Archives de catégorie : Algérie

Actions des associations féminines : étude comparée sur l’évolution du statut de la femme en Algérie et au Maghreb (Maroc et Tunisie)

Les années 90 ont été marquées par le développement du mouvement associatif des femmes. Son expansion est étroitement liée à l’émergence du nouveau contexte politique et social dans la région du Maghreb, notamment en Algérie. Les domaines d’activités des associations féminines vont de la promotion de la citoyenneté et des droits des femmes, à l’aide aux femmes chefs d’entreprise, à la lutte contre l’analphabétisme, la formation et le renforcement de capacités civiques, économiques et sociales, jusqu’à l’accompagnement et au conseil des femmes victimes de violence.

Pour certains pays comme le Maroc et l’Algérie, le statut des femmes a connu un changement significatif. Elles sont passées d’une situation où elles étaient des éternelles mineures aux yeux de la communauté, à une situation où elles arrivent peu à peu à négocier une part de leurs droits, conscientes de leurs intérêts pratiques et stratégiques.

Les femmes sont, aujourd’hui, présentes dans plusieurs secteurs à la faveur de dispositions juridiques et institutionnelles. Le but de cette recherche est de mettre en lumière l’action collective des femmes, par le biais de leurs activités, de leurs réalisations dans le domaine associatif, et d’examiner ainsi la place et le rôle que peuvent jouer les élites de ces associations sur les changements sociaux et sur les dynamiques de l’évolution des droits des femmes dans les différents domaines. Les enquêtes de terrain en cours dans les trois pays du Maghreb, permettront de répondre à un certain nombre de questions : quelles sont les actions qu’elles mettent en place pour faciliter l’accès aux droits ?

Quelles sont leurs démarches ? Quelles sont les ressources dont elles disposent ? Cela permettra d’en savoir un peu plus sur ces femmes engagées et impliquées dans le mouvement associatif.

Seule la première partie du terrain a été effectuée récemment au Maroc. Les enquêtes en Tunisie sont en cours et la dernière partie se déroulera en Algérie à partir de janvier 2012.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Djaouida LASSEL est doctorante en sociologie à l’Université de Provence. Sa thèse sous la direction de Françoise Lorcerie s’intitule : « L’action des associations féminines en Algérie ». Elle a rejoint l’équipe de l’IRMC pour une Bourse Moyenne Durée (BMD)[1].

 

crédit photographique : © Zohra Bensemra – Reuters


[1] Dans le cadre de la convention de partenariat passée entre l’IRMC et le SCAC/Ambassade de France en Algérie

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les centralités périphériques et les recompositions territoriales en Algérie : l’exemple des villes de l’Est-algérien

Notre thèse s’intitule : « Les centralités périphériques et les recompositions territoriales en Algérie : l’exemple des villes de l’Est-algérien ». Elle se propose d’analyser des centralités commerciales en rapport avec les formes urbaines qui ont surgi depuis 1962 autour du noyau colonial et précolonial. En respectant la périodicité de leur création, la recherche analyse plusieurs types de périphéries, en partant de la ville de Constantine.

Deux échelles interfèrent dans la définition de ces recompositions territoriales :

L’échelle de l’agglomération. Il est question d’aborder quatre formes urbaines identifiant la ville multiple algérienne : le recasement, le lotissement, les secteurs illicites et les grands ensembles d’habitation “ZHUN” (Zones d’habitat urbain nouvelles).

L’échelle régionale. Intégrant plusieurs auréoles par rapport à Constantine, les analyses couvrent une partie du réseau des villes de l’Est algérien : le Khroub (1600 logements), Aїn Smara (souk informel), Ali Mendjeli (le centre), Ain M’lila (le village colonial) et El-Eulma (Dubaï).

Entre échelle locale et échelle régionale, l’objectif est de montrer comment, dans le cadre des centralités commerciales émergentes, des relations nouvelles se trament, des ramifications se créent, des polarisations commerciales en résultent, des territoires se recomposent et une métropolisation s’affine. Quels sont les acteurs qui sont derrière la mise en place de ces centralités ? Dans quel contexte économique et social émergent-elles ?

À l’échelle de l’agglomération constantinoise, de nouvelles centralités se sont mises en place en périphéries depuis cinquante ans maintenant. Éclatées, à l’image du tissu urbain fragmenté de la ville multiple, ces centralités sont diverses selon leurs formes, leur situation, leur contenant, leur contenu ainsi que selon le contexte économico social dans lequel elles ont évolué. À défaut d’avoir été programmées par le haut, ces centralités périphériques émergent en priorité dans l’informel ou dans le semi informel (secteurs qui sont à l’origine planifiés), et se renouvellent illégalement. Dans un premier temps il est question de savoir comment les centralités peuvent-elles émerger dans le cadre de processus illégaux ? Et comment ces processus illégaux offrent-ils une assise à l’appropriation ? Dans un deuxième temps, les exemples analysés font état d’une insertion des espaces dans l’économie mondiale. Une “mondialisation par le bas” transparaît. Elle est fabriquée par des entrepreneurs, les habitants commerçants, qui transforment leurs parcelles résidentielles et construisent des espaces commerciaux fortement puissants dont les plus célèbres sont les “Dubaï”. Ces mutations tendent-elles vers la « dubaïsation » des villes algériennes ? Et concourent-elles à insérer ménages et usagers de la société algérienne à l’économie mondiale ?

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Nadia KERDOUD est doctorante en géographie à l’université de Caen. Sa thèse sous la direction de Robert Hérin s’intitule : « Les centralités périphériques dans les villes de l’Est algérien ». Elle a rejoint l’IRMC en tant que Boursière Moyenne Durée (BMD)[1].

crédit photographique : © Nadia Kerdoud


[1] Dans le cadre de la convention de partenariat passée entre l’IRMC et le SCAC/Ambassade de France en Algérie

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Représentations de la violence scolaire chez les élèves et les professeurs de lycées et collèges en milieu urbain sensible : une étude franco-algérienne

Aujourd’hui, la violence scolaire est souvent évoquée et invoquée. Elle retient l’attention de la communauté éducative et elle constitue une préoccupation majeure pour les politiques. Tout d’abord, parce qu’elle revêt divers aspects, quantitatifs et qualitatifs. Ensuite, parce qu’il existe une forte demande sociale et institutionnelle envers la cessation de cette violence sous toutes ses formes.

En France et en Algérie, cette violence scolaire n’est pas un phénomène nouveau et elle occupe actuellement une place de plus en plus conséquente dans la vie sociale de toutes les classes, ainsi que le reflètent les discours officiels des responsables politiques et la couverture accrue des médias dans les deux pays.

Plusieurs faits divers sont à l’origine de cette inquiétude : crimes commis à l’encontre des élèves à l’intérieur et en dehors de l’institution scolaire ; apparition d’autres fléaux à l’école tels que le tabagisme, la drogue, l’alcoolisme, le happyslapping ; augmentation du nombre d’actes de violence (quoique les statistiques en la matière restent limitées en Algérie). Ces événements sont-ils annonciateurs d’une montée en puissance des violences en milieu scolaire ? Et au-delà de ces faits, quelle est la réalité de cette violence ?

Partant de cette question préoccupante, la présente recherche se propose de contribuer à une analyse comparative des représentations de la violence scolaire chez les élèves et les PLC (Professeurs de Lycées et Collèges) en milieu urbain de France et d’Algérie. Nous faisons l’hypothèse que les deux systèmes éducatifs sont comparables car la plupart des lois et des textes officiels régissant le système éducatif algérien sont fortement influencés par la législation française en héritage de la période coloniale. Il existe cependant des différences évidentes entre les deux pays qui relèvent en particulier du découpage de territoire (ZEP, ZUS, ZUP, ZFU)[1] et de la question du multiculturalisme.

En Algérie, ce découpage n’existe pas et le pays n’est pas une terre d’immigration, bien qu’il existe des minorités nationales. De surcroît, en concentrant la recherche sur le lien entre l’école et son environnement, nous tenterons de démontrer l’influence du contexte urbain sur les postures de socialisation (relégations, réponses, violences extrascolaires, expressions collectives).

Au-delà de l’identification de cette influence du contexte urbain, cette recherche tente également, à travers l’analyse des représentations des élèves et des professeurs, de dégager deux pistes de réflexions. La première concerne l’éventuelle possibilité de mesurer des ressemblances et des différences dans les causes et les effets de la violence. Ce qui nous amène ensuite à nous interroger sur le rôle du traitement scolaire, et donc social, dans la formation des représentations chez les professeurs et les élèves. La deuxième piste, quant à elle, nous interroge sur la possibilité de dégager les actions et les interactions de chacun afin de mieux comprendre le phénomène de la coproduction de cette violence.

Notre recherche se donne donc pour objectif, non pas de réaliser un recensement des actes de violence chez ces élèves, mais bien plutôt de comprendre comment et sous quelles formes ce phénomène de violence se produit au sein des écoles algériennes et des écoles françaises ; il s’agit plus précisément d’analyser et de cerner son ampleur ainsi que de déceler ses raisons et ses effets directs et indirects chez les élèves et les adultes. Cependant, afin de bien saisir le phénomène, non seulement dans ses modalités mais dans ses enjeux et sa structure, il paraît actuellement pour nous primordial de saisir la manière dont adultes et élèves se représentent la violence : « plutôt que de nous efforcer de mesurer un degré de violence et d’en recenser méthodiquement les manifestations diverses, il est préférable de mettre à nu les logiques de ces violences et de leurs représentations lorsqu’elles mettent les jeunes en scène »[2]. Plusieurs questionnements s’avèrent, dès lors, essentiels : Quel est le regard porté par les élèves et les adultes sur la violence à l’école ? À quelle condition ce regard est-il susceptible de produire un conflit ? Qu’est-ce qui, pour les adultes et les élèves, est violent ? Comment identifier les formes de violence ? Quelle est leur ampleur ? Quel est le profil des victimes et des acteurs ? Quels sont les causes et les effets de cette violence ? En quoi la situation socioéconomique, le contexte familial, scolaire et urbain jouent-ils un rôle dans l’accentuation de ce phénomène et comment participent-ils à cela ? D’un point de vue méthodologique, on aborde ce travail en prenant pour support une enquête par questionnaire et par entretien, menée en France et en Algérie. Elle consiste plus précisément dans l’étude d’un échantillon de 1040 personnes, dont 788 élèves et 252 enseignants, sélectionnés aléatoirement et équitablement au sein de cinq collèges constantinois et cinq collèges strasbourgeois.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Said GHEDIR

est doctorant en sociologie à l’université de Franche-Comté. Sa thèse, sous la direction de Gilles Ferréol, s’intitule : « Représentation de la violence scolaire chez les élèves et les PLC (professeurs des lycées et collèges) en milieu urbain sensible ». Il a rejoint l’équipe de l’IRMC en tant que Boursier Moyenne Durée (BMD)[3].

 

crédit photographique : © le soir-échos.com ; l’Express


[1] ZEP : Zone d’éducation prioritaire ; ZUS : Zone urbaines sensible ; ZUP : Zone d’urbanisation prioritaire ; ZFU : Zones franche urbaine.

[2] François Dubet, 1992, « À propos de la violence et des jeunes », Cultures & Conflits, n° 6, p. 9.

[3] Dans le cadre de la convention de partenariat passée entre l’IRMC et le SCAC/Ambassade de France en Algérie

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’énergie solaire au Maghreb : acteurs, territoires et perspectives d’un modèle de développement plus durable?

Le contexte énergétique mondial connaît d’importantes mutations car il appelle à une redéfinition des besoins et des modes de consommation. Les risques d’épuisement des ressources non renouvelables (pétrole, gaz naturel, charbon…), le réchauffement climatique ou encore les catastrophes nucléaires, récemment sous les feux de la rampe médiatique, font clairement apparaître le modèle énergétique actuel comme non durable. Il est donc nécessaire d’engager une transition vers un modèle plus durable. Des solutions alternatives sont possibles comme un usage plus soutenu des énergies renouvelables. Le potentiel méditerranéen est considérable mais reste aujourd’hui largement sous exploité.

Pour aborder cette transition énergétique, nous avançons que l’innovation dans le domaine technique est nécessaire mais non suffisante. En effet, une action sur l’organisation économique et sociale ainsi que la mise en place de politiques publiques semblent indispensables. L’énergie est un facteur essentiel du développement économique et social des sociétés. Il semble donc difficile de dissocier le modèle énergétique d’une société, de son mode de développement économique et de ses réalités sociales.

Nous nous proposons de mettre en regard le discours des experts comme en témoignent les rapports nombreux du Plan Bleu, et les modalités d’action des acteurs publics et privés, en questionnant la façon dont les sociétés, au travers des acteurs institutionnels et privés, s’emparent de ces expertises pour mettre en œuvre des dispositifs étatiques et des stratégies d’entreprise. Nous verrons, par ailleurs, dans quelles mesures le durable est constitutif de marchés qui s’internationalisent.

Nous avons volontairement opté pour une étude comparative entre deux pays relativement pauvres en ressources fossiles, la Tunisie et le Maroc, et un pays dont la balance énergétique est largement excédentaire grâce aux hydrocarbures, l’Algérie. Le choix du Maghreb répond à l’exigence d’une cohérence régionale.

De plus, sa proximité avec l’Europe de l’Ouest sera l’occasion de questionnements autour des relations euro maghrébines. La recherche d’une meilleure maîtrise énergétique et le développement des énergies renouvelables figurent déjà parmi les six priorités du partenariat euro méditerranéen initié en 1995. Le dialogue euro méditerranéen sur l’énergie devra être largement pris en compte. Une attention portée aux actions entreprises dans le cadre euro méditerranéen est d’autant plus importante que des mégaprojets tels que DESERTEC prennent forme. Il s’agit d’un projet éco énergétique de grande envergure ayant pour objectif de créer un réseau interconnecté alimenté par des centrales solaires du Maroc à l’Arabie Saoudite et des câbles sous-marins à l’Europe. L’enjeu technologique et financier est énorme. Les énergies renouvelables, et en particulier le solaire, peuvent donc constituer un ciment pour les relations entre le Maghreb et l’Union Européenne.

Travailler sur cette transition énergétique suppose l’adoption d’une approche tant multiscalaire que systémique pour mieux saisir les enjeux spatiaux et relationnels qu’elle sous-tend. La question énergétique s’insère dans des champs de pouvoir et s’articule à différentes échelles (locale/régionale/globale). Elle questionne les rapports de force présents et futurs entre les pays du Maghreb comme entre le Maghreb et le reste du monde. Les logiques qui sous-tendent cette « transition énergétique » et/ou les impacts de ces dernières sur les sociétés conduisent à une redéfinition des équilibres régionaux, sociétaux et territoriaux. Cette étude nous permettra d’interroger la nouvelle géographie de la carte énergétique grâce à la mise en évidence, entre autres, des nouveaux sites de production. Un autre volet du développement durable est à mettre en évidence, le volet social, au travers d’une interrogation sur l’emploi.

En effet, l’exploitation de l’énergie solaire est potentiellement génératrice d’emplois. Le durable ne constituerait plus seulement un argument environnemental mais aussi social et économique fort. L’énergie solaire offre de nouvelles potentialités de développement en alliant croissance économique et durabilité.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Nadia BENALOUACHE

doctorante en géographie à l’université Aix-Marseille/université de Sfax. Sa thèse, sous la direction de Sylvie Daviet et Ali Bennasr, s’intitule « L’énergie solaire au Maghreb : acteurs, territoires et perspectives d’un modèle de développement plus durable ? ». Elle a rejoint l’équipe de l’IRMC en tant que boursière d’aide à la mobilité (BAM).

 

crédit cartographique : © Fondation Desertec

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Religion, démocratie et mondialisation, une approche comparative des mutations du religieux dans le cadre de la mondialisation et des processus de démocratisation

Épistémologie des religions

L’étude comparée des religions ne date pas d’aujourd’hui. On peut même dire qu’elle a toujours existé. Les théologiens de toutes les religions en ont usé et abusé pour faire valoir la supériorité de leur foi par rapport aux autres en comparant ce qu’elle a de mieux aux pires aspects de la religion des autres. En se détachant de la religion et des approches métaphysiques qui ont dominé l’approche philosophique des faits religieux depuis l’Antiquité, les sciences du religieux, y compris lorsqu’elles se limitent aux approches ethnologiques descriptives (une sorte d’ethnographie des faits religieux), ont toujours recouru au comparatisme, que ce soit de façon explicite ou implicitement. Des approches inspirées par l’Humanisme du XVIe siècle à « l’anthropologie interprétative » de Geertz, en passant par les travaux de Comte, Durkheim, Weber, Levi- Strauss, Evans-Pritchard, Malinowski, etc., on a rarement fait l’économie du recours au comparatisme dans les études relatives aux faits religieux. Ce thème vise à cerner les différents problèmes conceptuels et méthodologiques que relève l’analyse critique des travaux et des recherches portant sur ce domaine dans les différentes disciplines (philosophie, anthropologie, histoire, sociologie, étude des textes, etc.) pour relever les pièges et les obstacles épistémologiques qui le minent. La réflexion portera sur des textes représentatifs des principales disciplines et des théories relatives aux faits religieux, et elle sera articulée sur des études de cas relevant des terrains des chercheurs qui seront invités à participer aux séminaires et à la journée d’étude/colloque qui sera consacrée à ce thème et qui servira de base théorique à l’approche du deuxième thème (religions et processus de démocratisation). Deux séminaires seront consacrés à ce thème (le 22 octobre et le 12 novembre 2011) et seront couronnés par une rencontre scientifique les 9 et 10 décembre 2011.

Religions et processus de démocratisation

Les processus de démocratisation en Europe, dont les origines remontent à la Renaissance, et ceux que connaissent les pays de la rive Sud-et Sud-Est de la Méditerranée, et dont les prémisses remontent au réformes engagées dès la fin du XVIIIe siècle, ne sont pas sans effets sur les religions qui, de leur côté, pèsent, d’une manière ou d’une autre, sur ces processus. Ce thème vise à décloisonner les études relatives à cette question pour mener une réflexion basée sur une approche comparative des impacts des processus de démocratisation en cours dans les pays musulmans avec ceux qu’avaient connus d’autres pays de l’espace euro-méditerranéen que ce soit du point de vue des rapports entre le politique et le religieux ou du point de vue de l’évolution des représentations, des pratiques et des formes de régulation religieuses. Comme pour le premier thème, deux séminaires (entre le 18 février et le 7 avril 2012) serviront de préparation à l’organisation d’une rencontre internationale qui se tiendra les 11 et 12 mai 2012.

Ce programme mobilisera des collaborations entre l’IRMC et plusieurs partenaires : des laboratoires et des chercheurs des universités tunisiennes, la Chaire de l’UNESCO pour l’Etude Comparée des Religions, l’ISERL à Lyon, la Fondation A. Ibn Saoud à Casablanca, la Fondation Konrad Adenauer, etc.

 Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Mohamed-Chérif FERJANI

Professeur des Universités à l’Université Lumière- Lyon 2, et à l’IEP de Lyon 2, chercheur au Groupe de Recherches et d’Études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO). Il est actuellement chercheur à l’IRMC en délégation CNRS, où il y coordonne le programme : « Épistémologie des religions / religions et processus de démocratisation ».

crédit cartographique : © atlas-historique.net

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Violence scolaire au Maghreb

Journées d’études – Tunis – 8 et 9 mars 2011

C’est sur cette thématique, très souvent d’actualité dans les médias, que se sont retrouvés à Tunis les 8 et 9 mars 2011, à l’initiative de l’IRMC et du Laboratoire du changement social de l’Université d’Alger, une vingtaine d’enseignants-chercheurs, de jeunes doctorants et de professionnels du monde de l’éducation afin de confronter grilles de lecture et réalités de terrain. Plusieurs points forts ont émergé :

– le caractère pluridisciplinaire des approches retenues, les perspectives démographiques, sociologiques, anthropologiques ou historiques apportant chacune leur pierre à l’édifice ;

– la triangulation des sources et des outils (corpus statistique, questionnaires, entretiens, observations in situ), les paradigmes évoqués se référant à la mobilisation des ressources, aux analyses en termes de don et de contre-don ou, dans une visée plus critique, aux concepts de domination ou de légitimation ;

– des préoccupations d’ordre méthodologique (appréhension et mesure des types de délits, fiabilité des données recueillies dans le cadre de la problématique du dark number) et définitionnel (qu’entendons nous précisément par violence, incivilités… ?)

– le souci de développer, dans une optique tocquevillienne, une démarche comparative prenant appui sur diverses études de cas ayant trait à la Tunisie, à l’Algérie, à la Mauritanie, à la Libye ou à la France (Nord-Pas-de-Calais, Alsace).

Le programme de la manifestation était structuré en quatre grandes parties. Dans un premier temps, étaient proposés des éléments de cadrage portant sur la caractérisation des échanges et des face-à face dans les cours de récréation, conçues comme espaces de jeu et d’opportunités (Tayeb Kennouche), sur la prise en considération de différents registres (physique, psychologique, verbal, symbolique) et de tout ce qui renvoie au subjectif, au ressenti ou à l’intentionnel (Hayet Moussa), ou bien encore sur le décryptage des spécificités socioculturelles (Mohamed Ahbiel) ou de la réception médiatique (Kenza Dali).

Après cet éclairage, place aux pratiques et aux représentations qui les sous-tendent. Les effets maître, classe et établissement occupent ici une place centrale, de même que les mécanismes de sélection ou d’orientation, lesquels peuvent conduire à la construction de l’échec scolaire et à la réactivité des élèves, ces derniers s’efforçant de sauvegarder leur estime de soi, de nier dévalorisation et déclassement en renversant les stigmates dont ils sont porteurs (Dorra Mahfoudh). La perception de l’équité, est-il souligné, apparaît centrale. On retrouve dès lors les débats classiques autour des inégalités ou des injustices, certains privilégiant les références à la « galère », à la « frustration » ou aux « cultures sur macadam », d’autres témoignant de leur intérêt pour les travaux de Pierre Bourdieu, de Christian Bachmann ou de François Dubet, sans oublier les contributions de Amartya Sen, de John Rawls ou de Charles Taylor.

Troisième moment clé : l’examen du rapport à l’autorité, celle-ci impliquant respect et vivre ensemble à travers un jeu de consentements réciproques qui passe par la constitution d’attentes morales conjointes et par la transmission de savoirs reconnus (Bernard Jolibert). La « socialisation des jeunes générations », pour reprendre une expression qu’aimaient à employer Emile Durkheim ou Ferdinand Buisson, n’est pourtant pas chose aisée car on assiste de plus en plus à un « relâchement des valeurs », à un « affaiblissement des normes » ou à un « effacement de la mémoire familiale » (Nourredine Hakiki), les enquêtes réalisées par Saïd Ghedir dans le Constantinois et par Amadou Sall au sein de la communauté Pulaar de Nouakchott étant à cet égard très instructives. La question du pouvoir ou de la gouvernance va ainsi de pair avec celle des styles pédagogiques à promouvoir et, plus généralement, avec celle de l’articulation famille/école/société (Fazia Ferraoune).

Le dernier atelier, consacré aux dispositifs et aux politiques de prévention, a mis l’accent sur les processus de décrochage ou d’absentéisme (Fatma Mediouni), la situation dans les zones d’éducation prioritaires et le poids des contraintes organisationnelles (Gilles Ferréol), la fréquence et le degré de gravité de tel ou tel comportement (Ahmed Mainsi), le sentiment de culpabilité ou de désaffiliation (Toufik Bissekri), les dynamiques d’apprentissage ou les stratégies parentales (Pascal Politanski). Des tensions plus ou moins vives peuvent de la sorte se manifester entre particularismes et universalisme, centralisation et territorialités, tradition et innovation, adaptation et réforme. Quelles que soient les réponses apportées, il ressort que ce n’est pas la multiplicité des actions entreprises qui est gage de crédibilité ou d’efficacité mais la disponibilité et la qualité de l’encadrement, des règles du jeu clairement définies ainsi qu’une volonté d’explicitation, de cohérence et de concertation.

Ces Journées, on le voit, constituent une entrée de choix pour s’interroger sur le lien social et la citoyenneté, la mixité et la sociabilité, la formation et les valeurs de responsabilité ou d’engagement… Autant de pistes qu’il conviendra d’approfondir cet automne à Alger avec comme « feuille de route » la nécessité :

– d’étoffer le matériau empirique (monographies, enquêtes longitudinales…) ;

– de faire montre de plus de technicité tant au niveau conceptuel que sous un angle plus méthodologique ;

– de bien décoder les discours, le plus souvent ambivalents, des différents protagonistes (lycéens, enseignants, personnels administratifs ou de surveillance,

experts, décideurs publics…).

Les Actes de ce prochain colloque devraient faire l’objet d’une publication, sous forme d’ouvrage, au printemps 2012.

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Gilles FERREOL

Sociologue, Université de Franche-Comté

 

crédits photographiques : © Reuters ; Pixland/Corbis

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook