Archives de catégorie : Géographie

Ecrire en sciences sociales

Présentation de l’Université de printemps du Ré-Doc- Tunis, 19-23 mars 2012

Faire aboutir une thèse, c’est d’abord écrire un texte conforme à des normes et des standards académiques à propos d’un objet bien déterminé. Bien qu’évidente, peut-être même en raison de cette évidence, la centralité de l’exercice de l’écriture dans le processus de la préparation de la thèse est rarement pensée comme il se doit. Les doctorants, souvent livrés à eux-mêmes, la vivent sur des modes de subjectivation plus ou moins exacerbés ; de manière immédiate, voire parfois douloureuse et angoissée. Si l’on fait abstraction de cette pléthore de manuels de peu d’intérêt, construits sur la base d’un esprit de « recette », qui, paradoxalement, favorisent chez les doctorants un rapport à l’écriture extrêmement instrumental et contreproductif, l’exercice de l’écriture, ce lieu par excellence de la mise à l’épreuve que représente la préparation d’une thèse, demeure largement impensé. La difficulté de le penser tient à ce premier paradoxe : éminemment individuelle et intime, l’expérience de l’écriture est fâcheusement présentée comme une simple mise en mots ou en forme d’une pensée antérieurement construite, comme la conversion d’une masse de données collectées et de raisonnements préalablement échafaudés en texte. Ce qui occulte le fait qu’un aspect essentiel de la recherche, et de ce qu’il en advient en termes de produit final livré à l’évaluation publique des pairs, se joue dans l’écriture. À contre courant d’une vision scientiste un peu désuète, il semble de plus en plus admis dans nos disciplines que « l’imagination sociologique » n’opère pas exclusivement en amont de l’écriture (Zaki) et que le raisonnement et l’écriture en sciences sociales sont indissociables (Passeron). Plus particulièrement, il n’est plus acceptable aujourd’hui de continuer de refouler l’expérience de l’écriture dans les arrières scènes de l’entreprise scientifique, ni de dissoudre les dilemmes et les malaises qui accompagnent l’acte d’écrire dans des difficultés ou des maladresses de nature méthodologique.

Outre la nécessité de répondre à des exigences particulières liées à des traditions différentes selon les disciplines, l’écriture d’une thèse en sciences sociales relève du même degré de complexité qu’implique l’écriture d’un texte scientifique dans ces disciplines de manière générale. Écrire un texte en sciences sociales consiste à opérer une alchimie, où se croisent plusieurs types d’opérations mentales et discursives, et fait appel à plusieurs formes de compétences : description et narration, restitution de données et interprétation, analyse et argumentation. C’est dans et par l’écriture que s’enclenche une part essentielle des opérations mentales qui permettent de passer d’un matériau empirique, archivistique ou documentaire à une analyse proprement dite, c’est-à-dire la mise en œuvre progressive d’un horizon de compréhension et de sens en rapport avec un ou des objets de connaissance particuliers (Paillé et Mucchielli). S’agissant de doctorants qui n’ont pas encore développé, dans leur majorité, de routines et de tours de main personnalisés dans leur rapport à l’écriture, les difficultés inhérentes à la complexité de cette expérience sont amplifiées. Il est important de les aider à dédramatiser le geste d’écrire, en leur apprenant, entre autres, à le faire par touches successives et à accepter l’idée qu’un texte ne prend sa forme définitive qu’au bout d’un processus long et laborieux de reformulation et de réaménagement (Becker). Comme il est important de les amener à vivre de manière plus apaisée la publicité qui accompagne l’acte d’écrire ainsi que les différentes modalités d’évaluation par la communauté scientifique qu’il met en branle et qui viennent sanctionner ses effets.

L’objet de l’université de printemps qui sera initié à Tunis par le Réseau international d’écoles doctorales de l’AISLF et de l’AUF (Ré-Doc) en partenariat avec, l’Association tunisienne d’anthropologie sociale et culturelle (ATASC), l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) et le Laboratoire Diraset-Études maghrébines (et qui viendra prolonger des activités de formation doctorales et des ateliers d’écriture antérieurement engagées par certaines de ces institutions) est de doter les doctorants qui prendront part à cette session d’une plus grande réflexivité dans le rapport qu’ils entretiennent avec l’écriture, en leur permettant de prendre conscience de la complexité de cet exercice et des moyens susceptibles de faciliter sa maîtrise. Quatre objectifs plus spécifiques lui sont assignés :

1- rationaliser, dans les limites du possible, cet exercice qui comporte une part considérable de contingence ;

2- le dédramatiser en mettant au jour et en explicitant une partie des mécanismes qui le sous-tendent ; 3- renforcer la vigilance des doctorants en leur qualité d’« auteurs », en les mettant au fait des enjeux rhétoriques, épistémologiques et éthiques qui accompagnent l’acte d’écrire ;

4- les aider à penser les interrelations entre les différentes disciplines des sciences sociales (sociologie, anthropologie et histoire) ainsi que la spécificité des modes de construction de leurs discours et leurs rapports particuliers à l’écriture.

L’écriture de la thèse, comme de tout autre texte en sciences sociales, requiert la gestion et la maîtrise d’un certain nombre d’enjeux rhétoriques, épistémologiques, voire éthiques qui se recoupent.

Aujourd’hui, il n’est plus possible, dans les disciplines qui sont les nôtres, de continuer d’écrire en « toute innocence » ou de croire que les faits « parlent » d’eux-mêmes. Nous savons plus que jamais que les textes des sociologues, des anthropologues ou des historiens sont des « choses fabriquées » selon des procédés rhétoriques qu’il n’est pas indifférent de mettre à nu (Geertz ; Clifford). Nombre d’interrogations brûlantes sont alors à prendre au sérieux :

Quelle est la « place » de l’auteur dans le texte et comment « habiter » son texte en restant fidèle aux exigences de rigueur et de neutralité requise par les normes de la production scientifique ? Comment faire cohabiter dans un texte sa propre voix en tant qu’auteur avec celles qui émanent du terrain et comment gérer les formes d’intertextualité qu’impliquent la citation et la capitalisation des lectures théoriques et la restitution des données d’enquête ? Comment parler des autres et donner du sens à leur parole sans parler pour eux ? Quels mots employer pour rendre compte des mondes historiques que nous décrivons, sachant que leur exploration implique un travail permanent sur le langage ? Quels sont plus généralement les différents processus de « traduction » en oeuvre dans l’écriture et comment les maîtriser ? Comment s’assurer de la « lisibilité » de ce que l’on écrit ? Comment « dire vrai » malgré le recours nécessaire à des artifices rhétoriques et quelles sont les formes de persuasion considérées comme légitimes par la communauté scientifique ?

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Imed MELLITI, ISSHT/IRMC

 

crédit photographique : © photo-libre.fr

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’habitat informel dans la ville de Gabès (Tunisie) ; extensions urbaines, marginalisation socio-spatiale et dégradation de l’environnement

Ce travail vise à explorer en profondeur l’articulation entre trois phénomènes, souvent appréhendés séparément : L’extension urbaine qui peut donner lieu à des formes d’habitat non autorisées, dits informels, la concentration spatiale de la marginalité sociale [spatialement concentrée] et l’extension de la ville sur des espaces ruraux productifs. Ces différents processus sociaux et spatiaux sont à la fois en amont et en aval (cause et effet) de compétitions acharnées sur les ressources (naturelles ou non) et entre des catégories sociales différentes mais dont on peut en identifier au moins deux : les petites paysanneries et les grands investisseurs agricoles (y compris des sociétés étatiques).

À ces deux « compétiteurs », il faut y ajouter la ville elle-même, grande consommatrice d’eau et de sols. Notre recherche consiste en l’exploration approfondie de l’ensemble de ces processus, de ces phénomènes et de leurs conséquences, tant sociales que spatiales et environnementales. Nous prendrons le quartier informel de Zrig, situé au sud de la ville de Gabès en Tunisie, comme exemple.

En plus d’être un quartier informel hébergeant des centaines de familles, généralement modestes ou pauvres, originaires de Gabès, du Sud ou de l’ensemble du pays, le quartier de Zrig s’est développé sur l’une des oasis de Gabès (les seuls oasis côtiers en Méditerranée), dont quelques parcelles seulement résistent encore au phénomène. Malgré la présence de certaines familles plus aisées et ayant accès au cercles de décisions, et malgré la légalisation partielle mais lente de certaines parties de ce nouveau quartier, les habitants souffrent d’un manque flagrant d’infrastructures et de services. On assiste dans le même temps à la réduction très rapide de la surface agricole oasienne. Pendant que ce poumon vert se rétrécit, que l’espace productif se réduit et que l’agriculture vivrière et familiale des petits paysans est progressivement marginalisée, des dizaines de nouveaux périmètres irrigués, fortement consommateurs d’eau, se multiplient et se développent en vue de productions principalement destinées à l’export.

Notre hypothèse centrale soutient que les causes principales de la naissance des quartiers informels sont, d’une part, les contraintes d’accès aux ressources, aux services sociaux ainsi que les inégalités sociales engendrées, et, d’autre part, l’exacerbation des compétitions sur les ressources naturelles entre les populations locales, en l’occurrence entre les petites paysanneries oasiennes et les investisseurs, qui sont notamment les nouveaux grands producteurs agricoles dans la plaine.

C’est donc dans cette double dimension de marginalisation des habitants du quartier et des petits paysans de l’oasis, d’une part, et de la compétition sur les ressources, d’autre part, que le quartier informel de Zrig sera étudié et observé.

Il apparaît à travers nos enquêtes que les habitants de ce quartier sont des immigrés des régions voisines de Gabès (Gafsa, Sidi Bouzid, Medenine, Tataouine…) ou d’anciens résidents de centre ville qui appartiennent à une catégorie sociale modeste[1]. « Sommes-nous Tunisiens ? », est une question qui nous avait été posée par un habitant de ce quartier. Logeant dans une maison sans électricité, sans eau et sans assainissement, le chef de famille nous confiait : « je ne travaille pas, je n’ai pas l’argent pour donner une « rachwa » (corruption). Si j’avais de l’argent j’aurais pu accéder aux ressources nécessaires (eau et électricité) »[2].

Les enquêtes menées après le 14 janvier, nous ont montré que les gens ont profité de l’absence des autorités et se sont mis au travail pour construire leurs maisons informelles. Un jeune habitant en train d’édifier sa construction le justifiait ainsi : « c’est une bonne occasion car il n’y a pas d’autorité, pas de contrôles, donc j’en profite pour construire ma maison sur ma terre. Pour ce qui est de l’accès aux services (…) ce n’est pas grave, nos stratégies seront les mêmes, je payerai une corruption et j’aurai tout »[3]. Concernant la révolution, il nous affirme que les mentalités n’ont pas changé, que les personnes sont toujours les mêmes.

Au cours des entretiens réalisés pendant nos visites à Zrig, quelques paysans attendaient vainement que la loi leur permette de transformer leurs jardins en maisons : « avant la révolution, la municipalité contrôlait trop et les autorités étaient très sévères en matière de construction illégale, là c’est le vide mais tous ceux qui ont construit seront punis et ils payeront cher ». Certaines femmes ont opté aussi pour l’urbanisation : « nous ne pouvons plus vivre de la terre[4], on dépense plus qu’on ne gagne, donc il faut que cette terre soit des lots pour que nos fils construisent leurs maisons ou des boutiques à louer […] l’essentiel c’est que nos enfants trouvent un abri où ils puissent se protéger dans ces temps difficiles ». On comprend ainsi leur incapacité à accéder aux services alors que la construction dans ces zones ne diminue pas chaque jour.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Maha Abdelhamid

est doctorante en géographie sociale à l’université de Nanterre, Paris X. Sa thèse s’intitule « L’habitat informel dans la ville de Gabès, extensions urbaines, marginalisations sociales et spatiales et dégradation de l’environnement ». Elle a rejoint l’équipe de l’IRMC pour une bourse courte durée (BCD).

crédit d’illustration : © Maha Abdelhamid


[1] Ils ont acheté la terre à cet endroit car elle est moins chère, pleinement conscients de l’interdiction de construire qui pesait sur le terrain, mais leur permettant d’économiser les dépenses de permis de construire.

[2] Entretien d’un homme âgé effectué au mois de Septembre 2010.

[3] Entretien effectué au mois de février 2011.

[4] La dégradation agricole et environnementale n’est pas prise en considération, ni par les autorités, ni par les occupants de la terre, ni par la petite paysannerie qui a été touchée par le manque en eau, la sécheresse et le problème de morcellement de la terre (on parle aujourd’hui de petits jardins qui ne dépassent pas les 200 m2 la parcelle).

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Bilan des politiques sectorielles environnementales en Tunisie depuis la décennie 90 : approche cartographique

Comme l’a souligné Henda Gafsi[1], la décennie 90 a été celle du développement durable en Tunisie. En atteste le 8ème Plan (1992-1997), qui le premier, intègre le développement durable et consacre tout un chapitre à l’environnement. Le contexte international aura largement contribué à l’émergence d’une véritable politique environnementale en Tunisie, mais aussi dans le reste du monde, à travers le foisonnement de conventions internationales en faveur du développement durable.

L’enjeu de la durabilité dans les villes prend tout son sens à la lumière d’un rapport des Nations Unies publié le 24 mars 2004, selon lequel en 2007, plus de la moitié de la population mondiale vivra dans les villes : « Ce sera la première fois dans l’histoire de l’humanité que le nombre de citadins dépassera le nombre de ruraux », note ce rapport.

Mes travaux de recherche dans le cadre d’une thèse récemment soutenue avaient déjà tenté de mettre en exergue la pression exercée par la démographie, l’urbanisation et les activités économiques sur les ressources en eau dans les villes, en prenant l’exemple du Grand Sousse, en Tunisie littorale[2].

Par ailleurs, l’eau n’est pas la seule ressource mise en péril dans ce contexte de forte augmentation de la population et des activités économiques dans les zones urbaines. La vitesse de l’expansion urbaine a davantage amplifié la pression sur l’environnement en général, en termes certes d’épuisement des réserves en eau douce, mais aussi de hausse de la consommation d’énergie, de la pollution de l’air. Cette dernière est liée principalement aux transports, à une recrudescence de déchets solides, à la détérioration du littoral, à la dégradation de la qualité de l’air et des sols, ainsi que de celle du paysage urbain et de ses périphéries.

C’est dans le cadre du programme AUF-Cedej « Ville durable au sud de la Méditerranée », que s’insère mon étude sur le bilan des actions environnementales dans les villes tunisiennes, et tout particulièrement à partir d’une approche approfondie de certaines politiques environnementales sectorielles majeures, le plus souvent portées par des acteurs publics.

Nous avons ainsi pu collecter une importante documentation, questionner des personnes ressources, et visiter des sites concernés, par exemple, par des opérations d’enrayement de la croissance de l’habitat spontané. L’objectif de l’Agence de Réhabilitation et de Rénovation Urbaine (ARRU) était à ce propos de résoudre les problèmes inhérents au développement urbain à travers des projets d’assainissement et de développement urbain. L’habitat n’est pas le seul défi qui se pose aujourd’hui à la ville pour accéder à une plus grande durabilité. Ainsi, nous accordons une large part dans nos recherches, au recensement des actions concrètes, à travers notamment les différents programmes de l’ANPE, de l’ANME, de l’ONAS, de l’ANGED… sur le milieu naturel, l’espace et les ressources dans les secteurs urbains. Une attention toute particulière a été consacrée à l’identification des expériences pilotes, ainsi qu’à leur mode de financement. Une localisation, à travers l’outil cartographique doit permettre d’alimenter notre réflexion sur l’état des lieux de la décentralisation de l’action environnementale à l’échelle régionale et locale.

Les premiers résultats de nos investigations nous ont permis de constater que, dans un premier temps, les politiques urbaines n’ont jamais été aussi attentives à améliorer la qualité et les conditions de vie de la population, ainsi qu’à équilibrer les différents quartiers au sein de la ville. Mais dans un second temps, on voit que ces politiques urbaines nécessitent de renforcer leur cohérence, afin d’atteindre un niveau optimal de développement urbain durable.

En effet, la notion même de « ville durable » invite à repenser la ville dans une approche plus intégrée, en tenant compte de la nécessaire interdépendance des actions environnementales.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Nadia SAHTOUT est docteur en géographie de l’Université Paris IV Sorbonne, où elle a soutenu une thèse en mars 2011 sur l’eau et la ville dans le Grand Sousse. Chercheure associée à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain, elle participe au programme MerSI-AUF, piloté par le Cedej : « Ville durable au sud de la Méditerranée ».

 

crédit photographique : © Babnet.net


[1] Gafsi Henda, Histoire de l’évolution du domaine « Environnement en Tunisie » (Problèmes, acquis, défis), 9 janvier 2010.

[2] Sahtout Nadia, L’eau et la ville en climat semiaride : vers la gestion intégrée de la ressource. Exemple du Grand Sousse en Tunisie littorale. Université Paris IV-Sorbonne, Institut de Géographie, mars 2011.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les centralités périphériques et les recompositions territoriales en Algérie : l’exemple des villes de l’Est-algérien

Notre thèse s’intitule : « Les centralités périphériques et les recompositions territoriales en Algérie : l’exemple des villes de l’Est-algérien ». Elle se propose d’analyser des centralités commerciales en rapport avec les formes urbaines qui ont surgi depuis 1962 autour du noyau colonial et précolonial. En respectant la périodicité de leur création, la recherche analyse plusieurs types de périphéries, en partant de la ville de Constantine.

Deux échelles interfèrent dans la définition de ces recompositions territoriales :

L’échelle de l’agglomération. Il est question d’aborder quatre formes urbaines identifiant la ville multiple algérienne : le recasement, le lotissement, les secteurs illicites et les grands ensembles d’habitation “ZHUN” (Zones d’habitat urbain nouvelles).

L’échelle régionale. Intégrant plusieurs auréoles par rapport à Constantine, les analyses couvrent une partie du réseau des villes de l’Est algérien : le Khroub (1600 logements), Aїn Smara (souk informel), Ali Mendjeli (le centre), Ain M’lila (le village colonial) et El-Eulma (Dubaï).

Entre échelle locale et échelle régionale, l’objectif est de montrer comment, dans le cadre des centralités commerciales émergentes, des relations nouvelles se trament, des ramifications se créent, des polarisations commerciales en résultent, des territoires se recomposent et une métropolisation s’affine. Quels sont les acteurs qui sont derrière la mise en place de ces centralités ? Dans quel contexte économique et social émergent-elles ?

À l’échelle de l’agglomération constantinoise, de nouvelles centralités se sont mises en place en périphéries depuis cinquante ans maintenant. Éclatées, à l’image du tissu urbain fragmenté de la ville multiple, ces centralités sont diverses selon leurs formes, leur situation, leur contenant, leur contenu ainsi que selon le contexte économico social dans lequel elles ont évolué. À défaut d’avoir été programmées par le haut, ces centralités périphériques émergent en priorité dans l’informel ou dans le semi informel (secteurs qui sont à l’origine planifiés), et se renouvellent illégalement. Dans un premier temps il est question de savoir comment les centralités peuvent-elles émerger dans le cadre de processus illégaux ? Et comment ces processus illégaux offrent-ils une assise à l’appropriation ? Dans un deuxième temps, les exemples analysés font état d’une insertion des espaces dans l’économie mondiale. Une “mondialisation par le bas” transparaît. Elle est fabriquée par des entrepreneurs, les habitants commerçants, qui transforment leurs parcelles résidentielles et construisent des espaces commerciaux fortement puissants dont les plus célèbres sont les “Dubaï”. Ces mutations tendent-elles vers la « dubaïsation » des villes algériennes ? Et concourent-elles à insérer ménages et usagers de la société algérienne à l’économie mondiale ?

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Nadia KERDOUD est doctorante en géographie à l’université de Caen. Sa thèse sous la direction de Robert Hérin s’intitule : « Les centralités périphériques dans les villes de l’Est algérien ». Elle a rejoint l’IRMC en tant que Boursière Moyenne Durée (BMD)[1].

crédit photographique : © Nadia Kerdoud


[1] Dans le cadre de la convention de partenariat passée entre l’IRMC et le SCAC/Ambassade de France en Algérie

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le développement territorial durable, analyse comparée sur les oasis du Sud tunisien (Chenini, Tozeur)

Parcelle réhabilitée pour le tourisme à Tozeur

Le monde oasien tunisien est confronté depuis une cinquantaine d’années à des bouleversements sans précédent, sur les plans économique, environnemental et socioculturel. Modèle de développement durable et de gestion raisonnée des ressources naturelles dans leur organisation traditionnelle, ce sont souvent aujourd’hui des espaces en difficulté. L’enjeu est à la fois social, politique et environnemental. Social, car il s’agit d’offrir un modèle viable aux populations locales, et lutter ainsi contre la fuite de la main d’oeuvre, politique car c’est la question de l’intégration à l’espace national qui est posée, et enfin environnemental, car les oasis sont un milieu menacé et fragile. L’extrême diversité des formes agricoles oasiennes entraîne une difficulté à établir une typologie synthétique, à même de constituer un cadre d’analyse.

Dans ce contexte, la comparaison de deux espaces oasiens du sud tunisien, représentatifs de la diversité et de la complexité du monde des oasis paraît intéressante. La comparaison est un moyen pour développer une étude critique sur les différentes stratégies de « revalorisation » adoptées par chacun des espaces. Cela permet aussi d’inscrire ce travail dans le cadre plus global d’une réflexion sur l’agriculture tunisienne, sur les politiques de développement local…

L’oasis de Tozeur, au sud-ouest tunisien, dans la grande région du Jérid, est un prototype des oasis continentales: îlot de verdure dans le Sahara, centre urbain historique, c’est aussi un pôle majeur dans la production dattière nationale. (90 % !)

L’oasis de Chenini a la particularité d’être une oasis littorale, limitrophe de la 6ème ville de Tunisie, Gabès. Située entre les retombées des monts Matmata et la mer, Chenini fut, comme Tozeur, une plaque tournante commerciale, profitant, en outre, du débouché portuaire qu’offre le golfe de Gabès. Les particularités bioclimatiques ont contribué à développer un riche système de culture à trois étages.

Ces deux oasis traditionnelles se sont trouvées confrontées à des modifications fondamentales de leur organisation socioéconomique traditionnelle, et leur agriculture en a été profondément affectée : complexe d’industrie chimique implanté à Gabès, et tourisme de masse développé à Tozeur.

L’agriculture oasienne traditionnelle, familiale, fondée sur un système riche et complexe, tournée vers l’autoconsommation et l’échange, s’est retrouvée déstructurée et marginalisée, notamment en lien avec le développement d’un système basé sur la monoculture du palmier-dattier, principalement tournée vers l’exportation.

Des dynamiques variées se mettent en place à différentes échelles : entre restructuration des productions, réorganisation des exploitations, contraintes environnementales et disparités socio-spatiales. Nous proposons d’approfondir l’étude de l’activité agricole oasienne, à la lumière des mutations passées, en tant qu’outil potentiel de structuration territoriale et de développement à l’échelle locale.

L’oasis pourrait alors devenir un véritable modèle, un concept opératoire pour les politiques de développement. Cette étude, à l’échelle individuelle des exploitations, peut permettre de dégager les stratégies d’adaptations/réactions face aux projets de l’État.

Il s’agit de repenser le modèle traditionnel dans un contexte profondément différent pour trouver une nouvelle voie au développement local endogène. Cela doit permettre une mise en liaison des différents secteurs afin que la valorisation patrimoniale ne se fasse pas au seul bénéfice du tourisme. C’est la multifonctionnalité des territoires oasiens qui est en jeu.

Quelle agriculture oasienne voulons-nous pour demain ?

L’objectif est d’analyser le potentiel et les conditions de valorisation de l’agriculture d’oasis dans l’optique d’un développement territorial durable. Les premiers résultats soulignent que cette valorisation passe par une diversification des activités et des cultures, et par une mise en patrimoine de l’oasis. Aujourd’hui, les oasis connaissent un éclatement des formes agricoles et des territoires en parallèle avec un renforcement identitaire et culturel. La diversité des modes de valorisation et des acteurs contribue, entre autre, à un retour en force de la question agricole. L’agriculture oasienne traditionnelle a changé d’image, et l’oasis avec elle.

Dans la période politique actuelle, la réinvention d’un modèle de développement réellement durable et équitable, particulièrement importante, peut être incarnée par l’oasis.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Irène CARPENTIER

doctorante en géographie à l’Université de Paris 1. Sa thèse sous la direction d’Alia Gana s’intitule : « Le développement territorial durable, analyse comparée sur les oasis du sud tunisien (Chenini, Tozeur) ». Elle a rejoint l’équipe de l’IRMC en tant que boursière d’aide à la mobilité (BAM).

 

crédit photographique : © Irène Carpentier

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’énergie solaire au Maghreb : acteurs, territoires et perspectives d’un modèle de développement plus durable?

Le contexte énergétique mondial connaît d’importantes mutations car il appelle à une redéfinition des besoins et des modes de consommation. Les risques d’épuisement des ressources non renouvelables (pétrole, gaz naturel, charbon…), le réchauffement climatique ou encore les catastrophes nucléaires, récemment sous les feux de la rampe médiatique, font clairement apparaître le modèle énergétique actuel comme non durable. Il est donc nécessaire d’engager une transition vers un modèle plus durable. Des solutions alternatives sont possibles comme un usage plus soutenu des énergies renouvelables. Le potentiel méditerranéen est considérable mais reste aujourd’hui largement sous exploité.

Pour aborder cette transition énergétique, nous avançons que l’innovation dans le domaine technique est nécessaire mais non suffisante. En effet, une action sur l’organisation économique et sociale ainsi que la mise en place de politiques publiques semblent indispensables. L’énergie est un facteur essentiel du développement économique et social des sociétés. Il semble donc difficile de dissocier le modèle énergétique d’une société, de son mode de développement économique et de ses réalités sociales.

Nous nous proposons de mettre en regard le discours des experts comme en témoignent les rapports nombreux du Plan Bleu, et les modalités d’action des acteurs publics et privés, en questionnant la façon dont les sociétés, au travers des acteurs institutionnels et privés, s’emparent de ces expertises pour mettre en œuvre des dispositifs étatiques et des stratégies d’entreprise. Nous verrons, par ailleurs, dans quelles mesures le durable est constitutif de marchés qui s’internationalisent.

Nous avons volontairement opté pour une étude comparative entre deux pays relativement pauvres en ressources fossiles, la Tunisie et le Maroc, et un pays dont la balance énergétique est largement excédentaire grâce aux hydrocarbures, l’Algérie. Le choix du Maghreb répond à l’exigence d’une cohérence régionale.

De plus, sa proximité avec l’Europe de l’Ouest sera l’occasion de questionnements autour des relations euro maghrébines. La recherche d’une meilleure maîtrise énergétique et le développement des énergies renouvelables figurent déjà parmi les six priorités du partenariat euro méditerranéen initié en 1995. Le dialogue euro méditerranéen sur l’énergie devra être largement pris en compte. Une attention portée aux actions entreprises dans le cadre euro méditerranéen est d’autant plus importante que des mégaprojets tels que DESERTEC prennent forme. Il s’agit d’un projet éco énergétique de grande envergure ayant pour objectif de créer un réseau interconnecté alimenté par des centrales solaires du Maroc à l’Arabie Saoudite et des câbles sous-marins à l’Europe. L’enjeu technologique et financier est énorme. Les énergies renouvelables, et en particulier le solaire, peuvent donc constituer un ciment pour les relations entre le Maghreb et l’Union Européenne.

Travailler sur cette transition énergétique suppose l’adoption d’une approche tant multiscalaire que systémique pour mieux saisir les enjeux spatiaux et relationnels qu’elle sous-tend. La question énergétique s’insère dans des champs de pouvoir et s’articule à différentes échelles (locale/régionale/globale). Elle questionne les rapports de force présents et futurs entre les pays du Maghreb comme entre le Maghreb et le reste du monde. Les logiques qui sous-tendent cette « transition énergétique » et/ou les impacts de ces dernières sur les sociétés conduisent à une redéfinition des équilibres régionaux, sociétaux et territoriaux. Cette étude nous permettra d’interroger la nouvelle géographie de la carte énergétique grâce à la mise en évidence, entre autres, des nouveaux sites de production. Un autre volet du développement durable est à mettre en évidence, le volet social, au travers d’une interrogation sur l’emploi.

En effet, l’exploitation de l’énergie solaire est potentiellement génératrice d’emplois. Le durable ne constituerait plus seulement un argument environnemental mais aussi social et économique fort. L’énergie solaire offre de nouvelles potentialités de développement en alliant croissance économique et durabilité.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Nadia BENALOUACHE

doctorante en géographie à l’université Aix-Marseille/université de Sfax. Sa thèse, sous la direction de Sylvie Daviet et Ali Bennasr, s’intitule « L’énergie solaire au Maghreb : acteurs, territoires et perspectives d’un modèle de développement plus durable ? ». Elle a rejoint l’équipe de l’IRMC en tant que boursière d’aide à la mobilité (BAM).

 

crédit cartographique : © Fondation Desertec

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Exode et migrations en Tunisie : quand la société civile se réveille

Au moment où l’Union Européenne s’alarme de l’arrivée de quelques milliers de jeunes tunisiens sur les côtes italiennes et déploie une « mission Frontex » pour combattre l’afflux de ces migrants économiques, la Tunisie accueille à bras ouverts plus de cent mille réfugiés de Libye en une dizaine de jours. C’est une situation exceptionnelle dans ce pays qui rappelle l’invasion italienne de la Libye, un siècle plus tôt, et l’exode massif qu’elle a engendré vers les pays frères voisins.

L’affaiblissement des institutions et les difficultés que rencontre la Tunisie pour dessiner un nouvel horizon politique ne l’ont pas empêchée de faire face avec efficacité et respect pour la dignité des personnes, à l’afflux massif de migrants originaires des quatre coins du monde, fuyant les violences du régime de Kadhafi.

Durant plus de dix jours, tandis que l’aide internationale tardait à arriver, la société tunisienne s’est mobilisée au niveau local d’abord, dans les régions de Ben Gardane et de Tataouine, pour apporter secours et assistance aux nouveaux arrivants.

Tandis que l’armée organisait le premier camp de réfugiés, les habitants des villages alentours ont amené spontanément de quoi nourrir et installer temporairement tant bien que mal ces étrangers sur place. Certains proposaient leurs véhicules pour conduire les arrivants de la frontière aux camps de Ras Jdir et de Choucha. Cet élan a rapidement été relayé dans tout le pays.

Nous avons été témoins de cette mobilisation massive sur les quelques 400 km de route qui nous ont conduit de Sousse à la frontière libyenne; dans la nuit du 4 au 5 mars, où nous avons croisé ou doublé une suite ininterrompue de voitures personnelles, de camionnettes et même de semi-remorques transportant des produits et matériels de première nécessité, répondant ainsi aux appels diffusés par les médias. A côté du Croissant rouge tunisien, des collectifs de solidarité ont émergé un peu partout dans le pays, au sein des entreprises, des quartiers, des écoles, des universités, des mosquées ou entre amis. Ils apportent non seulement des médicaments, des vivres et des couvertures mais ont également conduit de nombreux volontaires de différentes professions (médecins, infirmiers, étudiants en médecine, ingénieurs, secouristes…) ou de simples citoyens venus dans le seul but, parfois, de ramasser simplement les déchets qui s’accumulent. Ces véhicules arborent fièrement le drapeau tunisien devenu, après la Révolution, symbole de l’union, de la liberté retrouvée et de la force de tout un peuple. Des responsables du HCR, pourtant rompus à ce type de situations, nous disaient être impressionnés par la capacité déployée par les habitants de ce petit pays pour gérer une telle crise humanitaire. Cette forte mobilisation ne peut être comprise comme le seul fait d’un quelconque panarabisme. Si la solidarité avec le peuple libyen et sa révolution sont clairement revendiquées par les Tunisiens, le

soutien apporté ne s’établit pas sur la base de critères communautaires ou religieux. Les réfugiés ne sont pas des citoyens libyens, et les Tunisiens le savent ; ce sont des travailleurs migrants de toutes origines qui fuient les combats. Lors de notre passage dans la zone frontalière, les Égyptiens avaient presque tous quitté le camp pour laisser la place à des dizaines de milliers de Bengalais, de Soudanais, de Vietnamiens, et surtout d’Africains sub-sahariens.

La réaction spontanée de la population tunisienne est d’autant plus inattendue que les régimes autoritaires qui se sont succédé en Tunisie depuis l’indépendance n’ont jamais permis l’éclosion d’un tissu associatif indépendant ou d’acteurs solides de la société civile. Cela n’a pas facilité le développement, à large échelle, de traditions de volontariat et de travail humanitaire.

Il semble plutôt que cet engouement soit porté par l’élan révolutionnaire de ces derniers mois. La mobilisation sociale qui a permis le renversement du régime de Ben Ali et la mise en place progressive d’une nouvelle feuille de route vers la démocratie, par décisions gouvernementales et réajustements face aux vives réactions des manifestants à travers le pays (par exemple lors de la nomination des nouveaux préfets à la mi-février, dont 17 sur 24 étaient d’anciens RCDistes), semblent avoir développé un sens aigu des responsabilités collectives et la conviction que chacun a un véritable poids sur le cours de l’Histoire. Un volontaire sur place résumait ainsi cette nouvelle conscience citoyenne «[…] dans le passé, nous nous considérions comme des locataires dans notre propre pays, aujourd’hui nous nous sentons propriétaires et, désormais, nous prenons le destin du pays en main […] ».

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Hassan BOUBAKRI

Géographe, Université de Sousse

Swanie POTOT

Sociologue, CNRS-IRD

 

Crédit photographique : © AFP ; Yannis Behrakis – Reuters

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les inégalités socio-territoriales aux origines de la révolution tunisienne : défis du développement, enjeux pour la recherche

La révolution du 14 janvier a fait voler en éclats l’image d’Épinal dont bénéficiait la Tunisie jusque-là : modèle de réussite économique, de progrès social et de stabilité politique, une image savamment entretenue par le pouvoir en place et par ses soutiens internationaux !

Nul doute en tout cas que les bouleversements en cours, la force et la rapidité de leur irruption et de leur propagation à l’échelle du monde arabe contribuent non seulement à remettre en cause les modèles de développement qui ont guidé l’action des États et les politiques publiques dans la région, mais aussi à réinterroger certains schémas intellectuels qui ont dominé l’analyse des dynamiques socio-économiques et politiques des pays de la région.

A posteriori, Il est bien sûr aisé de déceler dans les vives tensions et les graves conflits qu’a connus la Tunisie au cours de la période récente (révolte du bassin minier de Redeyef en 2008, grèves sauvages et occupations d’usines, conflits pour l’eau et la terre, etc.) les signes annonciateurs de l’explosion sociale et populaire qui a conduit à la chute du régime. Mais ce regard rétrospectif sur les causes profondes de la Révolution tunisienne est désormais plus que nécessaire. Parmi celles-ci, l’aggravation des phénomènes d’exclusion sociale et les disparités territoriales croissantes qui ont accompagné les processus de développement, surtout depuis les deux dernières décennies, figurent au premier plan.

Des orientations de développement génératrices de sous-emploi et de chômage pour les jeunes diplômés

En effet, malgré une croissance soutenue au cours des années 1990 et une tendance à la diversification de l’économie (tertiarisation), la Tunisie fait face aujourd’hui à une crise majeure du secteur de l’emploi, accentuée par l’arrivée massive de jeunes diplômés, y compris une large proportion de femmes, sur le marché du travail. Ayant basé sa stratégie d’industrialisation sur le développement des entreprises exportatrices intensives en main-d’œuvre, la Tunisie a subi de plein fouet les répercussions de la conjoncture internationale liée à l’exacerbation des concurrences à l’échelle mondiale, avec pour conséquence, la disparition de milliers d’emplois industriels. L’économie tunisienne est restée largement dominée par des activités à faible valeur ajoutée, nécessitant un niveau de qualification peu élevé, et a continué de baser sa compétitivité sur la compression des coûts de la main d’œuvre, obtenue grâce à la mise au pas du syndicat. Ainsi, le développement de secteurs d’activités susceptibles d’absorber les jeunes diplômés, qui constituent aujourd’hui 60 % des nouveaux arrivants sur le marché du travail, est resté extrêmement limité (Banque Mondiale, 2011). Cette situation, ajoutée à la régression de l’emploi public et au problème de l’inadéquation entre emploi-formation, explique le taux de chômage élevé chez les jeunes diplômés et la montée des frustrations au sein de cette catégorie de population.

L’aggravation des inégalités régionales

Par ailleurs, une des caractéristiques majeures du développement en Tunisie est l’aggravation des inégalités régionales qui s’exprime notamment dans le double phénomène de métropolisation et de concentration des activités dans les régions littorales, situées à l’Est du pays (Belhedi, 1999), deux phénomènes qui n’ont fait que se renforcer avec l’extraversion croissante de l’économie. Le Nord-ouest de la Tunisie, mais surtout le Centre Ouest, où se sont déclenchées les révoltes populaires récentes, ainsi que le Sud, ont de manière générale peu profité des fruits de la croissance économique. Et au-delà des indicateurs globaux illustrant les performances du développement économique et humain en Tunisie, d’importantes inégalités persistent, voire s’aggravent, entre d’une part les régions intérieures et les zones littorales, d’autre part entre les zones rurales et les zones urbaines. Ces inégalités persistantes sont attestées par les principaux indicateurs de développement humain (conditions de vie, santé, éducation, emploi). Selon des chiffres rectifiés et publiés récemment par l’Office National de la Jeunesse, le taux de chômage parmi les jeunes (de 18-29 ans) est de 35 % dans la région du Centre Ouest, de 45 % dans le Nord-Ouest et de 50 % dans le Sud-Ouest, contre 26 % dans la région du centre Est et 30 % dans le Grand Tunis. Ce sont aussi les régions de l’Ouest de la Tunisie qui affichent les taux de pauvreté les plus élevées. L’enquête de l’INS (2005) sur la consommation et le niveau de vie des ménages classe les régions du Centre-Ouest et du Sud-Ouest comme les plus pauvres du pays avec un taux de pauvreté respectivement de 12,8 % et 5,5 % pour une

moyenne au niveau national de 3,8 %.

Marginalisation de l’agriculture dans les politiques d’aménagement du territoire

Les politiques d’aménagement du territoire mises en place de manière tardive, à la fin des années 80, dans l’objectif de corriger les disparités régionales, ainsi que les mesures incitatives pour favoriser l’implantation d’activités industrielles dans les zones rurales, se sont révélées peu efficaces en matière de création d’emplois pour les habitants des régions rurales ; alors que la part de l’agriculture dans les revenus des ménages ruraux n’a cessé de régresser.

Aujourd’hui l’agriculture ne contribue plus qu’à hauteur de 13 % au PIB et n’emploie plus que 16 % de la population active (contre 19 % pour l’industrie et 50 % pour les services). Cette régression apparaît comme une conséquence directe des processus d’ajustements structurels engagés dès la fin des années 80, du modèle d’insertion de l’économie et de l’agriculture tunisienne dans la mondialisation, qui s’est basé de manière importante sur la valorisation de ses avantages comparatifs et le développement des exportations. Dans ce contexte, la réallocation des ressources en faveur du secteur des grandes exploitations privées, la profonde transformation des conditions de l’activité agricole, notamment des conditions d’accès à la terre, à l’eau et au crédit, la hausse des coûts de production, l’endettement accru, mais aussi la dégradation des terres, contribuent à la marginalisation accélérée, voire à l’exclusion des petits agriculteurs, surtout dans le secteur de l’agriculture en sec. Aujourd’hui, une fraction importante des petites exploitations, dont le nombre n’a cessé d’augmenter en lien avec le morcellement des terres, n’est plus en mesure d’assurer la survie des ménages.

Elles deviennent principalement des espaces refuge pour les membres de la famille, y compris pour les jeunes ruraux diplômés au chômage, ce qui ne fait qu’augmenter la pression sur les revenus familiaux et exacerber les frustrations. Dans ces conditions, les stratégies de survie des populations défavorisées se sont appuyées de plus en plus sur le développement d’activités informelles, voire illégales (petit commerce), en particulier dans les zones transfrontalières (Algérie, Libye). Un rapport de la Banque Mondiale évalue la contribution du secteur informel à 38,4% du PIB et d’autres études estiment sa part à 40% dans la création de l’emploi non agricole.

Pour un renouveau des études du développement

Aujourd’hui, la question sociale, en particulier l’emploi, et celle du développement régional pèsent fortement sur les termes du débat politique en Tunisie et sur l’agenda de la transition. Dans un discours prononcé il ya quelques jours, l’actuel premier ministre a réaffirmé ces deux priorités et a annoncé une réorientation des choix budgétaires en faveur de la création d’emploi et du développement régional. De ce point de vue la Révolution tunisienne, qui apparaît comme la conséquence majeure de l’échec des politiques de libéralisation et des stratégies d’insertion à l’économie mondiale, ouvre sans aucun doute une étape nouvelle dans la réflexion sur les modèles de développement, et notamment sur la place du monde rural et de l’agriculture dans l’élaboration des modèles à venir. Cependant, le diagnostic présenté récemment par le Ministère du développement régional attribuant les difficultés du secteur agricole au maintien d’un secteur « traditionnel » en sec, pose d’ores et déjà la question des bases sociales du développement et des formes d’inscription de la Tunisie dans la mondialisation.

La période de bouleversement ouverte par la Révolution tunisienne et l’urgence des réponses à apporter à l’explosion des demandes sociales interpellent les chercheurs en sciences sociales. Leur responsabilité est fortement engagée et leur participation au débat sur les choix de société et les options en matière de développement est plus que jamais nécessaire. Alors que les études du développement sont tombées en désuétude depuis les années 1980 et qu’elles ont eu tendance à s’inscrire dans une approche économiciste des problématiques de l’intégration au processus de mondialisation, il apparaît plus qu’indispensable de réinscrire les questions du développement dans des approches holistes et interdisciplinaires du changement social.

C’est dans cette perspective globale du développement, considéré dans son caractère sociétal (Coméliau, 1993) et non pas seulement dans ses dimensions économiques qu’il convient en particulier d’intégrer l’approche des questions de l’exclusion sociale et de la pauvreté, le plus souvent réduites au traitement des coûts sociaux des réformes économiques. La renouvellement nos cadres d’analyse doit non seulement permettre de dépasser les cloisonnements disciplinaires qui ont caractérisé les recherches sur les pays du sud de la Méditerranée et du monde arabe, mais aussi les schémas binaires (Nord/Sud) dans lesquelles se sont inscrites assez largement les recherches en sciences sociales.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Alia GANA

Sociologue, CNRS/LADYSS, Paris

 

Crédit cartographique : © Giraud T. (CIST)

 

Références bibliographiques

Banque Mondiale. 5 janv. 2011 La croissance de l’économie tunisienne, une source d’emplois, http://web.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/ACCUEILEXTN/PAYSEXTN/MENAINFR ENCHEXT/TUNISIAINFRENCHEXTN/.

Belhedi Amor, 1999, « Les disparités spatiales en Tunisie : État des lieux et enjeux », Revue Méditerranée, n° 1-2, 63-72.

Coméliau Christian, 1993, « Pour un renouveau de l’étude du développement », in Tiers-Monde, tome 34, n° 135. La réhabilitation de la demande (sous la direction de Jean-Marc Fontaine), 687-701.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La brise des steppes sur… le littoral

Je ne peux m’empêcher, dans ce regard à chaud, de me retourner sur la propagation géographique du soulèvement du peuple tunisien pour se réapproprier sa liberté et sa parole. Faudrait-il rappeler que les foyers de départ de ce soulèvement du centre Ouest de la Tunisie correspondent aux gros bourgs ruraux «communalisés» dont la population varie de quelques milliers (Menzel Bou Zayane, Regueb…) à une dizaine de milliers d’habitants (Thala), ou encore servant de sièges régionaux du pouvoir central (Sidi Bouzid et Kasserine) qui ont fixé des dizaines de milliers de ruraux venus des campagnes environnantes depuis un demi siècle ? Pourquoi les populations de ces bourgs ont-ils pu entretenir la flamme de la révolte durant deux semaines avant que ne les rejoignent les populations des grandes villes littorales (Sfax en premier lieu, mais aussi Monastir, Nabeul et Sousse et surtout Tunis à la fin) ? Faudrait-il aussi rappeler que la Tunisie littorale, c’est-à-dire les deux tiers de la population tunisienne et les trois quarts des citadins, est restée à l’écart du soulèvement durant plus de deux semaines (entre le 17 décembre 2010 et le début du mois de janvier 2011) ?. Les instances locales et régionales de l’UGTT (Union Générale Tunisienne du Travail) des régions de Kasserine et Sidi Bouzid ont joué en réalité un rôle décisif dans l’allongement du souffle de la révolte. Ce sont également ces mêmes instances syndicales qui ont gagné l’adhésion des autres syndicats régionaux, surtout en direction du littoral et du Nord, et ont surtout fini par impliquer les instances dirigeantes de l’UGTT à Tunis. L’accélération de la contestation et son élargissement à la jeunesse et aux citadins du littoral, aux avocats, aux hospitalo-universitaires, aux étudiants et aux universitaires, dés les premiers jours de la nouvelle année, ont été déterminants dans son aboutissement. Si Sidi Bouzid et Kasserine sont généralement considérées comme l’arrière cours économique de la métropole sfaxienne, la mobilisation massive de celle-ci a apporté au soulèvement des steppes la force et l’ardeur nécessaires à son déferlement vers les villes littorales et en particulier vers le Grand Tunis. Peux-ton prétendre qu’il s’est agi là de l’une des rares occasions historiques où peuples de l’intérieur et populations du littoral, où paysans et citadins, se sont retrouvés réunis dans une même entreprise révolutionnaire ? Cette révolution n’a pas uniquement rapproché, pour un moment, des mondes géographiques distants, pour ne pas dire opposés, mais a aussi réuni des mondes sociaux et professionnels aussi différents que les jeunes, les chômeurs, les professions libérales, les fonctionnaires, les syndicalistes…etc. La question reste vigoureusement posée quant à l’attitude, et à la réaction, non seulement aujourd’hui mais aussi sur le cours et le moyen terme, de deux autres catégories de la population : les milieux d’affaires et, surtout, les bénéficiaires, directement ou indirectement, des avantages et de la rente générés par l’ancien régime?

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Hassan BOUBAKRI

Géographe, université de Sousse

 

Crédit photographique : ©Fathi Belaïd – AFP

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook