Archives de catégorie : Economie

Un outil de coopération et de mise en réseau

Yamina-MATHLOUTHI-DALI
Photographie de Yamina Mathlouthi

Pour un chercheur en économie travaillant habituellement dans des labos mono disciplinaires, être à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) est une occasion précieuse pour pouvoir travailler dans un centre de recherche pluridisciplinaire en sciences humaines et sociales, c’est aussi une expérience très enrichissante qui m’a permis d’une part d’établir des réseaux de relations essentiels au développement de ma recherche, et d’autre part d’améliorer la coopération encore timide entre les acteurs de la recherche sur le Maghreb au moyen de rencontres, d’ateliers, de séminaires et de publications.

S’inscrire dans une diversité disciplinaire

À l’IRMC, les chercheurs sont bien outillés pour pouvoir suivre les évolutions de la société maghrébine sous plusieurs angles, disposant de relations de partenariats avec les intellectuels maghrébins et saisissant les bouleversements des systèmes politico-économiques des sociétés maghrébines, leurs projets de recherche privilégient considérablement l’approche pluridisciplinaire. Travailler selon cette approche change également la nature des rapports entre les chercheurs, pour mon cas par exemple, cette diversité m’a aidée à mieux répondre aux interrogations qui se posent au cours des enquêtes de terrain et à mieux cerner certains problèmes scientifiques. Les sujets proposés dans les séminaires et les conférences organisés par l’institution étaient de par leur diversité une excellente occasion pour s’ouvrir à d’autres sujets et paradigmes scientifiques. Je reste personnellement convaincue de la nécessite d’instaurer des synergies entre les différents axes de recherche et l’établissement de programmes de recherche fédérateurs susceptibles de répondre au mieux aux exigences de la période historique actuelle des pays du Maghreb.

Choisir son programme

Maghreb et sciences sociales 2008C’est l’une des raisons pour lesquelles j’étais séduite aussi à l’idée de travailler dans ce centre, cette liberté à laquelle je suis particulièrement attachée étant essentielle à la crédibilité de la recherche et au respect de la déontologie d’usage. Pourtant, elle n’est pas toujours acceptée par les autorités de tutelle et conduit dans certains cas à des crispations. Sur le plan financier et bien que le centre dispose de crédits modestes (et de plus en plus réduits, certes), il nous a quand même été possible de financer des recherches conjointes pour des budgets limités, ces travaux franco-tunisiens et plus généralement des projets franco-maghrébins centrés sur un projet spécifique sont une excellente occasion de faire travailler ensemble des chercheurs français et maghrébins, ces travaux de terrain effectués en commun permettent à leur façon un certain « partage du savoir ». Même si la mise au point de la problématique donne lieu, au départ, à des discussions scientifiques parfois difficiles, sur le terrain, la réalisation des entretiens permet souvent d’exploiter ces différences d’une manière très fructueuse.

… et s’outiller pour l’après

Les trois années passées à l’IRMC m’ont également permis de découvrir « le Maghreb » et de l’appréhender autrement. Ce territoire, en tant qu’objet de recherche, n’était analysé par les économistes, dont je fais partie, que sous le prisme économique pur, c’est-a-dire un ensemble de structures de production, de modalités de répartition des revenus et de circuits d’échanges internes et externes. Or, avec l’appui scientifique que ne cesse d’apporter l’institut aux chercheurs sur et pour le Maghreb, nous disposons aujourd’hui d’un ensemble de travaux de qualité qui ont le mérite de mettre à la disposition de la communauté scientifique, une panoplie de grilles de lecture aidant a analyser ce territoire comme « un construit social » plus qu’une aire géographique combinant ainsi des éléments de nature économique et sociale et politique. Avec « le Printemps arabe (?) », la pertinence de cette grille de lecture n’est plus à démontrer, permettant de suivre, avec la distance nécessaire pour la recherche, les évolutions et les ruptures qui ne cessent de se produire dans les sociétés maghrébines.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Yamina MATHLOUTHI

est économiste chargée de projets à l’AFD Tunis. Elle a été chercheure à l’IRMC de 2006 à 2009.

Pour citer ce billet : Yamnia Mathlouthi, « Un outil de coopération et de mise en réseau », Le Carnet de l’IRMC, 18 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1046

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC, une porte ouverte sur la Tunisie et la Méditerranée

Mohamed_Elloumi
Photographie de Mohamed Elloumi

Ma collaboration avec l’IRMC remonte aux premières années de sa création et a pris la forme d’un poste de chercheur sur trois ans (entre 1993 et 1996) pour l’animation d’un programme de recherche, puis elle s’est poursuivie comme chercheur associé par la coordination d’un projet de recherche dans le cadre du programme MOST de l’UNESCO et elle a abouti à l’édition de deux ouvrages collectifs portant sur les mutations des sociétés rurales dans la région méditerranéenne, dans le contexte de l’ajustement et de la mondialisation. Mon recrutement à l’IRMC, a été justifié d’une part pour couvrir le champ du rural et de l’agricole ce qui est une gageure pour un institut plus orienté vers le monde urbain et l’histoire et parce que j’apportais un réseau de chercheurs méditerranéens travaillant sur ces questions et au sein duquel j’étais un membre actif depuis sa création au début des années 1980[1]. Mon passage à l’IRMC, puis la poursuite de cette collaboration a été pour moi une expérience riche et motivante à la fois sur le plan personnel et sur celui de ma carrière de chercheur.

Sur le plan scientifique deux éléments méritent d’être évoqués. Le premier concerne la rigueur scientifique. En effet malgré son jeune âge, ou peut-être à cause de cela, l’IRMC était très observé et se devait, de ce fait, de faire preuve d’une rigueur scientifique à toute épreuve. Cela a été pour moi un apprentissage de grande importance pour la suite de mon parcours de chercheur. Le second élément est la recherche de l’excellence. En effet mon passage à l’IRMC m’a inculqué une plus grande attention à la recherche du meilleur résultat en termes de valorisation des résultats des activités de recherche et d’animation scientifique.

Sur un plan plus personnel, mon passage à l’IRMC m’a permis de faire deux découvertes : la communauté des chercheurs tunisiens en sciences humaines et sociales et les recherches en sciences politiques. Du fait que mon parcours de jeune chercheur avait été basé jusque-là sur l’ouverture et l’insertion dans des réseaux de recherche internationaux plus que sur l’insertion dans la communauté des chercheurs tunisiens en sciences sociales, mon passage à l’IRMC m’a fait prendre conscience de ma faible connaissance de cette communauté et m’a poussé à mieux la connaître à travers les travaux de ses membres et surtout en faisant la connaissance d’hommes et de femmes de grande qualité. J’ai par ailleurs profité de mon passage à l’IRMC pour élargir mon réseau de collaboration à la partie orientale de la Méditerranée.

De par ma formation scientifique (ingénieur agronome à la base) j’avais peu d’affinité avec les sciences politiques qui étaient du fait du projet de l’IRMC et du profil de son directeur de l’époque le champ disciplinaire dominant. J’ai en effet découvert dans ce champ disciplinaire des apports forts intéressants pour la compréhension du monde et des sociétés méditerranéennes, même si par moment, le discours de certains chercheurs restait hermétique pour moi et que certains chercheurs appartenant à l’IRMC ou de passage faisaient preuve plus de la science de la logorrhée que réellement d’un esprit scientifique.

Je ne saurais clore ce rappel sans évoquer l’importance de l’appui qu’apportent le service administratif et le secrétariat pour la réussite des programmes de recherche et la finalisation des travaux dans les meilleures conditions. La compétence et le dévouement du personnel en question permettent aux chercheurs concernés et à l’IRMC dans son ensemble de multiplier les activités malgré la modestie de ses moyens humains et matériels. Cela permet aussi, malgré un certain esprit de compétition entre les chercheurs et leurs programmes respectifs, voulu par certains directeurs, de créer une ambiance empreinte de fraternité et d’amitié.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Mohamed ELLOUMI

est agro-économiste et chargé de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique de Tunisie (INRAT). Il a été chercheur à l’IRMC de 1993 à 1996.

Pour citer ce billet : Mohamed Elloumi, « L’IRMC, une porte ouverte sur la Tunisie et la Méditerranée », Le Carnet de l’IRMC, 4 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1020

 


[1] Il s’agit du réseau agriculture familiale comparée : RAFAC, constitue à l’initiative de Pierre Campagne autour de l’IAM de Montpellier.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La migration de retour en Tunisie

Pays de provenance de la migration de retour tunisienne
© RSC-EUI

Parler de migration de retour revient à évoquer une étape du cycle migratoire où les projets et aspirations des migrants peuvent se formuler et se réajuster en fonction de facteurs à la fois contextuels, personnels et spatio-temporels. On sait, depuis des décennies, que la durée de l’expérience migratoire vécue à l’étranger, les motifs du retour et le contexte dans les pays d’immigration et d’origine ont une incidence sur la propension d’un migrant à rentrer au pays et à participer à la vie sociale économique et culturelle de son pays d’origine. Le retour, qu’il soit temporaire ou permanent, constitue un processus, composé d’événements étalés dans le temps, dont on ne peut faire abstraction si l’on souhaite comprendre les raisons pour lesquelles certains migrants parviennent à mieux se réintégrer au pays que d’autres.

Certes, il existe bien d’autres variables dont il faut tenir compte afin d’affiner ces considérations préliminaires. L’une d’elles, essentielle, relève de la décision personnelle, et sans contrainte aucune, de rentrer au pays et de s’y préparer. Cette condition essentielle, que l’on nommera « retour décidé », s’apparente au pouvoir subjectif d’une personne d’organiser son processus de retour, que ce dernier soit temporaire ou non. Elle demeure peu connue, voire reconnue. Peu connue dans la mesure où les statistiques officielles ou données censitaires relatives aux stocks de migrants de retour, quand elles existent, focalisent leur attention sur quelques critères socio-démographiques.

Peu reconnue parce que les aspirations et projets des migrants de retour ont été, au cours des deux dernières décennies, sacrifiés sur l’autel de la sécurisation des flux migratoires temporaires et du contrôle renforcé des frontières. Cette dimension sécuritaire n’aurait jamais atteint un tel degré de consensus au niveau des instances gouvernementales des pays d’immigration et d’origine, ainsi qu’au niveau des organisations intergouvernementales, sans l’adoption d’un lexique à même de légitimer les modes opératoires de ces derniers tout en les rendant plus acceptables et pensables, même si leurs conséquences demeurent impensables. C’est précisément le caractère hégémonique de ce lexique qui a permis, par la construction de nouvelles catégories de pensées, de transformer la notion même de retour en figure de substitution aux termes expulsion, réadmission et éloignement des migrants en situation irrégulière et des déboutés du droit d’asile.

Cet usage euphémique a eu de fortes répercussions sur la compréhension du retour des migrants puisqu’il traduit l’expression directe du pouvoir coercitif des États à l’encontre de personnes perçues par les autorités d’un pays d’immigration comme étant « illégales » (celles dont le permis de séjour est arrivé à terme), voire indésirables (celles qui ont traversé la frontière sans y être autorisées). Cette vision, désormais dominante, a également contribué à consolider l’idée selon laquelle le retour ne serait plus une étape du cycle migratoire, mais bien sa sanction ultime ou sa fin. Elle s’est subtilement imposée par l’adoption d’une dichotomie opposant le retour dit volontaire au retour dit forcé ; tous deux appliqués aux personnes en situation irrégulière ou bien placées en détention. Aujourd’hui, cette vision dichotomique relèverait presque du sens commun si l’on ne s’interrogeait pas sur ses origines idéologiques, ses implications et sa véritable valeur heuristique.

Niveau d’étude de la migration de retour tunisienne avant son départ à l’étranger
© RSC-EUI

Si ces catégories de pensée appliquées au retour peuvent paraître confortables au regard de nombreux officiels et fonctionnaires des pays d’immigration, comme des pays d’origine, elles ne peuvent l’être pour le chercheur. Ce dernier a toutes les raisons de s’affranchir des schémas d’interprétation dominants, sans en renier la prégnance, et de les déconstruire afin de mettre en évidence les risques d’une approche foncièrement sécuritaire de la migration de retour. Reconnaître l’existence de paradigmes puissants, capables de forger les convictions des uns et les priorités des autres, constitue déjà un premier pas dans cette direction, bien plus que ne le serait un ton dénonciateur qui reprend, probablement sans même s’en rendre compte, le même lexique et les catégories dominantes évoqués précédemment. Produire une connaissance, basée sur des analyses plaçant le migrant en tant que tel, ainsi que ses droits, choix et aspirations, au centre de l’attention, permet de recadrer le champ d’investigation et d’explorer les enjeux et réalités propres à la migration de retour.

Par conséquent, on comprend mieux que travailler aujourd’hui sur la migration de retour requiert une démarche à la fois épistémologique, méthodologique et critique. Ces trois dimensions sont aujourd’hui intimement liées, bien plus qu’elles ne l’étaient il y a près de vingt ans. Qui aurait pu imaginer à l’époque qu’un amalgame entre retour et réadmission aurait (naturellement) dominé les pourparlers et débats en matière migratoire ? Qui aurait pu croire que des pans entiers de travaux scientifiques sur la migration de retour, issus de différentes disciplines, auraient été subitement éclipsés par des priorités politiques et par une « expertise » complaisante pour, enfin, tendre vers un subtil alignement mental ?

La réponse à ces questionnements éminemment actuels relève, entre autres, du rapport compliqué entre recherche scientifique et politique, ainsi que de conditions plus générales liées à la véracité des énoncés et à leur légitimation. La recherche empirique et l’analyse critique constituent le seul moyen de reconsacrer le retour comme étape du cycle migratoire, d’une part, et le migrant de retour comme acteur, d’autre part.

L’institut Universitaire Européen (IUE), dans le cadre de la plateforme de recherche « migration de retour et développement »[1] a récemment terminé une enquête réalisée en Tunisie, au cours du premier semestre 2012, basée sur un échantillon comprenant près de quatre cents entretiens directs auprès de migrants de retour tunisiens[2], à savoir des personnes ayant vécu plus d’un an à l’étranger et qui, au moment de l’enquête, sont de retour en Tunisie depuis, au moins trois mois. L’IRMC[3], partenaire de l’IUE, a directement participé à la collecte des entretiens réalisés principalement dans les gouvernorats de Tunis, l’Ariana, La Manouba, Ben Arous, Gabès, Kairouan, Jendouba, et Médenine, auprès de migrants rentrés essentiellement de France, d’Italie, de Libye, d’Oman, du Canada, des Emirats Arabes Unis et des États-Unis.

Chaque entretien était basé sur un questionnaire structuré en trois étapes successives : la situation du migrant avant de quitter la Tunisie, l’expérience migratoire vécue à l’étranger, et les conditions du migrant depuis son retour au pays. Cette approche diachronique permet de mettre en exergue et de comparer différentes réalités migratoires, en termes de parcours individuels, de ressources, d’aspirations, de situations familiales et professionnelles et, enfin, de préparation ; cette dernière représentant une notion centrale dans le cadre des travaux de la plateforme de recherche.

Migration de retour tunisienne par âge et par sexe
© RSC-EUI

La préparation au retour se réfère plus exactement à un processus qui, par définition, s’opère dans le temps et répond à des exigences variées. Elle ne se limite pas au fait de se préparer une fois que le migrant décide, de manière autonome, de rentrer au pays. Elle comprend également la capacité à mobiliser les ressources, aussi bien tangibles (financières et matérielles) qu’intangibles (formation et compétences professionnelles, réseaux sociaux et capital social), lui permettant de garantir son retour et sa réintégration au pays.

Aussi, comprendre les raisons pour lesquelles il existe différents degrés de préparation au retour est essentiel afin d’analyser comment les modes de réinsertion des migrants de retour en Tunisie varient autant.

Par ailleurs, les résultats de l’enquête, à l’étude actuellement, permettront d’élucider de nombreuses questions dont la plus fondamentale est justement celle portant sur les multiples facteurs qui influencent la réintégration des migrants.

Ces considérations acquièrent encore plus de pertinence si l’on s’attache à analyser comment, et en fonction de quelles variables significatives, certains migrants de retour ont réussi à investir, mieux que d’autres, leur expérience migratoire dans le cadre de leur réinsertion professionnelle, par exemple, par des projets créateurs d’emploi.

En somme, il est toujours possible de mieux penser le retour, sans s’aligner sur des amalgames, en plaçant les droits, les aspirations et les projets des migrants au centre de l’attention.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Jean-Pierre Cassarino

est Professeur au Centre Robert Schuman, Institut Universitaire Européen, Florence, et chercheur associé à l’IRMC.

 

Pour citer ce billet : Jean-Pierre Cassarino, « Travailler aujourd’hui sur la migration de retour », Le Carnet de l’IRMC, 18 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/680

 


[2] Une enquête précédente avait déjà été réalisée en Tunisie, en 2006, dans le cadre du projet MIREM (Migration de Retour au Maghreb). Les analyses et données brutes issues de cette enquête sont librement accessibles à partir du site : http://rsc.eui.eu/RDP/fr/researchprojects/mirem/.

[3] L’auteur remercie chaleureusement toute l’équipe de l’IRMC, ainsi que les enquêteurs Mahmoud Abdelmoula, Khalifa Bahrouni, Héla Bouras, Yacine Herichi, Mohamed Anis Jebri, Massaoud Kouri, Mohamed Sadok Lejri, Khaoula Matri, Mehdi Mhamed Mahjoub, Hédia Msolli, Nadia Saddem, Lilia Sagaama ; plus spécialement, Rached Ben Khalifa et Davide Calenda pour le contrôle et la validation des données.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Dinar/Euro : le seuil psychologique

Nos éminents professeurs nous ont appris sur les bancs de l’Université que le niveau de la monnaie nationale par rapport aux devises joue un rôle fondamental sur deux plans. D’une part, sur le plan interne, le niveau de la monnaie affecterait directement le prix des produits importés. D’autre part, sur le plan externe, la variation de la monnaie nationale aurait un impact sur la compétitivité des produits nationaux destinés à l’exportation.

Cette pensée nous a traversé l’esprit le 23 février 2012. La valeur de l’Euro par rapport au Dinar n’a jamais été aussi haute : le cours a dépassé 2 Dinars pour l’acquisition d’un euro (2,0019). C’est un avènement majeur pour un pays comme la Tunisie dont l’économie est tournée vers l’extérieur. La dépréciation de la valeur de la monnaie n’a pas tardé à faire écho. Certains avancent que la baisse du Dinar vis-à-vis de l’Euro est imputée à des facteurs exogènes. Alors que d’autres stipulent que cette nouvelle cotation est due à des faits endogènes. Ceci nous amène à poser les questions suivantes : pourquoi le Dinar tunisien subit autant de fluctuations et quelles en sont les raisons ? Quelle est la conséquence de ces variations sur l’économie tunisienne ? On essayera de répondre à ces questionnements à travers une approche factuelle systémique.

L’UE représente 80 % des échanges de la Tunisie

Les observateurs ont de bonnes raisons pour s’inquiéter quant à la force de l’euro qui valait 2,0019 le 23 février dernier. Durant la dernière décennie, le Dinar a perdu du terrain vis-à-vis des deux principales devises du panier de sa cotation (Euro/Dollar) et ne profite plus du rééquilibrage entre l’Euro et le Dollar.

Historique des taux de change EURO/TND (2002 – 2012)

Source : calcul de l’auteur à partir de la base de données de l’INS

Comme l’indique le graphique ci-dessus et quand bien même la tendance était prévisible, le 23 février 2012 fut un jour qui a marqué l’esprit des Tunisiens. La gestion de change du Dinar a eu pour constante un repli. Ce glissement a occasionné le recul de la valeur du Dinar par rapport à l’Euro de 4 % par an sur les dix dernières années. Cette barre symbolique était prévisible, certes, mais inquiétante. En fait, depuis les années 1980, la BCT a choisi, d’un point de vue structurel, un Dinar faible par rapport aux monnaies de références. Mais pourquoi toute cette focalisation sur l’Euro et l’UE ? Tout simplement, car les échanges de la Tunisie se font à hauteur de 80 % avec l’UE.

Une dette tunisienne libellée en Euro

Les conséquences de la dépréciation de la monnaie tunisienne sont aussi multiples que directes. En effet, cela peut désavantager les exportations tunisiennes et entraver la relance économique déjà fragile. Il faut rappeler que la balance commerciale a enregistré un recul en 2011 de 5 % par rapport à 2010 enregistrant un déficit de 8610 MD selon l’INS. La faiblesse de la monnaie tunisienne peut éventuellement permettre d’avoir une reprise des exportations grâce aux gains en matière de, compétitivité/prix. Cela reste hypothétique, car les bienfaits de la baisse de la monnaie sur les exportations ne peuvent se faire que dans un climat économique stable. Or, en ce moment, c’est loin d’être le cas : sit-in à répétition entravant la production, administration tournant au ralenti, tiraillements politiques, insécurité…

Dans le même temps, les importations pèseront lourdement sur la balance commerciale déjà déficitaire. On assistera au renchérissement des produits importés dont certains sont incompressibles tels que les produits alimentaires. D’ailleurs, le poids du manque des produits alimentaires commence à se sentir dans le budget des ménages. Ces produits ont connu ces derniers temps une augmentation galopante des prix. Ceci a impacté massivement le pouvoir d’achat de l’ensemble des consommateurs toutes catégories confondues. Cependant, cette baisse de la valeur du Dinar va faire augmenter mécaniquement la valeur de la dette puisque 60 % de celle-ci est libellée en Euro.

Les prix augmentent, le chômage en hausse

À l’intérieur des frontières, on peut légitimement s’inquiéter des performances économiques. Du moins sur le court terme, les choses ne devraient pas s’arranger avec la faiblesse de la monnaie. En temps normal, tout étant égal par ailleurs, cette dépréciation permet théoriquement de maîtriser l’inflation corrélant, de ce fait, l’évolution de la masse monétaire. Or factuellement, l’inflation a dépassé les 5 % en janvier 2012 comparée à janvier 2011. Force est de constater que les autorités de compétence et le gouvernement de transition s’essayent à des mécanismes de maîtrise d’inflation, mais a priori, sur le terrain, les prix continuent à augmenter. Mais jusqu’à quand cette situation demeurera soutenable ?

Pendant ce temps, le taux de chômage continue à augmenter pour atteindre 18,9 % soit 738.400 personnes (dont 72,1 % en dessous de 30 ans et 30,5 % diplômé du supérieur) selon l’INS. C’est l’une des raisons qui ont poussé à la prolifération de l’économie souterraine. Plus grave, 174 entreprises étrangères ont fermé et quitté la Tunisie pour aller s’installer ailleurs, poussant le nombre de chômeurs vers le haut et la création de la richesse vers le bas. Dans le même temps, la proposition de « se débarrasser » d’une partie des chômeurs en les envoyant à la Libye voisine n’est pas crédible. On ne fait que fuir la réalité. Il faut être conscient qu’on ne peut pas baisser le chômage (selon les prévisions du gouvernement en place) en une seule année simplement par la collaboration avec l’étranger. La demande étrangère en main d’oeuvre reste spécifique et limitée. La lettre d’information de l’OCE [INS, février 2012] indique que la faiblesse de l’économie est due au cantonnement de cette dernière à des secteurs à faible productivité et son rattachement à la zone Euro. Ces éléments structurels rendent le modèle de croissance peu soutenable et incapable d’être créateur d’emploi. De ce fait, la résorption du chômage devient invraisemblable sur le court terme.

Les perspectives de l’économique tunisienne

L’augmentation de la valeur de l’Euro vis-à-vis du Dinar coïncide avec l’annonce de la BCT d’un léger redressement de la situation économique dans son communiqué du 15 février indiquant « l’apparition de prémisses d’amélioration de l’économie nationale au début de l’année en cours à travers la progression du rythme des échanges commerciaux avec l’extérieur » !

Paradoxalement, dans son communiqué du 27 février 2012, l’agence de notation Fitch a décidé de dégrader la note de la dette de la Tunisie à long terme de BBB à BBB gardant une perspective négative. Même si nous espérons une meilleure situation économique à moyen et long terme, l’agitation actuelle a détérioré les perspectives économiques de court terme. Les incertitudes n’en restent pas moins élevées. Le risque d’une réelle flambée des prix reste d’actualité et amplifierait davantage le marasme économique de la Tunisie. La grande peur viendrait de l’installation d’un cercle vicieux appuyé par une stagflation. Ainsi, tous les efforts doivent se focaliser sur une politique d’emploi dans des secteurs productifs. Cela va permettre d’augmenter, mécaniquement, le pouvoir d’achat, la redistribution de la richesse, l’accroissement du PIB, tout en bénéficiant de l’effet multiplicateur des dépenses publiques.

Cependant, il ne faut pas occulter le rôle de la BCT dans la régulation de l’inflation avec la collaboration du gouvernement via une information transparente et symétrique afin de rétablir la confiance de l’investisseur et du consommateur.

Par-delà ce mini-choc de change, il faut rester lucide. Toute économie cherche à se relancer dans cet environnement complexe frappé par la crise mondiale. Pour la Tunisie, nous proposons deux possibilités afin de sortir de ce goulot d’étranglement. Le salut pourrait venir de l’investissement avec l’implication des banques. Mais, il faut que les entreprises jouent le jeu en recrutant suffisamment et en ne se refaisant pas une santé financière au détriment des objectifs de la relance économique. La deuxième solution serait de stimuler la demande intérieure et relancer la consommation en maîtrisant le niveau l’inflation. Cette stratégie nous parait la plus judicieuse, sauf qu’avec le projet de la Loi de Finance Complémentaire de l’année 2012 (augmentation de diverses taxes) l’augmentation du pouvoir d’achat semble incompatible.

Selon l’INS [février, 2012] : « cette année restera également dans l’histoire comme une année de récession sur le plan économique. Mais, en ce début 2012 et au delà des polémiques sur le degré de contraction du produit intérieur brut en 2011, le temps des illusions est maintenant révolu, vient celui des conséquences et surtout de l’action ». Mais quel type d’action ? Les décideurs de la politique économique doivent adresser un message fort permettant de pallier l’instabilité institutionnelle et installer un climat des affaires favorable, un plan de stabilisation réduisant les déséquilibres macroéconomiques et un regain de la confiance pour tous. Au-delà de ce débat, il serait question de la souveraineté économique de la Tunisie. Nous ne sommes pas adeptes du souverainisme absolu, bien au contraire, l’économie tunisienne doit rester une économie ouverte sur l’extérieur.

Néanmoins, l’intervention des capitaux étrangers permettra-t-elle de maintenir la souveraineté économique de la Tunisie ? Ne devrions-nous pas plutôt chercher la solution ailleurs via l’invention d’un nouveau modèle économique ?

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Mohamed Slim SASSI

est doctorant à l’EDEAGE (Sorbonne Nouvelle – Paris 3) et enseignant en économie et finance.

 

Pour citer ce billet : Mohamed Slim Sassi, « Dinar/Euro : le seuil symbolique », Le Carnet de l’IRMC, 7 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/642

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les femmes cadres en Tunisie, identités et stratégies

Notre travail s’est construit sur une recherche empirique effectuée dans le cadre d’une thèse de sociologie du travail (El Amdouni, 2010). La recherche rend compte des identités des femmes cadres tunisiennes, qui se construisent dans les relations qui s’instaurent entre leur vie professionnelle et familiale. L’enquête de type qualificatif menée auprès de 60 femmes et de 20 hommes, principalement par le biais d’entretiens semi-directifs, illustre d’une part l’insertion de la femme cadre diplômée et active en tant que figure de réussite scolaire et sociale, mais démontre d’autre part que la progression de la carrière de ces femmes se construit de manière inégalitaire par rapport à celle de leurs homologues masculins : « l’histoire de leur accès à l’égalité de pouvoir est loin d’être terminée » (Laufer, 2004).

Pour autant, on constate que contrairement à certaines hypothèses, les femmes tunisiennes aspirent à des professions et à des carrières de haut niveau.Elles manifestent l’ambition d’accéder à des postes de responsabilité malgré leurs obligations familiales. Notre objet d’étude renvoie aux analyses de Geert Hofstede (1994) qui montre que l’on trouve en fait plus de femmes ambitieuses dans les cultures masculines. Par contre, dans les sociétés féminines, « les femmes rencontrent moins de réticences à vaincre pour accéder aux postes de responsabilités et elles sont aussi moins ambitieuses ». Il se trouve précisément que la culture tunisienne est bien une culture masculine mais que, profondément imprégnée depuis Bourguiba d’une culture politique énonçant les droits de la femme au travers du Code du Statut Personnel, cette masculinité ne « verrouille » pas juridiquement et économiquement l’ambition des femmes, même s’il n’en demeure pas moins que dans les rapports sociaux au quotidien, l’affirmation de soi dans le domaine professionnel pour les femmes s’impose comme un combat.

L’analyse a permis d’établir une typologie qui rend compte des identités différentielles des femmes cadres autour de la construction de l’identité dans le projet d’orientation, des stratégies professionnelles et familiales en relation avec une pluralité d’acteurs sociaux. La typologie montre comment ces femmes négocient leur activité. Si les femmes cadres « traditionnelles » se cantonnent à la reproduction des tâches au service d’un ordre familial, les « négociatrices » adoptent le « compromis » entre carrière et discrétion. Celles nommées les « ambitieuses », caractéristiques d’un modèle émergent dans le champ de l’emploi en Tunisie, se revendiquent dans « l’affrontement » et « l’investissement dans la réussite ».

Certaines d’entre elles adoptent le passage à l’entrepreneuriat pour s’émanciper des contraintes du salariat afin de pouvoir exercer librement leurs responsabilités. Cette ultime stratégie à l’entrepreneuriat se module selon qu’elles proviennent du secteur public ou du secteur privé. Les unes ont entrepris parce qu’elles reprochaient à la fonction publique la lenteur dans la carrière professionnelle. Les autres ont retenu du secteur privé, la difficile conciliation entre les responsabilités professionnelles et la vie familiale. Pour l’ensemble, la création d’entreprise est motivée par les stratégies d’une quête d’autonomie pour réaménager son temps de travail et mieux s’épanouir dans la vie privé, tout en visant la reconnaissance professionnelle de soi.

Les modèles que nous avons présentés montrent bien comment les identités des femmes cadres ont été sédimentées à travers la transmission familiale, l’éducation, la formation professionnelle, puis la famille (choix du conjoint ou choix du célibat, attitudes adoptés dans la famille). Il ressort de notre analyse différentes alternatives dont les femmes cadres disposent pour pouvoir affronter deux types de situation et deux maîtres, l’un au travail l’autre au foyer : le cadre concurrent dans la vie de travail, le mari dans la vie familiale. On voit par ailleurs que face à ces réponses multiples, les femmes cadres s’attachent à démontrer de la même manière les inégalités dans l’investissement des charges domestiques. Le quotidien est parsemé de difficultés et de « jonglages » parfois insurmontables entre responsabilités familiales et professionnelles.

Notre travail met au final en évidence que face au contrôle social imposé par la codification des sexes et la nécessité d’être la « meilleure », la majorité des femmes cadres interrogées cherchent moins à s’imposer dans « l’affrontement » ou dans la « rupture » qu’en s’employant à « ajuster » ou à « détourner » les obstacles pour produire leur propre culture et s’affranchir librement de leur propre destin.

Toutefois, le soulèvement populaire que vient de connaître la Tunisie qui a balayé l’ancien régime dictatorial, nous amène à nous réinterroger sur le sort des acquis de la femme tunisienne, même s’il est encore trop tôt pour être en mesure de répondre à cette question. Nous avons pu constater que les femmes et les jeunes filles ont joué un rôle important lors des manifestations, elles se sont inscrites à l’avant-garde de cette révolution aussi bien sur le Web que dans les rues, et ce, dans toute les régions de la Tunisie. À cet égard, il est clair que la gent féminine veille à ne pas fragiliser ses acquis et à les inscrire dans la nouvelle Tunisie, dans une progression moderniste.

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Sonia EL AMDOUNI

est docteur en sociologie, enseignante-chercheure, ATER à l’Université d’Évry, équipe Enseigner, Transmettre, Encadrer (ETE) et chercheure associée à l’IRMC.

crédit d’illustration : © Tunisiefemme.com

 

Pour citer ce billet : Sonia El Amdouni, « Les femmes cadres en Tunisie, identités et stratégies », Le Carnet de l’IRMC, 2 octobre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/544

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vers un entrepreneuriat transméditerranéen ? Les stratégies d’internationalisation des entreprises maghrébines et de réinvestissement des Maghrébins d’Europe : premiers résultats du programme AUF-IRMC

Entreprises étrangères et à participation étrangère en Tunisie - FIPA-Tunisie 2010

Compte-rendu de la réunion du programme de recherche , IRMC – 30-31 mars 2012 , Coordonné par Sylvie Daviet

Les troisièmes rencontres du programme de recherche IRMC-AUF sur les stratégies d’internationalisation des entreprises maghrébines et de réinvestissement des Maghrébins d’Europe se sont déroulées à Sidi Bou Saïd les 30 et 31 mars 2012. Les résultats tout en contrastes témoignent de profondes recompositions du paysage entrepreneurial, dans une dynamique de mondialisation qui ouvre de nouveaux horizons. L’hypothèse d’un entrepreneuriat transméditerranéen interroge les paradigmes et les grilles de lecture de la transnationalité pour mieux décrypter les atouts et les limites du système entrepreneurial de l’entre-deux rives : firmes-réseau, capitalisme transnational, systèmes productifs et réseaux transnationaux, diasporas économiques …, font de la Méditerranée une interface active, tenant du hub plus que de l’espace intégré.

En s’appuyant sur une équipe associant économistes, géographes, sociologues et politologues, nous avons questionné ces processus d’internationalisation, au travers d’un ensemble de paramètres : en mesurant le mouvement des flux émis et reçus, mais aussi en observant l’encastrement de ces mouvements dans les sociétés locales. Il s’est agi de pointer les formes d’hybridation, de scruter les ressources déployées par les entrepreneurs, les métamorphoses opérées dans les situations de travail des cadres et des salariés, au coeur d’une mondialisation qui affecte les acteurs, les institutions et les territoires. De Karl Polyani (1944) à Mark Ganovetter (1985) ou Anna Lee Saxenian (2004), notre cadre théorique souligne que tous les phénomènes économiques, quelle que soit l’époque ou le lieu, ne sont pas autonomes mais ancrés dans des structures sociales, des réseaux, des territoires où l’échange et l’interaction jouent un rôle majeur ; en d’autres termes, nos entrepreneurs, tels de nouveaux argonautes, sont porteurs de sens.

L’impact contrasté des IDE et des partenariats Nord/Sud

Ces deux dernières décennies ont permis aux pays du SE Méditerranéen d’attirer un flux notable d’Investissements Directs Étrangers (Yamina Mathlouti, AFD Tunis) venus d’Europe, des pays du Golfe, de l’Amérique du Nord et de puissances émergentes (groupe des BRIC). Les flux internes à la région sont marqués par le nouveau rôle de la Turquie (Stéphane de Tapia, CNRS). Les pays du Maghreb ont bénéficié de cette internationalisation que l’impact des révolutions arabes infléchit à son tour (baisse des IDE en Tunisie au profit du Maroc). Le mode de développement « offshore », qui a prévalu jusqu’à l’immolation de Mohamed Bouazizi, le 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid, est désormais pointé du doigt. La vision d’un nouveau mode de développement appelle un ensemble d’approches plus éclairantes que les seuls indicateurs macroéconomiques qui faisaient de la Tunisie de Ben Ali le « bon élève » des organisations internationales.

Les études de cas dont nous disposons livrent une image contrastée de l’internationalisation des entreprises maghrébines, par le biais des IDE et des partenariats venus du Nord. Le partenariat Danone/Djurdjura en Algérie (DDA), qui associa en 2001 la multinationale française et la PME des frères Batouche en Kabylie, a su éviter le « choc culturel » entre cadres locaux et expatriés. L’arrivée de Danone semble avoir été bénéfique aux cadres algériens en termes d’évolution socioprofessionnelle, de formation, de savoir-faire organisationnel et d’introduction de nouveaux concepts qui impliquent une forte capacité d’adaptation (Mohamed Madoui, LISE-CNAM ; Moussa Boukrif, Univ. Béjaia). Cette expérience plutôt réussie contraste avec le tableau sombre du système mode dans la région de Tanger (Pascale Froment, MCF) où la dépendance des entreprises locales s’exprime par les formes de joint-ventures contractées, le volume de production destiné à l’exportation, la sous-traitance et le faible nombre de clients, un seul souvent pour la majorité des entreprises, largement captives des donneurs d’ordre espagnols (Inditex, Zara, Mango…). Les stratégies pour s’émanciper de cette dépendance sont bien fragiles. La situation doit donc être différenciée, selon les secteurs notamment.

Le prisme des secteurs et des espaces

Le système mode est un pilier historique des stratégies d’industrialisation, employant une main-d’oeuvre féminine, jeune et peu qualifiée. En tant que secteur à faible intensité capitalistique, il est représentatif d’une forte mobilité entrepreneuriale, faite de délocalisations et de relocalisations multiples, comme de rapports sociaux d’une grande brutalité. D’autres secteurs sont davantage générateurs de dynamiques positives, associées à la construction de nouveaux territoires productifs. Les logiques technopolitaines (Alexandre Grondeau, MCF)amorcées au Maroc comme en Tunisie

depuis les années 1990 produisent leurs effets. La mise en place de clusters dédiés aux hautes technologies : El-Ghazala en Tunisie, Technopark au Maroc, Sidi Abdellah en Algérie traduit des efforts notables en matière d’aménagement.

Parallèlement, la formation supérieure émerge en tant que secteur marchand (Sylvie Mazzella, LAMES), avec une importante vague de nouveaux établissements d’enseignement supérieurs. Cet autre volet de l’économie du savoir s’incarne dans le développement d’universités privées qui vise à compléter un secteur public en surcharge et partiellement inadapté. Les nouveaux entrepreneurs du savoir symbolisent à cet égard l’originalité des formes contemporaines de partenariats hybrides entre secteur public et privé.

Les enjeux environnementaux sont aussi à l’origine d’un nouveau front d’activités autour des énergies renouvelables. Dans le cas de la Tunisie, on observe la naissance d’un nouvel entrepreneuriat dans le secteur de l’énergie solaire thermique et photovoltaïque (Nadia Benalouache, IRMC) qui puise son origine dans les plans solaires nationaux, pour partie soutenus par les bailleurs de fonds internationaux. Cet axe de recherche diversifie par conséquent les éclairages et fournit de précieux indicateurs des transformations des sociétés maghrébines, permettant d’appréhender, en arrière-plan, la variabilité des dynamiques d’industrialisation et de tertiarisation, l’élévation des qualifications et la montée des classes moyennes, dans un ensemble d’entreprises souvent petites et moyennes.

PME et groupes maghrébins, l’émergence de « champions nationaux » à l’international

Affiche publicitaire de la banque Attijari

L’internationalisation des PME suscite beaucoup l’intérêt des acteurs publics, mais très peu de PME s’internationalisent car les obstacles sont multiples (Marouf Ramadan, Euromed ; Nadine Levratto, Paris X). En revanche, les groupes maghrébins s’internationalisent à grand pas. Certains, tel le tunisien Elloumi (Hamadi Tizaoui, Université de Tunis), se développent sur les deux rives de la Méditerranée en s’intégrant au système productif transméditerranéen des équipementiers de l’automobile, commandé par quelques constructeurs européens (Opel, Mercedes, Volkswagen, PSA, Renault, Fiat).

D’autres se développent en direction du monde arabe et de l’Afrique subsaharienne, comme Poulina (industrie), Comete et Studi (ingénierie), Tunisie Telecom et Maroc Telecom, la STEG et l’ONE (électricité)…

Des trois pays du Maghreb central, le Maroc est sans conteste le plus à même de faire émerger des groupes d’échelle régionale comme Royal Air Maroc, ou Attijari wafa Bank (Sylvie Daviet, IRMC). « L’Afrique est notre horizon » lit-on désormais dans la presse ou les publicités, et le Maroc s’affirme en leader dans cette stratégie de hub pour l’Afrique qui requalifie le rôle du Maghreb entre Nord et Sud.

Fonctionnements transméditerranéens et diasporas

Côté Nord, un tissu social de l’entre-deux rives se déploie et se régénère. Les binationaux sont le maillon fort, acteurs d’une diaspora économique active, notamment chez les diplômés des grandes écoles (Sonia El Amdouni, Université d’Évry), mais pas seulement. Une densité incroyable de réseaux associatifs, entrepreneuriaux, tuniso-allemands, franco-algériens, maroco-espagnols, italo-tunisiens, construisent chaque jour un espace transméditerranéen par le bas, riche de rencontres productives. Ces acteurs de l’entre-deux (Frederik Mispelblom, professeur, Université d’Évry) ont des capacités d’apprentissage et de médiation dans la transition que connait le Maghreb (Isabel Schäfer, Université de Humbolt, Berlin), d’insertion dans les territoires (André Donzel, LAMES) au Nord, comme au Sud de la Méditerranée. Ils ne jouent pas sur le registre de l’élite mondialisée « offshore ».

Nombre d’acteurs économiques, engagés dans des réseaux sociaux et entrepreneuriaux transnationaux, contredisent la thèse d’une identité déterritorialisée, remettant en cause le rôle des États. Nous y voyons plutôt le signe d’une nouvelle élite, ouverte sur le monde, alliant promotion économique et responsabilité sociale, agissant en tant que société civile, dans le cadre d’États bousculés par la mondialisation.

Acteurs et modalités du réinvestissement dans le pays d’origine

Ce dernier axe de recherche, tourné vers le réinvestissement des Maghrébins d’Europe, entend souligner l’importance des remises effectuées dans les pays d’origine. Les modalités du réinvestissement entrepreneurial sont ici illustrées par quatre études de cas dont les postes d’observation se situent sur les deux rives.

L’émergence des entrepreneurs émigrés d’Agadir (Mohamed Ben Attou, Université d’Agadir) s’inscrit dans un contexte marocain où le rôle des résidents à l’étranger est le plus emblématique des pays du Maghreb. Le phénomène est également étudié dans le Sahel Tunisien (Hassan Boubakri, MCF ; Mourad Khedija, Université de Sousse). En Île-de-France, les femmes d’origine maghrébine, créatrices d’entreprises, s’insèrent dans les réseaux financiers du microcrédit (Houda Laroussi, INTES Tunis). Les réseaux associatifs d’entrepreneurs maghrébins de la région parisienne (Rached Ben Khalifa, CNAMIRMC) sont aussi observés à l’aune des changements politiques, économiques et culturels qui marquent la relation France- Maghreb, tout comme les descendants d’immigrés d’origine algérienne (Emmanuelle Santelli, CNRS-MODYS, Lyon 2), opérateurs dans une Algérie désormais ouverte à l’économie mondialisée. Mais cet investissement n’est pas qu’un fait économique. Les entrepreneurs, qui revendiquent une fonction de « pont naturel » entre les deux pays, ont disposé de ressources, su mobiliser des réseaux, formulé des stratégies qui témoignent de leurs capacités à articuler une « pluralité de scènes sociales » (Zalio, 2007).

Le Maghreb recompose ses espaces de référence

Au lendemain d’un printemps arabe qui a pris de court tous les prévisionnistes, les projecteurs sont braqués sur les logiques internes à la région dont l’équation (religion, économie, démocratie) fait office d’énigme. Les rivages virtuels de l’Europe semblent s’être éloignés. L’UMA (Union du Maghreb Arabe) est relancée, les fonds Qatari sont sollicités, la Turquie est perçue comme un modèle. Mais les relations transméditerranéennes entre économies et sociétés civiles demeurent actives. En outre, le Maghreb déploie un capitalisme pionnier en direction de l’Afrique subsaharienne.

Nombre d’acteurs portent la vision d’un Maghreb jouant le rôle d’un territoire-relais entre l’Europe et l’Afrique subsaharienne.Ce nouveau paradigme économique est curieusement éclipsé par la nouvelle donne politico-religieuse qui focalise toutes les attentions.

Mais au-delà de ce contexte, certaines lignes de force demeurent. De la famille Batouche (Algérie), aux Daher et Saadé (Liban), des fils Yildirim (Turquie), aux frères Elloumi (Tunisie)… la structure familiale de l’entrepreneuriat méditerranéen revêt une dimension anthropologique forte qui pénètre la mécanique faussement standardisée du capitalisme moderne. Cette dimension anthropologique interpelle dans la mesure où la densité des échanges transméditerranéens se mesure moins dans la quantité des flux macroéconomiques que dans l’épaisseur d’une histoire ayant tissé des liens aux ramifications multiples. C’est en effet le facteur humain, qui par le jeu des migrations et des mobilités, fournit l’ossature d’une organisation diasporique connectant les deux rives. Échanges et circulation des savoirs s’incarnent, certes, dans le patrimoine partagé de la langue, les chemins parcourus dans les mêmes filières de formation, les pratiques du travail en entreprise, l’expérience de la coopération scientifique, technique ou culturelle. Ils se transmettent aussi grâce aux destins croisés des familles transnationales (Razy, Baby-Collin, 2011) qui réinvestissent à des degrés divers dans les pays d’origine.

Entrepreneuriat transméditerranéen et écosystème relationnel

Il existe donc un tissu social de l’entre deux rives, traversé et fragilisé par l’onde de choc des transformations en cours. Mais il n’en constitue pas moins la matrice, l’écosystème d’un entrepreneuriat transméditerranéen aux composantes variées, depuis l’élite passée par les grandes écoles aux catégories plus modestes, en quête de reconnaissance et de légitimité. Les binationaux sont la trame de ce tissu social et relationnel. Face aux enjeux de nationalité et de libre circulation au sud de la Méditerranée, le double statut est actuellement la clé de la mobilité professionnelle. Inutile pour un commercial, un cadre, un chef d’entreprise d’avoir un plan de déplacement ordinaire, à l’image de son alter ego européen, sans le sésame conféré par un double passeport en bonne et due forme. Le maillage des réseaux transnationaux les plus professionnalisés est pétri de ce métissage forgé dans l’intimité des trajectoires individuelles ; à cette échelle, culture, économie et société ne forment qu’une seule et même réalité.

 Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

Sylvie DAVIET

est professeur de géographie à l’Université de Provence et membre du laboratoire TELEMME (UMR 6570). Elle est actuellement chercheure à l’IRMC en délégation CNRS.

crédit d’illustration : © Mongi Belarem ; Attijari Bank.

 

Pour citer ce billet : Sylvie Daviet, « Vers un entrepreneuriat transméditerranéen? Les stratégies d’internationalisation des entreprises maghrébines et de réinvestissement des Maghrébins d’Europe : premiers résultats du programme AUF-IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 20 juillet 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/486

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le renouveau du micro-crédit en Tunisie ?

Le déséquilibre régional entre Nord-Ouest, Sud-ouest, Centre et littoral tunisien, longtemps conçu par les régimes établis depuis l’indépendance, n’a pas été sans conséquences sur la montée du chômage dans les régions les plus défavorisées.

Plusieurs acteurs publics, associatifs et internationaux, se mobilisent dans ces régions, dans le but d’y améliorer l’insertion des chômeurs sur le marché de l’emploi. À ce titre, l’une des solutions proposées est l’encouragement au travail indépendant, l’incitation à la création de la microentreprise par le biais du micro-crédit. Ce dispositif financier pourrait favoriser le développement des régions. Il est devenu une composante des programmes de développement et un chantier prioritaire du gouvernement transitoire.

Le micro-crédit est un outil qui n’est pas nouveau en Tunisie. L’État de l’ancien régime, par le biais de sa Banque tunisienne de solidarité et Enda Inter-arabe[1], institution de micro-finance (IMF), était le spécialiste de son octroi. Le nombre des personnes qui sollicitent ces organismes ne cesse de s’accroître. Une étude réalisée en 2010 et financée par l’Union européenne a estimé à un million le nombre de demandeurs potentiels de micro-crédits en Tunisie. Selon le cofondateur et président de l’association pour le microcrédit Babyloan, « il serait plus raisonnable de compter sur une population cible de l’ordre de 600 et 700.000 clients potentiels, soit 300 à 400.000 de plus qu’actuellement ». De son côté, Michaël Cracknell, secrétaire général de Enda interarabe, assure que « depuis la révolution, ce chiffre pourrait même être réévalué à la hausse ». À l’heure actuelle, tout au plus « un tiers de cette demande est satisfaite par Enda et la Banque Tunisienne de solidarité ».

Actuellement et depuis quelques mois, certains organismes internationaux de micro-crédit (Babylone, Cerise, Planète Finance) se mobilisent pour travailler en collaboration avec les organismes existant.

D’autres, tels que l’Adie (Agence pour le développement de l’initiative économique) sont déjà sur le terrain pour la création d’une future antenne sur le territoire tunisien. Le micro-crédit devient un enjeu de concurrence entre un secteur privé à but « social » mais lucratif, et des ONG inquiètes de cette réinterprétation économique de l’aide aux plus démunis. D’ailleurs en restent-ils la cible ?

Alors que Babyloan et Enda devraient bientôt nouer un partenariat, les deux spécialistes s’accordent à souligner que le nombre d’IMF en Tunisie doit cependant être « limité ». Outre leur propre intérêt, il s’agit surtout, selon eux, « d’éviter le risque de surendettement des emprunteurs », comme cela a pu être le cas en Inde avec une saturation du marché dominé par de nombreux bailleurs entre lesquels les emprunteurs peuvent alors « jouer », comme c’est pratiqué au Maroc.

Ainsi, on passe du micro-crédit à la micro-finance pour le développement des régions. Le dispositif présente plusieurs autres services parallèles (épargne, assurance, transfert d’argent etc.) pour une clientèle plus étendue. La micro-finance, elle, ne se limite plus aujourd’hui à l’octroi de micro-crédit aux pauvres mais bien à la fourniture d’un ensemble de produits financiers à tous ceux qui sont exclus du système financier classique et afin de développer leur activité économique. De son côté Jacques Attali, président de PlaNet Finance, tout en admettant que « la microfinance est essentielle pour le développement d’un pays », précise que, mal gérée, elle peut conduire à des risques de surendettement. Il faut aussi insister sur le fait, très évoqué par de nombreux acteurs tunisiens qui se réfèrent à la mauvaise expérience passée d’un microcrédit étatique d’assistance et de clientélisme, que le rôle de l’État ne serait pas d’accorder des micro-crédits, mais plutôt de refinancer des associations par des subventions ou des crédits à des taux d’intérêt plus bas que ceux du marché.

En ce sens, des enquêtes menées dans les années 2000 sur les questions du micro-crédit et du lien social en région tunisoise (Laroussi, 2009), revues après les évènements, conduisent à s’interroger sur des questions de fond : les associations vont-elles cesser d’être le produit de l’administration ? Les politiques publiques vont-elles continuer à multiplier des programmes d’interventions mal connectés à la société civile ? L’introduction de la micro-finance en Tunisie peut-elle à la fois échapper à cette « étatisation du social » connue sous Ben Ali, mais aussi à la privatisation de sociétés financières au détriment des ONG actrices de développement social local ?

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Houda LAROUSSI

Sociologue , INTES, Université Tunis Carthage

 

crédit photographique : © Tunisie projet ; IRMC-Karthala

 


[1] 165.000 emprunteurs actifs en 2011. Depuis 1995, plus de 818.000 prêts accordés, d’un montant moyen de 865 dinars, soit 440 euros.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La problématique de croissance dans la petite et moyenne entreprise privée en Algérie

Depuis la fin des années 80, l’application de réformes économiques a eu lieu en Algérie, ce qui traduit de nouvelles orientations de l’économie algérienne et une intégration dans l’économie de marché. Dans ce contexte de réformes et de mutations, les entreprises privées et notamment les PME, connaissent une nette expansion. Cette évolution est le résultat des mesures d’incitation et d’encadrement décidées par les pouvoirs publics, en faveur de la promotion et du développement des PME privées. Les statistiques montrent que près de 75 % des PME recensées ont été créées après 1993, et plus de 35 % après 2000, c’est-à-dire après l’adoption des nouveaux codes de promotion et de développement des PME[1].

En raison du rôle fondamental que jouent les PME dans le processus de développement économique et social dans plusieurs pays développés, l’Algérie a placé cette catégorie d’entreprises, principalement celle du secteur privé, au centre de ses préoccupations et de ses politiques industrielles, la considérant comme alternative au secteur public longtemps conçu comme moteur de création de richesses en dehors des hydrocarbures. En vertu de cette attention particulière, les petites et moyennes entreprises privées sont devenues prédominantes au sein de l’économie algérienne dans la plupart des secteurs d’activité. En effet, les derniers chiffres officiels indiquent que les PME privées représentent plus de 70 % des petites et moyennes entreprises locales.

Bien que le secteur des PME privées se soit fortement développé au cours des dernières années, ces entreprises présentent toujours des structures économiques, financières et organisationnelles jeunes et fragiles, et restent peu préparées à l’ouverture économique et à la concurrence des entreprises étrangères très compétitives, et ce, malgré les différents dispositifs mis en place par l’État en faveur des PME. En outre, ce secteur enregistre un rythme de croissance très lent (1,4 %), ce qui signifie que les entreprises privées algériennes ne parviennent pas à se transformer en moyenne ou en grande entreprise avec la taille et l’envergure nécessaires pour participer avec succès au développement économique et social de la société algérienne. Les données montrent aussi que ces entreprises, et particulièrement les plus petites d’entre elles, enregistrent des taux de rentabilité relativement élevés. Seulement, l’accumulation des profits de ces entreprises ne génère pas un processus de croissance et de développement.

Partant de ce constat de déficience, il nous semblait intéressant de poser un questionnement fondamental ; pourquoi les petites et moyennes entreprises privées algériennes ne connaissent-elles pas une trajectoire de dynamisme et de croissance et ne parviennent-elles pas à prendre de l’expansion dans leurs activités économiques ?

À partir de cette étude, nous allons appréhender ce phénomène dans une perspective sociologique en considérant l’acteur ou l’entrepreneur algérien comme unité de base de notre analyse. Nous essayerons de comprendre pourquoi les entrepreneurs ou dirigeants propriétaires des PME algériennes auto limitent la croissance de leur entreprise ou plus précisément ne cherchent-ils pas à la développer. Est-ce dû à une absence d’intention de développer l’entreprise chez ces acteurs ainsi qu’à la nature des motivations qui les ont poussés à créer leur entreprise, telle que la sortie d’une situation de chômage ou la recherche d’une qualité de vie meilleure ? Cette réticence au développement n’est-elle pas liée au sens que donnent les entrepreneurs algériens à leur entreprise en tant que propriété individuelle ou familiale qui est très loin du sens de la propriété économique ?

Tout ceci, en sachant que le processus de croissance et de développement d’entreprise comporte des risques pouvant entraîner jusqu’à la perte – totale ou partielle – de l’entreprise (par le recours à des moyens tels que l’ouverture du capital, le partenariat, le prêt bancaire…) et que l’entreprise est considérée par les dirigeants propriétaires comme moyen de promotion et d’obtention d’un statut social exceptionnel. Est-ce que le rôle social de l’entrepreneur assigné par son entourage et associé à cette position sociale spécifique, l’oblige à adopter des comportements qui sont loin de la rationalité économique ?

Ce rôle consiste surtout à répondre aux attentes de son entourage, principalement familial, pour protéger, d’une part, cette propriété qui ne reflète pas seulement le statut et la situation sociale du dirigeant propriétaire, mais aussi de celle de toute sa famille, et d’autre part, à assurer le rôle de soutien familial qui est une forme de devoir et d’obligation issue des valeurs sociales de la société algérienne. Nous pouvons également avancer que parmi les facteurs de cette réticence à la croissance de l’entreprise privée algérienne, il existe celui d’une culture de la méfiance qui s’est installée entre l’État et l’acteur économique privé, depuis la période de l’économie administrée.

Cette série de questionnements nous a menés à formuler des hypothèses pour expliquer ce phénomène de ralentissement de la croissance des PME privées algériennes : si le motif de la création d’entreprise est celui d’une volonté de sortie du chômage ou d’amélioration du niveau de vie, l’intention de développer l’entreprise est alors absente dans la vision future des entrepreneurs. Nous avançons, par ailleurs, l’idée selon laquelle l’entrepreneur s’abstient de s’engager dans un processus de développement et de croissance par peur du risque économique qui affecterait son statut social et celui de toute sa famille. Enfin, nous estimons que la relation spécifique qui s’est instaurée entre l’entrepreneur privé et l’État, qualifiée de prudence et de méfiance, fait que celui-ci repousse l’idée de développer son entreprise car elle ne serait que l’expression manifeste de sa richesse économique.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Zakia SETTI

est maître assistante en sociologie à l’université d’Alger 2 et chercheure associée au Cread. Sa thèse s’intitule «Problématique de la croissance des petites et moyennes entreprises algériennes ». Elle a rejoint l’IRMC en tant que Boursière de Moyenne Durée (BMD) dans le cadre de la convention de partenariat passée entre l’IRMC et le SCAC/Ambassade de France en Algérie.

 

crédit d’illustration : © zoom algérie.com


[1] Loi sur la promotion des investissements (12 – 93) 05 Octobre 1993 et la loi (01 – 03) du 20 août 2001 sur le développement des investissements.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Libye : le temps de la reconstruction

Avec la chute probable du dernier bastion autour de la ville de Syrte et la fin des opérations militaires qui se profilent, se pose la question de la reconstruction économique de la Libye. Ce pays, sans avoir été dévasté a naturellement souffert du récent conflit. Avec ses réserves pétrolières et gazières, il dispose des moyens de sa reconstruction. Cependant cette richesse, concentrée exclusivement sur les hydrocarbures, n’a pas conduit à un véritable développement et à une diversification des secteurs économiques. Il faut donc non seulement reconstruire mais aussi tout simplement construire une économie moderne. Tout cela ne sera possible que si le Conseil National de Transition parvient rapidement à restaurer la stabilité et la sécurité, et c’est dans ce contexte que doit être pensé le rôle de la communauté internationale.

La Libye : un pays désorganisé plutôt que dévasté

Il est encore trop tôt pour faire le bilan des destructions engendrées par l’insurrection menée par le Conseil National de Transition depuis plus de sept mois. Les combats ont relativement épargné la région Est du pays et notamment la ville de Benghazi, ainsi que les villes du centre et du Sud. Ce n’est pas le cas de la Tripolitaine et notamment toute la région côtière à l’ouest de Tripoli. Au total, les infrastructures d’exploitation pétrolières et les terminaux d’exportation n’ont pas été trop touchés malgré des combats violents dans certains ports comme Brega.

Les destructions touchent cependant les bâtiments, les infrastructures de transport et de communication. Au delà des aspects matériels, ce dont la Libye souffre, c’est une terrible désorganisation de l’industrie et des services, ce qui rend la situation humanitaire très préoccupante. Il est nécessaire de restaurer d’urgence l’accès au gaz, à l’essence, à l’électricité, afin de remettre en marche les infrastructures sanitaires du pays. À moyen terme, il faut rétablir les réseaux de distribution commerciaux des biens de consommation de première nécessité. On ne peut pas vivre longtemps, même en Libye, sans magasins approvisionnés d’autant que l’essentiel des besoins alimentaires est importé.

La Libye un pays riche

La Libye dispose cependant des moyens de sa reconstruction. C’est sa chance. En considérant la richesse annuelle par habitant qui s’élevait à 14000 dollars par tête, ce pays était l’un des plus riches d’Afrique ! Son sous-sol est une véritable mine qui peut lui assurer des ressources pour plusieurs décennies. Aux réserves estimées de pétrole (60 milliards de barils), s’ajoute le gaz dont les réserves ne semblent pas même encore toutes identifiées. Il faudra un ou deux ans pour que la Libye puisse atteindre le niveau de ses exportations de pétrole d’avant le conflit et qui se montait à 1,5 millions de barils par jour, ce qui représente plus de 50 milliards de dollars d’exportation par an. Tout se passe comme si chaque libyen bénéficiait d’une rente annuelle de 10000 euros. Avec l’augmentation tendancielle du prix des hydrocarbures, ces montants pourraient doubler dans les dix ans qui viennent.

À ces ressources mobilisables à moyen terme s’ajoutent les avoirs gelés du régime Kadhafi dans les pays étrangers. S’il est difficile de faire des estimations précises, ces sommes représentent des montants considérables qui pourraient financer une grande partie de la reconstruction. Le CNT estime que 160 milliards de dollars sont répartis dans différents pays dont 30, 20 et 7,2 milliards respectivement aux États-Unis, en Grande Bretagne et en Allemagne. La Suisse détient environ 650 millions de CHF et souhaite remettre rapidement ses actifs, détenus par des entreprises publiques libyennes au CNT.

La Libye : un pays économiquement sous développé

Paradoxalement, malgré sa richesse, la Libye est demeurée une économie sous développée. Si dans les années 70 et 80, le régime Libyen a réussi à jeter les bases d’un État Providence en finançant très largement la construction de logement, d’hôpitaux et d’écoles, cela ne s’est pas traduit par une diversification et une véritable modernisation.

À part le pétrole, l’économie Libyenne est restée embryonnaire. Le secteur des services (commerce, transport, télécommunication) est rudimentaire sans parler du tourisme, de la restauration, de l’édition. Les services à la personne étaient essentiellement le fait de travailleurs sous qualifiés venant du Sahel assurant des tâches domestiques. L’exemple le plus frappant est le tourisme alors qu’il est susceptible de représenter un secteur d’exportation très important à l’avenir. Avec moins de 200000 visiteurs par an avant le conflit, la Libye était très en deçà de son potentiel et faisait figure de parent très pauvre face à ses deux voisins, la Tunisie qui accueillait annuellement 7 millions de touristes et l’Égypte qui en accueillait presque deux fois plus. Avec ses 1600 km de côtes, ses sites archéologiques, son désert, la Libye ne manque pourtant pas d’atouts.

Les conditions économiques de la reconstruction

Si la Libye dispose des moyens de financer, son développement, encore faut-il que deux conditions économiques soient remplies. Tout d’abord, il faut bien comprendre que les travailleurs étrangers dont le nombre approximatif était de 1,5 à 2 millions de personnes, soit un quart environ de la population, faisaient littéralement tourner la machine économique libyenne. De nombreux cadres d’entreprises venaient de Tunisie et surtout d’Égypte. Des travailleurs en provenance du Sahel assuraient des emplois dans l’agriculture, le commerce, le transport…

La plupart de ceux qui avaient un peu de moyens et notamment les cadres, ont rapidement quitté le pays tandis que les travailleurs sahéliens ont été suspectés d’appartenir à des groupes de mercenaires stipendiés par le régime voire victimes de règlements de compte. Plus d’un demi-million, certainement plus, auraient quitté le pays.

Par ailleurs, des investissements d’entreprises étrangères seront nécessaires pour remettre en état de nombreux secteurs économiques. C’est vrai dans le pétrole mais aussi dans les secteurs des télécommunications par exemple. Si l’engagement des entreprises étrangères dans les hydrocarbures se fera facilement en raison des perspectives de profits futurs, une véritable reconstruction du pays passera par des prises de participation et des investissements massifs d’entreprises étrangères.

La reconstruction en Libye prendra donc du temps. Elle ne sera possible que si le Conseil National de Transition parvient rapidement à restaurer la stabilité et la sécurité dans le pays. S’il réussit et si les Libyens entrevoient rapidement une possibilité d’amélioration de leur situation économique et sociale, cela sera décisif dans le bilan total d’une intervention étrangère qui fut un formidable pari géopolitique qui est loin d’être tout à fait gagné.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Jean-Yves MOISSERON

Économiste à l’IRD, rédacteur en chef de la revue Maghreb-Machrek

 

crédit photographique : © AP ; d’illustration : © AFP, BP Statistical review, EIA.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook