Approches et méthodes de l’analyse électorale en contexte post-autoritaire

L’école thématique CNRS sur l’analyse électorale, coordonnée par Alia Gana et Gilles Van Hamme, a été organisée par l’IRMC, avec la participation de l’Université Libre de Bruxelles (l’ULB) et de l’Institut de recherche sur le développement (l’IRD), s’est déroulée du 15 au 19 septembre 2015, à L’hôtel Sidi Bou Saïd, Sidi Dhrif. Une quarantaine de participants dont une vingtaine de stagiaires, de diverses nationalités et de profils variés – jeunes chercheurs, membres de la société civile, affiliés à des organisations internationales – ont assisté aux conférences et participé activement aux ateliers.

S’appuyant sur les acquis du projet de recherche PROCELEC (Processus électoraux en Afrique du Nord : recherche en géographie et en sociologie électorale), coordonné par l’IRMC, cette école thématique s’est fixée comme objectifs de confronter et de mettre en dialogue les approches et les méthodes mises en oeuvre par différentes disciplines (sociologie, géographie et sciences politique), et appliquées à différents contextes sociopolitiques (Europe, Afrique du Nord, Afrique Sub-saharienne). Son but est de familiariser des étudiants et des jeunes chercheurs avec les approches interdisciplinaires, comparatives et territorialisées, ainsi qu’avec les outils de l’analyse électorale et de contribuer au développement d’une expertise répondant aux besoins spécifiques des pays de la région, tant en matière de recherche que de formation universitaire.

Combiner sociologie et géographie électorale

Après une présentation des objectifs de l’école, la première séance a été l’occasion de présenter les fondements théoriques de l’analyse électorale. Eric Agrikolyansky a rappelé les grandes approches de la sociologie électorale et leurs centres d’intérêt : évaluation de l’intérêt pour la politique ; identification des ancrages sociaux des préférences électorales ; et analyse du rapport entre les facteurs structurels dans le temps long et le temps court des élections.

De son côté, Gilles Van Hamme a rappelé l’intérêt de l’approche en géographie électorale qui, à la différence de la sociologie, travaille sur l’ensemble du corps électoral. Il s’est attardé sur l’importance de la notion d’échelle, qui peut entraîner des erreurs d’interprétation majeures si elle n’est pas bien prise en compte. L’ambition est avant tout de comprendre les lignes de fractures dans les sociétés, au moyen des outils qu’offre la géographie électorale : cartographie des espaces d’implantation des partis, croisements des données électorales et socio-économiques, comparaison dans le temps et dans l’espace, et analyse multiscalaire.

Les objectifs de la recherche sur les élections sont multiples. Ils visent tout d’abord à cerner les critères de politisation des individus : en sociologie, différents modèles tentent de cerner ce processus.
Le modèle de « domination sociale » stipule que la politisation dépend avant tout de la position sociale et de la culture subjective et objective du citoyen. Les populations « dominées » – classes
populaires, non instruits, jeunes – participent donc moins que les autres. La question de la compétence politique, très difficile à évaluer semble finalement aussi bien une question de délibération, de politisation en situation de délibération, que de compétence sur le fond. Le modèle de l’intégration sociale, développé par Paul Lazersfeld et Céline Braconnier, stipule, quant à lui, que c’est l’appartenance à des groupes sociaux structurés qui permet l’augmentation de la participation ; le vote est alors vu avant
tout comme une pratique collective. Cette question de l’appartenance communautaire, de l’identité, et du vote est au
coeur des travaux de « l’école du Michigan » sur l’appartenance sociale. Certaines variables « lourdes » surdéterminent le vote : la religion, « l’effet patrimoine », les statuts socioprofessionnels, etc.

La recherche en analyse électorale vise également à cerner la force du déterminisme social dans l’opération de vote : avec Eric Agrikoliansky, Gilles Van Hamme a rappelé que si le vote des classes a été sans doute surestimé, il n’en reste pas moins une réalité, qui se recompose et se décline sur de nouveaux axes, au gré des évolutions de l’offre politique : ethnocentrique/universel ; inégalitaire/ égalitaire. Cette vision est remise en question dans le cadre de la « crise des identifications partisanes », qui fait passer de « partis de classes » aux « partis à enjeux ». C’est l’émergence d’électeurs éduqués et du modèle concurrent de « l’électeur calculateur » (cf. Anthony Downs, An Economic Theory of Democracy, 1957), qui recherche avant tout l’utilité individuelle dans son vote. Sur le plan théorique, Eric Agrikoliansky a rappelé l’importance de l’interdépendance de l’ordre politique et social. L’ouvrier est autant une catégorie produite par l’ordre  politique qu’une classe sociale définie. La recherche électorale s’intéresse aussi aux rapports entre facteurs structurels dans le temps long et le temps court électoral et à l’analyse des ruptures et continuités. Cette dichotomie pose un certains nombre de questions méthodologiques. Si les campagnes peuvent renforcer des convictions, les effets de contexte font appel à l’historicité du champ politique, à l’offre électorale en tant que telle. En géographie, l’analyse de la socialisation politique des citoyens, permet de cerner les formes d’encadrement social, et leurs implications spatiales. On distingue ainsi « l’effet de voisinage ». Ce sont les effets de la norme sociale, de l’influence des pairs, et du poids d’institution d’encadrement social fortement ancrées dans l’espace. Par ailleurs, malgré les bouleversements politiques, on observe une persistance remarquable dans la géographie électorale d’une structure socio-économique, au-delà de ce qui l’a fait naître. Ainsi, les zones, industrielles dans les années 1900 en Belgique par exemple, sont encore souvent des piliers de vote socialiste. Jérôme Heurtaux, dans sa présentation sur la sociologie en contexte postautoritaire, rappelle également que dans l’euphorie démocratique, l’abstention reste peu étudiée, tout comme la figure de l’électeur. Souvent, il y a une idée « d’incompétence civilisationnelle » des citoyens à s’exprimer politiquement. Si la volatilité électorale y est importante, on constate néanmoins une stabilité en termes de clivages sociaux.

L’analyse électorale en contexte autoritaire et post-autoritaire. Etudes de cas en Afrique du Nord : quelles significations des élections en régime autoritaire ? Puis post-« printemps arabe » ?

A. Les élections comme simple outil de légitimation.

Eric Gobe, dans sa présentation sur la signification des élections en Tunisie en régime autoritaire, a rappelé que l’État a procédé a de constants réajustements du code électoral afin de garantir la stabilité du régime et d’éviter le mécanisme capable d’introduire l’alternance. Le choix d’un scrutin majoritaire de liste à un tour est devenu une véritable clé pour le partiÉtat. L’élection devient en réalité un instrument de gratification pour les bons et mauvais opposants. C’est plutôt un système de cooptation en ce qui concerne l’élection présidentielle.

B. Les élections en Algérie, la perte du sens du processus électoral comme mesure de politisation.

Abdelkader Lakjaa, dans sa présentation du cas algérien, et du comportement des jeunes depuis 1989, a rappelé le caractère inédit de l’exemple algérien. Ainsi, à la suite de la victoire électorale du FIS en 1991, le régime décide l’annulation et l’arrêt du processus électoral et ouvre la porte à une double décennie de guerre civile. Les enquêtes de sociologie électorales menées aujourd’hui auprès des jeunes Algériens permettent de souligner que la tendance lourde est avant tout l’abstention. Dans un climat socioéconomique difficile aujourd’hui, les jeunes se replient sur l’espace familial. De
l’indépendance à aujourd’hui, le contrat entre les élites politiques et les jeunes a consisté à garantir l’État providence, et ce contrat est désormais rompu. On peut parler de « citoyens sans citoyenneté ». Dans sa présentation « Les élections : « négociations courtisanes » et jeu politique local, le cas du Maroc, Mohamed Tozy souligne qu’avant 2011, il s’agissait d’un simple partage des responsabilités entre le gouvernement et le roi. Ce n’est pas la légitimité électorale qui prime, mais plutôt la coopération avec le roi. Désormais, le roi prend en charge la contradiction : modernisation de la constitution versus conservatisme. Les nouveautés de la mobilisation électorale sont le rôle des réseaux sociaux et le financement public. Les élections restent une « compétition de courtisans » mais il existe malgré tout un vrai jeu politique. Il y a finalement une sorte d’équilibre entre la cooptation et la transaction politique.

© ladepeche.fr

Dans son exposé traitant du « retour d’un régime autoritaire » Sarah Ben Nefissa présente le cas égyptien et ses spécificités. Ce qui change vraiment après 2011, c’est avant tout l’apparition de la
figure de l’électeur, l’absence d’intervention de l’État dans ces élections là, et la dissolution du « parti-État ». Elle souligne la forte corrélation entre le milieu paysan et le vote islamiste, qui permet de parler d’une affirmation politique du fellah égyptien. Le clivage se fait également entre les civils, les religieux, et les « traditionnels » (nationalistes, pro-État). Le monde rural semble une réserve de voix islamiste, le monde urbain est plus moderniste. Certains clivages géographiques apparaissent désormais structurants. Les évènements de juin 2013 auraient pu marquer la fin de la confiance dans les élections. Cependant depuis ce moment là, c’est la participation ou non à l’élection qui devient le vrai enjeu et signifie l’accord ou non avec les évènements de juin. Dans ce contexte, le vote blanc, en pleine augmentation, apparaît comme éminemment politique. Par ailleurs, le clientélisme et les transactions de voix au niveau local, rappelle qu’il ne s’agit pas juste d’élections de façade, et que des dynamiques autres, mais pas « non politiques », sont en jeu.

Enseignements des scrutins post-révoltes arabes, et méthodologie d’analyse

Historique du projet : au-delà des clivages identitaires, comme facteur explicatif des scrutins de 2011. Alia Gana a présenté une sociologie électorale comparée de la Tunisie, rappelant les objectifs qui avaient guidé la mise en place du programme et groupe de recherche PROCELEC, à l’origine de l’organisation de l’école thématique. Ainsi, à la suite des élections de 2011, l’ensemble des analyses se sont concentrées sur l’idée de profonds clivages sociopolitiques, identitaires – modernistes/conservateurs ; laïcs/ islamistes –, délaissant largement la dimension territoriale du vote. L’idée était donc de souligner l’importance d’une lecture territoriale et sociologique pour éclairer les clivages profonds de la société
tunisienne. Les conclusions tirées de l’analyse des données d’enquêtes menées auprès d’un échantillon de 600 électeurs soulignent le poids de certains déterminants sociodémographiques dans la participation et l’orientation du vote (âge, sexe, niveau
d’instruction et catégorie sociale). Les résultats de l’enquête confirment les différenciations socioéconomiques des comportements électoraux et suggèrent que le clivage « conservateur/moderniste » recouvre partiellement une opposition
sociale. Néanmoins, ce résultat ne doit pas être interprété comme renvoyant à une opposition sociale tranchée entre le vote Ennahdha qui serait celui des classes défavorisées, et le vote moderniste qui serait celui des classes aisées urbaines.

Les instituts de sondages : des méthodes en débat.

La fin de matinée, H. Zargouni a présenté la méthode des sondages électoraux, réalisés par son entreprise Sigma Conseil. Cela a donné lieu à une vive discussion sur la pertinence des méthodes de collecte des données et de production des résultats de tels instituts.

Outils techniques et méthodologiques pour l’appréhension du fait électoral :

1. Cartographie et statistiques, l’approche quantitative :

Maher Ben Rebah a introduit les méthodes, fondements et outils de la cartographie électorale : traduction graphique d’un jeu de données, d’une problématique, et d’une échelle spécifique. David Goeury a fait une présentation de cartes et cartogrammes surles élections tunisiennes et marocaines. L’atelier a permis de poser les questions des choix de représentations graphiques, et a introduit la notion d’interprétation de la carte. Ainsi, les régions sahariennes,
faiblement peuplées mais correspondant aux plus grandes délégations, semblent souvent sur-représentées dans la
cartographie électorale. La méthode des cartes en anamorphose permet de pondérer ce déséquilibre, en laissant voir le
déséquilibre superficie/démographie. Le samedi matin, les participants ont également pu apprendre à utiliser les logiciels de cartographie et produire un certain nombre de cartes « classiques » de géographie électorale, comme les rapports d’implantation entre les partis, où la répartition du vote des jeunes. Grâce aux bases de données et fonds de cartes de la Tunisie qui ont été fourni aux participants, l’atelier a permis la production de diverses cartes thématiques.

2. Les modèles statistiques, comme test de pertinence des variables sur l’ensemble du corps électoral :

Gilles Van Hamme a présenté les notions statistiques fondamentales que sont « l’analyse en composante principale » et « la régression », qui permettent d’expliquer en partie des variations territoriales. D’autres ateliers ont permis aux participants de se familiariser avec les approches quantitatives et qualitatives, en apprenant à manipuler des bases de données afin de tester divers croisement de variables et en proposer une interprétation.

3. Approche qualitative, microsociologie et approche territoriale :

Le jeudi matin, Eric Agrikoliansky et Alia Gana, ont présenté les méthodes d’enquêtes auprès des électeurs, en rappelant que les échantillons doivent être représentatifs avant tout en termes de diversité de la population. Les questions, ouvertes ou fermées, sont individuelles et cherchent à cerner les choix politiques et caractéristiques sociales. Les principales limites du questionnaire sont la sous représentation de l’abstention, les contraintes liées au passage effectif de l’enquête (temps, disponibilité, …) et le
codage, ainsi que la difficulté d’établir certaines causalités uniquement via cet outil. Le vendredi matin a été l’occasion d’un atelier où les participants, par groupe, ont présenté des questionnaires qu’ils avaient préparés en s’inspirant du questionnaire PROCELEC, utilisé pour la production de résultats inédits en recherche électorale post-printemps arabe dans les contextes marocain, tunisien, et égyptien. Cela a permis aux participants de cerner les difficultés et d’identifier les logiques du
choix des questions selon les objectifs de la recherche, et la nécessaire réflexion pour une adaptation optimale des questions au contexte socio-territorial de l’enquête.

Les observatoires localisés: cerner les logiques sociales du vote et la nature des réseaux sociaux qui en sont à l’origine. L’après midi, la présentation des résultats des observatoires localisés du Maroc, de Sfax, Tabarka, et de l’Egypte, ont permis d’analyser les comportements électoraux en tenant compte des systèmes de relations sociales dans lesquels s’inscrivent les individus, qu’on peut
appréhender plus finement au niveau local. Dans chaque terrain, une centaine de questionnaires ont été passés auprès des électeurs et une dizaine auprès des acteurs politiques clés. L’équipe égyptienne a restitué le travail, effectué dans un contexte très tendu, et qui de fait, s’est donc plutôt attaché à une description de trajectoires d’individus soumis aux micropressions, mettant en valeur les logiques d’interrelations et la complexité de l’ancrage territorial de l’électeur.

Conclusion

Lors de la synthèse, il a été rappelé que l’ambition de l’école était d’offrir aux participants la diversité des approches et expériences dans le champ de la recherche électoral en rappelant qu’on ne peut pas comprendre les comportements électoraux sans les combiner. Les participants de leurs côtés ont fait part de leur intérêt pour la présentation de divers contextes nationaux, qu’ils auraient souhaiter approfondir en partant de leur expérience et parcours individuels, afin de mieux cerner les spécificités des effets de contexte, et d’une situation autoritaire ou post-autoritaire en ce qui concerne l’analyse électorale. L’alternance des conférences thématiques et ateliers pratiques a été l’un des points forts de l’Ecole et les participants ont exprimé l’envie de systématiser cette alternance avec plus d’ateliers encore, afin de discuter et mettre en débat les expériences de chacun. Tous les participants ont rappelé
l’intérêt qu’ils avaient eu à suivre cette école, malgré des profils très différents, dans la mesure où ils ont pu accéder à des connaissances théoriques et une vision renouvelée des comportements électoraux.

Irène Carpentier

 

Pour citer ce billet : Irène Carpentier, «Approches et méthodes de l’analyse électorale en contexte post-autoritaire», Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1953.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Réseaux négociants et réseaux maritimes : apports et biais des nouvelles approches pour l’histoire du commerce à l’époque moderne

L’objet de la conférence de Mme Sylvia Marzagalli, professeur d’Histoire moderne à l’Université Sophia-Antipolis, et membre senior de l’Institut universitaire de France est de faire un point
historiographique sur le commerce maritime à l’époque moderne tout en partant d’une récente enquête systémique qu’elle a menée et qui appréhendait le réseau en tant que système. Plus précisément, le propos vise à mieux cerner en quoi la notion de « réseau » a pu évoluer, et faire émerger de nouvelles études, notamment au contact des autres sciences sociales.

Cette troisième séance a lieu après deux séances de séminaires « MoRéMi Sud » dans le cadre des Conférences de l’IRMC, organisée par Hasnia-Sonia Missaoui où en premier lieu Michel Grossetti, sociologue des réseaux sociaux, nous a dressé un bref historique des recherches sur les relations personnelles, qui ont constitué une approche particulière de l’analyse des réseaux sociaux et nous a
décliné la notion de réseaux sociaux à partir de différents travaux que ce soit par le prisme d’une approche méthodologique ou des dynamiques sociales. Ensuite, dans une seconde séance Sylvie Mazzella, sociologue des migrations, nous a parlé à son tour de l’usage de la notion de réseau dans la sociologie des migrations en
relevant que cette approche par les réseaux questionne des paradigmes importants en sociologie des migrations et interroge les
différentes traditions de recherche par son emploi qui a permis de modifier un regard trop souvent binaire. Sylvia Marzagalli vient ajouter à ces rencontres un élément supplémentaire, celui d’avoir appliqué la méthode des réseaux sociaux dans le cadre d’une enquête en histoire, à partir d’archives, qu’elle a menée dans le cadre
d’un programme de l’ANR (2008-2011, ANR Navigocorpus) où elle est passée d’une approche quantitative à une approche par les acteurs.

L’étude du commerce à l’époque moderne est depuis longtemps un axe majeur de préoccupation des historiens, le commerce par voie d’eau étant très souvent privilégié pour des raisons de coûts de transport. Ce commerce international a souvent été conçu dans un
espace physique, ce qui a donné lieu à des cartes très traditionnelles où l’on n’indiquait que des trajectoires d’importation et d’exportation qui ne montrent que des segments de marché. L’historiographie a longtemps abordé, de ce fait, la notion de réseau dans l’unique biais de la circulation des produits à travers différentes destinations. Cette historiographie qui a véritablement eu cours à partir des années 1950 a abouti à une série d’études monographiques sur des ports (comme la thèse d’André Lespagnol sur Saint-Malo), ou sur des destinations du commerce maritimes, perçues comme « exotiques ». Cette logique, qui s’attarde sur la quantification des produits importés et exportés des ports en question s’est parfois avérée quelque peu statique et a récemment évolué vers une historiographie s’attardant davantage sur les relations établies entre les marchands, et sur les logiques de construction de celles-ci, qu’elles soient confessionnelles, familiales ou nationales. Cette approche va alors permettre de passer d’une étude d’un réseau commercial à l’étude d’un réseau marchand, d’une logique quantitative à une logique plus humaine, à l’échelle des
acteurs.

Port de Saint Malo © BNF

Silvia Marzagalli nous donne un exemple en indiquant pourquoi la logique traditionnelle ne peut suffire à elle seule pour appréhender tous les liens des commerçants une fois qu’on a l’information concernant un navire et dont on sait d’où il est parti et par où il est passé. Souvent on a appréhendé la géographie commerciale à partir d’un point donné, le port, mais sans pouvoir l’emboîter dans un ensemble de flux de marchandises. De plus, généralement, les relations qui ont lieu une fois sur place n’étaient pas indiquées. Pour dessiner une carte plus complète, l’intervenante a cherché plusieurs sources différentes pour raconter un récit qui ne pouvait être appréhendé par aucune des sources prises individuellement, pour ensuite coller ces différents récits afin d’arriver à un graphe, une toile plus complète. Il faut noter que les logiques d’information auxquelles les chercheurs peuvent accéder aujourd’hui appartiennent à différents acteurs tels les armateurs et les négociants. Souvent pour reconstituer des trajectoires d’un navire, Silvia Marzagalli propose d’inventer d’autres instruments que de se focaliser sur un seul point et de voir les conditions de ce point. L’intervenante propose de faire une toile des relations en prenant en compte les logiques des hommes et les enjeux relationnels qui les composent. Ainsi elle parle d’un glissement d’une approche par
le réseau commercial (des flux) au réseau marchand (des liens).

Méthodologiquement il s’agit donc de passer d’un espace physique à un espace relationnel. Et pour saisir tout ceci, les historiens se sont appuyés sur les travaux de l’économie institutionnelle même si cela a souvent abouti à une impasse car il est difficile de tout calculer pour obtenir des résultats pertinents. Alors que la sociologie économique (cf. Granovetter) a fourni d’autres clés pour une analyse plus approfondie. Les historiens ont donc adopté le langage des réseaux en analysant leur objet en tant que réseau et en insistant sur les liens et sur ce qui peut les construire, les alimenter, les créer… Ce
n’est pas pour autant, insiste Silvia Marzzagalli qu’elle ou d’autres collègues historiens font de l’analyse des réseaux sociaux (des graphes, des calculs de centralités sur les objets de recherche des
historiens), même si ils font appel à l’approche des réseaux pour une analyse plus complète. Méthodologiquement, il y a des difficultés spécifiques qui sont propres aux terrains des recherches des historiens modernistes et qui sont des limites, des impasses qui ont poussé les chercheurs à porter leur regard vers d’autres approches.

Il apparaît que les liens créés par les logiques marchandes à l’époque moderne sont cruciaux dans la vie économique pour au moins trois raisons. Tout d’abord, la distance-temps est bien plus grande à l’époque moderne qu’à l’heure actuelle, pour les produits, comme pour l’information (à la différence ici, du monde du XXIe siècle). À titre d’exemple, plus de cinq semaines étaient nécessaires pour
relier Bordeaux aux Antilles. Toute information envoyée au départ est susceptible d’être caduque, désuète à l’arrivée. Si l’on souhaite commercer avec des destinations lointaines, il est alors nécessaire de déléguer la prise de décision à un correspondant local, à même de gérer les intérêts du marchand, acheter des produits sur place et de négocier les prix. Cette réalité est souvent la priorité pour  tout négociant dans une nouvelle relation commerciale. Silvia Marzagalli relève alors trois solutions techniques face à ce problème de distance-temps et de prise de décision : premièrement, le négociant, lors du premier voyage effectue le déplacement afin de nouer un partenariat avec un correspondant local et créer du réseau. Or ceci ne peut pas se faire régulièrement et ne peut être réalisable qu’en début de mise en relation, sinon le négociant perdrait trop de temps et d’argent. Deuxièmement, la prise de décision commerciale est déléguée à quelqu’un sur le bateau, le capitaine par exemple, mais il ne pourra pas réellement tout assurer vu sa propre activité. Et la troisième solution est de faire confiance à quelqu’un sur place, un correspondant local. Cette dernière solution est celle qui
crée le réseau.

Un problème persiste cependant quant à la prise de contact avec l’acteur local qui sera le correspondant de confiance du négociant. Il semblerait que cela se fasse à la fois par les réseaux de ce dernier mais aussi parfois au hasard des rencontres, en sachant que le négociant confie ses biens à autrui et que ce dernier travaille sur
commission. Le négociant doit alors trouver tous les moyens pour que l’acteur local ne fasse pas passer ses intérêts personnels avant les siens. Méthodologiquement, les historiens se sont alors penchés sur la notion de confiance qui se réaliserait soit dans le réseau familial (famille élargie) soit dans le réseau confessionnel (quand un négociant fait affaire avec des séfarades parce qu’il est séfarade ou avec des huguenots parce qu’il est huguenot) soit avec des individus de son propre pays. Concernant ce dernier point Silvia Marzagalli rappelle que les historiens ont, pendant longtemps, raisonné beaucoup trop en terme d’appartenance nationale car les sources indiquaient l’origine « France » alors que le négociant marseillais est avant tout lié aux provinciaux et/ou aux Languedociens au plus. Il est rarement lié aux Normands !

Silvia Marzagalli rappelle qu’il est cependant encore plus difficile de faire évoluer l’idée que ces réseaux ne sont pas forcément familiaux ou confessionnels non plus. Et que cela induit même des erreurs dans les analyses, entre autre parce que les chercheurs se sont appuyés sur les travaux de Max Weber, sur l’esprit du capitalisme qui disait que les protestants faisaient affaire entre eux, les catholiques aussi font pas mal d’affaire ainsi que les Arméniens et les séfarades. Pour saisir ces réseaux, les enquêteurs sont allés souvent chercher confirmation dans les ressources que le réseau était bien confessionnel. Silvia Marzagalli, pour étayer son propos, prend l’exemple de l’historien John F. Bosher qui a fait un très beau travail de recherche sur les relations commerciales entre le Canada et la France. La thèse de cet historien était de dire, en dépit de toutes les entraves dues à l’époque, que le commerce avec le Canada était géré par les protestants. Silvia Marzagalli confirme qu’il avait largement raison sur ce point mais en reprenant les données de ce dernier, elle retrouve beaucoup de liens commerciaux avec les catholiques et de ce fait un réseau trans-confessionnel, et en conclut que ce n’est pas forcément la confession qui fait lien mais les
mécanismes par lesquels le réseau se propage qui va plus favoriser les liens entre des individus de même confession. De plus, sous l’Ancien Régime, beaucoup de familles étaient uni-confessionnelles. Donc, en faisant appel au réseau familial, on reste dans un réseau confessionnel.

Nessim Znaien,
Hasnia-Sonia Missaoui

Pour citer ce billet : Nessim Znaien, Hasnia-Sonia Missaoui, «Réseaux négociants et réseaux maritimes : apports et biais des nouvelles approches pour l’histoire du commerce à l’époque moderne», Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1949.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

De l’usage de la notion de réseau en sociologie des migrations

Avec la mondialisation, les flux migratoires se sont internationalisés, leur ampleur, leur nature et leur diversité ont ainsi inévitablement évolué impulsant de nouvelles figures de migrant-e-s, de nouvelles stratégies de circulations, de nouvelles politiques migratoires dans les pays récepteurs et ceux d’origines… En quarante ans, le nombre de migrants dans le monde a triplé. Ces changements ont rendu indispensable de s’interroger sur ces nouveaux types de liens sociaux et d’espaces qu’engendre la mobilité croissante des personnes à l’échelle mondiale.

Pour traiter de ces questions, s’est tenue le 13 mars 2015, dans le cadre du cycle de conférences MoRéMi Sud “Mobilité, Réseaux, Migrations Sud » organisées par Hasnia-Sonia Missaoui, une conférence donnée par Sylvie Mazzella, directrice du Laboratoire méditerranéen de Sociologie (LAMES) et chargée de recherche au CNRS. Cette conférence avait pour discutant Ridha Ben Amor, sociologue et enseignant-chercheur à l’Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis.

Cette deuxième séance de conférences de l’IRMC s’est tenue volontairement après l’intervention de Michel Grossetti, directeur de recherches en Sociologie des réseaux sociaux qui a présenté ce qu’on pouvait entendre par la notion de réseau en la notion de réseaux sociaux et les possibles liens et ou passerelles à faire entre la méthodologie des réseaux sociaux et les différents thèmes en sciences sociales telle la sociologie des migrations 1.

Souvent, la notion de réseau, quand elle est utilisée dans une approche liée aux migrations, évoque une succession d’images négatives dans les représentations communes : filières mafieuses, travail au noir, repli communautaire… Pourtant, à partir du moment où un individu migre, les réseaux sociaux des migrants sont constitués de liens de solidarité de première nécessité lui permettant alors de s’installer dans la nouvelle société (que ce soit de façon définitive ou provisoire, ou un simple passage vers une autre destination).

Pour le dire autrement, quand un individu vit ou a vécu un processus migratoire, quand une personne est immigrée ou en migration, les réseaux deviennent un élément important dans la construction de sa propre vie. Particulièrement, quand ces derniers ne sont pas dans un pays, un territoire qui leur est familier et qui les oblige parfois à ré-apprendre de nouveaux codes et de nouvelles formes de solidarité pour “vivre ». Les travaux sur les questions de migration ont régulièrement fait appel à cette notion sans vraiment utiliser tout son potentiel analytique.

Selon Sylvie Mazzella, replacer la notion de réseau dans une perspective migratoire présente une réelle importance scientifique. Très régulièrement reprise dans la littérature en sociologie des migrations, la notion de réseau est souvent utilisée comme un mot-clé et rarement interrogée en tant que telle 2 . Or la notion de réseau questionne des paradigmes importants en sociologie des migrations et interroge différentes traditions de recherche (notamment les théories assimilationniste et transnationaliste) par son emploi.

Les sciences sociales se sont longtemps intéressées aux phénomènes migratoires en les examinant, pour l’essentiel, du point de vue des États-nations, et de celui des groupes de migrants venus s’y installer. La sociologie des migrations (Rea, Tripier, 2003 ; Mazzella, 2014) qui a réellement débuté en France après la décolonisation s’est surtout intéressée, dans ses débuts à “l’immigré » et à son statut socialement inférieur. Elle a contribué à la construction d’une image dévalorisée, passive et statique du migrant, image qui a occulté ses capacités « d’entrepreneur », de “fourmi » (Tarrius, 1992 ; Ma Mung, 1996) active du développement des sociétés d’accueil et du lien toujours maintenu avec sa société d’origine. Porter un tel regard sur les phénomènes migratoires et leurs impacts c’est, nous rappelle Sylvie Mazzella :

“renverser les perspectives, opérer un champ/contrechamp », balayer tout l’horizon de son action, saisir le sens de son parcours, permettant ainsi de mieux questionner les liens d’appartenance : appartenance binationale « ici et là-bas », multi-appartenances « ici, là, là-bas et ailleurs… » ou de non-appartenance « ni d’ici ni de là-bas » 3.

Le terme de « réseau » en sociologie des migrations apparait aux Etats-Unis dans les années 1960 suite aux travaux pionniers de chercheurs comme Douglas Massey, John S. Mac Donald et Leatrice D. Mac Donald qui vont analyser les migrations à partir d’une approche par les “chaînes migratoires » donnant sens aux différentes mobilités vécues par les migrants lors de leur migration reconnaissant ainsi la capacité de créer du capital social.

Ce corpus de travaux permet de définir le réseau comme « l’ensemble des liens interpersonnels qui relient les migrants, les futurs migrants et les non-migrants dans des espaces d’origine et de destination, à travers des liens de parenté, d’amitié et une origine communautaire partagée » (Douglas Massey, 1963).

La notion de « chaîne migratoire », également développée est définie comme un « mouvement dans lequel une personne cherchant à migrer est tenue au courant des opportunités de migration, reçoit une aide au transport ainsi qu’un premier logement et un premier emploi grâce à ses relations sociales primaires avec des migrants plus anciens » (MacDonald, MacDonald, 1964). L’un des apports principaux de cette notion est l’idée d’accumulation de capital social dont elle rend compte, et ce au gré de vagues migratoires successives. La notion de chaîne relationnelle en migration a produit de nombreuses recherches empiriques depuis les années 1960, à l’image des recherches sur la création de quartiers ethniques dans certaines villes de destination ou de travaux des démographes (Courgeau, 1970) qui cherchaient à mesurer les flux des migrations ou des géographes (Simon, 1979) qui ont analysé les espaces
relationnels migratoires donnant lieu au concept de « champ migratoire ».

Pour autant, se pose la question de la durée de vie de ces chaînes migratoires, et notamment dans le contexte de crise économique ou de rupture générationnelle. Afin d’illustrer ce type de rupture des chaînes migratoires, Sylvie Mazzella a mentionné l’exemple récent du départ massif de la communauté des Brésiliens du Japon déclenché suite à la crise économique de 2008.

En France, dans les années 1980, à la faveur de la traduction en français de travaux de chercheurs de l’Université de Chicago, de la crise des modèles structuralistes et de la redécouverte de la dimension « locale » en sciences sociales, les recherches en sociologie et en anthropologie urbaine ont progressivement intégré la question du réseau, notamment en sociologie de l’immigration. Cette tradition de recherche a pris pour exemple type le cas de l’immigration algérienne, ouvrière et postcoloniale, travaillant dans des entreprises françaises (Sayad, 1984). Au regard de cet exemple, Sylvie Mazzella souligne, qu’en définitive, étudier l’immigration revient à interroger directement l’État et les fondements politiques et sociaux sur lesquels reposent la société d’accueil.

Chaine migratoire et developpement du réseau
© Munoz, 2006

Une approche alternative à celle portée par Abdelmalek Sayad s’est également développée dans les années 1990, l’approche transnationale. Cette dernière consiste à montrer que la nouvelle ère de la mondialisation donne au migrant l’opportunité de déployer des stratégies et de créer des dynamiques économiques et sociales en vue de transgresser les frontières nationales. La notion de « transnationalisme » en migration apparait dans la littérature en anthropologie sociale en 1992 (Nina Glick Schiller, Linda Basch et Cristina Szanton-Blanc). Ces travaux insistent sur la fonction des diasporas au sein de différents pays d’accueil et sur la manière avec laquelle ces groupes sociaux recréent du territoire par le biais de leurs connections, imaginaires et pratiques sociales.

Cette approche va mettre l’accent sur la notion de « communauté transnationale », en avançant le principe du « champ social transnational », qui repose sur des raisons d’être (« ways of being ») et des modes d’appartenance à distance (« ways of belonging »). Ces derniers engendrent des pratiques sociales, de l’imaginaire et des valeurs symboliques, qui font naître des formes de citoyenneté à distance, par exemple à travers les réseaux sociaux numériques. On peut distinguer trois domaines de l’approche transnationale où les travaux ont été les plus particulièrement stimulants : les réseaux commerciaux transfrontaliers, la famille transnationale et le care (le soin transnational).

Si l’on observait jusqu’à récemment une fracture entre sociologie de l’immigration et approche transnationale, de plus en plus de recherches concilient désormais les deux traditions et permettent de jeter un regard neuf sur les liens d’appartenance des migrants.

Il existe donc un véritable intérêt scientifique à rapprocher ces deux traditions de recherche. L’un des principaux apports d’une telle
combinaison est celui de nuancer deux visions exagérées de la notion de réseau, l’une trop fermée à la notion de
communauté, et l’autre au contraire trop ouverte et où « tout fait réseau ». Enfin, la notion de réseau est aujourd’hui utilisée principalement dans des recherches horizontales (récits et études de cas). En conclusion de cette conférence, Sylvie Mazzella a ainsi souligné le manque problématique de travaux de recherche portant sur la verticalité du réseau, autrement dit sur ce que sont ses règles et ses normes, et sur les inégalités et les rapports de force qu’il crée et entretient.

1 Clément Perarnaud, 2015, « Les réseaux
personnels et leur évolution », La Lettre de
l’IRMC, n°15, janvier-mars, 21-23.

2 Cf. à ce propos le texte de Marie-Antoinette Hily,
William Berthomière, Dimitrina Mihaylova,
2004, « La notion de “réseaux sociaux” en
migration », Revue Hommes &Migrations, n°
1250 – Juillet-août, qui dressait un état de l’art
des travaux qui portaient sur les « modes
d’organisation des migrants » et l’usage de la
notion des réseaux sociaux des migrants.

3 Sylvie Mazella, 2014, Sociologie des migrations,
Paris, PUF, « Que sais-je ? ».

Clément Perarnaud, Hasnia-Sonia Missaoui

Clément Perarnaud, est volontaire international à
l’IRMC, chargé de la coordination scientifique
et du montage de projets. Contact :
clement.perarnaud@irmcmaghreb.org.

Hasnia-Sonia Missaoui, MCF Sociologie, Université
Jean-Jaurès Toulouse II, laboratoire LISST-Cers
(UMR 5193) en délégation CNRS à l’IRMC

Pour citer ce billet : Clément Perarnaud, Hasnia-Sonia Missaoui, «De l’usage de la notion de réseau en sociologie des migrations», Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1942.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Séjour de documentation à Alger

L’objectif de ce séjour était de collecter des manuels d’histoire algériens neufs et anciens, les livres scolaires d’histoire étant les principales sources de mon travail de thèse. Mon passage dans la capitale algérienne a été fructueux mais également riche en partage et en rencontres. Ayant été logée au Centre d’études diocésain d’Alger, je garde un très agréable souvenir de la convivialité du lieu et des discussions captivantes avec les différents résidents de passage pour effectuer des recherches sur le terrain, des missions au sein d’organismes divers ou pour apprendre l’arabe.

Je suis arrivée à un moment sensible, une rentrée tumultueuse, l’enseignement est en plein débat. En faisant la chaîne 1 devant la librairie de l’ONPS 2, j’ai pu entendre les plaintes des parents excédés par l’attente interminable dans la rue et surtout par le fait que les manuels n’ont pas été distribués dans tous les établissements scolaires comme à l’accoutumée. La rentrée est par ailleurs suivie de près par les journaux qui lui consacrent quotidiennement plusieurs titres 3. Au cœur de l’agitation, se trouve la ministre Nouria Benghabrit, tantôt louée tantôt critiquée pour les réformes qu’elle propose 4.

C’est dans ce contexte, où l’enjeu que représente l’école est palpable, que je commence ma quête des manuels scolaires d’histoire. J’ai d’abord visité quelques librairies, on n’y vend pas les manuels scolaires étatiques mais beaucoup de parascolaires pour toutes les matières. Une vendeuse me dit que cela ne sert à rien pour les élèves de réviser tous les chapitres car aux examens nationaux, il faut toujours s’attendre à être interrogé sur la guerre de libération. Voulant me montrer que cette prédominance éclipse d’autres aspects de l’histoire algérienne, elle termine par une anecdote à propos de son fils qui trouve que « s’il n’y avait pas eu la France, il n’y aurait pas eu d’histoire en Algérie ». Je me suis également dirigée vers les bouquinistes chez lesquels les manuels d’histoire étaient étrangement absents malgré la présence de toutes les autres matières (philosophie, éducation islamique, géographie, français, mathématiques, physique…)

Afin d’acheter des manuels scolaires neufs, il faut aller du côté des librairies de l’ONPS ou directement dans les écoles. Après avoir attendu dans la file réservée aux femmes devant la librairie étatique, j’ai pu acheter les manuels d’histoire correspondant à tous les niveaux scolaires.

Concernant les vieux manuels, l’aide de Fouad Soufi 5 a été déterminante pour mon accès à l’INRE 6 où se trouvent tous les manuels édités en Algérie depuis l’indépendance. Dès mon arrivée au centre d’études diocésain, des chercheurs me demandaient si j’avais « quelqu’un » capable de « m’introduire » dans l’administration que je visais. Avec des moues dubitatives, on me parlait de la méfiance des institutions et de leur manque de coopération et cela m’a un peu inquiétée. J’avais écrit quelques semaines avant mon départ à Fouad Soufi afin d’avoir des conseils quant à mes recherches en Algérie et il a eu l’extrême gentillesse de me recommander auprès du directeur de l’INRE dès mon arrivée à Alger. Cela a beaucoup facilité mes démarches, j’ai été très bien accueillie et j’ai pu accéder à la salle des manuels et à la bibliothèque où les étudiants de l’Ecole Normale Supérieure d’Alger viennent préparer leur mémoire. J’ai pu photographier et photocopier tous les manuels d’histoire qui évoquent la conquête arabe et on m’a également donné accès aux textes des programmes officiels.

conter l’histoire en Algérie

Pendant mon séjour, j’ai pu visiter trois musées algérois 7 : le Musée national du Bardo 8, le Musée de l’armée et le Musée public national des Antiquités.

Photographie de l’Auteure

Le musée de l’armée, qui se trouve en face du mémorial du Martyr, raconte l’histoire de l’Algérie à travers le prisme militaire. Le bâtiment est imposant et il est constitué de quatre étages. Une première salle au rez-de-chaussée présente un aperçu du « guerrier algérien » à travers les âges, grâce à des figurines d’environ 50 cm, alignées derrière une longue vitrine. Parmi les figurines présentées, il y a le « guerrier de la Préhistoire », le guerrier numide », le « guerrier de l’époque islamique », jusqu’à la figure finale du résistant de la Révolution déclinée en plusieurs facettes. Certaines figurines sont exposées avec des armes mais rien n’indique s’il s’agit d’objets historiques ou de reconstructions. Le premier étage est consacré aux périodes historiques précédant la guerre d’indépendance avec de plus amples détails : maquettes de villes et de forteresses, peintures ou tableaux en carreaux de céramique représentant des épisodes importants, mannequins à taille humaine en costume, quelques manuscrits. Les deux derniers étages sont dédiés au récit de la résistance anticoloniale représentée à travers des photographies, des documents d’archives, des objets historiques et des peintures à l’huile représentant « la lutte du peuple » ou « la liesse populaire ».

Je me suis intéressée de près au pavillon de la « période islamique (VIIe– XVIe siècles) » 9 puisqu’il s’agit de la thématique principale de mon travail doctoral. Afin d’illustrer la conquête du Nord de l’Afrique et de l’Andalousie, deux tableaux en carreaux de céramique reconstituent deux scènes du récit des futûhât, le moment où ‘Uqba Ibn Nafi’ se retrouve face à l’Océan Atlantique, incapable de poursuivre plus loin son entreprise et celui où Tarak Ibn Ziyad arrive en Espagne. Les deux grands tableaux (environ 2 x 1,5m) sont mis en valeur, encadrés avec du bois peint en feuilles d’or et bordés d’arabesques. ‘Uqba Ibn Nafi’ est au premier plan sur sa monture dont les sabots touchent déjà les vagues. Il regarde fixement l’horizon, devançant quelques autres chevaliers, la scène donne corps à la citation évoquée par la légende « S’il n’y avait pas cette mer, ô Dieu, je poursuivrais la guerre sainte en ton nom ». La même légende raconte la mort du conquérant arabe sans en évoquer le responsable historique Koceila : « ‘Uqba Ibn Nafi’ a été victime d’un piège », aucune mention en effet du chef berbère 10. Par ailleurs, un film tourne en boucle à tous les étages, il déroule à travers un montage d’images la chronologie algérienne. Alors que toutes les séquences du film (peintures, photographies, extraits de films) sont axées sur les guerres opposant le « peuple algérien » aux Romains, aux Espagnols, aux Français, etc… la conquête arabe est racontée à travers les monuments qu’elle laisse. Lorsqu’il s’agit des futûhât, toute allusion la guerre est gommée dans un film qui regorge de scènes de combats.

On ressort du musée avec l’impression que l’Algérie a existé en tant que nation depuis la nuit des temps, les légendes consacrées aux époques les plus anciennes parlent déjà de « la terre d’Algérie». Par ailleurs, le lieu est régi par la représentation : celle des costumes, des armes, des palais, des forteresses. La plupart des épisodes historiques sont peints, reconstruits et il y a peu de place pour la libre interprétation des faits, le public n’est pas invité à douter : « au sein de cette continuité historique, une vérité historique impossible à ignorer est apparue : la lutte du peuple algérien tout au long des siècles pour son indépendance et sa liberté » 11.

La visite du Musée public national des Antiquités 12 a également été intéressante du point de vue historiographique. Le pavillon des arts islamiques, tardif, fait partie d’un réseau de musées internationaux dédiés aux arts islamiques 13. Il retrace l’histoire des « arts islamiques » depuis la conquête arabe jusqu’au XXe siècle. Le musée contient une collection de costumes, de bijoux, de coffres, d’armes et d’objets d’art. Leurs provenances sont diverses : le Maghreb, le Machrek, l’Empire ottoman et la Perse.

Musée des arts islamiques, Alger. Photographie de l’auteure

Les objets maghrébins sont « citadins et ruraux » 14 et une place très importante est accordée à l’artisanat kabyle et chaoui. On peut se demander ce que viennent faire des objets traditionnels berbères dans le pavillon consacré aux arts islamiques. Est-ce que l’art que les tribus exerçaient et ont continué d’exercer après l’expansion de l’islam est « islamique » ? Est-ce que l’expression est censée enrober tous les arts locaux qui ont persisté et se sont développés depuis la conquête ? Quelle nécessité a présidé à la création de ce pavillon, le besoin d’avoir un espace dédié aux arts islamiques ou d’avoir une réponse palpable au musée des Antiquités ? L’impression que laisse le musée est que “islamique » est un terme qui se voudrait englobant, il définirait un pavillon “endogène » par opposition au pavillon “exogène » qui se trouve dans la même enceinte, à quelques mètres : le musée des Antiquités. Si on poursuit la réflexion en se disant qu’il y a d’un côté l’antique et de l’autre l’islamique, où donc placer les arts amazighs ancestraux qui ont certes continué à se développer après la conquête arabe 15 mais qui l’ont précédée ? Le musée semble avoir éludé la question en plaçant le « berbère » dans « l’islamique » et en affirmant que ce qui est national est islamique et vice versa.

Ces visites ont rendu intelligibles à mes yeux les caractéristiques du récit national algérien fondé principalement sur l’idée de symbiose entre Berbères et Arabes, fusion possible grâce à l’islam 16, et sur l’action du peuple et sa résistance. Cela m’a poussée à comparer avec le discours historique tunisien plutôt focalisé sur la pérennité d’une terre qui accueille au fil des siècles les civilisations successives 17.

Les discussions qui ont ponctué mon séjour m’ont appris plus d’éléments concernant l’enseignement en Algérie et les débats qu’il a suscités. Le centre d’étude diocésain, plus communément appelé les Glycines 18, est un lieu propice aux échanges, particulièrement au moment des repas qui sont communs. Les résidents de passage, les Pères habitant sur place ou les chercheurs algérois se font une joie de pouvoir apporter un éclairage sur des questions méthodologiques ou théoriques. Le fait que ma recherche touche à l’enseignement pousse des personnes à partager avec moi leurs expériences dans le domaine. J’ai pu rencontrer le Père Henri Teissier 19 qui a témoigné du moment où l’État algérien naissant recrutait des professeurs étrangers, il m’a parlé de la difficile entreprise de constituer un corps enseignant formé et efficient au lendemain de l’indépendance. Il a évoqué la manière dont on sélectionnait les instituteurs, les Coptes par exemple avaient le droit de tout enseigner sauf l’arabe, car ils n’étaient pas musulmans. Il attire mon attention sur l’enseignement de l’histoire chez les Kabyles qui se fait à travers les manuels étatiques communs à tous les élèves algériens mais également grâce à des associations culturelles locales. Une chercheuse algérienne me fait part quant à elle de ses souvenirs d’élève frustrée par le « côté dogmatique » des matières dites littéraires comme l’arabe, l’éducation islamique, l’histoire qui étaient pour elle « un tissu de mensonges ».

Le lien entre les « Berbères » et les “Arabes » revient souvent dans les discussions, certains ironisent sur le danger de parler de « conquête arabe » dans un pays où « l’islamisation de la région fait partie de l’ordre naturel des choses ». Les études sur l’historiographie algérienne montrent que l’insistance sur la fusion entre les Berbères et les Arabes fait parfois même remonter l’origine des Berbères au Moyen-Orient 20. Ces études évoquent un amalgame voulu entre les deux, un amalgame qu’on retrouve dans les chartes nationales et les manuels scolaires qui parlent volontairement de cohérence, de rencontre fusionnelle entre deux peuples. Parmi les personnes que j’ai rencontrées, certaines trouvent que c’est une matière de faire face au discours colonial qui aurait cherché à différencier les communautés et à faire des Berbères les victimes des Arabes et d’autres pensent qu’il s’agit d’une manipulation idéologique témoignant de l’incapacité de l’État à gérer toute la diversité de sa population 21.

En Algérie le moment de la conquête arabe est intimement lié à l’histoire des Berbères et à l’enjeu de leur représentativité à l’échelle institutionnelle. Comment donc parler de cette période, comment la dénommer ? Quels sont ses acteurs et comment assumer toute la nature complexe de leurs liens ? Et finalement, quel rôle jouent ces questions dans la définition de la nation algérienne et des Algériens ?

Ce séjour salutaire à bien des égards, a rendu concrète la matière théorique que j’ai pu lire, il m’a permis de mieux structurer mes recherches futures, m’a apporté quelques éléments de réponse et a impulsé de nouvelles interrogations, notamment par rapport à la distinction entre les lignes historiographiques en Algérie 22 et en Tunisie 23, l’une mettant en avant l’unité du peuple et l’autre l’ouverture de la terre.

Faire la queue » en algérien.

2 Office national de la publication scolaire.

3« Introduction de Tamazight à Biskra » El Watan, 06.09.15, « Rentrée scolaire : De nouveaux établissements ouvriront leurs portes » El Watan, 06.09.15 , « Rentrée scolaire : Entre optimisme et incertitude » Le Quotidien d’Oran, 08.09.15, « Citoyenneté, qualité d’enseignement, équité et égalité des chances pour tous les élèves » Le Quotidien d’Oran 10.09.15 , « Rentrée scolaire sans nouveautés : Rien n’est encore tranché pour le bac ! » Le Quotidien d’Oran, 05.09.15.

4 Sociologue, ministre de l’Education depuis 2014. La polémique fait suite à la Conférence nationale sur l’évaluation de la mise en œuvre de la réforme du système éducatif en juillet 2015. Les experts  y  ont  proposé l’institutionnalisation d’une pratique existant déjà sur le terrain, à savoir l’usage par les enseignants des langues maternelles durant le cycle préparatoire et les deux premières années du cycle primaire. Leur argument était que l’arabe classique, contrairement à la darja, la langue parlée, pouvait représenter une barrière pour les très jeunes apprenants.

5 Historien, ancien conservateur en chef aux Archives nationales d’Algérie et chercheur au Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle (Crasc) d’Oran. J’ai eu la chance de rencontrer Fouad Soufi à Oran pour la Journée d’étude «Archives et historiographie maghrébines des XIXème et XXème siècles » organisée le 16 mars 2014 par le Crasc et l’IRMC.

6 Institut national de recherche en éducation.

7 Il était la plupart du temps interdit de prendre en photo les lieux. Selon l’un des guides qui travaillent au musée national du Bardo, les visiteurs prendraient des photographies pour les vendre au nom du musée, ce qui aurait obligé l’administration à interdire les appareils photo, sauf si c’est le guide qui prend le visiteur avec le « décor ». Le musée national de l’armée interdit même d’avoir son téléphone sur soi durant la visite. Le musée des Antiquités et des arts islamiques autorise quant à lui de photographier les collections.

8 Le musée national du Bardo est un musée de préhistoire et d’ethnographie, il est ainsi présenté sur sa page Facebook officielle : « Le musée national du Bardo fut inauguré en 1930 comme musée de préhistoire et d’ethnographie à l’occasion du centenaire de la colonisation française en Algérie. Classé monument historique en 1985, il abrite aujourd’hui une collection préhistorique qui comprend des objets paléolithiques et néolithiques (dont des œufs d’autruches qui servaient de bouteilles aux premiers hommes). La pièce maîtresse du musée national du Bardo est le squelette de Tin Hinan, reine des Touaregs ».

La belle demeure ottomane qui abrite en temps normal la dite collection était vide, pour cause de restauration mais cela a été l’occasion d’apprécier la beauté des lieux et les nombreux carreaux de céramique, en provenance de plusieurs régions méditerranéennes, qui ornent les façades.

9 L’expression est parfois troquée contre le terme “conquête », futûhât en arabe, moins connoté que le mot français. Les expressions « période islamique » et « période musulmane » qu’on retrouve dans les musées mais aussi dans les manuels scolaires donnent l’impression étrange qu’il s’agit d’une époque révolue, que l’islam ne fait plus partie du paysage historique ou politique. Le problème de la dénomination demeure concret, faut-il désigner l’événement fondateur ou la période en sa totalité, faut-il combiner l’aspect religieux et culturel à travers une formule accommodante telle que « arabo-musulman » ?

10 Lydia Aït Saadi remarque la même chose à propos des manuels d’histoire qui évitent de dire qui a tué ‘Uqba Ibn Nafi’, selon elle il s’agirait d’une manière de « préserver l’invincibilité de l’icône » mais on se demande si cela ne témoigne pas également de la volonté de masquer le caractère belliqueux des conquêtes (Lydia Aït Saadi, La nation algérienne à travers les manuels d’histoire algériens, thèse de doctorat, INALCO, Paris, 2010, p. 266).

 

11 Fascicule du musée (traduction).

 

12 « Le musée national des antiquités est le plus ancien musée d’Algérie. Son contenu historique et archéologique témoigne que la terre d’Algérie est sans doute l’une des plus riches du bassin de la Méditerranée […] L’idée de la construction d’un musée pour les collections antiques revenait à Mr Berbrugger premier conservateur, en 1838 […] En 1863, le Musée est installé dans le Palais de Mustapha Pacha, rue de l’Etat-major […] En 1896, des épaves d’une exposition permanente d’objets d’art musulmans furent jointes aux collections d’art antique […] dans un bâtiment construit à cet effet dans un jardin botanique nommé le Parc de la Liberté inauguré le 19 avril 1897. Des salles nouvelles furent adjointes au noyau primitif, et grâce au savant Stéphane Gsell elles ne tardèrent pas à se meubler […] Les collections d’art islamique ont été transférées et réexposées dans un nouveau bâtiment inauguré à l’occasion de la journée mondiale des musées le18 mai 2003. », source : www.musee-antiquites.art.dz.

13 discoverislamicart.org.

14 Fascicule du musée.

15 Les objets « berbères » présentés sont tous postérieurs à la conquête arabe. 

16 François Siino analyse ainsi le texte de la charte nationale algérienne de 1986 : « le texte constate que l’arrivée de l’Islam au VIIème siècle a consacré la fusion entre une civilisation avancée à vocation progressiste et universelle (l’Islam) et un substrat autochtone, certes désorganisé, mais farouchement attaché à sa liberté (les Berbères). La symbiose des deux éléments ayant « donné naissance à une composante humaine homogène, cohérente aux plans religieux, culturel, social et politique et constituant une entité accomplie» (François Siino, 2010, « Reconquérir le temps, nationaliser l’histoire. Variations algéro-tunisiennes », in MMSH. Les échelles de la mémoire en Méditerranée, Actes Sud, 189-209, études Méditerranéennes <halshs-00555050>,

  1. Lydia Aït Saadi relève également dans les manuels l’idée de la conquête arabe comme moment constitutif de la « personnalité arabo-islamique des Imazighen » (Aït Saadi, op. cit., 262).

17 Driss Abbassi a repéré la répétition dans les manuels scolaires d’histoire d’expressions telles     que      :      « pôle     d’attraction », rayonnement », « carrefour », « lieu de rencontres et d’échanges entre les civilisations », « héritage méditerranéen ». Il parle ainsi d’une « géographie à la rescousse de l’histoire » (Driss Abbassi, 2005, De Bourguiba à Hannibal, Paris, Karthala, 202).

18 situé au chemin anciennement appelé chemin des Glycines (aujourd’hui chemin Slimane Hocine).

19 Evêque catholique franco-algérien né en 1929 archevêque émérite d’Alger

20Lyia Ait Saadi op.cit., p. 209.

21 «Le récit concurrent majeur qu’était l’histoire coloniale aboutissait très tôt à la construction d’une « personnalité algérienne » intemporelle présentée comme   celle   d’un   peuple perpétuellement en lutte contre tous les occupants successifs. Une telle définition ne posait pas de problème tant que les « envahisseurs » étaient Romains, Byzantins, Vandales, Espagnols et bien sûr Français. En revanche, elle pouvait devenir plus délicate s’agissant des Ottomans […] qui, pour être « allogènes » n’en étaient pas moins musulmans.  Elle  devenait  potentiellement scandaleuse concernant les Arabes, arrivés dans le Nord de l’Afrique au VIIème siècle», François Siino, op. cit., p. 11.

22 « A la lecture des textes algériens, cette trajectoire historique est dirigée par un facteur explicatif primordial : la lutte contre les agressions étrangères. Ce qui définit avant tout la personnalité algérienne » tout au long de l’histoire est cette volonté de résister aux tentatives d’annexion, de contrôle venues de l’extérieur. Cette définition de soi par la « lutte contre l’envahisseur » ne va pas sans poser de problème lorsque se manifestent d’autres types de récits concurrents, comme la revendication d’une identité et d’une mémoire amazigh(s) » ibid., p. 9.

23 « La nation est circonscrite comme entité historique dont les racines sont d’abord territoriales. La représentation contenue dans les manuels scolaires, selon laquelle la Tunisie est un arbre de racine africaine, de tronc carthaginois et de branches arabo-islamiques, est aujourd’hui une image symbolique des origines de la nation. » Driss Abbassi, op cit., p. 233.

Aroua Labidi

est doctorante à l’Université Paris Ouest Nanterre et associée à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Aroua Labidi, «Séjour de documentation à Alger», Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1936.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Y a-t-il une alcoolisation de la société algérienne sous la colonisation(1830-1962) ?

 

Dans la précédente lettre de l’IRMC, nous avions présenté notre sujet de thèse portant sur l’alcool en Tunisie sous le Protectorat 1. Parallèlement à cette thèse, nous dirigeons depuis novembre 2014 un programme de recherche financé par l’Institut de Recherches et d’Études sur les Boissons (IREB), destiné dans un premier temps à regrouper des données sur l’alcool dans le monde arabe à l’époque de la colonisation puis, à terme, à établir une synthèse sur l’alcool dans l’empire colonial français, sujet presque totalement ignoré par l’historiographie française.


Pour l’année 2014-2015, l’IREB a permis de financer des missions de recherches en Algérie et au Maroc 2. Le présent article présente un résumé de quelques unes des conclusions de ces recherches, en ce qui concerne l’Algérie. L’objectif de cet article, comme de nos recherches est de se demander s’il y a une politique commune à l’Afrique du Nord en matière de production, de commercialisation
et de consommation d’alcool pendant la colonisation, et sur chacun des points, de comparer la situation de l’Algérie avec ses voisins marocains et tunisiens.

Domaine de la trappe de Staouëli prés d´Alger, Henri Borgeaud propriétaire
© delcampe.net

Le vin, produit phare de l’économie coloniale algérienne

Le premier constat qui saute aux yeux est tout d’abord celui de la place singulière de l’alcool dans l’économie algérienne de cette période. À la fin de la colonisation, l’alcool est l’activité économique la plus importante en Algérie, pouvant représenter, les bonnes années, jusqu’à deux tiers des bénéfices à l’exportation, alors que les vins représentent moins de 10 % des bénéfices de la Tunisie 3 et du Maroc 4. Il faut cependant attendre les années 1880, pour observer le début d’une politique active de plantations de vignes en Algérie, qui s’explique par trois facteurs principaux : l’amélioration des outils de production et surtout de conservation du vin (élément essentiel dans un pays chaud), l’ouverture du crédit bancaire octroyé aux viticulteurs et surtout l’ouverture du marché français des vins, suite à la crise du phylloxéra de la fin du XIXe siècle en France. Cette phase ascendante du vignoble algérien se poursuit jusqu’aux années 1930 et à la crise économique, avant de décliner par la suite.

Il n’en reste pas moins qu’en 1954, l’Algérie est le quatrième producteur de vin au monde, et le plus grand exportateur. L’Algérie produit cinq fois plus de vin que le Maroc et la Tunisie réunis 5, essentiellement grâce à la région de l’Oranais, qui concentre alors, par ses terrains plus calcaires et sablonneux et moins favorables qu’ailleurs à d’autres cultures, 60 % des viticulteurs et 70 % des
surfaces de vignoble 6.

Une société enivrée ?

Si l’Algérie se distingue du Maroc et de la Tunisie par la part plus importante que tient la production de vin dans cette société, en revanche, les discours qui s’y développent concernant les conséquences de cette présence d’alcool sont les mêmes dans tout le Maghreb. En Algérie, comme ailleurs, un discours colonial relativement classique, insiste sur l’incapacité des musulmans à savoir reconnaître et « boire du bon vin » 7, et sur « l’immodération » 8 et l’avidité 9 singulière des arabes en la matière. Ces discours reviennent à dire que les populations d’Algérie n’ont pas la distinction et la culture, pour savoir boire du vin. Et la diffusion très rapide de l’alcoolisme au sein de la société algérienne, aux yeux de certains médecins 10, sont autant d’illustrations de la décadence de la race indigène, qui justifie et explique la colonisation.

Comme en Tunisie, la question de l’alcoolisation des indigènes est également liée à celle des nationalismes. La surveillance des débits de boissons, lieux d’agitations politiques, est cruciale pour les services de police, et certains voient dans l’alcool, un moyen pour les « agitateurs » d’avilir certains esprits et de permettre la propagation « d’idées subversives » 11. Les nationalistes algériens comme Ferhat Abbas 12 voient quant à eux, dans l’alcoolisation de la société indigène, l’illustration de la présence néfaste des colonisateurs outre-mer 13. Nationalistes et élites coloniales partagent donc le même constat, d’une montée de l’alcoolisme, mais les raisons données divergent selon les camps. Alors que les colonisateurs mettent souvent en cause, l’incapacité des populations à s’autogérer, notamment lors des séjours des indigènes en métropole 14, les nationalistes y voient davantage l’action de la puissance coloniale, qui cherche à affaiblir la société qu’elle domine.

Mesurer la part de vérité de ces discours n’est pas chose aisée. Si l’on regarde la consommation globale de vin, on s’aperçoit qu’une première augmentation de la consommation peut s’observer en Algérie à la fin du XIXe siècle, sans doute en bonne partie due à l’arrivée de Français dans la colonie. Comme en Tunisie, une deuxième augmentation de la consommation a lieu par ailleurs dans l’entre-deux-guerres, sans doute davantage due à la baisse du prix de la bouteille de vin. L’explosion de la production et de l’offre en vin, entraînent en effet mécaniquement la démocratisation du produit. Entre les années 1927 et 1935, années d’apogée de production du vignoble algérien, le prix réel du vin baisse de 50 % 15. Signe d’une nouvelle préoccupation donnée à ce sujet, la part de l’ivresse publique récidiviste par rapport aux autres délits, augmente également dans les tribunaux correctionnels de l’entre-deux guerres.

D’une manière générale, l’offre et la consommation d’alcool en Algérie, semblent bien plus importantes qu’en Tunisie et qu’au Maroc. La consommation de vin par habitant est quatre fois plus grande en Algérie qu’en Tunisie à la fin de la période. À cette époque, le nombre de débits par habitant, dans les villes de plus de 10.000 habitants est trois fois plus important en Algérie qu’au Maroc et une fois et demi plus important qu’en Tunisie 16. Cette réalité s’explique par le nombre d’Européens bien plus important en Algérie qu’ailleurs, même si ceux-ci ne sont évidemment pas les seuls consommateurs d’alcool. Alger et Oran sont peuplées à 70 à 75 % par les Européens, et sont aussi les deux seules grandes villes d’Afrique du Nord à compter plus d’un débit de boisson pour 1000 habitants en 1956. Dans tout le Maghreb, à l’échelle locale, les cafés se concentrent dans les quartiers européens. Ainsi à Bab el Oued en 1905, on recense une petite vingtaine de cafés dans les 150 mètres autour du marché central 17.

Exportation des vins d’Algérie, Quai du Sénégal.
© commons.wikimedia.org

Les mesures prises en Algérie : des mesures originales


Si, en raison du plus grand nombre de colons, l’alcoolisation de la société est plus importante en Algérie qu’au Maroc ou en Tunisie sous la période coloniale, la vraie originalité du cas algérien réside sans doute davantage dans la réponse donnée à cette alcoolisation. En effet, face au phénomène global qu’est l’augmentation de la consommation et/ou de l’intérêt public pour l’alcool à partir de la Première Guerre mondiale, la Tunisie et le Maroc choisissent très tôt de mettre en place des législations ethniques. La Tunisie interdit de vendre de l’alcool aux musulmans, par l’intermédiaire du Code pénal de 1913 18, imité par le Maroc en 1926 19. Ces dispositions, bien que largement inappliquées restent officielles jusqu’à la fin de la période coloniale. En Algérie, la seule période où l’administration décide d’interdire la vente d’alcool aux musulmans concerne le Gouvernement de Vichy, où une loi votée en octobre 1941 (abrogée en 1944), interdit la vente d’alcool aux musulmans 20. Pendant les 129 autres années de la présence française en Algérie, l’administration n’indique jamais clairement une mesure d’exception pour la vente d’alcool aux Algériens musulmans. Plusieurs explications peuvent être données ici. Tout d’abord, l’Algérie est une part de la République française à partir de 1870. De ce point de vue, adopter une législation qui s’adresse à une religion en particulier aurait pu être attaquée par les défenseurs de l’ordre républicain. D’autre part, la forte présence d’alcool rendait peut être de toute façon inapplicable une éventuelle loi. Enfin, il n’est pas impossible qu’un lobby colonial, soutenu par celui des viticulteurs du midi à partir du début du XXe siècle n’ait pas voulu se priver d’une source d’écoulement supplémentaire du vin. Une entorse au principe d’égalitarisme républicain survient toutefois lors de l’application de la loi du 29 décembre 1851 sur l’ouverture des débits de boisson. Cette mesure, votée alors que Louis-Napoléon Bonaparte a réalisé son coup d’État quelques jours plus tôt, prévoit que toute ouverture de débit de boisson soit soumise à l’autorisation du préfet. Cette loi est appliquée en Algérie, comme en métropole, mais lorsqu’elle est abrogée en 1880 en France, elle reste appliquée pour les indigènes d’Algérie, tandis que les Français d’Algérie se voient donnés l’autorisation d’ouvrir un débit de boisson sans contrainte. Cette inégalité devant la loi dure une vingtaine d’années, jusqu’au décret du 25 mars 1901, qui fixe de nouvelles règles applicables à tous en matière d’ouverture de débits de boissons, en fixant notamment un quota de débits par villes 21. Par cette mesure, l’Algérie innove en matière de gestion de l’ordre colonial, et de nombreuses lois prises par la suite en Tunisie et au Maroc s’inspireront du laboratoire algérien.

Bar à Mostaganem, dans l’ouest du pays (Algérie) © observers.france24.com

L’Algérie coloniale se différencie donc du Maroc et de la Tunisie dans sa gestion de la question alcoolique de plusieurs points de vue. La présence d’alcool sur ce territoire est bien plus importante qu’ailleurs. Si les discours sur l’alcoolisation des sociétés sont relativement similaires à ceux du Maroc et de la Tunisie, c’est que l’alcool est un moyen à l’époque pour juger l’efficacité d’une administration, ou le degré de civilisation d’une société, selon les camps. Mais contrairement à la Tunisie et au Maroc, peu de mesures de prohibition radicale sont prises au cours de la période. L’administration applique les mêmes lois qu’en métropole, et sur le papier, rares sont les politiques spécifiques appliquées aux musulmans. Le vin reste bien cependant un marqueur colonial dont on attribue la culture aux Européens ou les mauvais effets aux arabes, selon les temps.

 

Index : 

1 Znaien Nessim, 2015, « Y a-t-il une alcoolisation de la société tunisienne sous le Protectorat ? », Lettre de l’IRMC, n° 15, janvier-mars, 3-4.
2 Missions respectivement réalisées par Mme Saphia Arezki, docteure de l’Université Paris I Sorbonne pour l’Algérie, et M.Guillaume Denglos, docteur de l’Université Paris I
Sorbonne pour le Maroc.
3 123per, Institut national statistique, année 1955.
4 Despois Jean, Raynal René, 1976, Géographie de l’Afrique du nord ouest, Paris, Payot, 411.
5 Huetz de lemp, 2001, Boissons et civilisations en Afrique, Bordeaux, Presses Universitaires, Bordeaux, 317.
6 Despois Jean, Raynal René, op. cit., 84.
7 Guy Kolleen, 2010, “Imperial feedback: food and the French culinary legacy of Empire”, Contemporary French and Francophone
Studies, vol. 14, n° 2, 155.
8 Pinaud Pierre, 1933, L’alcoolisme chez les arabes en Algérie, Bordeaux imprimerie de Delams et Arènes.
9 Archives des ANOM, carton 91255, Lettre de l’administrateur de la CM de Boghari au sous préfet de Médéa, 31/07/1941
10 Archives des ANOM, carton 81F1622, Lettre du gouverneur général de l’Algérie à monsieur le ministre de l’Intérieur, 16 août 1945.
11 Archives des ANOM, carton 91255, Lettre de l’administrateur de la commune mixte de Chellala au sous préfet, 2/08/1941.
12 Dans son journal La république algérienne. Archives des ANOM, carton 81F1622, note secrétariat général à l’Intérieur, 1946.
13 On observe les mêmes discours en Tunisie, par l’intermédiaire d’Abdelaziz Thaalbi, ou de Habib Bourguiba.
14 Archives des ANOM, carton 81f1622, rapport du 15 septembre 1941.
15 The rise of Wine Economics, 2014, vol. 9, n° 1, 3- 33, “The rise and fall of the world’s largest Wine exporter – and its Institutional legacy”, 10
16 Respectivement 9,4 débits pour 10000 habitants, contre 6,1 en Tunisie et 3,6 au Maroc.
17 Archives des ANOM, carton 1F53 Note du commissariat police, 6ème arrondissement,
12 octobre 1905.
18 CADN, Protectorat Tunisie, Alcoolisme. Supplément au Premier versement.
19 CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, carton 331B, Procès-verbal de la chambre de commerce et d’industrie de Casablanca, séance du 16 mars 1938.
20 La loi est sans doute sous la pression d’une même loi votée au Maroc quelques semaines plus tôt.
21 Archives des ANOM, carton 81F1622


Saphia Arezki et Nessim Znaien

Pour citer ce billet : Saphia Arezki et Nessim Znaien, « Y a-t-il une alcoolisation de la société algérienne sous la colonisation(1830-1962) ? », Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1926.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Passage de frontières : genre, espace et identité dans les littératures et les films du Maghreb

photographie de l’auteure

Au centre de mon projet de recherche se trouve la question de la modélisation esthétique de l’identité dans les cultures contemporaines de langue française du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie. Le but est d’analyser les transgressions des stéréotypes, des modèles de rôle et des concepts d’appartenance dans les notions de genre et d’espace qui sont transmis par la littérature et le cinéma. Sur la base d’une combinaison des théories spatiales, postcoloniales et des études de genre, les artefacts littéraires et cinématographiques sont placés dans un contexte intermédial. Ils sont étudiés à travers leurs points communs et leurs différences. L’analyse comprend des œuvres littéraires et cinématographiques de femmes et d’hommes de trois pays du Maghreb : Maroc, Algérie et Tunisie.

Littérature et films francophones du Maghreb dans le cadre de la romanistique en Europe.

Compte tenu des transformations actuelles qui ont lieu dans les pays arabes depuis 2010 et qui sont connus globalement sous le titre de « Printemps arabe », la réception hésitante des œuvres littéraires et cinématographiques venant des pays du Maghreb en Europe est surprenante. La romanistique européenne s’intéresse depuis la seconde moitié du XXe siècle à la littérature francophone du Maghreb. Pour cela il existe une multiplicité de publications traitant de ce domaine de recherche. Même si on trouve des contributions de recherche internationales sur les auteurs maghrébins plus connus, les analyses scientifiques des films restent rares. Concernant les films de Raja Amari, Moufida Tlatli, Merzak Allouache ou Nouri Bouzid, ils n’ont fait l’objet que de quelques articles de la romanistique européenne, et de quelques contributions dans des recueils plus généralistes. La combinaison de « film » et « littérature » de L’Afrique du Nord est encore plus recherchée et il n’y a que très peu de publications avec une orientation internationale et intermédiale.

© tunismag.com

Ce projet de recherche entend combler ces déficits par une analyse théoriquement fondée sur la littérature et les films contemporains de langue française du Maghreb. Dans cet objectif, des œuvres d’artistes tunisiens, marocains et algériens sont analysées selon la théorie du genre et avec une approche intermédiale.

La création des « identités hybrides » dans les littératures et
films francophones du Maghreb

La présupposition de mon analyse est l’hypothèse que genre et ethnicité se trouvent dans une relation d’échange complexe. Comme ils sont des stratégies de pouvoir, ils produisent des frontières culturelles et sexuelles, qui ont la fonction de faciliter la formation d’identité et de diminuer les conflits d’identité en faisant ressortir symboliquement un autre imaginaire. Les rapports de force entre cultures et sexes n’existent donc pas a priori mais ils sont produits. Les études postcoloniales et les études de genre rendent problématiques ces tracés de frontières et ces stratégies de pouvoir. Ces études mettent en cause la polarisation abstraite du monde parce qu’elles comprennent les oppositions comme des instruments de pouvoir et des procédures d’exclusion. Pour les procès de classification et de différentiation, les métaphores de l’espace jouent un grand rôle. Dans la pensée collective, des notions telles que conformisme/marginalité, ou encore étranger/intime se manifestent concrètement dans l’espace. L’espace reflète donc l’ordre social et il est en corrélation avec la formation de l’identité. Le passé colonial ainsi que l’ambivalence culturelle et linguistique du Maghreb, mais aussi la séparation spatiale traditionnelle de la femme et de l’homme, montrent le rapport entre genre, espace et formation de l’identité. Cet aspect est aussi pris pour sujet dans beaucoup d’oeuvres cinématographiques et littéraires francophones du Maghreb. Le projet de recherche se sert pour cela d’un triple cadre théorique :

Les considérations de l’espace sont aussi importantes que les recherches des études postcoloniales ; Les études de genre dans les littératures et films francophones du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie se caractérisent souvent par une délimitation ; Le mélange de culture et de genre crée des « identités hybrides ».

Pour une plus grande visibilité des littératures et des films francophones contemporains du Maghreb.

Avec l’indépendance des anciennes colonies françaises a commencé le développement des nouvelles littératures francophones. Le domaine d’activité de la franco-romanistique s’est ainsi agrandi d’une manière remarquable. Parce que des Caraïbes jusqu’au Maghreb, en passant par l’Océan indien des oeuvres littéraires sont écrites en langue française. A côté des textes littéraires sont également produits des films se trouvant en relation avec la
France à cause de la langue choisie, de leurs sous-titres ou de leur financement et qui peuvent être qualifiés pour cela de « francophones ». L’étude de ces œuvres peut être vue comme un enrichissement à plus d’un titre : d’un côté elle permet une analyse de nouvelles formes esthétiques littéraires ainsi que cinématographiques ; de l’autre, elle agrandit la compréhension pour d’autres aires culturelles – un devoir élémentaire des sciences humaines, surtout des lettres et de la culture de langue étrangère. Le projet vise deux objectifs majeurs :

– analyser la négociation médiale de l’identité comme un attribut dynamique et changeant et dégager les relations entre les conceptions d’identité et les constellations d’espace et de genre dans le texte ou le film ;

– analyser les stratégies esthétiques et narratologiques pour la mise en oeuvre des « identités hybrides » et apprécier les oeuvres pour leur qualité artistique.

Compte tenu des évolutions en cours dans les pays arabo-musulmans, l’étude se focalise sur d’éventuels changements sur le plan esthétique et souligne l’importance de la littérature et du film comme indicateur de la vie socio-politique. Le choix des oeuvres analysées ne se limite pas aux auteurs et aux réalisateurs déjà célèbres en Europe mais prend aussi en compte des écrivains et cinéastes contemporains qui ne sont pas encore connus en dehors de leur pays d’origine. Le but est entre autre de contribuer à une plus grande visibilité des littératures et des films contemporains du Maghreb.

Auteur(e)s et réalisateur(e)s francophones du Maghreb engagés dans la question de la formation d’identité et de la constitution du sujet.

Plusieurs auteurs et réalisateurs francophones du Maghreb se consacrent à la question de l’identité individuelle qui est attachée d’une part au droit à la subjectivité et à la singularisation, d’autre part aux identités collectives, voire nationales, aux idées et convenances d’une société. Abdellah Taïa, jeune écrivain né à Salé au Maroc, aborde dans ses oeuvres la problématique d’une mise en scène d’un sujet homosexuel et d’une écriture de soi
suivi par une réflexion sur les conceptions hégémoniques de masculinité au Maghreb. Le marocain Fouad Laroui, pas encore très connu en Europe, prend pour sujet surtout la relation entre les Français et les Marocains et la formation d’identité dans les sociétés postcoloniales, tandis que Nina Bouraoui, française d’un père algérien, présente surtout la recherche d’une appartenance sexuelle aux deux rives de la Méditerranée. Les transgressions radicales des normes sociales de genre et d’espace se trouvent chez Malika Mokeddem, comme dans les textes de la plus jeune Leïla Marouane. L’homosexualité et la subversion des règles

Merzek Allouache, Bab el Wab et Chouchou.

 

Moufida Tlatli, La Saison des hommes.

 et des convenances sociales sont aussi le sujet central dans Le Fil, unfilm du tunisien Mehdi Ben Attia. Merzak Allouache, réalisateur algérien, seconsacre dans Bab el Web et Chouchou à la situation de l’homme arabo-musulman dans les sociétés postcoloniales en Algérie et en France contrairement à Nouri Bouzid, tunisien et connu en France et en Belgique, qui prend pour sujet dans ses films comme Tunisiennes ou Millefeuille les différentes perspectives et conceptions de vie des femmes dans une Tunisie indépendante. Dans son drame L’enfant endormi, Yasmine Kassari retrace la solitude des femmes à cause de la migration de leurs hommes au chômage. Elle raconte une histoire de l’émancipation féminine. Récit similaire à celui de Moufida Tlatli qui, dans La saison des hommes, représente la ville et la campagne comme des lieux genrés et opposés. Nadia El Fani dans Bedwin Hacker représente l’internet comme un espace d’action dans lequel toutes les frontières, limites et interdictions sont résiliées. La navigation entre les cultures, les États et les langues, entre la nationalité et la transnationalité ainsi qu’entre la virtualité et la réalité déclenche ainsi un dialogue international.

 

 

Les différentes oeuvres littéraires et cinématographiques montrent que les conflits identitaires au Maghreb sont étudiés par beaucoup d’auteur(e)s et de réalisateur(e)s à partir d’une perspective insolite et qu’un nouveau discours sur la réalité est lancé. La transformation continue, dans laquelle se trouvent les structures des pays du Maghreb, se reflète aussi dans un changement des ordres de genre et d’espace. Le désarroi des identités sur un niveau individuel ainsi que collectif s’exprime aussi dans les médias – littéraires et cinématographiques – dans lesquels les frontières sexuelles, culturelles et religieuses sont déclarées comme des interstices et des dualismes fixateurs épars.

Madeleine Löning

est doctorante à l’Institut de littérature et philologie romane de l’Université de Hambourg et doctorante associée à l’IRMC. Contact : madeleineloening@gmail.com.

Article publié dans La Lettre de l’IRMC n°16.

Pour citer ce billet : Madeleine Löning, « Passage de frontières : genre, espace et identité dans les littératures et les films du Maghreb », Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1916.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook