Archives de catégorie : Comptes-rendus d’activités

L’Ecole doctorale itinérante Maghreb-Afrique subsaharienne de l’IRMC, témoignage d’une doctorante

Imane el Fakkaoui, doctorante, Centre marocain des sciences sociales, Université Hassan II, FLSH Ain Chock Casablanca, Maroc – la migration des femmes subsahariennes au Maroc

Les trois éditions de l’école doctorale itinérante ont réuni des doctorants et des docteurs, issus de plusieurs disciplines (sociologie, histoire, anthropologie, géographie, droit, agronomie, économie, démographie), ainsi que des encadrants et des conférenciers (chercheurs ou enseignants).

Les trois formations intensives se sont tenues à Bamako (Mali) en 2016, à Saint Louis (Sénégal) en 2017 et à Ouidah (Bénin) en 2018. Elles regroupaient un nombre important de doctorants et des jeunes chercheurs africains. Courtes, mais efficaces, ces formations nous ont permis de survoler notre continent. Entre les participants s’est développé un partage d’informations et d’expériences, un apprentissage interactif et participatif des cultures et des habitudes de l’autre. Les échanges ont dépassé les salles de cours pour s’imposer dans les couloirs des résidences et autour des tables à manger, ainsi que pendant les sorties organisées chaque soir par les doctorants originaires du pays où s’organisait l’école, jouant ainsi le rôle de guide et de négociateur lors de nos transactions.

Des liens, des amitiés et des relations qui dépassent les frontières ont été établis par la suite entre les doctorants, pour former un réseau de chercheurs qui collaborent : lecture des travaux, correction en cas de besoin, partages des annonces liées aux appels à communications et aux différentes opportunités. L’école doctorale itinérante en sciences sociales est une occasion unique de s’ouvrir sur d’autres thématiques, disciplines et terrains de recherche.

L’école doctorale se déroule toujours en deux temps. Les matinées sont consacrées aux conférences qui donnent lieu à des débats entre l’ensemble des doctorants et les conférenciers. Elles permettent de renforcer les convergences entre les travaux des étudiants et les avancées scientifiques récentes sur l’Afrique. Le second temps est consacré aux ateliers où l’occasion est donnée aux doctorants de présenter leurs travaux relevant de disciplines différentes, et abordant des thématiques diversifiées. Les présentations des doctorants, d’une durée maximale de 20 minutes, doivent permettre à l’auditoire de comprendre le sujet de la thèse, sa méthodologie, ses hypothèses, les premiers résultats et les terrains pratiqués. En retour les encadrants et les autres doctorants jouent le jeu de la discussion, pointant les convergences avec leurs propres travaux, apportant des conseils méthodologiques ou bibliographiques, des recommandations,parfois des orientations, ou posant des questions d’ordre factuel.

Ces ateliers ont permis de faire bénéficier d’un regard extérieur, fondé sur des remarques pertinentes qui ont permis aux doctorants de sortir de leur propre pensée et d’apporter un nouveau regard sur leur problématique.

Photo des doctorants maghrébins lors de la première édition de l’école doctorale itinérante qui a eu lieu à Bamako en 2016

© photo d’auteur.

Les photos de la troisième édition à Ouidah, Bénin

© photo d’auteur. 

© photos d’auteur.

Imane el Fakkaoui

Pour citer ce billet : Imane el Fakkaoui, «L’Ecole doctorale itinérante Maghreb-Afrique subsaharienne de l’IRMC, témoignage d’une doctorante», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2330.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les 1ères rencontres UC3/IRMC à Constantine

Les 1ères rencontres UC3/IRMC ont été organisées les 11 et 12 novembre 2018 en partenariat avec l’Université de Constantine 3. Cette manifestation scientifique a permis à l’IRMC de présenter ses travaux, ses programmes de recherche devant les chercheurs et étudiants constantinois et d’animer des ateliers conçus sur le modèle de l’école doctorale (conférences méthodologiques, présentations et discussions des projets de thèse) à destination des doctorants.

La première journée a présenté les perspectives de la recherche actuelle au Maghreb, en particulier en Algérie et en Tunisie. La matinée a été dédiée à la présentation de l’équipe de l’IRMC. Oissila Saaidia, directrice de l’IRMC, a insisté sur la politique scientifique menée à l’égard de l’Algérie par l’intermédiaire du SCAC (Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France) d’Alger. La volonté a été affichée de favoriser les échanges scientifiques avec l’Algérie – ici, en s’engageant dans un partenariat durable avec les universités de Constantine – comme celle d’encourager les doctorants algériens, et plus largement, les doctorants travaillant sur l’Algérie, à venir y faire du terrain en leur octroyant des bourses.

© tsa-algerie.com

Amin Allal, chercheur CNRS en science politique à l’IRMC, a présenté son programme de recherche sur « Les citoyennetés industrielles » qui repose sur une équipe de l’Université de Lille 3 et des chercheurs du Nord et du Sud afin de poser des questions communes sur la sociologie du travail et des institutions économiques. Il a également évoqué son projet ambitieux de tenir des « états généraux de la science politique au Maghreb » pour contribuer à enrichir la discipline par des bilans et des perspectives de recherche de/sur la région.

Hend ben Othman, architecte de formation, urbaniste et chercheure associée à l’IRMC, a parlé de l’apport de cette institution dans son itinéraire de formation. Pour elle, la phase de mutation actuelle favorise les grands projets urbains, l’avènement des acteurs privés et de l’action des habitants. Après avoir passé en revue les dernières rencontres maghrébines intéressant son domaine, elle a souligné le déni du patrimoine colonial. Elle a fait part de son projet d’habilitation à diriger des recherches (HDR) qui porte sur les principes et la mise en place des instruments de la décentralisation en cours.

Betty Rouland, chercheure en géographie à l’IRMC, a exposé son projet de recherche sur l’accès aux soins pour la patientèle étrangère en Tunisie et présenté son séminaire mensuel sur les migrations, mobilités et circulations intra-africaines. Par ailleurs, elle mène avec Irène Maffi, anthropologue, une enquête sur les mobilités médicales et le recours à la procréation médicalement assistée (PMA) en Tunisie.

Kmar Bendana, historienne à l’Université de la Manouba à Tunis et chercheure associée à l’IRMC, a abordé les « Chantiers d’écriture » qu’elle anime depuis des années pour consolider la formation méthodologique. Elle a appelé de ses voeux à une meilleure exploitation du bilinguisme scientifique arabe-français, bagage commun à plusieurs générations de la recherche sur le Maghreb.

Monia Lachheb, chercheure en sociologie à l’IRMC, a présenté son programme de recherche sur les sexualités dites marginales au Maghreb (homosexualités, prostitution, etc.).

Nassima Mekaoui-Chebout, doctorante en histoire à l’EHESS à Paris et boursière à l’IRMC de 2016 à 2018, a évoqué l’atelier doctoral mensuel de l’IRMC. Elle a rappelé, parmi les manifestations scientifiques destinées aux doctorants, l’organisation des journées doctorales de l’IRMC en 2017. Elle a conclu en présentant son projet de thèse en cours sur « Les domestiques employé.e.s au service des Européen.ne.s en Algérie coloniale (1830-1962) ».

© univ-constantine3.dz

L’après-midi a été consacrée aux présentations des ouvrages les plus récents des chercheurs. Oissila Saaidia, directrice de l’IRMC et historienne, a présenté l’ouvrage issu de son HDR paru en 2015 : Algérie coloniale : musulmans et chrétiens, le contrôle de l’État, 1830-1914. Elle a développé dans un exposé synthétique la démarche méthodologique qu’elle a empruntée dans le prolongement de ses travaux antérieurs sur le fait religieux au Mashreq. Partant d’un questionnement interrogeant les discriminations subies par les musulmans en Algérie à l’époque coloniale, son raisonnement s’est étoffé autour d’une réflexion comparée. Son examen historique des politiques cultuelles l’a conduite à comparer l’islam et le catholicisme tels qu’ils étaient vus et administrés par l’État colonial. Ainsi, son travail d’enquête dans les archives l’a menée à deux conclusions. La première est le constat d’une méfiance de l’État à l’égard de toutes les religions quelles qu’elles soient (protestantisme et judaïsme n’ont été reconnus légalement en France qu’après la Révolution française), qui s’est traduite par une gestion étatique des cultes tout au long du XIXe siècle. La deuxième conclusion consiste à confirmer l’hypothèse de départ d’un traitement différencié de l’islam dans l’Algérie coloniale. Indépendamment des lois, le peu de financement des mosquées et de la formation des imams, l’accès rendu difficile aux pèlerinages, ne fût-ce qu’à la zaouia voisine, et la surveillance récurrente, constituent autant d’entraves à la liberté de la pratique de l’islam. Par ailleurs, son travail a permis de mettre en lumière la spécificité de l’Algérie concernant la situation unique du catholicisme organisé sur le modèle diocésain comme en France et non pas sur celui du vicariat apostolique ou du diocèse colonial.

L’historien Marc André (Université de Rouen) a présenté l’ouvrage issu de sa thèse paru en 2016 : Femmes dévoilées : des Algériennes en France à l’heure de la décolonisation. Son travail se place du côté de la rive métropolitaine. L’auteur s’est interrogé sur les migrations des musulmanes d’Algérie en métropole (environ 20 000 femmes sont concernées), et en particulier dans la région de Lyon, sachant que les Algériennes ne seront citoyennes qu’à partir de 1956, tandis que les Algériens sont citoyens, à certaines conditions, sous l’appellation de « Français musulmans d’Algérie » dès 1947. Par sa méthodologie, Marc André a mis en évidence la pertinence de l’enquête orale pour l’historien inspirée de la sociologie (entretien semi-directif), qu’il a nommé « histoire participative ». Ce faisant, il a montré à quel point le recours à l’interdisciplinarité en sciences sociales peut être stimulant. Il a évoqué les conditions de migration de ces femmes (regroupement familial, mariage, veuvage), puis leur « vie ordinaire » (logement, loisirs, travail), mais aussi leur implication politique dans la guerre d’Algérie (FLN, MNA). Il a prêté une attention particulière aux sources iconographiques, notamment aux photographies de la presse illustrée ou encore aux albums de famille qu’il a recueillies auprès de ses enquêtées. À cet égard, il a insisté sur la relecture genrée de son corpus de sources qu’a occasionné le changement de perspective suite au recalibrage de son sujet initial de recherche : les femmes invisibles, parce qu’invisibilisées, sont devenues visibles à ses yeux.

Enfin, Amin Allal a présenté l’ouvrage collectif paru en 2018 qu’il a dirigé avec Vincent Geisser : Tunisie : une démocratisation au-dessus de tout soupçon ? La diversité des contributions et la pluralité des approches montrent un renouveau historiographique certain de l’étude du fait politique dans la Tunisie post-révolutionnaire. En particulier, les oppositions binaires classiques – entre  autoritarisme et pluralisme, entre dictature et démocratie – y ont été démenties de façon convaincante. Ces actes de colloque s’inscrivent dans le sillage de l’hommage rendu à Michel Camau lors de la journée d’étude « Actualité de la question autoritaire » organisée en 2016 par l’IRMC. Amin Allal a présenté la méthodologie de la sociologie politique basée sur les entretiens et l’observation ethno-graphique. L’ouvrage est structuré en trois parties : la première s’interroge sur l’éventualité d’une refondation politique à travers les partis, les syndicats et les mouvements sociaux. La deuxième partie s’intéresse aux structures politiques (armée, sécurité, police, presse). La troisième partie astucieusement intitulée « Au-delà du mythe national, une nouvelle citoyenneté tunisienne » aborde la question des défis posés à la Tunisie. Les revendications des différentes minorités ethniques et sexuelles face aux discours racistes et homophobes questionnent la société tunisienne contemporaine. Les différentes facettes de la citoyenneté y sont abordées : le féminisme (ou sa relative absence dans le champ politique), la question des usages politiques de la darija (et notamment du dialecte arabe tunisien), la place de la diaspora dans les débats politiques (le désenchantement des binationaux), la question des harragas, etc.

La deuxième journée a commencé par deux conférences méthodologiques : la première a été assurée par Hend ben Othman, la seconde par Amin Allal. Hend ben Othman s’est intéressée à la méthodologie propre à toute recherche en sciences sociales. Elle a présenté les différentes étapes méthodologiques du travail de recherche aux doctorants : lectures ciblées (état de l’art), conduite d’entretiens exploratoires, identification des personnes ressources, etc. Elle a surtout insisté sur le caractère itératif, et non linéaire, du processus de la recherche : dit plus simplement, la recherche naît des allers-retours permanents entre problématisation, cadrage théorique et terrain. Elle a également mis en garde contre les écueils guettant toute recherche (la problématique doit être analytique et non descriptive) et plus spécifiquement les études urbaines. En effet, si l’expertise par le biais du diagnostic territorial n’est pas à proscrire absolument, elle ne constitue cependant pas un résultat heuristique en soi, seulement celui d’un savoir-faire technique. La recherche scientifique exige et se distingue par un questionnement pertinent et original qui correspond à un contexte et des enjeux actuels.

Dans sa conférence méthodologique sobrement intitulée « Faire une recherche en science politique » Amin Allal a proposé une approche nonconventionnelle, ou du moins qui ne fait pas l’unanimité, de la mise en oeuvre d’une recherche en science politique aujourd’hui. Partant de l’objet « Qu’estce- que le politique ? », l’entrée proposée par le chercheur est celle de la sociologie politique. En esquissant l’histoire de la discipline, la proximité fondatrice du droit avec la science politique est apparue, tout comme la vocation émancipatrice du divorce entre les deux disciplines. Du conseil au prince, la science politique s’est mue en science sociale : c’est l’acte de naissance des sciences sociales du politique. Il a défendu l’idée fondamentale selon laquelle le politique se niche dans les ramifications les plus inattendues de la société. À ce titre, en prenant l’exemple d’objets de recherche aussi variés que l’informel, la famille, le football et les loisirs, il a montré l’étendue et les possibilités offertes par un champ de recherche en pleine mutation. Il a abordé les méthodes disponibles pour mettre en oeuvre une telle recherche (quantitatives, qualitatives, ethnographiques, etc.). Mais surtout, Amin Allal a insisté sur la nécessité pour tout chercheur en sciences sociales de « mettre en énigme » l’objet social par un processus d’objectivation réflexif qui consiste entre autres à déconstruire le sens commun et à chercher des réponses sociologiques à la réalité sociale.

La deuxième partie de la journée était structurée autour des présentations des travaux des doctorants algériens, pour la plupart constantinois et/ou anciens boursiers de l’IRMC, devant des enseignants chercheurs de l’UC3 et de l’IRMC. Quatre panels ont été organisés : histoire et patrimoine ; géographie, aménagement du territoire et urbanisme ; sociologie et anthropologie ; sciences sociales du politique.

Au cours des panels, les doctorants ont eu l’opportunité de présenter leurs projets de thèse qui portent sur des sujets aussi variés que l’héritage colonial de la ville de Constantine à travers l’historicisation du fait urbain et architectural (1837-1962) ou les disparités socio-spatiales dans l’accès à l’eau à Tlemcen. Les travaux des doctorants s’inscrivent dans des disciplines aussi différentes que la sociologie de l’environnement et l’histoire ottomane. Nombre de questions méthodologiques et épistémologiques, soulevées par les pratiques disciplinaires et interdisciplinaires, mais aussi de difficultés du même ordre rencontrées par les doctorants ont été posées. Les bénéfices du recours à la science politique entendue comme sociologie politique, pour étudier les mobilisations syndicales dans la fonction publique algérienne (1989-2014), ont été bien démontrés. Les problèmes liés à la faisabilité de la thèse ont été mis en évidence à travers l’accès au terrain (ksours, c’est-à-dire l’architecture de terre, du sud algérien), ou aux sources (archives coloniales situées en France) selon les disciplines, et à travers la technicité des compétences requises pour traiter tel ou tel sujet de recherche (SIG pour la cartographie géographique, maîtrise de l’osmanli pour la lecture des manuscrits ottomans). Différents conseils ont été donnés face aux interrogations des doctorants, les discutants ont suggéré des solutions pragmatiques et adaptées aux demandes personnalisées de chacun : réduire la périodisation historique envisagée, diversifier le type de documents recherchés quand les sources sont lacunaires, mener une enquête de terrain par entretiens sociologiques avec les acteurs quand ils sont disponibles, s’ouvrir à d’autres méthodes telles que l’observation ethnographique dans une perspective plus anthropologique, etc.

En définitive, les discutants ont encouragé les doctorants à prendre connaissance et conscience de la propension des méthodes issues de plusieurs disciplines des sciences sociales à se compléter les unes les autres. Ainsi, la recherche doctorale sur les traces coloniales présentes dans l’espace urbain et architectural à Constantine mêle intelligemment histoire spatiale, étude de l’architecture coloniale et enjeu patrimonial autour d’un héritage contesté (la notion même de patrimoine colonial, utilisée avec parcimonie, est questionnée). Les doctorants ont également fait preuve de savoir-faire inventif en expérimentant des méthodes inédites telles que le photo-questionnaire pour analyser la « culture paysagère » ou le « paysage urbain » du secteur sauvegardé de Constantine. Employé pour prendre contact avec les enquêtés, le photoquestionnaire a été reconnu comme une manière pertinente et originale d’initier le dialogue et de recueillir des témoignages sur le vécu de la ville par les Constantinois. Des points plus classiques de la démarche méthodologique du chercheur ont aussi été réaffirmés : l’importance du travail d’enquête exploratoire, l’attention portée au choix de l’échantillon, la nécessité de bien identifier et hiérarchiser les acteurs interrogés pour accroître l’efficacité de la réflexion sociologique, pour mieux circonscrire le  terrain et finalement pour affiner sa problématique.

Les deux journées ont permis de donner des pistes de recherche empiriques et de réflexions plus théoriques pour aider les jeunes chercheurs à mieux articuler leur propre travail heuristique. La première journée a permis de déployer les questions épistémologiques et méthodologiques, au coeur de toute recherche en sciences sociales, à travers programmes de  recherche et présentations d’ouvrages. La matinée du deuxième jour a prolongé les débats sur ces enjeux avec les conférences méthodologiques. La deuxième journée, sur le modèle de l’atelier ou de l’école doctorale, a aussi été un moment d’écoute, d’échanges et de partage autour des projets de thèse des uns et des autres. Présenter sa problématique, son terrain et sa méthodologie en dix minutes de manière claire et intelligible à l’oral est un exercice exigeant qui impose une rigueur scientifique et une discipline de travail à tous. La discussion pédagogique et la nécessité de répondre aux critiques constructives de ses pairs en est un autre, complémentaire. La présentation doctorale d’un travail en cours permet un bilan d’étape indispensable pour repenser et éventuellement reformuler ses pratiques de recherche.

Nassima Mekaoui-Chebout

Pour citer ce billet : Nassima Mekaoui-Chebout, «Les 1ères rencontres UC3/IRMC à Constantine», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2323.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’internationalisation des institutions d’enseignement supérieur francophones

Le Groupe des responsables des relations internationales des institutions francophones d’enseignement supérieur (GRRIF) s’est réuni en février pour son quatrième séminaire tenu pour la première fois dans un pays du Sud. L’Université de la Manouba a accueilli les représentants des différents partenaires à la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités les 11 et 12 février 2019.

La rencontre se veut innovante et participative dans son approche. Le GRIFF envisage chaque séminaire annuel comme un moment de partage des bonnes pratiques et une opportunité de développer et de renforcer le réseau des professionnels de la coopération internationale. Le Groupe se présente comme un espace de dialogue et de réflexion sur les possibilités et les enjeux de l’internationalisation des institutions francophones dans un espace mondialisé et principalement anglophone. L’internationalisation est aujourd’hui essentielle pour le développement des établissements même si les stratégies divergent en moyens, capacités et autonomie.

Se poser la question de l’internationalisation francophone, c’est avant tout définir les contours de ce qu’est l’internationalisation. En cherchant à la définir et à la mettre en perspective dans une articulation Nord-Sud, en cherchant non pas un éclairage du Nord vers le Sud mais en mettant à jour les relations des Nords avec les Suds et des Suds avec les Nords, ce quatrième séminaire interroge à travers ses ateliers et ses membres les moyens, les perspectives et les changements possibles.

Dans une première demi-journée consacrée à la Tunisie, les intervenants ont souligné les spécificités de la Tunisie et sa place dans les Suds, mais aussi de ses expériences dans les Nords.

© ares-ac.be/fr

Un système tunisien d’enseignement supérieur paradoxal

Pour présenter les différents aspects du système d’enseignement supérieur tunisien, Samir Marzouki, de l’Université de la Manouba, s’est attardé sur quatre points essentiels. En premier lieu, l’histoire et l’ancrage de la francophonie en Tunisie, apparue avec la colonisation et choisie comme langue de scolarisation lors de l’indépendance. Le français est perçu comme une langue d’interna-tionalisation et de progrès. Les élites tunisiennes sont reconnues pour l’excellence de leur formationlinguistique, qui est aujourd’hui trilingue. Néanmoins, il ne s’agit pas de l’ensemble de la population. En cela, le système tunisien est très inégal, élitiste et paradoxal au vu du faible nombre d’heures consacré à l’enseignement du français, voire en français, dès l’école primaire et à la maîtrise du français par la masse scolaire.

En second point, il explique que le système d’enseignement supérieur tunisien ressemble au système français, et les exemples ne manquent pas : Ecole normale supérieure (ENS), agrégation, système LMD (Licence, Master, Doctorat) ; ce qui facilite la coopération entre les deux systèmes. Le troisième point souligne la grande féminisation de l’enseignement supérieur tunisien. Grâce à un ensemble de réformes bourguibiennes, qui perdure encore aujourd’hui, les chiffres montrent que les meilleurs élèves en Lettres ou au baccalauréat sont des étudiantes et des bachelières.

Enfin, le quatrième point soulève la principale difficulté à laquelle ce système est confronté : l’insertion des diplômés sur le marché du travail et la fuite des cerveaux. La situation économique de la Tunisie explique une partie du phénomène mais pas entièrement. Il semble y avoir des lacunes évidentes telles que le manque de maîtrise du français, une formation générale déficiente et un manque d’adaptabilité des nouvelles générations.

Une recherche tunisienne sous la tutelle de l’Etat

Samia Charfi Kaddour a présenté en deuxième session le système de recherche tunisien, entièrement sous l’égide du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. La Tunisie choisit de mettre l’accent de sa politique publique sur l’attraction d’étudiants étrangers (seulement 7000 en 2017) et sur les liens entre la recherche fondamentale et les entreprises.

La recherche tunisienne, c’est 38 écoles doctorales réparties sur 13 établissements d’enseignement supérieur et 13 000 doctorants pour 1500 thèses soutenues. Samia Kaddour explique ce décalage par l’octroi automatique d’une bourse de 250 dinars par mois pour tout doctorant. Beaucoup de thèses ne parviennent pas à soutenance et un projet de réforme pour pallier à ce problème est en cours d’élaboration. Elle insiste également sur le problème du chômage des diplômés en expliquant que les orientations de la politique publique du ministère consistent, entre autres, à mettre en place des partenariats docteurs/ entreprises via des stages qui permettraient, à terme, des embauches.

La valorisation de la recherche a un budget global de 6 millions de dinars tunisiens par an. Avec un faible capital humain et un bilan mitigé des publications tunisiennes1, la priorité est bien l’utilisation de la recherche et la diffusion du savoir. Dans ses objectifs de relations internationales, le ministère entend valoriser son partenariat avec l’Union européenne. De fait, la Tunisie est le premier et seul pays tiers à avoir, à ce jour, intégré le programme de financement Horizon 2020, basé sur les piliers de l’excellence scientifique, de l’innovation industrielle et des défis sociétaux.

© University of Manouba UMA.

Des témoignages précieux

La session « Regards croisés » a  permis de mettre en lumière les expériences de l’internationalisation par le biais de différents points de vue : doctorante, chercheure et personnel administratif. Au regard de ces témoignages, il est important de souligner la complexité et la lourdeur administrative, du côté tunisien (certaines lois tunisiennes sont extrêmement contraignantes) comme du côté des pays du Nord, en particulier de la France (obtention de visa, changement de statut, accords de co-tutelle, etc.). On relève également le regret d’une chercheure concernant les livrables et les exigences de rendre des comptes puisque cela se fait au détriment de la qualité de la recherche.

L’internationalisation est une expérience valorisante et importante pour l’ensemble des intervenants permettant d’amener une plus-value qualitative à leur travail et une reconnaissance qui serait parfois difficile sans ce processus. Le mécanisme se fait souvent grâce aux connaissances, au relationnel et la francophonie devient alors le principal opérateur de la coopération. Les lourdes contraintes administratives, le manque d’homogénéisation des accords bilatéraux, les problèmes des frais d’inscription qui se compliquent d’année en année, ne découragent pourtant pas la volonté des tunisiens pour l’internationalisation. Cela est perçu comme une grande chance et un droit important qui reste à développer en pratique, au niveau des mécanismes, pour les Suds comme pour les Nords.

La recherche et la francophonie à l’ère numérique

La question du numérique et de l’ouverture au monde virtuel a été également abordée sous plusieurs angles. Du point de vue de la gouvernance universitaire d’une part, avec la prise de conscience de la nécessité d’un renforcement des capacités, pour les Suds comme pour les Nords, dans ces domaines. Devant la multiplication des universités virtuelles, des MOOC (Massive Open Online Courses), des formations à distance, il est évident qu’émergent de nouveaux modèles économiques et d’autres modèles de gouvernance. Les opportunités de partenariats qui apparaissent ont pour objectif de faire du numérique un véritable levier au service de la gouvernance universitaire. Les réseaux de la francophonie travaillent activement sur ces questions, à l’image des appels à candidatures pour le développement des MOOC, des études sur les formations à distance ou les colloques sur la gouvernance universitaire à l’ère du numérique.

L’ère du numérique implique, d’autre part, de nouvelles pratiques
pour la recherche. Les services  numériques comme les revues en ligne, les visioconférences, les blogs de recherche, permettent une plus grande accessibilité depuis « chez soi » à un grand nombre de ressources comme ils procurent une certaine marge de manoeuvre en termes de mobilités et de moyens pour la recherche. L’accent est mis sur la visibilité de la recherche et donc sa valorisation, notamment dans l’espace francophone international.

Les partenariats, ou réseaux, sont aujourd’hui un facteur essentiel de l’internationalisation de l’enseignement supérieur et de la recherche. Ils permettent la diffusion des savoirs, les mobilités mais aussi une grande valorisation de la recherche par le biais notamment de la co-édition. Les membres du réseau de la francophonie sont des partenaires naturels, selon les témoignages tunisiens. La co-édition est aujourd’hui un élément essentiel pour la survie de l’édition scientifique, fragilisée par l’ère numérique – les avantages de l’internationalisation étant aussi ses inconvénients – et les partenaires francophones pour les publications en français sont essentiels, notamment pour la Tunisie.

Conclusion

Vivre l’internationalisation aujourd’hui n’est plus uniquement une expérience personnelle, d’étudiant ou de chercheur, mais un projet collectif des sphères de gouvernance aux sphères de recherche. Les stratégies sont vécues différemment mais il semble qu’une volonté par une avancée collective s’exprime. Les Nords et les Suds vivent les questions d’autonomie et de mobilité avec des difficultés différentes, mais des objectifs similaires. En intégrant les programmes européens comme Eramus + ou Horizon 2020, la Tunisie cherche à accroître son attractivité, ses collaborations et à attirer les étudiants étrangers dans ses établissements. Les obstacles administratifs existent de part et d’autre au niveau des pays et des bureaucraties, indépendamment des établissements eux-mêmes. Le travail actuel se porte sur les stratégies de partenariats et les nouveaux leviers de gouvernance comme les outils numériques, la coédition ou les laboratoires transdisciplinaires et transnationaux.

Manon Rousselle

1. L’indexation des publications tunisiennes n’est pas faite dans les revues en langue arabe, ce qui constitue une grande lacune du système d’évaluation.

Sources
https://www.ares-ac.be/fr/actualites/512-l-internationalisation-des-institutions-d-enseignement-superieu r-francophones-en-debat-a-tunis

https://www.auf.org/maghreb/nouvelles/ appels-a-candidatures/colloquegouver nance-universitaire-a-lerenumerique/

Pour citer ce billet : Manon Rousselle, «L’internationalisation des institutions d’enseignement supérieur francophones», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2310.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La mondialisation des pauvres loin de Wall Street et de Davos ?

Invité du séminaire 2018-2019 organisé par Betty Rouland sur la thématique « Migrations, mobilités et circulations intra-africaines : savoirs, critiques et méthodes », Olivier Pliez présentait le 14 mars 2019 à l’IRMC ses travaux dans une séance intitulée « La mondialisation des pauvres » en référence à son ouvrage récemment paru 1.

Il s’agissait pour lui de présenter un des mécanismes de la mondialisation dite par le bas et de changer de prisme par rapport à l’intervention de Sophie Bessis, faite quelques semaines auparavant dans le cadre du même séminaire 2. Olivier Pliez présente cela comme une approche géographique de la globalisation ou mondialisation des routes et des marchés, autrement dit par les « routes discrètes de la mondialisation ».

Pensée à destination des étudiants et des doctorants, cette présentation s’articulait en deux points : une réflexion à propos de la mondialisation et un exposé des enquêtes et des pratiques des chercheurs ayant participé à cette réflexion.

La mondialisation en question

La mondialisation est assimilée par le sens commun à la Chine, comme une mondialisation économique uniquement opérée par les grandes compagnies internationales. C’est une mondialisation des flux, à l’image de ce qu’illustrent les cartes du monde des classes de terminale montrant les grands pays, les flèches schématisant les flux, etc. Cette représentation et le vocabulaire qui va avec n’est qu’une vision parcellaire de la mondialisation, vue par un prisme très hiérarchique.

C’est également la vision des réseaux, tels que le commerce international, qui est une chaîne de valeurs globales et des inégalités avec des riches sur le haut de la pyramide et des pauvres en bas. Olivier Pliez explique qu’il ne s’est jamais posé la question du type de population sur lesquelles il travaillait, c’est-à-dire les « pauvres », le titre de l’ouvrage a d’ailleurs été choisi par son éditeur. La pyramide du système capitaliste est une représentation qui apparaît au XXe siècle et qui conceptualise la mondialisation des inégalités.

Progressivement apparaît une autre lecture à partir de celle-ci. Le « pauvre » devient la cible d’un marché global : ceux qui étaient considérés comme les laissés pour compte de la mondialisation au XXe siècle deviennent les cibles du marché globalisé du XXIe siècle. Il y a pourtant un potentiel plutôt limité et les frontières entre les catégories sociales sont plutôt poreuses.

Classiquement, on définit la mondialisation comme une multiplication croissante des flux, des espaces et des acteurs. Depuis les années 1990, des travaux ponctuels se multiplient pour saisir ce phénomène à l’échelle micro. Ce sont des lectures réticulaires à enrichir mais il faut également mettre en lumière ce que l’on ne voit pas. C’est tout le travail réalisé par certains chercheurs dont Olivier Pliez, notamment celui sur les « routes » à partir d’objets du quotidien. Il donne les exemples d’études menées sur les trajets de la papaye ou de la sandale en plastique. La méthodologie diffère peu d’une étude à l’autre, il s’agit de choisir les routes à suivre (toutes ou une partie). Ces méthodes permettent de mettre en évidence les mécanismes de la mondialisation au sein même de notre quotidien.

Les routes migratoires et la mondialisation économique

Si l’analyse des routes des objets n’est pas nouvelle, il s’agit pour Olivier Pliez de montrer que les routes de la mondialisation sont aussi celles des espaces de commerce comme les marchés, révélateurs des évolutions des routes migratoires. La ville et ses relations aux espaces en dehors de la ville trace les contours de ces routes.

Ses travaux débutent en Algérie dans les « souks libyens » et les « souks de Dubaï », notamment le souk libyen d’El Oued. Ce sont des places marchandes importantes dans les années 1990, avec des origines et des routes commerciales différentes. Il met en évidence la création de ces routes commerciales au début des années 1950, notamment depuis Koufra en Libye, et la création de petits marchés dans les villes tout au long des routes migratoires.

© alouadesouf.canalblog.com

Il compare deux de ses études aux contextes radicalement différents et aux dynamiques similaires : les enquêtes ponctuelles, tournant autour de la question « où vous retrouvez-vous lorsque vous allez dans telle ou telle ville ? », ont pour objectif de reconstituer les routes marchandes. L’exemple de son étude récente et celles entre la Libye et l’Egypte. Olivier Pliez de citer « une rue est une portion d’une route transnationale ». À la frontière égyptienne, la route devient une rue de village sur laquelle les marchés vont et viennent, les trajectoires des migrants s’inscrivent dans les routes commerciales transnationales. Sur ces rues, sur ces routes, on entend parler de Dubaï, de la Chine, etc.

La mondialisation par le bas est une question que les sociologues ont commencé à explorer en 1973 avec la « crise économique » : c’est une crise pour les pays consommateurs de pétrole, une chance pour les pays exportateurs de pétrole. Avant cette crise, les routes commerciales et les routes migratoires de travail étaient vues uniquement du Sud vers le Nord. C’est donc à partir de 1973 qu’on commence à s’interroger sur les autres routes migratoires et qu’émerge la notion de « migration de cabas ». De fait, sorties de l’Europe dans les années 1980-1990, les places marchandes se délocalisent à Istanbul.

Aujourd’hui Istanbul et ses routes migratoires existent toujours mais depuis, Dubaï a émergé, mais aussi Djeddah en Arabie Saoudite, et d’autres lieux. Ce sont des entrepreneurs transnationaux qui participent à ces routes marchandes, ils ne font pas partie des grandes entreprises internationales, ils sont à part.

Conclusion

Elles sont désormais en Asie du Sud- Est et la plupart des routes sont de fait Sud-Sud. La Méditerranée de l’échange s’est élargie progressivement et aujourd’hui elle s’étend jusqu’en Asie. Olivier Pliez explique qu’à l’heure actuelle les routes arrivent à Yiwu en Chine. C’est le plus important marché de gros de Chine, et donc du monde. Le développement de la Chine permet aujourd’hui une grande connectivité de Yiwu avec le reste du territoire (2h de train depuis Shanghai) et donc le reste du monde.

C’est la place forte des routes migratoires et les quartiers de Yiwu sont internationaux et Sud-Sud. Il y a un même quartier dit « arabe », avec ses mosquées, des écoles de traduction, des intermédiaires pour parler, faire affaire, visiter, manger, etc. Les migrants internationaux ne sont plus de passage, ils s’installent, ils épousent des chinoises, leurs enfants sont binationaux, etc.

C’est une internationalisation par étapes qui se fait sans qu’on ne puisse prédire qu’elle sera la prochaine place forte du commerce et des routes migratoires.

Manon Rousselle

Pour citer ce billet : Manon Rousselle, «La mondialisation des pauvres loin de Wall Street et de Davos ?», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2230.

1. Armelle CHOPIN, Olivier PLIEZ, La Mondialisation des pauvres. Loin de Wall Street et de Davos, Seuil, 2018, Paris, 128 p.

2. Séance du 28 février 2019 à l’IRMC, « Diplomatie et coopération entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne depuis l’Indépendance jusqu’à aujourd’hui » par Sophie Bessis.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

« Voix de la rue, voix des urnes » : par delà le compartimentage disciplinaire entre politique contestataire et politique instituée

Ce séminaire, sous-titré « Entre spécificités des cas et universalité des approches » coordonné par Amin Allal, a pour ambition de comparer les approches, faire dialoguer des expériences de recherches sur des objets des sciences sociales du politique mais aussi de partager une réflexion sur le choix de ces approches. C’est dans ce cadre que Mounia Bennani Chraïbi, directrice de l’Institut d’études politiques, historiques et internationales de Lausanne (IEPHI) et Choukri Hmed, maître de conférences en science politique à l’Université Paris Dauphine et chercheur à l’Institut de recherche interdisciplinaire en science sociale (IRISSO), étaient invités à discuter des formes conventionnelles et non conventionnelles ainsi que de cette séparation de la sphère politique.

Mounia Bennani Chraïbi a ainsi souligné que les sciences sociales ne se sont pas toujours intéressées à ces questions-là. Celle-ci se souvient d’avoir travaillé sur la jeunesse et son rapport au politique à une époque où la focale était mise sur les questions de résilience et d’autoritarisme entre autres. A cela s’ajoute deux problèmes : l’un est d’ordre épistémologique (c’est-à-dire que l’on suppose que le rôle de la science politique est de prédire, la question s’est notamment posée avec les événements de 2011) ; l’autre repose sur le fait de se concentrer sur un sujet « à la mode » et occulte donc tout ce qui se passe en marge de cela.

La difficulté réside dans le fait que la politique n’est pas l’arène dans laquelle tout se joue, il y a un désintérêt pour ce domaine mais il s’agit de comprendre quelles sont ces sphères dans lesquelles le politique intervient. La question de l’exception marocaine par exemple, reposait sur une accumulation de savoirs orientalistes. Il demeurait l’idée que l’islam marocain était spécial et c’est à ce titre qu’il a été muséifié. En 2011, cediscours réapparait. La  marocaine a survécu aux putchistes, à la colonisation. Or, il y avait une lutte au quotidien pour se réajuster aux enjeux de pouvoirs se joue. Il existe des outils pour expliquer cela sans tomber dans une vision cyclique. Après le protectorat il y a eu une violence extrême, un quadrillage des catégories et pas simplement par la clientélisation. Le jeune, le lettré, l’ouvrier, le fonctionnaire s’expriment dans les grandes villes de différentes manières. Dès la fin des années 1990 la libéralisation s’accélère et l’on voit simultanément des protestations se dessiner. L’on constate aussi une diversification dans les formes d’occupation de la rue y compris dans le Rif. Il y a des mouvements de protestation qui brouillent les frontières et aboutissent à des coalitions. Plutôt que la notion de « champ » empruntée à Pierre Bourdieu, le terme de « configuration » de Norbert Elias semble ici plus adapté. Cela permet en effet de saisir les acteurs dans leurs actions, leurs relations, tout en conservant leur caractère changeant. La « configuration » permet de dépasser le côté « c’est dans l’ADN » comme l’a dit Mounia Bennani Chraïbi, cela permet de réintroduire de la contingence dans les actions tout en sachant que des déterminismes agissent. Cette notion permet de considérer les effets structurants qui participent aux reconfigura-tions, aux restructurations des individus.

Choukri Hmed, quant à lui, a tenté de comprendre comment différents groupes sociaux se sont retrouvés dans l’action politique et comment ces mouvements se sont investis en situation politique. Pour voir cela, il ne faut pas trop compartimenter politique institutionnelle et informelle. La révolution tunisienne a été l’occasion d’accéder à de nouveaux terrains et toute révolution consiste en un transfert du pouvoir institutionnalisé par les politiques au peuple. Les politiques apposent au peuple des termes liés au désordre, au chaos, au tumulte en matière de politique. Il est fréquent que les politistes, en travaillant au contact des politiques, reprennent leurs catégories. Dans les faits cette dichotomie est beaucoup plus floue : les événements de la Kasbah 1 ont été un moment de coalition de différents groupes contre l’État et ont été l’occasion de proposer de nouvelles règles du jeu politique. Une négociation entre les acteurs du nouveau champ politique et de l’ancien s’est alors mise en place. Les règles du jeu politique peuvent toujours être remodelées, elles ne sont pas figées.

Il est en tout cas compliqué d’appliquer des catégories sociales bourdieusiennes à la française en Tunisie. Peut-on réellement parler en termes de capital financier et de capital symbolique en Tunisie ? De même, ce dernier considère qu’il est difficile de faire l’économie du temps passé avec les acteurs pour en comprendre les actions et ce qui les meuvent.

Trois pays échapperaient à la vision occidentale des pays arabes : la Liban, la Tunisie et le Maroc. La question c’est pourquoi. Pourquoi les événements de janvier 2011 ont-ils généré moins de morts qu’en Égypte par exemple ? Pourquoi y a-t-il ce pouvoir du peuple en Tunisie ? La réponse rapide consisterait à dire que la Tunisie est un pays avec un plus fort taux de scolarisation, et ce depuis l’ère bourguibienne. Or il faut réintroduire des catégories d’entendement là-dedans et les catégories des acteurs eux-mêmes. Le capital symbolique n’a pas la même structure en Tunisie et en Égypte ; par exemple être chômeur n’y signifie pas la même chose. De même pour la désignation de « diplômé ». En Tunisie plus vous êtes diplômés plus vos chances sont grandes d’être chômeur tandis qu’en France le diplôme est ce qui protège du chômage. Il y a des importations du Nord vers le Sud mais de la même façon il y a des importations du Sud vers le Sud et du Sud vers le Nord. Le mouvement « nuit debout » en est par exemple une émanation. L’important réside donc dans le fait de faire du transnational et du terrain.

Pour étudier le rapport au politique, faut-il une spécialisation ? Quels sont les espaces d’observation du politique ? Il s’agit de la question de l’objet d’étude comme un outil heuristique. Quelles sont les alternatives à ces catégories françaises ? Autant de questions venues de l’audience.

À cela, Monia Bennani a répondu que l’on ne peut pas faire n’importe quoi n’importe quand et adapter le même protocole à tous les contextes. Mais, qu’en revanche, elle avait eu la chance d’avoir le temps. Partir de ces actions pour rencontrer différents acteurs et les rencontrer à différents moments. Il ne faut pas nécessairement être politiste pour étudier le politique. Il y a de l’économie du politique, de l’anthropologie du politique. Il faut un dialogue transdisciplinaire. Il y a des acteurs qui ont acquis une légitimité dans une autre arène et le reconvertissent dans une sphère politique instituée. Il s’agit d’un processus de légalisation. Avec la libéralisation il y a des redéfinitions et il y a des apprentissages. Les sciences sociales sont dans le viseur du politique. Il faut le rappeler quand il s’agit de la production ou non des catégories du politique et du référentiel. Il faut aller au-delà de ces catégories oriental/ occidental parce qu’il y a des circulations. La production du savoir en Occident est finalement très hétérogène. En Égypte cela part du Caire pour aller vers les périphéries. En Tunisie c’est l’inverse et il y a du rural dans la ville et des centres urbains dans le rural.

Chokri Hmed a souligné que la science politique n’existe pas, il s’agit de sciences sociales du politique. Le remodelage de la relation gouverné/ gouvernant est cependant pertinent. Les approches ne sont pas opposées. Parler de jeunesse ne signifie pas grand-chose tant il y a hétérogénéité.

Louise Favel


Pour citer ce billet :
Louise Favel, «« Voix de la rue, voix des urnes » : par delà le compartimentage disciplinaire entre politique contestataire et politique instituée», Le Carnet de l’IRMC, N° 22, avril-octobre 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2266.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Théorie, objets et méthodes en anthropologie de la santé : l’exemple des travaux sur le sida

Quelle est la contribution de l’anthropologie aux sciences sociales ?

Telle est la question à laquelle Sandrine Musso s’est attachée à répondre. En effet, si l’objet santé n’est que très peu abordé par les SHS, il n’en reste pas moins d’un apport absolument indispensable au domaine. Croiser les regards permet ainsi aux disciplines de s’enrichir l’une l’autre. Il est, par exemple, évident que l’anthropologie de la santé a été d’une grande utilité dans la compréhension de l’épidémie d’Ebola. Cela permet de relativiser l’hégémonie de la médecine en termes de santé, qui est notamment un secteur d’enjeux économiques, politiques et socioculturels.

Sandrine Musso a présenté les recherches notoires dans le domaine dont ceux de Françoise Héritier qui a entre autres abordé le statut particulier du recours à l’anthropologie et à l’histoire sociale de l’épidémie, soulignant par là le caractère éminemment politique de cette maladie. Marc Augé, quant à lui, a participé à l’émancipation des catégories non pensées par la médecine. Ce dernier aborde les désordres biologiques comme des désordres sociaux. Enfin, Didier Fassin définit la santé comme un rapport du corps physique et psychique au corps social et politique. En effet, le corps est socialement et historiquement construit.

À la question qu’est-ce que la santé pour un anthropologue, Sandrine Musso argue tout d’abord que les systèmes médicaux sont toujours des systèmes culturels et qu’il s’agit d’un domaine d’enjeux de pouvoir et de légitimité avec des experts et des profanes. Ce sont des laboratoires de la globalisation, et la santé consiste aussi en une anthropologie de la globalisation.

Les sociétés élaborent des théories sur les origines du VIH/sida à travers la question du « pourquoi ? ». Ainsi, les anthro-pologues ont observé comment ces théories des origines mettaient en scène les conduites sociales perçues comme hors normes. Une des premières théories des origines du sida a été de penser que cette maladie provenait des « 4 H » : les héroïnomanes, les homosexuels, les hémophiles et les Haïtiens. Il y a donc eu un processus de mise en accusation en matière raciale qui a eu des répercussions importantes dans la prise en charge de la maladie en Haïti. En effet, cela a eu pour conséquence une sorte de déni de la maladie. Ces théories des origines, qui nous permmettent de percevoir des relations d’inégalités, de domination et d’injustices sociales.

Louise Favel

Pour citer ce billet : Louise Favel, «Théorie, objets et méthodes en anthropologie de la santé : l’exemple des travaux sur le sida», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2225.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) en Tunisie : Profil socio-épidémiologique (1983 – 2016)

Samedi 2 décembre 2017 avait lieu au Liber’thé, le premier café-débat organisé par Betty Rouland, chercheure à l’IRMC. L’objectif pour cette dernière est de donner la parole à de jeunes chercheur(e)s afin de présenter leurs travaux. Cette initiative est née d’un constat : les chercheurs passent des années à travailler sur un sujet, et ont finalement assez peu d’occasions d’échanger avec le grand public. En pratiquant cette rencontre « hors les murs », c’est aussi l’occasion de rendre accessible à tous des sujets de recherche trop souvent réservés à des lieux et à des publics initiés.

Ainsi, cette première édition s’est déroulée avec une présentation de thèse d’Inès Boughzala sur “l’Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) en Tunisie : Profil socioépidémiologique de 1983 à 2016”. Inès Boughzala, diplômée de la Faculté de médecine, était investie au sein de l’association de prévention positive (ATP+) à l’époque et travaille à présent au sein de l’organisation non gouvernementale Médecin du Monde Belgique en Tunisie. Sa directrice de thèse, Rim Abdelmalek, professeur au service des maladies infectieuses était aussi présente. Monia Lachheb, chercheure associée à l’IRMC était invitée à discuter en sa qualité de sociologue, spécialiste des sexualités marginales et de l’homosexualité au Maghreb.

Inès Boughzala a d’abord dressé un historique de l’apparition de cette maladie à l’échelle mondiale avant de se concentrer par la suite sur le cas tunisien. Cette recherche dresse une monographie du VIH sur une période de 34 ans en Tunisie. Inès Boughzala a ainsi focalisé ses recherches sur les patients se présentant à l’hôpital de la Rabta à Tunis.

Ainsi, les premiers cas ont été recensés aux Etats-Unis en 1981. En 1987, apparaît le premier médicament contre le VIH dont les effets s’estompaient au bout de 6 mois de traitement. En 1996, la trithérapie fait son apparition. À partir de 2005, le nombre de cas diminue, à la suite de quoi l’on passe d’une infection mortelle à une infection chronique.

© Al Huffington Post Maghreb.

En Tunisie, la prédominance de la maladie est masculine, mais l’on observe une féminisation progressive de l’épidémie. D’après les chiffres recensés par la jeune docteure, la tranche d’âge la plus touchée est celle des 30/34 ans. 14,51% des malades sont des étrangers, dont un tiers sont des Libyens, un tiers des Africains subsahariens. Les catégories sociales les plus répertoriées sont les  chômeurs qui représentent 37,88 %, les commerçants représentant 18,11% des cas et enfin les ouvriers non qualifiés qui représentent 14,67% des personnes détectées. Cependant, ces chiffres sont à relativiser car les travailleurs du sexe ne se déclarent pas comme tel. Les étrangers concernés, quant à eux, sont essentiellement des étudiants. Inès a tenu à préciser que le VIH est la forme antérieure du virus. Le Sida est la forme qui suppose un état d’avancement tardif de la maladie. Elle a aussi déploré que les migrants n’aient pas accès gratuitement aux traitements, ce qui est le cas pour les Tunisiens. Elle déplore une difficulté pour accéder aux soins et préconise de continuer à sensibiliser et éduquer sur les risques du VIH, mais aussi de continuer le plaidoyer à l’encontre d’une loi répressive envers l’homosexualité, notamment, qui incite les personnes atteintes du virus à le dissimuler. De plus, le retard de diagnostic représente une plus grande charge économique et augmente le taux de mortalité. La Tunisie demeure un pays à faible prévalence même si les personnes atteintes y sont diagnostiquées relativement tardivement.

© lapressenews.tn.

Selon Monia Lachheb, cette thèse déconstruit les préjugés sur le VIH. Elle permet d’en donner une information éclairée, chiffrée et objective. D’après elle, l’opinion publique s’imagine que le VIH ne touche que les homosexuels ou les sexualités dites atypiques et cela entraîne une stigmatisation de ces populations dites « clés ». Cependant, qu’en est-il des femmes en général mais aussi des femmes porteuses du VIH et enceintes notamment ? Inès répond que même si la prévalence est faible en Tunisie, elle n’en demeure pas moins importante dans les populations dites « clés ». Quant aux femmes enceintes, elles ont à présent la possibilité de se faire dépister contre le VIH à toutes les étapes des visites médicales obligatoires.

Une autre interrogation a porté sur les inégalités territoriales en termes d’accès aux soins, ce à quoi il a été évoqué la situation de Kairouan. La ville de Kairouan possède en effet un centre de dépistage situé au coeur de la médina, mais au lieu d’être un lieu facilement accessible, il est un lieu trop visible aux yeux de tous, et donc très peu fréquenté à cause de sa trop grande visibilité et de la stigmatisation que cela engendre.

Enfin, différentes personnes sont intervenues afin de faire-valoir la nécessité d’un corps médical neutre et bienveillant. Le corps médical a en effet été décrit comme partial et posant un regard accusateur, si ce n’est inquisiteur sur les personnes qui viennent obtenir renseignements ou soins. Il est donc indispensable de former les médecins, pharmaciens et autres personnels médicaux, à leur devoir de soigner sans moraliser. La responsabilité du corps médical est engagée dans la décision de pratiquer le test anal ou non. La dimension éthique est éminemment présente. Le manque d’éducation sexuelle a aussi été déploré ainsi qu’un retour du conservatisme religieux, ayant pour conséquence l’accentuation d’un regard moralisateur.

Il a aussi été signalé que les moyens de communication afin de sensibiliser à cette problématique, n’étaient pas adaptés aux jeunes. Certains ont ainsi suggéré de moderniser les biais de sensibilisation, à travers les réseaux sociaux notamment. C’est sur ces préconisations que s’est clôturée la première édition de ce cafédébat.

Louise Favel

Pour citer ce billet : Louise Favel, «Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) en Tunisie : Profil socio-épidémiologique (1983 – 2016)», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2219.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Séminaire « études du Politique » Repérage du Politique, de l’enquête à la théorie

Ce séminaire, sous-titré « Entre spécificités des cas et universalité des approches » et mis en place par Amin Allal, a pour ambition de comparer les approches, faire dialoguer des expériences de recherches sur des objets des sciences sociales du politique mais aussi de partager une réflexion sur le choix de ces approches. Tandis que la première séance avait été consacrée au journalisme politique, celle-ci se penchait sur la question du « repérage du politique ». Pour ce faire, étaient invités à débattre Daniel Cefaï, directeur d’études à l’EHESS, spécialiste de la sociologie des mobilisations collectives, de l’ethnographie politique ainsi que de l’Histoire des sciences sociales aux États- Unis et Imed Melliti, sociologue à l’Université de Tunis, chercheur associé à l’IRMC ayant récemment mené une grande enquête sur les figures et les formes d’injustice chez les jeunes en Tunisie post-2011. C’est, pour résumer, à deux séries de questions que nos deux intervenants ont du répondre : « où repérer et comment définir le/la politique dans les sociétés sur lesquelles ils ont travaillé ? », « Quels outils ont-ils privilégié et quels biais ceux-ci introduisent-ils dans l’analyse du politique ? ».

Imed Melliti a déployé son argumentaire, en affirmant que la révolution tunisienne avait été un moment charnière du politique, car même si le politique était existant sous Ben Ali, il « s’ignorait ». D’après lui, le politique est un ensemble d’actions sociales, il en existe deux entrées majeures : la gestion des  conflits qui permet de décrire un moment particulier de l’Histoire de la Tunisie en tant que pays pluriel hétérogène, éclaté et se découvrant étranger à lui-même, et la capacité à construire du compromis. Imed Melliti a ainsi travaillé sur la question de l’économie rurale et des jeunes. Il observe chez ce public que la question du politique y est ordinaire que les jeunes possèdent une réelle capacité à devancer les catégories vernaculaires, à émettre des jugements, ont une faculté à la critique ordinaire, à statuer de façon intuitive. Ce qui pousse ces acteurs à formuler ces revendications politiques est avant tout le trop grand sentiment d’injustice qui est notamment lié à l’inégalité territoriale. La circulation des capitaux, elle aussi, révolte les jeunes.

Daniel Cefaï a réagi à cette présentation, soulignant le lien entre le travail d’Imed Melliti et du philosophe du politique Claude Lefort qui a travaillé sur l’expérience du bien et du mal, du légitime et de l’illégitime. Daniel Cefaï a affirmé s’appuyer sur l’ethnographie politique, ce qui le conduit aujourd’hui à reprendre la philosophie politique. Doit-on se baser sur ce que disent les acteurs ? La frontière entre ce qui est politique ou non est sans arrêt en train d’être rediscutée mais la maltraitance des animaux, les perturbateurs endoctriniens, la malbouffe ne sont-ils pas autant de questions éminemment politiques ? Selon ce dernier, la publicisation mène à la politisation. Le chercheur argue que même une situation amoureuse peut devenir politique dans le cas de la répartition des tâches par exemple, ce qui veut dire que les catégories de l’intime, du personnel, ne font pas exception et peuvent relever du politique. Cependant, le politique est une énigme et l’on peut être amené à voir du politique là où les acteurs refusent d’en voir : dans le cas d’habitants qui s’investissent pour le quartier, de syndicats ou autre.

© chedlybenibrahim.wordpress.com

À cette question Imed Melliti a d’abord répondu que « l’on trouve du politique quand on ne le cherche pas et dès lors que nous nous mettons à le chercher, nous ne le trouvons pas ». La recherche ne se fait pas en dehors d’un contexte, elle comporte en effet des contraintes afférentes à un cadre. Imed Melliti a précisé qu’il abordait son travail par le biais du qualitatif et non du quantitatif. Il trouve en cette méthode un intérêt particulier aux mots employés, aux catégories des acteurs.

Pour Daniel Cefaï, le temps long d’observation est important, même s’il faut pouvoir en sortir. Cela doit aller de paire avec un journal de terrain, des enregistrements audio. Selon lui, cela est bien plus engageant que de faire des entretiens ou des sondages par exemple. L’ethnographie n’est d’après lui, pas incompatible avec d’autres types d’enquêtes, avec de l’analyse d’archives ou autre, cela peut même être complémentaire car l’ethnographie ne se suffit pas à elle-même et l’analyse documentaire peut en être un contrefort par exemple.

Daniel Cefaï a aussi insisté sur le corps en tant que présence qui occupe l’espace, qui se propose à son interlocuteur et qui induit des émotions, des sensations, et la façon dont ce corps singulier induit un type de rapport particulier. Il faut avoir conscience de ce que ce corps véhicule, et apprendre à se connaître soi-même est certainement la meilleure façon de l’aborder. Il faut apprendre à maîtriser la distance générationnelle, raciale, de genre… L’enquête ethnographique doit aussi se prémunir d’un écueil : celui de ne voir tout qu’à travers un seul prisme et de n’analyser qu’à travers celui-ci. Il faut s’interdire d’avoir trop de catégories. Enfin le travail du chercheur en sciences sociales est aussi grandement constitué de rédaction, il faut donc s’interroger sur le fait de rédiger : en quoi ? Pour qui ? Pour quoi ? Contre qui ? Contre quoi ? Daniel Cefaï, considère qu’il faudrait pouvoir toujours répondre à ces questions.

Cette discussion a suscité interrogations et remarques de la part du public qui a réagi à ces interventions. Oissila Saaidia a abondé dans le sens de Daniel Cefaï en affirmant qu’accepter en tant que chercheur ce que l’on est permet à l’enquêté de mettre quelque chose en avant ou non. Il s’agit là de cohérence narrative et de notre présence, du présent qui nous appelle. Jérôme Heurtaux s’est interrogé sur les points de rencontre entre l’ethnographie et la science du politique, ce à quoi Daniel Cefaï a répondu qu’il fallait évidemment mettre en lien ces disciplines. Un autre participant s’est demandé si considérer que tout ce qui relève du vivre ensemble a trait au politique, constitue un risque à ce que cette acception devienne trop englobante. Doit-on comparer ? Est-on dans la subjectivité ? Est-ce que la montée en généralité est pertinente en ethnographie ? À cela, Daniel Cefaï a répondu que l’expérience est autant pragmatique qu’il n’est aucunement question de vécu subjectif, qu’il ne s’agit pas là de roman social, l’ethnographie n’ayant rien à envier au model hypothético-déductif.

Louise Favel

Pour citer ce billet : Louise Favel, «Séminaire « études du Politique »
Repérage du Politique, de l’enquête à la théorie», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2214.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Crise des modèles ? Agricultures, recompositions territoriales et nouvelles relations villes-campagnes

Co-organisé par l’ERC Tarica 1, l’IRMC, le LabEx DynamiTe, le Collège international des Sciences du territoire (CIST), et l’Université de la Manouba, le séminaire international « Crise des modèles ? Agricultures, recompositions territoriales et nouvelles relations villescampagnes » s’est tenu du 12 au 14 octobre 2017 à Tunis. Il a réuni des chercheurs et des doctorants, géographes, sociologues, économistes et politistes autour d’une réflexion sur l’évolution des modèles productifs en agriculture, les recompositions sociales et spatiales porteuses de nouvelles relations entre villes et campagnes.

Lors de son allocation d’ouverture, Mme Oissila Saaidia, directrice de l’IRMC, a souligné que la question des modèles et de leur crise est au coeur de bien des problématiques des sciences humaines et sociales. Le modèle s’avère autonome par rapport à la réalité dans la mesure où il est impossible d’en restituer toute la complexité et qu’en dépit de cela, les modèles circulent indépendamment  des contextes politiques dans lesquels ils ont été produits. S’interroger sur la crise des modèles, c’est donc s’interroger sur la pertinence d’outils construits « hors sol ». En somme c’est remettre en question l’universalité supposée de certains modèles, en partie du au fait que les modèles de développement agricole génèrent au Nord comme au Sud, d’importantes recompositions territoriales.

Un fait que, Alia Gana, directrice de recherche au CNRS et Principal Investigator de l’ERC Tarica situe dans la problématique générale du projet de recherche axée sur la circulation et la confrontation des modèles de développement et de justice sociale. La question de la crise des modèles agricoles est l’objet d’une collaboration de longue date entre Marine Berger et Jean-Louis Chaléard, Professeurs à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Ce sujet relève d’une réflexion sur les modèles de développement, qui ne peut être pertinente sans aborder les questions portant sur les politiques publiques.

Le premier atelier du séminaire concernait les rapports entre villes et campagnes et la question de la concurrence autour des ressources qui peuvent prendre des formes diverses. Il peut s’agir des jeunes ruraux qui se sont dirigés vers les villes (Zakaria Kadiri Maroc), mais également du foncier agricole périurbain menacé par l’urbanisation et l’industrialisation (Marouen Taleb Tunis). Des marges de manoeuvre et des arrangements informels également exister, soit entre usagers et État, comme dans le cas des territoires irrigués de Biskra et du bas Chléf (Hichem Amichi Algérie), soit entre différentes catégories d’usagers comme le montre la gestion de l’espace halieutique monastirien (Racha Sallemi Tunisie). Les inégalités socio-spatiales apparaissent ainsi comme une conséquence d’une compétition sur les ressources entre usagers-gagnants et usagers-perdants, particulièrement en ce qui concerne la gestion de l’eau comme dans le cas du Lebna au Cap Bon (Alia Gana et Emna Khemiri Tunisie).

Le second atelier a traité des modèles agricoles émergents et innovants et des nouvelles relations villes-campagnes. La réhabilitation des anciens modèles d’exploitation agricole s’inscrit dans cette logique d’innovation qui tend à revaloriser des espaces agricoles confrontés à des compétitions sur les ressources et à l’emprise foncière : la valorisation de la production oasienne à Gabès (Irène Carpentier Tunisie) ou la restructuration récréative de l’espace agricole des campagnes liméniennes (Héloïse Leloup Pérou) pour diversifier les sources de revenus des agriculteurs, de résistance et d’adaptation face à l’emprise de l’urbain. Une emprise dont l’ampleur est particulièrement marquée dans le contexte égyptien caractérisé par le développement d’un modèle capitaliste d’agro-business exportateur en pleine conquête des terres désertiques de l’Ouest du Delta du Nil (Delphine Acloque – Égypte) mais qui se déploie également à des échelles plus humaines comme à Tiznit (David Goeury – Maroc) à travers la préservation de l’activité agricole en érigeant le foncier au rang de « bien commun » géré collectivement par une communauté d’usagers à cheval entre l’urbain et le rural.

Le troisième atelier a traité des nouvelles fonctions et des représentations des espaces ruraux périurbains. Il a permis de conforter l’idée que la ville a besoin d’un espace rural contigüe en tant que territoire d’une agriculture d’entreprise qui tend à se diversifier pour s’adapter à une nouvelle échelle métropolitaine extrêmement variée et exigeante comme dans l’ouest francilien (Martine Berger – France). Ainsi, face à la croissance de la ville néo-libérale, une gouvernance dédiée devient impérative afin de sécuriser les moyens de production et notamment le foncier comme dans le cas du territoire d’île de France (Monique Poulot – France). La pénétration de l’agriculture marchande introduit ainsi une nouvelle ruralité au sein de laquelle l’autochtonie sert de vecteur identitaire pour les revendications foncières comme le montre l’exemple abidjanais (Jean-Louis Chaléard – Côte d’Ivoire). Les besoins de la ville peuvent se rapporter également à une dimension sociale à travers laquelle les citadins établissent un lien avec la campagne en cultivant de petites exploitations agricoles sous la forme de jardins-potagers qui agrandissent l’espace de vie très restreint des citadins comme le3 montre l’exemple des datchas de Kazan (Camille Rober-Boeuf – Russie).

© Marouen Taleb.

Le quatrième atelier a mis en lumière les dynamiques migratoires et les mobilités liées à une redéfinition des rapports entre villes et campagnes. L’influence des économies libérales tend à raccourcir le lien entre ces dernières et a des conséquences en matière de renforcement de l’armature urbaine et d’implantation d’équipements publics à travers la densification des espaces ruraux. Toutefois, l’investissement privé ne saurait se soustraire aux politiques d’aménagement du territoire pour répondre à la question des inégalités comme dans la région de Kédougou (Olivier Ninot Sénégal). De nouveaux facteurs peuvent, à ce titre, entrer en jeu pour la redynamisation de l’agriculture et des espaces ruraux comme l’apport d’une main d’oeuvre constituée de migrants, mais présentent néanmoins des effets pervers comme l’exploitation abusive des travailleurs agricoles comme en Italie (Alessandra Corrado Italie). Cela a conduit à des initiatives pour une nouvelle gestion des exploitations agricoles plus respectueuses des droits humains comme en Italie du Sud-Est (Giulio Iocco Italie). Autre exemple de la polarisation rurale, les souks participent, à travers leurs aires marchandes, à la définition d’une armature rurale nécessaire à l’administration des régions reculées comme l’Anti-Atlas marocain (Mohamed Oubenal Maroc).

Le cinquième et dernier atelier a mis en relief les questions de justice spatiale et de mobilisation contre les inégalités. L’attractivité des zones agricoles à fort potentiel de production pour l’investissement privé étranger induit des décalages, ce qui constitue un élément d’exacerbation des inégalités et des revendications identitaires locales comme à Sidi Bouzid vis-à-vis des agriculteurs sfaxiens (Mathilde Fautras Tunisie). L’introduction de nouveaux systèmes de production et les conséquences en termes de surexploitation de ressources et de dégradation de l’environnement apparaissent ainsi comme un catalyseur de dynamiques de mobilisations sociales territorialisées comme à Gabès (Diane Robert Tunisie).

Marouen Taleb

Pour citer ce billet : Hicham Rouibah, «Crise des modèles ?
Agricultures, recompositions territoriales et nouvelles relations villes-campagnes», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2209.

1 Projet de recherche « Changements politiques et socio-institutionnels en Afrique du Nord. Compétition des modèles et diversité des trajectoires nationales », financé par le programme Advanced Grant du Conseil européen de la recherche (ERC).

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Pour une sociologie historique (et située) de l’expertise transnationale Retours d’enquêtes et propositions à partir des activités de «développement parlementaire» en Tunisie

quel degré, et selon quelles modalités, les institutions et les acteurs politiques sont-ils « globalisés » ? Nous voulons défendre ici l’idée que depuis le soulèvement de 2011, la Tunisie offre un terrain privilégié pour poser cette question, et nous souhaitons faire quelques propositions pour s’en saisir. A partir de 2011, un grand nombre d’acteurs internationaux se sont installés en Tunisie, pour y déployer savoirs et experts. Jusqu’à 2014 tout particulièrement, il était difficile d’échapper au très grand nombre de formations, de « worskshops » ou encore de conférences organisés dans les hôtels de Tunis ou de sa banlieue nord. Toutes les thématiques qu’il était possible d’aborder pendant la transition l’ont été. Rédaction de la constitution, bien sûr, mais aussi réforme du secteur de la sécurité », justice transitionnelle » ou encore appui au parlement et à la mise en place de l’ISIE : tous ces objets politiques de la transition ont « bénéficié » d’un déploiement d’expertise internationale. Il est donc tout autant difficile de nier le fait que ces acteurs transnationaux aient pu jouer un rôle dans l’émergence des nouvelles institutions tunisiennes, en transition ou parfois en construction. Cependant, comment comprendre leur rôle ? Comment éviter les deux travers qui se présentent à la recherche : ne pas surestimer leur rôle et attribuer les éléments les plus significatifs de la transition à des acteurs étrangers ; ou ne pas choisir plus simplement d’ignorer ces acteurs et de rester dans un cadre national. Le second travers est tentant au vue des difficultés qui peuvent apparaître lorsqu’il s’agit d’enquêter sur ces expertises en plein déploiement.

Notre recherche a pris cette interrogation comme objet central. Après un premier terrain exploratoire fin 2014 et début 2015 en Tunisie, nous avons choisi de suivre le déploiement de l’expertise en développement parlementaire ». Autrement dit, nous avons cherché à reconstituer, pour en faire notre objet d’enquête, l’ensemble des acteurs qui à Tunis où dans les espaces transnationaux de production de cette expertise ont participé, directement ou indirectement, au déploiement d’activités et d’experts visant à « soutenir » l’Assemblée Nationale Constituante (ANC), puis l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP). Ceci nous a rapidement amené à investir deux types de terrains, qu’il nous a d’ailleurs fallu connecter. D’abord, nous avons mené une enquête d’environ 9 mois au total dans les lieux de production de l’expertise transnationale mobilisée pour le « renforcement » des parlements. Alors que le terrain tunisien, tout comme la littérature grise » (brochures, manuels de bonnes pratiques, etc.) semblaient laisser apparaître une grande multiplicité d’acteurs, et une expertise de nature « globale », le premier enjeu pour nous a été de « localiser le terrain de l’international ». Autrement dit, il s’agissait pour nous de déconstruire cette expertise des institutions démocratiques en identifiant les institutions, les lieux, les individus qui l’incarnent. L’ensemble des traces laissées sur internet (biographies ; matériaux distribués lors d’événements ; travaux académiques d’experts ; etc.) nous ont été sur ce point d’une grande aide, pour réussir à « resituer » cette expertise globale, à poser les premières pierres de la genèse de cette expertise parlementaire, à identifier ses acteurs les plus centraux. C’est de cette manière que nous avons tracé le chemin d’une enquête au sein de quatre sites privilégiés : les sièges du Programme des Nations Unies pour le Développement, celui du National Democratic Institute, de la Banque Mondiale, et de l’Union Inter-Parlementaire. Nous sommes ainsi parvenus de cette manière à accumuler un ensemble d’archives, et à réaliser un ensemble d’entretiens pour parvenir, comme principal résultat, à montrer comment un petit groupe de personnes, localisées dans ces différentes institutions, ont fait émerger depuis le début des années 1990, entre ancrage académique et connaissances issues du « terrain », un ensemble de savoirs et d’études de cas sur ce que serait le « bon » fonctionnement des parlements.

Le deuxième terrain investi est le terrain tunisien, ou plutôt, la deuxième partie de notre enquête est une ethnographie des professionnels de l’international » que sont les experts en développement parlementaire. Il s’agissait ainsi pour nous d’ouvrir la boîte noire » des organisations internationales sur le terrain, dans leurs rapports avec les acteurs politiques et administratifs tunisiens. Par le biais d’un stage, obtenu lors de notre terrain exploratoire, il a ainsi été possible de passer trois mois au sein de l’équipe de renforcement du parlement tunisien mise en place par le PNUD depuis le début des travaux de l’ANC. Nous avons donc participé nous-mêmes à ces activités, chaque jour, dans les bureaux locaux du PNUD comme dans les couloirs de l’ARP ; lors des interactions avec les responsables politiques comme lors de la préparation des travaux, de la mobilisation des différentes formes de savoirs, de références internationales. L’intérêt de cette enquête a été double, en nous offrant tout d’abord d’observer les angles morts d’activités transnationales peu connues. Notre principal apport est alors de montrer que ces experts ne sont pas tant des prescripteurs inflexibles de normes internationales, mais que leur travail se résume davantage à la mise en place d’activités visant à mieux faire circuler ce qui  pourrait  constituer  un  répertoire légitime » de dispositifs et de procédures parlementaires, dont le périmètre et les origines sont alors à identifier. Le deuxième apport, qui permet déjà d’évoquer une piste pour l’inscription de ces activités dans une certaine globalisation des institutions politiques, est l’utilisation que nous avons faite de cette expérience tunisienne, comme observation participante mais aussi comme expérience personnelle, pour mieux incarner l’expertise transnationale que nous prenons pour objet au cours de notre enquête dans les sièges de ces organisations : « Vous m’avez présenté l’activité de NDI au niveau global, mais comment avez vous mis en place votre projet en Tunisie ? Qui étaient vos interlocuteurs dans le champ politique ? Qu’avez vous pensé de la première version de la constitution ? ». Une relative connaissance du champ politique tunisien permet alors de donner un virage aux entretiens, d’une relative abstraction des activités à une discussion « située » dans le champ politique tunisien.

L’enquête, sous forme d’allers-retours entre espaces transnationaux de production d’une expertise et ethnographie de ses professionnels sur le terrain, fait alors ressortir – il nous semble – l’intérêt du dépassement des échelles « globales » et

locales ». Cependant, articuler la jonction de ces deux perspectives est loin d’être une pratique habituelle dans l’étude d’objets internationaux traditionnellement sous le monopole de disciplines – telles que les relations internationales – peu ouvertes aux perspectives empiriques. La grande richesse que représente le choix de ce type d’objet devient alors de participer à un questionnement, en cours actuellement et à l’échelle elle-même globale, sur les méthodes et les concepts qui peuvent permettre de se saisir des acteurs et des espaces transnationaux. On peut ainsi citer trois grands enjeux autour desquels se structure la littérature. Il s’agit d’abord de parvenir à contester les monopoles disciplinaires de l’international, en particulier celui des relations internationales, tout en maintenant parfois le dialogue avec celles-ci, comme le fait le courant de l’international political sociology. Il s’agit également, comme le propose Johanna Siméant autour des « enquêtes globales », de questionner l’usage de concepts construits dans des espaces nationaux sur des objets transnationaux. Un certain nombre d’auteurs s’interrogent enfin sur ce que la globalisation et l’arrivée de nouveaux objets de recherches transnationaux fait aux disciplines, et en quoi ces processus ré-ouvrent le champ des possibles en termes d’interdisciplinarité.

En cherchant à s’inscrire dans ces littératures qui tendent à se structurer, à se consolider, nos intuitions issues du terrain nous ont alors amené à réunir les deux pans de notre enquête en une problématique commune : dans quelle mesure le déploiement de savoirs experts trans-nationaux concernant le fonctionnement des institutions politiques en Tunisie depuis 2011 est-il la continuité d’une sociologie historique du politique dans une certaine mesure « globalisée » ? Nos orientations de recherches actuelles consistent ainsi à ne pas prendre notre terrain en Tunisie comme une « simple » étude de cas, mais à l’inscrire dans la genèse d’activités internationales qui apparaissent de plus en plus présentes, de plus en plus sophistiquées, aux savoirs de plus en plus stabilisés, de plus en plus légitimes. La Tunisie devient ainsi une incarnation, à un moment historique donné, du degré d’institutionnalisation de l’expertise au niveau international, des rapports de forces et des forme que peuvent prendre les interactions entre les acteurs constitutifs d’un État (fonctionnaires, ministres, députés) et des acteurs internationaux s’appuyant sur des normes, des standards, des modèles institutionnels dont la légitimité est reconnue à des degrés divers, tant au niveau international qu’aux seins des champs politiques nationaux.

Bibliographie

SIMÉANT J., 2012, « Localiser le terrain de l’international », Politix, 100, 4, 129.

LECLER R., 2016, « Resituer la mondialisation. Récit d’une enquête sur la prise en charge administrative de l’audiovisuel international en France », Terrains/Théories, 5.

MAERTENS L., 2016, « Ouvrir la boîte noire: Observation participante et organisations internationales », Terrains / Théories, 5.

BASARAN T., BIGO D., GUITTET E.-P., WALKER R.B.J., 2016, International Political Sociology: Transversal Lines, London ; New York, Routledge, 310 p.

SIMÉANT J., 2015, Guide de l’enquête globale en sciences sociales, CNRS, 408 p.

Quentin DEFORGE

doctorant à l’IRISSO, Université Paris Dauphine

Pour citer ce billet : Quentin Deforge, « Pour une sociologie historique (et située) de l’expertise transnationale Retours d’enquêtes et propositions à partir des activités de « développement parlementaire» en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2137.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Patrimoines en péril Action publique et politiques de préservation au Maghreb

Le colloque international interdisciplinaire “Patrimoines en Péril : Action publique et politiques de préservation au Maghreb” s’est tenu les 13 et 14 octobre 2017 à Hammamet. Il a été organisé par l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain de Tunis (IRMC), en collaboration avec le laboratoire Cessma de l’université Paris Diderot, l’Université Ferhat Abbas de Sétif (Laboratoires PUVIT et LAM), le centre Jacques Berque de Rabat et le LAAM de l’Université de La Manouba.

© tn.ambafrance.org

Ce colloque, coordonné par Hend Ben Othman, enseignante chercheure à l’Université de Carthage et chercheure associée à l’IRMC et Chantal Chanson- Jabeur, chercheure au Laboratoire Cessma de l’université Paris Diderot, a réuni 36 chercheurs de différents pays (Algérie, France, Maroc, Mauritanie, Syrie et Tunisie) et de différentes disciplines : archéologues, historiens, économistes, etc, travaillant sur la problématique du patrimoine, ainsi que des professionnels dont des architectes et des urbanistes, mais également les institutions publiques chargées de la préservation du patrimoine (INP), la représentante de l’ICOMOS en Tunisie et des représentants de la société civile (associations de sauvegarde des médinas en Tunisie, les amis du patrimoine…)

Cette rencontre scientifique a permis de confronter les terrains et de faire le point sur les paradigmes de l’action publique en matière de préservation du patrimoine dans les différents pays étudiés. L’accent a été mis sur les instruments de la préservation et les processus de patrimonialisation, avec une attention particulière aux approches participatives. Le débat a permis de réinterroger la notion de patrimoine et d’en redéfinir les contours, à travers la présentation de cas de bâtiments ou de tissus urbains autres qu’arabo-musulmans (patrimoine colonial, berbère, espagnol) souvent délaissés. Ce dernier axe a permis de mettre en exergue les enjeux éminemment politiques et économiques, et souvent identitaires et symboliques du classement.

© tn.ambafrance.org

Outre la richesse scientifique de ce colloque, il a été l’occasion de constituer un nouveau réseau interdisciplinaire, composé d’universitaires et de professionnels, de représentants d’institutions publiques et de la société civile, avec des perspectives de publications mais également d’organisations de futures rencontres sur la problématique patrimoniale.

Hend Ben Othman

Enseignante, chercheure à l’université de Carthage. Doctorante en Urbanisme et aménagement à l’Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme (ENAU)

Pour citer ce billet : Hend Ben Othman, « Patrimoines en péril Action publique et politiques de préservation au Maghreb », Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2132.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Circulation et confrontation des modèles

La deuxième session de l’École doctorale itinérante en sciences sociales, destinée aux doctorants d’Afrique du Nord et d’Afrique sub-saharienne, s’est tenue à l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis du Sénégal, du 11 au 18 septembre 2017. Elle était organisée, sous l’égide de Mame-Penda Ba, professeure à l’UGB et de Jérôme Heurtaux, chercheur associé à l’IRMC, par l’UGB, l’UFR des sciences juridiques et politiques de l’UGB, le Laboratoire d’analyse des sociétés et pouvoirs. Afrique-diasporas (LASPAD), l’IRMC, l’Institut de recherche interdisciplinaire en Sciences Sociales (IRISSO, Paris-Dauphine, PSL) et le Centre Jacques Berque (CJB) à Rabat. Cette école a été réalisée dans le cadre de l’IRIS Études Globales financée par l’IDEX PSL (ANR-10-IDEX-0001-02 PSL). Elle a également été soutenue par plusieurs institutions : l’Institut de recherche sur le développement (IRD) à Dakar, les Services de coopération et d’action culturelle (SCAC) de Dakar, Rabat, Moroni, Bamako, le ministère de l’Enseignement supérieur du Mali et la Royal Air Maroc.

Cette seconde édition, après celle de Bamako en 2016 (cf. supra) avait pour thème : « Circulation et confrontation des modèles ». Il s’agissait d’encourager les étudiants à prendre en compte dans leurs recherches les modèles qui circulent concernant l’analyse de la démocratie et du développement, modèles confrontés à ceux utilisés par les acteurs sociaux et politiques, mais aussi de réfléchir à la pertinence des modèles d’analyse choisis dans le cadre de leur recherche. Dans une perspective tant théorique que méthodologique, c’est aussi une approche critique des modèles qui a été proposée, dans la mesure où les modèles circulent trop souvent en faisant silence sur leur condition de production et sans examen des usages qui en sont faits. Cette thématique était par ailleurs l’occasion de saisir les modèles issus des sciences sociales africaines et africanistes, qui, confrontés à d’autres, conduisent à reconfigurer des questions épistémo-logiques de tout premier ordre.

L’école doctorale itinérante en sciences sociales

L’école doctorale itinérante en sciences sociales a été initiée par Jérôme Heurtaux, alors chercheur MAEDI à l’IRMC, sous l’impulsion de Karima Dirèche, directrice de l’IRMC entre 2013 et 2017. Destinée aux doctorants et aux jeunes docteurs en sciences sociales inscrits dans une université ou rattachés à un laboratoire situé dans un pays d’Afrique du Nord ou d’Afrique sub-saharienne, elle a pour objectif d’apporter un soutien méthodologique aux doctorants en sciences sociales tout en stimulant la coopération scientifique entre l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique du Nord et l’Europe. Chaque session, organisée chaque année dans un pays différent, est organisée en étroite collaboration avec une équipe de chercheurs de l’Université d’accueil. La sélection des participants et le programme sont réalisés en concertation. La réussite de l’événement est donc conditionnée par l’engagement du groupe local de collègues dans sa préparation, sa mise en place et son animation. L’encadrement des doctorants est enfin assuré par une équipe mixte de chercheurs locaux et étrangers.

La première et précédente édition a eu lieu en septembre 2016 à l’Institut de Sociologie et d’Anthropologie de l’Université des lettres et des sciences humaines de Bamako (ULSHB) au Mali et a accueilli une trentaine d’étudiants venant du Sénégal, du Burkina Faso, de Guinée, de Tunisie, d’Algérie et du Maroc, encadrés par une dizaine de chercheurs confirmés. La thématique de cette première école était ” L’écriture scientifique » (cf. reportage vidéo sur https://www.youtube.com/watch? v=tmyIy_ibAFU).

A travers cette école, l’IRMC renforce ses liens avec des institutions universitaires et de recherche situés en Afrique sub-saharienne. Au-delà des institutions, l’école offre une occasion concrète de travail en collaboration réunissant des chercheurs de divers horizons. L’expérience de ce travail en commun peut être vue comme un levier pour d’autres collaborations : cotutelles de thèse, sessions de formation doctorale ciblées, journées d’étude thématiques, colloques internationaux, etc.

La session de Saint-Louis du Sénégal

La seconde session de l’école doctorale itinérante a eu lieu à Saint-Louis du Sénégal du 11 au 18 septembre 2017. Elle a suscité un très fort intérêt auprès des doctorants et doctorantes des pays de la région. Pas moins de 263 candidats ont présenté un dossier, dont 233 complets, selon la répartition nationale suivante : Sénégal (36), Burkina Faso (30), Cameroun (25), Maroc (24), Algérie (17), Tunisie (18), Mali (17), Bénin (16), Côte d’Ivoire (15), Togo (13), Guinée (4), Niger (4), Tchad (2), Divers Cap-Vert, Madagascar, Comores, France, Nigéria… (12)

La sélection été réalisée en fonction de plusieurs paramètres : qualité des dossiers (un classement était réalisé par pays après examen de l’ensemble des candidatures recevables), « prime » aux candidats inscrits dans une université sénégalaise (avec l’exigence de représenter l’ensemble des universités du pays), proximité géographique pour raisons de coût du transport (un bus a été affrété pour le groupe des Maliens et les doctorants guinéens ont également voyagé par voie terrestre). C’est pourquoi le groupe final était composé de la façon suivante : Sénégal (19), Mali (17), Côte d’Ivoire (1), Burkina Faso (3), Guinée (2), Maroc (3), Algérie (3), Tunisie (3), France (1), Bénin (1), Togo (1), Niger (1), Cameroun (1), Comores (1).

Les encadrants (cf. liste ci-dessous) étaient au nombre de 17, se répartissant entre Sénégalais (9), maliens (2), français (5) et marocains (1).

La première partie de chaque matinée était consacrée aux présentations de dix encadrants issus de différentes disciplines et traditions intellectuelles. Toutes portaient sur la thématique de l’école (circulation et confrontation des modèles). Les doctorants étaient invités à réagir et discuter avec les intervenants.

La seconde partie de la matinée et les après-midi étaient consacrés aux ateliers doctoraux. Cinq groupes de 11 à 13 doctorants, encadrés par 3 chercheurs confirmés, ont été constitués sur une base thématique (questions économiques et locales, questions politiques et juridiques, questions de genre, migrations, santé, autres) tout en respectant les principes d’interdisciplinarité et de mixité internationale. Les étudiants ont pu présenter leur recherche à deux reprises au cours de la semaine, la seconde intervention ayant pour objectif de vérifier si l’essentiel des critiques et des conseils reçus lors de leur première intervention avait été intégré.

© YouTube (People et blogs).

Atouts et points forts

Un appui inestimable aux recherches des doctorants

De l’avis de l’ensemble des doctorants qui l’ont exprimé pendant et au sortir de l’école doctorale, les séances pléniaires et les travaux en ateliers ont constitué d’importantes ressources pour reconfigurer leur problématique et leurs méthodes. Ils disent avoir pris conscience des blocages rencontrés, et avoir été rassurés sur la pertinence de leur objet de recherche. Bien qu’exigeant, le climat de bienveillance qui présidait aux débats a été un élément décisif pour lever timidité et incertitudes. Certains disent être repartis avec un nouvel élan et un courage revivifié pour reprendre et reformuler leur recherche, tant sur le plan de la définition de l’objet, de la méthode employée ou du cadre théorique mobilisé. En outre, les problèmes liés à la constitution d’une bibliographie critique et au bon usage des références dans la démarche de recherche, ont été soulevés. L’école représente une occasion rare d’offrir un encadrement innovant à des étudiants venus d’horizons divers.

La volonté de travailler en réseaux

L’école doctorale s’est structurée sur une démarche active de décentrement des sciences sociales, en donnant une place importante à la question de la circulation des savoirs et en interrogeant tout particulièrement les possibilités pour les jeunes chercheurs africains d’avoir toute leur place dans les grandes enquêtes empiriques, face à une surabondance de travaux et de concepts construits à partir de terrains dans les sociétés européennes et d’Amérique du Nord. En cela, et en s’appuyant sur une équipe de l’Université Gaston Berger particulièrement investie dans les réseaux internationaux s’intéressant à ces questions, l’école doctorale s’inscrit pleinement dans les débats en cours relatifs à la globalisation des sciences sociales, et plus précisément dans l’émergence d’échanges et de dialogues pluralistes, multipolaires. Les réseaux créés dans ce cadre pourront ainsi, sur le moyen et long terme, être un appui pour constituer un pôle africain de la recherche en sciences sociales.

Il s’agissait d’inciter les doctorants à constituer des réseaux thématiques, disciplinaires ou pluridisciplinaires, en fonction des affinités électives dont les sessions doctorales sont le théâtre. Une page facebook « Ecole doctorale itinérante » a été créée lors de la session de Saint-Louis. Réunissant l’ensemble des doctorants qui ont participé à la session et vite rejoints par les participants de l’école de Bamako (septembre 2016), elle est rapidement devenue une plateforme d’échange d’informations (sur d’autres écoles doctorales, sur des appels à contributions, etc.), d’articles, de sources et de contacts. Des réseaux disciplinaires sont également en cours de constitution, dont un réseau de jeunes chercheurs africains en droit public.

Ces réseaux pourraient être la matrice de la relève d’une génération d’enseignants-chercheurs à même de s’investir ensuite dans la formation et l’accompagnement doctoral dans leur université ou leur pays d’origine (ou dans un autre pays de la zone). D’où la nécessité de mettre ensemble, pas seulement pour des raisons intellectuelles, des chercheurs des différentes sciences sociales et du droit.

Donner une visibilité aux sciences
sociales issues des sociétés africaines

Le fait que l’école ait lieu chaque année dans une université et un pays différents permet un effet d’enrôlement de doctorants et de collègues confirmés qui ne se connaissaient pas ou peu, et qui, à la faveur des débats, entendent participer à la formation des doctorants. Par ce biais, il s’agit aussi de donner visibilité et légitimité aux sciences sociales issues des pays d’Afrique. Raison pour laquelle nous avons insisté sur l’importance des enquêtes de terrain.

Les limites et comment les dépasser

La modestie du format

Les principales limites de l’école doctorale sont sa durée et le turn-over des doctorants. Une semaine par an, autour d’un groupe de doctorants non identique d’une année sur l’autre, restreint d’évidence l’ambition de cette école. C’est pourquoi nous avons plaidé pour des relais intermédiaires (réseaux, ateliers interuniversitaires) pour pallier le manque d’espaces de discussions des thèses en cours.

Un accès réduit à la documentation et aux bibliothèques

L’école itinérante se tient dans des espaces universitaires inégaux quant à l’accès à la documentation en sciences sociales et aux ouvrages fondamentaux internationaux. En sorte que les bibliographies recommandées sont suceptibles de rester lettres mortes. Nous avions soulevé cette question au Mali lors d’un rendez-vous avec la Ministre de l’Enseignement supérieur, mais ce problème crucial demeure dans nombre d’universités de la région, comme en ont témoigné les doctorant(e.s).

Un financement restreint

Le format de l’école est encore très dépendant des financements que nous trouvons et que nous réunissons tardivement chaque année. De ce budget dépend, on l’a vu, la sélection d’un nombre restreint de doctorants pour certains pays, alors même que leurs projets sont scientifiquement recevables. Mais surtout, il s’agit de pérenniser et d’élargir cette école doctorale. L’objectif serait en effet, de créer une école doctorale tout au long de l’année, qui ne soit pas rattachée à une institution en particulier, et qui offrirait, outre les grandes sessions annuelles, des formations ciblées (type séjour d’un enseignant-chercheur ou deux dans un laboratoire pour un séminaire doctoral intensif d’une semaine, rencontres doctorales thématiques avec un plus petit nombre de participants, encadrement de la rédaction d’un article académique, les pistes sont nombreuses).

© YouTube (People et blogs).

Reste que rendez-vous est pris pour la troisième session en 2018, qui devrait être hébergée par une université d’Afrique subsaharienne. La nouvelle directrice de l’IRMC, Oissila Saaidia, qui était présente à Saint-Louis du Sénégal, s’est d’ailleurs engagée à accueillir dans les années à venir, une des prochaines éditions de l’école doctorale itinérante en Tunisie.

Jérôme Heurtaux

Pour citer ce billet : Jérôme Heurtaux, « Circulation et confrontation des modèles », Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2126.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Entretien avec Mohamed TALBI

Mohamed Talbi, nous a quittés ce 1ermai 2017. À cette occasion, nous publions un entretien inédit, réalisé par Kmar Bendana en 1997 et dans lequel le célèbre penseur tunisien revient sur l’historique des Cahiers de Tunisie.

Votre nom apparaît pour la première fois dans Les Cahiers de Tunisie en 1956, en tant qu’auteur d’un article. Vous souvenez-vous des circonstances et des détails de ce début ?

Mohamed Talbi : 1956, année de l’indépendance, a été également pour moi l’année de mon retour en Tunisie. J’y avais enseigné auparavant, de manière discontinue, comme instituteur puis comme professeur du secondaire. En 1947, je suis parti en France, pour préparer une licence. Revenu à Tunis en 1949, pour des raisons financières, j’ai enseigné dans le secondaire. À la même époque, avec la création de l’Institut des Hautes Études, présidé par Jean Roche, et dirigé en fait par Pierre Marthelot, j’ai été amené à dispenser des cours dans cet Institut. J’ai ainsi fait connaissance avec Pierre Marthelot et, par la même occasion, avec Les Cahiers de Tunisie. Ce fut, en quelque sorte, mes débuts dans l’enseignement supérieur et dans la recherche. Auparavant j’avais écrit dans Arabica, revue publiée en France et dirigée par Lévy-Provencal, mon directeur de thèse.

J’étais entré en contact avec le Secrétaire général des Cahiers de Tunisie, Jean Pignon, un homme de qualité, d’une très grande ouverture et qui aimait la Tunisie. Il était l’un des Français libéraux les plus engagés dans une voie de collaboration et d’amitié avec les Tunisiens. Chez lui comme chez Pierre Marthelot i1 n’y avait rien du colonisateur tel qu’on se le représente habituellement.

Alors que le marxisme était à l’apogée de son audience, Pierre Marthelot était de gauche mais non marxiste, caractéristique rare à l’époque. Ses convictions étaient celles d’un chrétien libéral. Une amitié est née entre nous. Nous étions liés également à un autre chrétien libéral, Hédi-Roger Idriss, français fidèle à ses origines tunisiennes, qui préparait sa thèse sur les Zirides. Le contact avec tous ces enseignants de l’Institut des Hautes Études et collaborateurs des Cahiers de Tunisie résume mes débuts dans cette revue tunisienne, dirigée à ce moment-là ( c’était inévitable ( par des Français. Le directeur en était Jean Roche et le rédacteur en chef, Jean Pignon. Avec Jean Roche, physicien, professeur au Collège de France, j’ai conservé des liens d’amitié bien longtemps après son départ de Tunisie.

Dans cette mouvance, un noyau de Français libéraux recherchaient des contacts avec les Tunisiens dans une perspective favorable à l’indépendance. Celle-ci, comparée à la situation qui a prévalu en Algérie, s’est déroulée dans de bonnes conditions, sans trop de casse ni d’animosité. Durant les années 1952- 1956, les chocs, quelquefois violents, étaient amortis à l’échelle de l’Université, où les rapports restaient cordiaux…

© leaders.com

K.B. : Est-ce vous qui avez eu l’initiative de votre premier article ou vous l’a-t-on demandé ?

M.T. : Il m’a été suggéré à l’occasion d’un colloque sur l’armée, organisé par André Martel, auteur d’une thèse sur la Tunisie, et spécialiste d’histoire militaire. Dans le cadre de cette rencontre, j’ai traité de l’armée à partir de l’exploitation de certaines sources manuscrites disponibles à la bibliothèque Al Abdilliya, qui dépendait alors de la Mosquée de la Zitouna et était installée à proximité de celle-ci.

K.B. : Comment ont évolué vos rapports avec l’équipe qui animait Les Cahiers de Tunisie à leurs débuts ?

M.T. : J’ai dû quitter cette équipe pour repartir en France à la fin de l’année 1956. Je voulais consacrer davantage de temps à ma thèse et aux recherches de documentation, travailler sur des textes que je trouvais difficilement en Tunisie et qui étaient disponibles à la Bibliothèque Nationale à Paris.

K.B. : Vous avez cependant produit des notes de lecture pour les livraisons de 1958, 1959, 1960.

M.T. : En effet, je suis revenu en Tunisie en 1958, au moment de la création de l’Ecole Normale Supérieure de Tunis. Ahmed Abdessalem, le fondateur de l’Université de Tunis et de cette école, était un ami de longue date. Il m’a demandé d’y enseigner, ce que j’ai fait tout en continuant à collaborer avec Les Cahiers de Tunisie. Mais, en 1962, je suis reparti à Paris où j’ai dirigé la Maison de Tunisie, tout en achevant et en soutenant ma thèse. En 1966, j’étais de retour en Tunisie.

K.B. : Vous avez pris la direction des Cahiers de Tunisie en 1969. Avec vous s’est constitué un véritable comité de rédaction. Comment fonctionnait alors la revue avec ce comité de rédaction ?

M.T. : Si mes souvenirs sont exacts, j’ai collaboré avec la revue, dès 1966. Un poste était vacant du fait du départ de Pierre Marthelot en 1962. Ahmed Abdessalem lui a succédé comme directeur tandis qu’André Nouschi remplaçait Jean Pignon à la rédaction.

K.B. : Vous avez donc connu plusieurs rédacteurs en chef. Le premier fut Paul Sebag.

M.T. : Paul Sebag a joué un rôle primordial dans le sauvetage des Cahiers de Tunisie. Lorsque nous l’avons prise en main, elle était agonisante, pour de multiples raisons. L’équipe qui l’avait animée à ses débuts n’était plus là. En outre, il y avait alors pénurie d’articles. L’Université de Tunis venait juste d’être créée et les collaborateurs susceptibles de nourrir scientifiquement une revue étaient peu nombreux. Les Cahiers de Tunisie avaient déjà accueilli beaucoup d’articles d’enseignants étrangers. Dans le creux de la vague, il fallait quelqu’un pour dynamiser la revue. Ahmed Abdessalem a pris la relève de Pierre Marthelot en 1961 et André Nouschi a remplacé Jean Pignon en qualité de rédacteur en chef. Mais Ahmed Abdessalem était surchargé de travail ; investi de la responsabilité de créer une Université, il ne pouvait pas consacrer tout son temps à la revue. André Nouschi, également, était absorbé par les tâches d’enseignement. Or, faire vivre une revue requiert beaucoup de dynamisme : programmer des articles, solliciter des auteurs, sélectionner les textes dans le souci de maintenir un certain niveau. La revue ne paraissait plus que par intermittence. Pour assurer la continuité, on publiait des numéros doubles, triples ou quadruples, souvent peu volumineux. On a eu recours à des « réimpressions ». On essayait de faire l’impossible pour que la revue ne meure pas. Le résultat a été atteint, on a sauvé la revue.

K.B. : Comment avez-vous procédé ?

M.T. : Nous nous sommes livrés à un travail de redressement, pour lequel Paul Sebag a joué un rôle capital. Cet homme extraordinaire d’érudition, qui aspirait à la plus grande perfection, n’a malheureusement jamais publié sa thèse. Sociologue apprécié de ses nombreux amis tunisiens et français, il a produit un grand nombre d’articles sur Tunis. Grâce à son dynamisme et à son dévouement ( et à ceux de son épouse qui corrigeait toutes les épreuves et mettait au point les tables analytiques ( nous sommes arrivés à faire renaître une revue de qualité, avec un minimum d’imperfections techniques. Progressivement, nous avons réussi à multiplier le nombre de nos collaborateurs et à recevoir de nombreux articles qui venaient de toute part. Sur l’initiative de Paul Sebag, on a également reproduit dans chaque numéro des Cahiers de Tunisie un article ancien, de très grande qualité, ou devenu introuvable.

© webdo.tn

K.B. : C’est la rubrique “Réimpressions”. Pourquoi a-t-elle été interrompue en 1980 ?

M.T. : On en a beaucoup parlé au sein du comité de rédaction. Elle a été suspendue parce qu’elle exigeait de trouver des articles. Cela nécessitait un travail de prospection et de recherche extrêmement long et difficile. Le dévouement des débuts a fait place à la lassitude. On a dû renoncer à cette activité qui relevait plus ou moins de la documentation que de la recherche.

K.B. : Puisque nous parlons des rubriques, expliquez-nous comment se préparait la chronique scientifique, qui a été très riche et très suivie.

M.T. : Dès le départ, sous l’impulsion de Paul Sebag, nous avons considéré que cette chronique scientifique était capitale.
Nous en avons débattu au sein du comité qui était désigné par le comité scientifique  de la Faculté. Nous avons pensé qu’une revue comme Les Cahiers de Tunisie, pour prétendre tenir sa place dans le monde scientifique, devait proposer non seulement des articles de fond mais également des comptes rendus d’ouvrages de qualité. Le public auquel nous nous adressions était légitimement désireux de se tenir informé sur les publications les plus importantes dans les domaines d’intérêt des Cahiers de Tunisie. Cela a nécessité un investissement dans la mesure où les services de presse étaient tributaires de l’image et de la réputation de la revue chez les maisons d’édition. Paul Sebag a fourni en ce domaine un travail  considérable. Par ailleurs, nous avons mis  en place des formules d’échange des Cahiers de Tunisie avec d’autres revues. Tout cela a fait l’objet de débats au sein du comité de rédaction.

K.B. : Comment se passaient les réunions du comité de rédaction ?

M.T. : On se réunissait souvent, parfois toutes les semaines, pour trouver les moyens de rendre à la revue sa place. Peu à peu, nous avons reçu en grand nombre, des ouvrages pour compte rendu. Certains numéros des Cahiers de Tunisie rendent compte de la place de plus en plus importante de cette rubrique. Les ouvrages recensés couvraient les sciences humaines (géographie, histoire, sociologie), vecteur choisi par Les Cahiers de Tunisie. Avec la multiplication des ouvrages devant faire l’objet de comptes rendus, s’est posé le problème de leur distribution. Certains livres étaient très demandés alors que d’autres ne trouvaient pas preneurs. Dans certains cas, nous choisissions nous mêmes, au sein du comité, le collègue auquel nous confierions l’ouvrage.

K.B. : Même quand ce collègue ne faisait pas partie du comité de rédaction ?

M.T. : Oui. Les membres du comité rédigeaient des comptes rendus. Comme ils étaient les premiers à voir les ouvrages, ils pouvaient faire leur choix. Les difficultés survenaient avec les collègues extérieurs au comité. En coulisses, dans les salles des professeurs, nos critères de choix étaient critiqués. L’attribution des ouvrages entraînait des tensions entre collègues qui pouvaient aller jusqu’à l’altercation. Pour couper court aux critiques, nous avons distribué à tous les collègues une liste des ouvrages reçus ; ceux qui désiraient faire tel ou tel compte rendu devaient cocher la case correspondante. Cela n’a rien résolu. Pour certains ouvrages, nous recevions presque ou pas du tout de propositions, tandis que pour les plus chers, les plus beaux ou les plus intéressants, nous étions confrontés à de nombreuses demandes. Ainsi, avec un peu plus d’organisation et de démocratie, on se retrouvait devant la même difficulté. Le comité de suivi tranchait tantôt à l’unanimité, tantôt au prix de grandes tensions. On débattait très ouvertement et on parvenait toujours à une solution. On avait institué un registre de procèsverbaux des débats, à la demande de nombreux collègues.

K.B. : Peut-on prendre connaissance de ce registre ?

M.T. : À vrai dire, je crois qu’il ne s’agissait pas d’un registre mais plutôt de procès-verbaux sur papier libre, distribués aux collègues. Je regrette de ne pas les avoir conservés. Les séances de ce comité étaient très animées. Parfois des discussions acides opposaient Paul Sebag et Béchir Tlili. Ce dernier, homme très dévoué décédé en 1986, était très vif dans ses réactions. Ce n’est pas un hasard s’il a succédé à Paul Sebag. Tous deux étaient tellement préoccupés par la revue qu’il pouvait y avoir des frictions.

K.B. : La chronique scientifique était donc une responsabilité consciemment remplie par tous les membres du comité. Et la rubrique « Réimpressions » ?

M.T. : C’était une initiative de Paul Sebag, de même que la rubrique « État des travaux et des recherches », dont je déplore la disparition. Quelquefois, nous prenions des décisions bonnes dans l’absolu mais très difficiles à réaliser. En particulier pour cette rubrique, nous nous heurtions à la difficulté d’alimenter
régulièrement une information sur la vie scientifique. Paul Sebag s’est beaucoup  donné à ce genre de tâches qui nécessitent érudition, méthode, esprit de suite… C’était essentiel mais cela dépassait nos moyens.

K.B. : Au cours des dix premières années, on remarque une tendance à concevoir des numéros autour de thèmes assez vastes : la numismatique, l’eau, etc… Petit à petit, la place des varia devient plus importante. Puis on en vient à la publication de colloques.

M.T. : C’est vrai. Tout cela était le fruit des débats de l’ensemble de la rédaction. Nous avions eu l’ambition de réaliser des numéros sur des sujets déterminés afin de susciter des recherches, impulser celles-ci plutôt que de subir, en ordre dispersé, les propositions des uns et des autres. Mais cette ambition s’est avérée excessive par rapport aux moyens qui s’offraient.

K.B. : Les moyens du comité ou le paysage de la recherche ?

M.T. : Par rapport aux deux… Chaque thème exigeait de disposer de spécialistes en nombre suffisant et qui acceptent de produire pour la revue un article sur commande. Pour nourrir des numéros différents et pointus, il était aussi difficile de trouver les spécialistes, de les persuader de participer. Nous y avons quelquefois réussi mais nous avons dû renoncer à une entreprise au-dessus de nos moyens. Notre université était trop petite, et nous avions vu trop grand pour ses débuts. Cette formule serait plus réalisable aujourd’hui. Nous avons maintenant plusieurs universités et disposons de spécialistes dans de nombreux domaines des sciences sociales. De plus, la revue s’est ouverte sur d’autres disciplines, comme, par exemple, la philosophie, qui n’étaient pas inscrites dans sa ligne directrice de lancement.

K.B. : Mais elle s’est fermée à la littérature qui, en revanche, figurait dans les premiers numéros.

M.T. : Oui. Aujourd’hui, les nouveaux responsables des Cahiers de Tunisie pourraient tenter de monter des livraisons thématiques… Mais les échos que j’en ai ne me permettent pas d’être optimiste. La revue ne dispose toujours pas d’une masse suffisante de propositions de bons articles. Les jeunes collègues sont absorbés par leurs thèses, d’autres sont sollicités à l’étranger parce qu’ils s’y sont fait connaître entre temps ; lorsqu’ils travaillent pour des colloques internationaux, leurs recherches vont ipso facto aux Actes de ces rencontres.

K.B. : Selon vous, la scène universitaire tunisienne serait partagée par des célébrités et des chercheurs qui achèvent leurs thèses ?

M.T. : Non. Mais l’université est quand même jeune. Le nombre d’universitaires occupés par la préparation de leur thèse est très élevé. Ceux qui ont soutenu la leur et ne sont pas trop sollicités par la recherche internationale ne sont pas nombreux. Or, ce sont ces chercheurs qui pourraient nourrir une revue d’une manière soutenue… Cependant, la revue continue et c’est là l’essentiel. Je dis toujours à mes collègues de ne pas se montrer trop exigeants, tout en évitant les publications qui n’apportent rien et porteraient tort à la revue. Il faut rechercher une ligne moyenne qui maintienne la réputation des Cahiers de Tunisie.

K.B. : Il y a eu, sous votre direction, des tentatives d’ouvrir Les Cahiers de Tunisie à l’Afrique.

M.T. : Nous avions essayé de nous ouvrir sur l’Afrique subsaharienne, le Sénégal par exemple. Nous avions l’ambition de promouvoir la recherche africaine et d’entretenir des échanges avec l’Afrique noire pour donner davantage de rayonnement aux Cahiers de Tunisie. Nous souhaitions leur ouvrir un nouveau marché, leur faire une place dans les différentes universités africaines qui trouveraient ainsi dans la revue une matière les concernant. Cela n’a pas été une réussite : nous avons bien publié quelques articles de collègues de pays d’Afrique subsaharienne, mais cela n’a jamais été probant. Dans l’ensemble, je pense qu’il y a trop peu d’articles émanant de collègues européens et étrangers.

K.B. : Dans une perspective chronologique longue, on passe d’une revue de sciences humaines (géographie, histoire, sociologie) qui touche à la littérature et à la philosophie à une revue qui les abandonne en cours de route en affermissant la place de la discipline historique. J’aimerais connaître votre sentiment à ce sujet, même a posteriori.

M.T. : Cette évolution est le fruit des débats au sein du comité de rédaction des Cahiers de Tunisie. Par souci de qualité et d’ouverture, nous cherchions à publier des textes scientifiquement valables à un niveau international, ce qui était une très grande ambition. Une revue scientifique de qualité à Oxford ou à Paris est possible, dans la mesure où le champ culturel couvert est vaste. Mais dans un pays de tradition universitaire récente, ce n’est ni évident, ni facile. Nous ne pouvions donc pas publier tout ce qui nous était proposé. Au prix de très sérieux ennuis, nous avons refusé des articles, demandé des corrections, relu des textes au sein d’un comité en désaccord, soumis des articles à des spécialistes extérieurs au comité voire à des collègues étrangers. Tout cela rendait délicats les débats de la rédaction des Cahiers de Tunisie et nous a conduits à opérer des choix. Ainsi, par exemple, après la création d’une revue littéraire à la Faculté des Lettres, nous avons décidé de ne plus publier d’articles de littérature. Nous avons agi de même, après le lancement d’une revue de géographie, qui parait toujours.

K.B. : Ces décisions de publier de nouvelles revues ne découleraient-elles pas précisément du fait que certains articles ne trouvaient pas leur place dans Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : C’est possible…

K.B. : Pourtant Les Cahiers de Tunisie se sont posés, dès le départ, comme une revue de sciences humaines.

M.T. : Avec Pierre Marthelot comme géographe et Jean Pignon comme historien, il y a eu en effet une conjonction entre ces deux disciplines. Pour prendre le relais de la Revue tunisienne, revue de sciences humaines et en particulier, Les Cahiers de Tunisie, se sont définis comme une revue de  géographie, d’histoire et de sociologie. Ce créneau n’a pas été toujours tenu avec rigueur. Il y a eu des tentatives vers la littérature qui touche aux sciences humaines. Cette discipline n’est pas seulement rhétorique, elle recouvre également un contenu. Il y a donc eu des flottements. Tantôt on voulait mettre l’accent sur les sciences humaines au sens strict, tantôt on pensait à une ouverture vers la philosophie… En effet, pourquoi la sociologie et non la philosophie ? Aussi avons-nous demandé à des philosophes de siéger parmi nous.

K.B. : La sociologie avait eu sa place dans la Revue Tunisienne.

M.T. : On se disait alors que la sociologie avait sa revue et son institution avec le Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et Sociales (CERES). En tant qu’historiens, nous avions, certes, fait partie du CERES. J’avais même été chargé d’y diriger un département d’histoire. En introduisant cette discipline au CERES et en publiant les textes relatifs à l’histoire dans les collections de ce centre, il y avait une certaine osmose.

K.B. : Quelles sont les disciplines les plus présentes dans Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : Cette définition disciplinaire a toujours été liée aux fluctuations de l’enseignement supérieur en Tunisie, par exemple, lorsqu’un département de psychologie et de pédagogie se crée, il y a là un nouvel espace de création d’articles pour la Revue. À l’inverse, lorsque celuici disparaît, cet espace se rétracte. Si un institut spécialisé de pédagogie se crée ailleurs avec sa revue et ses moyens propres, nous sommes obligés de nous aligner sur cette évolution.

K.B. : Vous parlez là d’institutions
créées en dehors de la Faculté des
Lettres et des Sciences Humaines. Or,
celle de Al Hawliyyat s’est faite au sein
de cette même Faculté. Quels étaient les
rapports entre Al Hawliyyat et les
Cahiers de Tunisie, deux revues d’une
même institution ?

M.T. : Il n’y a pas eu de problèmes. Al Hawliyyat publiait en arabe tandis que Les Cahiers de Tunisie, pendant longtemps, n’ont accepté que des articles en français, très rarement en anglais, en italien ou en espagnol. Les Cahiers de Tunisie avaient plus de vingt ans d’âge quand le comité de rédaction a décidé de l’arabiser et cela, en rapport avec l’enseignement : pendant longtemps, l’Université de Tunis, à l’exception de la section d’arabe, a eu recours au français comme langue d’usage. Moi-même, j’ai enseigné l’histoire en français avant de dispenser mes cours en arabe. Le premier texte en arabe est paru dans la revue en 1978.

K.B. : Êtes-vous le premier auteur tunisien à avoir publié dans Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : Tant que la langue française était prédominante et que nos collègues français étaient les plus nombreux, il n’y avait presque pas de contributions tunisiennes. Les articles étaient signés André Nouschi, André Martel, Jean Ganiage, Jean Pignon. L’arabisation a été discutée au sein du comité et affichée sur la couverture des Cahiers de Tunisie en 1978. Ce souci d’ouverture à l’arabe peut apparaître aujourd’hui comme-très tardif. Il n’en a pas moins été un sujet de débat au sein du comité, divisé à ce sujet. Nous aspirions à devenir une revue internationale et nous avons estimé que la place d’une revue en arabe venait d’être prise par Al Hawliyyat.

K.B. : La nouvelle revue Al Hawliyyat publiait également des articles d’histoire…

M.T. : Oui. Dans une certaine mesure, on peut dire qu’il y a eu concurrence puisque Al Hawliyyat ne publiait pas uniquement autour de la littérature. L’arabe leur était réservé pour ainsi dire tandis que Les Cahiers de Tunisie conservaient, maintenaient avec le français, un profil de revue « internationale ».

K.B. : La langue d’expression des articles a-t-il été le seul critère de distinction entre Al Hawliyyat et Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : En principe, Al Hawliyyat s’occupait de littérature arabe avec unregard porté sur la « civilisation ». Or, on ne peut prétendre étudier et comprendre la civilisation sans avoir recours à l’histoire, sans aller au-delà de l’événementiel. En histoire, l’événementiel prime de moins en moins : pour l’Ecole des Annales, pour Fernand Braudel, le plus important réside dans les mouvements lents qui permettent de comprendre le passé. Al Hawliyyat et Les Cahiers de Tunisie avaient des points communs et des différences. Dans la première de ces revues, on ne peut pas trouver d’article sur les lainiers en Italie par exemple, tandis que la seconde ne publierait pas un article sur la philologie ou la linguistique.

K.B. : Il y a cependant eu des versions d’un même article dans les deux revues…

M.T. : Cela est arrivé parce que des collègues voulaient publier leurs textes dans les deux langues, alors que tout article se doit d’être inédit. Toutefois, cette exigence est parfois difficile à faire respecter dans les faits… La gestion au jour le jour avait ses difficultés. II fallait accepter des compromis et le résultat se reflétait quelquefois dans l’aspect et le niveau général de la revue.

K.B. : Dans ce comité où les débats tiennent une grande place, qui s’occupait des aspects pratiques ? Qui assumait la préparation technique de la revue ?

M.T. : La fabrication des Cahiers de Tunisie était une source quotidienne d’ennuis et de soucis de tous genres, qu’il s’agisse des problèmes budgétaires ou des rapports avec les imprimeurs et les éditeurs. C’est l’Imprimerie Officielle, avec sa bureaucratie, qui nous a donné le plus de mal. Une fois le manuscrit confié à l’imprimerie, on ne savait jamais quand la revue allait paraître. Nous passions toujours après les imprimés administratifs. Le secrétaire général de la revue puis le rédacteur en chef étaient littéralement « submergés ». Il leur fallait se battre tous les jours pour que la revue soit prête dans des délais acceptables. Elle ne paraissait jamais aux dates prévues ; des retards énormes survenaient toujours au cours de cette phase technique. Paul Sebag, Béchir Tlili, Mounira Chapoutot, et d’autres rédacteurs en chef de la revue, ont beaucoup oeuvré pour que la fabrication se déroule dans de bonnes conditions.

K.B. : Quand vous devenez le directeur de la revue en 1969, celle-ci change de couverture. Avez-vous gardé le souvenir de la préparation de cette couverture ?

M.T. : C’est Paul Sebag qui a suscité le changement de couverture car il estimait que « le temps du chameau était terminé ». Certes, la couverture était très belle, mais elle appartenait à une époque révolue. Pour en finir avec la vision folklorique de l’arabe liée au chameau ou à un dessin berbère, il fallait remplacer l’ancienne couverture. Paul Sebag a contacté des dessinateurs qui nous ont proposé des maquettes puis nous avons procédé à un choix, en comité.

K.B. : Cette couverture demeurera jusqu’en 1992. A-t-il été question de la changer avant cette date ?

M.T. : Seulement quand nous avons voulu paraître dans les deux langues. Nous avons alors discuté pour que la couverture fût bilingue. Le dernier changement de 1992 est venu à point. Une revue doit évoluer dans sa présentation, sinon elle est menacée par la routine. Un effort considérable a été fourni depuis cette date pour la rénovation de l’ensemble et pour une parution sous une forme mieux adaptée au marché, aux idées actuelles etc… Il faut qu’une revue, de temps en temps, change de maquette.

K.B. : Comment jugez-vous, aujourd’hui, l’expérience des Cahiers de Tunisie ?

M.T. : Je pense que la revue se livre à un effort continu d’adaptation. Il faut qu’une revue soit vivante, qu’elle s’adapte. Le nouveau comité prend les initiatives nécessaires en ce domaine. La revue a actuellement un aspect plus attrayant.

K.B. : Les Cahiers de Tunisie nous avaient habitués à une revue d’historiens. L’orientation récente ne tente-t-elle pas de réserver une plus grande place aux autres disciplines enseignées à la Faculté ?

M.T. : Ce choix avait été opéré lorsque je dirigeais la revue. Il n’y a pas eu de virage mais un équilibrage. Nous étions déjà ouverts à des textes de philosophie, par exemple.

K.B. : Mais vous conviendrez que la place relative de l’histoire était dominante.

En effet, aujourd’hui encore, le directeur de la revue est historien, et la revue continue à privilégier l’histoire, ce qui, à mes yeux, est normal. Mais tout en continuant à le faire, elle ne veut pas s’y cantonner parce que les sciences humaines englobent d’autres disciplines que l’histoire. Par fidélité à la vocation de la revue, il faut que l’histoire ait sa part. Toutefois, Les Cahiers de Tunisie n’ont jamais été exclusivement une revue d’histoire, tout comme les Annales par exemple.

K.B. : À travers la structure du comité de rédaction et son contenu, on constate également une forte présence de la discipline historique au détriment d’autres : la psychologie, les littératures française et anglaise avaient été peu à peu réduites à la portion congrue dans les derniers numéros des Cahiers de Tunisie, avant le changement de 1992.

M.T. : Dès le départ, l’histoire a été une discipline dominante et elle l’est restée. Toutes les ouvertures ont cherché un équilibre en faveur d’une plus grande représentativité des autres sciences humaines, tout en gardant son importance à l’histoire.

K.B. : Est-ce pour vous lié à une corporation dominante ou est-ce un problème strictement scientifique ? La Faculté ne serait-elle pas une institution où les historiens ont une place plus importante, plus voyante ?

M.T. : Il est très difficile de distinguer entre les deux aspects, l’un scientifique et l’autre corporatif. Il est évident que dans Les Cahiers de Tunisie, l’histoire a eu une part importante dès le départ, avec Jean Pignon. Ce n’est pas un hasard si le directeur des Cahiers de Tunisie a toujours été par la suite un historien. On peut juger aujourd’hui que l’histoire reste envahissante dans Les Cahiers de Tunisie, mais c’était un choix. Je parle subjectivement : l’histoire, est, dans les sciences humaines, la discipline la plus importante. C’est mon point de vue d’historien. Un sociologue me contesterait peut-être, mais je ne peux m’empêcher de considérer que les sciences humaines sont très largement historiques, regardent vers le passé. Certes, les sciences d’actualité, comme la sociologie ou la pédagogie, ont leur importance, mais les sciences humaines prennent en charge tout le passé de l’humanité.

K.B. : Croyez-vous qu’il n’y a que les historiens qui puissent parler du passé ?

M.T. : Par définition, un historien fait de l’histoire ; il ne peut pas parler de l’actualité.

K.B. : Un philosophe aussi regarde le passé, tout comme un texte littéraire charrie une part d’histoire.

M.T. : Oui. Il y a une histoire de la philosophie mais elle n’en est qu’une petite partie. La philosophie est surtout une pensée vivante sur l’actuel. Si Michel Foucault est un grand historien, c’est parce qu’il n’est pas seulement un historien de la philosophie.

K.B. : Cela n’exclut pas que la philosophie soit représentée dans une revue comme Les Cahiers de Tunisie.

M.T. : Mais nous sommes ouverts à la philosophie! Nous l’avons toujours considérée comme une science humaine extrêmement importante! Elle est une réflexion vivante et actuelle sur les phénomènes humains dans leur sens le plus large. Les plus grands philosophes étaient des créateurs et non pas des historiens de la philosophie. L’histoire revendique pour elle tout ce qui s’inscrit dans le passé, y compris la philosophie. L’histoire des idées est une part extrêmement importante de l’histoire. Les historiens qui ont étudié l’histoire de la pensée font peut-être concurrence aux philosophes lorsque ces derniers se font historiens : la pensée de Spinoza, par exemple, fait partie du passé. Elle tombe ipso facto dans le domaine de l’histoire et le philosophe qui étudie des idées du passé se fait malgré lui historien. De même, il y a des domaines communs entre l’histoire et la démographie, lorsqu’il s’agit de démographie historique. L’historien est toujours amené à chasser sur le territoire d’autres disciplines, c’est inévitable.

K.B. : Pensez-vous que Les Cahiers de Tunisie doivent refléter la recherche, en particulier dans les relations qui régissent les différentes disciplines entre elles, quitte à ce que certaines prennent plus de place que d’autres ?

M.T. : Si les collègues qui prennent actuellement en charge la revue me demandaient mon avis, je leur dirais que Les Cahiers de Tunisie ont un devoir, celui d’être dynamiquement fidèles à leurs origines : que la revue ne néglige jamais l’histoire et pas seulement l’histoire événementielle, mais également celle des idées et des institutions, de la civilisation et de la pensée humaine. À mon avis, mais ce n’est peut-être pas celui des dirigeants actuels, il faut « naviguer » avec cette revue, de telle sorte qu’elle puisse retrouver son impulsion première : celle d’une revue de sciences humaines où l’histoire occupe une place extrêmement importante, sinon prédominante.

Kmar Bendana

Pour citer ce billet : Louise Favel, «Entretien avec Mohamed TALBI», Le Carnet de l’IRMC, N° 19,  janvier-mai 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2095.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Un géant méconnu : l’Indonésie, l’islam et la démocratie

Rémy Madinier, chercheur à l’IRESSEC et enseignant à l’EHESS, a répondu aux questions de Karima Dirèche, lors l’une rencontre qui fut l’occasion d’appréhender l’Islam en dehors des sentiers battus et de cette ère géographique qu’est le Maghreb.

Avec 250 millions d’habitants, dont 87,5 % de musulmans, L’Indonésie est le pays qui compte le plus de musulmans au monde et pourtant nous ignorons bien souvent ce « géant asiatique» dans notre compréhension actuelle de cette religion. Géographiquement décentrée, par rapport auMoyen-Orient et au Maghreb, il est vrai que les problématiques ne sont donc pas tout à fait les mêmes. Ainsi la question palestinienne par exemple n’est elle pas le centre des crispations et des préoccupations desmusulmans indonésiens et le lien à cette religion, est naturellement beaucoup plus ancré dans un contexte géopolitique sud asiatique. En effet, en Indonésie, bouddhistes, hindouistes, chrétiens, confucianistes et musulmans se côtoient sans heurts ni concurrence. D’après Rémy Madinier, les trajectoires spirituelles des Indonésiens sont en réalité complexes et parfois constituées de passages d’une religion à l’autre. L’essentiel réside dans le fait de croire. Signe de cette importance portée à la foi, l’athéisme n’y est ainsi toujours pas reconnu.

De plus, il faut ajouter à cela que l’Islam s’est implanté relativement tardivement en Indonésie, puisque les premières traces datent du XIe siècle, et s’est donc inscrit dans un environnement déjà très influencé par d’autres religiosités. C’est au XIIIe siècle que Marco Polo signale l’Indonésie comme premier pays musulman. Cette « islamisation » se propage de façon pacifique, à travers les commerçants, mais n’empêche pas les habitants de pratiquer l’hindouisme ou le bouddhisme parfois avec des syncrétismes.

Au XVIIe siècle, les colons néerlandais succèdent aux Espagnols et aux Portugais et convertissent ainsi une petite partie de la population au protestantisme. À l’indépendance de l’Indonésie, en 1945, deux leadersmusulmans, prennent enmain le pays et créent un État islamique, leur parti islamique se nomme le Masjumi. Pourtant, dans la Pancasila (philosophie indonésienne), rien n’est inscrit explicitement en vertu des principes de l’Islam. L’article 1er prône la croyance en un Dieu unique par exemple, mais sans se réclamer de l’Islam et peut ainsi convenir aux autres confessions présentes dans le pays. Il s’agit pour le parti Masjumi, de créer un État démocratique et islamique. Ce parti considère qu’il faut agir en fonction des valeurs propres à l’Islam sans pour autant s’en réclamer, ou en tout cas l’exhiber. Les chrétiens reconnaissent un signe de tolérance à leur égard et s’associent au projet duMasjumi. En 1955, le parti est divisé entre une aile moderniste et une autre prônant un islam traditionnel. Les masjumites sont évincés et le parti est interdit en 1957.

En 1959, Saokarno prend le pouvoir et fait alliance avec les communistes puis avec Suharto (de 1967 à 1998). C’est à partir de cette époque, que l’islamisme prend un tournant plus rigoriste et que la question de l’application de la charia entre en compte, même si cela reste un projet très inabouti à ce jour.

© institutfrancais-tunisie.com

Il semble en tout cas, bien que ce pays n’ait pas connu d’attentat depuis le 12 octobre 2012 (un jour, un mois et une année après le 11 septembre 2001), et bien que le nombre de combattants partis en Syrie ne dépasse pas les 700, que le pays se tourne vers un conservatisme religieux ayant pour principal souci de s’attaquer aux comportements jugés déviants. Ainsi, dans un échiquier politique dans lequel coexistent 5 partis islamistes, cela apporte la preuve irréfutable que l’islamisme échappe à l’idée que l’on s’en fait d’un parti unique, et donc qu’il n’est pas la réponse en soi.

Aujourd’hui la Jamaah Islamiyah s’est morcelée et cela implique des tentatives d’attaques terroristes d’individus isolés, souvent formés via internet. Le gouvernement indonésien déjoue de nombreux attentats mais ces initiatives personnelles restent difficiles à détecter.

Bien que le gouvernement montre une certaine efficacité dans sa gestion de lutte contre le terrorisme, l’école et notamment les professeurs d’éducation islamique laissent se propager l’idée d’un l’Occident à la dérive, dénué de toute moralité et qu’il faut lutter contre la débauche idéologique de ce continent.

Grâce à cette brève histoire de l’Indonésie musulmane, multicon-fessionnelle et démocratique, Rémy Madinier, nous a ainsi apporté un autre éclairage sur l’Islam, souvent présenté comme une entité immuable, unique et anhistorique.

Aborder l’Islam sous l’angle d’un pays aux moeurs et à la culture différents de l’ère géographiqueméditerranéenne permet ainsi de remettre en perspective quelques idées reçues sur cette religion et de replacer ces questions dans un contexte précis, une ère du temps, ainsi qu’un cadre de normalisation.

Louise Favel

Pour citer ce billet : Louise Favel, «Un géant méconnu : l’Indonésie, l’islam et la démocratie», Le Carnet de l’IRMC, N° 19,  janvier-mai 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2085.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Temps court Temps long

Tenu du 5-8 avril 2017, le 5e symposium de la Manouba a été lancé par une table-ronde pluridisciplinaire sur le thème « Temps court, temps long ». Autour de Raja Ben Slama (professeur d’arabe, psychanalyste et directrice de la Bibliothèque Nationale de Tunis), cinq intervenants ont présenté leur approche du temps, chacun selon un angle disciplinaire.

Pourquoi aborder ce couple temps court/temps long en 2017 en Tunisie ? Sans doute, le contexte politique, socioéconomique et culturel du pays pris dans une transition qui dure, n’était-il pas étranger à ce choix.Mais aucune région du monde aujourd’hui n’échappe à cette question en raison de l’accélération du temps social et politique, de la révolution numérique, de la multiplication des échanges et des connexions.

Toutes les interventions ont abordé la question des différentes échelles du temps. Dans une intervention sur la « trame historique de la révolution tunisienne », Yadh Ben Achour (Juriste spécialiste de droit public et des théories politiques en islam. Ancien doyen de la faculté des sciences juridiques de Tunis, ancien président de la Haute instance de la Révolution, membre du Comité des droits de l’homme des Nations Unies) a distingué le temps court de la Révolution et le temps long du processus révolutionnaire qui l’a suivi, et qui est celui de l’histoire de la Tunisie contemporaine. Pour lui, deux tendances ont traversé l’Histoire de la Tunisie depuis le XIXe siècle : une tendance « modernisatrice » qui a monopolisé l’initiative de l’action politique jusqu’à l’Indépendance et jusqu’à la veille de la Révolution. Face à elle, une tendance « théocentrique », marginalisée par le pouvoir politique. La Révolution a permis à cette tendance, et pour la première fois, d’obtenir l’initiative politique. La question de l’irréversibilité de la situation a été débattue.

D’autres interventions sont venues élargir l’horizon temporel au-delà de l’histoire contemporaine tunisienne : le temps cyclique de l’économie, l’espacetemps de la géo-histoire, le temps physique (avec, à ses deux extrémités, le temps atomique et le temps cosmique) et jusqu’au temps de l’éternité, ont été évoqués par les différents intervenants.

La conception comme mouvement a été mise en avant par Hamadi Ben Jaballah (Professeur de philosophie à l’université de Tunis, docteur d’état èslettres, diplômé en recherches approfondies, agrégé de la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis). Il a posé à ce propose la question de la liberté : « Et si Adam avait obéi ? » y aurait-il eu Humanité ? Le Paradis évoque l’éternité ; ce qui revient à dire qu’il n’y a pas d’Histoire. La Chute a donné à l’Homme des contraintes spatiales et temporelles qui lui ont paradoxalement offert une liberté d’action, qui lui ont permis de s’inscrire dans une  dynamique de mouvement. Cette finitude en engendre une autre, celle de son corps, qui fait de l’Homme un être avec une vie certes, mais aussi une mort. Vivre c’est alors naître et vieillir, avoir un passé et un futur, acquérir une mémoire, construire une temporalité mentale, intérieure. Un autre mythe rappelle cela : il s’agit de l’histoire d’Ulysse qui reste un temps sur l’île des Lotophages. Les habitants ont tout oublié, et ont donc perdu la notion du temps. Dénués de perspective, ils sont aussi dépossédés de leur désir de vivre.

Le temps dans sa matérialité a été étudié grâce à la présentation de Amor Belhédi (Professeur émérite en géographie à l’université de Tunis depuis 2016, membre correspondant de Beit al-Hikma). « Il est toujours minuit quelque part » : cette citation a permis aux participants de réfléchir aux découpages spatio-temporels que sont les fuseaux-horaires par exemple. Il a été rappelé, ensuite, que depuis les années 1980, la science géographique a évolué et s’est attachée à étudier le territoire des hommes, c’est-à-dire à prendre en compte l’action humaine sur des réalités spatiales. En effet, un espace sans société, sans problématique de pouvoir n’a pas de sens. Pour comprendre ces interactions, il faut nécessairement considérer l’Histoire et envisager le futur. Nous pouvons ainsi dire qu’un état et un État sont datés.

Fawzia Charfi (Secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur dans le gouvernement après la révolution, professeur de physique à l’Université de Tunis, ancienne Directrice de l’IPEST et membre du Comité scientifique de la Cité des Sciences de Tunis) a rappelé que notre Terre est très vieille et que les espèces qui la peuplent ne sont pas immuables. Sur un temps infiniment long, elles sont en perpétuelle évolution. Ce principe darwinien fait appel à deux notions opposées et parfaitement liées : le temps atomique, celui de la nano-seconde et le temps cosmique qui se mesure en milliards d’années.

À l’image des historiens, les économistes découpent et mesurent le
temps ; mais à l’inverse des premiers qui l’envisagent de façon linéaire, ces derniers le théorisent souvent sous forme de cycle (court, moyen, long). Azzem Mahjoub (Professeur émérite en Sciences Economiques de l’Université de Tunis El Manar, professeur invité dans diverses Universités et consultant, il a pour domaines de recherche privilégiés, les ressources humaines et le développement humain, l’intégration régionale, la gouvernance, les institutions et le développement durable) s’est attaché à démontrer que le développement humain doit nécessairement être durable, ce qui implique la prise en compte des générations futures. L’Économie a  développé des indicateurs éthiques permettant de considérer les besoins des populations actuelles tout en envisageant une réponse positive à ceux des générations à venir.

Le symposium s’est poursuivi avec d’autres conférences, des tables rondes et des ateliers d’écriture, selon la tradition pluridisciplinaire établie depuis le démarrage de la formule en 2013. Il s’est achevé le 8 avril 2017 à la Bibliothèque Nationale de Tunis autour d’une exposition sur l’histoire et le présent de la typographie arabe, en partenariat avec la Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations (BULAC, Paris).

Claire Ménétrier et Kmar Bendana

Pour citer ce billet : Claire Ménétrier et Kmar Bendana, «Temps court Temps long», Le Carnet de l’IRMC, N° 19,  janvier-mai 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2080.

 

 

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook