Archives de catégorie : Histoire

Le harem sultanien en mouvement, une autre Vision du féminin dans l’histoire du Maghreb

Manon Rousselle est chargée de veille, de projets scientifiques et de valorisation de la recherche à l'IRMC depuis janvier 2019.

Le 18 avril 2019, s’est tenue la conférence de Jocelyne Dakhlia,
historienne et anthropologue, directrice d’études au Centre de recherche historique (CRS-EHESS), en partenariat avec la Faculté de Lettres et de sciences humaines de l’Université de Sousse, sur « Le harem sultanien en mouvement : logiques d’État et mobilités féminines au Maghreb (XVIe – XVIIIe siècle) ». Travaillant depuis de nombreuses années sur le harem sultanien, en particulier au Maroc, elle donne une autre vision du harem et du féminin, mettant à jour une réalité en mouvement, loin de la vision close, érotisée et stéréotypée habituelle.

Déconstruction de l’image traditionnelle du harem

L’historiographie laisse apparaître deux visions du harem : d’un côté, une hyper sexualisation, de l’autre, une vision plus austère, révélant des règles dures, voire très contraignantes, une école du Palais, avec des femmes rivales, une surveillance extrême qui oublie la sexualité. C’est d’ailleurs dans cette lignée que Leslie Peirce [1] en vient à parler de reproduction et non plus de sexualité, donnant alors une vision très différente du harem, centrée sur les intrigues politiques, vecteur d’une certaine instabilité politique, récurrentes et constitutives des sociétés
islamiques. Jocelyne Dakhlia souhaite rompre avec cette approche trop facile du harem, pourtant récurrente, aussi bien dans l’historiographie occidentale et orientaliste, que dans la littérature islamique. Elle tend à l’assimiler à une école, un couvent, ou un bordel, en fonction du caractère corrompu de l’État que souhaite mettre en avant l’auteur. Dans les deux cas, cette approche traditionnelle se fonde sur la notion d’espace clos
du harem, mettant au premier plan l’idée d’enfermement, de femmes voilées et cachées et donc, d’une horizontalité de l’espace hiérarchique du palais.

Cherchant à interroger cette notion, les travaux de Jocelyne Dakhlia font état de deux épisodes historiques significatifs : le décès d’une des femmes du Sultan Mouley Ismail lors de sa fuite de Marrakech vers les montagnes (XVIIe s.) [2] et la fuite par la mer de Mouley Zibel (XVIIe s.) embarquant avec lui toute sa bibliothèque et ses deux cents femmes. A priori anecdotiques, ces événements permettent de s’interroger sur l’importance politique des femmes et leur présence au cœur même des
combats et, de fait, de reconfigurer le genre dans la sphère politique. Pour l’historienne, ce type de circulation n’est pas accidentel : il est structurel. De fait, il montre que le pouvoir au Maghreb s’inscrit dans
une tradition de grande mobilité et d’itinérance. L’historiographie récente en réévalue le caractère polycentrique. Le Maroc est l’exemple même d’une pluralité de capitales, jusqu’à une période très récente. Non seulement un sultan peut avoir plusieurs capitales, et donc plusieurs harem, mais un fils, un oncle, un neveu voire un rival peuvent se constituer un fief et gouverner la région avec une stature royale. À ces contre-pouvoirs s’ajoutent aussi les entités politiques alternatives, comme les cités-États plus ou moins indépendantes, les entités confrériques, etc. Le pouvoir est objectivement polycentrique au Maghreb. C’est également le cas de l’Empire Ottoman (cf. Leslie
Peirce). Cela crée une concentration de femmes au palais et donc une floraison de rivalités politiques, contexte dans lequel les femmes deviennent plus actrices que sujettes.

Le mouvement comme caractéristique de l’exercice du pouvoir au Maghreb

Selon Jocelyne Dakhlia, la conception durable de l’État conquérant au Maghreb découle de la conception même du souverain, à savoir, celle d’un souverain en mouvement. L’instabilité du pouvoir n’est alors ni la
conséquence d’une impossibilité de centralisation, ni un échec, mais une caractéristique structurelle. La centralisation est rendue sciemment impossible car le pouvoir repose sur une compétition permanente pour le trône. Qu’il soit un féroce chef de guerre ou un sultan pieux, le souverain se doit d’être en mouvement. Les femmes suivent ce mouvement, passant d’un centre de pouvoir à un autre, contrairement à la vision de la femme musulmane vivant dans un espace sédentaire, fixe et isolé. L’image du sérail comme un lieu clos et fermé est déconstruite. Les princesses sont aussi mobiles que les princes. Il ne s’agit plus de concevoir la vie de ces princesses hors du temps mais, justement, ancrée dans la vie du Sultanat. C’est un harem hors-les-murs.

Une relation forte existe entre centralisation politique et inflation numérique et symbolique du harem. Cette articulation est d’autant plus
visible sous les règnes de Mouley Rachid et Mouley Ismail [3], en tant que constitutif du processus d’affirmation de la dynastie alaouite au milieu du XVIIe siècle. L’unification territoriale qu’opèrent ces souverains passe aussi par l’expansion du harem. Toute mobilité du Sultan s’accompagne d’un drain de femmes.

C’est une forme d’impérialité inclusive mais aussi symbolique puisque les monarques vont se mettre à « collectionner » de belles femmes, achetées ou reçues en cadeau. À l’exemple de Mouley Yezid à la fin du XVIIIe siècle, qui, lors d’un séjour à Tripoli épouse, par force, la fille d’un cheikh tribal très puissant. Toute négociation politique s’accompagne d’alliances. L’inflation du harem est consubstantielle au politique lui-même. Les femmes sont happées vers le palais, elles y sont parfois abandonnées quand la conjoncture politique les dessert. Certaines deviennent de simple servantes, avec une existence sédentaire, sans que l’on sache dans quelles proportions.

Les femmes en extérieur, au cœur du pouvoir

L’historienne souligne le fort engagement physique de ces femmes. Lors des déplacements royaux qu’elles accompagnent, elles vivent sous la tente, souvent luxueuse, mais dans des conditions matérielles qui restent difficiles : les réveils sont matinaux, les déplacements se font à dos de mules ou de chevaux, pendant la nuit ou avant l’aube, la caravane des femmes précédant l’escorte masculine pour échapper aux regards. À l’époque moderne, les déplacements se font communément sous des litières pour être à l’abri des regards, ce qui n’est ni plus sécuritaire ni plus confortable. Mais ces conditions sont encore plus dures pour les
autres femmes qui suivent les armées. Sur certaines images, les femmes tiennent des fusils ou sont au cœur de la bataille, apportant de l’eau ou s’occupant des blessés. Cet aspect genré des combats n’a jamais été pris en compte jusqu’à présent.

Sans aller jusqu’à affirmer qu’il y a eu des corps d’armées féminins comme chez les Mogols, tout laisse à penser que les sultans alaouites étaient gardés, la nuit, par des femmes, dont certaines sont représentées avec des lances. Un récit anglais fait d’ailleurs mention d’une reine qui aurait obtenu le ralliement de certaines tribus marocaines et qui, lance à la main, aurait affronté Mouley Ismail lors d’une joute à cheval. Cette femme, communément identifiée par les historiens comme Lalla Khnata, exerça une forme de régence après la mort du sultan, pendant laquelle elle œuvra à gagner des soutiens pour son fils. Une fois son fils au pouvoir, elle part en pèlerinage pour sa propre sécurité. À sa destitution, elle est torturée et fuit chez sa fille, emportant avec elle une grande partie des réserves de poudre à canon. Femme de pouvoir à la vie rocambolesque, elle est une figure du pouvoir incontournable, incarnant parfaitement cette femme à l’extérieur du palais, à cheval, arme à la main.

La relation organique entre les femmes et le pouvoir se retrouve aussi dans les unions. Lorsqu’une famille souhaite prêter allégeance, elle offre une fille en mariage/concubinage. C’est aussi une manière d’avoir quelqu’un en haut lieu, proche du pouvoir, avec un rang plus ou moins important. Jocelyne Dakhlia parle alors de « députation » de chaque grande famille ou tribu auprès du souverain. C’est un véritable principe de représentation. Inversement, quand le sultan se déplace, il emmène ses femmes originaires de la région. Dans le cadre de visites familiales,
elles ont en charge de défendre au mieux les intérêts du souverain auprès de la population locale. Les contacts passent par les femmes. La même logique s’applique aux fils donnés pour servir d’otages de cour ou de serviteurs, ou pour certaines captives chrétiennes.

Dans la société maghrébine, une famille ou une femme seule peut éduquer une esclave qui deviendra ensuite femme de sultan ou de gouvernant et ainsi organiser une relation de clientélisme. On voit aussi l’effet inverse, où le sultan confie l’éducation d’une esclave à une famille, s’assurant ainsi sa fidélité car il a une « espionne » en son sein. Par exemple, l’épisode des esclaves noires de Fès placées auprès de notables a permis une relation, à la fois, de solidarité et de surveillance. Ce flux constant de redistribution de femmes interdit de voir le palais comme seul lieu de capitalisation des femmes. Ces femmes sont des médiatrices,
des intermédiaires et conservent leurs entrées au palais. Il y a une dissémination féminine, une dispersion du harem. A contrario, l’historienne relève que les sœurs et filles des sultans sont plutôt dans une dynamique sociale descendante.

Sortir des visions culturelles stéréotypées

Le palais n’est pas un espace clos mais un espace très poreux. Bien sûr, les femmes les plus importantes sont voilées pour être dissimulées au regard, on ne peut parler aux reines qu’à travers une porte, par l’intermédiaire d’intendants juifs. Cependant, certaines ne sont pas voilées et peuvent circuler à leur guise. Elles ont le droit de sortir, même si alors, s’impose un protocole très strict comme détourner le regard ou se mettre à plat ventre pour ne pas les voir. On garde à l’esprit l’image de la princesse Fatma, seule sur sa monture, avec mille cavaliers, se rendant
de Marrakech à Fès, visitant des lieux de culte, sillonnant toute la région et recevant des délégations régionales. C’est un moment de consolidation du pouvoir, par le biais de la princesse.

Jocelyne Dakhlia s’interroge sur le contexte plus général des circulations féminines, les mobilités plus ordinaires, plus anonymes. C’est donc bien
l’ensemble des femmes qu’il faut, selon elle, replacer dans des dynamiques plus mobiles. Les études et la littérature héroïsent « la femme européenne », intrépide, minimisant ainsi les mouvements de « la femme musulmane », cependant très mobile, ne serait-ce que par  l’esclavage. C’est une mobilité trans-classe, c’est-à-dire une mobilité géographique mais également sociale, propre au monde musulman. Il est difficile de définir une classe sociale féminine plus protégée qu’une autre. Cette vie dans le mouvement dément aussi le schéma des intrigues du palais, car si intrigues il y a, elles se font dans l’articulation du mouvement, et c’est alors une fonction reconnue comme telle.

[1] PEIRCE Leslie P., 1993, The Imperial Harem: Women and Sovereignty in the Ottoman Empire, Londres, Oxford University Press.

[2] Cet épisode est relaté par Germain Mouette, français resté captif onze ans dans le sultanat marocain, dans son récit Relation de captivité au Maroc, 1683.

[3] On prête à Mouley Ismail près de 8 000 femmes et plus de 1 200 enfants.

Article initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Compte rendu de lecture : AREZKI Saphia, De l’ALN à l’ANP. La construction de l’armée algérienne 1954-1991

L’ouvrage de Saphia Arezki [1] analyse le processus de construction de l’Armée nationale populaire (ANP) et sa formation depuis la Guerre de libération (1954-1962) jusqu’au début des années 1990. Se fondant principalement sur les témoignages d’anciens militaires, cet ouvrage aide à mieux comprendre les choix de ses dirigeants, les enjeux et les mécanismes qui ont permis l’évolution d’une structure de résistance vers une institution servant de socle à la consolidation d’un État algérien moderne.

Traiter de l’histoire d’une institution militaire constitue, pour tout chercheur, un véritable défi en raison du cloisonnement de l’information. Les enjeux politiques et la portée symbolique du sujet induisent une certaine rareté des études historiques contemporaines sur les institutions militaires. C’est ce défi, à la fois méthodologique et intellectuel, que Saphia Arezki a relevé avec succès dans son ouvrage. Issu d’une thèse en histoire, son travail appréhende l’évolution de l’armée algérienne et son fonctionnement depuis le déclenchement de la résistance armée en 1954 et la formation de l’Armée de libération nationale (ALN), jusqu’à 1991, date à laquelle l’Algérie et l’Armée nationale populaire (ANP) entrent dans un nouveau cycle de reconfiguration politique. Cette armée algérienne est entourée de mythes et d’idées reçues que l’auteure s’est efforcée de déconstruire tout au long de son livre. Il est nécessaire de rappeler la position névralgique de l’armée au sein de l’État algérien, non comme un « pouvoir occulte », comme présentée par de nombreuses thèses, mais comme une institution formée d’individus, construite par eux au fil des décennies et qui a fait face aux exigences de la formation d’un État indépendant.

En optant pour une analyse prosopographique, qui permet une description détaillée du processus de construction de l’armée algérienne, l’auteure évite le piège des généralisations et des raccourcis qui foisonnent sur cette question. Explicitée dès l’introduction, cette approche se révèle primordiale pour saisir la transformation d’une armée de libération en une armée nationale, par le biais de l’analyse de la trajectoire des groupes sociaux qui la composent. Cela renvoie inévitablement à définir l’unité d’observation à la base de ces groupes sociaux : le militaire, le djoundi, le moujahid, l’askeri, etc. Si cette unité d’observation constitue, à la fois, l’objet, mais également, une des sources de ce travail de recherche, l’apport de l’ouvrage est de collecter et de corréler un corpus fragmenté entre les archives françaises, les sources officielles algériennes et les nombreux entretiens réalisés par l’auteure. C’est là toute l’originalité de ce travail. En suivant les trajectoires de militaires, de leur parcours de formation à leur accession à des postes de commandement, Saphia Arezki décrypte la structuration de la résistance armée, puis finalement la consolidation de l’institution militaire algérienne. Cette trame suivie par l’auteure constitue les trois parties du livre De l’ALN à l’ANP. La construction de l’armée algérienne 1954-1991.

La première partie étudie l’origine géographique et familiale des officiers algériens, dans le but d’établir une typologie des militaires selon la génération (âge) et le milieu social d’origine. L’auteure a manifestement l’intention de déconstruire certains mythes, dont celui du triangle BTS (Biskra/Batna-Tebessa-Souk Ahras/Skikda) qui concerne un régionalisme caractérisant l’accès aux grades élevés au sein de l’ALN puis de l’ANP. Il n’en est rien et Saphia Arezki montre que la prédominance des officiers originaires de l’Est algérien est surtout due à des facteurs démographiques et historiques liés au développement du mouvement national dans cette région de l’Algérie.

La segmentation par classe d’âge des officiers révèle trois générations dont les rapports vont structurer la future ANP. La première, incluant les combattants de « la première heure », est constituée de maquisards et de Déserteurs de l’Armée Française (DAF), dont le niveau d’éducation est généralement faible. La seconde est composée de jeunes algériens davantage instruits que leurs aînés et de DAF. Enfin, les hommes formant la troisième génération n’ont pas participé à la guerre et n’ont intégré l’ANP qu’après 1962. Les origines sociales de ces hommes sont variées même si l’auteure souligne une prépondérance des classes moyennes. Toutefois, on observe chez les DAF une appartenance à la notabilité et un passé familial militaire qui oriente le choix de carrière. C’est pourquoi, le pouvoir colonial a créé des institutions de formation militaire en Afrique du Nord suite à la mobilisation de soldats maghrébins lors de la Seconde Guerre mondiale et de la Guerre d’Indochine. La désertion de ces hommes est donc un atout pour l’ALN car ils ont déjà subi l’épreuve du feu et sont formés au maniement des armes. L’auteure met également en évidence le fait que l’acte de déserter relève d’une entreprise collective. Elle établit ainsi qu’un « esprit de corps » s’est créé entre ces hommes avant, pendant et après la Guerre d’indépendance. Cet esprit est d’autant plus renforcé que les DAF ont souvent été mal perçus et que leur loyauté a été mise en doute. Longtemps les DAF ont été opposés à leurs frères d’armes formés à l’étranger pendant la guerre à l’initiative de l’ALN. C’est pourquoi, cette dernière instaure, à partir de 1957-1958, une politique de formation militaire au Moyen-Orient (Égypte, Syrie, Irak et Jordanie), en Chine, puis en URSS. Ces formations, bien que se déroulant dans le contexte difficile de la Guerre de libération nationale, ont pour objectif de produire les futurs cadres de l’institution militaire qui prendront le relais de l’ALN, une fois l’indépendance acquise. Pour preuve, de nombreux recrutés ont été formés dans la marine et dans l’aviation alors que l’ALN est exclusivement une armée de terre. Parallèlement à cette politique, il existe des camps d’instruction en Tunisie et au Maroc dont des DAF ont la charge en tant qu’instructeurs. Ils sont destinés soit à former des hommes de troupes, soit à sélectionner ceux suffisamment qualifiés pour suivre des formations à l’étranger, soit encore à déployer le service de renseignement algérien. L’auteure montre ainsi que la construction d’une armée professionnelle débute dès le milieu de la guerre et que l’ossature de l’ANP et des services de renseignement voient le jour aux frontières de l’Algérie.

Présentation d’ouvrage 11 octobre 2019 à l’IRMC

C’est de cette armée des frontières dont il est question dans la seconde partie de l’ouvrage. L’auteure s’emploie à démontrer l’apport des DAF dans la mise en place de l’organisation des troupes, mais surtout à étudier la perception dont font l’objet ces hommes vis-à-vis des autres combattants. Que ce soit par la date de ralliement (1956 n’est pas 1960) ou par la manière de déserter, l’intégration de ces hommes et leur accès à des postes de responsabilités restent tributaire de leur acceptation par la hiérarchie et par les hommes de rang similaire. Ainsi, malgré le congrès de la Soummam qui se veut une tentative de réglementation et d’organisation de l’ALN, elle demeure, jusqu’en 1958, largement tributaire de ses chefs bénéficiant d’une autonomie assez large.

Ce n’est qu’après 1956, année de l’indépendance du Maroc et de la Tunisie, que l’ALN installe des bases fixes et que s’amorce sa transformation grâce à la volonté de ses chefs et des apports progressifs d’hommes formés à l’exercice militaire. L’auteure note, avec raison, que le renforcement de l’armée des frontières résulte de la concentration de troupes qui ne sont plus capables de rejoindre les maquis déclinant en Algérie du fait de la mise en place, par l’armée française, de la ligne Pédron à l’ouest et des lignes Morice et Challe à l’est. Ce renforcement va dans le sens d’une organisation structurée avec la création de l’état-major général (EMG) en 1960 sous le commandement de Houari Boumediène basé à Ghardimaou (frontière tuniso-algérienne). L’EMG s’attèle au renforcement des troupes et de la discipline et, surtout, établit des formations de combat hétéroclites pour limiter les effets du régionalisme et minimiser les conflits internes. Cette stratégie payante a fait en sorte que la frontière tunisienne devienne un point de rencontre et un espace de socialisation des futurs officiers de l’ANP bien que l’auteure signale des différences notables, sur le plan idéologique, entre les DAF et ceux revenus des formations au Moyen-Orient. Boumediène, pragmatique, arase ces différences en utilisant leurs compétences pour structurer l’armée des frontières sur le modèle d’une armée classique. Il s’appuie sur ces hommes, une fois le cessez-le-feu conclu avec la France, lorsqu’éclate, à l’été 1962, la crise entre l’EMG et le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA). Cette crise dégénère en guerre ouverte entre l’armée des frontières et les maquis de l’intérieur qui consacre la victoire de l’EMG à l’issue de conflits meurtriers et marque la naissance de l’ANP qui entre dans une phase de reconversion vers une armée professionnelle.

La troisième partie de l’ouvrage étudie la construction de l’ANP sur deux périodes : de 1962 à la mort de Houari Boumediène en décembre 1978 et celle de la présidence de Chadli Bendjdid (1979-1991). Durant la première période, l’auteure revient sur les luttes internes, exacerbées par l’indépendance, au sein même de l’ANP cherchant alors à maintenir son hégémonie sur les autres institutions. Si le pouvoir de Boumediène et la cohésion au sein de l’armée en sortent renforcés, notamment après la tentative de putsch de 1963, les questions relatives à la non-préparation de l’armée sont mises en lumière lors de la Guerre des Sables avec le Maroc. L’auteure décrit le processus d’organisation de l’ANP en mettant en relief une stratégie d’équilibre complexe adoptée par la haute hiérarchie militaire pour intégrer les officiers de l’ALN, majoritairement illettrés. Ce processus d’organisation, initié par Boumediène jusqu’à sa mort, consiste à trouver un juste équilibre au niveau des nominations entre compétence, loyauté et légitimité au combat. Il est à souligner que la grande qualité de ce chapitre réside dans la reconstruction de l’organigramme de l’armée par l’auteure car les textes juridiques régissant le fonctionnement de l’État algérien et son architecture institutionnelle occultent tout ce qui relève de l’appareil militaire. Elle met également en évidence la mise en place progressive d’une politique de formation et de recyclage des maquisards en mettant en perspective le contexte international dans lequel évolue l’État algérien. Ainsi, le choix de se tourner vers l’URSS pour l’acquisition de l’équipement militaire et la formation des officiers s’inscrit dans la continuité de la Guerre de libération, mais est également une conséquence du soutien accordé par les États-Unis au Maroc. Le choix, plus pragmatique, de diversifier la coopération militaire avec la France met en exergue des tensions, liées à la position ambigüe de Moscou lors de la Guerre des Six jours et à l’insatisfaction de la formation prodiguée aux officiers supérieurs dans les structures soviétiques. Cette situation pousse la direction de l’ANP à « algérianiser » la formation militaire, objectif atteint à la mort de Boumediène et démontré par l’auteure grâce à une description détaillée de la mise en place des écoles de formation militaire sur le territoire algérien.

Jouissant d’un consensus au sein de l’armée et du soutien de la puissante Sécurité Militaire (SM) de Kasdi Merbah, l’accession de Chadli Bendjdid à la présidence en 1979 entérine la domination de l’ANP sur le FLN et sur la vie politique algérienne. L’armée a désigné l’un des siens, celui qui, par ailleurs, a le moins d’ambition à réorganiser le système mis en place par Boumediène. Toutefois, cela n’a pas empêché l’ANP de connaître des changements à sa direction, marquant la volonté de Chadli d’assoir son pourvoir en mettant à l’écart ses rivaux, comme Abdelaziz Bouteflika, et en favorisant la promotion de ses proches. Dans cette perspective, l’auteure note que la réorganisation à la tête de l’armée apparait au grand jour à travers la publication au Journal Officiel des nominations et des créations de départements liés à la Défense. Elle y décèle, avec raison, une quête de légitimité légale de Chadli pour compenser son manque de légitimité auprès de l’institution militaire en comparaison de son prédécesseur. Un réseau « Chadli » se met donc en place qui trouve ses racines dans les connections établies au cours de son passage à la frontière tunisienne lors de la Guerre de libération et/ou d’une affectation dans la 2ème région militaire, dont il assure alors le commandement. Cela ouvre la voie à une profonde réorganisation de l’armée, à partir de 1984, au moyen de la création de nouveaux grades et d’une centralisation du commandement militaire afin de diminuer l’autonomie des régions. L’auteure révèle un basculement de l’élite militaire algérienne vers la seconde génération de DAF, mettant au ban les officiers formés au Moyen-Orient. Ainsi, dès octobre 1988, la haute hiérarchie de l’armée se caractérise par une forte cohésion tant professionnelle que personnelle qui s’exprime notamment par la répression des émeutes et, plus tard,  par l’interruption du processus électoral, préfigurant la crise de la décennie noire.

Traitant plutôt du passage « de l’armée des frontières à l’ANP », que « de l’ALN à l’ANP » tel que mentionné par le titre, l’ouvrage de Saphia Arezki révèle des trajectoires de militaires et permet de comprendre l’accession de certains au grade d’officier supérieur de l’ANP entre 1962 et 1991. Un souci constant de contextualisation rend son propos parfaitement accessible au lecteur profane. De même, pour l’académicien, la richesse de cet ouvrage permet d’envisager l’exploration d’autres terrains, au prisme de l’histoire, mais également de la science politique. Tout en ayant conscience de la difficulté de la tâche, les aspects liés à la création du ministère de l’Armement et des Liaisons générales (MALG) et sa reconversion dans la puissante « Sécurité Militaire », après l’indépendance, mériteraient, par exemple, d’être approfondis. Ces éléments permettraient, à mon sens, une meilleure compréhension des liens de subordination du politique au militaire en Algérie. De même, une description du fonctionnement de la SM durant les années 1980 donnerait une portée plus large vers un meilleur décryptage de certains événements de la décennie noire. Ces quelques suggestions ne sont ici que des détails mineurs qui n’enlèvent rien à la qualité de l’ouvrage : il demeure une des très rares références sur l’histoire de l’Algérie post-1962, en général, et sur l’armée algérienne, en particulier.

[1] AREZKI Saphia, 2018, De l’ALN à l’ANP. La construction de l’armée algérienne 1954-1991, Alger, Éditions Barzakh.

Recension initialement publiée dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Création d’un nouveau séminaire « Al-khamis fil Studio »

Article initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020. 

Par Kmar Bendana, historienne et chercheure associée à l'IRMC & Jamie Furniss, anthropologue, maître de conférence à l'Université d’Édimbourg et chercheur MEAE à l'IRMC.
 Séance du 24 octobre 2019, intervention de Maha Bouhlel, géographe à l’Université de Sfax, sur « Etalement urbain et inégalités environnementales en ville ».

Nouveau séminaire interne à l’IRMC, cet événement ambitionne de devenir un rendez-vous régulier de la communauté scientifique de l’Institut. Il vise à dynamiser la discussion interdisciplinaire, en permettant la présentation des travaux récents en sciences humaines et sociales en Tunisie.

L’automne 2019 a vu le lancement d’un nouveau séminaire de recherche intitulé  « Al-khamis fil Studio » — les jeudis au studio. Créé et coordonné par Kmar Bendana et Jamie Furniss, ce séminaire est consacré aux travaux récents en sciences humaines et sociales en Tunisie. Espace d’échanges et de rencontres entre chercheurs de l’IRMC et collègues tunisiens rattachés à d’autres institutions, il vise à mieux connaître la recherche contemporaine en Tunisie et permet aux chercheur.e.s de l’IRMC de présenter leurs travaux en cours. Le public restreint (doctorants et chercheurs de l’IRMC prioritairement) et le format (répartition à temps égal entre présentation et discussion), ont pour objectif de dynamiser une construction collective de savoirs à travers la discussion et le débat autour de thématiques importantes, dans une ambiance constructive et collégiale. Le séminaire est multidisciplinaire et la liste des invité.e.s est établie à partir des suggestions des chercheurs de l’IRMC. C’est aussi un moment de convivialité puisque chaque séance est suivie d’un repas-partage.

Pour cette année de lancement, quatre séances ont été programmées, soit deux par semestre. La séance inaugurale s’est déroulée le 24 octobre 2019 avec une présentation de Maha Bouhlel, modérée par Jamie Furniss. Normalienne agrégée de géographie, docteure en géographie de l’Université de Sfax et ancienne chercheure postdoctorale du Conseil Arabe des Sciences Sociales Liban et de la Fondation Maison des Sciences Humaines Paris, Maha Bouhlel est intervenue sur le thème de l’« Etalement urbain et inégalités environnementales en ville ».

Focalisée sur la ville de Sfax, sa présentation a mis en parallèle l’étalement urbain et l’accentuation des inégalités environnementales : des inégalités d’exposition aux risques aux inégalités d’accès aux services publiques. Partant du constat que les habitants des quartiers populaires sont les plus exposés à ces atteintes, elle en déduit que les inégalités sociales mènent à des inégalités de vulnérabilité et des inégalités dans la capacité d’action des populations concernées. Le cas du service de la gestion des déchets permet d’illustrer cet argument. Problème récurrent et commun à toutes les zones de la ville, son ampleur varie néanmoins, générant de grandes disparités entre quartiers aisés et pauvres. Face à l’incapacité des services publics, les habitants s’organisent eux-mêmes pour assurer un environnement sain.

Maha Bouhlel est aussi revenue sur les réformes récentes et en cours dans la ville de Sfax et en Tunisie plus largement. Actuellement, la décentralisation et la délégation de pouvoirs aux autorités locales visent à déverrouiller le blocage institutionnel et permettre la mise en œuvre de stratégies d’amélioration de l’environnement urbain. Cela semble d’ailleurs être la seule issue possible au délicat contexte de l’après-révolution (2011), qui a donné naissance à un pouvoir accusé d’impuissance et d’inefficacité.  Cependant, la décentralisation — fortement véhiculée par les bailleurs de fonds internationaux comme garante de la démocratisation de l’action publique — suscite de grandes controverses sur le terrain.

Baccar Gherib, essayiste et auteur de quatre ouvrages chez Diwen Editions, enseignant à la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Tunis, était l’invité de la deuxième séance du séminaire, le 5 décembre 2019. En histoire de la pensée économique, les publications de Baccar Gherib portent notamment sur de grandes figures (Hume, Smith, Marx, Weber et Schumpeter), tandis qu’en économie politique, il traite plus volontiers de sujets relatifs à la Tunisie.

 

Dans son intervention, il a présenté une biographie intellectuelle de Tahar Haddad, figure adulée par certains, haïe par d’autres. Proposant un retour sur l’ensemble de son œuvre (articles de presse, Les Travailleurs TunisiensPensées posthumes, etc.), Baccar Gherib a démontré que Haddad n’est pas l’auteur du seul Imra’atunâ (Notre femme dans la législation et la société), mais qu’il est porteur d’une pensée cohérente où son célèbre chef-d’œuvre puise son sens. Selon lui, Haddad traite des questions nationale, sociale et sociétale à partir d’un positionnement clair : celui de la lutte contre les dominations coloniale, capitaliste et masculine. De ce point de vue, sa pensée est celle d’une émancipation universelle. C’est donc logiquement qu’elle articule les luttes d’une nation pour sa souveraineté, celles des classes laborieuses pour leurs droits et leur dignité et celles des femmes musulmanes pour l’égalité et la liberté. Le portrait de Haddad que livre Baccar Gherib dépasse de loin la seule figure de moslih (réformateur) cherchant à réinterpréter le legs religieux pour permettre l’émancipation des femmes en terre d’islam. Il donne à voir un grand intellectuel qui élabore, dans la Tunisie de l’entre-deux-guerres, les bases d’un projet progressiste global et qui incarne, ce faisant, les débuts d’une « gauche » proprement tunisienne.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Retour sur la 4ème édition de l’Ecole doctorale itinérante en sciences humaines et sociales Maghreb-Afrique subsaharienne

Manon Rousselle
Chargée de projets scientifique et de valorisation de la recherche à l'IRMC

La 4ème édition de l’école doctorale itinérante en sciences humaines et sociales Maghreb-Afrique subsaharienne s’est déroulée du 9 au 14 septembre 2019, à Sousse, en Tunisie. Elle a réuni autour de la thématique « L’Afrique dans les SHS : regards croisés et approches méthodologiques », une trentaine de doctorants et une quinzaine d’intervenants du Nord et du Sud du Sahara.

Se déroulant au Technopôle de Sousse, dans les locaux du Centre de recherche en micro-électricité et nanotechnologie (CRMN), cette école d’été a été organisée par l’IRMC en partenariat avec le ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), l’Agence française de développement (AFD) et avec le soutien du Centre Jacques-Berque de Rabat, de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), des Services de coopération et d’action culturelle (SCAC) des ambassades de France au Mali, au Burkina Faso, au Niger et au Sénégal, de la représentation de l’Institut de recherche sur le développement (IRD) à Tunis, de la Royal Air Maroc, de l’Université de la Manouba et de la Faculté de droit et de sciences politiques de Sousse.

PRÉSENTATION DE L’ECOLE

Événement scientifique annuel, depuis 2016, l’école doctorale itinérante est destinée aux doctorants en sciences sociales inscrits dans une université ou rattachés à un laboratoire situés dans un pays d’Afrique du Nord ou d’Afrique sub-saharienne. Elle vise à apporter un soutien méthodologique aux doctorants en sciences sociales tout en stimulant la coopération scientifique entre l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique du Nord et l’Europe.

Les sessions, se tenant chaque année dans un pays différent, sont organisées en étroite collaboration avec une équipe de chercheurs de l’université d’accueil. La sélection des participants et le programme sont réalisés en concertation. La réussite de l’événement est donc conditionnée par l’engagement du groupe local de collègues dans sa préparation, sa mise en place et son animation. L’encadrement des doctorants est assuré par une équipe mixte de chercheurs locaux et étrangers.

Pour rappel, la première édition a eu lieu à Bamako (Mali) en 2016, la deuxième à Saint-Louis (Sénégal) en 2017, la troisième à Cotonou (Bénin) en 2018. La quatrième s’est donc tenue à Sousse (Tunisie) en 2019, première édition organisée au Maghreb. Ces quatre éditions ont réuni des doctorants issus de plusieurs disciplines (sociologie, histoire, anthropologie, géographie, droit, agronomie, économie, démographie), ainsi que des encadrants et des conférenciers (chercheurs ou enseignants) en provenance d’une quinzaine de pays du Maghreb et d’Afrique subsaharienne.

Cette formation a permis d’initier de nouvelles connexions entre doctorants et encadrants, de créer un espace de partage d’informations et d’expériences, se voulant un lieu d’apprentissage interactif et participatif des cultures et des habitudes de l’autre. L’école doctorale itinérante en sciences sociales est l’opportunité de s’ouvrir à d’autres thématiques, disciplines et terrains de recherche.

Au-delà des savoirs, il est aussi question de revenir sur les approches méthodologiques des différentes disciplines dont on connait l’importance pour les doctorants. Les SHS répondent à des méthodologies spécifiques sur lesquelles repose la scientificité des démarches qu’il convient à la fois de maîtriser et de croiser. A l’instar des éditions précédentes, conférences plénières et ateliers alternent pour permettre à la fois la transmission des savoirs et la mise en pratique.

Participant de la 4ème édition de l’EDI à Sousse – sept. 2019 © Manon Rousselle

LA QUATRIEME EDITION

Conseil scientifique : Joseph Adandé (Université d’Abomey Calavi, Bénin), Amin Allal (IRMC, Tunis), Ramzi Ben Amara (FLSH, Sousse), Kmar Bendana (Université de la Manouba, IRMC, Tunis), Adrien Delmas (CJB, Rabat), Jamie Furniss (IRMC, Tunis), Khaoula Matri (FLSH, Sousse), Claude Prudhomme (Université Lyon 2), Oissila Saaidia (IRMC, Tunis), Laurick Zerbini (Université Lyon 2).

Coordination scientifique : Ramzi Ben Amara (FLSH, Sousse), Oissila Saaidia (IRMC, Tunis)

Chargée de projet : Manon Rousselle (IRMC, Tunis)

Présentation générale de l’édition

Cette 4ème édition s’est proposée de réfléchir sur « L’Afrique dans les SHS : regards croisés et approches méthodologiques » avec, comme problématique centrale, la place de l’Afrique dans les sciences humaines et sociales d’hier et d’aujourd’hui, en Afrique et ailleurs. Cette année, l’école doctorale a proposé d’intégrer une discipline jusqu’alors non représentée, l’histoire des arts. Il s’est agi de porter le regard « Au-delà de la frontière », de revisiter les savoirs africanistes en les repensant dans le cadre de concepts universels, de jouer sur les échelles par une entrée autour de « La ville africaine ou des villes en Afrique ». Le programme, construit dans le respect de l’interdisciplinarité, de la pluralité des approches méthodologiques et la pertinence des thèmes abordés au regard de la thématique principale, alternait séances plénières et ateliers doctoraux. Au total, 12 conférenciers sont intervenus : 7 Tunisiens, 4 Français et 1 Canadien.

Les groupes des ateliers doctoraux ont été formés et ont pu débuter dès le lundi après-midi à l’issue de la conférence inaugurale. Parmi les 10 encadrants des ateliers doctoraux, 5 d’entre eux étaient tunisiens, 4 étaient français et 1 canadien. En plus de la plupart des intervenants, deux enseignants de l’Université de Sousse se sont joints à l’encadrement : Ahmed Boujarra, maître-assistant en géographie physique et Karim Chayata, maître de conférences en droit.

Les doctorants

Cette année, l’école a bénéficié d’un engouement sans précédent. Près de 500 candidatures ont été envoyées, dont 444 dossiers complets. Seuls 303 dossiers entraient dans les critères de sélection de l’école et ont donc été examinés. Au total, 34 doctorants ont été sélectionnés, selon la qualité de leur dossier principalement, mais aussi selon des critères d’âge, de sexe (discrimination positive pour les femmes) et de provenance, et ce dans le but qu’un maximum de pays soient représentés. Les participants venaient ainsi de 12 pays : 1 Burkinabé, 1 Nigérien, 1 Tchadien, 2 Maliens, 2 Togolaises, 3 Béninois, 3 Sénégalais, 4 Ivoiriens, 4 Algériens, 4 Marocains, 4 Camerounais et 5 Tunisiens ; dont 13 femmes (38%) et 21 hommes (62%). Ils représentaient les disciplines suivantes : économie (8,8%), histoire de l’art et architecture (8,8%), histoire (11,8%), sciences politiques et relations internationales (11,8%), droit (14,7%), géographie (17,6%), sociologie et anthropologie (26,5%).

45% des doctorants étaient en première année de thèse, 20% en deuxième année, 20% en troisième année et seulement 15% en quatrième année. Le comité scientifique a choisi de donner la priorité à la jeune recherche.

Séance plénière de la 4ème édition de l’EDI dans l’amphithéâtre du Centre de recherche en Microélectricité et nanotechnologie (CRMN) du Technopôle de Sousse © Manon Rousselle

ÉVALUATION

Pour la première fois depuis la création de l’école, un questionnaire d’évaluation a été transmis aux doctorants pour avoir leurs retours sur cette édition. 69% d’entre eux ont répondu. De manière générale les retours de l’évaluation sont très positifs.

  • 95% sont satisfaits de la période à laquelle est organisée l’école (chaque année en septembre). 95% estiment que la durée (une semaine) de l’école est satisfaisante.
  • 80% estiment que la gestion du temps pendant la semaine est satisfaisante. 75% souhaitent du temps supplémentaire dans l’emploi du temps ; notamment du temps informel avec les encadrants (93,3%) et du temps de travail individuel (13,3%).
  • 95% jugent que la thématique principale a été respectée, que l’école correspondait à leurs attentes et qu’ils ont atteint les objectifs voulus par l’école. 100% déclarent l’école utile, 60% la considèrent même comme extrêmement importante.
  • 30% estiment que les conférences plénières n’ont pas suffisamment abordées les questions méthodologiques.
  • Plus de 70% sont satisfaits de la transversalité, l’interdisciplinarité, la représentation des différentes disciplines, la qualité du contenu scientifique, la qualité des débats, et la qualité des thématiques abordées.
  • 100% se déclarent satisfaits des ateliers doctoraux même si 20% estiment que la formule (une présentation du cadre théorique de sa thèse et une présentation de sa mise en œuvre, les deux mises en débat avec les encadrants et les autres doctorants du groupe) n’est pas adaptée. 100% jugent les encadrants disponibles.

Les retours des participants laissent paraître une réelle demande d’élargir le spectre des disciplines présentes dans la formation, en particulier le droit (conférencier) et les sciences économiques (encadrants), ainsi qu’une demande de méthodologie pure. En effet, la demande concernant une session d’écriture d’article scientifique est forte.

Ateliers de groupe © Manon Rousselle

BILAN

Le soutien du ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de l’Agence française de développement ainsi que la disponibilité des collègues tunisiens de l’Université de Sousse ont permis à cette 4ème édition de se dérouler dans d’excellentes conditions.

Le réseau de la recherche en SHS intra-africain prospère et nous avons vu avec le nombre de candidatures que ce réseau est toujours très actif, réactif et solidaire des jeunes chercheurs. La demande est bien présente concernant ces ateliers de formation à la recherche et cette école ne pourra que s’améliorer à l’avenir.

Voir aussi le témoignage de Marius Binyou Bi Homb, doctorant camerounais, participant à cette 4ème éditon.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Compte rendu de lecture : Tahar Haddad une pensée de l’émancipation

Rencension de Mohamed Slim Ben Youssef, doctorant en sociologie politique, boursier 2019-2020 à l'IRMC.

Dans son ouvrage Tahar Haddad une pensée de l’émancipation, Baccar Gherib nous invite à redécouvrir la pensée d’un molish (réformateur) tunisien célèbre mais dont une partie de l’œuvre est demeurée peu commentée. Présenté et discuté à plusieurs reprises, notamment à l’IRMC le 5 décembre dernier, l’ouvrage intéresse assurément des publics variés.

Le livre Tahar Haddad une pensée de l’émancipation, de Baccar Gherib, paru en mai 2019 aux Éditions Diwen, s’inscrit résolument dans une continuité intellectuelle et disciplinaire. L’auteur, qui n’en est pas à son premier ouvrage d’histoire des idées, nous invite à redécouvrir la pensée de Tahar Haddad. Le professeur d’économie politique de l’Université Al Manar, invoquait, par exemple, dans « Penser la transition avec Gramsci. Tunisie (2011-2014) », les catégories analytiques du penseur communiste sarde pour appréhender la transition politique tunisienne. Dans son dernier ouvrage, l’auteur nous accompagne dans une plongée au cœur de l’héritage intellectuel d’un moslih tunisien célèbre mais dont une partie de l’œuvre est demeurée peu commentée. Dès la première page du livre, Baccar Gherib défend l’actualité de la pensée de Haddad en soulignant le caractère clivant de son héritage dans les débats politiques post-2011 en Tunisie. L’on devine derrière cet argument un désir politique particulier chez l’auteur de l’essai « Pour une refondation de la gauche tunisienne », paru en 2014. Il s’agit, en effet, de la volonté, exprimée à maintes fois par Baccar Gherib, de renouveler la gauche tunisienne. Présenté et discuté à plusieurs reprises, notamment à l’IRMC le 5 décembre 2019, le livre intéresse assurément des publics variés.

            L’argument principal de l’ouvrage est l’unicité de l’œuvre intellectuelle de Tahar Haddad. Souvent réduit à sa dimension de moslih qui apparaît dans son livre reconnu, Imra’atuna fi Al-chariâawa al-mujtama’a (Notre femme dans la législation et dans la société), le penseur a pourtant été prolixe sur d’autres thématiques. En nous invitant à (re)découvrir un autre livre de Haddad, « Les travailleurs tunisiens et l’émergence de la question syndicale » ainsi que des textes anti-coloniaux, Baccar Gherib dévoile « un penseur de l’émancipation », non réductible à la « question sociétale ». C’est-à-dire dont la pensée ne doit pas être réduite aux débats ultérieurs concernant le code du statut personnel. Cet acquis important du réformisme moderniste tunisien est attribué, pour une bonne part, au combat intellectuel mené par Haddad contre les lectures traditionalistes des textes sacrés musulmans. La thèse d’une cohérence globale de l’œuvre de Haddad, « une pensée de l’émancipation », s’appuie sur le constat que celle-ci s’attaque aux trois formes de domination visibles dans le contexte de l’entre-deux guerres tunisien, à savoir la domination coloniale, la domination capitaliste et la domination masculine. Le but de l’ouvrage est de restituer cette articulation occultée, comme le souligne l’auteur, par « une réception en pièces détachées » (Gherib, 2019, 16).

            Le livre donne à comprendre la philosophie de l’œuvre de Tahar Haddad en suivant les trois temps de sa pensée. Ainsi, après le chapitre introductif, Baccar Gherib nous livre la matrice axiologique que le moslih partage avec la constellation d’intellectuels qu’il fréquentait à l’époque, dont le poète Abul-Kacem Chebbi. En étudiant Al-khawâtir (Les Pensées), Baccar Gherib soutient que les idées de Tahar Haddad viennent d’un élan émancipateur exprimé également dans les écrits de Chebbi, dont le fameux poème « irâdat-ul-hayât » (« La volonté de vivre »). Une idée neuve dans les années 1920 tunisiennes et qui renvoie à une aspiration à la vie chez « une nouvelle classe et une nouvelle génération d’intellectuels » (ibid., 58). Ce « cri de révolte » (ibid., 59) est adressé non seulement à la colonisation, mais également à une « société léthargique » prédisposée à être colonisée. Dans ce premier chapitre, l’auteur rappelle comment Tahar Haddad conçoit l’islam dont la lecture traditionaliste minerait l’esprit « véritable » : un islam « synonyme de vie, donc d’émancipation et d’histoire » (ibid., 54).

            Le chapitre suivant, intitulé « La question nationale : du Destour à la CGTT », traite du combat anticolonial de Haddad. En effet, celui-ci défendait la thèse du caractère surdéterminant de la domination coloniale à l’époque. Sa bataille contre le colonialisme français est ambivalente du point de vue des registres argumentatifs mobilisés. Dans le sillon des principes de Wilson (ibid., 95), elle s’appuie, parfois, sur les principes du libéralisme politique, produit de l’histoire politique française, pour contester le colonialisme (ibid., 96). Aussi, ce combat se manifeste ponctuellement dans des prises de position assez polémiques, notamment à l’occasion du décret de naturalisation émis par les autorités françaises en 1923. Baccar Gherib souligne la véhémence de la position de Haddad face à ce décret, utilisant le registre identitaire et religieux de l’apostasie à l’encontre des Tunisien-ne-s qui acceptent la naturalisation (ibid., 98). L’auteur montre également le rôle tenu par Haddad aux côtés de Mohamed Ali El Hammi dans l’édification d’un syndicalisme nationaliste et anticolonial lors de la fondation de la Confédération Générale Tunisienne du Travail (CGTT) en 1924. Il relate les épisodes polémiques ayant opposé Tahar Haddad et ses camarades aux syndicalistes français. Ces derniers, accusant les syndicalistes tunisiens tantôt de communisme, tantôt d’intégrisme islamique, se heurtent à l’argument de l’existence d’une discrimination salariale envers les travailleurs tunisiens (ibid., 118). Pour répondre aux syndicalistes français qui leur reprochent de « diviser la classe ouvrière », les fondateurs de la CGTT leur opposent un « véritable internationalisme » dont la nation tunisienne, non-reconnue par le colonialisme français, est partie prenante (ibid., 130).

            Le troisième chapitre, « Les travailleurs tunisiens : pour une voie coopérativiste et réformiste du développement », est consacré à la manière dont Haddad a appréhendé la question sociale tunisienne à son époque. Tout en écartant l’hypothèse que l’intellectuel tunisien ait « bien » lu Marx, Baccar Gherib pointe les affinités qui le lient au matérialisme historique dans ses développements consacrés à l’analyse du mode de production en Tunisie dans Les Travailleurs Tunisiens[1]. Néanmoins, en nuançant le lien du penseur au marxisme, Gherib pose l’énigme de l’origine intellectuelle de son analyse matérialiste de la société et de l’économie politique tunisiennes avant et après la pénétration coloniale. Cependant, selon l’auteur, une chose est sûre, Tahar Haddad a formulé une critique viscérale de l’exploitation, qu’il s’agisse d’institutions traditionnelles telles que le khemmessat, ou celles du capitalisme colonial (ibid., 151). Ainsi, prenant le contre-pied de la lecture de Abdelaziz Thâalbi, éminente figure de l’archéo-destour, nostalgique et élogieuse de la période pré-coloniale, Haddad rappelle que l’exploitation avait préexisté au colonialisme au travers des structures économiques précapitalistes de la société tunisienne.

            Enfin, le dernier chapitre est consacré à la dimension « sociétale » de la pensée de Tahar Haddad, la plus polémique et la plus actuelle de son œuvre. Prônant un islam historique et émancipateur, le travail de relecture des textes sacrés effectué par un moslih ayant suivi un enseignement zeitounien traditionnel a fondé la justification intellectuelle et théologique du code du statut personnel tunisien, l’un des vecteurs du modernisme d’État tunisien. Vouée à la critique de la domination masculine, l’approche gradualiste de l’époque mise en œuvre par l’intellectuel correspond à l’une des propriétés du réformisme tunisien, que l’on retrouve notamment chez les promoteur-se-s d’une interprétation « éclairée » des textes sacrés. Ces derniers, situés dans leur contexte historique d’apparition, sont saisis comme « trop en avance sur leur temps » et comme « se contentant simplement d’avancées, plus ou moins grandes, sur diverses questions sociales et sociétales » (ibid., 190). Ainsi, l’historicisation de l’islam procède d’une critique de la domination masculine, reproduite au travers d’institutions telles que la répudiation et qui relèveraient plutôt de « la tradition » que de la religion musulmane.

            En définitive Baccar Gherib livre une démonstration convaincante de l’unité de l’œuvre de Haddad qui en fait un penseur de l’émancipation. Ce livre ouvre deux perspectives de développement. La première, dont Baccar Gherib admet bien volontiers l’importance, porte sur l’approfondissement de la contextualisation de la production et de la transmission des idées de Haddad à son époque. La seconde concerne les usages politiques actuels différenciés de sa pensée et son rapport au réformisme tunisien comme « grand récit » d’État.

Si Baccar Gherib convoque la myriade d’intellectuels dont faisait partie Haddad, en évoquant notamment l’influence qu’aurait eu le poète Abul-Kacem Chebbi sur lui, peu est dit sur les modalités concrètes de cette influence. L’on peut s’interroger sur la faisabilité d’une enquête socio-historique, permettant de mettre à jour les manières dont ces idées sont produites et véhiculées au sein de cette constellation. Quelles trajectoires sociales, politiques et biographiques ont rendu possible la convergence de ces individus engagés dans les grandes questions de l’époque ? Quels types de sociabilités ont permis ces rencontres ? Quels types d’activités, d’espaces, quelle fréquence de rencontres, de discussions et de lectures, ont contribué à la construction de ce paradigme de la « volonté de vivre », dont se sont revendiqués Tahar Haddad et ses camarades ? La réponse à ces questions nécessite des enquêtes dont la difficulté n’est certainement pas des moindres. Une autre question importante que relève Baccar Gherib lui-même, est celle du caractère improbable de la pensée « moderne » d’un intellectuel ne parlant que l’arabe et ayant reçu un enseignement zeitounien. Quels types d’enseignement, de socialisation, de dispositions et de rapport au politique ont permis à l’intellectuel unilingue qu’était Tahar Haddad (ibid., 37) d’être à la fois réceptif et producteur d’idées considérées comme « novatrices » ou « progressistes » ? En effet, « une histoire sociale des idées (politiques ou non) doit […] s’intéresser à l’ensemble de leurs producteurs et en faire une sociologie fine, sachant que leur multiplicité et leur hétérogénéité sont allées croissant au fil du temps. » (Matonti, 2012, 99).

            La seconde question, plus politique, relative à la réception contemporaine de l’œuvre du moslih, peut être posée en prolongeant l’ambition de Baccar Gherib de se situer dans les débats politiques actuels. Dès les premières pages, l’auteur relève à juste titre que l’héritage de Haddad est toujoursconvoqué dans une « bataille culturelle » qui « continue et se poursuit, bien que sous des formes différentes, avec des objectifs et des acteurs différents » (Gherib, op. cit., 15). Cependant, l’on sait toujours peu sur les appropriations politiques différenciées de l’héritage intellectuel de Haddad. Dans quelle mesure les usages politiques actuels de cette pensée s’accommodent-ils de la dichotomie « modernisme vs islamisme », à certains égards structurante du champ politique tunisien post-2011 ? Quels types de récits politiques la figure du penseur est-elle susceptible de conforter ou de contester ? Par exemple, l’on pourrait se demander si la lecture partielle de Haddad, focalisée sur l’aspect « sociétal » de sa pensée, relèverait ou pas de cet édifice discursif et politique qu’est le « réformisme » d’État (Camau, Geisser, 2003) et que Béatrice Hibou nomme « le grand récit politique tunisien » (Hibou, 2009). Ces questions appellent une sociologie fine des acteur-trice-s politiques tunisien-ne-s qui ne fait pas partie des préoccupations principales du livre. Néanmoins, celui-ci alimente incontestablement un questionnement sociologique des appropriations pratiques de la pensée de Haddad et des positionnements politiques qui les sous-tendent.

            In fine, avec ce livre, l’auteur confirme être l’un des rares historiens des idées politiques en Tunisie, travaillant avec méthode et minutie. Observateur attentif et acteur des débats intellectuels et politiques qui traversent la Tunisie contemporaine, Baccar Gherib ne fait pas fi de la profondeur historique de ces débats, ni de la genèse politiquement située des idées qui les structurent. Last but not least, on appréciera l’intérêt pour les potentialités pratiques de réflexion et d’action politiques de la part de celui qui assume être un « militant de gauche ».

[1] Tahar Haddad, 1927, Les Travailleurs tunisiens et la naissance du mouvement syndical, Tunis, réédition 1966 par la Maison tunisienne de l’édition.

Bibliographie :

  • Camau Michel, Geisser Vincent, 2003, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po.
  • Gherib Baccar, 2017, Penser la transition avec Gramsci. Tunisie (2011-2014), Tunis, Diwen Éditions.
  • Gherib Baccar, 2014, Pour une refondation de la gauche tunisienne, Tunis, Diwen Éditions.
  • Hibou Béatrice, 2009, « Le réformisme, grand récit politique de la Tunisie contemporaine », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 56-4bis, n°5,14-39.
  • Matonti Frédérique, 2012, « Plaidoyer pour une histoire sociale des idées politiques », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 59-4bis, n°5, 85-104.
Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, octobre - décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Entretien : La Revue Tunisienne des Sciences Sociales

Entretien avec Abdelwahab BOUHDIBA et Kmar BENDANA

 

Entretien réalisé en 1995 et repris en septembre 2019 pour La Lettre de l’IRMC.

L’entretien qui suit aborde l’histoire et le fonctionnement de la troisième revue de sciences humaines et sociales créée dans l’université tunisienne. Les deux entretiens précédents ont concerné Les Cahiers de Tunisie et  la Revue Tunisienne de Droit.

Abdelwahab Bouhdiba est professeur de sociologie et spécialiste de la civilisation islamique. Après avoir dirigé le département de sociologie de l’Université de Tunis et le Centre d’études et de recherches économiques et sociales (CERES) entre 1972 et 1992, il est nommé à la tête de l’Académie Tunisienne des Sciences des Arts et des Lettres (Bayt al Hikma) de 1995 à 2010. Cet entretien a été effectué en 1995. 

Portrait d’Abedlwahab Bouhdiba – Source : http://www.sudeditions.com/fr/auteur/abdelwahab-bouhdiba

 

Kmar Bendana : Vous avez été directeur de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales de 1972 à 1990, pendant une période assez longue pour qu’on y décèle une évolution.

Abdelwahab Bouhdiba : Cette revue a été créée pratiquement en 1963-1964, sous la direction de Monsieur Mustapha Filali, un homme admirable, syndicaliste, écrivain, professeur, homme politique d’une grande ouverture d’esprit et d’un grand courage intellectuel. A lui, avait été confiée la tâche de mettre en place le CERES, et très vite, autour de lui nous avions pensé qu’il était nécessaire de donner au CERES, un organe d’expression. J’ai tenu à ce qu’on appelle cette revue : Revue Tunisienne de Sciences Sociales

KB : Le titre de la revue, c’est donc vous qui l’avez donné ?

AB : Oui ; par cette dénomination nous voulions prolonger La Revue Tunisienne. Historiquement, ce sont Les Cahiers de Tunisie qui ont pris la suite de La Revue Tunisienne, mais nous voulions revendiquer l’esprit de cette dernière, extraordinairement ouvert : des chercheurs amateurs, savants, hommes politiques, administrateurs et techniciens ont rencontré en Tunisie un ensemble de problèmes, dont certains à caractère social très marqués, avec autant de profondeur qu’ii était alors possible de le faire et ils ont essayé de les traiter. La Revue Tunisienne de Sciences Sociales a été l’organe d’expression du CERES. Or, ce dernier a été créé pour répondre à des besoins de la société et de l’Etat tunisiens. A l’indépendance, la Tunisie avait mis en place une politique de développement et avait besoin d’études ; le CERES – Centre de Recherches et d’Etudes Économiques et Sociales – devait fournir à l’administration, aux planificateurs et décideurs tunisiens, les outils et les informations qui leur permettraient de mieux choisir. Mais, très vite, les difficultés et le divorce entre l’Université et les gestionnaires du domaine politique et administratif sont apparus. Nous n’étions pas sur la même longueur d’ondes et les universitaires n’étaient pas disposés à aller dans le sens préalablement tracé par des choix à caractère administratif ou politique. L’universitaire entendait s’en tenir à un champ d’investigation plus libre, plus ouvert, académique et scientifique avant toute chose.

KB : Ne pensez-vous pas qu’ii était utopique de créer une sorte de bureau d’études aussi scientifique fût-il, au service d’une politique, aussi généreuse pût-elle être?

AB : Utopique non. La meilleure preuve est que les services que nous n’avions pas pu fournir à l’administration tunisienne, celle-ci a pu immédiatement les trouver auprès d’un ensemble de bureaux d’études, venus essentiellement de France, pour répondre, dans des délais fixés, selon un protocole établi à l’avance, à des questions très claires des planificateurs tunisiens. Il y a eu, dès le départ, divergence au niveau de l’orientation à donner à la recherche scientifique.

D’autre part, nous autres jeunes universitaires, ayant apporté notre contribution à l’œuvre d’’indépendance (nous avions milité dans le cadre du parti au pouvoir ou dans l’opposition dans les mouvements politiques de jeunesse ou autres), avions la prétention d’avoir une mission à remplir. Là était peut-être l’utopie. Nous pensions avoir un rôle à jouer, non pas en choisissant à la place des décideurs mais en pesant au moins sur l’événement. Comment le faire sinon en fournissant des informations inédites, contrôlées, objectives et de première main, une analyse de la situation économique, sociale et culturelle de la société tunisienne telles que les instruments d’investigation démographiques, sociologiques, anthropologiques, géographiques ou autres pouvaient nous permettre d’y accéder ? Que cela fût difficile, certes ! J’ai eu à en faire l’amère expérience en acceptant de diriger un moment un Bureau de Recherches Sociologiques intégré au Plan. La divergence des orientations a très vite épuisé le capital de bonne volonté investi dans cette recherche sollicitée mais guère agréée…

KB : Et comment se définissait la revue dans le vaste projet de la recherche au CERES ?

AB : La revue, organe d’expression du CERES, devait mettre dans le domaine public, à la disposition des étudiants, des lecteurs, des chercheurs, des administrateurs, le fruit de la recherche accomplie. Nous ne voulions pas d’un travail pour qu’il reste dans les tiroirs. N’oublions pas non plus la grande soif qu’avait la société tunisienne de se connaître et de s’informer sur elle-même : les recherches étaient extrêmement rares ; celles qui étaient disponibles, avaient été faites dans un contexte colonial ou étranger. Elles avaient vraiment besoin d’être sinon remises en question, en tout cas contrôlées, approfondies ou justifiées, selon le cas. Ecrire, publier, chercher sont les trois aspects de l’opération de s’appréhender et de se connaître. Mus par un souci d’authenticité, nous pensions jouer un rôle positif : accomplir une recherche de l’intérieur. Nous étions fermement convaincus que la recherche ne peut être faite par procuration. Elle devait être authentique, fondée mais autonome dans ses méthodes d’investigation et dans ses appréciations. Elle devait permettre le dialogue et la coopération avec des chercheurs non tunisiens. Ainsi, les équipes multidisciplinaires et les équipes internationales ont pu se constituer et beaucoup de recherches du CERES ont été faites, surtout au début, avec des amis et collègues français.

KB : Vous parlez de recherche intérieure et interne ; en épluchant les sommaires de la Revue Tunisienne des Sciences Sociales, on voit apparaître en 1967-1968 une dimension maghrébine et vers les années 1974 une ouverture plus mondialiste. Celte recherche de « nationaux » est doublée d’un mouvement vers l’extérieur.

AB : Les choses se sont calmées très vite. La demande de l’Etat tunisien s’est faite plus rare, celui-ci préférant alors se fournir, pour l’essentiel de son information, auprès des sources « étrangères ». Nous avons alors envisagé, dès la fin des années 1960, engager nos recherches dans une perspective plus « universitaire » tout en restant engagés. Entre-temps, la direction avait changé. M. Mustapha Filali était parti pour d’autres responsabilités ; après un bref intermède avec M. Chédly Ayari puis M. Mahmoud Seklani, j’ai pris la relève début 1972 sur d’autres bases : nous avons analysé l’expérience des dix années passées pour essayer de mettre en place des objectifs différents et une dynamique nouvelle.

KB : Une recherche plus « pure »… ?

AB : Une recherche tout aussi engagée, ancrée sur les problèmes tunisiens, mais plus décontractée. La fibre nationaliste, l’enthousiasme débordant, l’émotion saine n’avaient plus de raison d’être. Nous sommes entrés dans une dynamique nouvelle pour une recherche académique universitaire mais qui essayait de coller à la société tunisienne. Nous allions multiplier les colloques et les rencontres qui trouvaient souvent leurs traces ou leur profondeur dans la Revue Tunisienne de Sciences Sociales. Le social était à la fois objet et sujet de recherche, il ne pouvait cependant y avoir de recherche tunisienne au sens étroit du mot ; celle-ci devait rayonner et déboucher sur d’autres horizons : maghrébine, arabe, africaine, méditerranéenne et européenne.

KB : Quel rôle avez-vous tenu dans cette revue ? Concepteur, arbitre ou animateur ?

AB : Animateur : certainement. Dans la mesure où cette revue exprimait des recherches faites dans le cadre du centre. Le choix des programmes était le fruit d’une double initiative ; l’essentiel était proposé par les chercheurs qui n’épousaient pas forcément le point de vue officiel, ne cherchaient pas à répondre aux préoccupations administratives, avaient leurs propres intérêts. Un comité de synthèse se réunissait pour mettre au point les thèmes de recherche, très variés du point de vue des disciplines, de la méthodologie mise en œuvre et des préoccupations. En tant que directeur, je prenais de très larges initiatives, en proposant des thèmes, que l’on pouvait retenir ou non ; la plupart du temps, au nom de la liberté universitaire, les chercheurs préféraient s’en tenir à leurs propres projets. J’ai très fréquemment reçu des demandes de l’administration, ou d’organisations internationales (UNESCO, PID, OMS, UNICEF) ; tel service ou office sollicitait une recherche (pour l’étude de la séance unique, les horaires de l’administration, le tourisme intérieur, la délinquance juvénile, l’exclusion sociale, l’alphabétisation fonctionnelle, l’encadrement de l’agriculture, l’industrialisation, la carte scolaire….). Ces thèmes recueillaient parfois l’adhésion spontanée d’un chercheur, sinon nous demandions des concours extérieurs. Pendant la période à laquelle vous faisiez allusion, il y avait les chercheurs permanents, nommés et affectés à temps plein au CERES, et les chercheurs associés, c’est-à-dire nos collègues des Facultés qui venaient, par contrat, faire des recherches à l’intérieur du CERES. Ce fut une période d’explosion extraordinaire où des chercheurs de tous bords, des littéraires, des théologiens, des psychologues, des historiens, des archéologues, des juristes, des économistes… ont apporté leur précieux concours. Les rencontres internationales, associaient des parties maghrébines : il n’y avait pratiquement jamais de rencontre sans une participation algérienne, marocaine voire libyenne ou mauritanienne ; nous avons associé des collègues japonais, africains, américains, sans oublier nos amis européens. Tout cela débouchait comme produit fini dans la revue. Mais très vite, il était apparu nécessaire de mettre un certain nombre de critères qui permettraient à la revue de sortir avec un minimum d’harmonie : nous avions des recherches qui allaient de 7 à 700 pages et nous ne pouvions pas, dans la même revue, publier des contributions aussi inégales par la longueur. Nous avons donc décidé d’un minimum d’étendue ; pour les articles de plus de 50 pages, les textes devaient sortir dans des brochures ou des livres autonomes.

KB : La Revue tunisienne de Sciences Sociales a déterminé les autres publications du CERES ?

AB : Absolument ; d’elles étaient sortis Les Cahiers du CERES, les mémoires, des publications hors série, les actes extrêmement divers, dans les contenus et les formes. Mais nous avons tenu également à ne publier que les sciences sociales. Les textes à caractère littéraire, historique, (sur l’histoire de l’Antiquité par exemple) ou théologique ont été publiés dans des supports indépendants de la Revue tunisienne de Sciences Sociales.

KB : Cela n’empêche pas ces disciplines d’être présentes dans la revue

AB : Pas autant que si nous avions laissé la bride sur le cou… Car beaucoup de nos collègues appartenant à d’autre disciplines que les sociales avaient des difficultés à travailler, à produire et à publier

KB : Si vous n’aviez pas tenu le vecteur « sciences sociales » comme prioritaire, la Revue Tunisienne de Sciences Sociales aurait-elle été différente ?

AB : Elle aurait été très dispersée. Elle aurait été constituée de mélanges sur le vaste domaine des sciences humaines. Nous nous en tenions pour l’essentiel à la sociologie, la démographie, la linguistique et aux sphères immédiatement voisines.

KB : Avec un grand nombre de numéros spéciaux !

AB : Les numéros spéciaux sont à part ; c’est une « ficelle » de gestionnaire qui permet, lorsque le retard s’accumule et qu’il n’y a pas de texte prêt pour couvrir la revue, de sortir des numéros sur un thème spécialisé, ou les actes d’une rencontre organisée par le CERES sous forme d’un numéro, double, triple ou quadruple, selon les besoins les plus urgents.

KB : Une remarque de lectrice et usagère de la revue : la place du travail documentaire et bibliographique est relativement faible : les index divers, les recensions d’ouvrages, les comptes rendus sont absents, il n’y a pas de tables non plus. Quelle est l’explication ? En aviez-vous débattu au sein du comité de rédaction ?

AB : Nous en avons beaucoup débattu ; je pensais qu’une revue devait suivre la production internationale, qu’il n’est pas normal que des livres majeurs paraissant en Tunisie ou en Europe, intéressant notre champ d’investigation ne trouvent pas d’écho dans la revue. Mais il y avait une difficulté : était-il possible de suivre systématiquement cette production ? Ce que nous avons eu entre les mains, ce n’était pas un tableau suivi et continu mais une certaine production intellectuelle qui intéresse nos domaines. Dans ces conditions là, sortir une note de temps à autre, de façon épisodique faisait perdre tout intérêt à cette publication.

KB : Entre le « tout ou rien », vous avez choisi le « rien » ?

AB : C’est qu’en fait, nous étions très proches de ce « rien » et dans ces conditions, mieux valait laisser la revue exprimer, purement et simplement, les recherches menées dans le Centre plutôt que d’essayer, épisodiquement, de monter en épingle telle publication alors que d’autres, plus importantes n’étaient pas analysées. Je considère maintenant que c’était un grand manque mais je ne dis pas que c’était une erreur, c’est tout ce que nous pouvions faire à cette époque ; c’était cependant un grand vide parce que des revues scientifiques comme Les Archives Sociologiques des Religions, L’Année Sociologique ou Les Cahiers Internationaux de Sociologie etc. non seulement produisent, mais informent sur ce qui a été produit par ailleurs. Mais Les Cahiers de Tunisie étaient à peine mieux logés que nous !

KB : Vous venez de résumer les ambitions de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales : d’un côté très tunisienne par les articles, et se revendiquant mondialiste ou internationaliste sur le plan de la documentation et de l’information bibliographique. N’est-ce pas un tiraillement difficile à vivre ?

AB : Peut-être. Mais comment se développe une science et surtout une science sociale sinon à partir d’un objet et d’une méthodologie ? L’unité d’une discipline est celle de sa méthodologie ; son ancrage dans un moment historique déterminé se fait à travers son objet. Nous n’avions pas la prétention d’inventer une méthodologie, ni d’inventer des techniques d’investigation mais de contribuer à les faire évoluer… Je crois qu’il y a une universalité de la méthode qui doit être appliquée d’une façon ou d’une autre, pour mieux saisir le contexte que nous nous proposons d’étudier. Notre ambition n’était pas tellement de faire avancer la sociologie ou la démographie, que de mieux connaître notre société, par l’intermédiaire de méthodes éprouvées : c’est une des limites de notre action dans le cadre du CERES et de mon apport personnel en tant qu’enseignant de sociologie. Il fallait- et il faut encore- accumuler les recherches empiriques en Tunisie et sur la Tunisie, procéder à une relecture de notre société, ne pas nous contenter de la vivre immédiatement, avec naïveté, mais la lire avec un regard second, avec réflexion et analyse pour essayer de corriger les erreurs énormes, a priori, et préjugés qui ont été répandus par la recherche de type colonial, d’avertir les responsables de l’impossibilité de considérer la réalité humaine tunisienne comme interchangeable à n’importe quelle autre. Le planificateur n’agit pas sur l’économie par l’intermédiaire de l’économie, il agit sur des hommes qu’il faut connaître, dont il faut prendre le pouls et apprécier leurs dispositions à faire évoluer leur propre système : s’ils n’y sont pas disposés, celui-ci ne changera pas. Intervenir sur la société tunisienne, c’est avoir affaire à une réalité historique, culturelle avec laquelle il faut prendre la précaution minimale de la connaître !

KB : Pourquoi ce choix théorique de l’empirisme n’a-t-il pas prévalu aussi en matière d’information immédiate, sur ce qui s’écrivait sur la Tunisie et en Tunisie au moins ? Pourquoi ne retrouve-t-on pas dans la Revue Tunisienne de Sciences Sociales l’écho de la production sociologique sur la Tunisie pendant ces trente années ?

AB : Nous ne pouvions guère organiser d’une façon rationnelle, didactique et suivie cette information. La bibliothèque du CERES est très riche, mais elle n’est pas systématique. Les acquisitions viennent avec un certain retard et ne couvrent pas la totalité d’un champ. Nous avons pu rassembler des thèses, des publications nationales, maghrébines, européennes etc. Mais si vous prenez, dans un domaine particulier, la sociologie de l’Islam ou la psychosociologie de l’entreprise, vous ne trouverez pas une documentation complète. Le livre circule mal en Tunisie. Par le recours à un ami, un professeur ou un voyageur ; la bibliothèque s’enrichit par à-coups, sans ventilation chronologique régulière des publications qui permettent de couvrir un certain champ. C’est la raison essentielle qui nous a fait renoncer à la rubrique « Recensions ». Je dois ajouter aussi que les chercheurs n’avaient pas manifesté d’intérêt pour cette rubrique. Et pourtant ils étaient quelque quarante « permanents » ! Je publiais mes propres recensions dans Les Cahiers de Tunisie, plutôt que dans la Revue Tunisienne de Sciences Sociales, parce que cela n’a pas de sens de publier, de temps à autre, trois pauvres petits comptes rendus… J’avais pensé également à tenir d’autres rubriques : la chronologie des événements de notre société, des statistiques, signaler des études, des travaux de recherche, des thèses, des doctorats, quelque chose qui soit digne d’un niveau scientifique…

KB : A travers les 115 numéros de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales, on constate une absence de thématique générale. Quand on compare ses sommaires, à ceux des autres publications (Les Cahiers du CERES, colloques), on trouve des unités disciplinaires et non thématiques. Cet éclatement dans les thèmes était-il consciemment ressenti dans les coulisses de la revue ?

AB : Certainement et cela est lié à l’évolution en zigzag du Centre. Dans les études et recherches économiques et sociales, les disciplines (sociologie, démographie, économie, géographie) sont très étroitement imbriquées : la linguistique a été ajoutée en cours de route, avec notre éminent et regretté collègue Salah Garmadi… Puis est venue une autre étape, après 1972, où nous avons choisi d’encourager systématiquement la recherche dans les sciences humaines ; les facultés n’étant pas à ce moment-là équipées pour la mener, on a confié au CERES la tâche de l’organiser. Nous sommes passés de cinq à dix sections avec l’histoire du mouvement national, la littérature, les études islamiques…

KB : 1972, c’est la date de votre arrivée.

AB : Le CERES n’était plus limité à douze ou quinze chercheurs , il s’était enrichi d’à peu près cent-vingt collaborateurs qui venaient, sous contrat, faire de la recherche, il y a eu des tentatives de créer d’autres revues, sans grand résultat : un seul numéro de la Revue des Etudes Juridiques a vu le jour ; à la suite d’un projet de créer une revue des études littéraires, des conflits et difficultés avec Les Cahiers de Tunisie  et la faculté sont très vite apparus etc. Nous avons maintenu la Revue Tunisienne de Sciences Sociales comme expression des recherches qui sont menées au centre et beaucoup y étaient en effet menées mais publiées ailleurs, parce que leurs thèmes, leurs sujets s’intégraient très mal avec une revue dont on essayait de maintenir, malgré tout, l’unité. L’unité des thèmes n’apparaît vraiment que dans nos colloques parce qu’un colloque est délibérément organisé, bâti, structuré, autour d’un thème interdisciplinaire qui fait appel à des spécialistes de tous bords, des coopérations internationales ; un colloque est un carrefour, une rencontre, mais il y a au départ une unité de thème, tels que l’exclusion sociale, le rôle de l’université, les problèmes culturels de développement, le bilan du développement, les rencontres islamo- chrétiennes… La publication de la revue répondait à des préoccupations différentes.

KB : Quels étaient les protocoles laborieux au sein de la revue ? Avec cent-vingt chercheurs, comment s’organisait le travail du comité ?

AB : L’unité de base, c’était la section, avec un chef de section. A l’intérieur de celle- ci, une procédure d’évaluation collégiale et collective choisissait le thème ; l’avis de la section valait aussi pour les invitations, pour les diverses manifestations et pour la publication.

KB : Une sorte de mini-comité scientifique ?

AB : C’était un comité scientifique. Une première lecture entre collègues déterminait si la recherche pouvait être admise ou s’il fallait un complément de travail.

KB : Il existait donc un palier de sélection à l’intérieur de chaque section ?

AB : Oui. Venait ensuite le comité d’évaluation, composé des chefs de sections et du directeur du CERES qui examinait les textes présentés par les comités de section. C’est là que se faisaient, soit l’adoption définitive du travail, quand il ne posait pas de problèmes, soit la désignation d’un comité de lecture restreint, pour tel ou tel texte ; par la suite, comme le CERES avait évolué, le comité de programmes et d’évaluation ayant devant lui des textes et des orientations très divers, on a dû constituer un comité de lecture.

KB : Pourquoi la revue n’a pas éprouvé le besoin de rendre ce comité de lecture visible par le lecteur ?

AB : Ce comité de lecture n’était qu’un comité technique donnant au comité de programmes et d’évaluation puis au conseil scientifique, un avis sur la publication. Dans la mesure où la décision finale était prise par le comité de direction ou conseil scientifique, c’est à celui-ci qu’appartenait la responsabilité ultime.

KB : Est-ce que cela n’a pas contribué à rendre la Revue Tunisienne de Sciences Sociales absolument confondue avec le CERES ? Ne pensez-vous pas que ces méthodes ont fait que la revue n’a pas pu constituer un secteur autonome, avec des protocoles de travail indépendants du fonctionnement général de l’institution dont elle faisait partie ?

AB : Ce qui a prévalu, c’est que la revue publie d’abord les recherches faites au sein du CERES. Mais nous avions plus de productions scientifiques que ne pouvait en supporter la revue, même si, par moments, la synchronisation n’était pas au point (nous avions des interruptions, les textes n’arrivaient pas à temps, il y avait parfois un retard financier ou administratif dans la publication de la revue) ; l’un dans l’autre, la masse des travaux à publier dépassait la capacité de la revue, d’où un certain nombre de textes publiés ailleurs. Nous autorisions des chercheurs, appartenant à des sections qui ne font pas partie du « noyau dur » du CERES, à publier dans toutes sortes de supports : dans Les Cahiers de Tunisie, Ibla, La Revue de Théologie, Al Fikr, … Je dirais que le CERES c’est la Revue Tunisienne de Sciences Sociales plus les autres publications, les liens entre la revue et le CERES étant des plus intimes.

KB : Qu’a apporté la Revue Tunisienne de Sciences Sociales à l’enseignement des sciences sociales en Tunisie ?

AB : Il faut dire les choses telles quelles sont : nous avons très peu contribué à faire évoluer l’enseignement. D’abord parce qu’un grand débat a envenimé les rapports entre le CERES et facultés, celui de savoir si les chercheurs permanents du CERES ont ou non le droit d’enseigner dans les facultés et de diriger des travaux de recherche. Les facultés demandaient à contrôler les travaux de recherche qui se faisaient en leur sein, et la Faculté des Lettres et Sciences Humaines était particulièrement attachée à ce principe dans la mesure où un certain nombre de collègues du CERES n’étaient pas passés par les « fourches caudines » des recrutements nationaux. Nous ne pouvons cependant pas dire que la contribution était nulle : d’abord et pendant quinze bonnes années, grâce au statut de stagiaire de recherche, des étudiants étaient intégrés aux recherches ; la plupart des sociologues ont fait du terrain en tant qu’étudiants grâce au CERES. De plus et malgré les difficultés administratives, des étudiants de sciences sociales, de géographie, d’histoire, étaient recrutés pendant les trois mois d’été pour participer à nos recherches. De plus en plus, les facultés avaient du mal à faire faire du terrain à leurs étudiants ; même le mémoire de recherche obligatoire pour les étudiants de sociologie a été supprimé par la suite, vu le nombre croissant des étudiants. A partir du moment où les facultés n’étaient plus en mesure d’envoyer des sociologues et des géographes sur le terrain, seul le cadre du CERES permettait d’en faire. Deuxièmement, nos rencontres (il y en avait de toutes sortes, c’était une véritable « industrie » : j’en ai organisé plus de 120 pendant !e mandat que j’ai effectué au CERES), mobilisaient un public estudiantin très curieux, très actif. Nos équipes participaient à des rencontres, des colloques et des séminaires, qui drainaient un très large public ; une de celles qui m’a demandé le plus d’effort en m’apportant finalement satisfaction, a été la rencontre internationale Défi à la philosophie, Défi de la philosophie qui a rassemblé, face à une pléïade de très grands noms français et arabes, jusqu’à plus de 500 participants qui étaient nos étudiants et nos jeunes collègues. Il y avait, à ce moment-là, une soif et un désir de connaître alors que les manifestations culturelles se comptaient sur les doigts, et n’étaient pas aussi abondantes qu’aujourd’hui. Nous répondions à un véritable besoin de culture, de connaissance, d’approfondissement d’une manière timide, indirecte, je vous l’accorde, épisodique aussi ; mais nous avons quelque peu aidé de nombreux étudiants à être au diapason de la science telle qu’elle devait être.

KB : Concernant la vie matérielle de la revue, quels étaient les moyens pour la faire ? Quelle était sa place dans le budget ? Celui-ci était-il géré par l’administration du CERES ou par le comité de rédaction de la revue ?

AB : Le comité scientifique définissait l’ensemble du budget. La pratique normale de toute administration était de nous proposer un budget sur la base de nos propres prévisions. Après quoi, les instances de tutelle procédaient à des laminages successifs. Pour l’ensemble de nos publications, nous avons une enveloppe qui nous permettait de sortir quatre numéros de la revue et, selon les années, entre quatre à dix publications. La priorité était à la revue et il nous arrivait, en cas de besoin, de demander un concours extérieur. Lorsque, pour organiser un séminaire il nous arrivait de bénéficier de l’aide d’une instance internationale, d’une organisation non gouvernementale ou d’un pays ami, nous ne manquions pas de prévoir dans le « budget » extérieur un petit quelque chose pour la publication des Actes. Mais la revue, c’était le budget interne du CERES et elle avait toute priorité.

KB : Qui gérait les problèmes de fabrication, de correction, d’imprimerie ?

AB : C’était notre grand problème. Il existe toujours un service spécialisé de publication, des gens admirables, qui faisaient des heures supplémentaires non rémunérées et en quantité incalculable, des gens qui étaient « au four et au moulin », et qui étaient utilisés à mille tâches.

KB : Ils faisaient partie de l’administration ou de l’équipe scientifique ?

AB : De l’administration, ils s’occupaient de tout ce qui est fabrication, production, suivi. Pour la correction, des personnes recrutées sous contrat, procédaient à deux premières lectures ; la dernière correction qui aboutit au « bon à tirer » était donnée par le chercheur. Je dois dire que c’est la partie qui m’a donné le plus de ma! et le plus de difficulté : très souvent, ii m’est arrivé de retirer moi-même les textes, de m’apercevoir que des choses invraisemblables passaient dans la revue. Nous n’avons jamais pu avoir un contrôle sérieux par l’équipe rédactionnelle qui s’en remettait à cette équipe administrative alors qu’elle n’avait ni les compétences scientifiques, ni le temps nécessaires. Ce travail n’a jamais été fait dans les conditions optimales ; là était notre plus grande faiblesse.

KB : Il n’y a pas que chez vous que cela se passe de la sorte.

AB : Oui, mais si c’était à refaire, je me demande si j’aurais maintenu une publication dans ces conditions-là…

KB : Le catalogue des publications de la revue fait état de l’épuisement des dix-huit premiers numéros. Serait-ce un signe de succès puis d’une baisse de l’audience de la revue ? Comment interpréter ces données ?

AB : Le tirage se faisait au « pif » : au moins deux mille. Le plus gros était trois mille, parfois nous sortions à cinq mille. Le numéro 100 est sorti à cinq mille exemplaires. Il renfermait de très belles signatures, de très bons articles, il avait été soigneusement préparé. Les autres numéros de la revue et nos publications m’ont posé des problèmes rencontrés ailleurs : il existe certainement un lectorat potentiel pour nos publications, mais nous ne savions pas comment le toucher ; nous n’arrivons pas à le faire. Nous vendons une centaine d’exemplaires chez les dépositaires. Faut-il laisser s’empiler les tirages nos dépôts ? Faut-il essayer de trouver des lecteurs ? Après tout, nous écrivons, nous rassemblons, nous administrons, nous éditons, ii ne faut pas quand même nous demander de nous transformer en marchands. Nous ne savons pas vendre ; je n’ai jamais su pourquoi tel livre se vend et pas un tel autre. C’est un mystère. La Revue d’Etudes Juridiques qui est restée un unicum a été épuisée en un mois. Est-ce- qu’elle répondait à un besoin ? Est-ce-que le directeur de la section à l’époque a fait du porte-à-porte ? J’ai recruté quelqu’un qui, avec sa voiture, sillonnait la Tunisie ; il nous a vendu des milliers d’ouvrages à travers le pays. Simplement, je n’ai jamais pu le rémunérer correctement : l’administration qui a ses propres régies ne le permet pas ; il est donc parti. J’ai pris la décision d’organiser un service des échanges et qui procédera à une distribution gratuite. Nous avions une liste de 700 correspondants ; dès qu’un livre sortait, nous l’envoyions aux quatre coins du monde, à nos frais… On expédiait à Karachi, à Buenos Aires, dans les bibliothèques parisiennes, africaines, tunisiennes et les centres de recherche. Le reste parlait en deux, trois ou quatre ans, au hasard des conjonctures, il est normal que les toutes premières livraisons soient épuisées.

KB : Parce que les chiffres de tirage étaient moins importants, ou parce que la soif était plus grande ?

AB : Le temps passant par là, les publications sont épongées progressivement. Une bonne publication doit partir en un an ; il y en a qui, parfois, mettaient quatre ans à partir. Certaines livraisons étaient épuisées très rapidement et il nous est arrivé de recevoir des commandes qui nous laissaient rêveurs : cinq milles exemplaires pour tel livre de théologie par exemple !

KB : Les problèmes de fabrication de revue sont un maillon parlant de la difficulté de mener une revue depuis sa conception, dans sa réalisation et jusqu’à son arrivée au lecteur puis son écho.

AB : Ma conviction aujourd’hui est qu’il y a des professionnels de la vente des livres et il faut leur faire confiance.

KB : Mais pas de la revue !

AB : Ils peuvent faire la même chose pour les revues et il faudrait les y engager. C’est pour cela que si j’avais à refaire cette expérience, avant de créer une revue, je m’entendrais au préalable avec un éditeur pour tracer une politique éditoriale, qui n’est pas forcément celle d’un centre de recherche.

KB : Dans votre parcours de directeur de revue, vous seriez passé d’un Etat commandeur à un éditeur demandeur ?

AB : Exactement ; parce que la situation n’est plus la même. A l’époque, qu’y avait-il comme maison d’édition ? L’Etat : une maison d’édition non soutenue par l’Etat ne pouvait pas démarrer. Aujourd’hui, il y a une crise du livre qui a créé au niveau de la société tunisienne de nouvelles préoccupations. Parmi les éditeurs de la place, certains ont émergé, il faudrait les aider à survivre, car « s’ils vendent leurs chemises », nous sommes tous acculés à le faire. L’idée – à l’époque, je ne pouvais pas même pas en prendre conscience parce que la conjoncture était autre qu’aujourd’hui – est qu’il faudrait miser sur ce type de professionnel. Que leur statut soit étatique, semi-étatique, etc. ; c’est une autre question. Le problème en Tunisie est que l’Etat a trop étatisé le commerce du livre.

KB : Mais est-ce que la recherche est en situation de demande éditoriale ?

AB : Non.

KB : Croyez-vous que la solution est dans le fait de trouver un éditeur ?

AB : C’est à voir ! C’est une voie à explorer avec beaucoup d’attention et d’espoir.

KB : La recherche n’est pas un produit de consommation…

AB : Non, pas du tout. Je me suis même demandé parfois si, pour nous autres pays du Sud, ce n’était pas un luxe. Mais c’est une idée que je refuse parce que si je l’acceptais, je rentrerais chez moi. Il faut croire, continuer à œuvrer, à travailler et essayer de trouver des solutions. Je dois dire qu’avoir sorti cent quinze numéros de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales, c’est une performance.

KB : Que vous fait la disparition de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales ?

AB : Elle me chagrine parce que, vous savez, une bonne partie de ma vie ma vie se confond ou presque avec le CERES ; l’effondrement de ce qui a été construit patiemment avant tant de collègues admirables me chagrine profondément. Dans la masse des publications que nous avons faites, certaines ont un niveau international Nous avions aussi tissé un réseau d’amitiés intellectuelles et de coopérations internationales avec des partenaires très exigeants. C’est là un acquis. Faut-il qu’il se perde ?

KB : Est-ce qu’on pourrait sauver le CERES par la Revue Tunisienne de Sciences Sociales ?

AB : Je ne sais pas, les choses, comme on dit, ne me « regardent plus », même si je continue dans le secret à bien les regarder !

Entretien initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°24, mai-septembre 2019 et sur le blog Histoire culturelle de la Tunisie contemporaine de Kmar Bendana le 5 novembre 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Diplomatie et coopération entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne depuis l’Indépendance jusqu’à aujourd’hui

Echos de presse sur la Radio Libre Francophone

Manon Rousselle
Chargée de projets scientifiques et de valorisation de la recherche

Dans le cadre du séminaire mensuel « Migrations, mobilités et circulations intra-africaines : savoirs, critiques et méthodes » coordonné par Betty Rouland, le 28 février 2019 se tenait la conférence de Sophie Bessis, chercheure associée à l’IRIS, sur la coopération et les relations diplomatiques entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne.

Sophie Bessis passe en revue ces relations, de manière très factuelle. D’aucun pense que ces relations sont restées très embryonnaires entre l’Afrique subsaharienne, dans son ensemble, et la Tunisie. Elle remonte rapidement très loin dans l’histoire, à l’époque où les Carthaginois arrivent sur les rives du pays qui s’appelle, depuis 1840, la Tunisie mais qui était à l’époque la terre des Afridis. Ce peuple a donné son nom à tout un continent, ce qui n’est pas sans évoquer justement les relations de l’Afrique du Nord, et, en particulier, de la Tunisie, avec le reste du continent africain.

Elle rappelle que chaque pays d’Afrique du Nord a une politique très différente avec l’Afrique subsaharienne, l’Egypte, par exemple, entend la politique avec l’Ouganda ou l’Ethiopie, pays dans lesquels le Nil prend sa source, comme relevant de la politique intérieure du pays, l’Afrique devenant alors son hinterland direct. Mais, le reste
de l’Afrique méditerranéenne a des relations différentes. Néanmoins, d’un point de vue général, le Sahara a d’abord été un espace d’échange plus qu’une frontière, et ce depuis des temps très
anciens. En grande partie des échanges commerciaux, selon des témoignages historiques antiques tels que celui d’Hérodote. Aux époques médiévales, dès le IXe siècle, le trafic négrier devient le principal axe commercial entre les régions, jusqu’au XIXe siècle. Tozeur et Tunis, par exemple, étaient de grands marchés négriers, pour l’Empire ottoman entre autres, jusqu’à l’abolition officielle de l’esclavage en 1846, et par décret colonial en 1890.

L’époque contemporaine se caractérise aujourd’hui, selon Sophie
Bessis, comme une rencontre manquée entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne. D’une part, les contentieux historiques freinent ou ont freiné une partie des relations possibles, mais d’autre part, l’historienne relève un désintérêt évident des responsables tunisiens pour le Sud du Sahara, ainsi qu’un déni évident de la part africaine de la Tunisie. Malgré les tentatives de rapprochement, qui ont été nombreuses au cours des soixante dernières années, il n’y a pas eu de réelle suite donnée à ces souhaits. Elle divise cela en trois étapes : la période suivant l’Indépendance et le reste des indépendances africaines jusqu’aux années 1970, marquées par un certain activisme de la Tunisie et de nombreuses actions de coopération donnant une bonne image de la Tunisie et de Habib
Bourguiba au Sud du Sahara ; la deuxième période, des années 1980 à 2011, marquée par un désintérêt total de la Tunisie pour le Sud du Sahara : les vingt-trois ans du régime de Ben Ali ont totalement ignoré l’Afrique subsaharienne et la Tunisie ne s’est pas encore relevée de ce long silence ; enfin la période actuelle, post 2011, marquée par un souhait de renouer les relations mais essentiellement mercantiles.

La période bourguibienne

L’historienne explique que la Tunisie de l’indépendance hérite d’une série de relations de solidarité avec l’Afrique subsaharienne, comme l’ensemble des anciennes colonies africaines d’une manière générale ; c’est une période qui efface les contentieux et qui débouche sur une aide aux pays qui ne sont pas encore décolonisés et selon Sophie Bessis c’est ainsi que les années 1950-1960 sonnent l’apogée du Panafricanisme.

Cette période va pour la Tunisie jusqu’au milieu des années 1970 et sur la vingtaine d’année, la Tunisie est très présente en Afrique subsaharienne mais maintient tout de même une distance plus grande que les autres pays du Maghreb. Bourguiba ne montre pour l’intérieur du pays qu’un intérêt limité mais se lie d’amitié avec un certain nombre de leaders subsahariens dits « modérés » comme Léopold Sédar Senghor au Sénégal, le nigérien Hamani Diori et surtout Felix Houphouët-Boigny en Côte d’Ivoire qui est probablement le chef d’Etat dont Bourguiba se sent le plus proche. Par ailleurs, ce qui facilite la coopération, dès les années 1950, la Tunisie est un des pays possédant le plus de compétence en Afrique francophone et cela lui permet de construire une coopération relativement dynamique. Cette coopération permet au pays de se construire une aura internationale par le biais de nombreuses actions en Afrique subsaharienne, dont la plus célèbre est celle de 1961 lorsque la Tunisie envoie 2200 casques bleus au Congo qui est alors en pleine crise. Cette présence extrêmement importante de la Tunisie au Congo est notamment due aux liens d’amitié entre le Secrétaire général de l’ONU Dag Hammarskjöld et Mongi Slim ambassadeur de la Tunisie auprès de l’ONU. Ce contingent est le premier d’une série de participation de la Tunisie aux actions de l’ONU sur le continent africain, qui ira néanmoins en s’amenuisant jusqu’à la dernière mission en 2009.

Bourguiba et son régime sont résolument pro-occidentaux alors que l’heure est au progressisme et au tiers-mondisme sur le continent africain. En plein Guerre froide, la Tunisie fait partie du groupe de Morovia, un groupe de pays africains dits « modérés » et plutôt du côté des Etats-Unis et des occidentaux, ce qui l’exclue des mouvements de libération les plus importants de l’époque menés par les pays appartenant au groupe de Casablanca, identifié comme anti-impérialistes. La Tunisie prend d’ailleurs fait et cause pour les actions des Etats-Unis, à l’exemple des événements en Angola, ou la Tunisie soutien le Front national de libération de l’Angola, soutenu par les Etats-Unis, tandis que celui-ci s’oppose au Front de libération de l’Angola déjà existant qui était soutenu par Moscou. Du fait de ce positionnement politique et diplomatique, la Tunisie n’a pas produit de personnalité résolument engagé dans les mouvements anti-impérialistes comme Mehdi Ben Barka au Maroc, sans parler de l’Algérie autoproclamée leader du mouvement tiers-mondiste.

Néanmoins la Tunisie participe activement à la création de l’Organisation de l’Unité africaine en 1963, et pour l’occasion Bourguiba prononce le 25 mai un discours qui exalte l’africanité retrouvée de la Tunisie. Et en 1965, Bourguiba entame une longue tournée en Afrique subsaharienne, en Mauritanie, pays avec lequel la Tunisie a toujours été très proche, au Mali, au Sénégal, au Niger, au Libéria, en Centrafrique, au Cameroun. Ce sont donc plusieurs semaines de voyages qui ressemblent tout de même à un divertissement touristique, sauf l’étape dakaroise, car c’est lors de cette étape qu’est esquissée l’idée d’une organisation de la francophonie. Bourguiba est un personnage populaire au sud du Sahara, popularité qui ne sera jamais vraiment payée de retour.

En revanche la coopération est plutôt solide puisque la Tunisie envoie des conseillers dans plusieurs pays, l’appareil bancaire tunisien aide le Niger a construire son propre dispositif bancaire, de nombreux enseignants et personnels médicaux vont en Afrique subsaharienne et  la jeune université tunisienne accueil de plus en plus d’étudiants subsahariens essentiellement francophone ou arabophone. Si on ne peut parler de véritable coopération culturelle, il y a tout de même une présence culturelle de la Tunisie, notamment par le biais des journées cinématographiques de Carthage (JCC) qui sont organisées tout les deux ans en alternance avec le FESPACO (Festival panafricain du cinéma et de la télévision) de Ouagadougou, ont été pendant des années un grand moment de panafricanisme. L’hebdomadaire Jeune Afrique a également été créé par un tunisien. Dans les années 1960-1970, la Tunisie est membre de la ligue arabe et celle-ci prend position sur les dernières manifestations colonialistes, notamment lors du sommet d’Alger en 1972, la Ligue arabe rompt ses relations diplomatiques avec l’Afrique du Sud et avec le Portugal. Mais malgré ces liens, les échanges commerciaux restent très modestes et la Tunisie reste tournée vers l’Europe et partiellement vers le monde arabe.

Le règne de Ben Ali ou l’éclipse tunisienne en Afrique subsaharienne

Sophie Bessis estime que ce qu’elle caractérise comme une éclipse subsaharienne commence à la fin des années 1970 mais c’est à partir de 1987 qu’elle devient très évidente car le règne de Ben Ali est marqué par un tropisme arabe. En vingt-trois ans, le dictateur ne sera allé qu’à un seul sommet de l’OUA (devenue Union africaine dans les années 2000) et sa politique africaine ne se résumera, selon l’historienne, qu’à avoir été cordial avec le Maroc et l’Algérie. La coopération universitaire continue mais s’amenuise pourtant la Tunisie avait été très active dans la création de l’agence de coopération technique et culturelle, ancêtre de la francophonie, mais elle ne participe alors que formellement aux instances de cette organisation. Elle caractérise la politique de Ben Ali comme étant très provincialiste. Et sur le plan économique, l’Afrique subsaharienne est presque totalement absente des statistiques tunisiennes ; en 1995 par exemple, la totalité des exportations tunisienne est évaluée à 5 milliards de dollar et 0,7% se dirige vers l’Afrique subsaharienne tandis que 78% se dirige vers l’Europe.

Il demeure quand même quelques actions de coopération, mais elles sont plus l’œuvre d’individus isolés que d’une réelle politique, par exemple l’Office national de la famille et de l’enfant tunisien élabore grâce à un financement français un projet pilote au Niger de mise en place de clinique mobile pour les femmes, de consultations prénatales, de vaccination, de contraceptifs, etc. Mais les grandes heures de la présence tunisienne au sud du Sahara sont terminées. Même le transfert du siège de la Banque africaine de développement à Tunis en 2003 suite à la crise ivoirienne ne participe pas à un regain de coopération et au contraire même relève la chercheure, les fonctionnaires de la BAD se sont sentis rejetés par la population tunisienne, ils n’ont pas noué de liens avec la société tunisienne et c’est en fait avec satisfaction que la plupart ont quitté Tunis en 2014 lorsque la BAD relocalise son siège à Abidjan.

En nuançant son propos, l’historienne précise que quelques bureaux d’études remportent des contrats au sud du Sahara, quelques architectes sont présents aussi. Cette éclipse remarque-t-elle ainsi, a été un temps général dans l’ensemble du Maghreb central. L’Algérie à partir de 1988 s’enfonce dans une grande crise interne et n’a alors pas de réelle diplomatie, elle s’occupe simplement de ses zones frontalières sauf avec le Mali, qui reste son hinterland stratégique. Le Maroc quitte l’OUA en novembre 1984 suite à la reconnaissance de la République arabe sahraouie démocratique et ne renoue avec une politique africaine active qu’au début des années 2000.

Pour la Tunisie il faut attendre plus longtemps encore puisque ce n’est que récemment que les dirigeants tunisiens se tournent vers l’Afrique subsaharienne et la considère comme un hinterland intéressant pouvant constituer un nouveau marché.

La Tunisie et l’Afrique subsaharienne depuis 2011

Pour montrer la réalité de ce réinvestissement, Sophie Bessis commence par aborder les chiffres. En 2012, au lendemain de la révolution, il y a environ 500 sociétés tunisiennes opérant sur le marché subsaharien contre 2600 pour la seule Algérie ; les exportations vers le sud du Sahara représentent 311 millions d’euros, sur un stock d’exportation de plus de 5 milliard d’euros. Sur le plan diplomatique, en 2012, la Tunisie n’a que 9 représentations diplomatiques contre 21 pour le Maroc. Tunisair ne desservait que trois destinations subsaharienne contre 25 pour la Royal Air Maroc. Et il n’y avait aucune ligne maritime. Les relations sont donc plus que modestes et la présence tunisienne très discrète. Il n’y selon elle que la coopération universitaire qui échappe à cette situation, en 2010 il y avait environ 12 000 étudiants subsaharien, mais en 2012 il n’y en a que 8000. Diminution donc, mais présence tout de même. Elle relève que sur ces 8000, il n’y en a qu’un millier qui fréquente l’université publique tunisienne et 80% vient du Gabon, Cameroun, Côte d’Ivoire, Congo, Mali et ils sont soit boursiers de leur Etat soit boursiers de la Banque islamique de développement pour les pays à majorité musulmane.

La chercheure s’interroge alors : peut-on parler d’un nouveau départ à partir de 2012 dans les relations tuniso-subsaharienne ? Devant le déficit économique du pays et les difficultés du secteur privé tunisien, les entrepreneurs commencent à voir le marché subsaharien comme une opportunité intéressante. Cela se ressent aussi dans les politiques menées par les deux chefs d’Etats tunisiens en poste depuis 2011. Ils se sont régulièrement rendus à des sommets de l’UA par exemple. Mais les efforts publics ne sont pas vraiment à l’ordre du renforcement. Il y a de nombreux obstacles. Il n’y a pas réellement de diplomatie économique et le ministère des affaires étrangères agit selon Sophie Bessis comme un électron libre ; il y a un département Afrique en son sein, elle relève que ce n’est pas « Afrique subsaharienne ». Il y a tout de même une intensification des relations et notamment de nouvelles ambassades qui ouvrent, avec Ouagadougou en 2017 et Nairobi en 2018, ce qui témoigne de la prise de conscience de la part du pays de l’existence et de l’intérêt de l’Afrique de l’Est, très dynamique et en plein essor. Néanmoins, la Tunisie a moins d’ambassades en Afrique subsaharienne que la Serbie. La Tunisie a adhéré au COMESA, le marché commun de l’Afrique orientale et australe qui s’étend jusqu’à l’Afrique du Sud, et a obtenu le statut de membre observateur de la CDEAO, la communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest. Accompagnant ce mouvement, Tunisair a ouvert de nouvelles lignes. Néanmoins la Tunisie reçoit peu de dirigeants d’Afrique subsaharienne et se déplace d’ailleurs peu au sud du Sahara.

Sur le plan économique, quelques grands patrons regardent de plus en plus vers l’Afrique subsaharienne et le Tunisia-Africa Business Council a été créé pour œuvrer à ce rapprochement. En novembre 2018, un tunisien a été élu Vice-Président du conseil des jeunes entrepreneurs francophones. La chercheure relève que ce sont donc des initiatives du secteur privé et d’ailleurs, l’Université Centrale de Tunis, université privée, a ouvert un master d’intelligence économique des marchés africains, en collaboration avec un centre universitaire camerounais. Les clients principaux du Sud du Sahara pour la Tunisie sont l’Ethiopie, le Sénégal, le Rwanda, le Cameroun, la Côte d’Ivoire. En matière de coopération, l’assistance médicale tunisienne a pris un réel essor, notamment avec Djibouti mais aussi le Tchad. On note aussi quelques actions culturelles.

Mais elle estime que l’intérêt tunisien est encore trop faible, malgré le sommet de la francophonie programmé en 2020 pour la première fois à Tunis. Ce nouveau départ n’est pas, pour Sophie Bessis, à la mesure des ambitions affichées. Il y a des dysfonctionnements internes, manque de rigueur de l’administration tunisienne, manque de coopération qui dilue le peu de dynamisme qu’il peut y avoir. D’autre part une situation géopolitique difficile avec la Libye qui plonge toute une partie du territoire subsaharien, le Tchad en particulier, et dont la Tunisie a sous-estimé l’incidence, notamment sur la zone saharo-sahélienne qui est son arrière pays. Une indifférence extrêmement dangereuse car en n’acceptant pas faire partie de cette zone du monde, les tunisiens se mettent en danger. Leurs intérêts s’arrêtent à la Libye, sans voir que ce pays est la plaque tournante d’activités criminelles et mafieuses qui englobent toute la zone saharo-sahélienne. Seuls les militaires en Tunisie semblent avoir pris conscience de ces enjeux, mais poussés par les américains.

Depuis le 1er février, on renoue avec la tradition militaire de coopération onusienne puisque la Tunisie s’est jointe à la mission de l’ONU au Mali en envoyant une unité aérienne et un millier de militaires tunisiens devraient bientôt être casques bleus au Mali.

En conclusion, Sophie Bessis estime que la Tunisie a besoins d’en finir avec le déni de sa dimension africaine. Il y a une vieille culture de la domination, un malaise certain avec l’esclavage, surtout quand on n’a pas fait un travail de mémoire, ce qui est le cas de la Tunisie. Cette vieille histoire n’est pas étrangère à un racisme quelque peu désinhibé depuis 2011, dans deux champs principaux : les universités et le traitement de la population noire. De fait, aujourd’hui le monde universitaire tunisien n’est plus attractif pour les étudiants subsahariens. S’il y en avait 8000 en 2012, cela ne dépasse pas les 4500 aujourd’hui. Dans ces conditions, le souhait du ministère des affaires étrangères d’accueillir 20 000 étudiants subsahariens en 2020 paraît irréalisable. D’autre part, la migration de travail existe en Tunisie et qu’elle n’est plus aujourd’hui une migration de transit. La migration féminine est une réalité extrêmement importante dans le secteur domestique en Tunisie. Aucune politique de permis de séjour n’existe en Tunisie et les autorités refusent cette réalité. La société civile se mobilise notamment contre la discrimination raciale et une loi a été votée sous la pression des associations pour les droits humains en Tunisie en 2018 pénalisant les discriminations à caractère racial. Aucun autre pays arabe n’a un tel dispositif. Si la Tunisie a repris conscience de l’importance du marché subsaharien, mais tant que les tunisiens et tunisiennes ne changeront pas les habitus mentaux, la coopération avec l’autre rive du Sahara ne pourra pas se construire sur des bases solides et durables. En ce sens, le processus d’éducation citoyenne n’a pas réellement commencé.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°24, bulletin trimestriel mai-septembre 2019, parue le 1er octobre 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le patrimoine colonial du XIXe -XXe siècles en Algérie et le style néo-mauresque

Anissa Mami
Doctorante en Histoire de l’art au Centre Georges Chevrier -UMR 7366 (Ecole doctorale : Sociétés, Espace, Pratiques, Temps) Université de Bourgogne, Dijon. Elle a bénéficié d’une bourse IRMC-SCAC Alger du 30 avril au 30 juin 2019.
Contact : anissa.mami@outlook.com.

Dans son acception culturelle large, le patrimoine est synonyme d’histoire, de culture, de biens et de vestiges architecturaux dignes d’être conservés et sauvegardés. Le patrimoine confère aux sociétés et aux communautés d’importantes valeurs historiques, identitaires, culturelles, mémorielles et artistiques. De ce fait, son champ se voit
de plus en plus étendu, amplifié, complexifié et connaît donc différentes catégories, notamment en architecture.

Pour ce qui est de l’Algérie, son histoire lui confère un riche héritage
culturel et naturel. On dénombre sur son territoire une variété exceptionnelle de vestiges et d’édifices du fait des nombreuses civilisations qui se sont succédées. Son patrimoine recense, entre autres, les peintures et gravures rupestres du Sahara, des villes antiques romaines comme Timgad, connu aussi sous le nom de « Pompéi de l’Afrique du Nord », Djemila, ou encore les ruines de Tipaza, les vieilles médinas et casbahs d’Alger et de Constantine.
Quant aux constructions coloniales des XIXe et XXe siècles, elles constituent une figure majeure et prépondérante du paysage patrimonial algérien. D’ailleurs, à l’heure actuelle, ces édifices coloniaux constituent le noyau historique de la plupart des villes et représentent à eux seuls pratiquement la moitié du parc immobilier du territoire.

En effet, l’occupation française a marqué le territoire algérien, aussi bien du point de vue architectural, urbanistique que social. L’Algérie a hérité d’importantes constructions architecturales et urbaines de la période coloniale française des XIXe et XXe siècles, sous différentes formes et dans différents styles. Le néoclassique français occidental et européen a pendant longtemps été le style architectural privilégié : « L’architecture classisante d’appartenance européenne a été pendant soixante-dix ans l’architecture officielle de l’empire français en Algérie où la politique d’empire survécut à l’empire » (Deluz, 1988, 30). Par ailleurs, au début du XXe siècle, un nouveau style architectural émerge, le néo-mauresque, appelé également « style Jonnart », en référence au gouverneur général d’Algérie de l’époque (1900-1901 ; 1903-1911 ; 1918-1919). Ce style représente une référence à l’art et aux formes locales en se réappropriant d’une nouvelle manière les différents éléments
qui les caractérisent, à l’exemple de l’hôtel Cirta de Constantine, de la gare ferroviaire d’Annaba ou encore de la maison de Meriam Azza de Skikda.

Il semble cependant que la préservation et la conservation des édifices de l’époque coloniale ne soient pas une chose évidente. Même si leur valeur d’usage est admise, leur prise en charge et leur sauvegarde ne vont pas de soi. Celai amène à se poser certaines
questions sur les modalités de leur préservation, de leur conservation et surtout de leur reconnaissance en tant que patrimoine ou non, et ce, que ce soit au niveau de la politique patrimoniale engagée par l’État algérien ou au sein de la population algérienne, particulièrement pour ce qui concerne les bâtiments de style néo-mauresque. Ces derniers ne constituent en effet pas une réinterprétation de l’architecture et des valeurs traditionnelles ou locales du pays, mais ils restent tout de même un legs colonial retraçant une histoire sensible de l’Algérie contemporaine.

De ce fait, dans un pays où la protection du patrimoine culturel matériel et immatériel est une mission constitutionnelle, il est intéressant dans notre recherche, d’une part, de voir et de comprendre la perception et la conception des acteurs du patrimoine algérien et de la société algérienne à l’égard de cette architecture coloniale, d’autre part, de comprendre les effets de la patrimonialisation ou de la politique patrimoniale, ainsi que les mesures et les techniques de protection et de conservation déployées, à travers notamment une étude de terrain et une
enquête sociologique.

Dans cette enquête et dans ce travail de terrain, il est question, en premier lieu, de rassembler un maximum d’informations et de documentation sur place, en explorant les différentes archives existantes, les manuscrits, les plans techniques et les données pouvant être recueillis sur le terrain. Toutefois, cette étape ne s’avère pas simple compte tenu de l’accessibilité limitée ou interdite à certains documents et du nombre important d’archives égarées en
raison des déménagements ou du fait d’une défaillance dans l’archivage. Chaque consultation d’un relevé de bâtiment, chaque photographie, notamment lorsque ce dernier subit une des mesures de protection édictées dans la législation algérienne à travers la loi n° 98-04 relative à la protection du patrimoine culturel, à savoir le
classement, la mise en instance ou l’inscription sur l’inventaire supplémentaire, est soumise à une autorisation préalable. La demande d’octroi des principales autorisations ne peut s’obtenir qu’avec l’aval du ministère de la Culture et de ses différentes directions détachées ou sous tutelles. Dans un travail de recherche,
cet aspect de restriction de l’information, des rouages et des lenteurs de l’administration, dans un pays qui passe par une phase critique, tant politique que sociale, constitue une entrave à la recherche dans un cadre scientifique académique. Cela peut en effet entraîner des manques importants dans la collecte des données nécessaires, et une perte de temps pour le chercheur accablé par les procédures administratives sans garantie de résultat.

Dans cette enquête, il s’agit également d’appréhender et de comprendre la politique patrimoniale algérienne à l’égard du patrimoine colonial néo-mauresque des XIXe et XXe siècles et d’entrevoir ou de comprendre la perception et la conception que la société algérienne a de ce patrimoine architectural colonial. Pour ce faire, nous réaliserons des entretiens avec certains acteurs politiques et professionnels œuvrant pour le patrimoine. Puis, nous établirons un questionnaire à diffuser auprès de la population algérienne, toutes catégories confondues, afin d’appréhender son
ressenti et ses représentations vis-à-vis de cette architecture néo-mauresque coloniale. Ce questionnaire a déjà été réalisé et est diffusé en ligne depuis le mois de mai, sous le [lien].

Aborder la question du « patrimoine » colonial français fait systématiquement référence à une époque sensible de l’histoire de
l’Algérie. À travers cette étude, il est donc question d’appréhender son statut et sa reconnaissance en tant qu’héritage ainsi que d’analyser son ambiguïté, sa complexité et les questions qu’il pose
dans la société algérienne et auprès des pouvoirs publics.

Bibliographie

Deluz Jean-Jacques, 1988, L’urbanisme et l’architecture d’Alger, aperçu critique, Liège, Mardaga-OPU.

Chadouki Jihane, 2018, « Les monuments historiques en droit comparé et en contexte colonial », in J.-P. Bady, M. Cornu, J. Fromageau, J.-M Leniaud, V. Négri (dir.), De 1913 au code du patrimoine. Une loi en évolution sur les monuments historiques, Paris, La Documentation française.

Cohen Jean-Louis, Kanoun Youcef, Oulebsir Nabila, 2003, Alger :
paysage urbain et architecture, 1800-2000. Besançon, les éditions de
l’imprimeur.

Journal officiel de la République Algérienne Démocratique et
Populaire (=JORA), n° 44 du 22 safar 1419 correspondant au
17 juin 1998.

Pabois Marc, Toulier Bernard, 2007, Architecture coloniale et patrimoine : Expériences française, Paris, Somogy.

Initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°24, bulletin scientifique trimestriel mai-septembre 2019, parue le 1er octobre 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’administration au Maghreb : histoires, actions, perceptions

Compte rendu de lecture par Kmar Bendana, chercheuse en histoire contemporaine, associée à l'IRMC depuis 1993.
Couverture de l’ouvrage

Compte rendu de Hassan Elboudrari et Daniel Nordman (dir.), Les savoirs de l’administration. Histoire et société au Maghreb du XVIe au XXe siècles, Casablanca, Fondation du Roi Abdul-Aziz, 2015, 368 p.

Cet ouvrage collectif présente les travaux d’une communauté de chercheurs et de doctorants formée depuis 2006 de quatre équipes de recherche (française, marocaine, algérienne et tunisienne) rassemblées autour d’enquêtes couvrant la longue durée, du XVIe au XXe siècles. Le programme portait sur un champ d’étude peu éclairé par la recherche franco-maghrébine : la genèse de l’administration dans les pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie et Libye), son exercice, ses formes, son efficacité et ses multiples incidences historiques. Il a donné naissance à dix-neuf contributions qui sortent du prisme strictement colonial (commandant aussi la période moderne) et introduisent d’autres lectures des sociétés maghrébines à travers les manières d’exercer ou de servir le pouvoir comme de le subir. Il faut louer la persévérance des initiateurs qui ont su vaincre les difficultés d’un projet dont les dimensions humaine et géographique dépassent largement les objectifs des accords de coopération habituels. La thématique resserrée autour des rapports liant les administrations, les savoirs et les techniques gagne en vision panoramique et en profondeur comme les réflexions en pistes de comparaison. Le lecteur trouve son compte dans l’étendue des questionnements induits qui se partagent en quatre chapitres. L’État demeure au centre des contributions mais il est appréhendé par le biais des techniques de gestion ou par celui des acteurs et des compétences qu’il mobilise, ce qui présente l’intérêt de rendre sa nature moins abstraite et sa portée moins écrasante. Au-delà des institutions et des individus étudiés, l’ouvrage déroule une panoplie d’aspects matériels et d’éléments pratiques inhérents à une compréhension de l’évolution des pouvoirs, des populations et des territoires administrés. Sur fond de descriptions fines et à l’aide/au moyen de sources manuscrites ou imprimées parfois inédites, l’ensemble fait apparaître le mouvement qui traverse les sphères administratives et les liens, visibles ou secrets, entre les systèmes sociopolitiques maghrébins du XVIe au XXe siècle.

L’un des apports de l’ouvrage est d’offrir une vision plus détaillée des dispositifs qui étayent la détention du pouvoir au Maghreb. Toujours omniprésent, l’État se révèle à travers une connaissance plus précise des agents intermédiaires, connectée avec des questions et des difficultés (sur la régionalisation ou l’urbanisation) construites en savoirs éclatés ou délaissés. Tout en renseignant sur des décalages ou des concomitances entre les différentes organisations étatiques du Maghreb, les textes mettent les projecteurs sur les fonctions médianes de ces organisations. Que ce soit dans l’entourage du bey avec le secrétaire (katib ou khuja) , dans l’administration territoriale avec l’expert (gayyas, ‘irrif) ou le chef de corporation (amin) , ou fiscale avec le fermier général (lazzam), on voit fonctionner des activités qui touchent à des intérêts privés ou à des règlements locaux, régionaux ou municipaux. La création des apprentis médecins ou la formation de qabla-s (sages-femmes) en Algérie traduit les besoins croissants en « développement » qui nécessitent la constitution d’un personnel nouveau et des modalités de recrutement à mettre en place. Les instituteurs en Kabylie, les élus locaux ou les assemblées municipales sont des courroies de transmission de l’État.

Tout n’est pas radicalement nouveau dans les machines administratives, puisque des fonctions anciennes sont réactivées ou des mesures passées remises à l’ordre du jour. La fonction du muhtassib (distincte de celle du cadi) est réinvestie par la monarchie marocaine avant de tomber en désuétude avec l’instauration à partir de 1914 d’une administration municipale. Au XIXe siècle, la réforme du système d’imposition appelé mahçulat renouvelle la distribution du système fiscal tunisien entre les villes et les campagnes, faisant de l’ancienne mejba un impôt de capitation. Ces dispositions contribuent à faire évoluer les techniques d’observation, de consignation, de contrôle ou d’évaluation des activités de l’administration. Ces interventions a priori éloignées du centre du pouvoir nous font découvrir un personnel et des fonctions de l’Etat moins visibles, qui forment la trame des réseaux d’influence périphériques agissant sur les législations et les pratiques en action. La prise en compte de connaissances théoriques sur le droit, l’hygiène, la botanique, l’archéologie ou l’arabe remodèlent les usages dans l’administration en agissant d’abord sur la production écrite (rapports, traités, registres, contrats), support fondamental de la gestion étatique moderne. L’écriture, l’inventaire, le comptage, l’arpentage, l’onomastique font passer d’une fonction mal définie à une gestion plus segmentée et un suivi des populations, des territoires et des institutions plus disséminé et s’appuyant sur des tâches annexes. Cette évolution ne va pas sans créer de conflits ni poser des problèmes de hiérarchie ou de compatibilité : c’est particulièrement sensible avec l’installation de l’autorité coloniale qui consiste parfois à doubler les codes ou règlements existants (dans le droit foncier par exemple) : ce qui entraîne un traitement hybride des questions d’appropriation ou d’exploitation des terres.

Les percées de cette recherche collective dans la sociologie historique du pouvoir au Maghreb se doublent d’une attention particulière à la matérialité de son exercice. C’est un autre point fort de l’ouvrage d’offrir des grilles de lecture de la fabrique des archives maghrébines.

 Même quand elle propose de croiser les sources « endogènes » et « exogènes », la pratique historiographique tend à les distinguer. Plusieurs des études soulignent l’importance et la constance des emprunts et des métissages, qui expliquent l’évolution et l’usage des fatwa-s (les consultations juridiques), des traités de fiqh (la jurisprudence), de la littérature hagiographique ou des contrats notariés. Cette perspective révèle la porosité à double sens entre productions administrative et intellectuelle. Là aussi, la longue durée remet les choses dans un ordre qui intègre le rôle du temps et dans une circulation entre les genres qui fait du passage par l’écrit le lieu des réajustements et des adaptations entre le terrain et l’analyse, entre l’action et sa formulation. Les relations de voyage et les rapports militaires considérés aux XVIIe et XVIIIe siècles comme des accès à l’observation historique se nourrissent de la documentation locale disponible, éclairée ou influencée par les conventions de l’époque et par les horizons des auteurs autant que par leurs points de contact. Les contrats notariés, empreints d’oralité, évoluent avec les apports du droit, du savoir médical ou des techniques financières.

Le rapport, ou mémoire, le recensement, la liste, l’inventaire, la thèse, le reportage journalistique s’interpénètrent dans des formes et des contenus qui intègrent les savoirs mobilisés dans leurs procédures et leurs démarches. La monographie est systématisée par les géographes comme les plans d’urbanisme par les ingénieurs et les architectes. On rend compte des bâtiments (hôpitaux, dispensaires, minarets), comme des anciens et nouveaux quartiers (Bône au XIXe siècle). L’archive se diversifie tout comme le vocabulaire technique qui l’accompagne : au-delà des mœurs et des coutumes (ethnographie), il s’agit de surveiller les épidémies (la peste en Tunisie), de veiller à l’hygiène des populations, de réglementer les mosquées, oratoires et minarets dans l’espace urbain en changement. La technocratisation du pouvoir fabrique des écrits y compris face aux rituels (des zaouïas, des mosquées ou des cimetières)

Après le parchemin, le registre et la fiche rédigés à la main, le passage à la machine à écrire représente un tournant significatif dans l’évolution des méthodes administratives. La pratique du papier carbone multiplie les copies autant qu’elle brouille la notion de producteur comme le statut de copie unique ou d’original. L’exemple des douanes de Casablanca montre que cette transition administrative sous-étudiée (tout comme les incidences de l’entrée du télégraphe ou du téléphone) charrie une transformation qualitative des usages et un gonflement significatif de la matière documentaire conservée, détruite ou disparue.

La sélection bibliographique insérée dans l’ouvrage sert à situer le matériel disponible et les études générales ou spécialisées qui permettraient d’aller plus loin sur un sujet (l’administration) abordé souvent sous l’angle de la centralisation de l’État, de la modernisation des élites ou de l’appareil bureaucratique. L’ouvrage prolonge et élargit les focales des historiographies maghrébines sur ces questions en faisant de l’administration une entrée plus complexe et plus suggestive.

Il présente l’intérêt d’intégrer les savants (historiens, géographes botanistes, médecins…), les militaires, les touristes, les politiques locaux et les populations observées et administrées dans une dynamique qui n’est pas cantonnée au seul cadre précolonial et colonial, ainsi que le soulignent les articles revenant sur les notions de tribu/confédération, de confrérie religieuse ou d’indigène. Ces classifications sociopolitiques prouvent, une fois de plus, que leur complexité découle d’une évolution qui se reflète tantôt sur le terrain de l’action tantôt dans leur représentation « savante » ou leur perception gestionnaire.

Compte rendu paru dans Annales, Histoire et Sciences sociales n° 4, 2017 et sur le blog de Kmar Bendana : Histoire et Culture dans la Tunisie Contemporaine

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La recherche juridique en Tunisie à travers la Revue tunisienne de droit. Questions à Mohamed Charfi

10ème anniversaire de la mort de Mohamed Charfi, 2018 Entretien avec Elise Helin et Kmar Bendana

© zellige.fr

Publication de l’Institut des hautes études de Tunis (IHET), créé en 1945 et placé sous la tutelle scientifique de l’Université de Paris, la Revue tunisienne de droit (RTD) est née, en 1953, à l’initiative des professeurs agrégés, détachés des facultés françaises et affectés à la section droit de l’Institut. Si dans sa direction, comme dans l’ambition de ses fondateurs, la RTD s’ouvre au monde des praticiens, elle n’en reste pas moins un projet académique. En ce début des années 1950, sa naissance témoigne d’un important changement. Comme le rappelle, à juste titre, Sana Ben Achour : « auparavant porté par les administrateurs et les gens de la robe, le savoir juridique passe, avec la RTD, aux professeurs universitaires spécialisés dans la production du savoir ».

Après l’indépendance, la revue cesse de paraître durant trois années avant d’être à nouveau publiée, en 1962, mais désormais sous la tutelle d’une instance nationale, l’Université de Tunis. Cette nationalisation de la RTD, souvent appelée « tunisification », prend une signification concrète à partir de 1962/1965. Jusqu’alors éditée sous la forme de cahiers de couleur jaune, la RTD arbore maintenant le rouge et blanc du drapeau national. En 1966, pour la première fois, elle paraît sous la direction d’un universitaire tunisien, Chedly Ayari, alors doyen de la Faculté de droit, des sciences politiques et économiques de Tunis. Ce changement dans le personnel dirigeant s’accentue avec l’arrivée de nouveaux diplômés nationaux. Cependant, les coopérants français restent présents, du moins dans le comité de rédaction de la revue, jusqu’en 1976 et continuent de contribuer à sa parution par la publication d’articles. À partir de 1975, la RTD accompagne une seconde évolution, celle de l’arabisation de l’enseignement et de la recherche. C’est en effet à compter de cette date qu’apparaissent, aux côtés des contributions en langue française, les premiers articles publiés en arabe. Enfin, la Revue tunisienne de droit reste, jusqu’à nos jours, un miroir de l’évolution du droit tunisien et un témoin du développement des différentes disciplines du droit en Tunisie, avec l’arrivée de nouveaux spécialistes et la création de nouvelles institutions génératrices de droit, comme le Tribunal administratif.

Inspirée des modèles français dans sa présentation en différentes rubriques, la RTD s’en éloigne par son caractère généraliste, accueillant aussi bien le droit privé que le droit public. La comparaison avec les revues juridiques françaises trouve en effet sa limite dans l’absence d’un découpage disciplinaire. La pluralité des revues juridiques tunisiennes ne relève pas d’une autonomie des différents corps professionnels. Al-qada wa al-tashri’ est la revue des magistrats, Al-muhamet est publiée par les avocats et les universitaires s’expriment dans la RTD. Publication de la Faculté de droit, des sciences politiques et économiques de Tunis depuis 1966, puis du Centre d’études de recherches et de publications (CERP) de cette même faculté à compter de 1976, la RTD porte la marque de la tutelle exercée. À partir de 1986, c’est à ces derniers que revient la direction de la revue. La RTD n’est donc pas la revue d’un homme ou d’une équipe précise. Cependant, elle reste, malgré la création des Facultés de droit de Sousse et de Sfax, une revue essentiellement « tunisoise ». En 1987, la Faculté de droit de Tunis se scinde en deux et la RTD fait explicitement écho à cette scission. La fonction de rédacteur en chef devient bicéphale, désormais assurée par un représentant des deux nouvelles Facultés de droit de Tunis.

Quelques personnalités, par la longévité de leur engagement dans la revue et la diversité des fonctions qu’ils y ont occupées, ont largement accompagné son évolution.

Membre du comité de rédaction de 1963 à 1986, Mohamed Charfi assure le secrétariat de rédaction de la RTD de 1963 à 1968, alors qu’il est assistant à la Faculté de Tunis. Après avoir soutenu un doctorat à la Faculté de droit de Paris en 1967, puis obtenu le concours d’agrégation des facultés françaises de droit en 1971, il occupe la fonction de rédacteur en chef de la RTD à partir de 1973, jusqu’en 1978. C’est à ce titre que nous l’avons sollicité, pour la réalisation d’un entretien qui voulait, tout d’abord, évoquer les hommes, dirigeants ou chercheurs y publiant leurs articles, ayant contribué à la création, la relance et la pérennité de la RTD. Le projet avait également pour ambition de porter un regard sur l’architecture de la revue et sur son fonctionnement interne, d’analyser l’évolution de son contenu, ainsi que son rôle dans la diffusion du savoir juridique. Sur ces différents thèmes, Mohamed Charfi a accepté de répondre à nos interrogations [en 1995], en fonction de ses souvenirs et de ses propres conceptions. Il apporte le témoignage d’un homme dont la carrière universitaire a été marquée par l’exercice de différentes fonctions, notamment au sein de la RTD et qui est resté attentif à la recherche et à la vie de l’université en Tunisie.

Texte de l’entretien (1995)

Quels sont vos premiers souvenirs de travail à la Revue tunisienne de droit ?

Mes débuts à la Revue tunisienne de droit sont ceux d’un travailleur manuel. J’étais jeune assistant à la Faculté de Tunis, avec deux autres collègues, Sassi Ben Halima et Habib El Ayadi. Nous étions, je crois, parmi les premiers Tunisiens à débuter comme enseignants à la Faculté de droit, qui était alors encadrée presque exclusivement par des coopérants français, dont la plupart étaient agrégés. En 1964, la Revue tunisienne de droit était en panne. Elle avait démarré en 1953, avait paru de façon régulière jusqu’en 1958. En 1962, le professeur Jean Verdier, un enseignant français de très grande qualité, avait réussi à rassembler des arrêts de droit international privé, en collaboration avec des magistrats de Tunisie. Il les avait classés et commentés pour confectionner entièrement le numéro de 1962. Depuis, la revue avait à nouveau cessé de paraître. Mademoiselle de Lagrange, grande figure de l’époque, était parvenue tant bien que mal à réunir quelques articles et des arrêts qu’elle avait elle-même commentés. Un incident avec l’imprimeur, qui avait sous-traité la composition chez un autre, retardait le travail et on m’a donc « bombardé » secrétaire de rédaction. J’étais très fier d’être associé à la recherche. Pour un jeune assistant – ma thèse n’était pas encore achevée –, être associé à la recherche était quelque chose d’extraordinaire.

Donc, pour vous, une revue c’est déjà de la recherche ?

Bien sûr, c’est de la recherche : c’est déjà un haut niveau par rapport à un étudiant. Je m’occupais principalement d’aller chez l’imprimeur, chercher des épreuves et les donner aux auteurs pour qu’ils les corrigent. Je devais ensuite réaliser moi-même les deuxième, troisième parfois quatrième corrections parce qu’à l’époque il n’y avait pas de traitement de texte, comme maintenant. Par la suite, j’assurais la diffusion chez les libraires. Ma contribution était donc principalement matérielle. Tout cela se faisait sans aucune rémunération. Lorsqu’on envisage les conditions actuelles de la recherche, on se dit que la Tunisie de maintenant a été construite par des pionniers. Je parle de tous ces enseignants qui ont fait démarrer l’université tunisienne.

Aviez-vous les sentiments, à l’époque, qu’il s’agissait d’une période charnière pour la Revue tunisienne de droit ?

Certainement, mais sans rupture. La Faculté était encadrée par des enseignants français, puis les Tunisiens ont fait progressivement leur entrée. L’État tunisien a toujours veillé à ce que la Faculté soit dirigée par un agrégé. Il a donc fallu attendre l’arrivée du premier agrégé tunisien – Chedly Ayari – pour que la direction soit « tunisifiée ». Par la suite, on a continué à confier les cours à des agrégés, donc à des Français, jusqu’à ce qu’une nouvelle génération de Tunisiens prenne la relève. Cela s’est fait progressivement, sur une période d’une dizaine d’années.

La Revue tunisienne de droit a été lancée par les juristes et les économistes ?

La science économique est née dans les Facultés de droit, puis elle a pris son indépendance. C’était la même chose à  l’égard de la Revue tunisienne de droit. À un certain moment, le directeur de la revue était Chedly Ayari, un économiste. Il a été doyen lorsque droit et économie étaient dans la même faculté. Mais, depuis, on s’est séparés. C’était un divorce à l’amiable… Ce sont les juristes qui ont fait naître l’économie. Un bon juriste doit avoir des éléments d’histoire, de philosophie, d’économie et de sociologie.

Est-ce qu’il y avait déjà eu des Tunisiens intégrés à la Revue tunisienne de droit avant la création de l’Université de Tunis ?

Très peu. La Revue tunisienne de droit était ouverte à tous les Tunisiens qui étaient capables d’y participer. Déjà, dans les « numéros jaunes », des contributions de Tunisiens avaient été publiées. Il s’agissait d’avocats très bien formés, mais pas d’universitaires, parce  qu’il y avait très peu d’universitaires à l’époque.

Pensez-vous que la Revue tunisienne de droit ait voulu continuer l’oeuvre de quelques hommes comme Stéphane Berge ou Georges Rectenwald, si ce n’est pas la pratique du droit du moins dans la réflexion sur le droit ?

Oui. Je voudrais rappeler que la Faculté de droit de Tunis est la continuation de la section juridique de l’Institut des hautes études de Tunis. Les enseignants de la faculté ont toujours eu conscience qu’il s’agissait d’un centre de recherche de qualité. Il ne faut pas oublier que sont passés par Tunis de grands noms du droit et de l’économie : René Chapus, Raymond Barre, Roger Jambu-Merlin… Les enseignants de Tunis ont toujours eu conscience de passer par un centre de rayonnement et pour un agrégé recruté pour deux, quatre ou six ans, il fallait marquer son passage par un ou deux articles publiés à la Revue tunisienne de droit. D’autant que les autorités tunisiennes encourageaient beaucoup la publication de la revue, ainsi que la recherche en général. Je me rappelle qu’en 1965 ou 1966, Mahmoud Messaâdi, alors ministre de l’Éducation, a provoqué une réunion rassemblant tous les enseignants de la Faculté de droit. Il leur a dit l’espoir du gouvernement tunisien que tous les enseignants participent à la recherche sur le droit tunisien, pour le découvrir, le comprendre, le faire connaître et éventuellement le faire évoluer. À l’époque, on demandait aux coopérants de laisser des cours polycopiés. C’était difficile, dans la mesure où un cours polycopié représente un travail de plusieurs années de recherche, qui impose de s’imprégner du droit du pays. Pour un étranger, cela ne se fait pas en une ou deux années. Cette réclamation n’a d’ailleurs jamais été satisfaite et il a fallu attendre, par la suite, que des Tunisiens le fassent.

Comment fonctionnent les différents comités de rédaction auxquels vous avez participé ?

Dans les années 1960, le comité de rédaction était plus formel ou honorifique que réel. C’est-à-dire que les responsables de la revue cherchaient à associer les grands noms de la pratique judiciaire tunisienne : le premier président de la cour de cassation, le premier président de la cour d’appel, le procureur général, etc. Tout ce monde là faisait partie du comité de rédaction. On se réunissait une fois par an. On se félicitait de la parution du dernier numéro de la revue et les enseignants demandaient aux magistrats d’aider la revue en fournissant les arrêts les plus intéressants. C’est ce que les magistrats faisaient. Certains allaient plus loin et nous fournissaient soit les conclusions d’un procureur, soit une note sous un arrêt. C’est la matière première, pour un juriste, à côté de la loi qui est le droit théorique. L’oeuvre d’un juriste est de comparer constamment le droit pratique et le droit théorique et de voir l’osmose entre les deux.

Au cours des années 1960 et au début des années 1970, il s’agissait surtout d’initiatives individuelles. Les responsables de la revue réclamaient des articles aux enseignants : on mendiait parfois les articles. À partir de 1975, le comité de rédaction a commencé à avoir une consistance réelle. On recevait des articles qu’on pouvait se permettre de lire et, ainsi, assumer un véritable travail de comité de rédaction.

Comment était impulsé un article ?

Peu de sujets étaient choisis avant une proposition d’auteur. Tel enseignant, intéressé par tel secteur du droit et réputé pour la qualité de ses cours, était sollicité pour s’exprimer là où il était le plus à l’aise, là où il pouvait apporter à la recherche.

Quels étaient les modes d’intervention ?

Du temps où mademoiselle De Lagrange était rédactrice en chef, je pense que les articles passaient directement. Evidemment, Mademoiselle De Lagrange agissait de cette manière parce que n’écrivaient que des agrégés, des enseignants confirmés. On ne pouvait pas avoir des remarques à faire. Quand, par la suite, la revue a été ouverte à de jeunes assistants, la plupart du temps, leurs articles étaient bons et ils étaient publiés directement. Il est arrivé que certaines retouches soient apportées, mais cela s’est toujours fait amicalement, dans des discussions individuelles.

Est-ce qu’il y avait des modèles dans ce travail éditorial ?

C’est le plus difficile. Je crois qu’il n’y a jamais eu de responsable, sauf pour les mémoires de DES. L’expérience a été menée sur quelques numéros mais c’est un travail colossal dont l’intérêt varie selon l’importance du mémoire. Il peut y avoir de très bons mémoires qu’il est dommage de ne pas commenter et d’autres qui ont beaucoup moins d’intérêt.

La Revue tunisienne de droit était elle ouverte à des jeunes chercheurs ?

Au cours de la période française, c’était une revue de chercheurs confirmés. Par la suite, plus de jeunes Tunisiens étaient recrutés à la faculté, plus la revue leur permettait de faire leurs premiers pas dans la recherche. Dans la mesure où ces jeunes assistants avaient besoin de publier des travaux pour évoluer dans leur carrière, ils rendaient service à la Revue tunisienne de droit autant qu’elle les aidait.

Pouvez-vous dater cette évolution ?

Je crois que les années 1970 ont été une véritable charnière entre la période à dominante française et celle à dominante tunisienne. Les coopérants ont continué à exister pendant plusieurs années, mais la faculté était devenue principalement tunisienne. La langue arabe faisait son entrée. La revue s’arabisait, se « tunisifiait » et prenait de l’ampleur.

À partir de la fin des années 1970, apparait un noyau dur au sein du comité de rédaction, sur lequel semble reposer la responsabilité de la revue. Cette période correspond-elle à la stabilisation d’une élite universitaire ?

Bien sûr. Alors que les enseignants tunisiens ne constituaient que quelques unités, ils sont aujourd’hui des centaines, seulement en droit. La revue est le reflet de cette évolution.

Quel serait votre commentaire sur le passage des « petits cahiers jaunes » aux volumes rouge et blanc. Est-ce que c’était quelque chose de conscient ?

Il y a eu beaucoup de choses non dites mais qui existaient quand même. C’était un début de tunisification.

Pourquoi la partie arabe est elle apparue en 1975 ?

La recherche sur le droit tunisien moderne, ainsi que son enseignement, ont commencé en français. L’évolution normale supposait que la recherche, comme l’enseignement, se fassent un jour en langue arabe. C’est dans l’ordre des choses et cela devait commencer lorsque des chercheurs tunisiens seraient prêts et désireux de faire leurs recherches et d’enseigner en langue arabe. Cette évolution s’est déroulée progressivement depuis les années 1970.

La Revue tunisienne de droit a-telle publié les premiers articles en arabe qu’elle a reçus ?

Oui.

Est-ce qu’on écrivait en français sur certains sujets et en arabe sur certains autres ?

Je crois que l’on écrivait en français sur tous les sujets. Je ne pense pas qu’il y ait de sujets pour lesquels la langue française soit inadaptée. On peut penser, a priori, que la branche du droit la plus proche de la tradition, celle qu’on traite de préférence en arabe, est le statut personnel. Or, le statut personnel a fait l’objet de nombreuses études en langue française depuis le début des années 1960.

Ce thème est-il venu spontanément ?

un sujet de discussion inépuisable. C’est là où il y a un droit tunisien extrêmement original. La procédure civile tunisienne ressemble beaucoup à la procédure civile française ou italienne. Le droit des successions, quant à lui, ressemble beaucoup au droit égyptien ou syrien. Tandis que pour le mariage, le divorce, la filiation, la Tunisie est partie d’un système traditionnel et l’a modernisé à sa manière. À l’époque, les dirigeants tunisiens espéraient servir de modèle pour d’autres pays arabes. Cela ne s’est pas fait malheureusement. Seul le Yémen du Sud nous a imités. Mais, depuis la réunification, le Sud a renoncé à son code du statut personnel et la Tunisie est restée l’exemple unique. Le code du statut personnel tunisien est donc le code tunisien par excellence.

©alterinfo.net

Y avait-il des thèmes dont vous remarquiez l’absence ?

Oui. Par exemple, le droit commercial était le parent pauvre. Mais depuis les choses se sont améliorées avec l’arrivée de commercialistes tunisiens. La revue marche avec le spécialiste tunisien. Elle ne fonctionne pas avec les besoins du marché, mais avec les possibilités de la production.

La Revue tunisienne de droit n’aurait-elle pas voulu jouer, de façon active, le rôle de reflet ou d’écho du développement des différentes disciplines du droit en Tunisie ?

La revue était, de façon consciente, sans que cela fasse nécessairement l’objet de discussions ou de votes, le porte-parole de la tendance moderniste du droit tunisien. Il est évident que le droit tunisien est balloté entre un pôle traditionnaliste, conservateur et un pôle rénovateur, moderniste. Beaucoup de magistrats peuvent se considérer comme les gardiens du temple et sont donc des esprits conservateurs, dans le bon sens, estimant que le fiqh est ce qu’on a fait de mieux et qu’il n’y a pas lieu de changer. Pour ces magistrats, tout changement est un déchirement et toute innovation doit être ramenée, autant que possible, à la règle ancienne. On peut toujours interpréter un texte nouveau à la lumière d’une philosophie ancienne, et ainsi le vider de son sens.

Pour le point de vue opposé, moderniste, la loi de la vie, c’est le changement. Tout peuple qui n’avance pas recule, et le droit a besoin d’évoluer. Il faut donc adopter des textes nouveaux  et les interpréter correctement, c’est-à dire dans un esprit nouveau. Si le législateur n’adopte pas des textes nouveaux, il faudrait que la jurisprudence évolue et qu’à partir de textes anciens, des solutions nouvelles soient adoptées. Dans la plupart des cas, la Revue tunisienne de droit a prôné la modernité et les articles cherchaient à démontrer la possibilité, pour le droit tunisien, d’évoluer. Les décisions empreintes de conservatisme étaient critiquées, alors que les décisions empreintes de modernisme étaient, au contraire, bien expliquées et mises en valeur. Peut-être que finalement, c’est le rôle essentiel de cette revue. La Revue tunisienne de droit était un encouragement à la jurisprudence pour qu’elle évolue dans le sens d’une modernisation du droit tunisien. Je ne dis pas qu’elle a toujours réussi à le faire, mais je suis sûr qu’elle a influencé, dans beaucoup de branches, l’évolution du droit tunisien.

La Revue tunisienne de droit a-telle accompagné l’évolution institutionnelle plus que la réflexion sur le droit tunisien ?

Les deux sont intimement liées. Il ne peut pas y avoir d’évolution sans réflexion. Le législateur tunisien a pris des options révolutionnaires dans certains secteurs : pensez à la répudiation remplacée par le divorce, ou bien l’abolition de la polygamie. Dans d’autres secteurs, notamment en matière de filiation, il s’est exprimé de façon allusive. Il fallait – c’est le rôle de la doctrine- expliquer, à chaque fois que le législateur s’était exprimé de façon allusive, où il voulait aller et où les tribunaux, en interprétant, pouvaient aller. Mademoiselle De Lagrange, dans un article sur le législateur tunisien et ses interprètes, avait décortiqué les choix législatifs et les avait comparés aux choix jurisprudentiels, pour voir où il y avait presque connivence et où il y avait discordance. Par ailleurs, la réflexion peut devancer l’évolution du droit. Quand on s’adresse au législateur pour lui demander de réformer tel texte, cela signifie qu’on a réfléchi sur la réalité et qu’on trouve qu’elle est perfectible.

La Revue tunisienne de droit a donc joué un rôle d’avant-garde ?

Nombreux sont les articles qui sont des appels au législateur pour qu’il modifie la loi ou pour qu’il l’explicite mieux. Parfois, le commentateur d’une décision trouve que les tribunaux n’interprètent pas de la meilleure façon un texte et appelle le législateur pour qu’il intervienne par une loi qui explicite sa pensée, afin d’éviter les errements constatés. Dans ce cas, on peut dire que la doctrine appelle le législateur à jouer son rôle d’arbitre à l’encontre de la jurisprudence.

Comment diffusiez-vous la revue ?

Elle était vendue en librairie et à la faculté. À la faculté, pour les étudiants et en librairie, pour les autres.

Vous souvenez-vous des tirages ?

Non. Mais je me rappelle de stocks d’invendus très importants.

Le caractère généraliste et universitaire de la Revue tunisienne de droit a-t-il joué un rôle dans diffusion ?

Le caractère généraliste est lié à une question de moyens. La petite Tunisie ne peut pas se permettre de diffuser plusieurs revues juridiques spécialisées. Le caractère universitaire était à la fois le défaut et la qualité de la Revue tunisienne de droit. Celle-ci est, je pense, une revue de haut niveau. C’est donc une revue où le même monde se regarde, où des juristes écrivent pour des juristes, je dirais même des juristes confirmés pour des juristes confirmés. Evidemment, la revue a également toujours été un support fondamental pour la formation des étudiants. Des arrêts y sont commentés tout le long de l’année et chaque année, dans chaque branche du droit, les arrêts sont puisés dans la Revue tunisienne de droit. C’est donc un support du savoir, un support pédagogique. L’idéal serait que la revue soit aussi un moyen de communication entre l’ensemble des théoriciens de la faculté et l’ensemble des praticiens du droit, avocats et magistrats. Je crois qu’à ses débuts, la Revue tunisienne de droit, n’a pas pu jouer ce rôle pleinement. Le palais de justice fonctionnait en arabe, la revue était écrite en français ; le Palais de justice était dirigé par les magistrats tunisiens, la revue éditée par des professeurs français. Ces deux mondes se regardaient, cherchaient parfois à coopérer, mais enfin, ce n’était pas toujours la même façon de penser, ni le même idéal de justice, ni la même conception du droit. L’osmose n’était pas garantie. Avec le temps, je crois que cet obstacle s’atténue. Aujourd’hui, je ne dis pas que cet obstacle a disparu, mais il compte vraiment très peu. Le corps de la magistrature s’est rajeuni et désormais, tous les magistrats des tribunaux de première instance et même la plupart des magistrats des cours d’appel ont été étudiants à la Faculté de droit. Ils se sont familiarisés avec la Revue tunisienne de droit et ont appris leur droit en la lisant. Donc, si la revue n’a pas beaucoup influencé la jurisprudence il y a trente ans, elle est en train de l’influencer, aujourd’hui, au moins au niveau des juges du fond.

Est-ce que les avocats et magistrats achètent la Revue tunisienne de droit ?

Pour les jeunes magistrats, j’en suis à peu près sûr aujourd’hui.

Comment situeriez-vous la Revue tunisienne de droit par rapport à d’autres revues juridiques tunisiennes et notamment par rapport à la revue des magistrats ?

Comme la Revue tunisienne de droit, la revue Al Qada wa al tashri’ [Justice et Législation] joue aussi son rôle de revue juridique, en faisant connaître et en expliquant le droit et la jurisprudence. Cette revue, qui tenait une place importante, a toujours été très proche de la jurisprudence et des vues des tribunaux. Elle était donc plus analytique que critique, alors que la Revue tunisienne de droit était autant critique qu’analytique, voire plus critique qu’analytique. Ce sont deux revues qui se complètent.

La Revue tunisienne de droit est-elle présente à l’étranger, dans les centres de recherche et dans les facultés ?

Quand j’étais rédacteur en chef, on avait un réseau d’échanges considérable, avec des facultés de droit francophones, avec des bibliothèques universitaires. Je ne sais pas comment les choses ont évolué.

La Revue tunisienne de droit a-telle joué un rôle décisif dans la diffusion d’un droit proprement tunisien et d’une pensée juridique tunisienne ?

« Rôle décisif », l’expression est trop forte. Je ne sais pas si le droit tunisien est connu à l’étranger autant qu’il devrait l’être. Je ne le pense pas. Je crois, au contraire, que c’est un droit original qui est assez méconnu, notamment en ce qui concerne le code du statut personnel. Il était connu, en Europe, dans les années 1960 et 1970, peut-être. Mais aujourd’hui il est oublié. Lorsqu’on parle de droit musulman, en France, en Angleterre ou en Amérique, on ne pense pas que ce droit soit capable d’évoluer comme il l’a fait en Tunisie. Actuellement, il y a des efforts à faire pour diffuser la revue et faire connaître le droit tunisien. Elle pourrait être un bon miroir des innovations tunisiennes.

Cette méconnaissance est-elle liée à l’ignorance du droit musulman, ou tient-elle à la faiblesse du droit comparé chez les juristes en général ?

Le droit comparé n’a pas la place qu’il mérite à l’étranger. En Tunisie, nous sommes de bons comparatistes. Un juriste tunisien qui se respecte est un juriste qui possède des éléments de droit français assez importants et de droit du Moyen-Orient non négligeables. Nous sommes un peu spécialistes de droit comparé. Mais, à l’étranger, le droit comparé reste le parent pauvre dans les facultés. C’est dommage.

© leaders.com.tn/article/5391

Pensez-vous que la Revue tunisienne de droit reflète le passage d’un droit colonial à un droit étatique national ?

Il ne faut pas se méprendre. La branche coloniale du droit tunisien a été négligeable. Sous le protectorat, en dehors du droit foncier, les branches du droit qui intéressaient la colonisation n’étaient pas objet de législation. Le droit français était appliqué directement. Ainsi, à l’indépendance, il n’y avait pas de droit commercial tunisien. Les tribunaux français appliquaient le droit commercial français. Il existe cependant quelques exemples. En matière d’assurance, la loi de 1930 – une des lois qu’on dit parfaite – a été reproduite presque textuellement dans le journal officiel tunisien. Mais, pour l’essentiel du droit civil, du droit pénal, le droit tunisien est resté tunisien. Le protectorat n’a pas essayé de le franciser. La preuve en est qu’après le protectorat, le législateur tunisien moderne et indépendant, n’a pas senti le besoin de modifier ces codes. Parmi les codes essentiels, le code des obligations et des contrats, a connu sa première version avant le Protectorat. Il a été correctement élaboré et promulgué au cours des premières années du protectorat et il est resté en vigueur jusqu’à nos jours. N’oubliez pas que le premier code tunisien date de 1864, qu’il a été élaboré dans la foulée de la première Constitution et du Pacte Fondamental. Nous avons donc une tradition juridique. Le colonialisme n’a pas trouvé un non-État. Il a trouvé un État moderne qui s’était déjà constitué et qui fonctionnait, en dépit de ses imperfections. Il s’agissait donc d’une structure étatique, et non d’un pays tribal, comme on le dit parfois.

© youtube.com/watch?v=0Jx57G…

Comment situez-vous la Revue tunisienne de droit dans la naissance de l’Université tunisienne et dans l’enseignement du droit au sein de l’Université tunisienne ?

Le droit, si on le réduit à des textes de loi et à des arrêts de jurisprudence, est un droit sec, un droit incohérent ou incompréhensible. Il faut décortiquer les textes, les rapprocher des arrêts pour bien étudier le va-et-vient entre la théorie et la pratique. Et je crois que c’est l’oeuvre de la Revue tunisienne de droit. La Revue tunisienne de droit expose et explique le droit tunisien tel qu’il est conçu et tel qu’il est pratiqué.

Quelle est la part des articles de réflexion sur la vie politique ?

réflexion sur la vie politique ? Il y en a très peu. Au début, la revue se voulait scientifique, c’est-à-dire aussi loin que possible de la politique. Quelques articles de réflexion politique se sont glissés par-ci par-là. Mais cela n’a jamais été une préoccupation réelle de la revue.

Comment percevez-vous la revue en tant que lecteur ?

La Revue tunisienne de droit d’aujourd’hui, comparée à ce qu’elle était à la fin du Protectorat et au début de l’indépendance, est à l’image de la Tunisie des années 1990. D’abord sur le plan quantitatif. La différence saute aux yeux entre les premiers numéros qui étaient plutôt maigres et les livraisons des dernières années qui sont parfois un peu trop volumineuses. Quant à l’aspect qualitatif, je ne dirais pas que la qualité des articles est meilleure. Ce serait à la fois manquer de respect aux grands maîtres qui étaient les fondateurs de la revue et être injuste à leur égard. Je dirais plutôt que les premiers chercheurs qui y ont publié leurs travaux, ont placé la barre assez haut. Les chercheurs d’aujourd’hui sont des continuateurs fidèles qui, dans l’ensemble, maintiennent le même niveau, même si leurs articles sont probablement plus engagés et plus variés. Il est normal qu’ils soient plus engagés, car les juristes tunisiens parlant du droit tunisien et surtout du droit musulman observent moins de réserve. Ils sont aussi plus variés car rares sont les disciplines juridiques qui ne sont pas abordées. On peut dire que le lecteur assidu, pourvu qu’il ait la patience de la lire en entier, est assuré d’avoir une vue globale de l’ensemble du droit tunisien dans pratiquement toutes ses branches, et une connaissance des différents courants qui traversent la doctrine et la jurisprudence tunisiennes dans toute leur diversité.

Tunis, 1995

Entretien avec Elise Helin et Kmar Bendana

Pour citer ce billet : Elise Helin et Kmar Bendana, «La recherche juridique en Tunisie à travers la Revue tunisienne de droit. Questions à Mohamed Charfi», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2336.

 

 

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Historicisation et perspectives patrimoniales d’un héritage architectural et urbain de la période coloniale française (1837-1962) à Constantine

Contexte de la recherche

Constantine a été un véritable terrain d’expérimentation 1 en termes d’architecture et d  ’urbanisme pendant la période coloniale française. Celui-ci a légué à la ville un important héritage architectural d’une grande richesse stylistique. La pluralité de la production architecturale et urbaine de cet héritage demeure méconnue, en dépit de sa dominance dans le paysage urbain constantinois.

D’une part, la construction d’une connaissance sur cet héritage permet d’apporter de nouveaux éclairages à l’histoire de la ville, qui pourront enrichir l’enseignement de cette phase en histoire de l’architecture, aujourd’hui encore peu maîtrisée et trop schématisée. D’autre part, l’étude du cas de Constantine, dans son contexte historique et sa réalité matérielle singulière, selon une nouvelle approche que nous développons ci-après, peut être un apport aux recherches en cours sur les différents modèles de villes et d’architectures de la période coloniale française au Maghreb en général, et en Algérie en particulier.

Il apparaît important de connaître les valeurs historique, architecturale, technique et esthétique afin de donner une plus-value à l’héritage architectural et urbain de cette période. Ceci orientera le regard du maître d’ouvrage (public ou privé), du maître d’oeuvre ou du propriétaire, pour décider en particulier du devenir de cet héritage – conservation, réhabilitation, disparition – et pour une meilleure prise en charge de ces architectures dans le processus de changement du regard sur ce qui constitue la ville ancienne de Constantine. La connaissance de cet héritage permettra également de guider le travail de conservation du patrimoine dans le but de le valoriser ; ce qui est un enjeu important dans le contexte actuel où la ville connait une phase de réhabilitation de son bâti ancien et de son parc immobilier colonial datant des XIXe et XXe siècles. Cette méconnaissance pose en effet beaucoup de problèmes concrets lors des opérations de réhabilitation des bâtiments, notamment quant au processus de transformation de certains bâtiments, qui en ont modifié la substance au fil du temps. Les évaluations des interventions et des projets de réhabilitation entrepris en témoignent. Ces opérations sont souvent menées dans l’incompréhension de l’objet sur lequel elles portent, en ne prenant pas en considération la genèse historique ainsi que les caractéristiques du bâti. Elles sont généralement limitées à un ravalement de façade assez simplificateur. On part ici de l’hypothèse – à vrai dire fondatrice de l’intervention patrimoniale dans les villes anciennes – que les valeurs (historiques, architecturales, esthétiques, techniques…) des bâtiments sont à étudier pour conduire des actions de réhabilitation plus nuancées et respectueuses, à même de conserver le capital culturel constitué par cet héritage.

Ce travail est plus que jamais nécessaire dans le contexte actuel de mise en place d’un processus de patrimonialisation : de grandes opérations de rénovation et de réhabilitation ont été lancées dans le centre des grandes villes comme Alger ou Oran.

Le paysage urbain constantinois avec son vieux « Rocher » et extensions urbaines de ce dernier

© Maïssa Acheuk-Youcef.

En effet, un patrimoine n’est considéré comme tel que s’il est le fruit d’une construction sociale. D’où l’intérêt de se poser la question : qui porte la reconnaissance d’un héritage comme patrimoine ? L’intérêt de reconnaissance en tant que tel et de la valorisation patrimoniale naissent notamment lorsque les valeurs sont connues. L’expertise scientifique peut être un facteur déterminant dans la mise en valeur. Ainsi, la production de la connaissance s’avère nécessaire et préalable à la reconnaissance et à la mise en valeur de cet héritage constantinois. Par conséquent, il apparaît important d’étudier ses logiques de production qui justifieront sa logique de protection.

Cette étude d’une ville comme Constantine s’inscrit au croisement de plusieurs champs disciplinaires : à savoir l’architecture, l’urbanisme, l’histoire de l’art et la géographie-aménagement, mobilisant ainsi des approches comme l’histoire urbaine et de l’architecture, les sciences du patrimoine, l’étude de la morphologie urbaine et des outils comme la cartographie par la construction d’un Système d’Information Géographique (SIG). Le croisement de ces approches sous cet angle-là, n’a pas encore constitué un champ de recherche accompli dans l’étude des villes algériennes aux XIXe et XXe siècles.

De ce terrain d’étude brièvement décrit émanent plusieurs questionnements

Quel est l’héritage architectural et urbain de l’époque coloniale française à Constantine ?

Afin d’identifier et de connaître cet
héritage, le travail de recherche est basé sur une « historicisation de l’espace construit 2 », ce qui implique l’identification et la datation des objets de cet espace, dont le processus de production, fait lui-même de sous-processus ayant chacun sa logique, et (étant) en interaction 3.

Le « Rocher », coeur historique de Constantine avec son tissu urbain et ses architectures

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Ainsi pour connaître l’architecture produite, il s’agit alors d’appréhender auparavant l’espace urbain de Constantine dans son évolution historique, sociale et spatiale.

L’étude porte sur l’espace urbain constantinois avec le Rocher, coeur historique de la ville, et ses premières extensions urbaines datant de la période coloniale française à savoir : les faubourgs de Saint-Jean, Saint-Antoine, El Kantara, Sidi Mabrouk et le Coudiat-Aty.

Quel est le processus de production architecturale et urbaine de cette époque et quels en sont les acteurs ?

Considérant que chaque nouvelle production dans l’espace urbain nécessite la mobilisation et l’interaction de plusieurs acteurs 4, il apparaît nécessaire de mettre en évidence la complexité de ces jeux d’acteurs. Ainsi, d’autres questions de recherche en découlent :

Quels sont les registres architecturaux de cet héritage ?

– Quels sont les types et les formes d’architectures – notamment pour l’habitat – produites à Constantine pendant cette période ?

– Quelles ont été les inspirations et les contributions locales pour la production architecturale ? Notamment l’expression de la population locale – qu’elle soit autochtone ou coloniale – dans l’architecture.

– Qui sont les architectes/concepteurs dont les créations ont marqué l’espace urbain constantinois ?

– L’Algérie ayant été un terrain d’expérimentation, est-ce que certaines architectures n’ont pas été exportées à Constantine par des avant-gardistes avant leur apparition en métropole ?

La réponse à ces questions permettra notamment de connaître la contribution de l’expérience constantinoise à la circulation des modèles architecturaux.

Pour répondre à nos questions

Notre méthode de recherche consiste à partir de la réalité matérielle du terrain d’étude que nous considérons comme la première source historique vivante à interroger. Cela est ensuite confronté et croisé avec l’analyse des sources historiques graphiques et écrites collectées à partir d’un important travail de dépouillement mené dans différentes sources d’archives en Algérie (Constantine, Alger) et en France (Paris, Vincennes, Aixen- Provence). Ceci représente plus de 300 dossiers consultés, soit près de 4000 documents graphiques et écrits mobilisés et émanant principalement des :

– Archives Municipales de Constantine ;
– Archives de la direction du Cadastre de Constantine ;
– Archives de la Wilaya (Préfecture) de Constantine ;
– Archives Nationales d’Algérie, Alger ;
– Archives du Service Historique de la Défense, Vincennes ;
– Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM), Aix-en-Provence ;
– Fonds de l’Institut Français d’Architecture, Paris ;
– Fonds de l’IGN, Saint-Mandé. Pour approcher la fabrication de l’espace urbain constantinois, nous considérons que chaque objet dans la ville est issu d’un processus matériel et social basé sur des jeux d’acteurs : publics (militaire et civil) et privés (architectes, entreprises, société civile…etc.). Ainsi, nous décomposons la réalité matérielle de l’espace urbain en plusieurs objets à étudier, emboîtés à différentes échelles (quartiers, lotissements, rues, bâtiments – habitat et équipements –) que nous identifions et que nous analysons.

Contraste dans le paysage urbain entre l’héritage de la période coloniale française (extensions de la ville) et l’héritage architectural des époques antérieures (Rocher)

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Un aperçu sur la mosaïque d’architectures identifiées dans le paysage urbain constantinois

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Nous étudions ces jeux d’acteurs complexes pour certaines opérations dans la ville à travers une approche systémique. Ainsi, nous analysons le processus de décision pendant cette période, à différentes échelles du pouvoir : le niveau local (la Mairie et la Préfecture de Constantine), le niveau central (le Gouvernement général à Alger) et enfin, le niveau de la métropole (différents ministères, Assemblée nationale…etc. à Paris), avec les autorités et les acteurs clés correspondants à chaque régime politique (selon les périodes).

Pour ce qui est de l’échelle des quartiers et lotissements, pour étudier le processus de leur fabrication et avant d’aborder leur évolution, nous revenons à leur genèse d’abord à travers la question de l’acquisition et la répartition du foncier pour les colons européens. Par la suite, les autres échelles de la rue et du bâti, sont traitées.

Les objectifs et les apports scientifiques de ce travail de recherche sont de plusieurs ordres

La visée de cette recherche est de mieux connaître l’architecture et l’urbanisme de l’époque coloniale française à Constantine entre 1837 et 1962. À partir de là, on peut déterminer quelques pistes permettant de mieux envisager l’inscription de cet héritage dans le développement urbain. Il s’agit de :

– Connaître le processus de production architectural et urbain de cette époque et d’identifier les maîtres d’ouvrage et les architectes qui ont marqué l’espace urbain constantinois.

L’emboitement des échelles de production de l’espace à travers la mobilisation des documents graphiques et écrits correspondant à ces échelles permettra de rendre compte de manière systématique et rigoureuse de l’évolution de la ville et ainsi d’historiciser l’espace urbain à ses différentes échelles.

– Mettre en exergue la richesse et la diversité architecturale du patrimoine bâti. Plusieurs registres, styles et typologies architecturales sont juxtaposés et articulés dans la même ville, dans un même quartier ou parfois dans une même rue, créant une mosaïque à ces différentes échelles.

Ainsi on rencontre des bâtiments marqués par des influences occidentales d’une tendance apparue en Europe au XIXe et au début du XXe siècle, comme des bâtiments marqués par des influences locales ou bien un mélange des deux, avec des bâtiments stylistiquement « hybrides ». Nous étudions certaines architectures qui sont apparues dans une période donnée et ont été appliquées en Algérie. D’autres styles singuliers, sont caractérisés par une empreinte locale, il s’agira de faire ressortir l’influence locale dans la production architecturale.

– Identifier les objets datant de cette période, ayant un potentiel culturel et économique, y compris ceux situés en dehors de l’actuel secteur sauvegardé et qui sont susceptibles de faire l’objet de mesures de protection. Ceci sera réalisé entre autres, dans une perspective de développement de l’attractivité de la ville. – Constituer une base de données numérique et géo-référencée, à l’échelle de la ville : historicisation de l’espace urbain et du bâti avec un Système d’Informations Géographique (SIG). Ce système aura vocation à évoluer vers un instrument d’aide à la décision, de conservation et de valorisation de cet héritage urbain et architectural, basé sur ces nouvelles connaissances.

Ce travail permettra également à partir du dépouillement des sources dispersées, d’accès parfois difficile (Fonds des Archives Municipales de Constantine, Archives Nationales d’Outre-Mer à Aix-en-Provence, Archives du Service Historique de la Défense à Vincennes, Archives de l’Institut Français d’Architecture à Paris…etc), de les rassembler et de les intégrer. Il faut bien sûr d’abord repérer et identifier les données historiques encore inexploitées, et les répertorier. Cela sera d’autant plus utile aux études d’histoire urbaine et architecturale pendant la période coloniale française à Constantine, en facilitant leur croisement selon une approche systémique, avec ce que cela implique comme nouveaux objets et aspects à étudier.

Exemples d’architectures identifiées situées en dehors de l’actuel secteur sauvegardé et qui sont susceptibles de faire l’objet de mesures de protection dont certaines sont exposées à la destruction

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Un échantillon du type de documents historiques archivistiques correspondant aux objets d’étude à différentes échelles, collectés et mobilisés pour cette recherche

© Archives Municipales de Constantine ; Archives du Cadastre de Constantine ; Archives du Service Historique de la Défense, Vincennes ; Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM), Aix-en-Provence ; Fonds de l’Institut Français d’Architecture, Paris ; Fonds de l’IGN, Saint-Mandé.

En plus de l’apport historiographique à l’échelle de Constantine et la dimension d’expertise patrimoniale de ce travail de recherche, la connaissance du cas spécifique constantinois permettra de constituer un apport entre autres sur la question de la circulation des modèles architecturaux aux XIXe et XXe siècles à l’échelle du Maghreb et de la Méditerranée.

En effet, les travaux qui ont été développés en histoire urbaine et architecturale de la partie nord de l’Afrique ont été menés principalement sur des grandes villes et capitales comme Alger, Tunis, Casablanca, le Caire…etc, mais peu ou presque pas sur des métropoles régionales comme dans le cas de Constantine, qui comporte des spécificités sur plusieurs aspects, comme la recherche en cours le fait apparaître.

L’apport de cette recherche permet également de capitaliser les données cartographiques collectées, pour constituer un SIG historique qui n’existe pas encore au niveau de la ville de Constantine. Cette capitalisation des données pourra être une manière de contribuer notamment à préserver le patrimoine de Constantine et en particulier les archives de cette période, qui sont exposés à la dégradation et donc à la menace de destruction.

1 Cette notion de laboratoire d’expérimentation a déjà été largement discutée, illustrée et démontrée par différents chercheurs dans plusieurs travaux de recherche sur l’Algérie et les pays du Maghreb notamment: De Tarde (1937, 27) ; Guillerme (1992) ; Culot (1992) ; (1996, 8) ; Nouschi (1996, 139) ; Pinon (1996, 49) ; Cohen et Eleb (1998) ; Vacher (1997) ; Volait et Minnaert (2003, 379-380) ; Garret (2005, 37) ; Hakimi (2005, 64 ; 81), etc.

2 Gauthiez Bernard, 2014, « Le temps dans l’espace
des villes, ou l’espace des villes comme accumulation des produits matériels de phénomènes sociaux », Géocarrefour, vol. 89/4, 283-296.

3 Ibid.

4 Ibid.

Maïssa Acheuk-Youcef

Doctorante en Architectur/Géographie- Aménagement en cotutelle, Université de Constantine 3/ Université de Lyon 3, UMR 5600. Contact : aymaissa@hotmail.com

Pour citer ce billet : Maïssa Acheuk-Youcef, «Historicisation et perspectives patrimoniales d’un héritage architectural et urbain de la période coloniale française (1837-1962) à Constantine», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2193. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2182.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Boire en Tunisie sous le Protectorat (1881-1956)

Mercredi 18 mai 1904, en haut de la Casbah, rue de la Casbah. Un homme, 47 ans. 1m66. Cheveux châtain, barbe noire grisonnante, teint pâle. Corpulence assez forte.

Il se dit turc, il s’appelle Mohamed Hadj Ben Ismaïl el Kaouaji. Il porte un costume noir de commandant de la garde du bey, il a une chechia avec les armes beylicales, et une épée à la main, fortement alcoolisé. L’archive dit qu’il est fortement alcoolisé (il a constamment une fiole avec de l’alcool à la ceinture). Il avait déjà fait parler de lui en jetant de l’huile sur les gens, et il repousse des israélites qui rentraient tranquillement chez eux et qui n’avaient rien demandé.

Après enquête, il s’avère qu’en réalité, il n’a jamais été commandant de la garde du Bey, il est encore moins turc, il est né à Halfaouine. À 30 ans, il ne savait pas quoi faire, il est parti plusieurs années à l’étranger, il a à peu près fait tous les pays de la Méditerranée, il est devenu alcoolique, avant de finir en Algérie, à Constantine. Il a fini en prison et les autorités algériennes l’ont renvoyé dans son pays sans prévenir personne, quand elles ont pu déterminer qu’il était tunisien.

Mais c’était déjà à la fin du XIXe siècle, et quelques années plus tard, le 18 mai 1904, Mohamed se fait arrêter pour ivresse et violence par les autorités tunisiennes de la médina.

Que nous dit cette arrestation sur l’histoire de la consommation d’alcool, mais aussi de la répression et plus globalement du Protectorat en Tunisie ?

Cette fiole, que contient-elle ?

Il n’est pas précisé de quelle liqueur il
s’agit. Il pourrait s’agir du vermouth, mais
le produit coûte 2 jours de salaire d’un ouvrier. Sinon du cognac, mais c’est pire, c’est une semaine. En réalité, il est plus probable que ce soit de la boukha, liqueur bon marché, et consommée par la communauté juive, notamment à Halfaouine, depuis les années 1880.

© mesvinscacher.com

C’est plutôt du vin

Si à l’époque, Mohamed avait été plus riche, il aurait peut-être eu du vin dans sa fiole. Mais seulement voilà en 1904, la démocratisation du vin, sur le modèle de ce qu’avait connu la société française au début du siècle n’a pas encore eu lieu. Mohamed ne le sait sans doute pas, mais 30 ans après son arrestation, une bouteille de vin coûte deux fois moins cher pour les Tunisiens qu’en 1904.

Ceci est un effet collatéral de l’augmentation exponentielle de la production de vin dans le pays, notamment dans les années 1920. La production de vin est multipliée par 4 entre 1920 et 1930. Après une production dans l’Empire romain, puis une absence de culture par la suite, la production de vin est réactivée pour répondre à la demande de la France en pleine crise du phylloxéra. Le vin est surtout pour la production extérieure (mais ne représente jamais beaucoup plus de 15-20 % des exportations alimentaires et 5 % des exportations totales).

Au moment où Mohamed est arrêté de toute façon, le vin ne représente pas encore ce poids symbolique et européen qu’il représentera quelques années plus tard, lorsque seront créés dans les années 1920 l’office du vin, puis dans les années 1940 les appellations d’origine contrôlées. À l’époque où Mohamed est arrêté, le vin est relativement rare en Tunisie, il ne représente pas plus de 5 % des budgets de fonctionnement des administrations.

Cependant à l’époque où Mohamed se fait arrêter la production de vin est en pleine expansion, en lien avec la colonisation européenne, et si Mohamed avait eu du vin dans sa fiole celui-ci serait probablement venu d’une petite exploitation italienne de la région du Cap Bon ou de Bizerte, les production françaises étant davantage destinées à l’international.

Puis de la bière

Si nous avions était dans les années 1920, Mohamed se serait peut-être procuré de la bière. À l’époque où Mohamed sévit en haut de la médina, on importe de la bière en Tunisie, mais les lieux d’importation indiquent qu’il s’agit surtout d’approvisionner les stocks de l’armée. La production de bière locale augmente particulièrement après les années 1920, et surtout à partir de 1925. Dans tous les cas, cette production à l’époque reste particulièrement minoritaire et on ne consomma jamais plus d’un litre par habitant et par an en moyenne en Tunisie. On consomme moins d’un litre de bière par habitant et par an, quand 50 ans plus tard, à la veille de l’indépendance, ce nombre de bières atteindra à 7 litres par habitant et par an.

Lagmi

Si Mohamed avait habité dans le Sud du pays, ou dans une région oasienne, il aurait peut-être eu du lagmi dans sa fiole. Le lagmi, sève de palmier, objet de curiosité et régulièrement de dégoût dans le discours colonial, est un produit difficile à saisir, et dont les réseaux commerciaux échappent quasi totalement à l’emprise coloniale, en témoignent le faible nombre de sources sur la question dans la presse et les impôts régulièrement émis à l’époque beylicale comme à l’époque coloniale, pour tenter de taxer la production de lagmi, sans succès.

Impossible de savoir combien l’on consomme exactement de lagmi. Si on se base sur le nombre officiel de palmiers, et sur le nombre officiel de palmiers entaillés, on obtient une consommation de lagmi d’une centaine de litre par habitants et par an (8 fois plus que la consommation de vin), ce qui correspond à peu près à la consommation française de l’époque.

© tunisie.co
Legmi : le fameux jus de palme du sud tunisien

Cette fiole, comment Mohamed se l’est-il procurée ?

Marchands de vin

Il se l’est peut-être procurée chez un marchand de vin, situé dans une des grandes avenues eurropéennes. Auquel cas, il est probable que le marchand de vin en question, qui lui a vendu cette fiole était de nationalité italienne, comme deux tiers des marchands de vin d’alors, ou bien un juif tunisien. Les Italiens, à défaut de posséder la majorité des débits de boissons, sont majoritaires dans ce circuit de redistribution de vin.

Sinon il y a les bars

Sinon Mohamed a peut-être fait remplir sa fiole dans un des nombreux bars de Tunis, car en 1904, il n’est pas encore interdit pour les débitants de boissons de servir de l’alcool aux Tunisiens musulmans. Cette interdiction surviendra 10 ans plus tard, dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale, lorsque l’administration française pour donner des gages de respect aux supposées traditions musulmanes, décide de faire interdire définitivement la vente d’alcool aux musulmans, accentuant aussi une séparation des sphères coloniales.

Mais dix ans plus tôt, en 1904, les débits de boissons, comme d’ailleurs les champs de vignes, représentent à ce titre des zones de contact, « contacts zones » entre les différentes sphères des sociétés colonisées, pour reprendre la terminologie de Mary Louise Pratt.

En 1904, un quota de débits de boissons n’a pas encore été émis, mais malgré tout, Mohamed a beaucoup moins de choix pour ses habitudes de bar que quelques années plus tard. S’il est vivant entre 1920 et 1930, il verra le nombre de bars augmenter de 30 % en dix ans en Tunisie.

© Delcampe.net

Bars clandestins ?

Sinon il est tout à fait possible que Mohamed se soit procuré clandestinement sa liqueur. Pour cela plusieurs possibilités lui ont été offertes. Soit de s’être rendu dans l’arrière boutique d’un épicier qui vend discrètement du vin, soit au domicile d’un colon, sans doute retraité.

Le nombre exact de bars clandestins est inconnu, mais les sources administratives semblent montrer qu’il y en a sans doute beaucoup et même plus que de bars classiques. Le nombre de condamnations pour détention de débits clandestins augmente progressivement au cours du Protectorat sans que l’on ne sache exactement si cela est dû à une meilleure connaissance du terrain de l’adminis-tration.

Qu’est ce qu’on lui reproche exactement ?

D’avoir été ivre et violent

En 1904, si Mohamed n’avait pas exercé la violence, peut-être n’aurait-il pas été arrêté. Avant la Première Guerre mondiale, dans la plupart des cas, être ivre ne suffit pas pour être arrêté par la police, il faut avoir réalisé une autre action, par exemple avoir frappé un agent, ou avoir commis un vol. Après la Première Guerre mondiale, être ivre suffit pour être arrêté. Être ivre est devenu un problème social en soi. La Première Guerre mondiale, est un véritable acte fondateur du « grand renfermement », à l’égard des buveurs, qui sont mis au ban de la société, comme les voleurs, les criminels ou les mendiants et qui va durer jusqu’aux années 1930.

D’être un Tunisien, et un homme

Si Mohamed avait été une femme, il n’aurait peut-être pas été arrêté, ou surtout il n’aurait peut-être pas eu cette attitude. Dans la quasi totalité des cas, les personnes qui sont arrêtées sont des hommes, et lorsque ce n’est pas le cas, il s’agit de prostituées.

Mohammed a sans doute également comme souci de ne pas appartenir à une classe sociale particulièrement argentée. La répression coloniale est aussi une répression de classe, ce qui s’observe un peu plus pour les condamnations à la prison les plus sévères et un peu moins pour les simples arrestations pour ivresse publique.

Comme circonstance atténuante, Mohammed pourra dire qu’il n’a pas été arrêté un vendredi mais un mercredi et pas pendant le ramadan, le ramadan tombant en 1904 en novembre et en décembre, et moment proportionnellement de moindre acceptation de consommation publique d’alcool.

De s’être trouvé ivre dans un endroit stratégique de Tunis

J’entendais Romain Bertrand il y a quelques temps à l’Institut français dire que la colonisation c’est comme la circulation sanguine, avec pour cœur la capitale, et ensuite les artères vers les organes les plus importants, puis les veines les plus petites vers les territoires les plus périphériques.

Là le problème est que Mohammed se situe dans un lieu de pouvoir fort, la casbah qui est le cœur de la Médina, qui est le cœur de la ville de Tunis, qui est le cœur de la région du nord, la mieux contrôlée par les autorités étatique, qui est le cœur de la Tunisie.

Une carte des arrestations montre bien que ce qui est en jeu ce sont les endroits les plus contrôlés par l’autorité coloniale.

Est ce que le comportement de Mohammed est choquant pour les acteurs de l’époque ?

Au moment où Mohammed se fait arrêter, le sujet de l’alcoolisation publique intéresse peu l’administration

Une note rédigée par la Résidence générale 3 ans plus tôt, avait demandé à tous les contrôleurs civils de réagir face à l’augmentation de la consommation d’alcool. Durant les XVII-XVIIIe et XIXe siècle, Mohamed aurait pu faire partie de ces gens visés par les plaintes et les pétitions de notables, qui arrivaient régulièrement sur la table du Bey, à propos de ces ivrognes fréquentant de trop près les environs de la zitouna. Mais il y en a assez peu au début du XXe siècle.

Par un hasard du calendrier, l’arrestation de Mohammed intervient peu de temps après la création à Tunis, en mars 1902, de la Section tunisienne de la ligue française contre l’alcoolisme, une ligue, qui a d’abord pour fonction de servir de sociabilité commode à des élites francophiles.

Les intellectuels tunisiens n’ont pas encore été repris

Les exploits de Mohamed ne sont pas relayés par les journaux de l’époque, mais c’est normal, ce n’est qu’après la Première Guerre mondiale, qu’il y aura 30 % de faits divers liés à l’ivresse publique dans le plus grand journal de l’époque la Dépêche tunisienne.

Au moment où Mohammed est arrêté ce 18 mai 1904, Habib Bourguiba a moins d’un an. Mohammed ne fait donc pas parti des cas d’étude dont Bourguiba parlera, 30 ans plus tard dans l’entre-deux-guerres dans le journal L’Action tunisienne, quand il regrettera la présence de plus en plus forte d’alcooliques à Tunis, signe selon lui des effets négatifs de la colonisation. En revanche, un autre nationaliste, Abdelaziz Thaalbi lui a 28 ans quand Mohamed se fait arrêter ce 18 mai 1904 en haut de la casbah. Des histoires comme celle de Mohammed inspireront fortement, au même titre que des personnes musulmanes comme Rachid Rida, la rhétorique sur la dégradation des mœurs au début du vingtième siècle, qui touche, selon lui, la colonie.

Comment la justice tunisienne gère-elle son cas ?

Une répression de réaction

La première des choses à observer avec Mohamed, est qu’il est arrêté à la suite d’une délation. C’est révélateur d’une situation coloniale, où la police ne fait que réagir aux plaintes, et qui sera pour le coup présente jusqu’à la fin du Protectorat, signe soit de l’absence de priorité que représente ce sujet pour la police, soit d’une gestion du manque de moyen.

Il est sans doute enfermé, comme au temps du Bey

L’archive n’indique pas la sanction décidée à l’encontre de Mohamed, mais on peut facilement la deviner. Si cela avait été la première fois, Mohamed aurait sans doute, comme au temps du Bey (ce qui prouve l’absence de politique coloniale en la matière), écopé d’une nuit au cachot, voire de quelques jours de prison.

Mais comme Mohamed avait déjà été pris sur le fait plusieurs fois, il est probable que la justice, par l’intermédiaire du contrôleur civil, décide de 3 mois d’emprisonnement à Tunis, selon une sanction qui ne sera jamais augmentée à la suite du Protectorat, ni dans sa forme ni dans le nombre de condamnations (il y a une plus forte répression après la Première Guerre mondiale, mais qui touche surtout les tribunaux de paix).

Peut-être, si la justice tunisienne a été particulièrement sévère, a t-elle décidé de l’expulsion et de l’ostracisme de Mohammed pendant 10 ans dans une ville éloignée du contrôle civil. Cette technique de répression semble être très utilisée à l’époque où Mohammed se fait arrêter, mais semble tomber en désuétude (en tout cas il y a moins de dossiers) par la suite.

Un temps où l’hôpital psychiatrique n’existe pas encore

Alors si Mohamed avait vécu quelques 30 ans plus tard, peut-être aurait il été enfermé dans un hôpital psychiatrique.

Progressivement, les alcooliques, comme les fous ne sont pas traités comme les pauvres ou les prostituées mais sont séparés d’eux.

En attendant Mohammed ne fait pas partie de ces 0,13 % des admis dans les hôpitaux classiques, 2 % dans les hôpitaux psychiatriques et 0,3 % des origines des décès dans les années 1930, prouvant la très faible prise en charge malgré tout de l’institution répressive hospitalière dans la Tunisie du Protectorat.

Conclusion

A bien des égards, et même si l’arrestation de Mohamed Ben Ismaïl el Kouaji a lieu en 1904, soit 25 ans après le début politique du Protectorat, elle se situe dans une période précoloniale :

  • L’alcoolonialisme de la Tunisie n’a pas encore eu lieu. On est encore loin des 14 litres de vin, des 7 litres de bière par habitant et par an que consomment les Tunisiens en moyenne à la fin du Protectorat, bien loin des scores de consommation 10 fois plus importants en France à la même époque. L’influence française dans les habitudes alimentaires n’est pas encore très forte.
  • Le sujet de l’alcool n’est pas encore très présent dans les médias et au sein de l’administration. La construction du problème social qu’est la consommation d’alcool des Tunisiens aux yeux d’une certaine élite est plus tardive, et se concentre sur une période allant de la Première Guerre mondiale au début des années 1930, montrant au passage que la séquence coloniale n’est pas une séquence uniforme dans la relation des acteurs aux autorités répressives.
  • Les paysages ruraux (par la vigne) tout comme les paysages urbains (par les débits de boissons) n’ont pas encore été durablement modifiés. Entre le moment où Mohamed est arrêté, en 1904 et l’apogée de la production de vigne, dans les années 1930, le nombre d’hectares consacrés passe de 10 000 à 50 000, dont 95 % concentrés autour de Bizerte, de Tunis et du Cap Bon.

    De même, entre 1904 et les années 1930, le nombre de débits de boissons en Tunisie est multiplié à peu près par deux, en passant d’environ 200 à environ 400.

    Pourtant,    Mohamed    Ben     Ismaïl el Kouaji est d’une certaine manière représentatif d’une certaine forme de colonisation

    1- Une colonisation par capilarité, où l’autorité de l’État se négocie selon l’acteur et le lieu

Où le fait d’être ivre ou de consommer de l’alcool est encore plus mal vu, quand l’on est Tunisien et quand l’on pratique cette activité dans la Médina, selon une rhétorique qui est déjà présente, mais qui sera théorisée bien des années plus tard, en 1937, lorsque une loi du 13 février interdira aux débits de se situer près des grands bâtiments publics.

2- Ensuite, représentatif des relations entre les colonies

 qui n’est pas un empire cohérent, mais où chaque colonie observe le comportement de sa voisine, et suit sa propre partition, en matière de répression d’alcool. Il n’y a pas d’unité impériale, pas de politiques communes. À l’intérieur de chaque pays, selon les échelles, les divergences d’intérêt relativisent la cohérence des politiques, et la cohérence de ce mouvement d’ensemble qu’est la colonisation.

3- Induit qu’un certain nombre de relations échappe à la grille de lecture colonialisante

Finalement, l’attitude de Mohamed, qu’a-t-elle de colonisé ? L’attitude des autorités qu’a-t-elle de coloniale ? Dans un autre contexte culturel, français par exemple, un homme déguisé en soldat napoléonien, qui au cœur de Paris, terroriserait les passants avec un sabre, se ferait réprimander de la même manière. Une partie de la société tunisienne échappe au prisme de la colonisation, une partie des acteurs peuvent agir et se mouvoir dans une société qu’il faudrait se garder de surcoloniser, et une partie de la Tunisie entre 1881 et 1956 échappe au paradigme colonial.

Nessim ZNAIEN

docteur en histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Pour citer ce billet : Nessim Znaien, «Boire en Tunisie sous le Protectorat (1881-1956)», Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2168.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Pour une sociologie historique (et située) de l’expertise transnationale Retours d’enquêtes et propositions à partir des activités de «développement parlementaire» en Tunisie

quel degré, et selon quelles modalités, les institutions et les acteurs politiques sont-ils « globalisés » ? Nous voulons défendre ici l’idée que depuis le soulèvement de 2011, la Tunisie offre un terrain privilégié pour poser cette question, et nous souhaitons faire quelques propositions pour s’en saisir. A partir de 2011, un grand nombre d’acteurs internationaux se sont installés en Tunisie, pour y déployer savoirs et experts. Jusqu’à 2014 tout particulièrement, il était difficile d’échapper au très grand nombre de formations, de « worskshops » ou encore de conférences organisés dans les hôtels de Tunis ou de sa banlieue nord. Toutes les thématiques qu’il était possible d’aborder pendant la transition l’ont été. Rédaction de la constitution, bien sûr, mais aussi réforme du secteur de la sécurité », justice transitionnelle » ou encore appui au parlement et à la mise en place de l’ISIE : tous ces objets politiques de la transition ont « bénéficié » d’un déploiement d’expertise internationale. Il est donc tout autant difficile de nier le fait que ces acteurs transnationaux aient pu jouer un rôle dans l’émergence des nouvelles institutions tunisiennes, en transition ou parfois en construction. Cependant, comment comprendre leur rôle ? Comment éviter les deux travers qui se présentent à la recherche : ne pas surestimer leur rôle et attribuer les éléments les plus significatifs de la transition à des acteurs étrangers ; ou ne pas choisir plus simplement d’ignorer ces acteurs et de rester dans un cadre national. Le second travers est tentant au vue des difficultés qui peuvent apparaître lorsqu’il s’agit d’enquêter sur ces expertises en plein déploiement.

Notre recherche a pris cette interrogation comme objet central. Après un premier terrain exploratoire fin 2014 et début 2015 en Tunisie, nous avons choisi de suivre le déploiement de l’expertise en développement parlementaire ». Autrement dit, nous avons cherché à reconstituer, pour en faire notre objet d’enquête, l’ensemble des acteurs qui à Tunis où dans les espaces transnationaux de production de cette expertise ont participé, directement ou indirectement, au déploiement d’activités et d’experts visant à « soutenir » l’Assemblée Nationale Constituante (ANC), puis l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP). Ceci nous a rapidement amené à investir deux types de terrains, qu’il nous a d’ailleurs fallu connecter. D’abord, nous avons mené une enquête d’environ 9 mois au total dans les lieux de production de l’expertise transnationale mobilisée pour le « renforcement » des parlements. Alors que le terrain tunisien, tout comme la littérature grise » (brochures, manuels de bonnes pratiques, etc.) semblaient laisser apparaître une grande multiplicité d’acteurs, et une expertise de nature « globale », le premier enjeu pour nous a été de « localiser le terrain de l’international ». Autrement dit, il s’agissait pour nous de déconstruire cette expertise des institutions démocratiques en identifiant les institutions, les lieux, les individus qui l’incarnent. L’ensemble des traces laissées sur internet (biographies ; matériaux distribués lors d’événements ; travaux académiques d’experts ; etc.) nous ont été sur ce point d’une grande aide, pour réussir à « resituer » cette expertise globale, à poser les premières pierres de la genèse de cette expertise parlementaire, à identifier ses acteurs les plus centraux. C’est de cette manière que nous avons tracé le chemin d’une enquête au sein de quatre sites privilégiés : les sièges du Programme des Nations Unies pour le Développement, celui du National Democratic Institute, de la Banque Mondiale, et de l’Union Inter-Parlementaire. Nous sommes ainsi parvenus de cette manière à accumuler un ensemble d’archives, et à réaliser un ensemble d’entretiens pour parvenir, comme principal résultat, à montrer comment un petit groupe de personnes, localisées dans ces différentes institutions, ont fait émerger depuis le début des années 1990, entre ancrage académique et connaissances issues du « terrain », un ensemble de savoirs et d’études de cas sur ce que serait le « bon » fonctionnement des parlements.

Le deuxième terrain investi est le terrain tunisien, ou plutôt, la deuxième partie de notre enquête est une ethnographie des professionnels de l’international » que sont les experts en développement parlementaire. Il s’agissait ainsi pour nous d’ouvrir la boîte noire » des organisations internationales sur le terrain, dans leurs rapports avec les acteurs politiques et administratifs tunisiens. Par le biais d’un stage, obtenu lors de notre terrain exploratoire, il a ainsi été possible de passer trois mois au sein de l’équipe de renforcement du parlement tunisien mise en place par le PNUD depuis le début des travaux de l’ANC. Nous avons donc participé nous-mêmes à ces activités, chaque jour, dans les bureaux locaux du PNUD comme dans les couloirs de l’ARP ; lors des interactions avec les responsables politiques comme lors de la préparation des travaux, de la mobilisation des différentes formes de savoirs, de références internationales. L’intérêt de cette enquête a été double, en nous offrant tout d’abord d’observer les angles morts d’activités transnationales peu connues. Notre principal apport est alors de montrer que ces experts ne sont pas tant des prescripteurs inflexibles de normes internationales, mais que leur travail se résume davantage à la mise en place d’activités visant à mieux faire circuler ce qui  pourrait  constituer  un  répertoire légitime » de dispositifs et de procédures parlementaires, dont le périmètre et les origines sont alors à identifier. Le deuxième apport, qui permet déjà d’évoquer une piste pour l’inscription de ces activités dans une certaine globalisation des institutions politiques, est l’utilisation que nous avons faite de cette expérience tunisienne, comme observation participante mais aussi comme expérience personnelle, pour mieux incarner l’expertise transnationale que nous prenons pour objet au cours de notre enquête dans les sièges de ces organisations : « Vous m’avez présenté l’activité de NDI au niveau global, mais comment avez vous mis en place votre projet en Tunisie ? Qui étaient vos interlocuteurs dans le champ politique ? Qu’avez vous pensé de la première version de la constitution ? ». Une relative connaissance du champ politique tunisien permet alors de donner un virage aux entretiens, d’une relative abstraction des activités à une discussion « située » dans le champ politique tunisien.

L’enquête, sous forme d’allers-retours entre espaces transnationaux de production d’une expertise et ethnographie de ses professionnels sur le terrain, fait alors ressortir – il nous semble – l’intérêt du dépassement des échelles « globales » et

locales ». Cependant, articuler la jonction de ces deux perspectives est loin d’être une pratique habituelle dans l’étude d’objets internationaux traditionnellement sous le monopole de disciplines – telles que les relations internationales – peu ouvertes aux perspectives empiriques. La grande richesse que représente le choix de ce type d’objet devient alors de participer à un questionnement, en cours actuellement et à l’échelle elle-même globale, sur les méthodes et les concepts qui peuvent permettre de se saisir des acteurs et des espaces transnationaux. On peut ainsi citer trois grands enjeux autour desquels se structure la littérature. Il s’agit d’abord de parvenir à contester les monopoles disciplinaires de l’international, en particulier celui des relations internationales, tout en maintenant parfois le dialogue avec celles-ci, comme le fait le courant de l’international political sociology. Il s’agit également, comme le propose Johanna Siméant autour des « enquêtes globales », de questionner l’usage de concepts construits dans des espaces nationaux sur des objets transnationaux. Un certain nombre d’auteurs s’interrogent enfin sur ce que la globalisation et l’arrivée de nouveaux objets de recherches transnationaux fait aux disciplines, et en quoi ces processus ré-ouvrent le champ des possibles en termes d’interdisciplinarité.

En cherchant à s’inscrire dans ces littératures qui tendent à se structurer, à se consolider, nos intuitions issues du terrain nous ont alors amené à réunir les deux pans de notre enquête en une problématique commune : dans quelle mesure le déploiement de savoirs experts trans-nationaux concernant le fonctionnement des institutions politiques en Tunisie depuis 2011 est-il la continuité d’une sociologie historique du politique dans une certaine mesure « globalisée » ? Nos orientations de recherches actuelles consistent ainsi à ne pas prendre notre terrain en Tunisie comme une « simple » étude de cas, mais à l’inscrire dans la genèse d’activités internationales qui apparaissent de plus en plus présentes, de plus en plus sophistiquées, aux savoirs de plus en plus stabilisés, de plus en plus légitimes. La Tunisie devient ainsi une incarnation, à un moment historique donné, du degré d’institutionnalisation de l’expertise au niveau international, des rapports de forces et des forme que peuvent prendre les interactions entre les acteurs constitutifs d’un État (fonctionnaires, ministres, députés) et des acteurs internationaux s’appuyant sur des normes, des standards, des modèles institutionnels dont la légitimité est reconnue à des degrés divers, tant au niveau international qu’aux seins des champs politiques nationaux.

Bibliographie

SIMÉANT J., 2012, « Localiser le terrain de l’international », Politix, 100, 4, 129.

LECLER R., 2016, « Resituer la mondialisation. Récit d’une enquête sur la prise en charge administrative de l’audiovisuel international en France », Terrains/Théories, 5.

MAERTENS L., 2016, « Ouvrir la boîte noire: Observation participante et organisations internationales », Terrains / Théories, 5.

BASARAN T., BIGO D., GUITTET E.-P., WALKER R.B.J., 2016, International Political Sociology: Transversal Lines, London ; New York, Routledge, 310 p.

SIMÉANT J., 2015, Guide de l’enquête globale en sciences sociales, CNRS, 408 p.

Quentin DEFORGE

doctorant à l’IRISSO, Université Paris Dauphine

Pour citer ce billet : Quentin Deforge, « Pour une sociologie historique (et située) de l’expertise transnationale Retours d’enquêtes et propositions à partir des activités de « développement parlementaire» en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2137.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Circulation et confrontation des modèles

La deuxième session de l’École doctorale itinérante en sciences sociales, destinée aux doctorants d’Afrique du Nord et d’Afrique sub-saharienne, s’est tenue à l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis du Sénégal, du 11 au 18 septembre 2017. Elle était organisée, sous l’égide de Mame-Penda Ba, professeure à l’UGB et de Jérôme Heurtaux, chercheur associé à l’IRMC, par l’UGB, l’UFR des sciences juridiques et politiques de l’UGB, le Laboratoire d’analyse des sociétés et pouvoirs. Afrique-diasporas (LASPAD), l’IRMC, l’Institut de recherche interdisciplinaire en Sciences Sociales (IRISSO, Paris-Dauphine, PSL) et le Centre Jacques Berque (CJB) à Rabat. Cette école a été réalisée dans le cadre de l’IRIS Études Globales financée par l’IDEX PSL (ANR-10-IDEX-0001-02 PSL). Elle a également été soutenue par plusieurs institutions : l’Institut de recherche sur le développement (IRD) à Dakar, les Services de coopération et d’action culturelle (SCAC) de Dakar, Rabat, Moroni, Bamako, le ministère de l’Enseignement supérieur du Mali et la Royal Air Maroc.

Cette seconde édition, après celle de Bamako en 2016 (cf. supra) avait pour thème : « Circulation et confrontation des modèles ». Il s’agissait d’encourager les étudiants à prendre en compte dans leurs recherches les modèles qui circulent concernant l’analyse de la démocratie et du développement, modèles confrontés à ceux utilisés par les acteurs sociaux et politiques, mais aussi de réfléchir à la pertinence des modèles d’analyse choisis dans le cadre de leur recherche. Dans une perspective tant théorique que méthodologique, c’est aussi une approche critique des modèles qui a été proposée, dans la mesure où les modèles circulent trop souvent en faisant silence sur leur condition de production et sans examen des usages qui en sont faits. Cette thématique était par ailleurs l’occasion de saisir les modèles issus des sciences sociales africaines et africanistes, qui, confrontés à d’autres, conduisent à reconfigurer des questions épistémo-logiques de tout premier ordre.

L’école doctorale itinérante en sciences sociales

L’école doctorale itinérante en sciences sociales a été initiée par Jérôme Heurtaux, alors chercheur MAEDI à l’IRMC, sous l’impulsion de Karima Dirèche, directrice de l’IRMC entre 2013 et 2017. Destinée aux doctorants et aux jeunes docteurs en sciences sociales inscrits dans une université ou rattachés à un laboratoire situé dans un pays d’Afrique du Nord ou d’Afrique sub-saharienne, elle a pour objectif d’apporter un soutien méthodologique aux doctorants en sciences sociales tout en stimulant la coopération scientifique entre l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique du Nord et l’Europe. Chaque session, organisée chaque année dans un pays différent, est organisée en étroite collaboration avec une équipe de chercheurs de l’Université d’accueil. La sélection des participants et le programme sont réalisés en concertation. La réussite de l’événement est donc conditionnée par l’engagement du groupe local de collègues dans sa préparation, sa mise en place et son animation. L’encadrement des doctorants est enfin assuré par une équipe mixte de chercheurs locaux et étrangers.

La première et précédente édition a eu lieu en septembre 2016 à l’Institut de Sociologie et d’Anthropologie de l’Université des lettres et des sciences humaines de Bamako (ULSHB) au Mali et a accueilli une trentaine d’étudiants venant du Sénégal, du Burkina Faso, de Guinée, de Tunisie, d’Algérie et du Maroc, encadrés par une dizaine de chercheurs confirmés. La thématique de cette première école était  » L’écriture scientifique » (cf. reportage vidéo sur https://www.youtube.com/watch? v=tmyIy_ibAFU).

A travers cette école, l’IRMC renforce ses liens avec des institutions universitaires et de recherche situés en Afrique sub-saharienne. Au-delà des institutions, l’école offre une occasion concrète de travail en collaboration réunissant des chercheurs de divers horizons. L’expérience de ce travail en commun peut être vue comme un levier pour d’autres collaborations : cotutelles de thèse, sessions de formation doctorale ciblées, journées d’étude thématiques, colloques internationaux, etc.

La session de Saint-Louis du Sénégal

La seconde session de l’école doctorale itinérante a eu lieu à Saint-Louis du Sénégal du 11 au 18 septembre 2017. Elle a suscité un très fort intérêt auprès des doctorants et doctorantes des pays de la région. Pas moins de 263 candidats ont présenté un dossier, dont 233 complets, selon la répartition nationale suivante : Sénégal (36), Burkina Faso (30), Cameroun (25), Maroc (24), Algérie (17), Tunisie (18), Mali (17), Bénin (16), Côte d’Ivoire (15), Togo (13), Guinée (4), Niger (4), Tchad (2), Divers Cap-Vert, Madagascar, Comores, France, Nigéria… (12)

La sélection été réalisée en fonction de plusieurs paramètres : qualité des dossiers (un classement était réalisé par pays après examen de l’ensemble des candidatures recevables), « prime » aux candidats inscrits dans une université sénégalaise (avec l’exigence de représenter l’ensemble des universités du pays), proximité géographique pour raisons de coût du transport (un bus a été affrété pour le groupe des Maliens et les doctorants guinéens ont également voyagé par voie terrestre). C’est pourquoi le groupe final était composé de la façon suivante : Sénégal (19), Mali (17), Côte d’Ivoire (1), Burkina Faso (3), Guinée (2), Maroc (3), Algérie (3), Tunisie (3), France (1), Bénin (1), Togo (1), Niger (1), Cameroun (1), Comores (1).

Les encadrants (cf. liste ci-dessous) étaient au nombre de 17, se répartissant entre Sénégalais (9), maliens (2), français (5) et marocains (1).

La première partie de chaque matinée était consacrée aux présentations de dix encadrants issus de différentes disciplines et traditions intellectuelles. Toutes portaient sur la thématique de l’école (circulation et confrontation des modèles). Les doctorants étaient invités à réagir et discuter avec les intervenants.

La seconde partie de la matinée et les après-midi étaient consacrés aux ateliers doctoraux. Cinq groupes de 11 à 13 doctorants, encadrés par 3 chercheurs confirmés, ont été constitués sur une base thématique (questions économiques et locales, questions politiques et juridiques, questions de genre, migrations, santé, autres) tout en respectant les principes d’interdisciplinarité et de mixité internationale. Les étudiants ont pu présenter leur recherche à deux reprises au cours de la semaine, la seconde intervention ayant pour objectif de vérifier si l’essentiel des critiques et des conseils reçus lors de leur première intervention avait été intégré.

© YouTube (People et blogs).

Atouts et points forts

Un appui inestimable aux recherches des doctorants

De l’avis de l’ensemble des doctorants qui l’ont exprimé pendant et au sortir de l’école doctorale, les séances pléniaires et les travaux en ateliers ont constitué d’importantes ressources pour reconfigurer leur problématique et leurs méthodes. Ils disent avoir pris conscience des blocages rencontrés, et avoir été rassurés sur la pertinence de leur objet de recherche. Bien qu’exigeant, le climat de bienveillance qui présidait aux débats a été un élément décisif pour lever timidité et incertitudes. Certains disent être repartis avec un nouvel élan et un courage revivifié pour reprendre et reformuler leur recherche, tant sur le plan de la définition de l’objet, de la méthode employée ou du cadre théorique mobilisé. En outre, les problèmes liés à la constitution d’une bibliographie critique et au bon usage des références dans la démarche de recherche, ont été soulevés. L’école représente une occasion rare d’offrir un encadrement innovant à des étudiants venus d’horizons divers.

La volonté de travailler en réseaux

L’école doctorale s’est structurée sur une démarche active de décentrement des sciences sociales, en donnant une place importante à la question de la circulation des savoirs et en interrogeant tout particulièrement les possibilités pour les jeunes chercheurs africains d’avoir toute leur place dans les grandes enquêtes empiriques, face à une surabondance de travaux et de concepts construits à partir de terrains dans les sociétés européennes et d’Amérique du Nord. En cela, et en s’appuyant sur une équipe de l’Université Gaston Berger particulièrement investie dans les réseaux internationaux s’intéressant à ces questions, l’école doctorale s’inscrit pleinement dans les débats en cours relatifs à la globalisation des sciences sociales, et plus précisément dans l’émergence d’échanges et de dialogues pluralistes, multipolaires. Les réseaux créés dans ce cadre pourront ainsi, sur le moyen et long terme, être un appui pour constituer un pôle africain de la recherche en sciences sociales.

Il s’agissait d’inciter les doctorants à constituer des réseaux thématiques, disciplinaires ou pluridisciplinaires, en fonction des affinités électives dont les sessions doctorales sont le théâtre. Une page facebook « Ecole doctorale itinérante » a été créée lors de la session de Saint-Louis. Réunissant l’ensemble des doctorants qui ont participé à la session et vite rejoints par les participants de l’école de Bamako (septembre 2016), elle est rapidement devenue une plateforme d’échange d’informations (sur d’autres écoles doctorales, sur des appels à contributions, etc.), d’articles, de sources et de contacts. Des réseaux disciplinaires sont également en cours de constitution, dont un réseau de jeunes chercheurs africains en droit public.

Ces réseaux pourraient être la matrice de la relève d’une génération d’enseignants-chercheurs à même de s’investir ensuite dans la formation et l’accompagnement doctoral dans leur université ou leur pays d’origine (ou dans un autre pays de la zone). D’où la nécessité de mettre ensemble, pas seulement pour des raisons intellectuelles, des chercheurs des différentes sciences sociales et du droit.

Donner une visibilité aux sciences
sociales issues des sociétés africaines

Le fait que l’école ait lieu chaque année dans une université et un pays différents permet un effet d’enrôlement de doctorants et de collègues confirmés qui ne se connaissaient pas ou peu, et qui, à la faveur des débats, entendent participer à la formation des doctorants. Par ce biais, il s’agit aussi de donner visibilité et légitimité aux sciences sociales issues des pays d’Afrique. Raison pour laquelle nous avons insisté sur l’importance des enquêtes de terrain.

Les limites et comment les dépasser

La modestie du format

Les principales limites de l’école doctorale sont sa durée et le turn-over des doctorants. Une semaine par an, autour d’un groupe de doctorants non identique d’une année sur l’autre, restreint d’évidence l’ambition de cette école. C’est pourquoi nous avons plaidé pour des relais intermédiaires (réseaux, ateliers interuniversitaires) pour pallier le manque d’espaces de discussions des thèses en cours.

Un accès réduit à la documentation et aux bibliothèques

L’école itinérante se tient dans des espaces universitaires inégaux quant à l’accès à la documentation en sciences sociales et aux ouvrages fondamentaux internationaux. En sorte que les bibliographies recommandées sont suceptibles de rester lettres mortes. Nous avions soulevé cette question au Mali lors d’un rendez-vous avec la Ministre de l’Enseignement supérieur, mais ce problème crucial demeure dans nombre d’universités de la région, comme en ont témoigné les doctorant(e.s).

Un financement restreint

Le format de l’école est encore très dépendant des financements que nous trouvons et que nous réunissons tardivement chaque année. De ce budget dépend, on l’a vu, la sélection d’un nombre restreint de doctorants pour certains pays, alors même que leurs projets sont scientifiquement recevables. Mais surtout, il s’agit de pérenniser et d’élargir cette école doctorale. L’objectif serait en effet, de créer une école doctorale tout au long de l’année, qui ne soit pas rattachée à une institution en particulier, et qui offrirait, outre les grandes sessions annuelles, des formations ciblées (type séjour d’un enseignant-chercheur ou deux dans un laboratoire pour un séminaire doctoral intensif d’une semaine, rencontres doctorales thématiques avec un plus petit nombre de participants, encadrement de la rédaction d’un article académique, les pistes sont nombreuses).

© YouTube (People et blogs).

Reste que rendez-vous est pris pour la troisième session en 2018, qui devrait être hébergée par une université d’Afrique subsaharienne. La nouvelle directrice de l’IRMC, Oissila Saaidia, qui était présente à Saint-Louis du Sénégal, s’est d’ailleurs engagée à accueillir dans les années à venir, une des prochaines éditions de l’école doctorale itinérante en Tunisie.

Jérôme Heurtaux

Pour citer ce billet : Jérôme Heurtaux, « Circulation et confrontation des modèles », Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2126.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’hypermédiatisation des Femen en France, au Québec et en Tunisie

 

Résumé de thèse

La politisation des corps féminins – lieux traditionnels de l’antiféminisme et des luttes féministes – s’accompagne dans l’histoire contemporaine d’un phénomène d’amplification par le médiatique. Un mouvement féministe créé en Ukraine en 2008, les Femen, manifeste seins nus contre la domination masculine sous toutes ses formes (prostitution, patriarcat, religion, etc.). Le corps nu des Femen provoque autant l’admiration que l’ire des commentateurs. À l’été 2012, la fuite d’Ukraine et l’exil en France, de l’une des leaders du mouvement, coïncide avec le début de son internationalisation. La même année, en France, les militantes Femen s’impliquent dans les débats sur la loi pour le mariage pour tous, dans une France divisée sur la question. La multiplication d’actions spectaculaires, notamment au sein des églises françaises, accroît sa notoriété. En Tunisie, la jeune Amina Sboui s’inspire de cette stratégie et publie des photographies de son corps nu. Le pays est marqué par les soulèvements du « printemps arabe » et la confrontation entre islam politique et libéraux laïcs cristallise la société. Avec l’action de trois militantes Femen en Tunisie, en mai 2013, la médiatisation atteint des sommets. Quel est le rôle des médias dans ces politisations ? Les controverses se prolongent au Québec où une antenne est créée. En octobre 2013, c’est au sein de l’Assemblée nationale que les activistes Femen réclament le retrait du crucifix et soutiennent la charte de la laïcité qui fait l’objet de vifs débats parmi les Québécois. Sur ces trois territoires, aux histoires différentes mais liées (histoire coloniale et postcoloniale, francophonie, etc.), les actions Femen sont investies par des contextes où la place du religieux est fortement questionnée depuis trois décennies. Les féminismes abordent ces problématiques en ordre dispersé et les stratégies sont diverses. Sur ces trois territoires, si les Femen se sont imposées comme le symbole d’un corps anti-religieux, c’est qu’au même moment, d’autres corps symbolisent le religieux. Les pratiques de voilement islamique (foulard, turban, voile intégral, etc.) sont au cœur d’une dialectique, tantôt réelle, tantôt fantasmée.

Le corps reste donc un « réceptacle des luttes politiques », et devient dans sa dimension genrée, un « champ de bataille ». À partir d’une analyse des discours, il reste à retracer la construction politique et médiatique du mouvement des Femen, à identifier les courants idéologiques qui s’affrontent, et à identifier les sens contemporains de la nudité (politique).

© Bibliothèque Nationale de Tunisie (Une du quotidien national Al-Chourouk, 30/05/2013)

Séjour de recherche à l’IRMC de Tunis : Analyse de corpus et collecte de données

En Tunisie, ces polémiques traversent trois espaces ; les sphères médiatique, politique et judiciaire. Ces évènements sont une porte d’entrée de compréhension des luttes politique qui se jouent dans un pays marqué par la transition politique. Que signifie cette polémique ? Comment est-elle comprise et réceptionnée par la société tunisienne ? Quel est le rôle contemporain du corps dans la sphère politique, dans un tel contexte ? Enfin, comment les mouvements féministes négocient-ils cette tension entre corps-objet et corps-sujet ?

 

Mon séjour de recherche à l’IRMC (septembre à décembre 2017) me permet de collecter deux types de données. Le premier est un corpus de la presse écrite qui retrace l’histoire de ces événements, et les discours en confrontation. Les quatre principales sources, trois en langue arabe (Al-Chourouk, As-sabah, Al-Fajr) et une en langue française (La Presse) couvrent les différentes tendances politiques de la société (gauche, pro-gouvernementale et islam politique). Le positionnement des journaux sur des clivages politiques (proximité avec le pouvoir, clivage gauche/droite) est moins évident qu’il n’y paraît. Un certain nombre d’entretiens sont menés avec des journalistes et des chercheurs sur les médias afin de combler les lacunes de la littérature existante sur la question. La seconde source d’information est institutionnelle. Il s’agit de collecter les comptes rendus de justice, la polémique ayant été marquée par de nombreux procès. Pourquoi la nudité est revendiquée en arme de protestation ? Est-elle historique ? Quelles en sont les limites et les critiques ?

Jallal MESBAH

est doctorant en histoire contemporaine Université d’Angers / GEDI. Contact : jalla.mesbah@gmail.com

Pour citer ce billet : Jallal Mesbah, «L’hypermédiatisation des Femen en France, au Quebec et en tunisie», Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2121.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook