Archives de catégorie : Sciences du religieux

Compte-rendu du séminaire de recherche « Migrations, mobilités et circulations intra-africaines : savoirs, critiques et méthodes »

Betty Rouland est géographe, en post-doctorat MEAE à l'IRMC depuis 2017. Elle mène un programme de recherche "Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l'émergence d'un espace de soins transnational en Afrique du Nord ?"portant sur les circulations liées aux soins médicaux dans la région du Maghreb et en particulier en Tunisie (voir aussi son projet sur les mobilités liées à la PMA).

En 2019, s’est tenu le séminaire de recherche « Migrations, mobilités et circulations intra-africaines : savoirs, critiques et méthodes ». Cette rencontre ambitionnait de documenter des interactions tissées par des mobilités aussi bien anciennes qu’émergentes, de déconstruire des catégories englobantes, peu représentatives de la condition réelle des populations mobiles dans les pays africains, dans l’optique plus générale, d’enrichir les débats scientifiques contemporains sur cette zone d’étude. Privilégiant une perspective « Sud-Sud », une attention particulière a été donnée aux travaux invitant à développer une approche critique et à décentrer le regard. Par le biais de différentes conférences, ont été mises en exergue les dynamiques dites top down et « par le bas », tout en saisissant les enjeux et les échelles de leurs processus (mondialisation, (trans)régionalisation, transnationalisme). Par la pluridisciplinarité des approches (histoire, géographie, droit et anthropologie) et la pluralité des prismes d’analyses utilisés (la diplomatie, les réseaux et routes marchands, le droit et le religieux), les interventions successives des chercheur.e.s. invité.e.s ont permis d’enrichir les débats actuels sur les migrations, les mobilités et les circulations à l’échelle intra-africaine et au-delà.

L’historienne Sophie Bessis, chercheure associée à l’IRIS, est intervenue lors de la première séance de séminaire, jeudi 28 février 2019,  sur « Diplomatie et coopération entre la Tunisie et l’Afrique de l’Ouest depuis l’Indépendance jusqu’à aujourd’hui » (cf. Lettre de l’IRMC, n° 24). L’approche « par le haut » et l’analyse factuelle développées par la chercheure ont permis de retracer l’évolution des relations diplomatiques contemporaines entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne.

Elle distingue trois temps forts de l’histoire de ces relations : la période Bourguibienne, ce qu’elle qualifie d’« éclipse tunisienne en Afrique Subsaharienne » durant le règne de Ben Ali et l’après 2011. Au lendemain de l’indépendance de la Tunisie et jusqu’aux années 1970, les relations entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne sont marquées par de nombreuses actions de coopération. Parmi les événements les plus significatifs, Sophie Bessis rappelle la présence militaire de la Tunisie en Afrique, avec, par exemple, l’envoi de 2 200 casques bleus au Congo en 1961 ; la participation active du pays à la création de l’organisation de l’unité africaine en 1963 ou bien la tournée de Bourguiba dans plusieurs pays subsahariens en 1965. À l’inverse, la période de Ben Ali se caractérise par un tropisme arabe et des relations résiduelles, voire inexistantes, avec l’Afrique subsaharienne. Depuis les soulèvements populaires de 2011, qui ont entrainé la chute du régime de Ben Ali, l’historienne note une reprise des relations, animées par des logiques principalement mercantiles. Elle observe, notamment, la présence croissante de sociétés tunisiennes sur le marché africain, ainsi que celle d’étudiants subsahariens en Tunisie, bien que ce nombre décroisse depuis 2012. En termes de partenariat économique, cela se traduit par l’adhésion de la Tunisie à la COMESA et le statut de membre observateur à la CDEAO.

Néanmoins, la chercheure met en lumière ce qu’elle considère comme le déni de la Tunisie face à sa dimension « africaine ». C’est ainsi que l’absence de politiques migratoires visant à régulariser la situation des travailleurs subsahariens en Tunisie illustre bien une certaine inertie du gouvernement tunisien et ce malgré la pression de la société civile. En d’autres termes, Sophie Bessis apporte des éclairages sur un sujet de recherche pionnier ouvrant de nouvelles pistes de réflexions sur le positionnement de la Tunisie en direction de la rive Sud de Sahara. 

Directeur de recherche au CNRS (LISST, UMR 5193), le géographe Olivier Pliez est intervenu jeudi 14 avril 2019, sur « La mondialisation des pauvres : loin de Wall Street et de Davos », titre de son dernier ouvrage codirigé avec Armelle Choplin [1]. Spécialiste des territoires urbains liés aux mobilités au Sahara, dans le monde arabe et en Méditerranée, ses terrains de recherche dans de petites localités marchandes au Maghreb l’ont conduit jusqu’en Asie du Sud-Est. Ainsi, Olivier Pliez propose une clef de lecture originale de l’objet géographique – et métaphorique – de la « route ». À travers l’exemple des réseaux migratoires marchands inter et transnationaux, cette deuxième séance s’inscrit à la croisée des trois dimensions proposées par le séminaire de recherche : « savoirs, critiques et méthodes ». En effet, les éléments introductifs abordent de manière critique les définitions et les représentations véhiculées par la mondialisation contemporaine. Réductrices et hiérarchisées, ces approches interprètent ledit processus via des valeurs marchandes globalisées qui seraient structurées par les firmes multinationales et excluraient, de ce fait, des populations considérées comme « pauvres ». À partir de deux terrains de recherches, des souks en Algérie et en Libye, le chercheur démontre non seulement que des routes commerciales « discrètes » se créent en dehors de celles tissées par les firmes multinationales, mais que les acteurs de ces réseaux marchands « du quotidien » sont totalement intégrés au système mondialisé. En d’autres termes, sa méthodologie de recherche souligne l’importance de « suivre » des routes commerciales afin de les reconstituer. Olivier Pliez explique de quelle façon de nouvelles formes de territorialisation émergent de ces routes commerciales discrètes à l’instar de la ville chinoise de Yiwu, spécialisée dans le marché du gros, où des quartiers sont réinvestis par ces acteurs marchands maghrébins. Lors des échanges avec le public, les discussions se sont penchées sur des aspects aussi bien méthodologiques que théoriques : comment « suivre » les objets de recherche ? Comment redéfinir la figure contemporaine du « pauvre » ou (re)conceptualiser le transnationalisme par le bas ?

Organisée jeudi 28 novembre 2019, la troisième séance de séminaire accueillait Delphine Perrin, juriste et politiste chargée de recherche à l’IRD, invitée pour présenter son dernier ouvrage Frontières, sociétés et droit en mouvement. Dynamiques et politiques migratoires de l’Europe au Sahel [2] codirigé avec Sylvie Mazzella. Issu d’un colloque international, cet ouvrage collectif réunit quatorze auteur.e.s provenant de champs disciplinaires variés. Les thèmes de recherche développés recouvrent ainsi une pluralité d’acteurs, de contextes et de prismes d’analyse pour saisir les enjeux des mobilités de l’Europe au Sahel.

Le propos de la conférencière ne s’est guère attardé sur les spécificités des contributions mais a plutôt introduit les idées fortes et transversales de l’ouvrage. Du point de vue de la place du droit dans les approches et les pratiques de la migration, Delphine Perrin souligne un processus de  diffusion de la juridicisation des migrations et les impacts du droit sur les mobilités. Une autre idée transversale de ce livre porte sur la dimension transrégionale des dynamiques et des politiques migratoires, invitant à dépasser le seul rapport « Nord-Sud ». Elle ajoute, par conséquent, qu’il faut aller au-delà de cette idée de « subalternité Nord-Sud » à l’image des États maghrébins qui participent à la fabrique des discours et des lois sur les migrations. D’ailleurs, Delphine Perrin insiste sur le fait que les dynamiques maghrébines s’inscrivent dans des échelles plus larges mettant en exergue un élargissement du « limes » méditerranéen. De même, la juriste note l’importance des articulations entre les dynamiques juridiques et l’évolution du contexte social et géopolitique de ces quinze dernières années avec les orientations restrictives et répressives des migrations (exemples donnés de l’Algérie, du Niger, de la Tunisie). À propos du délit de solidarité et du processus de criminalisation à l’encontre des migrants « irréguliers », Delphine Perrin explique que cela n’a rien de nouveau dans le droit tunisien car il existe un délit de « non délation ». Les discussions avec la salle ont abordé la question des frontières en mouvement et, notamment, la problématique des frontières maritimes, le nouveau positionnement du Maroc en tant que « modèle » et la place de la société civile marocaine, les possibles écarts entre la juridicisation et les réalités migratoires locales, ainsi que le rôle joué par les organisations internationales telles que le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés ou l’Organisation Internationale pour les Migrations.

Enfin, c’est l’anthropologue Sophie Bava qui a clôturé le séminaire de recherche jeudi 12 décembre 2019,  en présentant ses travaux empiriques sur « La formation religieuse chrétienne au Maroc : la naissance de nouveaux entrepreneurs religieux ». Chercheure à l’IRD, ses travaux se focalisent sur les migrations africaines sous le prisme de l’anthropologie religieuse du mouvement, à savoir, les constructions religieuses musulmanes et chrétiennes entre l’Afrique méditerranéenne et subsaharienne. Sophie Bava explique que cette recherche est une réflexion anthropologique nourrie du travail d’un photographe et qui a donc pour vocation à être partagée. L’anthropologue revient ensuite sur le fait que la migration représente un temps où l’on questionne sa foi, un temps qui se caractérise aussi par l’immobilité et l’ennui, enfin, un temps d’indépendance et donc de négociations qu’elle qualifie de temps de « butinage religieux ». 

Dans les années 1990, alors qu’il n’y a plus qu’un pasteur au Maroc et que les églises y sont très peu fréquentées, l’Église a su s’adapter à l’arrivée des premiers étudiants originaires de la rive Sud du Sahara. D’une part, la chercheure démontre que l’Église a bien un projet fédérateur pour le Maroc, caractérisé par l’octroi de bourses, la formation œcuménique avec l’Institut Al Mowafaqa, mais surtout les tentatives d’encadrement des églises de maison. D’autre part, le « culte à la régularisation » exemplifie la manière dont la théologie répond à des questions d’ordre sociologique, une théologie qualifiée de « pratique » voire « pragmatique » par la chercheure. Tandis que les fidèles prient pour régulariser leur situation administrative, les prêcheurs mobilisent les récits bibliques, à l’image de celui de Moïse qui renvoie à la figure du migrant. Les différents temps théologiques (passage, ancrage, installation, etc.) présentés ne sont pas chronologiques comme le rappelle la conférencière : « on les fait vivre au temps de la migration ».

Sophie Bava élargit la réflexion et explique que le christianisme, au Maroc, pose d’autres questions sur la diversité religieuse dans une dimension africaine. Par une stratégie de diplomatie religieuse, il confirme progressivement son rôle de médiateur entre l’Europe et l’Afrique.

[1] CHOPLIN Armelle, PLIEZ Olivier, 2018, La mondialisation des pauvres : Loin de Wall Street et de Davos, Paris, Seuil-La République des idées

[2] MAZZELLA Sylvie, PERRIN Delphine, 2019, Frontières, sociétés et droit en mouvement. Dynamiques et politiques migratoires de l’Europe au Sahel, Bruxelles, Bruylant

Compte-rendu initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Création d’un nouveau séminaire « Al-khamis fil Studio »

Article initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020. 

Par Kmar Bendana, historienne et chercheure associée à l'IRMC & Jamie Furniss, anthropologue, maître de conférence à l'Université d’Édimbourg et chercheur MEAE à l'IRMC.
 Séance du 24 octobre 2019, intervention de Maha Bouhlel, géographe à l’Université de Sfax, sur « Etalement urbain et inégalités environnementales en ville ».

Nouveau séminaire interne à l’IRMC, cet événement ambitionne de devenir un rendez-vous régulier de la communauté scientifique de l’Institut. Il vise à dynamiser la discussion interdisciplinaire, en permettant la présentation des travaux récents en sciences humaines et sociales en Tunisie.

L’automne 2019 a vu le lancement d’un nouveau séminaire de recherche intitulé  « Al-khamis fil Studio » — les jeudis au studio. Créé et coordonné par Kmar Bendana et Jamie Furniss, ce séminaire est consacré aux travaux récents en sciences humaines et sociales en Tunisie. Espace d’échanges et de rencontres entre chercheurs de l’IRMC et collègues tunisiens rattachés à d’autres institutions, il vise à mieux connaître la recherche contemporaine en Tunisie et permet aux chercheur.e.s de l’IRMC de présenter leurs travaux en cours. Le public restreint (doctorants et chercheurs de l’IRMC prioritairement) et le format (répartition à temps égal entre présentation et discussion), ont pour objectif de dynamiser une construction collective de savoirs à travers la discussion et le débat autour de thématiques importantes, dans une ambiance constructive et collégiale. Le séminaire est multidisciplinaire et la liste des invité.e.s est établie à partir des suggestions des chercheurs de l’IRMC. C’est aussi un moment de convivialité puisque chaque séance est suivie d’un repas-partage.

Pour cette année de lancement, quatre séances ont été programmées, soit deux par semestre. La séance inaugurale s’est déroulée le 24 octobre 2019 avec une présentation de Maha Bouhlel, modérée par Jamie Furniss. Normalienne agrégée de géographie, docteure en géographie de l’Université de Sfax et ancienne chercheure postdoctorale du Conseil Arabe des Sciences Sociales Liban et de la Fondation Maison des Sciences Humaines Paris, Maha Bouhlel est intervenue sur le thème de l’« Etalement urbain et inégalités environnementales en ville ».

Focalisée sur la ville de Sfax, sa présentation a mis en parallèle l’étalement urbain et l’accentuation des inégalités environnementales : des inégalités d’exposition aux risques aux inégalités d’accès aux services publiques. Partant du constat que les habitants des quartiers populaires sont les plus exposés à ces atteintes, elle en déduit que les inégalités sociales mènent à des inégalités de vulnérabilité et des inégalités dans la capacité d’action des populations concernées. Le cas du service de la gestion des déchets permet d’illustrer cet argument. Problème récurrent et commun à toutes les zones de la ville, son ampleur varie néanmoins, générant de grandes disparités entre quartiers aisés et pauvres. Face à l’incapacité des services publics, les habitants s’organisent eux-mêmes pour assurer un environnement sain.

Maha Bouhlel est aussi revenue sur les réformes récentes et en cours dans la ville de Sfax et en Tunisie plus largement. Actuellement, la décentralisation et la délégation de pouvoirs aux autorités locales visent à déverrouiller le blocage institutionnel et permettre la mise en œuvre de stratégies d’amélioration de l’environnement urbain. Cela semble d’ailleurs être la seule issue possible au délicat contexte de l’après-révolution (2011), qui a donné naissance à un pouvoir accusé d’impuissance et d’inefficacité.  Cependant, la décentralisation — fortement véhiculée par les bailleurs de fonds internationaux comme garante de la démocratisation de l’action publique — suscite de grandes controverses sur le terrain.

Baccar Gherib, essayiste et auteur de quatre ouvrages chez Diwen Editions, enseignant à la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Tunis, était l’invité de la deuxième séance du séminaire, le 5 décembre 2019. En histoire de la pensée économique, les publications de Baccar Gherib portent notamment sur de grandes figures (Hume, Smith, Marx, Weber et Schumpeter), tandis qu’en économie politique, il traite plus volontiers de sujets relatifs à la Tunisie.

 

Dans son intervention, il a présenté une biographie intellectuelle de Tahar Haddad, figure adulée par certains, haïe par d’autres. Proposant un retour sur l’ensemble de son œuvre (articles de presse, Les Travailleurs TunisiensPensées posthumes, etc.), Baccar Gherib a démontré que Haddad n’est pas l’auteur du seul Imra’atunâ (Notre femme dans la législation et la société), mais qu’il est porteur d’une pensée cohérente où son célèbre chef-d’œuvre puise son sens. Selon lui, Haddad traite des questions nationale, sociale et sociétale à partir d’un positionnement clair : celui de la lutte contre les dominations coloniale, capitaliste et masculine. De ce point de vue, sa pensée est celle d’une émancipation universelle. C’est donc logiquement qu’elle articule les luttes d’une nation pour sa souveraineté, celles des classes laborieuses pour leurs droits et leur dignité et celles des femmes musulmanes pour l’égalité et la liberté. Le portrait de Haddad que livre Baccar Gherib dépasse de loin la seule figure de moslih (réformateur) cherchant à réinterpréter le legs religieux pour permettre l’émancipation des femmes en terre d’islam. Il donne à voir un grand intellectuel qui élabore, dans la Tunisie de l’entre-deux-guerres, les bases d’un projet progressiste global et qui incarne, ce faisant, les débuts d’une « gauche » proprement tunisienne.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Retour sur la 4ème édition de l’Ecole doctorale itinérante en sciences humaines et sociales Maghreb-Afrique subsaharienne

Manon Rousselle
Chargée de projets scientifique et de valorisation de la recherche à l'IRMC

La 4ème édition de l’école doctorale itinérante en sciences humaines et sociales Maghreb-Afrique subsaharienne s’est déroulée du 9 au 14 septembre 2019, à Sousse, en Tunisie. Elle a réuni autour de la thématique « L’Afrique dans les SHS : regards croisés et approches méthodologiques », une trentaine de doctorants et une quinzaine d’intervenants du Nord et du Sud du Sahara.

Se déroulant au Technopôle de Sousse, dans les locaux du Centre de recherche en micro-électricité et nanotechnologie (CRMN), cette école d’été a été organisée par l’IRMC en partenariat avec le ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), l’Agence française de développement (AFD) et avec le soutien du Centre Jacques-Berque de Rabat, de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), des Services de coopération et d’action culturelle (SCAC) des ambassades de France au Mali, au Burkina Faso, au Niger et au Sénégal, de la représentation de l’Institut de recherche sur le développement (IRD) à Tunis, de la Royal Air Maroc, de l’Université de la Manouba et de la Faculté de droit et de sciences politiques de Sousse.

PRÉSENTATION DE L’ECOLE

Événement scientifique annuel, depuis 2016, l’école doctorale itinérante est destinée aux doctorants en sciences sociales inscrits dans une université ou rattachés à un laboratoire situés dans un pays d’Afrique du Nord ou d’Afrique sub-saharienne. Elle vise à apporter un soutien méthodologique aux doctorants en sciences sociales tout en stimulant la coopération scientifique entre l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique du Nord et l’Europe.

Les sessions, se tenant chaque année dans un pays différent, sont organisées en étroite collaboration avec une équipe de chercheurs de l’université d’accueil. La sélection des participants et le programme sont réalisés en concertation. La réussite de l’événement est donc conditionnée par l’engagement du groupe local de collègues dans sa préparation, sa mise en place et son animation. L’encadrement des doctorants est assuré par une équipe mixte de chercheurs locaux et étrangers.

Pour rappel, la première édition a eu lieu à Bamako (Mali) en 2016, la deuxième à Saint-Louis (Sénégal) en 2017, la troisième à Cotonou (Bénin) en 2018. La quatrième s’est donc tenue à Sousse (Tunisie) en 2019, première édition organisée au Maghreb. Ces quatre éditions ont réuni des doctorants issus de plusieurs disciplines (sociologie, histoire, anthropologie, géographie, droit, agronomie, économie, démographie), ainsi que des encadrants et des conférenciers (chercheurs ou enseignants) en provenance d’une quinzaine de pays du Maghreb et d’Afrique subsaharienne.

Cette formation a permis d’initier de nouvelles connexions entre doctorants et encadrants, de créer un espace de partage d’informations et d’expériences, se voulant un lieu d’apprentissage interactif et participatif des cultures et des habitudes de l’autre. L’école doctorale itinérante en sciences sociales est l’opportunité de s’ouvrir à d’autres thématiques, disciplines et terrains de recherche.

Au-delà des savoirs, il est aussi question de revenir sur les approches méthodologiques des différentes disciplines dont on connait l’importance pour les doctorants. Les SHS répondent à des méthodologies spécifiques sur lesquelles repose la scientificité des démarches qu’il convient à la fois de maîtriser et de croiser. A l’instar des éditions précédentes, conférences plénières et ateliers alternent pour permettre à la fois la transmission des savoirs et la mise en pratique.

Participant de la 4ème édition de l’EDI à Sousse – sept. 2019 © Manon Rousselle

LA QUATRIEME EDITION

Conseil scientifique : Joseph Adandé (Université d’Abomey Calavi, Bénin), Amin Allal (IRMC, Tunis), Ramzi Ben Amara (FLSH, Sousse), Kmar Bendana (Université de la Manouba, IRMC, Tunis), Adrien Delmas (CJB, Rabat), Jamie Furniss (IRMC, Tunis), Khaoula Matri (FLSH, Sousse), Claude Prudhomme (Université Lyon 2), Oissila Saaidia (IRMC, Tunis), Laurick Zerbini (Université Lyon 2).

Coordination scientifique : Ramzi Ben Amara (FLSH, Sousse), Oissila Saaidia (IRMC, Tunis)

Chargée de projet : Manon Rousselle (IRMC, Tunis)

Présentation générale de l’édition

Cette 4ème édition s’est proposée de réfléchir sur « L’Afrique dans les SHS : regards croisés et approches méthodologiques » avec, comme problématique centrale, la place de l’Afrique dans les sciences humaines et sociales d’hier et d’aujourd’hui, en Afrique et ailleurs. Cette année, l’école doctorale a proposé d’intégrer une discipline jusqu’alors non représentée, l’histoire des arts. Il s’est agi de porter le regard « Au-delà de la frontière », de revisiter les savoirs africanistes en les repensant dans le cadre de concepts universels, de jouer sur les échelles par une entrée autour de « La ville africaine ou des villes en Afrique ». Le programme, construit dans le respect de l’interdisciplinarité, de la pluralité des approches méthodologiques et la pertinence des thèmes abordés au regard de la thématique principale, alternait séances plénières et ateliers doctoraux. Au total, 12 conférenciers sont intervenus : 7 Tunisiens, 4 Français et 1 Canadien.

Les groupes des ateliers doctoraux ont été formés et ont pu débuter dès le lundi après-midi à l’issue de la conférence inaugurale. Parmi les 10 encadrants des ateliers doctoraux, 5 d’entre eux étaient tunisiens, 4 étaient français et 1 canadien. En plus de la plupart des intervenants, deux enseignants de l’Université de Sousse se sont joints à l’encadrement : Ahmed Boujarra, maître-assistant en géographie physique et Karim Chayata, maître de conférences en droit.

Les doctorants

Cette année, l’école a bénéficié d’un engouement sans précédent. Près de 500 candidatures ont été envoyées, dont 444 dossiers complets. Seuls 303 dossiers entraient dans les critères de sélection de l’école et ont donc été examinés. Au total, 34 doctorants ont été sélectionnés, selon la qualité de leur dossier principalement, mais aussi selon des critères d’âge, de sexe (discrimination positive pour les femmes) et de provenance, et ce dans le but qu’un maximum de pays soient représentés. Les participants venaient ainsi de 12 pays : 1 Burkinabé, 1 Nigérien, 1 Tchadien, 2 Maliens, 2 Togolaises, 3 Béninois, 3 Sénégalais, 4 Ivoiriens, 4 Algériens, 4 Marocains, 4 Camerounais et 5 Tunisiens ; dont 13 femmes (38%) et 21 hommes (62%). Ils représentaient les disciplines suivantes : économie (8,8%), histoire de l’art et architecture (8,8%), histoire (11,8%), sciences politiques et relations internationales (11,8%), droit (14,7%), géographie (17,6%), sociologie et anthropologie (26,5%).

45% des doctorants étaient en première année de thèse, 20% en deuxième année, 20% en troisième année et seulement 15% en quatrième année. Le comité scientifique a choisi de donner la priorité à la jeune recherche.

Séance plénière de la 4ème édition de l’EDI dans l’amphithéâtre du Centre de recherche en Microélectricité et nanotechnologie (CRMN) du Technopôle de Sousse © Manon Rousselle

ÉVALUATION

Pour la première fois depuis la création de l’école, un questionnaire d’évaluation a été transmis aux doctorants pour avoir leurs retours sur cette édition. 69% d’entre eux ont répondu. De manière générale les retours de l’évaluation sont très positifs.

  • 95% sont satisfaits de la période à laquelle est organisée l’école (chaque année en septembre). 95% estiment que la durée (une semaine) de l’école est satisfaisante.
  • 80% estiment que la gestion du temps pendant la semaine est satisfaisante. 75% souhaitent du temps supplémentaire dans l’emploi du temps ; notamment du temps informel avec les encadrants (93,3%) et du temps de travail individuel (13,3%).
  • 95% jugent que la thématique principale a été respectée, que l’école correspondait à leurs attentes et qu’ils ont atteint les objectifs voulus par l’école. 100% déclarent l’école utile, 60% la considèrent même comme extrêmement importante.
  • 30% estiment que les conférences plénières n’ont pas suffisamment abordées les questions méthodologiques.
  • Plus de 70% sont satisfaits de la transversalité, l’interdisciplinarité, la représentation des différentes disciplines, la qualité du contenu scientifique, la qualité des débats, et la qualité des thématiques abordées.
  • 100% se déclarent satisfaits des ateliers doctoraux même si 20% estiment que la formule (une présentation du cadre théorique de sa thèse et une présentation de sa mise en œuvre, les deux mises en débat avec les encadrants et les autres doctorants du groupe) n’est pas adaptée. 100% jugent les encadrants disponibles.

Les retours des participants laissent paraître une réelle demande d’élargir le spectre des disciplines présentes dans la formation, en particulier le droit (conférencier) et les sciences économiques (encadrants), ainsi qu’une demande de méthodologie pure. En effet, la demande concernant une session d’écriture d’article scientifique est forte.

Ateliers de groupe © Manon Rousselle

BILAN

Le soutien du ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de l’Agence française de développement ainsi que la disponibilité des collègues tunisiens de l’Université de Sousse ont permis à cette 4ème édition de se dérouler dans d’excellentes conditions.

Le réseau de la recherche en SHS intra-africain prospère et nous avons vu avec le nombre de candidatures que ce réseau est toujours très actif, réactif et solidaire des jeunes chercheurs. La demande est bien présente concernant ces ateliers de formation à la recherche et cette école ne pourra que s’améliorer à l’avenir.

Voir aussi le témoignage de Marius Binyou Bi Homb, doctorant camerounais, participant à cette 4ème éditon.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Un géant méconnu : l’Indonésie, l’islam et la démocratie

Rémy Madinier, chercheur à l’IRESSEC et enseignant à l’EHESS, a répondu aux questions de Karima Dirèche, lors l’une rencontre qui fut l’occasion d’appréhender l’Islam en dehors des sentiers battus et de cette ère géographique qu’est le Maghreb.

Avec 250 millions d’habitants, dont 87,5 % de musulmans, L’Indonésie est le pays qui compte le plus de musulmans au monde et pourtant nous ignorons bien souvent ce « géant asiatique» dans notre compréhension actuelle de cette religion. Géographiquement décentrée, par rapport auMoyen-Orient et au Maghreb, il est vrai que les problématiques ne sont donc pas tout à fait les mêmes. Ainsi la question palestinienne par exemple n’est elle pas le centre des crispations et des préoccupations desmusulmans indonésiens et le lien à cette religion, est naturellement beaucoup plus ancré dans un contexte géopolitique sud asiatique. En effet, en Indonésie, bouddhistes, hindouistes, chrétiens, confucianistes et musulmans se côtoient sans heurts ni concurrence. D’après Rémy Madinier, les trajectoires spirituelles des Indonésiens sont en réalité complexes et parfois constituées de passages d’une religion à l’autre. L’essentiel réside dans le fait de croire. Signe de cette importance portée à la foi, l’athéisme n’y est ainsi toujours pas reconnu.

De plus, il faut ajouter à cela que l’Islam s’est implanté relativement tardivement en Indonésie, puisque les premières traces datent du XIe siècle, et s’est donc inscrit dans un environnement déjà très influencé par d’autres religiosités. C’est au XIIIe siècle que Marco Polo signale l’Indonésie comme premier pays musulman. Cette « islamisation » se propage de façon pacifique, à travers les commerçants, mais n’empêche pas les habitants de pratiquer l’hindouisme ou le bouddhisme parfois avec des syncrétismes.

Au XVIIe siècle, les colons néerlandais succèdent aux Espagnols et aux Portugais et convertissent ainsi une petite partie de la population au protestantisme. À l’indépendance de l’Indonésie, en 1945, deux leadersmusulmans, prennent enmain le pays et créent un État islamique, leur parti islamique se nomme le Masjumi. Pourtant, dans la Pancasila (philosophie indonésienne), rien n’est inscrit explicitement en vertu des principes de l’Islam. L’article 1er prône la croyance en un Dieu unique par exemple, mais sans se réclamer de l’Islam et peut ainsi convenir aux autres confessions présentes dans le pays. Il s’agit pour le parti Masjumi, de créer un État démocratique et islamique. Ce parti considère qu’il faut agir en fonction des valeurs propres à l’Islam sans pour autant s’en réclamer, ou en tout cas l’exhiber. Les chrétiens reconnaissent un signe de tolérance à leur égard et s’associent au projet duMasjumi. En 1955, le parti est divisé entre une aile moderniste et une autre prônant un islam traditionnel. Les masjumites sont évincés et le parti est interdit en 1957.

En 1959, Saokarno prend le pouvoir et fait alliance avec les communistes puis avec Suharto (de 1967 à 1998). C’est à partir de cette époque, que l’islamisme prend un tournant plus rigoriste et que la question de l’application de la charia entre en compte, même si cela reste un projet très inabouti à ce jour.

© institutfrancais-tunisie.com

Il semble en tout cas, bien que ce pays n’ait pas connu d’attentat depuis le 12 octobre 2012 (un jour, un mois et une année après le 11 septembre 2001), et bien que le nombre de combattants partis en Syrie ne dépasse pas les 700, que le pays se tourne vers un conservatisme religieux ayant pour principal souci de s’attaquer aux comportements jugés déviants. Ainsi, dans un échiquier politique dans lequel coexistent 5 partis islamistes, cela apporte la preuve irréfutable que l’islamisme échappe à l’idée que l’on s’en fait d’un parti unique, et donc qu’il n’est pas la réponse en soi.

Aujourd’hui la Jamaah Islamiyah s’est morcelée et cela implique des tentatives d’attaques terroristes d’individus isolés, souvent formés via internet. Le gouvernement indonésien déjoue de nombreux attentats mais ces initiatives personnelles restent difficiles à détecter.

Bien que le gouvernement montre une certaine efficacité dans sa gestion de lutte contre le terrorisme, l’école et notamment les professeurs d’éducation islamique laissent se propager l’idée d’un l’Occident à la dérive, dénué de toute moralité et qu’il faut lutter contre la débauche idéologique de ce continent.

Grâce à cette brève histoire de l’Indonésie musulmane, multicon-fessionnelle et démocratique, Rémy Madinier, nous a ainsi apporté un autre éclairage sur l’Islam, souvent présenté comme une entité immuable, unique et anhistorique.

Aborder l’Islam sous l’angle d’un pays aux moeurs et à la culture différents de l’ère géographiqueméditerranéenne permet ainsi de remettre en perspective quelques idées reçues sur cette religion et de replacer ces questions dans un contexte précis, une ère du temps, ainsi qu’un cadre de normalisation.

Louise Favel

Pour citer ce billet : Louise Favel, «Un géant méconnu : l’Indonésie, l’islam et la démocratie», Le Carnet de l’IRMC, N° 19,  janvier-mai 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2085.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Temps court Temps long

Tenu du 5-8 avril 2017, le 5e symposium de la Manouba a été lancé par une table-ronde pluridisciplinaire sur le thème « Temps court, temps long ». Autour de Raja Ben Slama (professeur d’arabe, psychanalyste et directrice de la Bibliothèque Nationale de Tunis), cinq intervenants ont présenté leur approche du temps, chacun selon un angle disciplinaire.

Pourquoi aborder ce couple temps court/temps long en 2017 en Tunisie ? Sans doute, le contexte politique, socioéconomique et culturel du pays pris dans une transition qui dure, n’était-il pas étranger à ce choix.Mais aucune région du monde aujourd’hui n’échappe à cette question en raison de l’accélération du temps social et politique, de la révolution numérique, de la multiplication des échanges et des connexions.

Toutes les interventions ont abordé la question des différentes échelles du temps. Dans une intervention sur la « trame historique de la révolution tunisienne », Yadh Ben Achour (Juriste spécialiste de droit public et des théories politiques en islam. Ancien doyen de la faculté des sciences juridiques de Tunis, ancien président de la Haute instance de la Révolution, membre du Comité des droits de l’homme des Nations Unies) a distingué le temps court de la Révolution et le temps long du processus révolutionnaire qui l’a suivi, et qui est celui de l’histoire de la Tunisie contemporaine. Pour lui, deux tendances ont traversé l’Histoire de la Tunisie depuis le XIXe siècle : une tendance « modernisatrice » qui a monopolisé l’initiative de l’action politique jusqu’à l’Indépendance et jusqu’à la veille de la Révolution. Face à elle, une tendance « théocentrique », marginalisée par le pouvoir politique. La Révolution a permis à cette tendance, et pour la première fois, d’obtenir l’initiative politique. La question de l’irréversibilité de la situation a été débattue.

D’autres interventions sont venues élargir l’horizon temporel au-delà de l’histoire contemporaine tunisienne : le temps cyclique de l’économie, l’espacetemps de la géo-histoire, le temps physique (avec, à ses deux extrémités, le temps atomique et le temps cosmique) et jusqu’au temps de l’éternité, ont été évoqués par les différents intervenants.

La conception comme mouvement a été mise en avant par Hamadi Ben Jaballah (Professeur de philosophie à l’université de Tunis, docteur d’état èslettres, diplômé en recherches approfondies, agrégé de la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis). Il a posé à ce propose la question de la liberté : « Et si Adam avait obéi ? » y aurait-il eu Humanité ? Le Paradis évoque l’éternité ; ce qui revient à dire qu’il n’y a pas d’Histoire. La Chute a donné à l’Homme des contraintes spatiales et temporelles qui lui ont paradoxalement offert une liberté d’action, qui lui ont permis de s’inscrire dans une  dynamique de mouvement. Cette finitude en engendre une autre, celle de son corps, qui fait de l’Homme un être avec une vie certes, mais aussi une mort. Vivre c’est alors naître et vieillir, avoir un passé et un futur, acquérir une mémoire, construire une temporalité mentale, intérieure. Un autre mythe rappelle cela : il s’agit de l’histoire d’Ulysse qui reste un temps sur l’île des Lotophages. Les habitants ont tout oublié, et ont donc perdu la notion du temps. Dénués de perspective, ils sont aussi dépossédés de leur désir de vivre.

Le temps dans sa matérialité a été étudié grâce à la présentation de Amor Belhédi (Professeur émérite en géographie à l’université de Tunis depuis 2016, membre correspondant de Beit al-Hikma). « Il est toujours minuit quelque part » : cette citation a permis aux participants de réfléchir aux découpages spatio-temporels que sont les fuseaux-horaires par exemple. Il a été rappelé, ensuite, que depuis les années 1980, la science géographique a évolué et s’est attachée à étudier le territoire des hommes, c’est-à-dire à prendre en compte l’action humaine sur des réalités spatiales. En effet, un espace sans société, sans problématique de pouvoir n’a pas de sens. Pour comprendre ces interactions, il faut nécessairement considérer l’Histoire et envisager le futur. Nous pouvons ainsi dire qu’un état et un État sont datés.

Fawzia Charfi (Secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur dans le gouvernement après la révolution, professeur de physique à l’Université de Tunis, ancienne Directrice de l’IPEST et membre du Comité scientifique de la Cité des Sciences de Tunis) a rappelé que notre Terre est très vieille et que les espèces qui la peuplent ne sont pas immuables. Sur un temps infiniment long, elles sont en perpétuelle évolution. Ce principe darwinien fait appel à deux notions opposées et parfaitement liées : le temps atomique, celui de la nano-seconde et le temps cosmique qui se mesure en milliards d’années.

À l’image des historiens, les économistes découpent et mesurent le
temps ; mais à l’inverse des premiers qui l’envisagent de façon linéaire, ces derniers le théorisent souvent sous forme de cycle (court, moyen, long). Azzem Mahjoub (Professeur émérite en Sciences Economiques de l’Université de Tunis El Manar, professeur invité dans diverses Universités et consultant, il a pour domaines de recherche privilégiés, les ressources humaines et le développement humain, l’intégration régionale, la gouvernance, les institutions et le développement durable) s’est attaché à démontrer que le développement humain doit nécessairement être durable, ce qui implique la prise en compte des générations futures. L’Économie a  développé des indicateurs éthiques permettant de considérer les besoins des populations actuelles tout en envisageant une réponse positive à ceux des générations à venir.

Le symposium s’est poursuivi avec d’autres conférences, des tables rondes et des ateliers d’écriture, selon la tradition pluridisciplinaire établie depuis le démarrage de la formule en 2013. Il s’est achevé le 8 avril 2017 à la Bibliothèque Nationale de Tunis autour d’une exposition sur l’histoire et le présent de la typographie arabe, en partenariat avec la Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations (BULAC, Paris).

Claire Ménétrier et Kmar Bendana

Pour citer ce billet : Claire Ménétrier et Kmar Bendana, «Temps court Temps long», Le Carnet de l’IRMC, N° 19,  janvier-mai 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2080.

 

 

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les nouveaux enjeux de la laïcité : conférence d’Henri Pena-Ruiz

Dans le cadre du cycle de conférences « Religion et processus de modernisation dans le pourtour méditerranéen », sous la direction de Chérif Ferjani, l’IRMC a reçu en février 2012 l’historien Jean Baubérot sur la question de la laïcité. La laïcité avait été définie par une neutralité de la puissance publique par rapport aux religions, une indépendance et liberté de tous les cultes, et une égalité de tous les citoyens devant la loi, qu’ils soient croyants ou non. Il en est ressorti une vision de la laïcité comme celle d’une liberté de croire ou de ne pas croire, en équilibre instable et en tension constante entre des enjeux sociaux, institutionnels, politiques, identitaires. Selon les sociétés concernées, il y a donc une histoire des laïcités et de leur gouvernance politique (de la laïcité autoritaire, à la laïcité « d’accommodements » ou de séparation).

Dans le prolongement de cette conférence et du débat qu’il a suscité, l’IRMC a invité le philosophe Henri Pena Ruiz, maître de conférences à l’IEP de Paris, Professeur des classes préparatoires et auteur de nombreux ouvrages sur la laïcité. Le conférencier a souhaité aborder la question de la laïcité en relation avec celle de la construction et de l’émancipation démocratique, dans des sociétés qui fabriquent des richesses en produisant de la pauvreté. Il explique en ce sens que l’imputation du chômage aux vagues d’immigration constitue une erreur intentionnelle, des campagnes antisémites ayant même été conduites au nom de la lutte contre l’immigration.

Selon Henri Pena-Ruiz, la laïcité n’est pas antireligieuse. Elle ne demande pas aux religions de disparaître mais plutôt de se vivre sur un mode de choix personnel qui n’englobe que leurs croyants. Elle est un « idéal à travers lequel les croyants des diverses confessions et les athées ou non croyants doivent avoir le même droit ». La thèse laïque vise à « faire vivre ensemble des gens de traditions et de pensées différentes ». La diversité si elle est pratiquée dans l’égalité, devient alors richesse. Elle renvoie à un principe d’unité à partir de nos diversités sans les gommer mais sans que l’une ou l’autre soit dominante (ex pluribus unum).

L’unité de l’humanité est plus importante que ses différences dans la mesure où ainsi que l’explicitait Liebniz, elle est commandée par la raison dans sa capacité d’analyser le réel et d’agir aussi efficacement que possible. À cet égard le concept de race perd sa pertinence puisque nous avons la raison. Et c’est en vertu de cette raison qu’il existe, selon Henri Pena-Ruiz, un principe de neutralité qui veut que toute constitution s’interdise de choisir une religion : « Ni la religion ni l’athéisme n’y doivent être officiels. C’est le neuter, ni l’un ni l’autre ». Et c’est à ce titre, selon notre conférencier, que la laïcité unit les humains non par ce qui les soumet, rappelant au passage qu’elle fut conquise contre le christianisme historique, mais par ce qui les élève.

C’est selon ces principes que l’espace public organise le vivre ensemble dans le cadre de deux approches de la culture, l’une statique et l’autre dynamique. La première est celle de la culture comme tradition, qui concerne les trois monothéismes. On y trouve le principe de la domination de l’homme sur la femme tant dans la Bible juive que dans l’épître de St Paul (« Femmes soyez soumises à vos maris »), ou dans le Coran (« La femme a un degré de préséance de moins que l’homme »). Dans la culture comme tradition, la loi civile qui régit les rapports humains est dictée par la loi divine et débouche sur « le fanatisme politico-religieux, lorsqu’une religion se veut privilégiée sur les autres » (« l’annexion des terres palestiniennes aujourd’hui se prétend fondée sur la Bible »).

La seconde concerne la culture dynamique comme processus de réappropriation de la tradition. Elle a le droit d’en mener une analyse historique et de la critiquer en tant que pensée dictée par les préjugés d’une époque. Il faut alors prendre en compte l’historicité d’une période (« on ne peut plus en rester à l’idée d’une société patriarcale »). Et l’intervenant de préciser : « Si Dieu est éternel, comment peut-il épouser les préjugés d’une époque ? ». Il pose alors la question du travail d’interprétation mené par Averroès : « Quand un verset du Coran heurte ma raison je dois l’interpréter ». De même Spinoza récuse l’idée du peuple élu car quid des autres peuples ? Henri Pena Ruiz montre bien à ce propos qu’une telle possibilité d’interprétation réside précisément dans la culture comme une norme universelle qui relève de l’histoire et non de la nature.

Les différences entre les peuples sont liées à leur histoire culturelle. Plus encore, Henri Pena-Ruiz explique que la culture assure cette capacité de mise à distance et de réappropriation, que constitue la révolte comme outil de libération du joug de la domination. « L’émancipation c’est l’ex mancipatio, la sortie de la dépendance paternelle, lorsque le peuple sort de la dépendance du Prince et se donne à luimême sa propre loi ». Cette loi, celle de la liberté en société, de « la mise en compatibilité des libertés », se trouve construite par l’histoire que font les hommes, celle d’une historicité qui s’oppose ainsi à toute histoire transcendante ou naturelle qui « ne produit aucune espèce de loi durable ». Cette historicité correspond à la quête dite « démocratique » du principe d’égalité qui marque la souveraineté du peuple (« le seul référent qui transcende les cultures c’est l’universalité des droits humains »).

Dans ce contexte, Henri Pena-Ruiz décline plus précisément le principe de la république laïque : « Libre à ceux qui croient de croire et à ceux qui ne croient pas de ne pas croire… Ce qui est respectable ce n’est pas la croyance mais la liberté de croire ».

Mais, et le conférencier conclut sur ce qu’il abordait d’entrée de jeu : cette république laïque productrice de richesses peut aussi exclure socialement et économiquement, entraînant alors des phénomènes de régression identitaire et compensatoire, et un retour sur la première conception de la culture statique, par un repli sur les traditions et sur les communautés, et sur une loi transcendant la condition des hommes. Le cœur du débat qui suivit cette conférence, demeure remarquable par la confrontation suscitée et provisoirement sans réponse. Cette interrogation d’un participant en témoignera : « On pense ici qu’il existe une identité homogène de toute la société. Mais il n’y a pas suffisamment de rapport de force dans notre société entre ceux qui autorisent à croire ou non. L’identité sociale est conçue en Islam comme majoritaire. Il n’existe pas de rapport de force qui permette d’inverser la valeur. On ne peut plus poser la question en termes de croyants et de non croyants puisque tout le monde est musulman ».

Comment alors envisager le critère de la laïcité qui serait de ne plus produire de la loi sur la vie des êtres, dans un contexte où l’identité nationale se construit autour d’une religion homogène et structurante d’une identité collective ?

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Pierre-Noël Denieuil

est sociologue et directeur de l’IRMC

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « Les nouveaux enjeux de la laïcité : conférence d’Henri Pena-Ruiz », Le Carnet de l’IRMC, 22 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/793

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Religion et processus de démocratisation dans le pourtour méditerranéen

La deuxième réunion du programme conçu et dirigé par Cherif Ferjani, Religion et processus de démocratisation dans le pourtour méditerranéen, s’est tenue à Sidi Bou Saïd les 11 et 12 mai 2012, avec le soutien de l’ISERL (Institut supérieur d’études des religions et de la laïcité de Lyon), de la Faculté des Lettres et sciences humaines de Sousse et de la Fondation Abdelaziz Ibn Saoud pour les Études Islamiques et les sciences humaines de Casablanca.

Le fil conducteur de ces journées fut formulé dans les débats par René Otayek. Y aurait-t-il une religion qui entretiendrait des relations électives avec la démocratie ? Il n’y en a effectivement pas, tout comme il n’y a pas d’auto engendrement de la démocratie, et nous sommes plutôt en présence de longs conflits et négociations, de pressions progressives sous la forme d’une histoire qui peut osciller de la démocratie à la théocratie. Il a fallu d’entrée de jeu qualifier la démocratie : « la démocratie ce n’est pas le consensus mais le conflit même s’il est pacifié » (René Otayek). Et c’est là qu’interviennent les régulations de l’histoire, qu’elles soient positives ou négatives pour la démocratie.

L’historicité des régulations religion/société

Les intervenants ont mis en évidence l’historicité de la question religieuse. On a d’abord pu noter la force de la religion d’une part comme système symbolique capable d’apporter une réponse à la douleur ou à la mort, et d’autre part comme système de pouvoir par lequel l’Islam s’est trouvé confronté à un conflit avec l’Europe poussée au repli (Mohamed Kerrou). Le religieux est ici au cœur d’un rapport de force avec le politique, bien souligné par Kmar Bendana notamment à propos de la création de la grande mosquée de Paris dans la Tunisie coloniale, puis par Chérif Ferjani dans le cadre de la marginalisation de la pensée réformiste par les courants des Frères musulmans et des modernistes autoritaires. La thématique de l’historicité des régulations religion/société renvoie alors à deux préoccupations de la gestion démocratique :

– L’engagement du religieux dans la société, et le militantisme social. J.D. Durand a évoqué la politisation du catholicisme social par l’exemple de la démocratie chrétienne qui, nourrie de l’actualisation de la doctrine sociale, a aidé à la réconciliation des catholiques avec la démocratie. De son côté, Tassos Anastiadis a bien montré deux modèles d’acteurs religieux en Grèce : le modèle ascétique des officiers du culte (entrée au monastère, célibat), où l’acteur s’extrait de la société en se désengageant de ses principes vitaux ; le modèle d’engagement des congrégations qui vont quadriller la société par une politique de bienveillance sociale et d’assistance publique. Ce second modèle témoigne des diverses modalités d’intervention de l’État tantôt déléguant aux associations religieuses, tantôt reprenant la « Providence sociale ».

La gestion du pluralisme. L’oscillation de l’histoire dans un mouvement d’inclusion/ exclusion du religieux dans la société, s’illustre particulièrement dans un contexte pluriel. À ce titre, René Otayek nous a décrit le pluralisme religieux comme un processus de régulation à ne pas confondre avec un partage du pouvoir, comme un paramètre et une ressource stratégique dans la compétition politique. En ce sens, la rhétorique de l’unité nationale sera perçue comme mode de régulation des minorités pour légitimer la domination d’un groupe sur d’autres. Dans le cadre du pluralisme stratégique d’un régime autoritaire maintenu par des relais hors de sa communauté, et en estimant que « le consentement n’est pas l’obéissance », on pourrait interpréter l’adhésion d’un groupe à une idéologie dominante comme une forme d’émancipation de ce groupe. Dans cette même ligne d’interprétation, Martine Cohen a bien évoqué les alliances horizontales menées par les juifs en Afrique du Nord avec les autres groupes sociaux, et sur la base d’une construction de l’État-nation.

Enfin, autre forme de régulation historicisée, celle du retour du religieux. Selon Mondher Kilani, le retour du religieux ne correspond pas forcément à un ralentissement de la sécularisation mais plutôt à une sorte de stabilisateur des identités, un « idiome de revendications sociales et économiques », un espace de confrontations sociales.

Pour sa part Pierre Gisel y voit un fait social « qui cristallise la protestation […] lorsque les possibilités culturelles s’effondrent », et que « les relations ‘fondamentales’ réapparaissent sous forme d’acculturations et de discontinuités culturelles momentanément, on dira historiquement, normalisées et rationalisées ». Ainsi que le soulignait René Otayek, on peut imaginer qu’il s’agit moins là d’un « retour » que d’une « dérégulation » du champ du religieux.

Nouveaux acteurs, nouveaux concepts

L’intervention d’autres acteurs (les femmes, les jeunes) sur la scène sociale et notamment dans le cadre des mouvements sociaux et politiques qui traversent le monde arabe, s’impose comme un « analyseur » privilégié des relations établies entre religion et démocratie. Selon Sophie Bessis, de la révolution sociale est née une référence à la norme religieuse, qui vient entraver la réalisation de l’égalité entre les sexes. Considérant que la réislamisation de la loi ne peut pas faire l’économie d’une régression du statut de la femme, Sophie Bessis fait le constat d’un « oxymore » politique, caractérisant une « démocratisation sous hégémonie islamique ». Face au refus du mouvement de sécularisation, la prise de parole des femmes apparaît alors comme la principale manifestation de la mutation des sociétés, structurante du champ politique.

Mohamed Janjar s’est interrogé sur la contre culture jeune. Si au lendemain de l’indépendance 80 % des jeunes s’inscrivaient dans la démarche d’un refoulement du religieux dans l’espace privé, des recherches menées récemment au Maroc montrent une inversion des pratiques de ces jeunes dont plus de 41 % sont engagés dans la prière quotidienne et où 76 % des filles sont favorables à la tenue. Le religieux prend toutefois d’autres formes : pratiques moins régulières, plus de tolérance sur la mixité, comportements plus individualisées et ouverts sur l’ordre mondial, liés aux NTIC. On constate un déplacement de l’engagement politique vers la sphère civique et associative et, effet probable de la transition démographique, une montée en puissance de l’engagement socio territorial des jeunes ruraux.

Les intervenants ont mis en évidence l’opérationnalité des concepts. Selon Aqbal Gharbi, la coupure provoquée dans la pensée politique par la révolution tunisienne, introduit une réflexion fructueuse sur le concept de liberté défini comme l’autonomie et la spontanéité du sujet rationnel, ainsi que sur la relation établie entre liberté, citoyenneté et tradition, l’idée de laïcité devenant caduque puisque la religion pourrait aménager un terrain d’entente entre conservateurs et libéraux. Se pose aussi la question des conflits identitaires, la mise en avant de l’identité religieuse imposant une lecture unitaire susceptible de porter atteinte aux identités multiples que suppose la démocratie. En ce sens, l’intervenante a posé la nécessité de distinguer les aspects politiques et identitaires, le politique devant relever d’un projet partagé et non d’une identité culturelle ou religieuse, plaidant alors pour une rupture historique négociée face à la tradition musulmane, qui n’en marque ni une sortie ni un abandon. Enfin, autre concept interrogé par les mutations actuelles, celui d’espace public. Mohamed Kerrou montre d’abord que l’Islam aujourd’hui est un Islam sexué. De plus, cette notion a évolué dans le cadre d’un État national non achevé n’ayant pu imposer une dynamique de développement et s’étant lui-même acheminé vers un État transnational. La question religieuse s’est transformée dans un contexte de globalisation. On ne peut alors plus exclure les religieux de l’espace public, et ils sont appelés à traduire en termes séculiers leurs visions du monde.

Repenser les sciences sociales

Les transformations survenues dans les sociétés arabes ne sont pas sans impacter le projet même des sciences sociales et leurs outils de construction du savoir. À ce titre Mohamed Kerrou a bien évoqué le projet scientifique de la sociologie et de l’anthropologie, de « déconfessionnaliser » la religion, d’en déconstruire la diversité : « les données de l’anthropologie incitent à préférer une approche rationnelle du sacré, construction par l’homme d’un moi autonome confronté à une menace perpétuelle de sa disparition ». De son côté Martine Cohen a mis en évidence deux langages de la laïcité. D’une part le langage des acteurs (sécularisation, laïcité), et d’autre part le langage conceptuel et analytique des sociologues qui dégagent un principe d’universalité, modulable selon les sociétés, dans les notions de séparation des pouvoirs, de liberté de conscience, d’égalité des citoyens. Selon Mohamed Kerrou, de nouveaux outils sont à trouver pour penser par exemple le paradigme de la transition démocratique. Valables pour les pays de l’Est, les outils de la sociologie historique le sont-ils encore pour ceux du Sud, lorsque les différences l’emportent sur les similitudes ? Autre outil, celui de l’approche comparée des religions, mis en œuvre par Cherif Ferjani dans le cadre de son séminaire à l’IRMC. Enfin, René Otayek a bien posé la nécessité de revisiter le patriarcat à la lumière de la démographie, et de prendre en compte dans nos analyses la question des mouvements de populations. Mutation épistémologique des outils d’interprétation d’autant plus difficile du fait de l’objet même des sciences sociales qui travaillent sur « l’incertain des scènes qui se meuvent en permanence, des fluidités extrêmes ».

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10 

 

Pierre-Noël Denieuil

Sociologue, directeur de l’IRMC

 

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « Religion et processus de démocratisation dans le pourtour méditerranéen », Le Carnet de l’IRMC, 14 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/670

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La question de la laïcité

Compte-rendu de conférence, IRMC – 25 février 2012, Coordination de Chérif Ferjani

Une série de conférences a été programmée à l’IRMC, dans le cadre du programme de recherche « Religion et processus de démocratisation dans le pourtour méditerranéen », sous la direction de Chérif Ferjani. Les premières se sont tenues le 10 décembre 2011 avec Farida Belkacem (IRIS) pour une conférence intitulée De France et d’Angleterre, regard sur une jeunesse musulmane et Oissila Saaidia (Université de Strasbourg) pour une intervention sur Enseignement relatif aux faits religieux en Europe. Le 25 février dernier, cette programmation s’est poursuivie par une intervention de Jean Baubérot (Directeur d’études émérite à l’EPHE, Paris) sur La question de la laïcité. Il a décliné son exposé en trois parties : la définition de la laïcité, les différents types de laïcité et enfin le cas français.

Définition de la laïcité

Partant de la définition qu’en donne Ferdinand Buisson, qui précise que le terme laïcité est un néologisme apparu dans la langue française pour la première fois dans les années 1870, Jean Baubérot ajoute néanmoins que le terme renvoie à des significations qu’on retrouve dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789. Selon la définition qu’en donne Ferdinand Buisson, la laïcité a un lien fort avec la démocratie :

– neutralité de l’État entre tous les cultes et donc neutralité de la puissance publique par rapport aux religions,

– indépendance de tous les clergés impliquant la séparation,

– égalité de tous les citoyens devant la loi, qu’ils soient fidèles d’une religion ou « libres penseurs »,

– liberté de tous les cultes.

Avec une telle définition, on est loin de l’idée présentant la laïcité comme une « exception française ». La séparation est réalisée en France en 1905 avec la Loi dite de « séparation entre l’Église et l’État » qui reconnaît la liberté de culte comme une liberté individuelle à caractère collectif (rétablissement des processions interdites auparavant). Il est important de considérer que le processus de laïcisation, comme celui de démocratisation, n’est ni linéaire ni uniforme, aussi bien à l’échelle internationale qu’au niveau de l’histoire d’un pays comme la France : dans ces processus, les différents types de laïcités se succèdent ou cohabitent.

Les différents types de laïcité : Jean Baubérot distingue six idéal-types (selon l’acception de Max Weber) de laïcités :

– La laïcité anticléricale où l’État reste un enjeu de lutte entre les cléricaux et les anticléricaux rendant difficile la conclusion d’un pacte comme l’attestent les exemples des différents épisodes de l’histoire de l’Espagne, de la Colombie et du Mexique.

– La laïcité autoritaire caractérisée par un pouvoir fort de l’État laïc qui considère la religion comme une menace et veut la soumettre à son contrôle sans pacte avec les autorités religieuses. C’est l’exemple de la Turquie kémaliste (construction dans une résistance à l’Occident), de l’Iran du Shah. L’État veut imposer la sécularisation par la loi. La liberté de conscience est écornée.

– La laïcité de collaboration où les pouvoirs publics cherchent une certaine coopération avec la religion, et plus particulièrement avec la religion « historique », comme en Italie (relations particulières avec le Vatican, affaire des crucifix) et en Suède (avec une église luthérienne privilégiée) : la neutralité de l’État entre les cultes n’est pas complète.

– La laïcité de foi civique : une religion civile déconfessionnalisée (exemple des États-Unis : invocation de Dieu, usage politique et récupération de Dieu, forte pression sociale) et du Japon (stricte séparation et usage politique du « divin » et des « divinités ») mais non reconnaissance des religions instituées.

– La laïcité de reconnaissance impliquant des formes de médiation et d’« accommodements » comme on le voit à travers l’exemple du Canada. La neutralité est interprétée de manière très libérale : autorisation pour les sikhs de porter leur tenue particulière dans l’exercice de leurs fonctions d’agents publics, avec des débats au Québec concernant la distinction entre les fonctionnaires selon leur posture d’autorité (proposition Bouchard-Taylor imposant la neutralité aux magistrats mais non aux enseignants).

– La laïcité de séparation : L’État laïc fait de la séparation avec les religions instituées un principe, comme aux États-Unis (pas de financement pour les écoles confessionnelles) et au Mexique (mesures anticléricales de 1859 en vigueur jusqu’au au début du XXe siècle ; modèle invoqué par Aristide Briand contre l’hostilité de l’Église catholique l’égard de la loi de 1905).

La France : quel type de laïcité ?

Jean Baubérot distingue dans l’histoire de la France différents moments marqués par l’un ou l’autre type de laïcité (en référence à sa thèse concernant les « trois seuils de laïcité ») :

– Au XIXe siècle, le conflit des « deux France » (cléricalisme/anticléricalisme) aboutit au triomphe des anticléricaux dans les années 1880. La IIIe république accomplit une oeuvre de démocratisation dont l’Église a tiré profit : liberté de colportage, liberté de la presse, liberté des consciences, loi sur les syndicats, la liberté de réunion. C’est plus ambigu concernant la loi de 1901 relative aux associations : l’affaire Dreyfus a favorisé la tendance prônant une laïcité autoritaire avec la volonté d’imposer une certaine foi civique et l’adoption de mesures contre les congréganistes entraînant l’exil de 30000 congréganistes.

– La loi de 1905 incarne une optique opposée : C’est un pacte avec des votes à géométrie variable. (cf. texte de P.H. Prelot concernant les signes religieux et loi de 1905) ; en métropole on tourne le dos à la laïcité autoritaire, mais pas dans les colonies.

La liberté de conscience est un droit individuel mais avec une dimension collective (point de vue défendu par Aristide Briand, Jean Jaurès, Francis de Pressensé en lien avec leur culture syndicaliste). La séparation est accompagnée d’une certaine libéralisation reconnaissant le caractère collectif de la liberté de culte (autorisation des processions interdites auparavant.)

– En 1946, la constitutionnalisation de la laïcité s’accompagne d’un apaisement des relations avec l’Eglise qui aboutit à la Loi Debré de 1959 autorisant le financement les établissements scolaires privés (principalement catholiques) sous contrat.

– En 1989, l’affaire des foulards dits islamiques relance le débat au sujet de la laïcité qui aboutit à une distinction entre le « discret » et « l’ostentatoire » (distinction entre tenues et signes) qui laisse un flou autorisant différentes interprétations et des pratiques plus ou moins libérales.

– La loi de 2004, contestée mais finalement acceptée, fut atténuée par la création, sous Jacques Chirac, de la HALDE et certaines dérogations (notamment pour les jeunes filles mineures à l’Université, mais non prise en compte de leur majorité si elles sont encore au Lycée, et ce pour des motifs d’ordre public). Avec Nicolas Sarkozy, la normalisation de la HALDE et l’attribution au Haut Conseil à l’Intégration des missions relatives aux discriminations, on assiste à une évolution vers une laïcité autoritaire.

Ainsi, la France semble conjuguer au moins deux laïcités différentes.

Pour conclure, Jean Baubérot insiste sur le fait que la laïcité est un équilibre instable entre plusieurs principes : selon que l’on mette l’accent sur tel ou tel principe, on aboutit à un type de laïcité différent. Il y a toujours des tensions, selon les enjeux sociaux, qui sont derrière l’option pour tel ou tel type de laïcité. À chaque pays de construire son type de laïcité.

Répondant à une question concernant la différence et le rapport entre laïcité et sécularisation, il précise que la laïcité relève de la gouvernance politique alors que la sécularisation réfère au niveau socio-culturel.

Concernant les sociétés musulmanes, il attire l’attention sur la sécularisation invisible en rapport avec des phénomènes comme la chute de la natalité, l’accroissement de la place des femmes dans la société, le processus d’individualisation avec des rapports plus personnels à la religion, ce qui montre que ces sociétés participent à une évolution où la laïcité représente un élément d’universalité parmi d’autres.

 Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Chérif FERJANI

est professeur à l’Université Lyon 2, à l’IEP de Lyon 2, au GREMMO et chercheur en délégation CNRS à l’IRMC.

 

Pour citer ce billet : Imed Melliti, « L’Université de printemps du RéDoc : une expérience réussie », Le Carnet de l’IRMC, 6 novembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/573

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Religion, démocratie et mondialisation, une approche comparative des mutations du religieux dans le cadre de la mondialisation et des processus de démocratisation

Épistémologie des religions

L’étude comparée des religions ne date pas d’aujourd’hui. On peut même dire qu’elle a toujours existé. Les théologiens de toutes les religions en ont usé et abusé pour faire valoir la supériorité de leur foi par rapport aux autres en comparant ce qu’elle a de mieux aux pires aspects de la religion des autres. En se détachant de la religion et des approches métaphysiques qui ont dominé l’approche philosophique des faits religieux depuis l’Antiquité, les sciences du religieux, y compris lorsqu’elles se limitent aux approches ethnologiques descriptives (une sorte d’ethnographie des faits religieux), ont toujours recouru au comparatisme, que ce soit de façon explicite ou implicitement. Des approches inspirées par l’Humanisme du XVIe siècle à « l’anthropologie interprétative » de Geertz, en passant par les travaux de Comte, Durkheim, Weber, Levi- Strauss, Evans-Pritchard, Malinowski, etc., on a rarement fait l’économie du recours au comparatisme dans les études relatives aux faits religieux. Ce thème vise à cerner les différents problèmes conceptuels et méthodologiques que relève l’analyse critique des travaux et des recherches portant sur ce domaine dans les différentes disciplines (philosophie, anthropologie, histoire, sociologie, étude des textes, etc.) pour relever les pièges et les obstacles épistémologiques qui le minent. La réflexion portera sur des textes représentatifs des principales disciplines et des théories relatives aux faits religieux, et elle sera articulée sur des études de cas relevant des terrains des chercheurs qui seront invités à participer aux séminaires et à la journée d’étude/colloque qui sera consacrée à ce thème et qui servira de base théorique à l’approche du deuxième thème (religions et processus de démocratisation). Deux séminaires seront consacrés à ce thème (le 22 octobre et le 12 novembre 2011) et seront couronnés par une rencontre scientifique les 9 et 10 décembre 2011.

Religions et processus de démocratisation

Les processus de démocratisation en Europe, dont les origines remontent à la Renaissance, et ceux que connaissent les pays de la rive Sud-et Sud-Est de la Méditerranée, et dont les prémisses remontent au réformes engagées dès la fin du XVIIIe siècle, ne sont pas sans effets sur les religions qui, de leur côté, pèsent, d’une manière ou d’une autre, sur ces processus. Ce thème vise à décloisonner les études relatives à cette question pour mener une réflexion basée sur une approche comparative des impacts des processus de démocratisation en cours dans les pays musulmans avec ceux qu’avaient connus d’autres pays de l’espace euro-méditerranéen que ce soit du point de vue des rapports entre le politique et le religieux ou du point de vue de l’évolution des représentations, des pratiques et des formes de régulation religieuses. Comme pour le premier thème, deux séminaires (entre le 18 février et le 7 avril 2012) serviront de préparation à l’organisation d’une rencontre internationale qui se tiendra les 11 et 12 mai 2012.

Ce programme mobilisera des collaborations entre l’IRMC et plusieurs partenaires : des laboratoires et des chercheurs des universités tunisiennes, la Chaire de l’UNESCO pour l’Etude Comparée des Religions, l’ISERL à Lyon, la Fondation A. Ibn Saoud à Casablanca, la Fondation Konrad Adenauer, etc.

 Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Mohamed-Chérif FERJANI

Professeur des Universités à l’Université Lumière- Lyon 2, et à l’IEP de Lyon 2, chercheur au Groupe de Recherches et d’Études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO). Il est actuellement chercheur à l’IRMC en délégation CNRS, où il y coordonne le programme : « Épistémologie des religions / religions et processus de démocratisation ».

crédit cartographique : © atlas-historique.net

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook