Catégorie : Thèmes

0

Luttes frontalières pour la vie et face à la disparition de migrants au Mexique et en Tunisie

Subjectivités politiques, justices et mobilités migratoires Par Edgar D. Córdova Morales Doctorant au Centre de Recherche et d’Études supérieures en Anthropologie sociale (CIESAS), Mexique sous la direction de Rachel Sieder et en accueil scientifique à l´IRMC sous la supervision...

0

Pas de réforme pour la police ? Politiques publiques de sécurité post-2011 en Tunisie

Ce projet de thèse s’intéresse aux conditions de production de l’action publique de sécurité en Tunisie, entendue comme un « ensemble de dispositifs légaux, organisationnels, financiers, symboliques, qui ont pour objectif la protection des biens et des personnes ». Alors qu’elle était peu publicisée, cantonnée aux sphères politico-décisionnelles avant 2011, la gestion de la sécurité intérieure devient l’objet d’une intervention d’acteurs multiples : organisations internationales, syndicats et groupes d’intérêts policiers, partis politiques, etc. Plusieurs visions et agendas au nom du « bien protéger » s’affrontent alors : exportation des politiques publiques transnationales de « démocratisation » des appareils sécuritaires, défense des intérêts corporatistes, demandes de « protection ». Ces évolutions tiennent à une pluralité de facteurs non réductibles à une supposée « ouverture » des institutions tunisiennes post-2011. Elles mettent aux prises des stratégies de repositionnement d’acteurs, parfois désavoués par un contexte politique ne leur étant plus favorable, et d’autres, au contraire, qui y voient une fenêtre d’opportunité.

0

L’engagement politique des femmes pieuses en Tunisie – neuf ans après la révolution

Mon projet de thèse concerne l’étude de l’engagement politique des femmes pieuses en Tunisie après la révolution de 2011. Ce travail, que je réalise sous la direction de Francesco Cavatorta de l’Université Laval (Québec, Canada), vise à comprendre l’agentivité des femmes religieuses en Tunisie vis-à-vis de leur société, leurs visions, espoirs de changement et actions concrètes d’engagement citoyen.

1

Le harem sultanien en mouvement, une autre Vision du féminin dans l’histoire du Maghreb

Le 18 avril 2019, s’est tenue la conférence de Jocelyne Dakhlia,
historienne et anthropologue, directrice d’études au Centre de recherche historique (CRS-EHESS), en partenariat avec la Faculté de Lettres et de sciences humaines de l’Université de Sousse, sur « Le harem sultanien en mouvement : logiques d’État et mobilités féminines au Maghreb (XVIe – XVIIIe siècle) ». Travaillant depuis de nombreuses années sur le harem sultanien, en particulier au Maroc, elle donne une autre vision du harem et du féminin, mettant à jour une réalité en mouvement, loin de la vision close, érotisée et stéréotypée habituelle.

0

Compte-rendu du séminaire de recherche « Migrations, mobilités et circulations intra-africaines : savoirs, critiques et méthodes »

Betty Rouland est géographe, en post-doctorat MEAE à l’IRMC depuis 2017. Elle mène un programme de recherche « Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du...

0

Compte rendu de lecture : AREZKI Saphia, De l’ALN à l’ANP. La construction de l’armée algérienne 1954-1991

L’ouvrage de Saphia Arezki [1] analyse le processus de construction de l’Armée nationale populaire (ANP) et sa formation depuis la Guerre de libération (1954-1962) jusqu’au début des années 1990. Se fondant principalement sur les...

0

Les Marocains du Maghreb : de l’absence d’intégration régionale à une mondialisation migratoire limitée (Algérie et Tunisie)

Betty Rouland est géographe, en post-doctorat MEAE à l’IRMC depuis 2017. Elle mène un programme de recherche « Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du...

Citoyennetés sous tension. Politiques sociales et luttes économiques en Tunisie dans une perspective comparée 1

Citoyennetés sous tension. Politiques sociales et luttes économiques en Tunisie dans une perspective comparée

Alors que depuis 2011, au Maghreb, de multiples « luttes sociales » se succèdent, aucun programme de recherche transversal ne prend à bras le corps la question de la centralité politique du travail, c’est-à-dire celle des recompositions des rapports au politique, en lien avec le travail effectué ou escompté. L’objectif de ce programme est précisément de repenser les formes de représentation des travailleurs, de saisir les rapports entre monde du travail et champ politique, de penser les tensions de la citoyenneté. Il vise, en effet, à examiner les mutations contemporaines des rapports au politique pour des sujets fortement dépendant d’une activité économique centrale. Partant des relations conflictuelles (protestations collectives, contre-conduites individuelles, etc.) mais aussi plus « ordinaires » ou routinières (rapport au patronat local, à l’administration ou à différentes agences publiques), j’étudie l’émergence des formes de citoyenneté dans ces contextes maghrébins.

1

Une économie qui fait la ville : la fripe à Tunis

À partir d’une enquête ethnographique effectuée à Tunis entre 2018 et 2019, cette recherche doctorale vise à comprendre la structuration urbaine de l’économie de la fripe à Tunis. Il est question d’étudier les circulations de la fripe dans la ville capitale, son historique, ses temporalités, ses acteurs et ses espaces, au-delà des espaces de marché délimités. Ce faisant, cette recherche prête une attention particulière aux processus de remise en valeur des objets hétérogènes de la fripe qui produisent des nouvelles interdépendances entre divers acteurs et sites urbains. Inscrite dans une approche de géographie urbaine, cette recherche s’intéresse aux dynamiques de territorialisation de l’économie de la fripe, donnant à voir des paysages commerciaux socialement différenciés et en évolution permanente dans le Tunis contemporain.

1

Les résonances fondamentalistes en Tunisie : Cas du « Salafisme quiétiste», ante et post révolution

Cette recherche doctorale ambitionne de comprendre les devenirs de quinze salafistes quiétistes. En se basant sur une enquête qualitative par entretiens biographiques, cette thèse interroge les logiques de la conversion individuelle au salafisme et de constitution d’un groupe religieux. Il s’agit ainsi de centrer la focale sur une obédience peu étudiée du salafime, afin de comprendre tant les trajectoires individuelles qui y mènent, que les dynamiques sociales de constitution et de maintien d’un collectif. Reposant sur l’étude de 15 cas de salafistes convertis, cette recherche se penche sur leur devenir commun en portant une attention très importante à tous les aspects de leur vie sociale.

0

Création d’un nouveau séminaire « Al-khamis fil Studio »

Article initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°25, octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020. Par Kmar Bendana, historienne et chercheure associée à l’IRMC & Jamie Furniss, anthropologue, maître de conférence à l’Université d’Édimbourg...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search