Archives de catégorie : Algérie

Compte-rendu : Présentation de l’ouvrage « L’Algérie au présent », Sous la direction de Karima Dirèche

Manon Rousselle est en volontariat international à l'IRMC depuis 2019, en charge des projets scientifiques et de la valorisation de la recherche.
Retour en image sur la présentation d’ouvrage de Karima Dirèche le 29 janvier 2020 dans la bibliothèque de l’IRMC.

Le 29 janvier 2020, Karima Dirèche, directrice d’études au CNRS (TELEMME) et ancienne directrice de l’IRMC, est venue présenter l’ouvrage sous sa direction, L’Algérie au présent. Entre résistances et changements, paru en 2019 aux éditions IRMC- Karthala. L’objectif de ce que plusieurs collègues ont appelé un « travail colossal » est de donner un aperçu multidimensionnel de l’Algérie contemporaine : les dynamiques qui ont traversé les trente dernières années et les enjeux actuels, dans une perspective analytique poussée.

Cet ouvrage regroupe une soixantaine de contributions, mettant en valeur aussi bien la jeune recherche que les chercheurs confirmés. Un tiers des contributeurs sont des collègues de l’Université algérienne. Lors de son intervention, Karima Dirèche est revenue sur les difficultés à travailler sur l’Algérie et sur la genèse de cet ouvrage.

Continuer la lecture de Compte-rendu : Présentation de l’ouvrage « L’Algérie au présent », Sous la direction de Karima Dirèche

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Compte-rendu du séminaire de recherche « Migrations, mobilités et circulations intra-africaines : savoirs, critiques et méthodes »

Betty Rouland est géographe, en post-doctorat MEAE à l'IRMC depuis 2017. Elle mène un programme de recherche "Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l'émergence d'un espace de soins transnational en Afrique du Nord ?"portant sur les circulations liées aux soins médicaux dans la région du Maghreb et en particulier en Tunisie (voir aussi son projet sur les mobilités liées à la PMA).

En 2019, s’est tenu le séminaire de recherche « Migrations, mobilités et circulations intra-africaines : savoirs, critiques et méthodes ». Cette rencontre ambitionnait de documenter des interactions tissées par des mobilités aussi bien anciennes qu’émergentes, de déconstruire des catégories englobantes, peu représentatives de la condition réelle des populations mobiles dans les pays africains, dans l’optique plus générale, d’enrichir les débats scientifiques contemporains sur cette zone d’étude. Privilégiant une perspective « Sud-Sud », une attention particulière a été donnée aux travaux invitant à développer une approche critique et à décentrer le regard. Par le biais de différentes conférences, ont été mises en exergue les dynamiques dites top down et « par le bas », tout en saisissant les enjeux et les échelles de leurs processus (mondialisation, (trans)régionalisation, transnationalisme). Par la pluridisciplinarité des approches (histoire, géographie, droit et anthropologie) et la pluralité des prismes d’analyses utilisés (la diplomatie, les réseaux et routes marchands, le droit et le religieux), les interventions successives des chercheur.e.s. invité.e.s ont permis d’enrichir les débats actuels sur les migrations, les mobilités et les circulations à l’échelle intra-africaine et au-delà.

L’historienne Sophie Bessis, chercheure associée à l’IRIS, est intervenue lors de la première séance de séminaire, jeudi 28 février 2019,  sur « Diplomatie et coopération entre la Tunisie et l’Afrique de l’Ouest depuis l’Indépendance jusqu’à aujourd’hui » (cf. Lettre de l’IRMC, n° 24). L’approche « par le haut » et l’analyse factuelle développées par la chercheure ont permis de retracer l’évolution des relations diplomatiques contemporaines entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne.

Elle distingue trois temps forts de l’histoire de ces relations : la période Bourguibienne, ce qu’elle qualifie d’« éclipse tunisienne en Afrique Subsaharienne » durant le règne de Ben Ali et l’après 2011. Au lendemain de l’indépendance de la Tunisie et jusqu’aux années 1970, les relations entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne sont marquées par de nombreuses actions de coopération. Parmi les événements les plus significatifs, Sophie Bessis rappelle la présence militaire de la Tunisie en Afrique, avec, par exemple, l’envoi de 2 200 casques bleus au Congo en 1961 ; la participation active du pays à la création de l’organisation de l’unité africaine en 1963 ou bien la tournée de Bourguiba dans plusieurs pays subsahariens en 1965. À l’inverse, la période de Ben Ali se caractérise par un tropisme arabe et des relations résiduelles, voire inexistantes, avec l’Afrique subsaharienne. Depuis les soulèvements populaires de 2011, qui ont entrainé la chute du régime de Ben Ali, l’historienne note une reprise des relations, animées par des logiques principalement mercantiles. Elle observe, notamment, la présence croissante de sociétés tunisiennes sur le marché africain, ainsi que celle d’étudiants subsahariens en Tunisie, bien que ce nombre décroisse depuis 2012. En termes de partenariat économique, cela se traduit par l’adhésion de la Tunisie à la COMESA et le statut de membre observateur à la CDEAO.

Néanmoins, la chercheure met en lumière ce qu’elle considère comme le déni de la Tunisie face à sa dimension « africaine ». C’est ainsi que l’absence de politiques migratoires visant à régulariser la situation des travailleurs subsahariens en Tunisie illustre bien une certaine inertie du gouvernement tunisien et ce malgré la pression de la société civile. En d’autres termes, Sophie Bessis apporte des éclairages sur un sujet de recherche pionnier ouvrant de nouvelles pistes de réflexions sur le positionnement de la Tunisie en direction de la rive Sud de Sahara. 

Directeur de recherche au CNRS (LISST, UMR 5193), le géographe Olivier Pliez est intervenu jeudi 14 avril 2019, sur « La mondialisation des pauvres : loin de Wall Street et de Davos », titre de son dernier ouvrage codirigé avec Armelle Choplin [1]. Spécialiste des territoires urbains liés aux mobilités au Sahara, dans le monde arabe et en Méditerranée, ses terrains de recherche dans de petites localités marchandes au Maghreb l’ont conduit jusqu’en Asie du Sud-Est. Ainsi, Olivier Pliez propose une clef de lecture originale de l’objet géographique – et métaphorique – de la « route ». À travers l’exemple des réseaux migratoires marchands inter et transnationaux, cette deuxième séance s’inscrit à la croisée des trois dimensions proposées par le séminaire de recherche : « savoirs, critiques et méthodes ». En effet, les éléments introductifs abordent de manière critique les définitions et les représentations véhiculées par la mondialisation contemporaine. Réductrices et hiérarchisées, ces approches interprètent ledit processus via des valeurs marchandes globalisées qui seraient structurées par les firmes multinationales et excluraient, de ce fait, des populations considérées comme « pauvres ». À partir de deux terrains de recherches, des souks en Algérie et en Libye, le chercheur démontre non seulement que des routes commerciales « discrètes » se créent en dehors de celles tissées par les firmes multinationales, mais que les acteurs de ces réseaux marchands « du quotidien » sont totalement intégrés au système mondialisé. En d’autres termes, sa méthodologie de recherche souligne l’importance de « suivre » des routes commerciales afin de les reconstituer. Olivier Pliez explique de quelle façon de nouvelles formes de territorialisation émergent de ces routes commerciales discrètes à l’instar de la ville chinoise de Yiwu, spécialisée dans le marché du gros, où des quartiers sont réinvestis par ces acteurs marchands maghrébins. Lors des échanges avec le public, les discussions se sont penchées sur des aspects aussi bien méthodologiques que théoriques : comment « suivre » les objets de recherche ? Comment redéfinir la figure contemporaine du « pauvre » ou (re)conceptualiser le transnationalisme par le bas ?

Organisée jeudi 28 novembre 2019, la troisième séance de séminaire accueillait Delphine Perrin, juriste et politiste chargée de recherche à l’IRD, invitée pour présenter son dernier ouvrage Frontières, sociétés et droit en mouvement. Dynamiques et politiques migratoires de l’Europe au Sahel [2] codirigé avec Sylvie Mazzella. Issu d’un colloque international, cet ouvrage collectif réunit quatorze auteur.e.s provenant de champs disciplinaires variés. Les thèmes de recherche développés recouvrent ainsi une pluralité d’acteurs, de contextes et de prismes d’analyse pour saisir les enjeux des mobilités de l’Europe au Sahel.

Le propos de la conférencière ne s’est guère attardé sur les spécificités des contributions mais a plutôt introduit les idées fortes et transversales de l’ouvrage. Du point de vue de la place du droit dans les approches et les pratiques de la migration, Delphine Perrin souligne un processus de  diffusion de la juridicisation des migrations et les impacts du droit sur les mobilités. Une autre idée transversale de ce livre porte sur la dimension transrégionale des dynamiques et des politiques migratoires, invitant à dépasser le seul rapport « Nord-Sud ». Elle ajoute, par conséquent, qu’il faut aller au-delà de cette idée de « subalternité Nord-Sud » à l’image des États maghrébins qui participent à la fabrique des discours et des lois sur les migrations. D’ailleurs, Delphine Perrin insiste sur le fait que les dynamiques maghrébines s’inscrivent dans des échelles plus larges mettant en exergue un élargissement du « limes » méditerranéen. De même, la juriste note l’importance des articulations entre les dynamiques juridiques et l’évolution du contexte social et géopolitique de ces quinze dernières années avec les orientations restrictives et répressives des migrations (exemples donnés de l’Algérie, du Niger, de la Tunisie). À propos du délit de solidarité et du processus de criminalisation à l’encontre des migrants « irréguliers », Delphine Perrin explique que cela n’a rien de nouveau dans le droit tunisien car il existe un délit de « non délation ». Les discussions avec la salle ont abordé la question des frontières en mouvement et, notamment, la problématique des frontières maritimes, le nouveau positionnement du Maroc en tant que « modèle » et la place de la société civile marocaine, les possibles écarts entre la juridicisation et les réalités migratoires locales, ainsi que le rôle joué par les organisations internationales telles que le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés ou l’Organisation Internationale pour les Migrations.

Enfin, c’est l’anthropologue Sophie Bava qui a clôturé le séminaire de recherche jeudi 12 décembre 2019,  en présentant ses travaux empiriques sur « La formation religieuse chrétienne au Maroc : la naissance de nouveaux entrepreneurs religieux ». Chercheure à l’IRD, ses travaux se focalisent sur les migrations africaines sous le prisme de l’anthropologie religieuse du mouvement, à savoir, les constructions religieuses musulmanes et chrétiennes entre l’Afrique méditerranéenne et subsaharienne. Sophie Bava explique que cette recherche est une réflexion anthropologique nourrie du travail d’un photographe et qui a donc pour vocation à être partagée. L’anthropologue revient ensuite sur le fait que la migration représente un temps où l’on questionne sa foi, un temps qui se caractérise aussi par l’immobilité et l’ennui, enfin, un temps d’indépendance et donc de négociations qu’elle qualifie de temps de « butinage religieux ». 

Dans les années 1990, alors qu’il n’y a plus qu’un pasteur au Maroc et que les églises y sont très peu fréquentées, l’Église a su s’adapter à l’arrivée des premiers étudiants originaires de la rive Sud du Sahara. D’une part, la chercheure démontre que l’Église a bien un projet fédérateur pour le Maroc, caractérisé par l’octroi de bourses, la formation œcuménique avec l’Institut Al Mowafaqa, mais surtout les tentatives d’encadrement des églises de maison. D’autre part, le « culte à la régularisation » exemplifie la manière dont la théologie répond à des questions d’ordre sociologique, une théologie qualifiée de « pratique » voire « pragmatique » par la chercheure. Tandis que les fidèles prient pour régulariser leur situation administrative, les prêcheurs mobilisent les récits bibliques, à l’image de celui de Moïse qui renvoie à la figure du migrant. Les différents temps théologiques (passage, ancrage, installation, etc.) présentés ne sont pas chronologiques comme le rappelle la conférencière : « on les fait vivre au temps de la migration ».

Sophie Bava élargit la réflexion et explique que le christianisme, au Maroc, pose d’autres questions sur la diversité religieuse dans une dimension africaine. Par une stratégie de diplomatie religieuse, il confirme progressivement son rôle de médiateur entre l’Europe et l’Afrique.

[1] CHOPLIN Armelle, PLIEZ Olivier, 2018, La mondialisation des pauvres : Loin de Wall Street et de Davos, Paris, Seuil-La République des idées

[2] MAZZELLA Sylvie, PERRIN Delphine, 2019, Frontières, sociétés et droit en mouvement. Dynamiques et politiques migratoires de l’Europe au Sahel, Bruxelles, Bruylant

Compte-rendu initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Compte rendu de lecture : AREZKI Saphia, De l’ALN à l’ANP. La construction de l’armée algérienne 1954-1991

L’ouvrage de Saphia Arezki [1] analyse le processus de construction de l’Armée nationale populaire (ANP) et sa formation depuis la Guerre de libération (1954-1962) jusqu’au début des années 1990. Se fondant principalement sur les témoignages d’anciens militaires, cet ouvrage aide à mieux comprendre les choix de ses dirigeants, les enjeux et les mécanismes qui ont permis l’évolution d’une structure de résistance vers une institution servant de socle à la consolidation d’un État algérien moderne.

Traiter de l’histoire d’une institution militaire constitue, pour tout chercheur, un véritable défi en raison du cloisonnement de l’information. Les enjeux politiques et la portée symbolique du sujet induisent une certaine rareté des études historiques contemporaines sur les institutions militaires. C’est ce défi, à la fois méthodologique et intellectuel, que Saphia Arezki a relevé avec succès dans son ouvrage. Issu d’une thèse en histoire, son travail appréhende l’évolution de l’armée algérienne et son fonctionnement depuis le déclenchement de la résistance armée en 1954 et la formation de l’Armée de libération nationale (ALN), jusqu’à 1991, date à laquelle l’Algérie et l’Armée nationale populaire (ANP) entrent dans un nouveau cycle de reconfiguration politique. Cette armée algérienne est entourée de mythes et d’idées reçues que l’auteure s’est efforcée de déconstruire tout au long de son livre. Il est nécessaire de rappeler la position névralgique de l’armée au sein de l’État algérien, non comme un « pouvoir occulte », comme présentée par de nombreuses thèses, mais comme une institution formée d’individus, construite par eux au fil des décennies et qui a fait face aux exigences de la formation d’un État indépendant.

En optant pour une analyse prosopographique, qui permet une description détaillée du processus de construction de l’armée algérienne, l’auteure évite le piège des généralisations et des raccourcis qui foisonnent sur cette question. Explicitée dès l’introduction, cette approche se révèle primordiale pour saisir la transformation d’une armée de libération en une armée nationale, par le biais de l’analyse de la trajectoire des groupes sociaux qui la composent. Cela renvoie inévitablement à définir l’unité d’observation à la base de ces groupes sociaux : le militaire, le djoundi, le moujahid, l’askeri, etc. Si cette unité d’observation constitue, à la fois, l’objet, mais également, une des sources de ce travail de recherche, l’apport de l’ouvrage est de collecter et de corréler un corpus fragmenté entre les archives françaises, les sources officielles algériennes et les nombreux entretiens réalisés par l’auteure. C’est là toute l’originalité de ce travail. En suivant les trajectoires de militaires, de leur parcours de formation à leur accession à des postes de commandement, Saphia Arezki décrypte la structuration de la résistance armée, puis finalement la consolidation de l’institution militaire algérienne. Cette trame suivie par l’auteure constitue les trois parties du livre De l’ALN à l’ANP. La construction de l’armée algérienne 1954-1991.

La première partie étudie l’origine géographique et familiale des officiers algériens, dans le but d’établir une typologie des militaires selon la génération (âge) et le milieu social d’origine. L’auteure a manifestement l’intention de déconstruire certains mythes, dont celui du triangle BTS (Biskra/Batna-Tebessa-Souk Ahras/Skikda) qui concerne un régionalisme caractérisant l’accès aux grades élevés au sein de l’ALN puis de l’ANP. Il n’en est rien et Saphia Arezki montre que la prédominance des officiers originaires de l’Est algérien est surtout due à des facteurs démographiques et historiques liés au développement du mouvement national dans cette région de l’Algérie.

La segmentation par classe d’âge des officiers révèle trois générations dont les rapports vont structurer la future ANP. La première, incluant les combattants de « la première heure », est constituée de maquisards et de Déserteurs de l’Armée Française (DAF), dont le niveau d’éducation est généralement faible. La seconde est composée de jeunes algériens davantage instruits que leurs aînés et de DAF. Enfin, les hommes formant la troisième génération n’ont pas participé à la guerre et n’ont intégré l’ANP qu’après 1962. Les origines sociales de ces hommes sont variées même si l’auteure souligne une prépondérance des classes moyennes. Toutefois, on observe chez les DAF une appartenance à la notabilité et un passé familial militaire qui oriente le choix de carrière. C’est pourquoi, le pouvoir colonial a créé des institutions de formation militaire en Afrique du Nord suite à la mobilisation de soldats maghrébins lors de la Seconde Guerre mondiale et de la Guerre d’Indochine. La désertion de ces hommes est donc un atout pour l’ALN car ils ont déjà subi l’épreuve du feu et sont formés au maniement des armes. L’auteure met également en évidence le fait que l’acte de déserter relève d’une entreprise collective. Elle établit ainsi qu’un « esprit de corps » s’est créé entre ces hommes avant, pendant et après la Guerre d’indépendance. Cet esprit est d’autant plus renforcé que les DAF ont souvent été mal perçus et que leur loyauté a été mise en doute. Longtemps les DAF ont été opposés à leurs frères d’armes formés à l’étranger pendant la guerre à l’initiative de l’ALN. C’est pourquoi, cette dernière instaure, à partir de 1957-1958, une politique de formation militaire au Moyen-Orient (Égypte, Syrie, Irak et Jordanie), en Chine, puis en URSS. Ces formations, bien que se déroulant dans le contexte difficile de la Guerre de libération nationale, ont pour objectif de produire les futurs cadres de l’institution militaire qui prendront le relais de l’ALN, une fois l’indépendance acquise. Pour preuve, de nombreux recrutés ont été formés dans la marine et dans l’aviation alors que l’ALN est exclusivement une armée de terre. Parallèlement à cette politique, il existe des camps d’instruction en Tunisie et au Maroc dont des DAF ont la charge en tant qu’instructeurs. Ils sont destinés soit à former des hommes de troupes, soit à sélectionner ceux suffisamment qualifiés pour suivre des formations à l’étranger, soit encore à déployer le service de renseignement algérien. L’auteure montre ainsi que la construction d’une armée professionnelle débute dès le milieu de la guerre et que l’ossature de l’ANP et des services de renseignement voient le jour aux frontières de l’Algérie.

Présentation d’ouvrage 11 octobre 2019 à l’IRMC

C’est de cette armée des frontières dont il est question dans la seconde partie de l’ouvrage. L’auteure s’emploie à démontrer l’apport des DAF dans la mise en place de l’organisation des troupes, mais surtout à étudier la perception dont font l’objet ces hommes vis-à-vis des autres combattants. Que ce soit par la date de ralliement (1956 n’est pas 1960) ou par la manière de déserter, l’intégration de ces hommes et leur accès à des postes de responsabilités restent tributaire de leur acceptation par la hiérarchie et par les hommes de rang similaire. Ainsi, malgré le congrès de la Soummam qui se veut une tentative de réglementation et d’organisation de l’ALN, elle demeure, jusqu’en 1958, largement tributaire de ses chefs bénéficiant d’une autonomie assez large.

Ce n’est qu’après 1956, année de l’indépendance du Maroc et de la Tunisie, que l’ALN installe des bases fixes et que s’amorce sa transformation grâce à la volonté de ses chefs et des apports progressifs d’hommes formés à l’exercice militaire. L’auteure note, avec raison, que le renforcement de l’armée des frontières résulte de la concentration de troupes qui ne sont plus capables de rejoindre les maquis déclinant en Algérie du fait de la mise en place, par l’armée française, de la ligne Pédron à l’ouest et des lignes Morice et Challe à l’est. Ce renforcement va dans le sens d’une organisation structurée avec la création de l’état-major général (EMG) en 1960 sous le commandement de Houari Boumediène basé à Ghardimaou (frontière tuniso-algérienne). L’EMG s’attèle au renforcement des troupes et de la discipline et, surtout, établit des formations de combat hétéroclites pour limiter les effets du régionalisme et minimiser les conflits internes. Cette stratégie payante a fait en sorte que la frontière tunisienne devienne un point de rencontre et un espace de socialisation des futurs officiers de l’ANP bien que l’auteure signale des différences notables, sur le plan idéologique, entre les DAF et ceux revenus des formations au Moyen-Orient. Boumediène, pragmatique, arase ces différences en utilisant leurs compétences pour structurer l’armée des frontières sur le modèle d’une armée classique. Il s’appuie sur ces hommes, une fois le cessez-le-feu conclu avec la France, lorsqu’éclate, à l’été 1962, la crise entre l’EMG et le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA). Cette crise dégénère en guerre ouverte entre l’armée des frontières et les maquis de l’intérieur qui consacre la victoire de l’EMG à l’issue de conflits meurtriers et marque la naissance de l’ANP qui entre dans une phase de reconversion vers une armée professionnelle.

La troisième partie de l’ouvrage étudie la construction de l’ANP sur deux périodes : de 1962 à la mort de Houari Boumediène en décembre 1978 et celle de la présidence de Chadli Bendjdid (1979-1991). Durant la première période, l’auteure revient sur les luttes internes, exacerbées par l’indépendance, au sein même de l’ANP cherchant alors à maintenir son hégémonie sur les autres institutions. Si le pouvoir de Boumediène et la cohésion au sein de l’armée en sortent renforcés, notamment après la tentative de putsch de 1963, les questions relatives à la non-préparation de l’armée sont mises en lumière lors de la Guerre des Sables avec le Maroc. L’auteure décrit le processus d’organisation de l’ANP en mettant en relief une stratégie d’équilibre complexe adoptée par la haute hiérarchie militaire pour intégrer les officiers de l’ALN, majoritairement illettrés. Ce processus d’organisation, initié par Boumediène jusqu’à sa mort, consiste à trouver un juste équilibre au niveau des nominations entre compétence, loyauté et légitimité au combat. Il est à souligner que la grande qualité de ce chapitre réside dans la reconstruction de l’organigramme de l’armée par l’auteure car les textes juridiques régissant le fonctionnement de l’État algérien et son architecture institutionnelle occultent tout ce qui relève de l’appareil militaire. Elle met également en évidence la mise en place progressive d’une politique de formation et de recyclage des maquisards en mettant en perspective le contexte international dans lequel évolue l’État algérien. Ainsi, le choix de se tourner vers l’URSS pour l’acquisition de l’équipement militaire et la formation des officiers s’inscrit dans la continuité de la Guerre de libération, mais est également une conséquence du soutien accordé par les États-Unis au Maroc. Le choix, plus pragmatique, de diversifier la coopération militaire avec la France met en exergue des tensions, liées à la position ambigüe de Moscou lors de la Guerre des Six jours et à l’insatisfaction de la formation prodiguée aux officiers supérieurs dans les structures soviétiques. Cette situation pousse la direction de l’ANP à « algérianiser » la formation militaire, objectif atteint à la mort de Boumediène et démontré par l’auteure grâce à une description détaillée de la mise en place des écoles de formation militaire sur le territoire algérien.

Jouissant d’un consensus au sein de l’armée et du soutien de la puissante Sécurité Militaire (SM) de Kasdi Merbah, l’accession de Chadli Bendjdid à la présidence en 1979 entérine la domination de l’ANP sur le FLN et sur la vie politique algérienne. L’armée a désigné l’un des siens, celui qui, par ailleurs, a le moins d’ambition à réorganiser le système mis en place par Boumediène. Toutefois, cela n’a pas empêché l’ANP de connaître des changements à sa direction, marquant la volonté de Chadli d’assoir son pourvoir en mettant à l’écart ses rivaux, comme Abdelaziz Bouteflika, et en favorisant la promotion de ses proches. Dans cette perspective, l’auteure note que la réorganisation à la tête de l’armée apparait au grand jour à travers la publication au Journal Officiel des nominations et des créations de départements liés à la Défense. Elle y décèle, avec raison, une quête de légitimité légale de Chadli pour compenser son manque de légitimité auprès de l’institution militaire en comparaison de son prédécesseur. Un réseau « Chadli » se met donc en place qui trouve ses racines dans les connections établies au cours de son passage à la frontière tunisienne lors de la Guerre de libération et/ou d’une affectation dans la 2ème région militaire, dont il assure alors le commandement. Cela ouvre la voie à une profonde réorganisation de l’armée, à partir de 1984, au moyen de la création de nouveaux grades et d’une centralisation du commandement militaire afin de diminuer l’autonomie des régions. L’auteure révèle un basculement de l’élite militaire algérienne vers la seconde génération de DAF, mettant au ban les officiers formés au Moyen-Orient. Ainsi, dès octobre 1988, la haute hiérarchie de l’armée se caractérise par une forte cohésion tant professionnelle que personnelle qui s’exprime notamment par la répression des émeutes et, plus tard,  par l’interruption du processus électoral, préfigurant la crise de la décennie noire.

Traitant plutôt du passage « de l’armée des frontières à l’ANP », que « de l’ALN à l’ANP » tel que mentionné par le titre, l’ouvrage de Saphia Arezki révèle des trajectoires de militaires et permet de comprendre l’accession de certains au grade d’officier supérieur de l’ANP entre 1962 et 1991. Un souci constant de contextualisation rend son propos parfaitement accessible au lecteur profane. De même, pour l’académicien, la richesse de cet ouvrage permet d’envisager l’exploration d’autres terrains, au prisme de l’histoire, mais également de la science politique. Tout en ayant conscience de la difficulté de la tâche, les aspects liés à la création du ministère de l’Armement et des Liaisons générales (MALG) et sa reconversion dans la puissante « Sécurité Militaire », après l’indépendance, mériteraient, par exemple, d’être approfondis. Ces éléments permettraient, à mon sens, une meilleure compréhension des liens de subordination du politique au militaire en Algérie. De même, une description du fonctionnement de la SM durant les années 1980 donnerait une portée plus large vers un meilleur décryptage de certains événements de la décennie noire. Ces quelques suggestions ne sont ici que des détails mineurs qui n’enlèvent rien à la qualité de l’ouvrage : il demeure une des très rares références sur l’histoire de l’Algérie post-1962, en général, et sur l’armée algérienne, en particulier.

[1] AREZKI Saphia, 2018, De l’ALN à l’ANP. La construction de l’armée algérienne 1954-1991, Alger, Éditions Barzakh.

Recension initialement publiée dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les Marocains du Maghreb : de l’absence d’intégration régionale à une mondialisation migratoire limitée (Algérie et Tunisie)

Betty Rouland est géographe, en post-doctorat MEAE à l'IRMC depuis 2017. Elle mène un programme de recherche "Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l'émergence d'un espace de soins transnational en Afrique du Nord ?"portant sur les circulations liées aux soins médicaux dans la région du Maghreb et en particulier en Tunisie (voir aussi son projet sur les mobilités liées à la PMA).

Edité par la Fondation Hassan II des Marocains résidant à l’étranger, Marocains de l’Extérieur – 2017 [1] est un ouvrage collectif qui dresse un bilan des tendances migratoires de la communauté marocaine dans le monde. Au-delà de proposer une synthèse sur des thématiques inhérentes aux migrations contemporaines (vieillissement, féminisation, régionalisation, développement, etc.), l’ossature de cet ouvrage présente la particularité d’examiner la communauté marocaine à l’étranger par pays. Ce dernier ouvrage se distingue de l’édition précédente par l’élargissement du nombre de pays étudiés. En 2013, deux études seulement portaient sur les Marocains dans les pays africains et arabes (El Farah, 2013 ; Ezzine, 2013). Avec deux chapitres examinant, de manière distincte, la situation des ressortissants marocains dans les pays du Maghreb et du Golfe, cette nouvelle étude s’inscrit dans une volonté de déconstruire des aires culturelles peu pertinentes tout en rendant compte de dynamiques migratoires encore largement ignorées en Afrique du Nord. 

Initialement, le chapitre « Marocains du Maghreb » ambitionnait de couvrir trois pays maghrébins : l’Algérie, la Libye et la Tunisie. Du fait de l’instabilité politique en Libye, limitant drastiquement la collecte d’informations, l’analyse s’est focalisée sur l’Algérie et la Tunisie. Au vu d’un outillage statistique peu fiable dans les deux pays concernés, les données exploitées proviennent des registres consulaires, soit un consulat à Tunis contre trois en Algérie, à Alger, Oran et Sidi Bel-Abbès. Or, de même que pour les recensements de populations, lesdits registres présentent de nombreux biais liés aux sur/sous-déclarations, auxquels s’ajoutent ceux liés aux binationaux qui échappent aux instruments de mesure. Afin de compléter les données officielles peu significatives, des entretiens ont été menés auprès d’acteurs institutionnels et de membres d’associations marocaines. Par ailleurs, force est de constater que la littérature scientifique demeure embryonnaire sur le sujet. Les mobilités intra-maghrébines constituent, en effet, un objet de recherche encore très peu développé, hormis quelques exceptions telles que Brunet, 1958 ; Aziza, 2012 ; Boubakri, Mandhouj, 2013. Autrement dit, ce chapitre ne prétend guère à l’exhaustivité mais ouvre, au contraire, un vaste chantier scientifique tout en invitant à investir un champ d’étude en devenir. 

À travers les études de cas de l’Algérie et de la Tunisie, le texte offre deux radiographies qui identifient les dynamiques, les profils ainsi que la condition des ressortissants marocains, en privilégiant une approche multiscalaire (échelle nationale, consulaire, transfrontalière et locale). Jusqu’à très récemment encore, le Maghreb était considéré comme une région d’émigration massive alors que l’ancrage des Marocains dans les pays maghrébins remonte à l’époque coloniale française, période de suractivation des flux migratoires intra-maghrébins (Taïeb, 2012). Ces derniers répondent au développement de l’économie coloniale et reposent sur des logiques transfrontalières, intra-régionales voire même transnationales: une. Plus encore, le texte s’intéresse à la manière dont la condition des Marocains, dans les deux pays étudiés, est révélatrice d’une absence d’intégration régionale « par le haut » et d’une mondialisation migratoire subséquemment limitée. À ce titre, la fermeture « officielle » de la frontière terrestre maroco-algérienne, alors que les ressortissants de chaque pays sont exemptés de visa, exprime un des paradoxes les plus symptomatiques de l’Union du Maghreb Arabe (UMA) dont la création visait pourtant à favoriser l’intégration commerciale de la région, ainsi qu’à encourager la libre circulation. Aux nombreuses barrières juridico-administratives s’ajoutent des logiques discriminantes quant à l’accès à l’emploi. En Algérie comme en Tunisie, on privilégie l’embauche de la population autochtone, ce qui ne fait qu’accentuer les difficultés rencontrées par les migrants marocains. Des filières migratoires marocaines spécifiques se sont développées au cours de ces dernières décennies, de l’attractivité du secteur minier à Gafsa durant la période coloniale en passant par les filières de gardiennage et de la maroquinerie à la mobilité des plâtriers et des étudiants. Dans les deux pays étudiés, les travailleurs marocains semblent confrontés aux mêmes difficultés, à savoir un accroissement de la paupérisation dû à des problèmes administratifs et socio-économiques. Dans une région considérée comme amorphe, et par conséquent, peu attractive, on observe cependant, des interactions tissées par des mobilités « par le bas » qui s’inscrivent dans des logiques de contournement et d’adaptation à l’image des dynamiques transfrontalières et du trabendo à la frontière maroco-algérienne (Moussaoui, 2015). En d’autres termes, cette étude met en exergue le décalage entre ce que les économistes interprètent comme le « Non Maghreb », les données « officielles », peu représentatives des réalités migratoires et les mobilités « en pratique ». Informelles ou méconnues, elles répondent à des processus de régionalisation « par le bas ».  

[1] ROULAND Betty, 2018, « Les Marocains du Maghreb : de l’absence d’intégration régionale à une mondialisation migratoire limitée (Algérie et Tunisie) », in M. BERRIANE (dir.), Marocains de l’extérieur – 2017, Rabat, Fondation Hassan II des Marocains résidant à l’étranger, 645 – 674.

Article initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Citoyennetés sous tension. Politiques sociales et luttes économiques en Tunisie dans une perspective comparée

Amin Allal est chercheur CNRS en sociologie politique, affecté à l'IRMC depuis octobre 2017. Il est actuellement core researcher dans le programme européen "ERC DREAM". Ses recherches explorent la politique des classes populaires, en se concentrant sur diverses scènes d'interactions sociales telles que les mobilisations dans le monde du travail ou les programmes de «développement» orientés vers les «pauvres». Il s'appuie sur des méthodes qualitatives (ethnographie et entretiens non directifs) afin d'analyser l'action collective dans des contextes locaux comme les banlieues paupérisées de Tanger et Tunis, ainsi que la région minière de Gafsa en Tunisie.

Alors que depuis 2011, au Maghreb, de multiples « luttes sociales » se succèdent, aucun programme de recherche transversal ne prend à bras le corps la question de la centralité politique du travail, c’est-à-dire celle des recompositions des rapports au politique, en lien avec le travail effectué ou escompté. L’objectif de ce programme est précisément de repenser les formes de représentation des travailleurs, de saisir les rapports entre monde du travail et champ politique, de penser les tensions de la citoyenneté. Il vise, en effet, à examiner les mutations contemporaines des rapports au politique pour des sujets fortement dépendant d’une activité économique centrale. Partant des relations conflictuelles (protestations collectives, contre-conduites individuelles, etc.) mais aussi plus « ordinaires » ou routinières (rapport au patronat local, à l’administration ou à différentes agences publiques), j’étudie l’émergence des formes de citoyenneté dans ces contextes maghrébins.

Présentation générale

Pour aborder ces questions de façon comparative, nous avons, avec deux collègues du CNRS, Karel Yon et Samuel Hayat, pris l’initiative de créer un réseau pour encourager les échanges entre le Nord et le Sud de la Méditerranée. Grâce à cette équipe internationale, ont notamment été organisés un colloque international les 25 – 27 juin 2018 à Tunis [1],  plusieurs séances de séminaires et ateliers (notamment lors du congrès de l’Association Française de Science Politique à Bordeaux les 2 et 3 juillet 2019).

Le projet « Redécouvrir la citoyenneté industrielle : passés et présents des relations entre travail et politique (2019-2022) » [2] a obtenu un financement de la part de l’ANR qui a permis le lancement d’enquêtes et ateliers de travail. D’ailleurs, une enquête sur le déploiement d’une multinationale au Nord (Espagne et France) comme au Sud (Maroc, Tunisie) est actuellement en cours. Menée par huit membres de l’équipe, elle permettra de comparer les situations industrielles françaises, espagnoles marocaines et tunisiennes. Un atelier a été programmé les 6 – 10 juillet 2020, à l’occasion du congrès de l’Association Internationale de Sociologie de Langue française à Tunis.

Premier output de ce travail, le numéro « Mondes du travail : mutations et résistances » [3] de la revue Confluences Méditerranée, que j’ai codirigé avec Élisabeth Longuenesse et Michele Scala, est paru en 2019.

Ce programme de recherche reprend à son compte l’analogie fondatrice de la citoyenneté politique qui lie les citoyens à un État, pour la redéployer sur les problématiques du travail. Il ne s’agit pas d’en donner une vision enchantée, bien entendu, mais au contraire, de s’appuyer sur les ressources que donne l’étude critique du rapport entre les États et « leurs citoyens », pour enrichir le regard sur les rapports de travail et les rapports des travailleurs aux différentes autorités constituées. Cette analogie permet de mettre en lumière trois éléments qui constituent autant de sous-axes du programme de recherche.

Trois sous-axes de recherche

 Appartenances au travail

 Cette analogie de la citoyenneté indique que la relation de travail passe toujours par la constitution de collectifs, de communautés, de corps. Les individus y sont, certes, des sujets de droit, mais toujours définis par des relations d’appartenance à une communauté de production, mais aussi au territoire d’implantation de cette communauté, à la galaxie constituée par les chaînes de dépendance entre les travailleurs, leurs entreprises et d’autres, etc. Depuis 2015, je coordonne un travail en réseaux sur ces questions avec des collègues d’Algérie, du Maroc et de Tunisie.

Sujetion et citoyenneté

 Les individus, membres de ces collectifs créés par la relation de travail, sont, vis-à-vis de lui et des autorités diverses qui le créent, comme corps dans un rapport de sujets. Tout d’abord, ils y sont assujettis, c’est-à-dire dans un rapport de sujétion aux règles de ce corps mises en œuvre par ces autorités. Pour autant, ils sont dotés d’une certaine capacité d’action. De ce point de vue, l’analogie de la citoyenneté industrielle ouvre vers l’étude des formes de participation, de contestation mais aussi de représentation, de délégation, d’obligation que connaissent les travailleurs vis-à-vis de leur travail et des autorités auxquelles ils sont soumis en tant que travailleurs. Nous avons posé de premiers jalons analytiques sur cette question, en interrogeant de façon comparative la notion d’économie morale, grâce à l’ouvrage collectif, Quand l’industrie proteste. Les fondements moraux des (in)soumissions ouvrières [4].

Les normes et règles de la citoyenneté

Enfin, par « citoyenneté industrielle », l’accent est mis sur le fait que ces formes d’appartenance, de sujétion et de participation sont éminemment réglées, normées. Les relations de production sont organisées par des règles de droit, des règlements intérieurs, des accords, une pratique usuelle de ces normes, parfois des coutumes. Et ces règles sont, comme dans la citoyenneté politique, à la fois le cadre et l’enjeu des relations entre travailleurs et entre les travailleurs et les autorités qui s’imposent à eux.

Ces trois entrées permettent de saisir, dans leur continuité, les rapports multiples qui organisent le processus de travail et l’inclusion des travailleurs comme groupe de sujets, à la fois soumis et agissants dans une communauté de travail réglée et normée. La recherche se déploie en plusieurs études de cas. À ce stade, nous avons avancé (individuellement mais aussi avec une équipe maghrébine constituée) sur l’enquête de terrain dans différentes régions sélectionnées (Kasserine, Gafsa, Grand Tunis, mais aussi Ghardaïa en Algérie et Tanger au Maroc). Je mène, depuis trois ans, des investigations, par observations in situ et par entretiens dans plusieurs gouvernorats sur des situations de travail contemporaines, notamment des usines qui ont connu des mobilisations ces dernières années, mais aussi plus anciennes (travail d’archives sur le fonds de la Compagnie des Phosphates de Gafsa).

[1] Les actes de colloques sont en cours de publication dans la revue Critique Internationale.

[2] Projet IRMC mené en partenariat avec le laboratoire CERAPS et l’Université́ de Lille.

[3] ALLAL Amin, SCALA Michele, LONGUENESSE Elisabeth, 2019, « Mondes du travail : mutations et résistances », Confluences Méditerranée, n° 111. [En ligne ici]

[4] ALLAL Amin, CATUSSE Myriam, BADIMON Montserrat Emperador, 2018, Quand l’industrie proteste. Les fondements moraux des (in)soumissions ouvrières, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Res Publica ».

Présentation de programme de recherche initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les Mots au Maghreb

Chercheure en communication spécialiste de la Tunisie, j’ai participé au projet du dictionnaire Les Mots au Maghreb en proposant une entrée sur la question de la visibilité des femmes tunisiennes de l’indépendance à nos jours.

Marta Luceño Moreno
Docteure en information et communication (Université de Liège), post-doc 2018-2019 à l’Université de Tunis (TTM), associée à l’IRMC, elle mène actuellement un programme de recherche sur la représentation de la société LGBTQI++ dans les médias en Tunisie.

 

Les Mots au Maghreb. Dictionnaire de l’espace public maghrébin recueille plus de 150 notices rédigées par « des chercheurs […] imbibés par l’urgence d’une appropriation locale du savoir des sciences sociales qui ont essayé de visualiser des aires faisant fonction d’espace public »[1]. Du « Hirak » au « Djumhuriya », de « l’humour » à l’« Umma » en passant par le « Doustur », le dictionnaire fait le tour des espaces publics, mais aussi des acteurs qui y défendent leurs libertés et leurs droits.

La notice dédiée à la visibilité des femmes dans l’espace public tunisien retrace, de façon chronologique, l’histoire du mouvement féministe en Tunisie. Elle prend, comme point de départ, les premières interventions publiques de femmes comme Manoubia Ouertani ou Habiba Menchari, qui a initié, avec sa conférence sur le voile, un débat qui perdure encore. Aux origines, ce sont des voix d’hommes, à l’instar de Tahar Haddad, qui rendent les femmes visibles, en dénonçant par exemple la domination masculine. Pour autant, elles conquièrent aussi par elles-mêmes cette visibilité au sein de la société en s’organisant autour d’associations ou avec d’autres formes d’engagement dans les partis politiques. « Leur activisme leur a aussi valu des « arrestations et des déportations collectives vers Tabarka, Bône et Remada » (I. Marzouki, 1993, p. 164). Bien que l’histoire n’ait majoritairement retenu que les intellectuels masculins, cette lutte fut menée collectivement par les hommes et les femmes, qui ont participé à la lutte pour les réformes sociales et politiques de tout type, y compris l’égalité de genre. »[2]. À l’issue de la décolonisation, l’arrivée au pouvoir de Habib Bourguiba marque le début d’une institutionnalisation des droits des femmes, avec la création un organisme officiel qui réduit les possibilités des associations existantes. S’en suit une période transitionnelle marquée par le passage progressif de cette unicité imposée à une diversité d’approches féministes, ponctuée de temps forts, tels que l’émergence de la mouvance autonome féministe, l’ébullition des années 1980 avec la création de plusieurs organisations, ou encore les années 1990 marquées par des alliances avec la mouvance féministe internationale. La Révolution et les premières années de la démocratie ouvrent un nouveau chapitre de l’histoire du féminisme en Tunisie. Révélant l’importance de la mouvance féministe, il voit le champ féministe s’organiser, se démultiplier et intégrer de nouveaux outils tels que l’intersectionnalité des luttes.

[1] Remaoun Hassan, Khouaja Ahmed (dir.), 2019, Les Mots au Maghreb. Dictionnaire de l’espace public maghrébin, Oran, éditions du CRASC, quatrième de couverture.

[2] Luceño Moreno Marta, « Mouvements féministes en Tunisie », in H. Remaoun, A. Khouaja, op.cit., 243-247, 245.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Retour sur la 4ème édition de l’Ecole doctorale itinérante en sciences humaines et sociales Maghreb-Afrique subsaharienne

Manon Rousselle
Chargée de projets scientifique et de valorisation de la recherche à l'IRMC

La 4ème édition de l’école doctorale itinérante en sciences humaines et sociales Maghreb-Afrique subsaharienne s’est déroulée du 9 au 14 septembre 2019, à Sousse, en Tunisie. Elle a réuni autour de la thématique « L’Afrique dans les SHS : regards croisés et approches méthodologiques », une trentaine de doctorants et une quinzaine d’intervenants du Nord et du Sud du Sahara.

Se déroulant au Technopôle de Sousse, dans les locaux du Centre de recherche en micro-électricité et nanotechnologie (CRMN), cette école d’été a été organisée par l’IRMC en partenariat avec le ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), l’Agence française de développement (AFD) et avec le soutien du Centre Jacques-Berque de Rabat, de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), des Services de coopération et d’action culturelle (SCAC) des ambassades de France au Mali, au Burkina Faso, au Niger et au Sénégal, de la représentation de l’Institut de recherche sur le développement (IRD) à Tunis, de la Royal Air Maroc, de l’Université de la Manouba et de la Faculté de droit et de sciences politiques de Sousse.

PRÉSENTATION DE L’ECOLE

Événement scientifique annuel, depuis 2016, l’école doctorale itinérante est destinée aux doctorants en sciences sociales inscrits dans une université ou rattachés à un laboratoire situés dans un pays d’Afrique du Nord ou d’Afrique sub-saharienne. Elle vise à apporter un soutien méthodologique aux doctorants en sciences sociales tout en stimulant la coopération scientifique entre l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique du Nord et l’Europe.

Les sessions, se tenant chaque année dans un pays différent, sont organisées en étroite collaboration avec une équipe de chercheurs de l’université d’accueil. La sélection des participants et le programme sont réalisés en concertation. La réussite de l’événement est donc conditionnée par l’engagement du groupe local de collègues dans sa préparation, sa mise en place et son animation. L’encadrement des doctorants est assuré par une équipe mixte de chercheurs locaux et étrangers.

Pour rappel, la première édition a eu lieu à Bamako (Mali) en 2016, la deuxième à Saint-Louis (Sénégal) en 2017, la troisième à Cotonou (Bénin) en 2018. La quatrième s’est donc tenue à Sousse (Tunisie) en 2019, première édition organisée au Maghreb. Ces quatre éditions ont réuni des doctorants issus de plusieurs disciplines (sociologie, histoire, anthropologie, géographie, droit, agronomie, économie, démographie), ainsi que des encadrants et des conférenciers (chercheurs ou enseignants) en provenance d’une quinzaine de pays du Maghreb et d’Afrique subsaharienne.

Cette formation a permis d’initier de nouvelles connexions entre doctorants et encadrants, de créer un espace de partage d’informations et d’expériences, se voulant un lieu d’apprentissage interactif et participatif des cultures et des habitudes de l’autre. L’école doctorale itinérante en sciences sociales est l’opportunité de s’ouvrir à d’autres thématiques, disciplines et terrains de recherche.

Au-delà des savoirs, il est aussi question de revenir sur les approches méthodologiques des différentes disciplines dont on connait l’importance pour les doctorants. Les SHS répondent à des méthodologies spécifiques sur lesquelles repose la scientificité des démarches qu’il convient à la fois de maîtriser et de croiser. A l’instar des éditions précédentes, conférences plénières et ateliers alternent pour permettre à la fois la transmission des savoirs et la mise en pratique.

Participant de la 4ème édition de l’EDI à Sousse – sept. 2019 © Manon Rousselle

LA QUATRIEME EDITION

Conseil scientifique : Joseph Adandé (Université d’Abomey Calavi, Bénin), Amin Allal (IRMC, Tunis), Ramzi Ben Amara (FLSH, Sousse), Kmar Bendana (Université de la Manouba, IRMC, Tunis), Adrien Delmas (CJB, Rabat), Jamie Furniss (IRMC, Tunis), Khaoula Matri (FLSH, Sousse), Claude Prudhomme (Université Lyon 2), Oissila Saaidia (IRMC, Tunis), Laurick Zerbini (Université Lyon 2).

Coordination scientifique : Ramzi Ben Amara (FLSH, Sousse), Oissila Saaidia (IRMC, Tunis)

Chargée de projet : Manon Rousselle (IRMC, Tunis)

Présentation générale de l’édition

Cette 4ème édition s’est proposée de réfléchir sur « L’Afrique dans les SHS : regards croisés et approches méthodologiques » avec, comme problématique centrale, la place de l’Afrique dans les sciences humaines et sociales d’hier et d’aujourd’hui, en Afrique et ailleurs. Cette année, l’école doctorale a proposé d’intégrer une discipline jusqu’alors non représentée, l’histoire des arts. Il s’est agi de porter le regard « Au-delà de la frontière », de revisiter les savoirs africanistes en les repensant dans le cadre de concepts universels, de jouer sur les échelles par une entrée autour de « La ville africaine ou des villes en Afrique ». Le programme, construit dans le respect de l’interdisciplinarité, de la pluralité des approches méthodologiques et la pertinence des thèmes abordés au regard de la thématique principale, alternait séances plénières et ateliers doctoraux. Au total, 12 conférenciers sont intervenus : 7 Tunisiens, 4 Français et 1 Canadien.

Les groupes des ateliers doctoraux ont été formés et ont pu débuter dès le lundi après-midi à l’issue de la conférence inaugurale. Parmi les 10 encadrants des ateliers doctoraux, 5 d’entre eux étaient tunisiens, 4 étaient français et 1 canadien. En plus de la plupart des intervenants, deux enseignants de l’Université de Sousse se sont joints à l’encadrement : Ahmed Boujarra, maître-assistant en géographie physique et Karim Chayata, maître de conférences en droit.

Les doctorants

Cette année, l’école a bénéficié d’un engouement sans précédent. Près de 500 candidatures ont été envoyées, dont 444 dossiers complets. Seuls 303 dossiers entraient dans les critères de sélection de l’école et ont donc été examinés. Au total, 34 doctorants ont été sélectionnés, selon la qualité de leur dossier principalement, mais aussi selon des critères d’âge, de sexe (discrimination positive pour les femmes) et de provenance, et ce dans le but qu’un maximum de pays soient représentés. Les participants venaient ainsi de 12 pays : 1 Burkinabé, 1 Nigérien, 1 Tchadien, 2 Maliens, 2 Togolaises, 3 Béninois, 3 Sénégalais, 4 Ivoiriens, 4 Algériens, 4 Marocains, 4 Camerounais et 5 Tunisiens ; dont 13 femmes (38%) et 21 hommes (62%). Ils représentaient les disciplines suivantes : économie (8,8%), histoire de l’art et architecture (8,8%), histoire (11,8%), sciences politiques et relations internationales (11,8%), droit (14,7%), géographie (17,6%), sociologie et anthropologie (26,5%).

45% des doctorants étaient en première année de thèse, 20% en deuxième année, 20% en troisième année et seulement 15% en quatrième année. Le comité scientifique a choisi de donner la priorité à la jeune recherche.

Séance plénière de la 4ème édition de l’EDI dans l’amphithéâtre du Centre de recherche en Microélectricité et nanotechnologie (CRMN) du Technopôle de Sousse © Manon Rousselle

ÉVALUATION

Pour la première fois depuis la création de l’école, un questionnaire d’évaluation a été transmis aux doctorants pour avoir leurs retours sur cette édition. 69% d’entre eux ont répondu. De manière générale les retours de l’évaluation sont très positifs.

  • 95% sont satisfaits de la période à laquelle est organisée l’école (chaque année en septembre). 95% estiment que la durée (une semaine) de l’école est satisfaisante.
  • 80% estiment que la gestion du temps pendant la semaine est satisfaisante. 75% souhaitent du temps supplémentaire dans l’emploi du temps ; notamment du temps informel avec les encadrants (93,3%) et du temps de travail individuel (13,3%).
  • 95% jugent que la thématique principale a été respectée, que l’école correspondait à leurs attentes et qu’ils ont atteint les objectifs voulus par l’école. 100% déclarent l’école utile, 60% la considèrent même comme extrêmement importante.
  • 30% estiment que les conférences plénières n’ont pas suffisamment abordées les questions méthodologiques.
  • Plus de 70% sont satisfaits de la transversalité, l’interdisciplinarité, la représentation des différentes disciplines, la qualité du contenu scientifique, la qualité des débats, et la qualité des thématiques abordées.
  • 100% se déclarent satisfaits des ateliers doctoraux même si 20% estiment que la formule (une présentation du cadre théorique de sa thèse et une présentation de sa mise en œuvre, les deux mises en débat avec les encadrants et les autres doctorants du groupe) n’est pas adaptée. 100% jugent les encadrants disponibles.

Les retours des participants laissent paraître une réelle demande d’élargir le spectre des disciplines présentes dans la formation, en particulier le droit (conférencier) et les sciences économiques (encadrants), ainsi qu’une demande de méthodologie pure. En effet, la demande concernant une session d’écriture d’article scientifique est forte.

Ateliers de groupe © Manon Rousselle

BILAN

Le soutien du ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de l’Agence française de développement ainsi que la disponibilité des collègues tunisiens de l’Université de Sousse ont permis à cette 4ème édition de se dérouler dans d’excellentes conditions.

Le réseau de la recherche en SHS intra-africain prospère et nous avons vu avec le nombre de candidatures que ce réseau est toujours très actif, réactif et solidaire des jeunes chercheurs. La demande est bien présente concernant ces ateliers de formation à la recherche et cette école ne pourra que s’améliorer à l’avenir.

Voir aussi le témoignage de Marius Binyou Bi Homb, doctorant camerounais, participant à cette 4ème éditon.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le patrimoine colonial du XIXe -XXe siècles en Algérie et le style néo-mauresque

Anissa Mami
Doctorante en Histoire de l’art au Centre Georges Chevrier -UMR 7366 (Ecole doctorale : Sociétés, Espace, Pratiques, Temps) Université de Bourgogne, Dijon. Elle a bénéficié d’une bourse IRMC-SCAC Alger du 30 avril au 30 juin 2019.
Contact : anissa.mami@outlook.com.

Dans son acception culturelle large, le patrimoine est synonyme d’histoire, de culture, de biens et de vestiges architecturaux dignes d’être conservés et sauvegardés. Le patrimoine confère aux sociétés et aux communautés d’importantes valeurs historiques, identitaires, culturelles, mémorielles et artistiques. De ce fait, son champ se voit
de plus en plus étendu, amplifié, complexifié et connaît donc différentes catégories, notamment en architecture.

Pour ce qui est de l’Algérie, son histoire lui confère un riche héritage
culturel et naturel. On dénombre sur son territoire une variété exceptionnelle de vestiges et d’édifices du fait des nombreuses civilisations qui se sont succédées. Son patrimoine recense, entre autres, les peintures et gravures rupestres du Sahara, des villes antiques romaines comme Timgad, connu aussi sous le nom de « Pompéi de l’Afrique du Nord », Djemila, ou encore les ruines de Tipaza, les vieilles médinas et casbahs d’Alger et de Constantine.
Quant aux constructions coloniales des XIXe et XXe siècles, elles constituent une figure majeure et prépondérante du paysage patrimonial algérien. D’ailleurs, à l’heure actuelle, ces édifices coloniaux constituent le noyau historique de la plupart des villes et représentent à eux seuls pratiquement la moitié du parc immobilier du territoire.

En effet, l’occupation française a marqué le territoire algérien, aussi bien du point de vue architectural, urbanistique que social. L’Algérie a hérité d’importantes constructions architecturales et urbaines de la période coloniale française des XIXe et XXe siècles, sous différentes formes et dans différents styles. Le néoclassique français occidental et européen a pendant longtemps été le style architectural privilégié : « L’architecture classisante d’appartenance européenne a été pendant soixante-dix ans l’architecture officielle de l’empire français en Algérie où la politique d’empire survécut à l’empire » (Deluz, 1988, 30). Par ailleurs, au début du XXe siècle, un nouveau style architectural émerge, le néo-mauresque, appelé également « style Jonnart », en référence au gouverneur général d’Algérie de l’époque (1900-1901 ; 1903-1911 ; 1918-1919). Ce style représente une référence à l’art et aux formes locales en se réappropriant d’une nouvelle manière les différents éléments
qui les caractérisent, à l’exemple de l’hôtel Cirta de Constantine, de la gare ferroviaire d’Annaba ou encore de la maison de Meriam Azza de Skikda.

Il semble cependant que la préservation et la conservation des édifices de l’époque coloniale ne soient pas une chose évidente. Même si leur valeur d’usage est admise, leur prise en charge et leur sauvegarde ne vont pas de soi. Celai amène à se poser certaines
questions sur les modalités de leur préservation, de leur conservation et surtout de leur reconnaissance en tant que patrimoine ou non, et ce, que ce soit au niveau de la politique patrimoniale engagée par l’État algérien ou au sein de la population algérienne, particulièrement pour ce qui concerne les bâtiments de style néo-mauresque. Ces derniers ne constituent en effet pas une réinterprétation de l’architecture et des valeurs traditionnelles ou locales du pays, mais ils restent tout de même un legs colonial retraçant une histoire sensible de l’Algérie contemporaine.

De ce fait, dans un pays où la protection du patrimoine culturel matériel et immatériel est une mission constitutionnelle, il est intéressant dans notre recherche, d’une part, de voir et de comprendre la perception et la conception des acteurs du patrimoine algérien et de la société algérienne à l’égard de cette architecture coloniale, d’autre part, de comprendre les effets de la patrimonialisation ou de la politique patrimoniale, ainsi que les mesures et les techniques de protection et de conservation déployées, à travers notamment une étude de terrain et une
enquête sociologique.

Dans cette enquête et dans ce travail de terrain, il est question, en premier lieu, de rassembler un maximum d’informations et de documentation sur place, en explorant les différentes archives existantes, les manuscrits, les plans techniques et les données pouvant être recueillis sur le terrain. Toutefois, cette étape ne s’avère pas simple compte tenu de l’accessibilité limitée ou interdite à certains documents et du nombre important d’archives égarées en
raison des déménagements ou du fait d’une défaillance dans l’archivage. Chaque consultation d’un relevé de bâtiment, chaque photographie, notamment lorsque ce dernier subit une des mesures de protection édictées dans la législation algérienne à travers la loi n° 98-04 relative à la protection du patrimoine culturel, à savoir le
classement, la mise en instance ou l’inscription sur l’inventaire supplémentaire, est soumise à une autorisation préalable. La demande d’octroi des principales autorisations ne peut s’obtenir qu’avec l’aval du ministère de la Culture et de ses différentes directions détachées ou sous tutelles. Dans un travail de recherche,
cet aspect de restriction de l’information, des rouages et des lenteurs de l’administration, dans un pays qui passe par une phase critique, tant politique que sociale, constitue une entrave à la recherche dans un cadre scientifique académique. Cela peut en effet entraîner des manques importants dans la collecte des données nécessaires, et une perte de temps pour le chercheur accablé par les procédures administratives sans garantie de résultat.

Dans cette enquête, il s’agit également d’appréhender et de comprendre la politique patrimoniale algérienne à l’égard du patrimoine colonial néo-mauresque des XIXe et XXe siècles et d’entrevoir ou de comprendre la perception et la conception que la société algérienne a de ce patrimoine architectural colonial. Pour ce faire, nous réaliserons des entretiens avec certains acteurs politiques et professionnels œuvrant pour le patrimoine. Puis, nous établirons un questionnaire à diffuser auprès de la population algérienne, toutes catégories confondues, afin d’appréhender son
ressenti et ses représentations vis-à-vis de cette architecture néo-mauresque coloniale. Ce questionnaire a déjà été réalisé et est diffusé en ligne depuis le mois de mai, sous le [lien].

Aborder la question du « patrimoine » colonial français fait systématiquement référence à une époque sensible de l’histoire de
l’Algérie. À travers cette étude, il est donc question d’appréhender son statut et sa reconnaissance en tant qu’héritage ainsi que d’analyser son ambiguïté, sa complexité et les questions qu’il pose
dans la société algérienne et auprès des pouvoirs publics.

Bibliographie

Deluz Jean-Jacques, 1988, L’urbanisme et l’architecture d’Alger, aperçu critique, Liège, Mardaga-OPU.

Chadouki Jihane, 2018, « Les monuments historiques en droit comparé et en contexte colonial », in J.-P. Bady, M. Cornu, J. Fromageau, J.-M Leniaud, V. Négri (dir.), De 1913 au code du patrimoine. Une loi en évolution sur les monuments historiques, Paris, La Documentation française.

Cohen Jean-Louis, Kanoun Youcef, Oulebsir Nabila, 2003, Alger :
paysage urbain et architecture, 1800-2000. Besançon, les éditions de
l’imprimeur.

Journal officiel de la République Algérienne Démocratique et
Populaire (=JORA), n° 44 du 22 safar 1419 correspondant au
17 juin 1998.

Pabois Marc, Toulier Bernard, 2007, Architecture coloniale et patrimoine : Expériences française, Paris, Somogy.

Initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°24, bulletin scientifique trimestriel mai-septembre 2019, parue le 1er octobre 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les 1ères rencontres UC3/IRMC à Constantine

Les 1ères rencontres UC3/IRMC ont été organisées les 11 et 12 novembre 2018 en partenariat avec l’Université de Constantine 3. Cette manifestation scientifique a permis à l’IRMC de présenter ses travaux, ses programmes de recherche devant les chercheurs et étudiants constantinois et d’animer des ateliers conçus sur le modèle de l’école doctorale (conférences méthodologiques, présentations et discussions des projets de thèse) à destination des doctorants.

La première journée a présenté les perspectives de la recherche actuelle au Maghreb, en particulier en Algérie et en Tunisie. La matinée a été dédiée à la présentation de l’équipe de l’IRMC. Oissila Saaidia, directrice de l’IRMC, a insisté sur la politique scientifique menée à l’égard de l’Algérie par l’intermédiaire du SCAC (Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France) d’Alger. La volonté a été affichée de favoriser les échanges scientifiques avec l’Algérie – ici, en s’engageant dans un partenariat durable avec les universités de Constantine – comme celle d’encourager les doctorants algériens, et plus largement, les doctorants travaillant sur l’Algérie, à venir y faire du terrain en leur octroyant des bourses.

© tsa-algerie.com

Amin Allal, chercheur CNRS en science politique à l’IRMC, a présenté son programme de recherche sur « Les citoyennetés industrielles » qui repose sur une équipe de l’Université de Lille 3 et des chercheurs du Nord et du Sud afin de poser des questions communes sur la sociologie du travail et des institutions économiques. Il a également évoqué son projet ambitieux de tenir des « états généraux de la science politique au Maghreb » pour contribuer à enrichir la discipline par des bilans et des perspectives de recherche de/sur la région.

Hend ben Othman, architecte de formation, urbaniste et chercheure associée à l’IRMC, a parlé de l’apport de cette institution dans son itinéraire de formation. Pour elle, la phase de mutation actuelle favorise les grands projets urbains, l’avènement des acteurs privés et de l’action des habitants. Après avoir passé en revue les dernières rencontres maghrébines intéressant son domaine, elle a souligné le déni du patrimoine colonial. Elle a fait part de son projet d’habilitation à diriger des recherches (HDR) qui porte sur les principes et la mise en place des instruments de la décentralisation en cours.

Betty Rouland, chercheure en géographie à l’IRMC, a exposé son projet de recherche sur l’accès aux soins pour la patientèle étrangère en Tunisie et présenté son séminaire mensuel sur les migrations, mobilités et circulations intra-africaines. Par ailleurs, elle mène avec Irène Maffi, anthropologue, une enquête sur les mobilités médicales et le recours à la procréation médicalement assistée (PMA) en Tunisie.

Kmar Bendana, historienne à l’Université de la Manouba à Tunis et chercheure associée à l’IRMC, a abordé les « Chantiers d’écriture » qu’elle anime depuis des années pour consolider la formation méthodologique. Elle a appelé de ses voeux à une meilleure exploitation du bilinguisme scientifique arabe-français, bagage commun à plusieurs générations de la recherche sur le Maghreb.

Monia Lachheb, chercheure en sociologie à l’IRMC, a présenté son programme de recherche sur les sexualités dites marginales au Maghreb (homosexualités, prostitution, etc.).

Nassima Mekaoui-Chebout, doctorante en histoire à l’EHESS à Paris et boursière à l’IRMC de 2016 à 2018, a évoqué l’atelier doctoral mensuel de l’IRMC. Elle a rappelé, parmi les manifestations scientifiques destinées aux doctorants, l’organisation des journées doctorales de l’IRMC en 2017. Elle a conclu en présentant son projet de thèse en cours sur « Les domestiques employé.e.s au service des Européen.ne.s en Algérie coloniale (1830-1962) ».

© univ-constantine3.dz

L’après-midi a été consacrée aux présentations des ouvrages les plus récents des chercheurs. Oissila Saaidia, directrice de l’IRMC et historienne, a présenté l’ouvrage issu de son HDR paru en 2015 : Algérie coloniale : musulmans et chrétiens, le contrôle de l’État, 1830-1914. Elle a développé dans un exposé synthétique la démarche méthodologique qu’elle a empruntée dans le prolongement de ses travaux antérieurs sur le fait religieux au Mashreq. Partant d’un questionnement interrogeant les discriminations subies par les musulmans en Algérie à l’époque coloniale, son raisonnement s’est étoffé autour d’une réflexion comparée. Son examen historique des politiques cultuelles l’a conduite à comparer l’islam et le catholicisme tels qu’ils étaient vus et administrés par l’État colonial. Ainsi, son travail d’enquête dans les archives l’a menée à deux conclusions. La première est le constat d’une méfiance de l’État à l’égard de toutes les religions quelles qu’elles soient (protestantisme et judaïsme n’ont été reconnus légalement en France qu’après la Révolution française), qui s’est traduite par une gestion étatique des cultes tout au long du XIXe siècle. La deuxième conclusion consiste à confirmer l’hypothèse de départ d’un traitement différencié de l’islam dans l’Algérie coloniale. Indépendamment des lois, le peu de financement des mosquées et de la formation des imams, l’accès rendu difficile aux pèlerinages, ne fût-ce qu’à la zaouia voisine, et la surveillance récurrente, constituent autant d’entraves à la liberté de la pratique de l’islam. Par ailleurs, son travail a permis de mettre en lumière la spécificité de l’Algérie concernant la situation unique du catholicisme organisé sur le modèle diocésain comme en France et non pas sur celui du vicariat apostolique ou du diocèse colonial.

L’historien Marc André (Université de Rouen) a présenté l’ouvrage issu de sa thèse paru en 2016 : Femmes dévoilées : des Algériennes en France à l’heure de la décolonisation. Son travail se place du côté de la rive métropolitaine. L’auteur s’est interrogé sur les migrations des musulmanes d’Algérie en métropole (environ 20 000 femmes sont concernées), et en particulier dans la région de Lyon, sachant que les Algériennes ne seront citoyennes qu’à partir de 1956, tandis que les Algériens sont citoyens, à certaines conditions, sous l’appellation de « Français musulmans d’Algérie » dès 1947. Par sa méthodologie, Marc André a mis en évidence la pertinence de l’enquête orale pour l’historien inspirée de la sociologie (entretien semi-directif), qu’il a nommé « histoire participative ». Ce faisant, il a montré à quel point le recours à l’interdisciplinarité en sciences sociales peut être stimulant. Il a évoqué les conditions de migration de ces femmes (regroupement familial, mariage, veuvage), puis leur « vie ordinaire » (logement, loisirs, travail), mais aussi leur implication politique dans la guerre d’Algérie (FLN, MNA). Il a prêté une attention particulière aux sources iconographiques, notamment aux photographies de la presse illustrée ou encore aux albums de famille qu’il a recueillies auprès de ses enquêtées. À cet égard, il a insisté sur la relecture genrée de son corpus de sources qu’a occasionné le changement de perspective suite au recalibrage de son sujet initial de recherche : les femmes invisibles, parce qu’invisibilisées, sont devenues visibles à ses yeux.

Enfin, Amin Allal a présenté l’ouvrage collectif paru en 2018 qu’il a dirigé avec Vincent Geisser : Tunisie : une démocratisation au-dessus de tout soupçon ? La diversité des contributions et la pluralité des approches montrent un renouveau historiographique certain de l’étude du fait politique dans la Tunisie post-révolutionnaire. En particulier, les oppositions binaires classiques – entre  autoritarisme et pluralisme, entre dictature et démocratie – y ont été démenties de façon convaincante. Ces actes de colloque s’inscrivent dans le sillage de l’hommage rendu à Michel Camau lors de la journée d’étude « Actualité de la question autoritaire » organisée en 2016 par l’IRMC. Amin Allal a présenté la méthodologie de la sociologie politique basée sur les entretiens et l’observation ethno-graphique. L’ouvrage est structuré en trois parties : la première s’interroge sur l’éventualité d’une refondation politique à travers les partis, les syndicats et les mouvements sociaux. La deuxième partie s’intéresse aux structures politiques (armée, sécurité, police, presse). La troisième partie astucieusement intitulée « Au-delà du mythe national, une nouvelle citoyenneté tunisienne » aborde la question des défis posés à la Tunisie. Les revendications des différentes minorités ethniques et sexuelles face aux discours racistes et homophobes questionnent la société tunisienne contemporaine. Les différentes facettes de la citoyenneté y sont abordées : le féminisme (ou sa relative absence dans le champ politique), la question des usages politiques de la darija (et notamment du dialecte arabe tunisien), la place de la diaspora dans les débats politiques (le désenchantement des binationaux), la question des harragas, etc.

La deuxième journée a commencé par deux conférences méthodologiques : la première a été assurée par Hend ben Othman, la seconde par Amin Allal. Hend ben Othman s’est intéressée à la méthodologie propre à toute recherche en sciences sociales. Elle a présenté les différentes étapes méthodologiques du travail de recherche aux doctorants : lectures ciblées (état de l’art), conduite d’entretiens exploratoires, identification des personnes ressources, etc. Elle a surtout insisté sur le caractère itératif, et non linéaire, du processus de la recherche : dit plus simplement, la recherche naît des allers-retours permanents entre problématisation, cadrage théorique et terrain. Elle a également mis en garde contre les écueils guettant toute recherche (la problématique doit être analytique et non descriptive) et plus spécifiquement les études urbaines. En effet, si l’expertise par le biais du diagnostic territorial n’est pas à proscrire absolument, elle ne constitue cependant pas un résultat heuristique en soi, seulement celui d’un savoir-faire technique. La recherche scientifique exige et se distingue par un questionnement pertinent et original qui correspond à un contexte et des enjeux actuels.

Dans sa conférence méthodologique sobrement intitulée « Faire une recherche en science politique » Amin Allal a proposé une approche nonconventionnelle, ou du moins qui ne fait pas l’unanimité, de la mise en oeuvre d’une recherche en science politique aujourd’hui. Partant de l’objet « Qu’estce- que le politique ? », l’entrée proposée par le chercheur est celle de la sociologie politique. En esquissant l’histoire de la discipline, la proximité fondatrice du droit avec la science politique est apparue, tout comme la vocation émancipatrice du divorce entre les deux disciplines. Du conseil au prince, la science politique s’est mue en science sociale : c’est l’acte de naissance des sciences sociales du politique. Il a défendu l’idée fondamentale selon laquelle le politique se niche dans les ramifications les plus inattendues de la société. À ce titre, en prenant l’exemple d’objets de recherche aussi variés que l’informel, la famille, le football et les loisirs, il a montré l’étendue et les possibilités offertes par un champ de recherche en pleine mutation. Il a abordé les méthodes disponibles pour mettre en oeuvre une telle recherche (quantitatives, qualitatives, ethnographiques, etc.). Mais surtout, Amin Allal a insisté sur la nécessité pour tout chercheur en sciences sociales de « mettre en énigme » l’objet social par un processus d’objectivation réflexif qui consiste entre autres à déconstruire le sens commun et à chercher des réponses sociologiques à la réalité sociale.

La deuxième partie de la journée était structurée autour des présentations des travaux des doctorants algériens, pour la plupart constantinois et/ou anciens boursiers de l’IRMC, devant des enseignants chercheurs de l’UC3 et de l’IRMC. Quatre panels ont été organisés : histoire et patrimoine ; géographie, aménagement du territoire et urbanisme ; sociologie et anthropologie ; sciences sociales du politique.

Au cours des panels, les doctorants ont eu l’opportunité de présenter leurs projets de thèse qui portent sur des sujets aussi variés que l’héritage colonial de la ville de Constantine à travers l’historicisation du fait urbain et architectural (1837-1962) ou les disparités socio-spatiales dans l’accès à l’eau à Tlemcen. Les travaux des doctorants s’inscrivent dans des disciplines aussi différentes que la sociologie de l’environnement et l’histoire ottomane. Nombre de questions méthodologiques et épistémologiques, soulevées par les pratiques disciplinaires et interdisciplinaires, mais aussi de difficultés du même ordre rencontrées par les doctorants ont été posées. Les bénéfices du recours à la science politique entendue comme sociologie politique, pour étudier les mobilisations syndicales dans la fonction publique algérienne (1989-2014), ont été bien démontrés. Les problèmes liés à la faisabilité de la thèse ont été mis en évidence à travers l’accès au terrain (ksours, c’est-à-dire l’architecture de terre, du sud algérien), ou aux sources (archives coloniales situées en France) selon les disciplines, et à travers la technicité des compétences requises pour traiter tel ou tel sujet de recherche (SIG pour la cartographie géographique, maîtrise de l’osmanli pour la lecture des manuscrits ottomans). Différents conseils ont été donnés face aux interrogations des doctorants, les discutants ont suggéré des solutions pragmatiques et adaptées aux demandes personnalisées de chacun : réduire la périodisation historique envisagée, diversifier le type de documents recherchés quand les sources sont lacunaires, mener une enquête de terrain par entretiens sociologiques avec les acteurs quand ils sont disponibles, s’ouvrir à d’autres méthodes telles que l’observation ethnographique dans une perspective plus anthropologique, etc.

En définitive, les discutants ont encouragé les doctorants à prendre connaissance et conscience de la propension des méthodes issues de plusieurs disciplines des sciences sociales à se compléter les unes les autres. Ainsi, la recherche doctorale sur les traces coloniales présentes dans l’espace urbain et architectural à Constantine mêle intelligemment histoire spatiale, étude de l’architecture coloniale et enjeu patrimonial autour d’un héritage contesté (la notion même de patrimoine colonial, utilisée avec parcimonie, est questionnée). Les doctorants ont également fait preuve de savoir-faire inventif en expérimentant des méthodes inédites telles que le photo-questionnaire pour analyser la « culture paysagère » ou le « paysage urbain » du secteur sauvegardé de Constantine. Employé pour prendre contact avec les enquêtés, le photoquestionnaire a été reconnu comme une manière pertinente et originale d’initier le dialogue et de recueillir des témoignages sur le vécu de la ville par les Constantinois. Des points plus classiques de la démarche méthodologique du chercheur ont aussi été réaffirmés : l’importance du travail d’enquête exploratoire, l’attention portée au choix de l’échantillon, la nécessité de bien identifier et hiérarchiser les acteurs interrogés pour accroître l’efficacité de la réflexion sociologique, pour mieux circonscrire le  terrain et finalement pour affiner sa problématique.

Les deux journées ont permis de donner des pistes de recherche empiriques et de réflexions plus théoriques pour aider les jeunes chercheurs à mieux articuler leur propre travail heuristique. La première journée a permis de déployer les questions épistémologiques et méthodologiques, au coeur de toute recherche en sciences sociales, à travers programmes de  recherche et présentations d’ouvrages. La matinée du deuxième jour a prolongé les débats sur ces enjeux avec les conférences méthodologiques. La deuxième journée, sur le modèle de l’atelier ou de l’école doctorale, a aussi été un moment d’écoute, d’échanges et de partage autour des projets de thèse des uns et des autres. Présenter sa problématique, son terrain et sa méthodologie en dix minutes de manière claire et intelligible à l’oral est un exercice exigeant qui impose une rigueur scientifique et une discipline de travail à tous. La discussion pédagogique et la nécessité de répondre aux critiques constructives de ses pairs en est un autre, complémentaire. La présentation doctorale d’un travail en cours permet un bilan d’étape indispensable pour repenser et éventuellement reformuler ses pratiques de recherche.

Nassima Mekaoui-Chebout

Pour citer ce billet : Nassima Mekaoui-Chebout, «Les 1ères rencontres UC3/IRMC à Constantine», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2323.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Soins transfrontaliers en santé reproductive au Maghreb : Un paysage reproductif en devenir ?

Le projet « Soins transfrontaliers en santé reproductive au Maghreb : un paysage reproductif en devenir » (Cross Border Reproductive Care in the Maghreb (CRBC) : an emerging reproscape ?) s’implante à l’IRMC en tant que projet collaboratif de recherche. Ce projet est financé pour un an dans le cadre de l’initiative “Seed Money for Cooperation with Mediterranean countries” hébergée par la Haute École de Santé de Suisse Occidentale (HESSO) en tant que the Leading House (LH) pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (MENA).

La valorisation de ce projet se fera par le biais d’au moins une publication collective (numéro thématique d’une revue), de l’organisation de plusieurs workshops de l’équipe CBRC en Tunisie et en Europe ainsi qu’en participant à différentes conférences. Deux workshops, en partenariat avec les professionnels de la santé, qui ont collaboré avec les membres du projet, sont également prévus à Tunis et à Sfax afin d’encourager le transfert de connaissances. Au-delà de l’apport heuristique d’une telle recherche, il s’agit aussi de pérenniser un tout nouveau réseau de chercheur(e)s et de s’orienter vers une société inclusive qui permet plus de dialogue et qui collabore avec les acteurs privés.

Résumé du projet et
caractéristiques

Le projet réunit une équipe transdisciplinaire de huit personnes et établit les bases d’une recherche sur un sujet pionnier, la Procréation médicalement assistée (PMA), qui n’a encore jamais été étudiée au Maghreb. Un secteur de fait peu discuté, bien que de nombreuses cliniques pour l’infertilité existent dans la région depuis les années 1980. En Tunisie, le système privé de santé s’est beaucoup développé au cours de ces dix dernières années et notamment le réseau des cliniques qui offrent l’assistance médicale à la procréation (Belhassen, 2018 ; Ghorbal, 2016). Fortement liée à l’augmentation des patients en provenance des autres pays du Maghreb et d’Afrique subsaharienne (Rouland 2018 ; Lautier 2005, 2013), l’étude des soins transfrontaliers en santé reproductive en Tunisie constitue une approche originale permettant d’observer des processus renforcés par des mobilités intra-régionales et transnationales qui s’inscrivent dans une perspective Sud- Sud. Il s’agit, avec ce projet, de développer une étude au croisement de multiples débats en sciences sociales (surtout concernant les paradigmes bio et mobility) mais également d’inscrire ces débats dans la région du Maghreb.

Ce projet de recherche se caractérise par la nature pionnière de la thématique des soins transnationaux en santé reproductive au Maghreb. L’idée est de créer un réseau de recherche autour de ces questions médicales et ce, des deux côtés de la Méditerranée. Sa mise en place s’effectue notamment par la réunion de l’équipe transdisciplinaire avec trois workshops sur l’année. Une autre caractéristique fondamentale de ce projet réside dans la nature appliquée de la recherche qui pourra contribuer aux politiques des acteurs locaux, sur la base de données inédites et solides.

Les porteuses du projet

Irène MAFFI, professeure d’anthropologie sociale à l’Institut des sciences sociales de l’Université de Lausanne. Spécialiste du monde arabe, Soins transfrontaliers en santé reproductive au Maghreb : Un paysage reproductif en devenir ? Programme de recherche 10 Bulletin trimestriel n° 23 janvier-avril 2019 elle a mené ses recherches dans deux domaines : l’anthropologie politique et l’anthropologie de la reproduction. Elle est l’auteure de Pratiques du patrimoine et politiques de la mémoire en Jordanie. Entre récit dynastique et narration communautaire (2004), de Women, Health and the State in the Middle East. The politics and culture of childbirth in Jordan (2012) et a co-dirigé avec Rami Daher The Politics & Practices of Cultural Heritage in the Arab World: Positioning the Material Past in Contemporary Societies (2014). Ses derniers articles explorent la santé et les droits sexuels et reproductifs ainsi que la transformation de la famille en Tunisie après la révolution de 2011. Elle prépare un ouvrage sur les pratiques de l’avortement et de la contraception en Tunisie, qui devrait être publié en 2019.

Betty ROULAND, géographe, chercheure MEAE en post-doctorat à l’IRMC. Ses recherches portent sur le triptyque « migrations, mondialisation, santé » de part et d’autre de la Méditerranée. Dans le cadre de son programme de recherche « Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ? », ses travaux s’articulent autour de trois axes intrinsèques : (1) Développement du secteur privé de santé et patientèle étrangère en Tunisie ; (2) Figures migratoires émergentes, mobilités régionales et espaces de circulations dans le Maghreb post-révolution ; (3) Processus de régionalisation, transnationalisme et mondialisation au prisme des mobilités et des circulations dites médicales dans une perspective « Sud-Sud ».

L’équipe CBRC

Malika AFFES a obtenu son diplôme de sage-femme en 1991 à l’école de santé de Tunis et c’est par l’exercice de ce métier qu’elle a ressenti le besoin de promouvoir la santé sexuelle et reproductive. Responsable d’une unité de planning familial au sein de l’hôpital universitaire de La Rabta de Tunis jusqu’à l’été 2017, elle a participé à des travaux dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive (« Gynuity health project ») et a eu l’occasion de collaborer avec Irène Maffi sur la thématique de « La contraception et l’IVG en Tunisie », collaboration qui a abouti à la co-écriture d’un article paru dans L’Année du Maghreb intitulé « Institutions médicales, loi et itinéraires thérapeutiques des femmes après la révolution ». Active dans deux associations tunisiennes s’intéressant à la santé des femmes : le groupe Tawhida Ben Cheikh et la Société tunisienne pour l’étude de la ménopause, elle travaille actuellement à l’hôpital universitaire Mongi Slim de La Marsa au service de consultation prénatale.

Mohamed-Lamine BENAYACHE,
étudiant en sixième année de pharmacie à l’Université Claude Bernard – Lyon I ainsi qu’en Master 2 de Géographie de la santé à l’Université Paris-X Nanterre. Ses champs d’intérêts recouvrent la santé publique et plus particulièrement la thématique des inégalités sociospatiales d’accès aux soins. Après une année hospitalo-universitaire entre la France, le Liban et la Jordanie ainsi qu’une expérience en management de projet chez un éditeur de presse Programme de recherche Bulletin trimestriel n° 23 janvier-avril 2019 11 médicale spécialisée, il contribue désormais au projet CBRC et est en accueil scientifique à l’IRMC.

Simon BOUHOUR, diplômé du master de l’IEP de Toulouse « Politique, Discriminations, Genre », il a diverses expériences professionnelles et associatives en milieu scolaire sur l’éducation affective et sexuelle, sur la prévention du sexisme et de l’homophobie, mais également auprès d’associations de défenses des droits des migrants et de défense des droits des femmes notamment en territoire palestinien.

Imen JAOUADI, titulaire d’une thèse de doctorat en Sciences économiques (économie de la santé) de la Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de Tunis, elle a enseigné à l’INSAT (2001- 2005) en tant qu’assistante puis en tant que maître assistante à l’ISCCB (Université de Carthage) depuis 2011 jusqu’à aujourd’hui. Elle a rejoint l’OMS, bureau de la Tunisie, en tant que responsable nationale de programme pour le projet Optimize (2010 à 2012).


Elle a également participé au dialogue sociétal pour les politiques, stratégies et plans de santé en Tunisie en partenariat avec le ministère de la Santé pendant 2 ans, en tant que gestionnaire, formateur, co-auteure des différents rapports du dialogue sociétal et du livre blanc pour la réforme de santé. Elle a occupé le poste de directrice du CeFIR (Centre de la formation internationale et de la recherche) de l’ONFP (Office national de la famille et de la population) du ministère de la Santé de décembre 2015 à septembre 2016. Ses travaux portent sur la chaîne logistique des vaccins, l’accès au système de santé en Tunisie, la réforme du système de santé, les déterminants sociaux de la santé, les inégalités de santé, l’accès aux soins des migrants et la gouvernance du financement du système de santé.

Angèle MENDY, chercheure postdoc en sociologie de la santé et des migrations à l’Université de Lausanne, elle a été auparavant chercheure boursière à l’International Migration Institute (Oxford). Titulaire d’une thèse en sciences sociales, précédée d’un Master en « Globalization and social regulation » des universités de Genève et Lausanne ainsi qu’un master en sociologie de la santé de l’Université de Saint Louis du Sénégal. Son domaine de recherche se concentre sur les migrations et mobilités internationales des professionnels de santé et le fonctionnement des systèmes de santé dans les pays en voie de développement.

Dounia SAADI, titulaire d’une licence en anthropologie sociale et culturelle de l’institut des sciences sociales et humaines de Tunis en 2017 et inscrite en deuxième année de master dans la même spécialité. Elle s’intéresse à la recherche en anthropologie médicale en général et à la thématique de la reproduction en particulier. Elle a travaillé, dans le cadre de son mémoire de licence, sur l’expression de la douleur de l’accouchement chez les parturientes tunisiennes d’un point de vue anthropologique et compte étudier les rapports conjugaux impactés par le recours à la PMA, dans le cadre de son mémoire de master. Elle a occupé le poste de chargé du recrutement et formatrice des nouveaux bénévoles intervenant dans les hôpitaux tunisiens pour fournir une aide psychologique aux malades hospitalisés, de mars 2017 à mars 2018. Elle fait maintenant partie des étudiants accueillis dans le cadre du projet CBCR.

Etat d’avancement du projet

Le premier workshop du projet s’est tenu en septembre 2018 et a permis d’identifier les axes de recherche de chaque chercheur et les perspectives à explorer. Les 29 et 30 septembre, l’équipe incluant Malika Affes, Simon Bouhour (en visio-conférence), Ibtissem Ben Dridi, Imen Jaouadi, Irene Maffi, Angèle Mendy, Betty Rouland et Dounia Saadi s’est réunie à l’IRMC, dans un atelier permettant de discuter du projet en se focalisant sur ses présupposés théoriques et méthodologiques ainsi que sur ses aspects pratiques et organisationnels. Chaque membre de l’équipe a expliqué la manière dont elle/il entend contribuer à sa réalisation et comment elle/il entend collaborer avec les autres chercheurs pendant les différentes phases de l’enquête. Les deux étudiants de master de l’équipe ont présenté leurs projets individuels qui seront inclus dans la recherche commune. Les chercheures expérimentées de l’équipe leur garantiront leur soutien et encadrement lors de la réalisation de l’enquête et de la rédaction du mémoire final.

Les aspects éthiques de la recherche, l’accès aux cliniques privées et aux cabinets des médecins ont aussi été abordés de manière exhaustive afin d’identifier les figures professionnelles clés dans le domaine de la PMA ainsi que les organisations, les événements et les lieux où commencer le terrain en Tunisie. Deux textes centraux sur le thème des soins transfrontaliers en santé reproductive ont été analysés en profondeur par les membres de l’équipe afin d’identifier les axes de recherche développés dans la littérature portant sur d’autres aires géographiques. Une grande partie du second jour du workshop a été consacrée à l’élaboration du questionnaire à faire compléter par les patients infertiles qui ont recours aux soins en santé reproductive en Tunisie de manière à intégrer les intérêts interdisciplinaires de toutes les chercheurs qui prennent part au projet. De manière générale, les discussions et les réflexions communes ont été très fructueuses et un bon esprit de collaboration inter-disciplinaire a caractérisé les échanges.

Les 13 et 14 avril derniers, le workshop de mi-parcours s’est également tenu à l’IRMC, intégrant des invités de choix, dont Trudie Gerrits de l’Université d’Amsterdam, spécialiste de la PMA au Ghana ainsi que Atf Gherissi, professeure assistante à l’Ecole supérieure des sciences et techniques de l’Université Al-Manar de Tunis, sociologue et Maître de conférences en sociologie à l’Université de Sfax.

Par ailleurs, Betty Rouland est allée présenter le projet à l’University of West England le 1er février 2019 lors d’une conférence intitulée « Human Reproduction Study Group Winter Event. Critically Mapping Cross-Border Reproduction ». Cette intervention a permis de présenter les premières observations faites auprès des professionnels de la santé reproductive dans les cliniques privées de Tunisie (Tunis et Sfax).

Betty Rouland

Sources
https://cbrcma.hypotheses.org/
http://www.uva.nl/profiel/g/e/g.j.e.gerrits/g.j.e.gerrits.html?1550242083701
https://www.researchgate.net/profile/Fr
ancine_Tinsa

Pour citer ce billet : Betty Rouland, «Soins transfrontaliers en santé reproductive au Maghreb : Un paysage reproductif en devenir ?», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2287.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Être « islamiste » ou « salafiste » en 2018

photographie de l’auteur

Les notions d’« islamisme » et de « salafisme » connaissent un succès médiatique, académique et politique significatif depuis les révolutions arabes de 2011. Elles sont généralement employées comme qualificatifs savants de la radicalité religieuse et/ou violente d’individus et de groupes prompts à proclamer l’islam comme seul modèle de gouvernance légitime.

Ces concepts sont toutefois le plus souvent maniés sans précaution méthodologique et épistémologique, laissant l’entière liberté à l’observateur de les appliquer aux acteurs de son choix. Il est pourtant problématique d’inclure indifféremment dans la catégorie « islamisme » des leaders politiques tels que Rached Ghannouchi ou Hassan Nasrallah et des chefs jihadistes tels qu’Abu Bakr al-Baghdadi (Daech). De même, il semble difficile de mettre sur un même plan salafistes madkhalistes (pro-régime saoudien) et salafistes jihadistes (anti-régime saoudien). L’inclusion d’acteurs hétéroclites dans les catégories d’« islamisme » et de « salafisme » se fait dans ce sens aux dépends de leur valeur heuristique. Dans un contexte post-révolutionnaire de pluralisation des manières d’être et de faire de la politique en islam, l’utilisation de ces catégories ne permet plus d’identifier des comportements politiques précis.

L’utilisation actuelle des notions d’« islamisme » et de « salafisme » pose ainsi trois problèmes principaux : l’uniformisation de l’appareil conceptuel au détriment de la diversité temporelle et spatiale du champ de l’islamisme et du salafisme, la reformulation voire l’abandon de ces labels par des acteurs soucieux de se dissocier d’un « islam radical », et l’actualisation controversée de ces concepts par les chercheurs après le bouleversement révolutionnaire de 2011.

L’uniformisation de l’appareil conceptuel au détriment de la diversité temporelle et spatiale du champ de l’islamisme et du salafisme

L’entrée des termes « islamisme » et « salafisme » dans le lexique commun de l’ère post-11 septembre, a marqué leur dénaturation conceptuelle. La survisibilité du jihadisme et du terrorisme international, et la focalisation médiatique sur ces sujets, ont fait de ces vocables des synonymes de violence sectaire. L’islamisme et le salafisme sont pourtant initialement, et avant tout, des concepts scientifiques forgés par des chercheurs dans le but de décrire des réalités sociales historiquement situées. Face au risque d’en faire des catégories atemporelles et fourre-tout, il faut les restaurer dans l’historicité et la rigueur conceptuelle qui leur sont propres.

Le concept d’« islamisme » a d’abord été forgé dans les années 1970- 1980 par des chercheurs spécialistes du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord dans le but de décrire une nouvelle forme de contestation politique fondée sur un islam militant et axée sur la réislamisation des sociétés musulmanes (Blanc, 2017). Il est popularisé dans les cercles médiatiques, académiques et politiques après la Révolution islamique iranienne de 1979 (Roy, 2017). Depuis lors, l’islamisme recouvre des réalités plurielles.

Dans les années 1970, l’islamisme se manifeste par un double phénomène de lutte contre le marxisme pour le contrôle des espaces de révolte (campus, périphéries urbaines) et de constitution de réseaux de solidarité parallèles dans les aires urbaines réceptacles de l’exode rural. La base islamiste se construit à cette époque sur une « dualité sociale », celle d’une bourgeoisie pieuse et d’une jeunesse urbaine pauvre. (Kepel, 1991). Dans les années 1980, l’islamisme tente de transformer son capital social en capital politique et entre dans une stratégie de conquête du pouvoir politique. La révolution iranienne de 1979 – rétrospectivement seul « succès » islamiste – suscite l’enthousiasme des islamistes sunnites quant aux perspectives offertes par l’engagement politique. La rhétorique anti-cléricaliste de l’islamisme (Roy, 2011, 53) qui va de pair avec son projet révolutionnaire, ainsi que la répression étatique (le FIS et Ennahdha faisant cas d’école) précipitent toutefois l’échec politique islamiste. La base militante s’oriente alors soit vers une stratégie renouvelée d’islamisation de la société par le bas – ce qu’Olivier Roy a qualifié de « néofondamentalisme » – soit vers le départ au jihad (Kepel, 2000). Dans les années 1990, cette dislocation de la base sociale de l’islamisme entraine le déclin de ses capacités de mobilisation politique et favorise le développement du jihadisme international. Le retour des vétérans du jihad accélère cette tendance et contribue au développement de groupes terroristes locaux.

© webmanagercenter.com

Les années 2000 marquent le retour des partis islamistes, qui affichent de bons scores électoraux. C’est notamment le cas du PJD marocain, qui obtient 47 sièges en 2007, du MSP algérien qui gagne 38 sièges en 2002 et 52 et 2007, ou encore du Hamas qui remporte les élections législatives de 2006 en Palestine. La décade 2010 est ensuite le lieu de l’intégration des groupes islamistes historiques dans le nouveau jeu politique postrévolutionaire (Maroc, Tunisie, Égypte, Yémen). Ces groupes, prompts au compromis, opèrent un changement de paradigme et abandonnent le mantra de l’« application de la sharî‘a » au profit de la recherche de la stabilité. En parallèle, un phénomène de multiplication et de pluralisation de l’islamisme s’enclenche. En Égypte, par exemple, 15 nouveaux partis islamistes sont créés après le renversement de Hosni Mubarak. On observe également l’émergence d’acteurs informels, de processus d’hybridations idéologiques et de conflits inter-islamistes (al-Anani, 2012). C’est le cas par exemple du groupe salafiste-jihadiste Ansar al- Shari’a qui abandonne la violence dans le contexte démocratique tunisien et tend, entre 2011 et 2013, à se transformer en une ĝama‘a islamiste plus traditionnelle, de type frériste. Cette expérience inédite est toutefois avortée à l’issue d’une confrontation avec le parti islamiste Ennahdha, soucieux de consolider la transition démocratique et, de là, sa propre assise politique.

Ce bref rappel historique illustre le fait qu’il est plus approprié de parler d’islamisme(s) au pluriel, et par conséquent qu’il n’existe pas une catégorie « islamiste » atemporelle qui puisse désigner une réalité homogène et linéaire. Cette remarque est également valable pour les comparaisons dans l’espace, l’islamisme recouvrant des logiques d’action très variées dans les pays de la région (Burgat, 2018).

Le terme de “salafiyya”, quant à lui, apparaît dans les textes arabes dans les années 1920, notamment sous l’impulsion de la librairie cairote al- Maktaba al-salafiyya. À cette époque, Rachid Rida (1865-1935) opère une jonction entre l’école réformiste de Jamal al-Din al-Afghani (1838-1897) et de Muhammad ‘Abduh (1849-1905) et le salafisme wahhabite saoudien. En 1926, l’un des disciples de Rida crée l’association de ʿulamâ’ Ansar al-Sunna al-Muhamadiyya, première organisation salafiste moderne, qui se donne notamment pour objectif de diffuser la littérature wahhabite produite en Arabie Saoudite en Égypte et dans le reste de la région.

Paradoxalement, le « salafisme » comme catégorie analytique – et dans sa version française – apparaît sous la plume de l’orientaliste Louis Massignon pour désigner l’école réformiste d’al- Afghani et Abduh, lesquels s’efforcent de réinterpréter l’héritage islamique dans le cadre de la modernité occidentale. Le hiatus semble total entre cette philosophie islamique rationnelle et le fondamentalisme salafî contemporain, fidéiste et littéraliste. Il faudra ainsi attendre les années 1990 pour qu’émerge la catégorie du salafisme telle qu’on la connait aujourd’hui, c’està- dire comme religiosité scripturaliste et antirationaliste. Elle est surtout popularisée dans les années 2000 avec les travaux de Quintan Wiktorowicz, qui la conceptualise comme un « réseau éducatif » prêchant l’existence d’une seule interprétation religieuse légitime (Wiktorovicz, 2006, 212), et de Bernard Rougier (2008) et Roel Meijer (2009) qui la définissent comme une religiosité d’émulation du comportement du Prophète et de ses pieux compagnons (al-salaf al-ṣâliḥ). Les travaux ultérieurs viseront ensuite à traiter l’expansion du salafisme en Occident (Amghar, 2011), ainsi que l’évolution de la mouvance après les révolutions arabes (Merone, Cavatorta, 2017) et dans divers contextes nationaux (Bonnefoy, Kuschnitizki, 2015 ; Wagemakers, 2016).

Ces travaux montrent notamment que parler d’un salafisme ne permet pas de rendre compte du processus de diversification temporelle et spatiale des comportements politiques adoptés par les salafistes, notamment après les révolutions arabes. La politisation du salafisme, en particulier, remet en cause à la fois la conceptualisation apolitique de la mouvance qui prévalait jusqu’alors, et la définition, souvent relayée par les médias, du salafisme comme substrat religieux du jihadisme et/ou fondement idéologique du terrorisme. Il est plus adéquat, en somme, de parler de salafisme(s) au pluriel et de replacer cette catégorie dans son historique de conceptualisation.

La reformulation voire l’abandon de ces labels par des acteurs soucieux de se dissocier d’un « islam radical »

Un deuxième problème lié à l’utilisation contemporaine des notions d’« islamisme » et de « salafisme » réside dans la tendance actuelle des acteurs à reformuler, renégocier ou rejeter ces labels. Ce phénomène s’explique à la fois par une attitude critique vis-à-vis des concepts scientifiques occidentaux, souvent vus comme déconnectés de l’identité réelle des acteurs, et par les circonstances sécuritaires en lien avec le  développement du jihadisme international (Daech, Al-Qa’ida).

Jusqu’ici, les acteurs employaient volontiers les termes d’islamisme, d’islam politique ou de salafisme, parfois au moyen de néologismes arabes. Rached Ghannouchi utilisait par exemple dans ses écrits les vocables d’« al-islâmiyyûn » (islamistes), ainsi que ceux de « al-tîyyaral-islâmî » (la tendance islamique), harakat islâmiyya (le mouvement islamique), et al-idîûlûðîyya al-islâmiyya (l’idéologie islamique) (Ghannouchi, 1992). Quant au label « salafiste », il est généralement employé pour revendiquer l’héritage des al-salaf al-ṣâliḥ (pieux prédécesseurs) et ainsi réclamer le monopole de l’islam « vrai ». Cela permet en d’autres termes de « réclamer pour soi-même la propriété de l’origine » et donc de « définir le contenu de l’islam et d’orienter en conséquence le comportement des musulmans » (Rougier, 2017, 51). Le « salafisme » confère à son titulaire l’autorité nécessaire pour fixer une orthodoxie musulmane que tous doivent suivre.

Aujourd’hui, l’utilisation des labels « islamiste » et « salafiste » n’est plus du tout évidente pour les acteurs. En 2016, à l’occasion du 10ème Congrès d’Ennahdha, Rached Ghannouchi déclarait ainsi à propos du label « islamiste » avoir « une certaine réserve sur cette appellation qui est occidentale » (Bobin, 2016), et lui préférait le terme de « démocratie musulmane » 1. Une critique similaire est formulée à l’encontre du label « salafiste », dont l’absence de mention dans les textes sacrés suscite des débats importants au sein de la mouvance salafî quant à la licéité de son usage. Comme me le précisait un (ex-)salafiste tunisien qui se présente désormais comme un simple « musulman », « le mot salafiste n’est pas dans l’islam » (« kalimat salafî mûšfî-l-islâm ») 2.

La distanciation, voire le rejet, des acteurs vis-à-vis de ces deux labels a également des causes sécuritaires. La montée du jihadisme dans les pays arabes après les révolutions de 2011, la menace sécuritaire croissante qu’il représente pour les pays occidentaux ainsi que son omniprésence médiatique ont abouti à la disqualification des labels d’« islamisme » et de « salafisme », désormais facilement associés à la violence exercée au nom de l’islam. C’est dans ce contexte qu’il faut interpréter la prise de distance d’Ennahdha vis-à-vis de l’islam politique, dont l’amalgame fréquent avec le jihadisme constitue dorénavant un obstacle à la ‘normalisation’ démocratique du parti, qui se présente aujourd’hui comme un parti démocrate musulman. Au-delà d’une refonte de l’islamisme tunisien, il s’agit ainsi avant tout – selon les propos d’une cadre nahdhaoui – d’un « emballage marketing » à l’attention des partenaires occidentaux et des forces séculières domestiques 3. Il en va de même pour le salafisme, aujourd’hui perçu comme une religiosité conductrice de violence, voire considéré par certains chercheurs comme l’antichambre du jihad. Les salafistes politisés, en particulier, remplacent volontiers le terme de salafî par celui de muslim (musulman), comme c’est le cas par exemple des partis salafistes Ittihad al-Rachad au Yémen et Jabhat al-Islah en Tunisie; lesquels cherchent à se débarrasser de l’image élitiste et sectaire du salafisme pour renouer avec une base populaire. « Le salafisme en Tunisie est associé au terrorisme (al-salafiyyafî Tûnisrabṭuha bi-l-irhâb). C’est devenu un obstacle pour atteindre le peuple tunisien (‘âiq liwusûl li-al-ða‘ab al-tûnisî) », m’expliquait ainsi l’actuel président de Jabhat al-Islah, qui se présente désormais comme un parti de « centredroit » (« yamîn-wasaṭ ») 4.

© carnegieendowment.org

La dépréciation sémantique des labels « islamiste » et « salafiste » est problématique pour le chercheur dans la mesure où elle s’accompagne d’un abandon de leur usage par les acteurs eux-mêmes. Comment faire, en effet, pour identifier les islamistes/salafistes si eux-mêmes se refusent désormais à employer ces qualificatifs ? Peut-on toujours utiliser, pour les besoins de la recherche scientifique, un terme peu, voire plus du tout revendiqué par les acteurs étudiés ? Ces questions constituent un défi important pour l’étude de l’islam politique et du salafisme, et nécessitent de la part du chercheur une distance critique constante vis-à-vis des catégories d’analyse. En bouleversant les équilibres politiques dans la région, les révolutions arabes ont également remis en cause la valeur heuristique des outils analytiques et de la sémantique même employées par la recherche.

L’actualisation controversée de ces concepts par les chercheurs après le bouleversement révolutionnaire de 2011

Le troisième problème lié à l’utilisation actuelle des notions  d’« islamisme » et de « salafisme » correspond à la difficulté éprouvée par les chercheurs pour conceptualiser les changements à l’oeuvre au sein de ces deux courants après les révolutions arabes. L’islamisme post-2011, d’abord, semble avoir substitué à la rhétorique panislamiste un agenda national, préférant également la consolidation de son assise démocratique au changement radical des institutions étatiques, et troquant l’objectif de l’État islamique pour celui de l’islamisation du quotidien. En parallèle, le salafisme a subi un processus de politisation et s’est par conséquent distancé de la posture quiétiste (apolitique) qui prévalait jusqu’alors (Blanc, 2018). L’islamisme et le salafisme, en somme, ont évolué vers une intégration dans le jeu politique formel, parfois au prix d’importants compromis idéologiques.

L’observation consensuelle de ces changements ne débouche toutefois pas sur une interprétation concordante : l’islam politique est-il « en échec » (Roy, 1992) ou est-il « post islamiste » (Bayat, 1996) ? De même, le salafisme peut-il être politique sans se dénaturer ? Autrement dit, les transformations révolutionnaires s’inscrivent-elles en rupture ou en continuité avec les phénomènes islamiste et salafiste historiques ?

La difficulté des chercheurs à penser les changements de la réalité sociale que recouvrent les catégories de l’islam politique et du salafisme après 2011 provient d’un désaccord sur la matrice comportementale des acteurs étudiés : qui de l’évolutio idéologique ou de l’adaptation contextuelle a la primauté sur la détermination du comportement des acteurs « islamiques » ? Une première approche insiste sur l’importance de l’idéologie : les islamistes/salafistes cherchent avant tout à faire primer la lettre sur la réalité (i.e. une vérité divine fondamentale et atemporelle applicable de tout temps et en tout lieu), et jugent le réel à l’aune de l’idéal textuel. La seconde approche fait au contraire du comportement des acteurs une adaptation constante aux circonstances particulières de leur environnement. L’impératif de survie organisationnelle primerait ainsi sur la poursuite des objectifs idéologiques. Netterstrom (2015) considère ainsi par exemple que, pour Ennahdha, le changement idéologique (acceptation de la démocratie, abandon de la shari’a, etc) est intervenu après le choix stratégique d’adaptation au contexte spécifique de la transition post-autoritaire. Le leadership répondrait ainsi avant tout à des considérations d’ordre stratégique, tandis que la base sociale préserverait l’esprit et l’énergie du militantisme idéologique.

© wluml.org

Ces approches antagonistes, qualifiées respectivement d’essentialiste et de contextualiste par Olivier Roy procèdent-elles toutefois d’une distinction pertinente du point de vue de la recherche ? N’est-il pas difficile de tracer une séparation aussi claire entre idéologie et contexte, avec l’idée que l’un(e) déterminerait entièrement l’autre ? Pourquoi l’adaptation au contexte serait-elle nécessairement et toujours une remise en cause de l’idéologie ? Il est peut-être plus juste d’appréhender le comportement des acteurs non pas comme un processus chronologique (adaptation pragmatique, puis réforme idéologique, ou inversement) mais comme un processus dialectique selon lequel l’idéologie constitue autant une grille de lecture du contexte qu’une mise en adéquation avec lui. L’idéologie est en effet le prisme à travers lequel les acteurs analysent le contexte, la réalité et les événements tels que les révolutions. Au-delà d’une séparation, voire d’une opposition entre idéologie et contexte, il faut voir comment les acteurs adaptent en permanence les prescriptions textuelles et idéelles aux circonstances particulières de la réalité au gré de leur(s) évolution(s).

Il ne faut pas, en somme, désidéologiser ni décontextualiser le comportement des islamistes/salafistes. Cela empêcherait le chercheur de voir la manière dont les acteurs (re)négocient leur identité, s’approprient des labels et les délaissent, et donc le priverait, in fine, de distance critique dans l’effort de conceptualisation.

Être « islamiste » ou « salafiste » en 2018, ce n’est donc pas se conformer à un label, lequel est susceptible de changer. Ce n’est pas non plus échapper à la catégorisation scientifique, à condition que l’on interroge l’historicité des concepts ainsi que les raisons de la re-labellisation des acteurs. Être « islamiste » ou « salafiste », enfin, c’est trouver un équilibre satisfaisant entre impératifs idéologiques et contraintes pragmatiques.

1. Ironiquement, le terme de « démocratie musulmane » forgée sur le modèle européen / allemand de la démocratie chrétienne, n’est pas moins occidental.
2. Entretien avec R., Tunis, le 26/04/2018.
3. Entretien avec Sayida Ounissi, secrétaire d’État nahdaouie, Tunis, le 07/02/2018.
4. Entretien avec le président de Jabhat al- Islah, Tunis, le 12/05/2018.

Bibliographie

AL-ANANI Khalil, 2012, “Islamist Parties Post-Arab Spring,” Mediterranean Politics, n° 17, 466-72.

AMGHAR Samir, 2011, Le Salafisme d’aujourd’hui. Mouvements sectaires en Occident, Paris, Michalon.

BAYAT Asef, 1996, “The coming of a post- Islamist society”, Critical Middle Eastern Studies, vol. 5, n° 9, 43-52.

BLANC Théo, 2017, « Islam politique (1) : Qu’est-ce que l’islam politique ? », Les Clés du Moyen-Orient, 28 novembre, [En ligne : https://www. lesclesdumoyenorient. com/Islampolitique- 1-qu-est-ce-que-l-islampolitique. html].

BLANC Théo, 2018, La politisation du salafisme après les révolutions arabes. Le cas tunisien, Mémoire de recherche de Master 2, Grenoble, Institut des Études Politiques.

BOBIN Frédéric, 2016, « Rached Ghannouchi : “Il n’y a plus de justification à l’islam politique en Tunisie“ », Le Monde, 19 mai, [En ligne : http://lemonde.fr/ international/article/2016/05/19/ rached-ghan-nouchi-il-n-y-a-plusde- justification-a-l-islam-politiqueen- tunisie _4921904_3210.html].

BONNEFOY Laurent, KUSCHNITIZKI Judit, 2015, « Salafis and the ‘Arab Spring’ in Yemen: Progressive Politicization and Resilient Quietism », Arabian Humanities, n° 4.

BURGAT François, 2018, « The false dichotomy between ‘Islamist’ and ‘secular’, Middle East Eye, 25 mai, [En ligne : http://www.middle easteye.net/columns/false dichotomybetween- islamist-and-secular- 543778951].

CAVATORTA Francesco, MERONE Fabio (dir.), 2017, Salafism After the Arab Awakening: Contending with People’s Power, London, Hurst.

GHANNOUCHI Rashid, 1992, Hiwarat (Dialogues), with Qusayy Salah al- Darwish, London, Khalil Media Service.

KEPEL Gilles, 1991, La revanche de Dieu. Chrétiens, juifs et musulmans à la reconquête du monde, Paris, Seuil, « L’Épreuve des faits ».

KEPEL Gilles, 2000, Jihad. Expansion et Déclin de l’islamisme, Paris, Gallimard.

MEIJER Roel (éd.), 2009, Global Salafism. Islam’s New Religious Movement, London, Hurst & Co. Publishers.

NETTERSTRØM Kasper Ly, 2015, “After the Arab Spring: The Islamists’ Compromise in Tunisia”, Journal of Democracy, vol. 26, n° 4, 110-124.

ROUGIER Bernard, 2008, Qu’est-ce que le salafisme ?, Paris, Presses Universitaires de France, « Proche-Orient ».

ROY Olivier, 1992, L’échec de l’islam politique, Paris, Seuil.

ROY Olivier, 2011, Généalogie de l’islamisme, Paris, Pluriel.

ROY Olivier, 2017, “Political Islam after the Arab Spring. Between Jihad and Democracy”, Foreign Affairs, 16 octobre, [En ligne : https://www. foreignaffairs.com/reviews/reviewessay/ 2017-10-16/political-islamafter- arab-spring].

WIKTOROWICZ Quintan, 2006, “Anatomy of the Salafi Movement”, Studies in Conflict & Terrorism n° 29, 207-240.

Théo Blanc

Ancien boursier à l’IRMC, doctorant en science Politique à l’institut universitaire Européen.

Pour citer ce billet : Théo Blanc, «Être « islamiste » ou « salafiste » en 2018», Le Carnet de l’IRMC, N° 22, avril-octobre 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2230.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Crise des modèles ? Agricultures, recompositions territoriales et nouvelles relations villes-campagnes

Co-organisé par l’ERC Tarica 1, l’IRMC, le LabEx DynamiTe, le Collège international des Sciences du territoire (CIST), et l’Université de la Manouba, le séminaire international « Crise des modèles ? Agricultures, recompositions territoriales et nouvelles relations villescampagnes » s’est tenu du 12 au 14 octobre 2017 à Tunis. Il a réuni des chercheurs et des doctorants, géographes, sociologues, économistes et politistes autour d’une réflexion sur l’évolution des modèles productifs en agriculture, les recompositions sociales et spatiales porteuses de nouvelles relations entre villes et campagnes.

Lors de son allocation d’ouverture, Mme Oissila Saaidia, directrice de l’IRMC, a souligné que la question des modèles et de leur crise est au coeur de bien des problématiques des sciences humaines et sociales. Le modèle s’avère autonome par rapport à la réalité dans la mesure où il est impossible d’en restituer toute la complexité et qu’en dépit de cela, les modèles circulent indépendamment  des contextes politiques dans lesquels ils ont été produits. S’interroger sur la crise des modèles, c’est donc s’interroger sur la pertinence d’outils construits « hors sol ». En somme c’est remettre en question l’universalité supposée de certains modèles, en partie du au fait que les modèles de développement agricole génèrent au Nord comme au Sud, d’importantes recompositions territoriales.

Un fait que, Alia Gana, directrice de recherche au CNRS et Principal Investigator de l’ERC Tarica situe dans la problématique générale du projet de recherche axée sur la circulation et la confrontation des modèles de développement et de justice sociale. La question de la crise des modèles agricoles est l’objet d’une collaboration de longue date entre Marine Berger et Jean-Louis Chaléard, Professeurs à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Ce sujet relève d’une réflexion sur les modèles de développement, qui ne peut être pertinente sans aborder les questions portant sur les politiques publiques.

Le premier atelier du séminaire concernait les rapports entre villes et campagnes et la question de la concurrence autour des ressources qui peuvent prendre des formes diverses. Il peut s’agir des jeunes ruraux qui se sont dirigés vers les villes (Zakaria Kadiri Maroc), mais également du foncier agricole périurbain menacé par l’urbanisation et l’industrialisation (Marouen Taleb Tunis). Des marges de manoeuvre et des arrangements informels également exister, soit entre usagers et État, comme dans le cas des territoires irrigués de Biskra et du bas Chléf (Hichem Amichi Algérie), soit entre différentes catégories d’usagers comme le montre la gestion de l’espace halieutique monastirien (Racha Sallemi Tunisie). Les inégalités socio-spatiales apparaissent ainsi comme une conséquence d’une compétition sur les ressources entre usagers-gagnants et usagers-perdants, particulièrement en ce qui concerne la gestion de l’eau comme dans le cas du Lebna au Cap Bon (Alia Gana et Emna Khemiri Tunisie).

Le second atelier a traité des modèles agricoles émergents et innovants et des nouvelles relations villes-campagnes. La réhabilitation des anciens modèles d’exploitation agricole s’inscrit dans cette logique d’innovation qui tend à revaloriser des espaces agricoles confrontés à des compétitions sur les ressources et à l’emprise foncière : la valorisation de la production oasienne à Gabès (Irène Carpentier Tunisie) ou la restructuration récréative de l’espace agricole des campagnes liméniennes (Héloïse Leloup Pérou) pour diversifier les sources de revenus des agriculteurs, de résistance et d’adaptation face à l’emprise de l’urbain. Une emprise dont l’ampleur est particulièrement marquée dans le contexte égyptien caractérisé par le développement d’un modèle capitaliste d’agro-business exportateur en pleine conquête des terres désertiques de l’Ouest du Delta du Nil (Delphine Acloque – Égypte) mais qui se déploie également à des échelles plus humaines comme à Tiznit (David Goeury – Maroc) à travers la préservation de l’activité agricole en érigeant le foncier au rang de « bien commun » géré collectivement par une communauté d’usagers à cheval entre l’urbain et le rural.

Le troisième atelier a traité des nouvelles fonctions et des représentations des espaces ruraux périurbains. Il a permis de conforter l’idée que la ville a besoin d’un espace rural contigüe en tant que territoire d’une agriculture d’entreprise qui tend à se diversifier pour s’adapter à une nouvelle échelle métropolitaine extrêmement variée et exigeante comme dans l’ouest francilien (Martine Berger – France). Ainsi, face à la croissance de la ville néo-libérale, une gouvernance dédiée devient impérative afin de sécuriser les moyens de production et notamment le foncier comme dans le cas du territoire d’île de France (Monique Poulot – France). La pénétration de l’agriculture marchande introduit ainsi une nouvelle ruralité au sein de laquelle l’autochtonie sert de vecteur identitaire pour les revendications foncières comme le montre l’exemple abidjanais (Jean-Louis Chaléard – Côte d’Ivoire). Les besoins de la ville peuvent se rapporter également à une dimension sociale à travers laquelle les citadins établissent un lien avec la campagne en cultivant de petites exploitations agricoles sous la forme de jardins-potagers qui agrandissent l’espace de vie très restreint des citadins comme le3 montre l’exemple des datchas de Kazan (Camille Rober-Boeuf – Russie).

© Marouen Taleb.

Le quatrième atelier a mis en lumière les dynamiques migratoires et les mobilités liées à une redéfinition des rapports entre villes et campagnes. L’influence des économies libérales tend à raccourcir le lien entre ces dernières et a des conséquences en matière de renforcement de l’armature urbaine et d’implantation d’équipements publics à travers la densification des espaces ruraux. Toutefois, l’investissement privé ne saurait se soustraire aux politiques d’aménagement du territoire pour répondre à la question des inégalités comme dans la région de Kédougou (Olivier Ninot Sénégal). De nouveaux facteurs peuvent, à ce titre, entrer en jeu pour la redynamisation de l’agriculture et des espaces ruraux comme l’apport d’une main d’oeuvre constituée de migrants, mais présentent néanmoins des effets pervers comme l’exploitation abusive des travailleurs agricoles comme en Italie (Alessandra Corrado Italie). Cela a conduit à des initiatives pour une nouvelle gestion des exploitations agricoles plus respectueuses des droits humains comme en Italie du Sud-Est (Giulio Iocco Italie). Autre exemple de la polarisation rurale, les souks participent, à travers leurs aires marchandes, à la définition d’une armature rurale nécessaire à l’administration des régions reculées comme l’Anti-Atlas marocain (Mohamed Oubenal Maroc).

Le cinquième et dernier atelier a mis en relief les questions de justice spatiale et de mobilisation contre les inégalités. L’attractivité des zones agricoles à fort potentiel de production pour l’investissement privé étranger induit des décalages, ce qui constitue un élément d’exacerbation des inégalités et des revendications identitaires locales comme à Sidi Bouzid vis-à-vis des agriculteurs sfaxiens (Mathilde Fautras Tunisie). L’introduction de nouveaux systèmes de production et les conséquences en termes de surexploitation de ressources et de dégradation de l’environnement apparaissent ainsi comme un catalyseur de dynamiques de mobilisations sociales territorialisées comme à Gabès (Diane Robert Tunisie).

Marouen Taleb

Pour citer ce billet : Hicham Rouibah, «Crise des modèles ?
Agricultures, recompositions territoriales et nouvelles relations villes-campagnes», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2209.

1 Projet de recherche « Changements politiques et socio-institutionnels en Afrique du Nord. Compétition des modèles et diversité des trajectoires nationales », financé par le programme Advanced Grant du Conseil européen de la recherche (ERC).

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Comment appréhender la problématique des entreprises chinoises de BTP en Algérie ?

Finalités de la recherche et retombées scientifiques

Depuis plus d’une décennie l’implantation des entreprises chinoises en Algérie fait l’objet de discussions à la fois médiatiques et scientifiques. En effet, hormis les commerçants, on recense 90 000 Chinois travaillant avec les 300 filiales chinoises qui opèrent en Algérie, en l’occurrence dans le secteur du BTP (Bureau of statistics of China, 2015). Des chiffres qui se verront sans doute à la baisse à cause de la crise financière qui traverse l’Algérie suite à la chute des prix de pétrole.

De ce fait, l’objectif de mon projet de recherche est de tenter de décrire et d’analyser les implications des investissements chinois en Algérie, en appréhendant ce phénomène par son aspect le plus central. Il s’agit d’« ouvrir la boîte noire » selon une expression empruntée à l’économie de l’entreprise, en s’intéressant à l’ensemble des rapports sociaux qui se tissent autour de l’implantation de telles entreprises : leur mode de fonctionnement, l’organisation et les rapports de travail (impliquant dirigeants, salariés chinois et algériens, mais aussi d’autres institutions comme je le détaillerai plus loin), leurs relations avec leur environnement institutionnel et sociopolitique. Une telle approche demeure encore inédite en Algérie en dehors des quelques travaux que j’ai réalisés antérieurement dans le cadre de mon cursus d’études.

L’intérêt d’une telle recherche consiste donc à enrichir la connaissance scientifique sur un phénomène marquant, significatif des processus de globalisation, mais encore peu exploré. Ce programme de recherche est susceptible de contribuer à la compréhension des problèmes des entreprises algériennes (publiques et privées) dans les travaux publics en particulier, ainsi que des ambivalences des orientations en matière de politique économique. Au-delà de sa dimension propre, cet objet de recherche se présente comme un analyseur des mutations de la société algérienne, au moins sous deux aspects : d’une part, parce qu’il éclairera d’une certaine manière les mutations du marché du travail, qui constituent en Algérie une préoccupation centrale mais demeurent mal connues en dehors de l’analyse des données produites par l’Office national des statistiques ; d’autre part parce qu’il mettra également en lumière les pratiques et les représentations de l’altérité qui s’articulent aux rapports de production et de travail. Les résultats scientifiques attendus sont  donc in fine une contribution à la réflexion critique et analytique des politiques de développement en Algérie et des évolutions de la société algérienne.

Terrain d’enquête, problématique et premiers résultats

C’est sur un tronçon du projet autoroutier, plus précisément le chantier de la pénétrante qui reliera le port de Bejaia à l’axe principal de l’autoroute Est- Ouest à Bouira, que porte particulièrement mon projet de recherche. Le choix de c site d’investigation pour construire l’objet de ma recherche s’explique par différentes raisons. Par son utilité en matière de transport routier, l’autoroute Est-Ouest est de loin la plus importante réalisation d’infrastructure publique en Algérie. Son ampleur et sa complexité en font un objet d’étude passionnant et heuristique. Il apparaît exemplaire des modalités d’implantation des entreprises chinoises en Algérie : le fonctionnement du chantier présente, de manière amplifiée, un ensemble de caractéristiques déjà observées à plus petite échelle sur des entreprises chinoises en Algérie (Rouibah, 2011 ; 2013).

© Hicham Rouibah.

J’ai amorcé une enquête de terrain à caractère exploratoire sur ce chantier en avril-mai 2015 dans le cadre de la préparation du master 2 recherche « Étude comparative du développement » à l’EHESS. Cette première enquête m’a conduit à explorer des pistes de problématisation qui constituent la base du présent projet de recherche. En outre, l’autorisation de poursuivre un travail d’enquête en profondeur et de longue durée, essentiel à la réalisation de ma thèse, m’a déjà été accordée. La phase d’enquête de terrain a été mise en oeuvre depuis août 2017, et la bourse IRMCSCAC a été précieuse pour couvrir les dépenses relatives aux déplacements entre les différents champs d’enquête.

La réalisation du chantier autoroutier a été confiée à un consortium formé de l’entreprise chinoise CRCC (China Railway Construction Corporation) à laquelle les autorités algériennes ont associé la Société Algérienne des Ponts et Travaux d’Art (SAPTA). La CRCC est la société qui, depuis 2005, a construit les deux-tiers (528 km) de l’autoroute Est- Ouest qui s’étend de la frontière marocaine à celle de la Tunisie, et qui est également chargée de la réalisation de la plupart des pénétrantes qui relient les principales villes algériennes à cet axe.

Pour la réalisation du tronçon Bejaïa- Bouira, la CRCC a installé des bases de vie sur trois zones entre Bejaïa et Bouira (Ibourassen, Amizour, Ahnif). Elles permettent à la CRCC de loger son personnel chinois et d’entreposer les engins et les matériaux de construction sur les chantiers de la pénétrante. Ces chantiers emploient, en 2014, environ 1500 salariés, toutes catégories confondues : 380 Chinois et 1200 Algériens.

L’organisation de l’entreprise et de ses chantiers est complexe. Elle implique bien sûr le travail, dans un cadre hiérarchique et fonctionnel qui est ici traversé par une division ethnicisée des tâches, des fonctions, des statuts et des conditions de vie et de travail. Elle engage également d’autres acteurs, extérieurs à l’entreprise proprement dite, mais qui ont un rôle crucial dans l’organisation du chantier et côtoient quotidiennement les dirigeants, techniciens et ouvriers : d’une part l’agence étatique chargée du suivi administratif du chantier et d’autre part le bureau d’étude qui a réalisé les plans du projet et qui est missionné pour le contrôle de la conformité des travaux. L’entreprise doit également gérer un troisième volet des relations qui lui sont extérieures mais influencent son mode de fonctionnement et d’organisation : les rapports conflictuels que la mise en oeuvre des chantiers, des bases de vie et des sources d’approvisionnement en matière premières génèrent avec les populations locales.

Des premières observations réalisées dans le cadre des mes enquêtes de terrain (2015 ; 2017) se dégagent trois grandes pistes de recherche et d’interrogations.

Les rapports au travail et l’organisation interne de l’entreprise chinoise

Ce premier volet est le plus important. Il consiste à appréhender l’entreprise dans sa dimension centrale de l’organisation du travail et des relations de travail, en s’intéressant à l’ensemble des strates hiérarchiques d’acteurs.

On observe sur le chantier, des centaines d’ouvriers, de techniciens, d’ingénieurs et de cadres administratifs chinois qui travaillent 10 à 12h par jour sans relâche. Car les chantiers de la pénétrante opèrent 24h/24h avec une organisation de travail et une division des tâches remarquables. C’est d’ailleurs ce qui caractérise la dynamique du travail de la plupart des entreprises chinoises de BTP.

La CRCC n’a recours à la maind’oeuvre algérienne que pour compléter le personnel administratif et les nombreux postes subalternes (ouvriers, agents de maîtrise, chauffeurs, gardiens). Ces salariés – sous contrat avec la CRCC – travaillent 8h/jour en trois équipes et sont placés sous les ordres des ingénieurs et des cadres chinois. Cette position subalterne engendre une situation conflictuelle : les salariés algériens se sentent dévalorisés par le sentiment de supériorité affiché par les employés chinois, reçoivent un salaire moindre, ne disposent pas d’équipements de sécurité et leur exclusion de la base de vie implique de longs trajets quotidiens entre leur domicile et le chantier. De plus, les dirigeants chinois obligent parfois les ouvriers algériens à travailler au-delà des horaires fixés par la législation algérienne. Les conflits sont nombreux et se manifestent parfois par des grèves ou des arrêts de travail.

À l’inverse, les dirigeants, ingénieurs, techniciens et ouvriers qualifiés chinois en situation d’expatriation sont placés dans le cadre d’une institution « totale » qui les encadre étroitement puisque l’entreprise est à la fois leur communauté de travail et leur communauté de vie : les techniciens et ouvriers subalternes n’ont généralement pas le droit de sortir des bases de vie en dehors du temps consacré au travail ; ils ont, presque, interdiction de côtoyer la société algérienne en dehors des relations de travail. Dans cet univers clos, les conditions de travail et de vie sont rudes, mais les salariés chinois disposent néanmoins d’une rémunération relativement plus élevée (versée directement en Chine), de meilleurs équipements de sécurité, et d’une position dominante et/ou plus valorisée dans le cadre du travail. Si les rapports hiérarchiques sont très marqués, les conflits ne se manifestent pas de façon apparente.

L’ensemble de ces situations particulières nous incite dans un premier temps à observer de manière approfondie comment se forment les relations de travail quotidiennes, de collaboration, d’encadrement, de communication, et comment se configurent les rapports entre les strates hiérarchiques, les rapports entre ces deux groupes de salariés (algériens et chinois), et au sein de chacun d’eux. Comment les acteurs de cet ensemble complexe de salariés vivent-ils leur situation de travail ? Comment se la représentent-ils ? Comment élaborent-ils leurs relations ? On ne peut répondre à ces questions sans simultanément s’intéresser aux trajectoires professionnelles et biographiques, mais aussi à leur univers familial. En ce qui concerne particulièrement les salariés expatriés chinois, comment sont-ils mobilisés et encadrés sur le terrain ? Comment sont-ils recrutés et quelles sont leurs principales motivations pour s’expatrier ? Comment vivent-ils en Algérie et sous quelles conditions ? Quels sont les dispositifs de vie au sein de leurs bases de vie ? Quelle est leur vie sociale dans les bases de vie après le travail ? Quelles relations entretiennent-ils avec leur famille en Chine, et quels sont leurs aspirations ?

© Hicham Rouibah.

Gestion des relations de partenariat et des approvisionnements des chantiers

Le second volet, relatif à la complexité du fonctionnement du chantier, peut s’insérer dans un cadre d’économie politique qui implique un ensemble d’acteurs extérieurs à l’entreprise proprement dite. Il se caractérise notamment par une relation triangulaire entre : (1) l’Agence Nationale Autoroutière (ANA) dépendant du ministère des Travaux publics dont la mission est de coordonner la gestion administrative du projet et suivre son avancement vis-à-vis des délais négociés ; (2) un bureau d’étude étranger (sudcoréen/ italien) qui a réalisé les études architecturales et les plans du projet et qui est chargé en lien avec l’ANA du contrôle de la conformité et de la qualité des travaux ; (3) le groupe chinois CRCC, associé dans un consortium avec le groupe algérien SAPTA, s’occupe de la réalisation technique du projet depuis les plans du bureau d’études jusqu’à la finalisation des travaux. Remarquons au passage que le groupe algérien SAPTA est une entreprise en difficulté financière et technique ne disposant plus de son propre marché. L’association avec le groupe chinois CRCC avait comme objectifs, d’une part, de relancer et de redynamiser l’activité de la SAPTA et, de l’autre, de permettre à la CRCC de bénéficier de son entregent dans les démarches administratives.

Les rapports entre ces trois ensembles d’acteurs sont conflictuels et d’autant plus tendus que la réalisation (par la CRCC) de l’axe central de l’autoroute Est-Ouest a donné lieu à un procès pour corruption amplement médiatisé en 2015 et qu’un scandale public a éclaté à propos des malfaçons, si nombreuses que des travaux de réparation ont dus être engagés sur l’ensemble du trajet autoroutier alors qu’il venait à peine d’être achevé. Dans ce contexte, l’ANA et le bureau d’étude, chargés du contrôle et du suivi de l’état d’avancement du chantier sont d’autant plus enclins à critiquer la qualité des travaux mais surtout à dénoncer vivement le retard accusé dans la livraison du projet. Un retard que les responsables chinois expliquent, entre autre, par le manque de matières premières (ciments, gravats, ferrailles). En effet, depuis les années 1990, ces matières premières sont en état récurrent de pénurie en Algérie, du fait d’un déséquilibre du marché : une forte demande par les constructeurs (publics et privés) face à une très faible capacité de production et d’extraction de ces matières.

Ce second volet incite donc à s’intéresser aux rapports entre les trois organismes qui gèrent le projet autoroutier, en considérant les ingénieurs et agents de l’ANA et du bureau d’étude comme des acteurs du chantier, au même titre que l’ensemble des salariés évoqués dans le premier volet. Il s’agit, comme pour les salariés chinois et algériens de la CRCC, de comprendre et de prendre en compte leur point de vue et leur logique propre, leur situation de travail et leur trajectoire professionnelle et biographique. Il s’agit également de comprendre comment les dirigeants de CRCC gèrent la relation avec les deux organismes, dont l’un représente directement les autorités algériennes, et l’autre est mandaté par elles.

Un second aspect de ce deuxième volet a trait au caractère crucial de l’approvisionnement en matières premières. Là encore, il est nécessaire de s’intéresser aux relations qui s’établissent entre les dirigeants de la CRCC et les fournisseurs d’une part, mais aussi les formes de pression sur les autorités publiques, par l’intermédiaire de l’ANA, ou de la SAPTA, le partenaire de la CRCC dans le consortium dont l’une des fonctions principales est probablement cette intermédiation.

L’entreprise chinoise et l’environnement social algérien

Comme souligné ci-dessus, l’arrivée de toute entreprise chinoise de BTP en Algérie se traduit inévitablement par l’implantation de bases de vie et de chantiers qui s’étalent sur des dizaines de kilomètres, sur des terrains très souvent privés. C’est le cas de la pénétrante autoroutière entreprise par la CRCC qui a  provoqué des contestations concernant l’acquisition de terrains. Des conflits avec le voisinage s’érigent à propos de l’expropriation des terrains.

Les contestations diffèrent selon l’utilité des biens endommagés : certains sont contraints de quitter leur maison, d’autres cèdent des terres agricoles, et d’autres encore des terrains vierges, pour laisser place aux chantiers ou aux bases de vie chinoises et parfois aussi pour des sites d’extraction et d’exploitation de ressources naturelles de construction (gravats et autres matières premières). Les expropriations – indemnisées selon les barèmes fixés par les autorités algériennes – sont souvent rejetées d’une manière catégorique par les propriétaires algériens. La situation alimente alors une hostilité envers les Chinois mais aussi envers les autorités algériennes. Accusées de négliger les problèmes de la vie quotidienne des villageois (manque de transport public, accès au service de gaz de ville etc.) celles-ci sont alors accusées de les forcer à céder leurs terrains à des étrangers qui deviennent, pour une bonne période, « voisins » soit par leurs chantiers ou leurs bases de vie. Les villageois mènent alors des actions pour protester contre ce qu’ils qualifient de « confiscations » (Rouibah, 2011 ; 2015), en tentant, par exemple, de bloquer les travaux, perturbant ainsi le déroulement du chantier ; en d’autres occasions, les populations locales revendiquent une priorité dans le recrutement sur les chantiers. L’entreprise doit alors intervenir pour gérer ces conflits, qui se répercutent sur ses relations avec l’ANA et le bureau d’étude chargés du suivi, puisque le calendrier des travaux et le respect des délais sont des aspects cruciaux du cahier des charges.

Ce dernier volet de la recherche se présente comme une extension de l’enquête sur le fonctionnement du chantier et les rapports entre la CRCC et son environnement social. Il est heuristique dans la mesure où il constitue une part de la réalité des rapports sociaux que l’entreprise doit gérer et fait donc partie du fonctionnement réel de la production, et parce qu’il apparaît en outre comme un révélateur à la fois du rapport entre la population et les autorités, et des processus de construction de l’étranger. Il serait donc judicieux de comprendre ces rapports conflictuels, en nous intéressant au discours, revendications et actions des expropriés, et à la manière dont les conflits sont réglés. En parallèle, par le même biais, il s’agit de saisir les dimensions sociales de la mobilisation des expropriés.

En outre, en ce qui concerne plus spécifiquement les bases de vie, on cherchera à observer les relations et les interactions quotidiennes entre les travailleurs chinois et les populations qui résident dans le voisinage immédiat. Existe-t-il une entente, des formes d’interaction et de communication entre les expatriés chinois regroupés dans les bases de vie et les habitants des zones qui les environnent ?

Ce troisième volet offre l’opportunité d’enquêter sur trois régions hétérogènes par leur position géographique (une commune montagnarde, une rurale et une autre préurbaine), leur culture locale, leur situation socioéconomique, leur histoire postcoloniale et leurs tensions internes. Ces éléments sont des paramètres fondamentaux pour comparer les matériaux d’enquête recueillis sur les chantiers et les espaces résidentiels de l’entreprise chinoise. Ces paramètres de contextualisation sont essentiels pour comprendre comment l’entreprise chinoise fabrique ses relations avec les populations locales.

Toutefois, je choisirai une région parmi les trois où je passerai plus de temps d’enquête. Il est en général utile, voire nécessaire, de se donner un lieu de recherche intensif, portant sur un ensemble social d’interconnaissance, qui puisse servir ensuite de base de référence pour des enquêtes plus extensives sur les deux autres régions (De Sardan, 1998).

Quelles démarches méthodologiques pour les enquêtes de terrain ?

La démarche de recherche que je me propose de mettre en oeuvre se fonde sur la socio-économie du travail et l’anthropologie de l’entreprise : une approche désormais bien éprouvée et consolidée depuis une vingtaine d’années, sur des bases épistémologiques et méthodologiques élaborées dans le cadre de l’IRD, notamment par Monique Selim et Laurent Bazin, qui suit les travaux que j’ai réalisés sur les entreprises chinoises en Algérie depuis 2012, et co-encadrera la réalisation de ce projet de thèse (cf. Althabe, Selim, 1998 ; Bazin, 1998 ; 2010 ; Bazin, Selim, 1995 ; 2001 ; Bazin, Hours, Selim, 2009 ; Cabanes, Lautier, 1997). Cette approche se caractérise en particulier, vis-à-vis des travaux plus classiques de sociologie ou d’anthropologie du travail, par l’appréhension dans le champ de l’enquête de l’ensemble des catégories hiérarchiques et des acteurs qui composent l’entreprise. Elle repose sur une double hypothèse : d’une part que les acteurs qui composent le champ social de l’entreprise élaborent leurs rapports entre eux, et d’autre part qu’ils ne sont pas déterminés par leur position dans le champ du travail, mais par l’ensemble des relations sociales qui composent leur univers. Ma démarche s’inspire en outre des recherches menées plus spécifiquement par Françoise Bourdarias sur les entreprises chinoises au Mali également dans le cadre de l’IRDCESSMA ; enfin, elles s’appuient également sur l’approche élaborée par Djamel Guerid (2007), sociologue de l’université d’Oran, pour analyser les rapports conflictuels des entreprises à leur environnement urbain dans la période d’industrialisation volontariste des années 1970-1980.

© Hicham Rouibah.

Cependant, la complexité et l’ampleur de cette entreprise particulière que représente le chantier autoroutier dirigé par la CRCC (1200 salariés, répartis en deux groupes chinois et algérien, et l’étalement géographique des chantiers et des bases de vie) nécessitent le recours à une approche complémentaire et des techniques d’enquête inspirées de la socioéconomie. C’est pourquoi ma démarche de recherche se tourne vers un pluralisme méthodologique (Rihoux, 2006). L’utilisation de méthodes mixtes présente une difficulté épistémologique dont je suis conscient, en particulier la contradiction de la finalité des techniques relatives aux différentes approches. L’approche inductive et qualitative qui caractérise l’anthropologie de l’entreprise s’efforce de déconstruire les catégories et de mettre en évidence la singularité des situations ; une enquête quantitative vise au contraire à situer les enquêtés ou les événements dans des catégories et à identifier des régularités, des récurrences et des ressemblances. Mon intention est donc d’adapter à ce terrain particulier les techniques d’enquête, de manière à combiner l’investigation ethnologique avec des outils d’enquête quantitatifs (par questionnaire) et à mieux connaître les caractéristiques de la population de salariés du chantier. Cette dualité des approches est nécessaire, malgré leur aspect antinomique, parce que l’enquête par observation et entretien ne peut toucher qu’une fraction des acteurs d’un chantier de grande ampleur, et que seule une enquête par questionnaire peut permettre de la recadrer et de la situer dans l’ensemble plus vaste que constitue l’entreprise.

Techniques qualitatives : Observations et entretiens anthropologiques

Observation : mon choix est porté sur l’observation directe principalement du travail sur les chantiers et des espaces résidentiels de l’entreprise chinoise (bases de vie). L’idée est d’observer d’abord le chantier et la base de vie chinoise de l’extérieur avant d’amorcer une immersion, une familiarisation progressive avec les acteurs et de solliciter des entretiens. Durant les premiers mois, j’alternerai l’observation entre chantiers et espaces résidentiels chinois. L’objectif est de saisir l’organisation concrète du travail (salariés chinois et algériens) et les relations de travail d’un côté, la vie sociale et professionnelle des acteurs chinois dans l’univers clos de la base de vie de l’autre. L’observation s’appuie également sur la photographie qui procure des documents très illustratifs des conditions dans les bases de vie et sur les chantiers.

Entretien : j’estime le nombre d’entretiens nécessaires à une centaine, incluant les salariés de toutes catégories (chinois et algériens, du directeur au sommet de l’échelle hiérarchique jusqu’aux manoeuvres à l’échelon subalterne) de la CRCC, mais aussi les ingénieurs et agents de l’ANA et du bureau d’étude, et des villageois expropriés ou dans le voisinage des bases de vie. Les entretiens seront non directifs : il ne s’agit pas de puiser dans une série de questions préconçues, mais d’inviter mes interlocuteurs à porter un regard sur leur propre situation et à mettre en perspective le cadre de travail de l’entreprise chinoise avec leur vie sociale et familiale, leur parcours professionnel, leurs motivations, ambitions et attentes, les difficultés, les obstacles et les déceptions.

Une difficulté particulière surgit ici de la pluralité des langues, mais elle constitue simultanément une part de la réalité sociale du chantier et permettra de comprendre les formes de la communication mise en oeuvre dans le cadre des rapports de travail.

Les entretiens avec les cadres chinois de la CRCC (ingénieurs et personnel de l’administration) se déroulent en anglais ou en français (Rouibah, 2011 ; 2015). Leurs homologues algériens de la CRCC et de l’ANA s’expriment en arabe dialectal, en kabyle et parfois en français.

Les entretiens avec le groupe des ouvriers chinois ne peuvent se dérouler qu’en chinois, car les ouvriers ne parlent que leur langue régionale et le mandarin. C’est pourquoi le recours à un traducteur s’impose. Celui-ci n’est pas seulement un interprète mais est amené à s’impliquer dans la recherche et forme avec le chercheur un binôme. Il joue un rôle important dans le déroulement même des entretiens, dans leur saisie et leur transcription, mais aussi dans l’observation, l’analyse des situations et la compréhension des représentations liées aux termes utilisés (cf. Bazin in Bazin, Hours, Selim, 2009). C’est pourquoi le choix de l’interprète est crucial. J’ai eu recours lors de l’enquête exploratoire réalisée en avril-mai 2015 à un interprète professionnel algérien (chinois/français) qui correspondait à ces critères et qui sera apte à s’associer au travail d’enquête lorsque ce sera nécessaire pour la réalisation des entretiens (Rouibah, 2015).

Enfin, les entretiens avec les ouvriers algériens, ainsi que ceux qui concernent les habitants touchés par les expropriations ou qui habitent dans le voisinage du chantier, auront lieu en arabe dialectal ou en kabyle.

À la différence du questionnaire, l’échantillonnage est inutile pour le choix des entretiens : il convient ici plutôt de veiller à la pluralité des acteurs, de s’intéresser à des équipes de travail, à des groupes constitués au sein des bases de vie, ou encore de se concentrer sur les acteurs d’événements singuliers. Les entretiens permettent de comprendre les représentations, les logiques sociales et le sens des pratiques observées, et ne reposent pas sur une recherche de représentativité (de Sardan, 1990).

Techniques quantitatives : Questionnaire et analyse secondaire de données

Questionnaire : le recours à une enquête par questionnaire a pour principal objectif de contextualiser et d’appuyer l’enquête ethnologique : répondre à des interrogations descriptives et causales (variables dépendantes indépendantes) mais aussi vérifier certaines hypothèses. J’ai été formé aux techniques d’enquête quantitative et aux outils informatiques d’analyse des données dans le cadre d’un master à l’université Lille 1.

Le questionnaire concernera les ouvriers chinois, en complément des entretiens, et portera principalement sur des questions combinées entre fermées et semi-ouvertes et un style alternant entre direct et indirect en fonction des variables. Celles-ci seront construites sur mes matériaux antérieurs. Le questionnaire sera traduit en langue chinoise et comportera quatre chapitres :

Ch1 : sur le bloc signalétique qui englobe les caractéristiques sociodémographiques (âge, statut, situation familiale, années d’expatriation …) pour tracer le profil des salariés permettant ainsi de donner une meilleure description de la main-d’oeuvre mobilisée par l’entreprise chinoise ;
Ch2 : sur le parcours professionnel (métier antérieur, formation, salaire en Chine, autre expérience en Afrique) et moyen de recrutement (cabinet spécialisé, conditions d’embauche, l’après l’expatriation) ;
Ch3 : sur le motif et/ou la motivation d’expatriation (expérience, salaire, endettement, projet familial : enfants, parents, acquisition de bien immobiliers, représenter la Chine) ;
Ch4 : sur les conditions de vie et de travail en évaluant le sentiment de satisfaction/insatisfaction des ouvriers (restauration et logement, rapports avec les supérieurs, relations avec les ouvriers algériens, législation : congés, indemnités, sécurité sociale).

Échantillonnage et mode de passation : durant l’enquête exploratoire auprès de la CRCC (Rouibah, 2015), j’ai pu accéder à la liste du personnel. Je peux donc penser à une méthode probabiliste avec échantillonnage stratifié. C’est sur cette base que je compte sélectionner l’échantillon, tout en gardant à l’esprit que la population y est instable (départ des salariés, arrivées d’autres, congés, victimes d’accidents de travail, etc.) et qu’il faudrait probablement interroger d’autres personnes. Le mode de passation des questionnaires serait auto-administré, à savoir que chaque répondant serait seul ou avec ses collègues face à son questionnaire, auquel il répondrait lui même par écrit. Une fraction de la population cible n’est pas alphabétisée. Cependant, dans une enquête antérieure (Rouibah, 2011), les ouvriers qui savaient bien lire et écrire le mandarin aidaient leurs collègues ayant des déficits linguistiques à comprendre et à répondre aux questions.

Dans ce contexte de quantification et de représentativité, il serait préférable d’interroger environ une centaine de personnes, réparties entre les classes d’âge figurantes (ex : 120 ouvriers/les 380).

Type et moyens d’analyse : les questionnaires donneront suite à une analyse statistique descriptive. Les indicateurs comme la moyenne et les corrélations permettront de croiser des variables qui peuvent vérifier certaines hypothèses.

Exemples :
Les ouvriers sont plus âgés que les cadres, et sont issus de provinces pauvres en Chine, généralement des paysans reconvertis en ouvriers.

L’expatriation en Afrique est plutôt motivée par des nécessités financières, avoir une carrière et une stabilité professionnelle ou par une quête de « renouveau » : la Chine a longtemps été un pays fermé où la politique du PCC et la pauvreté ont obligé la plupart des Chinois à rester dans leur pays.

Le traitement de ces données quantitatives se fera sur logiciels de programmation statistique (SPSS 2.0, SAS 1.8). De même, les données descriptives sur les bases de vie de l’entreprise chinoise seront traitées sur logiciels cartographiques (Philcarto, Cartes & Données 6.0).

Analyse de données secondaires :
l’accès à certains documents administratifs des organismes sur le terrain (la CRCC-SAPTA, l’ANA et le bureau d’études) comme la liste du personnel, les rapports de la direction, les bilans comptables, les données sur les chantiers, etc. me permettront de procéder à une analyse secondaire de données pour comparer avec les résultats des différentes techniques appliquées (questionnaires, observations et entretiens). Cette technique m’aiderait à acquérir une connaissance sur le cadre législatif de la coopération sinoalgérienne et de la relation triangulaire ainsi que sur les questions d’approvisionnement en matière de construction. C’est aussi un moyen pour mesurer l’écart entre la réalité observée et communiquée par les acteurs, et celle des rapports administratifs et gestionnaires.

Hicham Rouibah

Doctorant en socioéconomie à l’Université Paris-Diderot, programme Arts de l’IRD, membre du laboratoire DYNURES de l’Université Oran.

Pour citer ce billet : Hicham Rouibah, «Comment appréhender la problématique des entreprises chinoises de BTP en Algérie ?», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2193. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2203.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Historicisation et perspectives patrimoniales d’un héritage architectural et urbain de la période coloniale française (1837-1962) à Constantine

Contexte de la recherche

Constantine a été un véritable terrain d’expérimentation 1 en termes d’architecture et d  ’urbanisme pendant la période coloniale française. Celui-ci a légué à la ville un important héritage architectural d’une grande richesse stylistique. La pluralité de la production architecturale et urbaine de cet héritage demeure méconnue, en dépit de sa dominance dans le paysage urbain constantinois.

D’une part, la construction d’une connaissance sur cet héritage permet d’apporter de nouveaux éclairages à l’histoire de la ville, qui pourront enrichir l’enseignement de cette phase en histoire de l’architecture, aujourd’hui encore peu maîtrisée et trop schématisée. D’autre part, l’étude du cas de Constantine, dans son contexte historique et sa réalité matérielle singulière, selon une nouvelle approche que nous développons ci-après, peut être un apport aux recherches en cours sur les différents modèles de villes et d’architectures de la période coloniale française au Maghreb en général, et en Algérie en particulier.

Il apparaît important de connaître les valeurs historique, architecturale, technique et esthétique afin de donner une plus-value à l’héritage architectural et urbain de cette période. Ceci orientera le regard du maître d’ouvrage (public ou privé), du maître d’oeuvre ou du propriétaire, pour décider en particulier du devenir de cet héritage – conservation, réhabilitation, disparition – et pour une meilleure prise en charge de ces architectures dans le processus de changement du regard sur ce qui constitue la ville ancienne de Constantine. La connaissance de cet héritage permettra également de guider le travail de conservation du patrimoine dans le but de le valoriser ; ce qui est un enjeu important dans le contexte actuel où la ville connait une phase de réhabilitation de son bâti ancien et de son parc immobilier colonial datant des XIXe et XXe siècles. Cette méconnaissance pose en effet beaucoup de problèmes concrets lors des opérations de réhabilitation des bâtiments, notamment quant au processus de transformation de certains bâtiments, qui en ont modifié la substance au fil du temps. Les évaluations des interventions et des projets de réhabilitation entrepris en témoignent. Ces opérations sont souvent menées dans l’incompréhension de l’objet sur lequel elles portent, en ne prenant pas en considération la genèse historique ainsi que les caractéristiques du bâti. Elles sont généralement limitées à un ravalement de façade assez simplificateur. On part ici de l’hypothèse – à vrai dire fondatrice de l’intervention patrimoniale dans les villes anciennes – que les valeurs (historiques, architecturales, esthétiques, techniques…) des bâtiments sont à étudier pour conduire des actions de réhabilitation plus nuancées et respectueuses, à même de conserver le capital culturel constitué par cet héritage.

Ce travail est plus que jamais nécessaire dans le contexte actuel de mise en place d’un processus de patrimonialisation : de grandes opérations de rénovation et de réhabilitation ont été lancées dans le centre des grandes villes comme Alger ou Oran.

Le paysage urbain constantinois avec son vieux « Rocher » et extensions urbaines de ce dernier

© Maïssa Acheuk-Youcef.

En effet, un patrimoine n’est considéré comme tel que s’il est le fruit d’une construction sociale. D’où l’intérêt de se poser la question : qui porte la reconnaissance d’un héritage comme patrimoine ? L’intérêt de reconnaissance en tant que tel et de la valorisation patrimoniale naissent notamment lorsque les valeurs sont connues. L’expertise scientifique peut être un facteur déterminant dans la mise en valeur. Ainsi, la production de la connaissance s’avère nécessaire et préalable à la reconnaissance et à la mise en valeur de cet héritage constantinois. Par conséquent, il apparaît important d’étudier ses logiques de production qui justifieront sa logique de protection.

Cette étude d’une ville comme Constantine s’inscrit au croisement de plusieurs champs disciplinaires : à savoir l’architecture, l’urbanisme, l’histoire de l’art et la géographie-aménagement, mobilisant ainsi des approches comme l’histoire urbaine et de l’architecture, les sciences du patrimoine, l’étude de la morphologie urbaine et des outils comme la cartographie par la construction d’un Système d’Information Géographique (SIG). Le croisement de ces approches sous cet angle-là, n’a pas encore constitué un champ de recherche accompli dans l’étude des villes algériennes aux XIXe et XXe siècles.

De ce terrain d’étude brièvement décrit émanent plusieurs questionnements

Quel est l’héritage architectural et urbain de l’époque coloniale française à Constantine ?

Afin d’identifier et de connaître cet
héritage, le travail de recherche est basé sur une « historicisation de l’espace construit 2 », ce qui implique l’identification et la datation des objets de cet espace, dont le processus de production, fait lui-même de sous-processus ayant chacun sa logique, et (étant) en interaction 3.

Le « Rocher », coeur historique de Constantine avec son tissu urbain et ses architectures

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Ainsi pour connaître l’architecture produite, il s’agit alors d’appréhender auparavant l’espace urbain de Constantine dans son évolution historique, sociale et spatiale.

L’étude porte sur l’espace urbain constantinois avec le Rocher, coeur historique de la ville, et ses premières extensions urbaines datant de la période coloniale française à savoir : les faubourgs de Saint-Jean, Saint-Antoine, El Kantara, Sidi Mabrouk et le Coudiat-Aty.

Quel est le processus de production architecturale et urbaine de cette époque et quels en sont les acteurs ?

Considérant que chaque nouvelle production dans l’espace urbain nécessite la mobilisation et l’interaction de plusieurs acteurs 4, il apparaît nécessaire de mettre en évidence la complexité de ces jeux d’acteurs. Ainsi, d’autres questions de recherche en découlent :

Quels sont les registres architecturaux de cet héritage ?

– Quels sont les types et les formes d’architectures – notamment pour l’habitat – produites à Constantine pendant cette période ?

– Quelles ont été les inspirations et les contributions locales pour la production architecturale ? Notamment l’expression de la population locale – qu’elle soit autochtone ou coloniale – dans l’architecture.

– Qui sont les architectes/concepteurs dont les créations ont marqué l’espace urbain constantinois ?

– L’Algérie ayant été un terrain d’expérimentation, est-ce que certaines architectures n’ont pas été exportées à Constantine par des avant-gardistes avant leur apparition en métropole ?

La réponse à ces questions permettra notamment de connaître la contribution de l’expérience constantinoise à la circulation des modèles architecturaux.

Pour répondre à nos questions

Notre méthode de recherche consiste à partir de la réalité matérielle du terrain d’étude que nous considérons comme la première source historique vivante à interroger. Cela est ensuite confronté et croisé avec l’analyse des sources historiques graphiques et écrites collectées à partir d’un important travail de dépouillement mené dans différentes sources d’archives en Algérie (Constantine, Alger) et en France (Paris, Vincennes, Aixen- Provence). Ceci représente plus de 300 dossiers consultés, soit près de 4000 documents graphiques et écrits mobilisés et émanant principalement des :

– Archives Municipales de Constantine ;
– Archives de la direction du Cadastre de Constantine ;
– Archives de la Wilaya (Préfecture) de Constantine ;
– Archives Nationales d’Algérie, Alger ;
– Archives du Service Historique de la Défense, Vincennes ;
– Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM), Aix-en-Provence ;
– Fonds de l’Institut Français d’Architecture, Paris ;
– Fonds de l’IGN, Saint-Mandé. Pour approcher la fabrication de l’espace urbain constantinois, nous considérons que chaque objet dans la ville est issu d’un processus matériel et social basé sur des jeux d’acteurs : publics (militaire et civil) et privés (architectes, entreprises, société civile…etc.). Ainsi, nous décomposons la réalité matérielle de l’espace urbain en plusieurs objets à étudier, emboîtés à différentes échelles (quartiers, lotissements, rues, bâtiments – habitat et équipements –) que nous identifions et que nous analysons.

Contraste dans le paysage urbain entre l’héritage de la période coloniale française (extensions de la ville) et l’héritage architectural des époques antérieures (Rocher)

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Un aperçu sur la mosaïque d’architectures identifiées dans le paysage urbain constantinois

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Nous étudions ces jeux d’acteurs complexes pour certaines opérations dans la ville à travers une approche systémique. Ainsi, nous analysons le processus de décision pendant cette période, à différentes échelles du pouvoir : le niveau local (la Mairie et la Préfecture de Constantine), le niveau central (le Gouvernement général à Alger) et enfin, le niveau de la métropole (différents ministères, Assemblée nationale…etc. à Paris), avec les autorités et les acteurs clés correspondants à chaque régime politique (selon les périodes).

Pour ce qui est de l’échelle des quartiers et lotissements, pour étudier le processus de leur fabrication et avant d’aborder leur évolution, nous revenons à leur genèse d’abord à travers la question de l’acquisition et la répartition du foncier pour les colons européens. Par la suite, les autres échelles de la rue et du bâti, sont traitées.

Les objectifs et les apports scientifiques de ce travail de recherche sont de plusieurs ordres

La visée de cette recherche est de mieux connaître l’architecture et l’urbanisme de l’époque coloniale française à Constantine entre 1837 et 1962. À partir de là, on peut déterminer quelques pistes permettant de mieux envisager l’inscription de cet héritage dans le développement urbain. Il s’agit de :

– Connaître le processus de production architectural et urbain de cette époque et d’identifier les maîtres d’ouvrage et les architectes qui ont marqué l’espace urbain constantinois.

L’emboitement des échelles de production de l’espace à travers la mobilisation des documents graphiques et écrits correspondant à ces échelles permettra de rendre compte de manière systématique et rigoureuse de l’évolution de la ville et ainsi d’historiciser l’espace urbain à ses différentes échelles.

– Mettre en exergue la richesse et la diversité architecturale du patrimoine bâti. Plusieurs registres, styles et typologies architecturales sont juxtaposés et articulés dans la même ville, dans un même quartier ou parfois dans une même rue, créant une mosaïque à ces différentes échelles.

Ainsi on rencontre des bâtiments marqués par des influences occidentales d’une tendance apparue en Europe au XIXe et au début du XXe siècle, comme des bâtiments marqués par des influences locales ou bien un mélange des deux, avec des bâtiments stylistiquement « hybrides ». Nous étudions certaines architectures qui sont apparues dans une période donnée et ont été appliquées en Algérie. D’autres styles singuliers, sont caractérisés par une empreinte locale, il s’agira de faire ressortir l’influence locale dans la production architecturale.

– Identifier les objets datant de cette période, ayant un potentiel culturel et économique, y compris ceux situés en dehors de l’actuel secteur sauvegardé et qui sont susceptibles de faire l’objet de mesures de protection. Ceci sera réalisé entre autres, dans une perspective de développement de l’attractivité de la ville. – Constituer une base de données numérique et géo-référencée, à l’échelle de la ville : historicisation de l’espace urbain et du bâti avec un Système d’Informations Géographique (SIG). Ce système aura vocation à évoluer vers un instrument d’aide à la décision, de conservation et de valorisation de cet héritage urbain et architectural, basé sur ces nouvelles connaissances.

Ce travail permettra également à partir du dépouillement des sources dispersées, d’accès parfois difficile (Fonds des Archives Municipales de Constantine, Archives Nationales d’Outre-Mer à Aix-en-Provence, Archives du Service Historique de la Défense à Vincennes, Archives de l’Institut Français d’Architecture à Paris…etc), de les rassembler et de les intégrer. Il faut bien sûr d’abord repérer et identifier les données historiques encore inexploitées, et les répertorier. Cela sera d’autant plus utile aux études d’histoire urbaine et architecturale pendant la période coloniale française à Constantine, en facilitant leur croisement selon une approche systémique, avec ce que cela implique comme nouveaux objets et aspects à étudier.

Exemples d’architectures identifiées situées en dehors de l’actuel secteur sauvegardé et qui sont susceptibles de faire l’objet de mesures de protection dont certaines sont exposées à la destruction

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Un échantillon du type de documents historiques archivistiques correspondant aux objets d’étude à différentes échelles, collectés et mobilisés pour cette recherche

© Archives Municipales de Constantine ; Archives du Cadastre de Constantine ; Archives du Service Historique de la Défense, Vincennes ; Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM), Aix-en-Provence ; Fonds de l’Institut Français d’Architecture, Paris ; Fonds de l’IGN, Saint-Mandé.

En plus de l’apport historiographique à l’échelle de Constantine et la dimension d’expertise patrimoniale de ce travail de recherche, la connaissance du cas spécifique constantinois permettra de constituer un apport entre autres sur la question de la circulation des modèles architecturaux aux XIXe et XXe siècles à l’échelle du Maghreb et de la Méditerranée.

En effet, les travaux qui ont été développés en histoire urbaine et architecturale de la partie nord de l’Afrique ont été menés principalement sur des grandes villes et capitales comme Alger, Tunis, Casablanca, le Caire…etc, mais peu ou presque pas sur des métropoles régionales comme dans le cas de Constantine, qui comporte des spécificités sur plusieurs aspects, comme la recherche en cours le fait apparaître.

L’apport de cette recherche permet également de capitaliser les données cartographiques collectées, pour constituer un SIG historique qui n’existe pas encore au niveau de la ville de Constantine. Cette capitalisation des données pourra être une manière de contribuer notamment à préserver le patrimoine de Constantine et en particulier les archives de cette période, qui sont exposés à la dégradation et donc à la menace de destruction.

1 Cette notion de laboratoire d’expérimentation a déjà été largement discutée, illustrée et démontrée par différents chercheurs dans plusieurs travaux de recherche sur l’Algérie et les pays du Maghreb notamment: De Tarde (1937, 27) ; Guillerme (1992) ; Culot (1992) ; (1996, 8) ; Nouschi (1996, 139) ; Pinon (1996, 49) ; Cohen et Eleb (1998) ; Vacher (1997) ; Volait et Minnaert (2003, 379-380) ; Garret (2005, 37) ; Hakimi (2005, 64 ; 81), etc.

2 Gauthiez Bernard, 2014, « Le temps dans l’espace
des villes, ou l’espace des villes comme accumulation des produits matériels de phénomènes sociaux », Géocarrefour, vol. 89/4, 283-296.

3 Ibid.

4 Ibid.

Maïssa Acheuk-Youcef

Doctorante en Architectur/Géographie- Aménagement en cotutelle, Université de Constantine 3/ Université de Lyon 3, UMR 5600. Contact : aymaissa@hotmail.com

Pour citer ce billet : Maïssa Acheuk-Youcef, «Historicisation et perspectives patrimoniales d’un héritage architectural et urbain de la période coloniale française (1837-1962) à Constantine», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2193. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2182.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Sexualités dites atypiques au Maghreb La différence en question

Contexte

Les soulèvements sociaux de janvier 2011 ont donné plus de visibilité à la réalité homosexuelle au Maghreb. Les mobilisations politiques et sociales pour les droits et les libertés impulsent les revendications de la différence et l’affirmation d’une identité homosexuelle largement contestée. Néanmoins, les gays et les lesbiennes demeurent à la marge et occupent une position périphérique par rapport à l’environnement politique et socioculturel, considérant que leurs revendications sont en décalage avec les urgences économiques et les priorités sociales du moment (Khalid, 2015). Contrairement aux aspirations au changement, les minorités sexuelles expérimentent des degrés de plus en plus croissants de marginalisation, de discrimination et de rejet (Fortier, 2015). Leurs formes de sexualités, considérées comme un péché majeur et dites d’Outsiders (Becker, 1985), demeurent problématiques et génèrent des tractations multiples, souvent sévèrement condamnées.

A côté des discriminations basées sur une orientation sexuelle différente, les homosexuels sont aussi considérés comme  une « population à risque » et une « population clé » dans les programmes  nationaux de lutte contre le VIH/sida. La spécificité des contextes fait que la prévalence du VIH chez les gays et les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes correspond à 9,1% en Tunisie, à 4,3% en Algérie et à 5,7% au Maroc (UNAIDS, 2017). Par ailleurs, à l’heure où l’on parle de la féminisation de l’infection par le VIH au Maghreb (Bouchaib, 2017), les lesbiennes demeurent particulièrement invisibles. À ce titre, les gays et les lesbiennes supportent le poids d’une discrimination multiforme (Francoeur, 2011) qui concerne aussi bien leurs sexualités dites marginales que leur atteinte par le VIH/sida.

Le programme s’intéresse au rapport à l’autre au Maghreb et questionne plus largement la gestion sociale de l’altérité. Il se focalise sur plusieurs versants qui s’imbriquent pour une meilleure lecture du réel. D’abord, le programme s’interroge sur les parcours des personnes différentes par leurs orientations sexuelles, particulièrement celles qui se disent gays et lesbiennes. Ensuite, l’intérêt s’oriente vers les trajectoires de vie des personnes homosexuelles qui vivent avec le VIH/sida. Dans ce cadre, le vécu des femmes en tant que lesbiennes et en tant que personnes vivant avec le VIH sera mis en avant. Enfin, l’attention se focalise sur les militants et militantes engagé-e-s dans la lutte pour la défense des droits des minorités sexuelles (associations LGBT ; LBT) et vivant avec le VIH (ATL-MST Sida-Tunis ; ATP+). Le but est de rendre compte des formes de mobilisations et des résistances liées aux sexualités dites atypiques.

Il va sans dire que ces différents volets du programme célèbrent la singularité des expériences, la complexité et la diversité des parcours. Dans ce cadre, l’approche genre tente de rendre compte d’une forme de discrimination supplémentaire, latente et peu visible, à l’égard des femmes lesbiennes en général et celles d’entre elles qui vivent avec le VIH en particulier.

Questionnements

La réflexion envisagée repose sur différents supports théoriques appréhendés comme des outils d’analyse et d’interprétation du réel. Ils seront mis à l’épreuve dans les différents contextes maghrébins pour assurer une lecture socio-anthropologique de la différence et observer les modes d’agir des acteurs. En effet, la question de la différence et du rapport à l’autre s’impose aujourd’hui au Maghreb comme levier des dynamiques politiques et sociales. Elle génère des dynamiques diverses et témoigne de l’émergence de nouvelles configurations.

Sexualités atypiques et VIH/sida

Mendès Leite (2000, 19) présente l’homosexualité comme une « altérité problématique » au sens où elle correspond à une forme de sexualité stigmatisée qui place le sujet en situation de discredit (Goffman, 1975). La stigmatisation de l’homosexualité émane de sa mise en perspective systématique  avec la sexualité dite normale et légitime, celle qui respecte la norme hétérosexuelle. L’hétérosexualité constitue, en effet, le modèle normatif socialement et naturellement accepté. Elle correspond à un mode d’organisation sociale qui crée un cadre d’exclusion pour toute forme de sexualité différente, mais aussi pour la hiérarchisation et la distinction entre les hommes et les femmes (Chetcuti, 2012). Ce faisant, les homosexuels/les font face à une forme de « présomption d’hétérosexualité naturelle » (Fassin, 2008, 221) qui suppose l’existence de deux sexes uniques, exclusifs et hétérosexuels. Ainsi, La contrainte à l’hétérosexualité (Rich, 1981) devient « nature » et place l’homosexualité au coeur du contrôle social en se référant à une norme qui trace les frontières entre le normal et le pathologique, le licite et l’illicite, l’interdit et l’autorisé, le déviant et le straight.

Les homosexuels/les, notamment les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes, représentent une cible prioritaire des programmes de lutte contre le VIH. Dans les faits réels, et, au-delà de la gestion médicale de l’infection, les homosexuels, et, ceux d’entre eux qui vivent avec le VIH, subissent différentes formes de violences. Le processus de stigmatisation et le discours sur les sexualités transgressives, largement répandu au Maghreb, génèrent, en effet, des réactions d’intimidation et de discrimination, de rejet et d’exclusion, à l’égard des hommes qui se disent gays et en plus atteints du VIH (Hsairi et Ben Abdallah, 2007). En outre, qu’elle concerne l’homosexualité ou encore l’atteinte par le VIH, l’expérience des femmes au Maghreb reste dans l’ombre. Le processus de leur marginalisation semble encore marqué par les mécanismes à l’oeuvre pour de plus en plus de déni et d’invisibilité de leurs réalités.

Quels sont les moments forts des parcours homosexuel/les et des personnes vivant avec le VIH/sida ? Comment se traduisent les formes de discriminations auxquelles ils/elles font face et les enjeux de leurs différences ? Quelles sont les stratégies adoptées pour gérer leurs identités stigmatisées ? Comment interprètent-ils/elles la politisation des discours sur les sexualités ? Quels sont les enjeux de pouvoir et de domination qui marquent les parcours des femmes ? Les normes de genre creusent-elles les inégalités face à la santé ?

Résistance et mobilisation

Le militantisme LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels) prend de plus en plus d’ampleur au Maghreb. L’émergence des collectifs et des associations, qu’ils soient légalisés ou clandestins, rend compte d’une dynamique sociopolitique pour l’acceptation de la différence fondée sur l’orientation sexuelle (Lachheb, 2016). Concernant le VIH, une mobilisation contre la maladie et les discriminations qui lui sont liés semble se dessiner dans les pays du Sud (Eboko et al., 2011). Au Maghreb, plusieurs associations centrées sur la prise en charge des personnes atteintes par le VIH/sida voient le jour et s’engagent dans la lutte contre le VIH. A côté de l’association de lutte contre les maladies sexuellement transmissibles, l’association tunisienne de prévention positive (ATP+), présidée par une femme, en est un exemple signifiant.

L’attention se focalise ainsi sur le militantisme des homosexuels/les et des personnes séropositives. Quelles sont les logiques d’investissement des acteurs et actrices dans l’engagement associatif ? Quels sont les stratégies et les modes de construction des formes de mobilisation ? Quel est le projet politique sous-jacent au militantisme pour la reconnaissance des droits des personnes définies par leurs sexualités dites atypiques ? Pourquoi des femmes s’engagent à fonder des collectifs féminins et féministes comme Chouf centré sur les droits des femmes lesbiennes, bisexuelles et transsexuelles ou encore l’ATP+ qui s’intéresse particulièrement aux femmes séropositives ?

L’approche genre

Le genre désigne la construction sociale de la féminité et de la masculinité par référence à des codes socioculturels. A ce titre, le genre ne peut pas s’inscrire dans une logique universaliste, comme c’est le cas pour le sexe biologique. Il se construit conformément à des codes, des normes et des valeurs spécifiques au milieu d’appartenance.

À côté des lectures des modes de construction de la féminité et de la masculinité, le genre permet d’analyser les rapports de pouvoir qui gèrent et orientent les relations entre les hommes et les femmes. En ce sens, l’analyse genrée renseigne sur les mécanismes de hiérarchisation et d’institutionnalisation des inégalités sociales. Elle éclaire ainsi les formes de discriminations dissimulées, les violences de genre et les représentations qui les sous-tendent (Béréni et al., 2012).

S’agissant de la sexualité, elle constitue l’un des objets privilégiés des études de genre (Claire, 2012). En effet, la sexualité respecte les constructions genrées qui orientent les pratiques sexuelles vers l’hétérosexualité et produit ainsi des formes de sexualités légitimes et d’autres illégitimes. Par ailleurs, le VIH/sida constitue l’un des enjeux des recherches sur les sexualités du fait du lien entre sida et relations sexuelles (Broqua, 2003).

L’approche genre est ici retenue comme démarche d’analyse de la réalité des homosexuels/les et des personnes vivant avec le VIH. Le but est de mettre en évidence les différences éventuelles entre les hommes et les femmes, la singularité des expériences et les formes de discriminations à l’égard des femmes lesbiennes et séropositives. L’analyse couplée, prenant en considération les deux entités sexuelles, permet de rendre compte de la dynamique du genre (Connel, 2014) et renseigne, par ailleurs, sur les formes de domination et les pouvoir d’agir mis en oeuvre. Elle dépasse ainsi ce qui relève du spécifiquement féminin pour s’étendre à l’interprétation des processus sociaux qui appuient la discrimination à l’égard des femmes.

Références

Becker Howard, 1985, Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Paris, Métaillé.

Bouchaib Majdoul, 2015, « Les femmes et le sida au Maroc. De l’inégalité biologique à l’inégalité sociale », in D. Baudouin et al. (dir.), Le Maroc au présent. D’une époque à l’autre, une société en mutation, Rabat, Editions du Centre Jacques Berque, 385-391.

Broqua Christophe, 2005, Agir pour ne pas mourir ! Act Up, les homosexuels et le sida, Paris, Presses de Sciences Po.

Broqua Christophe, Lert France et Souteyrand Yves, 2003, Homosexualités au temps du sida. Tensions sociales et identitaires, Paris, ANRS.

Chetcuti Natacha, 2012, « Hétéronormativité et hétéro-socialité », Raison Présente, 183, 69-77. Clair Isabelle, 2012, Sociologie du genre, Paris, Armand Colin.

Connel Raewyn, 2014, Masculiniés. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Editions Amsterdam.

Eboko Fred, Bourdier Frédéric et Broqua Christophe, 2011, Les Suds face au Sida. Quand la société civile se mobilise, Paris, IRD Editions.

Fassin Eric, 2008, L’inversion de la question homosexuelle, Paris, Éditions Amsterdam.

Fortier Edwige, 2015, « Transition and Marginalization : Locating Spaces for Discursive Contestation in Post- Revolution Tunisia », Mediterranean Politics, vol. 20, n° 2, 142-160.

Francoeur Christine, 2011, « Les multiples visages du VIH-sida. Représentations, expériences et intervention », Reflets : revue d’intervention sociale et communautaire, 17 (2), 150-162.

Goffman Erwin, 1975, Stigmates. Usages sociaux du handicap, Paris, Minuit.

Hsairi Mohamed et Ben Abdallah Sénime, 2007, Analyse de la situation de vulnérabilité vis à vis de l’infection par le VIH des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, ATL MST sida section Tunis /ONUSIDA Tunisie.

Khalid Maryam, 2015, “The Peripheries of Gender and Sexuality in the ‘Arab Spring’ ”, Mediterranean Politics, 20 : 2, 161-177.

Lachheb Monia (dir.), 2016, Être homosexuel au Maghreb, Paris, Karthala/IRMC.

Mendès-Leite, Rommel, 2000, Le sens de l’altérité. Penser les (homo)sexualités, Paris, L’Harmattan.

Rich Adrienne, 1981, « La contrainte à l’hétérosexualité et l’existence lesbienne », Nouvelles Questions Féministes, n° 1, 15-43.

UNAIDS DATA, 2017,http://www.unaids.org/sites/default/files/media_asset/20170720_Data_book_2017_en. pdf

Monia Lachheb

est Sociologue, chercheure à l’IRMC. Contact : monia.lachheb@gmail.com

Pour citer ce billet : Monia Lachheb, «Sexualités dites atypiques au Maghreb La différence en question», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2181.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook