Archives de catégorie : Sociologie

Circulation et confrontation des modèles

La deuxième session de l’École doctorale itinérante en sciences sociales, destinée aux doctorants d’Afrique du Nord et d’Afrique sub-saharienne, s’est tenue à l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis du Sénégal, du 11 au 18 septembre 2017. Elle était organisée, sous l’égide de Mame-Penda Ba, professeure à l’UGB et de Jérôme Heurtaux, chercheur associé à l’IRMC, par l’UGB, l’UFR des sciences juridiques et politiques de l’UGB, le Laboratoire d’analyse des sociétés et pouvoirs. Afrique-diasporas (LASPAD), l’IRMC, l’Institut de recherche interdisciplinaire en Sciences Sociales (IRISSO, Paris-Dauphine, PSL) et le Centre Jacques Berque (CJB) à Rabat. Cette école a été réalisée dans le cadre de l’IRIS Études Globales financée par l’IDEX PSL (ANR-10-IDEX-0001-02 PSL). Elle a également été soutenue par plusieurs institutions : l’Institut de recherche sur le développement (IRD) à Dakar, les Services de coopération et d’action culturelle (SCAC) de Dakar, Rabat, Moroni, Bamako, le ministère de l’Enseignement supérieur du Mali et la Royal Air Maroc.

Cette seconde édition, après celle de Bamako en 2016 (cf. supra) avait pour thème : « Circulation et confrontation des modèles ». Il s’agissait d’encourager les étudiants à prendre en compte dans leurs recherches les modèles qui circulent concernant l’analyse de la démocratie et du développement, modèles confrontés à ceux utilisés par les acteurs sociaux et politiques, mais aussi de réfléchir à la pertinence des modèles d’analyse choisis dans le cadre de leur recherche. Dans une perspective tant théorique que méthodologique, c’est aussi une approche critique des modèles qui a été proposée, dans la mesure où les modèles circulent trop souvent en faisant silence sur leur condition de production et sans examen des usages qui en sont faits. Cette thématique était par ailleurs l’occasion de saisir les modèles issus des sciences sociales africaines et africanistes, qui, confrontés à d’autres, conduisent à reconfigurer des questions épistémo-logiques de tout premier ordre.

L’école doctorale itinérante en sciences sociales

L’école doctorale itinérante en sciences sociales a été initiée par Jérôme Heurtaux, alors chercheur MAEDI à l’IRMC, sous l’impulsion de Karima Dirèche, directrice de l’IRMC entre 2013 et 2017. Destinée aux doctorants et aux jeunes docteurs en sciences sociales inscrits dans une université ou rattachés à un laboratoire situé dans un pays d’Afrique du Nord ou d’Afrique sub-saharienne, elle a pour objectif d’apporter un soutien méthodologique aux doctorants en sciences sociales tout en stimulant la coopération scientifique entre l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique du Nord et l’Europe. Chaque session, organisée chaque année dans un pays différent, est organisée en étroite collaboration avec une équipe de chercheurs de l’Université d’accueil. La sélection des participants et le programme sont réalisés en concertation. La réussite de l’événement est donc conditionnée par l’engagement du groupe local de collègues dans sa préparation, sa mise en place et son animation. L’encadrement des doctorants est enfin assuré par une équipe mixte de chercheurs locaux et étrangers.

La première et précédente édition a eu lieu en septembre 2016 à l’Institut de Sociologie et d’Anthropologie de l’Université des lettres et des sciences humaines de Bamako (ULSHB) au Mali et a accueilli une trentaine d’étudiants venant du Sénégal, du Burkina Faso, de Guinée, de Tunisie, d’Algérie et du Maroc, encadrés par une dizaine de chercheurs confirmés. La thématique de cette première école était ” L’écriture scientifique » (cf. reportage vidéo sur https://www.youtube.com/watch? v=tmyIy_ibAFU).

A travers cette école, l’IRMC renforce ses liens avec des institutions universitaires et de recherche situés en Afrique sub-saharienne. Au-delà des institutions, l’école offre une occasion concrète de travail en collaboration réunissant des chercheurs de divers horizons. L’expérience de ce travail en commun peut être vue comme un levier pour d’autres collaborations : cotutelles de thèse, sessions de formation doctorale ciblées, journées d’étude thématiques, colloques internationaux, etc.

La session de Saint-Louis du Sénégal

La seconde session de l’école doctorale itinérante a eu lieu à Saint-Louis du Sénégal du 11 au 18 septembre 2017. Elle a suscité un très fort intérêt auprès des doctorants et doctorantes des pays de la région. Pas moins de 263 candidats ont présenté un dossier, dont 233 complets, selon la répartition nationale suivante : Sénégal (36), Burkina Faso (30), Cameroun (25), Maroc (24), Algérie (17), Tunisie (18), Mali (17), Bénin (16), Côte d’Ivoire (15), Togo (13), Guinée (4), Niger (4), Tchad (2), Divers Cap-Vert, Madagascar, Comores, France, Nigéria… (12)

La sélection été réalisée en fonction de plusieurs paramètres : qualité des dossiers (un classement était réalisé par pays après examen de l’ensemble des candidatures recevables), « prime » aux candidats inscrits dans une université sénégalaise (avec l’exigence de représenter l’ensemble des universités du pays), proximité géographique pour raisons de coût du transport (un bus a été affrété pour le groupe des Maliens et les doctorants guinéens ont également voyagé par voie terrestre). C’est pourquoi le groupe final était composé de la façon suivante : Sénégal (19), Mali (17), Côte d’Ivoire (1), Burkina Faso (3), Guinée (2), Maroc (3), Algérie (3), Tunisie (3), France (1), Bénin (1), Togo (1), Niger (1), Cameroun (1), Comores (1).

Les encadrants (cf. liste ci-dessous) étaient au nombre de 17, se répartissant entre Sénégalais (9), maliens (2), français (5) et marocains (1).

La première partie de chaque matinée était consacrée aux présentations de dix encadrants issus de différentes disciplines et traditions intellectuelles. Toutes portaient sur la thématique de l’école (circulation et confrontation des modèles). Les doctorants étaient invités à réagir et discuter avec les intervenants.

La seconde partie de la matinée et les après-midi étaient consacrés aux ateliers doctoraux. Cinq groupes de 11 à 13 doctorants, encadrés par 3 chercheurs confirmés, ont été constitués sur une base thématique (questions économiques et locales, questions politiques et juridiques, questions de genre, migrations, santé, autres) tout en respectant les principes d’interdisciplinarité et de mixité internationale. Les étudiants ont pu présenter leur recherche à deux reprises au cours de la semaine, la seconde intervention ayant pour objectif de vérifier si l’essentiel des critiques et des conseils reçus lors de leur première intervention avait été intégré.

© YouTube (People et blogs).

Atouts et points forts

Un appui inestimable aux recherches des doctorants

De l’avis de l’ensemble des doctorants qui l’ont exprimé pendant et au sortir de l’école doctorale, les séances pléniaires et les travaux en ateliers ont constitué d’importantes ressources pour reconfigurer leur problématique et leurs méthodes. Ils disent avoir pris conscience des blocages rencontrés, et avoir été rassurés sur la pertinence de leur objet de recherche. Bien qu’exigeant, le climat de bienveillance qui présidait aux débats a été un élément décisif pour lever timidité et incertitudes. Certains disent être repartis avec un nouvel élan et un courage revivifié pour reprendre et reformuler leur recherche, tant sur le plan de la définition de l’objet, de la méthode employée ou du cadre théorique mobilisé. En outre, les problèmes liés à la constitution d’une bibliographie critique et au bon usage des références dans la démarche de recherche, ont été soulevés. L’école représente une occasion rare d’offrir un encadrement innovant à des étudiants venus d’horizons divers.

La volonté de travailler en réseaux

L’école doctorale s’est structurée sur une démarche active de décentrement des sciences sociales, en donnant une place importante à la question de la circulation des savoirs et en interrogeant tout particulièrement les possibilités pour les jeunes chercheurs africains d’avoir toute leur place dans les grandes enquêtes empiriques, face à une surabondance de travaux et de concepts construits à partir de terrains dans les sociétés européennes et d’Amérique du Nord. En cela, et en s’appuyant sur une équipe de l’Université Gaston Berger particulièrement investie dans les réseaux internationaux s’intéressant à ces questions, l’école doctorale s’inscrit pleinement dans les débats en cours relatifs à la globalisation des sciences sociales, et plus précisément dans l’émergence d’échanges et de dialogues pluralistes, multipolaires. Les réseaux créés dans ce cadre pourront ainsi, sur le moyen et long terme, être un appui pour constituer un pôle africain de la recherche en sciences sociales.

Il s’agissait d’inciter les doctorants à constituer des réseaux thématiques, disciplinaires ou pluridisciplinaires, en fonction des affinités électives dont les sessions doctorales sont le théâtre. Une page facebook « Ecole doctorale itinérante » a été créée lors de la session de Saint-Louis. Réunissant l’ensemble des doctorants qui ont participé à la session et vite rejoints par les participants de l’école de Bamako (septembre 2016), elle est rapidement devenue une plateforme d’échange d’informations (sur d’autres écoles doctorales, sur des appels à contributions, etc.), d’articles, de sources et de contacts. Des réseaux disciplinaires sont également en cours de constitution, dont un réseau de jeunes chercheurs africains en droit public.

Ces réseaux pourraient être la matrice de la relève d’une génération d’enseignants-chercheurs à même de s’investir ensuite dans la formation et l’accompagnement doctoral dans leur université ou leur pays d’origine (ou dans un autre pays de la zone). D’où la nécessité de mettre ensemble, pas seulement pour des raisons intellectuelles, des chercheurs des différentes sciences sociales et du droit.

Donner une visibilité aux sciences
sociales issues des sociétés africaines

Le fait que l’école ait lieu chaque année dans une université et un pays différents permet un effet d’enrôlement de doctorants et de collègues confirmés qui ne se connaissaient pas ou peu, et qui, à la faveur des débats, entendent participer à la formation des doctorants. Par ce biais, il s’agit aussi de donner visibilité et légitimité aux sciences sociales issues des pays d’Afrique. Raison pour laquelle nous avons insisté sur l’importance des enquêtes de terrain.

Les limites et comment les dépasser

La modestie du format

Les principales limites de l’école doctorale sont sa durée et le turn-over des doctorants. Une semaine par an, autour d’un groupe de doctorants non identique d’une année sur l’autre, restreint d’évidence l’ambition de cette école. C’est pourquoi nous avons plaidé pour des relais intermédiaires (réseaux, ateliers interuniversitaires) pour pallier le manque d’espaces de discussions des thèses en cours.

Un accès réduit à la documentation et aux bibliothèques

L’école itinérante se tient dans des espaces universitaires inégaux quant à l’accès à la documentation en sciences sociales et aux ouvrages fondamentaux internationaux. En sorte que les bibliographies recommandées sont suceptibles de rester lettres mortes. Nous avions soulevé cette question au Mali lors d’un rendez-vous avec la Ministre de l’Enseignement supérieur, mais ce problème crucial demeure dans nombre d’universités de la région, comme en ont témoigné les doctorant(e.s).

Un financement restreint

Le format de l’école est encore très dépendant des financements que nous trouvons et que nous réunissons tardivement chaque année. De ce budget dépend, on l’a vu, la sélection d’un nombre restreint de doctorants pour certains pays, alors même que leurs projets sont scientifiquement recevables. Mais surtout, il s’agit de pérenniser et d’élargir cette école doctorale. L’objectif serait en effet, de créer une école doctorale tout au long de l’année, qui ne soit pas rattachée à une institution en particulier, et qui offrirait, outre les grandes sessions annuelles, des formations ciblées (type séjour d’un enseignant-chercheur ou deux dans un laboratoire pour un séminaire doctoral intensif d’une semaine, rencontres doctorales thématiques avec un plus petit nombre de participants, encadrement de la rédaction d’un article académique, les pistes sont nombreuses).

© YouTube (People et blogs).

Reste que rendez-vous est pris pour la troisième session en 2018, qui devrait être hébergée par une université d’Afrique subsaharienne. La nouvelle directrice de l’IRMC, Oissila Saaidia, qui était présente à Saint-Louis du Sénégal, s’est d’ailleurs engagée à accueillir dans les années à venir, une des prochaines éditions de l’école doctorale itinérante en Tunisie.

Jérôme Heurtaux

Pour citer ce billet : Jérôme Heurtaux, « Circulation et confrontation des modèles », Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2126.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’hypermédiatisation des Femen en France, au Québec et en Tunisie

 

Résumé de thèse

La politisation des corps féminins – lieux traditionnels de l’antiféminisme et des luttes féministes – s’accompagne dans l’histoire contemporaine d’un phénomène d’amplification par le médiatique. Un mouvement féministe créé en Ukraine en 2008, les Femen, manifeste seins nus contre la domination masculine sous toutes ses formes (prostitution, patriarcat, religion, etc.). Le corps nu des Femen provoque autant l’admiration que l’ire des commentateurs. À l’été 2012, la fuite d’Ukraine et l’exil en France, de l’une des leaders du mouvement, coïncide avec le début de son internationalisation. La même année, en France, les militantes Femen s’impliquent dans les débats sur la loi pour le mariage pour tous, dans une France divisée sur la question. La multiplication d’actions spectaculaires, notamment au sein des églises françaises, accroît sa notoriété. En Tunisie, la jeune Amina Sboui s’inspire de cette stratégie et publie des photographies de son corps nu. Le pays est marqué par les soulèvements du « printemps arabe » et la confrontation entre islam politique et libéraux laïcs cristallise la société. Avec l’action de trois militantes Femen en Tunisie, en mai 2013, la médiatisation atteint des sommets. Quel est le rôle des médias dans ces politisations ? Les controverses se prolongent au Québec où une antenne est créée. En octobre 2013, c’est au sein de l’Assemblée nationale que les activistes Femen réclament le retrait du crucifix et soutiennent la charte de la laïcité qui fait l’objet de vifs débats parmi les Québécois. Sur ces trois territoires, aux histoires différentes mais liées (histoire coloniale et postcoloniale, francophonie, etc.), les actions Femen sont investies par des contextes où la place du religieux est fortement questionnée depuis trois décennies. Les féminismes abordent ces problématiques en ordre dispersé et les stratégies sont diverses. Sur ces trois territoires, si les Femen se sont imposées comme le symbole d’un corps anti-religieux, c’est qu’au même moment, d’autres corps symbolisent le religieux. Les pratiques de voilement islamique (foulard, turban, voile intégral, etc.) sont au cœur d’une dialectique, tantôt réelle, tantôt fantasmée.

Le corps reste donc un « réceptacle des luttes politiques », et devient dans sa dimension genrée, un « champ de bataille ». À partir d’une analyse des discours, il reste à retracer la construction politique et médiatique du mouvement des Femen, à identifier les courants idéologiques qui s’affrontent, et à identifier les sens contemporains de la nudité (politique).

© Bibliothèque Nationale de Tunisie (Une du quotidien national Al-Chourouk, 30/05/2013)

Séjour de recherche à l’IRMC de Tunis : Analyse de corpus et collecte de données

En Tunisie, ces polémiques traversent trois espaces ; les sphères médiatique, politique et judiciaire. Ces évènements sont une porte d’entrée de compréhension des luttes politique qui se jouent dans un pays marqué par la transition politique. Que signifie cette polémique ? Comment est-elle comprise et réceptionnée par la société tunisienne ? Quel est le rôle contemporain du corps dans la sphère politique, dans un tel contexte ? Enfin, comment les mouvements féministes négocient-ils cette tension entre corps-objet et corps-sujet ?

 

Mon séjour de recherche à l’IRMC (septembre à décembre 2017) me permet de collecter deux types de données. Le premier est un corpus de la presse écrite qui retrace l’histoire de ces événements, et les discours en confrontation. Les quatre principales sources, trois en langue arabe (Al-Chourouk, As-sabah, Al-Fajr) et une en langue française (La Presse) couvrent les différentes tendances politiques de la société (gauche, pro-gouvernementale et islam politique). Le positionnement des journaux sur des clivages politiques (proximité avec le pouvoir, clivage gauche/droite) est moins évident qu’il n’y paraît. Un certain nombre d’entretiens sont menés avec des journalistes et des chercheurs sur les médias afin de combler les lacunes de la littérature existante sur la question. La seconde source d’information est institutionnelle. Il s’agit de collecter les comptes rendus de justice, la polémique ayant été marquée par de nombreux procès. Pourquoi la nudité est revendiquée en arme de protestation ? Est-elle historique ? Quelles en sont les limites et les critiques ?

Jallal MESBAH

est doctorant en histoire contemporaine Université d’Angers / GEDI. Contact : jalla.mesbah@gmail.com

Pour citer ce billet : Jallal Mesbah, «L’hypermédiatisation des Femen en France, au Quebec et en tunisie», Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2121.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mémoires et changements sociaux en Algérie et en Tunisie dans le discours dominant chez les jeunes à travers la presse : approche comparative

Dans la continuité de l’enquête menée l’an dernier lors de mon accueil scientifique du 26 octobre au 3 novembre 2016 à l’IRMC de Tunis, j’effectue un nouveau séjour de recherche dans cette même institution afin de poursuivre mes recherches empiriques et méthodologiques en m’appuyant sur l’approche comparative des deux contextes algérien et tunisien.

Ma recherche comporte cinq volets principaux : la mémoire, le changement social, le discours dominant, les jeunes et la presse écrite. Cette dernière est abordée pour l’Algérie à partir de 4 quotidiens qui ont émergé dans le cadre du pluralisme : El Watan, qui diffuse ses contenus en langue française, El Khabar, Echourouk et Enahar, en langue arabe. Une démarche similaire est appliquée à la presse tunisienne à partir des quotidiens Essabah en langue arabe et La Presse de Tunisie, en langue française.

La mémoire occupe une place très importante dans la société algérienne, toutes générations confondues. L’Algérie, qui a accédé à l’indépendance, après une guerre de 7 ans, en 1962, garde une image idéale et héroïque de cette guerre. Un premier constat s’impose : la guerre de libération nationale, avec tous ses symboles et comme événement marquant du passé et du présent de l’Algérie, est présente dans la scène politique à travers les discours et les programmes de l’État, dans la constitution, au sein de l’école notamment et dans beaucoup d’autres domaines. En conséquence, elle a eu une influence considérable sur les processus de changement et de développement de l’Algérie depuis 1962.

De la même manière, les personnes interrogées en Tunisie évoquent l’ère bourguibienne, comme nous avons pu le constater lors de notre première enquête de terrain. Les entretiens avec différents acteurs académiques, notamment avec des étudiants, sembleraient confirmer une certaine nostalgie des Tunisiens du temps de la présidence d’Habib Bourguiba.

Les processus de changements des sociétés dans le passé montrent que le changement politique est le premier à apparaître, suivi d’autres changements au niveau social et économique notamment. Le changement social peut être perçu comme positif ou négatif, selon les acteurs. Ce changement exige une transformation dans divers domaines pilotés par des courants politiques, culturels et religieux qui se diffusent à travers la presse ou d’autres supports de communication. Rappelons que l’Algérie a connu des changements importants depuis l’indépendance.

Dans la Tunisie post-révolutionnaire, le changement est à la fois social et politique, il est notamment véhiculé par des jeunes, par des mouvements associatifs mais aussi par la presse écrite qui a bénéficié de plus de liberté. Nous allons donc nous interroger sur le discours dominant en Tunisie.

Les discours des différents acteurs politiques, religieux, culturels et également médiatiques en Algérie, s’appuient sur la mémoire algérienne qui renvoie à la guerre de libération nationale et à tous ses symboles. Pour ce qui est de la Tunisie, à partir des entretiens semidirectifs menés auprès de professeurs, de professionnels de la presse et d’étudiants tunisiens, il semblerait que les discours dominants politiques et religieux s’appuient sur la mémoire bourguibienne.

La presse algérienne a connu deux périodes importantes, celle du parti unique et celle du pluralisme politique. Durant la première période, il s’agissait d’une presse étatique qui propageait le discours officiel et défendait les prérogatives de l’État. Elle participait à la lutte en vue de construire un projet de société algérienne qui reposait sur les principes socialistes et de protection de l’intérêt public. Avec l’instauration de la constitution de 1989, suivie par la promulgation de la loi de 1990 sur l’information [Loi n° 90-07 du 3 avril 1990 relative à l’information] est apparue une presse à caractère privé qui a développé des lignes éditoriales différentes. Le développement de cette presse privée s’est traduite par la naissance de centaines de titres en langues arabe, française et amazigh qui présentent des contenus similaires malgré un contexte de plus grande liberté pour la presse.

En Tunisie, la presse écrite a également connu deux périodes : avant et après la Révolution de 2011. Durant la première période, les libertés étaient limitées et les organes de la presse tunisienne étaient sous le contrôle du régime du président Ben Ali. La Révolution a permis la libéralisation de la presse.

Les jeunes représentent en Algérie un potentiel très important. Présents dans différents secteurs, ils sont aussi une catégorie touchée par les contraintes socioéconomiques que connait l’Algérie depuis des décennies. Ces jeunes sont indifférents aux discours qui s’appuient sur la mémoire de la guerre de libération nationale. En Tunisie, les jeunes ont été les pionniers de la révolution de 2011. C’est pourquoi, les demandes de changements politiques et social ont été marquées par les revendications de la rue et des réseaux sociaux. Ces jeunes, aujourd’hui peu présents sur la scène politique, sont très actifs dans les mouvements associatifs. Certains semblent regretter leur participation à la révolution en avançant l’argument de leur actuelle marginalisation.

Il nous semble important, pour mener à bien ce travail, de développer nos contacts avec des journalistes et des responsables de la presse tunisienne pour enrichir notre étude comparative.

Notre enquête cherche à déterminer la nature du discours véhiculé à travers la presse tunisienne. Quel est le discours dominant en Tunisie : celui qui s’appuie sur la mémoire, celui du changement social ou s’agit-il des deux à la fois ?

Notre recherche s’effectuera donc en deux temps avec d’une part, un travail théorique qui reposera sur une recension des sources et des références sur la thématique qui constitue le thème de notre recherche soit les contenus de la presse tunisienne arabophone et francophone, et d’autre part, un travail pratique d’enquête de terrain via des entretiens avec des historiens, des sociologues et des journalistes de la presse écrite tunisienne.

Nadjat LAHDIRI est chercheure au CRASC d’Oran, depuis juin 2013. Elle conduit une recherche dans le cadre du projet « Mémoire et changement social en Algérie dans le discours dominant (2011-2015) ». contact : n.lahdiri@crasc.dz

Pour citer ce billet : Nadjat LAHDIRI, «Mémoires et changements sociaux en Algérie et en Tunisie dans le discours dominant chez les jeunes à travers la presse : approche comparative», Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2110.

 

 

 

 

 

 

 

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La gestion de la crise dans les pays non-membres de l’UE, et en particulier en Libye

La contribution de l’IRMC à la recherche européenne

Depuis avril 2016, l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain est le partenaire local d’un projet de recherche de l’Union Européenne HORIZON 2020 : EUNPACK, “Good intention mixed results – A conflict sensitive unpacking of the EU comprehensive approach to conflict and crisis mechanisms”. Ce programme de recherche est basé à l’IRMC de Tunis sous la direction de Jérôme Heurtaux, et géré par Chiara Loschi, post-doctorante CNRS depuis mai 2017.

Le projet EUNPACK (www.eunpack. eu) se compose d’un consortium de 13 partenaires et institutions de recherche, dirigés et coordonnés par le Norwegian Institute for Foreign Affairs (NUPI), basé à Oslo, en Norvège. L’ensemble du projet a débuté en avril 2016 et se terminera au mois de mai 2019.

Le projet analyse les mécanismes mis en place par l’UE pour répondre aux crises institutionnelles et politiques dans les pays voisins. L’analyse se concentrera sur les écarts (gaps) dans la réponse à la crise. Tout d’abord, il se focalise sur l’écart entre les intentions et la mise en oeuvre de ces politiques de gestion de crise. Deuxièmement, le projet aborde l’écart entre la mise en oeuvre des politiques et des approches de l’UE et la réception et la perception de ces politiques sur le terrain par les destinataires, ainsi que les conséquences non intentionnelles et indirectes de ces politiques. Le projet a été conçu pour examiner de manière critique la réponse de l’UE aux crises extérieures, dans le but d’accroître la « sensibilité aux conflits » (conflict sensitivity) des politiques européennes et leur efficacité.

Pour ce faire, le projet adopte une approche holistique qui couvre l’ensemble du cycle de crise, les outils à la disposition de l’UE et sa capacité à répondre aux crises dans différents types de régions. La recherche sera conduite d’une manière comparative sur des cas d’études qui représentent les régions couvertes par des  relations extérieures de l’UE : la zone d’élargissement avec les cas du Kosovo, pays candidat potentiel, et de la Serbie, pays candidat reconnu ; la zone du voisinage européen, avec les cas de l’Ukraine, pour le voisinage oriental, et de la Libye, pour le voisinage sud ; le voisinage élargi, avec les cas d’études du Mali, de l’Irak et de l’Afghanistan. L’IRMC est chargé de la recherche sur le cas de la Libye. L’hypothèse principale du projet à mettre en oeuvre est que l’ampleur des deux écarts (intention/mise en oeuvre ; mise en oeuvre/réception) conditionne la politique de l’UE en matière de gestion de crise et, par conséquent, sa capacité à contribuer plus efficacement à la résolution de problèmes sur le terrain. Les résultats des recherches permettront alors de présenter des recommandations politiques optimisées pour rendre les mécanismes de réponse aux crises de l’UE plus sensibles et contextuels, et donc plus efficaces et plus durables.

Dans la littérature spécialisée, on peut constater l’absence d’une investigation systématique et approfondie des mécanismes de réponse aux crises de l’UE dans les pays cibles spécifiques et la façon dont ces mécanismes sont reçus et perçus sur le terrain, pas seulement par les structures étatiques mais aussi par les personnes. L’impact de l’UE et la perception de ses activités diffèrent selon les groupes, qu’ils occupent des positions de pouvoir (par exemple, les élites, la population majoritaire, les hommes urbains, les hommes) ou non (par exemple, les minorités ethniques, les populations rurales, les personnes âgées, les femmes, les enfants). Cela implique que, pour une meilleure durabilité des efforts, l’UE doive reconnaître l’appropriation locale des programmes d’assistance extérieure, au lieu d’imposer ses propres préférences et ses recettes politiques. La première hypothèse de base qui sous-tend le projet EUNPACK est que si l’UE veut contribuer à briser le cycle de la crise et ses pièges, elle devra adopter une approche sensible aux conflits dans ses politiques de réponse. Cette compréhension a été influencée par des perspectives sociologiques et anthropologiques de bas en haut qui ont fait partie du « tournant local » dans la littérature sur la consolidation de la paix et les études sur la région (Mac Ginty, 2008 ; 2011 ; Richmond, 2009 ; 2012).

La recherche et le rôle de l’IRMC

L’année 2017 est consacrée à la recherche empirique. Elle est réalisée par les partenaires locaux du projet, qui se focalisent sur des analyses micropolitiques des mécanismes de réponse aux crises dans les cas d’études, et c’est ici que les partenaires locaux jouent le rôle le plus important. Le projet est divisé en sept Work Packages (groupes de travail ; WP) et l’IRMC est le partenaire local du WP 6. Ce WP est dirigé par l’université Sant’Anna (Pisa, Italie) qui coordonne la recherche dans les deux cas d’étude du voisinage européen : l’Ukraine et la Libye.

L’accès au terrain en Libye étant difficile et très dangereux, c’est l’IRMC, situé en Tunisie, pays voisin, qui a été choisi pour fournir l’organisation et l’expertise sur le travail de terrain auprès d’acteurs libyens et des organisations internationales travaillant en Libye, parce que ces derniers sont souvent basés à Tunis. Le cas de l’Ukraine est quant à lui suivi par l’Académie Mohyla de Kiev.

Le travail de recherche et d’analyse réalisé par l’IRMC en collaboration avec les partenaires du WP et du projet entier, fournira à terme une base de données probante figurant l’écart de connaissance entre les mécanismes institutionnels globaux de l’UE et les résultats sur le terrain dans les pays cibles.

Au cours d’une première phase de recherche, entamée en juillet 2017, des questionnaires quantitatifs ont été collectés auprès des citoyens libyens ayant été en contact avec les actions de l’Union Européenne et les organisations financées par l’UE. La deuxième phase de recherche, de nature qualitative, débutera dans la deuxième partie de l’année 2017, et sera constituée par des entretiens spécifiques et des focus groups. Tout ce travail aboutira à l’écriture des policy papers nommés deliverables, à consulter sur le site web du projet, dans le courant de l’année 2018. Ainsi, les résultats seront présentés dans des conférences internationales telles que la conférence annuelle de l’International Studies Association à San Francisco en avril 2018.

Le projet est attentif aussi bien au niveau local dans les pays cibles, qu’au niveau de l’UE et des liens entre ces niveaux, du fait de son approche ni complètement du bas vers le haut, ni du haut vers le bas. Le projet combinera les deux approches avec une attention particulière portée aux articulations institutionnelles au niveau local. Les principales questions de recherche sont les suivantes :

• Dans quelle mesure existe-t-il un décalage entre les intentions de l’approche de crise de l’UE et sa mise en oeuvre dans les différents pays cibles couverts par cette étude ?

Comment la politique de réponse à la crise de l’UE résonne-t-elle avec l’appropriation locale ?

Est-ce que cette politique est en décalage et, dans ce cas, dans quelle mesure et sur quelles dimensions de l’élaboration des politiques ? En cas de décalage, quelles sont les principales explications de cette inadéquation ?

Dans quelle mesure l’approche globale est-elle possible pour réussir dans sa forme actuelle ? Et quels types de changements pourraient être nécessaires ?

L’Union Européenne et la crise en Libye

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre froide, l’idée principale du processus d’intégration européenne se base sur la conviction que l’intégration économique et la sécurité sont étroitement liées. En d’autres termes, l’intégration économique est cruciale pour assurer la paix sur le continent européen. Dans ce cadre, la Politique européenne de voisinage (PEV) a été développée en 2004, principalement pour promouvoir la stabilité dans la périphérie orientale et sud de l’UE en intégrant les non-membres dans une région économique dirigée par l’UE à travers de nouveaux types d’arrangements d’intégration (deliverable 6.1). Depuis l’adoption du traité de Lisbonne en 2009, la création du Service d’action extérieure (EEAS) en 2011 et l’adoption d’une approche globale de la gestion des crises en 2013, l’UE a consacré beaucoup de temps et d’énergie à rationaliser son approche et à améliorer la coordination interne.

L’UE est aujourd’hui confrontée à une variété de situations de crise dans son voisinage immédiat et étendu. Des conflits dans les Balkans, en Ukraine, les conflits persistants en Afghanistan, au Moyen- Orient (par exemple en Syrie et en Irak), en Afrique du Nord (par exemple en Libye) et au Sahel (par exemple au Mali) ont mobilisé l’UE. Comme ces crises représentent différents types de conflits, il n’existe pas une seule approche uniforme de l’UE en matière de réponse et de gestion des crises.

Même si l’UE est l’une des institutions internationales les plus étudiées au monde, une compréhension globale de la mise en oeuvre et des pratiques de ses mécanismes de réponse aux crises et de la manière dont ces réponses sont perçues dans les pays cibles, manque toujours. Une grande partie de la littérature étudie les politiques de l’UE vers des missions civiles, militaires ou civiles militaires de Common Security and Defence Policy (CSDP) (Osland, 2004 ; Menon, 2009). La réponse à la crise de l’UE comprend d’autres instruments tels que les instruments en matière d’assistance humanitaire et financière, et d’aide au développement.

Parmi les pays voisins d’Europe, la trajectoire de la Libye a été tout à fait unique. Avec une population d’environ 6 millions en 2013, le principal pays producteur de pétrole en Afrique présentait Programme de recherche.

Bulletin trimestriel n° 20 juin-octobre 2017 5 avant 2011 une qualité de vie sociale et économique relativement plus élevée par rapport aux pays voisins. D’autre part, les relations diplomatiques avec la Libye ont été longuement tendues par la politique étrangère agressive de Tripoli et l’implication controversée dans des attaques terroristes majeures au cours des années 1980 et 1990, y compris en Europe.

Ancienne colonie italienne, la Libye s’est vu accorder l’indépendance en 1951 sous la direction du roi Idris al-Sanusi. La monarchie a été renversée en 1969 par un coup d’État organisé par des militaires inspirés par le nassérisme. Le colonel Mu‘ammar Kadhafi, nouveau chef, s’est engagé à nationaliser toutes les ressources de l’État, y compris les infrastructures pétrolières et les banques, et a expulsé les bases militaires occidentales héritées du passé.

En 2003, la fin de sanctions économiques imposées au régime kadhafien dans les années 1990 a coïncidé avec l’inauguration de la Politique européenne de voisinage et a marqué le début d’un processus menant à la réinsertion de la Libye dans la communauté internationale. Pourtant, Tripoli a refusé à plusieurs reprises ces invitations – la seule exception dans toute la région méditerranéenne – tout en gardant un statut d’observateur.

Depuis fin 2007, le Conseil des relations extérieures de l’Union Européenne a rappelé la nécessité de revoir les relations de l’UE avec la Libye. En 2009, la Commission a publié le Strategy Paper and National Indicative Programme 2011-2013. À cette époque, le Country Strategy Paper (CSP) considérait la Libye comme un marché prometteur et un partenaire relativement fiable : sa richesse naturelle et sa stabilité politique avaient fait de la Libye une alternative précieuse à la Russie et aux pays du Golfe pour l’approvisionnement en hydrocarbures.

Les révoltes de 2011 ont totalement changé le scenario. Depuis lors, l’approche de l’UE face à la crise en Libye a été presque exclusivement consacrée à des initiatives concernant le contrôle des frontières. Cette stratégie a été soutenue par un discours dans lequel les flux migratoires en Europe représentent une menace. La « Securitization » (Buzan et al., 1998) de la migration a ainsi contribué à modifier rapidement la crise libyenne en une crise « migratoire » : en d’autres termes, lorsque la crise devenait de plus en plus compliquée et que Daech gagnait du terrain en Libye, la question de la migration a beaucoup occupé le devant de la scène en Europe.

Cette construction discursive transformant la migration en une menace à la sécurité a conduit l’UE à s’attaquer aux flux migratoires en Libye par une approche purement sécuritaire. Bien que ces observations mettent en évidence certains enjeux et des contradictions dans la capacité de l’UE à répondre aux crises dans son voisinage, la recherche est donc nécessaire pour évaluer comment ces aspects sont perçus par les acteurs sur le terrain, y compris par les pays européens et des pays tiers, et leur impact sur la mise en oeuvre effective des stratégies européennes.

1 Carment et Schnabel (2003, 11) définissent la prévention des conflits comme « Une stratégie proactive opérationnelle ou structurelle à moyen et long terme, entreprise par une variété d’acteurs, ayant pour objectif d’identifier et de créer les conditions favorables à un environnement de sécurité internationale stable et davantage prévisible ».

Bibliographie

BUZAN B., WÆVER O., de Wilde J., 1998, Security: A New Framework for Analysis, London, Lynne Rienner Publishers.

CARMENT D., SCHNABEL A., 2003, Conflict prevention: path to peace or grand illusion ?, New York, Foundation of peace-United Nations University Press.

IVASHCHENKO-STADNIK K., PETROV R., RAINERI L., RIEKER P., RUSSO A., STRAZZARI F., 2017, “How the EU is facing crises in its neighbourhood. Evidence from Libya and Ukraine”, EUNPACK Working Paper D.6.1, EUNPACK project.

MAC GINTY R., 2008, “Indigenous peacemaking versus the liberal peace”, Cooperation and Conflict, vol. 43, n° 2, 136-163.

MAC GINTY R., 2011, International Peacebuilding and Local Resistance, Basingstoke, Palgrave.

OSLAND K.M., 2014, Much Ado about Nothing? The Impact of International Assistance to Police Reform in Afghanistan, Bosnia and Herzegovina, Kosovo, Serbia and South Sudan: A Comparative Case Study and Developing a Model for Evaluating Democratic Policing, Oslo, Faculty of Social Sciences, University of Oslo- Akademika publishing.

RICHMOND O. P., 2009, “The romanticisation of the local: welfare, culture and peacebuilding”, International Spectator, vol. 44, n° 1, 149- 169.

RICHMOND O.P., 2012, “Beyond local: ownership and participation in the architecture of international peacebuilding”, Ethnopolitics, vol. 11, n° 4, 354-375.

Liste des participants au Consortium EUNPACK :

1. Norwegian Institute of International Affairs, Norvège (coordinateurs).
2. School of Social Science, University of Manchester, Grande-Bretagne.
3. Centre for Transnational Studies, Foreign and Security Policy, Freie Universität, Allemagne.
4. Centre for European Policy Studies (CEPS), Belgique.
5. Department of Political Science, Faculty of Arts, Comenius University, Slovaquie.
6. Sant’Anna School of Advanced Studies, Italie.
7. Belgrade Centre for Security Policy – Partenaire local pour la zone d’élargissement, Serbie.
8. Kosovar Centre for Security Studies – Partenaire local pour la zone d’élargissement, Kosovo.
9. Jean Monnet Centre of Excellence in European Studies, Académie Mohyla de Kiev – Partenaire local pour le voisinage oriental, Ukraine.
10. CNRS/Institut de recherche sur le Maghreb contemporain – Partenaire local pour le voisinage du sud, Tunisie.
11. Alliance for Rebuilding Governance in Africa – Partenaire local pour le voisinage élargi, Mali.
12. Afghanistan Research and Evaluation Unit – Partenaire local pour le voisinage élargi, Afghanistan.
13. Middle East Research Institute – Partenaire local pour le voisinage élargi, Iraq.

Chiara LOSCHI

est chercheuse post-doctorante auprès de l’IRMC dans le cadre du programme EUNPACK.

Pour citer ce billet : Chiara Loschi, «La gestion de la crise dans les pays non-membres de l’UE, et en particulier en Libye», Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2105.

 

 

 

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Entretien avec Mohamed TALBI

Mohamed Talbi, nous a quittés ce 1ermai 2017. À cette occasion, nous publions un entretien inédit, réalisé par Kmar Bendana en 1997 et dans lequel le célèbre penseur tunisien revient sur l’historique des Cahiers de Tunisie.

Votre nom apparaît pour la première fois dans Les Cahiers de Tunisie en 1956, en tant qu’auteur d’un article. Vous souvenez-vous des circonstances et des détails de ce début ?

Mohamed Talbi : 1956, année de l’indépendance, a été également pour moi l’année de mon retour en Tunisie. J’y avais enseigné auparavant, de manière discontinue, comme instituteur puis comme professeur du secondaire. En 1947, je suis parti en France, pour préparer une licence. Revenu à Tunis en 1949, pour des raisons financières, j’ai enseigné dans le secondaire. À la même époque, avec la création de l’Institut des Hautes Études, présidé par Jean Roche, et dirigé en fait par Pierre Marthelot, j’ai été amené à dispenser des cours dans cet Institut. J’ai ainsi fait connaissance avec Pierre Marthelot et, par la même occasion, avec Les Cahiers de Tunisie. Ce fut, en quelque sorte, mes débuts dans l’enseignement supérieur et dans la recherche. Auparavant j’avais écrit dans Arabica, revue publiée en France et dirigée par Lévy-Provencal, mon directeur de thèse.

J’étais entré en contact avec le Secrétaire général des Cahiers de Tunisie, Jean Pignon, un homme de qualité, d’une très grande ouverture et qui aimait la Tunisie. Il était l’un des Français libéraux les plus engagés dans une voie de collaboration et d’amitié avec les Tunisiens. Chez lui comme chez Pierre Marthelot i1 n’y avait rien du colonisateur tel qu’on se le représente habituellement.

Alors que le marxisme était à l’apogée de son audience, Pierre Marthelot était de gauche mais non marxiste, caractéristique rare à l’époque. Ses convictions étaient celles d’un chrétien libéral. Une amitié est née entre nous. Nous étions liés également à un autre chrétien libéral, Hédi-Roger Idriss, français fidèle à ses origines tunisiennes, qui préparait sa thèse sur les Zirides. Le contact avec tous ces enseignants de l’Institut des Hautes Études et collaborateurs des Cahiers de Tunisie résume mes débuts dans cette revue tunisienne, dirigée à ce moment-là ( c’était inévitable ( par des Français. Le directeur en était Jean Roche et le rédacteur en chef, Jean Pignon. Avec Jean Roche, physicien, professeur au Collège de France, j’ai conservé des liens d’amitié bien longtemps après son départ de Tunisie.

Dans cette mouvance, un noyau de Français libéraux recherchaient des contacts avec les Tunisiens dans une perspective favorable à l’indépendance. Celle-ci, comparée à la situation qui a prévalu en Algérie, s’est déroulée dans de bonnes conditions, sans trop de casse ni d’animosité. Durant les années 1952- 1956, les chocs, quelquefois violents, étaient amortis à l’échelle de l’Université, où les rapports restaient cordiaux…

© leaders.com

K.B. : Est-ce vous qui avez eu l’initiative de votre premier article ou vous l’a-t-on demandé ?

M.T. : Il m’a été suggéré à l’occasion d’un colloque sur l’armée, organisé par André Martel, auteur d’une thèse sur la Tunisie, et spécialiste d’histoire militaire. Dans le cadre de cette rencontre, j’ai traité de l’armée à partir de l’exploitation de certaines sources manuscrites disponibles à la bibliothèque Al Abdilliya, qui dépendait alors de la Mosquée de la Zitouna et était installée à proximité de celle-ci.

K.B. : Comment ont évolué vos rapports avec l’équipe qui animait Les Cahiers de Tunisie à leurs débuts ?

M.T. : J’ai dû quitter cette équipe pour repartir en France à la fin de l’année 1956. Je voulais consacrer davantage de temps à ma thèse et aux recherches de documentation, travailler sur des textes que je trouvais difficilement en Tunisie et qui étaient disponibles à la Bibliothèque Nationale à Paris.

K.B. : Vous avez cependant produit des notes de lecture pour les livraisons de 1958, 1959, 1960.

M.T. : En effet, je suis revenu en Tunisie en 1958, au moment de la création de l’Ecole Normale Supérieure de Tunis. Ahmed Abdessalem, le fondateur de l’Université de Tunis et de cette école, était un ami de longue date. Il m’a demandé d’y enseigner, ce que j’ai fait tout en continuant à collaborer avec Les Cahiers de Tunisie. Mais, en 1962, je suis reparti à Paris où j’ai dirigé la Maison de Tunisie, tout en achevant et en soutenant ma thèse. En 1966, j’étais de retour en Tunisie.

K.B. : Vous avez pris la direction des Cahiers de Tunisie en 1969. Avec vous s’est constitué un véritable comité de rédaction. Comment fonctionnait alors la revue avec ce comité de rédaction ?

M.T. : Si mes souvenirs sont exacts, j’ai collaboré avec la revue, dès 1966. Un poste était vacant du fait du départ de Pierre Marthelot en 1962. Ahmed Abdessalem lui a succédé comme directeur tandis qu’André Nouschi remplaçait Jean Pignon à la rédaction.

K.B. : Vous avez donc connu plusieurs rédacteurs en chef. Le premier fut Paul Sebag.

M.T. : Paul Sebag a joué un rôle primordial dans le sauvetage des Cahiers de Tunisie. Lorsque nous l’avons prise en main, elle était agonisante, pour de multiples raisons. L’équipe qui l’avait animée à ses débuts n’était plus là. En outre, il y avait alors pénurie d’articles. L’Université de Tunis venait juste d’être créée et les collaborateurs susceptibles de nourrir scientifiquement une revue étaient peu nombreux. Les Cahiers de Tunisie avaient déjà accueilli beaucoup d’articles d’enseignants étrangers. Dans le creux de la vague, il fallait quelqu’un pour dynamiser la revue. Ahmed Abdessalem a pris la relève de Pierre Marthelot en 1961 et André Nouschi a remplacé Jean Pignon en qualité de rédacteur en chef. Mais Ahmed Abdessalem était surchargé de travail ; investi de la responsabilité de créer une Université, il ne pouvait pas consacrer tout son temps à la revue. André Nouschi, également, était absorbé par les tâches d’enseignement. Or, faire vivre une revue requiert beaucoup de dynamisme : programmer des articles, solliciter des auteurs, sélectionner les textes dans le souci de maintenir un certain niveau. La revue ne paraissait plus que par intermittence. Pour assurer la continuité, on publiait des numéros doubles, triples ou quadruples, souvent peu volumineux. On a eu recours à des « réimpressions ». On essayait de faire l’impossible pour que la revue ne meure pas. Le résultat a été atteint, on a sauvé la revue.

K.B. : Comment avez-vous procédé ?

M.T. : Nous nous sommes livrés à un travail de redressement, pour lequel Paul Sebag a joué un rôle capital. Cet homme extraordinaire d’érudition, qui aspirait à la plus grande perfection, n’a malheureusement jamais publié sa thèse. Sociologue apprécié de ses nombreux amis tunisiens et français, il a produit un grand nombre d’articles sur Tunis. Grâce à son dynamisme et à son dévouement ( et à ceux de son épouse qui corrigeait toutes les épreuves et mettait au point les tables analytiques ( nous sommes arrivés à faire renaître une revue de qualité, avec un minimum d’imperfections techniques. Progressivement, nous avons réussi à multiplier le nombre de nos collaborateurs et à recevoir de nombreux articles qui venaient de toute part. Sur l’initiative de Paul Sebag, on a également reproduit dans chaque numéro des Cahiers de Tunisie un article ancien, de très grande qualité, ou devenu introuvable.

© webdo.tn

K.B. : C’est la rubrique “Réimpressions”. Pourquoi a-t-elle été interrompue en 1980 ?

M.T. : On en a beaucoup parlé au sein du comité de rédaction. Elle a été suspendue parce qu’elle exigeait de trouver des articles. Cela nécessitait un travail de prospection et de recherche extrêmement long et difficile. Le dévouement des débuts a fait place à la lassitude. On a dû renoncer à cette activité qui relevait plus ou moins de la documentation que de la recherche.

K.B. : Puisque nous parlons des rubriques, expliquez-nous comment se préparait la chronique scientifique, qui a été très riche et très suivie.

M.T. : Dès le départ, sous l’impulsion de Paul Sebag, nous avons considéré que cette chronique scientifique était capitale.
Nous en avons débattu au sein du comité qui était désigné par le comité scientifique  de la Faculté. Nous avons pensé qu’une revue comme Les Cahiers de Tunisie, pour prétendre tenir sa place dans le monde scientifique, devait proposer non seulement des articles de fond mais également des comptes rendus d’ouvrages de qualité. Le public auquel nous nous adressions était légitimement désireux de se tenir informé sur les publications les plus importantes dans les domaines d’intérêt des Cahiers de Tunisie. Cela a nécessité un investissement dans la mesure où les services de presse étaient tributaires de l’image et de la réputation de la revue chez les maisons d’édition. Paul Sebag a fourni en ce domaine un travail  considérable. Par ailleurs, nous avons mis  en place des formules d’échange des Cahiers de Tunisie avec d’autres revues. Tout cela a fait l’objet de débats au sein du comité de rédaction.

K.B. : Comment se passaient les réunions du comité de rédaction ?

M.T. : On se réunissait souvent, parfois toutes les semaines, pour trouver les moyens de rendre à la revue sa place. Peu à peu, nous avons reçu en grand nombre, des ouvrages pour compte rendu. Certains numéros des Cahiers de Tunisie rendent compte de la place de plus en plus importante de cette rubrique. Les ouvrages recensés couvraient les sciences humaines (géographie, histoire, sociologie), vecteur choisi par Les Cahiers de Tunisie. Avec la multiplication des ouvrages devant faire l’objet de comptes rendus, s’est posé le problème de leur distribution. Certains livres étaient très demandés alors que d’autres ne trouvaient pas preneurs. Dans certains cas, nous choisissions nous mêmes, au sein du comité, le collègue auquel nous confierions l’ouvrage.

K.B. : Même quand ce collègue ne faisait pas partie du comité de rédaction ?

M.T. : Oui. Les membres du comité rédigeaient des comptes rendus. Comme ils étaient les premiers à voir les ouvrages, ils pouvaient faire leur choix. Les difficultés survenaient avec les collègues extérieurs au comité. En coulisses, dans les salles des professeurs, nos critères de choix étaient critiqués. L’attribution des ouvrages entraînait des tensions entre collègues qui pouvaient aller jusqu’à l’altercation. Pour couper court aux critiques, nous avons distribué à tous les collègues une liste des ouvrages reçus ; ceux qui désiraient faire tel ou tel compte rendu devaient cocher la case correspondante. Cela n’a rien résolu. Pour certains ouvrages, nous recevions presque ou pas du tout de propositions, tandis que pour les plus chers, les plus beaux ou les plus intéressants, nous étions confrontés à de nombreuses demandes. Ainsi, avec un peu plus d’organisation et de démocratie, on se retrouvait devant la même difficulté. Le comité de suivi tranchait tantôt à l’unanimité, tantôt au prix de grandes tensions. On débattait très ouvertement et on parvenait toujours à une solution. On avait institué un registre de procèsverbaux des débats, à la demande de nombreux collègues.

K.B. : Peut-on prendre connaissance de ce registre ?

M.T. : À vrai dire, je crois qu’il ne s’agissait pas d’un registre mais plutôt de procès-verbaux sur papier libre, distribués aux collègues. Je regrette de ne pas les avoir conservés. Les séances de ce comité étaient très animées. Parfois des discussions acides opposaient Paul Sebag et Béchir Tlili. Ce dernier, homme très dévoué décédé en 1986, était très vif dans ses réactions. Ce n’est pas un hasard s’il a succédé à Paul Sebag. Tous deux étaient tellement préoccupés par la revue qu’il pouvait y avoir des frictions.

K.B. : La chronique scientifique était donc une responsabilité consciemment remplie par tous les membres du comité. Et la rubrique « Réimpressions » ?

M.T. : C’était une initiative de Paul Sebag, de même que la rubrique « État des travaux et des recherches », dont je déplore la disparition. Quelquefois, nous prenions des décisions bonnes dans l’absolu mais très difficiles à réaliser. En particulier pour cette rubrique, nous nous heurtions à la difficulté d’alimenter
régulièrement une information sur la vie scientifique. Paul Sebag s’est beaucoup  donné à ce genre de tâches qui nécessitent érudition, méthode, esprit de suite… C’était essentiel mais cela dépassait nos moyens.

K.B. : Au cours des dix premières années, on remarque une tendance à concevoir des numéros autour de thèmes assez vastes : la numismatique, l’eau, etc… Petit à petit, la place des varia devient plus importante. Puis on en vient à la publication de colloques.

M.T. : C’est vrai. Tout cela était le fruit des débats de l’ensemble de la rédaction. Nous avions eu l’ambition de réaliser des numéros sur des sujets déterminés afin de susciter des recherches, impulser celles-ci plutôt que de subir, en ordre dispersé, les propositions des uns et des autres. Mais cette ambition s’est avérée excessive par rapport aux moyens qui s’offraient.

K.B. : Les moyens du comité ou le paysage de la recherche ?

M.T. : Par rapport aux deux… Chaque thème exigeait de disposer de spécialistes en nombre suffisant et qui acceptent de produire pour la revue un article sur commande. Pour nourrir des numéros différents et pointus, il était aussi difficile de trouver les spécialistes, de les persuader de participer. Nous y avons quelquefois réussi mais nous avons dû renoncer à une entreprise au-dessus de nos moyens. Notre université était trop petite, et nous avions vu trop grand pour ses débuts. Cette formule serait plus réalisable aujourd’hui. Nous avons maintenant plusieurs universités et disposons de spécialistes dans de nombreux domaines des sciences sociales. De plus, la revue s’est ouverte sur d’autres disciplines, comme, par exemple, la philosophie, qui n’étaient pas inscrites dans sa ligne directrice de lancement.

K.B. : Mais elle s’est fermée à la littérature qui, en revanche, figurait dans les premiers numéros.

M.T. : Oui. Aujourd’hui, les nouveaux responsables des Cahiers de Tunisie pourraient tenter de monter des livraisons thématiques… Mais les échos que j’en ai ne me permettent pas d’être optimiste. La revue ne dispose toujours pas d’une masse suffisante de propositions de bons articles. Les jeunes collègues sont absorbés par leurs thèses, d’autres sont sollicités à l’étranger parce qu’ils s’y sont fait connaître entre temps ; lorsqu’ils travaillent pour des colloques internationaux, leurs recherches vont ipso facto aux Actes de ces rencontres.

K.B. : Selon vous, la scène universitaire tunisienne serait partagée par des célébrités et des chercheurs qui achèvent leurs thèses ?

M.T. : Non. Mais l’université est quand même jeune. Le nombre d’universitaires occupés par la préparation de leur thèse est très élevé. Ceux qui ont soutenu la leur et ne sont pas trop sollicités par la recherche internationale ne sont pas nombreux. Or, ce sont ces chercheurs qui pourraient nourrir une revue d’une manière soutenue… Cependant, la revue continue et c’est là l’essentiel. Je dis toujours à mes collègues de ne pas se montrer trop exigeants, tout en évitant les publications qui n’apportent rien et porteraient tort à la revue. Il faut rechercher une ligne moyenne qui maintienne la réputation des Cahiers de Tunisie.

K.B. : Il y a eu, sous votre direction, des tentatives d’ouvrir Les Cahiers de Tunisie à l’Afrique.

M.T. : Nous avions essayé de nous ouvrir sur l’Afrique subsaharienne, le Sénégal par exemple. Nous avions l’ambition de promouvoir la recherche africaine et d’entretenir des échanges avec l’Afrique noire pour donner davantage de rayonnement aux Cahiers de Tunisie. Nous souhaitions leur ouvrir un nouveau marché, leur faire une place dans les différentes universités africaines qui trouveraient ainsi dans la revue une matière les concernant. Cela n’a pas été une réussite : nous avons bien publié quelques articles de collègues de pays d’Afrique subsaharienne, mais cela n’a jamais été probant. Dans l’ensemble, je pense qu’il y a trop peu d’articles émanant de collègues européens et étrangers.

K.B. : Dans une perspective chronologique longue, on passe d’une revue de sciences humaines (géographie, histoire, sociologie) qui touche à la littérature et à la philosophie à une revue qui les abandonne en cours de route en affermissant la place de la discipline historique. J’aimerais connaître votre sentiment à ce sujet, même a posteriori.

M.T. : Cette évolution est le fruit des débats au sein du comité de rédaction des Cahiers de Tunisie. Par souci de qualité et d’ouverture, nous cherchions à publier des textes scientifiquement valables à un niveau international, ce qui était une très grande ambition. Une revue scientifique de qualité à Oxford ou à Paris est possible, dans la mesure où le champ culturel couvert est vaste. Mais dans un pays de tradition universitaire récente, ce n’est ni évident, ni facile. Nous ne pouvions donc pas publier tout ce qui nous était proposé. Au prix de très sérieux ennuis, nous avons refusé des articles, demandé des corrections, relu des textes au sein d’un comité en désaccord, soumis des articles à des spécialistes extérieurs au comité voire à des collègues étrangers. Tout cela rendait délicats les débats de la rédaction des Cahiers de Tunisie et nous a conduits à opérer des choix. Ainsi, par exemple, après la création d’une revue littéraire à la Faculté des Lettres, nous avons décidé de ne plus publier d’articles de littérature. Nous avons agi de même, après le lancement d’une revue de géographie, qui parait toujours.

K.B. : Ces décisions de publier de nouvelles revues ne découleraient-elles pas précisément du fait que certains articles ne trouvaient pas leur place dans Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : C’est possible…

K.B. : Pourtant Les Cahiers de Tunisie se sont posés, dès le départ, comme une revue de sciences humaines.

M.T. : Avec Pierre Marthelot comme géographe et Jean Pignon comme historien, il y a eu en effet une conjonction entre ces deux disciplines. Pour prendre le relais de la Revue tunisienne, revue de sciences humaines et en particulier, Les Cahiers de Tunisie, se sont définis comme une revue de  géographie, d’histoire et de sociologie. Ce créneau n’a pas été toujours tenu avec rigueur. Il y a eu des tentatives vers la littérature qui touche aux sciences humaines. Cette discipline n’est pas seulement rhétorique, elle recouvre également un contenu. Il y a donc eu des flottements. Tantôt on voulait mettre l’accent sur les sciences humaines au sens strict, tantôt on pensait à une ouverture vers la philosophie… En effet, pourquoi la sociologie et non la philosophie ? Aussi avons-nous demandé à des philosophes de siéger parmi nous.

K.B. : La sociologie avait eu sa place dans la Revue Tunisienne.

M.T. : On se disait alors que la sociologie avait sa revue et son institution avec le Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et Sociales (CERES). En tant qu’historiens, nous avions, certes, fait partie du CERES. J’avais même été chargé d’y diriger un département d’histoire. En introduisant cette discipline au CERES et en publiant les textes relatifs à l’histoire dans les collections de ce centre, il y avait une certaine osmose.

K.B. : Quelles sont les disciplines les plus présentes dans Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : Cette définition disciplinaire a toujours été liée aux fluctuations de l’enseignement supérieur en Tunisie, par exemple, lorsqu’un département de psychologie et de pédagogie se crée, il y a là un nouvel espace de création d’articles pour la Revue. À l’inverse, lorsque celuici disparaît, cet espace se rétracte. Si un institut spécialisé de pédagogie se crée ailleurs avec sa revue et ses moyens propres, nous sommes obligés de nous aligner sur cette évolution.

K.B. : Vous parlez là d’institutions
créées en dehors de la Faculté des
Lettres et des Sciences Humaines. Or,
celle de Al Hawliyyat s’est faite au sein
de cette même Faculté. Quels étaient les
rapports entre Al Hawliyyat et les
Cahiers de Tunisie, deux revues d’une
même institution ?

M.T. : Il n’y a pas eu de problèmes. Al Hawliyyat publiait en arabe tandis que Les Cahiers de Tunisie, pendant longtemps, n’ont accepté que des articles en français, très rarement en anglais, en italien ou en espagnol. Les Cahiers de Tunisie avaient plus de vingt ans d’âge quand le comité de rédaction a décidé de l’arabiser et cela, en rapport avec l’enseignement : pendant longtemps, l’Université de Tunis, à l’exception de la section d’arabe, a eu recours au français comme langue d’usage. Moi-même, j’ai enseigné l’histoire en français avant de dispenser mes cours en arabe. Le premier texte en arabe est paru dans la revue en 1978.

K.B. : Êtes-vous le premier auteur tunisien à avoir publié dans Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : Tant que la langue française était prédominante et que nos collègues français étaient les plus nombreux, il n’y avait presque pas de contributions tunisiennes. Les articles étaient signés André Nouschi, André Martel, Jean Ganiage, Jean Pignon. L’arabisation a été discutée au sein du comité et affichée sur la couverture des Cahiers de Tunisie en 1978. Ce souci d’ouverture à l’arabe peut apparaître aujourd’hui comme-très tardif. Il n’en a pas moins été un sujet de débat au sein du comité, divisé à ce sujet. Nous aspirions à devenir une revue internationale et nous avons estimé que la place d’une revue en arabe venait d’être prise par Al Hawliyyat.

K.B. : La nouvelle revue Al Hawliyyat publiait également des articles d’histoire…

M.T. : Oui. Dans une certaine mesure, on peut dire qu’il y a eu concurrence puisque Al Hawliyyat ne publiait pas uniquement autour de la littérature. L’arabe leur était réservé pour ainsi dire tandis que Les Cahiers de Tunisie conservaient, maintenaient avec le français, un profil de revue « internationale ».

K.B. : La langue d’expression des articles a-t-il été le seul critère de distinction entre Al Hawliyyat et Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : En principe, Al Hawliyyat s’occupait de littérature arabe avec unregard porté sur la « civilisation ». Or, on ne peut prétendre étudier et comprendre la civilisation sans avoir recours à l’histoire, sans aller au-delà de l’événementiel. En histoire, l’événementiel prime de moins en moins : pour l’Ecole des Annales, pour Fernand Braudel, le plus important réside dans les mouvements lents qui permettent de comprendre le passé. Al Hawliyyat et Les Cahiers de Tunisie avaient des points communs et des différences. Dans la première de ces revues, on ne peut pas trouver d’article sur les lainiers en Italie par exemple, tandis que la seconde ne publierait pas un article sur la philologie ou la linguistique.

K.B. : Il y a cependant eu des versions d’un même article dans les deux revues…

M.T. : Cela est arrivé parce que des collègues voulaient publier leurs textes dans les deux langues, alors que tout article se doit d’être inédit. Toutefois, cette exigence est parfois difficile à faire respecter dans les faits… La gestion au jour le jour avait ses difficultés. II fallait accepter des compromis et le résultat se reflétait quelquefois dans l’aspect et le niveau général de la revue.

K.B. : Dans ce comité où les débats tiennent une grande place, qui s’occupait des aspects pratiques ? Qui assumait la préparation technique de la revue ?

M.T. : La fabrication des Cahiers de Tunisie était une source quotidienne d’ennuis et de soucis de tous genres, qu’il s’agisse des problèmes budgétaires ou des rapports avec les imprimeurs et les éditeurs. C’est l’Imprimerie Officielle, avec sa bureaucratie, qui nous a donné le plus de mal. Une fois le manuscrit confié à l’imprimerie, on ne savait jamais quand la revue allait paraître. Nous passions toujours après les imprimés administratifs. Le secrétaire général de la revue puis le rédacteur en chef étaient littéralement « submergés ». Il leur fallait se battre tous les jours pour que la revue soit prête dans des délais acceptables. Elle ne paraissait jamais aux dates prévues ; des retards énormes survenaient toujours au cours de cette phase technique. Paul Sebag, Béchir Tlili, Mounira Chapoutot, et d’autres rédacteurs en chef de la revue, ont beaucoup oeuvré pour que la fabrication se déroule dans de bonnes conditions.

K.B. : Quand vous devenez le directeur de la revue en 1969, celle-ci change de couverture. Avez-vous gardé le souvenir de la préparation de cette couverture ?

M.T. : C’est Paul Sebag qui a suscité le changement de couverture car il estimait que « le temps du chameau était terminé ». Certes, la couverture était très belle, mais elle appartenait à une époque révolue. Pour en finir avec la vision folklorique de l’arabe liée au chameau ou à un dessin berbère, il fallait remplacer l’ancienne couverture. Paul Sebag a contacté des dessinateurs qui nous ont proposé des maquettes puis nous avons procédé à un choix, en comité.

K.B. : Cette couverture demeurera jusqu’en 1992. A-t-il été question de la changer avant cette date ?

M.T. : Seulement quand nous avons voulu paraître dans les deux langues. Nous avons alors discuté pour que la couverture fût bilingue. Le dernier changement de 1992 est venu à point. Une revue doit évoluer dans sa présentation, sinon elle est menacée par la routine. Un effort considérable a été fourni depuis cette date pour la rénovation de l’ensemble et pour une parution sous une forme mieux adaptée au marché, aux idées actuelles etc… Il faut qu’une revue, de temps en temps, change de maquette.

K.B. : Comment jugez-vous, aujourd’hui, l’expérience des Cahiers de Tunisie ?

M.T. : Je pense que la revue se livre à un effort continu d’adaptation. Il faut qu’une revue soit vivante, qu’elle s’adapte. Le nouveau comité prend les initiatives nécessaires en ce domaine. La revue a actuellement un aspect plus attrayant.

K.B. : Les Cahiers de Tunisie nous avaient habitués à une revue d’historiens. L’orientation récente ne tente-t-elle pas de réserver une plus grande place aux autres disciplines enseignées à la Faculté ?

M.T. : Ce choix avait été opéré lorsque je dirigeais la revue. Il n’y a pas eu de virage mais un équilibrage. Nous étions déjà ouverts à des textes de philosophie, par exemple.

K.B. : Mais vous conviendrez que la place relative de l’histoire était dominante.

En effet, aujourd’hui encore, le directeur de la revue est historien, et la revue continue à privilégier l’histoire, ce qui, à mes yeux, est normal. Mais tout en continuant à le faire, elle ne veut pas s’y cantonner parce que les sciences humaines englobent d’autres disciplines que l’histoire. Par fidélité à la vocation de la revue, il faut que l’histoire ait sa part. Toutefois, Les Cahiers de Tunisie n’ont jamais été exclusivement une revue d’histoire, tout comme les Annales par exemple.

K.B. : À travers la structure du comité de rédaction et son contenu, on constate également une forte présence de la discipline historique au détriment d’autres : la psychologie, les littératures française et anglaise avaient été peu à peu réduites à la portion congrue dans les derniers numéros des Cahiers de Tunisie, avant le changement de 1992.

M.T. : Dès le départ, l’histoire a été une discipline dominante et elle l’est restée. Toutes les ouvertures ont cherché un équilibre en faveur d’une plus grande représentativité des autres sciences humaines, tout en gardant son importance à l’histoire.

K.B. : Est-ce pour vous lié à une corporation dominante ou est-ce un problème strictement scientifique ? La Faculté ne serait-elle pas une institution où les historiens ont une place plus importante, plus voyante ?

M.T. : Il est très difficile de distinguer entre les deux aspects, l’un scientifique et l’autre corporatif. Il est évident que dans Les Cahiers de Tunisie, l’histoire a eu une part importante dès le départ, avec Jean Pignon. Ce n’est pas un hasard si le directeur des Cahiers de Tunisie a toujours été par la suite un historien. On peut juger aujourd’hui que l’histoire reste envahissante dans Les Cahiers de Tunisie, mais c’était un choix. Je parle subjectivement : l’histoire, est, dans les sciences humaines, la discipline la plus importante. C’est mon point de vue d’historien. Un sociologue me contesterait peut-être, mais je ne peux m’empêcher de considérer que les sciences humaines sont très largement historiques, regardent vers le passé. Certes, les sciences d’actualité, comme la sociologie ou la pédagogie, ont leur importance, mais les sciences humaines prennent en charge tout le passé de l’humanité.

K.B. : Croyez-vous qu’il n’y a que les historiens qui puissent parler du passé ?

M.T. : Par définition, un historien fait de l’histoire ; il ne peut pas parler de l’actualité.

K.B. : Un philosophe aussi regarde le passé, tout comme un texte littéraire charrie une part d’histoire.

M.T. : Oui. Il y a une histoire de la philosophie mais elle n’en est qu’une petite partie. La philosophie est surtout une pensée vivante sur l’actuel. Si Michel Foucault est un grand historien, c’est parce qu’il n’est pas seulement un historien de la philosophie.

K.B. : Cela n’exclut pas que la philosophie soit représentée dans une revue comme Les Cahiers de Tunisie.

M.T. : Mais nous sommes ouverts à la philosophie! Nous l’avons toujours considérée comme une science humaine extrêmement importante! Elle est une réflexion vivante et actuelle sur les phénomènes humains dans leur sens le plus large. Les plus grands philosophes étaient des créateurs et non pas des historiens de la philosophie. L’histoire revendique pour elle tout ce qui s’inscrit dans le passé, y compris la philosophie. L’histoire des idées est une part extrêmement importante de l’histoire. Les historiens qui ont étudié l’histoire de la pensée font peut-être concurrence aux philosophes lorsque ces derniers se font historiens : la pensée de Spinoza, par exemple, fait partie du passé. Elle tombe ipso facto dans le domaine de l’histoire et le philosophe qui étudie des idées du passé se fait malgré lui historien. De même, il y a des domaines communs entre l’histoire et la démographie, lorsqu’il s’agit de démographie historique. L’historien est toujours amené à chasser sur le territoire d’autres disciplines, c’est inévitable.

K.B. : Pensez-vous que Les Cahiers de Tunisie doivent refléter la recherche, en particulier dans les relations qui régissent les différentes disciplines entre elles, quitte à ce que certaines prennent plus de place que d’autres ?

M.T. : Si les collègues qui prennent actuellement en charge la revue me demandaient mon avis, je leur dirais que Les Cahiers de Tunisie ont un devoir, celui d’être dynamiquement fidèles à leurs origines : que la revue ne néglige jamais l’histoire et pas seulement l’histoire événementielle, mais également celle des idées et des institutions, de la civilisation et de la pensée humaine. À mon avis, mais ce n’est peut-être pas celui des dirigeants actuels, il faut « naviguer » avec cette revue, de telle sorte qu’elle puisse retrouver son impulsion première : celle d’une revue de sciences humaines où l’histoire occupe une place extrêmement importante, sinon prédominante.

Kmar Bendana

Pour citer ce billet : Louise Favel, «Entretien avec Mohamed TALBI», Le Carnet de l’IRMC, N° 19,  janvier-mai 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2095.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Être homosexuel au Maghreb

Présentation de l’ouvrage IRMC de Monia Lachheb, enseignante chercheure à l’institut supérieur du sport et de l’éducation physique de Tunis (ISSEP), et chercheure associée à Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC)

Le 13 décembre 2016 avait lieu à l’Université de Sciences Juridiques, Politiques et Sociales, une conférence suite à la publication du livre Être homosexuel au Maghreb. C’est donc en présence de quelques uns des essayistes, dont Ludovic Mohammed Zahed, Nassim Hamdi, Farhat Othman, Wahid Ferchichi, Monia Lachheb qui a coordonné l’ouvrage et de Karima Dirèche, directrice de l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain qui a édité le livre, que les chercheurs en sciences sociales et juristes ont pu échanger avec le public.

Cette publication, inédite au Maghreb a été accueillie avec beaucoup d’enthousiasme. Une intervention du public a d’ailleurs visé à préciser qu’avant d’être une question de droit des minorités, il s’agissait d’abord d’une question de droit humain. Monia Lachheb et Karima Dirèche, se sont ainsi félicitées de l’aboutissement d’un tel projet qui « n’aurait pu voir le jour ailleurs au Maghreb » selon cette dernière.

Le débat a ainsi porté sur la présentation de l’ouvrage et des différents articles, traitant tour à tour de la question de l’homosexualité dans le domaine sportif de la loi en vigueur concernant la pénalisation de cette orientation sexuelle ; interrogeant le terme même d’homosexuel, ses connotations et sa pertinence ; mais aussi de la corrélation entre militantisme féministe et homosexuel.

Enfin le lien supposé entre inadéquation de l’Islam avec l’homosexualité a été remis en cause par les co-auteurs, ceux-ci ne pouvant que constater que le regard porté sur le sujet dans le monde arabo-musulman n’a cessé d’évoluer au fur à et mesure des époques. Avec cet ouvrage, c’est donc par l’affirmative, que Monia Lachheb répond à la question d’Eric Fassin posée en préface de l’ouvrage : « Peut-on parler d’homosexualité au Maghreb ? ».

Louise Favel

Pour citer ce billet : Louise Favel, «Être homosexuel au Maghreb», Le Carnet de l’IRMC, N° 19,  janvier-mai 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2089.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Temps court Temps long

Tenu du 5-8 avril 2017, le 5e symposium de la Manouba a été lancé par une table-ronde pluridisciplinaire sur le thème « Temps court, temps long ». Autour de Raja Ben Slama (professeur d’arabe, psychanalyste et directrice de la Bibliothèque Nationale de Tunis), cinq intervenants ont présenté leur approche du temps, chacun selon un angle disciplinaire.

Pourquoi aborder ce couple temps court/temps long en 2017 en Tunisie ? Sans doute, le contexte politique, socioéconomique et culturel du pays pris dans une transition qui dure, n’était-il pas étranger à ce choix.Mais aucune région du monde aujourd’hui n’échappe à cette question en raison de l’accélération du temps social et politique, de la révolution numérique, de la multiplication des échanges et des connexions.

Toutes les interventions ont abordé la question des différentes échelles du temps. Dans une intervention sur la « trame historique de la révolution tunisienne », Yadh Ben Achour (Juriste spécialiste de droit public et des théories politiques en islam. Ancien doyen de la faculté des sciences juridiques de Tunis, ancien président de la Haute instance de la Révolution, membre du Comité des droits de l’homme des Nations Unies) a distingué le temps court de la Révolution et le temps long du processus révolutionnaire qui l’a suivi, et qui est celui de l’histoire de la Tunisie contemporaine. Pour lui, deux tendances ont traversé l’Histoire de la Tunisie depuis le XIXe siècle : une tendance « modernisatrice » qui a monopolisé l’initiative de l’action politique jusqu’à l’Indépendance et jusqu’à la veille de la Révolution. Face à elle, une tendance « théocentrique », marginalisée par le pouvoir politique. La Révolution a permis à cette tendance, et pour la première fois, d’obtenir l’initiative politique. La question de l’irréversibilité de la situation a été débattue.

D’autres interventions sont venues élargir l’horizon temporel au-delà de l’histoire contemporaine tunisienne : le temps cyclique de l’économie, l’espacetemps de la géo-histoire, le temps physique (avec, à ses deux extrémités, le temps atomique et le temps cosmique) et jusqu’au temps de l’éternité, ont été évoqués par les différents intervenants.

La conception comme mouvement a été mise en avant par Hamadi Ben Jaballah (Professeur de philosophie à l’université de Tunis, docteur d’état èslettres, diplômé en recherches approfondies, agrégé de la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis). Il a posé à ce propose la question de la liberté : « Et si Adam avait obéi ? » y aurait-il eu Humanité ? Le Paradis évoque l’éternité ; ce qui revient à dire qu’il n’y a pas d’Histoire. La Chute a donné à l’Homme des contraintes spatiales et temporelles qui lui ont paradoxalement offert une liberté d’action, qui lui ont permis de s’inscrire dans une  dynamique de mouvement. Cette finitude en engendre une autre, celle de son corps, qui fait de l’Homme un être avec une vie certes, mais aussi une mort. Vivre c’est alors naître et vieillir, avoir un passé et un futur, acquérir une mémoire, construire une temporalité mentale, intérieure. Un autre mythe rappelle cela : il s’agit de l’histoire d’Ulysse qui reste un temps sur l’île des Lotophages. Les habitants ont tout oublié, et ont donc perdu la notion du temps. Dénués de perspective, ils sont aussi dépossédés de leur désir de vivre.

Le temps dans sa matérialité a été étudié grâce à la présentation de Amor Belhédi (Professeur émérite en géographie à l’université de Tunis depuis 2016, membre correspondant de Beit al-Hikma). « Il est toujours minuit quelque part » : cette citation a permis aux participants de réfléchir aux découpages spatio-temporels que sont les fuseaux-horaires par exemple. Il a été rappelé, ensuite, que depuis les années 1980, la science géographique a évolué et s’est attachée à étudier le territoire des hommes, c’est-à-dire à prendre en compte l’action humaine sur des réalités spatiales. En effet, un espace sans société, sans problématique de pouvoir n’a pas de sens. Pour comprendre ces interactions, il faut nécessairement considérer l’Histoire et envisager le futur. Nous pouvons ainsi dire qu’un état et un État sont datés.

Fawzia Charfi (Secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur dans le gouvernement après la révolution, professeur de physique à l’Université de Tunis, ancienne Directrice de l’IPEST et membre du Comité scientifique de la Cité des Sciences de Tunis) a rappelé que notre Terre est très vieille et que les espèces qui la peuplent ne sont pas immuables. Sur un temps infiniment long, elles sont en perpétuelle évolution. Ce principe darwinien fait appel à deux notions opposées et parfaitement liées : le temps atomique, celui de la nano-seconde et le temps cosmique qui se mesure en milliards d’années.

À l’image des historiens, les économistes découpent et mesurent le
temps ; mais à l’inverse des premiers qui l’envisagent de façon linéaire, ces derniers le théorisent souvent sous forme de cycle (court, moyen, long). Azzem Mahjoub (Professeur émérite en Sciences Economiques de l’Université de Tunis El Manar, professeur invité dans diverses Universités et consultant, il a pour domaines de recherche privilégiés, les ressources humaines et le développement humain, l’intégration régionale, la gouvernance, les institutions et le développement durable) s’est attaché à démontrer que le développement humain doit nécessairement être durable, ce qui implique la prise en compte des générations futures. L’Économie a  développé des indicateurs éthiques permettant de considérer les besoins des populations actuelles tout en envisageant une réponse positive à ceux des générations à venir.

Le symposium s’est poursuivi avec d’autres conférences, des tables rondes et des ateliers d’écriture, selon la tradition pluridisciplinaire établie depuis le démarrage de la formule en 2013. Il s’est achevé le 8 avril 2017 à la Bibliothèque Nationale de Tunis autour d’une exposition sur l’histoire et le présent de la typographie arabe, en partenariat avec la Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations (BULAC, Paris).

Claire Ménétrier et Kmar Bendana

Pour citer ce billet : Claire Ménétrier et Kmar Bendana, «Temps court Temps long», Le Carnet de l’IRMC, N° 19,  janvier-mai 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2080.

 

 

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Réflexions sur la méthodologie de mon travail de recherche à Tunis sur les femmes qui deviennent mère sans être mariées

En mémoire de Pierre Bonte,

 

Definitions belong to the definers, not the defined
Toni Morrison, Beloved

photographie de l’auteure

Mon travail de recherche porte sur les expériences de femmes à Tunis qui sont mères sans être mariées. La méthode du travail s’appuie sur la collecte de récits de vie.

Récemment, j’ai lu dans un ouvrage consacré aux biographies et récits de vie que la restitution de la vie individuelle, ou plutôt des éléments de cette vie, favoriserait une meilleure compréhension sociologique. Je me suis dit « Ok j’arrête ». En effet, je dois reconnaître que ma démarche ne vise pas à une compréhension sociologique de la société tunisienne. Je ne prétends pas – par mon travail – expliquer la condition de la femme en Tunisie – ou encore moins de la femme arabe – ou bien donner un aperçu de ce qu’est la parenté en Tunisie ou des rapports de genre. Si mon lecteur pourra trouver des éléments d’intérêt en ce sens j’en serais ravie mais ce n’est pas mon objectif. « Pourquoi alors poursuivre ? », me suis-je dit. Je crois que faire de l’anthropologie ce n’est pas exactement faire de la sociologie. Je crois que les deux disciplines sont différentes même si la vague postmoderniste des années 80, 90 et début 2000 les a de plus en plus confondues (et même si elles sont indéniablement plus proches dans le monde universitaire anglo-saxon). Lorsque je veux faire de l’anthropologie, je m’oriente dans le sillage d’une démarche « plus philosophique », qui s’interroge sur la vie et le vivant (je pense aux travaux de Enric Porqueres i Gené sur le corps au Laboratoire d’Anthropologie des Institutions et des Organisations Sociales et aux travaux de Pierig Pitrou et Frédérick Keck sur le vivant au Laboratoire d’Anthropologie Sociale de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales). Ici l’influence (la sensibilité) de C. Levi- Strauss est encore évidente (malgré les attaques postmodernistes, parfois bien fondées). C. Lévi Strauss avait écrit que l’anthropologie est « une expérience existentielle ». En effet, étant donné que la plupart des recherches anthropologiques portent sur des questions ou/et de terrains délicats, et/ou difficiles, qui impliquent très fortement l’anthro-pologue au niveau humain, il ne semble pas très probable que le chercheur en anthropologie se mêle de tout cela par amour « d’une meilleure compréhension sociologique » d’une communauté ou groupe humain. Je crois que ce qui le taraude est la vie, le vivant, l’humain. Cela s’exprime-t’il ? Qu’est-ce que être vivant ? Qu’est-ce que être un être humain et pas seulement une personne ? Qu’est-ce qui nous fait vivre ? Qu’est-ce que c’est d’être mère ? Qu’est-ce que c’est la parenté ou kinship ou qarāba ? Qu’estce qu’une société juste ? J’espère ne pas exagérer avec ces grands questionnements. Ils guident la recherche bien qu’on ne pourrait pas leur trouver de réponses absolument vraies et/ou définitives. D’après moi, interroger le vivant signifie poser son regard sur les relations, la violence, parfois la brutalité, les affects, l’amour, l’ordinaire dynamisme d’un travail et du soin de l’autre, surtout d’un enfant.

Ce préambule m’a semblé nécessaire pour être sincère sur mon état d’âme dans l’actualité de ma recherche (dans le “recherchant ”, je pourrais dire1). Par là, je voudrais expliquer au lecteur pourquoi j’ai choisi mes questionnements et j’ai construit ma problématique non seulement à partir des travaux juridiques et anthropologiques – en particulier dans ce qui conventionnellement est l’anthropologie des sociétés musulmanes et l’anthropologie de la parenté – mais aussi de quatre romans de femmes écrivains. En effet, ces quatre livres sont restés présents à mon esprit depuis que j’ai commencé cette recherche, avec la critique littéraire qui les concerne2.

© acacia.tv.

Expérience et subjectivité

J’entends par expérience l’ensemble des sentiments, perceptions, opinions et pensées auxquels une femme fait référence dans la narration de son histoire et des faits de sa vie. Je maintiens dans mon travail qu’il existe une réalité intérieure et une réalité extérieure, indépendante de l’individu. La première est composée des sentiments et des pensées des femmes ; la deuxième correspond à ce qui se produit dans le monde, dans leur environnement ou par les comportements de ceux qui les entourent. Naturellement, dans une perspective phénoménologique même la deuxième n’est constituée que des apparences, c’est-à-dire qu’elle n’existe que dans la mesure où l’individu la reçoit et l’aperçoit3.Cette notion d’“expérience” est pensée à partir de la structure de The Waves de Virginia Woolf où les voix de six personnages s’entrecroisent. Chaque voix appartient à un personnage (trois femmes, trois hommes) mais les sentiments et les réflexions de chacun/e sont traités comme « choses réelles » appartenant au monde sensible. Chaque voix porte des éléments strictement personnels aussi bien que des sentiments ou des réflexions sur des évènements partagés par les six. Paroles et images circulent entre les personnages, par moments elles appartiennent à un individu singulier, par d’autres elles leurs appartiennent en tant que collectivité. À certains moments existe l’individu, à certains moments cet individu est dissous dans l’ensemble collectif, pour re-émerger comme singularité successivement. Le modèle de The Waves permet de fonder un discours subjectif sans faire disparaître l’Autre. Pour cela, mon choix méthodologique est de garder une certaine distinction entre l’individu et le monde, entre le sujet et les faits, au moins comme  point de départ.

De plus, le travail de Virginia Woolf est marqué par la volonté de rendre le tissu de l’expérience « quotidienne » ou « ordinaire ». La même préoccupation est rentrée dans la recherche anthropologique, sous l’influence de la pensée de Merleau- Ponty. Par rapport à mon travail de recherche cela est important car il faut détacher la narration qui concerne la femme qui est mère sans être mariée, du domaine de l’exceptionnalité, du dramatique, du traumatique. L’expérience de cette maternité est quotidienne, faite de choses ordinaires et communes. Comment chercher cette quotidienneté ? Dans les détails de la vie quotidienne de chacune mais aussi dans la manière dont chacune fait face et gère les faits de son quotidien. Les faits s’imposent comme données sensibles, réelles. Ils s’inscrivent dans le corps, ils provoquent des émotions et ils demandent de la réflexion. En deuxième lieu, le quotidien s’inscrit dans l’espace. L’expérience se caractérise par un espace et par une durée et pour cela elle est mouvement. Le mouvement se décline en plusieurs formes (errance, déménagement, changement de lieu de travail, aller-retour de certains lieux ou personnes). Ce qui me semble important c’est de ne pas de maintenir la narration de la mère non mariée sur la case “dar”  (maison et famille). La famille est lourde et importante, les proches sont une présence-absence constante dans les narrations mais il y a plus que cela ; il y a un mouvement – qui est d’abord mouvement du corps dans l’espace –au-delà de ces liens et de ce lieu.

© femmedetunisie.com.

Cette approche ne revient pas à nier les aspects plus sombres de la violence physique et psychologique de l’entourage et de la mise en marge sociale. Toutefois, il faut en finir avec le drame, qui ramène à soi le coût humain tragique d’être l’“autre” (Moglen 1993) par rapport à une supposée normalité sociale ou d’être celle qui est “différente” ou “mauvaise (khaiba)”. Ces réflexions sont inspirées d’un deuxième roman qui est Beloved de Toni Morrison. Une de ses protagonistes, Sethe, est une femme qui échappe à l’esclavage avec ses quatre enfants. Quand l’homme qui revendique sa propriété se présente à sa porte, Sethe réagit en cherchant à tuer ses enfants pour les libérer de leur destinée d’esclaves. Une fille est tuée, qui reviendra dans la vie de Sethe et de sa fille Denver, et dans leur maison4 des années plus tard : elle se nomme Beloved. Beloved est particulièrement utile pour penser le rapport entre maternité et violence, dont je traiterai par la suite. Pour l’instant, je voudrais faire remarquer la marginalité de la femme esclave et le fait qu’elle soit définie comme “objet”, à la fois méprisé et désiré par le Blanc. Les modalités de cette objectivation questionnent la façon dans laquelle est construit le marginal, et la manière dans laquelle l’identité de certaines personnes –les femmes qui ont un enfant sans être mariées dans cette recherche – risque d’être fixée et imposée par autrui. Elles sont invisibles en elles-mêmes et visibles seulement par rapport à la majorité sociale qui les définit et les stigmatise. L’attention portée à la vie quotidienne permet à une femme de se positionner en tant que narratrice de sa propre histoire. Le rapport entre la façon de [se] voir et d’être vue renvoie aussi au développement de la morale d’une société. Elle sera reprise dans le paragraphe sur “honour and shame”. Elle est au coeur du troisième roman de référence pour mon travail, Burger’s daughter de Nadine Gordimer.

Je travaille avec une notion de subjectivité qui s’échappe un peu du seul rapport avec l’H/histoire ou la nécessité (Bourdieu) ou le pouvoir (Foucault). Etre ou devenir quelqu’un suit un rythme qui ressemble à un match de tennis où l’individu se fait et se refait par rapport aux autres et par rapports aux faits vécus et qui ne sont pas contrôlés par lui (et le match de tennis est un thème récurrent de la littérature contemporaine, par exemple dans Infinite Jest de D. Foster Wallace, Purity de J. Franzen ou Open de A. Agassi). Dans le match de tennis le joueur prend la mesure de l’autre joueur et de son jeu au fur et à mesure que le jeu continue. En effet, en suivant la pensée de Paul Ricoeur, l’unité [du corps et de l’âme, de l’homme et du monde dans lequel – d’après Merleau-Ponty – il est incarné, la chair qui est sa chair] n’est pas réduction ou fusion, mais médiation. Il faut prendre en compte l’altérité, ce qui ne dépend pas de moi, l’involontaire. Et c’est pour cela que la structure The Waves donne le modèle (ou le rythme) pour relier ensemble les voix des femmes qui me parlent de leur maternité.

Le discours sur la domination est essentiel, soit en ce qui concerne la domination sur le plan économique – y compris les conditions de travail –, et politique/administratif – y compris l’échiquier de l’aide social qui se configure en réponse aux attitudes des bailleurs de fonds internationaux – , que sur le plan des dynamiques familiales. Toutefois, je ne voudrais pas détacher l’analyse des faits et des récits de l’individu singulier. En effet, je crains qu’insister sur la notion de “pouvoir” dépouille la narratrice de sa narration, lui impose – encore – un ordre supérieur et abstrait auquel elle devrait rendre compte des circonstances de son existence. Je voudrais maintenir l’aspect sensuel de la parole qu’on trouve chez Virginia Woolf, où le mot ne sert pas à construire le discours structuré sur soi-même mais à raconter. Et le récit, qui sur le terrain est oral, est à mon avis ouverture et mouvement plutôt qu’autodéfinition du sujet ou recherche d’une vérité ultime.

Bindurgroman et narration

La maternité est pensée à partir du bildungroman, en particulier du bildungroman de Martha Quest dans le cycle des Children of Violence de Doris Lessing où l’héroïne accomplit un long travail de transformation et de recherche de soi-même. L’idée est de raconter la construction, littéralement les faits qui comme des briques sont mis l’un après l’autre, jour après jour pour tracer le parcours de la maternité. Le point de départ est l’évènement – la grossesse – qui force la personne à faire face à quelque chose de diffèrent, inattendu et problématique dans la société tunisienne. Bildung est un terme qui fait plutôt référence à la construction de soi, à un processus d’apprentissage et d’éducation conduisant à la maturité. Toutefois, ce qui m’intéresse plutôt dans la structure du bildungroman est l’enchaînement d’événements, de faits à travers lesquels l’individu devient, forme sa subjectivité : dans le cas de ma recherche celle d’être mère. Il s’agit d’un genre qui suit un certain canevas, dans lequel l’héroïne cherche à s’émanciper des rôles traditionnels, les rejette explicitement et à la fin trouve sa place dans la société, typiquement en dehors du mariage. Bien que cela relève de la construction fictionnelle, où le personnage entend se poser “contre” les normes de sa société pour chercher des solutions alternatives, il est pour moi évident que les questionnements appartenant au bildungroman féminin peuvent être repris pour aborder l’expérience de la maternité de femmes non mariées en Tunisie.

© directioninfo.com.

D’abord il permet de se concentrer sur les faits. Cela selon deux perspectives. En premier lieu, on peut se référer à la “facticité”, c’est-à-dire à la véritable appartenance de l’individu au monde par ses gestes concrets ; il est au monde par ses agissements5. Ainsi, la maternité n’est pas un projet ou le résultat d’une réflexion mais un ensemble de faits. Les réflexions sur sa propre maternité ne sont pas une vision sur la maternité mais elles font partie du « devenir mère » ; elles sont – ainsi que les sensations – une partie du réel. En deuxième lieu, poser l’attention sur les faits permet de situer l’histoire de chaque personne au coeur de l’histoire et des enjeux économiques et sociaux du contexte où elle vit. Les relations familiales, les ruptures sentimentales, les conditions de travail, les problèmes d’hébergement s’inscrivent dans un contexte économique et – peut-être surtout – politique qui conditionne le comportement individuel sur le plan objectif : par exemple les frères vont à l’école, les soeurs restent à la maison ou sont envoyées travailler en ville à un jeune  âge. La narration restitue les données de l’expérience où chaque fait est lié à l’autre, et aux faits des autres.

Cela dit, facticité n’est pas linéarité.  Le temps de la narration est un problème majeur. Très souvent il refuse d’être systématisé, coupé en instant précis. Il est durée, mais une durée qui n’est pas linéaire, qui est contradictoire, diachronique. Au cours de la narration, le même événement peut surgir à des moments différents (par exemple, le même épisode de violence est raconté avant l’accouchement et lorsque l’enfant a 7 ans). Bien sûr, cela relève aussi de la manipulation du temps, afin de ne pas raconter certaines choses (par exemple les réactions de l’entourage à la découverte de la grossesse). La narratrice, volontairement ou involontairement, fait ce qu’elle veut avec son expérience et le flou de sa durée, qui est toujours réversible. La chercheuse que je suis court derrière ce flou, doit le restituer sur la base des questionnements, d’analyses, doit le couper, l’ordonner, ce qui est trahir la narration et l’expérience telle qu’elle est relatée. C’est ici que le genre sociologique dévoile sa limite devant l’histoire de [la] vie. Cela demande de la créativité, ce qui n’est pas toujours évident.

À part le titre, qui peut être évocateur, in Children of Violence, comme dans d’autres romans, Doris Lessing met en valeur le rôle nourricier, la réappropriation du rôle nourricier par la femme comme une alternative valable à la violence, dans le discours et dans la pratique, aussi bien que comme une solution pour avancer dans la vie de façon autonome. Ce rôle n’est pas pensé forcement en relation aux enfants, mais aussi – par exemple – comme forme d’engagement politique (ce qu’elle partage aussi avec Nadine Gordimer, notamment dans Burger’s daughter) et comme prise de position envers l’histoire de son propre pays (dans Beloved de Toni Morrison). Ces romans font écho aux critiques du féminisme classique par des auteur(e)s arabes et afro-américaines, en particulier là où il s’agit de faire sortir les femmes arabo-musulmanes des schémas qui les définissent irrémédiablement comme « victimes » et de mettre en valeur une culture féminine qui donne une connotation très positive au fait d’être « responsable pour » (Abu Lughod 2002).

Cela semble d’autant plus vrai lorsque sa propre maternité est vécue et maintenue dans des circonstances économiques et sociales adverses et contre la volonté de ses proches. Le récit dévoile le plaisir têtu d’une femme à revendiquer son enfant en dépit de la situation difficile dans laquelle elle se trouve et du mépris des siens (qui encore lui demandent d’abandonner l’enfant 4 ans après la naissance) : celle qui dit « celui-ci est mon enfant et je ne le laisse pas, et c’est tout ».

Enfin, avec Beloved Toni Morrison trouve une réponse à la question : à quoi sert de raconter ? À quoi sert la mémoire individuelle, si elle relate des évènements “faux”, si à travers eux, on ne peut pas atteindre la “vérité” ? Les critiques postmodernistes des années 80 ont largement déconstruit les prétentions de vérité de l’anthropologie et a radicalement mis en question la valeur du récit ou les récits des informateurs. Pour cela, beaucoup ont choisi l’observation participante. Toutefois, si la narration individuelle n’est pas en soi un vecteur de “vérité”, la mémoire collective, c’est-àdire la collecte des récits de plusieurs personnes, est, elle, le moyen de relater des événements qui ne peuvent pas être niés ou mis en question par la fragilité du témoignage individuel. Ainsi se forge la mémoire des tragédies du passé (l’esclavage dont Beloved témoigne, la Shoah en Europe…) du présent (la mémoire des migrants, la mémoire des exilés forcés…) aussi bien qu’il se dessine l’expérience collective d’un fait, – telle la maternité des femmes qui ne sont pas mariées – qui est à plusieurs égard difficile à assumer par la société tunisienne (par les familles, par les institutions et par les services administratifs, au niveau législatif) et qui pour cela est souvent refoulé dans le non-dit, le noir. A l’égard de cette situation, s’il est méthodologiquement problématique d’attribuer un statut de vérité à un récit individuel, il est aussi problématique de nier à ce statut un tel récit, qui est porteur d’une expérience délicate et parfois traumatique. Je ne peux pas considérer qu’une femme est en train de dire « la vérité » mais je ne peux pas non plus considérer que ce qu’elle dit « n’est pas la vérité ».

Plutôt que sur le plan de la “vérité”, il vaut mieux aborder le récit de vie dans la perspective de ce que Chimamanda Ngozi Adichie a appelé “the danger of a single story” : « show people as only one thing, as one thing, as only one thing over and over again and this is what they become ». Le caractère imparfait, non linéaire du récit de vie, ses contradictions, le fait de toujours manquer d’une cohérence définitive, les histoires multiples qu’il contient empêchent de figer la narratrice dans une histoire définitive : « Individual life contains a heterogeneous compilation of stories. If you reduce people to one, you are taking away their humanity ». Ainsi on retourne à la structure de narration de The Waves et à l’importance de porter l’attention sur l’expérience de l’ordinaire (ou à l’ordinaire dans l’expérience) de chaque femme qui participe à la recherche6. Cela pour sortir du cliché de la mater dolorosa, et du personnage figé de « la mère célibataire en Tunisie », plat, par définition sans perspective(s).

“Honor and Shame”7

Un courant en anthropologie (Davis, Gilmore, Peristiany, Pitt-Rivers) a voulu reconnaître aux sociétés de la Méditerranée une constante de valeurs sociales, c’est-à-dire le sentiment de l’honneur chez les hommes impliquant une correspondante valeur de honte ou de modestie imposée aux femmes par la société. L’honneur comme la honte relevaient essentiellement des comportements sexuels masculins (le premier) et féminins (le deuxième). Ce courant a été très critiqué, soit pour avoir reconnu à un ensemble de sociétés la même dynamique de valeurs et de rapports de genre, soit pour son contenu (Herzfeld et Wikan, pour n’en citer que deux). En effet, on a d’abord remarqué que le binôme de “honor and shame” était insuffisant à embrasser une variété de valeurs, par exemple la [bonne] réputation ou le prestige découlant d’un bon statut social ou d’une affiliation réussie, la capacité d’accueillir un hôte, la capacité de donner de la protection. Est apparue comme inappropriée la polarisation axée sur le genre pour laquelle une catégorie, celle de l’honneur, était attribuée exclusivement aux hommes alors que l’autre, celle de la honte ou de la modestie était laissée aux femmes. En deuxième lieu, le fait de les assumer en tant que règles sociales empêchait d’analyser les pratiques à travers lesquelles de telles valeurs étaient censées se manifester dans des contextes de vie quotidienne, par exemple par le bavardage ou les rumeurs. Enfin, cette dyade terminologique masquait une diversité linguistique qui contient des termes tels que ird, aaib, haram, sharaf, darja, ‘aar, hashma.., dont la signification dépend d’un comportement concret dans un contexte social précis, plutôt que d’une abstraction théorique.

Malgré les critiques, la catégorie demeure bien vivante aujourd’hui car elle a été reprise, surtout dans la littérature anthropologique et sociologique de l’Europe du Nord et des Etats-Unis, dans les termes de “honor-killings” ou “honorcrimes”. Ils renvoient aux femmes appartenant à ou ressortissant d’une zone géographique précise et vaste (Moyen- Orient et pays musulmans) tuées par leur père ou leur frère à cause d’un comportement lié à leur sexualité.

Or, il y a beaucoup de raisons pour éviter l’usage des catégories de “honor and shame” et les significations qui leur sont rattachées (l’honneur de l’homme est lié au comportement sexuel de la femme). Dans mon travail, j’en ai prises en considérations certaines, qui appartiennent à des domaines qui me sont familiers. Je les énumère ci-dessous dans un ordre qui n’est pas strictement logique. Il y en a surement encore d’autres. En particulier, je voudrais m’arrêter sur le domaine juridique, car souvent l’honneur est présenté comme une règle: un homme (musulman) fait ceci lorsque sa fille ou sa soeur fait cela.

1) Sur ces questions il n’y a quasiment pas d’études. Il n’y a que peu de travaux anthropologiques sur les rapports frèressoeurs dans le monde arabe (à l’exception des travaux de S. Joseph et de G. Kressel en 1981). Il y a très peu de travaux sur les comportements sexuels féminins hors d’un pacte matrimonial. Il n’y a pas de travail sur les naissances dites “hors-mariage”, pour lesquelles il vaudrait mieux parler de “naissances sans nasab”. Les travaux sur les honnor-killing se basent sur des sources journalistiques et sur les procès dans les tribunaux, mais pour chaque cas de meurtre on pourrait avoir 100 ou 1000 cas où le comportement sexuel n’est pas sanctionné dans le cercle de la parenté/dans la parentèle : on ne sait rien sans une recherche de terrain approfondie8. Tout le reste relève de cliché et de préjugé, ce qui est particulièrement grave dans le milieu scientifique9. En outre, les anthropologues qui ont écrit sur le sujet l’ont souvent fait en marge à d’autres problématiques (par exemple cela est vrai pour les travaux de Kressel, qui cependant sont très intéressants car il remarque une relation entre le statut social de la famille de la fille qui est censée avoir dépassé une limite avec son comportement dans la sphère sexuelle/ sentimentale et le degré de violence de ses proches contre elle).

2) Dans la mémoire de plusieurs personnes ayant vécu leur enfance ou leur jeunesse dans la Medina de Tunis et à Halfaouin dans les années 50 et 60 il y a le souvenir de femmes pas mariées (c’està- dire pour lesquelles il n’y avait pas eu signature du contrat ni fête de mariage10). Elles habitaient avec leurs enfants dans une des chambres des maisons qui à l’époque dans ce quartier étaient très grandes. Il y a aussi la mémoire de  femmes ayant eu des bébés par des hommes de passage ou qui avaient disparu après la naissance de l’enfant11. Ces maisons accueillaient différents membres de la qarāba, appartenant à différentes générations, y compris des hôtes qui s’installaient avec le consentement de l’agnat décideur et devenaient partie de la maison. La circulation d’enfants était aussi importante : beaucoup d’enfants étaient élevés par des voisins ou des proches. Ils étaient intégrés à la maison par les faits (on vivait et on jouait ensemble), par la nourriture (on mangeait ensemble) et par le langage de la parenté (ils étaient frères et soeurs, puis une fois grands aamm/t ou khl/t). Pour ce qui concerne le nom de famille12, il n’était pas rare qu’un homme donne son nom de famille aux enfants de sa fille lorsque celle-ci revenait à la maison avec eux, après avoir constaté l’échec de son mariage en raison du fait que son mari ne s’était pas montré à la hauteur [du statut] de sa famille à elle.

3) Je considère qu’il faut désaxer l’analyse des maternités hors mariage ou sans nasab du domaine du “péché de la chair”. En effet, le doute qui plane lorsque on parcourt la littérature récente et moins récente sur l’honneur, est que l’auteur est en train de traiter d’un péché sexuel et que la femme serait punie par ses proches mâles pour cela. Or, le “péché de la chair” appartient à la tradition chrétienne et il a sa source dans la distinction très forte chez Paul de Tarse entre l’âme et le corps. Ainsi pour Paul de Tarse le mariage était le dernier rempart contre ce péché mais la perfection chez l’homme était de ne pas toucher de femme et « pour ceux qui n’étaient pas mariés et les veuves » de rester dans cette condition (1 Co, 7). Le discours qui suit est peut-être un peu simplifié mais je crois qu’il a sa validité. Le droit est une façon de penser. Les pratiques peuvent être bien différentes, cela n’empêche que comme toute philosophie le droit transmet des valeurs et un savoir propositionnel qui est incorporé par les individus. D’autant plus  que dans la tradition européenne les savants, ceux qui forgent les catégories de la pensée, sont des ecclésiastiques. Leur savoir est passé de génération en génération dans les universités et dans les livres, lu, écouté et appris par les jeunes étudiants.

La position de Paul trouve une correspondance dans la philosophie stoïcienne de l’époque qui commence à valoriser le couple et le mariage pour les raisons dont traite M. Foucault. Le droit canon qui se développe au cours des siècles, jusqu’à sa stabilisation au XIVe siècle, est binaire, c’est-à-dire qu’il marque la distinction entre le mariage (basé sur le consentement) et l’absence de mariage, aussi bien qu’entre la filiation dans le mariage et la filiation hors mariage (le concept de filiation est très tardif : le droit civil et canon l’assimilent pleinement au XIVe siècle). Ainsi, jusqu’à la Révolution française les enfants nés hors mariage n’ont pas de droits, même lorsqu’ils sont reconnus par leur père. Le droit civil européen – c’est-à-dire celui qui n’est pas dérivé de la tradition de Common Law13 – est aussi basé sur une distinction fondamentale : celle entre le bien et le mal, le bon et le mauvais. Ainsi tout comportement est classé selon ces deux paramètres. Non seulement les comportements, mais aussi les pensées sont ainsi catégorisées. En effet, le droit européen abolit la distinction entre le for intérieur et le for extérieur : le juge est appelé à décider non seulement des faits mais aussi des intentions des agents. On peut trouver la racine de cela dans les Evangiles. L’Eglise catholique en fait le fondement des procès de l’Inquisition médiévale mais cela continue dans la tradition luthérienne et protestante, avec par exemple, la chasse aux sorcières. Jusqu’à aujourd’hui, le juge pénal distingue entre le dol (volonté de nuire) et la faute.

Or, il me semble que le discours académique du “honor and shame” soit très imprégné de ces composantes normatives, voir le péché sexuel, une idée très précise de ce qu’est un mariage, la notion de filiation, l’idée du mal et la définition d’un sentiment féminin, c’est-àdire la honte, ainsi que du sentiment chez l’homme de sa propre valeur, c’est-à-dire l’honneur, donc d’états d’âme intimes et intérieurs.

Je voudrais porter l’attention sur certains éléments du fiqh islamique qui sont différents. Parler de la tradition juridique de l’Islam est important car souvent – comme dans la littérature sur les “honor-killing” – le fait d’être musulman/e est considéré déterminant pour analyser les pratiques des acteurs. En général, l’Islam est évoqué dans les discours savants (intellectuels et professeurs universitaires, fonctionnaires, intervenants de la société civile…) lorsque on traite de ces maternités peu conventionnelles, voir irrégulières.

Maints travaux – aussi à vocation féministe – ont insisté sur l’importance du corps et de la sexualité dans l’Islam. Le mariage est une pratique fortement valorisée dans la religion car il caractérise la vie adulte, tant pour l’homme que pour la femme. Comme l’ont démontré les historiens, le mariage dans les pays musulmans a été jusqu’à une époque récente une pratique non définitive et temporaire, car il était commun dans la vie des hommes et des femmes de se marier plusieurs fois14.

Le mariage est une pratique dont le fiqh s’est peu occupé, dans la mesure où il n’y a pas de règles fixes de validité pour celui-ci. Le mariage est essentiellement affaire de familles. Les juristes de chaque école du droit ont exprimé des opinions. Il y a des éléments plus ou moins réguliers (le mahr, les témoins…) mais on peut trouver chez certains docteurs des opinions contraires, et surtout la pratique est considérée dans son contexte. En effet, le fiqh islamique ne se présente pas sous  la forme de propositions abstraites et générales, mais il contient un ensemble de discussion de cas et d’hypothèses pour lesquelles on recherche une solution sur la base de sources fondamentales : le Coran, la Sunna, le consensus et l’analogie.

© jocelynezocca-eft-coach.fr

De même, le rapport entre se marier et avoir des enfants n’est pas fixé comme en droit canon. En fait, l’enfant doit avoir le nom du père, et il doit donc être inscrit dans un nasab. Le nasab est d’après les théologiens musulmans une des darourat, c’est-à-dire une des conditions indispensables de la vie, dont la protection est le véritable objectif de la Sharia15. L’attribution de la paternité requiert une forme de publicité, soit par la fête du mariage qui précède la conception de l’enfant, soit par le fait de dire « celui-ci est mon fils » à travers l’iqrār (déclaration de paternité) soit par le témoignage de plusieurs personnes. Pour cette raison, une fois que l’enfant a un nasab, le fiqh ne fait pas de différence entre ceux qui sont nés hors mariage et dans le mariage, d’autant moins entre les enfants nés dans un mariage et ceux reconnus par leur père. Cette référence unique au nasab est passée dans la loi tunisienne (art. 67) même si la loi semble mitiger les effets de l’iqrār (art. 71) et les limiter à l’auteur de la reconnaissance16.

On va ajouter à cela que la tradition musulmane encadre les actions humaines dans un spectre plus large que le binôme du bien et du mal, car il y a cinq catégories d’actes : obligatoires, recommandés, indifférents, blâmables et interdits (haram). Le juge n’est pas censé explorer l’intentionnalité des actions car seul Dieu peut se pencher sur le for intérieur de l’individu. Ainsi, par exemple, la nuisibilité des actions est mesurée par le moyen ou l’instrument par lequel elles ont été accomplies (par exemple, un couteau) plutôt qu’en sondant la volonté de la personne qui a accompli l’action.

Par cette comparaison très simplifié entre deux systèmes normatifs je voudrais souligner que le concept d’honneur tel qu’il a été construit en anthropologie porte sur des sous-entendus théoriques précis. Pour cela, il vaut mieux se tourner vers les pratiques.

4) D’un point de vue terminologique, aux notions de sharaf et de hashma ne corresponde pas forcement une division de genre. Hāsham est, par exemple, celui qui copie pendant un examen. Taŝrih ‘ala assharaf est une certification administrative (déclaration sur l’honneur), valide pour les femmes comme pour les hommes. Un mot très utilisé en Tunisie est bourjoulia, qui signifie littéralement “une chose ou un  acte qui est propre à un homme” mais ce terme est désormais utilisé tant par les femmes que par les hommes pour indiquer une chose bien faite ou pour déclarer avoir bien fait une chose, de la bonne façon, sérieusement. Plutôt que les notions de sharaf et de hashma, lorsqu’on parle avec des femmes qui sont mères sans être mariées c’est la racine ŝ.l.h qui se répète. Pour insulter une femme qui a eu un enfant sans être mariée, on dit « ma taŝlahsh », c’est-à-dire « tu n’as pas tenu la route, tu n’es pas allée droite, ton comportement n’est pas approprié ». Une mère envoie son fils au kuttab le dimanche matin « non pas pour qu’il devienne un terroriste, mais parce qu’il devienne ŝālah, une personne « qui connait la différence entre le haram et le halal, entre sa mère et sa copine, pour qu’il sache avec qui on peut dormir ». La racine ŝ.l.h indique en fait ce qui est correct, utile, bon au niveau de la façon d’agir et de se comporter17. C’est un savoir-faire en société. De plus, l’expression qui est utilisée davantage pour définir le fait d’avoir eu un enfant hors-mariage est ghlut, « j’ai fait une erreur ». Le terme dunb (péché ou faute) ne définit pas le sexe hors-mariage, mais on dit que les enfants n’ont pas de dunb, parce qu’il n’est pas juste qu’ils souffrent des conséquences de la situation de leur naissance. On me dit « ça dépend du cerveau de la femme, c’est à elle de choisir entre le correct (ŝhīha, racine ŝ.h.h) ou  l’erreur (ghālta) ». Le terme haram semble davantage utilisé pour définir le rapport occasionnel ou la prostitution (« je ne veux pas donner de l’haram à manger à mon fils ») que pour se référer au fait d’avoir conçu un enfant hors mariage. Surement, je n’ai jamais rencontré de femme qui ait défini sa maternité en tant que telle comme haram. Bien sûr, si je demande pourquoi les gens font des problèmes aux mères non mariées, on me répond « Marta, c’est haram ! ».

niveau méthodologique, je préfère analyser les relations entre une mère qui n’est pas mariée et ses proches (en particulier ses frères et soeurs) et l’environnement social vécu sur la base des concepts de champ social (Bourdieu) et de ceux que Wittgenstein appelait patterns of correctness. Le concept de champ social me sert à imaginer l’ensemble des personnes concernées comme positionnées dans un contexte, un espace physique mais aussi temporel. Chacune occupe une position en fonction du capital matériel (l’argent, les propriétés…) et symbolique qu’elle (l’âge, l’ordre de naissance, le statut social découlant de sa profession…), mais aussi du fait de son comportement vis-à-vis des autres. En effet, ce qui m’intéresse de remarquer est cette notion de correctness. La pensée de la deuxième période de Wittgenstein porte sur l’usage, notamment celui d’une langue. Il remarque qu’il n’y a pas de normes, mais plutôt de régularités. Surtout, il pose l’accent sur la différence entre ce qui est right et wrong, et ce qui est correct ou incorrect. En effet, dans l’apprentissage ou dans l’usage d’une langue, l’enfant entre dans un système qui le précède. Il n’apprend pas sur la base de règles, mais il s’adapte aux pratiques des autres locuteurs. Il se positionne dans un système où ce qui importe est la pratique du langage est non pas ce qui en abstract est bon ou mauvais. Ainsi il apprend qu’il est en train d’utiliser correctement un mot, lorsqu’il l’utilise comme les autres régulièrement le font. Cette même idée je l’applique aux maternités hors mariage ou sans nasab. Il vaut mieux s’éloigner de la perspective du “honor and shame” et mesurer plutôt les comportements individuels, tant féminins que masculins, d’après des modes (patterns) de comportement qui résultent comme corrects (ou adéquats) ou incorrects (inadéquats) dans le jeu des relations sociales. D’ailleurs, sharaf plutôt qu’une qualité morale signifie la noblesse, le niveau social découlant du prestige, de la bonne conduite, de la bonne éducation, du savoir… La femme qui a un enfant sans être mariée est rejetée car elle jette l’ombre du soupçon sur sa famille, le soupçon qu’il s’agit de gens qui ne savent pas bien se comporter. Pour les frères et les soeurs de cette femme cela pourrait afficher qu’ils ne sont pas de bons partenaires matrimoniaux.

Traiter la question de ces maternités en termes de correctness plutôt qu’en termes de valeurs amène à analyser ces maternités comme des faits qui sont aperçus comme irréguliers, plutôt que comme des faits qui sont mauvais en l’absolu. La maternité “irrégulière” d’une femme devient ainsi une pratique collective ; la notion de correctness implique la collectivité. Le comportement de la femme qui devient mère sans avoir signé un contrat de mariage se façonne en relation aux attitudes et aux réactions de ses proches, du géniteur de l’enfant et de ses connaissances. Il y a une différence de genre entre ce qui est correct pour une femme et ce qui est correct pour un homme. Par exemple, le comportement d’une fille qui reçoit une sanction négative lorsqu’elle est définie bint shera (fille de la rue) alors que son opposé, bint familia, indique des modes de comportement positifs. Cela varie aussi en relation à l’âge et à la position sociale.Toutefois, l’enjeu pour hommes et femmes est de démontrer la capacité à se contrôler et à garder le contrôle sur leur corps, leur actes et sur leurs relations, à agir de façon rationnelle et socialement acceptée, c’est-à-dire relationnelle. Le décalage de genre peut se brouiller lorsque la femme adopte des comportements qui la repositionnent sur un bon chemin (pattern), lorsque par exemple elle a un bon statut social en raison de son métier et de son salaire. Ainsi certaines de ces femmes se trouvent en compétition avec leurs frères sur le terrain du statut social. La réintégration à la famille ou à une vie communautaire est l’indice d’une correctness retrouvée. Pour cela elle représente le premier objectif.

© maxresdefault.

Cette approche permet aussi d’avoir un instrument pour se rapprocher d’un ensemble de narrations individuelles où – comme le disait la responsable d’une association en parlant des réactions des proches – « il n’y a pas de règle ». En d’autres termes, pour analyser si et pourquoi un comportement est correct ou incorrect il faut partir de ce que les gens font, de l’environnement physique et du temps où ils vivent et de leurs équilibres de relations avec les autres. L’avantage est de créer l’espace pour le changement et pour la diversité : par exemple, pas tous les frères ne réagissent de la même manière. Alors pourquoi ? Où est l’honneur ? De plus, cette approche permet de poser l’attention sur ce qui est appris par les sens, notamment la vue (sharaf) et l’ouïe (sm‘a), et par la parole.

et qui savait que tu avais accouchée ? personne, seulement F.et F. et après ? après ils ont entendu (ysam‘ou bya) qu’on a écrit le contrat, mes affaires sont claires, tout le monde a entendu (sam‘ou bya ness el koll)… ma mère la pauvre n’entend (ouïe) pas (ommy meskina ma tesma‘sh) et ton père ? mon père il a entendu (baba sma‘ bya).

Le verbe sm‘a est utilisé ici dans une double fonction : celle de signifier le fait de prendre connaissance de la nouvelle et la capacité physiologique de l’ouïr. La narratrice met l’accent sur le fait que l’expérience dans les deux cas ne peut qu’être appréhendée par le sens corporel, l’ouïe.

Les pistes de correctness concernent la façon d’être vue (wijahk [ton visage], l’image que tu donnes aux gens) mais aussi la façon de se voir, de percevoir son comportement. Il y a ce qu’on entend avec ses propres oreilles (sm‘at), il y a ce que les autres (les proches, les voisins) entendent (sm‘aou) sur toi, il y a ce qu’on imagine les autres entendent et disent sur toi. Il y a l’histoire de toi-même que tu racontes aux autres.

La référence littéraire est celle de Rosa Burger (Burger’s daughter) de Nadine Gordimer non seulement car il s’agit d’un personnage qui accomplit son parcours pour trouver sa position vis-à-vis de la société dans laquelle elle vit, avec ses enjeux politiques et moraux (il  s’agit de l’Afrique du Sud des années 70) et vis-àvis de l’héritage familial (son père était une personnalité majeure de la lutte contre l’Apartheid) mais aussi car dans ce roman Nadine Gordimer questionne en permanence le rapport entre la façon de se voir et la façon dont on est vu par les autres. Le regard de Rosa et celui qu’on pose sur elle est ce qui constitue la réalité.

Le focus sur les pratiques et leur analyse en termes de correctness découle de l’observation du terrain et des données linguistiques. Elle bute contre deux faits : la souffrance et l’amour. On ne peut pas construire à priori des catégories du bien et du mal, on peut aller chercher comment fonctionnent les patterns of correctness et pourquoi les gens qui tiennent des comportements incorrects sont sanctionnés par la souffrance, parfois énorme. D’autre part, on voit bien que cette souffrance n’empêche pas l’amour pour l’enfant. Cet amour justifie même le fait de sortir concrètement de la régularité, bien qu’une réintégration à la famille et à la communauté soit presque toujours recherchée. La souffrance et l’amour – on devrait y inclure l’amour pour une soeur ou pour une fille – amènent à pousser un peu plus loin l’analyse des pratiques et à adhérer à la recherche d’une anthropologie de la morale « which explores how societies ideologically and emotionally found their cultural distinction between good and evil [je n’emploierais pas ce binôme étant donné ce que j’ai remarqué plus haut], and how social agents concretely work out this separation in their everyday life » (Fassin 2008 : 334). En effet, on ne peut pas éluder la question « pourquoi cette souffrance ? Pourquoi la mise à l’écart d’un individu ? », donc de l’origine des phénomènes étudiés. Cela est aussi nécessaire pour que l’anthropologue ne participe pas au processus de “dépolitisation du mal” (Fassin 2004), par lequel la souffrance individuelle est exclusivement imputée à des parcours maudits individuels et familiaux. L’approche basée sur l’appréhension d’une valeur telle que l’honneur risque de participer de ce processus.

La question de la morale recouvre celle de la justice sociale, à entendre non seulement comme redistribution en termes économiques mais surtout en tant qu’égalité réelle des citoyen/nes au niveau politique, d’accès aux droits, aux services de l’administration et des hôpitaux et aux tribunaux (ce qui est possible si un minimum d’assistance juridique est assurée) dans un Etat démocratique qui a des engagements sur le plan international.

Et en effet, les indécisions de Rosa Burger interrogent le devoir moral de l’implication individuelle devant une situation politique et sociale injuste : injuste car elle cause de la souffrance et elle est fondée sur la discrimination. Encore plus, par son roman Nadine Gordimer pose la question du processus possible par lequel prennent forme le choix et l’action individuels vis-à-vis de l’héritage social et familial.

Corps, sens, pensée/s et maternités

A qui appartient le corps ? Question éthique difficile. A qui appartient le corps d’une mère ? Le corps d’une mère appartient à elle-même jusqu’au moment où il ne lui appartient plus, parce qu’il commence à appartenir aussi à son entourage, à la société, aux services sociaux et à la politique. Le moment où ce glissement a lieu n’est pas toujours le même pour chaque femme. Il y a donc une période où le corps est intime et personnel et puis il échappe à l’individu pour devenir (massivement) social. Maurice Godelier a parlé du corps comme une « machine ventriloque » reproduisant l’ordre qui règne dans la société (Godelier, 2004). Pendant une partie de la maternité le corps de la femme semble à l’abri du regard de l’autre. Et puis il y a une rupture et il devient exposé. Cela ne correspond pas forcement au moment où le ventre bombé devient visible. D’ailleurs les cas de déni de grossesse total ou partial sont courants : une femme peut se rendre compte d’être enceinte très tard, et même au moment de l’accouchement. Le déni est souvent collectif, soit parce qu’il est partagé par la femme enceinte et ceux qui vivent avec elle, soit parce qu’il concerne ceux qui vivent avec elle, qui ne voient pas ses rondeurs en-dessous de ses larges vêtements.

Or, pour être « machine ventriloque », le corps ne doit pas nécessairement être exposé. Le corps intime parle de l’ordre social sous multiples formes.

Sur ce corps qui contient cette maternité se déversent de multiples voix, avec des multiples registres et tons, parfois il est tiraillé et battu. Il y a un moment où l’expérience de la maternité doit être forcément partagée : un femme reçoit les réactions des autres et réagit à celles-ci. Parfois elle se porte de façon à les anticiper et à éviter des conséquences négatives.

Toutefois, à mon sens, il est réduisant d’affirmer que l’expérience de la maternité passe par le corps, ou par ce que M. Merleau-Ponty définit la chair. En fait, elle passe par les sens corporels et aussi par la pensée, qui peut être inclue parmi ceux-ci. En effet, dans ma recherche de terrain il m’est arrivé plusieurs fois qu’une femme me décrive sa réaction devant les conséquences de la découverte de la maternité dans ces termes « j’ai réfléchi »18. La philosophie du XXe siècle a posé le corps comme lieu de l’expérience. Toutefois – surtout pour ce qui concerne les femmes – il faut comprendre qu’on entend par « corps », si le corps comprends aussi « l’âme » ou « l’esprit » ou « l’intelligence ». En effet, il y a le risque de revenir à l’image corporelle de la femme, être faible, naturel, maternel, conduite par les instincts, incapable de se contrôler et dont l’existence gravite fondamentalement, à partir de la puberté, autour du sexe. Celleci est une femme sans voix, dépourvue de parole, même de celle de son désir envers un homme. En effet, la problématique d’articuler chair et sensibilité (corps et âme, si on veut) me semble essentielle, d’autant plus si on aborde la maternité, qui risque de tomber si facilement dans la sphère instinctuelle et aussi facilement d’échapper au domaine intellectuel.

Le corps est un vecteur de relations sociales à travers ses substances, en particulier le matériel génétique et le lait. Les gènes sont enquêtés à travers les analyses ADN dans le procès pour attribuer le laqab (nom patronymique) paternel à l’enfant19. Ces analyses en Tunisie sont effectuées sur des échantillons sanguins. A l’ADN est attribuée une double valeur : à travers celui-ci le géniteur biologique de l’enfant est identifié et ainsi une femme peut démontrer connaitre l’homme avec qui elle a conçu son enfant, ce à quoi l’on attribue une valeur impute, elle constitue la preuve que celle-ci n’est pas une prostituée. La connaissance de l’identité du géniteur de l’enfant empêche aussi tout risque d’inceste, le danger que l’enfant un jour rencontre et épouse sans le savoir sa soeur ou son frère. Bien sûr, les analyses génétiques et l’attribution du laqab paternel demeurent socialement importants pour que l’enfant ne soit pas désigné comme “wuild haram”, pour qu’il soit comme les autres et ne grandisse pas complexé. L’ADN est aperçu comme une preuve, une réponse à une question sans qu’il y ait une connaissance de ce qu’il est au niveau biologique. Dans beaucoup de cas, grâce à l’attribution du laqab, l’enfant rentre dans l’orbite familial de son géniteur mâle, mais le degré d’affection et de proximité avec lui n’est pas toujours le même pour tous les enfants. Lorsque les analyses ADN sont accomplies et lorsqu’elles ne le sont pas car il y a eu reconnaissance de paternité (iqrār), la ressemblance physique de l’enfant à son géniteur biologique peut avoir une importance encore majeure de la génétique pour établir un lien entre les deux.

Le lait maternel a une valeur positive sur la santé physique de l’enfant. On allaite son enfant parce que cela lui fait du bien et le rend fort. Toutefois, généralement, une femme n’allaite pas pour une très longue période car elle passe la plupart de sa journée hors de la maison pour travailler. L’allaitement est censé rapprocher l’enfant à la mère car le lait est vecteur de hanen (affection). L’allaitement des enfants d’autres femmes est pratiqué pourvu que la femme qui allaite puisse se rendre connue, soit parce qu’elle est amie avec les mères des enfants allaités soit parce qu’elle laisse une trace écrite. En effet, le lait maternel construit la parenté, la parenté par le lait entre les enfants allaités – qui deviennent frères et soeurs – et entre la nourrice et certains proches de ses enfants. Les degrés de parenté (et les empêchements au mariage qui en découlent) venant de l’allaitement sont toutefois perçus de façon beaucoup plus limitée par ces femmes par rapport aux opinions des docteurs du fiqh (Benkheira 2001).

Le corps est aussi le receveur de la violence contre la femme enceinte hors mariage. Cette violence est physique – et parfois le corps en porte les cicatrices – psychologique et verbale. La chair, les sens et la pensée sont affectés par la souffrance déclenchée par la violence.

La violence associée à la maternité est un thème récurrent des romans de Toni Morrison. En particulier, Beloved questionne la façon dont la violence produite par la société structure les choix individuels liés à la maternité et appelle à réfléchir sur la capacité et les moyens de résistance de chacune, en particulier de la femme qui est mère (Putnam 2011). En anthropologie, le corps souffrant est sujet récent d’analyse. L’enjeu est de « faire parler » le corps souffrant à travers le récit de vie de la personne qui a subi la violence pour reconstituer les composantes structurelles de cette violence et la façon dont elle se perpétue comme habitus (Bourdieu 1972, 1980). Mais encore, la littérature permet de se rapprocher de ce noeud délicat, culturellement et socialement difficile à penser, qui est la conjonction entre violence et maternité, notamment lorsque la maternité se construit en stricte et continuelle relation à la violence comme c’est souvent le cas pour les maternités célibataires en Tunisie.

La violence est souvent exercée par les femmes, notamment les mères, non pas seulement par les frères ou les pères. La mère créatrice peut aussi devenir mère destructrice. Dans beaucoup de romans de Toni Morrison les jeunes personnages féminins apprennent la violence par d’autres femmes de leur famille : leur mère ou leur grand-mère. Au contraire, dans Beloved, Sethe n’est pas une mauvaise mère (the best thing she was, was her children), sa violence voudrait être un acte de défense, protectrice de ses enfants, même si les voix qui doutent de la légitimité de cette violence se trouvent dans le roman lui-même. La violence dans Beloved est ambiguë. Dans mon terrain, maintes fois j’ai rencontré des femmes qui justifiaient le comportement violent et/ou de rejet de leurs mères en raison des circonstances et de la société. Parfois, c’est la mère qui éloigne la fille enceinte de la maison mais comme elle garde un contact, elle demeure aux yeux de la fille celle qui l’a aidée le plus. En effet, la question est de savoir pourquoi ces mères rejettent leurs filles et/ou sont verbalement et physiquement violentes avec elles : la peur du mari, des frères de celui-ci ou de leurs fils semble être une raison insuffisante puisque souvent le père de la femme enceinte a une attitude passive. Les frères aînés – dont je ne voudrais pas minimiser le rôle –souvent ne sont violents que s’il y a absence du père ou une forte instabilité ou conflit dans les relations de leurs parents. La mère, responsable de l’éducation des enfants, est celle qui sanctionne la sortie des patterns of corretness. Sans écarter l’importance de la violence masculine contre les femmes (qui se manifeste dans la vie quotidienne de façon répandue, au-delà de la maternité hors mariage), la violence apparait comme un habitus très féminin aussi. Ce qui est plus, un habitus maternel. Bien que régulière (au sens wittgensteinien), cette violence étonne et elle demeure très difficile à être comprise par celle qui l’a subie20.

La question de la violence me semble cruciale pour questionner les approches de la parenté en anthropologie. Dans un très bel article sur la parenté, Sahlins la définit en termes de “mutuality of being” ou “transpersonal relations of being and experience” (Relatives live each other lives and die each other’s death, Sahlins 2011(1) : 2). Or, comment aborder “kinship and violence” ou “kinship as violence” ? Comment relater une proximité lorsqu’elle est fondée sur la violence et lorsque la violence est légitimée par cette proximité ? Comment reconnaître de la “ parenté” lorsqu’au lieu d’un partage il y a rupture et rejet ?  Je crois que, à l’exception de quelques travaux (par exemple Borneman 2012), l’anthropologie a glissé sur la question du rapport entre violence et parenté, et notamment la façon dont la violence est une partie constitutive de la proximité. Celle-ci peut constituer le lieu primaire de l’expérience et de l’apprentissage de la violence, soit-elle physique, psychologique ou verbale. La maison (dār) – endroit physique et ensemble des proches – est le lieu où on fait l’expérience de la souffrance et du rejet. La violence donc devrait être abordée non comme une déviance ou un échec face à l’idéal du partage et/ou de l’empathie, mais comme une composante possible de la parenté.

Malgré le rejet et la difficulté ou l’impossibilité des rapports avec les proches après la naissance de l’enfant, les entretiens relatent le désir du retour, de ce qu’une de mes interlocutrices a appelé  indimāj, la réincorporation, c’est-à-dire du retour au corps social, de la réintégration dans le cercle de la parenté et de l’acceptation sociale. La collectivité n’est donc pas simplement envisagée comme un ensemble d’individus mais comme un véritable corps dont la chair est constituée par les relations entre eux. S’il est vrai que ce corps a des effets destructifs sur la vie et la personnalité de la femme qui a un enfant sans être mariée, ce même corps est celui qui porte la responsabilité du changement, de rétablir les conditions de la justice et de l’humanité. Comme le groupe des femmes qui à la fin du roman libère Sethe des fantômes de son passé traumatique, Beloved rappelle que “only collective action leads to freedom” (Parker 2001 : 11). Ne pas vouloir regarder la souffrance causée aux autres par leur discrimination est un échec moral empêchant un avenir plus démocratique. La discrimination et la mise en marge sociale me semblent aller à l’encontre d’un processus démocratique entendu comme bien commun (maŝlaha) et comme processus de réforme humain, social et politique (iŝlah).En démocratie les parias n’existent pas.

Marta ARENA

est docteur en droit comparé, Université de Turin. Doctorante en
anthropologie sociale, EHESS Paris et chercheure associée à
l’IRMC. Contact : marta_arena_tos@yahoo.fr .

 

Pour citer ce billet : Marta Arena, « Réflexions sur la méthodologie de mon travail de recherche à tunis sur les femmes qui deviennent mère sans être mariées », Le Carnet de l’IRMC, N° 18,  septembre-décembre 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2044.

1 Autrefois sur ma carte d’identité figurait “profession : chercheuse”. Ainsi une fois à l’aéroport de Rome un agent de police m’a regardé et m’a demandé “vous avez trouvé?”.

2 L’histoire fournit aussi des perspectives passionnantes, en particulier dans les travaux de C. Mayeur-Jaouen, de M. Oualdi et de ceux (nombreux) qui se sont penchés sur les archives des tribunaux européens du XVIIIe et XIXe siècles, en particulier en matière d’infanticide dans la première année de l’enfant. La maternité étant considérée comme un choc – et l’avortement étant interdit – les mères seules ne commencent à être sanctionnées par les tribunaux qu’à partir du XXe siècle (en France dans les années 70).

3 “Examine for a moment an ordinary mind on an ordinary day. The mind receives a myriad impressions—trivial, fantastic, evanescent, or engraved with the sharpness of steel. From all sides they come, an incessant shower of innumerable atoms; and as they fall, they shape themselves into the life of Monday or Tuesday” Virginia Woolf, Modern Fiction, 1919.

4 Dans les romans de Toni Morrison la maison est un personnage en soi. Dans les narrations des femmes que j’ai rencontrées, les relations de parenté sont d’abord physiquement localisées dans la maison : darna. La famille est d’abord une maison, la maison de départ.

5 A la différence de Merleau-Ponty, comme on l’a dit au début, je maintiens une différence entre l’individu et son monde. L’individu ne se confond pas avec son monde car admettre cela – comme l’a souligné Paul Ricoeur – risque d’empêcher de reconnaitre le travail de médiation (et d’élaboration) entre le moi et les Autres et entre le moi et une réalité qui ne peut pas être complètement absorbée par l’individu, tant par l’expérience de sa pensée que de son corps.

6 Je remercie le Prof. Habib Ajroud du département d’anglais de l’Université de La Manouba pour m’avoir fait remarquer que quand on aborde les sentiments et le vécu individuels, il est assez naturel de se tourner vers la littérature.

7 Cette partie est basée sur un long travail sur l’“honneur” que j’ai accompli à Berlin comme fellow du Forum Tranregionale Studien du Wissenschaftskolleg-Université Humboldt et comme visiting researcher à la Berlin Graduate School Muslim Cultures and Societies de l’Université Freie.

8 Dans les premiers 5 mois de l’année 2016 il y a eu en Italie 55 cas de femmes tuées par un mari ou un fiancé rejeté relatés par la presse. A la même époque l’année dernière elles étaient 63. Est-ce que l’on pourrait en inférer la règle que l’“homme italochrétien” (dans la liste il n’y a pas de musulmans ou de juifs) tue lorsqu’il est rejeté ? Est-ce qu’on pourrait en inférer une régularité ?

9 Encore plus problématique est l’“analyse des discours hégémoniques” pour expliquer le contexte des “ honor-killing ” du moment que bien souvent les termes censés être les plus marquants relevant de la sphère sémantique de l’honneur ne sont pas très utilisés au quotidien. Pour ce qui me concerne, si l’on attend du terrain une leçon sur la nature du sharaf, par exemple, on demeure bien déçu.

10 Si l’on cherche auprès des commentateurs de la Sunna, la seule vraie condition valable pour pouvoir parler de mariage est la fête, qui rend publique la formation du couple. La distinction entre signature du contrat (sdek) et fête de mariage revient aussi dans certains entretiens sur le terrain. Il faut remarquer que, si l’on regarde la loi tunisienne, il est, difficile de définir précisément ce que c’est qu’un mariage. Juridiquement, son contenu a varié selon les décennies et ce sont plutôt les juges qui ont décidé au cas par cas. Aujourd’hui à cause de la pression de la doctrine académique formée en France, le concept est de moins en moins flexible. C’est cette même catégorie de juristes qui veut imposer dans le raisonnement la distinction entre filiation légitime (bunoua sharya) et filiation illégitime (bunoua ghayr sharya), bien qu’elle n’existe pas dans la loi tunisienne et que les juges s’opposent plutôt à cela, car ils préfèrent raisonner en termes de nasab (art. 67 CSP).

11 Ainsi dans une maison de Halfaouin, dans un grand lit l’on se rappelle de Khalty Hafidha et de sa fille avec un enfant au milieu. D’après un récit qui m’a été fait : “Les autres maisons du quartier avaient toujours les portes ouvertes. Dès la naissance de l’enfant, les portes de la maison de Khalty Hafidha se sont fermées. Quand quelqu’un frappait à la porte, Khalty Hafidha courait dans le lit avec sa fille et l’enfant au milieu. Il y avait un homme qui venait de temps en temps chez Khalty Hafidha pour manger mais dès que l’enfant est né il a disparu. Probablement qu’il était le père de l’enfant. » Les autres trois filles de Hafidha avaient beaucoup de fréquentations sur les terrasses. Il y avait un escalier qui menait sur la terrasse. Une fois le père des filles a donné  une gifle à l’une d’elle. Il se plaignait de l’honneur (sharaf) à cause de son comportement. Elle lui a répondu « tu me parles de sharaf alors que nous à la maison on a cet enfant ! ».

12 Officiellement il s’agit du laqab depuis la loi n° 3 du 1957.

13 Pour donner une idée du caractère beaucoup plus pratique et appliqué du Common Law anglais, on peut mentionner que le droit se développe en parallèle avec le théâtre. Dans les écoles de droit étaient joué des pièces théâtrales. Au XVIe siècle Shakespeare écrit et joue pour les écoles de droit, où se formaient les avocats et les juges.

14 Comme démontré par exemple dans les travaux de C. Mayeur-Jaouen, la perception du divorce a changé au XIXe et XXe siècles dans les pays colonisés sous l’influence de la prédication chrétienne, catholique et protestante, dont certains concepts sont rentrés dans la théologie musulmane.

15 Je ne vais pas rentrer ici dans le mérite de ce que c’est la Sharia. Toutefois, comme maintes fois rappelé dans les travaux de B. Dupret, il faudrait arrêter de la représenter comme “un corpus largement non problématique de normes juridiques préexistant à toute tentative de les mettre en oeuvre” (Gleave).

16 L’art. 73 limite les effets de la reconnaissance au patrimoine de la personne qui la réalise. Toutefois, une partie des juges est favorable à interpréter l’art. 73 dans le sens qu’il s’appliquerait au cas de reconnaissance de fraternité (un homme reconnait un/e autre comme son frère/sa soeur) plutôt qu’à la reconnaissance de la paternité (un homme reconnait un/e autre comme son enfant).

17 La racine ŝ.l.h se retrouve dans la définition d’un des procédés d’interprétation des sources du fiqh, utilisé surtout par l’école malikite : l’istiŝlah, c’està- dire la recherche d’une solution conforme à l’intérêt général, maslaha. ŝ.l.h définit ce qui est bon (correct) dans et pour l’ensemble de la collectivité. Il m’est arrivé même l’opposé: de demander à une femme “ qu’est-ce que tu as pensé lorsque tu as vu ton fils/ta fille (après l’accouchement) ” et d’entendre me répondre “ j’ai senti (hassit)…. ”.

19 La loi 75/98 modifiée en 2003 reconnait à la mère de l’enfant, au procureur de la République et à l’enfant devenu adulte le droit de saisir le tribunal pour obtenir l’attribution du laqab (nom patronymique) paternel. Lorsque le géniteur n’est pas connu, l’administration attribue à l’enfant un prénom (ism) et laqab de père fictif. En ce cas, le laqab paternel fictif correspond au laqab de la mère, comme si l’enfant était issu d’une union entre cousins parallèles patrilatéraux (mariage arabe).

20 Cela n’empêche que sur le terrain j’ai collecté l’histoire d’une femme qui a quitté son mari pour vivre avec sa fille devenue mère sans être mariée ; ou de grand-mères qui élèvent seules les enfants de leurs filles, devenues mères sans être mariées et qui ont quitté le foyer. Qu’il y ait de régularités, cela ne signifie pas qu’il y a une règle.

Bibliographie (sélective)

Adichie, C. N. 2009, The Danger of a Single Story, TED Talk.

Abu-Lughod, L. 2002, “Do Muslims Women Really Need Saving ? Anthropological Reflections on Cultural Relativism and Its Others”, American Anthropologist, 104(3): 783-790.

Benkheira, H-M. 2001, “Donner le sein c’est comme donner le jourlaitement dans le sunnisme médiéval”, Studia Islamica, 92 : 5-52.

Bonte, P. 2008, L’émirat de l’Adrar mauritanien. Harîm, compétition et protection dans une société tribale saharienne. Paris : Karthala.

Borneman, J. 2012, “Incest, the Child and the Despotic Father”, Current Anthropology, 53, 2 : 181-203.

Bourdieu, P.

1972, Esquisse d’une théorie de la pratique, précédé de trois études d’ethnologie kabile. Paris : Droz.
1980, Le Sens Pratique. Paris: Les Editions de Minuit.

Carsten, J. 2011, “Substance and Relationality: Blood in Contexts”. Annual Review of Anthropology, 40:19-35.

Dupret, B. 2012, La Charia aujourd’hui. Usages de la référence au droit islamique, Paris. La Découverte. Fassin, D.

2004, “Et la souffrance devint sociale”, Critique, numéro spécial Frontières de l’anthropologie, 680-681, 16-29.

2008, “Beyond good and evil ? Questioning anthropological discomfort with morals”, Anthropological Theory, 8 (4): 333-344.

Foucault, M.

2001, L’herméneutique du sujet : cours au Collège de France, 1981-1982. Paris : Gallimard. 2004, Naissance de la biopolitique : cours
au Collège de France, 1978-1979. Paris : Gallimard. 2008, Le gouvernement de soi et des autres : cours au Collège de France : 1982-1983. Paris : Gallimard.

Godelier, M. 2004. Metamorphoses de la parenté. Paris: Fayard.

Herzfeld, M. 1980. “Honor and shame: some problems in the comparative analysis of moral systems”. MAN. 15: 339-51.

Moglen, H. 1993. “Redeeming History: Toni Morrison’s Beloved”, Cultural Critique 24: 17-40.

Porqueres I Gené, E. 2009, Défis contemporains de la parenté. Paris: Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

2011, “Parenté et théologie : la parentèle chrétienne”, in Bonte, P., Porqueres I Gené et J. Wilgaux (éds). L’argument de la filiation. Aux fondements des sociétés européennes et méditerranéennes. Paris: Editions de la MSH, 349-368.

Parker, E. 2001. “A New Hystery: History and Hysteria in Toni Morrson’s Beloved”, Twentieth Century Literature 47(1): 1-19.
Putnam, A. 2011, “Mothering Violence: Ferocious female resistance in Toni Morrison’s The Bluest Eye, Sula, Beloved, and a Mercy”, Black Women, Gender + Families 5(2): 25-43.

Sahlins, M. 2011, “What Kinship Is”, Journal of the Royal Anthropological Institute 17(1): 2-19; 17(2): 227-242 (part one and two).

Wikan, U. 1984, “Shame and honour. A contestable pair”, MAN 19 : 635-52.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Pratiquer le justice transitionnelle : le cas de la tunisie en 2016

photographie de l’auteure

Depuis environ une vingtaine d’années, la justice transitionnelle s’est imposée sur le plan international comme la meilleure stratégie de sortie de conflit à poursuivre dans des pays ayant connu des violations graves des droits de l’homme. Si les éléments qui la composent existent depuis bien avant la fin de la guerre froide, c’est l’idée de leur indissociabilité dans le traitement des violations des droits humains qui fait de la justice transitionnelle un instrument récent susceptible de pacifier les sociétés postconflit ou post-dictature. Ainsi le respect à la fois du droit à la vérité, à la justice, aux réparations et aux garanties de non répétition, droits-piliers de la justice transitionnelle, permettrait aux hommes et femmes victimes de violations de participer, par le biais de leurs récits de souffrances, à la construction d’un nouvel état, dans lequel ils et elles se reconnaissent et sont reconnus en tant qu’acteurs.

La justice transitionnelle est, en d’autres termes, un ensemble de pratiques produites lors d’évènements historiques divers : les procès de Nuremberg et de Tokyo à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les transitions démocratiques des pays d’Amérique Latine dans les années 80’, les tribunaux pénaux internationaux comme ceux établis pour l’ex-Yougoslavie et le Rwanda ou encore la Commission Vérité et Réconciliation en Afrique du Sud en sont des exemples notoires. Les mesures et les mécanismes qui ont été conçus (et adoptés) pendant plus de cinquante ans, ont ainsi été appliqués partout dans le monde, du Pérou, en passant par l’Afrique du Sud pour arriver jusqu’à Timor Leste.

Bien que la Justice transitionnelle procède d’un effort de conceptualisation et d’un cadrage théorique majeur, j’ai décidé d’orienter mon travail sur la pratique de la justice transitionnelle. Si les dynamiques de diffusion à l’international et l’appropriation àl’échelle locale de ces pratiques ont suscité dès le début mon intérêt, c’est suite à leur implantation dans les pays arabes post-révoltes que j’ai décidé d’en faire l’objet de mon mémoire. Le choix du cas d’étude n’a pas été difficile. C’est vers la Tunisie, pays phare des soulèvements populaires qui a entamé une transition démocratique ainsi qu’un processus de justice transitionnelle, que j’ai décidé de me tourner. Déterminée à me rendre sur le terrain, en mars dernier j’ai contacté l’IRMC dans l’espoir de pouvoir obtenir un accueil scientifique de trois mois qui me permette de préciser mon sujet de mémoire. Peu de temps après j’ai reçu une réponse positive de la part de l’Institut.

L’idée initiale était de retracer, depuis 2011 jusqu’à nos jours, le fil des évènements qui ont conduit à la rédaction et à l’adoption de la loi sur la justice transitionnelle ainsi qu’à la mise en place de l’un des dispositifs prévus par la loi, l’instance de Vérité et de Dignité (IVD), Étudiante en Relations Internationales à l’Université de Trento (Italie), je m’interèsse aux questions de Justice et de Traitement de violations des droits humains dans le monde arabo-musulman et en particulier dans le Maghreb.

image de l’auteure

Bulletin trimestriel n° 18 septembre-décembre 2016 13 suivant une approche historique aussi bien que juridique. Si le choix de restituer une genèse du processus de justice transitionnelle dans le pays n’est pas originel, je suis persuadée qu’une vue d’ensemble du phénomène n’est pas dénuée d’intérêt.

Depuis mon arrivée à l’IRMC au mois de septembre, j’ai travaillé à cartographier les acteurs de la justice transitionnelle, tant institutionnels que non-institutionnels, locaux aussi bien qu’internationaux. La liste s’est allongée jour après jour et a fini par inclure plus d’une trentaine d’organismes.

Fascinée par la vitalité et l’activisme de la société civile, j’ai décidé, dans un premier temps, de me concentrer sur la structure, les attentes et les interactions entre les différents acteurs noninstitutionnels, qui constituent depuis 2011, l’écosystème de la justice transitionnelle.

J’ai ainsi conduit des entretiens semidirectifs avec des représentants d’associations de victimes, des victimes, des organisations non-gouvernementales nationales et internationales. Les questions variaient en fonction de l’individu ou de l’association que je rencontrais.

En me basant sur ces premières rencontres, j’ai pu constater que les acteurs non-institutionnels sont porteurs de messages sensiblement différents concernant tant les principes que les mécanismes de justice transitionnelle.

Certains acteurs privilégient une justice transitionnelle centrée sur les poursuites judiciaires des présumés coupables, d’autres soulignent l’importance de la révélation de la vérité et de la réconciliation des victimes avec leurs tortionnaires, en général j’ai pu ressentir une certaine méfiance et déception à l’égard de l’IVD (Instance Vérité et Dignité), au point que plus d’un interviewé a fait état d’une « rupture entre la société civile et l’IVD ».

© justice-transitionnelle.tn

Si la question de l’instrumentalisation politique de l’IVD et des principes de justice transitionnelle avait divisé ces acteurs au lendemain de l’adoption de la loi en décembre 2013, l’arène de la justice transitionnelle s’est depuis lors recomposée autour de nouveaux défis. Ainsi, dans les derniers deux mois les efforts se sont multipliés pour faire face à un autre problème, celui de la marginalisation de l’IVD et du processus de justice transitionnelle tout entier, de la part de certains acteurs politiques. Au mois d’octobre et novembre la société civile a organisé des tables rondes, des ateliers, des focus groups, ainsi qu’un congrès national sur la justice transitionnelle pour renouer le dialogue avec l’IVD et surmonter ensemble les entraves qui empêcheraient l’aboutissement du processus.

Bien que lors du congrès des désaccords ont éclaté entre les organisateurs, un front commun a été constitué et des recommandations ont été élaborées. C’est avec cet esprit d’unité renouvelée que les acteurs non-institutionnels de la justice transitionnelle ont accompagné l’IVD aux journées du 17 et 18 novembre dernier.

Le coup d’envoi des séances d’auditions publiques a marqué l’histoire de la Tunisie contemporaine et a donné un nouvel élan au processus de justice transitionnelle. Si les acteurs noninstitutionnels restent mobilisés et vigilants, alors le processus aura certainement plus de chances d’aboutir.

Alessandra Conte

est étudiante en Relations Internationales à l’Université de Trento (Italie).

Pour citer ce billet : Alessandra CONTE, « Pratiquer la Justice Transitionnelle : le cas de la Tunisie en 2016 », Le Carnet de l’IRMC, N° 18,  septembre-décembre 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2026.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Une Tunise trans-coloniale : les immigrés italiens dans le protectorat français de Tunisie entre colonisation et colonialisme

photographie de l’auteur

Vers la fin du XIXe siècle l’Italie connaît un grand mouvement migratoire qui portera ses citoyens à chercher fortune ailleurs. Si les destinations d’outre- Atlantique sont celles qu’ont accueilli la majeure partie de cette émigration, les pays de la rive méridionale de la Méditerranée ont connu aussi l’installation de communautés d’émigrés italiens. Les travaux financés par les puissances coloniales française et anglaise avaient attiré dans toute l’Afrique méditerranéenne un nombre élevé d’ouvriers pour la plupart provenant de Sicile, Sardaigne et de l’Italie du Sud. La Tunisie était le pays africain avec le plus grand nombre d’immigrés italiens, en 1905 ils étaient environ 90 000. Après la Tunisie, l’Egypte était la destination africaine préférée de ceux qui délaissaient la Péninsule. L’installation des Italiens dans le protectorat français ne concernait pas seulement le cadre urbain de la ville de Tunis où ils étaient très nombreux et avaient formé des quartiers ethniques_ mais aussi les campagnes et les mines de l’intérieur. Les études de Gianni Marilottisur la présence des ouvriers sardes dans les mines des phosphates de Gafsa, Kâala Djerda, Metlaoui et celles de Daniela Melfa 2 sur les agriculteurs et vignerons siciliens dans les régions de Kelibia, Enfida, Mornaguia et Zaghouan démontrent la composition régionale de cette émigration prolétaire. Une des différences avec l’émigration italienne d’outre-Atlantique était que les contacts méditerranéens avaient une histoire plus longue et donc plus stratifiée : en Tunisie, par exemple, il y a eu des présences italiennes – ou italophones – qui dataient au moins de l’époque moderne et qui occupaient des positions aisées dans le contexte beylical précolonial3. Les émigrés prolétaires du XIXe siècle trouvèrent donc une élite italienne fruit des contacts pluri-séculaires entre les deux rivages. Les descendants des pécheurs génois du corail qui s’étaient installés à Tabarka au XVIe siècle, les Juifs séfarades de Livourne – les Grâna 4 – venus à Tunis vers le XVIIe siècle, les prisonniers des corsaires barbaresques, les patriotes du Risorgimento exilés, formèrent au XIXe siècle un groupe déjà bien intégré dans le système tunisien5.

© Comitato Tunisino della Dante Alighieri, La Colonia Italiana di Tunisi durante
la Guerra 1915-1917, Tipografia Finzi, Tunis, 1917.

À l’instar des études sur le nationbuilding des historiens Hobsbwam, Mosse, Banti, Thiesse 6 et en adoptant la perspective de « communautés imaginées » de Anderson7, notre  vise à montrer si et sous quelle forme se structure dans ce contexte d’émigration un processus de construction nationale. Bien entendu, le rapport entre les élites et les classes sociales moins aisées de la plus récente immigration est au centre de l’intérêt de la recherche. Le but est l’analyse des structures, des raisons et des dynamiques sociales du sentiment d’identité collective. Si les identités collectives sont des produits d’imagination sociale, cela est encore plus vrai et concret dans un contexte migratoire où on veut construire ou affirmer une identité nationale, donc un lien social collectif mais exclusif, dans un milieu étranger. Comment ces populations géraient-elles leur identité italienne dans le contexte de la colonisation française ? C’est-à-dire, avec Balandier8, dans une société segmentée selon critères des ethniques qui interagissaient avec des divisions sociales et économiques. L’étude de l’interaction de l’imaginaire italien avec les dynamiques sociales d’une communauté expatriée permet d’analyser concrètement la construction d’une identité collective. Une thématique centrale est sans doute le concept d’italianité vu comme l’ensemble des caractères imaginés ou réels, des références culturelles et sociales, stéréotypes – internes et externes –. L’imaginaire national présenté comme un système inébranlable de valeurs, traditions et qualités du peuple italien, se modifie en se positionnant par rapport aux besoins du moment et au contexte. L’italianité du Risorgimento était bien différente de celle impérialiste du 1911, de celle fasciste ou de celle républicaine. À cette évolution diachronique il faut ajouter des variations, des nuances, par rapport aux lieux où l’idée “d’Italie” devait être pratiquée. À la fin du XIXe siècle il était qualitativement différent de se proclamer Italien en Italie, aux Etats-Unis, en Érythrée, ou à Tunis.

Le cas de l’émigration italienne en Tunisie présente donc des particularités qui la rendent unique : pays de colonisation française mais dans lequel la population italienne est majoritaire démographiquement par rapport aux colonisateurs. La situation est rendue encore plus tendue par des revendications colonialistes que l’Italie avait envers la Tunisie et qu’ont été effacées par l’expansionnisme français. Le choc de 1881, ‘lo schiaffo di Tunisi’ avait fait démissionner le gouvernement Cairoli et changé le cours diplomatique des rapports franco-italiens. Avec la successive normalisation des rapports entre les deux pays, certains secteurs de l’opinion publique italienne ne cessaient pas de regarder la Tunisie comme une sorte de ‘colonie manquée’, signe de la faiblesse italienne dans la politique coloniale. Dans certains milieux émergeait l’idée de la Tunisie comme exemple des avantages et des succès qui pouvait avoir une colonisation italienne en Afrique. La Tunisie devient ainsi la justification des aspirations italiennes en Afrique et notamment, en Tripolitaine. Les propriétés agricoles italiennes présentes dans les régions tunisiennes, les activités des bourgeois, des pêcheurs, des ouvriers dans la construction des infrastructures – en grande majorité des Siciliens – témoignaient de l’importance de l’élément italien en Afrique bien que subordonné à l’autorité française. En 1887 Paul Leroy- Beaulieu dans son livre sur la colonisation française en Algérie et Tunisie écrit à propos des mesures à prendre à l’égard des Italiens en Tunisie : «… il faudra, toutefois, prendre quelques précautions pour que la France ne couve pas en Tunisie un oeuf italien… »9. La prépondérance démographique des Italiens et leur concours direct au développement de l’économie coloniale dans le cadre du système français, était objet d’accusation, de revendications et de tensions entre l’Italie et la France.

© Tipografia Finzi, Tunis, 1917

Si les autorités françaises craignaient un ‘péril italien’, Rome ne voulait pas laisser une communauté si importante tant d’un point de vue économique que politique, à l’assimilation française. Les questions d’appartenance ethnique et nationale se chargent des significations spécifiques dans la Régence, liées aux ambitions italiennes en Afrique et aux rapports franco-italiens. La Tunisie rentrait dans un certain discours colonialiste italien maintenu vivant par les nationalistes, comme Corradini et Castellini10, et qui sera reprit lors du fascisme. L’émigration des Siciliens et des Sardes en Tunisie était interprétée selon la rhétorique colonialiste italienne comme un signe de l’expansionnisme du peuple italien. L’union des capitaux et de l’administration coloniale française avec le travail des ouvriers italiens s’inscrivait dans l’idée de ‘l’Afrique latine’, qui incluait dans la même classe de colonisateurs les Français et les Italiens. La Tunisie des émigrés italiens entrait ainsi dans l’imaginaire colonialiste de Rome, en devenant ainsi un espace qu’on pourrait définir de ‘transcolonial’ pour sa fonction de contact entre les deux colonialismes. En outre, on veut considérer le cas italo-franco- tunisien comme un trait d’union entre l’émigration, la colonisation et le colonialisme dans la complexité d’une société coloniale. L’hypothèse est de voir dans le cas tunisien – pour certains aspects et contextes – un exemple de colonisation italienne sous le colonialisme français. Avec le terme colonialisme on fait référence à tout un système et à un dispositif de pouvoir de domination et assujettissement culturel et matériel, comme tracé par Edward Saïd11, en le distinguant de celui de ‘colonisation’ auquel on donne un signification plus concrète d’installation, production et reproduction, dans un territoire par une population allogène. Wolfgang Reinhard12 souligne que c’est un événement très rare, presque impossible, dans l’histoire contemporaine un processus de colonisation sans colonialisme. Si l’on peut être d’accord avec l’historien allemand il faut ajouter pourtant que le cas tunisien ne peut tenir bien d’exemple en révélantune situation mixte, dans laquelle le colonialisme d’une minorité européenne gère, outre l’exploitation coloniale des ressources du pays et ses habitants, la colonisation faite par une autre minorité européenne.

© Archivio Centrale dello Stato, Casellario Politico Centrale, busta 1176/ Antonino Casubolo.

La Tunisie avait été pour l’Italie une ‘colonie perdue’ mais la présence  d’Italiens émigrés ne permettait pas d’oublier totalement ce pays méditerranéen si proche de la Péninsule. Si la Tunisie était une ‘colonie perdue’, les Italiens de Tunisie formaient une ‘colonie dans la colonie’ que, pourtant, Rome ne voulait pas perdre. L’ambiguïté du terme italien de ‘colonie’, utilisé – à l’époque – tant pour les communautés expatriées (comme en Argentine) que pour les possessions d’outremer (Érythrée, Somalie), a été un moyen pour l’élite libérale italienne d’encadrer les différentes communautés à l’étranger dans une générique Italie d’outre-mer. L’ambiguïté du terme correspond, pour le cas étudié, à une incertitude du positionnement de la présence italienne dans cette situation coloniale : étaient-ils plus des colonisateurs ou des émigrés ? Dans l’espace social colonial les Italiens se trouvaient entre la classe dominante des colonisateurs français et celle dominée des colonisés tunisiens13. Revendiquer l’italianité dans la Tunisie coloniale stigmatisait une condition intermédiaire dans laquelle des ouvriers européens partageaient avec la population locale tunisienne de conditions sociales et économiques similaires. Si le prolétariat italien de Tunisie était beaucoup plus proche des Tunisiens que des Français, il ne faut pas oublier la segmentation sociale ethnique typique d’une société coloniale. Les Européens, même si ‘rivales’ ou concurrents partageaient une même condition de privilège, directement ou indirectement, dans l’espace colonial14. Des émigrés sentimentalement proches des colonisateurs mais dont la pauvreté économique, les rapproche des colonisés. Cette ambiguïté deviendra encore plus paradoxale lors de l’invasion italienne en Libye. La circulation de pratiques et des discours dans l’espace colonial tunisien permet d’analyser la Tunisie et ses Italiens comme un trait d’union entre émigration et colonialisme, et, lors de la guerre de Libye, comme point de contact entre les colonialismes français et italien.

Gabriele MONTALBANO

est doctorant contractuel Section des Sciences Historiques et Philologiques à l’Université de Firence. Contact : gabriele.montalbano@ephe.sorbonne.fr

1 Marilotti Gianni (éd.), L’Italia e il Nord Africa : l’emigrazione sarda in Tunisia 1848-1914. 1 vol. Studi storici Carocci 90. Rome : Carocci, 2006.

2 Melfa, Daniela, Migrando a sud. Coloni italiani in Tunisia. Rome : Aracne, 2008.

3 Des exemples célèbres sont le Comte Giuseppe Raffo, originaire de Ligurie, ministre de Ahmed bey entre le 1835 et le 1859, et Luigi Calligaris, piemontais, premier directeur de l’école militaire du Bardo.

4 Grâna – ou Qrâna – est le pluriel de gurni – ou qurni – qui veut dire livournais, de l’ancien nom de la ville de Livourne en arabe, Gurna . Avec le terme Grâna on entend le groupe juif séfarade italo-ibérique installé à Tunis depuis le XVIIe siècle. Ceci était culturellement, rituellement et linguistiquement différencié des Juifs tunisiens, dits ‘twensa’.

5 Finzi Silvia, a c. di., Memorie Italiane di Tunisia. Tunis : Ambasciata d’Italia, Istituto di cultura, 2000 ; Pasotti, Nullo, Italiani e Italia in Tunisia dalle origini al 1970, Finzi editore, 1971.

6 Hobsbawm Eric, e Terence O. Ranger, The Invention of Tradition. Cambridge University Press, 1992 ; Mosse, George Lachmann. The Nationalization of the Masses : Political Symbolism and Mass Movements in Germany from the Napoleonic Wars through the Third Reich. New York : H. Fertig, 1975. Banti, Alberto Mario. Sublime madre nostra. La nazione italiana dal Risorgimento al fascismo. Bari : Editori Laterza, 2011 ; Thiesse, Anne-Marie. La création des identités nationales. Paris : Seuil, 2001.

7 Anderson Benedict, Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism. London ; New York : Verso Books, 1991.

8 Balandier Georges, « La situation coloniale : approche théorique ». Cahiers Internationaux de Sociologie 11 (1951), 44–79.

9 Leroy-Beaulieu Paul, L’Algérie et la Tunisie. 2e éd. 1 vol. Paris : Guillaumin, 1887, 448.

10 On peut remarquer la forte présence de la question tunisienne dans les ouvrages nationalistes publiés lors de la guerre italo-turque. La Tunisie et son émigration occupe une place tout à fait centrale dans l’imaginaire colonial italien pour la Libye : Castellini, Gualtiero. Tunisi e Tripoli. Turin : Fratelli Bocca, 1911 ; Idem. Nell’Africa romana: note di viaggio. Trente : Scotoni e Vitti, 1908 ; Corradini, Enrico. Sopra le vie del nuovo impero, dall’ emigrazione di Tunisi alla guerra nell’ Egeo. Con un epilogo sopra la civiltà commerciale, la civiltà guerresca e i valori morali. Milan : fratelli Treves, 1912.

11 Said Edward W, Orientalism, Pantheon Books, 1978.

12 Reinhard Wolfgang, Klein Geschichte des Kolonialismus. Stuttgart : Kröner Verlag, 1996.

13 Davì Laura, “Entre colonisateurs et colonisés : les Italiens de Tunisie (XIXe-XXe siècle)”, dans Alexandropoulos, Jacques, et Patrick Cabanel (éd.), La Tunisie mosaïque : diasporas, cosmopolitisme, archéologies de l’identité Toulouse : Presses universitaires du Mirail, 2000.

14 Albert Memmi donne une description magistrale de la condition sociale des Italiens de Tunisie dans son ouvrage Portrait du colonisé : précédé du portrait du colonisateur, Paris : Buchet/Chastel, 1957, 39.

Pour citer ce billet : Gabriele MONTALBANO, « Une Tunise trans-coloniale : les immigrés italiens dans le protectorat français de Tunisie entre colonisation et colonialisme », Le Carnet de l’IRMC, N° 18,  septembre-décembre 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2017.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Citoyennetés locales au Maghreb. Les perspectives de la longue durée

Photographie de l’auteure

Parler de citoyenneté au Maghreb, en dehors de l’époque contemporaine, paraît a priori anachronique. Toutefois, privilégier la perspective de la longue durée permet d’interroger l’articulation entre les formes plurielles et reconnues d’adhésion à (d’insertion dans) un lieu et l’accès inégal à la jouissance de droits attachés à ce lieu. Le programme Citoyennetés locales au Maghreb. Les perspectives de la longue durée qui veut mettre en relief la variété des expressions citoyennes, sans les inférer nécessairement à l’espace national (en en privilégiant les formes localisées) ni les limiter à un référent strictement formel et statutaire (en en saisissant, dans les pratiques mêmes, les modes d’affirmation), bouscule les pré requis habituels d’un tel questionnement.

Critique d’une conception restrictive de la notion de « citoyenneté », ce programme interdisciplinaire considère en effet « les » citoyennetés au Maghreb, à l’instar des recherches aujourd’hui nombreuses, en anthropologie notamment. Il prend place dans le mouvement à l’oeuvre depuis quelques années, visant à « dénaturaliser » la notion stable et formelle de « citoyenneté ». Ainsi un certain nombre de travaux ont mis en perspective la nécessité de considérer les dimensions supranationales de la citoyenneté aujourd’hui (Maas, 2013) ou encore d’approcher, la reconnaissance, la vitalité et la performativité des citoyennetés locales (Jacob, Le Meur, 2010 ; Lund, Hahonou, 2014), y compris au travers des articulations plus ou moins heurtées avec les citoyennetés nationales. Des travaux historiques portant sur l’époque moderne ont montré, à leur tour, combien, plus que le fait de venir d’ailleurs, l’étranger était celui qui ne pouvait faire valoir son appartenance à une localité, n’avait pas, ou était grevé d’un déficit, d’accès aux ressources de celle-ci (Cerutti, 2012 ; Grangaud, 2015).

Ces perspectives, en rupture avec une longue tradition des sciences sociales faisant du décalque entre « citoyenneté » et « nation » une association pacifique et naturelle, soulignent combien cette isomorphie est le produit d’une construction téléologique qu’il importe de bousculer : cette vision de la citoyenneté, non seulement en ignore la part intrinsèque des luttes qui la fondent, mais encore la réduit aux droits politiques inhérents à la démocratie (Clarke et al., 2014 ; Neveu, 2004 ; Savina, 2012). Considérer les citoyennetés locales au Maghreb, aussi bien dans le présent que dans le passé, s’inscrit donc dans le fil de ce renouvellement d’approche.

Contre l’idée qu’à des communautés locales essentiellement pré-nationales et identitaires s’opposerait l’État légal, ce programme entreprend aussi de prendre au sérieux les processus y compris les plus ordinaires, à travers lesquels la citoyenneté, c’est-à-dire les droits liés à une appartenance locale, se voit affirmée, revendiquée ou exercée (Bargaoui, Cerutti, Grangaud, 2015). Le fait d’insister sur la dimension « locale » de ces citoyennetés ne doit pas être pour autant lu comme le choix de travailler « à côté » ou à la périphérie de l’État, comme ce à quoi souvent on associe le local. L’enjeu est inverse : il entend saisir le poids des formes citoyennes localement affirmées, dans la construction de la légitimité des revendications de droits. De cette façon, il  s’agit d’interroger la centralité des constructions locales, c’est-à-dire localisées ou situées, des droits de
citoyenneté. Cette perspective entend dépasser les apories d’un débat visant à interroger qui de la tribu ou de l’État s’impose ou est légitime, pour analyser de façon circonstanciée l’articulation entre l’usage de ces référents, les formes d’inscription locale et la construction circonstanciée des droits citoyens (Bargaoui 2008, Ben Hounet, 2007 ; 2009 ; Berriane, 2015 ; Hachmaoui, 2012 ; et 2013 ; MacDougall ; Parks, 2013).

Les sociétés du Maghreb offrent un terrain fructueux, et peu exploré sous cet angle, pour mettre en pratique dans l’espace et dans le temps des regards croisés au sein d’une région de la Méditerranée. L’enquête se situe à l’articulation de deux autres programmes pluridisciplinaires ouverts à l’ensemble du pourtour méditerranéen : le GDRI APOCOPE 1 et l’Aprimed PALOMED 2. Fort de cette armature scientifique internationale, sensible à la perspective
comparative – qui prémunit d’emblée contre les barrières vite érigées par les considérations culturalistes et/ou l’exceptionnalité –, le programme  Citoyennetés locales au Maghreb cherche à prendre part à la dynamisation des sciences sociales par le dialogue disciplinaire.

Dans le cadre de ce programme, les axes de recherches se déclinent selon un triple questionnement qui d’une part se focalise sur les expressions citoyennes, manifestations, revendications et exercice ; d’autre part cherche à repérer et à analyser la nature des supports sociaux et institutionnels de la fabrique de la citoyenneté ; enfin se propose de repenser les lieux de la citoyenneté.

 

Bibliographie

Sami BARGAOU, 2008, « Le baldi, entre histoire et droit », Itinéraire d’un historien et d’une historiographie. Mélanges offerts au Professeur Mohammed Hédi Chérif, Tunis, Centre
de publication universitaire, 105-124.

Sami BARGAOUI, Simona CERUTTI et Isabelle GRANGAUD (dir.), 2015, Appartenance locale et propriété au nord et au sud de la Méditerranée, Livres de l’IREMAM [En ligne] http://books.openedition.org/iremam/3 415?lang=fr.

Yazid BEN HOUNET, 2007, « Des tribus en Algérie ? À propos de la
déstructuration tribale durant la période coloniale », Cahiers de la Méditerranée, 75, décembre, 150-171.

Yazid BEN HOUNET, 2009, L’Algérie des tribus. Le fait tribal dans le Haut Sud -Ouest, Paris, L’Harmattan.

Yasmine BERRIANE, 2015, « Inclure les « n’ayants ? pas droit », Terres collectives et inégalités de genre au Maroc », L’Année du Maghreb, 13, 61- 78.

Simona CERUTTI, 2012, Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Paris, Bayard.

John CLARKE, Kathleen COLL, Evelina DAGNINO et Catherine NEVEU, 2014, Disputing Citizenship, Bristol, Policy
Press.

Isabelle GRANGAUD, 2015, « Le Bayt almâl, les héritiers et les étrangers. Droits de succession et droits d’appartenance à Alger à l’époque moderne », in S. BARGAOUI, S. CERUTTI et I. GRANGAUD (dir.), Appartenance locale et propriété au nord et au sud de la Méditerranée, Éditions de l’IREMAM, 2015, ISBN électronique :
9782821863835 [http:// books.open edition.org/iremam/3512].

Mohammed HACHEMAOUI, 2012, « Y a t-il des tribus dans l’urne ? Sociologie d’une énigme électorale (Algérie) », Cahiers d’études africaines, 51 (205), 103-163.

Mohammed HACHEMAOUI, 2013, Clientélisme et patronage dans
l’Algérie contemporaine, Paris-Aixen- Provence, Karthala-IREMAM.

Jean-Pierre JACOB, Pierre-Yves LE MEUR, 2010, « Citoyenneté locale, foncier, appartenance et recon-naissance dans les sociétés du sud », in J.-P. JACOB et P.-Y. LE MEUR (dir.), Politique de la terre et de l’apparte-nance. Droits  fonciers et citoyenneté locale dans les sociétés du Sud, Paris, Karthala, 5-58.

Christian LUND, Éric HAHONOU (dir.), 2014, Propriété et citoyenneté dans l’Afrique des villes, Politique africaine, 132.

Willem MASS (éd.), 2013, Multilevel citizenship, Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

James MCDOUGALL, Robert P. PARKS, 2013, “Locating social analysis in the Maghrib”, The Journal of North African Studies, Special issue on Globalism and local in North Africa, 631-638.

Catherine NEVEU, 2004, « Les enjeux d’une approche anthropologique de la citoyenneté », Revue européenne des migrations internationales, vol. 20, n° 3, 2004, mis en ligne le 14 octobre 2005, consulté le 1er mars 2015. [URL : http://remi.revues. org/2024].

Claire SAVINA, 2012, « Citoyenneté, citizenship, muwāṭana : traduction et circulation d’un concept », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient. [En ligne : http://ifpo. hypotheses.org/4546, 4 décembre 2012].

Isabelle Grangaud

Pour citer ce billet : Isabelle Grangaud, « Citoyennetés locales au Maghreb. Les perspectives de la longue durée », Le Carnet de l’IRMC, N° 18,  septembre-décembre 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2005.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Représentation de la justice et du bien commun

Le projet Cha’n (Jeunes, légitimités politiques et reconnaissance sociale dans les processus de transformations sociopolitiques en Tunisie), piloté par l’Observatoire national de la jeunesse (ONJ) et financé par le Centre de recherche sur le développement international (CRDI, Canada), a organisé du 27 au 29 septembre 2015 à Tunis, en partenariat avec l’Institut de recherche sur leMaghreb contemporain (IRMC), un séminaire de formation méthodologique en analyse qualitative destiné à des doctorants en sciences sociales mais aussi à des Mastère 2 et portant sur l’exploitation de l’enquête par entretiens réalisée dans le cadre dudit projet sur « Les représentations de la justice et du bien commun ».

Objectifs du séminaire

L’atelier méthodologique était consacré à :

– Sensibiliser les étudiants aux spécificités de la recherche qualitative ; Les engager dans une réflexion sur l’épistémologie de l’approche qualitative (rapport à l’objet, statut de la parole des acteurs et usage de cette parole dans l’écriture scientifique) ;

– Les former à l’analyse des données produites (entretiens) dans le cadre d’une recherche qualitative ;

– Les outiller en matière de techniques d’analyse des données (notamment l’analyse thématique de contenu).

Participants, équipe pédagogique et supports

Les participants étaient des doctorants de différentes disciplines (sociologie, anthropologie, géographie, démographie, sciences juridiques et design) et des étudiants de Mastère 2 de sociologie. Certains des participants étaient aussi de jeunes enseignants en sciences culturelles, ou encore en urbanisme. Cette pluridisciplinarité et diversité des expériences a permis d’enrichir les discussions dans la mesure où, si les méthodes de travail et les perspectives sont différentes selon les disciplines,  l’approche qualitative a permis à certains participants, moins en prise directe avec la recherche qualitative, de s’y confronter. Les travaux se sont appuyés sur un ensemble de supports :

■ Des entretiens sur support audio ;
■ Des entretiens sur support papier ;
■ Des articles et extraits d’ouvrages.

L’équipe pédagogique a été constituée de quatre enseignants chercheurs en sociologie, dont deux impliqués dans la recherche sur « Les représentations de la justice et du bien commun » : Ridha Ben Amor, Imed Melliti, Hayet Moussa et Sihem Najar.

© onj.nat.tn

Synthèse des travaux du séminaire

Le programme du séminaire a été construit dans une conception s’appuyant sur l’exercice pratique par la confrontation, notamment avec un corpus d’entretiens, et l’engagement des apprenants dans un processus d’analyse de données qualitatives issues d’une recherche sur la perception de la justice sociale chez les jeunes Tunisiens. La démarche suivie a été aussi fondée sur la valorisation et la prise en compte des acquis précédents des participants et de leurs expériences en matière de recherche qualitative. Deux principes ont commandé la construction du séminaire :

– la focalisation sur le travail en groupes à partir des transcriptions d’entretiens et la restitution collective en plénière, et avec débat, des résultats de ce travail ;
– un cheminement progressif par l’imprégnation et l’appropriation du matériau d’enquête (les entretiens).

La première étape de ce processus visait à rendre compte des premières impressions et du repérage des bribes de discours les plus congruentes/parlantes par rapport à la problématique de recherche. Il s’agissait aussi de repérer les catégories les plus significatives construites par les acteurs pour parler d’injustice. Enfin, après cette première immersion dans le corpus, les participants ont procédé à un travail de découpage systématique des entretiens transcrits, de codage et de catégorisation en application de la méthode d’analyse dite « thématique ».

Cette option « pratique » orientée vers l’éclosion progressive de savoir-faire dans la confrontation avec un corpus d’enquête est conduite à son terme : que faire alors, au bout du compte, du matériau recueilli et quelles sont les stratégies d’usage des entretiens dans un texte écrit ? Ce dernier point est sans doute le moins pensé par les chercheurs comme en témoigne l’absence d’écrits sur ce sujet.

Pour offrir quelques éléments de cadrage et susciter le débat autour des questions problématiques et des enjeux heuristiques qui se cachent derrière les choix de méthode, trois brèves communications ont été données par les formateurs : une première sur « le statut des catégories indigènes dans la recherche qualitative » (Imed Melliti) ; une deuxième sur « l’analyse de contenu » en prenant pour exemple « l’analyse thématique » (Hayet Moussa) ; une dernière consacrée à « l’usage du discours des acteurs dans un texte écrit » (Imed Melliti et Hayet Moussa).

La communication d’Imed Melliti avait pour objectif essentiel d’expliquer ce que l’on entend, en méthodologie qualitative, par « catégorie indigène » ainsi que l’évolution de cette notion qui a commencé avec Clifford Geetrz et qui a été reprise et reformulée dans une visée strictement méthodologique par Jean- Claude Kaufmann dans son livre L’entretien compréhensif. Avant d’analyser quelques exemples de ces catégories, l’intervenant a insisté sur une idée majeure, à savoir la continuité nécessaire en méthode qualitative entre connaissance ordinaire et connaissance scientifique, en rappelant que continuité n’est pas homologie et qu’il est tout aussi important de souligner les différences fondamentales qui existent entre la posture du chercheur et celle de l’homme ordinaire. Cela revient à dire que le défi majeur que doivent relever les sciences sociales, selon lui, consiste à produire une connaissance qui soit en congruité avec les objets de pensée de sens commun sans être de la même espèce que ceux-là.

Pour sa part, Hayet Moussa a tenté de démontrer que si l’analyse des données qualitatives doit beaucoup à « l’intuition », au « bricolage » et à « la plongée » dans le matériau, elle ne doit pas non plus céder à un trop grand impressionnisme. Par ailleurs, il s’agissait pour elle de sensibiliser les étudiants au fait que l’interprétation des données qualitatives ne revient pas, soit à dire autrement ce que disent les acteurs soit à « couvrir » le discours des acteurs en lui substituant un autre « plus savant », plus abstrait. L’analyse des données, a-t-elle insisté, est avant tout un processus inductif et l’exemple de l’analyse thématique permettait de démontrer aux étudiants que cette analyse des données est faite d’intuition, de confrontation avec le terrain et le corpus mais aussi de rigueur et de systématisation. En ce sens, l’analyse de contenu thématique constitue une méthode scientifique, systématisée et « objective » de traitement du matériau recueilli. Elle consiste « à repérer dans des expressions verbales ou textuelles des thèmes généraux récurrents qui apparaissent sous divers contenus plus concrets » (Mucchielli).

Les travaux du séminaire ont permis de poser avec les doctorants et étudiants de Mastère 2 quelques questions importantes en matière de recherche qualitative et d’exploitation des données d’enquête par entretien. Ils ont constitué un premier moment de réflexion collective sur les données de l’enquête : le rôle de la comparaison sociale dans la naissance du sentiment d’injustice, la distinction entre l’injustice comme « épreuve personnelle » et comme « réalité du monde », l’importance de l’injustice née du décalage entre les capacités et les potentiels et ce que l’on peut en faire compte tenu de sa condition, la centralité de l’expérience du mépris, la récurrence de la question de la réussite « illégitime », etc.

© onj.nat.tn

Les échanges entre formateurs et doctorants ont tourné autour de deux points essentiels :

Les caractéristiques de la recherche inductive. Faire du véritable « inductif », c’est parvenir à restituer le sens qui habite les catégories manipulées par les acteurs et les logiques qui commandent leurs pratiques, leurs choix, leurs attitudes et leurs prises de position. L’induction consiste en un travail de montée en généralité et en abstraction en veillant à préserver l’épaisseur du social et la densité des expériences subjectives (ces dernières étant toujours rapportées à des contextes sociaux). Elle fait appel à toutes sortes de tâtonnements et à l’intuition du chercheur, qui reste largement tributaire de ce que Charles Wright-Mills qualifie d’« imagination sociologique », sachant qu’« imagina-tion » n’est pas synonyme de « fabulation » et que le travail de recherche doit répondre à des exigences de rigueur, de probité intellectuelle et d’administration de la preuve.

Le statut de la parole de l’acteur et sa place dans le texte sociologique. La comparaison entre posture « illustrative » et posture « restitutive » permet de saisir les enjeux épistémologiques qui traversent la gestion de la parole des acteurs au niveau de l’écrit. Le recours abusif à la démarche illustrative reflète l’échec du travail d’induction, dans la mesure où il enferme la recherche dans une logique taxinomique qui consiste à ventiler le discours des acteurs dans des « paquets » préconstruits et en fait un réservoir de paroles ayant pour rôle de conforter une vision théorique et des hypothèses établies à l’avance. Dans ce cas, les « citations » sont toujours plus ou moins forcées pour rentrer dans le moule théorique du chercheur et le travail de production de sens au cours de l’entretien ainsi que sa cohérence interne sont largement occultés. La démarche strictement restitutive pèche par son hyperempirisme. L’idée que le terrain parle de lui-même et que le travail d’analyse doit être abandonné au lecteur conduit à l’effacement total du chercheur et à la disparition de son objet. S’il apparaît évident que la posture médiane est la plus appropriée et la plus fréquente dans les recherches sociologiques de type qualitatif, les doctorants sont amenés à mesurer la difficulté de l’adopter. Plusieurs formes d’écriture à partir des entretiens sont alors évoquées : des citations in extenso de long passages, l’analyse des « petites phrases » et des catégories d’acteurs et la reconstitution de portraits.

Conclusion

Pendant les trois jours du séminaire, les doctorants ont bien joué le jeu dans un climat de détente et d’interactivité. L’interdisciplinarité, le caractère peu formaliste du déroulement des activités deformation et la participation de certains à l’enquête elle-même ont renforcé la dynamique d’échange et enrichi les  débats. La dimension « pratique » du séminaire faisant de la sociologie un « métier » qui a ses ficelles et ses tours de main et la confrontation avec le matériau de l’enquête ont été salué par la plupart des doctorants qui regrettent que les cours à l’Université soit moins utiles et plus monotones. Bien qu’elle ait été une véritable réussite, cette formation méthodologique aurait gagné à être prolongée, afin de donner plus de temps au travail sur les entretiens et afin de permettre aux doctorants de se rendre compte de la richesse et des difficultés du travail d’analyse, notamment en ce qui concerne l’analyse thématique. Il aurait été opportun aussi d’envoyer le corpus d’entretien à l’avance aux participants.

Imed Melliti
Hayet Moussa

Pour citer ce billet : Imed Melliti, Hayet Moussa, « Représentation de la justice et du bien commun », Le Carnet de l’IRMC, N° 17,  janvier-avril 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2000.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Observatoire des migrations libyennes en Tunisie

L’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) de Tunis lance l’initiative d’un observatoire chargé d’étudier les flux migratoires en provenance de la Libye depuis la chute de Mouammar Kadhafi en octobre 2011. L’instabilité politique et les effets de la crise induits par la chute de l’ancien régime ont fait de la Tunisie, pays frontalier, le premier pays d’accueil pour les Libyens qui quittent temporairement ou définitivement le pays.

© kapitalis.com

Selon le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, la Tunisie aurait accueilli à la fin de l’année 2012 plus de 660.000 Libyens cherchant à se protéger de l’insécurité ou des violences liées à l’instabilité politique de leur pays. Ces arrivées massives se sont produites au moment même où la Tunisie vivait, ellemême, les grandes difficultés d’une transition politique et d’une dégradation préoccupante des conditions socioéconomiques et d’une instabilité
anxiogène.

Les relations entre la Libye et la Tunisie sont anciennes et une longue tradition d’échanges commerciaux a entretenu une économie frontalière très dynamique. On estime que 10 % de la population tunisienne vit des retombées du commerce transfrontalier entre les deux pays ; retombées visibles dans le Sud du pays ou des villes comme Ben Guerdane se sont développées et ont donné à cette économie de frontières une des relations commerciales les plus dynamiques de l’espace maghrébin. Cette vitalité vient compenser l’échec du processus d’intégration économique du Maghreb et fait de la Libye, le premier partenaire économique maghrébin de la Tunisie.

La situation de crise que vit actuellement la Libye et la confusion politique (deux parlements, deux gouvernements, une dizaine d’arméesmilices rivales) ont ralenti considérablement la libre-circulation des marchandises et ne garantissent plus cette liberté de circulation pour les Tunisiens et les Libyens. Elles ont également favorisé le développement de la contrebande et du commerce parallèle ; activités grises qui, d’après les estimations d’une étude de la Banque mondiale de 2014, provoquent des pertes fiscales pour l’État tunisien évaluées à près d’un milliard et deux cent millions de dinars dont 500 millions de dinars en droits de douane. Les mobilités saisonnières des Libyens, vers la Tunisie, se sont transformées en séjours de longue durée sur une bonne partie du territoire tunisien. Pour les plus nantis d’entre eux, Tunis, Djerba, Sousse, Hammamet et Nabeul sont des lieux d’accueils privilégiés. À Tunis, les quartiers
d’El Manar et d’Ennasr sont appelés la petite Tripoli tant la communauté libyenne y est concentrée. Sfax accueille les classes moyennes et on retrouve des groupes de Libyens dans le Sud, de Gabès à Ras Jdir. Une communauté importante représentative de la société libyenne d’aujourd’hui (dans sa structure tribale,
ses obédiences politiques, ses catégories sociales, ses clivages partisans) est inscrite dans le tissu social et économique tunisien ; cette installation est également favorisée par les dispositions de la convention bilatérale de 1973 relative au droit du travail, à l’exercice des professions et métiers, au droit d’établissement et au droit de circulation. Pourtant, aujourd’hui, aucune enquête sérieuse concernant ces nouvelles configurations migratoires n’a été menée et les éléments d’information dont nous disposons ne permettent aucune estimation statistique fiable et encore moins une sociologie des groupes de migrants installés. Les chiffres varient de 100.000 Libyens à un million et demi et laissent la porte ouverte aux spéculations les plus folles et aux représentations les plus stéréotypées.

© kapitalis.com

Les catégories ont elles-mêmes changé ; le profil des migrants (mais le terme ne correspond pas vraiment dans le contexte tunisien), depuis 2014, s’est précarisé et répond à des critères de vulnérabilité économique et sociale. La mobilité vers la Tunisie, pour des raisons sécuritaires, est de plus en plus fréquente et répond de plus en plus à celle de réfugiés politiques mais qui ne dit pas son nom.

Les enquêtes lancées par l’Observatoire de l’IRMC s’inscrivent dans les méthodes de la sociologie des migrations. Entretiens directifs ou semi-directifs, questionnaires, observation participante sont à la base d’enquêtes de type qualitatif qui répondent à trois attentes :

– Interroger la dimension géostratégique de cette migration ;
– Identifier les capacités d’absorption de la société tunisienne : représentations, charges sociales et économiques, réseaux de solidarité ;
– Étudier les modalités d’intégration des migrants libyens.

Objectifs premiers :

– Etablir une typologie des migrants ;
– Estimation statistique à partir d’échantillons de personnes ;
– Identifier les lieux d’installation : Quelles formes d’organisations sociospatiales ? Quelles logiques de solidarités ? ;

Identifier les activités économiques. Portes d’entrées :

– Les soins, les cliniques ;
– Les écoles privées ;
– Les entrepreneurs ;

Les réseaux de solidarité. Trois espaces d’enquêtes :

– le grand Tunis ;
– Sfax ;
– Mednine

Responsable : Karima DIRECHE
Chercheurs associés : Olivier PLIEZ, Mohamed KRIAA, Hassan BOUBAKRI, Lorena LANDO.
Partenaires institutionnels : Institut français de Libye, OIM, Faculté de Sousse,
Laboratoire Syfacte (Sfax), Goethe University of Francfort, Observatoire national des migrations (Tunis).

 

Pour citer ce billet : « Observatoire desmigrations libyennes en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, N° 17,  janvier-avril 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1993.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Citoyennetés locales au Maghreb Les perspectives de la longue durée

Ce projet porte sur les formes de citoyennetés locales au Maghreb, analysées selon une perspective historique et pluridisciplinaire privilégiant la longue durée. Par « citoyennetés locales », on entend les conditions et les modalités d’ancrage des individus et des groupes dans un lieu, les ressorts de leur appartenance locale et l’articulation entre ces formes d’adhésion et l’accès à la jouissance de droits attachés à ce lieu. A priori, la notion jure avec la conception des constructions politiques actuelles, selon laquelle l’État (et notamment l’État nation) constituerait le cadre primordial et tout puissant des droits qui régissent les espaces auxquels il s’étend ; tandis que, s’agissant des sociétés d’époque moderne ou précoloniale, elle fait figure d’anachronisme. Ces dernières années cependant, un certain nombre de travaux ont mis en perspective la nécessité de considérer les dimensions supranationales de la citoyenneté aujourd’hui ou encore d’approcher la vitalité des citoyennetés locales, y compris au travers des articulations plus ou moins heurtées avec les citoyennetés nationales. Et des études historiques ont montré à leur tour la centralité dans la construction des sociétés du passé de la condition citoyenne et combien bien davantage que le fait de venir d’ailleurs, l’étranger était celui qui ne pouvait faire valoir son appartenance à une localité et n’avait pas le droit d’accès à ses ressources. Ces perspectives, en rupture avec une longue tradition des sciences sociales faisant du décalque entre citoyenneté et nation une association pacifique et naturelle, soulignent combien cette isomorphie est le produit d’une construction téléologique qu’il importe de bousculer : cette vision de la citoyenneté non seulement en ignore la part intrinsèque des luttes qui la fondent mais encore la réduit aux droits politiques inhérents à la démocratie. Considérer les citoyennetés locales au Maghreb, aussi bien dans le présent que dans le passé, s’inscrit dans le fil de ce renouvellement en sciences sociales. Contre l’idée qu’à des communautés locales essentiellement identitaires s’opposerait l’État légal, cette perspective privilégie l’analyse de la  coexistence de formes citoyennes travaillant tant les localités que l’espace des souverainetés nationales (et prénationales) en invitant à en saisir les formes d’articulation et de reconnaissances mutuelles.


Cette problématique qui visite à nouveaux frais les modalités politiques du local, trouve dans les sociétés duMaghreb un terrain qui, pour n’avoir pas été beaucoup exploré, s’avère être une échelle d’observations, de croisements et de comparaisons pertinente. Par ailleurs, cette problématique autorise l’entreprise d’une analyse sur la longue durée qui rend fructueux le dialogue entre spécialistes de l’histoire d’époque moderne (et ottomane dans les régions du Maghreb central et oriental) et contemporanéistes, et s’ouvre à la pluridisciplinarité.

Responsable : Isabelle GRANGAUD
Chercheurs associés : Sami BERGAOUI
Partenaires institutionnels : Université de La Manouba.

Pour citer ce billet : « Citoyennetés locales au Maghreb
Les perspectives de la longue durée », Le Carnet de l’IRMC, N° 17,  janvier-avril 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1989.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Politisation et émancipation après la révolution : Le cas de deux associations féministes de Tozeur

Photographie de l’auteur

Lorsque l’on interroge en Tunisie des personnes sur les liens entre associations et partis politiques, il est assez aisé de savoir à quel camp politique ces personnes appartiennent. On comprendra en effet que si la réponse consiste à expliquer qu’Ennahda a créé de nombreuses associations à des fins clientélistes et de propagande, la personne sera plutôt anti- Nahda. De l’autre côté, si la réponse consiste à dire que de nombreuses organisations de la société civile, associations et syndicats, ont contribué pendant la période de transition à détériorer la situation du pays en continuant la protestation contre le gouvernement de la troïka, faisant en réalité de la politique de manière déguisée, on comprendra que notre interlocuteur est plus proche du camp d’Ennahda.

Qu’elles soient au service du pouvoir ou des partis d’opposition, il y a une suspicion à l’égard des associations qui seraient instrumentalisées à des fins politiques ou d’opportunisme individuel pour « se placer ». Ce sentiment lié au risque de récupération politique date de la période de Ben Ali et se poursuit après la révolution dans un contexte de forte politisation. Il est en partie dû à une conception organique de la société civile issue de la philosophie classique qui tend à confondre la société civile à la communauté politique dans son ensemble et qui s’est imposée en Tunisie à la fin des années 1980 et au début des années 1990 (Zghal, 1989, 1993). La société civile incluait à la fois les partis politiques et les associations, attachés à une république civile à la fois non militaire et non religieuse ; favorisant ainsi son usage politique.

Contrairement à d’autres pays du monde comme l’Egypte, la Jordanie ou le Yémen (Clark, 2004), la Tunisie n’avait pas connu, avant la révolution, un développement important des « institutions sociales islamiques ». Toute tentative avait été bloquée par la grande répression des années 1990 contre les membres et militants du parti Ennahda et toute personne suspectée d’entretenir une pratique excessive de la religion en dehors du domicile et des lieux de culte était étroitement surveillée voire réprimée. L’apparition, après la révolution, d’associations sociales dans lesquelles évoluent des militants nahdaouis pose la question de savoir s’il s’agit d’ « associations islamistes » (Roussillon, 1991) ou « d’associations totales » pour reprendre l’expression de Michel Camau
(2002) qui se référait aux associations développant à la fois des activités de service auprès de populations mais aussi de plaidoyer à l’encontre de l’État autoritaire en raison de leur arrimage à l’islam politique.

Ce qui est en jeu ici est bien la question de l’instrumentalisation qui ferait de l’association une organisation à investir pour maximiser des intérêts partisans. Il nous semble que cette perspective est une piste de réflexion possible mais qui se limite à une approche trop centrée sur les partis comme seuls acteurs légitimes de la politique. Nous choisissons pour notre part de nous situer davantage au niveau des individus qui vivent ces engagements. Il s’agit pour nous d’interroger l’articulation entre le parcours de socialisation à l’action collective, les ressorts de l’engagement associatif et les répertoires d’action développés au sein des associations pour voir les relations dynamiques entre les champs associatifs et partisans.

© micefinder.com

Nous choisissons1 ici de mettre en exergue deux associations féminines créées à Tozeur après la révolution par des militantes ou des sympathisantes du parti Ennahda. Il s’agit des associations FEM
et NISAE 2, entièrement féminines et créées après les élections pour l’assemblée  constituante. Nous étudierons tout d’abord la cohérence entre un discours émancipateur de lutte contre la domination masculine au fondement de la création des associations et les activités types qui sont mises en oeuvre. Nous verrons ensuite si ce discours d’émancipation n’est qu’un discours de légitimation servant des objectifs personnels ou partisans.

Les conceptions partagées de l’action collective autour du féminisme islamique

Le discours de légitimation de l’action associative produit par les membres fondateurs des associations étudiées se situe sur le registre du changement social. La création associative a ici une puissance instituante (Laville, Sainsaulieu, 2013) dans la mesure où elle intervient comme une remise en cause de l’ordre établi. L’association NISAE est le fruit d’une véritable dynamique en raison d’une adhésion collective à une analyse commune de la situation problématique des femmes dans la société tunisienne :
« L’objectif de notre association est de lutter contre l’oppression des femmes et la tyrannie des hommes. Nous luttons contre la passivité des femmes dont la cause est souvent les époux qui les empêchent de prendre des initiatives, mais aussi la situation sociale souvent précaire et les désirs de consommation qui les détournent de la culture. » Entretien avec la présidente de NISAE. Tozeur, mai 2012.

Une autre membre de l’association de renchérir :
« Notre objectif c’est de faire en sorte que les femmes participent pleinement à la construction de leur pays après la révolution ».

L’association FEM est davantage une initiative de sa présidente qui n’assume pas autant cette analyse féministe même si elle reconnait que « le problème vient également des mentalités des hommes qui préfère une femme bête et docile 3 ». Elle trouve néanmoins que « le frein le plus important pour le développement de la femme du Djérid c’est le manque d’éducation et de formation ».

Les membres de ces deux associations portent un positionnement féministe d’égalité des droits entre les hommes et les femmes mais dans le cadre de la religion. Pour la vice-présidente de l’association
FEM :
« Les gens confondent souvent religion et coutumes. Il faut réussir à lutter contre tout ce qui empêche la participation de la femme dans la société à égalité de l’homme mais dans les valeurs de l’islam et le respect de la famille ».

La présidente de l’association NISAE se réfère davantage à l’ouvrage de Rached Ghannouchi la femme dans le coran et le vécu des musulmans (2012) :
« Cheikh Ghannouchi disait déjà àl’époque dans son livre que les femmes vivent une situation d’oppression partout dans le monde arabe et que c’est ce qui les pousse à porter sur elle-même un regard d’infériorité et à accepter l’humiliation et l’injustice. Rien dans l’islam ne justifie l’exclusion de l’autre moitié de la société. Cette exclusion est une injustice et une honte à la religion 4. »

Ces femmes fondatrices des associations FEM et NISAE s’inscrivent dans le courant que certains appellent « le féminisme islamique » (Latte Abdallah, 2010). Le développement dans le monde arabe et musulman des groupes et mouvements issus de l’islam politique à partir des années 1970 et 1980 a largement contribué à l’individualisation du rapport au religieux et au savoir religieux en disqualifiant d’abord l’establishment des oulémas pour faire valoir des lectures concurrentes. Ce type de féminisme s’est développé dans l’ensemble du monde arabe et musulman en démocratisant les formes d’interprétation de l’islam et en diversifiant les registres des mouvements sociaux féminins revendiquant plus d’égalité (Bernard-Maugiron, 2011). Si le féminisme islamique en Tunisie s’est largement développé au sein des groupes femmes d’Ennahda dès les années 1980, il s’est initialement constitué en opposition au mouvement féministe séculier, dénonçant le caractère importé de leur référentiel et revendiquant une authenticité plus à même de faire aboutir des réformes politiques. Ce militantisme féminin venant du courant islamiste essaie de trouver un équilibre entre liberté individuelle et obligation sociale :
« Notre combat pour l’égalité entre les hommes et les femmes se fait dans le respect de l’islam. Nous ne sommes pas comme les autres féministes de l’Occident qui agissent contre les hommes. Il faut préserver la famille mais aussi donner la possibilité à la femme de jouer d’autres rôles que les tâches domestiques ». Entretien avec un membre fondateur de NISAE. Tozeur, mai 2012.

Cela s’est par exemple concrétisé lors des tentatives de formulation de l’article 28 de l’avant-projet de la Constitution sur la question des libertés individuelles et des droits de la femme, cherchant à garantir les droits de la femme d’un côté tout en affirmant sa complémentarité avec l’homme au sein de la famille.

Cette opposition entre deux féminismes que l’on retrouve dans la polarisation de la vie politique après les élections de l’assemblée constituante entre séculiers et islamistes s’inscrit dans des
trajectoires et des héritages historiques distincts lié à des espaces de socialisation politique spécifique au sein même du « mouvement de libération nationale », entre l’association Khaldounia d’un côté et l’association des anciens du lycée Sadiki de l’autre, entre l’université
Zitouna d’un côté et celle de Tunis au lendemain de l’indépendance de l’autre 5. Malgré cette rivalité apparente, les deux mouvements féministes s’approprient aujourd’hui l’héritage du courant réformateur islamique tunisien à travers les figures tels que Tahar Haddad et de Abdelazziz Thâalbi.

Comme le souligne Stéphanie Latte Abdallah, « le lien entre la construction de nations modernes et l’émergence de la question féminine (en Tunisie à l’instar de la Turquie et de l’Iran) est établi, que ce discours ait été porté par des États, par des courants de pensée ou par les premières revendications féministes, qui prirent place en Egypte à la fin du XIXe siècle et au tournant du XXe siècle, et furent parfois relayés par des hommes (l’Egyptien Qasim Amin étant une figure notable de ce courant)6. Ces hommes et ces femmes avaient pour premier souci la métamorphose de femmes traditionnelles qui retarderaient la société tout entière et qui devaient pouvoir, à travers leur rôle de mère, élever de façon moderne et éclairée les nouveaux citoyens de la nation » (2006). Les membres des associations FEM et NISAE de Tozeur s’inscrivent parfaitement dans la continuité de ce courant ancien « moderniste-nationaliste » (Mervat, 1993) qui a à la fois « offert une défense nationaliste de la religion musulmane et adopté les conceptions “occidentales” de droits nouveaux pour les femmes dans les sociétés modernes » (Latte Abdallah, 2006). « Nous, nous ne rejetons pas tout ce qui a été fait avant nous. Nous pensons qu’il y a eu des choses très positives de la part de Bourguiba en ce qui concerne les femmes. Tout ça, c’est dans la continuité des grands penseurs de l’islam en Tunisie ». Entretien avec un membre fondateur de NISAE. Tozeur, mai 2012. « la porosité des frontières entre sphères publiques et sphères privées dans les sociétés arabes implique de les penser dans la continuité » (2006).

© businessnews.com

Cohérence entre discours et pratique

Si les associations NISAE et FEM placent toutes les deux la remise en question du patriarcat comme socle fondateur de leur organisation, les activités types restent souvent cantonnées à un niveau individuel sans aborder les rapports de genre issus de ce système social dominant.

L’association NISAE oriente tout d’abord une partie de ses activités vers l’aide matérielle directe. Elle procède aussi à la distribution de dons aux plus pauvres car ses membres considèrent qu’un des premiers facteurs qui favorisent la domination des femmes est le manque de ressource économique. L’association FEM veut, elle, limiter les aides matérielles individualisées même s’ « il m’arrive parfois de payer les médicaments 7 ». Pour elle, il y a un risque
important en procédant à des aides matérielles individualisées de créer un appel d’air et de devoir gérer un nombre toujours plus élevé de demande qu’elle ne pourra pas honorer en raison d’un manque de moyen. Elle considère également que les aides matérielles ponctuelles ne résolvent pas le problème et peuvent créer une relation de dépendance dans laquelle elle a peur d’être absorbée. Ces craintes sont également partagées par l’association NISAE mais les deux associations considèrent encore que ces aides sont nécessaires par rapport au public qu’elles ciblent. Ignorer les demandes sociales les placerait selon elles dans une situation délicate, potentiellement de discrédit, au moment où « de nombreuses associations apparaissent mais ne font rien sur le terrain ».

Dès lors, les deux associations conçoivent avant tout leur action à travers l’accompagnement et le renforcement de capacités individuelles. La dimension collective du pouvoir qui envisage les rapports de domination d’un groupe sur un autre est alors largement occultée, plaçant ainsi les activités définies en
discordance avec le discours fondateur des associations. Il s’agit en effet d’activités qui permettent de valoriser les femmes, de leur apporter des connaissances et des compétences nouvelles. Cela entre en résonnance avec une conception néolibérale de l’« empowerment » dans laquelle le développement de capacités des
individus vise une meilleure inclusion dans un système donné sans opérer de lecture critique des structures de pouvoir de l’ordre existant (Destremau, 2012 et 2013).

Au niveau économique, il s’agit pour l’association NISAE de valoriser le travail des femmes, généralement artisanal et effectué à domicile, en organisant des expositions et des points de vente. De son côté, l’association FEM essaie de se concentrer sur des activités d’éducation, de sensibilisation et de formation pour « qu’elles acquièrent plus d’autonomie ». Dans ce sens, elle organise des cours d’alphabétisation pour adulte et essaye d’organiser des activités de soutien à l’activité économique des femmes :

« On fait de la sensibilisation à la santé, notamment sur les questions de planning familial et de contraception. On organise aussi des séminaires pour parler des problèmes des femmes ici. On n’a pas d’argent mais on se dit que plus on fait des activités comme celles- là, plus l’argent va venir. On aimerait mettre en place un système de bourses pour les études supérieures. On essaie de faire de la formation mais surtout d’aider au montage de projet professionnel individuel. Par exemple, j’aide une femme en ce moment qui veut être boulangère. Alors je lui achète la matière première pour qu’elle puisse développer ensuite son activité ». Entretien avec la présidente de FEM. Tozeur, mai 2012.

L’association NISAE mène des activités « d’éveil » culturel autour du théâtre et de la poésie où des cours sont proposés, des spectacles organisés pour valoriser des femmes artistes, en lien avec le centre culturel Abou Kacem Echebbi :

« Il faut que les femmes prennent conscience de la richesse de notre culture et se l’approprie. En plus, ici, les poètes masculins de notre région sont très connus mais les gens ignorent ce que font les femmes dans ce domaine. Une membre de notre association est poète et écrit des choses formidables ». Entretien avec un membre fondateur de NISAE. Tozeur, mai 2012.

Les deux associations sont prises dans une contradiction importante venant d’une inadéquation entre les conceptions partagées et le discours de légitimation qui fondent l’association d’un côté et les
dispositifs d’action mis en oeuvre de l’autre. En effet, elles sont porteuses d’un objectif de changement social à travers un discours de lutte contre le patriarcat qui puise dans l’héritage du féminisme tunisien, nationaliste et musulman. Mais elles refusent de travailler aux causes profondes du problème identifié et d’aborder les rapports collectifs de pouvoir et de domination basés sur le genre. Les activités mises en place par ces deux associations, à travers une aide matérielle et des activités d’« empowerment », se situent à un niveau individuel et se conforment davantage à une approche conservatrice de la promotion féminine qu’à une réelle approche émancipatrice qui remettrait en question la hiérarchie des rôles et des statuts basés sur le genre.

© micefinder.com

Clientélisme et émancipation

Les conceptions de l’action associative autour de la lutte contre le patriarcat partagées par les membres de NISAE sont associées à un parcours individuel et à une socialisation à l’action collective où prime l’engagement partisan. La présidente de l’association est devenue enseignante après avoir étudié les lettres à l’université de Sfax à la fin des années 1970. Elle a commencé à militer dès les années étudiantes dans le MTI. Elle est aujourd’hui encore militante au parti Ennahda en étant responsable à Tozeur de la section femme, chargée d’animer des cercles de réflexions auprès des femmes militantes du parti. L’organisation interne du parti s’appuie encore aujourd’hui sur l’héritage « tablighi8 » de la jamâ’at islamiyya9 des années 1970. La structuration interne établit un ensemble de cellules ou groupes, rassemblés par affinités sociales ou thématiques, n’étant pas figés et pouvant évoluer en fonction des activités. Les éléments de cet héritage reposent sur des mécanismes collectifs et confidentiels d’étude, de réflexion et de diffusion de messages religieux et politiques. La section locale de Tozeur est composée de groupes appelés « familles » qui organisent des sessions de réflexion autour des questions d’actualité en lien avec le corpus théologique constitué du Coran et des « hadiths » et selon une méthode rationaliste d’interprétation consistant à s’inspirer d’exemples de la vie du prophète pour comprendre et résoudre des problèmes contemporains. La présidente de l’association NISAE animait des « familles » sur les questions de la femme avant son engagement associatif.

La socialisation à l’action collective de la présidente de l’association NISAE s’est d’abord confondue avec le processus de socialisation à l’action politique au sein du parti Ennahda, constitutif d’une « carrière militante » (Fillieule, 2001). Les autres membres de l’association sont soit des militantes soit des femmes de militants.

Les engagements partisans et associatifs des membres de NISAE tendent à se confondre. Le fondement de l’engagement porte dans les deux cas sur une ambition de changement social et politique à travers un référentiel commun et des outils conceptuels élaborés dans les mêmes espaces de socialisation. Les objectifs féministes de lutte contre le patriarcat puisent dans le corpus théologique de l’islam. Le patriarcat est davantage considéré comme le produit d’une construction sociale et historique que comme une prescription religieuse. Les valeurs de la religion sont considérées
dans les deux cas comme étant au centre de toute initiative (Clark, 2004). Cette confusion pose la question de l’utilisation de la structure associative comme construction d’une clientèle partisane.

Nous avons vu précédemment que l’association NISAE adoptait finalement dans son action une approche dépolitisée des rapports de genre. La question politique du rapport collectif au pouvoir
par la remise en cause du patriarcat s’opère davantage au sein du parti qu’à celui de l’association. Il y a ici une sorte de division du travail : l’association apparait dans ce contexte comme un premier espace de sensibilisation des femmes à la question de leur émancipation tandis que le parti politique peut servir d’espace réel de lutte. Cette division n’implique pour autant pas une étanchéité
de structure et apparaît au contraire comme un système de vase communiquant. L’action de sensibilisation sur le genre pouvant s’inscrire dans un objectif de recrutement.

Mais l’enjeu de recrutement des femmes au sein du parti semble avant tout être un enjeu interne à celui-ci. Il s’agit derenforcer le poids du groupe des femmes au sein du parti pour y porter la question de la lutte contre le patriarcat face à d’autres groupes ou courants dominants dans un contexte où l’électorat traditionnel
et la majorité de ces membres sont attachés à cette forme d’organisation sociale qu’ils considèrent comme
islamique.

L’action associative peut certes servir de base de recrutement pour le parti mais surtout d’aiguillon pour influer les orientations idéologiques de ce dernier à travers une sorte de va et vient entre les différentes organisations. L’objet social de l’association s’inspire d’une compréhension du monde façonnée au sein d’une sorte d’avant-garde partisane. Mais en touchant un nombre plus important de personnes à travers l’action associative, cette élite cherche à rendre cette compréhension du monde moins
marginale au sein du parti.

L’association FEM se distingue de l’association NISAE par le fait qu’aucun membre fondateur n’est militant du parti Ennahda. Il s’agit davantage d’épouses de militants. Surtout elles revendiquent un discours ouvertement anti-parti politique qui présente l’engagement associatif comme nécessairement désintéressé par
opposition à l’engagement politique de type partisan. Pour la présidente de l’association FEM: été membre au début du comité de
protection de la révolution car je trouvais que les femmes devaient être représentées. J’ai pu participer à la caravane de la solidarité pour les réfugiés libyens.Mais, ensuite, je n’ai pas aimé car c’était très politique. Moi, je préfère le travail social. Ceux qui font de la politique sont des opportunistes qui ne cherchent que des chaises. Ils aiment le prestige : la position de président avec le tampon, c’est tout ! »

L’engagement associatif s’explique dès lors par un rejet de l’action politique totalement discréditée pendant la période de BenAli mais aussi après la révolution : les partis politiques n’ont pas été
responsables de la révolution tunisienne mais se battaient pour en récupérer les profits. L’association est vécue comme une alternative citoyenne dans laquelle les gens peuvent s’engager pour «contribuer à régler les problèmes de la société et apporter des solutions aux gens » ; « le spolitiques n’ont pas cette préoccupation 11 ». C’est donc cette vision antipolitique de l’action collective qui
sous-tend la démarche de création associative puisque les partis sont jugés comme moralement corrompus, étant trop préoccupés par le pouvoir.

Cette dépolitisation apparente est ici constitutive d’une recherche d’affirmation de soi qui passe par l’acte de création collective de structures nouvelles. Pour la présidente de l’association FEM 10, la rupture avec la politique est le chemin obligé, presque contradictoire, de la revendication d’une indépendance à l’égard de son mari. Ce dernier est un des responsables locaux du
parti Ennahda. Il a vécu la répression pendant les années 1990 en faisant 10 ans de prison en raison de son appartenance au parti. Il a été réhabilité dans l’éducation nationale seulement un an après la révolution. Pendant toute cette période, la présidente de l’association a contribué seule à pourvoir aux besoins de la famille grâce à son activité professionnelle de chef d’entreprise. Pour
elle, si les contraintes institutionnelles qui pesaient sur l’engagement associatif ont été levées avec la révolution, les contraintes d’ordre sociétal persistent.  L’accès à l’exercice des libertés publiques pour les femmes est rendu plus difficile quand les valeurs du patriarcat restent fortement structurantes. Tout d’abord, la participation des femmes dans l’espace public se limite aux thématiques sur lesquelles elles sont reconnues et valorisées par la société, à savoir les
femmes et les enfants. Ensuite, la quête d’autonomie pour la présidente de l’association FEM passe moins par l’amélioration des conditions matérielles et financières que par une lutte pour une « parité de participation » (Fraser, 2010).

Cependant, la position de l’association est ambigüe car la
présidente est sans cesse accusée ou suspectée d’agir sous les ordres du parti ou du moins dans l’intérêt de ce dernier. Contrairement à l’association NISAE dont les membres fondateurs sont officiellement militants, la présidente se défend d’être comme elles et revendique à la fois sa neutralité politique et son autonomie à l’égard de son mari : « Je faisais le travail social avant de connaitre mon mari.Mais je suis sûr que si vous demandez à des gens à propos de mon association, ils vont vous dire : ça, c’est Ennahda !. Mais moi, je ne fais pas de politique. Je ne suis pas mon mari. D’ailleurs je le surveille. Je lui dis : moi, je suis le peuple, attention, on te regarde.
Parfois il est gentil, il essaye de m’aider pour l’association mais je lui dis : merci mais ce n’est pas la peine car ton aide me fait finalement plus de mal. Ça l’embête mais il comprend. Il me laisse faire
alors.12 »

De plus, elle rencontre d’autres difficultés venant des usagers eux-mêmes dans la mesure où les femmes qui viennent à son bureau le font essentiellement pour obtenir un soutien matériel, et ce d’autant
plus que la présidente est connue pour être la femme du responsable local du parti. Les personnes qui viennent tiennent un
discours d’allégeance, « comme si j’étais une responsable du parti et qu’on était à l’époque de BenAli. Rien n’a changé avec la révolution. Les gens se comportent de la même façon. Ils font avec moi ce qu’ils faisaient avec le RCD. Et comme c’est Ennahda qui a gagné les élections, ils me parlent des prochaines élections avant de me demander une aide ».

Il n’en demeure pas moins que cette proximité relationnelle avec les cadres du parti apporte des avantages certains dans la relation avec les autorités : l’association FEM bénéficie d’un financement du Gouvernorat mais également du ministère desAffaires de la Femme. Elle dispose en conséquence d’un local pour l’association. Sa capacité d’interlocution, non seulement au niveau de l’administration du Gouvernorat mais aussi au niveau du
ministère, est indissociable de sa proximité de fait avec le parti Ennahda. La présidente de l’association est donc à la fois prisonnière et bénéficiaire d’un système patriarcal de représentation sociale qui ne dissocie pas les actions d’une épouse de celles de son mari.

Conclusion

Nous avons étudié ici le processus de politisation de deux associations féministes postrévolutionnaires de Tozeur dont les membres fondateurs sont également militants ou sympathisants du
parti islamiste Ennahda. Nous avons pour cela pris en compte deux niveaux d’analyse de la politisation : celui individuel de l’engagement associatif en lien avec le militantisme de type partisan, d’une part ; et celui relatif à un agir sur les rapports sociaux de pouvoir et de domination, ici basés sur le genre. L’enjeu était autant de voir les interactions entre les différentes formes d’engagement que les potentiels d’émancipation pour les fondateurs associatifs féminins.

Concernant l’imbrication des modalités et des espaces d’engagement, l’association apparaît certes comme une ressource à mobiliser pour maximiser les intérêts du parti, mais une analyse stratégique plus fine montre aussi qu’elle est mobilisée pour peser dans les luttes de pouvoir internes à ce dernier. Elle agit certes comme un moyen de recrutement des femmes que comme un moyen de pression sur les groupes dominants à l’intérieur du parti pour faire valoir une lecture plus égalitaire des rapports de
genre. De l’autre côté, elle représente également un moyen d’émancipation des normes patriarcales pour les promoteurs des associations féminines à travers l’acquisition et la reconnaissance d’une plus grande autonomie.

En cela, les associations féministes se réclamant ou en proximité avec l’islam politique correspondent elles aussi, et dans une certaine mesure, à ce que Nancy Fraser (2005) nommé contre-publics subalternes, conçus comme des arènes discursives parallèles dans lesquelles les membres des groupes sociaux subordonnés élaborent et diffusent des contre-discours, ce qui leur permet de fournir leur propre interprétation de leurs identités, de leurs intérêts et de leurs besoins ». Ces associations constituent des premiers terrains d’essai pour des activités de revendication et de contestation des rapports sociaux de domination.

Néanmoins, les effets en termes de changement social apparaissent encore limités. Malgré un discours fondateur d’émancipation, les activités mises en place par les associations étudiées restent cantonnées à un niveau individuel qui, non seulement, n’aborde pas les rapports collectifs de pouvoir mais tend même à reproduire les normes dominantes du patriarcat. De plus, les identités multiples, partisanes et associatives, favorisent la perpétuation de pratiques
clientélaires basées sur un échange entre allégeance et service rendu (Briquet, Sawicki, 1998), compromettant les perspectives de changement social. La confusion entre ces identités constitue autant des contraintes pour les promoteurs associatifs féminins, dont l’autonomie d’action est contestée, que des ressources de légitimation pour une participation dans l’espace public.

Pierre TAINTURIER

est Doctorant au LISE – CNAM (Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique, conservatoire national des arts et métiers), doctorant associé à l’IRMC. Contact : pierretainturier@yahoo.fr

Pour citer ce billet : Pierre Tainturier, «Politisation après la révolution : Le cas de deux associations féministes de Tozeur.», Le Carnet de l’IRMC, N° 17,  janvier-avril 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1981.

Index.

1 Cet article s’inscrit dans un travail de recherche plus large sur les processus d’institutionnalisation et de politisation des associations à Tozeur dans le cadre d’un doctorat en sociologie effectué au CNAM/LISE.

2 Il s’agit ici d’acronymes d’emprunt.

3 Entretien effectué à Tozeur en mai 2012.

4 Entretien effectué à Tozeur en mai 2012.

5 Le collège Sadiki et la Khaldounia sont considérés comme les premiers établissements d’enseignement moderne créés à la fin du XIXe siècle ainsi que les lieux d’expansion du mouvement culturel réformiste. Si le premier a constitué un vivier de recrutement des élites administratives pendant la période coloniale, le second était davantage destiné aux étudiants de l’école coranique associé à la Zitouna. Dès lors, l’association des anciens élèves du collège Sadiki ainsi que l’université de Tunis sont considérées comme des espaces spécifiques au courant moderniste et occidentalisé du réformisme tunisien tandis que la Khaldounia et l’université de la Zitouna comme des espaces davantage liés au courant du réformisme attaché à la valorisation et l’affirmation de l’identité culturelle arabo-musulmane.

6 Tahar Haddad, né le 4 décembre 1899 à Tunis et décédé le 7 décembre 1935, est un penseur, syndicaliste et homme politique tunisien. Il a milité pour l’évolution de la société tunisienne au début du XXe siècle. Il est connu pour avoir lutté activement en faveur des droits syndicaux des travailleurs tunisiens, de l’émancipation de la femme tunisienne et de l’abolition de la polygamie dans le monde arabo-musulman.

7 Abdelaziz Thâalbi, né le 5 septembre 1876 à Tunis et mort le 1er octobre 1944 à Tunis, est un homme politique tunisien. Il est le fondateur du Destour en 1920, parti politique duquel émerge le Néo-Destour du futur président de la République tunisienne Habib Bourguiba.

8 Pour lequel on trouvera plus tard l’équivalent tunisien en la personne de Tahar Haddad.

9 Entretien avec la présidente de FEM. Tozeur, mai 2012.

10 La Jamâ’at al tabligh est une société de prédication musulmane de type revivaliste. De nature apolitique, elle est fondée à la fin des années 1920 en Inde avec un objectif de réislamisation. L’activité missionnaire de ce mouvement s’est par la suite, en quelques décennies, développée à l’échelle du monde entier, via des branches décentralisées, avec l’objectif de faire revivre leur foi aux musulmans du monde entier, dans le cadre d’une interprétation littéraliste de celle-ci.

11 L’islamisme tunisien apparaît en 1971 avec la création de Jamâ’at al islamiyya, structure initialement clandestine opérant dans les
mosquées et se décomposant en structures régionales hiérarchisées. L’organisation publie un journal Al Ma’rifa, édité à plus de 25000 exemplaires à la fin des années 1970. Elle se transformera en Mouvement pour la Tendance Islamique en 1981 (toujours clandestin) puis en mouvement de la renaissance (Ennahda) légalisé en 1989.

12 Si le mode opératoire trouve ses origines dans le mouvement « tablighi », la constitution d’un parti politique fait rupture avec ce mouvement qui est purement quiétiste.

13 Entretien avec la présidente de l’association FEM – avril 2012.

14 Entretien avec la vice-présidente de l’association FEM – avril 2012.

15 Entretien avec la présidente de l’association FEM – avril 2012.

Bibliographie

Bernard-Maugiron N., 2011, « Nouvelles stratégies de mobilisation et réforme du droit de la famille. La « loi du sur le khul’ » en Egypte », dans Sarah Ben Néfissa et Blandine Destremau, (sous la direction de), Protestations sociales, révolutions civiles. Transformation du politique dans la Méditerranée arabe, Paris, Revue Tiers-Monde, hors-série numéro 2, Armand Colin, 117-138.

Briquet J-L. ; Sawicki F., (sous la direction de). 1998, Le clientélisme politique dans les sociétés contemporaines, Paris, Presses universitaires de France.

Camau M., 2002, « Sociétés civiles “réelles” et téléologie de la
démocratisation », Revue internationale de politique comparée,
2002/2 (Vol. 9).

Clark A.J., 2004, Islam, charity and activism. Middle-Class Networks and Social Welfare in Egypt, Jordan, and Yemen, Indiana, University Press.

Destremau B. ; Lantier B., 2012, « Le sociologue et la « femme pauvre
du Tiers Monde », Ou comment une approche en termes de rapports
sociaux de sexe a éclairé la sociologie du développement », dans C., Verschuur I., Guérin et H., Guétat- Bernard (dir.), Sous le développement, le genre, Paris, IRD.

Destremau B., 2013, « Au four, au moulin… et à l’empowerment. La triple captation et l’exploitation du travail des femmes dans le
développement », dans M. Maruani (dir.), Travail et Genre dans le monde.  L’Etat du savoir, Paris, La Découverte.

Dot-Pouillard N., 2013, La Tunisie : la révolution et ses passés, Paris,
L’Harmattan.

Fraser N., 2005, Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution, Paris, La Découverte. Fraser N., 2010, « Marchandisation, protection sociale et émancipation. Les ambivalences du féminisme dans la crise du capitalisme », revue de
l’OFCE, n° 114, 11-28.

Latte Abdallah S., 2006, « Genre et Politique », dans E. Picard (dir.), la politique dans le monde arabe, Paris, Armand Colin.

Latte Abdallah S., (dir.), 2010, « Féminisme islamique », Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée, n° 128.

Laville J-L. ; Sainsaulieu R., 2013, L’association : Sociologie et Economie, Paris, Pluriel.

Roussillon A., 1991, « Entre al-Jiha et al- Rayyan. Phénoménologie de l’islamisme », Dossiers du CEDEJ, n° 45.

Zghal A., 1989, « Le concept de société civile et la transition vers le multipartisme », Annuaire de l’Afrique du Nord, Tome XXVIII.

Zghal A., 1993, « Le concept de société civile et la crise du paradigme développementaliste », revue tunisienne de sciences sociales, n°115, 67-94.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook