Le rôle de la colonialité du genre dans Le processus de reprogrammation de la colonialité du pouvoir à l’heure de la transition

Résumé en français, arabe et anglais | Abstract available in French, Arabic and English 

LUCEÑO MORENO Marta est docteure en communication et information, chercheure associée à l’IRMC. Ses recherches portent sur des thématiques associées au genre, à la visibilité de la diversité sexuelle et de genre en Tunisie, avec une approche féministe intersectionelle décoloniale. Parmi ses publications récentes : « Des munaqabas aux Femen : le (dé)voilement du corps féminin comme problème public dans la période de la transition tunisienne », in Zahi F., Rhani Z. (dir.), Politiques du corps, Publications de l’IURS, 2019.

Ce texte est une présentation issue de l’article suivant, disponible en ligne : LUCEÑO MORENO Marta, 2019, « Le rôle de la colonialité du genre dans le processus de reprogrammation de la colonialité du pouvoir à l’heure de la transition tunisienne », Réseau d’études décoloniales, n° 4.

Continuer la lecture de Le rôle de la colonialité du genre dans Le processus de reprogrammation de la colonialité du pouvoir à l’heure de la transition

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

École doctorale : Les objets religieux au Maghreb et en Europe

Lucas FAURE est doctorant au CHERPA - Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence et Samia KOTELE est doctorante à l’Université Lyon 2 - École normale supérieure de Lyon. Ils ont tous les deux participé à l'école en décembre 2019.

Du 9 au 13 décembre 2019 s’est tenue, à l’IRMC, l’école doctorale « Les objets religieux au Maghreb et en Europe : quels enjeux contemporains ? Approches croisées XIXe-XXIe siècles », coordonnée par Katia Boissevain, Habib Kazdaghli et Oissila Saaidia [1]. Réunissant pendant une semaine une quinzaine de jeunes chercheur-e-s issu-e-s d’universités des deux rives de la Méditerranée, sous la supervision de professeur-e-s spécialistes du fait religieux, cette rencontre académique ambitionnait de faire dialoguer des recherches en sciences sociales autour de l’objet religieux. Plus qu’une série d’exposés, chaque doctorant-e a été tour à tour discuté-e et discutant-e, en binôme avec un-e chercheur-e confirmé-e, afin de promouvoir des échanges horizontaux, tout en s’appuyant sur les connaissances méthodologiques des chercheur-e-s encadrant-e-s. Nous proposons ici de restituer, dans les grandes lignes, les discussions tirées de ces cinq journées d’échanges, qui ouvrent des pistes de réflexions fécondes au moment de penser l’objet religieux dans son actualité.

Loin de le réifier a priori, les discussions ont cherché à en restituer les dynamiques propres in situ afin d’en faire rejaillir des logiques convergentes, mais également de différenciations voire d’oppositions marquées. En somme, comme le rappelait Katia Boissevain dans sa prise de parole inaugurale, l’objectif de cette rencontre consistait à dresser un
tableau de la diversité religieuse et de ses approches telles qu’elles se donnent à voir au Maghreb et en Europe.

Continuer la lecture de École doctorale : Les objets religieux au Maghreb et en Europe

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Compte-rendu : Présentation de l’ouvrage « L’Algérie au présent », Sous la direction de Karima Dirèche

Manon Rousselle est en volontariat international à l'IRMC depuis 2019, en charge des projets scientifiques et de la valorisation de la recherche.
Retour en image sur la présentation d’ouvrage de Karima Dirèche le 29 janvier 2020 dans la bibliothèque de l’IRMC.

Le 29 janvier 2020, Karima Dirèche, directrice d’études au CNRS (TELEMME) et ancienne directrice de l’IRMC, est venue présenter l’ouvrage sous sa direction, L’Algérie au présent. Entre résistances et changements, paru en 2019 aux éditions IRMC- Karthala. L’objectif de ce que plusieurs collègues ont appelé un « travail colossal » est de donner un aperçu multidimensionnel de l’Algérie contemporaine : les dynamiques qui ont traversé les trente dernières années et les enjeux actuels, dans une perspective analytique poussée.

Cet ouvrage regroupe une soixantaine de contributions, mettant en valeur aussi bien la jeune recherche que les chercheurs confirmés. Un tiers des contributeurs sont des collègues de l’Université algérienne. Lors de son intervention, Karima Dirèche est revenue sur les difficultés à travailler sur l’Algérie et sur la genèse de cet ouvrage.

Continuer la lecture de Compte-rendu : Présentation de l’ouvrage « L’Algérie au présent », Sous la direction de Karima Dirèche

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Atlas de l’Égypte contemporaine

Jamie Furniss est maître de conférence en anthropologie à l'Université d'Edimbourg. Il conduit depuis 2019 un programme de recherche à l'IRMC sur "Environnement, déchets et économies de recyclage dans le Maghreb contemporain". 

En 2020, le CEDEJ, UMIFRE implantée au Caire depuis 1968, publie un Atlas de l’Égypte contemporaine. Cet ouvrage, étonnement le premier en son genre, présente les contributions de plusieurs chercheur-e-s, notamment celles/ceux accueilli-e-s au CEDEJ ces dernières années. Il donne un aperçu des travaux actuels sur l’Égypte, toutes disciplines de sciences humaines et sociales confondues – et pas uniquement en géographie. Les documents accompagnant les articles n’ont donc pas tous une dimension spatiale.
En binôme avec le géographe Pierre Desvaux, nous avons publié deux articles dans l’Atlas : le premier, dans la rubrique « Le Grand Caire », sur le système de ramassage des déchets de la capitale égyptienne ; l’autre, dans la rubrique « Environnement et économie », sur l’économie de recyclage au Caire. Ces travaux sont le fruit de longs terrains individuels et conjoints, menés entre 2009 et 2016. En 2009, nous avons, pour la première fois, travaillé ensemble sur le terrain égyptien. Puis, entre 2014 et 2016, nous avons effectué plusieurs terrains successifs, visant à retracer et décrire les différents maillons de la chaîne de valeur de plusieurs filières de recyclage. Ces recherches ont contribué à l’exposition « Vies d’ordures » en 2017, au Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM) à Marseille. J’étais alors responsable des enquêtes de terrain pour le pavillon Égypte de l’exposition, l’un des trois sites phares de l’exposition.

Continuer la lecture de Atlas de l’Égypte contemporaine

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Présentation de l’ERC DREAM

Amin Allal est chercheur en sociologie politique au CNRS et était affecté à l'IRMC entre 2017 et 2020

Kmar Bendana est professeure émérite des universités en histoire contemporaine et chercheure associée à l'IRMC. Elle a son propre blog de recherche.

Mohamed Slim Ben Youssef est doctorant en sociologie politique à l'IEP d'Aix-en-Provence et boursier de l'IRMC 2019-2020 et 2020-2021. Il a publié sur ce blog un présentation de son projet de thèse, une chronique liée au confinement, des comptes-rendus de lecture et un résumé de son dernier article.

L’ERC DREAM (Drafting and Enacting the Revolutions in the Arab Mediterranean) est un projet européen né en 2017. Dirigée par Leyla Dakhli [1], l’équipe se propose de revenir sur les profondeurs sociales, culturelles et politiques qui constituent l’arrière-plan historique des soulèvements arabes. En confrontant les traces et expressions des mouvements avec le capital bibliographique existant, les chercheurs s’attachent à restituer les inflexions propres des contextes et leurs circulations à travers les acteurs, les prises de parole et les affrontements.

Continuer la lecture de Présentation de l’ERC DREAM

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Pas de réforme pour la police ? Politiques publiques de sécurité post-2011 en Tunisie

Audrey Pluta est doctorante en science politique à l'IEP d'Aix-en-Provence (Aix-Marseille Université).

Ce projet de thèse s’intéresse aux conditions de production de l’action publique de sécurité en Tunisie, entendue comme un « ensemble de dispositifs légaux, organisationnels, financiers, symboliques, qui ont pour objectif la protection des biens et des personnes » [1]. Alors qu’elle était peu publicisée, cantonnée aux sphères politico-décisionnelles avant 2011, la gestion de la sécurité intérieure devient l’objet d’une intervention d’acteurs multiples : organisations internationales, syndicats et groupes d’intérêts policiers, partis politiques, etc. Plusieurs visions et agendas au nom du « bien protéger » s’affrontent alors : exportation des politiques publiques transnationales de « démocratisation » des appareils sécuritaires, défense des intérêts corporatistes, demandes de « protection ». Ces évolutions tiennent à une pluralité de facteurs non réductibles à une supposée « ouverture » des institutions tunisiennes post-2011. Elles mettent aux prises des stratégies de repositionnement d’acteurs, parfois désavoués par un contexte politique ne leur étant plus favorable, et d’autres, au contraire, qui y voient une fenêtre d’opportunité.

La prégnance de modes d’organisation et de pratiques renvoyant à la période benaliste n’est pas réductible à la permanence de cadres de l’ancien régime, mais s’explique davantage par l’usage et la traduction que font les acteurs institutionnels des normes et dispositifs transnationaux. Il s’agit donc, à travers ce projet de thèse, de s’intéresser aux dynamiques plurielles de ces évolutions dans les politiques de sécurité. Ma méthodologie repose sur des entretiens menés avec des policiers syndiqués (à Tunis, Gafsa et Sfax), d’anciens cadres ministériels, employés d’organisations internationales, ainsi que sur l’étude de documents internes aux syndicats, ou aux organisations impliquées.

Continuer la lecture de Pas de réforme pour la police ? Politiques publiques de sécurité post-2011 en Tunisie

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’engagement politique des femmes pieuses en Tunisie – neuf ans après la révolution

Alessandra Bonci est doctorante en sciences politiques à l'Université de Laval, au Québec, Canada. Elle a été en accueil scientifique pour son terrain au premier semestre 2020 à l'IRMC.

Mon projet de thèse concerne l’étude de l’engagement politique des femmes pieuses en Tunisie après la révolution de 2011. Ce travail, que je réalise sous la direction de Francesco Cavatorta de l’Université Laval (Québec, Canada), vise à comprendre l’agentivité des femmes religieuses en Tunisie vis-à-vis de leur société, leurs visions, espoirs de changement et actions concrètes d’engagement citoyen. C’est grâce à la critique de la « fausse conscience » des femmes pieuses (Mahmood, 2005) que les sciences sociales ont remis en question le stéréotype de la femme religieuse comme soumise à la volonté d’autrui. Et c’est dans ce cadre que ma recherche vise à montrer comment, spécialement dans un pays récemment démocratisé, les femmes pieuses ont un rôle social et un poids politique non négligeable. Dans mon terrain de recherche – quatre mois de pré-terrain et un an de collecte de données dans la capitale, Tunis – j’ai observé des formes multiples d’engagement de femmes religieuses. En effet, plusieurs sont engagées dans des partis comme Ennahda, Jabhat al-Islah et Hizb al-Tahrir, certaines sont actives dans les associations coraniques, à la fois comme élèves ou comme chaykhat, alors que d’autres sont des militantes autonomes.

Continuer la lecture de L’engagement politique des femmes pieuses en Tunisie – neuf ans après la révolution

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Confinement et crise du covid-19 : repenser notre rapport au pubLic

Manon Rousselle
Chargée de projets scientifique et de valorisation de la recherche à l'IRMC

La période de confinement et de distanciation physique provoquée par l’épidémie mondiale de Covid-19 nous a poussés à repenser nos activités et notre rapport au public (chercheurs, étudiants, doctorants, avertis ou néophytes). Si nos événements, à l’IRMC, ont dû, pour la plupart, être annulés ou reportés, nous avons souhaité maintenir le dialogue avec notre communauté.
L’époque a ceci d’avantageux que les réseaux sociaux, les applications et l’ensemble des derniers outils techniques, permettent de réinventer la valorisation de la recherche et la rendre plus visible. Une simple connexion internet suffit aujourd’hui pour avoir accès à ces ressources.

* * *

لقد دفعتنا فترة الحجر الصحي و التباعد الجسدي الناجمة عن وباءكوفید-19 العالمي إلى إعادة التفكیر في أنشطتنا وعلاقتنا بالآخرین (باحثین، طلبة، طلبة دكتوراه، من ذوي الخبرة أو المبتدئین). إذا كان لابد لنا بمعھد البحوث المغاربیة المعاصرة، من إلغاء أو تأجیل معظم أنشطتنا، فقد أردنا الحفاظ على الحوار مع مجتمعنا. لھذه الفترة مزایا شبكات التواصل الاجتماعي والتطبیقات وجمیع أحدث التقنیات التي تجعل من الممكن إعادة تثمین البحوث و إبرازھا. یكفي الیوم الحصول على ربط بشبكة الأنترنت للوصول إلى ھذه الموار 

* * *

The period of time of lockdown and physical distancing provoked by the worldwide Covid-19 epidemy has force us to rethink our activities and our relations to our audience (researchers, scholars, students, young researchers, informed or novice). Our events, at the institute, had to be cancelled or postponed, for most of them. Nevertheless, we wished to
maintain the discussion with our community. Our time is deeply advanced on communication tools such as social networks and apps.
All those tools allow us to reinvent the research promotion and even to
make it more visible. Nowadays, a simple Internet connection is enough to have an open access to most of the resources. Continuer la lecture de Confinement et crise du covid-19 : repenser notre rapport au pubLic

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook