From medical tourism to regionalism from the bottom up: emerging transnational spaces of care between Libya and Tunisia

Résumé de l’article : ROULAND Betty, JARRAYA Mounir, 11 mai 2019, « From Medical Tourism to Regionalism from the Bottom Up: Emerging Transnational Spaces of Care Between Libya and Tunisia », Journal of Ethnic and Migration Studies [En ligne]

Cet article analyse l’émergence d’un espace de soins transnational et du processus de régionalisation « par le bas » à travers l’étude de cas de patients libyens recourant aux services des cliniques privées dans la ville tunisienne de Sfax. Si les mobilités médicales des Libyens en Tunisie s’inscrivent dans des logiques de contiguïtés antérieures aux soulèvements populaires de 2011 (géographique, culturelle, politique, historique), l’escalade de violences qui règne depuis lors dans le pays a entraîné une augmentation accrue de la patientèle libyenne et de l’offre de santé privée à Sfax. Dans la mesure où les données « officielles » s’avèrent en décalage avec les logiques de circulations déployées par les patients libyens, ce papier vise à déconstruire des catégories dichotomiques peu significatives (« touriste médical » vs « réfugié »). La méthodologie développée s’appuie sur une enquête par questionnaire auprès des patients libyens (n = 205) dans quatre cliniques privées de la ville de Sfax ainsi que des entretiens semi-directifs menés avec des professionnels du (para)médical entre 2014 et 2015. Impulsé par les investissements des professionnels de santé locaux, le développement du secteur privé de santé à Sfax est endogène et repose sur une patientèle provenant très majoritairement de Libye. Depuis les années 1960, l’évolution du contexte géopolitique régional produit des figures migratoires (diaspora, voyageur médical, blessés de guerre, patients transnationaux) et des spatialités spécifiques (échelle transfrontalière, intra-régionale). Les résultats collectés ont permis d’identifier quatre périodes géopolitiques clés : (1) la systémogénèse des échanges facilités par la présence de la diaspora libyenne et les accords bilatéraux entre les deux pays ; (2) l’émergence de l’industrie du tourisme médical dans un contexte d’embargo ; (3) la situation de crise de 2011 et l’afflux des blessés de guerre ; (4) l’accroissement des circulations thérapeutiques et l’émergence d’un espace de soins transnational résultant de la guerre en Libye.

This paper analyses the emergence of transnational care through the case study of Libyan patients seeking care in the Tunisian city of Sfax as a result of changes triggered by the 2011 Arab uprisings. Deconstructing categories of ‘medical tourist’ and ‘medical traveller’, we examine how the evolving geopolitical context produced specific migratory profiles (diasporic, traveller, cross-border, war-wounded and transnational patients) and spaces (cross-border, (intra)regional and transnational spaces of care) between Libya and Tunisia. Given a lack of data on the topic in North Africa, we developed a study on health mobilities and circulations from a South-South perspective. Based on a survey amongst Libyan patients (n = 205) in four private clinics and nine semi-structured interviews with health professionals in Sfax, we identified, how four key geopolitical periods shaped medical travel to this city: (1) initial diasporic exchanges facilitated by bilateral agreements; (2) an emerging medical tourism industry within private health services arising from the UN embargo on Libya; (3) the 2011 political crisis and arrival of war-wounded; and (4) therapeutic circulations and emerging transnational spaces of care resulting from the context of war.

Résumé initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°25, octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Protester pour l’entreprise, contester la reprise : la mobilisation des verriers de Technoverre en Tunisie

Résumé de l'article : BEN YOUSSEF Mohamed Slim, 2019, « Protester pour l’entreprise, contester la reprise : la mobilisation des verriers de l’usine Technoverre en Tunisie », Confluences Méditerranée, vol. 111, n° 4, 15-28. [En ligne]

Huit ans après la première situation révolutionnaire de l’hiver 2010-2011, la question sociale est toujours centrale dans les scènes protestataires tunisiennes. Or, si les mobilisations pour l’emploi public ont beaucoup gagné en visibilité après 2011, le secteur industriel privé a connu une éclosion de mouvements ouvriers moins documentés. Par-delà les revendications matérielles, ces mobilisations sous-tendent aussi des dimensions morales, liées à la rupture de pactes sociaux protecteurs. À partir de l’étude de la mobilisation des travailleurs de la verrerie Technoverre, cet article se propose de montrer la manière dont le repreneur de l’usine, en rompant les promesses de redressement et en mettant en péril l’identité professionnelle des verriers, contribue à alimenter une contestation qui défend indissociablement l’entreprise, l’emploi et le « métier ».

Une enquête qualitative, combinant entretiens biographiques et observations de terrain, a permis d’analyser la déstabilisation d’un pacte protecteur qui préside aux relations de travail dans une entreprise de verre créée au début des années 1970. S’appuyant sur une analyse configurationnelle qui inscrit l’usine dans sa trajectoire historique, cet article explique comment la remise en cause de l’ordre usinier antérieur a profondément affecté les conditions matérielles des travailleurs et les rapports de travail.

Ces transformations se sont traduites, notamment, par l’abandon de la vocation développementiste de l’entreprise au profit du gain facile, le
recours systématisé au judiciaire dans la gestion des conflits de travail et une déstabilisation du métier de « verrier ». Or, le métier, source de fierté ouvrière, est également utilisé comme ressource d’auto-légitimation face à un repreneur étranger à l’entreprise. Face à la rupture de la promesse de redressement de l’entreprise par ce nouveau patron, les travailleurs brandissent leur identité professionnelle menacée pour s’affirmer comme les vrais propriétaires (symboliques) de l’entreprise.

Résumé initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’homosexualité en Tunisie. Retour sur un terrain sensible

Monia Lachheb est chercheure en sociologie à l'IRMC, détachée de l'Université tunisienne depuis 2017. Son programme de recherche porte sur les sexualités dites non-normatives en Tunisie et au Maghreb. 

Monia Lachheb contribue à l’ouvrage collectif Terrains difficiles, sujets sensibles. Faire de la recherche au Maghreb et sur le Moyen Orient, sous la direction de Ratiba Hadj-Moussa, issu du colloque du même nom.

Rendre compte du vécu du chercheur et de celui des enquêté·e·s sur le terrain est partie intégrante de l’expérience de la recherche et témoigne de la complexité du processus de connaissance, notamment en sciences sociales. Dans cette perspective, il est question, dans cette contribution, de rendre compte d’un retour sur une expérience de terrain portant sur l’homosexualité en Tunisie.

La recherche s’est construite progressivement depuis l’émergence de l’homosexualité dans les débats publics au lendemain des soulèvements sociaux de 2011. Elle s’interroge sur les parcours de vie d’un groupe de jeunes gays et lesbiennes dans un contexte politique et socioculturel hostile à l’homosexualité. En effet, cette forme de sexualité dite « non normative » demeure, en Tunisie, une pratique illicite, définie  essentiellement par une interprétation dominante de l’islam et criminalisée par le Code pénal en vigueur. L’homosexualité constitue, à ce titre, un objet sensible et un terrain difficile qui exige la mise en œuvre de
« bricolages » méthodologiques et d’ajustements multiples pour contourner des conditions contraignantes.

Le travail de terrain ne peut pas être statique et construit selon un schéma linéaire. L’identification de la population de l’étude, la construction des relations favorables pour la collecte des données, la reconnaissance des codes de l’échange avec les acteurs/actrices, la gestion de l’affectivité qui émerge dans le cadre des interactions, conduisent à des négociations et des formes d’arrangements variées. Des situations d’enquêtes singulières sont traversées par des moments difficiles, des silences et les émotions, souvent intenses, rappellent la difficulté de dire l’homosexualité et entravent le déroulement de la narration. Les charges émotionnelles traversent le terrain d’enquête et nécessitent une attention particulière. De fait, la relation enquêteur.trice / enquêté·e·s n’est pas une simple interaction qui vise la collecte de données. Elle est aussi une relation humaine et tient donc compte de la
part affective de l’échange.

Résumé d’article initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le harem sultanien en mouvement, une autre Vision du féminin dans l’histoire du Maghreb

Manon Rousselle est chargée de veille, de projets scientifiques et de valorisation de la recherche à l'IRMC depuis janvier 2019.

Le 18 avril 2019, s’est tenue la conférence de Jocelyne Dakhlia,
historienne et anthropologue, directrice d’études au Centre de recherche historique (CRS-EHESS), en partenariat avec la Faculté de Lettres et de sciences humaines de l’Université de Sousse, sur « Le harem sultanien en mouvement : logiques d’État et mobilités féminines au Maghreb (XVIe – XVIIIe siècle) ». Travaillant depuis de nombreuses années sur le harem sultanien, en particulier au Maroc, elle donne une autre vision du harem et du féminin, mettant à jour une réalité en mouvement, loin de la vision close, érotisée et stéréotypée habituelle.

Déconstruction de l’image traditionnelle du harem

L’historiographie laisse apparaître deux visions du harem : d’un côté, une hyper sexualisation, de l’autre, une vision plus austère, révélant des règles dures, voire très contraignantes, une école du Palais, avec des femmes rivales, une surveillance extrême qui oublie la sexualité. C’est d’ailleurs dans cette lignée que Leslie Peirce [1] en vient à parler de reproduction et non plus de sexualité, donnant alors une vision très différente du harem, centrée sur les intrigues politiques, vecteur d’une certaine instabilité politique, récurrentes et constitutives des sociétés
islamiques. Jocelyne Dakhlia souhaite rompre avec cette approche trop facile du harem, pourtant récurrente, aussi bien dans l’historiographie occidentale et orientaliste, que dans la littérature islamique. Elle tend à l’assimiler à une école, un couvent, ou un bordel, en fonction du caractère corrompu de l’État que souhaite mettre en avant l’auteur. Dans les deux cas, cette approche traditionnelle se fonde sur la notion d’espace clos
du harem, mettant au premier plan l’idée d’enfermement, de femmes voilées et cachées et donc, d’une horizontalité de l’espace hiérarchique du palais.

Cherchant à interroger cette notion, les travaux de Jocelyne Dakhlia font état de deux épisodes historiques significatifs : le décès d’une des femmes du Sultan Mouley Ismail lors de sa fuite de Marrakech vers les montagnes (XVIIe s.) [2] et la fuite par la mer de Mouley Zibel (XVIIe s.) embarquant avec lui toute sa bibliothèque et ses deux cents femmes. A priori anecdotiques, ces événements permettent de s’interroger sur l’importance politique des femmes et leur présence au cœur même des
combats et, de fait, de reconfigurer le genre dans la sphère politique. Pour l’historienne, ce type de circulation n’est pas accidentel : il est structurel. De fait, il montre que le pouvoir au Maghreb s’inscrit dans
une tradition de grande mobilité et d’itinérance. L’historiographie récente en réévalue le caractère polycentrique. Le Maroc est l’exemple même d’une pluralité de capitales, jusqu’à une période très récente. Non seulement un sultan peut avoir plusieurs capitales, et donc plusieurs harem, mais un fils, un oncle, un neveu voire un rival peuvent se constituer un fief et gouverner la région avec une stature royale. À ces contre-pouvoirs s’ajoutent aussi les entités politiques alternatives, comme les cités-États plus ou moins indépendantes, les entités confrériques, etc. Le pouvoir est objectivement polycentrique au Maghreb. C’est également le cas de l’Empire Ottoman (cf. Leslie
Peirce). Cela crée une concentration de femmes au palais et donc une floraison de rivalités politiques, contexte dans lequel les femmes deviennent plus actrices que sujettes.

Le mouvement comme caractéristique de l’exercice du pouvoir au Maghreb

Selon Jocelyne Dakhlia, la conception durable de l’État conquérant au Maghreb découle de la conception même du souverain, à savoir, celle d’un souverain en mouvement. L’instabilité du pouvoir n’est alors ni la
conséquence d’une impossibilité de centralisation, ni un échec, mais une caractéristique structurelle. La centralisation est rendue sciemment impossible car le pouvoir repose sur une compétition permanente pour le trône. Qu’il soit un féroce chef de guerre ou un sultan pieux, le souverain se doit d’être en mouvement. Les femmes suivent ce mouvement, passant d’un centre de pouvoir à un autre, contrairement à la vision de la femme musulmane vivant dans un espace sédentaire, fixe et isolé. L’image du sérail comme un lieu clos et fermé est déconstruite. Les princesses sont aussi mobiles que les princes. Il ne s’agit plus de concevoir la vie de ces princesses hors du temps mais, justement, ancrée dans la vie du Sultanat. C’est un harem hors-les-murs.

Une relation forte existe entre centralisation politique et inflation numérique et symbolique du harem. Cette articulation est d’autant plus
visible sous les règnes de Mouley Rachid et Mouley Ismail [3], en tant que constitutif du processus d’affirmation de la dynastie alaouite au milieu du XVIIe siècle. L’unification territoriale qu’opèrent ces souverains passe aussi par l’expansion du harem. Toute mobilité du Sultan s’accompagne d’un drain de femmes.

C’est une forme d’impérialité inclusive mais aussi symbolique puisque les monarques vont se mettre à « collectionner » de belles femmes, achetées ou reçues en cadeau. À l’exemple de Mouley Yezid à la fin du XVIIIe siècle, qui, lors d’un séjour à Tripoli épouse, par force, la fille d’un cheikh tribal très puissant. Toute négociation politique s’accompagne d’alliances. L’inflation du harem est consubstantielle au politique lui-même. Les femmes sont happées vers le palais, elles y sont parfois abandonnées quand la conjoncture politique les dessert. Certaines deviennent de simple servantes, avec une existence sédentaire, sans que l’on sache dans quelles proportions.

Les femmes en extérieur, au cœur du pouvoir

L’historienne souligne le fort engagement physique de ces femmes. Lors des déplacements royaux qu’elles accompagnent, elles vivent sous la tente, souvent luxueuse, mais dans des conditions matérielles qui restent difficiles : les réveils sont matinaux, les déplacements se font à dos de mules ou de chevaux, pendant la nuit ou avant l’aube, la caravane des femmes précédant l’escorte masculine pour échapper aux regards. À l’époque moderne, les déplacements se font communément sous des litières pour être à l’abri des regards, ce qui n’est ni plus sécuritaire ni plus confortable. Mais ces conditions sont encore plus dures pour les
autres femmes qui suivent les armées. Sur certaines images, les femmes tiennent des fusils ou sont au cœur de la bataille, apportant de l’eau ou s’occupant des blessés. Cet aspect genré des combats n’a jamais été pris en compte jusqu’à présent.

Sans aller jusqu’à affirmer qu’il y a eu des corps d’armées féminins comme chez les Mogols, tout laisse à penser que les sultans alaouites étaient gardés, la nuit, par des femmes, dont certaines sont représentées avec des lances. Un récit anglais fait d’ailleurs mention d’une reine qui aurait obtenu le ralliement de certaines tribus marocaines et qui, lance à la main, aurait affronté Mouley Ismail lors d’une joute à cheval. Cette femme, communément identifiée par les historiens comme Lalla Khnata, exerça une forme de régence après la mort du sultan, pendant laquelle elle œuvra à gagner des soutiens pour son fils. Une fois son fils au pouvoir, elle part en pèlerinage pour sa propre sécurité. À sa destitution, elle est torturée et fuit chez sa fille, emportant avec elle une grande partie des réserves de poudre à canon. Femme de pouvoir à la vie rocambolesque, elle est une figure du pouvoir incontournable, incarnant parfaitement cette femme à l’extérieur du palais, à cheval, arme à la main.

La relation organique entre les femmes et le pouvoir se retrouve aussi dans les unions. Lorsqu’une famille souhaite prêter allégeance, elle offre une fille en mariage/concubinage. C’est aussi une manière d’avoir quelqu’un en haut lieu, proche du pouvoir, avec un rang plus ou moins important. Jocelyne Dakhlia parle alors de « députation » de chaque grande famille ou tribu auprès du souverain. C’est un véritable principe de représentation. Inversement, quand le sultan se déplace, il emmène ses femmes originaires de la région. Dans le cadre de visites familiales,
elles ont en charge de défendre au mieux les intérêts du souverain auprès de la population locale. Les contacts passent par les femmes. La même logique s’applique aux fils donnés pour servir d’otages de cour ou de serviteurs, ou pour certaines captives chrétiennes.

Dans la société maghrébine, une famille ou une femme seule peut éduquer une esclave qui deviendra ensuite femme de sultan ou de gouvernant et ainsi organiser une relation de clientélisme. On voit aussi l’effet inverse, où le sultan confie l’éducation d’une esclave à une famille, s’assurant ainsi sa fidélité car il a une « espionne » en son sein. Par exemple, l’épisode des esclaves noires de Fès placées auprès de notables a permis une relation, à la fois, de solidarité et de surveillance. Ce flux constant de redistribution de femmes interdit de voir le palais comme seul lieu de capitalisation des femmes. Ces femmes sont des médiatrices,
des intermédiaires et conservent leurs entrées au palais. Il y a une dissémination féminine, une dispersion du harem. A contrario, l’historienne relève que les sœurs et filles des sultans sont plutôt dans une dynamique sociale descendante.

Sortir des visions culturelles stéréotypées

Le palais n’est pas un espace clos mais un espace très poreux. Bien sûr, les femmes les plus importantes sont voilées pour être dissimulées au regard, on ne peut parler aux reines qu’à travers une porte, par l’intermédiaire d’intendants juifs. Cependant, certaines ne sont pas voilées et peuvent circuler à leur guise. Elles ont le droit de sortir, même si alors, s’impose un protocole très strict comme détourner le regard ou se mettre à plat ventre pour ne pas les voir. On garde à l’esprit l’image de la princesse Fatma, seule sur sa monture, avec mille cavaliers, se rendant
de Marrakech à Fès, visitant des lieux de culte, sillonnant toute la région et recevant des délégations régionales. C’est un moment de consolidation du pouvoir, par le biais de la princesse.

Jocelyne Dakhlia s’interroge sur le contexte plus général des circulations féminines, les mobilités plus ordinaires, plus anonymes. C’est donc bien
l’ensemble des femmes qu’il faut, selon elle, replacer dans des dynamiques plus mobiles. Les études et la littérature héroïsent « la femme européenne », intrépide, minimisant ainsi les mouvements de « la femme musulmane », cependant très mobile, ne serait-ce que par  l’esclavage. C’est une mobilité trans-classe, c’est-à-dire une mobilité géographique mais également sociale, propre au monde musulman. Il est difficile de définir une classe sociale féminine plus protégée qu’une autre. Cette vie dans le mouvement dément aussi le schéma des intrigues du palais, car si intrigues il y a, elles se font dans l’articulation du mouvement, et c’est alors une fonction reconnue comme telle.

[1] PEIRCE Leslie P., 1993, The Imperial Harem: Women and Sovereignty in the Ottoman Empire, Londres, Oxford University Press.

[2] Cet épisode est relaté par Germain Mouette, français resté captif onze ans dans le sultanat marocain, dans son récit Relation de captivité au Maroc, 1683.

[3] On prête à Mouley Ismail près de 8 000 femmes et plus de 1 200 enfants.

Article initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Compte-rendu : LA GESTION DE CRISE DANS LES MÉTROPOLES : ENJEUX POLITIQUES ET SCIENTIFIQUES

Manon Rousselle est chargée de veille, de projets scientifiques et de valorisation de la recherche à l'IRMC depuis janvier 2019.

Le 26 avril s’est tenue à l’IRMC la conférence d’Alexis Sierra, en partenariat avec l’Institut de recherche sur le développement (IRD), sur la gestion de crise et son projet de recherche en Tunisie, notamment à Tunis. Ayant travaillé de nombreuses années en Amérique du Sud, son objectif est de comprendre le terrain tunisien pour mieux le comparer au système latino-américain ou, plus exactement, confronter le contexte latino-américain à celui du Grand Tunis.

Les travaux d’Alexis Sierra portent sur la gestion des risques et des crises. Pour cela, il est nécessaire de bien définir le concept de « risque » par rapport à celui de « crise ». Pour le chercheur, le risque n’est pas un aléa, c’est une réalité abstraite, en attente de la catastrophe, tandis que la crise est le moment de rupture. En Tunisie, c’est la loi de 1991 qui fait référence en matière de gestion de risques. Elle parle de calamité, fléau, danger, sinistre, menace ou aléa. La question qu’il pose est la suivante : sur quels savoirs territorialiser une réalité abstraite qui correspond à une potentialité ?

Dans un premier temps, il explique que plus l’enjeu a de la valeur, plus le risque est élevé. Or les grandes villes, en général, et les métropoles, en particulier, concentrent les enjeux. En Tunisie, le Grand Tunis est un espace à risques. La notion d’espace à risques englobe une réalité abstraite (possibilité), les enjeux (personnes, biens, etc.), l’espace naturel du phénomène et les espaces de vulnérabilité. Les espaces d’aléas, quant à eux, sont des espaces où les enjeux ne sont pas aussi importants que les espaces à risques. Le Sebkhet Sejoumi en Tunisie est sujet à un « risque d’inondation », mais il n’y a que quelques constructions et peu d’habitants donc il n’est pour le moment qu’un espace d’aléas. Cependant, un plan de développement urbain y est envisagé, le faisant alors évoluer vers un espace à risques.

Il s’interroge également sur la liste des espaces à risques établie par le gouvernement tunisien et sur les critères de sélection qui ont prévalu. Selon son analyse, ces lieux sont des espaces trop ambivalents. Les espaces à risques sont des espaces potentiellement sinistrés en lien avec les dynamiques urbaines. Il prend l’exemple du quartier des Berges du Lac 1 ou du Kram en périphérie de Tunis. Les constructions ont été faites sur une ancienne zone marécageuse. Les intérêts multiples et le développement urbain croissant renforcent les conséquences en cas de sinistre. L’espace à risques se définit aussi par les pratiques citadines. Prenons, par exemple, le cas de l’avenue Habib Bourguiba. Drainant énormément de population chaque jour, elle représente un espace à risques en cas notamment d’attaque terroriste ou de tout autre événement dramatique.

Alexis Sierra fait un parallèle avec la métropole de Quito, capitale de l’Equateur, où, selon ses travaux, l’urbanisation a engendré le risque. Depuis le XVIe siècle, l’on tente de lutter contre les coulées de boue via le drainage des courants d’eau et la construction de remblais. Or, les coulées de boue ont persisté mais cela n’est devenu un véritable risque que lorsque la presse a commencé à en parler. Il y a ici une logique historique du développement urbain qui doit être prise en compte. À la fin des années 1990, un plan d’aménagement est établi contre l’eau, mais il s’agit ici de coulées boueuses, c’est donc un échec. Plus encore, les problèmes viennent de l’importance des enjeux stratégiques. Compte-tenu du coût exorbitant de ces aménagements, on privilégiera un versant par rapport aux autres, en fonction du niveau de risques qu’il représente. Cela se fait donc en fonction de la politique de gestion du risque et du développement de la ville. Pour Quito, le levier aujourd’hui est la décentralisation. Il y a création de commissariats en charge de la surveillance des sites « à risques » pour certains versants et non pour d’autres, afin de limiter, voire arrêter, la croissance urbaine sur ces versants sujets aux coulées de boue. La logique est historique, ancienne.

Dans le passage de la gestion du risque à la gestion de crise, il y a la notion d’urgence. Il faut circonscrire l’événement. C’est une épreuve pour la société urbaine qui met en jeu ses pouvoirs. Il s’agit d’établir un système d’information géographique pour la gestion de crises dans le but de localiser à la fois les besoins et les ressources de gestion de crises. On s’aperçoit alors que l’espace lui-même devient une ressource. Alexis Sierra explique cela dans l’Atlas problématique d’une métropole vulnérable[1].

Enfin, le chercheur met en place la simulation de crises comme une mise à l’épreuve des acteurs urbains. Il fait ainsi une cartographie de la simulation qui permet de mettre en lumière les espaces problématiques. Il estime que si, au Pérou, on part des municipalités pour aller vers le national, en Tunisie, à l’inverse, la centralisation du sujet par le ministère de l’Intérieur est très importante. Pourtant, les municipalités se voient déléguer des missions comme l’entretien des routes, qui les confrontent à la gestion de crises. En Tunisie, le projet d’Alexis Sierra porte sur le scénario de crise, outils au service des autorités locales.

[1] Metzger Pascale, Gluski Pauline, Robert Jérémy, Sierra Alexis, 2015, Atlas problématique d’une métropole vulnérable : inégalités urbaines à Lima et Callao, Marseille, IRD.

Article initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°25, octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook