Catégorie : Recherche

0

Cuban in Algiers: the political uses of memory

Emmanuel Alcaraz https://witspress.co.za/catalogue/cuba-and-africa-1959-1994/ L’objectif de cette recherche est d’étudier l’histoire de la mémoire des relations entre la République algérienne démocratique et populaire et Cuba de 1962 à 1965, qui a conduit à la création...

0

Géopolitique des lieux de mémoire des empires au Maghreb

Par Pierre Vermeren _______________________________________________________ Ce projet de recherche s’inscrit dans le champ croisé des histoires sociale, politique, culturelle, coloniale et géopolitique du Maghreb. L’approche disciplinaire croisée, d’usage courant en historiographie européenne contemporaine, demeure assez...

0

Playlists et publics à Tunis: une étude sur la relation entre l’organisation de l’expérience musicale et des perceptions de changement social dans la capitale

Par Susannah Knights Doctorante en ethnomusicologie sous la direction de Martin Stokes, au King’s College London, boursière du Arts and Humanities Research Council __________________________________________________________ Cette recherche porte sur le rôle des expériences musicales dans...

0

Luttes frontalières pour la vie et face à la disparition de migrants au Mexique et en Tunisie

Subjectivités politiques, justices et mobilités migratoires Par Edgar D. Córdova Morales Doctorant au Centre de Recherche et d’Études supérieures en Anthropologie sociale (CIESAS), Mexique sous la direction de Rachel Sieder et en accueil scientifique à l´IRMC sous la supervision...

0

Atlas de l’Égypte contemporaine

Jamie Furniss est maître de conférence en anthropologie à l’Université d’Edimbourg. Il conduit depuis 2019 un programme de recherche à l’IRMC sur « Environnement, déchets et économies de recyclage dans le Maghreb contemporain ».  En 2020,...

0

Pas de réforme pour la police ? Politiques publiques de sécurité post-2011 en Tunisie

Ce projet de thèse s’intéresse aux conditions de production de l’action publique de sécurité en Tunisie, entendue comme un « ensemble de dispositifs légaux, organisationnels, financiers, symboliques, qui ont pour objectif la protection des biens et des personnes ». Alors qu’elle était peu publicisée, cantonnée aux sphères politico-décisionnelles avant 2011, la gestion de la sécurité intérieure devient l’objet d’une intervention d’acteurs multiples : organisations internationales, syndicats et groupes d’intérêts policiers, partis politiques, etc. Plusieurs visions et agendas au nom du « bien protéger » s’affrontent alors : exportation des politiques publiques transnationales de « démocratisation » des appareils sécuritaires, défense des intérêts corporatistes, demandes de « protection ». Ces évolutions tiennent à une pluralité de facteurs non réductibles à une supposée « ouverture » des institutions tunisiennes post-2011. Elles mettent aux prises des stratégies de repositionnement d’acteurs, parfois désavoués par un contexte politique ne leur étant plus favorable, et d’autres, au contraire, qui y voient une fenêtre d’opportunité.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search