et politique 2020-2021 »

Par Monia Lachheb

Chapeau :

Le séminaire de recherche, Sexualités et politique, s’inscrit dans le cadre du programme de recherche de l’IRMC portant sur les sexualités dites non normatives au Maghreb. Il s’intéresse à la politisation des questions liées aux différentes formes de sexualités et concernent principalement les groupes sociaux marginalisés : les homosexuel-le-s, les mères célibataires, les travailleur-euse-s du sexe, les personnes transgenres, etc.

Les sexualités perçues comme relevant du « privé » sont longtemps restées rattachées au registre des mœurs et en dehors du débat politique. L’intérêt du séminaire est de rendre compte des enjeux politiques des sexualités (Weeks, 2014) qui se manifestent dans les rapports entre politiques publiques et sexualités, les débats publics autour de l’intime, les controverses et les rapports de pouvoir qu’ils génèrent, les formes de mobilisation et les mouvements sociaux qu’ils sous-tendent.

The research seminar, Sexualités et politique, is part of the IRMC’s research programme on so-called “non-normative” sexualities in the Maghreb. It focuses on the politicization of issues related to different forms of sexuality and mainly concerns marginalized social groups: homosexuals, single mothers, sex workers, transgender people, etc.

Sexualities perceived as belonging to private matters have long remained attached to the category of mores outside the political debate. The interest of the seminar is to higlite the political issues of sexualities (Weeks, 2004) which are coming forward in the relationships between public policies and sexualities, the public debates around the intimate, the controversies and the power relations they generate, the form of mobilization and the social movements they underpin.

تندرج الندوة البحثية الجنسانيات والسياسة في إطار برنامج بحث معهد البحوث المغاربية المعاصرة حول ما يسمى بالجنسانيات غير المعيارية في المغرب العربي. إذ تهتمّ بتسييس المسائل المتعلقة بأشكال الجنسانيات المختلفة وذلك في علاقة بالفئات الاجتماعية المهمشة : المثليون والمثليات جنسياً، الأمهات العازبات، عاملو وعاملات الجنس، المتحولين والمتحولات جنسياً إلخ. …

والواقع أن الجنسانيات التي يُنظَر إليها باعتبارها « من المسائل الخاصة » ظلت لفترة طويلة جزءاً من الأخلاقيات وخارج النقاشات السياسية. و ينصب اهتمام هذه الندوة إلى عرض الأبعاد السياسية للجنسانيا (Weeks 2014) ، والتي تتجلى في العلاقات بين السياسات العامة و الجنسانيات والنقاشات العامة حول ما هو حميمي والخلافات التي تفرزها وعلاقات الهيمنة بينهما وما ينشأ عنها من أشكال التعبئة والتحركات الاجتماعية التي تقوم عليها.

___________________________________________________________

Dans une perspective pluridisciplinaire, les interventions des différent-e-s chercheur-e-s visent à créer un échange critique sur la production et la reproduction de l’ordre des sexualités (Paternotte, 2018) par le discours politique, les mobilisations conservatrices et leurs modes d’appréhension par les structures militantes. Le croisement des regards et des champs disciplinaires éclairent ainsi le traitement politique des sexualités, le rapport des acteurs au politique et la construction d’une politique de reconnaissance de la diversité sexuelle,  notamment dans l’espace maghrébin et, plus largement, africain.

Les cinq séances du séminaire se sont déroulées majoritairement en présentiel, dans les locaux de l’IRMC, réunissant une vingtaine de doctorant-e-s, chercheur-e-s et universitaires d’horizons différents, exception faite de la dernière séance qui a eu lieu en virtuel du fait de la situation sanitaire. La première séance a été assurée par Barkahoum Farhati, historienne et anthropologue au Centre national de recherches préhistoriques d’Alger, sur la « Construction sociopolitique du mythe de la femme dite « Ouled Naiel » en Algérie (1830-1962) ». Les « Ouled Naiel » constituent une tribu au Sud algérien connue pour ses femmes « publiques » dites aussi les « danseuses prostituées » qui usent de leurs danses, costumes et ornements du corps pour attirer leur clientèle. D’une part, la société coloniale tente de maîtriser des pratiques marginales et « immorales », et, d’autre part, les enjeux économiques font des femmes Ouled Naiel un mythe du développement touristique et un objet central des représentations iconographiques.

À partir d’une analyse des textes juridique qui gèrent l’intime en Tunisie, Wahid Ferchichi (Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis) interroge le droit tunisien. Il montre que le droit tunisien apparaît avant-gardiste, notamment lorsque la Constitution tunisienne de janvier 2014 reconnaît l’égalité sans aucune forme de discrimination (art. 21) et garantit la protection de la vie privée (art. 24). En revanche, il présente aussi avec des aspects réactionnaires à travers le droit pénal et le droit civil. En effet, le Code pénal de 1913, époque coloniale, use d’un vocabulaire moralisateur et conservateur. L’application  « judiciaire ne juge pas des faits mais des apparences, un faciès, une identité, un choix… ». Par ailleurs, le droit civil saisit les identités. Il n’autorise pas le droit de choisir son sexe et n’admet pas le droit de changer de sexe. Ainsi, « le droit s’immisce dans le choix le plus intime des personnes ».

La mondialisation, le développement des échanges et des circulations participent à la reconfiguration des sexualités. Dans ce cadre, Christophe Broqua, anthropologue et chercheur au CNRS, s’intéresse aux modes d’internalisation des questions sexuelles. À partir d’un travail de terrain focalisé sur l’Afrique subsaharienne, il montre comment se construisent les luttes et les revendications des minorités sexuelles contre des politiques oppressives. Elles se trouvent, par leurs logiques propres et leurs discours locaux, insérées dans « un phénomène de globalisation des sexualités ».

Pour sa part, David Paternotte, sociologue du politique à l’Université libre de Bruxelles, se penche sur la notion d’exceptionnalisme sexuel en Europe. L’exceptionnalisme renvoie à l’affirmation d’une caractéristique qui donne un aspect unique à une politique et attribue du sens à son identité. S’agissant des questions sexuelles, l’exceptionnalisme renseigne sur les manières d’appréhender l’égalité entre les sexes et les droits sexuels comme un socle pour une politique européenne commune. À travers un regard critique, des exemples de situations concrètes montrent les tentions et les contradictions autour des droits sexuels et des rapports de genre en Europe. Ils renseignent sur les logiques d’exclusion qui en découlent et rendent compte d’une politique des sexualités contestée.  

Enfin, Amal Bousbaa, sociologue à l’Université Hassan II de Casablanca, est intervenue lors d’un Facebook Live qui a réunit une vingtaine de personnes en direct et qui a été visionné par près de 400 personnes par la suite. Elle rapporte les enjeux politiques liés à l’expérience des mères célibataires au Maroc. La normalisation des sexualités au Maroc présente la maternité célibataire comme illégitime, illégale et transgressive. Parallèlement, l’avortement clandestin est une pratique largement répandue. Selon des estimations de l’association INSAF (Institut national de solidarité avec les femmes en détresse), il y aurait entre 600 et 800 interruptions de grossesse et 200 naissances par jour à l’échelle nationale. Ainsi, on note un décalage entre les normes édictées et les pratiques sexuelles effectives. Dans ce contexte, l’absence d’une volonté politique pour agir sur les lois punitives en lien avec l’avortement est remarquable. L’État ne dispose pas de statistiques pour mesurer l’ampleur du phénomène. Aussi, les mères célibataires, qui sont des chefs de familles monoparentales, demeurent fortement invisibilisées. La maternité célibataire reste donc enfermée dans le registre de la transgression et/ou de la victimisation.

À partir de l’analyse de différentes formes de sexualité dans des espaces géographiques et culturels divergents et selon des approches théoriques et méthodologiques diverses, les débats placent les questions sexuelles au cœur des enjeux politiques. Ils montrent les liens étroits qui les relient dans le but de les saisir et de les contrôler et attestent de la porosité des frontières entre le privé et le public. 

 

 

 

 

 

 

 

 

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook