Archives de catégorie : Géographie

La mondialisation des pauvres loin de Wall Street et de Davos ?

Invité du séminaire 2018-2019 organisé par Betty Rouland sur la thématique « Migrations, mobilités et circulations intra-africaines : savoirs, critiques et méthodes », Olivier Pliez présentait le 14 mars 2019 à l’IRMC ses travaux dans une séance intitulée « La mondialisation des pauvres » en référence à son ouvrage récemment paru 1.

Il s’agissait pour lui de présenter un des mécanismes de la mondialisation dite par le bas et de changer de prisme par rapport à l’intervention de Sophie Bessis, faite quelques semaines auparavant dans le cadre du même séminaire 2. Olivier Pliez présente cela comme une approche géographique de la globalisation ou mondialisation des routes et des marchés, autrement dit par les « routes discrètes de la mondialisation ».

Pensée à destination des étudiants et des doctorants, cette présentation s’articulait en deux points : une réflexion à propos de la mondialisation et un exposé des enquêtes et des pratiques des chercheurs ayant participé à cette réflexion.

La mondialisation en question

La mondialisation est assimilée par le sens commun à la Chine, comme une mondialisation économique uniquement opérée par les grandes compagnies internationales. C’est une mondialisation des flux, à l’image de ce qu’illustrent les cartes du monde des classes de terminale montrant les grands pays, les flèches schématisant les flux, etc. Cette représentation et le vocabulaire qui va avec n’est qu’une vision parcellaire de la mondialisation, vue par un prisme très hiérarchique.

C’est également la vision des réseaux, tels que le commerce international, qui est une chaîne de valeurs globales et des inégalités avec des riches sur le haut de la pyramide et des pauvres en bas. Olivier Pliez explique qu’il ne s’est jamais posé la question du type de population sur lesquelles il travaillait, c’est-à-dire les « pauvres », le titre de l’ouvrage a d’ailleurs été choisi par son éditeur. La pyramide du système capitaliste est une représentation qui apparaît au XXe siècle et qui conceptualise la mondialisation des inégalités.

Progressivement apparaît une autre lecture à partir de celle-ci. Le « pauvre » devient la cible d’un marché global : ceux qui étaient considérés comme les laissés pour compte de la mondialisation au XXe siècle deviennent les cibles du marché globalisé du XXIe siècle. Il y a pourtant un potentiel plutôt limité et les frontières entre les catégories sociales sont plutôt poreuses.

Classiquement, on définit la mondialisation comme une multiplication croissante des flux, des espaces et des acteurs. Depuis les années 1990, des travaux ponctuels se multiplient pour saisir ce phénomène à l’échelle micro. Ce sont des lectures réticulaires à enrichir mais il faut également mettre en lumière ce que l’on ne voit pas. C’est tout le travail réalisé par certains chercheurs dont Olivier Pliez, notamment celui sur les « routes » à partir d’objets du quotidien. Il donne les exemples d’études menées sur les trajets de la papaye ou de la sandale en plastique. La méthodologie diffère peu d’une étude à l’autre, il s’agit de choisir les routes à suivre (toutes ou une partie). Ces méthodes permettent de mettre en évidence les mécanismes de la mondialisation au sein même de notre quotidien.

Les routes migratoires et la mondialisation économique

Si l’analyse des routes des objets n’est pas nouvelle, il s’agit pour Olivier Pliez de montrer que les routes de la mondialisation sont aussi celles des espaces de commerce comme les marchés, révélateurs des évolutions des routes migratoires. La ville et ses relations aux espaces en dehors de la ville trace les contours de ces routes.

Ses travaux débutent en Algérie dans les « souks libyens » et les « souks de Dubaï », notamment le souk libyen d’El Oued. Ce sont des places marchandes importantes dans les années 1990, avec des origines et des routes commerciales différentes. Il met en évidence la création de ces routes commerciales au début des années 1950, notamment depuis Koufra en Libye, et la création de petits marchés dans les villes tout au long des routes migratoires.

© alouadesouf.canalblog.com

Il compare deux de ses études aux contextes radicalement différents et aux dynamiques similaires : les enquêtes ponctuelles, tournant autour de la question « où vous retrouvez-vous lorsque vous allez dans telle ou telle ville ? », ont pour objectif de reconstituer les routes marchandes. L’exemple de son étude récente et celles entre la Libye et l’Egypte. Olivier Pliez de citer « une rue est une portion d’une route transnationale ». À la frontière égyptienne, la route devient une rue de village sur laquelle les marchés vont et viennent, les trajectoires des migrants s’inscrivent dans les routes commerciales transnationales. Sur ces rues, sur ces routes, on entend parler de Dubaï, de la Chine, etc.

La mondialisation par le bas est une question que les sociologues ont commencé à explorer en 1973 avec la « crise économique » : c’est une crise pour les pays consommateurs de pétrole, une chance pour les pays exportateurs de pétrole. Avant cette crise, les routes commerciales et les routes migratoires de travail étaient vues uniquement du Sud vers le Nord. C’est donc à partir de 1973 qu’on commence à s’interroger sur les autres routes migratoires et qu’émerge la notion de « migration de cabas ». De fait, sorties de l’Europe dans les années 1980-1990, les places marchandes se délocalisent à Istanbul.

Aujourd’hui Istanbul et ses routes migratoires existent toujours mais depuis, Dubaï a émergé, mais aussi Djeddah en Arabie Saoudite, et d’autres lieux. Ce sont des entrepreneurs transnationaux qui participent à ces routes marchandes, ils ne font pas partie des grandes entreprises internationales, ils sont à part.

Conclusion

Elles sont désormais en Asie du Sud- Est et la plupart des routes sont de fait Sud-Sud. La Méditerranée de l’échange s’est élargie progressivement et aujourd’hui elle s’étend jusqu’en Asie. Olivier Pliez explique qu’à l’heure actuelle les routes arrivent à Yiwu en Chine. C’est le plus important marché de gros de Chine, et donc du monde. Le développement de la Chine permet aujourd’hui une grande connectivité de Yiwu avec le reste du territoire (2h de train depuis Shanghai) et donc le reste du monde.

C’est la place forte des routes migratoires et les quartiers de Yiwu sont internationaux et Sud-Sud. Il y a un même quartier dit « arabe », avec ses mosquées, des écoles de traduction, des intermédiaires pour parler, faire affaire, visiter, manger, etc. Les migrants internationaux ne sont plus de passage, ils s’installent, ils épousent des chinoises, leurs enfants sont binationaux, etc.

C’est une internationalisation par étapes qui se fait sans qu’on ne puisse prédire qu’elle sera la prochaine place forte du commerce et des routes migratoires.

Manon Rousselle

Pour citer ce billet : Manon Rousselle, «La mondialisation des pauvres loin de Wall Street et de Davos ?», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2230.

1. Armelle CHOPIN, Olivier PLIEZ, La Mondialisation des pauvres. Loin de Wall Street et de Davos, Seuil, 2018, Paris, 128 p.

2. Séance du 28 février 2019 à l’IRMC, « Diplomatie et coopération entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne depuis l’Indépendance jusqu’à aujourd’hui » par Sophie Bessis.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Soins transfrontaliers en santé reproductive au Maghreb : Un paysage reproductif en devenir ?

Le projet « Soins transfrontaliers en santé reproductive au Maghreb : un paysage reproductif en devenir » (Cross Border Reproductive Care in the Maghreb (CRBC) : an emerging reproscape ?) s’implante à l’IRMC en tant que projet collaboratif de recherche. Ce projet est financé pour un an dans le cadre de l’initiative “Seed Money for Cooperation with Mediterranean countries” hébergée par la Haute École de Santé de Suisse Occidentale (HESSO) en tant que the Leading House (LH) pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (MENA).

La valorisation de ce projet se fera par le biais d’au moins une publication collective (numéro thématique d’une revue), de l’organisation de plusieurs workshops de l’équipe CBRC en Tunisie et en Europe ainsi qu’en participant à différentes conférences. Deux workshops, en partenariat avec les professionnels de la santé, qui ont collaboré avec les membres du projet, sont également prévus à Tunis et à Sfax afin d’encourager le transfert de connaissances. Au-delà de l’apport heuristique d’une telle recherche, il s’agit aussi de pérenniser un tout nouveau réseau de chercheur(e)s et de s’orienter vers une société inclusive qui permet plus de dialogue et qui collabore avec les acteurs privés.

Résumé du projet et
caractéristiques

Le projet réunit une équipe transdisciplinaire de huit personnes et établit les bases d’une recherche sur un sujet pionnier, la Procréation médicalement assistée (PMA), qui n’a encore jamais été étudiée au Maghreb. Un secteur de fait peu discuté, bien que de nombreuses cliniques pour l’infertilité existent dans la région depuis les années 1980. En Tunisie, le système privé de santé s’est beaucoup développé au cours de ces dix dernières années et notamment le réseau des cliniques qui offrent l’assistance médicale à la procréation (Belhassen, 2018 ; Ghorbal, 2016). Fortement liée à l’augmentation des patients en provenance des autres pays du Maghreb et d’Afrique subsaharienne (Rouland 2018 ; Lautier 2005, 2013), l’étude des soins transfrontaliers en santé reproductive en Tunisie constitue une approche originale permettant d’observer des processus renforcés par des mobilités intra-régionales et transnationales qui s’inscrivent dans une perspective Sud- Sud. Il s’agit, avec ce projet, de développer une étude au croisement de multiples débats en sciences sociales (surtout concernant les paradigmes bio et mobility) mais également d’inscrire ces débats dans la région du Maghreb.

Ce projet de recherche se caractérise par la nature pionnière de la thématique des soins transnationaux en santé reproductive au Maghreb. L’idée est de créer un réseau de recherche autour de ces questions médicales et ce, des deux côtés de la Méditerranée. Sa mise en place s’effectue notamment par la réunion de l’équipe transdisciplinaire avec trois workshops sur l’année. Une autre caractéristique fondamentale de ce projet réside dans la nature appliquée de la recherche qui pourra contribuer aux politiques des acteurs locaux, sur la base de données inédites et solides.

Les porteuses du projet

Irène MAFFI, professeure d’anthropologie sociale à l’Institut des sciences sociales de l’Université de Lausanne. Spécialiste du monde arabe, Soins transfrontaliers en santé reproductive au Maghreb : Un paysage reproductif en devenir ? Programme de recherche 10 Bulletin trimestriel n° 23 janvier-avril 2019 elle a mené ses recherches dans deux domaines : l’anthropologie politique et l’anthropologie de la reproduction. Elle est l’auteure de Pratiques du patrimoine et politiques de la mémoire en Jordanie. Entre récit dynastique et narration communautaire (2004), de Women, Health and the State in the Middle East. The politics and culture of childbirth in Jordan (2012) et a co-dirigé avec Rami Daher The Politics & Practices of Cultural Heritage in the Arab World: Positioning the Material Past in Contemporary Societies (2014). Ses derniers articles explorent la santé et les droits sexuels et reproductifs ainsi que la transformation de la famille en Tunisie après la révolution de 2011. Elle prépare un ouvrage sur les pratiques de l’avortement et de la contraception en Tunisie, qui devrait être publié en 2019.

Betty ROULAND, géographe, chercheure MEAE en post-doctorat à l’IRMC. Ses recherches portent sur le triptyque « migrations, mondialisation, santé » de part et d’autre de la Méditerranée. Dans le cadre de son programme de recherche « Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ? », ses travaux s’articulent autour de trois axes intrinsèques : (1) Développement du secteur privé de santé et patientèle étrangère en Tunisie ; (2) Figures migratoires émergentes, mobilités régionales et espaces de circulations dans le Maghreb post-révolution ; (3) Processus de régionalisation, transnationalisme et mondialisation au prisme des mobilités et des circulations dites médicales dans une perspective « Sud-Sud ».

L’équipe CBRC

Malika AFFES a obtenu son diplôme de sage-femme en 1991 à l’école de santé de Tunis et c’est par l’exercice de ce métier qu’elle a ressenti le besoin de promouvoir la santé sexuelle et reproductive. Responsable d’une unité de planning familial au sein de l’hôpital universitaire de La Rabta de Tunis jusqu’à l’été 2017, elle a participé à des travaux dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive (« Gynuity health project ») et a eu l’occasion de collaborer avec Irène Maffi sur la thématique de « La contraception et l’IVG en Tunisie », collaboration qui a abouti à la co-écriture d’un article paru dans L’Année du Maghreb intitulé « Institutions médicales, loi et itinéraires thérapeutiques des femmes après la révolution ». Active dans deux associations tunisiennes s’intéressant à la santé des femmes : le groupe Tawhida Ben Cheikh et la Société tunisienne pour l’étude de la ménopause, elle travaille actuellement à l’hôpital universitaire Mongi Slim de La Marsa au service de consultation prénatale.

Mohamed-Lamine BENAYACHE,
étudiant en sixième année de pharmacie à l’Université Claude Bernard – Lyon I ainsi qu’en Master 2 de Géographie de la santé à l’Université Paris-X Nanterre. Ses champs d’intérêts recouvrent la santé publique et plus particulièrement la thématique des inégalités sociospatiales d’accès aux soins. Après une année hospitalo-universitaire entre la France, le Liban et la Jordanie ainsi qu’une expérience en management de projet chez un éditeur de presse Programme de recherche Bulletin trimestriel n° 23 janvier-avril 2019 11 médicale spécialisée, il contribue désormais au projet CBRC et est en accueil scientifique à l’IRMC.

Simon BOUHOUR, diplômé du master de l’IEP de Toulouse « Politique, Discriminations, Genre », il a diverses expériences professionnelles et associatives en milieu scolaire sur l’éducation affective et sexuelle, sur la prévention du sexisme et de l’homophobie, mais également auprès d’associations de défenses des droits des migrants et de défense des droits des femmes notamment en territoire palestinien.

Imen JAOUADI, titulaire d’une thèse de doctorat en Sciences économiques (économie de la santé) de la Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de Tunis, elle a enseigné à l’INSAT (2001- 2005) en tant qu’assistante puis en tant que maître assistante à l’ISCCB (Université de Carthage) depuis 2011 jusqu’à aujourd’hui. Elle a rejoint l’OMS, bureau de la Tunisie, en tant que responsable nationale de programme pour le projet Optimize (2010 à 2012).


Elle a également participé au dialogue sociétal pour les politiques, stratégies et plans de santé en Tunisie en partenariat avec le ministère de la Santé pendant 2 ans, en tant que gestionnaire, formateur, co-auteure des différents rapports du dialogue sociétal et du livre blanc pour la réforme de santé. Elle a occupé le poste de directrice du CeFIR (Centre de la formation internationale et de la recherche) de l’ONFP (Office national de la famille et de la population) du ministère de la Santé de décembre 2015 à septembre 2016. Ses travaux portent sur la chaîne logistique des vaccins, l’accès au système de santé en Tunisie, la réforme du système de santé, les déterminants sociaux de la santé, les inégalités de santé, l’accès aux soins des migrants et la gouvernance du financement du système de santé.

Angèle MENDY, chercheure postdoc en sociologie de la santé et des migrations à l’Université de Lausanne, elle a été auparavant chercheure boursière à l’International Migration Institute (Oxford). Titulaire d’une thèse en sciences sociales, précédée d’un Master en « Globalization and social regulation » des universités de Genève et Lausanne ainsi qu’un master en sociologie de la santé de l’Université de Saint Louis du Sénégal. Son domaine de recherche se concentre sur les migrations et mobilités internationales des professionnels de santé et le fonctionnement des systèmes de santé dans les pays en voie de développement.

Dounia SAADI, titulaire d’une licence en anthropologie sociale et culturelle de l’institut des sciences sociales et humaines de Tunis en 2017 et inscrite en deuxième année de master dans la même spécialité. Elle s’intéresse à la recherche en anthropologie médicale en général et à la thématique de la reproduction en particulier. Elle a travaillé, dans le cadre de son mémoire de licence, sur l’expression de la douleur de l’accouchement chez les parturientes tunisiennes d’un point de vue anthropologique et compte étudier les rapports conjugaux impactés par le recours à la PMA, dans le cadre de son mémoire de master. Elle a occupé le poste de chargé du recrutement et formatrice des nouveaux bénévoles intervenant dans les hôpitaux tunisiens pour fournir une aide psychologique aux malades hospitalisés, de mars 2017 à mars 2018. Elle fait maintenant partie des étudiants accueillis dans le cadre du projet CBCR.

Etat d’avancement du projet

Le premier workshop du projet s’est tenu en septembre 2018 et a permis d’identifier les axes de recherche de chaque chercheur et les perspectives à explorer. Les 29 et 30 septembre, l’équipe incluant Malika Affes, Simon Bouhour (en visio-conférence), Ibtissem Ben Dridi, Imen Jaouadi, Irene Maffi, Angèle Mendy, Betty Rouland et Dounia Saadi s’est réunie à l’IRMC, dans un atelier permettant de discuter du projet en se focalisant sur ses présupposés théoriques et méthodologiques ainsi que sur ses aspects pratiques et organisationnels. Chaque membre de l’équipe a expliqué la manière dont elle/il entend contribuer à sa réalisation et comment elle/il entend collaborer avec les autres chercheurs pendant les différentes phases de l’enquête. Les deux étudiants de master de l’équipe ont présenté leurs projets individuels qui seront inclus dans la recherche commune. Les chercheures expérimentées de l’équipe leur garantiront leur soutien et encadrement lors de la réalisation de l’enquête et de la rédaction du mémoire final.

Les aspects éthiques de la recherche, l’accès aux cliniques privées et aux cabinets des médecins ont aussi été abordés de manière exhaustive afin d’identifier les figures professionnelles clés dans le domaine de la PMA ainsi que les organisations, les événements et les lieux où commencer le terrain en Tunisie. Deux textes centraux sur le thème des soins transfrontaliers en santé reproductive ont été analysés en profondeur par les membres de l’équipe afin d’identifier les axes de recherche développés dans la littérature portant sur d’autres aires géographiques. Une grande partie du second jour du workshop a été consacrée à l’élaboration du questionnaire à faire compléter par les patients infertiles qui ont recours aux soins en santé reproductive en Tunisie de manière à intégrer les intérêts interdisciplinaires de toutes les chercheurs qui prennent part au projet. De manière générale, les discussions et les réflexions communes ont été très fructueuses et un bon esprit de collaboration inter-disciplinaire a caractérisé les échanges.

Les 13 et 14 avril derniers, le workshop de mi-parcours s’est également tenu à l’IRMC, intégrant des invités de choix, dont Trudie Gerrits de l’Université d’Amsterdam, spécialiste de la PMA au Ghana ainsi que Atf Gherissi, professeure assistante à l’Ecole supérieure des sciences et techniques de l’Université Al-Manar de Tunis, sociologue et Maître de conférences en sociologie à l’Université de Sfax.

Par ailleurs, Betty Rouland est allée présenter le projet à l’University of West England le 1er février 2019 lors d’une conférence intitulée « Human Reproduction Study Group Winter Event. Critically Mapping Cross-Border Reproduction ». Cette intervention a permis de présenter les premières observations faites auprès des professionnels de la santé reproductive dans les cliniques privées de Tunisie (Tunis et Sfax).

Betty Rouland

Sources
https://cbrcma.hypotheses.org/
http://www.uva.nl/profiel/g/e/g.j.e.gerrits/g.j.e.gerrits.html?1550242083701
https://www.researchgate.net/profile/Fr
ancine_Tinsa

Pour citer ce billet : Betty Rouland, «Soins transfrontaliers en santé reproductive au Maghreb : Un paysage reproductif en devenir ?», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2287.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Dynamiques et enjeux régionaux du conflit libyen depuis 2014

Dans le cadre de la rédaction d’un mémoire de recherche à l’Institut français de Géopolitique, nous avons travaillé depuis septembre 2017 sur les dynamiques et les enjeux régionaux du conflit libyen. Il est question d’analyser les causes socio-politiques et économiques de la deuxième guerre civile libyenne et de déterminer dans quelles mesures ce conflit, initialement intra-étatique, est à appréhender selon un ensemble régional plus large. L’intérêt de ce sujet est également de voir comment cette conjoncture a mené les pays régionaux à se greffer à la guerre civile libyenne, tentant alors d’imposer des stratégies sécuritaires, de pouvoir et d’influence aux acteurs libyens.

Afin de comprendre ces processus transnationaux, il s’agit de s’intéresser au rôle des pays ayant une frontière commune avec la Libye : l’Algérie, la Tunisie, le Niger, le Tchad, le Soudan et l’Égypte. L’extension de la dimension régionale à certains pays du Golfe comme le Qatar, les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et la Turquie nous permet d’une part de comprendre l’intérêt et l’enjeu que représente la Libye pour des pays plus éloignés et d’autre part d’étudier la construction de stratégies à différents ordres de grandeur.

Outre les lectures effectuées pour mener à bien ce mémoire, deux enquêtes de terrains ont nourri notre étude : l’une en Égypte (deux semaines), l’autre en Tunisie (deux semaines) où nous avons été reçue en accueil scientifique à l’IRMC. Ces voyages ont permis de mener des entretiens avec des citoyens libyens, chercheurs, militaires, diplomates et journalistes. Ce choix a représenté une solution au fait qu’il n’ait pas été possible de se rendre en Libye dû à la situation sécuritaire actuelle.

Notre objet de recherche est fondé sur l’hypothèse que, les dynamiques du conflit libyen, initialement intraétatiques, dépendent désormais des enjeux des acteurs régionaux. Lesquels enjeux sont eux-mêmes générés par les manières de voir, les manières de penser ainsi que les intérêts stratégiques des différents acteurs.

Dans le cadre de cette étude sur les représentations et les enjeux régionaux du conflit libyen, un raisonnement géographique établi selon différents niveaux d’analyses est nécessaire : l’analyse diatopique nous a permis de construire une réflexion selon différents ensembles géographiques de différents ordres de grandeurs afin de mettre en valeur l’intensité de l’interdépendance sécuritaire de pays appartenant à une même région. Par ailleurs, une observation diachronique est primordiale pour comprendre les points de vue de chaque protagoniste et pour déceler les enjeux liés à ce conflit : cette étude, se fonde sur un raisonnement historique afin de saisir les aspects contemporains et de déterminer les rivalités de pouvoirs en présence.

À partir de 2014, le conflit se transforme de plus en plus en apparence comme une ou des guerres par procuration. Cette thématique, nous a amené à aborder les aspects historiques, socio-culturels, anthropologiques et géographiques afin d’éclaircir les données géopolitiques du conflit actuel. Bien que le conflit libyen puisse être envisagé à travers le prisme d’une « guerre par procuration », cette considération ne permet pas de mettre en évidence toute la complexité de la situation. D’une part, la multitude des acteurs – tant à l’échelle régionale que locale – , les stratégies et les objectifs que les uns et les autres tentent de poursuivre, l’absence d’institutions, le vide idéologique qui a succédé à la guerre froide – à l’exception peut-être des islamistes – empêchent d’avoir une vision claire des antagonismes. On a plutôt l’impression d’un jeu permanent d’alliances et de contres alliances, de tactiques évoluant en fonction des intérêts du moment, que de stratégies ou d’antagonismes idéologiques clairement définis. Ce pragmatisme conjoncturel, la difficulté des acteurs extérieurs à établir des alliances stables, à l’échelon local, tout cela, donne l’impression d’un retour aux seigneurs de guerre. Tout en maintenant notre intérêt pour la notion de guerre par procuration, nous nous sommes intéressés à la manière dont les acteurs eux-mêmes envisagent le conflit, à la notion de menace, ainsi qu’aux pratiques relevant tout de même de l’ingérence ou de la guerre indirecte.

On assiste, durant la période postprintemps arabe, à une polarisation des rivalités politiques et sociales intralibyennes. Aussi, analyser le déroulement des bouleversements de la sphère politique permet de dépeindre le tableau d’une société libyenne fragmentée : l’année 2014 qui devait annoncer pour le pays la fin d’une période transitoire prolonge finalement et intensifie le processus de rupture (présence de deux gouvernements) engagé à la suite des évènements de 2011. Les antagonismes issus du printemps arabe libyen semblent toujours structurer les dynamiques politiques et les animosités au sein du corps social. Certes, les configurations et les mécanismes ont évolué, cependant, les divergences des représentations et des intérêts participent à polariser les rivalités au sein du territoire libyen. Les dynamiques relatives à la sphère politique de 2014 à 2018 ne nous permettent de saisir que partiellement la complexité de la fragmentation des représentations et des intérêts du champ social qui semble profondément marqué par un retour aux identités primaires et à une forte « milicisation ». En effet, le territoire incarne un enjeu primordial et génère de multiples conflits au sein de la guerre civile : l’effondrement de l’économie en Libye participe à consolider une économie parallèle à travers l’emploi des routes ancestrales du commerce caravanier qui traversaient le Nord de l’Afrique. Aussi, les rivalités de pouvoir sont exacerbées par la volonté de certains groupes de dominer les aires stratégiques du commerce de produits de contrebande dans le pays et aux frontières.

Notre étude s’intéresse, dans un second temps, à l’intensité de l’interdépendance sécuritaire entre les différents acteurs de la région. Il s’agit de démontrer qu’un conflit intraétatique, celui de la Libye, engendre nécessairement un ensemble de conséquences transfrontalières, il s’agit donc d’étudier un conflit intraétatique dans sa dimension régionale. Quels sont les enjeux sécuritaires générés par le conflit libyen pour les pays frontaliers et comment ces derniers réagissent-ils face à la menace ?

Il est question d’entrevoir les corrélations existantes entre la présence de mouvements jihadistes, notamment l’Organisation de l’État islamique en Libye et les problématiques sécuritaires que cela peut engendrer pour les pays frontaliers. De plus, la faiblesse du gouvernement libyen face au poids des milices, les inimitiés tribales relatives au contrôle du territoire et la situation économique en Libye sont des éléments ayant, d’une part, favorisé la dispersion en grande quantité d’armes de petit calibre et d’artillerie lourde sur le territoire et, d’autre part, encouragé la déstabilisation de la région. Nous nous intéressons dès lors à montrer comment l’ensemble régional interagit, participe et s’enchevêtre dans les dynamiques sécuritaires libyennes. Les différentes réactions des pays voisins face à la menace libyenne sont finalement à appréhender à travers l’analyse des ressorts socio-politiques et économiques internes propres à chacun, bien que les positions de chaque pays voisin soient biaisées par l’existence d’une frontière commune avec la Libye. Ces multiples représentations mènent de facto la plupart des gouvernements étrangers à se positionner en faveur de quelques groupes libyens créant ainsi des alliances de convenances animées par des stratégies communes mais des intérêts divergents.

© kapitalis.com/tunisie/2016

Nous nous sommes finalement intéressée aux enjeux menant certains pays plus éloignés géographiquement, à s’investir dans le conflit libyen : l’implication de quelques pays du Golfe (Émirats arabes unis, Qatar) ainsi que de la Turquie dans le tumulte libyen révèle l’importance du domaine idéologico-religieux. L’implication, directe ou indirecte, de ces acteurs dans le conflit est animée par une divergence des représentations quant à la perception de la menace : l’Islam politique est un élément qui, depuis les printemps arabes, incarne un facteur d’instabilité pour certains gouvernements ou apparaît comme un modèle pour d’autres et mène de facto les États de la région à se positionner et à nouer des alliances.

Notre analyse tend tout de même à relativiser l’enjeu que représente ce champ idéologico-religieux : l’implication de ces puissances étatiques en Libye relève finalement plus d’un jeu de puissance à travers la recherche du meilleur positionnement stratégique (obtenir les marchés de reconstruction et des positionnements militaires pour un accès aux mers). Le conflit libyen apparaît être un terrain d’affrontement pour ces pays qui cherchent à s’imposer et à étendre leur influence à travers le soutien de certains acteurs libyens. Il s’agit d’étudier les nouvelles dynamiques qui relèvent d’un jeu d’affrontements idéologiques et stratégiques et procèdent à un bouleversement des alliances au Proche et au Moyen- Orient. Par ailleurs, il est question de comprendre que la Libye n’est qu’un terrain de plus permettant aux puissances régionales de s’affronter indirectement et de créer un environnement qui leur est favorable donnant ainsi lieu à des ingérences.

© atoo.ci/2017

Soraya Rahem
Étudiante en Master à l’institut français de géopolitique

Pour citer ce billet : Soraya Rahem, «Dynamiques et enjeux régionaux du conflit libyen depuis 2014», Le Carnet de l’IRMC, N° 22, avril-octobre 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2254.

 

 

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les Entreprises tunisiennes en Libye dans un contexte de crise : une nécessaire et difficile adaptation

Avant l’épisode du Printemps arabe qui provoqua la chute des dictateurs Ben Ali et Kadhafi en 2011, les échanges économiques entre la Tunisie et la Libye étaient croissants, au point que la Libye était le principal partenaire commercial africain de la république tunisienne.

La Libye constituait en effet un débouché de choix pour les entreprises tunisiennes trouvant le marché national trop exiguë : la proximité géographique permettait la rapidité ainsi que la fluidité des échanges, le pays était dépendant de ses importations au niveau agricole et industriel (l’économie libyenne étant complètement dépendante de l’exportation d’hydrocarbures) et le pouvoir d’achat des Libyens était relativement important.

La Tunisie exportait chez son voisin principalement des produits alimentaires, des biens de consommation ainsi que des matériaux de construction et importait du pétrole à tarif préférentiel. Près de 200 000 Tunisiens travaillaient en outre en Libye avant la révolution. La forte demande en main d’oeuvre et le faible coût de la vie rendaient le pays attractif pour les ouvriers et techniciens tunisiens.

Les entreprises tunisiennes que nous avons pu rencontrer pendant notre terrain à Tunis considèrent unanimement qu’il était très simple de commercer avec la Libye : les démarches administratives étaient peu nombreuses, les Libyens payaient comptant et acheminaient leurs marchandises parfois eux-mêmes. L’essence était en effet quasi-gratuite sous Kadhafi, ce qui permettait aux transporteurs libyens de faire l’aller-retour entre la Tunisie et la Libye à moindre frais. La route reliant les deux pays était, avant le printemps arabe, souvent encombrée de camions libyens venant chercher leurs marchandises.

Il était en revanche primordial de trouver un partenaire ou un agent de  liaison libyen pour s’implanter sur le marché. L’aval de ces derniers restait nécessaire pour distribuer la marchandise légalement. La Libye était et demeure en effet un pays qui fonctionne bien plus par le réseautage et les connaissances que par les institutions, et pénétrer le pays sans un agent libyen s’avère impossible.

Il est important de rappeler qu’il existe en parallèle de ces échanges officiels un commerce informel intense entre les deux pays, dont la « capitale » est Ben Gardane. Ce trafic, s’insérant dans un système d’échange mondialisé, fait vivre les populations des régions frontalières tunisienne comme libyenne qui peuvent ainsi acheter des biens de consommations à moindre frais. Les échanges illégaux sont sans doute plus important que les échanges formels entre la Tunisie et la Libye et ont, comme ces derniers, subi des modifications et des contrariétés importantes depuis la crise libyenne.

Le conflit civil libyen et son impact sur les entreprises tunisiennes

La guerre civile libyenne de 2011 a impacté très négativement les entreprises tunisiennes présentes sur le territoire libyen.

Considérée par certains dirigeants d’entreprises tunisiens comme un « eldorado », la Libye devint un pays inadéquat aux affaires une fois la révolte contre le colonel Kadhafi entamée. La quasi-totalité des usines tunisiennes présentes dans le pays durent fermer et leur personnel fut rapatrié en raison des risques sécuritaires majeurs. Le Groupe agroalimentaire Poulina, qui possédait 13 usines en Libye dut en 2011 cesser ses activités dans le pays. De nombreux bâtiments de la holding furent saccagés et du matériel de valeur volé (ordinateurs, voitures…).

Les exportations tunisiennes vers son voisin oriental diminuèrent elles aussi drastiquement pendant la révolution, et ce dans tous les secteurs en raison du chaos sévissant à la frontière.

Le secteur bancaire fut lui aussi touché par le conflit et ses contrecoups. Pour la Banque Tuniso-Libyenne (BTL), le conflit libyen eut un impact énorme sur son activité. Banque d’investissement fondée en 1984 devenue banque commerciale en 2005, la BTL s’est dès sa naissance, spécialisée dans les relations commerciales avec le Libye. La crise de 2011 a provoqué une baisse de ses commissions de 70 %, ce qui aurait pu lui être fatal. Pour survivre, la banque a dû renforcer son implantation en Tunisie ainsi qu’à l’international, en Algérie notamment.

L’activité économique entre les deux pays reprit péniblement entre 2012 et 2014 avant de subir un nouveau coup dur avec le début du second conflit civil libyen entre le gouvernement de Tobrouk (Est), le gouvernement de Tripoli et le gouvernement d’union nationale dirigé par Fayez el-Sarraj.

La Libye entra alors dans une économie de guerre, ce qui eut une importante incidence sur ses importations. À l’heure actuelle, la Tunisie n’y exporte quasiment plus que de la nourriture, des médicaments et d’autres produits de première nécessité (draps, couettes…).

Pourtant, certaines entreprises tunisiennes avaient osé s’implanter en Libye en 2012, une fois la révolution contre Kadhafi achevée. C’est le cas du groupe Novadis, société familiale spécialisée dans l’importation de linge de maison et de produits d’arts de la table européens. Alors partenaire de l’enseigne de distribution française Monoprix qui en 2012 ouvrit deux magasins en Libye, le groupe Novadis en profita pour réaliser plusieurs exportations qui furent concluantes, le marché libyen étant peu concurrentiel et à fort potentiel. L’entreprise avait en effet remporté un quasi monopole grâce au partenariat réalisé avec Monoprix.

Malgré une demande importante et croissante, l’aventure libyenne prît brutalement fin pour le groupe Novadis en 2014 en raison de l’insécurité causée par l’éclatement de la deuxième guerre civile libyenne. Cet arrêt brutal porta un coup dur à l’entreprise dirigé par M. Dahmani ainsi qu’à bien d’autres, qui n’étaient pas préparés à une nouvelle crise. L’arrêt des exportations sur le marché libyen contraignit les sociétés tunisiennes à modifier leur business plan et à adopter des stratégies nouvelles afin de contrebalancer les pertes subies en Libye.

Mais la Libye important quasi exclusivement des produits alimentaires en quantités conséquentes, les entreprises agroalimentaires tunisiennes y ont donc encore leur place malgré les risques et le délitement de l’économie du pays.

L’entreprise Épi d’Or, fabricant de pâte et de semoule réalise par exemple un chiffre d’affaire grandissant en Libye. La demande libyenne concernant les pâtes est en effet colossale : en plus d’alimenter le marché local, une partie de la production est ensuite revendue en Afrique subsaharienne (Tchad, etc.) en transitant par le Fezzan. La Libye importe ainsi chaque année plus de pâtes qu’elle n’en consomme.

Épi d’Or parvient à mener malgré la crise une stratégie de croissance quantitative, augmentant ainsi ses volumes d’exportations en Libye chaque année. Les commandes affluent et ce sont des centaines de tonnes de pâtes acheminés par des centaines de camions qui transitent entre les deux pays. Au total, Épi d’Or réalise près de 40 % de ses exportations à l’étranger rien qu’en Libye !

L’implantation d’une usine dans le pays était même à l’étude à la fin des années 2000 mais le projet fut avorté en raison des événements du Printemps arabe.

Champ d’oliviers au Sud de Tunis. Les produits alimentaires tunisiens s’exportent encore en Libye malgré la crise

En effet, l’activité économique tunisienne en Libye ne se cantonne pas à l’exportation car des unités de productions, certes rarissimes, y sont encore implantées.

Le fabricant de sanitaires et de céramiques tunisien Siceram possède encore une usine dans l’ancienne Jamahiriya, alors que trois des treize usines Poulina sont actuellement en activité.

Ces manufactures sont majoritairement situées dans la partie la plus occidentale de la Libye, aux environs de Tripoli mais surtout à Zouara, ville berbère moins impactée physiquement par les conflits que les autres grandes villes du pays.

Face à l’incertitude et au manque de visibilité politique en Libye, Poulina y mène prioritairement une stratégie de protection et de conservation de son patrimoine. Le groupe paye en effet des agents de sécurité en liaison avec l’État libyen pour protéger ses unités de production à l’arrêt et éviter tout nouveau vol ou dégradation. Quand la situation se calme et se stabilise, Poulina redémarre ses activités comme à Zouara, solidement gardé par les milices berbères.

Pour palier aux nombreuses pertes engendrées sur le marché libyen, les sociétés tunisiennes ont, quand elles le pouvaient, mené une stratégie de diversification et d’implantation sur de nouveaux marchés. Cette stratégie est souvent conduite à l’international, la situation économique tunisienne étant assez moribonde pour les entreprises qui sont de plus en plus taxés par un État tunisien en quête de dividendes pour financer ses dépenses sécuritaires.

Le groupe Poulina à ainsi renforcé sa présence en Algérie et en Afrique de l’Ouest (notamment via l’ouverture d’une usine de margarine au Sénégal) alors que la BTL concentre son développement sur le marché tunisien et algérien en ouvrant de nouvelles agences.

L’Afrique subsaharienne est un marché porteur pour les entreprises tunisiennes mais la plupart d’entre elles, par manque d’expérience dans cette partie du continent, ont du mal à pénétrer le marché. Il leur est encore difficile de trouver un interlocuteur fiable et d’avoir des garanties sur les investissements réalisés.

Enfin, selon plusieurs témoignages certains entrepreneurs tunisiens touchés par la crise que connaît leur pays se sont implantés au Maroc. Leur nombre serait croissant et leurs affaires relativement prospères, signe que le salut de l’économie tunisienne se joue aussi en dehors de ses frontières.

Les contraintes du commerce en temps de crise

Même si certains acteurs économiques tunisiens réussissent à conserver leurs acquis en Libye, les affaires dans ce pays sont soumises à des contraintes de plus en plus nombreuses et de plus en plus aiguës.

Le risque sécuritaire est toujours présent de par l’instabilité de la Libye, toujours en proie à la violence des milices armées et des groupes terroristes qui s’affrontent sur le territoire. En 2016, le poste-frontière de Ras Jedir (principal axe commercial avec la Tunisie) fut bloqué pendant environ 110 jours, soit un tiers de l’année ! Il arrive parfois que certains chauffeurs travaillant pour des sociétés tunisiennes se fassent arrêter à la frontière, voire kidnapper, ce qui témoigne du danger auquel les acteurs économiques présents en Libye font face.

Outre l’insécurité des affaires, les contraintes économiques se multiplient pour les entreprises souhaitant mener une activité en Libye.

L’instabilité politique liée aux évolutions des rapports de forces entre les nombreux acteurs du conflit libyen favorise un remplacement  fréquent des élites. Il est ainsi difficile pour les entreprises tunisiennes de trouver un contact fiable et permanent permettant l’accès au marché libyen.

Les exportations sont-elles aussi de plus en plus rares à cause des graves problèmes financiers que connaissent les institutions libyennes. Le pays est en cruel manque de liquidité et sélectionne ses importations au compte goutte par manque de moyens de paiement.

La Banque centrale libyenne octroie des lettres de crédits en nombre extrêmement limité (environ une lettre de crédit validée pour une vingtaine de demande). Les quotas de validation étant ordonnés par pays, les exportations tunisiennes sont grandement réduites en raison de la crise de liquidité que subit son voisin.

La contrebande est aussi un problème important pour les entreprises tunisiennes qui restent dans le cadre légal : ces dernières peuvent trouver leurs produits importés illégalement par un tiers sur le marché libyen à prix cassé. Dans ce cas, les consommateurs achèteront prioritairement le produit issu de la contrebande en raison de son prix bradé.

Enfin, la concurrence étrangère s’accroît en Libye et les entreprises tunisiennes sont de plus en plus confrontées à des acteurs étrangers dynamiques ayant des moyens financiers considérables.

Si l’ancienne Jamahiriya est encore en conflit, la nécessaire reconstruction de la Libye attire les convoitises de puissances comme l’Allemagne, la France ou encore la Russie qui ont déjà signé plusieurs contrats. Les entreprises tunisiennes ne pouvant pas concurrencer les puissances occidentales et asiatiques faute de moyens financiers, elles doivent servir de sous-traitant ou bien s’occuper de travaux de faible importance, laissant la reconstruction de grandes infrastructures à des pays comme la France, l’Allemagne ou la Turquie.

© http://kapitalis.com/tunisie/2016

Même dans le secteur de l’alimentation, les entreprises agroalimentaires tunisiennes doivent s’adapter à une hausse de la concurrence et voient leurs parts de marché diminuer. Selon certaines estimations, 60 % des produits alimentaires présents en Libye en 2011 provenaient de Tunisie. En 2016, ce chiffre n’était plus que de 25 %.

Un des pays concurrençant le plus la Tunisie sur le territoire libyen reste la Turquie, qui jouit de connexions tribales et historiques via la communauté des kouloughlis et la ville de Misrata. De nombreux jeunes Turcs s’installent en Tripolitaine pour monter une affaire (café, boutique, restaurant) avec le soutien financier de l’État, ce qui contraste avec le secteur privé tunisien qui, peu soutenu par ses institutions publiques, a souvent dû abandonner ses positions en Libye. Le pays du président Erdogan exporte de nombreux biens de consommation (parfois des produits chinois ou pakistanais réexportés en tant que produits turcs) ainsi que des produits alimentaires. Contrairement à la Tunisie, le pays a de plus toujours maintenu ses liaisons aériennes avec certaines villes libyennes et encaisse aujourd’hui les bénéfices des efforts réalisés pour y maintenir sa présence.

Malgré sa situation politique chaotique, la majeure partie des entreprises tunisiennes considère toujours la Libye comme un marché d’avenir et essaye tant bien que mal d’y demeurer. Dans un contexte national de crispation de l’économie et de chômage important, l’ancienne Jamahiriya apparaît comme une potentielle bulle d’oxygène. Ne pouvant attendre que le sort de la Libye s’améliore, la plupart des entreprises tunisiennes présentes dans le pays avant 2011 ou 2014 ont tenté de compenser les pertes subies lors de la crise par un renforcement de leur présence à l’international, majoritairement au Maghreb ainsi qu’en Afrique sub-saharienne.

La Libye demeure cependant le marché étranger le plus attractif pour de nombreux acteurs économiques tunisiens. Néanmoins, même si le pays retrouve sa stabilité et un climat propice aux affaires, les entreprises tunisiennes devront s’adapter à une concurrence étrangère certainement beaucoup plus rude qu’auparavant, sous peine de voir « l’eldorado » se transformer en souvenir.

Yanis Ben Abdeljelil
Titulaire d’un Master 2 de Géopolitique au sein de l’Institut Français de Géopolitique à l’Université Paris 8.

Pour citer ce billet : Yanis Ben Abdeljelil, «Les Entreprises tunisiennes en Libye dans un contexte de crise : une nécessaire et difficile adaptation», Le Carnet de l’IRMC, N° 22, avril-octobre 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2230.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Territoire et patrimonialisation en Tunisie, enjeux de pouvoir ?

La question de la décentralisation dans la gestion du patrimoine culturel, matériel et immatériel figure dans les débats actuels sur l’île de Djerba en Tunisie. C’est ce questionnement central qui s’est imposé afin de commencer une thèse dans le domaine de la recherche en anthropologie. Il s’agira de partir de la gestion de l’ensemble patrimonial de l’île de Djerba pour ensuite étendre les perspectives de recherche repérées localement à une autre aire géographique du territoire tunisien, et ainsi essayer de comprendre comment la gestion du patrimoine culturel matériel et immatériel s’opère.

2014-2017 : Les trois premières années de recherches à Djerba et la question de la gestion patrimoniale en Tunisie

L’orientation vers ce thème de recherche s’est constituée autour de trois années d’expériences sur le terrain à Djerba, notamment au contact de l’Association pour la sauvegarde de l’île de Djerba (Assidje) qui a pour projet d’inscrire l’île sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Le critère principal choisi pour la mise en place du dossier d’inscription concerne le mode d’occupation du sol de l’île de Djerba, du menzel et du houch considéré, par les membres de l’Assidje, comme un exemple d’une utilisation « traditionnelle » et durable de l’espace insulaire, et qui serait issue d’une interaction entre l’Homme et son environnement. Ce critère concerne le mode d’habitat, et comment celui-ci s’est établi sur l’île avant les années 1960, période des prémices du tourisme de masse qui transforma de façon inévitable le paysage architectural et urbain de l’île de Djerba. De ces séjours sur le terrain à Djerba, sont issus deux travaux de recherche. Le premier intitulé « Djerba et l’Unesco. Le projet de classement de l’île au patrimoine mondial de l’humanité : les débats et réflexions d’une triple dimension patrimoniale », porte sur le départ du projet d’inscription à l’Unesco lancé par les membres de l’Assidje. Le  deuxième intitulé « Les usages et les gestions du patrimoine insulaire djerbien. Habiter le menzel et le houch », essaye d’analyser les pratiques d’habiter de ce dit patrimoine par l’Assidje, et comment il est perçu par les personnes qui y habitent.

Houch djerbien considéré de ‘traditionnel’ par les membres de l’Assidje © photo de Mathilde Bielawski.

À la suite de ces deux premiers travaux de recherche, la volonté a été d’approfondir la question du processus de patrimonialisation, à l’échelle régionale, de l’île de Djerba. Le travail de recherche s’est basé sur la réalisation d’entretiens avec les membres de l’association, mais également sur les réunions du comité de pilotage du projet. Les premiers échos, qui sont sortis de ce début d’enquête, concernent principalement les difficultés dans la réalisation d’un tel projet de par  la situation géographique du bien à classe rl’île de Djerba, par rapport au centre décisionnel du pays, Tunis. D’après les membres de l’association, i  s’agit d’un projet qui a subi des retards du fait de la distance entre Djerba et la capitale, où se trouvent l’Institut national du patrimoine (INP) et le ministère de la Culture, c’est-à-dire, deux instances dont la collaboration avec l’Assidje est importante et nécessaire dans le processus de patrimonialisation de l’île. En effet le responsable régional de l’INP à Djerba, m’expliquait que dans tous les cas de classements, de rénovations, de restaurations et de fouilles de sites et de monuments, toutes les demandes et autorisations doivent transiter obligatoirement par l’INP basé à Tunis ; ce qui est perçu comme un problème de gestion par les acteurs du patrimoine à Djerba, car cela se traduit par une lenteur administrative. De plus, dans le cadre d’une inscription sur la liste du patrimoine mondial, le dossier de candidature ne peut être déposé face à l’Unesco que par l’un des États qui a signé la Convention du patrimoine mondial et non par une autre institution. Ceci démontre un lien inévitable entre protection du patrimoine et instances politiques, et m’amène à considérer que l’existence d’un système de gestion du territoire à travers celle du patrimoine, pourrait s’observer.

Premières réflexions à propos du lien entre patrimonialisation et gestion du territoire

Certains auteurs expliquent que le patrimoine est une sorte d’appareil idéologique pour construire la nation. Cette phrase prend du sens lorsque l’on connaît l’importance donnée à des sites patrimoniaux tels que le site archéologique de Carthage et la grande mosquée de Kairouan. D’après certains Djerbiens, si ces lieux ont bénéficié de l’intérêt accru de l’État tunisien, c’est parce qu’ils permettent d’asseoir des idéaux politiques que des lieux comme Djerba ne permettent pas. Depuis l’indépendance de la Tunisie, les discours portant sur l’unicité du pays laissent à penser l’universalité du passé historique antique, et l’unité religieuse musulmane. Or, la réalité sociale, culturelle et religieuse est tout autre. Rien qu’à Djerba, Grecs Phéniciens, Berbères, Arabes, Turcs et Européens, ainsi que juifs, musulmans, orthodoxes et catholiques ont cohabité successivement sur une durée de deux mille ans. C’est pourquoi il est possible de se demander si la question de la diversité culturelle, religieuse et ethnique en Tunisie est au centre des débats patrimoniaux à l’heure actuelle.

Houch djerbien ‘traditionnel’ en ruine © photo de Mathilde Bielawski.

Pour essayer de répondre à cette question, il est nécessaire de comprendre d’abord le système de gestion du patrimoine en Tunisie sous le protectorat français. Myriam Bacha (2011 ; 2013), en décrit l’histoire. Elle explique comment l’inventaire des sites archéologiques et monuments a été réalisé par les contrôleurs civils du protectorat français entre 1881 et 1920. L’intérêt s’est d’abord porté sur les sites archéologiques. Ce n’est qu’à partir de 1912 qu’eurent lieu les premiers recensements de monuments islamiques. L’auteure explique également que c’est à partir de ce moment que la notion de patrimoine acquiert en Tunisie la même signification qu’en Europe. Elle contextualise en annonçant que ces choix ont surtout été politiques. Asseoir un intérêt pour l’islam n’était pas dans le but du protectorat qui voulait imposer son modèle au territoire de la régence de Tunis. Ainsi recentrer la question de la gestion patrimoniale autour de la période antique permettait de soulever l’histoire européenne du territoire tunisien et plus généralement au Maghreb colonisé par la France. La notion de patrimoine apparaît en Afrique du Nord au XIXe siècle sous l’influence de la colonisation mais également de l’élite locale influencée par la rive Nord de la Méditerranée. L’auteure explique également que ce sont les antiquités algériennes qui vont permettre à la France de justifier sa politique coloniale. Les ruines antiques ne sont-elles pas une preuve d’un lien entre l’Algérie et la France ? Cet argument sera appliqué ensuite en Tunisie. Dans ces exemples, le patrimoine a été utilisé en tant que justification dans l’élaboration d’une idéologie politique coloniale.

Malgré ce que l’on pourrait penser, ce genre de stratégie a également été mis en place à l’indépendance du pays en 1956. C’est ce qu’explique Driss Abbassi (2008). En effet, les trente premières années qui suivirent l’indépendance, ce sont les sites archéologiques antiques qui bénéficièrent d’un intérêt scientifique, culturel et promotionnel accru de la part de l’État. En 1979, deux sites sur trois inscrits à l’Unesco sont antiques, on y trouve le site archéologique de Carthage et l’amphithéâtre d’El Jem. En 1985 et 1986 sont inscrits à l’Unesco la cité punique de Kerkouane et sa nécropole. Cela nous laisse à penser que le but était de justifier d’une place importante de la Tunisie auprès des pays occidentaux. Tout cela à travers un patrimoine antique considéré universel et représentant un lien entre les rives Nord et Sud de la Méditerranée. L’intérêt porté au patrimoine antique a décru après les années 1980. Le patrimoine islamique a été privilégié. Les centres  anciens des villes, les médinas, ne sont plus considérés comme des éléments urbanistiques à raser, car ne représentant pas une certaine modernité à atteindre, ils sont réinvestis et bénéficient d’un nouvel intérêt scientifique et notamment culturel à travers la question de l’héritage arabomusulman. En effet, sont inscrites à l’Unesco en 1988, la ville de Kairouan ainsi que la médina de Sousse, les critères d’inscriptions se basant sur leurs aspects historiques arabomusulmans. Ces nombreux exemples amènent à se demander si la manière dont est géré le patrimoine culturel en Tunisie est en lien avec le message idéologique et identitaire porté par son État. À l’heure actuelle aucun site tunisien inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco ne représente un héritage berbère, européen ou de la période coloniale. Le patrimoine semble représenter un véritable enjeu identitaire qui se ressent à travers sa définition.

2018 : Les nouvelles perspectives de recherche que permet l’accueil scientifique à l’IRMC

Tous ces exemples laissent à penser que le patrimoine est à prendre en compte comme une notion politisée et polysémique qui s’adapte au contexte économique, politique et social du moment selon l’entité qui l’utilise. C’est pour cette raison que des chercheurs tels que Julien Bondaz, Cyril Isnart et Anaïs Leblon (2012) nous expliquent que les processus de patrimonialisation doivent être pris en compte dans les situations politiques dans lesquels ils sont produits. Ce qui permet de considérer le patrimoine non plus comme un objet mais comme une construction sociale et culturelle dépendante du contexte politique, économique et social. C’est ce qu’abordent Isabelle Brianso et Yves Girault (2014) à propos de la gestion du patrimoine africain. Ils expliquent le véritable enjeu politique de la patrimonialisation dans la gestion territoriale et de son développement, et le fait qu’il ne s’agit pas seulement d’enjeux régionaux mais également internationaux. À travers le processus de patrimonialisation, les  organisations internationales telles que l’Unesco deviennent une sorte de médiateurs entre pays dits du Nord et pays dits du Sud. Ainsi dans ces projets de classements, des questions de politiques internationales sont centrales. C’est l’exemple du Sénégal et de l’inscription de l’île de Gorée à l’Unesco qui est prise par ces deux auteurs, puisqu’au terme de ce projet a été mis en avant le message culturel et diplomatique pour la reconnaissance de l’un des centres de commerce d’esclaves à des fins de dialogue de réconciliation Nord-Sud. Le territoire local n’est plus porteur de message seulement pour les habitants du lieu mais a l’ambition d’être universel. Ce type de classements internationaux, est selon les auteurs, un moyen pour les États dits du Sud, de suivre la course à la mondialisation lancée par les pays dits du Nord. À travers ces enjeux de territorialisation par la patrimonialisation s’introduisent d’autres enjeux sur la mondialisation du territoire local et national. En effet, prenons l’exemple de l’île de Djerba. Après la « révolution » de 2011, le tourisme balnéaire à Djerba a considérablement chuté. L’encouragement du classement à l’Unesco d’un tel lieu par l’État tunisien ne peut pas être anodin, d’après certains habitants de l’île. Il s’agirait d’un atout, donnant une visibilité internationale positive de l’île et l’espoir d’y retrouver une activité touristique d’avant 2011.

Ce qu’il sera donc intéressant d’approfondir lors de ce séjour à
l’IRMC sont « les fabriques du patrimoine » en tant que nouveaux
enjeux de société, « dans la mesure où ils investissent des espaces publics qu’ils remodèlent par des recours polysémiques à la mémoire, au passé, aux territoires et aux identités ». Le souhait, lors de ce séjour de recherche, est d’articuler le débat de la gestion territoriale du patrimoine en Tunisie à partir de cette expérience à Djerba au sein de l’Assidje et au sujet du projet d’inscription de l’île de Djerba sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Afin d’ouvrir ces questionnements à une autre aire géographique du territoire national, et d’avoir un outil de comparaison prenant en compte une inscription sur la liste du patrimoine mondial, et l’investissement d’une association représentant la société civile. Le choix s’est porté sur l’exemple de la médina de Tunis, où le processus de patrimonialisation à l’échelle mondiale a été porté conjointement par l’État tunisien et l’Association de sauvegarde de la médina de Tunis (ASM). Autre point de corrélation entre le cas de la médina de Tunis et celui de l’île de Djerba, c’est qu’il s’agit de porter une analyse sur des sites bâtis occupés par la population locale lors des processus de patrimonialisation. Ces observations permettront de comprendre quels sont les dynamiques qui s’y sont déroulées : y a-t-il eu les mêmes problèmes rencontrés dans les deux processus d’inscription ? Quel aura été l’impact des différents acteurs du patrimoine au sein de ces classements ? Jusqu’à quel niveau du processus de patrimonialisation, la population locale a t-elle été intégrée ? Il ne s’agit pas seulement de savoir sur quelles justifications les projets ont été mis en place mais également de voir ce qu’il advient de ce patrimoine tunisien à l’heure actuelle. Comment est-il géré ? Est-ce que sur ces deux sites, médina de Tunis et Djerba, les problématiques et questionnements autour de la gestion des sites patrimoniaux portent sur des éléments similaires ? Ce qui nécessite de pouvoir mettre en perspective les problèmes des personnes engagées auprès du patrimoine et de ses institutions gestionnaires, pour en tirer un état des rapports de forces qui donneront à voir les limites des individus investis localement à agir sur des entités nationales et internationales.

Puits et système d’irrigation représentatif, d’après l’Assidje, du mode d’occupation du sol ‘traditionnel’ © photo de Mathilde Bielawski.

Bibliographie

ABBASSI Driss, 2008, « Le Maghreb dans la construction identitaire de la Tunisie postcoloniale », Critiques internationale, vol.°40, n° 3, 115- 137.

BACHA Myriam, 2011, Architectures au Maghreb (XIXe-XXe siècles). Réinvention du patrimoine, Tours, IRMC-Presses universitaires François Rabelais, « Villes et Territoires ».

BACHA Myriam, 2013, Patrimoine et monuments en Tunisie., Rennes, IRMC-Presses universitaires de Rennes, « Art et Société ».

BENNASR Ali, VERDEIL Éric, 2009, « Gestion publique de l’eau potable, développement urbain durable et Majel-s (citernes d’eau pour l’eau de pluie) à Sfax en Tunisie », Flux, vol. 2, n° 76-77, 38-50.

BONDAZ Julien, ISNART Cyril, LEBLON Anaïs, 2012, « Au-delà du consensus patrimonial. Résistances et usages contestataires du patrimoine », Civilisations, vol. 61, n° 1, 9-22.

BONDAZ Julien, GRAEZNER BIDEAU Florence, ISNART Cyril, LEBLON Anaïs (dir.), 2015, Les vocabulaires locaux du « patrimoine ». traductions, négociations et transformations, Berlin, LIT.

BOURGOU Mongi, KASSAH Abdelfettah, 2008, L’île de Djerba, tourisme, environnement, patrimoine, Tunis, Cérès éditions.

BRIANSO Isabelle, GIRAULT Yves, 2014, « Instrumentalisations politiques et développementalistes du patrimoine culturel africain », Études de communication, vol. 42, n° 1, 149- 162.

CHEVENEZ Alain, 2011, « La demande sociale du patrimoine : une action politique de création », in P. Le Louarn (dir.), Le patrimoine culturel et la décentralisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Des Sociétés », 79-93.

UNESCO, 2011, Établir une proposition d’inscription au patrimoine mondial, 2e éd., New York, UNESCO.

FABRE Daniel (dir.), 2013, Émotions patrimoniales, Paris, Maison des sciences de l’Homme.

GRAVARI-BARBAS Maria (dir.), 2005, Habiter le patrimoine, enjeux, approches, vécu, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

HEINICH Nathalie, 2009, La fabrique du patrimoine. De la cathédrale à la petite cuillère, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, « Ethnologie de la France ».

LE LOUARN Patrick, 2011, Le patrimoine culturel et la décentralisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Des Sociétés ».

MZABI Hassouna, 1978, La croissance urbaine accélérée à Djerba et ses conséquences sur la vie de relations avec l’extérieur, Tunis, Publication de l’Université de Tunis, « études géographique ».

NICOLAS Thierry, 2004, « Politique patrimoniale et “patrimonialisation” aux Antilles françaises », Techniques & Culture, vol. 42, [En ligne : http://tc.revues.org/1903].

PAPPALARDO Marta, 2014, « Le centre historique de Naples : patrimonialisation contre pratiques populaires ? », Articulo – Journal of Urban Research, Numéro spécial, n° 5, [En ligne : http://articulo. revues.org/2479].

PREVOST Virginie, 2010, De Djerba à Oman, la troisième voie de l’Islam, Turnhout, Brepols Publishers.

TLATLI Salah-Eddine, 1967, Djerba l’île des Lotophages, Tunis, Cérès Éditions.

TMARZIZET Kamel, 1997, Djerba, l’île des rêves, Tunis, Éditions STAG.

YACOUB Hichem, 2015, Habiter Djerba, El Menzel, El Houch et Ed’dar, Tunis, Nirvana.

Mathilde Bielawski

est doctorante en anthropologie, Université Lumière Lyon 2, Laboratoire d’anthropologie des enjeux contemporains

Pour citer ce billet : Mathilde Bielawski, «Territoire et patrimonialisation en Tunisie, enjeux de pouvoir ?», Le Carnet de l’IRMC, N° 22, avril-octobre 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2237.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Crise des modèles ? Agricultures, recompositions territoriales et nouvelles relations villes-campagnes

Co-organisé par l’ERC Tarica 1, l’IRMC, le LabEx DynamiTe, le Collège international des Sciences du territoire (CIST), et l’Université de la Manouba, le séminaire international « Crise des modèles ? Agricultures, recompositions territoriales et nouvelles relations villescampagnes » s’est tenu du 12 au 14 octobre 2017 à Tunis. Il a réuni des chercheurs et des doctorants, géographes, sociologues, économistes et politistes autour d’une réflexion sur l’évolution des modèles productifs en agriculture, les recompositions sociales et spatiales porteuses de nouvelles relations entre villes et campagnes.

Lors de son allocation d’ouverture, Mme Oissila Saaidia, directrice de l’IRMC, a souligné que la question des modèles et de leur crise est au coeur de bien des problématiques des sciences humaines et sociales. Le modèle s’avère autonome par rapport à la réalité dans la mesure où il est impossible d’en restituer toute la complexité et qu’en dépit de cela, les modèles circulent indépendamment  des contextes politiques dans lesquels ils ont été produits. S’interroger sur la crise des modèles, c’est donc s’interroger sur la pertinence d’outils construits « hors sol ». En somme c’est remettre en question l’universalité supposée de certains modèles, en partie du au fait que les modèles de développement agricole génèrent au Nord comme au Sud, d’importantes recompositions territoriales.

Un fait que, Alia Gana, directrice de recherche au CNRS et Principal Investigator de l’ERC Tarica situe dans la problématique générale du projet de recherche axée sur la circulation et la confrontation des modèles de développement et de justice sociale. La question de la crise des modèles agricoles est l’objet d’une collaboration de longue date entre Marine Berger et Jean-Louis Chaléard, Professeurs à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Ce sujet relève d’une réflexion sur les modèles de développement, qui ne peut être pertinente sans aborder les questions portant sur les politiques publiques.

Le premier atelier du séminaire concernait les rapports entre villes et campagnes et la question de la concurrence autour des ressources qui peuvent prendre des formes diverses. Il peut s’agir des jeunes ruraux qui se sont dirigés vers les villes (Zakaria Kadiri Maroc), mais également du foncier agricole périurbain menacé par l’urbanisation et l’industrialisation (Marouen Taleb Tunis). Des marges de manoeuvre et des arrangements informels également exister, soit entre usagers et État, comme dans le cas des territoires irrigués de Biskra et du bas Chléf (Hichem Amichi Algérie), soit entre différentes catégories d’usagers comme le montre la gestion de l’espace halieutique monastirien (Racha Sallemi Tunisie). Les inégalités socio-spatiales apparaissent ainsi comme une conséquence d’une compétition sur les ressources entre usagers-gagnants et usagers-perdants, particulièrement en ce qui concerne la gestion de l’eau comme dans le cas du Lebna au Cap Bon (Alia Gana et Emna Khemiri Tunisie).

Le second atelier a traité des modèles agricoles émergents et innovants et des nouvelles relations villes-campagnes. La réhabilitation des anciens modèles d’exploitation agricole s’inscrit dans cette logique d’innovation qui tend à revaloriser des espaces agricoles confrontés à des compétitions sur les ressources et à l’emprise foncière : la valorisation de la production oasienne à Gabès (Irène Carpentier Tunisie) ou la restructuration récréative de l’espace agricole des campagnes liméniennes (Héloïse Leloup Pérou) pour diversifier les sources de revenus des agriculteurs, de résistance et d’adaptation face à l’emprise de l’urbain. Une emprise dont l’ampleur est particulièrement marquée dans le contexte égyptien caractérisé par le développement d’un modèle capitaliste d’agro-business exportateur en pleine conquête des terres désertiques de l’Ouest du Delta du Nil (Delphine Acloque – Égypte) mais qui se déploie également à des échelles plus humaines comme à Tiznit (David Goeury – Maroc) à travers la préservation de l’activité agricole en érigeant le foncier au rang de « bien commun » géré collectivement par une communauté d’usagers à cheval entre l’urbain et le rural.

Le troisième atelier a traité des nouvelles fonctions et des représentations des espaces ruraux périurbains. Il a permis de conforter l’idée que la ville a besoin d’un espace rural contigüe en tant que territoire d’une agriculture d’entreprise qui tend à se diversifier pour s’adapter à une nouvelle échelle métropolitaine extrêmement variée et exigeante comme dans l’ouest francilien (Martine Berger – France). Ainsi, face à la croissance de la ville néo-libérale, une gouvernance dédiée devient impérative afin de sécuriser les moyens de production et notamment le foncier comme dans le cas du territoire d’île de France (Monique Poulot – France). La pénétration de l’agriculture marchande introduit ainsi une nouvelle ruralité au sein de laquelle l’autochtonie sert de vecteur identitaire pour les revendications foncières comme le montre l’exemple abidjanais (Jean-Louis Chaléard – Côte d’Ivoire). Les besoins de la ville peuvent se rapporter également à une dimension sociale à travers laquelle les citadins établissent un lien avec la campagne en cultivant de petites exploitations agricoles sous la forme de jardins-potagers qui agrandissent l’espace de vie très restreint des citadins comme le3 montre l’exemple des datchas de Kazan (Camille Rober-Boeuf – Russie).

© Marouen Taleb.

Le quatrième atelier a mis en lumière les dynamiques migratoires et les mobilités liées à une redéfinition des rapports entre villes et campagnes. L’influence des économies libérales tend à raccourcir le lien entre ces dernières et a des conséquences en matière de renforcement de l’armature urbaine et d’implantation d’équipements publics à travers la densification des espaces ruraux. Toutefois, l’investissement privé ne saurait se soustraire aux politiques d’aménagement du territoire pour répondre à la question des inégalités comme dans la région de Kédougou (Olivier Ninot Sénégal). De nouveaux facteurs peuvent, à ce titre, entrer en jeu pour la redynamisation de l’agriculture et des espaces ruraux comme l’apport d’une main d’oeuvre constituée de migrants, mais présentent néanmoins des effets pervers comme l’exploitation abusive des travailleurs agricoles comme en Italie (Alessandra Corrado Italie). Cela a conduit à des initiatives pour une nouvelle gestion des exploitations agricoles plus respectueuses des droits humains comme en Italie du Sud-Est (Giulio Iocco Italie). Autre exemple de la polarisation rurale, les souks participent, à travers leurs aires marchandes, à la définition d’une armature rurale nécessaire à l’administration des régions reculées comme l’Anti-Atlas marocain (Mohamed Oubenal Maroc).

Le cinquième et dernier atelier a mis en relief les questions de justice spatiale et de mobilisation contre les inégalités. L’attractivité des zones agricoles à fort potentiel de production pour l’investissement privé étranger induit des décalages, ce qui constitue un élément d’exacerbation des inégalités et des revendications identitaires locales comme à Sidi Bouzid vis-à-vis des agriculteurs sfaxiens (Mathilde Fautras Tunisie). L’introduction de nouveaux systèmes de production et les conséquences en termes de surexploitation de ressources et de dégradation de l’environnement apparaissent ainsi comme un catalyseur de dynamiques de mobilisations sociales territorialisées comme à Gabès (Diane Robert Tunisie).

Marouen Taleb

Pour citer ce billet : Hicham Rouibah, «Crise des modèles ?
Agricultures, recompositions territoriales et nouvelles relations villes-campagnes», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2209.

1 Projet de recherche « Changements politiques et socio-institutionnels en Afrique du Nord. Compétition des modèles et diversité des trajectoires nationales », financé par le programme Advanced Grant du Conseil européen de la recherche (ERC).

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Comment appréhender la problématique des entreprises chinoises de BTP en Algérie ?

Finalités de la recherche et retombées scientifiques

Depuis plus d’une décennie l’implantation des entreprises chinoises en Algérie fait l’objet de discussions à la fois médiatiques et scientifiques. En effet, hormis les commerçants, on recense 90 000 Chinois travaillant avec les 300 filiales chinoises qui opèrent en Algérie, en l’occurrence dans le secteur du BTP (Bureau of statistics of China, 2015). Des chiffres qui se verront sans doute à la baisse à cause de la crise financière qui traverse l’Algérie suite à la chute des prix de pétrole.

De ce fait, l’objectif de mon projet de recherche est de tenter de décrire et d’analyser les implications des investissements chinois en Algérie, en appréhendant ce phénomène par son aspect le plus central. Il s’agit d’« ouvrir la boîte noire » selon une expression empruntée à l’économie de l’entreprise, en s’intéressant à l’ensemble des rapports sociaux qui se tissent autour de l’implantation de telles entreprises : leur mode de fonctionnement, l’organisation et les rapports de travail (impliquant dirigeants, salariés chinois et algériens, mais aussi d’autres institutions comme je le détaillerai plus loin), leurs relations avec leur environnement institutionnel et sociopolitique. Une telle approche demeure encore inédite en Algérie en dehors des quelques travaux que j’ai réalisés antérieurement dans le cadre de mon cursus d’études.

L’intérêt d’une telle recherche consiste donc à enrichir la connaissance scientifique sur un phénomène marquant, significatif des processus de globalisation, mais encore peu exploré. Ce programme de recherche est susceptible de contribuer à la compréhension des problèmes des entreprises algériennes (publiques et privées) dans les travaux publics en particulier, ainsi que des ambivalences des orientations en matière de politique économique. Au-delà de sa dimension propre, cet objet de recherche se présente comme un analyseur des mutations de la société algérienne, au moins sous deux aspects : d’une part, parce qu’il éclairera d’une certaine manière les mutations du marché du travail, qui constituent en Algérie une préoccupation centrale mais demeurent mal connues en dehors de l’analyse des données produites par l’Office national des statistiques ; d’autre part parce qu’il mettra également en lumière les pratiques et les représentations de l’altérité qui s’articulent aux rapports de production et de travail. Les résultats scientifiques attendus sont  donc in fine une contribution à la réflexion critique et analytique des politiques de développement en Algérie et des évolutions de la société algérienne.

Terrain d’enquête, problématique et premiers résultats

C’est sur un tronçon du projet autoroutier, plus précisément le chantier de la pénétrante qui reliera le port de Bejaia à l’axe principal de l’autoroute Est- Ouest à Bouira, que porte particulièrement mon projet de recherche. Le choix de c site d’investigation pour construire l’objet de ma recherche s’explique par différentes raisons. Par son utilité en matière de transport routier, l’autoroute Est-Ouest est de loin la plus importante réalisation d’infrastructure publique en Algérie. Son ampleur et sa complexité en font un objet d’étude passionnant et heuristique. Il apparaît exemplaire des modalités d’implantation des entreprises chinoises en Algérie : le fonctionnement du chantier présente, de manière amplifiée, un ensemble de caractéristiques déjà observées à plus petite échelle sur des entreprises chinoises en Algérie (Rouibah, 2011 ; 2013).

© Hicham Rouibah.

J’ai amorcé une enquête de terrain à caractère exploratoire sur ce chantier en avril-mai 2015 dans le cadre de la préparation du master 2 recherche « Étude comparative du développement » à l’EHESS. Cette première enquête m’a conduit à explorer des pistes de problématisation qui constituent la base du présent projet de recherche. En outre, l’autorisation de poursuivre un travail d’enquête en profondeur et de longue durée, essentiel à la réalisation de ma thèse, m’a déjà été accordée. La phase d’enquête de terrain a été mise en oeuvre depuis août 2017, et la bourse IRMCSCAC a été précieuse pour couvrir les dépenses relatives aux déplacements entre les différents champs d’enquête.

La réalisation du chantier autoroutier a été confiée à un consortium formé de l’entreprise chinoise CRCC (China Railway Construction Corporation) à laquelle les autorités algériennes ont associé la Société Algérienne des Ponts et Travaux d’Art (SAPTA). La CRCC est la société qui, depuis 2005, a construit les deux-tiers (528 km) de l’autoroute Est- Ouest qui s’étend de la frontière marocaine à celle de la Tunisie, et qui est également chargée de la réalisation de la plupart des pénétrantes qui relient les principales villes algériennes à cet axe.

Pour la réalisation du tronçon Bejaïa- Bouira, la CRCC a installé des bases de vie sur trois zones entre Bejaïa et Bouira (Ibourassen, Amizour, Ahnif). Elles permettent à la CRCC de loger son personnel chinois et d’entreposer les engins et les matériaux de construction sur les chantiers de la pénétrante. Ces chantiers emploient, en 2014, environ 1500 salariés, toutes catégories confondues : 380 Chinois et 1200 Algériens.

L’organisation de l’entreprise et de ses chantiers est complexe. Elle implique bien sûr le travail, dans un cadre hiérarchique et fonctionnel qui est ici traversé par une division ethnicisée des tâches, des fonctions, des statuts et des conditions de vie et de travail. Elle engage également d’autres acteurs, extérieurs à l’entreprise proprement dite, mais qui ont un rôle crucial dans l’organisation du chantier et côtoient quotidiennement les dirigeants, techniciens et ouvriers : d’une part l’agence étatique chargée du suivi administratif du chantier et d’autre part le bureau d’étude qui a réalisé les plans du projet et qui est missionné pour le contrôle de la conformité des travaux. L’entreprise doit également gérer un troisième volet des relations qui lui sont extérieures mais influencent son mode de fonctionnement et d’organisation : les rapports conflictuels que la mise en oeuvre des chantiers, des bases de vie et des sources d’approvisionnement en matière premières génèrent avec les populations locales.

Des premières observations réalisées dans le cadre des mes enquêtes de terrain (2015 ; 2017) se dégagent trois grandes pistes de recherche et d’interrogations.

Les rapports au travail et l’organisation interne de l’entreprise chinoise

Ce premier volet est le plus important. Il consiste à appréhender l’entreprise dans sa dimension centrale de l’organisation du travail et des relations de travail, en s’intéressant à l’ensemble des strates hiérarchiques d’acteurs.

On observe sur le chantier, des centaines d’ouvriers, de techniciens, d’ingénieurs et de cadres administratifs chinois qui travaillent 10 à 12h par jour sans relâche. Car les chantiers de la pénétrante opèrent 24h/24h avec une organisation de travail et une division des tâches remarquables. C’est d’ailleurs ce qui caractérise la dynamique du travail de la plupart des entreprises chinoises de BTP.

La CRCC n’a recours à la maind’oeuvre algérienne que pour compléter le personnel administratif et les nombreux postes subalternes (ouvriers, agents de maîtrise, chauffeurs, gardiens). Ces salariés – sous contrat avec la CRCC – travaillent 8h/jour en trois équipes et sont placés sous les ordres des ingénieurs et des cadres chinois. Cette position subalterne engendre une situation conflictuelle : les salariés algériens se sentent dévalorisés par le sentiment de supériorité affiché par les employés chinois, reçoivent un salaire moindre, ne disposent pas d’équipements de sécurité et leur exclusion de la base de vie implique de longs trajets quotidiens entre leur domicile et le chantier. De plus, les dirigeants chinois obligent parfois les ouvriers algériens à travailler au-delà des horaires fixés par la législation algérienne. Les conflits sont nombreux et se manifestent parfois par des grèves ou des arrêts de travail.

À l’inverse, les dirigeants, ingénieurs, techniciens et ouvriers qualifiés chinois en situation d’expatriation sont placés dans le cadre d’une institution « totale » qui les encadre étroitement puisque l’entreprise est à la fois leur communauté de travail et leur communauté de vie : les techniciens et ouvriers subalternes n’ont généralement pas le droit de sortir des bases de vie en dehors du temps consacré au travail ; ils ont, presque, interdiction de côtoyer la société algérienne en dehors des relations de travail. Dans cet univers clos, les conditions de travail et de vie sont rudes, mais les salariés chinois disposent néanmoins d’une rémunération relativement plus élevée (versée directement en Chine), de meilleurs équipements de sécurité, et d’une position dominante et/ou plus valorisée dans le cadre du travail. Si les rapports hiérarchiques sont très marqués, les conflits ne se manifestent pas de façon apparente.

L’ensemble de ces situations particulières nous incite dans un premier temps à observer de manière approfondie comment se forment les relations de travail quotidiennes, de collaboration, d’encadrement, de communication, et comment se configurent les rapports entre les strates hiérarchiques, les rapports entre ces deux groupes de salariés (algériens et chinois), et au sein de chacun d’eux. Comment les acteurs de cet ensemble complexe de salariés vivent-ils leur situation de travail ? Comment se la représentent-ils ? Comment élaborent-ils leurs relations ? On ne peut répondre à ces questions sans simultanément s’intéresser aux trajectoires professionnelles et biographiques, mais aussi à leur univers familial. En ce qui concerne particulièrement les salariés expatriés chinois, comment sont-ils mobilisés et encadrés sur le terrain ? Comment sont-ils recrutés et quelles sont leurs principales motivations pour s’expatrier ? Comment vivent-ils en Algérie et sous quelles conditions ? Quels sont les dispositifs de vie au sein de leurs bases de vie ? Quelle est leur vie sociale dans les bases de vie après le travail ? Quelles relations entretiennent-ils avec leur famille en Chine, et quels sont leurs aspirations ?

© Hicham Rouibah.

Gestion des relations de partenariat et des approvisionnements des chantiers

Le second volet, relatif à la complexité du fonctionnement du chantier, peut s’insérer dans un cadre d’économie politique qui implique un ensemble d’acteurs extérieurs à l’entreprise proprement dite. Il se caractérise notamment par une relation triangulaire entre : (1) l’Agence Nationale Autoroutière (ANA) dépendant du ministère des Travaux publics dont la mission est de coordonner la gestion administrative du projet et suivre son avancement vis-à-vis des délais négociés ; (2) un bureau d’étude étranger (sudcoréen/ italien) qui a réalisé les études architecturales et les plans du projet et qui est chargé en lien avec l’ANA du contrôle de la conformité et de la qualité des travaux ; (3) le groupe chinois CRCC, associé dans un consortium avec le groupe algérien SAPTA, s’occupe de la réalisation technique du projet depuis les plans du bureau d’études jusqu’à la finalisation des travaux. Remarquons au passage que le groupe algérien SAPTA est une entreprise en difficulté financière et technique ne disposant plus de son propre marché. L’association avec le groupe chinois CRCC avait comme objectifs, d’une part, de relancer et de redynamiser l’activité de la SAPTA et, de l’autre, de permettre à la CRCC de bénéficier de son entregent dans les démarches administratives.

Les rapports entre ces trois ensembles d’acteurs sont conflictuels et d’autant plus tendus que la réalisation (par la CRCC) de l’axe central de l’autoroute Est-Ouest a donné lieu à un procès pour corruption amplement médiatisé en 2015 et qu’un scandale public a éclaté à propos des malfaçons, si nombreuses que des travaux de réparation ont dus être engagés sur l’ensemble du trajet autoroutier alors qu’il venait à peine d’être achevé. Dans ce contexte, l’ANA et le bureau d’étude, chargés du contrôle et du suivi de l’état d’avancement du chantier sont d’autant plus enclins à critiquer la qualité des travaux mais surtout à dénoncer vivement le retard accusé dans la livraison du projet. Un retard que les responsables chinois expliquent, entre autre, par le manque de matières premières (ciments, gravats, ferrailles). En effet, depuis les années 1990, ces matières premières sont en état récurrent de pénurie en Algérie, du fait d’un déséquilibre du marché : une forte demande par les constructeurs (publics et privés) face à une très faible capacité de production et d’extraction de ces matières.

Ce second volet incite donc à s’intéresser aux rapports entre les trois organismes qui gèrent le projet autoroutier, en considérant les ingénieurs et agents de l’ANA et du bureau d’étude comme des acteurs du chantier, au même titre que l’ensemble des salariés évoqués dans le premier volet. Il s’agit, comme pour les salariés chinois et algériens de la CRCC, de comprendre et de prendre en compte leur point de vue et leur logique propre, leur situation de travail et leur trajectoire professionnelle et biographique. Il s’agit également de comprendre comment les dirigeants de CRCC gèrent la relation avec les deux organismes, dont l’un représente directement les autorités algériennes, et l’autre est mandaté par elles.

Un second aspect de ce deuxième volet a trait au caractère crucial de l’approvisionnement en matières premières. Là encore, il est nécessaire de s’intéresser aux relations qui s’établissent entre les dirigeants de la CRCC et les fournisseurs d’une part, mais aussi les formes de pression sur les autorités publiques, par l’intermédiaire de l’ANA, ou de la SAPTA, le partenaire de la CRCC dans le consortium dont l’une des fonctions principales est probablement cette intermédiation.

L’entreprise chinoise et l’environnement social algérien

Comme souligné ci-dessus, l’arrivée de toute entreprise chinoise de BTP en Algérie se traduit inévitablement par l’implantation de bases de vie et de chantiers qui s’étalent sur des dizaines de kilomètres, sur des terrains très souvent privés. C’est le cas de la pénétrante autoroutière entreprise par la CRCC qui a  provoqué des contestations concernant l’acquisition de terrains. Des conflits avec le voisinage s’érigent à propos de l’expropriation des terrains.

Les contestations diffèrent selon l’utilité des biens endommagés : certains sont contraints de quitter leur maison, d’autres cèdent des terres agricoles, et d’autres encore des terrains vierges, pour laisser place aux chantiers ou aux bases de vie chinoises et parfois aussi pour des sites d’extraction et d’exploitation de ressources naturelles de construction (gravats et autres matières premières). Les expropriations – indemnisées selon les barèmes fixés par les autorités algériennes – sont souvent rejetées d’une manière catégorique par les propriétaires algériens. La situation alimente alors une hostilité envers les Chinois mais aussi envers les autorités algériennes. Accusées de négliger les problèmes de la vie quotidienne des villageois (manque de transport public, accès au service de gaz de ville etc.) celles-ci sont alors accusées de les forcer à céder leurs terrains à des étrangers qui deviennent, pour une bonne période, « voisins » soit par leurs chantiers ou leurs bases de vie. Les villageois mènent alors des actions pour protester contre ce qu’ils qualifient de « confiscations » (Rouibah, 2011 ; 2015), en tentant, par exemple, de bloquer les travaux, perturbant ainsi le déroulement du chantier ; en d’autres occasions, les populations locales revendiquent une priorité dans le recrutement sur les chantiers. L’entreprise doit alors intervenir pour gérer ces conflits, qui se répercutent sur ses relations avec l’ANA et le bureau d’étude chargés du suivi, puisque le calendrier des travaux et le respect des délais sont des aspects cruciaux du cahier des charges.

Ce dernier volet de la recherche se présente comme une extension de l’enquête sur le fonctionnement du chantier et les rapports entre la CRCC et son environnement social. Il est heuristique dans la mesure où il constitue une part de la réalité des rapports sociaux que l’entreprise doit gérer et fait donc partie du fonctionnement réel de la production, et parce qu’il apparaît en outre comme un révélateur à la fois du rapport entre la population et les autorités, et des processus de construction de l’étranger. Il serait donc judicieux de comprendre ces rapports conflictuels, en nous intéressant au discours, revendications et actions des expropriés, et à la manière dont les conflits sont réglés. En parallèle, par le même biais, il s’agit de saisir les dimensions sociales de la mobilisation des expropriés.

En outre, en ce qui concerne plus spécifiquement les bases de vie, on cherchera à observer les relations et les interactions quotidiennes entre les travailleurs chinois et les populations qui résident dans le voisinage immédiat. Existe-t-il une entente, des formes d’interaction et de communication entre les expatriés chinois regroupés dans les bases de vie et les habitants des zones qui les environnent ?

Ce troisième volet offre l’opportunité d’enquêter sur trois régions hétérogènes par leur position géographique (une commune montagnarde, une rurale et une autre préurbaine), leur culture locale, leur situation socioéconomique, leur histoire postcoloniale et leurs tensions internes. Ces éléments sont des paramètres fondamentaux pour comparer les matériaux d’enquête recueillis sur les chantiers et les espaces résidentiels de l’entreprise chinoise. Ces paramètres de contextualisation sont essentiels pour comprendre comment l’entreprise chinoise fabrique ses relations avec les populations locales.

Toutefois, je choisirai une région parmi les trois où je passerai plus de temps d’enquête. Il est en général utile, voire nécessaire, de se donner un lieu de recherche intensif, portant sur un ensemble social d’interconnaissance, qui puisse servir ensuite de base de référence pour des enquêtes plus extensives sur les deux autres régions (De Sardan, 1998).

Quelles démarches méthodologiques pour les enquêtes de terrain ?

La démarche de recherche que je me propose de mettre en oeuvre se fonde sur la socio-économie du travail et l’anthropologie de l’entreprise : une approche désormais bien éprouvée et consolidée depuis une vingtaine d’années, sur des bases épistémologiques et méthodologiques élaborées dans le cadre de l’IRD, notamment par Monique Selim et Laurent Bazin, qui suit les travaux que j’ai réalisés sur les entreprises chinoises en Algérie depuis 2012, et co-encadrera la réalisation de ce projet de thèse (cf. Althabe, Selim, 1998 ; Bazin, 1998 ; 2010 ; Bazin, Selim, 1995 ; 2001 ; Bazin, Hours, Selim, 2009 ; Cabanes, Lautier, 1997). Cette approche se caractérise en particulier, vis-à-vis des travaux plus classiques de sociologie ou d’anthropologie du travail, par l’appréhension dans le champ de l’enquête de l’ensemble des catégories hiérarchiques et des acteurs qui composent l’entreprise. Elle repose sur une double hypothèse : d’une part que les acteurs qui composent le champ social de l’entreprise élaborent leurs rapports entre eux, et d’autre part qu’ils ne sont pas déterminés par leur position dans le champ du travail, mais par l’ensemble des relations sociales qui composent leur univers. Ma démarche s’inspire en outre des recherches menées plus spécifiquement par Françoise Bourdarias sur les entreprises chinoises au Mali également dans le cadre de l’IRDCESSMA ; enfin, elles s’appuient également sur l’approche élaborée par Djamel Guerid (2007), sociologue de l’université d’Oran, pour analyser les rapports conflictuels des entreprises à leur environnement urbain dans la période d’industrialisation volontariste des années 1970-1980.

© Hicham Rouibah.

Cependant, la complexité et l’ampleur de cette entreprise particulière que représente le chantier autoroutier dirigé par la CRCC (1200 salariés, répartis en deux groupes chinois et algérien, et l’étalement géographique des chantiers et des bases de vie) nécessitent le recours à une approche complémentaire et des techniques d’enquête inspirées de la socioéconomie. C’est pourquoi ma démarche de recherche se tourne vers un pluralisme méthodologique (Rihoux, 2006). L’utilisation de méthodes mixtes présente une difficulté épistémologique dont je suis conscient, en particulier la contradiction de la finalité des techniques relatives aux différentes approches. L’approche inductive et qualitative qui caractérise l’anthropologie de l’entreprise s’efforce de déconstruire les catégories et de mettre en évidence la singularité des situations ; une enquête quantitative vise au contraire à situer les enquêtés ou les événements dans des catégories et à identifier des régularités, des récurrences et des ressemblances. Mon intention est donc d’adapter à ce terrain particulier les techniques d’enquête, de manière à combiner l’investigation ethnologique avec des outils d’enquête quantitatifs (par questionnaire) et à mieux connaître les caractéristiques de la population de salariés du chantier. Cette dualité des approches est nécessaire, malgré leur aspect antinomique, parce que l’enquête par observation et entretien ne peut toucher qu’une fraction des acteurs d’un chantier de grande ampleur, et que seule une enquête par questionnaire peut permettre de la recadrer et de la situer dans l’ensemble plus vaste que constitue l’entreprise.

Techniques qualitatives : Observations et entretiens anthropologiques

Observation : mon choix est porté sur l’observation directe principalement du travail sur les chantiers et des espaces résidentiels de l’entreprise chinoise (bases de vie). L’idée est d’observer d’abord le chantier et la base de vie chinoise de l’extérieur avant d’amorcer une immersion, une familiarisation progressive avec les acteurs et de solliciter des entretiens. Durant les premiers mois, j’alternerai l’observation entre chantiers et espaces résidentiels chinois. L’objectif est de saisir l’organisation concrète du travail (salariés chinois et algériens) et les relations de travail d’un côté, la vie sociale et professionnelle des acteurs chinois dans l’univers clos de la base de vie de l’autre. L’observation s’appuie également sur la photographie qui procure des documents très illustratifs des conditions dans les bases de vie et sur les chantiers.

Entretien : j’estime le nombre d’entretiens nécessaires à une centaine, incluant les salariés de toutes catégories (chinois et algériens, du directeur au sommet de l’échelle hiérarchique jusqu’aux manoeuvres à l’échelon subalterne) de la CRCC, mais aussi les ingénieurs et agents de l’ANA et du bureau d’étude, et des villageois expropriés ou dans le voisinage des bases de vie. Les entretiens seront non directifs : il ne s’agit pas de puiser dans une série de questions préconçues, mais d’inviter mes interlocuteurs à porter un regard sur leur propre situation et à mettre en perspective le cadre de travail de l’entreprise chinoise avec leur vie sociale et familiale, leur parcours professionnel, leurs motivations, ambitions et attentes, les difficultés, les obstacles et les déceptions.

Une difficulté particulière surgit ici de la pluralité des langues, mais elle constitue simultanément une part de la réalité sociale du chantier et permettra de comprendre les formes de la communication mise en oeuvre dans le cadre des rapports de travail.

Les entretiens avec les cadres chinois de la CRCC (ingénieurs et personnel de l’administration) se déroulent en anglais ou en français (Rouibah, 2011 ; 2015). Leurs homologues algériens de la CRCC et de l’ANA s’expriment en arabe dialectal, en kabyle et parfois en français.

Les entretiens avec le groupe des ouvriers chinois ne peuvent se dérouler qu’en chinois, car les ouvriers ne parlent que leur langue régionale et le mandarin. C’est pourquoi le recours à un traducteur s’impose. Celui-ci n’est pas seulement un interprète mais est amené à s’impliquer dans la recherche et forme avec le chercheur un binôme. Il joue un rôle important dans le déroulement même des entretiens, dans leur saisie et leur transcription, mais aussi dans l’observation, l’analyse des situations et la compréhension des représentations liées aux termes utilisés (cf. Bazin in Bazin, Hours, Selim, 2009). C’est pourquoi le choix de l’interprète est crucial. J’ai eu recours lors de l’enquête exploratoire réalisée en avril-mai 2015 à un interprète professionnel algérien (chinois/français) qui correspondait à ces critères et qui sera apte à s’associer au travail d’enquête lorsque ce sera nécessaire pour la réalisation des entretiens (Rouibah, 2015).

Enfin, les entretiens avec les ouvriers algériens, ainsi que ceux qui concernent les habitants touchés par les expropriations ou qui habitent dans le voisinage du chantier, auront lieu en arabe dialectal ou en kabyle.

À la différence du questionnaire, l’échantillonnage est inutile pour le choix des entretiens : il convient ici plutôt de veiller à la pluralité des acteurs, de s’intéresser à des équipes de travail, à des groupes constitués au sein des bases de vie, ou encore de se concentrer sur les acteurs d’événements singuliers. Les entretiens permettent de comprendre les représentations, les logiques sociales et le sens des pratiques observées, et ne reposent pas sur une recherche de représentativité (de Sardan, 1990).

Techniques quantitatives : Questionnaire et analyse secondaire de données

Questionnaire : le recours à une enquête par questionnaire a pour principal objectif de contextualiser et d’appuyer l’enquête ethnologique : répondre à des interrogations descriptives et causales (variables dépendantes indépendantes) mais aussi vérifier certaines hypothèses. J’ai été formé aux techniques d’enquête quantitative et aux outils informatiques d’analyse des données dans le cadre d’un master à l’université Lille 1.

Le questionnaire concernera les ouvriers chinois, en complément des entretiens, et portera principalement sur des questions combinées entre fermées et semi-ouvertes et un style alternant entre direct et indirect en fonction des variables. Celles-ci seront construites sur mes matériaux antérieurs. Le questionnaire sera traduit en langue chinoise et comportera quatre chapitres :

Ch1 : sur le bloc signalétique qui englobe les caractéristiques sociodémographiques (âge, statut, situation familiale, années d’expatriation …) pour tracer le profil des salariés permettant ainsi de donner une meilleure description de la main-d’oeuvre mobilisée par l’entreprise chinoise ;
Ch2 : sur le parcours professionnel (métier antérieur, formation, salaire en Chine, autre expérience en Afrique) et moyen de recrutement (cabinet spécialisé, conditions d’embauche, l’après l’expatriation) ;
Ch3 : sur le motif et/ou la motivation d’expatriation (expérience, salaire, endettement, projet familial : enfants, parents, acquisition de bien immobiliers, représenter la Chine) ;
Ch4 : sur les conditions de vie et de travail en évaluant le sentiment de satisfaction/insatisfaction des ouvriers (restauration et logement, rapports avec les supérieurs, relations avec les ouvriers algériens, législation : congés, indemnités, sécurité sociale).

Échantillonnage et mode de passation : durant l’enquête exploratoire auprès de la CRCC (Rouibah, 2015), j’ai pu accéder à la liste du personnel. Je peux donc penser à une méthode probabiliste avec échantillonnage stratifié. C’est sur cette base que je compte sélectionner l’échantillon, tout en gardant à l’esprit que la population y est instable (départ des salariés, arrivées d’autres, congés, victimes d’accidents de travail, etc.) et qu’il faudrait probablement interroger d’autres personnes. Le mode de passation des questionnaires serait auto-administré, à savoir que chaque répondant serait seul ou avec ses collègues face à son questionnaire, auquel il répondrait lui même par écrit. Une fraction de la population cible n’est pas alphabétisée. Cependant, dans une enquête antérieure (Rouibah, 2011), les ouvriers qui savaient bien lire et écrire le mandarin aidaient leurs collègues ayant des déficits linguistiques à comprendre et à répondre aux questions.

Dans ce contexte de quantification et de représentativité, il serait préférable d’interroger environ une centaine de personnes, réparties entre les classes d’âge figurantes (ex : 120 ouvriers/les 380).

Type et moyens d’analyse : les questionnaires donneront suite à une analyse statistique descriptive. Les indicateurs comme la moyenne et les corrélations permettront de croiser des variables qui peuvent vérifier certaines hypothèses.

Exemples :
Les ouvriers sont plus âgés que les cadres, et sont issus de provinces pauvres en Chine, généralement des paysans reconvertis en ouvriers.

L’expatriation en Afrique est plutôt motivée par des nécessités financières, avoir une carrière et une stabilité professionnelle ou par une quête de « renouveau » : la Chine a longtemps été un pays fermé où la politique du PCC et la pauvreté ont obligé la plupart des Chinois à rester dans leur pays.

Le traitement de ces données quantitatives se fera sur logiciels de programmation statistique (SPSS 2.0, SAS 1.8). De même, les données descriptives sur les bases de vie de l’entreprise chinoise seront traitées sur logiciels cartographiques (Philcarto, Cartes & Données 6.0).

Analyse de données secondaires :
l’accès à certains documents administratifs des organismes sur le terrain (la CRCC-SAPTA, l’ANA et le bureau d’études) comme la liste du personnel, les rapports de la direction, les bilans comptables, les données sur les chantiers, etc. me permettront de procéder à une analyse secondaire de données pour comparer avec les résultats des différentes techniques appliquées (questionnaires, observations et entretiens). Cette technique m’aiderait à acquérir une connaissance sur le cadre législatif de la coopération sinoalgérienne et de la relation triangulaire ainsi que sur les questions d’approvisionnement en matière de construction. C’est aussi un moyen pour mesurer l’écart entre la réalité observée et communiquée par les acteurs, et celle des rapports administratifs et gestionnaires.

Hicham Rouibah

Doctorant en socioéconomie à l’Université Paris-Diderot, programme Arts de l’IRD, membre du laboratoire DYNURES de l’Université Oran.

Pour citer ce billet : Hicham Rouibah, «Comment appréhender la problématique des entreprises chinoises de BTP en Algérie ?», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2193. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2203.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Historicisation et perspectives patrimoniales d’un héritage architectural et urbain de la période coloniale française (1837-1962) à Constantine

Contexte de la recherche

Constantine a été un véritable terrain d’expérimentation 1 en termes d’architecture et d  ’urbanisme pendant la période coloniale française. Celui-ci a légué à la ville un important héritage architectural d’une grande richesse stylistique. La pluralité de la production architecturale et urbaine de cet héritage demeure méconnue, en dépit de sa dominance dans le paysage urbain constantinois.

D’une part, la construction d’une connaissance sur cet héritage permet d’apporter de nouveaux éclairages à l’histoire de la ville, qui pourront enrichir l’enseignement de cette phase en histoire de l’architecture, aujourd’hui encore peu maîtrisée et trop schématisée. D’autre part, l’étude du cas de Constantine, dans son contexte historique et sa réalité matérielle singulière, selon une nouvelle approche que nous développons ci-après, peut être un apport aux recherches en cours sur les différents modèles de villes et d’architectures de la période coloniale française au Maghreb en général, et en Algérie en particulier.

Il apparaît important de connaître les valeurs historique, architecturale, technique et esthétique afin de donner une plus-value à l’héritage architectural et urbain de cette période. Ceci orientera le regard du maître d’ouvrage (public ou privé), du maître d’oeuvre ou du propriétaire, pour décider en particulier du devenir de cet héritage – conservation, réhabilitation, disparition – et pour une meilleure prise en charge de ces architectures dans le processus de changement du regard sur ce qui constitue la ville ancienne de Constantine. La connaissance de cet héritage permettra également de guider le travail de conservation du patrimoine dans le but de le valoriser ; ce qui est un enjeu important dans le contexte actuel où la ville connait une phase de réhabilitation de son bâti ancien et de son parc immobilier colonial datant des XIXe et XXe siècles. Cette méconnaissance pose en effet beaucoup de problèmes concrets lors des opérations de réhabilitation des bâtiments, notamment quant au processus de transformation de certains bâtiments, qui en ont modifié la substance au fil du temps. Les évaluations des interventions et des projets de réhabilitation entrepris en témoignent. Ces opérations sont souvent menées dans l’incompréhension de l’objet sur lequel elles portent, en ne prenant pas en considération la genèse historique ainsi que les caractéristiques du bâti. Elles sont généralement limitées à un ravalement de façade assez simplificateur. On part ici de l’hypothèse – à vrai dire fondatrice de l’intervention patrimoniale dans les villes anciennes – que les valeurs (historiques, architecturales, esthétiques, techniques…) des bâtiments sont à étudier pour conduire des actions de réhabilitation plus nuancées et respectueuses, à même de conserver le capital culturel constitué par cet héritage.

Ce travail est plus que jamais nécessaire dans le contexte actuel de mise en place d’un processus de patrimonialisation : de grandes opérations de rénovation et de réhabilitation ont été lancées dans le centre des grandes villes comme Alger ou Oran.

Le paysage urbain constantinois avec son vieux « Rocher » et extensions urbaines de ce dernier

© Maïssa Acheuk-Youcef.

En effet, un patrimoine n’est considéré comme tel que s’il est le fruit d’une construction sociale. D’où l’intérêt de se poser la question : qui porte la reconnaissance d’un héritage comme patrimoine ? L’intérêt de reconnaissance en tant que tel et de la valorisation patrimoniale naissent notamment lorsque les valeurs sont connues. L’expertise scientifique peut être un facteur déterminant dans la mise en valeur. Ainsi, la production de la connaissance s’avère nécessaire et préalable à la reconnaissance et à la mise en valeur de cet héritage constantinois. Par conséquent, il apparaît important d’étudier ses logiques de production qui justifieront sa logique de protection.

Cette étude d’une ville comme Constantine s’inscrit au croisement de plusieurs champs disciplinaires : à savoir l’architecture, l’urbanisme, l’histoire de l’art et la géographie-aménagement, mobilisant ainsi des approches comme l’histoire urbaine et de l’architecture, les sciences du patrimoine, l’étude de la morphologie urbaine et des outils comme la cartographie par la construction d’un Système d’Information Géographique (SIG). Le croisement de ces approches sous cet angle-là, n’a pas encore constitué un champ de recherche accompli dans l’étude des villes algériennes aux XIXe et XXe siècles.

De ce terrain d’étude brièvement décrit émanent plusieurs questionnements

Quel est l’héritage architectural et urbain de l’époque coloniale française à Constantine ?

Afin d’identifier et de connaître cet
héritage, le travail de recherche est basé sur une « historicisation de l’espace construit 2 », ce qui implique l’identification et la datation des objets de cet espace, dont le processus de production, fait lui-même de sous-processus ayant chacun sa logique, et (étant) en interaction 3.

Le « Rocher », coeur historique de Constantine avec son tissu urbain et ses architectures

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Ainsi pour connaître l’architecture produite, il s’agit alors d’appréhender auparavant l’espace urbain de Constantine dans son évolution historique, sociale et spatiale.

L’étude porte sur l’espace urbain constantinois avec le Rocher, coeur historique de la ville, et ses premières extensions urbaines datant de la période coloniale française à savoir : les faubourgs de Saint-Jean, Saint-Antoine, El Kantara, Sidi Mabrouk et le Coudiat-Aty.

Quel est le processus de production architecturale et urbaine de cette époque et quels en sont les acteurs ?

Considérant que chaque nouvelle production dans l’espace urbain nécessite la mobilisation et l’interaction de plusieurs acteurs 4, il apparaît nécessaire de mettre en évidence la complexité de ces jeux d’acteurs. Ainsi, d’autres questions de recherche en découlent :

Quels sont les registres architecturaux de cet héritage ?

– Quels sont les types et les formes d’architectures – notamment pour l’habitat – produites à Constantine pendant cette période ?

– Quelles ont été les inspirations et les contributions locales pour la production architecturale ? Notamment l’expression de la population locale – qu’elle soit autochtone ou coloniale – dans l’architecture.

– Qui sont les architectes/concepteurs dont les créations ont marqué l’espace urbain constantinois ?

– L’Algérie ayant été un terrain d’expérimentation, est-ce que certaines architectures n’ont pas été exportées à Constantine par des avant-gardistes avant leur apparition en métropole ?

La réponse à ces questions permettra notamment de connaître la contribution de l’expérience constantinoise à la circulation des modèles architecturaux.

Pour répondre à nos questions

Notre méthode de recherche consiste à partir de la réalité matérielle du terrain d’étude que nous considérons comme la première source historique vivante à interroger. Cela est ensuite confronté et croisé avec l’analyse des sources historiques graphiques et écrites collectées à partir d’un important travail de dépouillement mené dans différentes sources d’archives en Algérie (Constantine, Alger) et en France (Paris, Vincennes, Aixen- Provence). Ceci représente plus de 300 dossiers consultés, soit près de 4000 documents graphiques et écrits mobilisés et émanant principalement des :

– Archives Municipales de Constantine ;
– Archives de la direction du Cadastre de Constantine ;
– Archives de la Wilaya (Préfecture) de Constantine ;
– Archives Nationales d’Algérie, Alger ;
– Archives du Service Historique de la Défense, Vincennes ;
– Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM), Aix-en-Provence ;
– Fonds de l’Institut Français d’Architecture, Paris ;
– Fonds de l’IGN, Saint-Mandé. Pour approcher la fabrication de l’espace urbain constantinois, nous considérons que chaque objet dans la ville est issu d’un processus matériel et social basé sur des jeux d’acteurs : publics (militaire et civil) et privés (architectes, entreprises, société civile…etc.). Ainsi, nous décomposons la réalité matérielle de l’espace urbain en plusieurs objets à étudier, emboîtés à différentes échelles (quartiers, lotissements, rues, bâtiments – habitat et équipements –) que nous identifions et que nous analysons.

Contraste dans le paysage urbain entre l’héritage de la période coloniale française (extensions de la ville) et l’héritage architectural des époques antérieures (Rocher)

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Un aperçu sur la mosaïque d’architectures identifiées dans le paysage urbain constantinois

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Nous étudions ces jeux d’acteurs complexes pour certaines opérations dans la ville à travers une approche systémique. Ainsi, nous analysons le processus de décision pendant cette période, à différentes échelles du pouvoir : le niveau local (la Mairie et la Préfecture de Constantine), le niveau central (le Gouvernement général à Alger) et enfin, le niveau de la métropole (différents ministères, Assemblée nationale…etc. à Paris), avec les autorités et les acteurs clés correspondants à chaque régime politique (selon les périodes).

Pour ce qui est de l’échelle des quartiers et lotissements, pour étudier le processus de leur fabrication et avant d’aborder leur évolution, nous revenons à leur genèse d’abord à travers la question de l’acquisition et la répartition du foncier pour les colons européens. Par la suite, les autres échelles de la rue et du bâti, sont traitées.

Les objectifs et les apports scientifiques de ce travail de recherche sont de plusieurs ordres

La visée de cette recherche est de mieux connaître l’architecture et l’urbanisme de l’époque coloniale française à Constantine entre 1837 et 1962. À partir de là, on peut déterminer quelques pistes permettant de mieux envisager l’inscription de cet héritage dans le développement urbain. Il s’agit de :

– Connaître le processus de production architectural et urbain de cette époque et d’identifier les maîtres d’ouvrage et les architectes qui ont marqué l’espace urbain constantinois.

L’emboitement des échelles de production de l’espace à travers la mobilisation des documents graphiques et écrits correspondant à ces échelles permettra de rendre compte de manière systématique et rigoureuse de l’évolution de la ville et ainsi d’historiciser l’espace urbain à ses différentes échelles.

– Mettre en exergue la richesse et la diversité architecturale du patrimoine bâti. Plusieurs registres, styles et typologies architecturales sont juxtaposés et articulés dans la même ville, dans un même quartier ou parfois dans une même rue, créant une mosaïque à ces différentes échelles.

Ainsi on rencontre des bâtiments marqués par des influences occidentales d’une tendance apparue en Europe au XIXe et au début du XXe siècle, comme des bâtiments marqués par des influences locales ou bien un mélange des deux, avec des bâtiments stylistiquement « hybrides ». Nous étudions certaines architectures qui sont apparues dans une période donnée et ont été appliquées en Algérie. D’autres styles singuliers, sont caractérisés par une empreinte locale, il s’agira de faire ressortir l’influence locale dans la production architecturale.

– Identifier les objets datant de cette période, ayant un potentiel culturel et économique, y compris ceux situés en dehors de l’actuel secteur sauvegardé et qui sont susceptibles de faire l’objet de mesures de protection. Ceci sera réalisé entre autres, dans une perspective de développement de l’attractivité de la ville. – Constituer une base de données numérique et géo-référencée, à l’échelle de la ville : historicisation de l’espace urbain et du bâti avec un Système d’Informations Géographique (SIG). Ce système aura vocation à évoluer vers un instrument d’aide à la décision, de conservation et de valorisation de cet héritage urbain et architectural, basé sur ces nouvelles connaissances.

Ce travail permettra également à partir du dépouillement des sources dispersées, d’accès parfois difficile (Fonds des Archives Municipales de Constantine, Archives Nationales d’Outre-Mer à Aix-en-Provence, Archives du Service Historique de la Défense à Vincennes, Archives de l’Institut Français d’Architecture à Paris…etc), de les rassembler et de les intégrer. Il faut bien sûr d’abord repérer et identifier les données historiques encore inexploitées, et les répertorier. Cela sera d’autant plus utile aux études d’histoire urbaine et architecturale pendant la période coloniale française à Constantine, en facilitant leur croisement selon une approche systémique, avec ce que cela implique comme nouveaux objets et aspects à étudier.

Exemples d’architectures identifiées situées en dehors de l’actuel secteur sauvegardé et qui sont susceptibles de faire l’objet de mesures de protection dont certaines sont exposées à la destruction

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Un échantillon du type de documents historiques archivistiques correspondant aux objets d’étude à différentes échelles, collectés et mobilisés pour cette recherche

© Archives Municipales de Constantine ; Archives du Cadastre de Constantine ; Archives du Service Historique de la Défense, Vincennes ; Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM), Aix-en-Provence ; Fonds de l’Institut Français d’Architecture, Paris ; Fonds de l’IGN, Saint-Mandé.

En plus de l’apport historiographique à l’échelle de Constantine et la dimension d’expertise patrimoniale de ce travail de recherche, la connaissance du cas spécifique constantinois permettra de constituer un apport entre autres sur la question de la circulation des modèles architecturaux aux XIXe et XXe siècles à l’échelle du Maghreb et de la Méditerranée.

En effet, les travaux qui ont été développés en histoire urbaine et architecturale de la partie nord de l’Afrique ont été menés principalement sur des grandes villes et capitales comme Alger, Tunis, Casablanca, le Caire…etc, mais peu ou presque pas sur des métropoles régionales comme dans le cas de Constantine, qui comporte des spécificités sur plusieurs aspects, comme la recherche en cours le fait apparaître.

L’apport de cette recherche permet également de capitaliser les données cartographiques collectées, pour constituer un SIG historique qui n’existe pas encore au niveau de la ville de Constantine. Cette capitalisation des données pourra être une manière de contribuer notamment à préserver le patrimoine de Constantine et en particulier les archives de cette période, qui sont exposés à la dégradation et donc à la menace de destruction.

1 Cette notion de laboratoire d’expérimentation a déjà été largement discutée, illustrée et démontrée par différents chercheurs dans plusieurs travaux de recherche sur l’Algérie et les pays du Maghreb notamment: De Tarde (1937, 27) ; Guillerme (1992) ; Culot (1992) ; (1996, 8) ; Nouschi (1996, 139) ; Pinon (1996, 49) ; Cohen et Eleb (1998) ; Vacher (1997) ; Volait et Minnaert (2003, 379-380) ; Garret (2005, 37) ; Hakimi (2005, 64 ; 81), etc.

2 Gauthiez Bernard, 2014, « Le temps dans l’espace
des villes, ou l’espace des villes comme accumulation des produits matériels de phénomènes sociaux », Géocarrefour, vol. 89/4, 283-296.

3 Ibid.

4 Ibid.

Maïssa Acheuk-Youcef

Doctorante en Architectur/Géographie- Aménagement en cotutelle, Université de Constantine 3/ Université de Lyon 3, UMR 5600. Contact : aymaissa@hotmail.com

Pour citer ce billet : Maïssa Acheuk-Youcef, «Historicisation et perspectives patrimoniales d’un héritage architectural et urbain de la période coloniale française (1837-1962) à Constantine», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2193. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2182.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ?

Le programme de recherche « Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ? » vise à examiner l’accroissement du secteur privé de santé en Tunisie en lien avec l’augmentation de la patientèle étrangère (maghrébine, subsaharienne principalement originaire d’Afrique de l’Ouest, européenne) avec une attention particulière portée aux changements enregistrés depuis 2011. De manière assez inattendue, une des dynamiques, qui découle des révolutions arabes, est le nouveau rôle de la Tunisie en matière de services de santé. À l’augmentation accrue de la patientèle libyenne dans les structures de soins privées depuis l’éclatement de la guerre civile en Libye, s’ajoute l’émergence de nouveaux marchés. La Tunisie se positionne actuellement comme le principal pays exportateur de soins en Afrique du Nord, le pays affiche même l’une des plus fortes croissances au monde dans le secteur du tourisme médical (Lautier, 2013). À la croisée des enjeux (géo)politiques et sociétaux du Maghreb contemporain, la recherche proposée cristallise des thèmes essentiels à l’instar du champ des migrations, des mobilités et des circulations à caractère médical mais aussi de problématiques telles que celles du développement local, de l’intégration régionale et de la mondialisation économique dans un contexte spécifique de transition politique. Pionnier, ce programme s’inscrit dans les débats qui animent aujourd’hui les sciences humaines et sociales à l’intersection des migration studies et du tournant mobilitaire (Sheller, Urry, 2006), des transnational studies (bottom-up/topdown) et du biopolitique (borderities (Amilhat-Szary, Giraut, 2011), bioéconomie et bioéthique). Au-delà de la production de données empiriques sur un sujet encore très peu documenté au
Maghreb 1, le programme de recherche présente une dimension heuristique en invitant à reconceptualiser le triptyque « mondialisation, migration, santé ». À partir d’un champ original (la santé), il est question d’analyser de nouvelles formes d’interactions et de mobilités convergentes vers la Tunisie, tout en privilégiant une approche multi-scalaire afin d’examiner la production de nouveaux espaces de soins (échelle locale, urbaine, transfrontalière, régionale, transnationale) dans une perspective « Sud-Sud ».

Ce programme de recherche s’articule autour de trois axes intrinsèques : (i) Développement du secteur privé de santé et patientèle étrangère en Tunisie ; (ii) Figures migratoires émergentes et espaces de circulations depuis 2011 dans le Maghreb et au-delà ; (iii) Mobilités régionales, transnationalisme et mondialisation au prisme des mobilités médicales « Sud-Sud ».

Axe 1 : Développement du secteur privé de santé en lien à la patientèle étrangère en Tunisie

La Tunisie dispose aujourd’hui des ressources sanitaires équivalentes à celles des pays européens (niveau de qualification des praticiens, standardisation des protocoles thérapeutiques, infrastructures sanitaires, matériel médical, etc.) à des prix très concurrentiels sur le marché mondial (Lautier, 2013). À titre  d’indication, on estimait à 22.1 millions de dollars (USD) les exportations de services de santé de la Tunisie (dont 18 millions USD vers la seule Libye) (Menvielle, 2012), tout en précisant qu’il convient d’ajouter à ces chiffres les dépenses relatives aux séjours des malades (accompagnants, apport de devises, etc.) (Rouland et al., 2016). Cependant, les impacts du secteur privé de santé tout comme les effectifs réels des patients qui viennent se faire soigner en Tunisie échappent aux instruments de mesure : « ce phénomène n’en est probablement qu’à ses débuts et son ampleur réelle apparaît incertaine. Il est difficile à quantifier […]. Une première difficulté de mesure est liée à la prise en compte de ces flux car ils se soumettent mal aux instruments de mesure disponibles » (Lautier, 2013). Bien que l’absence de données limite la mesure dudit
phénomène, l’accroissement de l’offre privée de santé et de la patientèle libyenne depuis 2011 dans la ville de Sfax, témoignent d’une part du dynamisme local de la niche d’activité et, d’autre part, de la diversification des profils des patients libyens dans le contexte de guerre civile en Libye mais aussi à l’essor de nouveaux marchés (la patientèle algérienne).

Par conséquent, ce premier axe vise à dresser un état des lieux de l’expansion du secteur privé de santé dans les villes tunisiennes en lien avec l’augmentation de la patientèle étrangère et notamment les changements enregistrés depuis 2011 :

i) Élaborer une radiographie de l’évolution du secteur privé de santé en Tunisie (offre médicale et paramédicale) ;

ii) Identifier les différents acteurs et les logiques déployées pour le développement de la niche d’activité (professionnels de santé et personnel « extra » médical », actionnaires, sociétés intermédiaires/
facilitators, etc.) ;

iii) Examiner les impacts locaux du développement des services du secteur privé de santé et des activités corollaires dans les villes tunisiennes (aménagements liés aux structures (para)médicales, aux nouveaux espaces résidentiels (hôtellerie, marché locatif et commerciaux).

Axe 2 : Figures migratoires émergentes et espaces de circulations depuis 2011 dans le Maghreb et au-delà

Depuis la révolution de la « dignité » (Thawrat al-Karama) à la fin de l’année 2010 en Tunisie et depuis les soulèvements populaires qui ont eu lieu dans les pays arabes en 2011, on assiste à une redistribution de la donne et des enjeux migratoires dans le Maghreb et bien au-delà. Des populations migrantes hétérogènes s’entrecroisent aujourd’hui sur le sol tunisien, un changement de paradigme s’est opéré : la Tunisie est passée du statut de terre traditionnelle d’immigration à celui d’espace d’accueil, de transit et de circulation. Désormais, le pays accueille de nouvelles figures migratoires complexes dont les statuts sont difficilement identifiables du fait de l’absence d’outils statistiques fiables (Boubakri, 2015). À titre d’exemple, les Libyens présents en Tunisie sont catégorisés de manière antinomique comme réfugiés (sans le statut légal) ou touristes médicaux alors que les études récentes démontrent à l’inverse que ces derniers sont mobiles et circulent pour des motifs variés mais que leurs modes de recours aux soins s’éloignent des logiques du tourisme médical et nécessitent d’être appréhendés dans le contexte de guerre civile actuelle qui règne en Libye (Rouland et al., 2016 ; Boubakri, 2015). En dépit de la proximité géographique avec l’Union Européenne (UE), ce sont les patients originaires des pays voisins de la rive sud de la Méditerranée et du Sahel qui répondent majoritairement à l’offre médicale privée qui s’est développée en Tunisie et, contrairement aux voyageurs médicaux venus du Nord, recourent à une gamme de  soins beaucoup plus large (Rouland et al., 2016). Aussi, l’émergence de figures et d’espaces migratoires structurés par des logiques sanitaires met en exergue de nouvelles interactions, des espaces d’échanges intra-maghrébins et avec le Sahel, des processus de
régionalisation « par le bas » nouveaux et originaux caractéristiques de dynamiques « Sud-Sud ».

Figure 2. Projets d’aménagements liés au secteur privé de santé
(résidences et cabinets médicaux) à proximité de deux polycliniques récemment construites dans la ville de Sfax

© Rouland, 2015.

Par conséquent, la Tunisie constitue aujourd’hui un « espace laboratoire » pour étudier le phénomène croissant des mobilités médicales en Afrique du Nord.

Par le biais du champ de la « santé » et l’examen des modes de recours aux services du secteur privé, le second axe s’intéresse à élaborer des typologies en fonction des « profils » et des « espaces » sur lesquels circulent la patientèle étrangère enquêtée :

i) Contextualiser dans le temps et sur l’espace l’évolution des mobilités médicales au Maghreb ;

ii) Dresser une typologie en fonction des profils de la patientèle étrangère (en fonction des origines géographiques, mode(s) d’accès et de prise(s) en charge des soins, itinéraire(s) thérapeutique(s), exposition à des risques et degré de vulnérabilité), des réseaux sur lesquels les patients s’appuient et analyser la complexité des figures migratoires émergentes ;

iii) Spatialiser le regard en cartographiant les espaces de soins empruntés, tissés et pratiqués par les patients (mobilités médicales trans-frontalières, intra-maghrébines, sahéliennes- maghrébines, etc.) et élaborer un panorama plus large des figures migratoires et des formes de circulations qui découlent de la révolution arabe de 2011.

Axe 3 : Mobilités régionales, transnationalisme et mondialisation au prisme des mobilités médicales « Sud- Sud »

Dans un monde globalisé et au vu de l’augmentation des mobilités et des circulations médicales, la santé apparaît d’une part comme un champ pertinent pour repenser les enjeux du tournant mobilitaire. À ces nouvelles formes de mobilités s’ajoutent l’émergence d’espaces de soins transnationaux en Afrique du Nord tissés par des acteurs pluriels, impulsés par des dynamiques de la mondialisation économique et structurés par des processus de régionalisation « par le bas ». D’autre part, la santé offre des outils d’analyses pertinents pour évaluer les « champs migratoires » pratiqués par les migrantsainsi que les processus de différenciation qui les caractérisent. En effet, la santé s’avère à la fois un excellent indicateur de la mondialisation économique (Huynen, 2005 ; Dixneuf, 2003) mais également des conditions de vie des populations (Fleuret, Séchet, 2004, 6). Autrement dit, le choix du projet est d’abord motivé par le fait que de
nouvelles figures migratoires et des espaces de circulations liés à la santé ont émergé au cours de cette dernière décennie au Maghreb et spécialement depuis 2011.

L’axe 3 permet d’aborder des enjeux théoriques, devenus des questions centrales dans les sciences humaines et sociales :

i) Déconstruire des catégories englobantes (touriste médical vs réfugié) et saisir l’hétérogénéité des formes de mobilités et de circulations afin d’appréhender les inégalités des champs migratoires dans lesquels les populations migrantes évoluent au Maghreb ;

ii) Évaluer par le biais des champs sanitaire et migratoire les processus de régionalisation « par le bas » et d’intégration régionale au Maghreb et comparer les phénomènes observés avec d’autres régions du globe ;

iii) Recadrer le contexte régional dans des enjeux globaux (mondialisation économique et marchandisation des soins) à travers les approches du biopolitique (borderities), de la bioéconomie et de la bioéthique (avec un focus néanmoins porté sur le secteur de la reproduction médicalement assistée).

© Rouland, 2015.

1 Contrairement à d’autres régions du globe comme l’Asie, les études portant sur les mobilités médicales (phénomène également qualifié de tourisme médical, de voyages médicaux ou de circulations thérapeutiques) sont très peu développées en Afrique à l’exception de celles de l’économiste Marc Lautier sur l’exportation des services de santé en Tunisie (2013 ; 2005) et de Jonathan Crush et Abel Chikanda (2015) sur l’Afrique du Sud.

Bibliographie
AMILHAT-SZARY Anne Laure, GIRAUT,Frédéric, 2011, Borderities and the,Politics of Contemporary Mobile,Border, Basingstoke, Palgrave,MacMillan.

BOUBAKRI Hassan, 2015, « Migration et asile en Tunisie depuis 2011 : vers de nouvelles figures migratoires ? » Revue européenne des migrations internationales, vol. 31, n° 3, 17-39.

CRUSH Jonathan, CHIKANDA Abel, 2015, “South-South medical tourism and the quest for health in Southern Africa”, Social Science & Medicine, n° 124, 313-320.

DIXNEUF Marc, 2003, « La santé publique comme observatoire des dynamiques de la mondialisation » in J. Laroche (dir.), Mondialisation et gouvernance mondiale, Paris, PUF, 213-225.

FLEURET Sébastien, SECHET Raymonde, 2004, Géographie sociale et dimension sociale de la santé, Colloque ESO, [En ligne : http://assos.univ-lemans.fr/ LABO/eso/IMG/pdf/fs.pdf].

HUYNEN Maud, MARTENS Pim, HILDERINK Henk B.M., 2005, “The health impacts of globalization: a conceptual framework”, Globalization and health, vol. 1, n° 1.

LAUTIER Marc, 2005, Les exportations de services de santé des pays en développement : le cas tunisien. Agence française de développement, Notes et documents n° 25.

LAUTIER Marc, 2013, Le développement des échanges internationaux de service de santé : perspectives des exportations en Afrique du Nord, Banque Africaine de Développement, [En ligne : http://www. afdb.org/fr/news-and-events/article/ internationaldevelopment- of-health-services-northafricas- export-prospects-11649/].

MENVIELLE Loïck, 2012, « Tourisme médical : quelle place pour les pays en développement ? » Mondes en développement, vol.°157, n° 1, 81- 96.

ROULAND Betty, JARRAYA Mounir, FLEURET Sébastien, 2016, « Du tourisme médical à la mise en place d’un espace de soins transnational : l’exemple des patients libyens à Sfax (Tunisie) », Revue francophone sur la santé et les territoires, [En ligne : http://rfst.hypotheses.org/roulandbetty- jarraya-mounir- f l e u r e t –
sebastien].

SHELLER Mimi, URRY John, 2006, “The new mobilities paradigm”, Environment and planning A, vol. 38, n° 2, 207-226.

Betty Rouland

est Géographe, chercheure à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Betty Rouland, «Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ?», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2176.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Protestations et mobilisations « environnementales » dans la Tunisie post-2011, entre mouvements spontanés et actions associatives

Il est fréquent d’entendre dire que l’environnement ou que l’écologie ne sont pas des préoccupations importantes en Tunisie. Lors de la présentation au public de la nouvelle « police tunisienne de l’environnement », le ministre de l’environnement Riadh Mouakher a ainsi fustigé « l’absence de conscience environnementale chez les citoyens », reprenant à son compte une formule largement répandue et qui caractérise de manière encore plus spécifique les catégories populaires, pour qui l’environnement ne serait pas « une priorité ». Pourtant, depuis 2011, de multiples mobilisations liées à des problématiques environnementales se sont fait jour, traduisant donc certaines préoccupations environnementales, et elles ne se sont pas cantonnées aux catégories les plus aisées de la population.

Ce décalage entre manque d’intérêt supposé pour l’environnement et présence manifeste des mobilisations tient peut-être aux manières dont les notions d’environnement, ou d’écologie, sont communément appréhendées, et à une représentation étroite de ce que recoupent les mobilisations écologiques…

© nawaat.org

Pour ma part, j’essaie de me placer dans le champ de l’écologie politique (political ecology), dont la littérature a mis en évidence les liens étroits entre dimensions écologiques, sociales et politiques1 : les conditions écologiques sont dépendantes de processus politiques. Inversement, les altérations de l’environnement, dont par exemple les changements climatiques ou les baisses notoires et rapides de biodiversité, affectent les dynamiques sociales, économiques, politiques, et ne peuvent se résumer à des « externalités négatives ». L’écologie politique invite à penser la nature comme produit d’acteurs humains et non humains, qui est aussi un objet de conflit : l’accès aux ressources, aux services, à ce qui permet l’existence, est dépendant de schémas économiques, sociaux, spatiaux, etc.

Joan Martiner Alier, auteur de L’écologisme des pauvres, a consacré une grande partie de ses recherches aux mouvements écologistes du Sud, notamment en Amérique latine. Il y fait usage de la notion de « conflits écologico-distributifs », définis comme des « conflits sociaux autour de l’accès aux ressources et aux services écologiques, et de leur destruction ». Il appelle à élargir et redéfinir la notion de mouvements écologistes : « Ce sont des mouvements écologistes – quelle que soit la langue dans laquelle ils s’expriment – dès lors que leurs objectifs sont définis en termes de besoins écologiques pour la vie : l’énergie, y compris les calories alimentaires, l’eau, l’espace pour se loger »2.

De tels conflits sont légion en Tunisie, autour de l’accès aux ressources et du cadre de vie. En voici un premier inventaire, non exhaustif.

On a observé une montée en puissance des mobilisations en réaction aux coupures d’eau ces dernières années. Au cours de l’été 2016, notamment, ces mobilisations et ces enjeux ont été très médiatisés, car les coupures ont touché les régions touristiques, urbaines, côtières. Mais c’est une réalité plus installée dans certaines régions de l’intérieur ou le scénario se répète tout le temps, où les coupures peuvent durer des mois. Le répertoire des mobilisations se décline en blocages de routes, de voies de chemin de fer, en manifestations, en rassemblements devant le siège de la SONEDE ou des municipalités… Les protestations peuvent aussi prendre d’autres formes, comme la destruction du matériel de la SONEDE ou des Groupements de développement agricole. Des initiatives associatives viennent se greffer à ces mouvements, plus ou moins à distance.

Le contrôle des ressources minières et pétrolières fait l’objet de contestations : citons par exemple le mouvement à Tataouine, le sit-in d’el Kamour, où il existe des revendications ciblées sur l’usage des ressources, la répartition des bénéfices, l’accès à l’information vis-à-vis des quantités extraites, du chiffre d’affaires engendré, etc.

Il existe aussi des mobilisations autour de l’accès à la terre : des mouvements d’occupation des terres détenues auparavant par l’état ou par des privés, avec la remobilisation d’un récit historique, des références à la terre des ancêtres confisquée lors de la période coloniale, comme à Jemna.

Parmi les mobilisations qui concernent le cadre de vie, la question des déchets occupe une place de choix. Après la “révolution », on a vu émerger plusieurs mobilisations de travailleurs. Par exemple, en 2012, les employés de la décharge du gouvernorat de Sfax située à Agareb ont observé un arrêt de travail pour exiger d’être rattachés au ministère de l’environnement et protester contre la sous-traitance – la décharge est gérée par une société privée, tout en faisant mention des mauvaises conditions sanitaires des travailleurs et des maladies auxquelles ils sont exposés. Des mouvements de riverains ont aussi émergé : à Borj Chakir, dans le grand Tunis, à Enfidha, certaines associations se sont proposées d’encadrer les décharges, autour du centre de déchets dangereux du Jradou…

Les protestations contre les pollutions industrielles ont également pris de l’ampleur, par exemple dans le secteur des phosphates à Sfax et à Gabès. Le secteur, dominé par l’entreprise étatique Compagnie des phosphates de Gafsa Groupe chimique tunisien, représente une part notable du PIB et emploie des milliers de personnes. Mais chaque étape de la chaîne de production est responsable de dégâts environnementaux et sanitaires : l’air, le sol, l’eau des zones concernées sont contaminés, avec des conséquences néfastes sur d’autres activités économiques et notamment l’agriculture ; les habitants et les travailleurs témoignent d’une fréquence accrue des maladies respiratoires, cutanées, osseuses, des cancers, sans compter les accidents de travail (fuites de gaz toxiques, brûlures à l’acide). En outre, les processus industriels nécessitent l’utilisation de très grandes quantités d’eau au détriment de la consommation agricole et domestique.

© nawaat.org

Cela m’amène à m’interroger : la montée en puissance des mobilisations liées à l’environnement semble mettre en évidence des contradictions du modèle de développement. Ces mobilisations font intervenir une grande variété d’acteurs, des mouvements de protestation spontanés aux ONG, et s’articuler avec les contestations des profonds déséquilibres sociaux et territoriaux. Dans quelle mesure, fortes de ces interactions, ces mobilisations appellent-elles à transformer ce modèle et sont-elles capables de porter des alternatives ?

Dans cette perspective, je voudrais souligner 4 pistes de questionnement pour orienter ma recherche à ce stade.

Ces protestations s’inscrivent dans des tissus de relations à différentes échelles : liens de solidarité locale ou familiale, rapports avec des acteurs associatifs, des militants politiques ou syndicaux, des acteurs privés, insertion dans des réseaux nationaux et internationaux… L’essor de nouveaux acteurs et de programmes de coopération internationale visant le développement ou le soutien à la transition démocratique, dans lesquelles des fonds sont destinés aux problématiques environnementales, ou encore des initiatives issues de la dynamique des Forums sociaux mondiaux, peuvent influencer le mode d’organisation des mobilisations et leur langage (« plaidoyer », bonne gouvernance »). Les frontières semblent parfois poreuses entre mobilisations, associations, groupe d’intérêts, ONG, etc. Les associations initiatrices ou impliquées ont parfois plusieurs casquettes. Certaines associations se proposent d’encadrer les mobilisations sociales, ou de leur donner voix, de parler en leur nom – citons l’initiative récente du Congrès national des mouvements sociaux porté par le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux. À quoi donnent lieu ces interactions entre acteurs, lexiques, modes d’organisation, répertoires d’action disparates, qui font appel à des modèles différents. Comment modifient-elles le rapport au politique, en dehors des cadres plus classiques d’organisation collective que sont les partis, les syndicats, peu représentés dans les mobilisations environnementales ?

Comment les notions de justice spatiale et de justice écologique peuvent être mobilisées pour l’analyse des mobilisations environnementales ? On observe en effet une forte inscription spatiale et territoriale des mobilisations liées aux problématiques environ-nementales, en termes d’enjeux, de réseaux de solidarité mobilisés, de représentations de la justice. Il semble alors pertinent d’interroger l’articulation entre les mobilisations environnementales et les fractures territoriales, à différentes échelles : les régions, mais aussi les villes, voire les quartiers.

Les mobilisations liées à l’environnement sont souvent en prise avec des intérêts contradictoires de différents acteurs, entre la nécessité de limiter les impacts sur la santé et l’environnement et le besoin revendiqué de « développement », d’accès à l’emploi.

Comment ces contradictions et ces divergences sont-elles négociées, résolues, ou donnent-elles lieu à des confrontations ? Cela renvoie aussi, il me semble, à la question de la temporalité, quand la possibilité d’assurer les besoins de leur famille au jour le jour, le souci de survie, éloignent les considérations sur les conséquences en matière de santé, et de cadre de vie, et les conséquences sur les possibilités de subsistance future. Dans le bassin minier, au rythme d’extraction actuel, les réserves de phosphate seront épuisées d’ici quelques dizaines d’années. Pourtant, peu de gens y envisagent la sortie du phosphate ou la reconversion de l’économie… Il faut dire que ce sont des villes créées littéralement autour du phosphate, contrairement aux lieux dans lesquels s’effectue la transformation du minerai comme Gabès, où les références à un paradis perdu sont fréquentes et les discours prônant l’abandon de l’activité plus nombreux, plus audibles.

© nawaat.org

A Sfax, il existe clairement une opposition entre d’un côté les travailleurs de l’industrie, le syndicat, et de l’autre le mouvement pour le démantèlement de l’usine SIAPE, traversé par des intérêts économiques. La situation de Gabès est différente : des travailleurs de la zone industrielle ont parfois pris part à des manifestations contre la pollution, l’UGTT ne s’est pas positionnée contre le mouvement, elle y appuie parfois les actions… En clair, l’opposition binaire environnement versus emploi semble devoir être tempérée, d’autant plus que les atteintes à la nature des industries et des activités industrielles, chimiques, pétrogazières entraînent des pertes d’activités et d’emplois dans d’autres secteurs : pêche, agriculture, etc., qui donnent parfois lieu, elles aussi, à des mobilisations.

Les mobilisations, qu’il s’agisse de protestations directes ou d’actions collectives institutionnelles, s’articulent à des représentations culturelles dominantes des problématiques environnementales qui semblent marquées par l’Histoire. Le souci de l’environnement a été mobilisé comme argument justifiant la colonisation française au Maghreb – le soi-disant déclin environnemental dû aux invasions arabes et au nomadisme, la prétendue nécessité du reboisement3 –, comme outil de contrôle des populations rurales pendant la dictature de Ben Ali4, de sensibilisation au “civisme » (la mascotte de Labib). Depuis 2011, et notamment durant les grèves des éboueurs, le sujet des déchets a beaucoup occupé les éditorialistes, mobilisant le champ lexical du désordre, et associant l’accumulation des déchets dans les rues au “désordre social » et aux mouvements sociaux. Se pose alors, en toile de fond, la question suivante : comment ces approches infantilisantes et répressives pèsent-elles sur la capacité à mobiliser et les cadres de références des mouvements sociaux relatifs aux problématiques environnementales ?

1 ROBBINS, 2004, Political ecology – a critical introduction, Malden, Blackwell.

2 MARTINEZ-ALIER, 2002, The environ-mentalism of the Poor, Edward Elgar Publishing.

3 DAVIS K., 2012, Les mythes environnementaux de la colonisation française au Maghreb, Seyssel, Champ Vallon.

4 GARDIN J., 2004, La forêt et l’État en Kroumirie : politique environnementale et contrôle social des populations rurales en Tunisie. Paris : Thèse de doctorat en géographie, Université Paris X-Nanterre, 550 p.

Diane ROBERT

doctorante en géographie, LADYSS, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Pour citer ce billet : Diane Robert, « Protestations et mobilisations « environnementales » dans la Tunisie post-2011, entre mouvements spontanés et actions associatives », Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2157.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La place de la nature dans la société tunisienne Les empreintes du politique sur l’environnement

Environnement et politiques publiques en Tunisie

Le Sommet de la Terre de Rio en 1992 a été le signal donné à de nombreuses nations pour faire de l’environnement et de sa préservation un enjeu majeur de leurs politiques nationales. La Tunisie, plus petit pays du Maghreb n’a pas raté ce rendez-vous et a profité de cette dynamique internationale pour elle aussi mettre en place une stratégie en faveur de l’environnement. Très vite, la Tunisie ratifie la Convention sur la Diversité Biologique (signée à Rio en 1992, ratifiée en mai 1993), la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (signée en 1994, ratifiée en 1996), la Convention cadre sur les changements climatiques (signée et ratifiée en 1993) ainsi que d’autres conventions internationales en lien avec la préservation de l’environnement. Elle adopte également l’Agenda 21 de Rio et s’engage à élaborer un Agenda 21 national.

Outre ses engagements sur ces textes fondateurs au niveau international, la Tunisie, au lendemain du Sommet de Rio crée, structure (quasiment de toute pièce) l’organisation au sein de son État pour se doter de réelles stratégies et moyens pour participer à la préservation de l’environnement. Son premier rapport national sur la Diversité Biologique (1998), fait état du nouvel outillage tunisien en détaillant l’organisation mise en place, les stratégies sectorielles prévues, les nouveaux cadres institutionnels et juridiques mis à jour ou créés ainsi que l’état des engagements internationaux pris. Et dans le premier Rapport national sur l’état de l’environnement publié en 1993, M. Mlika alors ministre de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire (neveu de Ben Ali et ancien directeur de l’Office national de l’assainissement-ONAS) rappelle dans son propos introductif que la Tunisie n’est pas novice » en matière de protection de l’environnement, mais qu’un besoin de « mise en cohérence » semble indispensable au niveau des « institutions administratives et techniques, des associations, des dispositions réglemen-taires et législatives » afin de mener une politique plus efficace. Il rappelle également que la Tunisie s’est dotée d’une structure solide pour mettre en œuvre sa politique de l’environnement », composée de trois piliers que sont l’ONAS créée en 1974, l’ANPE (Agence nationale pour l’environnement, créée en 1988 (et dont les prérogatives ont été revues en 1992) et pour chapeauter ses établissements publics, la création, peu avant le Sommet de Rio, du premier ministère en charge de l’environnement qui voit le jour en 1991.

Vue depuis le parcours de santé de Nahli (A. Guillaumet 2017)

La Tunisie, à cette époque, souhaite clairement se positionner comme un acteur/partenaire/modèle au niveau des autres pays du Maghreb, de l’Afrique et être un alter-ego des pays occidentaux. Des prétentions soumises toutefois à l’octroi de financements de la part des bailleurs de fonds internationaux.

Bien qu’ayant dans les rapports nationaux annuels de l’état de l’environnement et ceux de la diversité biologique des comptes-rendus très détaillés, parfois très techniques et souvent très élogieux des actions mises en œuvre, au lendemain de la Révolution de 2011, la Tunisie semble complètement dépourvue de la moindre stratégie et organisation en faveur de l’environnement.

La presse nationale ainsi que les réseaux sociaux se font régulièrement écho du niveau de dégradation du cadre de vie, de la saleté des rues et de l’anarchie dans la gestion des déchets. Ils attribuent clairement cet état de fait au désengagement de l’État et des municipalités mais aussi au manque de civisme des Tunisiens. Ils s’indignent de cette situation et regrettent que la « Tunisie verte » d’autrefois ne soit plus.

Par ailleurs, au moment des différentes élections qui se sont tenues en Tunisie au lendemain de la révolution (législatives en 2011 et 2014, présidentielles en 2014), il semble que l’environnement ait été absent des programmes politiques des principaux partis.

La place de la nature dans la société tunisienne – Retours de terrain

Aussi, la place qu’occupe la nature dans la société tunisienne actuelle nous questionne. Dans cet article et à l’occasion des Journées doctorales de l’IRMC sur la thématique des territoires et de leurs dimensions plurielles, nous avons choisi d’aborder la dimension politique. C’est-à-dire s’intéresser aux politiques publiques en faveur de l’environnement et à la manière dont elles se manifestent dans la vie des Tunisiens. Identifier les marqueurs de ces politiques sur le terrain, leur intégration dans la société et les contradictions qu’ils sont susceptibles de révéler dans ces politiques. Comme terrain, nous avons sélectionné deux espaces de “nature » différents de manière à élargir notre champ d’étude. L’un est Ichkeul, un parc national situé au nord-ouest de Tunis et le second Nahli, un parc urbain, situé dans la banlieue nord-ouest de Tunis.

Dans cet article, nous souhaitons faire une synthèse du travail de terrain effectué sur ces deux sites. Au préalable de ce travail de terrain, il est à noter qu’un important travail d’analyse de contenu des différentes publications des ministères de l’environnement et de l’agriculture, pour ne citer qu’eux, ainsi que des entretiens semi-directifs avec des acteurs de l’environnement en Tunisie que ce soit du côté des organisations d’État, des associations, des universitaires, des opérateurs de voyage, au niveau national ou local ont été réalisés.

Pour ce travail de terrain, la méthodologie utilisée est inspirée de celle que pratiquait Duvignaud quand il se rendait dans les années soixante à Chebika, oasis de montagne du sud de la Tunisie, pour effectuer ses travaux de recherche en microsociologie (Chebika, sociologie d’un village tunisien, publié en 1968). Duvignaud se rendait régulièrement sur son terrain d’étude (dans son ouvrage, il parle d’ailleurs d’« étude de cas » et justifie ainsi la dénomination de microsociologie, Chebika p.17). Il observait la vie du village et de ses habitants, dans l’enceinte du village mais aussi dans la palmeraie et dans les alentours que ce soit vers les sources d’eau ou vers la plaine désertique. Il prenait des notes sur un carnet et s’entretenait avec les habitants et les bédouins d’une manière qui semblait très libre (sans questionnaire dans la main à remplir).

“Chebika » a fortement influencé ma méthodologie d’enquête sur le terrain. Au carnet de notes de Duvignaud, j’ai souhaité ajouter un appareil photographique afin de capturer des instants et ainsi disposer d’une source de données complémentaire à ma prise de notes. Cette double « perception » avait pour but d’éviter un maximum de subjectivité pour être dans la perception et non la représentation (même si nous concevons que la perception est forcément subjective). Par ailleurs, compte-tenu de la configuration de mes terrains, le carnet de notes et l’appareil photographique numérique semblaient être deux outils adaptés à l’observation « nomade » que je souhaitais pratiquer.

Quant au choix de mes deux terrains, comme précisé plus en amont, il s’est imposé à l’issue d’un long processus où pertinence et pragmatisme furent des impératifs. Un choix qui notons le, a suscité beaucoup de scepticisme pour certains de mes interlocuteurs et pairs et leur a paru très audacieux. Certains, considérant que les parcs urbains ne pouvaient être considérés comme des espaces naturels au même titre que les parcs nationaux. Remarque démontrant à elle seule la pertinence de ce choix de deux terrains dont seule l’évocation du nom suscite déjà des représentations de la nature différente, voire que tout oppose. Une remarque qui par ailleurs n’a jamais été formulée par les personnes en lien avec les parcs urbains.

Toutefois, ces remarques confirment qu’il sera indispensable, lors de la rédaction finale de ma thèse, de bien définir ce que l’on entend par « espaces naturels » dans le cadre de mes travaux.

Parc urbain et parc national où comment le politique marque l’espace naturel

Nahli et Ichkeul sont deux territoires dont les contours, les dynamiques, les enjeux ont été fixés par le pouvoir politique. Nahli est une colline de pins et d’oliviers transformée en parc urbain par la volonté d’un président et Ichkeul est un territoire aux contours mouvants dont la finalité a évolué selon des intérêts politiques successifs.

Le parc urbain de Nahli peut être considéré comme une pure création politique. C’est une colline de pins et d’oliviers qui a vu son espace transformé en territoire à valeur nationale en tant que “réserve de nature », garde fou ultime à une urbanisation galopante. Inauguré en 1997 dans le cadre du Programme National des Parcs Urbains (PNPU) lancé en 1996, il est effectivement aujourd’hui le dernier bastion « naturel » cerné de toute part par des constructions d’habitation.

Outre l’acte politique qui a fait de cet espace un territoire de nature à conserver, les signes de l’action politique sont (extrêmement bien) visibles dans le Parc de Nahli et sont les témoins des différentes stratégies qui se sont succédées en matière d’environnement (rappelons que le PNPU a été placé sous la responsabilité du Ministère de l’environnement de l’époque et de la Direction Générale de l’Environnement et de la Qualité de la Vie en particulier).

C’est tout d’abord l’arche d’entrée qui, comme le rappelle Besma Loukil (Les nouveaux parcs urbains à Tunis : Pour qui et pourquoi ?, 2006), est voulue pour « être l’image de marque du parc et pour donner de l’importance au parc ». Elle souligne d’ailleurs que ce type d’aménagement monumental nécessite une part importante du budget alloué à la création des parcs urbains.

En clôturant un espace « banal », l’État a souhaité à la fois le mettre en défens et ainsi lui donner une valeur à l’échelle de la nation. Par conséquent, l’État, par son action politique, a modifié la représentation de cet espace auprès des habitants ; cette colline, espace lambda, devenant ainsi un espace de nature protégé et à protéger. Il est à noter que la pose de clôture et l’aménagement des entrées sont dans la majorité des cas les premiers travaux conduits lors de la création d’un parc urbain.

Outre une incarnation de la nation, Nahli, semble également avoir servi de vitrine pour les actions de sensibilisation et d’éducation à l’environnement menées par le ministère de l’Environnement et l’ANPE. En effet, dès que vous pénétrez dans le Parc, vous êtes accueilli par la mascotte « Labib ». Apparue pour la première fois le 5 juin 1993 lors de la célébration de la Journée internationale de l’environnement, comme le souligne le Rapport national sur l’état de l’environ-nement de 1993, cette mascotte de l’environnement a été créée par le Ministère de l’environnement pour « véhiculer l’information et identifier toutes les campagnes de sensibilisation ».

Une mascotte à la physionomie d’un fennec, inspirée des figurines pour enfant qui se veut conviviale et attirante. Au sein du parc, impossible de manquer Labib le fennec. Il est présent dès votre arrivée (certainement pour vous saluer), près des bancs sous les pins (peut-être pour surveiller que vous ne jetez pas vos papiers par terre mais bien dans la poubelle), sur un plongeoir au-dessus de ce qui a certainement été au moment de l’inauguration un plan d’eau et qui est aujourd’hui une superbe mare pour les grenouilles… Le plus impressionnant reste la version gigantesque de Labib (4-5m de béton) qui surplombe l’aire de jeux.

Labib est omniprésent à Nahli mais également dans de nombreux lieux associés à l’environnement et à l’éducation. Cette mascotte a accompagné toutes les campagnes de sensibilisation tout support confondu (clip, brochure, peluche…) pendant toute la période où le ministre Mlika a été en poste. Ensuite, Labib a fait parti des souvenirs. Des souvenirs d’ailleurs tenaces puisque de nombreux trentenaires tunisiens se souviennent encore de Labib, de ses clips et de ses chansons diffusés à la télévision.

Autre type de marqueur des actions politiques en faveur de l’environnement présent à Nahli, et en particulier celles liées à la sensibilisation, ce sont tous les panneaux en bois porteurs d’un message de bonne conduite adressé aux visiteurs, grand et petit, rédigés en arabe et en français. On les trouve pour la plupart aux abords des tables de pique-nique. Différentes approches sont privilégiées afin de prévenir la dégradation du site oscillant entre interdiction et encouragement.

Autre marqueur évident de l’ambition portée par les politiques d’éducation à l’environnement, l’écomusée qui se trouve à l’entrée du parc mais qui aujourd’hui n’est plus ouvert au grand public et n’est plus ou peu fonctionnel. Un écomusée dont la thématique était celle de l’abeille (nahli signifiant abeille dans la langue arabe). Des panneaux expliquaient en détail la vie de la ruche, la fabrication du miel et donnaient des informations sur la faune et la flore locales. Aujourd’hui, l’écomusée est en partie à l’abandon tout comme la bibliothèque qui se situe à l’étage supérieur.

Cet écomusée témoigne effectivement d’une ambition politique mais aussi d’une époque. Des moyens avaient alors été alloués pour faire de Nahli une vitrine pour tout le pays en matière d’éducation à l’environnement mais il semble qu’avec le temps et les différents gouvernements se succédant, la dynamique se soit émoussée jusqu’à ne plus exister.

Ichkeul vu depuis Zaarour
(A. Guillaumet 2016)

Des marqueurs identiques à Ichkeul et Nahli

A l’instar de Nahli, Ichkeul est un terrain d’étude où il est possible de distinguer les mêmes types de marqueurs politiques et en particulier celui qui donne à cet espace la dimension de territoire national. En effet, tout comme Nahli, Ichkeul est doté de deux arches d’entrée ou de portique pour reprendre le terme utilisé par B. Loukil (2016) : un au niveau de l’entrée sur le périmètre du parc national d’Ichkeul et un second au niveau de l’entrée de l’aire d’accueil. Passer pour la première fois sous le portique d’entrée sur le périmètre du parc ne se fait pas sans émotion. Cela donne à la visite un caractère solennel et exceptionnel. Ces portiques sont également associés à des clôtures qui sont visibles tout le long de la route d’accès. Nous reviendrons ultérieurement sur ce marqueur.

Un second marqueur commun à Nahli et Ichkeul, est celui de la mise en œuvre de politiques de sensibilisation et d’éducation à l’environnement. Ichkeul, tout comme Nahli, est équipé d’un écomusée qui présente l’ensemble complexe de l’écosystème d’Ichkeul ainsi que sa fragilité. Toutefois, à la différence de Nahli, cet équipement est en service et accueille l’ensemble des scolaires qui viennent visiter le parc national (et qui représente la grande majorité des visiteurs). Un équipement qui a d’ailleurs profité d’une réactualisation et d’un toilettage il y a quelques mois. Associé à cet aménagement, de nouveaux panneaux de médiation scientifique ont d’ailleurs été installés à l’extérieur grâce à un programme de coopération internationale. Point sur lequel nous reviendrons plus tard.

A ce stade de nos retours d’étude des deux terrains, nous constatons que deux espaces naturels protégés dont les statuts législatifs et réglementaires sont différents, révèlent pourtant des marqueurs politiques identiques. Toutefois Ichkeul, site naturel consacré comme territoire d’exception par le politique a vu sa physionomie et ses valeurs évoluer au cours des siècles par la volonté du pouvoir politique.

Ichkeul, un territoire à dimension et à vocation variables en fonction du politique

C’est tout d’abord le djebel d’Ichkeul qui a été « remarqué » par le pouvoir politique de l’époque Hafside. Selma Zaiane relève que vers 1240, Ichkeul était une réserve de chasse (Zaiana, Tourisme et loisirs dans les parcs nationaux tunisiens, l’exemple du parc national d’Ichkeul, 2004). Une vocation qui perdure pendant la période beylicale. En 1921, un guide édité par la Fédération des syndicats d’initiative de Tunisie intitulé « Tunis et la Tunisie » présente le djebel Ichkeul comme un « domaine beylical où vivent des buffles que l’on peut chasser moyennant une permission d’ailleurs difficile à obtenir ». C’est toujours le djebel sur lequel les autorités du Protectorat (1881-1956) ciblent leur actions avec l’ouverture de carrières d’extraction de gravier et de marbre (une reprise d’activité inaugurée par les Romains). Une activité industrielle qui modifie considérablement et de manière irréversible la physionomie et le fonctionnement du site ainsi que sa vocation. Une activité qui ne sera définitivement arrêtée qu’en 1993 alors qu’Ichkeul était déjà parc national depuis 1980. Le périmètre d’Ichkeul en tant qu’espace naturel protégé n’évoluera quasiment plus à partir de 1980, date à laquelle l’État lui confère officiellement le statut de territoire national d’exception et de patrimoine naturel. C’est ainsi qu’Ichkeul en tant que « nouveau territoire » se compose de trois entités paysagères différentes : un djebel, un lac et des marais. Ceux-ci auront été les derniers à être intégrés au périmètre et donc consacrés comme territoire. C’est à partir des années 1970, que le lac et les marais concentrent le plus grand intérêt de la communauté nationale et internationale et en particulier pour l’accueil de milliers d’oiseux d’eau hivernants. C’est à partir de 1977 qu’Ichkeul est reconnu par de nombreuses conventions internationales : Réserve de Biosphère (Programme MAB, 1977), zone humide d’importance mondiale (RAMSAR, 1980), Patrimoine mondial de l’Humanité (UNESCO, 1980). Là encore, la vocation d’Ichkeul ainsi que son périmètre se trouvent profondément modifiés suite à l’action politique nationale et internationale.

L’implication des politiques inter-nationales à Ichkeul est omniprésente. De nombreux marqueurs sont visibles à tous les visiteurs en balade à Ichkeul. Ce sont tout d’abord les logos des différents labels de reconnaissances inter-nationales dont bénéfice Ichkeul et qui sont apposés sur le portique à l’entrée du périmètre du parc national. Ce sont aussi les nouveaux panneaux d’interprétation que l’on découvre dès le parking de l’écomusée et qui jalonnent ensuite le chemin d’accès. Et enfin, à l’intérieur de l’écomusée, un panonceau qui indique que le parc national d’Ichkeul a profité du programme européen MEET (Programme financé par la communauté européenne pour développer les expériences en écotourisme en Méditerranée). On constate qu’Ichkeul est certes un territoire national mais qu’il est aussi intégré dans une dimension européenne et internationale et ce, à la faveur de son écosystème sensible et en particulier son avifaune et son fonctionnement hydrologique.

© ca.wikipedia.org

Des marqueurs qui témoignent également d’une faiblesse du pouvoir politique

A Ichkeul, certains signes témoignent effectivement de la présence de l’action politique mais sont aussi révélateurs de faiblesse ou de contradiction dans sa mise en œuvre et dans l’exercice du pouvoir. C’est en particulier le cas des clôtures d’Ichkeul. On a noté précédemment leur importance comme caractère politique faisant d’un espace un territoire national. Elles ont été en grande partie vandalisées et de nombreuses brèches sont visibles depuis la route d’accès au parc. Quand on circule en voiture, il n’est pas rare de voir des troupeaux de moutons et de chèvres accompagnés de leurs bergers traverser et pénétrer par les trous béants sur le territoire du parc et sur les terrains des marais. Ainsi, il n’est pas rare de constater que ce territoire pourtant voulu par le pouvoir politique comme exceptionnel et, donc à protéger, est livré au pâturage du bétail. C’est semble-t-il une contradiction de l’action politique qui à la fois a la volonté de protéger un espace qu’elle a voulu territoire et de l’autre, laisser ce même territoire abandonné à une certaine forme d’anarchie et aux conséquences susceptibles de perturber le fonctionnement de l’écosystème sensible d’Ichkeul.

Certains signes qui justement, sont quasi invisibles à Ichkeul témoignent également d’une défaillance de l’action politique ou d’une inefficacité des programmes mis en place sur le long terme. Ichkeul a été reconnu depuis 1977 comme réserve de Biosphère et en 1980 il a été inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’Humanité, sur la liste Ramsar et est devenu Parc national. Avec autant de distinctions nationales et internationales (ce qui est rare dans le monde), on s’attendrait en pénétrant sur le territoire du parc à trouver de nombreux supports, activités, actions afin de participer à sa valorisation. Pourtant, ce n’est pas le cas. Aucun support individuel de médiation scientifique n’est disponible, aucune prestation d’accompagnement assurée par des guides professionnels n’est offerte (des visites accompagnées par le conservateur du Parc sont possibles en déposant une demande officielle auprès des autorités de rattachement), aucune valorisation n’est réellement mise en œuvre…. L’absence de valorisation de l’ensemble de ces labels sur le territoire du parc est très surprenante et révèle une contradiction supplémentaire entre cette abondance de consécration et le peu de valorisation mise en œuvre.

Pour conclure cette présentation des premières analyses de mes deux études de terrain, plusieurs éléments semblent intéressants à souligner. Tout d’abord, la pertinence d’une analyse de deux espaces de nature dont les statuts sont différents. En effet, malgré deux conceptions d’espaces naturels que tout semble opposer entre une nature dite de conservation et une nature dite de loisirs, on constate que certains marqueurs de l’action politique sont identiques.

Cette étude a également révélé des marqueurs significatifs de l’action politique à la fois dans les moyens mis en œuvre pour créer un territoire national et pour assoir des politiques d’éducation à l’environnement et de sensibilisation. En outre, l’étude sur le terrain a aussi permis d’identifier les contradictions ou les faiblesses du pouvoir politique sur ces territoires de nature et de constater le manque de continuité dans l’action.

Bibliographie

MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT ET DE L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, 1998-

2014, Rapports nationaux sur la Diversité Biologique, Tunis.

MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT ET DE L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, 1993-2010, Rapports nationaux sur l’état de l’environnement, Tunis.

DUVIGNAUD Jean, 1968, Chebika, Étude sociologique, Paris, Gallimard.

LOUKIL Basma, 2006, Les nouveaux parcs urbains à Tunis : Pour qui et pourquoi ?, Tunis.

ZAIANA S., 2004, Tourisme et loisirs dans les parcs nationaux tunisiens, l’exemple du parc national d’Ichkeul, Tunis.

FÉDÉRATION DES SYNDICATS D’INITIATIVE DE TUNISIE, 1921, Guide Tunis et la Tunisie, Tunis.

Anne GUILLAUMET
doctorante à l’Université d’Avignon Pays du Vaucluse

Pour citer ce billet : Anne GUILLAUMET, « La place de la nature dans la société tunisienne Les empreintes du politique sur l’environnement », Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2145.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Circulation et confrontation des modèles

La deuxième session de l’École doctorale itinérante en sciences sociales, destinée aux doctorants d’Afrique du Nord et d’Afrique sub-saharienne, s’est tenue à l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis du Sénégal, du 11 au 18 septembre 2017. Elle était organisée, sous l’égide de Mame-Penda Ba, professeure à l’UGB et de Jérôme Heurtaux, chercheur associé à l’IRMC, par l’UGB, l’UFR des sciences juridiques et politiques de l’UGB, le Laboratoire d’analyse des sociétés et pouvoirs. Afrique-diasporas (LASPAD), l’IRMC, l’Institut de recherche interdisciplinaire en Sciences Sociales (IRISSO, Paris-Dauphine, PSL) et le Centre Jacques Berque (CJB) à Rabat. Cette école a été réalisée dans le cadre de l’IRIS Études Globales financée par l’IDEX PSL (ANR-10-IDEX-0001-02 PSL). Elle a également été soutenue par plusieurs institutions : l’Institut de recherche sur le développement (IRD) à Dakar, les Services de coopération et d’action culturelle (SCAC) de Dakar, Rabat, Moroni, Bamako, le ministère de l’Enseignement supérieur du Mali et la Royal Air Maroc.

Cette seconde édition, après celle de Bamako en 2016 (cf. supra) avait pour thème : « Circulation et confrontation des modèles ». Il s’agissait d’encourager les étudiants à prendre en compte dans leurs recherches les modèles qui circulent concernant l’analyse de la démocratie et du développement, modèles confrontés à ceux utilisés par les acteurs sociaux et politiques, mais aussi de réfléchir à la pertinence des modèles d’analyse choisis dans le cadre de leur recherche. Dans une perspective tant théorique que méthodologique, c’est aussi une approche critique des modèles qui a été proposée, dans la mesure où les modèles circulent trop souvent en faisant silence sur leur condition de production et sans examen des usages qui en sont faits. Cette thématique était par ailleurs l’occasion de saisir les modèles issus des sciences sociales africaines et africanistes, qui, confrontés à d’autres, conduisent à reconfigurer des questions épistémo-logiques de tout premier ordre.

L’école doctorale itinérante en sciences sociales

L’école doctorale itinérante en sciences sociales a été initiée par Jérôme Heurtaux, alors chercheur MAEDI à l’IRMC, sous l’impulsion de Karima Dirèche, directrice de l’IRMC entre 2013 et 2017. Destinée aux doctorants et aux jeunes docteurs en sciences sociales inscrits dans une université ou rattachés à un laboratoire situé dans un pays d’Afrique du Nord ou d’Afrique sub-saharienne, elle a pour objectif d’apporter un soutien méthodologique aux doctorants en sciences sociales tout en stimulant la coopération scientifique entre l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique du Nord et l’Europe. Chaque session, organisée chaque année dans un pays différent, est organisée en étroite collaboration avec une équipe de chercheurs de l’Université d’accueil. La sélection des participants et le programme sont réalisés en concertation. La réussite de l’événement est donc conditionnée par l’engagement du groupe local de collègues dans sa préparation, sa mise en place et son animation. L’encadrement des doctorants est enfin assuré par une équipe mixte de chercheurs locaux et étrangers.

La première et précédente édition a eu lieu en septembre 2016 à l’Institut de Sociologie et d’Anthropologie de l’Université des lettres et des sciences humaines de Bamako (ULSHB) au Mali et a accueilli une trentaine d’étudiants venant du Sénégal, du Burkina Faso, de Guinée, de Tunisie, d’Algérie et du Maroc, encadrés par une dizaine de chercheurs confirmés. La thématique de cette première école était ” L’écriture scientifique » (cf. reportage vidéo sur https://www.youtube.com/watch? v=tmyIy_ibAFU).

A travers cette école, l’IRMC renforce ses liens avec des institutions universitaires et de recherche situés en Afrique sub-saharienne. Au-delà des institutions, l’école offre une occasion concrète de travail en collaboration réunissant des chercheurs de divers horizons. L’expérience de ce travail en commun peut être vue comme un levier pour d’autres collaborations : cotutelles de thèse, sessions de formation doctorale ciblées, journées d’étude thématiques, colloques internationaux, etc.

La session de Saint-Louis du Sénégal

La seconde session de l’école doctorale itinérante a eu lieu à Saint-Louis du Sénégal du 11 au 18 septembre 2017. Elle a suscité un très fort intérêt auprès des doctorants et doctorantes des pays de la région. Pas moins de 263 candidats ont présenté un dossier, dont 233 complets, selon la répartition nationale suivante : Sénégal (36), Burkina Faso (30), Cameroun (25), Maroc (24), Algérie (17), Tunisie (18), Mali (17), Bénin (16), Côte d’Ivoire (15), Togo (13), Guinée (4), Niger (4), Tchad (2), Divers Cap-Vert, Madagascar, Comores, France, Nigéria… (12)

La sélection été réalisée en fonction de plusieurs paramètres : qualité des dossiers (un classement était réalisé par pays après examen de l’ensemble des candidatures recevables), « prime » aux candidats inscrits dans une université sénégalaise (avec l’exigence de représenter l’ensemble des universités du pays), proximité géographique pour raisons de coût du transport (un bus a été affrété pour le groupe des Maliens et les doctorants guinéens ont également voyagé par voie terrestre). C’est pourquoi le groupe final était composé de la façon suivante : Sénégal (19), Mali (17), Côte d’Ivoire (1), Burkina Faso (3), Guinée (2), Maroc (3), Algérie (3), Tunisie (3), France (1), Bénin (1), Togo (1), Niger (1), Cameroun (1), Comores (1).

Les encadrants (cf. liste ci-dessous) étaient au nombre de 17, se répartissant entre Sénégalais (9), maliens (2), français (5) et marocains (1).

La première partie de chaque matinée était consacrée aux présentations de dix encadrants issus de différentes disciplines et traditions intellectuelles. Toutes portaient sur la thématique de l’école (circulation et confrontation des modèles). Les doctorants étaient invités à réagir et discuter avec les intervenants.

La seconde partie de la matinée et les après-midi étaient consacrés aux ateliers doctoraux. Cinq groupes de 11 à 13 doctorants, encadrés par 3 chercheurs confirmés, ont été constitués sur une base thématique (questions économiques et locales, questions politiques et juridiques, questions de genre, migrations, santé, autres) tout en respectant les principes d’interdisciplinarité et de mixité internationale. Les étudiants ont pu présenter leur recherche à deux reprises au cours de la semaine, la seconde intervention ayant pour objectif de vérifier si l’essentiel des critiques et des conseils reçus lors de leur première intervention avait été intégré.

© YouTube (People et blogs).

Atouts et points forts

Un appui inestimable aux recherches des doctorants

De l’avis de l’ensemble des doctorants qui l’ont exprimé pendant et au sortir de l’école doctorale, les séances pléniaires et les travaux en ateliers ont constitué d’importantes ressources pour reconfigurer leur problématique et leurs méthodes. Ils disent avoir pris conscience des blocages rencontrés, et avoir été rassurés sur la pertinence de leur objet de recherche. Bien qu’exigeant, le climat de bienveillance qui présidait aux débats a été un élément décisif pour lever timidité et incertitudes. Certains disent être repartis avec un nouvel élan et un courage revivifié pour reprendre et reformuler leur recherche, tant sur le plan de la définition de l’objet, de la méthode employée ou du cadre théorique mobilisé. En outre, les problèmes liés à la constitution d’une bibliographie critique et au bon usage des références dans la démarche de recherche, ont été soulevés. L’école représente une occasion rare d’offrir un encadrement innovant à des étudiants venus d’horizons divers.

La volonté de travailler en réseaux

L’école doctorale s’est structurée sur une démarche active de décentrement des sciences sociales, en donnant une place importante à la question de la circulation des savoirs et en interrogeant tout particulièrement les possibilités pour les jeunes chercheurs africains d’avoir toute leur place dans les grandes enquêtes empiriques, face à une surabondance de travaux et de concepts construits à partir de terrains dans les sociétés européennes et d’Amérique du Nord. En cela, et en s’appuyant sur une équipe de l’Université Gaston Berger particulièrement investie dans les réseaux internationaux s’intéressant à ces questions, l’école doctorale s’inscrit pleinement dans les débats en cours relatifs à la globalisation des sciences sociales, et plus précisément dans l’émergence d’échanges et de dialogues pluralistes, multipolaires. Les réseaux créés dans ce cadre pourront ainsi, sur le moyen et long terme, être un appui pour constituer un pôle africain de la recherche en sciences sociales.

Il s’agissait d’inciter les doctorants à constituer des réseaux thématiques, disciplinaires ou pluridisciplinaires, en fonction des affinités électives dont les sessions doctorales sont le théâtre. Une page facebook « Ecole doctorale itinérante » a été créée lors de la session de Saint-Louis. Réunissant l’ensemble des doctorants qui ont participé à la session et vite rejoints par les participants de l’école de Bamako (septembre 2016), elle est rapidement devenue une plateforme d’échange d’informations (sur d’autres écoles doctorales, sur des appels à contributions, etc.), d’articles, de sources et de contacts. Des réseaux disciplinaires sont également en cours de constitution, dont un réseau de jeunes chercheurs africains en droit public.

Ces réseaux pourraient être la matrice de la relève d’une génération d’enseignants-chercheurs à même de s’investir ensuite dans la formation et l’accompagnement doctoral dans leur université ou leur pays d’origine (ou dans un autre pays de la zone). D’où la nécessité de mettre ensemble, pas seulement pour des raisons intellectuelles, des chercheurs des différentes sciences sociales et du droit.

Donner une visibilité aux sciences
sociales issues des sociétés africaines

Le fait que l’école ait lieu chaque année dans une université et un pays différents permet un effet d’enrôlement de doctorants et de collègues confirmés qui ne se connaissaient pas ou peu, et qui, à la faveur des débats, entendent participer à la formation des doctorants. Par ce biais, il s’agit aussi de donner visibilité et légitimité aux sciences sociales issues des pays d’Afrique. Raison pour laquelle nous avons insisté sur l’importance des enquêtes de terrain.

Les limites et comment les dépasser

La modestie du format

Les principales limites de l’école doctorale sont sa durée et le turn-over des doctorants. Une semaine par an, autour d’un groupe de doctorants non identique d’une année sur l’autre, restreint d’évidence l’ambition de cette école. C’est pourquoi nous avons plaidé pour des relais intermédiaires (réseaux, ateliers interuniversitaires) pour pallier le manque d’espaces de discussions des thèses en cours.

Un accès réduit à la documentation et aux bibliothèques

L’école itinérante se tient dans des espaces universitaires inégaux quant à l’accès à la documentation en sciences sociales et aux ouvrages fondamentaux internationaux. En sorte que les bibliographies recommandées sont suceptibles de rester lettres mortes. Nous avions soulevé cette question au Mali lors d’un rendez-vous avec la Ministre de l’Enseignement supérieur, mais ce problème crucial demeure dans nombre d’universités de la région, comme en ont témoigné les doctorant(e.s).

Un financement restreint

Le format de l’école est encore très dépendant des financements que nous trouvons et que nous réunissons tardivement chaque année. De ce budget dépend, on l’a vu, la sélection d’un nombre restreint de doctorants pour certains pays, alors même que leurs projets sont scientifiquement recevables. Mais surtout, il s’agit de pérenniser et d’élargir cette école doctorale. L’objectif serait en effet, de créer une école doctorale tout au long de l’année, qui ne soit pas rattachée à une institution en particulier, et qui offrirait, outre les grandes sessions annuelles, des formations ciblées (type séjour d’un enseignant-chercheur ou deux dans un laboratoire pour un séminaire doctoral intensif d’une semaine, rencontres doctorales thématiques avec un plus petit nombre de participants, encadrement de la rédaction d’un article académique, les pistes sont nombreuses).

© YouTube (People et blogs).

Reste que rendez-vous est pris pour la troisième session en 2018, qui devrait être hébergée par une université d’Afrique subsaharienne. La nouvelle directrice de l’IRMC, Oissila Saaidia, qui était présente à Saint-Louis du Sénégal, s’est d’ailleurs engagée à accueillir dans les années à venir, une des prochaines éditions de l’école doctorale itinérante en Tunisie.

Jérôme Heurtaux

Pour citer ce billet : Jérôme Heurtaux, « Circulation et confrontation des modèles », Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2126.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Un géant méconnu : l’Indonésie, l’islam et la démocratie

Rémy Madinier, chercheur à l’IRESSEC et enseignant à l’EHESS, a répondu aux questions de Karima Dirèche, lors l’une rencontre qui fut l’occasion d’appréhender l’Islam en dehors des sentiers battus et de cette ère géographique qu’est le Maghreb.

Avec 250 millions d’habitants, dont 87,5 % de musulmans, L’Indonésie est le pays qui compte le plus de musulmans au monde et pourtant nous ignorons bien souvent ce « géant asiatique» dans notre compréhension actuelle de cette religion. Géographiquement décentrée, par rapport auMoyen-Orient et au Maghreb, il est vrai que les problématiques ne sont donc pas tout à fait les mêmes. Ainsi la question palestinienne par exemple n’est elle pas le centre des crispations et des préoccupations desmusulmans indonésiens et le lien à cette religion, est naturellement beaucoup plus ancré dans un contexte géopolitique sud asiatique. En effet, en Indonésie, bouddhistes, hindouistes, chrétiens, confucianistes et musulmans se côtoient sans heurts ni concurrence. D’après Rémy Madinier, les trajectoires spirituelles des Indonésiens sont en réalité complexes et parfois constituées de passages d’une religion à l’autre. L’essentiel réside dans le fait de croire. Signe de cette importance portée à la foi, l’athéisme n’y est ainsi toujours pas reconnu.

De plus, il faut ajouter à cela que l’Islam s’est implanté relativement tardivement en Indonésie, puisque les premières traces datent du XIe siècle, et s’est donc inscrit dans un environnement déjà très influencé par d’autres religiosités. C’est au XIIIe siècle que Marco Polo signale l’Indonésie comme premier pays musulman. Cette « islamisation » se propage de façon pacifique, à travers les commerçants, mais n’empêche pas les habitants de pratiquer l’hindouisme ou le bouddhisme parfois avec des syncrétismes.

Au XVIIe siècle, les colons néerlandais succèdent aux Espagnols et aux Portugais et convertissent ainsi une petite partie de la population au protestantisme. À l’indépendance de l’Indonésie, en 1945, deux leadersmusulmans, prennent enmain le pays et créent un État islamique, leur parti islamique se nomme le Masjumi. Pourtant, dans la Pancasila (philosophie indonésienne), rien n’est inscrit explicitement en vertu des principes de l’Islam. L’article 1er prône la croyance en un Dieu unique par exemple, mais sans se réclamer de l’Islam et peut ainsi convenir aux autres confessions présentes dans le pays. Il s’agit pour le parti Masjumi, de créer un État démocratique et islamique. Ce parti considère qu’il faut agir en fonction des valeurs propres à l’Islam sans pour autant s’en réclamer, ou en tout cas l’exhiber. Les chrétiens reconnaissent un signe de tolérance à leur égard et s’associent au projet duMasjumi. En 1955, le parti est divisé entre une aile moderniste et une autre prônant un islam traditionnel. Les masjumites sont évincés et le parti est interdit en 1957.

En 1959, Saokarno prend le pouvoir et fait alliance avec les communistes puis avec Suharto (de 1967 à 1998). C’est à partir de cette époque, que l’islamisme prend un tournant plus rigoriste et que la question de l’application de la charia entre en compte, même si cela reste un projet très inabouti à ce jour.

© institutfrancais-tunisie.com

Il semble en tout cas, bien que ce pays n’ait pas connu d’attentat depuis le 12 octobre 2012 (un jour, un mois et une année après le 11 septembre 2001), et bien que le nombre de combattants partis en Syrie ne dépasse pas les 700, que le pays se tourne vers un conservatisme religieux ayant pour principal souci de s’attaquer aux comportements jugés déviants. Ainsi, dans un échiquier politique dans lequel coexistent 5 partis islamistes, cela apporte la preuve irréfutable que l’islamisme échappe à l’idée que l’on s’en fait d’un parti unique, et donc qu’il n’est pas la réponse en soi.

Aujourd’hui la Jamaah Islamiyah s’est morcelée et cela implique des tentatives d’attaques terroristes d’individus isolés, souvent formés via internet. Le gouvernement indonésien déjoue de nombreux attentats mais ces initiatives personnelles restent difficiles à détecter.

Bien que le gouvernement montre une certaine efficacité dans sa gestion de lutte contre le terrorisme, l’école et notamment les professeurs d’éducation islamique laissent se propager l’idée d’un l’Occident à la dérive, dénué de toute moralité et qu’il faut lutter contre la débauche idéologique de ce continent.

Grâce à cette brève histoire de l’Indonésie musulmane, multicon-fessionnelle et démocratique, Rémy Madinier, nous a ainsi apporté un autre éclairage sur l’Islam, souvent présenté comme une entité immuable, unique et anhistorique.

Aborder l’Islam sous l’angle d’un pays aux moeurs et à la culture différents de l’ère géographiqueméditerranéenne permet ainsi de remettre en perspective quelques idées reçues sur cette religion et de replacer ces questions dans un contexte précis, une ère du temps, ainsi qu’un cadre de normalisation.

Louise Favel

Pour citer ce billet : Louise Favel, «Un géant méconnu : l’Indonésie, l’islam et la démocratie», Le Carnet de l’IRMC, N° 19,  janvier-mai 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2085.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Temps court Temps long

Tenu du 5-8 avril 2017, le 5e symposium de la Manouba a été lancé par une table-ronde pluridisciplinaire sur le thème « Temps court, temps long ». Autour de Raja Ben Slama (professeur d’arabe, psychanalyste et directrice de la Bibliothèque Nationale de Tunis), cinq intervenants ont présenté leur approche du temps, chacun selon un angle disciplinaire.

Pourquoi aborder ce couple temps court/temps long en 2017 en Tunisie ? Sans doute, le contexte politique, socioéconomique et culturel du pays pris dans une transition qui dure, n’était-il pas étranger à ce choix.Mais aucune région du monde aujourd’hui n’échappe à cette question en raison de l’accélération du temps social et politique, de la révolution numérique, de la multiplication des échanges et des connexions.

Toutes les interventions ont abordé la question des différentes échelles du temps. Dans une intervention sur la « trame historique de la révolution tunisienne », Yadh Ben Achour (Juriste spécialiste de droit public et des théories politiques en islam. Ancien doyen de la faculté des sciences juridiques de Tunis, ancien président de la Haute instance de la Révolution, membre du Comité des droits de l’homme des Nations Unies) a distingué le temps court de la Révolution et le temps long du processus révolutionnaire qui l’a suivi, et qui est celui de l’histoire de la Tunisie contemporaine. Pour lui, deux tendances ont traversé l’Histoire de la Tunisie depuis le XIXe siècle : une tendance « modernisatrice » qui a monopolisé l’initiative de l’action politique jusqu’à l’Indépendance et jusqu’à la veille de la Révolution. Face à elle, une tendance « théocentrique », marginalisée par le pouvoir politique. La Révolution a permis à cette tendance, et pour la première fois, d’obtenir l’initiative politique. La question de l’irréversibilité de la situation a été débattue.

D’autres interventions sont venues élargir l’horizon temporel au-delà de l’histoire contemporaine tunisienne : le temps cyclique de l’économie, l’espacetemps de la géo-histoire, le temps physique (avec, à ses deux extrémités, le temps atomique et le temps cosmique) et jusqu’au temps de l’éternité, ont été évoqués par les différents intervenants.

La conception comme mouvement a été mise en avant par Hamadi Ben Jaballah (Professeur de philosophie à l’université de Tunis, docteur d’état èslettres, diplômé en recherches approfondies, agrégé de la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis). Il a posé à ce propose la question de la liberté : « Et si Adam avait obéi ? » y aurait-il eu Humanité ? Le Paradis évoque l’éternité ; ce qui revient à dire qu’il n’y a pas d’Histoire. La Chute a donné à l’Homme des contraintes spatiales et temporelles qui lui ont paradoxalement offert une liberté d’action, qui lui ont permis de s’inscrire dans une  dynamique de mouvement. Cette finitude en engendre une autre, celle de son corps, qui fait de l’Homme un être avec une vie certes, mais aussi une mort. Vivre c’est alors naître et vieillir, avoir un passé et un futur, acquérir une mémoire, construire une temporalité mentale, intérieure. Un autre mythe rappelle cela : il s’agit de l’histoire d’Ulysse qui reste un temps sur l’île des Lotophages. Les habitants ont tout oublié, et ont donc perdu la notion du temps. Dénués de perspective, ils sont aussi dépossédés de leur désir de vivre.

Le temps dans sa matérialité a été étudié grâce à la présentation de Amor Belhédi (Professeur émérite en géographie à l’université de Tunis depuis 2016, membre correspondant de Beit al-Hikma). « Il est toujours minuit quelque part » : cette citation a permis aux participants de réfléchir aux découpages spatio-temporels que sont les fuseaux-horaires par exemple. Il a été rappelé, ensuite, que depuis les années 1980, la science géographique a évolué et s’est attachée à étudier le territoire des hommes, c’est-à-dire à prendre en compte l’action humaine sur des réalités spatiales. En effet, un espace sans société, sans problématique de pouvoir n’a pas de sens. Pour comprendre ces interactions, il faut nécessairement considérer l’Histoire et envisager le futur. Nous pouvons ainsi dire qu’un état et un État sont datés.

Fawzia Charfi (Secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur dans le gouvernement après la révolution, professeur de physique à l’Université de Tunis, ancienne Directrice de l’IPEST et membre du Comité scientifique de la Cité des Sciences de Tunis) a rappelé que notre Terre est très vieille et que les espèces qui la peuplent ne sont pas immuables. Sur un temps infiniment long, elles sont en perpétuelle évolution. Ce principe darwinien fait appel à deux notions opposées et parfaitement liées : le temps atomique, celui de la nano-seconde et le temps cosmique qui se mesure en milliards d’années.

À l’image des historiens, les économistes découpent et mesurent le
temps ; mais à l’inverse des premiers qui l’envisagent de façon linéaire, ces derniers le théorisent souvent sous forme de cycle (court, moyen, long). Azzem Mahjoub (Professeur émérite en Sciences Economiques de l’Université de Tunis El Manar, professeur invité dans diverses Universités et consultant, il a pour domaines de recherche privilégiés, les ressources humaines et le développement humain, l’intégration régionale, la gouvernance, les institutions et le développement durable) s’est attaché à démontrer que le développement humain doit nécessairement être durable, ce qui implique la prise en compte des générations futures. L’Économie a  développé des indicateurs éthiques permettant de considérer les besoins des populations actuelles tout en envisageant une réponse positive à ceux des générations à venir.

Le symposium s’est poursuivi avec d’autres conférences, des tables rondes et des ateliers d’écriture, selon la tradition pluridisciplinaire établie depuis le démarrage de la formule en 2013. Il s’est achevé le 8 avril 2017 à la Bibliothèque Nationale de Tunis autour d’une exposition sur l’histoire et le présent de la typographie arabe, en partenariat avec la Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations (BULAC, Paris).

Claire Ménétrier et Kmar Bendana

Pour citer ce billet : Claire Ménétrier et Kmar Bendana, «Temps court Temps long», Le Carnet de l’IRMC, N° 19,  janvier-mai 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2080.

 

 

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Observatoire des migrations libyennes en Tunisie

L’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) de Tunis lance l’initiative d’un observatoire chargé d’étudier les flux migratoires en provenance de la Libye depuis la chute de Mouammar Kadhafi en octobre 2011. L’instabilité politique et les effets de la crise induits par la chute de l’ancien régime ont fait de la Tunisie, pays frontalier, le premier pays d’accueil pour les Libyens qui quittent temporairement ou définitivement le pays.

© kapitalis.com

Selon le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, la Tunisie aurait accueilli à la fin de l’année 2012 plus de 660.000 Libyens cherchant à se protéger de l’insécurité ou des violences liées à l’instabilité politique de leur pays. Ces arrivées massives se sont produites au moment même où la Tunisie vivait, ellemême, les grandes difficultés d’une transition politique et d’une dégradation préoccupante des conditions socioéconomiques et d’une instabilité
anxiogène.

Les relations entre la Libye et la Tunisie sont anciennes et une longue tradition d’échanges commerciaux a entretenu une économie frontalière très dynamique. On estime que 10 % de la population tunisienne vit des retombées du commerce transfrontalier entre les deux pays ; retombées visibles dans le Sud du pays ou des villes comme Ben Guerdane se sont développées et ont donné à cette économie de frontières une des relations commerciales les plus dynamiques de l’espace maghrébin. Cette vitalité vient compenser l’échec du processus d’intégration économique du Maghreb et fait de la Libye, le premier partenaire économique maghrébin de la Tunisie.

La situation de crise que vit actuellement la Libye et la confusion politique (deux parlements, deux gouvernements, une dizaine d’arméesmilices rivales) ont ralenti considérablement la libre-circulation des marchandises et ne garantissent plus cette liberté de circulation pour les Tunisiens et les Libyens. Elles ont également favorisé le développement de la contrebande et du commerce parallèle ; activités grises qui, d’après les estimations d’une étude de la Banque mondiale de 2014, provoquent des pertes fiscales pour l’État tunisien évaluées à près d’un milliard et deux cent millions de dinars dont 500 millions de dinars en droits de douane. Les mobilités saisonnières des Libyens, vers la Tunisie, se sont transformées en séjours de longue durée sur une bonne partie du territoire tunisien. Pour les plus nantis d’entre eux, Tunis, Djerba, Sousse, Hammamet et Nabeul sont des lieux d’accueils privilégiés. À Tunis, les quartiers
d’El Manar et d’Ennasr sont appelés la petite Tripoli tant la communauté libyenne y est concentrée. Sfax accueille les classes moyennes et on retrouve des groupes de Libyens dans le Sud, de Gabès à Ras Jdir. Une communauté importante représentative de la société libyenne d’aujourd’hui (dans sa structure tribale,
ses obédiences politiques, ses catégories sociales, ses clivages partisans) est inscrite dans le tissu social et économique tunisien ; cette installation est également favorisée par les dispositions de la convention bilatérale de 1973 relative au droit du travail, à l’exercice des professions et métiers, au droit d’établissement et au droit de circulation. Pourtant, aujourd’hui, aucune enquête sérieuse concernant ces nouvelles configurations migratoires n’a été menée et les éléments d’information dont nous disposons ne permettent aucune estimation statistique fiable et encore moins une sociologie des groupes de migrants installés. Les chiffres varient de 100.000 Libyens à un million et demi et laissent la porte ouverte aux spéculations les plus folles et aux représentations les plus stéréotypées.

© kapitalis.com

Les catégories ont elles-mêmes changé ; le profil des migrants (mais le terme ne correspond pas vraiment dans le contexte tunisien), depuis 2014, s’est précarisé et répond à des critères de vulnérabilité économique et sociale. La mobilité vers la Tunisie, pour des raisons sécuritaires, est de plus en plus fréquente et répond de plus en plus à celle de réfugiés politiques mais qui ne dit pas son nom.

Les enquêtes lancées par l’Observatoire de l’IRMC s’inscrivent dans les méthodes de la sociologie des migrations. Entretiens directifs ou semi-directifs, questionnaires, observation participante sont à la base d’enquêtes de type qualitatif qui répondent à trois attentes :

– Interroger la dimension géostratégique de cette migration ;
– Identifier les capacités d’absorption de la société tunisienne : représentations, charges sociales et économiques, réseaux de solidarité ;
– Étudier les modalités d’intégration des migrants libyens.

Objectifs premiers :

– Etablir une typologie des migrants ;
– Estimation statistique à partir d’échantillons de personnes ;
– Identifier les lieux d’installation : Quelles formes d’organisations sociospatiales ? Quelles logiques de solidarités ? ;

Identifier les activités économiques. Portes d’entrées :

– Les soins, les cliniques ;
– Les écoles privées ;
– Les entrepreneurs ;

Les réseaux de solidarité. Trois espaces d’enquêtes :

– le grand Tunis ;
– Sfax ;
– Mednine

Responsable : Karima DIRECHE
Chercheurs associés : Olivier PLIEZ, Mohamed KRIAA, Hassan BOUBAKRI, Lorena LANDO.
Partenaires institutionnels : Institut français de Libye, OIM, Faculté de Sousse,
Laboratoire Syfacte (Sfax), Goethe University of Francfort, Observatoire national des migrations (Tunis).

 

Pour citer ce billet : « Observatoire desmigrations libyennes en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, N° 17,  janvier-avril 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1993.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook