Archives de catégorie : Sociologie

Pour le droit à la reconnaissance…

La « révolution » tunisienne a pris de vitesse citoyens et politiques, observateurs et intellectuels. Comment expliquer qu’un tel séisme politique puisse avoir lieu sans que l’on ait pu entrevoir ses prémices ? Comment donner du sens à une révolution qui s’est produite sans le concours d’un leadership politique proprement dit et sans le ferment idéologique d’un projet de société alternatif ? Comment un événement aussi éminemment politique a pu s’enclencher dans une société qui vit, depuis près de deux décennies, sans politique ou presque ? S’il est sans doute trop tôt pour pouvoir comprendre de manière satisfaisante ce qui est advenu, certains indices de ce qui vient de se dérouler sous nos yeux nous autorisent à risquer quelques réponses provisoires. Je pense à deux épisodes en particulier : le mouvement de protestation des sans-emploi prenant origine dans le geste sacrificiel public de Mohamed Bouazizi qui fut l’étincelle de départ de l’ensemble du processus ; le sit-in à la Kasbah, en face du Palais du gouvernement, des jeunes issus des régions intérieures défavorisées appelant à la démission du premier gouvernement postrévolutionnaire de Ghannouchi et à la dissolution du RCD.

Si les retombées politiques du suicide public de Mohamed Bouazizi relèvent d’une alchimie que l’on peut difficilement saisir sans une enquête historique minutieuse, ce geste symbolique fondateur ne fait qu’exprimer de manière paroxystique un malaise partagé et une grogne collective souterraine qui ne cessaient de faire boule de neige depuis longtemps. Ce geste ne vient pas seulement faire écho à d’autres antécédents, dont le suicide protestataire antérieur d’un autre « désespéré » à Monastir et, en particulier, à ce mouvement suicidaire collectif moins assumé que représentent les départs sur les embarcations de la mort de milliers de jeunes cherchant à rallier clandestinement la rive nord de la Méditerranée ; il prolonge un état de mal être largement répandu qui couve depuis des années, une sorte de « panne biographique » vécue douloureusement par une pléthore de jeunes privés d’emploi et qui peinent à accéder aux ressources de reconnaissance sociale que procure le travail. Plus insupportable dans le cas des jeunes diplômés, la crise de l’emploi n’a cessé d’interpeler sur la validité des modèles de justice instaurés par l’État postcolonial et bâtis, en partie, autour du principe de la méritocratie scolaire. En fait, et dans une optique plus large, la mise en danger de ces modèles de justice achoppe à la question de l’égalité des chances, dans une société où les privilèges de rang et de statut de naissance ont été battus en brèche par le procès de modernisation et suscitent majoritairement aujourd’hui de l’indignation.

Quant au sit-in de la Kasbah, il relève lui aussi d’une autre forme d’exigence de reconnaissance. En couvrant les murs du Palais du gouvernement et des ministères alentour de graffitis et de slogans qui célèbrent le noms de leurs bourgades, longuement abandonnées par les élites politiques de la Tunisie indépendante et laissées pour compte par les plans successifs de développement (Mazzouna, Rgab, Menzel Bouzayyan, Sidi Ali Ben Oun, etc.), et en dressant leurs tentes aux portes du Premier ministère, ces jeunes d’origine rurale et modeste ont parlé d’une même voix pour revendiquer le droit à une citoyenneté réelle qui implique l’accès à un certains nombre de ressources fondamentales et, avant cela, la capacité de faire entendre leur préoccupations particulières dans la sphère publique. A travers leur geste, c’est la misère on ne peut plus visible de la marge qui est venue investir la superbe du centre.

Cela dit, s’il est tout à fait possible de formuler quelques conjectures concernant le terreau dans lequel a pris naissance le ras de marée populaire qui a emporté le régime de Ben Ali, une énigme persiste : comment les différentes formes de mécontentement et de frustrations générées par vingt ans d’autoritarisme politique et d’injustice sociale ont pu s’exprimer dans un idiome politique audible et mobilisateur dans un pays où la politique n’était plus, et depuis longtemps, que souvenir ?

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Imed MELLITI

Sociologue, ISSHT, Tunis

 

Crédit photographique : ©Khaled Jomni – IRMC

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La révolte du peuple à l’heure des TIC : la communication “engagée”, une puissance révolutionnaire?

Il est difficile, me semble-t-il, de penser la « Révolution de la dignité », en dehors de son ancrage culturel. Notre ère est celle de la culture numérique qui a prouvé qu’elle est capable, non seulement, de bouleverser les mœurs et les mentalités, mais aussi de constituer un instrument efficient permettant de renverser le pouvoir totalitaire en place. L’un des aspects qui ont fait la singularité de la révolution tunisienne est, sans conteste, la capacité de ses protagonistes à faire bon usage des TIC. Bien qu’il s’agisse d’un lieu commun, il importe de rappeler que ce sont la téléphonie mobile, qui s’est substituée à l’appareil photo, et l’Internet, en l’occurrence le réseau social Facebook, qui sont, en quelque sorte, les armes de cette révolution. Qui dit que les révolutionnaires sont désarmés n’a certainement rien compris des rapports de force qui ont transformé la donne politique et sociale en Tunisie. Loin de faire le panégyrique des TIC, il est important de reconnaître que la communication engagée constitue un moyen de mobilisation sociale et politique, donnant ainsi une nouvelle allure au processus révolutionnaire. Le cyberactivisme, engagé par des acteurs d’ici et d’ailleurs, a été le leitmotiv de cette révolution de la dignité, à telles enseignes que les TIC sont considérées comme étant un danger qui menace les régimes totalitaires. Le spectre numérique est de plus en plus pourchassé par ceux qui tiennent à préserver leur autoritarisme. Nous retiendrons de cette expérience révolutionnaire singulière trois aspects essentiels. Tout d’abord son caractère imprévisible et contingent ; ensuite son essence populaire, en tant que révolution à l’origine acéphale et, enfin son statut d’observatoire révolutionnaire dans la région.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Sihem NAJAR

Sociologue, IRMC, Tunis

 

Crédit de l’illustration : toutça.com

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Pour un renouveau politique du lien social

Des enquêtes menées dans les années 2000 sur les questions du micro-crédit et du lien social en région tunisoise, revues après les évènements, me conduisent à m’interroger sur quelques questions de fond : les associations vont-elles cesser d’être le produit de l’administration ? Les politiques publiques vont-elles continuer à multiplier des programmes d’interventions mal connectés à la société civile ? Les responsables administratifs pratiqueront-ils toujours la « langue de bois » ? Les chercheurs en politiques publiques et sociales, continueront-ils à rencontrer tant d’obstacles lors de la conduite de leurs enquêtes de terrain en matière de demande d’autorisation et de contrôle des objectifs et des enquêtés ?

Parler de société civile suppose « une forme de coupure entre un univers « politique » et un monde « civil » » (De maillard, 2002). Ce n’est pas le cas en Tunisie, où les politiques publiques ont étouffé la société civile. L’État contrôlait la liberté d’association (il fallait un visa du ministère de l’intérieur), au point que seules subsistaient des associations (professionnelles, patrimoniales, culturelles et sportives) appendices de L’État ou du RCD. Il a aussi cherché à contrôler le financement extérieur des ONG internationales. La culture associative dont la base est la démocratie participative apparaît dorénavant incompatible avec un système politique hiérarchisé et «descendant». Plus encore, l’État a tenu à neutraliser toute tentative associative en imposant sa propre « gouvernance » à la société civile, en créant ses propres associations (d’octroi de crédits aux entrepreneurs) qu’il nommait « ONG ». Ses politiques ont fonctionné par l’accumulation de toute une panoplie institutionnelle (programmes de développement urbain ou rural, création de l’ANETI, Fond de l’emploi 21/21 etc…) comme des « réseaux de consolidation » (Camau, Geisser, 2003), qui venaient renforcer la crédibilité d’un Etat se voulant « animateur » (Donzelot, 1996). Cette « étatisation du social » se traduisait par une inflation de structures à étiquette « solidarité » (Banque tunisienne de solidarité, Union tunisienne de solidarité sociale, Fond national de solidarité) envers les catégories les plus démunies, ou les diplômés du supérieur au chômage. Ces mêmes catégories lors des émeutes de 2010/2011, se sont retournées contre cette instrumentalisation du social, à laquelle ils n’ont plus fait confiance. Les causes de cette crise de confiance se situent aussi dans la lourdeur des procédures administratives d’octroi de soutiens, leur inefficacité (aides insignifiantes et très clientélistes), et l’absence de compétences locales des responsables administratifs. Il est à souhaiter pour l’avenir que les structures étatiques d’aide à l’emploi se simplifient et soient mises au service d’une efficacité locale moins procédurière et plus proche des besoins réels des populations.

Enfin, la langue de bois doit disparaître. Les termes employés en matière de développement sont ambivalents : les « ONG » n’en sont pas, la liberté associative est affichée mais contrôlée, la décentralisation n’est même pas une déconcentration et, les évènements l’ont montré, les régions sont restées abandonnées. L’appellation « développement local » reste toujours celle du ministère de l’intérieur… Il en est de même pour la notion de gouvernance (en réalité négociation consensuelle) utilisée à tort. C’est aussi le cas de la privatisation avec son apparence de passation de relais au secteur privé mais conçue plutôt comme moyen de renforcement de l’autorité de L’État. Jusqu’au terme de démocratie, positivement évoquée par La Presse au lendemain du discours de Ben Ali. On souhaiterait que le langage politique soit moins emphatique et plus « vrai », et que les politiques, mais aussi les administratifs, ne jouent plus avec le sens des mots et cessent d’en faire des « coquilles vides ». Durant la période Ben Ali, c’était au chercheur de décrypter l’ambigüité de cette instrumentalisation du langage. C’est à cette vigilance que nous, enseignants chercheurs en sciences sociales, devons appeler.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Houda LAROUSSI

Sociologue, INTES, Université Tunis Carthage

 

Crédit photographique : ©Zohra Bensemra – Reuters

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La force de l’insoumission

De la révolte de la rue à la révolution des esprits

Les évènements vécus depuis le 17 décembre 2010 constituent une véritable « onde de choc » pour l’ensemble des Tunisiens. Il s’en dégage un sentiment de fierté, une dignité retrouvée, d’avoir combattu et écarté Ben Ali seuls, sans leader, sans parti et sans soutiens étrangers. S’en trouve renforcée l’image d’une Tunisie avant-gardiste dans le monde arabe, et qui, après avoir aboli la polygamie, érigé le code du statut personnel, revendique sa liberté d’expression et d’auto détermination. Ce mouvement valorise les jeunes (« on n’est pas des voyous mais on veut défendre nos valeurs »). Il illustre la mobilisation de toutes les catégories sociales autour de la lutte contre les milices tant dans les quartiers populaires que dans les quartiers chics. Se profile un autre visage du civisme et de la solidarité (« la solidarité nous appartient ») que celui des slogans abstraits de l’État.

L’homme de la rue tout comme l’intellectuel, en appellent à une séparation stricte entre l’État et tout parti. Il en ressort une confrontation des « jusqu’au boutistes » refusant la présence d’anciens du RCD au gouvernement, et des « on y va quand même ». Les forums de discussion se sont installés sur les chaînes de la radio et télévision nationale, invitant des acteurs et observateurs de la société civile, intellectuels, artistes, universitaires et chercheurs, hommes et femmes, de toutes tendances et sensibilités politiques. Des journalistes se questionnent sur leur mission, leur implication dans le mouvement social. Des métiers redéfinissent les contours de leur corporation (avocats, architectes, cinéastes, professions de santé…). Dans les entreprises publiques, des groupes de personnels demandent le départ de leur directeur général et souhaitent renouveler les lignes hiérarchiques.

Il s’agit là d’un mouvement multidimensionnel, impulsé par la jeunesse mais auquel participent toutes générations, catégories socioprofessionnelles, et classes sociales. Il faut insister sur la dimension sociale de ce mouvement qui a pris la forme d’une révolte des populations : contre la vie chère, contre le chômage des jeunes et des diplômés, contre les détournements économiques et la corruption financière, contre la censure de la liberté d’expression et l’autoritarisme politique. Face au foisonnement de l’expression, plusieurs réclament une pédagogie de la démocratie, un apprentissage de la liberté naissante, estimant « qu’il faut du temps pour un peuple non habitué à la démocratie », et que la « révolution des cerveaux » implique « d’enlever l’autocensure de nos têtes ».

La mobilisation numérique

Dans un contexte de censure de la presse, de mainmise de l’État sur les médias (radio, télévision), d’interdiction de sites internet, et dans l’un des pays les plus connectés d’Afrique, le mouvement tunisien s’est inscrit au cœur de la révolution numérique. Depuis la rue et avec l’aide des vidéos amateurs (fournies par les téléphones portables) et des ordinateurs, les messages numériques et les blogs ou encore les sites Twitter ou Facebook ont relayé les appels à manifester. Ils ont fourni des messages de dissidence ou de blocage de sites gouvernementaux, puis des commentaires en direct des émeutes. Le 12 janvier, le monde entier a eu connaissance en temps réel de la photo du décès par balle d’un enseignant franco-tunisien à Douz. Les acteurs de ce mouvement ne sont plus seulement dans la rue. Ce sont souvent des jeunes qui l’ont impulsé et qui, depuis leur ordinateur, en parlent le langage (le slogan des manifestants, « Game over »).

Internet s’est imposé comme un nouveau support d’information, de communication et de « résistance » au service d’une « cause ». Ce processus connecte les acteurs politiques de tous bords à la pression de la rue et des médias numériques. On doit y voir une profonde mutation où l’information passe directement de la parole de l’acteur à l’appréciation du spectateur. La communication sur le net a ainsi contourné et démenti les (non) informations de la radio et télévision nationale. Avec l’écueil toutefois d’une information issue de la rumeur et non confirmée, dont le récepteur doit reconstituer la véracité, et un court-circuit du canal du journaliste informateur et du « professionnel » de l’information. A noter le rôle fort de relais en direct de cette « micro information », joué par la chaîne internationale Al Jazira.

L’impact sur le métier de chercheur

Dans leurs soucis d’interrogation et d’interprétation des faits sociaux, entre l’analyse scientifique qui nécessite un recul, et l’urgence de l’implication au présent, les sciences sociales sont fortement interpellées par ces évènements. Une tradition en ce sens existe à l’IRMC, qui a déjà produit des recherches et des réflexions sur la question étudiante, sur les reconfigurations religieuses, les, migrations précaires ou clandestines, la crise du travail et de l’emploi, mais aussi sur le développement local et les révoltes ouvrières du bassin minier de Gafsa, puis sur les démocraties autoritaires. Cette « révolution des esprits » est susceptible auprès des étudiants et chercheurs sur le Maghreb puis le monde arabe et musulman, de renouveler les sujets de recherche objets d’articles, mémoires ou thèses sur des thèmes tels que la transition politique, les notions de revanche sociale, de rumeur, la question des suicides par immolation. Autres thèmes : les solidarités ; les jeunes et le changement social ; Internet et les nouveaux modes de communication ; les révoltes populaires régionales ; les rapports de force entre l’Armée, l’État et la police ; les compromis politiques et le jeu des partis dans les gouvernements de transition ; les relations du social, du politique et du religieux.

Ces évènements, au cours desquels les médias ont beaucoup sollicité les chercheurs, interrogent la relation, parfois source de malentendus, entre le journaliste et le chercheur, entre le temps circonscrit de l’évènement et le temps long et cohérent de l’histoire. Ils questionnent aussi les frontières disciplinaires internes aux SHS. Par exemple ils ne sont pas perçus de la même manière par les sociologues, juristes ou politologues qui souhaitent les analyser « à chaud », alors que les historiens prendront plus de recul sur les traces de ce qui est advenu ou sur les leçons du passé. Tout en respectant ces frontières, ces nouvelles recherches gagneront à être abordées dans une perspective comparative entre pays du Maghreb, ou avec l’Égypte. Cette confrontation des expériences internationales avec le vécu de la révolution tunisienne, devrait contribuer à un dialogue approfondi et à un renforcement de la coopération au sein de la communauté des chercheurs en sciences sociales.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Pierre-Noël DENIEUIL

Sociologue, IRMC, Tunis

 

Crédit photographique :  ©Zohra Bensemra – Reuters.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook