Archives de catégorie : Sociologie

Séminaire de recherche « Sexualités et politique 2020-2021 »

Par Monia Lachheb

Chapeau :

Le séminaire de recherche, Sexualités et politique, s’inscrit dans le cadre du programme de recherche de l’IRMC portant sur les sexualités dites non normatives au Maghreb. Il s’intéresse à la politisation des questions liées aux différentes formes de sexualités et concernent principalement les groupes sociaux marginalisés : les homosexuel-le-s, les mères célibataires, les travailleur-euse-s du sexe, les personnes transgenres, etc.

Les sexualités perçues comme relevant du « privé » sont longtemps restées rattachées au registre des mœurs et en dehors du débat politique. L’intérêt du séminaire est de rendre compte des enjeux politiques des sexualités (Weeks, 2014) qui se manifestent dans les rapports entre politiques publiques et sexualités, les débats publics autour de l’intime, les controverses et les rapports de pouvoir qu’ils génèrent, les formes de mobilisation et les mouvements sociaux qu’ils sous-tendent.

The research seminar, Sexualités et politique, is part of the IRMC’s research programme on so-called “non-normative” sexualities in the Maghreb. It focuses on the politicization of issues related to different forms of sexuality and mainly concerns marginalized social groups: homosexuals, single mothers, sex workers, transgender people, etc.

Sexualities perceived as belonging to private matters have long remained attached to the category of mores outside the political debate. The interest of the seminar is to higlite the political issues of sexualities (Weeks, 2004) which are coming forward in the relationships between public policies and sexualities, the public debates around the intimate, the controversies and the power relations they generate, the form of mobilization and the social movements they underpin.

تندرج الندوة البحثية الجنسانيات والسياسة في إطار برنامج بحث معهد البحوث المغاربية المعاصرة حول ما يسمى بالجنسانيات غير المعيارية في المغرب العربي. إذ تهتمّ بتسييس المسائل المتعلقة بأشكال الجنسانيات المختلفة وذلك في علاقة بالفئات الاجتماعية المهمشة : المثليون والمثليات جنسياً، الأمهات العازبات، عاملو وعاملات الجنس، المتحولين والمتحولات جنسياً إلخ. …

والواقع أن الجنسانيات التي يُنظَر إليها باعتبارها « من المسائل الخاصة » ظلت لفترة طويلة جزءاً من الأخلاقيات وخارج النقاشات السياسية. و ينصب اهتمام هذه الندوة إلى عرض الأبعاد السياسية للجنسانيا (Weeks 2014) ، والتي تتجلى في العلاقات بين السياسات العامة و الجنسانيات والنقاشات العامة حول ما هو حميمي والخلافات التي تفرزها وعلاقات الهيمنة بينهما وما ينشأ عنها من أشكال التعبئة والتحركات الاجتماعية التي تقوم عليها.

___________________________________________________________

Dans une perspective pluridisciplinaire, les interventions des différent-e-s chercheur-e-s visent à créer un échange critique sur la production et la reproduction de l’ordre des sexualités (Paternotte, 2018) par le discours politique, les mobilisations conservatrices et leurs modes d’appréhension par les structures militantes. Le croisement des regards et des champs disciplinaires éclairent ainsi le traitement politique des sexualités, le rapport des acteurs au politique et la construction d’une politique de reconnaissance de la diversité sexuelle,  notamment dans l’espace maghrébin et, plus largement, africain.

Les cinq séances du séminaire se sont déroulées majoritairement en présentiel, dans les locaux de l’IRMC, réunissant une vingtaine de doctorant-e-s, chercheur-e-s et universitaires d’horizons différents, exception faite de la dernière séance qui a eu lieu en virtuel du fait de la situation sanitaire. La première séance a été assurée par Barkahoum Farhati, historienne et anthropologue au Centre national de recherches préhistoriques d’Alger, sur la « Construction sociopolitique du mythe de la femme dite « Ouled Naiel » en Algérie (1830-1962) ». Les « Ouled Naiel » constituent une tribu au Sud algérien connue pour ses femmes « publiques » dites aussi les « danseuses prostituées » qui usent de leurs danses, costumes et ornements du corps pour attirer leur clientèle. D’une part, la société coloniale tente de maîtriser des pratiques marginales et « immorales », et, d’autre part, les enjeux économiques font des femmes Ouled Naiel un mythe du développement touristique et un objet central des représentations iconographiques.

À partir d’une analyse des textes juridique qui gèrent l’intime en Tunisie, Wahid Ferchichi (Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis) interroge le droit tunisien. Il montre que le droit tunisien apparaît avant-gardiste, notamment lorsque la Constitution tunisienne de janvier 2014 reconnaît l’égalité sans aucune forme de discrimination (art. 21) et garantit la protection de la vie privée (art. 24). En revanche, il présente aussi avec des aspects réactionnaires à travers le droit pénal et le droit civil. En effet, le Code pénal de 1913, époque coloniale, use d’un vocabulaire moralisateur et conservateur. L’application  « judiciaire ne juge pas des faits mais des apparences, un faciès, une identité, un choix… ». Par ailleurs, le droit civil saisit les identités. Il n’autorise pas le droit de choisir son sexe et n’admet pas le droit de changer de sexe. Ainsi, « le droit s’immisce dans le choix le plus intime des personnes ».

La mondialisation, le développement des échanges et des circulations participent à la reconfiguration des sexualités. Dans ce cadre, Christophe Broqua, anthropologue et chercheur au CNRS, s’intéresse aux modes d’internalisation des questions sexuelles. À partir d’un travail de terrain focalisé sur l’Afrique subsaharienne, il montre comment se construisent les luttes et les revendications des minorités sexuelles contre des politiques oppressives. Elles se trouvent, par leurs logiques propres et leurs discours locaux, insérées dans « un phénomène de globalisation des sexualités ».

Pour sa part, David Paternotte, sociologue du politique à l’Université libre de Bruxelles, se penche sur la notion d’exceptionnalisme sexuel en Europe. L’exceptionnalisme renvoie à l’affirmation d’une caractéristique qui donne un aspect unique à une politique et attribue du sens à son identité. S’agissant des questions sexuelles, l’exceptionnalisme renseigne sur les manières d’appréhender l’égalité entre les sexes et les droits sexuels comme un socle pour une politique européenne commune. À travers un regard critique, des exemples de situations concrètes montrent les tentions et les contradictions autour des droits sexuels et des rapports de genre en Europe. Ils renseignent sur les logiques d’exclusion qui en découlent et rendent compte d’une politique des sexualités contestée.  

Enfin, Amal Bousbaa, sociologue à l’Université Hassan II de Casablanca, est intervenue lors d’un Facebook Live qui a réunit une vingtaine de personnes en direct et qui a été visionné par près de 400 personnes par la suite. Elle rapporte les enjeux politiques liés à l’expérience des mères célibataires au Maroc. La normalisation des sexualités au Maroc présente la maternité célibataire comme illégitime, illégale et transgressive. Parallèlement, l’avortement clandestin est une pratique largement répandue. Selon des estimations de l’association INSAF (Institut national de solidarité avec les femmes en détresse), il y aurait entre 600 et 800 interruptions de grossesse et 200 naissances par jour à l’échelle nationale. Ainsi, on note un décalage entre les normes édictées et les pratiques sexuelles effectives. Dans ce contexte, l’absence d’une volonté politique pour agir sur les lois punitives en lien avec l’avortement est remarquable. L’État ne dispose pas de statistiques pour mesurer l’ampleur du phénomène. Aussi, les mères célibataires, qui sont des chefs de familles monoparentales, demeurent fortement invisibilisées. La maternité célibataire reste donc enfermée dans le registre de la transgression et/ou de la victimisation.

À partir de l’analyse de différentes formes de sexualité dans des espaces géographiques et culturels divergents et selon des approches théoriques et méthodologiques diverses, les débats placent les questions sexuelles au cœur des enjeux politiques. Ils montrent les liens étroits qui les relient dans le but de les saisir et de les contrôler et attestent de la porosité des frontières entre le privé et le public. 

 

 

 

 

 

 

 

 

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Conversation avec Raja Ben Slama, autour de l’ouvrage Ordres Désordres des genres. Lectures croisées sur la violence et l’amour

Par Kmar Bendana

Mercredi 07 octobre 2020 – Bibliothèque Nationale de Tunisie

______________________________________________________________

Cet entretien fait suite à la publication du recueil Ordres Désordres paru en juillet 2020. Raja Ben Slama y évoque les raisons et les conditions dans lesquelles elle a rassemblé ces articles. Chacune des douze lectures qu’elle propose de sourates coraniques, de dits du prophète Mohamed, de traités juridiques, de contes anciens ou d’extraits littéraires est un essai de déconstruction des diverses façons dont les femmes subissent, défient et contournent l’ordre du pouvoir masculin. 

This interview is following the publication of the collection Ordres Désordres published in July 2020. Raja Ben Slama evokes the reasons and the conditions under which she collected these articles. Each of the twelve readings the offers of Quranic suras, sayings of the Prophet Mohammad, legal treatises, ancient tales or literary extracts is an attempt to deconstruct the various way in which women suffer, challenge and circumvent the order of male power…

يأتي هذا اللّقاء إثر صدور كتاب نظام/فوضى الجندر الصادر في جويلية 2020. تتطرّق رجاء بن سلامة فيه إلى الدّوافع والظّروف التي جعلتها تجمع المقالات المكوّنة له. 12 قراءة تقترحها فيه لسور قرآنيّة وأحاديث نبويّة ونصوص فقهيّة وخرافات قديمة ونصوص أدبيّة، تمثّل كلّ واحدة منها محاولة مختلفة لتفكيك الطّرق التي تخضع فيها النساء إلى نظام السلطة الذّكورية، أو تتحدّاه أو تراوغه   

_______________________________________________________________

Tu as récemment publié Ordres Désordres des genres. Lectures croisées sur la violence et l’amour aux éditions Nirvana. Cet ouvrage attire l’attention du lecteur par beaucoup d’aspects.  Il croise un corpus classique avec des approches qui parlent à la lectrice du XXIe siècle que je suis. Explique-nous la genèse de cet ouvrage et la façon dont tu as assemblé les douze articles qui le composent. 

Le fil rouge qui relie ces textes est l’ordre des genres. Ces articles ont été écrits en arabe ou en français, certains en arabe puis traduits ou réécrits en français. La situation de confinement est le premier facteur qui m’a poussée à les rassembler en ouvrage. En mars/avril 2020, j’ai commencé à disposer de beaucoup de temps. Ensuite, il m’est insupportable que certains de mes articles les plus récents soient devenus inaccessibles, pour les lecteurs et pour moi… Ils sont publiés par des revues étrangères payantes. Je voulais que mes écrits circulent librement, d’autant plus qu’ils sont surtout destinés aux jeunes. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai toujours voulu m’adresser aux jeunes. L’un de mes livres, le plus censuré Naqd ath-thaouabat نقد الثوابت (Critique des certitudes), datant de 2003/2004, leur est dédié.

Il est en pdf et donc accessible sur Internet. C’est moral.

Je suis enseignante, je m’adresse aux jeunes. Peut-être parce qu’ils représentent une figure de « la postérité ».

C’est une forme de transmission.

J’ai aussi longtemps porté un mythe de névrosé, celui de la femme incomprise. Maintenant ça va. Mais pendant ma jeunesse, j’étais l’incomprise. J’ai relaté certains faits qui justifient ceci. Mais il y a tout de même un aspect névrotique.

Tu as canalisé la condition de mineure et de névrosée dans un travail de transmission, dans la recherche et l’écriture, ça aide à sortir de la condition de minorée, non ?

J’emploie le mot « névrotique » parce que c’est lié à mon histoire personnelle. Je suis la septième d’une fratrie de huit enfants. Je raconte ça pour la première fois. J’étais Cendrillon. Mon père m’appelait ainsi et j’ai souffert de ce nom, de ce pseudonyme قطّوسة الرْماد Qattousset ar-rmad (littéralement « la chatte des cendres »). Il me le disait affectueusement : binti Qattousset ar-rmad. J’avais une sœur aînée. Cela ressemblait drôlement à l’histoire de Cendrillon. Il y avait l’aînée qui était belle et moi j’étais la délaissée… Avec la psychanalyse, j’ai découvert l’aspect positif de Cendrillon. Celle d’après minuit, qui a réussi, qui a épousé le Prince charmant. [Rires]. Grâce à la psychanalyse, j’ai opéré une conversion, une traduction. Ce n’est plus Qattouset ar-rmad mais Cendrillon, la fée, qui a pris le dessus. Au début, j’étais prisonnière de la condition négative de Qattouset ar-rmad.

Tu en as fait quelque chose. Tu t’es bien sortie d’affaire. Explique-nous le titre de l’ouvrage Ordres Désordres. Quelle est la thèse centrale de l’ouvrage ?

La thèse centrale de l’ouvrage est aussi paradoxale que le titre. J’ai choisi un titre agrammatical pour exprimer le caractère paradoxal de mon hypothèse. Il n’y a pas de « et ». Je ne voulais pas d’une conjonction rationalisante, parce que j’ai essayé de montrer, peut-être insuffisamment – parce que c’est indémontrable, presque inarticulable –, qu’il y a un ordre des genres, à la fois puissant, très étendu, se trouvant partout et produisant des victimes et de la souffrance. En même temps, cet ordre cruel et puissant est vulnérable. On n’est pas dans la logique aristotélicienne, mais bien dans autre chose. Cet ordre est comme un édifice très puissant, craint par tout le monde, imposant tout en étant de verre. On peut le casser à tout moment, ou bien le déjouer, d’une autre manière.

On peut le percer, tu l’as montré, et on peut désobéir.

Ça ressemble un peu à ma vie, à mon rapport à l’Université. Il y a un ordre très puissant, mais en même temps on peut créer des brèches. Tous les ordres sont à la fois puissants et fragiles, du fait même de ce qu’on appelle aujourd’hui la multi-normativité. Il y a les normes du فقه / fiqh (science de la charia). Je l’ai bien expliqué ici. Et il y en a d’autres, d’un autre ordre : les normes de l’amour, de la poésie, etc. Malheureusement, on oublie trop souvent la créativité et la fiction. Même si la fiction est/passe par les mots, elle conditionne, elle a un impact sur la vie des gens. Prenons Abou Nawas, poète qui chantait le vin, l’amour, les éphèbes, les amours homosexuelles. Il a produit des poèmes mais il s’est aussi produit lui-même. Il vivait d’une manière totalement différente de la norme islamique. Il s’est créé comme poète, vivant dans une autre norme. La poésie ne se cantonne pas à la parole. Parole, parole… Non. C’est une forme de vie, une norme différente de vie, dans l’amour, le vin. Malheureusement, j’ai l’impression que la plupart des historiens et les islamologues évacuent cet aspect des choses.

Les historiens ne s’occupent pas de ces aspects quand ils restent dans des textes normatifs. Les islamologues ont une conscience assez faible du temps, des temporalités. Ils sont dans une approche atemporelle. Peut-être est-ce un effet de la discipline ?

On évacue généralement la subjectivité, le féminin, les déchets humains, les parias, les homosexuels, les transsexuels… Tous ces êtres meublent pourtant les textes anciens mais sans figurer dans les livres d’histoire, ou très peu.

J’ai rapproché ton ouvrage de certains travaux de psycho-histoire, faits dans d’autres contextes, à partir de corpus français, italiens.

Tu penses à La fable mystique [1] ?

Entre autres. Tu es partie d’un corpus différent, original. Tu vas dans le Coran, le hadith, les contes populaires, le fiqh, la poésie, la littérature. Pour une lectrice du XXIe siècle profane, comme moi, j’ai beaucoup apprécié la possibilité que tu donnes à un lecteur contemporain de rentrer, avec une démarche moderne, dans un corpus ancien, classique, poussiéreux à certains égards. Quelle est la part de la démarche psychanalytique dans ton approche ? Est-ce parce que tu es psychanalyste ? Ton rapport à cette discipline te fait-il entrer dans les textes et te donne-t-il des moyens de les faire parvenir ?

Déjà, la psychanalyse s’intéresse au refoulé, aux laissés-pour-compte, mais aussi, à ce qui est insignifiant et imperceptible… comme « les petites gouttes de la pluie » [2]. Ce conte populaire représente, peut-être,  l’intérêt féminin pour les petites choses, pour le minuscule. Le tyran Shahrayar, qui a tué sa femme, se moquait des petites gouttes de pluie.

Parce que c’est un homme de puissance, de pouvoir.

Voilà. Ce conte offre aussi une métaphore de la psychanalyse qui s’intéresse aux petites choses. Et ce sont elles qui donnent sens au tout, comme disait Freud. Dans un rêve où figure un oiseau, c’est peut-être la couleur du bec de l’oiseau qui donne le sens, la clé du rêve et non pas le récit du rêve, ou l’ossature formelle adorée par les structuralistes. Un petit détail infime est souvent le plus important.

Cela me semble être, en effet, le fil conducteur de ta démarche. Il y a une sorte d’enseignement politique dans l’ouvrage. Je le trouve très lié au contexte actuel. Est-ce que tu es d’accord ?

Oui, c’est un livre politique. Une des raisons qui m’ont poussée à composer cet ouvrage c’est d’actualiser (to refresh) mes articles à partir de ce qui se passe depuis 2011. Par exemple, j’ai ajouté le texte qui parle du désordre dans l’ordre bipolaire [3] ou celui sur l’étalon [4].

Pourquoi as-tu voulu revenir sur ces textes après 2011 ? Pour dire quoi ?

Pour les femmes, le monde a changé, partout, même en Arabie Saoudite. Depuis 2010/2011, la parole s’est libérée, elle n’est plus censurée, par l’État du moins. Ceux qui n’étaient pas censurés ne se rendent pas compte de l’importance de ce que cela représente. C’est capital.

Oui, on a vécu une levée d’écrou. Mais revenir sur ce qui est déjà écrit est significatif. On n’écrit pas seulement de nouvelles choses, on réécrit autrement sur certaines choses. C’est ça qui est intéressant dans ta démarche.

C’est peut-être inspiré de l’informatique. J’ai parlé de refresh (F5) [Rires]. Il faut rafraîchir et remodeler.

C’est le mouvement de la pensée. Et puis, on peut penser autrement quand il n’y a plus de censure.

Oui, mais c’est aussi un livre politique. Je voulais mettre l’accent sur un tournant [2011] actuellement dénigré, dire que beaucoup de choses ont changé avec la Révolution tunisienne.

Ton ouvrage exprime un retour « du » refoulé et tu fais un retour « sur » le refoulé.

Ce sera l’objet d’un prochain livre. J’ai des bribes que je rassemblerai. [Rires] C’est mon mode préféré qui ne plaît pas aux éditeurs. Ils préfèrent des livres bien construits.

L’éditeur tunisien a marché tout de suite : tu lui as proposé ton livre en mai, il l’a édité en juin.

Je ne l’ai proposé à aucun autre. Je sais que les éditeurs français préfèrent des livres. Je voulais qu’il soit publié en Tunisie.

Tu l’as écrit en langue française, à un moment où la langue arabe se développe beaucoup en Tunisie. Est-ce un choix éditorial ?

Je souhaitais m’adresser à la communauté des psychanalystes, pour me mettre à l’épreuve de cette discipline, ainsi qu’à celles et ceux qui sont d’origine arabe et musulmane et qui n’ont pas accès à ces textes. Il y a une communauté francophone en Tunisie, et non arabophone.

Tu es une arabophone illustre. Je trouve ton choix intéressant. Tu as préféré la circulation et non la spécialisation étroite. Une version arabe est-elle prévue ?

Je souhaiterais voir ce livre en anglais. J’ai proposé à l’éditeur de garder mes droits d’auteur pour financer la traduction en langue anglaise. Il me l’a promis. Pour la version arabe, certains des articles sont déjà écrits en arabe. J’en ai aussi de nombreux non publiés et d’autres, dans des revues qui ne sont pas en ligne. Peut-être faudrait-il les rassembler ? J’ai intérêt à faire la même chose. Mais, pour l’instant, je suis occupée par la réécriture de la traduction française de ma thèse que je dois terminer pour qu’elle soit publiée par le Centre national de traduction.

C’est une bonne chose que ton ouvrage existe en trois langues.

Oui, les Tunisiens ne sont que très peu traduits en anglais, et les féministes tunisiennes encore moins, malheureusement.

Il n’y a pas que la lecture. Il y a la formalisation des idées. La traduction en sciences humaines et sociales doit donner lieu à plusieurs produits, dans tous les sens ; du français à l’arabe, de l’arabe au français, de l’arabe à l’anglais, de l’anglais à l’arabe…  

La traduction est une entreprise très difficile.

C’est un investissement très coûteux, mais un fonctionnement intellectuel fondamental.

Oui, un fonctionnement interne, au sein de la même langue.

Après les perspectives de traduction de ton ouvrage, passons maintenant aux autres. Quelles sont tes perspectives dans le cadre de ton poste de directrice de la Bibliothèque nationale, comme chercheure, comme enseignante ?

J’ai envie d’écrire un ouvrage sur une revue étonnante, pratiquement inconnue : برجيس باريس / Birgis Baris de Sliman El Hraïri. Je suis tombée amoureuse de ce personnage, qui n’existe dans aucune vulgate de l’histoire, la nahdha tunisienne et arabe, alors qu’il est un des premiers, sinon le premier traducteur des sciences exactes et surtout le premier sociologue.

Il a publié deux textes dans un ouvrage collectif paru au XIXe siècle [5].

Dont un étonnant d’originalité et de beauté.

Tu parles du Parfumeur de Tunis ?

Oui. Il est vraiment dommage que Sliman El Hraïri ne soit pas connu, il est pathétique. Pour l’heure, seul Mahdi Abdeljaoued lui a consacré une étude. Il a travaillé sur sa biographie, sur le côté mathématique, scientifique. Il est parti sur ses traces à Paris et a travaillé sur sa bibliothèque, achetée par l’INALCO. Peut-être que je n’ai pas le droit de dévoiler les résultats de cette recherche.

Le projet est déjà avancé. Il faut être tellement savant et pointu pour le faire.

Il y aura le livre de Mehdi Abdeljaoued sur Sliman El Hraïri et il y aura le mien.

Axé sur Birgis Baris ?

Oui. Il me semble que cette revue n’a pas été étudiée. J’annonce ce projet mais si quelqu’un d’autre a l’intention de le faire, je ne suis pas jalouse de mes idées, de mes projets. Et puis j’ai envie d’écrire un livre sur la Bibliothèque nationale. Je veux m’intéresser à la philia des institutions. Qu’est-ce qui les fait fonctionner, sinon une forme d’amour ?  On ne peut pas travailler sans amour.

On ne peut pas faire les choses sans affect.

J’ai envie de thématiser et de réfléchir sur cet affect.

Ce serait un projet formidable qui apporterait beaucoup à l’histoire des institutions.

Et sur la passion qui les anime, la chaîne des passions, positives et négatives… Peut-être qu’il y aurait un apport à la psychanalyse : les conflits dans la vie professionnelle, les pathologies, etc.

À part ton travail à la Bibliothèque nationale, tu enseignes à l’Université de La Manouba.

La semaine prochaine, je reprends mes cours sur les institutions islamiques ayant trait à l’ordre des genres : en première année, je traite de l’autorité des hommes sur les femmes  القوامة  القيام ; en deuxième année, de la sexualité dans l’ordre des genres, les représentations du corps des femmes.

Je projette de lancer, d’ici le mois prochain, un séminaire d’initiation à la psychanalyse à La Manouba à destination des étudiants et collègues. C’est une promesse que j’ai faite l’année dernière, lorsque nous avons créé un comité d’appui psychologique aux étudiants dans le cadre du confinement [mars-avril 2020]. Il s’agit d’un séminaire interdisciplinaire, qui ne prétend pas être post-doctoral, mais d’initiation à la discipline. Il sera au sein de l’institution mais en dehors de l’institutionnel.

L’Université a besoin de se renouveler, d’explorer de nouvelles pistes, d’investir de nouveaux lieux, de tenter de nouvelles expériences pédagogiques.

En fait, je compte relancer le séminaire que j’ai tenu ici, avec mon frère Fethi Ben Slama, avant 2015. C’était un séminaire d’introduction à la psychanalyse et le défi était de le faire en arabe.

Expérience intéressante. Je tâcherai de suivre ce séminaire. As-tu d’autres projets pour la valorisation du livre et du savoir à la tête de la Bibliothèque nationale ?

Il y a le projet de bibliothèque nationale virtuelle, une plate-forme numérique qui portera le nom de Khaldouniyya numérique. Elle symbolise le désir de nouveauté, en continuité et en référence à Ibn Khaldoun qui l’a incarné à son époque. Le rêve date de 2015 ; il se réalisera en 2021. Il faut du temps et du travail pour réaliser les rêves. Un premier projet de numérisation du patrimoine écrit, sous forme de partenariat public/privé, n’a pas marché. Plus modestement, on a demandé et obtenu une subvention pour une formule plus réduite.

L’idée d’un musée numérique est aussi en projet. Il sera installé dans le lieu des ablutions (Midhat as sultan), un espace original à côté de la Khaldouniyya. J’aurais bien voulu disposer de l’ancien siège de la Bibliothèque d’El Attarine. Pour l’instant, c’est difficile. Ibn Khaldoun, Tahar Haddad, Sliman Hraïri, ces hommes et d’autres femmes seront dans un espace en 3D. J’imagine bien Slimane Hraïri travaillant sur Birgis Baris ou Ibn Khaldoun sur sa monture, constatant que Tunis est ravagée par la peste. Ce sont des fantasmes, mais imaginons les enfants qui regarderaient ça. Il ne s’agit pas de rédiger des notices académiques (500 en tout), mais plutôt des récits, des histoires. Comment raconter l’histoire de la Muqaddima à des jeunes ? On fera appel à des spécialistes capables de les raconter à un large public, avec l’appui du système 3D, l’histoire d’un livre. C’est un rêve en train de se réaliser

J’ai plusieurs autres projets pour la Bn : mon expérience ici m’a rendue capable de formuler plusieurs projets culturels. J’en présente à chaque nouveau ministre mais avec l’instabilité politique qui règne, il n’y a pas de suivi.

Le projet Anis consiste à créer des livres audio et audio-visuels. On commence avec les livres tunisiens. Je ne sais pas si on peut l’élargir à l’échelle maghrébine. J’attends un mécène. Vue la situation du pays, je n’ai pas osé demander davantage pour 2021.

Pourtant cela peut créer des emplois et donner à travailler à plein de gens… Espérons qu’il existe des gens conscients de leur responsabilité.

Cela ne demande pas beaucoup de fonds, mais un appui politique.

Et une conscience.

Une conscience et une passion.

 

[1] Certeau (de) Michel, 1982, La fable mystique XVI-XVIIème siècles, Paris, Gallimard.

[2] « Témoigneront contre toi les petites bulles de la pluie. Un mythe de la naissance du féminisme ? », in R. Ben Slama, op. cit., 51-62.

[3] « Désordre dans l’ordre bi-polaire et hétérocentré », ibid., 27-40

[4] « Le mythe de l’étalon, le “réduit” des femmes au parlement », ibid., 69-80.

[5] Le Play Frédéric (dir.), 1857, Les ouvriers des deux mondes, Paris, Société internationale.

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Compte rendu du séminaire « Studio ال في الخميس» – Séances du 27 février 2020 et du 21 octobre 2020

Par Jamie Furniss et Kmar Bendana

_______________________________________________________________

Créé et coordonné par Kmar Bendana et Jamie Furniss en 2019, le séminaire de recherche permanent de l’IRMC, « Studio ال في الخميس» – Le jeudi au studio – permet de valoriser la recherche contemporaine faite en Tunisie. Consacré aux travaux récents en sciences humaines et sociales en Tunisie, il est un espace d’échanges entre chercheurs de l’IRMC et collègues d’institutions extérieures. Le public restreint (doctorants et chercheurs de l’IRMC prioritairement) ainsi que le format consistant à partager le temps de manière égale entre présentation et discussion, ont pour objectifs de nourrir une construction collective de savoirs dans une ambiance collégiale.

Depuis le dernier compte rendu (cf. Lettre de l’IRMC, n° 25), le séminaire a accueilli deux présentations. La première, gardant à l’esprit la souplesse du format ainsi que l’objectif de créer du débat et de générer des discussions, était un dialogue entre Monia Lachheb, chercheure à l’IRMC et Ridha Ben Amor, professeur d’Université. La deuxième était une présentation de Marouen Taleb, chercheur à l’IRMC.

Founded and managed by Kmar Bendana and Jamie Furniss in 2019, the IRMC’s standing research seminar “Studio ال في الخميس” – Studio Thursdays – is aimed at providing a framework for learning about and exchanging around contemporary social science research in Tunisia. The small audience (primarily PhD students and IRMC researchers) as well as the concept to share equally time between presentation and discussion, aim to nourish a collective construction of knowledge in a collegial atmosphere. Since the last published summary of the “Studio ال في الخميس” seminar series (see La Lettre de l’IRMC n° 25), there have been two presentations. The first, bearing in the mind the flexible format and the goal of generating debate and discussion, was a dialogue between Monia Lachheb, an IRMC researcher, and the guest Ridha Ben Amor. The second was a presentation by Marouen Taleb.

تم إنشاء المنتدى وتنسيقه من قبل السيدة قمر بندانة والسيد جامي فرنيس في سنة 2019  وهي ندوة بحثية دائمة لـمعهد البحوث المغاربية المعاصرة وذلك بعنوان  » الخميس في الاستوديو  »  لتعزيز البحث المعاصر الذي تم إجراؤه في تونس. وقد تركّز ذلك  على البحوث الجديدة  في مجال  العلوم الإنسانية والاجتماعية في تونس ومثّلت الندوة مساحة للنقاش بين باحثي معهد البحوث المغاربية المعاصرة والزملاء من المؤسسات الخارجية. يهدف الجمهور المحدود (من طلاب الدكتوراه وباحثو معهد البحوث المغاربية المعاصرة بشكل أساسي) وكذلكتصميم تنسيق مشاركة الوقت بالتساوي بين العرض المقدّم والنقاشات،إلى ضمان بناء جماعي للمعرفة في مناخ تضامني ومشترك. منذ التقرير الأخير (راجع رسالة معهد البحوث المغاربية المعاصرة رقم 25) ، استضافت الندوة عرضين. الأول، ودائما ومع التأكيد على مرونة الشكل وعلى الهدف من خلق النقاش وما قد يتولّد عنه  كان حوارًا بين السيدة منية لشهب الباحثة في معهد البحوث المغاربية المعاصرة والسيد رضا بن عمر. أما الثاني فكان عرضا قدمه مروان طالب.

______________________________________________________________

Monia Lachheb est chercheure en sociologie à l’IRMC, détachée de l’Université tunisienne depuis 2017 pour travailler sur un projet autour des « Sexualités dites non normatives en Tunisie et au Maghreb ». Ridha Ben Amor est professeur de sociologie à la Faculté des Sciences humaines et sociales de Tunis et membre de l’unité de recherche « Transmission, Transitions, Mobilité » de l’Université de Tunis. Ses recherches portent sur « le lien social » [1], les formes de résistance et la question de la reconnaissance chez les jeunes, ainsi que la question de la citoyenneté. Collaborateur régulier de l’IRMC, il a récemment co-écrit un texte avec Imed Melliti : « Travail et principes de justice chez les jeunes en Tunisie » [2]

Ridha Ben Amor a fourni un cadrage théorique basé notamment sur le travail classique de James Scott et de brèves illustrations de la « résistance » des Tunisiens tirées de ses enquêtes de terrain dans les quartiers de Douar Hicher et Taddamun, suivi de plus amples illustrations de terrain de Monia Lachheb, sur la base de pratiques artistiques. Face à un corpus impressionnant par sa richesse et par les entrées multiples sur le sujet de la résistance, Ridha Ben Amor s’est focalisé sur les travaux des auteurs pionniers dans ce domaine, en particulier James Scott. Toutefois, il considère que l’apport de ce dernier doit être complété par d’autres études qui correspondent davantage au contexte tunisien post-2011, où il importe, tout particulièrement, de demeurer attentif aux formes informelles et souvent peu structurées de la résistance. Il a ainsi abordé les formes de résistance dans  des cercles sociaux restreints (chez Lafaye et Appay, par exemple), portés par des expressions souvent peu visibles de la politisation (se référant aux travaux de Hamidi). Selon lui, ces formes sont une dimension essentielle de la construction sociologique de la résistance.

Afin d’étayer ce propos en sélectionnant des illustrations qui aident à mieux cerner ces travaux théoriques et à en discuter le bien-fondé, Ridha Ben Amor et Monia Lachheb ont mis l’accent sur le caractère ambivalent de la résistance, à travers des éléments d’enquête. Dans le cas de Ridha Ben Amor, il s’agit d’enquêtes sur le rapport qu’entretiennent les jeunes à l’école et au salafisme dans le quartier Ettadhamen-Douar Hicher (Lamloum, Ben Zina, 2015 ; Ben Amor, 2018) ainsi que les formes discrètes de la résistance que nourrissent les jeunes à l’endroit de la Maison de la Culture dans la ville de Tazerka. Dans le cas de Monia Lachheb, les résistances examinées sont des performances de clown, de danse et de drag-queen, dans lesquelles le dénominateur commun est le corps. Par leur mise en scène de soi, les personnes présentées par Monia Lachheb, dont des artistes des spectacles du vivant,  résistent à certaines normes à travers leurs performances, et mettent en avant la revendication féministe de pourvoir disposer de son corps. Il s’agit, dans ce cas, de résistances individuelles qui s’adossent à une résistance collective portée par quatre associations LGBT en Tunisie.

Pour la séance de rentrée 2020/2021, le séminaire a accueilli Marouen Taleb, docteur en urbanisme et aménagement du territoire et spécialiste des domaines de la géographie économique et des sciences de l’aménagement en rapport avec les modèles de gouvernance territoriale et de développement. Marouen Taleb travaille actuellement sur la compréhension des rapports entre migration et développement local au sein des communes tunisiennes dans le cadre du programme « Gestion locale des migrations en Tunisie » hébergé par l’IRMC et financé par l’AFD. Ce jeudi au studio était pour lui une occasion de revenir sur ses recherches doctorales, présentées sous le titre « Le développement par l’ordre ou le désordre ? La péri-industrialisation à Tunis et les avatars de la métropolisation ».

Marouen Taleb a démontré comment, compte tenu des difficultés rencontrées par les pouvoirs publics à gérer un espace qui n’appartient ni à la ville ni à la campagne, de fréquents échecs ont caractérisé la mise en place d’une politique de localisation des industries en dehors de Tunis. Ces échecs ont conduit à la création d’une aire dont la délimitation est sujette à controverse et qualifiée de « marge périurbaine ». À travers une analyse historique du processus de métropolisation (la distribution spatiale de l’activité industrielle) et des entretiens sur les stratégies de localisation en milieu périurbain, aboutissant à la proposition d’une typologie, Marouen Taleb a mis en évidence deux facteurs liés au processus de localisation des industries à l’ouest du Grand Tunis : le foncier ainsi que l’urbanisation spontanée. À partir de ce constat, il analyse la dynamique entre le système d’acteurs, économiques et institutionnels, d’un côté et l’espace de l’autre. Sans être normative, cette recherche s’interroge, néanmoins, sur les nouvelles approches en matière d’aménagement industriel susceptibles de répondre aux besoins des populations des marges urbaines. Il conclut sur un constat négatif : les instruments juridiques et opérationnels font encore largement défaut et les fondements conceptuels et méthodologiques des politiques publiques demeurent dépourvus de bases solides.

 

  • Photo 1 : Zone industrielle péri-urbaine à l’ouest du Grand Tunis / Copyright : Marouen Taleb, 2018

 

[1] Sujet qui a donné lieu à la publication de l’ouvrage Ben Amor Ridha, 2011, Les formes élémentaires du lien social en Tunisie. De l’entraide à la reconnaissance, Paris, IRMC-L’Harmattan.

[2] Ben Amor Ridha, Melliti Imed, « Travail et principes de justice chez les jeunes en Tunisie », in Y. Benarrosh (dir.), 2019, Le travail mondialisé au Maghreb. Approches interdisciplinaires et jeux d’échelles, Casablanca-Marseille, La Croisée des chemins-IRD Éditions-CJB. 

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Maher Hanin : La Société de résistance. Compte rendu de lecture.

Mohamed Slim Ben Youssef
Doctorant en sociologie politique rattaché à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC). Ses recherches portent sur les mobilisations au travail en Tunisie après le soulèvement de 2011.

D’une grande érudition, La société de résistance [1] de Maher Hanin est une invitation à penser l’effervescence politique « par le bas » dans la Tunisie post-2011. Proposant de multiples voies pour analyser les aspirations plurielles à la dignité et à la justice dans le pays, l’auteur inscrit son ouvrage dans une vocation à la fois théorique et militante.

* * *

بإلمام نظري كبیر، یعتبر « مجتمع المقاومة » لماھر حنین دعوةً إلى التفكیر في الثراء السیاسي « التحتي » في تونس . یسجل الكاتب نفسھ في منحى2011مابعد مزدوج، نظري ومناضل في ذات الوقت، مقترحاً خیارات نظریة متعددة لتدبر التطلعات .العدیدة للكرامة والحریة في ھذا البلد

* * *

A book of a high-level erudition, La Société de résistance of Maher Hanin is an invite to think the political tumult “from the bottom” in post-2011 Tunisia. It proposes a multiple way to analyze plural aspirations to dignity and justice in the country. The author puts his work in a vocation both theoretical and activist.

HANIN Maher, 2019, La société de résistance, Tunis, Mots Passants.

Continuer la lecture de Maher Hanin : La Société de résistance. Compte rendu de lecture.

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Protester pour l’entreprise, contester la reprise : la mobilisation des verriers de Technoverre en Tunisie

Résumé de l'article : BEN YOUSSEF Mohamed Slim, 2019, « Protester pour l’entreprise, contester la reprise : la mobilisation des verriers de l’usine Technoverre en Tunisie », Confluences Méditerranée, vol. 111, n° 4, 15-28. [En ligne]

Huit ans après la première situation révolutionnaire de l’hiver 2010-2011, la question sociale est toujours centrale dans les scènes protestataires tunisiennes. Or, si les mobilisations pour l’emploi public ont beaucoup gagné en visibilité après 2011, le secteur industriel privé a connu une éclosion de mouvements ouvriers moins documentés. Par-delà les revendications matérielles, ces mobilisations sous-tendent aussi des dimensions morales, liées à la rupture de pactes sociaux protecteurs. À partir de l’étude de la mobilisation des travailleurs de la verrerie Technoverre, cet article se propose de montrer la manière dont le repreneur de l’usine, en rompant les promesses de redressement et en mettant en péril l’identité professionnelle des verriers, contribue à alimenter une contestation qui défend indissociablement l’entreprise, l’emploi et le « métier ».

Une enquête qualitative, combinant entretiens biographiques et observations de terrain, a permis d’analyser la déstabilisation d’un pacte protecteur qui préside aux relations de travail dans une entreprise de verre créée au début des années 1970. S’appuyant sur une analyse configurationnelle qui inscrit l’usine dans sa trajectoire historique, cet article explique comment la remise en cause de l’ordre usinier antérieur a profondément affecté les conditions matérielles des travailleurs et les rapports de travail.

Ces transformations se sont traduites, notamment, par l’abandon de la vocation développementiste de l’entreprise au profit du gain facile, le
recours systématisé au judiciaire dans la gestion des conflits de travail et une déstabilisation du métier de « verrier ». Or, le métier, source de fierté ouvrière, est également utilisé comme ressource d’auto-légitimation face à un repreneur étranger à l’entreprise. Face à la rupture de la promesse de redressement de l’entreprise par ce nouveau patron, les travailleurs brandissent leur identité professionnelle menacée pour s’affirmer comme les vrais propriétaires (symboliques) de l’entreprise.

Résumé initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’homosexualité en Tunisie. Retour sur un terrain sensible

Monia Lachheb est chercheure en sociologie à l'IRMC, détachée de l'Université tunisienne depuis 2017. Son programme de recherche porte sur les sexualités dites non-normatives en Tunisie et au Maghreb. 

Monia Lachheb contribue à l’ouvrage collectif Terrains difficiles, sujets sensibles. Faire de la recherche au Maghreb et sur le Moyen Orient, sous la direction de Ratiba Hadj-Moussa, issu du colloque du même nom.

Rendre compte du vécu du chercheur et de celui des enquêté·e·s sur le terrain est partie intégrante de l’expérience de la recherche et témoigne de la complexité du processus de connaissance, notamment en sciences sociales. Dans cette perspective, il est question, dans cette contribution, de rendre compte d’un retour sur une expérience de terrain portant sur l’homosexualité en Tunisie.

La recherche s’est construite progressivement depuis l’émergence de l’homosexualité dans les débats publics au lendemain des soulèvements sociaux de 2011. Elle s’interroge sur les parcours de vie d’un groupe de jeunes gays et lesbiennes dans un contexte politique et socioculturel hostile à l’homosexualité. En effet, cette forme de sexualité dite « non normative » demeure, en Tunisie, une pratique illicite, définie  essentiellement par une interprétation dominante de l’islam et criminalisée par le Code pénal en vigueur. L’homosexualité constitue, à ce titre, un objet sensible et un terrain difficile qui exige la mise en œuvre de
« bricolages » méthodologiques et d’ajustements multiples pour contourner des conditions contraignantes.

Le travail de terrain ne peut pas être statique et construit selon un schéma linéaire. L’identification de la population de l’étude, la construction des relations favorables pour la collecte des données, la reconnaissance des codes de l’échange avec les acteurs/actrices, la gestion de l’affectivité qui émerge dans le cadre des interactions, conduisent à des négociations et des formes d’arrangements variées. Des situations d’enquêtes singulières sont traversées par des moments difficiles, des silences et les émotions, souvent intenses, rappellent la difficulté de dire l’homosexualité et entravent le déroulement de la narration. Les charges émotionnelles traversent le terrain d’enquête et nécessitent une attention particulière. De fait, la relation enquêteur.trice / enquêté·e·s n’est pas une simple interaction qui vise la collecte de données. Elle est aussi une relation humaine et tient donc compte de la
part affective de l’échange.

Résumé d’article initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Citoyennetés sous tension. Politiques sociales et luttes économiques en Tunisie dans une perspective comparée

Amin Allal est chercheur CNRS en sociologie politique, affecté à l'IRMC depuis octobre 2017. Il est actuellement core researcher dans le programme européen "ERC DREAM". Ses recherches explorent la politique des classes populaires, en se concentrant sur diverses scènes d'interactions sociales telles que les mobilisations dans le monde du travail ou les programmes de «développement» orientés vers les «pauvres». Il s'appuie sur des méthodes qualitatives (ethnographie et entretiens non directifs) afin d'analyser l'action collective dans des contextes locaux comme les banlieues paupérisées de Tanger et Tunis, ainsi que la région minière de Gafsa en Tunisie.

Alors que depuis 2011, au Maghreb, de multiples « luttes sociales » se succèdent, aucun programme de recherche transversal ne prend à bras le corps la question de la centralité politique du travail, c’est-à-dire celle des recompositions des rapports au politique, en lien avec le travail effectué ou escompté. L’objectif de ce programme est précisément de repenser les formes de représentation des travailleurs, de saisir les rapports entre monde du travail et champ politique, de penser les tensions de la citoyenneté. Il vise, en effet, à examiner les mutations contemporaines des rapports au politique pour des sujets fortement dépendant d’une activité économique centrale. Partant des relations conflictuelles (protestations collectives, contre-conduites individuelles, etc.) mais aussi plus « ordinaires » ou routinières (rapport au patronat local, à l’administration ou à différentes agences publiques), j’étudie l’émergence des formes de citoyenneté dans ces contextes maghrébins.

Présentation générale

Pour aborder ces questions de façon comparative, nous avons, avec deux collègues du CNRS, Karel Yon et Samuel Hayat, pris l’initiative de créer un réseau pour encourager les échanges entre le Nord et le Sud de la Méditerranée. Grâce à cette équipe internationale, ont notamment été organisés un colloque international les 25 – 27 juin 2018 à Tunis [1],  plusieurs séances de séminaires et ateliers (notamment lors du congrès de l’Association Française de Science Politique à Bordeaux les 2 et 3 juillet 2019).

Le projet « Redécouvrir la citoyenneté industrielle : passés et présents des relations entre travail et politique (2019-2022) » [2] a obtenu un financement de la part de l’ANR qui a permis le lancement d’enquêtes et ateliers de travail. D’ailleurs, une enquête sur le déploiement d’une multinationale au Nord (Espagne et France) comme au Sud (Maroc, Tunisie) est actuellement en cours. Menée par huit membres de l’équipe, elle permettra de comparer les situations industrielles françaises, espagnoles marocaines et tunisiennes. Un atelier a été programmé les 6 – 10 juillet 2020, à l’occasion du congrès de l’Association Internationale de Sociologie de Langue française à Tunis.

Premier output de ce travail, le numéro « Mondes du travail : mutations et résistances » [3] de la revue Confluences Méditerranée, que j’ai codirigé avec Élisabeth Longuenesse et Michele Scala, est paru en 2019.

Ce programme de recherche reprend à son compte l’analogie fondatrice de la citoyenneté politique qui lie les citoyens à un État, pour la redéployer sur les problématiques du travail. Il ne s’agit pas d’en donner une vision enchantée, bien entendu, mais au contraire, de s’appuyer sur les ressources que donne l’étude critique du rapport entre les États et « leurs citoyens », pour enrichir le regard sur les rapports de travail et les rapports des travailleurs aux différentes autorités constituées. Cette analogie permet de mettre en lumière trois éléments qui constituent autant de sous-axes du programme de recherche.

Trois sous-axes de recherche

 Appartenances au travail

 Cette analogie de la citoyenneté indique que la relation de travail passe toujours par la constitution de collectifs, de communautés, de corps. Les individus y sont, certes, des sujets de droit, mais toujours définis par des relations d’appartenance à une communauté de production, mais aussi au territoire d’implantation de cette communauté, à la galaxie constituée par les chaînes de dépendance entre les travailleurs, leurs entreprises et d’autres, etc. Depuis 2015, je coordonne un travail en réseaux sur ces questions avec des collègues d’Algérie, du Maroc et de Tunisie.

Sujetion et citoyenneté

 Les individus, membres de ces collectifs créés par la relation de travail, sont, vis-à-vis de lui et des autorités diverses qui le créent, comme corps dans un rapport de sujets. Tout d’abord, ils y sont assujettis, c’est-à-dire dans un rapport de sujétion aux règles de ce corps mises en œuvre par ces autorités. Pour autant, ils sont dotés d’une certaine capacité d’action. De ce point de vue, l’analogie de la citoyenneté industrielle ouvre vers l’étude des formes de participation, de contestation mais aussi de représentation, de délégation, d’obligation que connaissent les travailleurs vis-à-vis de leur travail et des autorités auxquelles ils sont soumis en tant que travailleurs. Nous avons posé de premiers jalons analytiques sur cette question, en interrogeant de façon comparative la notion d’économie morale, grâce à l’ouvrage collectif, Quand l’industrie proteste. Les fondements moraux des (in)soumissions ouvrières [4].

Les normes et règles de la citoyenneté

Enfin, par « citoyenneté industrielle », l’accent est mis sur le fait que ces formes d’appartenance, de sujétion et de participation sont éminemment réglées, normées. Les relations de production sont organisées par des règles de droit, des règlements intérieurs, des accords, une pratique usuelle de ces normes, parfois des coutumes. Et ces règles sont, comme dans la citoyenneté politique, à la fois le cadre et l’enjeu des relations entre travailleurs et entre les travailleurs et les autorités qui s’imposent à eux.

Ces trois entrées permettent de saisir, dans leur continuité, les rapports multiples qui organisent le processus de travail et l’inclusion des travailleurs comme groupe de sujets, à la fois soumis et agissants dans une communauté de travail réglée et normée. La recherche se déploie en plusieurs études de cas. À ce stade, nous avons avancé (individuellement mais aussi avec une équipe maghrébine constituée) sur l’enquête de terrain dans différentes régions sélectionnées (Kasserine, Gafsa, Grand Tunis, mais aussi Ghardaïa en Algérie et Tanger au Maroc). Je mène, depuis trois ans, des investigations, par observations in situ et par entretiens dans plusieurs gouvernorats sur des situations de travail contemporaines, notamment des usines qui ont connu des mobilisations ces dernières années, mais aussi plus anciennes (travail d’archives sur le fonds de la Compagnie des Phosphates de Gafsa).

[1] Les actes de colloques sont en cours de publication dans la revue Critique Internationale.

[2] Projet IRMC mené en partenariat avec le laboratoire CERAPS et l’Université́ de Lille.

[3] ALLAL Amin, SCALA Michele, LONGUENESSE Elisabeth, 2019, « Mondes du travail : mutations et résistances », Confluences Méditerranée, n° 111. [En ligne ici]

[4] ALLAL Amin, CATUSSE Myriam, BADIMON Montserrat Emperador, 2018, Quand l’industrie proteste. Les fondements moraux des (in)soumissions ouvrières, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Res Publica ».

Présentation de programme de recherche initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les résonances fondamentalistes en Tunisie : Cas du « Salafisme quiétiste», ante et post révolution

Sofien Jaballah, doctorant en sociologie à la Faculté de Lettre et des sciences humaines de Sfax, laboratoire ECUMUS 

Mon projet doctoral vise à comprendre la constitution d’un groupe de salafistes quiétistes, leurs trajectoires et leur devenir commun. En l’espace de deux ans,  au gré des allers-retours entre terrain et recherches bibliographiques, j’ai affiné la problématique de mon sujet, désormais centré sur les ressorts biographiques du devenir salafiste. Mes réflexions m’ont confronté à la complexité de la réalité sociale du salafisme, nécessitant une approche méthodologique éclectique et heuristique. Il s’agit donc de décrire et d’analyser les biographies des interviewés à grâce à une démarche socio-anthropologique. Les devenirs salafistes seront ainsi appréhendés sur la base d’une induction analytique, appliquée à quinze cas de salafistes quiétistes. 

 Problématique et questions de recherche : saisir des trajectoires salafistes

La littérature consacrée au salafisme non-djihadiste dans le contexte tunisien est quasi-inexistante. En effet, si beaucoup de travaux ont été consacrés au salafisme djihadiste, le salafisme « non-violent » a, par contre, été invisibilisé par un contexte (géo)politique très marqué par le djihadisme. Aussi, la question du devenir quiétiste du salafisme demeure peu investie. Comment devenir salafiste? Quels sont les déterminants objectifs et contextuels, les logiques subjectives de ce devenir? Comment se convertir et se transformer substantiellement tout en se dérobant aux logiques de la reproduction sociale? Comment résonner avec une telle forme de devenir fondamentaliste et pas une autre? Comment se soustraire à un habitus pour se réincarner dans un autre?

 Parmi les travaux consacrés à la question, certains expliquent le phénomène salafiste par un déterminisme économique. Ces lectures défendent l’idée que la marginalisation socio-économique est, si ce n’est la cause mécanique du salafisme, du moins une condition importante rendant possible cette réalité sociale. D’autres le renvoient à une forme de prédisposition « culturelle » et concentrent leur analyse sur la dimension théologique du salafisme. Pour autant, poussant le raisonnement jusqu’à l’absurde, j’ai été amené à repenser la question en cherchant à appréhender le devenir salafiste comme une soustraction aux déterminismes, et pas le contraire. A priori, le devenir salafiste que j’étudie est une forme de « non-reproduction ». Il est saisi comme une soustraction à un déterminisme social, culturel, politique et économique. Un devenir contingent et « bifurcatif » qui nécessite une approche éclectique et spécifique.

Cas d’étude et méthodologie : une analyse configurationnelle par l’induction analytique

Comment étudier le devenir salafiste comme devenir fondamentaliste? Pour proposer une réponse à cette question centrale, l’orientation méthodologique choisie est celle de l’induction analytique, inspirée des travaux de Howard Becker.

J’ai ainsi mené une enquête qualitative par entretiens biographiques. Réalisée dans le quartier de Mourouj 1 du Grand Tunis, elle a pour but de comprendre les trajectoires de quinze salafistes quiétistes dans une perspective configurationnelle. Elle entend saisir leurs modalités de conversion de manière contextuelle et circonstanciée, en les ancrant dans plusieurs logiques sociales. En combinant observations in situ et entretiens multiples, j’entends rendre compte de la manière dont un groupe de salafistes se constitue et se maintient.

Pour répondre aux questions de recherche posées et obtenir des informations sur les conditions de socialisation antérieure des acteurs et les contextes d’action au moment de la conversion, l’entretien biographique s’impose. En effet, portant sur différentes dimensions de la vie et à plusieurs moments de l’existence, cette méthode permet de reconstruire des éléments de socialisation passée et de saisir les configurations familiales, professionnelles et relationnelles dans lesquelles les interviewés se sont trouvés tout au long de leur devenir fondamentaliste. En outre, ce choix empirique permet de saisir les enchaînements de situations, d’interactions et d’événements, d’accéder à la dimension diachronique des logiques d’action et à la connaissance des contextes sociaux dans lesquels elles se produisent. Aussi, ces entretiens conduisent les enquêtés à parler des moments-clés et à décrire les alternatives éventuelles qui se présentaient à eux au moment de la « bifurcation » salafiste. Se rapprochant des récits de vie, ces entretiens abordent des thèmes et des séquences de vie variés : la famille, l’enfance, la scolarité, le quartier, les conditions socio-économiques, l’adolescence, le travail, le couple, la sociabilité, le religieux et le culturel. 

 Pistes de réflexion et résultats provisoires : un devenir salafiste contingent et localisé

 L’enquête menée m’a conduit à considérer le devenir salafiste dans deux directions principales.  D’une part, les trajectoires de ces salafistes n’ont pas produit une radicalisation violente. Leur devenir collectif a plutôt abouti à la cultivation d’un entre-soi et à la production d’un certain rapport subjectif à la société. Les rencontres régulières au café, la fréquentation de la même mosquée ainsi que des pratiques collectives, telles que la lecture et l’apprentissage théologiques, sont au cœur de ce processus. Il s’agit donc d’un rapport de rupture et de repli sur soi, et non pas de conflit ou de jihad.

D’autre part, le devenir salafiste semble être le fruit de la convergence de plusieurs facteurs objectifs et subjectifs, dans un contexte localisé. Ainsi, la mosquée est déterminante dans la production de résonances fondamentalistes. En l’occurrence, celle de Mourouj 1 est, depuis 2011, contrôlée par des salafistes quiétistes. D’ailleurs, la plupart de mes interviewés y ont été convertis et recrutés. De l’autre côté de la ligne de tramway, une autre mosquée est, au contraire, sous le contrôle de djihadistes.

 La conversion au salafisme quiétiste s’inscrit ainsi dans une trajectoire individuelle, tout en étant imbriquée dans des logiques de constitution d’un collectif. Il s’agit d’une bifurcation, contingente et imprévisible (pour l’individu et pour le sociologue) qui produit des effets irréversibles.

 

Bibliographie sélective :

 BECKER Howard Saul, 2000, « L’enquête de terrain : quelques ficelles du métier », Sociétés contemporaines, vol. 40, n°4, 151-164.

BESSIN Marc, Bidart Claire, Grossetti Michel, (dir.), 2010, Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte.

HEINICH Nathalie, 2006, « Objets, problématiques, terrains, méthodes : pour un pluralisme méthodique », Sociologie de l’Art, vol. opus 9-10, n°2, 9-27.

JOUANNEAU Solenne , 2012, « Pour une lecture française plus ethnographique de la frame analysis », Genèses, vol. 88, n°3, 132-134.

KRECH Volkhard, 2014, « La religiosité comme seuil », Archives de sciences sociales des religions, vol. 167, n°3, 61-80.

LACROIX Stéphane, 2016, « Salafisme et contre-révolution en Égypte », Vacarme, vol. 74, n°1, 27-33.

 

Article initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Création d’un nouveau séminaire « Al-khamis fil Studio »

Article initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020. 

Par Kmar Bendana, historienne et chercheure associée à l'IRMC & Jamie Furniss, anthropologue, maître de conférence à l'Université d’Édimbourg et chercheur MEAE à l'IRMC.
 Séance du 24 octobre 2019, intervention de Maha Bouhlel, géographe à l’Université de Sfax, sur « Etalement urbain et inégalités environnementales en ville ».

Nouveau séminaire interne à l’IRMC, cet événement ambitionne de devenir un rendez-vous régulier de la communauté scientifique de l’Institut. Il vise à dynamiser la discussion interdisciplinaire, en permettant la présentation des travaux récents en sciences humaines et sociales en Tunisie.

L’automne 2019 a vu le lancement d’un nouveau séminaire de recherche intitulé  « Al-khamis fil Studio » — les jeudis au studio. Créé et coordonné par Kmar Bendana et Jamie Furniss, ce séminaire est consacré aux travaux récents en sciences humaines et sociales en Tunisie. Espace d’échanges et de rencontres entre chercheurs de l’IRMC et collègues tunisiens rattachés à d’autres institutions, il vise à mieux connaître la recherche contemporaine en Tunisie et permet aux chercheur.e.s de l’IRMC de présenter leurs travaux en cours. Le public restreint (doctorants et chercheurs de l’IRMC prioritairement) et le format (répartition à temps égal entre présentation et discussion), ont pour objectif de dynamiser une construction collective de savoirs à travers la discussion et le débat autour de thématiques importantes, dans une ambiance constructive et collégiale. Le séminaire est multidisciplinaire et la liste des invité.e.s est établie à partir des suggestions des chercheurs de l’IRMC. C’est aussi un moment de convivialité puisque chaque séance est suivie d’un repas-partage.

Pour cette année de lancement, quatre séances ont été programmées, soit deux par semestre. La séance inaugurale s’est déroulée le 24 octobre 2019 avec une présentation de Maha Bouhlel, modérée par Jamie Furniss. Normalienne agrégée de géographie, docteure en géographie de l’Université de Sfax et ancienne chercheure postdoctorale du Conseil Arabe des Sciences Sociales Liban et de la Fondation Maison des Sciences Humaines Paris, Maha Bouhlel est intervenue sur le thème de l’« Etalement urbain et inégalités environnementales en ville ».

Focalisée sur la ville de Sfax, sa présentation a mis en parallèle l’étalement urbain et l’accentuation des inégalités environnementales : des inégalités d’exposition aux risques aux inégalités d’accès aux services publiques. Partant du constat que les habitants des quartiers populaires sont les plus exposés à ces atteintes, elle en déduit que les inégalités sociales mènent à des inégalités de vulnérabilité et des inégalités dans la capacité d’action des populations concernées. Le cas du service de la gestion des déchets permet d’illustrer cet argument. Problème récurrent et commun à toutes les zones de la ville, son ampleur varie néanmoins, générant de grandes disparités entre quartiers aisés et pauvres. Face à l’incapacité des services publics, les habitants s’organisent eux-mêmes pour assurer un environnement sain.

Maha Bouhlel est aussi revenue sur les réformes récentes et en cours dans la ville de Sfax et en Tunisie plus largement. Actuellement, la décentralisation et la délégation de pouvoirs aux autorités locales visent à déverrouiller le blocage institutionnel et permettre la mise en œuvre de stratégies d’amélioration de l’environnement urbain. Cela semble d’ailleurs être la seule issue possible au délicat contexte de l’après-révolution (2011), qui a donné naissance à un pouvoir accusé d’impuissance et d’inefficacité.  Cependant, la décentralisation — fortement véhiculée par les bailleurs de fonds internationaux comme garante de la démocratisation de l’action publique — suscite de grandes controverses sur le terrain.

Baccar Gherib, essayiste et auteur de quatre ouvrages chez Diwen Editions, enseignant à la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Tunis, était l’invité de la deuxième séance du séminaire, le 5 décembre 2019. En histoire de la pensée économique, les publications de Baccar Gherib portent notamment sur de grandes figures (Hume, Smith, Marx, Weber et Schumpeter), tandis qu’en économie politique, il traite plus volontiers de sujets relatifs à la Tunisie.

 

Dans son intervention, il a présenté une biographie intellectuelle de Tahar Haddad, figure adulée par certains, haïe par d’autres. Proposant un retour sur l’ensemble de son œuvre (articles de presse, Les Travailleurs TunisiensPensées posthumes, etc.), Baccar Gherib a démontré que Haddad n’est pas l’auteur du seul Imra’atunâ (Notre femme dans la législation et la société), mais qu’il est porteur d’une pensée cohérente où son célèbre chef-d’œuvre puise son sens. Selon lui, Haddad traite des questions nationale, sociale et sociétale à partir d’un positionnement clair : celui de la lutte contre les dominations coloniale, capitaliste et masculine. De ce point de vue, sa pensée est celle d’une émancipation universelle. C’est donc logiquement qu’elle articule les luttes d’une nation pour sa souveraineté, celles des classes laborieuses pour leurs droits et leur dignité et celles des femmes musulmanes pour l’égalité et la liberté. Le portrait de Haddad que livre Baccar Gherib dépasse de loin la seule figure de moslih (réformateur) cherchant à réinterpréter le legs religieux pour permettre l’émancipation des femmes en terre d’islam. Il donne à voir un grand intellectuel qui élabore, dans la Tunisie de l’entre-deux-guerres, les bases d’un projet progressiste global et qui incarne, ce faisant, les débuts d’une « gauche » proprement tunisienne.

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les Mots au Maghreb

Chercheure en communication spécialiste de la Tunisie, j’ai participé au projet du dictionnaire Les Mots au Maghreb en proposant une entrée sur la question de la visibilité des femmes tunisiennes de l’indépendance à nos jours.

Marta Luceño Moreno
Docteure en information et communication (Université de Liège), post-doc 2018-2019 à l’Université de Tunis (TTM), associée à l’IRMC, elle mène actuellement un programme de recherche sur la représentation de la société LGBTQI++ dans les médias en Tunisie.

 

Les Mots au Maghreb. Dictionnaire de l’espace public maghrébin recueille plus de 150 notices rédigées par « des chercheurs […] imbibés par l’urgence d’une appropriation locale du savoir des sciences sociales qui ont essayé de visualiser des aires faisant fonction d’espace public »[1]. Du « Hirak » au « Djumhuriya », de « l’humour » à l’« Umma » en passant par le « Doustur », le dictionnaire fait le tour des espaces publics, mais aussi des acteurs qui y défendent leurs libertés et leurs droits.

La notice dédiée à la visibilité des femmes dans l’espace public tunisien retrace, de façon chronologique, l’histoire du mouvement féministe en Tunisie. Elle prend, comme point de départ, les premières interventions publiques de femmes comme Manoubia Ouertani ou Habiba Menchari, qui a initié, avec sa conférence sur le voile, un débat qui perdure encore. Aux origines, ce sont des voix d’hommes, à l’instar de Tahar Haddad, qui rendent les femmes visibles, en dénonçant par exemple la domination masculine. Pour autant, elles conquièrent aussi par elles-mêmes cette visibilité au sein de la société en s’organisant autour d’associations ou avec d’autres formes d’engagement dans les partis politiques. « Leur activisme leur a aussi valu des « arrestations et des déportations collectives vers Tabarka, Bône et Remada » (I. Marzouki, 1993, p. 164). Bien que l’histoire n’ait majoritairement retenu que les intellectuels masculins, cette lutte fut menée collectivement par les hommes et les femmes, qui ont participé à la lutte pour les réformes sociales et politiques de tout type, y compris l’égalité de genre. »[2]. À l’issue de la décolonisation, l’arrivée au pouvoir de Habib Bourguiba marque le début d’une institutionnalisation des droits des femmes, avec la création un organisme officiel qui réduit les possibilités des associations existantes. S’en suit une période transitionnelle marquée par le passage progressif de cette unicité imposée à une diversité d’approches féministes, ponctuée de temps forts, tels que l’émergence de la mouvance autonome féministe, l’ébullition des années 1980 avec la création de plusieurs organisations, ou encore les années 1990 marquées par des alliances avec la mouvance féministe internationale. La Révolution et les premières années de la démocratie ouvrent un nouveau chapitre de l’histoire du féminisme en Tunisie. Révélant l’importance de la mouvance féministe, il voit le champ féministe s’organiser, se démultiplier et intégrer de nouveaux outils tels que l’intersectionnalité des luttes.

[1] Remaoun Hassan, Khouaja Ahmed (dir.), 2019, Les Mots au Maghreb. Dictionnaire de l’espace public maghrébin, Oran, éditions du CRASC, quatrième de couverture.

[2] Luceño Moreno Marta, « Mouvements féministes en Tunisie », in H. Remaoun, A. Khouaja, op.cit., 243-247, 245.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Retour sur la 4ème édition de l’Ecole doctorale itinérante en sciences humaines et sociales Maghreb-Afrique subsaharienne

Manon Rousselle
Chargée de projets scientifique et de valorisation de la recherche à l'IRMC

La 4ème édition de l’école doctorale itinérante en sciences humaines et sociales Maghreb-Afrique subsaharienne s’est déroulée du 9 au 14 septembre 2019, à Sousse, en Tunisie. Elle a réuni autour de la thématique « L’Afrique dans les SHS : regards croisés et approches méthodologiques », une trentaine de doctorants et une quinzaine d’intervenants du Nord et du Sud du Sahara.

Se déroulant au Technopôle de Sousse, dans les locaux du Centre de recherche en micro-électricité et nanotechnologie (CRMN), cette école d’été a été organisée par l’IRMC en partenariat avec le ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), l’Agence française de développement (AFD) et avec le soutien du Centre Jacques-Berque de Rabat, de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), des Services de coopération et d’action culturelle (SCAC) des ambassades de France au Mali, au Burkina Faso, au Niger et au Sénégal, de la représentation de l’Institut de recherche sur le développement (IRD) à Tunis, de la Royal Air Maroc, de l’Université de la Manouba et de la Faculté de droit et de sciences politiques de Sousse.

PRÉSENTATION DE L’ECOLE

Événement scientifique annuel, depuis 2016, l’école doctorale itinérante est destinée aux doctorants en sciences sociales inscrits dans une université ou rattachés à un laboratoire situés dans un pays d’Afrique du Nord ou d’Afrique sub-saharienne. Elle vise à apporter un soutien méthodologique aux doctorants en sciences sociales tout en stimulant la coopération scientifique entre l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique du Nord et l’Europe.

Les sessions, se tenant chaque année dans un pays différent, sont organisées en étroite collaboration avec une équipe de chercheurs de l’université d’accueil. La sélection des participants et le programme sont réalisés en concertation. La réussite de l’événement est donc conditionnée par l’engagement du groupe local de collègues dans sa préparation, sa mise en place et son animation. L’encadrement des doctorants est assuré par une équipe mixte de chercheurs locaux et étrangers.

Pour rappel, la première édition a eu lieu à Bamako (Mali) en 2016, la deuxième à Saint-Louis (Sénégal) en 2017, la troisième à Cotonou (Bénin) en 2018. La quatrième s’est donc tenue à Sousse (Tunisie) en 2019, première édition organisée au Maghreb. Ces quatre éditions ont réuni des doctorants issus de plusieurs disciplines (sociologie, histoire, anthropologie, géographie, droit, agronomie, économie, démographie), ainsi que des encadrants et des conférenciers (chercheurs ou enseignants) en provenance d’une quinzaine de pays du Maghreb et d’Afrique subsaharienne.

Cette formation a permis d’initier de nouvelles connexions entre doctorants et encadrants, de créer un espace de partage d’informations et d’expériences, se voulant un lieu d’apprentissage interactif et participatif des cultures et des habitudes de l’autre. L’école doctorale itinérante en sciences sociales est l’opportunité de s’ouvrir à d’autres thématiques, disciplines et terrains de recherche.

Au-delà des savoirs, il est aussi question de revenir sur les approches méthodologiques des différentes disciplines dont on connait l’importance pour les doctorants. Les SHS répondent à des méthodologies spécifiques sur lesquelles repose la scientificité des démarches qu’il convient à la fois de maîtriser et de croiser. A l’instar des éditions précédentes, conférences plénières et ateliers alternent pour permettre à la fois la transmission des savoirs et la mise en pratique.

Participant de la 4ème édition de l’EDI à Sousse – sept. 2019 © Manon Rousselle

LA QUATRIEME EDITION

Conseil scientifique : Joseph Adandé (Université d’Abomey Calavi, Bénin), Amin Allal (IRMC, Tunis), Ramzi Ben Amara (FLSH, Sousse), Kmar Bendana (Université de la Manouba, IRMC, Tunis), Adrien Delmas (CJB, Rabat), Jamie Furniss (IRMC, Tunis), Khaoula Matri (FLSH, Sousse), Claude Prudhomme (Université Lyon 2), Oissila Saaidia (IRMC, Tunis), Laurick Zerbini (Université Lyon 2).

Coordination scientifique : Ramzi Ben Amara (FLSH, Sousse), Oissila Saaidia (IRMC, Tunis)

Chargée de projet : Manon Rousselle (IRMC, Tunis)

Présentation générale de l’édition

Cette 4ème édition s’est proposée de réfléchir sur « L’Afrique dans les SHS : regards croisés et approches méthodologiques » avec, comme problématique centrale, la place de l’Afrique dans les sciences humaines et sociales d’hier et d’aujourd’hui, en Afrique et ailleurs. Cette année, l’école doctorale a proposé d’intégrer une discipline jusqu’alors non représentée, l’histoire des arts. Il s’est agi de porter le regard « Au-delà de la frontière », de revisiter les savoirs africanistes en les repensant dans le cadre de concepts universels, de jouer sur les échelles par une entrée autour de « La ville africaine ou des villes en Afrique ». Le programme, construit dans le respect de l’interdisciplinarité, de la pluralité des approches méthodologiques et la pertinence des thèmes abordés au regard de la thématique principale, alternait séances plénières et ateliers doctoraux. Au total, 12 conférenciers sont intervenus : 7 Tunisiens, 4 Français et 1 Canadien.

Les groupes des ateliers doctoraux ont été formés et ont pu débuter dès le lundi après-midi à l’issue de la conférence inaugurale. Parmi les 10 encadrants des ateliers doctoraux, 5 d’entre eux étaient tunisiens, 4 étaient français et 1 canadien. En plus de la plupart des intervenants, deux enseignants de l’Université de Sousse se sont joints à l’encadrement : Ahmed Boujarra, maître-assistant en géographie physique et Karim Chayata, maître de conférences en droit.

Les doctorants

Cette année, l’école a bénéficié d’un engouement sans précédent. Près de 500 candidatures ont été envoyées, dont 444 dossiers complets. Seuls 303 dossiers entraient dans les critères de sélection de l’école et ont donc été examinés. Au total, 34 doctorants ont été sélectionnés, selon la qualité de leur dossier principalement, mais aussi selon des critères d’âge, de sexe (discrimination positive pour les femmes) et de provenance, et ce dans le but qu’un maximum de pays soient représentés. Les participants venaient ainsi de 12 pays : 1 Burkinabé, 1 Nigérien, 1 Tchadien, 2 Maliens, 2 Togolaises, 3 Béninois, 3 Sénégalais, 4 Ivoiriens, 4 Algériens, 4 Marocains, 4 Camerounais et 5 Tunisiens ; dont 13 femmes (38%) et 21 hommes (62%). Ils représentaient les disciplines suivantes : économie (8,8%), histoire de l’art et architecture (8,8%), histoire (11,8%), sciences politiques et relations internationales (11,8%), droit (14,7%), géographie (17,6%), sociologie et anthropologie (26,5%).

45% des doctorants étaient en première année de thèse, 20% en deuxième année, 20% en troisième année et seulement 15% en quatrième année. Le comité scientifique a choisi de donner la priorité à la jeune recherche.

Séance plénière de la 4ème édition de l’EDI dans l’amphithéâtre du Centre de recherche en Microélectricité et nanotechnologie (CRMN) du Technopôle de Sousse © Manon Rousselle

ÉVALUATION

Pour la première fois depuis la création de l’école, un questionnaire d’évaluation a été transmis aux doctorants pour avoir leurs retours sur cette édition. 69% d’entre eux ont répondu. De manière générale les retours de l’évaluation sont très positifs.

  • 95% sont satisfaits de la période à laquelle est organisée l’école (chaque année en septembre). 95% estiment que la durée (une semaine) de l’école est satisfaisante.
  • 80% estiment que la gestion du temps pendant la semaine est satisfaisante. 75% souhaitent du temps supplémentaire dans l’emploi du temps ; notamment du temps informel avec les encadrants (93,3%) et du temps de travail individuel (13,3%).
  • 95% jugent que la thématique principale a été respectée, que l’école correspondait à leurs attentes et qu’ils ont atteint les objectifs voulus par l’école. 100% déclarent l’école utile, 60% la considèrent même comme extrêmement importante.
  • 30% estiment que les conférences plénières n’ont pas suffisamment abordées les questions méthodologiques.
  • Plus de 70% sont satisfaits de la transversalité, l’interdisciplinarité, la représentation des différentes disciplines, la qualité du contenu scientifique, la qualité des débats, et la qualité des thématiques abordées.
  • 100% se déclarent satisfaits des ateliers doctoraux même si 20% estiment que la formule (une présentation du cadre théorique de sa thèse et une présentation de sa mise en œuvre, les deux mises en débat avec les encadrants et les autres doctorants du groupe) n’est pas adaptée. 100% jugent les encadrants disponibles.

Les retours des participants laissent paraître une réelle demande d’élargir le spectre des disciplines présentes dans la formation, en particulier le droit (conférencier) et les sciences économiques (encadrants), ainsi qu’une demande de méthodologie pure. En effet, la demande concernant une session d’écriture d’article scientifique est forte.

Ateliers de groupe © Manon Rousselle

BILAN

Le soutien du ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de l’Agence française de développement ainsi que la disponibilité des collègues tunisiens de l’Université de Sousse ont permis à cette 4ème édition de se dérouler dans d’excellentes conditions.

Le réseau de la recherche en SHS intra-africain prospère et nous avons vu avec le nombre de candidatures que ce réseau est toujours très actif, réactif et solidaire des jeunes chercheurs. La demande est bien présente concernant ces ateliers de formation à la recherche et cette école ne pourra que s’améliorer à l’avenir.

Voir aussi le témoignage de Marius Binyou Bi Homb, doctorant camerounais, participant à cette 4ème éditon.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Domination et protestation dans les mondes du travail tunisiens : une sociologie comparative

Mohamed-Slim Ben Youssef
Doctorant en sociologie politique, il réalise une thèse intitulée « Domination et protestation dans les mondes du travail tunisiens : une sociologie comparative », à l'IEP d'Aix-en-Provence - CHERPA.
Il est boursier (Bourse d'Aide à la Mobilité Internationale) de l'IRMC.

La thèse en science politique que je réalise, depuis la rentrée 2018-2019, sous la codirection de Amin Allal et Éric Gobe, vise à étudier les mondes du travail dans la Tunisie post-2011, dans un contexte marqué par une recrudescence de la conflictualité sociale. Il s’agit d’analyser, d’une part, l’articulation entre les transformations de l’organisation du travail et d’autre part, les modes de (dé)mobilisation des travailleurs. En effet, il est question d’examiner, grâce à un dispositif d’enquêtes qualitatives, ces transformations dans des espaces de travail présentant des agencements contrastés. Ainsi, mon but est d’interroger les modalités de revendication, de protestation et de décloisonnement des mobilisations au travail dans des contextes variés : des usines du secteur privé national, une unité de production travaillant pour une multinationale, un centre d’appels et le commerce parallèle au centre-ville de Tunis.

Le travail au croisement de plusieurs disciplines de recherche

Ce projet doctoral est résolument comparatif et pluridisciplinaire. Il étudie la manière dont le consentement et la contestation sont produits au sein de différents agencements de travail. Pour autant, la production et le déroulement de la protestation au travail sont un champ d’étude peu étudié par les sciences sociales en Tunisie, à l’exception de quelques travaux. Or, la centralité politique du travail apparaît au travers de la multiplication des revendications du droit à l’emploi dans les régions paupérisées du pays. Hormis les mouvements protestataires des chômeurs, le champ d’étude relatif aux conflits de travail fourmille de questionnements que ce projet doctoral entend saisir. Par ailleurs, ce travail de thèse vise à mettre en application un décloisonnement théorique et empirique entre des disciplines de recherche souvent séparées.

 À ce jour, les recherches portant sur le travail sont très spécialisées : la sociologie du travail s’intéresse à l’évolution intrinsèque de l’appareil productif tandis que la sociologie des mobilisations analyse les actions collectives ayant lieu en dehors de l’espace de travail. L’association de ces disciplines de recherche peut s’avérer épistémogène. Il s’agit de faire converger les sociologies du travail et des mobilisations au sein des mondes du travail tout en prenant la mesure de l’action publique qui y intervient. Ce décloisonnement fonde l’idée d’une sociologie politique du travail, rendant compte des formes de politisation de l’expérience de travail en dépassant la délimitation entre un « dedans » et un « dehors ».

Les espaces de travail, étudiés du point de vue des subjectivations plurielles des travailleur-se-s, seront appréhendés comme des institutions politiques engendrant la production de normes et de rapports de force.

(Re)penser la domination localement par le travail

À l’exception des travaux portant sur les situations révolutionnaires récentes et les mouvements protestataires arabes post-2011, la recherche scientifique au Maghreb est, à partir des années 1970, fortement imprégnée par les mouvements islamistes, et ce, au détriment des questions liées au travail. L’entrée par le travail permet de recentrer la focale de la question sociale en Tunisie et de poser l’hypothèse de la centralité de cette question dans les révoltes arabes de 2011.

De manière plus générale, les études sur les conflits au travail sont devenues plutôt marginales en sciences sociales. À partir des années 1990, le nouvel intérêt de la sociologie des mobilisations pour les mouvements dits « identitaires » a eu comme effet un moindre intérêt pour la « question sociale » structurée autour du travail. Pour autant, en France par exemple, certaines recherches ont étudié les transformations des formes de protestation et de représentation au travail concomitantes du tournant néolibéral du capitalisme et à l’aune des contraintes qui pèsent sur les mobilisations syndicales dans l’entreprise. D’un autre côté, les travaux sur les pays périphériques du système capitaliste, dont ceux des mondes arabes, sont encore moins nombreux. Ce projet prend à la fois acte du manque relatif de travaux sur la question dans le champ académique et du désert empirique que constituent les mondes arabes sur de telles problématiques.

Un deuxième intérêt anime ce projet doctoral. Il est relatif à la question des logiques de la domination liées aux mouvements protestataires en Tunisie. En effet, le travail consacré par Béatrice Hibou à la domination politique sous Ben Ali a laissé le champ ouvert à un questionnement sur les contre-conduites. Son analyse des dispositifs routiniers de la domination sous Ben Ali a permis de mettre au jour des dynamiques qui ont fait perdurer l’autoritarisme. Ce projet doctoral envisage ainsi de prolonger l’étude des relations de domination qui se constituent dans des champs différents, en l’occurrence celui du travail. Il est question de centrer la focale sur les contre-conduites qui seront appréhendées comme constitutives des rapports de pouvoir traversant les agencements de travail. En effet, parallèlement à l’exercice de la domination, « les contre-conduites relèvent aussi très largement de tendances plus profondes traversant la société tunisienne et se greffant sur des objets qui, au départ, ne sont pas forcément « politiques » mais peuvent le devenir par feed-back répressif » (Geisser, 2009, 221).

Ainsi, la domination au travail, revêtant des formes contrastées, sera appréhendée comme un agencement homogène de logiques d’affiliation, de normes, de subjectivités et de territoires, mais dont les différentes composantes gardent une idiosyncrasie qui les singularise.

Cas d’étude et méthodes

Ce projet doctoral étudie plusieurs agencements de travail en déployant un dispositif d’enquêtes qualitatives. Le choix s’est porté sur le commerce parallèle au centre-ville de Tunis, un centre d’appels situé dans une zone industrielle à cinq minutes de l’aéroport Tunis-Carthage, une usine de sous-traitance travaillant pour le groupe « Décathlon » et deux usines du secteur privé national pour lesquelles l’enquête a d’ores et déjà commencé depuis novembre 2018. Ces terrains sont situés dans des agencements différenciés et leur confrontation permet de comparer les différentes logiques sociales de contestation et de consentement.

L’approche qualitative s’impose pour mener les enquêtes. Il s’agit d’analyser les subjectivations politiques des travailleur-se-s, et donc de restituer des trajectoires sociales ainsi que les dispositions, les motivations et les « valeurs » qui les structurent. Les entretiens semi-directifs, l’observation et l’approche ethnographique forment donc l’ossature du dispositif d’enquêtes. L’observation sera combinée avec des entretiens semi-directifs pour rendre compte de l’expérience de travail et éventuellement – lorsqu’elle a lieu – de l’expérience protestataire.

Par ailleurs, ce projet doctoral conçoit deux entrées possibles aux terrains. La première consiste à envisager une manière d’approcher les cas d’études dans des moments de fonctionnement routinier des ordres sociaux du travail. C’est, par exemple, le cas du commerce parallèle, où l’on a déjà mené une pré-enquête afin d’identifier les processus de constitution des collectifs de travail et d’institutionnalisation de la revendication. Une deuxième manière d’ouvrir le terrain consiste à saisir les architectures sociales de la domination au travail dans des moments de protestation collective. C’est, par exemple, le cas de deux usines en périphérie du Grand Tunis dans lesquelles j’ai commencé à enquêter depuis novembre 2018, à l’occasion de l’éclatement de protestations ouvrières concomitantes de conflits judiciaires.

Pour conclure, le but de mon projet doctoral est de produire, à partir du cas tunisien, une compréhension ancrée localement, mais universalisable, sur les manières de dominer et de protester au travail aujourd’hui. Il est aussi possible de l’envisager comme une entrée à l’analyse de la question sociale en Tunisie, centrale dans les mouvements sociaux que connaît le pays depuis 2011.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25,  octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La mondialisation des pauvres loin de Wall Street et de Davos ?

Invité du séminaire 2018-2019 organisé par Betty Rouland sur la thématique « Migrations, mobilités et circulations intra-africaines : savoirs, critiques et méthodes », Olivier Pliez présentait le 14 mars 2019 à l’IRMC ses travaux dans une séance intitulée « La mondialisation des pauvres » en référence à son ouvrage récemment paru 1.

Il s’agissait pour lui de présenter un des mécanismes de la mondialisation dite par le bas et de changer de prisme par rapport à l’intervention de Sophie Bessis, faite quelques semaines auparavant dans le cadre du même séminaire 2. Olivier Pliez présente cela comme une approche géographique de la globalisation ou mondialisation des routes et des marchés, autrement dit par les « routes discrètes de la mondialisation ».

Pensée à destination des étudiants et des doctorants, cette présentation s’articulait en deux points : une réflexion à propos de la mondialisation et un exposé des enquêtes et des pratiques des chercheurs ayant participé à cette réflexion.

La mondialisation en question

La mondialisation est assimilée par le sens commun à la Chine, comme une mondialisation économique uniquement opérée par les grandes compagnies internationales. C’est une mondialisation des flux, à l’image de ce qu’illustrent les cartes du monde des classes de terminale montrant les grands pays, les flèches schématisant les flux, etc. Cette représentation et le vocabulaire qui va avec n’est qu’une vision parcellaire de la mondialisation, vue par un prisme très hiérarchique.

C’est également la vision des réseaux, tels que le commerce international, qui est une chaîne de valeurs globales et des inégalités avec des riches sur le haut de la pyramide et des pauvres en bas. Olivier Pliez explique qu’il ne s’est jamais posé la question du type de population sur lesquelles il travaillait, c’est-à-dire les « pauvres », le titre de l’ouvrage a d’ailleurs été choisi par son éditeur. La pyramide du système capitaliste est une représentation qui apparaît au XXe siècle et qui conceptualise la mondialisation des inégalités.

Progressivement apparaît une autre lecture à partir de celle-ci. Le « pauvre » devient la cible d’un marché global : ceux qui étaient considérés comme les laissés pour compte de la mondialisation au XXe siècle deviennent les cibles du marché globalisé du XXIe siècle. Il y a pourtant un potentiel plutôt limité et les frontières entre les catégories sociales sont plutôt poreuses.

Classiquement, on définit la mondialisation comme une multiplication croissante des flux, des espaces et des acteurs. Depuis les années 1990, des travaux ponctuels se multiplient pour saisir ce phénomène à l’échelle micro. Ce sont des lectures réticulaires à enrichir mais il faut également mettre en lumière ce que l’on ne voit pas. C’est tout le travail réalisé par certains chercheurs dont Olivier Pliez, notamment celui sur les « routes » à partir d’objets du quotidien. Il donne les exemples d’études menées sur les trajets de la papaye ou de la sandale en plastique. La méthodologie diffère peu d’une étude à l’autre, il s’agit de choisir les routes à suivre (toutes ou une partie). Ces méthodes permettent de mettre en évidence les mécanismes de la mondialisation au sein même de notre quotidien.

Les routes migratoires et la mondialisation économique

Si l’analyse des routes des objets n’est pas nouvelle, il s’agit pour Olivier Pliez de montrer que les routes de la mondialisation sont aussi celles des espaces de commerce comme les marchés, révélateurs des évolutions des routes migratoires. La ville et ses relations aux espaces en dehors de la ville trace les contours de ces routes.

Ses travaux débutent en Algérie dans les « souks libyens » et les « souks de Dubaï », notamment le souk libyen d’El Oued. Ce sont des places marchandes importantes dans les années 1990, avec des origines et des routes commerciales différentes. Il met en évidence la création de ces routes commerciales au début des années 1950, notamment depuis Koufra en Libye, et la création de petits marchés dans les villes tout au long des routes migratoires.

© alouadesouf.canalblog.com

Il compare deux de ses études aux contextes radicalement différents et aux dynamiques similaires : les enquêtes ponctuelles, tournant autour de la question « où vous retrouvez-vous lorsque vous allez dans telle ou telle ville ? », ont pour objectif de reconstituer les routes marchandes. L’exemple de son étude récente et celles entre la Libye et l’Egypte. Olivier Pliez de citer « une rue est une portion d’une route transnationale ». À la frontière égyptienne, la route devient une rue de village sur laquelle les marchés vont et viennent, les trajectoires des migrants s’inscrivent dans les routes commerciales transnationales. Sur ces rues, sur ces routes, on entend parler de Dubaï, de la Chine, etc.

La mondialisation par le bas est une question que les sociologues ont commencé à explorer en 1973 avec la « crise économique » : c’est une crise pour les pays consommateurs de pétrole, une chance pour les pays exportateurs de pétrole. Avant cette crise, les routes commerciales et les routes migratoires de travail étaient vues uniquement du Sud vers le Nord. C’est donc à partir de 1973 qu’on commence à s’interroger sur les autres routes migratoires et qu’émerge la notion de « migration de cabas ». De fait, sorties de l’Europe dans les années 1980-1990, les places marchandes se délocalisent à Istanbul.

Aujourd’hui Istanbul et ses routes migratoires existent toujours mais depuis, Dubaï a émergé, mais aussi Djeddah en Arabie Saoudite, et d’autres lieux. Ce sont des entrepreneurs transnationaux qui participent à ces routes marchandes, ils ne font pas partie des grandes entreprises internationales, ils sont à part.

Conclusion

Elles sont désormais en Asie du Sud- Est et la plupart des routes sont de fait Sud-Sud. La Méditerranée de l’échange s’est élargie progressivement et aujourd’hui elle s’étend jusqu’en Asie. Olivier Pliez explique qu’à l’heure actuelle les routes arrivent à Yiwu en Chine. C’est le plus important marché de gros de Chine, et donc du monde. Le développement de la Chine permet aujourd’hui une grande connectivité de Yiwu avec le reste du territoire (2h de train depuis Shanghai) et donc le reste du monde.

C’est la place forte des routes migratoires et les quartiers de Yiwu sont internationaux et Sud-Sud. Il y a un même quartier dit « arabe », avec ses mosquées, des écoles de traduction, des intermédiaires pour parler, faire affaire, visiter, manger, etc. Les migrants internationaux ne sont plus de passage, ils s’installent, ils épousent des chinoises, leurs enfants sont binationaux, etc.

C’est une internationalisation par étapes qui se fait sans qu’on ne puisse prédire qu’elle sera la prochaine place forte du commerce et des routes migratoires.

Manon Rousselle

Pour citer ce billet : Manon Rousselle, «La mondialisation des pauvres loin de Wall Street et de Davos ?», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2230.

1. Armelle CHOPIN, Olivier PLIEZ, La Mondialisation des pauvres. Loin de Wall Street et de Davos, Seuil, 2018, Paris, 128 p.

2. Séance du 28 février 2019 à l’IRMC, « Diplomatie et coopération entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne depuis l’Indépendance jusqu’à aujourd’hui » par Sophie Bessis.

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Soins transfrontaliers en santé reproductive au Maghreb : Un paysage reproductif en devenir ?

Le projet « Soins transfrontaliers en santé reproductive au Maghreb : un paysage reproductif en devenir » (Cross Border Reproductive Care in the Maghreb (CRBC) : an emerging reproscape ?) s’implante à l’IRMC en tant que projet collaboratif de recherche. Ce projet est financé pour un an dans le cadre de l’initiative “Seed Money for Cooperation with Mediterranean countries” hébergée par la Haute École de Santé de Suisse Occidentale (HESSO) en tant que the Leading House (LH) pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (MENA).

La valorisation de ce projet se fera par le biais d’au moins une publication collective (numéro thématique d’une revue), de l’organisation de plusieurs workshops de l’équipe CBRC en Tunisie et en Europe ainsi qu’en participant à différentes conférences. Deux workshops, en partenariat avec les professionnels de la santé, qui ont collaboré avec les membres du projet, sont également prévus à Tunis et à Sfax afin d’encourager le transfert de connaissances. Au-delà de l’apport heuristique d’une telle recherche, il s’agit aussi de pérenniser un tout nouveau réseau de chercheur(e)s et de s’orienter vers une société inclusive qui permet plus de dialogue et qui collabore avec les acteurs privés.

Résumé du projet et
caractéristiques

Le projet réunit une équipe transdisciplinaire de huit personnes et établit les bases d’une recherche sur un sujet pionnier, la Procréation médicalement assistée (PMA), qui n’a encore jamais été étudiée au Maghreb. Un secteur de fait peu discuté, bien que de nombreuses cliniques pour l’infertilité existent dans la région depuis les années 1980. En Tunisie, le système privé de santé s’est beaucoup développé au cours de ces dix dernières années et notamment le réseau des cliniques qui offrent l’assistance médicale à la procréation (Belhassen, 2018 ; Ghorbal, 2016). Fortement liée à l’augmentation des patients en provenance des autres pays du Maghreb et d’Afrique subsaharienne (Rouland 2018 ; Lautier 2005, 2013), l’étude des soins transfrontaliers en santé reproductive en Tunisie constitue une approche originale permettant d’observer des processus renforcés par des mobilités intra-régionales et transnationales qui s’inscrivent dans une perspective Sud- Sud. Il s’agit, avec ce projet, de développer une étude au croisement de multiples débats en sciences sociales (surtout concernant les paradigmes bio et mobility) mais également d’inscrire ces débats dans la région du Maghreb.

Ce projet de recherche se caractérise par la nature pionnière de la thématique des soins transnationaux en santé reproductive au Maghreb. L’idée est de créer un réseau de recherche autour de ces questions médicales et ce, des deux côtés de la Méditerranée. Sa mise en place s’effectue notamment par la réunion de l’équipe transdisciplinaire avec trois workshops sur l’année. Une autre caractéristique fondamentale de ce projet réside dans la nature appliquée de la recherche qui pourra contribuer aux politiques des acteurs locaux, sur la base de données inédites et solides.

Les porteuses du projet

Irène MAFFI, professeure d’anthropologie sociale à l’Institut des sciences sociales de l’Université de Lausanne. Spécialiste du monde arabe, Soins transfrontaliers en santé reproductive au Maghreb : Un paysage reproductif en devenir ? Programme de recherche 10 Bulletin trimestriel n° 23 janvier-avril 2019 elle a mené ses recherches dans deux domaines : l’anthropologie politique et l’anthropologie de la reproduction. Elle est l’auteure de Pratiques du patrimoine et politiques de la mémoire en Jordanie. Entre récit dynastique et narration communautaire (2004), de Women, Health and the State in the Middle East. The politics and culture of childbirth in Jordan (2012) et a co-dirigé avec Rami Daher The Politics & Practices of Cultural Heritage in the Arab World: Positioning the Material Past in Contemporary Societies (2014). Ses derniers articles explorent la santé et les droits sexuels et reproductifs ainsi que la transformation de la famille en Tunisie après la révolution de 2011. Elle prépare un ouvrage sur les pratiques de l’avortement et de la contraception en Tunisie, qui devrait être publié en 2019.

Betty ROULAND, géographe, chercheure MEAE en post-doctorat à l’IRMC. Ses recherches portent sur le triptyque « migrations, mondialisation, santé » de part et d’autre de la Méditerranée. Dans le cadre de son programme de recherche « Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ? », ses travaux s’articulent autour de trois axes intrinsèques : (1) Développement du secteur privé de santé et patientèle étrangère en Tunisie ; (2) Figures migratoires émergentes, mobilités régionales et espaces de circulations dans le Maghreb post-révolution ; (3) Processus de régionalisation, transnationalisme et mondialisation au prisme des mobilités et des circulations dites médicales dans une perspective « Sud-Sud ».

L’équipe CBRC

Malika AFFES a obtenu son diplôme de sage-femme en 1991 à l’école de santé de Tunis et c’est par l’exercice de ce métier qu’elle a ressenti le besoin de promouvoir la santé sexuelle et reproductive. Responsable d’une unité de planning familial au sein de l’hôpital universitaire de La Rabta de Tunis jusqu’à l’été 2017, elle a participé à des travaux dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive (« Gynuity health project ») et a eu l’occasion de collaborer avec Irène Maffi sur la thématique de « La contraception et l’IVG en Tunisie », collaboration qui a abouti à la co-écriture d’un article paru dans L’Année du Maghreb intitulé « Institutions médicales, loi et itinéraires thérapeutiques des femmes après la révolution ». Active dans deux associations tunisiennes s’intéressant à la santé des femmes : le groupe Tawhida Ben Cheikh et la Société tunisienne pour l’étude de la ménopause, elle travaille actuellement à l’hôpital universitaire Mongi Slim de La Marsa au service de consultation prénatale.

Mohamed-Lamine BENAYACHE,
étudiant en sixième année de pharmacie à l’Université Claude Bernard – Lyon I ainsi qu’en Master 2 de Géographie de la santé à l’Université Paris-X Nanterre. Ses champs d’intérêts recouvrent la santé publique et plus particulièrement la thématique des inégalités sociospatiales d’accès aux soins. Après une année hospitalo-universitaire entre la France, le Liban et la Jordanie ainsi qu’une expérience en management de projet chez un éditeur de presse Programme de recherche Bulletin trimestriel n° 23 janvier-avril 2019 11 médicale spécialisée, il contribue désormais au projet CBRC et est en accueil scientifique à l’IRMC.

Simon BOUHOUR, diplômé du master de l’IEP de Toulouse « Politique, Discriminations, Genre », il a diverses expériences professionnelles et associatives en milieu scolaire sur l’éducation affective et sexuelle, sur la prévention du sexisme et de l’homophobie, mais également auprès d’associations de défenses des droits des migrants et de défense des droits des femmes notamment en territoire palestinien.

Imen JAOUADI, titulaire d’une thèse de doctorat en Sciences économiques (économie de la santé) de la Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de Tunis, elle a enseigné à l’INSAT (2001- 2005) en tant qu’assistante puis en tant que maître assistante à l’ISCCB (Université de Carthage) depuis 2011 jusqu’à aujourd’hui. Elle a rejoint l’OMS, bureau de la Tunisie, en tant que responsable nationale de programme pour le projet Optimize (2010 à 2012).


Elle a également participé au dialogue sociétal pour les politiques, stratégies et plans de santé en Tunisie en partenariat avec le ministère de la Santé pendant 2 ans, en tant que gestionnaire, formateur, co-auteure des différents rapports du dialogue sociétal et du livre blanc pour la réforme de santé. Elle a occupé le poste de directrice du CeFIR (Centre de la formation internationale et de la recherche) de l’ONFP (Office national de la famille et de la population) du ministère de la Santé de décembre 2015 à septembre 2016. Ses travaux portent sur la chaîne logistique des vaccins, l’accès au système de santé en Tunisie, la réforme du système de santé, les déterminants sociaux de la santé, les inégalités de santé, l’accès aux soins des migrants et la gouvernance du financement du système de santé.

Angèle MENDY, chercheure postdoc en sociologie de la santé et des migrations à l’Université de Lausanne, elle a été auparavant chercheure boursière à l’International Migration Institute (Oxford). Titulaire d’une thèse en sciences sociales, précédée d’un Master en « Globalization and social regulation » des universités de Genève et Lausanne ainsi qu’un master en sociologie de la santé de l’Université de Saint Louis du Sénégal. Son domaine de recherche se concentre sur les migrations et mobilités internationales des professionnels de santé et le fonctionnement des systèmes de santé dans les pays en voie de développement.

Dounia SAADI, titulaire d’une licence en anthropologie sociale et culturelle de l’institut des sciences sociales et humaines de Tunis en 2017 et inscrite en deuxième année de master dans la même spécialité. Elle s’intéresse à la recherche en anthropologie médicale en général et à la thématique de la reproduction en particulier. Elle a travaillé, dans le cadre de son mémoire de licence, sur l’expression de la douleur de l’accouchement chez les parturientes tunisiennes d’un point de vue anthropologique et compte étudier les rapports conjugaux impactés par le recours à la PMA, dans le cadre de son mémoire de master. Elle a occupé le poste de chargé du recrutement et formatrice des nouveaux bénévoles intervenant dans les hôpitaux tunisiens pour fournir une aide psychologique aux malades hospitalisés, de mars 2017 à mars 2018. Elle fait maintenant partie des étudiants accueillis dans le cadre du projet CBCR.

Etat d’avancement du projet

Le premier workshop du projet s’est tenu en septembre 2018 et a permis d’identifier les axes de recherche de chaque chercheur et les perspectives à explorer. Les 29 et 30 septembre, l’équipe incluant Malika Affes, Simon Bouhour (en visio-conférence), Ibtissem Ben Dridi, Imen Jaouadi, Irene Maffi, Angèle Mendy, Betty Rouland et Dounia Saadi s’est réunie à l’IRMC, dans un atelier permettant de discuter du projet en se focalisant sur ses présupposés théoriques et méthodologiques ainsi que sur ses aspects pratiques et organisationnels. Chaque membre de l’équipe a expliqué la manière dont elle/il entend contribuer à sa réalisation et comment elle/il entend collaborer avec les autres chercheurs pendant les différentes phases de l’enquête. Les deux étudiants de master de l’équipe ont présenté leurs projets individuels qui seront inclus dans la recherche commune. Les chercheures expérimentées de l’équipe leur garantiront leur soutien et encadrement lors de la réalisation de l’enquête et de la rédaction du mémoire final.

Les aspects éthiques de la recherche, l’accès aux cliniques privées et aux cabinets des médecins ont aussi été abordés de manière exhaustive afin d’identifier les figures professionnelles clés dans le domaine de la PMA ainsi que les organisations, les événements et les lieux où commencer le terrain en Tunisie. Deux textes centraux sur le thème des soins transfrontaliers en santé reproductive ont été analysés en profondeur par les membres de l’équipe afin d’identifier les axes de recherche développés dans la littérature portant sur d’autres aires géographiques. Une grande partie du second jour du workshop a été consacrée à l’élaboration du questionnaire à faire compléter par les patients infertiles qui ont recours aux soins en santé reproductive en Tunisie de manière à intégrer les intérêts interdisciplinaires de toutes les chercheurs qui prennent part au projet. De manière générale, les discussions et les réflexions communes ont été très fructueuses et un bon esprit de collaboration inter-disciplinaire a caractérisé les échanges.

Les 13 et 14 avril derniers, le workshop de mi-parcours s’est également tenu à l’IRMC, intégrant des invités de choix, dont Trudie Gerrits de l’Université d’Amsterdam, spécialiste de la PMA au Ghana ainsi que Atf Gherissi, professeure assistante à l’Ecole supérieure des sciences et techniques de l’Université Al-Manar de Tunis, sociologue et Maître de conférences en sociologie à l’Université de Sfax.

Par ailleurs, Betty Rouland est allée présenter le projet à l’University of West England le 1er février 2019 lors d’une conférence intitulée « Human Reproduction Study Group Winter Event. Critically Mapping Cross-Border Reproduction ». Cette intervention a permis de présenter les premières observations faites auprès des professionnels de la santé reproductive dans les cliniques privées de Tunisie (Tunis et Sfax).

Betty Rouland

Sources
https://cbrcma.hypotheses.org/
http://www.uva.nl/profiel/g/e/g.j.e.gerrits/g.j.e.gerrits.html?1550242083701
https://www.researchgate.net/profile/Fr
ancine_Tinsa

Pour citer ce billet : Betty Rouland, «Soins transfrontaliers en santé reproductive au Maghreb : Un paysage reproductif en devenir ?», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2287.

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Médias et homosexualité en Tunisie : de la réclusion du monde virtuel à l’institutionnalisation de la cause homosexuelle

Au lendemain de la Révolution, la Tunisie a vu l’irruption de la question de l’homosexualité dans son champ médiatique. La transition politique a été le témoin de la multiplication du nombre d’articles de presse et de la diversification des approches médiatiques sur la question de l’homosexualité. Avant la Révolution les médias abordaient rarement le sujet de l’homosexualité, et quand ils le faisaient, il s’agissait plutôt d’une « découverte de l’homosexualité » de par sa récente visibilité dans le monde virtuel. Après la Révolution, nous avons constaté la matérialisation de l’existence d’une communauté LGBT tunisienne, certes timide entre 2011 et 2014, mais très investie à partir de 2015, avec la naissance des associations défendant leurs droits et leurs libertés. Nous aborderons brièvement dans ce texte l’évolution du traitement médiatique de l’homosexualité qui a influencé l’institutionnalisation de la cause.

Prisons, arts et mondes virtuels : l’homosexualité dans les médias avant la Révolution

Dès 2008, l’homosexualité commence petit à petit à faire son apparition dans les médias mainstream avec une série de thématiques phares qui reviennent sur le devant de la scène médiatique de façon récurrente. Il s’agit d’une première thématique qui provoque un fort intérêt dans les médias écrits arabophones à travers des accusations publiques d’homosexualité à l’encontre de personnages connus – sous la forme de la « politique-porno » 1 de Ben Ali – ou à l’encontre d’un citoyen lambda accusé de sodomie comme motif criminel dans un fait divers. Ce sujet est souvent accompagné par des articles mettant en avant l’augmentation de la pratique de la sodomie dans les prisons, choisie, subie ou comme forme de torture.

© allocine.fr

En parallèle, une autre forme de médiatisation se développe autour de thématiques sociales, comme la santé publique, notamment en ce qui concerne l’épidémie du Sida ou des articles abordant le domaine des arts, mettant en image ou en récit des homosexuels. Deux exemples sont très connus à l’époque : le cas de la surmédiatisation  de l’ouvrage d’Olfa Youssef 2 où elle aborde l’absence d’interdiction de l’homosexualité dans le Coran, fortement critiqué dans les médias et celui de pièces de théâtre et de films apparus entre 2009 et 2010 qui ont mis à l’agenda médiatique la question de l’homosexualité – comme Hobb Story : ouvrir par ici de Lotfi Achour où l’auteur transcrit « le regard de la société envers l’homosexualité », Toujours Acharii Alkabir de Houda Driss où l’un des personnages est gay, ou encore le film Le Fil de Mehdi Ben Attia mettant en scène le retour sur sa terre natale d’un Tunisien homosexuel, résidant en France. Toutes ces oeuvres ont été abordées dans les médias écrits tunisiens, notamment Le Fil de Mehdi Ben Attia qui a fait couler beaucoup d’encre autour de la « nature » de l’homosexualité. La représentation de l’homosexualité dans le cinéma sert donc de tremplin à la médiatisation de cette réalité sociale rendue invisible car faisant partie des tabous sociaux et des formes de sexualité répréhensibles par la loi.

En outre, une nouvelle manière d’accéder à la question des sexualités s’est ouverte à cette époque via les réseaux sociaux. La visibilisation de l’homosexualité dans le monde virtuel a permis à certains journalistes de traiter cette question sensible, notamment l’article de Abdel Aziz Hali sur Tekiano : « Tunisie : (Dés)orientations sexuelles sur le net ». Le journaliste profite de cette nouvelle visibilité sur les réseaux sociaux pour aborder la perception négative de ces orientations sexuelles non-normatives dans la société arabomusulmane et pour questionner des croyances autour de certaines pratiques sexuelles :

En naviguant sur les sites de rencontres et les salles de discussions, un phénomène attire l’attention de l’internaute averti : des communautés de Tunisiens revendiquent des orientations sexuelles pas nécessairement bien perçues dans nos sociétés arabo-musulmanes. Des groupes qui se cachent derrière des pseudonymes reflétant leurs orientations sexuelles […] On constatera même l’existence d’un phénomène que l’on croyait uniquement occidental. Celui de l’échangisme.

Nous relevons cette nouvelle thématique qui comporte une avancée notable dans la médiatisation de l’homosexualité car le journaliste donne la parole à des personnes LGBT qui racontent leurs vécus et qui revendiquent pour la reconnaissance de leurs orientations sexuelles. Notons l’importance du double bénéfice du monde virtuel : la discrétion pour les personnes qui pourraient être inquiétées légalement et la visibilité qui montre l’existence de la communauté. Le monde virtuel a été largement considéré comme un refuge de la communauté LGBT, même s’ils ont été victimes d’attaques visant leur confidentialité, ce qui a été relayé par les médias. L’auteur d’un de ces articles dénonce la signalisation massive des profils jugés non conformes à une vision de la « société tunisienne arabo-musulmane » :

La manoeuvre a été, par la suite, élargie aux facebookers tunisiens qui affichent leur homosexualité, des photos un peu trop dénudées etc. Et ces anonymes fonctionnent en masse puisque des groupes ont été créés pour dénoncer ces Tunisiens (qualifiés de traîtres) athées, laïcs, juifs, etc. Leurs slogans : des insecticides et une  chaise électrique pour « lutter » contre les « mécréants ».

© huffpostmaghreb.com

À l’exception de ces rares articles où un regard sociologique ou artistique, plutôt ouvert, est posé sur l’homosexualité tunisienne, la majorité des médias diffusent pendant cette période des images dénigrantes de l’homosexualité en l’associant à la dépravation, au crime, à la torture, à la prison, à la honte, à l’illicite ou encore au satanisme.

La panique médiatique postrévolutionnaire autour de l’homosexualité

Au lendemain de la Révolution certains médias comme La Presse reviennent avec force sur la possibilité d’aborder la diversité sociale, dont l’homosexualité, grâce à la liberté de presse recouvrée :

Ce qui nous a frappés aussi, c’est cet acharnement à faire de la Tunisie un pays qui ne supportait aucune diversité, en nous empêchant notamment de parler de l’homosexualité qui est un « courant » pourtant de plus en plus emprunté chez nous en Tunisie. Peut-être voulait-on masquer cette diversité et fermer les yeux sur les différences pour finalement condamner ses adeptes à la marginalité… » .

Toutefois, les souhaits de la journaliste Leïla Chemmen sont loin de devenir une réalité ces premières années de la transition. Dès la première campagne électorale de 2011 et jusqu’à la proclamation de la nouvelle Constitution en 2014, nous assistons à un accroissement constant d’accusations d’homosexualité entre les différents partis politiques afin de se disqualifier les uns les autres. L’usage de l’homosexualité comme « arme politique » est de retour.

Les accusations débutent dès la campagne électorale de 2011 lorsqu’Ennahdha a lancé des rumeurs à l’encontre de la mouvance de gauche « El Kotb » (Pôle démocratique moderniste) en ayant pour but de la disqualifier publiquement. Diverses attaques visaient par exemple les marches nationales « Aatakni » afin de les assimiler à l’homosexualité et au sionisme à travers des montages photo. Plus tard, en janvier 2012, éclate une autre affaire d’accusation d’homosexualité, mais cette fois-ci envers l’islamiste Ali Larayedh avec montage vidéo à l’appui. La fuite de cette vidéo, dont des acteurs avaient connaissance depuis les années 1990, questionne sur un retour de la technique du « politiqueporno » de la dictature. Ces accusations d’homosexualité coïncident d’ailleurs avec un autre scandale touchant Ennahdha, celui de la libération du frère du ministre tunisien de la Justice, Noureddine Bhiri, condamné à plusieurs années de prison pour pédophilie.

Lors de l’écriture de la Constitution, ces accusations se transforment et prennent la forme d’« accusation de défense des droits LGBT » au sein du Parlement tunisien. Diverses propositions d’articles sur des questions de genre sont critiquées publiquement, ainsi que les personnes les défendant, à cause d’une possible voie ouverte au « Mariage pour tous » – discussion fortement influencée par le débat français de l’époque. Le rapporteur de la Constitution, Habib Khedher, affirmait à l’époque : Il faut savoir que si on lève certaines restrictions, la voie est ouverte au mariage homosexuel, entre autres, que la société tunisienne dans sa majorité refuse. L’universalité ne doit pas heurter les fondamentaux de la population, ni ses spécificités.

Ces accusations constantes ont envenimé la situation sociale des personnes LGBT, et favorisé la multiplication des agressions verbales et physiques à l’égard d’homosexuels ou des « personnes incitant à l’homosexualité ».

L’usage de l’orientation sexuelle à des fins de discrédit politique a joué un rôle fondamental dans l’irruption d’une panique médiatique, telle que définie par Divina Frau-Meigs :

« […]ce sont des formes extrêmes d’engagement des individus avec certaines représentations véhiculées par les médias – perçues comme des contenus à risque (réels ou possibles) –, au point de les amener à se manifester collectivement et à interpeller les pouvoirs publics. Ces paniques sont trans-médiatiques, présentes tant dans les médias audiovisuels classiques que dans les médias numériques. […] Toutes relaient un sentiment de perte des repères, de désarroi des valeurs sociales et manifestent une inquiétude pour l’intégrité morale et psychique de la personne. Leur substrat montre que la peur touche à des valeurs profondes de la société, certaines conditionnant sa survie : la mort et qui peut la donner (violence), la sexualité et qui peut la susciter (pornographie, pédophilie). Dans ces deux cas, il s’agit des modes de production et de reproduction sociale qui sont en jeu ».

Le cas de la Tunisie semble correspondre largement à la définitiondonnée par l’auteure puisque cette panique s’alimente notamment de la rhétorique de la peur de la perte de repères, de l’occidentalisation de la société, de la destruction de l’islam, etc. Ces préoccupations ne sont pas uniquement invoquées par les médias mais se retro-alimentent des discussions politiques de l’époque. Dans les discussions parlementaires nous pouvons retrouver la trace des questionnements touchant aux valeurs profondes de la société dont la famille et le couple : « la nécessité de définir le mariage et les rôles au sein de la famille, faisant planer la “menace” du mariage homosexuel ».  Dans d’autres séances plénières certains politiciens vont jusqu’à discuter des dangers de la création de syndicats pour les homosexuels ou la reconnaissance de l’homosexualité comme genre social, sujets qui ont été par la suite repris par les médias et qui alimentent le mouvement de panique.

Malgré cette dynamique médiatique, des améliorations ont lieu, bien qu’elles soient assez limitées. En termes de médiatisation, nous constatons l’apparition inédite d’articles dénonçant des cas de violence à l’encontre des personnes LGBT ou encore de prises de position publiques défendant les droits LGBT. Nous retrouvons des articles abordant les droits des minorités, les demandes de dépénalisation de l’homosexualité ainsi que critiquant l’extrémisme, les violences ou les tabous qui entourent les sexualités. Nous assistons même à la création d’un magazine en ligne, sous le nom « Gay Day » abordant des questions LGBT sur leur site en ligne. Ces premiers pas marquent la route vers le passage du monde virtuel au monde physique de la communauté LGBT tunisienne.

L’apparition de la parole collective homosexuelle

© cpa.hypotheses.org/3349

L’année 2015 constitue un tournant dans la médiatisation de l’homosexualité grâce à divers évènements clés qui ont participé à l’augmentation de l’attention et du changement médiatiques. Nous remarquons notamment l’apparition de plusieurs paroles collectives LGBT qui se servent des médias mainstream pour la diffusion de leurs revendications à grande échelle et pour dénoncer les injustices auxquelles les personnes de la communauté font face au quotidien : les violences, les arrestations, l’homophobie, etc. L’obtention du visa ministériel, légalisant l’existence de l’association « Shams, pour la dépénalisation de l’homosexualité », demeure un événement majeur dans cette évolution, car il s’agit de la première association à être reconnue officiellement par l’État tunisien comme défendant la communauté LGBT – d’autres associations avaient vu le jour avant celle-ci mais elles ont été reconnues comme défendant les libertés individuelles. Suite à l’octroi de ce visa, les réactions politiques et de la société civile jaillissent au même titre que les menaces, les plaintes ou les demandes de retrait du visa, etc. Malgré les tentatives juridiques de dissolution de l’association, elle continue à travailler même si encore aujourd’hui, en février 2019, une demande de dissolution a été réactivée par l’appareil judiciaire tunisien à leur encontre. En parallèle à cette polémique autour de Shams, la médiatisation de deux affaires d’arrestation de jeunes hommes vont jouer un rôle très important dans le mouvement de contestation contre la pénalisation de l’homosexualité et contre les tests anaux subis par les homosexuels. Le cas de Marwen, un jeune garçon condamné pour homosexualité à un an de prison et ayant subi un « test anal » et celui des six étudiants de Kairouan, bannis de la ville par le juge en première instance, ont occupé les médias pendant plusieurs mois jusqu’à leur libération, respectivement en décembre 2015 et en janvier 2016. Ces affaires ont fortement servi à mettre en évidence toute une réalité qui n’apparaissait pas dans les médias auparavant.

© yagg.com

L’année 2015 a surtout apporté des modifications majeures à la médiatisation, en particulier dans les médias francophones, de l’homosexualité. En termes de thématiques, les accusations d’homosexualité disparaissent petit à petit des médias pour laisser la place à des questions liées au respect des libertés individuelles, aux critiques de l’atteinte à la vie privée ou encore à la libéralisation des moeurs en Tunisie. Ces modifications sont accompagnées par une série de changements au niveau linguistique avec des expressions moins homophobes, et au niveau termino-logique avec des termes plus neutres, moins connotés religieusement, y compris dans les médias arabophones. Ces changements ont été possibles grâce à l’investissement des associations LGBTQI++ dans la médiatisation à travers leurs veilles médiatiques afin de contester systématiquement la présence de paroles homophobes et de dénoncer publiquement les cas de violence et d’injustice. Ce travail a été mené malgré les difficultés rencontrées et a soulevé de nombreux questionnements sur les dangers de la visibilisation de la communauté dans un contexte qui pénalise les relations homosexuelles légalement et socialement.

Enfin, cette mise en avant des thématiques défendant les droits des homosexuels a certainement participé à la construction de la criminalisation de l’homosexualité en tant que problème public et a invité les institutions publiques à se questionner sur ce sujet. Ces modifications dans le traitement médiatique ont d’ailleurs pu participer à une prise en charge politique, notamment avec l’intégration des propositions de modification de l’article 230 dans le rapport de la COLIBE et avec l’engagement de l’État tunisien en 2017 d’arrêter les tests anaux dans les quatre ans. Toutefois, demeure la question de la réception médiatique de ces discours. Est-ce que l’évolution de la médiatisation a pu influencer le regard de la majorité de l’opinion publique ? Selon l’enquête sur l’acceptation sociale de l’homosexualité menée par le Pew Research Center publié en 2013 la Tunisie se trouvait alors au top 2 des pays les plus homophobes…

© pewglobal.org

1. Concept d’Ahmed Manaï apparu dans son ouvrage Supplice tunisien, le jardin secret du général Ben Ali aux Éditions de la Découverte en 1995 où il explique les montages réalisés par la police politique afin de salir l’image des personnages de l’opposition comme Ali Larayedh.

2. Youssef Olfa, Ḥayrat Muslima: fīl-mīrāthwalzawājwal- jinsīya al-mithlīya, s.l., Dār Saḥarlil- Nashr, 2008.

3. « Première Hobb Story : ouvrir par ici », Tuniscope, 11 juillet 2009.

4. Hali Abdel Aziz, « t », Tekiano, 14 avril 2009.

5. Bahloul Nizar, « Facebook version intégriste », Business News, 12 avril 2010.

6. Chemmen Leila, « Sens sûr, sans censure … un vent de liberté », La Presse, 22 janvier 2011.

7. Djait Amel, « Tunisie : Projet de constitution », WMC actualités, 17 mai 2013.

8. Divina Frau-Meigs, 2010, « La panique médiatique entre déviance et problème social : vers une modélisation sociocognitive du risque », Questions de communication, 17, [En ligne : http://journals.openedition.org/questionsdecommu nication/387].

9. Ben Hamadi Monia, « Tunisie – Inquiétudes et controverses autour du préambule de la constitution », Business News, 30 octobre 2012.

10. NJ, « L’homosexualité remise sur le tapis à l’ANC », Tuniscope, 10 janvier 2013.

Marta Luceño Moreno
Chercheure postdoctorante en communication en accueil scientifique à l’IRMC m.lucenomoreno@gmail.com

Pour citer ce billet : Marta Luceño Moreno, «Médias et homosexualité en Tunisie : de la réclusion du monde virtuel à l’institutionnalisation de la cause homosexuelle», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2279.

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook