Archives de catégorie : Sciences politiques

La recherche juridique en Tunisie à travers la Revue tunisienne de droit. Questions à Mohamed Charfi

10ème anniversaire de la mort de Mohamed Charfi, 2018 Entretien avec Elise Helin et Kmar Bendana

© zellige.fr

Publication de l’Institut des hautes études de Tunis (IHET), créé en 1945 et placé sous la tutelle scientifique de l’Université de Paris, la Revue tunisienne de droit (RTD) est née, en 1953, à l’initiative des professeurs agrégés, détachés des facultés françaises et affectés à la section droit de l’Institut. Si dans sa direction, comme dans l’ambition de ses fondateurs, la RTD s’ouvre au monde des praticiens, elle n’en reste pas moins un projet académique. En ce début des années 1950, sa naissance témoigne d’un important changement. Comme le rappelle, à juste titre, Sana Ben Achour : « auparavant porté par les administrateurs et les gens de la robe, le savoir juridique passe, avec la RTD, aux professeurs universitaires spécialisés dans la production du savoir ».

Après l’indépendance, la revue cesse de paraître durant trois années avant d’être à nouveau publiée, en 1962, mais désormais sous la tutelle d’une instance nationale, l’Université de Tunis. Cette nationalisation de la RTD, souvent appelée « tunisification », prend une signification concrète à partir de 1962/1965. Jusqu’alors éditée sous la forme de cahiers de couleur jaune, la RTD arbore maintenant le rouge et blanc du drapeau national. En 1966, pour la première fois, elle paraît sous la direction d’un universitaire tunisien, Chedly Ayari, alors doyen de la Faculté de droit, des sciences politiques et économiques de Tunis. Ce changement dans le personnel dirigeant s’accentue avec l’arrivée de nouveaux diplômés nationaux. Cependant, les coopérants français restent présents, du moins dans le comité de rédaction de la revue, jusqu’en 1976 et continuent de contribuer à sa parution par la publication d’articles. À partir de 1975, la RTD accompagne une seconde évolution, celle de l’arabisation de l’enseignement et de la recherche. C’est en effet à compter de cette date qu’apparaissent, aux côtés des contributions en langue française, les premiers articles publiés en arabe. Enfin, la Revue tunisienne de droit reste, jusqu’à nos jours, un miroir de l’évolution du droit tunisien et un témoin du développement des différentes disciplines du droit en Tunisie, avec l’arrivée de nouveaux spécialistes et la création de nouvelles institutions génératrices de droit, comme le Tribunal administratif.

Inspirée des modèles français dans sa présentation en différentes rubriques, la RTD s’en éloigne par son caractère généraliste, accueillant aussi bien le droit privé que le droit public. La comparaison avec les revues juridiques françaises trouve en effet sa limite dans l’absence d’un découpage disciplinaire. La pluralité des revues juridiques tunisiennes ne relève pas d’une autonomie des différents corps professionnels. Al-qada wa al-tashri’ est la revue des magistrats, Al-muhamet est publiée par les avocats et les universitaires s’expriment dans la RTD. Publication de la Faculté de droit, des sciences politiques et économiques de Tunis depuis 1966, puis du Centre d’études de recherches et de publications (CERP) de cette même faculté à compter de 1976, la RTD porte la marque de la tutelle exercée. À partir de 1986, c’est à ces derniers que revient la direction de la revue. La RTD n’est donc pas la revue d’un homme ou d’une équipe précise. Cependant, elle reste, malgré la création des Facultés de droit de Sousse et de Sfax, une revue essentiellement « tunisoise ». En 1987, la Faculté de droit de Tunis se scinde en deux et la RTD fait explicitement écho à cette scission. La fonction de rédacteur en chef devient bicéphale, désormais assurée par un représentant des deux nouvelles Facultés de droit de Tunis.

Quelques personnalités, par la longévité de leur engagement dans la revue et la diversité des fonctions qu’ils y ont occupées, ont largement accompagné son évolution.

Membre du comité de rédaction de 1963 à 1986, Mohamed Charfi assure le secrétariat de rédaction de la RTD de 1963 à 1968, alors qu’il est assistant à la Faculté de Tunis. Après avoir soutenu un doctorat à la Faculté de droit de Paris en 1967, puis obtenu le concours d’agrégation des facultés françaises de droit en 1971, il occupe la fonction de rédacteur en chef de la RTD à partir de 1973, jusqu’en 1978. C’est à ce titre que nous l’avons sollicité, pour la réalisation d’un entretien qui voulait, tout d’abord, évoquer les hommes, dirigeants ou chercheurs y publiant leurs articles, ayant contribué à la création, la relance et la pérennité de la RTD. Le projet avait également pour ambition de porter un regard sur l’architecture de la revue et sur son fonctionnement interne, d’analyser l’évolution de son contenu, ainsi que son rôle dans la diffusion du savoir juridique. Sur ces différents thèmes, Mohamed Charfi a accepté de répondre à nos interrogations [en 1995], en fonction de ses souvenirs et de ses propres conceptions. Il apporte le témoignage d’un homme dont la carrière universitaire a été marquée par l’exercice de différentes fonctions, notamment au sein de la RTD et qui est resté attentif à la recherche et à la vie de l’université en Tunisie.

Texte de l’entretien (1995)

Quels sont vos premiers souvenirs de travail à la Revue tunisienne de droit ?

Mes débuts à la Revue tunisienne de droit sont ceux d’un travailleur manuel. J’étais jeune assistant à la Faculté de Tunis, avec deux autres collègues, Sassi Ben Halima et Habib El Ayadi. Nous étions, je crois, parmi les premiers Tunisiens à débuter comme enseignants à la Faculté de droit, qui était alors encadrée presque exclusivement par des coopérants français, dont la plupart étaient agrégés. En 1964, la Revue tunisienne de droit était en panne. Elle avait démarré en 1953, avait paru de façon régulière jusqu’en 1958. En 1962, le professeur Jean Verdier, un enseignant français de très grande qualité, avait réussi à rassembler des arrêts de droit international privé, en collaboration avec des magistrats de Tunisie. Il les avait classés et commentés pour confectionner entièrement le numéro de 1962. Depuis, la revue avait à nouveau cessé de paraître. Mademoiselle de Lagrange, grande figure de l’époque, était parvenue tant bien que mal à réunir quelques articles et des arrêts qu’elle avait elle-même commentés. Un incident avec l’imprimeur, qui avait sous-traité la composition chez un autre, retardait le travail et on m’a donc « bombardé » secrétaire de rédaction. J’étais très fier d’être associé à la recherche. Pour un jeune assistant – ma thèse n’était pas encore achevée –, être associé à la recherche était quelque chose d’extraordinaire.

Donc, pour vous, une revue c’est déjà de la recherche ?

Bien sûr, c’est de la recherche : c’est déjà un haut niveau par rapport à un étudiant. Je m’occupais principalement d’aller chez l’imprimeur, chercher des épreuves et les donner aux auteurs pour qu’ils les corrigent. Je devais ensuite réaliser moi-même les deuxième, troisième parfois quatrième corrections parce qu’à l’époque il n’y avait pas de traitement de texte, comme maintenant. Par la suite, j’assurais la diffusion chez les libraires. Ma contribution était donc principalement matérielle. Tout cela se faisait sans aucune rémunération. Lorsqu’on envisage les conditions actuelles de la recherche, on se dit que la Tunisie de maintenant a été construite par des pionniers. Je parle de tous ces enseignants qui ont fait démarrer l’université tunisienne.

Aviez-vous les sentiments, à l’époque, qu’il s’agissait d’une période charnière pour la Revue tunisienne de droit ?

Certainement, mais sans rupture. La Faculté était encadrée par des enseignants français, puis les Tunisiens ont fait progressivement leur entrée. L’État tunisien a toujours veillé à ce que la Faculté soit dirigée par un agrégé. Il a donc fallu attendre l’arrivée du premier agrégé tunisien – Chedly Ayari – pour que la direction soit « tunisifiée ». Par la suite, on a continué à confier les cours à des agrégés, donc à des Français, jusqu’à ce qu’une nouvelle génération de Tunisiens prenne la relève. Cela s’est fait progressivement, sur une période d’une dizaine d’années.

La Revue tunisienne de droit a été lancée par les juristes et les économistes ?

La science économique est née dans les Facultés de droit, puis elle a pris son indépendance. C’était la même chose à  l’égard de la Revue tunisienne de droit. À un certain moment, le directeur de la revue était Chedly Ayari, un économiste. Il a été doyen lorsque droit et économie étaient dans la même faculté. Mais, depuis, on s’est séparés. C’était un divorce à l’amiable… Ce sont les juristes qui ont fait naître l’économie. Un bon juriste doit avoir des éléments d’histoire, de philosophie, d’économie et de sociologie.

Est-ce qu’il y avait déjà eu des Tunisiens intégrés à la Revue tunisienne de droit avant la création de l’Université de Tunis ?

Très peu. La Revue tunisienne de droit était ouverte à tous les Tunisiens qui étaient capables d’y participer. Déjà, dans les « numéros jaunes », des contributions de Tunisiens avaient été publiées. Il s’agissait d’avocats très bien formés, mais pas d’universitaires, parce  qu’il y avait très peu d’universitaires à l’époque.

Pensez-vous que la Revue tunisienne de droit ait voulu continuer l’oeuvre de quelques hommes comme Stéphane Berge ou Georges Rectenwald, si ce n’est pas la pratique du droit du moins dans la réflexion sur le droit ?

Oui. Je voudrais rappeler que la Faculté de droit de Tunis est la continuation de la section juridique de l’Institut des hautes études de Tunis. Les enseignants de la faculté ont toujours eu conscience qu’il s’agissait d’un centre de recherche de qualité. Il ne faut pas oublier que sont passés par Tunis de grands noms du droit et de l’économie : René Chapus, Raymond Barre, Roger Jambu-Merlin… Les enseignants de Tunis ont toujours eu conscience de passer par un centre de rayonnement et pour un agrégé recruté pour deux, quatre ou six ans, il fallait marquer son passage par un ou deux articles publiés à la Revue tunisienne de droit. D’autant que les autorités tunisiennes encourageaient beaucoup la publication de la revue, ainsi que la recherche en général. Je me rappelle qu’en 1965 ou 1966, Mahmoud Messaâdi, alors ministre de l’Éducation, a provoqué une réunion rassemblant tous les enseignants de la Faculté de droit. Il leur a dit l’espoir du gouvernement tunisien que tous les enseignants participent à la recherche sur le droit tunisien, pour le découvrir, le comprendre, le faire connaître et éventuellement le faire évoluer. À l’époque, on demandait aux coopérants de laisser des cours polycopiés. C’était difficile, dans la mesure où un cours polycopié représente un travail de plusieurs années de recherche, qui impose de s’imprégner du droit du pays. Pour un étranger, cela ne se fait pas en une ou deux années. Cette réclamation n’a d’ailleurs jamais été satisfaite et il a fallu attendre, par la suite, que des Tunisiens le fassent.

Comment fonctionnent les différents comités de rédaction auxquels vous avez participé ?

Dans les années 1960, le comité de rédaction était plus formel ou honorifique que réel. C’est-à-dire que les responsables de la revue cherchaient à associer les grands noms de la pratique judiciaire tunisienne : le premier président de la cour de cassation, le premier président de la cour d’appel, le procureur général, etc. Tout ce monde là faisait partie du comité de rédaction. On se réunissait une fois par an. On se félicitait de la parution du dernier numéro de la revue et les enseignants demandaient aux magistrats d’aider la revue en fournissant les arrêts les plus intéressants. C’est ce que les magistrats faisaient. Certains allaient plus loin et nous fournissaient soit les conclusions d’un procureur, soit une note sous un arrêt. C’est la matière première, pour un juriste, à côté de la loi qui est le droit théorique. L’oeuvre d’un juriste est de comparer constamment le droit pratique et le droit théorique et de voir l’osmose entre les deux.

Au cours des années 1960 et au début des années 1970, il s’agissait surtout d’initiatives individuelles. Les responsables de la revue réclamaient des articles aux enseignants : on mendiait parfois les articles. À partir de 1975, le comité de rédaction a commencé à avoir une consistance réelle. On recevait des articles qu’on pouvait se permettre de lire et, ainsi, assumer un véritable travail de comité de rédaction.

Comment était impulsé un article ?

Peu de sujets étaient choisis avant une proposition d’auteur. Tel enseignant, intéressé par tel secteur du droit et réputé pour la qualité de ses cours, était sollicité pour s’exprimer là où il était le plus à l’aise, là où il pouvait apporter à la recherche.

Quels étaient les modes d’intervention ?

Du temps où mademoiselle De Lagrange était rédactrice en chef, je pense que les articles passaient directement. Evidemment, Mademoiselle De Lagrange agissait de cette manière parce que n’écrivaient que des agrégés, des enseignants confirmés. On ne pouvait pas avoir des remarques à faire. Quand, par la suite, la revue a été ouverte à de jeunes assistants, la plupart du temps, leurs articles étaient bons et ils étaient publiés directement. Il est arrivé que certaines retouches soient apportées, mais cela s’est toujours fait amicalement, dans des discussions individuelles.

Est-ce qu’il y avait des modèles dans ce travail éditorial ?

C’est le plus difficile. Je crois qu’il n’y a jamais eu de responsable, sauf pour les mémoires de DES. L’expérience a été menée sur quelques numéros mais c’est un travail colossal dont l’intérêt varie selon l’importance du mémoire. Il peut y avoir de très bons mémoires qu’il est dommage de ne pas commenter et d’autres qui ont beaucoup moins d’intérêt.

La Revue tunisienne de droit était elle ouverte à des jeunes chercheurs ?

Au cours de la période française, c’était une revue de chercheurs confirmés. Par la suite, plus de jeunes Tunisiens étaient recrutés à la faculté, plus la revue leur permettait de faire leurs premiers pas dans la recherche. Dans la mesure où ces jeunes assistants avaient besoin de publier des travaux pour évoluer dans leur carrière, ils rendaient service à la Revue tunisienne de droit autant qu’elle les aidait.

Pouvez-vous dater cette évolution ?

Je crois que les années 1970 ont été une véritable charnière entre la période à dominante française et celle à dominante tunisienne. Les coopérants ont continué à exister pendant plusieurs années, mais la faculté était devenue principalement tunisienne. La langue arabe faisait son entrée. La revue s’arabisait, se « tunisifiait » et prenait de l’ampleur.

À partir de la fin des années 1970, apparait un noyau dur au sein du comité de rédaction, sur lequel semble reposer la responsabilité de la revue. Cette période correspond-elle à la stabilisation d’une élite universitaire ?

Bien sûr. Alors que les enseignants tunisiens ne constituaient que quelques unités, ils sont aujourd’hui des centaines, seulement en droit. La revue est le reflet de cette évolution.

Quel serait votre commentaire sur le passage des « petits cahiers jaunes » aux volumes rouge et blanc. Est-ce que c’était quelque chose de conscient ?

Il y a eu beaucoup de choses non dites mais qui existaient quand même. C’était un début de tunisification.

Pourquoi la partie arabe est elle apparue en 1975 ?

La recherche sur le droit tunisien moderne, ainsi que son enseignement, ont commencé en français. L’évolution normale supposait que la recherche, comme l’enseignement, se fassent un jour en langue arabe. C’est dans l’ordre des choses et cela devait commencer lorsque des chercheurs tunisiens seraient prêts et désireux de faire leurs recherches et d’enseigner en langue arabe. Cette évolution s’est déroulée progressivement depuis les années 1970.

La Revue tunisienne de droit a-telle publié les premiers articles en arabe qu’elle a reçus ?

Oui.

Est-ce qu’on écrivait en français sur certains sujets et en arabe sur certains autres ?

Je crois que l’on écrivait en français sur tous les sujets. Je ne pense pas qu’il y ait de sujets pour lesquels la langue française soit inadaptée. On peut penser, a priori, que la branche du droit la plus proche de la tradition, celle qu’on traite de préférence en arabe, est le statut personnel. Or, le statut personnel a fait l’objet de nombreuses études en langue française depuis le début des années 1960.

Ce thème est-il venu spontanément ?

un sujet de discussion inépuisable. C’est là où il y a un droit tunisien extrêmement original. La procédure civile tunisienne ressemble beaucoup à la procédure civile française ou italienne. Le droit des successions, quant à lui, ressemble beaucoup au droit égyptien ou syrien. Tandis que pour le mariage, le divorce, la filiation, la Tunisie est partie d’un système traditionnel et l’a modernisé à sa manière. À l’époque, les dirigeants tunisiens espéraient servir de modèle pour d’autres pays arabes. Cela ne s’est pas fait malheureusement. Seul le Yémen du Sud nous a imités. Mais, depuis la réunification, le Sud a renoncé à son code du statut personnel et la Tunisie est restée l’exemple unique. Le code du statut personnel tunisien est donc le code tunisien par excellence.

©alterinfo.net

Y avait-il des thèmes dont vous remarquiez l’absence ?

Oui. Par exemple, le droit commercial était le parent pauvre. Mais depuis les choses se sont améliorées avec l’arrivée de commercialistes tunisiens. La revue marche avec le spécialiste tunisien. Elle ne fonctionne pas avec les besoins du marché, mais avec les possibilités de la production.

La Revue tunisienne de droit n’aurait-elle pas voulu jouer, de façon active, le rôle de reflet ou d’écho du développement des différentes disciplines du droit en Tunisie ?

La revue était, de façon consciente, sans que cela fasse nécessairement l’objet de discussions ou de votes, le porte-parole de la tendance moderniste du droit tunisien. Il est évident que le droit tunisien est balloté entre un pôle traditionnaliste, conservateur et un pôle rénovateur, moderniste. Beaucoup de magistrats peuvent se considérer comme les gardiens du temple et sont donc des esprits conservateurs, dans le bon sens, estimant que le fiqh est ce qu’on a fait de mieux et qu’il n’y a pas lieu de changer. Pour ces magistrats, tout changement est un déchirement et toute innovation doit être ramenée, autant que possible, à la règle ancienne. On peut toujours interpréter un texte nouveau à la lumière d’une philosophie ancienne, et ainsi le vider de son sens.

Pour le point de vue opposé, moderniste, la loi de la vie, c’est le changement. Tout peuple qui n’avance pas recule, et le droit a besoin d’évoluer. Il faut donc adopter des textes nouveaux  et les interpréter correctement, c’est-à dire dans un esprit nouveau. Si le législateur n’adopte pas des textes nouveaux, il faudrait que la jurisprudence évolue et qu’à partir de textes anciens, des solutions nouvelles soient adoptées. Dans la plupart des cas, la Revue tunisienne de droit a prôné la modernité et les articles cherchaient à démontrer la possibilité, pour le droit tunisien, d’évoluer. Les décisions empreintes de conservatisme étaient critiquées, alors que les décisions empreintes de modernisme étaient, au contraire, bien expliquées et mises en valeur. Peut-être que finalement, c’est le rôle essentiel de cette revue. La Revue tunisienne de droit était un encouragement à la jurisprudence pour qu’elle évolue dans le sens d’une modernisation du droit tunisien. Je ne dis pas qu’elle a toujours réussi à le faire, mais je suis sûr qu’elle a influencé, dans beaucoup de branches, l’évolution du droit tunisien.

La Revue tunisienne de droit a-telle accompagné l’évolution institutionnelle plus que la réflexion sur le droit tunisien ?

Les deux sont intimement liées. Il ne peut pas y avoir d’évolution sans réflexion. Le législateur tunisien a pris des options révolutionnaires dans certains secteurs : pensez à la répudiation remplacée par le divorce, ou bien l’abolition de la polygamie. Dans d’autres secteurs, notamment en matière de filiation, il s’est exprimé de façon allusive. Il fallait – c’est le rôle de la doctrine- expliquer, à chaque fois que le législateur s’était exprimé de façon allusive, où il voulait aller et où les tribunaux, en interprétant, pouvaient aller. Mademoiselle De Lagrange, dans un article sur le législateur tunisien et ses interprètes, avait décortiqué les choix législatifs et les avait comparés aux choix jurisprudentiels, pour voir où il y avait presque connivence et où il y avait discordance. Par ailleurs, la réflexion peut devancer l’évolution du droit. Quand on s’adresse au législateur pour lui demander de réformer tel texte, cela signifie qu’on a réfléchi sur la réalité et qu’on trouve qu’elle est perfectible.

La Revue tunisienne de droit a donc joué un rôle d’avant-garde ?

Nombreux sont les articles qui sont des appels au législateur pour qu’il modifie la loi ou pour qu’il l’explicite mieux. Parfois, le commentateur d’une décision trouve que les tribunaux n’interprètent pas de la meilleure façon un texte et appelle le législateur pour qu’il intervienne par une loi qui explicite sa pensée, afin d’éviter les errements constatés. Dans ce cas, on peut dire que la doctrine appelle le législateur à jouer son rôle d’arbitre à l’encontre de la jurisprudence.

Comment diffusiez-vous la revue ?

Elle était vendue en librairie et à la faculté. À la faculté, pour les étudiants et en librairie, pour les autres.

Vous souvenez-vous des tirages ?

Non. Mais je me rappelle de stocks d’invendus très importants.

Le caractère généraliste et universitaire de la Revue tunisienne de droit a-t-il joué un rôle dans diffusion ?

Le caractère généraliste est lié à une question de moyens. La petite Tunisie ne peut pas se permettre de diffuser plusieurs revues juridiques spécialisées. Le caractère universitaire était à la fois le défaut et la qualité de la Revue tunisienne de droit. Celle-ci est, je pense, une revue de haut niveau. C’est donc une revue où le même monde se regarde, où des juristes écrivent pour des juristes, je dirais même des juristes confirmés pour des juristes confirmés. Evidemment, la revue a également toujours été un support fondamental pour la formation des étudiants. Des arrêts y sont commentés tout le long de l’année et chaque année, dans chaque branche du droit, les arrêts sont puisés dans la Revue tunisienne de droit. C’est donc un support du savoir, un support pédagogique. L’idéal serait que la revue soit aussi un moyen de communication entre l’ensemble des théoriciens de la faculté et l’ensemble des praticiens du droit, avocats et magistrats. Je crois qu’à ses débuts, la Revue tunisienne de droit, n’a pas pu jouer ce rôle pleinement. Le palais de justice fonctionnait en arabe, la revue était écrite en français ; le Palais de justice était dirigé par les magistrats tunisiens, la revue éditée par des professeurs français. Ces deux mondes se regardaient, cherchaient parfois à coopérer, mais enfin, ce n’était pas toujours la même façon de penser, ni le même idéal de justice, ni la même conception du droit. L’osmose n’était pas garantie. Avec le temps, je crois que cet obstacle s’atténue. Aujourd’hui, je ne dis pas que cet obstacle a disparu, mais il compte vraiment très peu. Le corps de la magistrature s’est rajeuni et désormais, tous les magistrats des tribunaux de première instance et même la plupart des magistrats des cours d’appel ont été étudiants à la Faculté de droit. Ils se sont familiarisés avec la Revue tunisienne de droit et ont appris leur droit en la lisant. Donc, si la revue n’a pas beaucoup influencé la jurisprudence il y a trente ans, elle est en train de l’influencer, aujourd’hui, au moins au niveau des juges du fond.

Est-ce que les avocats et magistrats achètent la Revue tunisienne de droit ?

Pour les jeunes magistrats, j’en suis à peu près sûr aujourd’hui.

Comment situeriez-vous la Revue tunisienne de droit par rapport à d’autres revues juridiques tunisiennes et notamment par rapport à la revue des magistrats ?

Comme la Revue tunisienne de droit, la revue Al Qada wa al tashri’ [Justice et Législation] joue aussi son rôle de revue juridique, en faisant connaître et en expliquant le droit et la jurisprudence. Cette revue, qui tenait une place importante, a toujours été très proche de la jurisprudence et des vues des tribunaux. Elle était donc plus analytique que critique, alors que la Revue tunisienne de droit était autant critique qu’analytique, voire plus critique qu’analytique. Ce sont deux revues qui se complètent.

La Revue tunisienne de droit est-elle présente à l’étranger, dans les centres de recherche et dans les facultés ?

Quand j’étais rédacteur en chef, on avait un réseau d’échanges considérable, avec des facultés de droit francophones, avec des bibliothèques universitaires. Je ne sais pas comment les choses ont évolué.

La Revue tunisienne de droit a-telle joué un rôle décisif dans la diffusion d’un droit proprement tunisien et d’une pensée juridique tunisienne ?

« Rôle décisif », l’expression est trop forte. Je ne sais pas si le droit tunisien est connu à l’étranger autant qu’il devrait l’être. Je ne le pense pas. Je crois, au contraire, que c’est un droit original qui est assez méconnu, notamment en ce qui concerne le code du statut personnel. Il était connu, en Europe, dans les années 1960 et 1970, peut-être. Mais aujourd’hui il est oublié. Lorsqu’on parle de droit musulman, en France, en Angleterre ou en Amérique, on ne pense pas que ce droit soit capable d’évoluer comme il l’a fait en Tunisie. Actuellement, il y a des efforts à faire pour diffuser la revue et faire connaître le droit tunisien. Elle pourrait être un bon miroir des innovations tunisiennes.

Cette méconnaissance est-elle liée à l’ignorance du droit musulman, ou tient-elle à la faiblesse du droit comparé chez les juristes en général ?

Le droit comparé n’a pas la place qu’il mérite à l’étranger. En Tunisie, nous sommes de bons comparatistes. Un juriste tunisien qui se respecte est un juriste qui possède des éléments de droit français assez importants et de droit du Moyen-Orient non négligeables. Nous sommes un peu spécialistes de droit comparé. Mais, à l’étranger, le droit comparé reste le parent pauvre dans les facultés. C’est dommage.

© leaders.com.tn/article/5391

Pensez-vous que la Revue tunisienne de droit reflète le passage d’un droit colonial à un droit étatique national ?

Il ne faut pas se méprendre. La branche coloniale du droit tunisien a été négligeable. Sous le protectorat, en dehors du droit foncier, les branches du droit qui intéressaient la colonisation n’étaient pas objet de législation. Le droit français était appliqué directement. Ainsi, à l’indépendance, il n’y avait pas de droit commercial tunisien. Les tribunaux français appliquaient le droit commercial français. Il existe cependant quelques exemples. En matière d’assurance, la loi de 1930 – une des lois qu’on dit parfaite – a été reproduite presque textuellement dans le journal officiel tunisien. Mais, pour l’essentiel du droit civil, du droit pénal, le droit tunisien est resté tunisien. Le protectorat n’a pas essayé de le franciser. La preuve en est qu’après le protectorat, le législateur tunisien moderne et indépendant, n’a pas senti le besoin de modifier ces codes. Parmi les codes essentiels, le code des obligations et des contrats, a connu sa première version avant le Protectorat. Il a été correctement élaboré et promulgué au cours des premières années du protectorat et il est resté en vigueur jusqu’à nos jours. N’oubliez pas que le premier code tunisien date de 1864, qu’il a été élaboré dans la foulée de la première Constitution et du Pacte Fondamental. Nous avons donc une tradition juridique. Le colonialisme n’a pas trouvé un non-État. Il a trouvé un État moderne qui s’était déjà constitué et qui fonctionnait, en dépit de ses imperfections. Il s’agissait donc d’une structure étatique, et non d’un pays tribal, comme on le dit parfois.

© youtube.com/watch?v=0Jx57G…

Comment situez-vous la Revue tunisienne de droit dans la naissance de l’Université tunisienne et dans l’enseignement du droit au sein de l’Université tunisienne ?

Le droit, si on le réduit à des textes de loi et à des arrêts de jurisprudence, est un droit sec, un droit incohérent ou incompréhensible. Il faut décortiquer les textes, les rapprocher des arrêts pour bien étudier le va-et-vient entre la théorie et la pratique. Et je crois que c’est l’oeuvre de la Revue tunisienne de droit. La Revue tunisienne de droit expose et explique le droit tunisien tel qu’il est conçu et tel qu’il est pratiqué.

Quelle est la part des articles de réflexion sur la vie politique ?

réflexion sur la vie politique ? Il y en a très peu. Au début, la revue se voulait scientifique, c’est-à-dire aussi loin que possible de la politique. Quelques articles de réflexion politique se sont glissés par-ci par-là. Mais cela n’a jamais été une préoccupation réelle de la revue.

Comment percevez-vous la revue en tant que lecteur ?

La Revue tunisienne de droit d’aujourd’hui, comparée à ce qu’elle était à la fin du Protectorat et au début de l’indépendance, est à l’image de la Tunisie des années 1990. D’abord sur le plan quantitatif. La différence saute aux yeux entre les premiers numéros qui étaient plutôt maigres et les livraisons des dernières années qui sont parfois un peu trop volumineuses. Quant à l’aspect qualitatif, je ne dirais pas que la qualité des articles est meilleure. Ce serait à la fois manquer de respect aux grands maîtres qui étaient les fondateurs de la revue et être injuste à leur égard. Je dirais plutôt que les premiers chercheurs qui y ont publié leurs travaux, ont placé la barre assez haut. Les chercheurs d’aujourd’hui sont des continuateurs fidèles qui, dans l’ensemble, maintiennent le même niveau, même si leurs articles sont probablement plus engagés et plus variés. Il est normal qu’ils soient plus engagés, car les juristes tunisiens parlant du droit tunisien et surtout du droit musulman observent moins de réserve. Ils sont aussi plus variés car rares sont les disciplines juridiques qui ne sont pas abordées. On peut dire que le lecteur assidu, pourvu qu’il ait la patience de la lire en entier, est assuré d’avoir une vue globale de l’ensemble du droit tunisien dans pratiquement toutes ses branches, et une connaissance des différents courants qui traversent la doctrine et la jurisprudence tunisiennes dans toute leur diversité.

Tunis, 1995

Entretien avec Elise Helin et Kmar Bendana

Pour citer ce billet : Elise Helin et Kmar Bendana, «La recherche juridique en Tunisie à travers la Revue tunisienne de droit. Questions à Mohamed Charfi», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2336.

 

 

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’internationalisation des institutions d’enseignement supérieur francophones

Le Groupe des responsables des relations internationales des institutions francophones d’enseignement supérieur (GRRIF) s’est réuni en février pour son quatrième séminaire tenu pour la première fois dans un pays du Sud. L’Université de la Manouba a accueilli les représentants des différents partenaires à la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités les 11 et 12 février 2019.

La rencontre se veut innovante et participative dans son approche. Le GRIFF envisage chaque séminaire annuel comme un moment de partage des bonnes pratiques et une opportunité de développer et de renforcer le réseau des professionnels de la coopération internationale. Le Groupe se présente comme un espace de dialogue et de réflexion sur les possibilités et les enjeux de l’internationalisation des institutions francophones dans un espace mondialisé et principalement anglophone. L’internationalisation est aujourd’hui essentielle pour le développement des établissements même si les stratégies divergent en moyens, capacités et autonomie.

Se poser la question de l’internationalisation francophone, c’est avant tout définir les contours de ce qu’est l’internationalisation. En cherchant à la définir et à la mettre en perspective dans une articulation Nord-Sud, en cherchant non pas un éclairage du Nord vers le Sud mais en mettant à jour les relations des Nords avec les Suds et des Suds avec les Nords, ce quatrième séminaire interroge à travers ses ateliers et ses membres les moyens, les perspectives et les changements possibles.

Dans une première demi-journée consacrée à la Tunisie, les intervenants ont souligné les spécificités de la Tunisie et sa place dans les Suds, mais aussi de ses expériences dans les Nords.

© ares-ac.be/fr

Un système tunisien d’enseignement supérieur paradoxal

Pour présenter les différents aspects du système d’enseignement supérieur tunisien, Samir Marzouki, de l’Université de la Manouba, s’est attardé sur quatre points essentiels. En premier lieu, l’histoire et l’ancrage de la francophonie en Tunisie, apparue avec la colonisation et choisie comme langue de scolarisation lors de l’indépendance. Le français est perçu comme une langue d’interna-tionalisation et de progrès. Les élites tunisiennes sont reconnues pour l’excellence de leur formationlinguistique, qui est aujourd’hui trilingue. Néanmoins, il ne s’agit pas de l’ensemble de la population. En cela, le système tunisien est très inégal, élitiste et paradoxal au vu du faible nombre d’heures consacré à l’enseignement du français, voire en français, dès l’école primaire et à la maîtrise du français par la masse scolaire.

En second point, il explique que le système d’enseignement supérieur tunisien ressemble au système français, et les exemples ne manquent pas : Ecole normale supérieure (ENS), agrégation, système LMD (Licence, Master, Doctorat) ; ce qui facilite la coopération entre les deux systèmes. Le troisième point souligne la grande féminisation de l’enseignement supérieur tunisien. Grâce à un ensemble de réformes bourguibiennes, qui perdure encore aujourd’hui, les chiffres montrent que les meilleurs élèves en Lettres ou au baccalauréat sont des étudiantes et des bachelières.

Enfin, le quatrième point soulève la principale difficulté à laquelle ce système est confronté : l’insertion des diplômés sur le marché du travail et la fuite des cerveaux. La situation économique de la Tunisie explique une partie du phénomène mais pas entièrement. Il semble y avoir des lacunes évidentes telles que le manque de maîtrise du français, une formation générale déficiente et un manque d’adaptabilité des nouvelles générations.

Une recherche tunisienne sous la tutelle de l’Etat

Samia Charfi Kaddour a présenté en deuxième session le système de recherche tunisien, entièrement sous l’égide du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. La Tunisie choisit de mettre l’accent de sa politique publique sur l’attraction d’étudiants étrangers (seulement 7000 en 2017) et sur les liens entre la recherche fondamentale et les entreprises.

La recherche tunisienne, c’est 38 écoles doctorales réparties sur 13 établissements d’enseignement supérieur et 13 000 doctorants pour 1500 thèses soutenues. Samia Kaddour explique ce décalage par l’octroi automatique d’une bourse de 250 dinars par mois pour tout doctorant. Beaucoup de thèses ne parviennent pas à soutenance et un projet de réforme pour pallier à ce problème est en cours d’élaboration. Elle insiste également sur le problème du chômage des diplômés en expliquant que les orientations de la politique publique du ministère consistent, entre autres, à mettre en place des partenariats docteurs/ entreprises via des stages qui permettraient, à terme, des embauches.

La valorisation de la recherche a un budget global de 6 millions de dinars tunisiens par an. Avec un faible capital humain et un bilan mitigé des publications tunisiennes1, la priorité est bien l’utilisation de la recherche et la diffusion du savoir. Dans ses objectifs de relations internationales, le ministère entend valoriser son partenariat avec l’Union européenne. De fait, la Tunisie est le premier et seul pays tiers à avoir, à ce jour, intégré le programme de financement Horizon 2020, basé sur les piliers de l’excellence scientifique, de l’innovation industrielle et des défis sociétaux.

© University of Manouba UMA.

Des témoignages précieux

La session « Regards croisés » a  permis de mettre en lumière les expériences de l’internationalisation par le biais de différents points de vue : doctorante, chercheure et personnel administratif. Au regard de ces témoignages, il est important de souligner la complexité et la lourdeur administrative, du côté tunisien (certaines lois tunisiennes sont extrêmement contraignantes) comme du côté des pays du Nord, en particulier de la France (obtention de visa, changement de statut, accords de co-tutelle, etc.). On relève également le regret d’une chercheure concernant les livrables et les exigences de rendre des comptes puisque cela se fait au détriment de la qualité de la recherche.

L’internationalisation est une expérience valorisante et importante pour l’ensemble des intervenants permettant d’amener une plus-value qualitative à leur travail et une reconnaissance qui serait parfois difficile sans ce processus. Le mécanisme se fait souvent grâce aux connaissances, au relationnel et la francophonie devient alors le principal opérateur de la coopération. Les lourdes contraintes administratives, le manque d’homogénéisation des accords bilatéraux, les problèmes des frais d’inscription qui se compliquent d’année en année, ne découragent pourtant pas la volonté des tunisiens pour l’internationalisation. Cela est perçu comme une grande chance et un droit important qui reste à développer en pratique, au niveau des mécanismes, pour les Suds comme pour les Nords.

La recherche et la francophonie à l’ère numérique

La question du numérique et de l’ouverture au monde virtuel a été également abordée sous plusieurs angles. Du point de vue de la gouvernance universitaire d’une part, avec la prise de conscience de la nécessité d’un renforcement des capacités, pour les Suds comme pour les Nords, dans ces domaines. Devant la multiplication des universités virtuelles, des MOOC (Massive Open Online Courses), des formations à distance, il est évident qu’émergent de nouveaux modèles économiques et d’autres modèles de gouvernance. Les opportunités de partenariats qui apparaissent ont pour objectif de faire du numérique un véritable levier au service de la gouvernance universitaire. Les réseaux de la francophonie travaillent activement sur ces questions, à l’image des appels à candidatures pour le développement des MOOC, des études sur les formations à distance ou les colloques sur la gouvernance universitaire à l’ère du numérique.

L’ère du numérique implique, d’autre part, de nouvelles pratiques
pour la recherche. Les services  numériques comme les revues en ligne, les visioconférences, les blogs de recherche, permettent une plus grande accessibilité depuis « chez soi » à un grand nombre de ressources comme ils procurent une certaine marge de manoeuvre en termes de mobilités et de moyens pour la recherche. L’accent est mis sur la visibilité de la recherche et donc sa valorisation, notamment dans l’espace francophone international.

Les partenariats, ou réseaux, sont aujourd’hui un facteur essentiel de l’internationalisation de l’enseignement supérieur et de la recherche. Ils permettent la diffusion des savoirs, les mobilités mais aussi une grande valorisation de la recherche par le biais notamment de la co-édition. Les membres du réseau de la francophonie sont des partenaires naturels, selon les témoignages tunisiens. La co-édition est aujourd’hui un élément essentiel pour la survie de l’édition scientifique, fragilisée par l’ère numérique – les avantages de l’internationalisation étant aussi ses inconvénients – et les partenaires francophones pour les publications en français sont essentiels, notamment pour la Tunisie.

Conclusion

Vivre l’internationalisation aujourd’hui n’est plus uniquement une expérience personnelle, d’étudiant ou de chercheur, mais un projet collectif des sphères de gouvernance aux sphères de recherche. Les stratégies sont vécues différemment mais il semble qu’une volonté par une avancée collective s’exprime. Les Nords et les Suds vivent les questions d’autonomie et de mobilité avec des difficultés différentes, mais des objectifs similaires. En intégrant les programmes européens comme Eramus + ou Horizon 2020, la Tunisie cherche à accroître son attractivité, ses collaborations et à attirer les étudiants étrangers dans ses établissements. Les obstacles administratifs existent de part et d’autre au niveau des pays et des bureaucraties, indépendamment des établissements eux-mêmes. Le travail actuel se porte sur les stratégies de partenariats et les nouveaux leviers de gouvernance comme les outils numériques, la coédition ou les laboratoires transdisciplinaires et transnationaux.

Manon Rousselle

1. L’indexation des publications tunisiennes n’est pas faite dans les revues en langue arabe, ce qui constitue une grande lacune du système d’évaluation.

Sources
https://www.ares-ac.be/fr/actualites/512-l-internationalisation-des-institutions-d-enseignement-superieu r-francophones-en-debat-a-tunis

https://www.auf.org/maghreb/nouvelles/ appels-a-candidatures/colloquegouver nance-universitaire-a-lerenumerique/

Pour citer ce billet : Manon Rousselle, «L’internationalisation des institutions d’enseignement supérieur francophones», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2310.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Femmes et démocratie syndicale en Tunisie : « une mobilisation pour l’égalité

Mon projet de recherche porte sur les mobilisations de femmes pour l’accès aux responsabilités syndicales au sein de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT). Suite à la Révolution de janvier 2011, les femmes de divers partis politiques se mobilisent pour leurs droits ; dans un contexte de profond renouvellement des élites politiques, elles obtiennent le vote d’une loi sur la parité en politique considérée comme très progressiste pour le Maghreb (Kréfa, 2016 ; Gobe, 2016). L’obligation de parité en politique pousse ensuite les partis à solliciter des candidatures féminines pour constituer des listes valides et des coalitions, même si elles sont moins élues (Mahfoudh, 2012). Le renouvellement des élites tunisiennes, de la gouvernance des grandes entreprises et des banques publiques, ouvre aussi la voie à quelques femmes cadres très diplômées et expérimentées (Ben Rhouma, Kchouk, 2019). Même le patronat tunisien (UTICA) fait sa mue en portant à sa tête une femme d’affaires réformatrice, Wided Bouchamaoui, qui le dirige jusqu’en 2018. Dans ce même contexte postrévolutionnaire, le syndicat majoritaire et l’un des piliers de la transition démocratique, l’UGTT, considéré comme un « refuge » par tous les opposants politiques pendant la dictature, résiste à cet élan d’ouverture aux femmes (Yousfi, 2014). Aucune femme n’est élue dans son instance de direction, le Bureau exécutif, lors du 22ème congrès à Tabarka en décembre 2011. (Illustration n° 1)

Illustration n° 1 : 22ème congrès de l’UGTT à Tabarka en décembre 2011

© tuniscope.com

Dans ma recherche doctorale, j’analyse les mobilisations des femmes tunisiennes pour davantage d’égalité au sein de l’UGTT, après la Révolution. Si l’UGTT porte un discours égalitariste depuis sa création en 1946 et s’est dotée dans les années 1980 d’un « Comité des femmes travailleuses », aucun dispositif concret n’a depuis été mis en place pour favoriser la mixité des structures syndicales. Les hommes syndicalistes tunisiens, même des partis de gauche et d’extrême-gauche, ont des pratiques et des comportements qui contribuent à  inférioriser et écarter leurs camarades de lutte (minoration de leurs intérêts spécifiques, réunions le soir dans les cafés, cooptation sur la base des courants politiques et des régions…). Malgré les demandes répétées des femmes syndicalistes pour davantage de considération, la direction de l’UGTT reste aux mains des hommes. Pourtant, les femmes représentent 48 % des 700 000 adhérents déclarés en 2016, la majorité travaillant dans le secteur public. Elles constituent 20 % des responsables locaux, en majorité des syndicats départementaux et des syndicats de base (Mahfoudh, 2012). Ces militantes ont été très investies dans le soutien aux protestations et aux grèves qui ont essaimé dans toutes les régions et tous les secteurs d’activité suite à la Révolution. À partir de 2011, des militantes syndicalistes  s’organisent alors pour réclamer l’accès des femmes aux instances nationales de l’UGTT, sans le soutien des factions politiques internes, et soutiennent leurs candidates.

Mon analyse se concentre sur une séquence historique courte, entre le premier congrès post-révolution en 2011 et le dernier congrès de l’UGTT de janvier 2017, période pendant laquelle un répertoire varié de luttes collectives et individuelles pour l’égalité entre les femmes et les hommes a pu être observé. Cette intense mobilisation a impliqué des centaines de femmes qui se sont engagées au nom de leurs droits à être représentées. Deux campagnes ont ainsi été initiées par le groupe Dynamique Femmes, en partenariat avec des associations féministes tunisiennes (AFTURD, ATFD), dont la campagne « femme syndicaliste compétente en prise de décision », lancée le 13 août 2016 lors de la journée de la femme et de la famille pour soutenir l’instauration d’un projet de quota (Illustration n° 2). Le comité des femmes travailleuses de l’UGTT a également organisé, en novembre 2016, une campagne officielle nommée « Partenaires dans la lutte, partenaires dans la décision ».

Illustration n° 2 : Campagne « femme syndicaliste compétente en prise de décision », lancée le 13 Août 2016, faisant référence à Cherifa Maessadi, seule femme jamais élue au Bureau Exécutif en 1952

© facebook.com/campagnefemmesugtt/

Cette lutte portée par des femmes, organisées entre femmes, ayant obtenu le soutien d’organisations internationales, a permis l’élection historique de la première femme au Bureau exécutif de l’UGTT lors du congrès de 2017, Naima Hammami (illustration n° 3). A également été adopté une modification du règlement intérieur instaurant un quota de 20 % des femmes à appliquer dans toutes les structures syndicales.

Illustration n° 3 : Campagne organisée en novembre 2016 par le département femmes et jeunes travailleur.e.s à l’UGTT, «partenaire dans la lutte, partenaire dans la décision »

© facebook.com/pg/ugtt.page.officielle

Ma thèse vise à étudier cette « petite victoire » au regard à la fois de la « culture masculine » de l’organisation syndicale, qui participe à fabriquer des inégalités sexuées dans les carrières syndicales (Pochic, Guillaume, 2013) et de la politisation de femmes convaincues progressivement par l’utilité d’un quota pour favoriser la « démocratie de genre » au sein de leur syndicat (Kirton, Healy, 2013 ; Selmi, 2019). Cette enquête s’appuie sur des entretiens menés avec des syndicalistes (femmes et hommes, aux profils variés en termes de professions, de mandats, de générations et de rapport au féminisme) et l’observation des deux congrès de l’UGTT, ainsi que de différents rassemblements et formations syndicales depuis 2012. Ces observations et ces entretiens ont été réalisés majoritairement en arabe.

Illustration n° 4 : Les membres du bureau exécutif élus lors du congrès national de l’UGTT (janvier 2017), avec au centre Naima Hammami

© facebook.com/pg/ugtt.page.officielle

Bibliographie

Ben Rhouma Amel, Kchouk Bilel, 2019, « L’accès des femmes aux postes de gouvernance dans un contexte de transition démocratique », Travail, genre et sociétés, n° 41 (à paraître).

Gobe Éric, 2016, « Système électoral et révolution : la voie tunisienne », Pouvoirs, n° 156, 71-82.

Guillaume Cécile, Pochic Sophie, 2013, « Syndicalisme et représentation des femmes au travail », in M. Maruani (dir.), Travail et genre dans le monde. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, 379-387.

Kirton Gill, Healy Geraldine, 2013, « Stratégies en faveur de la démocratie de genre dans les syndicats », Travail, genre et sociétés, n° 2, 73-92.

Kréfa Abir, 2016, « Les rapports de genre au coeur de la révolution », Pouvoirs, n° 156, 119-136.

Mahfoudh Dorrah, 2012, « Une analyse genrée de la situation en Tunisie : Avant et après le 14 janvier 2011 », Rapport pour la GIZ – Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit.

Selmi Arbia, 2019, « Les syndicalistes femmes contre le plafond de verre dans la Tunisie (post) révolutionnaire », Ethnologie Française, n° 2 (à paraître).

Yousfi Hèla, 2014, L‘UGTT, une passion tunisienne : enquête sur les syndicalistes en révolution, 2011- 2014, Paris, Karthala.

Arbia Selmi

Doctorante EHESS sous la direction de Sophie Pochic, Directrice de recherche (CNRS, Centre Maurice Halbwachs – ENS et EHESS) et boursière d’aide à la mobilité internationale de l’IRMC 2018-2019. Contact : arbiaselmi@gmail.com

Pour citer ce billet : Arbia Selmi, «Femmes et démocratie syndicale en Tunisie : « une mobilisation pour l’égalité »», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2270.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Composer avec le champ politique post-révolutionnaire en Libye : les réseaux kadhafistes et leur restructuration

La présente recherche a pour objet d’explorer les ruptures et les continuités du Kadhafisme dans La Libye post-révolutionnaire. Plus particulièrement, c’est sur la restructuration de l’ancien régime et de ses réseaux dans un nouvel espace politique qu’elle se focalisera. Il s’agira dans un premier temps de revenir sur le régime politique de la Jamahiriya afin d’en dégager certaines pratiques politiques et dynamiques sociales, certains acteurs ainsi que différents cadres de perception qui se sont imposés sous le règne du Guide libyen et qui perdurent encore. Dans un deuxième temps, par-delà les pratiques et autres héritages institutionnels et symboliques en legs, ce sont les acteurs de l’ancien régime, leur insertion (réinsertion) dans le champ politique actuel qui retiendront notre attention.

La perte du monopole de la violence légitime par les anciennes élites au pouvoir a conduit la Libye à un état de crise extrême. L’ancienne Jamahiriya est en proie à un processus de décivilisation ; l’abaissement des seuils de sécurité individuelle et collective ainsi que la probabilité d’une exposition à des situations de violence contribue à une réactivation des dispositions agressives et engendre ainsi une spirale de violence dans les rapports sociaux. La milicisation de la société libyenne en est le marqueur le plus significatif depuis la révolution du 17 février 2011 qui mît un terme au règne de Mouammar Kadhafi. Le champ politique libyen se caractérise par d’incessantes luttes internes pour le contrôle des ressources et de l’accès au pouvoir ainsi que par une fragmentation du territoire autour de quelques acteurs qui cristallisent la scène politique (et médiatique) par leur rivalité. De nombreux facteurs concourent à favoriser cet état de crise, pour n’en citer que quelques-uns : la question de la redistribution des ressources, de la rente pétrolière, du nombre d’armes (ALPC) et des milices en circulation, des dynamiques socio-économiques, de la crise économique, des flux migratoires, des interférences étrangères (EAU, Égypte, Turquie…) du manque de légitimité des représentants ou encore du terrorisme. La Jamahiriya et toute la violence symbolique qui la compose n’a jamais tout à fait disparu après la révolution. Au contraire, la Libye actuelle, avec ses protagonistes, semble caricaturer à l’extrême certaines pratiques de l’ancien régime. Ni le clientélisme, ni la corruption n’ont disparu, pas plus que les pratiques criminelles (exécution extra judiciaire, disparitions…), les alliances de circonstances ou les profondes inégalités entre communautés. Les efforts déployés par la mission des Nations Unis pour la Libye (UNSMIL) ne semblent pas parvenir à instaurer une paix durable et à mettre en oeuvre une véritable transition. La temporalité joue ici un rôle aggravant. Après 7 ans de crise, certains Libyens en viennent à regretter la mort du Guide face au vide politique et à l’insécurité. Le temps conjugué aux divisions agit ici comme une structure d’opportunité qui conduit à conférer aux anciens kadhafistes une nouvelle légitimité. C’est cette piste que nous suivrons pour parvenir à identifier les acteurs et les partisans de cet effort de relégitimation et de restructuration des réseaux kadhafistes dans un nouvel espace politique. Mouammar Kadhafi est certes mort mais le régime n’a peut-être pas dit son dernier mot.

© caminteresse.fr/economie-societe

Recomposition de l’espace politique et dynamique sociale

Les travaux d’Arthur Quesnay montrent comment l’espace politique libyen subit une profonde recomposition pendant et après le moment révolutionnaire. Les dynamiques ayant conduit à la chute du dictateur furent d’abord le produit de mobilisations localement situées. Les réseaux sociaux qui se constituèrent dans la reconquête des bastions du pouvoir s’appuyaient plus sur des liens sociaux professionnels et le partage des compétences propres à chaque individu que sur quelques identités primordiales notamment liées au tribalisme. L’insistance du tribalisme comme déterminisme social et élément structurant du champ politique libyen traduit en réalité une lecture biaisée des configurations sociales révolutionnaires et post révolutionnaires, si l’on s’en réfère aux enquêtes de terrain menées par Arthur Quesnay entre 2011 et 2013. Cette nouvelle configuration obéit à une logique qui donne la primauté du local sur le national. Avec la chute du gouvernement central et l’arrivée au pouvoir du CNT (conseil national de transition), cette configuration persiste et s’ancre durablement dans  l’espace politique. Cette dichotomie du local et du national a été rendue possible du fait de l’existence de deux références politiques issues de l’ère Kadhafi : les réseaux de solidarités informels et les canaux officiels de l’État. Face au vide politique et à l’absence de coordination nationale et de consensus sur l’avenir du pays, un processus d’autonomisation des entités locales et des individus s’est imposé. Cette autonomisation des entités locales comme substitut à un organe central fragilise la construction d’un réel consensus politique sur l’avenir de la Libye. Structurellement, elle exacerbe les tensions communautaires en entraînant une politique économique de prédation avec pour unique objectif d’assurer la survie du groupe. Le vide laissé entre l’espace national et les entités locales est ainsi l’enjeu d’une lutte intense pour l’accès au pouvoir et aux ressources. Cette configuration bénéficie aux acteurs disposant du meilleur capital social et économique qui exploitent ce désordre à leur propre fin. La captation brutale des ressources par ces « nouveaux seigneurs » alimente invariablement les inégalités et les tensions communautaires. En outre, ces nouvelles élites tendent à mobiliser le référentiel politique de façon à légitimer leur activité économique ou  pour simplement profiter de fonds étrangers. Ainsi, leur rôle politique sert parfois uniquement de façade pour couvrir d’autres activités économiques légales ou illégales (trafic d’armes, commerces transfrontalier, investissement à l’étranger dans l’immobilier, esclavagisme…). À cet égard, le parcours d’Abdel Hakim Belhaj semble particulièrement représentatif de cette caste des « nouveaux seigneurs » qui s’appuient sur leur capital révolutionnaire et cette nouvelle configuration politique pour s’enrichir personnellement.

© letemps.ch

Pour résumer, le champ politique libyen actuel s’articule donc autour d’entités locales en concurrence économique et politique sur fond de tensions communautaires. Deux centres de pouvoir majeurs coexistent actuellement en Libye ; Est (autour du Maréchal Haftar – LNA) et Ouest (incarné par Fayez Sarraj – GNA). Néanmoins, la fluidité des alliances et la fragilité des loyautés ne leur confèrent qu’une influence limitée même dans leur sphère de pouvoir respective. Les dynamiques socioéconomiques de cet espace ne semblent pas avoir significativement évoluées depuis les Accords de Skhirat (Maroc, 2015). La seule évolution notable ne se situant que dans la polarisation du débat Ouest/Est qui découle de ces accords. Face à cette nouvelle configuration de l’espace politique, comment les réseaux kadhafistes parviennent-ils à se restructurer dans le champ politique, et avec quelle force ? Quels soutiens ? Que peut-on attendre d’un éventuel retour de Saif al-Islam (fils de M. Kadhafi) sur le devant de la scène politique ?

Florian Lavaissière
Étudiant à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence en Master 2 Expertise politique comparée (monde arabe et Amérique latine).

Pour citer ce billet : Florian Lavaissière, «Composer avec le champ politique post-révolutionnaire en Libye : les réseaux kadhafistes et leur restructuration», Le Carnet de l’IRMC, N° 22, avril-octobre 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2261.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Dynamiques et enjeux régionaux du conflit libyen depuis 2014

Dans le cadre de la rédaction d’un mémoire de recherche à l’Institut français de Géopolitique, nous avons travaillé depuis septembre 2017 sur les dynamiques et les enjeux régionaux du conflit libyen. Il est question d’analyser les causes socio-politiques et économiques de la deuxième guerre civile libyenne et de déterminer dans quelles mesures ce conflit, initialement intra-étatique, est à appréhender selon un ensemble régional plus large. L’intérêt de ce sujet est également de voir comment cette conjoncture a mené les pays régionaux à se greffer à la guerre civile libyenne, tentant alors d’imposer des stratégies sécuritaires, de pouvoir et d’influence aux acteurs libyens.

Afin de comprendre ces processus transnationaux, il s’agit de s’intéresser au rôle des pays ayant une frontière commune avec la Libye : l’Algérie, la Tunisie, le Niger, le Tchad, le Soudan et l’Égypte. L’extension de la dimension régionale à certains pays du Golfe comme le Qatar, les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et la Turquie nous permet d’une part de comprendre l’intérêt et l’enjeu que représente la Libye pour des pays plus éloignés et d’autre part d’étudier la construction de stratégies à différents ordres de grandeur.

Outre les lectures effectuées pour mener à bien ce mémoire, deux enquêtes de terrains ont nourri notre étude : l’une en Égypte (deux semaines), l’autre en Tunisie (deux semaines) où nous avons été reçue en accueil scientifique à l’IRMC. Ces voyages ont permis de mener des entretiens avec des citoyens libyens, chercheurs, militaires, diplomates et journalistes. Ce choix a représenté une solution au fait qu’il n’ait pas été possible de se rendre en Libye dû à la situation sécuritaire actuelle.

Notre objet de recherche est fondé sur l’hypothèse que, les dynamiques du conflit libyen, initialement intraétatiques, dépendent désormais des enjeux des acteurs régionaux. Lesquels enjeux sont eux-mêmes générés par les manières de voir, les manières de penser ainsi que les intérêts stratégiques des différents acteurs.

Dans le cadre de cette étude sur les représentations et les enjeux régionaux du conflit libyen, un raisonnement géographique établi selon différents niveaux d’analyses est nécessaire : l’analyse diatopique nous a permis de construire une réflexion selon différents ensembles géographiques de différents ordres de grandeurs afin de mettre en valeur l’intensité de l’interdépendance sécuritaire de pays appartenant à une même région. Par ailleurs, une observation diachronique est primordiale pour comprendre les points de vue de chaque protagoniste et pour déceler les enjeux liés à ce conflit : cette étude, se fonde sur un raisonnement historique afin de saisir les aspects contemporains et de déterminer les rivalités de pouvoirs en présence.

À partir de 2014, le conflit se transforme de plus en plus en apparence comme une ou des guerres par procuration. Cette thématique, nous a amené à aborder les aspects historiques, socio-culturels, anthropologiques et géographiques afin d’éclaircir les données géopolitiques du conflit actuel. Bien que le conflit libyen puisse être envisagé à travers le prisme d’une « guerre par procuration », cette considération ne permet pas de mettre en évidence toute la complexité de la situation. D’une part, la multitude des acteurs – tant à l’échelle régionale que locale – , les stratégies et les objectifs que les uns et les autres tentent de poursuivre, l’absence d’institutions, le vide idéologique qui a succédé à la guerre froide – à l’exception peut-être des islamistes – empêchent d’avoir une vision claire des antagonismes. On a plutôt l’impression d’un jeu permanent d’alliances et de contres alliances, de tactiques évoluant en fonction des intérêts du moment, que de stratégies ou d’antagonismes idéologiques clairement définis. Ce pragmatisme conjoncturel, la difficulté des acteurs extérieurs à établir des alliances stables, à l’échelon local, tout cela, donne l’impression d’un retour aux seigneurs de guerre. Tout en maintenant notre intérêt pour la notion de guerre par procuration, nous nous sommes intéressés à la manière dont les acteurs eux-mêmes envisagent le conflit, à la notion de menace, ainsi qu’aux pratiques relevant tout de même de l’ingérence ou de la guerre indirecte.

On assiste, durant la période postprintemps arabe, à une polarisation des rivalités politiques et sociales intralibyennes. Aussi, analyser le déroulement des bouleversements de la sphère politique permet de dépeindre le tableau d’une société libyenne fragmentée : l’année 2014 qui devait annoncer pour le pays la fin d’une période transitoire prolonge finalement et intensifie le processus de rupture (présence de deux gouvernements) engagé à la suite des évènements de 2011. Les antagonismes issus du printemps arabe libyen semblent toujours structurer les dynamiques politiques et les animosités au sein du corps social. Certes, les configurations et les mécanismes ont évolué, cependant, les divergences des représentations et des intérêts participent à polariser les rivalités au sein du territoire libyen. Les dynamiques relatives à la sphère politique de 2014 à 2018 ne nous permettent de saisir que partiellement la complexité de la fragmentation des représentations et des intérêts du champ social qui semble profondément marqué par un retour aux identités primaires et à une forte « milicisation ». En effet, le territoire incarne un enjeu primordial et génère de multiples conflits au sein de la guerre civile : l’effondrement de l’économie en Libye participe à consolider une économie parallèle à travers l’emploi des routes ancestrales du commerce caravanier qui traversaient le Nord de l’Afrique. Aussi, les rivalités de pouvoir sont exacerbées par la volonté de certains groupes de dominer les aires stratégiques du commerce de produits de contrebande dans le pays et aux frontières.

Notre étude s’intéresse, dans un second temps, à l’intensité de l’interdépendance sécuritaire entre les différents acteurs de la région. Il s’agit de démontrer qu’un conflit intraétatique, celui de la Libye, engendre nécessairement un ensemble de conséquences transfrontalières, il s’agit donc d’étudier un conflit intraétatique dans sa dimension régionale. Quels sont les enjeux sécuritaires générés par le conflit libyen pour les pays frontaliers et comment ces derniers réagissent-ils face à la menace ?

Il est question d’entrevoir les corrélations existantes entre la présence de mouvements jihadistes, notamment l’Organisation de l’État islamique en Libye et les problématiques sécuritaires que cela peut engendrer pour les pays frontaliers. De plus, la faiblesse du gouvernement libyen face au poids des milices, les inimitiés tribales relatives au contrôle du territoire et la situation économique en Libye sont des éléments ayant, d’une part, favorisé la dispersion en grande quantité d’armes de petit calibre et d’artillerie lourde sur le territoire et, d’autre part, encouragé la déstabilisation de la région. Nous nous intéressons dès lors à montrer comment l’ensemble régional interagit, participe et s’enchevêtre dans les dynamiques sécuritaires libyennes. Les différentes réactions des pays voisins face à la menace libyenne sont finalement à appréhender à travers l’analyse des ressorts socio-politiques et économiques internes propres à chacun, bien que les positions de chaque pays voisin soient biaisées par l’existence d’une frontière commune avec la Libye. Ces multiples représentations mènent de facto la plupart des gouvernements étrangers à se positionner en faveur de quelques groupes libyens créant ainsi des alliances de convenances animées par des stratégies communes mais des intérêts divergents.

© kapitalis.com/tunisie/2016

Nous nous sommes finalement intéressée aux enjeux menant certains pays plus éloignés géographiquement, à s’investir dans le conflit libyen : l’implication de quelques pays du Golfe (Émirats arabes unis, Qatar) ainsi que de la Turquie dans le tumulte libyen révèle l’importance du domaine idéologico-religieux. L’implication, directe ou indirecte, de ces acteurs dans le conflit est animée par une divergence des représentations quant à la perception de la menace : l’Islam politique est un élément qui, depuis les printemps arabes, incarne un facteur d’instabilité pour certains gouvernements ou apparaît comme un modèle pour d’autres et mène de facto les États de la région à se positionner et à nouer des alliances.

Notre analyse tend tout de même à relativiser l’enjeu que représente ce champ idéologico-religieux : l’implication de ces puissances étatiques en Libye relève finalement plus d’un jeu de puissance à travers la recherche du meilleur positionnement stratégique (obtenir les marchés de reconstruction et des positionnements militaires pour un accès aux mers). Le conflit libyen apparaît être un terrain d’affrontement pour ces pays qui cherchent à s’imposer et à étendre leur influence à travers le soutien de certains acteurs libyens. Il s’agit d’étudier les nouvelles dynamiques qui relèvent d’un jeu d’affrontements idéologiques et stratégiques et procèdent à un bouleversement des alliances au Proche et au Moyen- Orient. Par ailleurs, il est question de comprendre que la Libye n’est qu’un terrain de plus permettant aux puissances régionales de s’affronter indirectement et de créer un environnement qui leur est favorable donnant ainsi lieu à des ingérences.

© atoo.ci/2017

Soraya Rahem
Étudiante en Master à l’institut français de géopolitique

Pour citer ce billet : Soraya Rahem, «Dynamiques et enjeux régionaux du conflit libyen depuis 2014», Le Carnet de l’IRMC, N° 22, avril-octobre 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2254.

 

 

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les Entreprises tunisiennes en Libye dans un contexte de crise : une nécessaire et difficile adaptation

Avant l’épisode du Printemps arabe qui provoqua la chute des dictateurs Ben Ali et Kadhafi en 2011, les échanges économiques entre la Tunisie et la Libye étaient croissants, au point que la Libye était le principal partenaire commercial africain de la république tunisienne.

La Libye constituait en effet un débouché de choix pour les entreprises tunisiennes trouvant le marché national trop exiguë : la proximité géographique permettait la rapidité ainsi que la fluidité des échanges, le pays était dépendant de ses importations au niveau agricole et industriel (l’économie libyenne étant complètement dépendante de l’exportation d’hydrocarbures) et le pouvoir d’achat des Libyens était relativement important.

La Tunisie exportait chez son voisin principalement des produits alimentaires, des biens de consommation ainsi que des matériaux de construction et importait du pétrole à tarif préférentiel. Près de 200 000 Tunisiens travaillaient en outre en Libye avant la révolution. La forte demande en main d’oeuvre et le faible coût de la vie rendaient le pays attractif pour les ouvriers et techniciens tunisiens.

Les entreprises tunisiennes que nous avons pu rencontrer pendant notre terrain à Tunis considèrent unanimement qu’il était très simple de commercer avec la Libye : les démarches administratives étaient peu nombreuses, les Libyens payaient comptant et acheminaient leurs marchandises parfois eux-mêmes. L’essence était en effet quasi-gratuite sous Kadhafi, ce qui permettait aux transporteurs libyens de faire l’aller-retour entre la Tunisie et la Libye à moindre frais. La route reliant les deux pays était, avant le printemps arabe, souvent encombrée de camions libyens venant chercher leurs marchandises.

Il était en revanche primordial de trouver un partenaire ou un agent de  liaison libyen pour s’implanter sur le marché. L’aval de ces derniers restait nécessaire pour distribuer la marchandise légalement. La Libye était et demeure en effet un pays qui fonctionne bien plus par le réseautage et les connaissances que par les institutions, et pénétrer le pays sans un agent libyen s’avère impossible.

Il est important de rappeler qu’il existe en parallèle de ces échanges officiels un commerce informel intense entre les deux pays, dont la « capitale » est Ben Gardane. Ce trafic, s’insérant dans un système d’échange mondialisé, fait vivre les populations des régions frontalières tunisienne comme libyenne qui peuvent ainsi acheter des biens de consommations à moindre frais. Les échanges illégaux sont sans doute plus important que les échanges formels entre la Tunisie et la Libye et ont, comme ces derniers, subi des modifications et des contrariétés importantes depuis la crise libyenne.

Le conflit civil libyen et son impact sur les entreprises tunisiennes

La guerre civile libyenne de 2011 a impacté très négativement les entreprises tunisiennes présentes sur le territoire libyen.

Considérée par certains dirigeants d’entreprises tunisiens comme un « eldorado », la Libye devint un pays inadéquat aux affaires une fois la révolte contre le colonel Kadhafi entamée. La quasi-totalité des usines tunisiennes présentes dans le pays durent fermer et leur personnel fut rapatrié en raison des risques sécuritaires majeurs. Le Groupe agroalimentaire Poulina, qui possédait 13 usines en Libye dut en 2011 cesser ses activités dans le pays. De nombreux bâtiments de la holding furent saccagés et du matériel de valeur volé (ordinateurs, voitures…).

Les exportations tunisiennes vers son voisin oriental diminuèrent elles aussi drastiquement pendant la révolution, et ce dans tous les secteurs en raison du chaos sévissant à la frontière.

Le secteur bancaire fut lui aussi touché par le conflit et ses contrecoups. Pour la Banque Tuniso-Libyenne (BTL), le conflit libyen eut un impact énorme sur son activité. Banque d’investissement fondée en 1984 devenue banque commerciale en 2005, la BTL s’est dès sa naissance, spécialisée dans les relations commerciales avec le Libye. La crise de 2011 a provoqué une baisse de ses commissions de 70 %, ce qui aurait pu lui être fatal. Pour survivre, la banque a dû renforcer son implantation en Tunisie ainsi qu’à l’international, en Algérie notamment.

L’activité économique entre les deux pays reprit péniblement entre 2012 et 2014 avant de subir un nouveau coup dur avec le début du second conflit civil libyen entre le gouvernement de Tobrouk (Est), le gouvernement de Tripoli et le gouvernement d’union nationale dirigé par Fayez el-Sarraj.

La Libye entra alors dans une économie de guerre, ce qui eut une importante incidence sur ses importations. À l’heure actuelle, la Tunisie n’y exporte quasiment plus que de la nourriture, des médicaments et d’autres produits de première nécessité (draps, couettes…).

Pourtant, certaines entreprises tunisiennes avaient osé s’implanter en Libye en 2012, une fois la révolution contre Kadhafi achevée. C’est le cas du groupe Novadis, société familiale spécialisée dans l’importation de linge de maison et de produits d’arts de la table européens. Alors partenaire de l’enseigne de distribution française Monoprix qui en 2012 ouvrit deux magasins en Libye, le groupe Novadis en profita pour réaliser plusieurs exportations qui furent concluantes, le marché libyen étant peu concurrentiel et à fort potentiel. L’entreprise avait en effet remporté un quasi monopole grâce au partenariat réalisé avec Monoprix.

Malgré une demande importante et croissante, l’aventure libyenne prît brutalement fin pour le groupe Novadis en 2014 en raison de l’insécurité causée par l’éclatement de la deuxième guerre civile libyenne. Cet arrêt brutal porta un coup dur à l’entreprise dirigé par M. Dahmani ainsi qu’à bien d’autres, qui n’étaient pas préparés à une nouvelle crise. L’arrêt des exportations sur le marché libyen contraignit les sociétés tunisiennes à modifier leur business plan et à adopter des stratégies nouvelles afin de contrebalancer les pertes subies en Libye.

Mais la Libye important quasi exclusivement des produits alimentaires en quantités conséquentes, les entreprises agroalimentaires tunisiennes y ont donc encore leur place malgré les risques et le délitement de l’économie du pays.

L’entreprise Épi d’Or, fabricant de pâte et de semoule réalise par exemple un chiffre d’affaire grandissant en Libye. La demande libyenne concernant les pâtes est en effet colossale : en plus d’alimenter le marché local, une partie de la production est ensuite revendue en Afrique subsaharienne (Tchad, etc.) en transitant par le Fezzan. La Libye importe ainsi chaque année plus de pâtes qu’elle n’en consomme.

Épi d’Or parvient à mener malgré la crise une stratégie de croissance quantitative, augmentant ainsi ses volumes d’exportations en Libye chaque année. Les commandes affluent et ce sont des centaines de tonnes de pâtes acheminés par des centaines de camions qui transitent entre les deux pays. Au total, Épi d’Or réalise près de 40 % de ses exportations à l’étranger rien qu’en Libye !

L’implantation d’une usine dans le pays était même à l’étude à la fin des années 2000 mais le projet fut avorté en raison des événements du Printemps arabe.

Champ d’oliviers au Sud de Tunis. Les produits alimentaires tunisiens s’exportent encore en Libye malgré la crise

En effet, l’activité économique tunisienne en Libye ne se cantonne pas à l’exportation car des unités de productions, certes rarissimes, y sont encore implantées.

Le fabricant de sanitaires et de céramiques tunisien Siceram possède encore une usine dans l’ancienne Jamahiriya, alors que trois des treize usines Poulina sont actuellement en activité.

Ces manufactures sont majoritairement situées dans la partie la plus occidentale de la Libye, aux environs de Tripoli mais surtout à Zouara, ville berbère moins impactée physiquement par les conflits que les autres grandes villes du pays.

Face à l’incertitude et au manque de visibilité politique en Libye, Poulina y mène prioritairement une stratégie de protection et de conservation de son patrimoine. Le groupe paye en effet des agents de sécurité en liaison avec l’État libyen pour protéger ses unités de production à l’arrêt et éviter tout nouveau vol ou dégradation. Quand la situation se calme et se stabilise, Poulina redémarre ses activités comme à Zouara, solidement gardé par les milices berbères.

Pour palier aux nombreuses pertes engendrées sur le marché libyen, les sociétés tunisiennes ont, quand elles le pouvaient, mené une stratégie de diversification et d’implantation sur de nouveaux marchés. Cette stratégie est souvent conduite à l’international, la situation économique tunisienne étant assez moribonde pour les entreprises qui sont de plus en plus taxés par un État tunisien en quête de dividendes pour financer ses dépenses sécuritaires.

Le groupe Poulina à ainsi renforcé sa présence en Algérie et en Afrique de l’Ouest (notamment via l’ouverture d’une usine de margarine au Sénégal) alors que la BTL concentre son développement sur le marché tunisien et algérien en ouvrant de nouvelles agences.

L’Afrique subsaharienne est un marché porteur pour les entreprises tunisiennes mais la plupart d’entre elles, par manque d’expérience dans cette partie du continent, ont du mal à pénétrer le marché. Il leur est encore difficile de trouver un interlocuteur fiable et d’avoir des garanties sur les investissements réalisés.

Enfin, selon plusieurs témoignages certains entrepreneurs tunisiens touchés par la crise que connaît leur pays se sont implantés au Maroc. Leur nombre serait croissant et leurs affaires relativement prospères, signe que le salut de l’économie tunisienne se joue aussi en dehors de ses frontières.

Les contraintes du commerce en temps de crise

Même si certains acteurs économiques tunisiens réussissent à conserver leurs acquis en Libye, les affaires dans ce pays sont soumises à des contraintes de plus en plus nombreuses et de plus en plus aiguës.

Le risque sécuritaire est toujours présent de par l’instabilité de la Libye, toujours en proie à la violence des milices armées et des groupes terroristes qui s’affrontent sur le territoire. En 2016, le poste-frontière de Ras Jedir (principal axe commercial avec la Tunisie) fut bloqué pendant environ 110 jours, soit un tiers de l’année ! Il arrive parfois que certains chauffeurs travaillant pour des sociétés tunisiennes se fassent arrêter à la frontière, voire kidnapper, ce qui témoigne du danger auquel les acteurs économiques présents en Libye font face.

Outre l’insécurité des affaires, les contraintes économiques se multiplient pour les entreprises souhaitant mener une activité en Libye.

L’instabilité politique liée aux évolutions des rapports de forces entre les nombreux acteurs du conflit libyen favorise un remplacement  fréquent des élites. Il est ainsi difficile pour les entreprises tunisiennes de trouver un contact fiable et permanent permettant l’accès au marché libyen.

Les exportations sont-elles aussi de plus en plus rares à cause des graves problèmes financiers que connaissent les institutions libyennes. Le pays est en cruel manque de liquidité et sélectionne ses importations au compte goutte par manque de moyens de paiement.

La Banque centrale libyenne octroie des lettres de crédits en nombre extrêmement limité (environ une lettre de crédit validée pour une vingtaine de demande). Les quotas de validation étant ordonnés par pays, les exportations tunisiennes sont grandement réduites en raison de la crise de liquidité que subit son voisin.

La contrebande est aussi un problème important pour les entreprises tunisiennes qui restent dans le cadre légal : ces dernières peuvent trouver leurs produits importés illégalement par un tiers sur le marché libyen à prix cassé. Dans ce cas, les consommateurs achèteront prioritairement le produit issu de la contrebande en raison de son prix bradé.

Enfin, la concurrence étrangère s’accroît en Libye et les entreprises tunisiennes sont de plus en plus confrontées à des acteurs étrangers dynamiques ayant des moyens financiers considérables.

Si l’ancienne Jamahiriya est encore en conflit, la nécessaire reconstruction de la Libye attire les convoitises de puissances comme l’Allemagne, la France ou encore la Russie qui ont déjà signé plusieurs contrats. Les entreprises tunisiennes ne pouvant pas concurrencer les puissances occidentales et asiatiques faute de moyens financiers, elles doivent servir de sous-traitant ou bien s’occuper de travaux de faible importance, laissant la reconstruction de grandes infrastructures à des pays comme la France, l’Allemagne ou la Turquie.

© http://kapitalis.com/tunisie/2016

Même dans le secteur de l’alimentation, les entreprises agroalimentaires tunisiennes doivent s’adapter à une hausse de la concurrence et voient leurs parts de marché diminuer. Selon certaines estimations, 60 % des produits alimentaires présents en Libye en 2011 provenaient de Tunisie. En 2016, ce chiffre n’était plus que de 25 %.

Un des pays concurrençant le plus la Tunisie sur le territoire libyen reste la Turquie, qui jouit de connexions tribales et historiques via la communauté des kouloughlis et la ville de Misrata. De nombreux jeunes Turcs s’installent en Tripolitaine pour monter une affaire (café, boutique, restaurant) avec le soutien financier de l’État, ce qui contraste avec le secteur privé tunisien qui, peu soutenu par ses institutions publiques, a souvent dû abandonner ses positions en Libye. Le pays du président Erdogan exporte de nombreux biens de consommation (parfois des produits chinois ou pakistanais réexportés en tant que produits turcs) ainsi que des produits alimentaires. Contrairement à la Tunisie, le pays a de plus toujours maintenu ses liaisons aériennes avec certaines villes libyennes et encaisse aujourd’hui les bénéfices des efforts réalisés pour y maintenir sa présence.

Malgré sa situation politique chaotique, la majeure partie des entreprises tunisiennes considère toujours la Libye comme un marché d’avenir et essaye tant bien que mal d’y demeurer. Dans un contexte national de crispation de l’économie et de chômage important, l’ancienne Jamahiriya apparaît comme une potentielle bulle d’oxygène. Ne pouvant attendre que le sort de la Libye s’améliore, la plupart des entreprises tunisiennes présentes dans le pays avant 2011 ou 2014 ont tenté de compenser les pertes subies lors de la crise par un renforcement de leur présence à l’international, majoritairement au Maghreb ainsi qu’en Afrique sub-saharienne.

La Libye demeure cependant le marché étranger le plus attractif pour de nombreux acteurs économiques tunisiens. Néanmoins, même si le pays retrouve sa stabilité et un climat propice aux affaires, les entreprises tunisiennes devront s’adapter à une concurrence étrangère certainement beaucoup plus rude qu’auparavant, sous peine de voir « l’eldorado » se transformer en souvenir.

Yanis Ben Abdeljelil
Titulaire d’un Master 2 de Géopolitique au sein de l’Institut Français de Géopolitique à l’Université Paris 8.

Pour citer ce billet : Yanis Ben Abdeljelil, «Les Entreprises tunisiennes en Libye dans un contexte de crise : une nécessaire et difficile adaptation», Le Carnet de l’IRMC, N° 22, avril-octobre 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2230.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La chanson engagée en Tunisie : culture et résistance sous les régimes autoritaires

Présentation du projet de thèse

Les premiers groupes de musique en Tunisie qui revendiquent un engagement artistique et politique se forment à partir de la fin des années 1970 et du début des années 1980. Pourtant, des expériences solistes avaient déjà fait leur apparition quelques années plus tôt, surtout parmi les artistes qui avaient vécu à Paris et participé aux mouvements de mai 1968. La « chanson engagée » tunisienne – en arabe al-ughniya al-multazima – se développe principalement en milieu estudiantin et syndical, en parallèle de la vague de soulèvements et de protestations qui agite le pays, et en particulier les facultés, dans la phase terminale du régime bourguibien. Directement ou indirectement impliqués dans le militantisme estudiantin ou ouvrier, participants ou témoins des grèves et des émeutes, ces groupes essaient d’être porte-parole des étudiants et des travailleurs en révolte contre l’autoritarisme, le parti unique et la crise économique qui affligent le peuple.

© photo de Alessia Carnevale.

La chanson engagée est, dans un premier moment, expression exclusive de la gauche radicale. Les artistes se représentent dans les foyers universitaires et dans les facultés, dans les locaux de l’UGTT de tout le pays, parfois dans les festivals estivaux, et souvent dans les maisons de Culture de la capitale, véritables lieux de refuge pour la culture « alternative » de cette période. Cependant, dans la première moitié des années 1980, lorsque l’islamisme gagne un espace prépondérant dans la vie politique universitaire, d’autres groupes émergent, exprimant leur dissidence au régime et leur solidarité aux masses déshéritées de la population tunisienne et des peuples arabes, et se représentant devant un public proche ou affilié au syndicat des étudiants islamistes, l’UGTE, qui venait d’être fondé.

Si pendant la présidence de Bourguiba les groupes engagés sont mal tolérés et relégués à des cercles fermés, le régime de Ben Ali, après une très brève période d’ouverture, ferme bientôt toutes les portes aux artistes dissidents. La plupart d’entre eux – tous ayant une autre carrière professionnelle – ont malgré tout continué à poursuivre leur vocation, plus ou moins en cachette, ou en trouvant différents canaux pour éviter la censure d’état.

Le militantisme et la résistance à l’autoritarisme dans la Tunisie contemporaine a été objet de nombreuses études, notamment dans le domaine des sciences politiques et en sociologie 1. Cependant, les expressions culturelles relatives aux mouvements protestataires précédents aux soulèvements révolutionnaires de 2010-2011 n’ont pas reçu une grande attention. Le théâtre, le cinéma, la poésie, la musique, ont pourtant été dépositaires et catalyseurs de l’activisme politique et intellectuel, ils ont raconté des histoires et partagé des témoignages, ils ont supporté les expériences de lutte et ils ont été sujets à différents dispositifs de répression et de censure 2. Ils peuvent donc constituer une trace à suivre pour comprendre certains développements politiques et sociaux qui ont intéressés le pays.

© photo de Alessia Carnevale.

Ma thèse est centrée sur la chanson, celle-ci étant, parmi les formes artistiques et culturelles contestataires, le produit le plus fluide, le plus accessible au public, le plus direct pour mettre les questions politiques à l’ordre du jour, et qui devient slogan pendant les manifestations et les rassemblements des militants. Dans le même temps, la chanson engagée, écrite en arabe dialectal ou littéraire, établit une forte connexion avec le patrimoine culturel et artistique local et régional : de la réélaboration de la tradition populaire tunisienne, à l’appropriation du patrimoine musical et poétique arabe, ces références sont des instruments qui canalisent des instances politiques et idéologiques bien déterminées.

En s’appuyant sur les élaborations théoriques (néo)gramsciennes développées dans le cadre des études postcoloniales et culturelles, ma recherche adopte une notion de « culture » comme une source d’identité conflictuelle, « une sorte de théâtre où différentes causes politiques et idéologiques s’affrontent » 3. En reconnaissant le potentiel révolutionnaire et résistant des expressions culturelles « populaires », « alternatives », subalternes », ce courant s’est révélé apte à permettre l’analyse des phénomènes de résistance populaire dans les régions du Moyen-Orient et du Nord de l’Afrique 4. Il offre ainsi des instruments théoriques et méthodologiques valables pour le travail que je me propose de conduire.

Cette recherche part de l’hypothèse que la chanson engagée en Tunisie peut être considérée comme un lieu où s’articule le conflit idéologique, la lutte pour l’hégémonie politique et culturelle dans le pays : de la gauche face à l’islamisme, et des deux face au pouvoir. C’est un lieu imaginaire, de création artistique, mais aussi un lieu physique, si on le considère en tant que phénomène qui lutte constamment pour l’accès à, ou la domination de, l’espace publique. Et aujourd’hui elle est le lieu où se préserve la (les) mémoire(s) collective(s) d’une génération d’opposants. Le propos, en explorant ce patrimoine artistique et mémorielle, est d’évaluer sa capacité à constituer une contre-narration de l’histoire culturelle de la Tunisie autoritaire, d’ouvrir des perspectives nouvelles sur les événements clés de cette histoire, ainsi que d’en faire émerger les aspects qui ont été négligés. Il ne s’agit pas seulement de comprendre l’impact que l’environnement politique, local et régional, a eu sur les pratiques culturelles dissidentes, mais aussi la contribution de ces dernières aux luttes et aux changements sociaux dans le pays.

Les sources premières sur lesquelles s’appuie la recherche sont principalement de trois types : les textes des chansons, avec les enregistrements audio ou audiovisuelles, qui feront l’objet d’une analyse littéraire (thématique, du langage, et du discours idéologique) ; la presse écrite, qui signale la présence intermittente de la culture alternative sur la scène publique, et qui peut donc être indicative des changements dans le rapport entre pouvoir et oppositions ; les entretiens avec les musiciens, les chanteurs, et les poètes en question, ainsi qu’avec des personnalités dans le domaine culturelle et politique (responsables des maisons de la culture, professionnels des médias, syndicalistes).

© photo de Alessia Carnevale.

Le terrain exploratoire qui vient de se terminer, outre le dépouillement des sources bibliographiques, a visé à collecter ce corpus artistique et documentaire. Une série d’entretiens préliminaires, semi-directifs et non directif, avec certains des membres des principaux groupes engagés, habitants à Tunis, Gabès et Moularès (Gafsa), a été fondamental à l’avancement du projet et pour planifier les étapes suivantes. Les témoignages oraux sont en fait une partie indispensable de la reconstruction historique que la recherche se propose de faire. En premier lieu, établir un contact direct avec les acteurs sociaux en question est souvent le seul moyen pour accéder au corpus artistique à analyser, puisque le matériel textuel et audio n’est pas disponible via des canaux conventionnels. Par ailleurs, ils donnent une vision interne des événements, ils en révèlent les aspects autrement inconnus ; ils donnent un aperçu des significations collectives des événements historiques, et ils laissent émerger les subjectivités des groupes sociaux concernés 5.

1. Cf. AYARI Michaël, 2017, engagement politique dans la Tunisie Autoritaire : Gauchistes et Islamistes sous Bourguiba et Ben Ali (1957-2011), Paris, IRMC-Karthala ; LE SAOUT Didier, ROLLINDE Marguerite (dir.), 1999, Émeutes et mouvements sociaux au Maghreb. Perspective comparée, Paris, Karthala.

2. Un aperçu est donné par Mohamed-Salah OMRI, 2017, “The Labour Union Movement and ‘Alternative’ Culture in Tunisia: the Long View of a Long Relationship”, in Sian Lazar (dir.) Where are the Unions? Workers and Social Movements in Latin America, the Middle East and Europe, Londres, Zed Books, 64-83.

3. « In this second sense culture is a sort of theater where various political and ideological causes engage one another », SAID Edward, 1994, Culture and Imperialism, New York, Vintage Books, xiii. Sur l’utilisation de Gramsci par les cultural studies cf. aussi HALL Stuart, 1998, “Notes on deconstructing the popular”, in John Storey (dir.), Cultural Theory and Popular Culture: a Reader, Prentice Hall, Pearson, 442-453 ; et HALL Stuart, 198 8, “Gramsci and Us”, in The Hard Road to Renewal. Thatcherism and the Crisis of the Left, New York, Verso Books, 161-173.

4. Cf. EL HAMAMSY Walid, SOLIMAN Mounira (dir.), 2013, Popular Culture in the Middle East and North Africa. A Postcolonial Outlook, New York, Routledge.

5. Cf. PORTELLI Alessandro, 2007, Storie orali. Racconto, immaginazione, dialogo, Rome, Donzelli.

Alessia Carnevale

est doctorante à l’Institut Italien d’Etudes Orientales (ISO), Université La Sapienza, Rome.

Pour citer ce billet : Alessia Carnevale, «La chanson engagée en Tunisie : culture et résistance sous les régimes autoritaires», Le Carnet de l’IRMC, N° 22, avril-octobre 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2243.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Territoire et patrimonialisation en Tunisie, enjeux de pouvoir ?

La question de la décentralisation dans la gestion du patrimoine culturel, matériel et immatériel figure dans les débats actuels sur l’île de Djerba en Tunisie. C’est ce questionnement central qui s’est imposé afin de commencer une thèse dans le domaine de la recherche en anthropologie. Il s’agira de partir de la gestion de l’ensemble patrimonial de l’île de Djerba pour ensuite étendre les perspectives de recherche repérées localement à une autre aire géographique du territoire tunisien, et ainsi essayer de comprendre comment la gestion du patrimoine culturel matériel et immatériel s’opère.

2014-2017 : Les trois premières années de recherches à Djerba et la question de la gestion patrimoniale en Tunisie

L’orientation vers ce thème de recherche s’est constituée autour de trois années d’expériences sur le terrain à Djerba, notamment au contact de l’Association pour la sauvegarde de l’île de Djerba (Assidje) qui a pour projet d’inscrire l’île sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Le critère principal choisi pour la mise en place du dossier d’inscription concerne le mode d’occupation du sol de l’île de Djerba, du menzel et du houch considéré, par les membres de l’Assidje, comme un exemple d’une utilisation « traditionnelle » et durable de l’espace insulaire, et qui serait issue d’une interaction entre l’Homme et son environnement. Ce critère concerne le mode d’habitat, et comment celui-ci s’est établi sur l’île avant les années 1960, période des prémices du tourisme de masse qui transforma de façon inévitable le paysage architectural et urbain de l’île de Djerba. De ces séjours sur le terrain à Djerba, sont issus deux travaux de recherche. Le premier intitulé « Djerba et l’Unesco. Le projet de classement de l’île au patrimoine mondial de l’humanité : les débats et réflexions d’une triple dimension patrimoniale », porte sur le départ du projet d’inscription à l’Unesco lancé par les membres de l’Assidje. Le  deuxième intitulé « Les usages et les gestions du patrimoine insulaire djerbien. Habiter le menzel et le houch », essaye d’analyser les pratiques d’habiter de ce dit patrimoine par l’Assidje, et comment il est perçu par les personnes qui y habitent.

Houch djerbien considéré de ‘traditionnel’ par les membres de l’Assidje © photo de Mathilde Bielawski.

À la suite de ces deux premiers travaux de recherche, la volonté a été d’approfondir la question du processus de patrimonialisation, à l’échelle régionale, de l’île de Djerba. Le travail de recherche s’est basé sur la réalisation d’entretiens avec les membres de l’association, mais également sur les réunions du comité de pilotage du projet. Les premiers échos, qui sont sortis de ce début d’enquête, concernent principalement les difficultés dans la réalisation d’un tel projet de par  la situation géographique du bien à classe rl’île de Djerba, par rapport au centre décisionnel du pays, Tunis. D’après les membres de l’association, i  s’agit d’un projet qui a subi des retards du fait de la distance entre Djerba et la capitale, où se trouvent l’Institut national du patrimoine (INP) et le ministère de la Culture, c’est-à-dire, deux instances dont la collaboration avec l’Assidje est importante et nécessaire dans le processus de patrimonialisation de l’île. En effet le responsable régional de l’INP à Djerba, m’expliquait que dans tous les cas de classements, de rénovations, de restaurations et de fouilles de sites et de monuments, toutes les demandes et autorisations doivent transiter obligatoirement par l’INP basé à Tunis ; ce qui est perçu comme un problème de gestion par les acteurs du patrimoine à Djerba, car cela se traduit par une lenteur administrative. De plus, dans le cadre d’une inscription sur la liste du patrimoine mondial, le dossier de candidature ne peut être déposé face à l’Unesco que par l’un des États qui a signé la Convention du patrimoine mondial et non par une autre institution. Ceci démontre un lien inévitable entre protection du patrimoine et instances politiques, et m’amène à considérer que l’existence d’un système de gestion du territoire à travers celle du patrimoine, pourrait s’observer.

Premières réflexions à propos du lien entre patrimonialisation et gestion du territoire

Certains auteurs expliquent que le patrimoine est une sorte d’appareil idéologique pour construire la nation. Cette phrase prend du sens lorsque l’on connaît l’importance donnée à des sites patrimoniaux tels que le site archéologique de Carthage et la grande mosquée de Kairouan. D’après certains Djerbiens, si ces lieux ont bénéficié de l’intérêt accru de l’État tunisien, c’est parce qu’ils permettent d’asseoir des idéaux politiques que des lieux comme Djerba ne permettent pas. Depuis l’indépendance de la Tunisie, les discours portant sur l’unicité du pays laissent à penser l’universalité du passé historique antique, et l’unité religieuse musulmane. Or, la réalité sociale, culturelle et religieuse est tout autre. Rien qu’à Djerba, Grecs Phéniciens, Berbères, Arabes, Turcs et Européens, ainsi que juifs, musulmans, orthodoxes et catholiques ont cohabité successivement sur une durée de deux mille ans. C’est pourquoi il est possible de se demander si la question de la diversité culturelle, religieuse et ethnique en Tunisie est au centre des débats patrimoniaux à l’heure actuelle.

Houch djerbien ‘traditionnel’ en ruine © photo de Mathilde Bielawski.

Pour essayer de répondre à cette question, il est nécessaire de comprendre d’abord le système de gestion du patrimoine en Tunisie sous le protectorat français. Myriam Bacha (2011 ; 2013), en décrit l’histoire. Elle explique comment l’inventaire des sites archéologiques et monuments a été réalisé par les contrôleurs civils du protectorat français entre 1881 et 1920. L’intérêt s’est d’abord porté sur les sites archéologiques. Ce n’est qu’à partir de 1912 qu’eurent lieu les premiers recensements de monuments islamiques. L’auteure explique également que c’est à partir de ce moment que la notion de patrimoine acquiert en Tunisie la même signification qu’en Europe. Elle contextualise en annonçant que ces choix ont surtout été politiques. Asseoir un intérêt pour l’islam n’était pas dans le but du protectorat qui voulait imposer son modèle au territoire de la régence de Tunis. Ainsi recentrer la question de la gestion patrimoniale autour de la période antique permettait de soulever l’histoire européenne du territoire tunisien et plus généralement au Maghreb colonisé par la France. La notion de patrimoine apparaît en Afrique du Nord au XIXe siècle sous l’influence de la colonisation mais également de l’élite locale influencée par la rive Nord de la Méditerranée. L’auteure explique également que ce sont les antiquités algériennes qui vont permettre à la France de justifier sa politique coloniale. Les ruines antiques ne sont-elles pas une preuve d’un lien entre l’Algérie et la France ? Cet argument sera appliqué ensuite en Tunisie. Dans ces exemples, le patrimoine a été utilisé en tant que justification dans l’élaboration d’une idéologie politique coloniale.

Malgré ce que l’on pourrait penser, ce genre de stratégie a également été mis en place à l’indépendance du pays en 1956. C’est ce qu’explique Driss Abbassi (2008). En effet, les trente premières années qui suivirent l’indépendance, ce sont les sites archéologiques antiques qui bénéficièrent d’un intérêt scientifique, culturel et promotionnel accru de la part de l’État. En 1979, deux sites sur trois inscrits à l’Unesco sont antiques, on y trouve le site archéologique de Carthage et l’amphithéâtre d’El Jem. En 1985 et 1986 sont inscrits à l’Unesco la cité punique de Kerkouane et sa nécropole. Cela nous laisse à penser que le but était de justifier d’une place importante de la Tunisie auprès des pays occidentaux. Tout cela à travers un patrimoine antique considéré universel et représentant un lien entre les rives Nord et Sud de la Méditerranée. L’intérêt porté au patrimoine antique a décru après les années 1980. Le patrimoine islamique a été privilégié. Les centres  anciens des villes, les médinas, ne sont plus considérés comme des éléments urbanistiques à raser, car ne représentant pas une certaine modernité à atteindre, ils sont réinvestis et bénéficient d’un nouvel intérêt scientifique et notamment culturel à travers la question de l’héritage arabomusulman. En effet, sont inscrites à l’Unesco en 1988, la ville de Kairouan ainsi que la médina de Sousse, les critères d’inscriptions se basant sur leurs aspects historiques arabomusulmans. Ces nombreux exemples amènent à se demander si la manière dont est géré le patrimoine culturel en Tunisie est en lien avec le message idéologique et identitaire porté par son État. À l’heure actuelle aucun site tunisien inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco ne représente un héritage berbère, européen ou de la période coloniale. Le patrimoine semble représenter un véritable enjeu identitaire qui se ressent à travers sa définition.

2018 : Les nouvelles perspectives de recherche que permet l’accueil scientifique à l’IRMC

Tous ces exemples laissent à penser que le patrimoine est à prendre en compte comme une notion politisée et polysémique qui s’adapte au contexte économique, politique et social du moment selon l’entité qui l’utilise. C’est pour cette raison que des chercheurs tels que Julien Bondaz, Cyril Isnart et Anaïs Leblon (2012) nous expliquent que les processus de patrimonialisation doivent être pris en compte dans les situations politiques dans lesquels ils sont produits. Ce qui permet de considérer le patrimoine non plus comme un objet mais comme une construction sociale et culturelle dépendante du contexte politique, économique et social. C’est ce qu’abordent Isabelle Brianso et Yves Girault (2014) à propos de la gestion du patrimoine africain. Ils expliquent le véritable enjeu politique de la patrimonialisation dans la gestion territoriale et de son développement, et le fait qu’il ne s’agit pas seulement d’enjeux régionaux mais également internationaux. À travers le processus de patrimonialisation, les  organisations internationales telles que l’Unesco deviennent une sorte de médiateurs entre pays dits du Nord et pays dits du Sud. Ainsi dans ces projets de classements, des questions de politiques internationales sont centrales. C’est l’exemple du Sénégal et de l’inscription de l’île de Gorée à l’Unesco qui est prise par ces deux auteurs, puisqu’au terme de ce projet a été mis en avant le message culturel et diplomatique pour la reconnaissance de l’un des centres de commerce d’esclaves à des fins de dialogue de réconciliation Nord-Sud. Le territoire local n’est plus porteur de message seulement pour les habitants du lieu mais a l’ambition d’être universel. Ce type de classements internationaux, est selon les auteurs, un moyen pour les États dits du Sud, de suivre la course à la mondialisation lancée par les pays dits du Nord. À travers ces enjeux de territorialisation par la patrimonialisation s’introduisent d’autres enjeux sur la mondialisation du territoire local et national. En effet, prenons l’exemple de l’île de Djerba. Après la « révolution » de 2011, le tourisme balnéaire à Djerba a considérablement chuté. L’encouragement du classement à l’Unesco d’un tel lieu par l’État tunisien ne peut pas être anodin, d’après certains habitants de l’île. Il s’agirait d’un atout, donnant une visibilité internationale positive de l’île et l’espoir d’y retrouver une activité touristique d’avant 2011.

Ce qu’il sera donc intéressant d’approfondir lors de ce séjour à
l’IRMC sont « les fabriques du patrimoine » en tant que nouveaux
enjeux de société, « dans la mesure où ils investissent des espaces publics qu’ils remodèlent par des recours polysémiques à la mémoire, au passé, aux territoires et aux identités ». Le souhait, lors de ce séjour de recherche, est d’articuler le débat de la gestion territoriale du patrimoine en Tunisie à partir de cette expérience à Djerba au sein de l’Assidje et au sujet du projet d’inscription de l’île de Djerba sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Afin d’ouvrir ces questionnements à une autre aire géographique du territoire national, et d’avoir un outil de comparaison prenant en compte une inscription sur la liste du patrimoine mondial, et l’investissement d’une association représentant la société civile. Le choix s’est porté sur l’exemple de la médina de Tunis, où le processus de patrimonialisation à l’échelle mondiale a été porté conjointement par l’État tunisien et l’Association de sauvegarde de la médina de Tunis (ASM). Autre point de corrélation entre le cas de la médina de Tunis et celui de l’île de Djerba, c’est qu’il s’agit de porter une analyse sur des sites bâtis occupés par la population locale lors des processus de patrimonialisation. Ces observations permettront de comprendre quels sont les dynamiques qui s’y sont déroulées : y a-t-il eu les mêmes problèmes rencontrés dans les deux processus d’inscription ? Quel aura été l’impact des différents acteurs du patrimoine au sein de ces classements ? Jusqu’à quel niveau du processus de patrimonialisation, la population locale a t-elle été intégrée ? Il ne s’agit pas seulement de savoir sur quelles justifications les projets ont été mis en place mais également de voir ce qu’il advient de ce patrimoine tunisien à l’heure actuelle. Comment est-il géré ? Est-ce que sur ces deux sites, médina de Tunis et Djerba, les problématiques et questionnements autour de la gestion des sites patrimoniaux portent sur des éléments similaires ? Ce qui nécessite de pouvoir mettre en perspective les problèmes des personnes engagées auprès du patrimoine et de ses institutions gestionnaires, pour en tirer un état des rapports de forces qui donneront à voir les limites des individus investis localement à agir sur des entités nationales et internationales.

Puits et système d’irrigation représentatif, d’après l’Assidje, du mode d’occupation du sol ‘traditionnel’ © photo de Mathilde Bielawski.

Bibliographie

ABBASSI Driss, 2008, « Le Maghreb dans la construction identitaire de la Tunisie postcoloniale », Critiques internationale, vol.°40, n° 3, 115- 137.

BACHA Myriam, 2011, Architectures au Maghreb (XIXe-XXe siècles). Réinvention du patrimoine, Tours, IRMC-Presses universitaires François Rabelais, « Villes et Territoires ».

BACHA Myriam, 2013, Patrimoine et monuments en Tunisie., Rennes, IRMC-Presses universitaires de Rennes, « Art et Société ».

BENNASR Ali, VERDEIL Éric, 2009, « Gestion publique de l’eau potable, développement urbain durable et Majel-s (citernes d’eau pour l’eau de pluie) à Sfax en Tunisie », Flux, vol. 2, n° 76-77, 38-50.

BONDAZ Julien, ISNART Cyril, LEBLON Anaïs, 2012, « Au-delà du consensus patrimonial. Résistances et usages contestataires du patrimoine », Civilisations, vol. 61, n° 1, 9-22.

BONDAZ Julien, GRAEZNER BIDEAU Florence, ISNART Cyril, LEBLON Anaïs (dir.), 2015, Les vocabulaires locaux du « patrimoine ». traductions, négociations et transformations, Berlin, LIT.

BOURGOU Mongi, KASSAH Abdelfettah, 2008, L’île de Djerba, tourisme, environnement, patrimoine, Tunis, Cérès éditions.

BRIANSO Isabelle, GIRAULT Yves, 2014, « Instrumentalisations politiques et développementalistes du patrimoine culturel africain », Études de communication, vol. 42, n° 1, 149- 162.

CHEVENEZ Alain, 2011, « La demande sociale du patrimoine : une action politique de création », in P. Le Louarn (dir.), Le patrimoine culturel et la décentralisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Des Sociétés », 79-93.

UNESCO, 2011, Établir une proposition d’inscription au patrimoine mondial, 2e éd., New York, UNESCO.

FABRE Daniel (dir.), 2013, Émotions patrimoniales, Paris, Maison des sciences de l’Homme.

GRAVARI-BARBAS Maria (dir.), 2005, Habiter le patrimoine, enjeux, approches, vécu, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

HEINICH Nathalie, 2009, La fabrique du patrimoine. De la cathédrale à la petite cuillère, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, « Ethnologie de la France ».

LE LOUARN Patrick, 2011, Le patrimoine culturel et la décentralisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Des Sociétés ».

MZABI Hassouna, 1978, La croissance urbaine accélérée à Djerba et ses conséquences sur la vie de relations avec l’extérieur, Tunis, Publication de l’Université de Tunis, « études géographique ».

NICOLAS Thierry, 2004, « Politique patrimoniale et “patrimonialisation” aux Antilles françaises », Techniques & Culture, vol. 42, [En ligne : http://tc.revues.org/1903].

PAPPALARDO Marta, 2014, « Le centre historique de Naples : patrimonialisation contre pratiques populaires ? », Articulo – Journal of Urban Research, Numéro spécial, n° 5, [En ligne : http://articulo. revues.org/2479].

PREVOST Virginie, 2010, De Djerba à Oman, la troisième voie de l’Islam, Turnhout, Brepols Publishers.

TLATLI Salah-Eddine, 1967, Djerba l’île des Lotophages, Tunis, Cérès Éditions.

TMARZIZET Kamel, 1997, Djerba, l’île des rêves, Tunis, Éditions STAG.

YACOUB Hichem, 2015, Habiter Djerba, El Menzel, El Houch et Ed’dar, Tunis, Nirvana.

Mathilde Bielawski

est doctorante en anthropologie, Université Lumière Lyon 2, Laboratoire d’anthropologie des enjeux contemporains

Pour citer ce billet : Mathilde Bielawski, «Territoire et patrimonialisation en Tunisie, enjeux de pouvoir ?», Le Carnet de l’IRMC, N° 22, avril-octobre 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2237.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Être « islamiste » ou « salafiste » en 2018

photographie de l’auteur

Les notions d’« islamisme » et de « salafisme » connaissent un succès médiatique, académique et politique significatif depuis les révolutions arabes de 2011. Elles sont généralement employées comme qualificatifs savants de la radicalité religieuse et/ou violente d’individus et de groupes prompts à proclamer l’islam comme seul modèle de gouvernance légitime.

Ces concepts sont toutefois le plus souvent maniés sans précaution méthodologique et épistémologique, laissant l’entière liberté à l’observateur de les appliquer aux acteurs de son choix. Il est pourtant problématique d’inclure indifféremment dans la catégorie « islamisme » des leaders politiques tels que Rached Ghannouchi ou Hassan Nasrallah et des chefs jihadistes tels qu’Abu Bakr al-Baghdadi (Daech). De même, il semble difficile de mettre sur un même plan salafistes madkhalistes (pro-régime saoudien) et salafistes jihadistes (anti-régime saoudien). L’inclusion d’acteurs hétéroclites dans les catégories d’« islamisme » et de « salafisme » se fait dans ce sens aux dépends de leur valeur heuristique. Dans un contexte post-révolutionnaire de pluralisation des manières d’être et de faire de la politique en islam, l’utilisation de ces catégories ne permet plus d’identifier des comportements politiques précis.

L’utilisation actuelle des notions d’« islamisme » et de « salafisme » pose ainsi trois problèmes principaux : l’uniformisation de l’appareil conceptuel au détriment de la diversité temporelle et spatiale du champ de l’islamisme et du salafisme, la reformulation voire l’abandon de ces labels par des acteurs soucieux de se dissocier d’un « islam radical », et l’actualisation controversée de ces concepts par les chercheurs après le bouleversement révolutionnaire de 2011.

L’uniformisation de l’appareil conceptuel au détriment de la diversité temporelle et spatiale du champ de l’islamisme et du salafisme

L’entrée des termes « islamisme » et « salafisme » dans le lexique commun de l’ère post-11 septembre, a marqué leur dénaturation conceptuelle. La survisibilité du jihadisme et du terrorisme international, et la focalisation médiatique sur ces sujets, ont fait de ces vocables des synonymes de violence sectaire. L’islamisme et le salafisme sont pourtant initialement, et avant tout, des concepts scientifiques forgés par des chercheurs dans le but de décrire des réalités sociales historiquement situées. Face au risque d’en faire des catégories atemporelles et fourre-tout, il faut les restaurer dans l’historicité et la rigueur conceptuelle qui leur sont propres.

Le concept d’« islamisme » a d’abord été forgé dans les années 1970- 1980 par des chercheurs spécialistes du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord dans le but de décrire une nouvelle forme de contestation politique fondée sur un islam militant et axée sur la réislamisation des sociétés musulmanes (Blanc, 2017). Il est popularisé dans les cercles médiatiques, académiques et politiques après la Révolution islamique iranienne de 1979 (Roy, 2017). Depuis lors, l’islamisme recouvre des réalités plurielles.

Dans les années 1970, l’islamisme se manifeste par un double phénomène de lutte contre le marxisme pour le contrôle des espaces de révolte (campus, périphéries urbaines) et de constitution de réseaux de solidarité parallèles dans les aires urbaines réceptacles de l’exode rural. La base islamiste se construit à cette époque sur une « dualité sociale », celle d’une bourgeoisie pieuse et d’une jeunesse urbaine pauvre. (Kepel, 1991). Dans les années 1980, l’islamisme tente de transformer son capital social en capital politique et entre dans une stratégie de conquête du pouvoir politique. La révolution iranienne de 1979 – rétrospectivement seul « succès » islamiste – suscite l’enthousiasme des islamistes sunnites quant aux perspectives offertes par l’engagement politique. La rhétorique anti-cléricaliste de l’islamisme (Roy, 2011, 53) qui va de pair avec son projet révolutionnaire, ainsi que la répression étatique (le FIS et Ennahdha faisant cas d’école) précipitent toutefois l’échec politique islamiste. La base militante s’oriente alors soit vers une stratégie renouvelée d’islamisation de la société par le bas – ce qu’Olivier Roy a qualifié de « néofondamentalisme » – soit vers le départ au jihad (Kepel, 2000). Dans les années 1990, cette dislocation de la base sociale de l’islamisme entraine le déclin de ses capacités de mobilisation politique et favorise le développement du jihadisme international. Le retour des vétérans du jihad accélère cette tendance et contribue au développement de groupes terroristes locaux.

© webmanagercenter.com

Les années 2000 marquent le retour des partis islamistes, qui affichent de bons scores électoraux. C’est notamment le cas du PJD marocain, qui obtient 47 sièges en 2007, du MSP algérien qui gagne 38 sièges en 2002 et 52 et 2007, ou encore du Hamas qui remporte les élections législatives de 2006 en Palestine. La décade 2010 est ensuite le lieu de l’intégration des groupes islamistes historiques dans le nouveau jeu politique postrévolutionaire (Maroc, Tunisie, Égypte, Yémen). Ces groupes, prompts au compromis, opèrent un changement de paradigme et abandonnent le mantra de l’« application de la sharî‘a » au profit de la recherche de la stabilité. En parallèle, un phénomène de multiplication et de pluralisation de l’islamisme s’enclenche. En Égypte, par exemple, 15 nouveaux partis islamistes sont créés après le renversement de Hosni Mubarak. On observe également l’émergence d’acteurs informels, de processus d’hybridations idéologiques et de conflits inter-islamistes (al-Anani, 2012). C’est le cas par exemple du groupe salafiste-jihadiste Ansar al- Shari’a qui abandonne la violence dans le contexte démocratique tunisien et tend, entre 2011 et 2013, à se transformer en une ĝama‘a islamiste plus traditionnelle, de type frériste. Cette expérience inédite est toutefois avortée à l’issue d’une confrontation avec le parti islamiste Ennahdha, soucieux de consolider la transition démocratique et, de là, sa propre assise politique.

Ce bref rappel historique illustre le fait qu’il est plus approprié de parler d’islamisme(s) au pluriel, et par conséquent qu’il n’existe pas une catégorie « islamiste » atemporelle qui puisse désigner une réalité homogène et linéaire. Cette remarque est également valable pour les comparaisons dans l’espace, l’islamisme recouvrant des logiques d’action très variées dans les pays de la région (Burgat, 2018).

Le terme de “salafiyya”, quant à lui, apparaît dans les textes arabes dans les années 1920, notamment sous l’impulsion de la librairie cairote al- Maktaba al-salafiyya. À cette époque, Rachid Rida (1865-1935) opère une jonction entre l’école réformiste de Jamal al-Din al-Afghani (1838-1897) et de Muhammad ‘Abduh (1849-1905) et le salafisme wahhabite saoudien. En 1926, l’un des disciples de Rida crée l’association de ʿulamâ’ Ansar al-Sunna al-Muhamadiyya, première organisation salafiste moderne, qui se donne notamment pour objectif de diffuser la littérature wahhabite produite en Arabie Saoudite en Égypte et dans le reste de la région.

Paradoxalement, le « salafisme » comme catégorie analytique – et dans sa version française – apparaît sous la plume de l’orientaliste Louis Massignon pour désigner l’école réformiste d’al- Afghani et Abduh, lesquels s’efforcent de réinterpréter l’héritage islamique dans le cadre de la modernité occidentale. Le hiatus semble total entre cette philosophie islamique rationnelle et le fondamentalisme salafî contemporain, fidéiste et littéraliste. Il faudra ainsi attendre les années 1990 pour qu’émerge la catégorie du salafisme telle qu’on la connait aujourd’hui, c’està- dire comme religiosité scripturaliste et antirationaliste. Elle est surtout popularisée dans les années 2000 avec les travaux de Quintan Wiktorowicz, qui la conceptualise comme un « réseau éducatif » prêchant l’existence d’une seule interprétation religieuse légitime (Wiktorovicz, 2006, 212), et de Bernard Rougier (2008) et Roel Meijer (2009) qui la définissent comme une religiosité d’émulation du comportement du Prophète et de ses pieux compagnons (al-salaf al-ṣâliḥ). Les travaux ultérieurs viseront ensuite à traiter l’expansion du salafisme en Occident (Amghar, 2011), ainsi que l’évolution de la mouvance après les révolutions arabes (Merone, Cavatorta, 2017) et dans divers contextes nationaux (Bonnefoy, Kuschnitizki, 2015 ; Wagemakers, 2016).

Ces travaux montrent notamment que parler d’un salafisme ne permet pas de rendre compte du processus de diversification temporelle et spatiale des comportements politiques adoptés par les salafistes, notamment après les révolutions arabes. La politisation du salafisme, en particulier, remet en cause à la fois la conceptualisation apolitique de la mouvance qui prévalait jusqu’alors, et la définition, souvent relayée par les médias, du salafisme comme substrat religieux du jihadisme et/ou fondement idéologique du terrorisme. Il est plus adéquat, en somme, de parler de salafisme(s) au pluriel et de replacer cette catégorie dans son historique de conceptualisation.

La reformulation voire l’abandon de ces labels par des acteurs soucieux de se dissocier d’un « islam radical »

Un deuxième problème lié à l’utilisation contemporaine des notions d’« islamisme » et de « salafisme » réside dans la tendance actuelle des acteurs à reformuler, renégocier ou rejeter ces labels. Ce phénomène s’explique à la fois par une attitude critique vis-à-vis des concepts scientifiques occidentaux, souvent vus comme déconnectés de l’identité réelle des acteurs, et par les circonstances sécuritaires en lien avec le  développement du jihadisme international (Daech, Al-Qa’ida).

Jusqu’ici, les acteurs employaient volontiers les termes d’islamisme, d’islam politique ou de salafisme, parfois au moyen de néologismes arabes. Rached Ghannouchi utilisait par exemple dans ses écrits les vocables d’« al-islâmiyyûn » (islamistes), ainsi que ceux de « al-tîyyaral-islâmî » (la tendance islamique), harakat islâmiyya (le mouvement islamique), et al-idîûlûðîyya al-islâmiyya (l’idéologie islamique) (Ghannouchi, 1992). Quant au label « salafiste », il est généralement employé pour revendiquer l’héritage des al-salaf al-ṣâliḥ (pieux prédécesseurs) et ainsi réclamer le monopole de l’islam « vrai ». Cela permet en d’autres termes de « réclamer pour soi-même la propriété de l’origine » et donc de « définir le contenu de l’islam et d’orienter en conséquence le comportement des musulmans » (Rougier, 2017, 51). Le « salafisme » confère à son titulaire l’autorité nécessaire pour fixer une orthodoxie musulmane que tous doivent suivre.

Aujourd’hui, l’utilisation des labels « islamiste » et « salafiste » n’est plus du tout évidente pour les acteurs. En 2016, à l’occasion du 10ème Congrès d’Ennahdha, Rached Ghannouchi déclarait ainsi à propos du label « islamiste » avoir « une certaine réserve sur cette appellation qui est occidentale » (Bobin, 2016), et lui préférait le terme de « démocratie musulmane » 1. Une critique similaire est formulée à l’encontre du label « salafiste », dont l’absence de mention dans les textes sacrés suscite des débats importants au sein de la mouvance salafî quant à la licéité de son usage. Comme me le précisait un (ex-)salafiste tunisien qui se présente désormais comme un simple « musulman », « le mot salafiste n’est pas dans l’islam » (« kalimat salafî mûšfî-l-islâm ») 2.

La distanciation, voire le rejet, des acteurs vis-à-vis de ces deux labels a également des causes sécuritaires. La montée du jihadisme dans les pays arabes après les révolutions de 2011, la menace sécuritaire croissante qu’il représente pour les pays occidentaux ainsi que son omniprésence médiatique ont abouti à la disqualification des labels d’« islamisme » et de « salafisme », désormais facilement associés à la violence exercée au nom de l’islam. C’est dans ce contexte qu’il faut interpréter la prise de distance d’Ennahdha vis-à-vis de l’islam politique, dont l’amalgame fréquent avec le jihadisme constitue dorénavant un obstacle à la ‘normalisation’ démocratique du parti, qui se présente aujourd’hui comme un parti démocrate musulman. Au-delà d’une refonte de l’islamisme tunisien, il s’agit ainsi avant tout – selon les propos d’une cadre nahdhaoui – d’un « emballage marketing » à l’attention des partenaires occidentaux et des forces séculières domestiques 3. Il en va de même pour le salafisme, aujourd’hui perçu comme une religiosité conductrice de violence, voire considéré par certains chercheurs comme l’antichambre du jihad. Les salafistes politisés, en particulier, remplacent volontiers le terme de salafî par celui de muslim (musulman), comme c’est le cas par exemple des partis salafistes Ittihad al-Rachad au Yémen et Jabhat al-Islah en Tunisie; lesquels cherchent à se débarrasser de l’image élitiste et sectaire du salafisme pour renouer avec une base populaire. « Le salafisme en Tunisie est associé au terrorisme (al-salafiyyafî Tûnisrabṭuha bi-l-irhâb). C’est devenu un obstacle pour atteindre le peuple tunisien (‘âiq liwusûl li-al-ða‘ab al-tûnisî) », m’expliquait ainsi l’actuel président de Jabhat al-Islah, qui se présente désormais comme un parti de « centredroit » (« yamîn-wasaṭ ») 4.

© carnegieendowment.org

La dépréciation sémantique des labels « islamiste » et « salafiste » est problématique pour le chercheur dans la mesure où elle s’accompagne d’un abandon de leur usage par les acteurs eux-mêmes. Comment faire, en effet, pour identifier les islamistes/salafistes si eux-mêmes se refusent désormais à employer ces qualificatifs ? Peut-on toujours utiliser, pour les besoins de la recherche scientifique, un terme peu, voire plus du tout revendiqué par les acteurs étudiés ? Ces questions constituent un défi important pour l’étude de l’islam politique et du salafisme, et nécessitent de la part du chercheur une distance critique constante vis-à-vis des catégories d’analyse. En bouleversant les équilibres politiques dans la région, les révolutions arabes ont également remis en cause la valeur heuristique des outils analytiques et de la sémantique même employées par la recherche.

L’actualisation controversée de ces concepts par les chercheurs après le bouleversement révolutionnaire de 2011

Le troisième problème lié à l’utilisation actuelle des notions  d’« islamisme » et de « salafisme » correspond à la difficulté éprouvée par les chercheurs pour conceptualiser les changements à l’oeuvre au sein de ces deux courants après les révolutions arabes. L’islamisme post-2011, d’abord, semble avoir substitué à la rhétorique panislamiste un agenda national, préférant également la consolidation de son assise démocratique au changement radical des institutions étatiques, et troquant l’objectif de l’État islamique pour celui de l’islamisation du quotidien. En parallèle, le salafisme a subi un processus de politisation et s’est par conséquent distancé de la posture quiétiste (apolitique) qui prévalait jusqu’alors (Blanc, 2018). L’islamisme et le salafisme, en somme, ont évolué vers une intégration dans le jeu politique formel, parfois au prix d’importants compromis idéologiques.

L’observation consensuelle de ces changements ne débouche toutefois pas sur une interprétation concordante : l’islam politique est-il « en échec » (Roy, 1992) ou est-il « post islamiste » (Bayat, 1996) ? De même, le salafisme peut-il être politique sans se dénaturer ? Autrement dit, les transformations révolutionnaires s’inscrivent-elles en rupture ou en continuité avec les phénomènes islamiste et salafiste historiques ?

La difficulté des chercheurs à penser les changements de la réalité sociale que recouvrent les catégories de l’islam politique et du salafisme après 2011 provient d’un désaccord sur la matrice comportementale des acteurs étudiés : qui de l’évolutio idéologique ou de l’adaptation contextuelle a la primauté sur la détermination du comportement des acteurs « islamiques » ? Une première approche insiste sur l’importance de l’idéologie : les islamistes/salafistes cherchent avant tout à faire primer la lettre sur la réalité (i.e. une vérité divine fondamentale et atemporelle applicable de tout temps et en tout lieu), et jugent le réel à l’aune de l’idéal textuel. La seconde approche fait au contraire du comportement des acteurs une adaptation constante aux circonstances particulières de leur environnement. L’impératif de survie organisationnelle primerait ainsi sur la poursuite des objectifs idéologiques. Netterstrom (2015) considère ainsi par exemple que, pour Ennahdha, le changement idéologique (acceptation de la démocratie, abandon de la shari’a, etc) est intervenu après le choix stratégique d’adaptation au contexte spécifique de la transition post-autoritaire. Le leadership répondrait ainsi avant tout à des considérations d’ordre stratégique, tandis que la base sociale préserverait l’esprit et l’énergie du militantisme idéologique.

© wluml.org

Ces approches antagonistes, qualifiées respectivement d’essentialiste et de contextualiste par Olivier Roy procèdent-elles toutefois d’une distinction pertinente du point de vue de la recherche ? N’est-il pas difficile de tracer une séparation aussi claire entre idéologie et contexte, avec l’idée que l’un(e) déterminerait entièrement l’autre ? Pourquoi l’adaptation au contexte serait-elle nécessairement et toujours une remise en cause de l’idéologie ? Il est peut-être plus juste d’appréhender le comportement des acteurs non pas comme un processus chronologique (adaptation pragmatique, puis réforme idéologique, ou inversement) mais comme un processus dialectique selon lequel l’idéologie constitue autant une grille de lecture du contexte qu’une mise en adéquation avec lui. L’idéologie est en effet le prisme à travers lequel les acteurs analysent le contexte, la réalité et les événements tels que les révolutions. Au-delà d’une séparation, voire d’une opposition entre idéologie et contexte, il faut voir comment les acteurs adaptent en permanence les prescriptions textuelles et idéelles aux circonstances particulières de la réalité au gré de leur(s) évolution(s).

Il ne faut pas, en somme, désidéologiser ni décontextualiser le comportement des islamistes/salafistes. Cela empêcherait le chercheur de voir la manière dont les acteurs (re)négocient leur identité, s’approprient des labels et les délaissent, et donc le priverait, in fine, de distance critique dans l’effort de conceptualisation.

Être « islamiste » ou « salafiste » en 2018, ce n’est donc pas se conformer à un label, lequel est susceptible de changer. Ce n’est pas non plus échapper à la catégorisation scientifique, à condition que l’on interroge l’historicité des concepts ainsi que les raisons de la re-labellisation des acteurs. Être « islamiste » ou « salafiste », enfin, c’est trouver un équilibre satisfaisant entre impératifs idéologiques et contraintes pragmatiques.

1. Ironiquement, le terme de « démocratie musulmane » forgée sur le modèle européen / allemand de la démocratie chrétienne, n’est pas moins occidental.
2. Entretien avec R., Tunis, le 26/04/2018.
3. Entretien avec Sayida Ounissi, secrétaire d’État nahdaouie, Tunis, le 07/02/2018.
4. Entretien avec le président de Jabhat al- Islah, Tunis, le 12/05/2018.

Bibliographie

AL-ANANI Khalil, 2012, “Islamist Parties Post-Arab Spring,” Mediterranean Politics, n° 17, 466-72.

AMGHAR Samir, 2011, Le Salafisme d’aujourd’hui. Mouvements sectaires en Occident, Paris, Michalon.

BAYAT Asef, 1996, “The coming of a post- Islamist society”, Critical Middle Eastern Studies, vol. 5, n° 9, 43-52.

BLANC Théo, 2017, « Islam politique (1) : Qu’est-ce que l’islam politique ? », Les Clés du Moyen-Orient, 28 novembre, [En ligne : https://www. lesclesdumoyenorient. com/Islampolitique- 1-qu-est-ce-que-l-islampolitique. html].

BLANC Théo, 2018, La politisation du salafisme après les révolutions arabes. Le cas tunisien, Mémoire de recherche de Master 2, Grenoble, Institut des Études Politiques.

BOBIN Frédéric, 2016, « Rached Ghannouchi : “Il n’y a plus de justification à l’islam politique en Tunisie“ », Le Monde, 19 mai, [En ligne : http://lemonde.fr/ international/article/2016/05/19/ rached-ghan-nouchi-il-n-y-a-plusde- justification-a-l-islam-politiqueen- tunisie _4921904_3210.html].

BONNEFOY Laurent, KUSCHNITIZKI Judit, 2015, « Salafis and the ‘Arab Spring’ in Yemen: Progressive Politicization and Resilient Quietism », Arabian Humanities, n° 4.

BURGAT François, 2018, « The false dichotomy between ‘Islamist’ and ‘secular’, Middle East Eye, 25 mai, [En ligne : http://www.middle easteye.net/columns/false dichotomybetween- islamist-and-secular- 543778951].

CAVATORTA Francesco, MERONE Fabio (dir.), 2017, Salafism After the Arab Awakening: Contending with People’s Power, London, Hurst.

GHANNOUCHI Rashid, 1992, Hiwarat (Dialogues), with Qusayy Salah al- Darwish, London, Khalil Media Service.

KEPEL Gilles, 1991, La revanche de Dieu. Chrétiens, juifs et musulmans à la reconquête du monde, Paris, Seuil, « L’Épreuve des faits ».

KEPEL Gilles, 2000, Jihad. Expansion et Déclin de l’islamisme, Paris, Gallimard.

MEIJER Roel (éd.), 2009, Global Salafism. Islam’s New Religious Movement, London, Hurst & Co. Publishers.

NETTERSTRØM Kasper Ly, 2015, “After the Arab Spring: The Islamists’ Compromise in Tunisia”, Journal of Democracy, vol. 26, n° 4, 110-124.

ROUGIER Bernard, 2008, Qu’est-ce que le salafisme ?, Paris, Presses Universitaires de France, « Proche-Orient ».

ROY Olivier, 1992, L’échec de l’islam politique, Paris, Seuil.

ROY Olivier, 2011, Généalogie de l’islamisme, Paris, Pluriel.

ROY Olivier, 2017, “Political Islam after the Arab Spring. Between Jihad and Democracy”, Foreign Affairs, 16 octobre, [En ligne : https://www. foreignaffairs.com/reviews/reviewessay/ 2017-10-16/political-islamafter- arab-spring].

WIKTOROWICZ Quintan, 2006, “Anatomy of the Salafi Movement”, Studies in Conflict & Terrorism n° 29, 207-240.

Théo Blanc

Ancien boursier à l’IRMC, doctorant en science Politique à l’institut universitaire Européen.

Pour citer ce billet : Théo Blanc, «Être « islamiste » ou « salafiste » en 2018», Le Carnet de l’IRMC, N° 22, avril-octobre 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2230.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Séminaire « études du Politique » Repérage du Politique, de l’enquête à la théorie

Ce séminaire, sous-titré « Entre spécificités des cas et universalité des approches » et mis en place par Amin Allal, a pour ambition de comparer les approches, faire dialoguer des expériences de recherches sur des objets des sciences sociales du politique mais aussi de partager une réflexion sur le choix de ces approches. Tandis que la première séance avait été consacrée au journalisme politique, celle-ci se penchait sur la question du « repérage du politique ». Pour ce faire, étaient invités à débattre Daniel Cefaï, directeur d’études à l’EHESS, spécialiste de la sociologie des mobilisations collectives, de l’ethnographie politique ainsi que de l’Histoire des sciences sociales aux États- Unis et Imed Melliti, sociologue à l’Université de Tunis, chercheur associé à l’IRMC ayant récemment mené une grande enquête sur les figures et les formes d’injustice chez les jeunes en Tunisie post-2011. C’est, pour résumer, à deux séries de questions que nos deux intervenants ont du répondre : « où repérer et comment définir le/la politique dans les sociétés sur lesquelles ils ont travaillé ? », « Quels outils ont-ils privilégié et quels biais ceux-ci introduisent-ils dans l’analyse du politique ? ».

Imed Melliti a déployé son argumentaire, en affirmant que la révolution tunisienne avait été un moment charnière du politique, car même si le politique était existant sous Ben Ali, il « s’ignorait ». D’après lui, le politique est un ensemble d’actions sociales, il en existe deux entrées majeures : la gestion des  conflits qui permet de décrire un moment particulier de l’Histoire de la Tunisie en tant que pays pluriel hétérogène, éclaté et se découvrant étranger à lui-même, et la capacité à construire du compromis. Imed Melliti a ainsi travaillé sur la question de l’économie rurale et des jeunes. Il observe chez ce public que la question du politique y est ordinaire que les jeunes possèdent une réelle capacité à devancer les catégories vernaculaires, à émettre des jugements, ont une faculté à la critique ordinaire, à statuer de façon intuitive. Ce qui pousse ces acteurs à formuler ces revendications politiques est avant tout le trop grand sentiment d’injustice qui est notamment lié à l’inégalité territoriale. La circulation des capitaux, elle aussi, révolte les jeunes.

Daniel Cefaï a réagi à cette présentation, soulignant le lien entre le travail d’Imed Melliti et du philosophe du politique Claude Lefort qui a travaillé sur l’expérience du bien et du mal, du légitime et de l’illégitime. Daniel Cefaï a affirmé s’appuyer sur l’ethnographie politique, ce qui le conduit aujourd’hui à reprendre la philosophie politique. Doit-on se baser sur ce que disent les acteurs ? La frontière entre ce qui est politique ou non est sans arrêt en train d’être rediscutée mais la maltraitance des animaux, les perturbateurs endoctriniens, la malbouffe ne sont-ils pas autant de questions éminemment politiques ? Selon ce dernier, la publicisation mène à la politisation. Le chercheur argue que même une situation amoureuse peut devenir politique dans le cas de la répartition des tâches par exemple, ce qui veut dire que les catégories de l’intime, du personnel, ne font pas exception et peuvent relever du politique. Cependant, le politique est une énigme et l’on peut être amené à voir du politique là où les acteurs refusent d’en voir : dans le cas d’habitants qui s’investissent pour le quartier, de syndicats ou autre.

© chedlybenibrahim.wordpress.com

À cette question Imed Melliti a d’abord répondu que « l’on trouve du politique quand on ne le cherche pas et dès lors que nous nous mettons à le chercher, nous ne le trouvons pas ». La recherche ne se fait pas en dehors d’un contexte, elle comporte en effet des contraintes afférentes à un cadre. Imed Melliti a précisé qu’il abordait son travail par le biais du qualitatif et non du quantitatif. Il trouve en cette méthode un intérêt particulier aux mots employés, aux catégories des acteurs.

Pour Daniel Cefaï, le temps long d’observation est important, même s’il faut pouvoir en sortir. Cela doit aller de paire avec un journal de terrain, des enregistrements audio. Selon lui, cela est bien plus engageant que de faire des entretiens ou des sondages par exemple. L’ethnographie n’est d’après lui, pas incompatible avec d’autres types d’enquêtes, avec de l’analyse d’archives ou autre, cela peut même être complémentaire car l’ethnographie ne se suffit pas à elle-même et l’analyse documentaire peut en être un contrefort par exemple.

Daniel Cefaï a aussi insisté sur le corps en tant que présence qui occupe l’espace, qui se propose à son interlocuteur et qui induit des émotions, des sensations, et la façon dont ce corps singulier induit un type de rapport particulier. Il faut avoir conscience de ce que ce corps véhicule, et apprendre à se connaître soi-même est certainement la meilleure façon de l’aborder. Il faut apprendre à maîtriser la distance générationnelle, raciale, de genre… L’enquête ethnographique doit aussi se prémunir d’un écueil : celui de ne voir tout qu’à travers un seul prisme et de n’analyser qu’à travers celui-ci. Il faut s’interdire d’avoir trop de catégories. Enfin le travail du chercheur en sciences sociales est aussi grandement constitué de rédaction, il faut donc s’interroger sur le fait de rédiger : en quoi ? Pour qui ? Pour quoi ? Contre qui ? Contre quoi ? Daniel Cefaï, considère qu’il faudrait pouvoir toujours répondre à ces questions.

Cette discussion a suscité interrogations et remarques de la part du public qui a réagi à ces interventions. Oissila Saaidia a abondé dans le sens de Daniel Cefaï en affirmant qu’accepter en tant que chercheur ce que l’on est permet à l’enquêté de mettre quelque chose en avant ou non. Il s’agit là de cohérence narrative et de notre présence, du présent qui nous appelle. Jérôme Heurtaux s’est interrogé sur les points de rencontre entre l’ethnographie et la science du politique, ce à quoi Daniel Cefaï a répondu qu’il fallait évidemment mettre en lien ces disciplines. Un autre participant s’est demandé si considérer que tout ce qui relève du vivre ensemble a trait au politique, constitue un risque à ce que cette acception devienne trop englobante. Doit-on comparer ? Est-on dans la subjectivité ? Est-ce que la montée en généralité est pertinente en ethnographie ? À cela, Daniel Cefaï a répondu que l’expérience est autant pragmatique qu’il n’est aucunement question de vécu subjectif, qu’il ne s’agit pas là de roman social, l’ethnographie n’ayant rien à envier au model hypothético-déductif.

Louise Favel

Pour citer ce billet : Louise Favel, «Séminaire « études du Politique »
Repérage du Politique, de l’enquête à la théorie», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2214.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Crise des modèles ? Agricultures, recompositions territoriales et nouvelles relations villes-campagnes

Co-organisé par l’ERC Tarica 1, l’IRMC, le LabEx DynamiTe, le Collège international des Sciences du territoire (CIST), et l’Université de la Manouba, le séminaire international « Crise des modèles ? Agricultures, recompositions territoriales et nouvelles relations villescampagnes » s’est tenu du 12 au 14 octobre 2017 à Tunis. Il a réuni des chercheurs et des doctorants, géographes, sociologues, économistes et politistes autour d’une réflexion sur l’évolution des modèles productifs en agriculture, les recompositions sociales et spatiales porteuses de nouvelles relations entre villes et campagnes.

Lors de son allocation d’ouverture, Mme Oissila Saaidia, directrice de l’IRMC, a souligné que la question des modèles et de leur crise est au coeur de bien des problématiques des sciences humaines et sociales. Le modèle s’avère autonome par rapport à la réalité dans la mesure où il est impossible d’en restituer toute la complexité et qu’en dépit de cela, les modèles circulent indépendamment  des contextes politiques dans lesquels ils ont été produits. S’interroger sur la crise des modèles, c’est donc s’interroger sur la pertinence d’outils construits « hors sol ». En somme c’est remettre en question l’universalité supposée de certains modèles, en partie du au fait que les modèles de développement agricole génèrent au Nord comme au Sud, d’importantes recompositions territoriales.

Un fait que, Alia Gana, directrice de recherche au CNRS et Principal Investigator de l’ERC Tarica situe dans la problématique générale du projet de recherche axée sur la circulation et la confrontation des modèles de développement et de justice sociale. La question de la crise des modèles agricoles est l’objet d’une collaboration de longue date entre Marine Berger et Jean-Louis Chaléard, Professeurs à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Ce sujet relève d’une réflexion sur les modèles de développement, qui ne peut être pertinente sans aborder les questions portant sur les politiques publiques.

Le premier atelier du séminaire concernait les rapports entre villes et campagnes et la question de la concurrence autour des ressources qui peuvent prendre des formes diverses. Il peut s’agir des jeunes ruraux qui se sont dirigés vers les villes (Zakaria Kadiri Maroc), mais également du foncier agricole périurbain menacé par l’urbanisation et l’industrialisation (Marouen Taleb Tunis). Des marges de manoeuvre et des arrangements informels également exister, soit entre usagers et État, comme dans le cas des territoires irrigués de Biskra et du bas Chléf (Hichem Amichi Algérie), soit entre différentes catégories d’usagers comme le montre la gestion de l’espace halieutique monastirien (Racha Sallemi Tunisie). Les inégalités socio-spatiales apparaissent ainsi comme une conséquence d’une compétition sur les ressources entre usagers-gagnants et usagers-perdants, particulièrement en ce qui concerne la gestion de l’eau comme dans le cas du Lebna au Cap Bon (Alia Gana et Emna Khemiri Tunisie).

Le second atelier a traité des modèles agricoles émergents et innovants et des nouvelles relations villes-campagnes. La réhabilitation des anciens modèles d’exploitation agricole s’inscrit dans cette logique d’innovation qui tend à revaloriser des espaces agricoles confrontés à des compétitions sur les ressources et à l’emprise foncière : la valorisation de la production oasienne à Gabès (Irène Carpentier Tunisie) ou la restructuration récréative de l’espace agricole des campagnes liméniennes (Héloïse Leloup Pérou) pour diversifier les sources de revenus des agriculteurs, de résistance et d’adaptation face à l’emprise de l’urbain. Une emprise dont l’ampleur est particulièrement marquée dans le contexte égyptien caractérisé par le développement d’un modèle capitaliste d’agro-business exportateur en pleine conquête des terres désertiques de l’Ouest du Delta du Nil (Delphine Acloque – Égypte) mais qui se déploie également à des échelles plus humaines comme à Tiznit (David Goeury – Maroc) à travers la préservation de l’activité agricole en érigeant le foncier au rang de « bien commun » géré collectivement par une communauté d’usagers à cheval entre l’urbain et le rural.

Le troisième atelier a traité des nouvelles fonctions et des représentations des espaces ruraux périurbains. Il a permis de conforter l’idée que la ville a besoin d’un espace rural contigüe en tant que territoire d’une agriculture d’entreprise qui tend à se diversifier pour s’adapter à une nouvelle échelle métropolitaine extrêmement variée et exigeante comme dans l’ouest francilien (Martine Berger – France). Ainsi, face à la croissance de la ville néo-libérale, une gouvernance dédiée devient impérative afin de sécuriser les moyens de production et notamment le foncier comme dans le cas du territoire d’île de France (Monique Poulot – France). La pénétration de l’agriculture marchande introduit ainsi une nouvelle ruralité au sein de laquelle l’autochtonie sert de vecteur identitaire pour les revendications foncières comme le montre l’exemple abidjanais (Jean-Louis Chaléard – Côte d’Ivoire). Les besoins de la ville peuvent se rapporter également à une dimension sociale à travers laquelle les citadins établissent un lien avec la campagne en cultivant de petites exploitations agricoles sous la forme de jardins-potagers qui agrandissent l’espace de vie très restreint des citadins comme le3 montre l’exemple des datchas de Kazan (Camille Rober-Boeuf – Russie).

© Marouen Taleb.

Le quatrième atelier a mis en lumière les dynamiques migratoires et les mobilités liées à une redéfinition des rapports entre villes et campagnes. L’influence des économies libérales tend à raccourcir le lien entre ces dernières et a des conséquences en matière de renforcement de l’armature urbaine et d’implantation d’équipements publics à travers la densification des espaces ruraux. Toutefois, l’investissement privé ne saurait se soustraire aux politiques d’aménagement du territoire pour répondre à la question des inégalités comme dans la région de Kédougou (Olivier Ninot Sénégal). De nouveaux facteurs peuvent, à ce titre, entrer en jeu pour la redynamisation de l’agriculture et des espaces ruraux comme l’apport d’une main d’oeuvre constituée de migrants, mais présentent néanmoins des effets pervers comme l’exploitation abusive des travailleurs agricoles comme en Italie (Alessandra Corrado Italie). Cela a conduit à des initiatives pour une nouvelle gestion des exploitations agricoles plus respectueuses des droits humains comme en Italie du Sud-Est (Giulio Iocco Italie). Autre exemple de la polarisation rurale, les souks participent, à travers leurs aires marchandes, à la définition d’une armature rurale nécessaire à l’administration des régions reculées comme l’Anti-Atlas marocain (Mohamed Oubenal Maroc).

Le cinquième et dernier atelier a mis en relief les questions de justice spatiale et de mobilisation contre les inégalités. L’attractivité des zones agricoles à fort potentiel de production pour l’investissement privé étranger induit des décalages, ce qui constitue un élément d’exacerbation des inégalités et des revendications identitaires locales comme à Sidi Bouzid vis-à-vis des agriculteurs sfaxiens (Mathilde Fautras Tunisie). L’introduction de nouveaux systèmes de production et les conséquences en termes de surexploitation de ressources et de dégradation de l’environnement apparaissent ainsi comme un catalyseur de dynamiques de mobilisations sociales territorialisées comme à Gabès (Diane Robert Tunisie).

Marouen Taleb

Pour citer ce billet : Hicham Rouibah, «Crise des modèles ?
Agricultures, recompositions territoriales et nouvelles relations villes-campagnes», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2209.

1 Projet de recherche « Changements politiques et socio-institutionnels en Afrique du Nord. Compétition des modèles et diversité des trajectoires nationales », financé par le programme Advanced Grant du Conseil européen de la recherche (ERC).

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Question interdisciplinaire : Comment interroger les composantes régaliennes de l’État pour analyser l’évolution de ses périmètres ?

Ma recherche porte sur les relations civilo-militaires après le printemps arabe au Maroc et en Tunisie.

Cette dernière s’intéresse à l’évolution d’une institution étatique, l’armée, lors d’un processus d’évolution des institutions nationales suite à un changement de constitution, ce qui la situe dans le domaine du droit constitutionnel. Les cas de comparaison étant ceux de deux États, le Maroc et la Tunisie, ma recherche relève de la catégorie du droit constitutionnel comparé1.

Cette recherche est donc de droit public, mes sources étant les normes juridiques (constitutions, traités internationaux, actes administratifs) et la littérature scientifique juridique s’y référant.

Cette étude juridique est complétée par le recours aux outils et aux ressources de la science politique : par l’analyse de documents non-normatifs produits par les institutions étudiées2, par des entretiens et par la référence à la littérature en science politique. Cela me permet à la fois d’établir des faits, de recouper les informations recueillies ou disponibles ouvertement et confronter les concepts établis à la réalité rencontrée.

Ma recherche est donc inter-disciplinaire. Elle s’inscrit dans les security studies3, c’est-à-dire l’ensemble des recherches s’intéressant au contrôle de la violence entre entités politiques. Cela permet d’embrasser :

  • le droit des institutions politiques,
  • le droit international public (études des organisations internationales agissant avec les armées étudiées et des traités inter-étatiques relatifs aux armées marocaines et tunisiennes),
  • les études des relations civilo-militaires,
  • la littérature sur le coup-proofing4,
  • la théorie des relations internationales (le versant de science politique de l’étude du droit international public, notamment les études sur les hiérarchies dans les relations internationales),
  • les études des alliances et des coalitions militaires.

Ces savoirs sont mobilisés au service de la problématique : les relations civilo-militaires se sont-elles recomposées, dans ces Etats post- ou semi-autoritaires, en accord avec le principe de séparation des pouvoirs ?

Le choix des États étudiés se fait d’après la technique des « cas les plus similaires » (Hirschl, 2005) sur la base de critères historiques (période de décolonisation, relation avec l’ancienne puissance coloniale), géographiques (appartenance au même ensemble, à savoir le Maghreb), politiques (changement de constitution suite aux mouvements de contestation transnationaux de 2011) et sécuritaires (hausse des risques d’attentats terroristes).

L’approche interdisciplinaire conduit le chercheur à se remettre en question sur ce qu’il pense savoir. Afin de remettre en perspective à la fois les avis exprimés dans la littérature, les normes choisies pour leur pertinence, l’analyse des entretiens que j’ai menés, je confronte les informations accumulées au prisme d’un outil des sciences cognitives : aborder les savoirs sous l’angle des rapports entre les « known knowns, unknown knowns, known unknowns unknown unknowns » (« ce que je sais que je sais, ce que je sais que je ne sais pas, ce que je ne sais pas que je sais, ce que je ne sais pas que je ne sais pas »), aussi connu sous le nom de dilemme de Donald Rumsfeld :


© Vamsee Jasti

Explorer en dehors de ma discipline me permet de remettre en question les informations à ma disposition et que je collecte, mais la détermination des limites est nécessaire afin de ne pas se laisser entraîner au-delà du sujet d’origine. Un écueil dans une démarche interdisciplinaire est la tentation d’être happé par les nombreuses sous-disciplines que le sujet pousse à approcher. Dans mon cas, je me suis retenu d’aller vers les études sur le contre-terrorisme et sur l’histoire des institutions de la violence de l’État.

J’ai mené une centaine d’entretiens semi-qualitatifs. Cet outil des sciences sociales a dû être adapté à l’environ-nement professionnel des enquêtés, à savoir des membres des élites nationales et internationales dans le domaine de la sécurité et de la défense : ceux-ci sont soumis à des obligations de confiden-tialité, mais aussi à un emploi du temps limitant la durée des entretiens5. J’ai fondé mon approche sur les techniques du Department of War Studies du King’s College of London : j’ai fait le choix de prendre des notes sans enregistrer les entretiens, me servant de cet argument pour établir un lien de confiance avec les enquêtés. De même, il est à noter que j’offrais la possibilité de négociation sur certaines informations, ce qui permettait à la fois de faire un effort de reformulation pour être le plus proche de l’opinion que voulait me transmettre les enquêtés, d’approfondir le lien avec eux, mais aussi de comprendre leur perception de la hiérarchie de la sensibilité des informations qu’ils me transmettaient. Enfin, je me devais de diriger les entretiens afin d’optimiser le temps qu’ils m’offraient, quitte à revenir sur certains points si l’enquêté se montrait disposé à aller au-delà de la durée imposée en amont.

© almarsad.co

En guise de conclusion, j’observe que les forces armées sont incluses dans un ensemble d’institutions étatiques et internationales, qui sont autant de mécanismes de décision et de contrôle. Cet ensemble est le fruit de choix internationaux retenus au début de la guerre froide. Il s’adapte aux évolutions des menaces sécuritaires, du conflit interétatique au terrorisme plus ou moins militarisé6. Se dessine alors un dispositif international de sécurité, une communauté pluraliste de sécurité regroupant États et organisations internationales dont l’objet est la sécurité de tous ses membres7, au sein duquel les changements constitutionnels ne fournissent pas suffisamment d’outils aux différentes institutions constitutionnelles pour pouvoir entrer en contradiction avec, et donc équilibrer, les nombreuses prérogatives du pouvoir exécutif. Le changement de constitution ne permet pas d’embrasser la complexité de cet ensemble de réseaux au sein desquels l’État post-moderne8 reste le décideur final et essaie de maximiser ses gains. L’insertion des États étudiés dans ce dispositif international impose une harmonisation des pratiques des relations entre le pouvoir politique central et les forces armées, en contradiction avec les pratiques qu’un État dictatorial entretient9. S’il est compliqué de qualifier les évolutions politiques comme une “démocratisation », on peut toutefois affirmer que la vie politique des États étudiés ne répond pas non plus intégralement aux critères d’une phase de décompression autoritaire qui se refermerait. Il en ressort qu’une gouvernance (c’est-à-dire un mode de décision par lequel l’État s’adapte aux nombreux réseaux institutionnels et extra-institutionnels avec lesquels il doit composer) des forces armées s’est instaurée à des degrés différents au Maroc comme en Tunisie.

1 PONTHOREAU Marie-Claire, 2010, Droit(s) constitutionnel(s) comparé(s), Paris, Economica, « Corpus droit public ».

2 On peut ici citer les rapports des institutions internationales, américaines, françaises ainsi que les think tanks travaillant au développement d’un ensemble de « bonnes pratiques » et produisant des   rapports  promouvant  les bonnes pratiques » dans le domaine du contrôle démocratique des forces armées ainsi que des études sur les armées avec qui elles travaillent. Voir notamment la page : DCAF Publications.

3 Un ouvrage récent en langue française s’attache à définir l’ensemble des approches critiques des études sur la sécurité : BALZACQ Thierry, 2016, Théories de la sécurité. Approches critiques, Paris, Presses de Sciences Po, « Références ». Néanmoins, la majorité des ouvrages pertinents sont en langue anglaise étant donné l’origine anglo-saxonne de ce champ disciplinaire au début de la guerre froide : COLLINS Alan, 2013, Contemporary Security Studies, Oxford University Press, 3ème édition.

4 Deux ouvrages récents se démarquent dans le paysage bibliographique sur le sujet : TALMADGE Caitlin, 2015, TheDictator’s Army. Battlefield Effectiveness in Authoritarian Regimes, Cornell University Press, « Cornell Studies in Security Affairs », qui se concentre sur le lien entre techniques anti-coup d’Etat et comportement aux combats des armées d’Etats autoritaires en conflit inter-étatique ; GREITENS Sheena C., 2016, Dictators and Their Secret Police, Cambridge University Press.

5 Un certain nombre d’articles reviennent sur ces pécificités    :     Robert    MIKECZ,     2012, Interviewing Elites : Addressing Methodological Issues », Qualitative Inquiry, 18: 482 ; LAFAYE Christophe, PAYAY PASTOR Alicia et THURA Mathias (coord.), 2015, « La pratique des sciences sociales en milieu militaire. Une opération spéciale ? », Champs de Mars, n° 27, 88 p., HARRELL Margareth, BRADLEY Melissa, 2009, « Data Collection Methods. Semi-Structured Interviews and Focus Groups », RAND Corporation, « Training Manual ».

6 NORHEIM-MARTINSEN et NYHAMAR, 2015, International Military Coalitions in the 21st Century, Global trends and the future of intervention, Routledge.

7 ADLER Emmanuel, 2008, « The Spread of Security Communities: Communities of Practice, Self-Restraint, and NATO’s Post-Cold War Transformation », European Journal of International Relations, 14(2), p.195-230.

8 CHEVALLIER Jacques, 2014, L’État post-moderne, Paris, LGDJ, « Droit et société », 4ème édition, 265 p.

9 TALMADGE Caitlin, 2015, The Dictator’s Army. Battlefield Effectiveness in Authoritarian Regimes, Cornell University Press, « Cornell Studies in Security Affairs », 320 p.

Thibault DELAMARE

est doctorant à Aix-Marseille Université, DICE, LabexMed.

Pour citer ce billet : Thibault DELAMARE, « Question interdisciplinaire : Comment interroger les composantes régaliennes de l’État pour analyser l’évolution de ses périmètres ? », Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2152.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Quelle approche européenne au soutien aux droits humains en Tunisie?

Cette contribution advient à la suite des « Journées Doctorales », qui se sont déroulées à la bibliothèque de l’IRMC le 10 et 11 mai 2017 autour de la thématique « Interdisciplinarité et nouveaux objets de recherche », et qui ont constitué un moment précieux d’échange intellectuel entre les chercheurs/ chercheuses et les doctorant(e)s associé(e)s à l’IRMC (dont un compte-rendu a été présenté par Nassima Mekaoui-Chebout dans la lettre de l’IRMC n. 19).

Dans le cadre de ces journées, la table ronde « Objets locaux / Objets globaux » – comprenant les présentations de Quentin Deforge, Selima Kebaili et moi-même, et ponctuée par les interventions de Karima Dirèche et Jérôme Heurtaux – s’est déroulée autour des approches empiriques exploitées sur le transnational, avec un focus particulier sur les pratiques d’enquête. Plus précisément, la table ronde s’est interrogée sur: « Comment se saisir du transnational sur le terrain ? ». La question pose plusieurs défis méthodologiques et pousse le chercheur/la chercheuse à se confronter à des disciplines différentes. Mon travail de recherche s’insère dans ces questionnements, en visant à comprendre l’approche européenne de soutien aux droits humains en Tunisie et le changement mis en place dans cette approche, suite aux évènements de 2011.

Ce travail s’intègre aux études sur l’identité de l’Union Européenne (UE) et son rôle sur la scène internationale, qui – en tirant de la contraposition au sein des études sur les relations internationales entre les approches réalistes et constructivistes – se sont divisés entre approches basées sur les normes (« Normative Power Europe », Manners, 2002 ; Nicolaïdis, Withman, 2013 ; Birchfield, 2013 ; Lucarelli, Manners, 2016), et approches critiques envers ces derniers (Hyde-Price, 2006 ; Seeberg, 2009 ; Youngs, 2004 ; Martin, 2011 ; Diez, Risse, 2010 ; Bicchi, 2006 ; Cebeci, 2012). Plus précisément, mon travail tend à réunir les deux en une sorte de « synthèse » en revenant au concept de « Normative Empire Europe » (Del Sarto, 2016). D’après Raffaella Del Sarto « en conceptualisant l’UE comme un empire, on peut concevoir que l’UE exporte des règles et des pratiques aux États voisins en tant que modus operandi des empires dans la poursuite de leurs propres intérêts ; ce modus operandi sert aussi à la construction d’une identité normative »1. Cette lecture permet, donc, une synthèse entre les approches réalistes et constructivistes sur l’identité de l’UE et son rôle sur la scène internationale, y compris du point de vue du soutien aux droits humains.

Dans ce cadre, le choix du terrain tunisien dérive de la constatation que le pays a été toujours considéré comme le bon élève » de l’UE ou la « success story » de la politique Européenne de voisinage (PEV) au sein du voisinage sud ; encore plus à partir de 2011, quand la Tunisie est devenue le principal pays à bénéficier de l’approche « more for more »2. Pour cette raison il est intéressant de partir du terrain tunisien pour étudier l’approche européenne de soutien aux droits humains afin de comprendre si il y a vraiment eu un changement après 2011 et si ce changement a contribué aux améliorations de la situation des droits humains dans le pays.

En lien avec l’objet de la table ronde dans laquelle cette contribution s’insère, partir du terrain d’enquête tunisien permet d’analyser l’approche européenne (i.e. transnationale) à travers une « focale » tunisienne (i.e. locale).

Clairement, l’étude du terrain (commencée en avril 2017 et toujours en cours) s’inclut dans une précédente étude sur les relations euro-tunisiennes (et plus globalement euro-méditerranéennes) à partir du Processus de Barcelone (1995), d’où dérive l’intérêt de s’interroger sur l’approche de soutien aux droits humains dans les pays voisins mis en place par l’Union Européenne (UE) ces dernières années. En effet, ce soutien a été initialement prévu dans l’article 21 du Traité sur l’Union Européenne (TUE)3, qui constitue la cristallisation d’un processus amorcé à la fin des années 1980 avec la fin de la guerre froide et qui vise à accorder la politique de l’Union et des pays voisins en ce qui concerne (entre autres) la thématique des droits humains. Au sein de ce processus, le partenariat Euro-Méditerranéen (1995) – puis Union pour la Méditerranée (2008) – a inclus le soutien à la démocratie et aux droits humains dans le premier pilier sur le dialogue politique et sécurité ; ensuite la PEV (2004) a défini tous les accords de coopération entre l’UE et les pays voisins sur les droits humains de « core values ». Après le « Printemps Arabe », le principe du « more for more » a, plus encore, mis l’accent sur la composante des droits humains dans les relations euro-méditerranéennes.

Malgré cela, plusieurs études on démontré que le chapitre des droits humains est devenu avec le temps le moins effectif de la coopération euro-méditerranéenne (Joffé, 2007 ; Cassarino, 2012). Différents facteurs ont contribué dès le début à ce résultat: premièrement, la définition de critères (nécessaires pour comprendre le niveau d’engagement envers le respect des droits humains d’un pays non-UE afin de suivre les progrès et de réagir en conséquence) n’était pas une condition préalable à l’ouverture de négociations. Deuxièmement, les pays de l’Afrique du Nord on toujours exercé une forte influence sur l’UE et ses États membres dans les dialogues sur la migration ; enfin, l’Union a très souvent poursuivi la consolidation d’un paradigme de sécurité et la recherche prédominante de stabilité de son voisinage sud. En conséquence, une coopération renforcée sur la migration et les frontières est devenue de plus en plus une question de haute politique dans les relations euroméditerranéennes ; ce qui apparait encore de façon plus évidente aujourd’hui dans la dernière révision de la PEV en 2015.

En Tunisie, en particulier, la priorité accordée aux préoccupations en matière de sécurité dans les négociations bilatérales et multilatérales sur la migration a permis à l’ancien président Ben Ali de « réajuster » ou de canaliser judicieusement les règles et les politiques sur les questions migratoires en vue de renforcer sa propre domination à l’intérieur du pays. Cela a eu de graves conséquences pour le respect des droits humains dans le pays. En d’autres termes, jouer un rôle prédominant dans les dialogues euroméditerranéens sur la migration était un moyen pour Ben Ali d’acquérir une certaine crédibilité et, dans le même temps, de renforcer la légitimité du régime, malgré le manque de respect des droits humains et le mécontentement social dans le pays. L’UE a, en quelque sorte, soutenu le « réajustement » de Ben Ali, en commençant déjà en 2010 par la feuille de route pour un partenariat privilégié (conclu en 2012) avec la Tunisie (Cassarino, 2014).

Après 2011 – comme déjà mentionné – la révision de la PEV a mis en place une nouvelle approche basée sur le soutien aux droits humains, dont la Tunisie a été le principal bénéficiaire au sein du voisinage sud.

En se concentrant sur les droits humains, cette recherche choisit la souscatégorie de droits de femmes comme outil analytique pour deux raisons  principales : la première dérive de la constatation que les associations et mouvements des femmes sont particulièrement actifs en Tunisie et qu’ils ont massivement contribué au « Printemps Arabe » et à la phase de transition ; la deuxième concerne la possibilité de réfléchir aux limites d’une approche européenne (et plus globalement occidentale) à la question de droits des femmes, en revenant ici d’une façon interdisciplinaire aux études de genre, en particulier à la critique venant par le soidisant « black feminism » et « postcolonial feminism » (B. Hooks, 1984 ; Mohanty, 1986 ; Crenshaw, 1989 ; Spivak, 1999).

En conséquence, l’étude de terrain a, jusqu’à aujourd’hui, été concentrée sur les modalités utilisées par l’UE pour soutenir les droits des femme en Tunisie, tant au niveau politique que du point de vue du financement des projets relatifs aux questions de genre. Cette étude a été précédée d’une analyse documentaire qui concerne, au niveau local, les changements relatifs aux femmes dans la Constitution et dans le Code du Statut Personnel Tunisien ; au niveau transnational, les accords d’association entre l’UE et la Tunisie et les documents relatifs aux accords (ENP Action Plans, Progress Reports, etc.) à travers le prisme du genre, i.e. en identifiant les programmes et les projets de l’UE destinés au soutien aux femmes. L’étude a donc été structurée sur la base des entretiens semidirectifs et en réponses ouvertes aux acteurs/actrices inclus dans ces programmes/projets, notamment : les fonctionnaires de l’UE travaillant à la délégation à Tunis ; les membres du Gouvernement tunisien inclus dans le Programme bilatéral « Promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes » ; les agences onusiennes, les ONG internationales et les associations locales bénéficiant de fonds européens ; les experts locaux en tant que chercheurs/chercheuses sur la thématique et associations historiques. Les entretiens conduits jusqu’à aujourd’hui se sont concentrés, d’un côté, sur l’approche actuelle mise en place par l’UE (choix des acteurs de référence ; modalité d’inclusion / exclusion de la société civile ; facilitation du dialogue entre la  société civile et les acteurs institutionnels, etc.) avec pour but d’identifier les points de force comme les limites de l’application des modalités UE au contexte tunisien. D’un autre côté (là où il y en avait la possibilité), elles ont abordé la question du changement d’approche entre la période pré et post 2011, question qui sera approfondie dans les entretiens à venir. Une fois l’étude du terrain tunisien complétée, des entretiens semi-directifs à réponses ouvertes seront conduits à Bruxelles (et plus précisément à la DGNEAR de la Commission) sur la base du matériel rassemblé en Tunisie. Les résultats obtenus seront reportés sur le cadre théorique de référence avec pour objectif de confirmer, d’infirmer ou de mieux comprendre sur la base du matériel issu du terrain.

Clara DELLA VALLE
doctorante à l’Université Sant’Anna (Pise)

Pour citer ce billet : Clara DELLA VALLE, « Quelle approche européenne au soutien aux droits humains en Tunisie ? », Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2142.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Circulation et confrontation des modèles

La deuxième session de l’École doctorale itinérante en sciences sociales, destinée aux doctorants d’Afrique du Nord et d’Afrique sub-saharienne, s’est tenue à l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis du Sénégal, du 11 au 18 septembre 2017. Elle était organisée, sous l’égide de Mame-Penda Ba, professeure à l’UGB et de Jérôme Heurtaux, chercheur associé à l’IRMC, par l’UGB, l’UFR des sciences juridiques et politiques de l’UGB, le Laboratoire d’analyse des sociétés et pouvoirs. Afrique-diasporas (LASPAD), l’IRMC, l’Institut de recherche interdisciplinaire en Sciences Sociales (IRISSO, Paris-Dauphine, PSL) et le Centre Jacques Berque (CJB) à Rabat. Cette école a été réalisée dans le cadre de l’IRIS Études Globales financée par l’IDEX PSL (ANR-10-IDEX-0001-02 PSL). Elle a également été soutenue par plusieurs institutions : l’Institut de recherche sur le développement (IRD) à Dakar, les Services de coopération et d’action culturelle (SCAC) de Dakar, Rabat, Moroni, Bamako, le ministère de l’Enseignement supérieur du Mali et la Royal Air Maroc.

Cette seconde édition, après celle de Bamako en 2016 (cf. supra) avait pour thème : « Circulation et confrontation des modèles ». Il s’agissait d’encourager les étudiants à prendre en compte dans leurs recherches les modèles qui circulent concernant l’analyse de la démocratie et du développement, modèles confrontés à ceux utilisés par les acteurs sociaux et politiques, mais aussi de réfléchir à la pertinence des modèles d’analyse choisis dans le cadre de leur recherche. Dans une perspective tant théorique que méthodologique, c’est aussi une approche critique des modèles qui a été proposée, dans la mesure où les modèles circulent trop souvent en faisant silence sur leur condition de production et sans examen des usages qui en sont faits. Cette thématique était par ailleurs l’occasion de saisir les modèles issus des sciences sociales africaines et africanistes, qui, confrontés à d’autres, conduisent à reconfigurer des questions épistémo-logiques de tout premier ordre.

L’école doctorale itinérante en sciences sociales

L’école doctorale itinérante en sciences sociales a été initiée par Jérôme Heurtaux, alors chercheur MAEDI à l’IRMC, sous l’impulsion de Karima Dirèche, directrice de l’IRMC entre 2013 et 2017. Destinée aux doctorants et aux jeunes docteurs en sciences sociales inscrits dans une université ou rattachés à un laboratoire situé dans un pays d’Afrique du Nord ou d’Afrique sub-saharienne, elle a pour objectif d’apporter un soutien méthodologique aux doctorants en sciences sociales tout en stimulant la coopération scientifique entre l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique du Nord et l’Europe. Chaque session, organisée chaque année dans un pays différent, est organisée en étroite collaboration avec une équipe de chercheurs de l’Université d’accueil. La sélection des participants et le programme sont réalisés en concertation. La réussite de l’événement est donc conditionnée par l’engagement du groupe local de collègues dans sa préparation, sa mise en place et son animation. L’encadrement des doctorants est enfin assuré par une équipe mixte de chercheurs locaux et étrangers.

La première et précédente édition a eu lieu en septembre 2016 à l’Institut de Sociologie et d’Anthropologie de l’Université des lettres et des sciences humaines de Bamako (ULSHB) au Mali et a accueilli une trentaine d’étudiants venant du Sénégal, du Burkina Faso, de Guinée, de Tunisie, d’Algérie et du Maroc, encadrés par une dizaine de chercheurs confirmés. La thématique de cette première école était ” L’écriture scientifique » (cf. reportage vidéo sur https://www.youtube.com/watch? v=tmyIy_ibAFU).

A travers cette école, l’IRMC renforce ses liens avec des institutions universitaires et de recherche situés en Afrique sub-saharienne. Au-delà des institutions, l’école offre une occasion concrète de travail en collaboration réunissant des chercheurs de divers horizons. L’expérience de ce travail en commun peut être vue comme un levier pour d’autres collaborations : cotutelles de thèse, sessions de formation doctorale ciblées, journées d’étude thématiques, colloques internationaux, etc.

La session de Saint-Louis du Sénégal

La seconde session de l’école doctorale itinérante a eu lieu à Saint-Louis du Sénégal du 11 au 18 septembre 2017. Elle a suscité un très fort intérêt auprès des doctorants et doctorantes des pays de la région. Pas moins de 263 candidats ont présenté un dossier, dont 233 complets, selon la répartition nationale suivante : Sénégal (36), Burkina Faso (30), Cameroun (25), Maroc (24), Algérie (17), Tunisie (18), Mali (17), Bénin (16), Côte d’Ivoire (15), Togo (13), Guinée (4), Niger (4), Tchad (2), Divers Cap-Vert, Madagascar, Comores, France, Nigéria… (12)

La sélection été réalisée en fonction de plusieurs paramètres : qualité des dossiers (un classement était réalisé par pays après examen de l’ensemble des candidatures recevables), « prime » aux candidats inscrits dans une université sénégalaise (avec l’exigence de représenter l’ensemble des universités du pays), proximité géographique pour raisons de coût du transport (un bus a été affrété pour le groupe des Maliens et les doctorants guinéens ont également voyagé par voie terrestre). C’est pourquoi le groupe final était composé de la façon suivante : Sénégal (19), Mali (17), Côte d’Ivoire (1), Burkina Faso (3), Guinée (2), Maroc (3), Algérie (3), Tunisie (3), France (1), Bénin (1), Togo (1), Niger (1), Cameroun (1), Comores (1).

Les encadrants (cf. liste ci-dessous) étaient au nombre de 17, se répartissant entre Sénégalais (9), maliens (2), français (5) et marocains (1).

La première partie de chaque matinée était consacrée aux présentations de dix encadrants issus de différentes disciplines et traditions intellectuelles. Toutes portaient sur la thématique de l’école (circulation et confrontation des modèles). Les doctorants étaient invités à réagir et discuter avec les intervenants.

La seconde partie de la matinée et les après-midi étaient consacrés aux ateliers doctoraux. Cinq groupes de 11 à 13 doctorants, encadrés par 3 chercheurs confirmés, ont été constitués sur une base thématique (questions économiques et locales, questions politiques et juridiques, questions de genre, migrations, santé, autres) tout en respectant les principes d’interdisciplinarité et de mixité internationale. Les étudiants ont pu présenter leur recherche à deux reprises au cours de la semaine, la seconde intervention ayant pour objectif de vérifier si l’essentiel des critiques et des conseils reçus lors de leur première intervention avait été intégré.

© YouTube (People et blogs).

Atouts et points forts

Un appui inestimable aux recherches des doctorants

De l’avis de l’ensemble des doctorants qui l’ont exprimé pendant et au sortir de l’école doctorale, les séances pléniaires et les travaux en ateliers ont constitué d’importantes ressources pour reconfigurer leur problématique et leurs méthodes. Ils disent avoir pris conscience des blocages rencontrés, et avoir été rassurés sur la pertinence de leur objet de recherche. Bien qu’exigeant, le climat de bienveillance qui présidait aux débats a été un élément décisif pour lever timidité et incertitudes. Certains disent être repartis avec un nouvel élan et un courage revivifié pour reprendre et reformuler leur recherche, tant sur le plan de la définition de l’objet, de la méthode employée ou du cadre théorique mobilisé. En outre, les problèmes liés à la constitution d’une bibliographie critique et au bon usage des références dans la démarche de recherche, ont été soulevés. L’école représente une occasion rare d’offrir un encadrement innovant à des étudiants venus d’horizons divers.

La volonté de travailler en réseaux

L’école doctorale s’est structurée sur une démarche active de décentrement des sciences sociales, en donnant une place importante à la question de la circulation des savoirs et en interrogeant tout particulièrement les possibilités pour les jeunes chercheurs africains d’avoir toute leur place dans les grandes enquêtes empiriques, face à une surabondance de travaux et de concepts construits à partir de terrains dans les sociétés européennes et d’Amérique du Nord. En cela, et en s’appuyant sur une équipe de l’Université Gaston Berger particulièrement investie dans les réseaux internationaux s’intéressant à ces questions, l’école doctorale s’inscrit pleinement dans les débats en cours relatifs à la globalisation des sciences sociales, et plus précisément dans l’émergence d’échanges et de dialogues pluralistes, multipolaires. Les réseaux créés dans ce cadre pourront ainsi, sur le moyen et long terme, être un appui pour constituer un pôle africain de la recherche en sciences sociales.

Il s’agissait d’inciter les doctorants à constituer des réseaux thématiques, disciplinaires ou pluridisciplinaires, en fonction des affinités électives dont les sessions doctorales sont le théâtre. Une page facebook « Ecole doctorale itinérante » a été créée lors de la session de Saint-Louis. Réunissant l’ensemble des doctorants qui ont participé à la session et vite rejoints par les participants de l’école de Bamako (septembre 2016), elle est rapidement devenue une plateforme d’échange d’informations (sur d’autres écoles doctorales, sur des appels à contributions, etc.), d’articles, de sources et de contacts. Des réseaux disciplinaires sont également en cours de constitution, dont un réseau de jeunes chercheurs africains en droit public.

Ces réseaux pourraient être la matrice de la relève d’une génération d’enseignants-chercheurs à même de s’investir ensuite dans la formation et l’accompagnement doctoral dans leur université ou leur pays d’origine (ou dans un autre pays de la zone). D’où la nécessité de mettre ensemble, pas seulement pour des raisons intellectuelles, des chercheurs des différentes sciences sociales et du droit.

Donner une visibilité aux sciences
sociales issues des sociétés africaines

Le fait que l’école ait lieu chaque année dans une université et un pays différents permet un effet d’enrôlement de doctorants et de collègues confirmés qui ne se connaissaient pas ou peu, et qui, à la faveur des débats, entendent participer à la formation des doctorants. Par ce biais, il s’agit aussi de donner visibilité et légitimité aux sciences sociales issues des pays d’Afrique. Raison pour laquelle nous avons insisté sur l’importance des enquêtes de terrain.

Les limites et comment les dépasser

La modestie du format

Les principales limites de l’école doctorale sont sa durée et le turn-over des doctorants. Une semaine par an, autour d’un groupe de doctorants non identique d’une année sur l’autre, restreint d’évidence l’ambition de cette école. C’est pourquoi nous avons plaidé pour des relais intermédiaires (réseaux, ateliers interuniversitaires) pour pallier le manque d’espaces de discussions des thèses en cours.

Un accès réduit à la documentation et aux bibliothèques

L’école itinérante se tient dans des espaces universitaires inégaux quant à l’accès à la documentation en sciences sociales et aux ouvrages fondamentaux internationaux. En sorte que les bibliographies recommandées sont suceptibles de rester lettres mortes. Nous avions soulevé cette question au Mali lors d’un rendez-vous avec la Ministre de l’Enseignement supérieur, mais ce problème crucial demeure dans nombre d’universités de la région, comme en ont témoigné les doctorant(e.s).

Un financement restreint

Le format de l’école est encore très dépendant des financements que nous trouvons et que nous réunissons tardivement chaque année. De ce budget dépend, on l’a vu, la sélection d’un nombre restreint de doctorants pour certains pays, alors même que leurs projets sont scientifiquement recevables. Mais surtout, il s’agit de pérenniser et d’élargir cette école doctorale. L’objectif serait en effet, de créer une école doctorale tout au long de l’année, qui ne soit pas rattachée à une institution en particulier, et qui offrirait, outre les grandes sessions annuelles, des formations ciblées (type séjour d’un enseignant-chercheur ou deux dans un laboratoire pour un séminaire doctoral intensif d’une semaine, rencontres doctorales thématiques avec un plus petit nombre de participants, encadrement de la rédaction d’un article académique, les pistes sont nombreuses).

© YouTube (People et blogs).

Reste que rendez-vous est pris pour la troisième session en 2018, qui devrait être hébergée par une université d’Afrique subsaharienne. La nouvelle directrice de l’IRMC, Oissila Saaidia, qui était présente à Saint-Louis du Sénégal, s’est d’ailleurs engagée à accueillir dans les années à venir, une des prochaines éditions de l’école doctorale itinérante en Tunisie.

Jérôme Heurtaux

Pour citer ce billet : Jérôme Heurtaux, « Circulation et confrontation des modèles », Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2126.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’hypermédiatisation des Femen en France, au Québec et en Tunisie

 

Résumé de thèse

La politisation des corps féminins – lieux traditionnels de l’antiféminisme et des luttes féministes – s’accompagne dans l’histoire contemporaine d’un phénomène d’amplification par le médiatique. Un mouvement féministe créé en Ukraine en 2008, les Femen, manifeste seins nus contre la domination masculine sous toutes ses formes (prostitution, patriarcat, religion, etc.). Le corps nu des Femen provoque autant l’admiration que l’ire des commentateurs. À l’été 2012, la fuite d’Ukraine et l’exil en France, de l’une des leaders du mouvement, coïncide avec le début de son internationalisation. La même année, en France, les militantes Femen s’impliquent dans les débats sur la loi pour le mariage pour tous, dans une France divisée sur la question. La multiplication d’actions spectaculaires, notamment au sein des églises françaises, accroît sa notoriété. En Tunisie, la jeune Amina Sboui s’inspire de cette stratégie et publie des photographies de son corps nu. Le pays est marqué par les soulèvements du « printemps arabe » et la confrontation entre islam politique et libéraux laïcs cristallise la société. Avec l’action de trois militantes Femen en Tunisie, en mai 2013, la médiatisation atteint des sommets. Quel est le rôle des médias dans ces politisations ? Les controverses se prolongent au Québec où une antenne est créée. En octobre 2013, c’est au sein de l’Assemblée nationale que les activistes Femen réclament le retrait du crucifix et soutiennent la charte de la laïcité qui fait l’objet de vifs débats parmi les Québécois. Sur ces trois territoires, aux histoires différentes mais liées (histoire coloniale et postcoloniale, francophonie, etc.), les actions Femen sont investies par des contextes où la place du religieux est fortement questionnée depuis trois décennies. Les féminismes abordent ces problématiques en ordre dispersé et les stratégies sont diverses. Sur ces trois territoires, si les Femen se sont imposées comme le symbole d’un corps anti-religieux, c’est qu’au même moment, d’autres corps symbolisent le religieux. Les pratiques de voilement islamique (foulard, turban, voile intégral, etc.) sont au cœur d’une dialectique, tantôt réelle, tantôt fantasmée.

Le corps reste donc un « réceptacle des luttes politiques », et devient dans sa dimension genrée, un « champ de bataille ». À partir d’une analyse des discours, il reste à retracer la construction politique et médiatique du mouvement des Femen, à identifier les courants idéologiques qui s’affrontent, et à identifier les sens contemporains de la nudité (politique).

© Bibliothèque Nationale de Tunisie (Une du quotidien national Al-Chourouk, 30/05/2013)

Séjour de recherche à l’IRMC de Tunis : Analyse de corpus et collecte de données

En Tunisie, ces polémiques traversent trois espaces ; les sphères médiatique, politique et judiciaire. Ces évènements sont une porte d’entrée de compréhension des luttes politique qui se jouent dans un pays marqué par la transition politique. Que signifie cette polémique ? Comment est-elle comprise et réceptionnée par la société tunisienne ? Quel est le rôle contemporain du corps dans la sphère politique, dans un tel contexte ? Enfin, comment les mouvements féministes négocient-ils cette tension entre corps-objet et corps-sujet ?

 

Mon séjour de recherche à l’IRMC (septembre à décembre 2017) me permet de collecter deux types de données. Le premier est un corpus de la presse écrite qui retrace l’histoire de ces événements, et les discours en confrontation. Les quatre principales sources, trois en langue arabe (Al-Chourouk, As-sabah, Al-Fajr) et une en langue française (La Presse) couvrent les différentes tendances politiques de la société (gauche, pro-gouvernementale et islam politique). Le positionnement des journaux sur des clivages politiques (proximité avec le pouvoir, clivage gauche/droite) est moins évident qu’il n’y paraît. Un certain nombre d’entretiens sont menés avec des journalistes et des chercheurs sur les médias afin de combler les lacunes de la littérature existante sur la question. La seconde source d’information est institutionnelle. Il s’agit de collecter les comptes rendus de justice, la polémique ayant été marquée par de nombreux procès. Pourquoi la nudité est revendiquée en arme de protestation ? Est-elle historique ? Quelles en sont les limites et les critiques ?

Jallal MESBAH

est doctorant en histoire contemporaine Université d’Angers / GEDI. Contact : jalla.mesbah@gmail.com

Pour citer ce billet : Jallal Mesbah, «L’hypermédiatisation des Femen en France, au Quebec et en tunisie», Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2121.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook