Tous les articles par irmc

Entretien : La Revue Tunisienne des Sciences Sociales

Entretien avec Abdelwahab BOUHDIBA et Kmar BENDANA

 

Entretien réalisé en 1995 et repris en septembre 2019 pour La Lettre de l’IRMC.

L’entretien qui suit aborde l’histoire et le fonctionnement de la troisième revue de sciences humaines et sociales créée dans l’université tunisienne. Les deux entretiens précédents ont concerné Les Cahiers de Tunisie et  la Revue Tunisienne de Droit.

Abdelwahab Bouhdiba est professeur de sociologie et spécialiste de la civilisation islamique. Après avoir dirigé le département de sociologie de l’Université de Tunis et le Centre d’études et de recherches économiques et sociales (CERES) entre 1972 et 1992, il est nommé à la tête de l’Académie Tunisienne des Sciences des Arts et des Lettres (Bayt al Hikma) de 1995 à 2010. Cet entretien a été effectué en 1995. 

Portrait d’Abedlwahab Bouhdiba – Source : http://www.sudeditions.com/fr/auteur/abdelwahab-bouhdiba

 

Kmar Bendana : Vous avez été directeur de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales de 1972 à 1990, pendant une période assez longue pour qu’on y décèle une évolution.

Abdelwahab Bouhdiba : Cette revue a été créée pratiquement en 1963-1964, sous la direction de Monsieur Mustapha Filali, un homme admirable, syndicaliste, écrivain, professeur, homme politique d’une grande ouverture d’esprit et d’un grand courage intellectuel. A lui, avait été confiée la tâche de mettre en place le CERES, et très vite, autour de lui nous avions pensé qu’il était nécessaire de donner au CERES, un organe d’expression. J’ai tenu à ce qu’on appelle cette revue : Revue Tunisienne de Sciences Sociales

KB : Le titre de la revue, c’est donc vous qui l’avez donné ?

AB : Oui ; par cette dénomination nous voulions prolonger La Revue Tunisienne. Historiquement, ce sont Les Cahiers de Tunisie qui ont pris la suite de La Revue Tunisienne, mais nous voulions revendiquer l’esprit de cette dernière, extraordinairement ouvert : des chercheurs amateurs, savants, hommes politiques, administrateurs et techniciens ont rencontré en Tunisie un ensemble de problèmes, dont certains à caractère social très marqués, avec autant de profondeur qu’ii était alors possible de le faire et ils ont essayé de les traiter. La Revue Tunisienne de Sciences Sociales a été l’organe d’expression du CERES. Or, ce dernier a été créé pour répondre à des besoins de la société et de l’Etat tunisiens. A l’indépendance, la Tunisie avait mis en place une politique de développement et avait besoin d’études ; le CERES – Centre de Recherches et d’Etudes Économiques et Sociales – devait fournir à l’administration, aux planificateurs et décideurs tunisiens, les outils et les informations qui leur permettraient de mieux choisir. Mais, très vite, les difficultés et le divorce entre l’Université et les gestionnaires du domaine politique et administratif sont apparus. Nous n’étions pas sur la même longueur d’ondes et les universitaires n’étaient pas disposés à aller dans le sens préalablement tracé par des choix à caractère administratif ou politique. L’universitaire entendait s’en tenir à un champ d’investigation plus libre, plus ouvert, académique et scientifique avant toute chose.

KB : Ne pensez-vous pas qu’ii était utopique de créer une sorte de bureau d’études aussi scientifique fût-il, au service d’une politique, aussi généreuse pût-elle être?

AB : Utopique non. La meilleure preuve est que les services que nous n’avions pas pu fournir à l’administration tunisienne, celle-ci a pu immédiatement les trouver auprès d’un ensemble de bureaux d’études, venus essentiellement de France, pour répondre, dans des délais fixés, selon un protocole établi à l’avance, à des questions très claires des planificateurs tunisiens. Il y a eu, dès le départ, divergence au niveau de l’orientation à donner à la recherche scientifique.

D’autre part, nous autres jeunes universitaires, ayant apporté notre contribution à l’œuvre d’’indépendance (nous avions milité dans le cadre du parti au pouvoir ou dans l’opposition dans les mouvements politiques de jeunesse ou autres), avions la prétention d’avoir une mission à remplir. Là était peut-être l’utopie. Nous pensions avoir un rôle à jouer, non pas en choisissant à la place des décideurs mais en pesant au moins sur l’événement. Comment le faire sinon en fournissant des informations inédites, contrôlées, objectives et de première main, une analyse de la situation économique, sociale et culturelle de la société tunisienne telles que les instruments d’investigation démographiques, sociologiques, anthropologiques, géographiques ou autres pouvaient nous permettre d’y accéder ? Que cela fût difficile, certes ! J’ai eu à en faire l’amère expérience en acceptant de diriger un moment un Bureau de Recherches Sociologiques intégré au Plan. La divergence des orientations a très vite épuisé le capital de bonne volonté investi dans cette recherche sollicitée mais guère agréée…

KB : Et comment se définissait la revue dans le vaste projet de la recherche au CERES ?

AB : La revue, organe d’expression du CERES, devait mettre dans le domaine public, à la disposition des étudiants, des lecteurs, des chercheurs, des administrateurs, le fruit de la recherche accomplie. Nous ne voulions pas d’un travail pour qu’il reste dans les tiroirs. N’oublions pas non plus la grande soif qu’avait la société tunisienne de se connaître et de s’informer sur elle-même : les recherches étaient extrêmement rares ; celles qui étaient disponibles, avaient été faites dans un contexte colonial ou étranger. Elles avaient vraiment besoin d’être sinon remises en question, en tout cas contrôlées, approfondies ou justifiées, selon le cas. Ecrire, publier, chercher sont les trois aspects de l’opération de s’appréhender et de se connaître. Mus par un souci d’authenticité, nous pensions jouer un rôle positif : accomplir une recherche de l’intérieur. Nous étions fermement convaincus que la recherche ne peut être faite par procuration. Elle devait être authentique, fondée mais autonome dans ses méthodes d’investigation et dans ses appréciations. Elle devait permettre le dialogue et la coopération avec des chercheurs non tunisiens. Ainsi, les équipes multidisciplinaires et les équipes internationales ont pu se constituer et beaucoup de recherches du CERES ont été faites, surtout au début, avec des amis et collègues français.

KB : Vous parlez de recherche intérieure et interne ; en épluchant les sommaires de la Revue Tunisienne des Sciences Sociales, on voit apparaître en 1967-1968 une dimension maghrébine et vers les années 1974 une ouverture plus mondialiste. Celte recherche de « nationaux » est doublée d’un mouvement vers l’extérieur.

AB : Les choses se sont calmées très vite. La demande de l’Etat tunisien s’est faite plus rare, celui-ci préférant alors se fournir, pour l’essentiel de son information, auprès des sources « étrangères ». Nous avons alors envisagé, dès la fin des années 1960, engager nos recherches dans une perspective plus « universitaire » tout en restant engagés. Entre-temps, la direction avait changé. M. Mustapha Filali était parti pour d’autres responsabilités ; après un bref intermède avec M. Chédly Ayari puis M. Mahmoud Seklani, j’ai pris la relève début 1972 sur d’autres bases : nous avons analysé l’expérience des dix années passées pour essayer de mettre en place des objectifs différents et une dynamique nouvelle.

KB : Une recherche plus « pure »… ?

AB : Une recherche tout aussi engagée, ancrée sur les problèmes tunisiens, mais plus décontractée. La fibre nationaliste, l’enthousiasme débordant, l’émotion saine n’avaient plus de raison d’être. Nous sommes entrés dans une dynamique nouvelle pour une recherche académique universitaire mais qui essayait de coller à la société tunisienne. Nous allions multiplier les colloques et les rencontres qui trouvaient souvent leurs traces ou leur profondeur dans la Revue Tunisienne de Sciences Sociales. Le social était à la fois objet et sujet de recherche, il ne pouvait cependant y avoir de recherche tunisienne au sens étroit du mot ; celle-ci devait rayonner et déboucher sur d’autres horizons : maghrébine, arabe, africaine, méditerranéenne et européenne.

KB : Quel rôle avez-vous tenu dans cette revue ? Concepteur, arbitre ou animateur ?

AB : Animateur : certainement. Dans la mesure où cette revue exprimait des recherches faites dans le cadre du centre. Le choix des programmes était le fruit d’une double initiative ; l’essentiel était proposé par les chercheurs qui n’épousaient pas forcément le point de vue officiel, ne cherchaient pas à répondre aux préoccupations administratives, avaient leurs propres intérêts. Un comité de synthèse se réunissait pour mettre au point les thèmes de recherche, très variés du point de vue des disciplines, de la méthodologie mise en œuvre et des préoccupations. En tant que directeur, je prenais de très larges initiatives, en proposant des thèmes, que l’on pouvait retenir ou non ; la plupart du temps, au nom de la liberté universitaire, les chercheurs préféraient s’en tenir à leurs propres projets. J’ai très fréquemment reçu des demandes de l’administration, ou d’organisations internationales (UNESCO, PID, OMS, UNICEF) ; tel service ou office sollicitait une recherche (pour l’étude de la séance unique, les horaires de l’administration, le tourisme intérieur, la délinquance juvénile, l’exclusion sociale, l’alphabétisation fonctionnelle, l’encadrement de l’agriculture, l’industrialisation, la carte scolaire….). Ces thèmes recueillaient parfois l’adhésion spontanée d’un chercheur, sinon nous demandions des concours extérieurs. Pendant la période à laquelle vous faisiez allusion, il y avait les chercheurs permanents, nommés et affectés à temps plein au CERES, et les chercheurs associés, c’est-à-dire nos collègues des Facultés qui venaient, par contrat, faire des recherches à l’intérieur du CERES. Ce fut une période d’explosion extraordinaire où des chercheurs de tous bords, des littéraires, des théologiens, des psychologues, des historiens, des archéologues, des juristes, des économistes… ont apporté leur précieux concours. Les rencontres internationales, associaient des parties maghrébines : il n’y avait pratiquement jamais de rencontre sans une participation algérienne, marocaine voire libyenne ou mauritanienne ; nous avons associé des collègues japonais, africains, américains, sans oublier nos amis européens. Tout cela débouchait comme produit fini dans la revue. Mais très vite, il était apparu nécessaire de mettre un certain nombre de critères qui permettraient à la revue de sortir avec un minimum d’harmonie : nous avions des recherches qui allaient de 7 à 700 pages et nous ne pouvions pas, dans la même revue, publier des contributions aussi inégales par la longueur. Nous avons donc décidé d’un minimum d’étendue ; pour les articles de plus de 50 pages, les textes devaient sortir dans des brochures ou des livres autonomes.

KB : La Revue tunisienne de Sciences Sociales a déterminé les autres publications du CERES ?

AB : Absolument ; d’elles étaient sortis Les Cahiers du CERES, les mémoires, des publications hors série, les actes extrêmement divers, dans les contenus et les formes. Mais nous avons tenu également à ne publier que les sciences sociales. Les textes à caractère littéraire, historique, (sur l’histoire de l’Antiquité par exemple) ou théologique ont été publiés dans des supports indépendants de la Revue tunisienne de Sciences Sociales.

KB : Cela n’empêche pas ces disciplines d’être présentes dans la revue

AB : Pas autant que si nous avions laissé la bride sur le cou… Car beaucoup de nos collègues appartenant à d’autre disciplines que les sociales avaient des difficultés à travailler, à produire et à publier

KB : Si vous n’aviez pas tenu le vecteur « sciences sociales » comme prioritaire, la Revue Tunisienne de Sciences Sociales aurait-elle été différente ?

AB : Elle aurait été très dispersée. Elle aurait été constituée de mélanges sur le vaste domaine des sciences humaines. Nous nous en tenions pour l’essentiel à la sociologie, la démographie, la linguistique et aux sphères immédiatement voisines.

KB : Avec un grand nombre de numéros spéciaux !

AB : Les numéros spéciaux sont à part ; c’est une « ficelle » de gestionnaire qui permet, lorsque le retard s’accumule et qu’il n’y a pas de texte prêt pour couvrir la revue, de sortir des numéros sur un thème spécialisé, ou les actes d’une rencontre organisée par le CERES sous forme d’un numéro, double, triple ou quadruple, selon les besoins les plus urgents.

KB : Une remarque de lectrice et usagère de la revue : la place du travail documentaire et bibliographique est relativement faible : les index divers, les recensions d’ouvrages, les comptes rendus sont absents, il n’y a pas de tables non plus. Quelle est l’explication ? En aviez-vous débattu au sein du comité de rédaction ?

AB : Nous en avons beaucoup débattu ; je pensais qu’une revue devait suivre la production internationale, qu’il n’est pas normal que des livres majeurs paraissant en Tunisie ou en Europe, intéressant notre champ d’investigation ne trouvent pas d’écho dans la revue. Mais il y avait une difficulté : était-il possible de suivre systématiquement cette production ? Ce que nous avons eu entre les mains, ce n’était pas un tableau suivi et continu mais une certaine production intellectuelle qui intéresse nos domaines. Dans ces conditions là, sortir une note de temps à autre, de façon épisodique faisait perdre tout intérêt à cette publication.

KB : Entre le « tout ou rien », vous avez choisi le « rien » ?

AB : C’est qu’en fait, nous étions très proches de ce « rien » et dans ces conditions, mieux valait laisser la revue exprimer, purement et simplement, les recherches menées dans le Centre plutôt que d’essayer, épisodiquement, de monter en épingle telle publication alors que d’autres, plus importantes n’étaient pas analysées. Je considère maintenant que c’était un grand manque mais je ne dis pas que c’était une erreur, c’est tout ce que nous pouvions faire à cette époque ; c’était cependant un grand vide parce que des revues scientifiques comme Les Archives Sociologiques des Religions, L’Année Sociologique ou Les Cahiers Internationaux de Sociologie etc. non seulement produisent, mais informent sur ce qui a été produit par ailleurs. Mais Les Cahiers de Tunisie étaient à peine mieux logés que nous !

KB : Vous venez de résumer les ambitions de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales : d’un côté très tunisienne par les articles, et se revendiquant mondialiste ou internationaliste sur le plan de la documentation et de l’information bibliographique. N’est-ce pas un tiraillement difficile à vivre ?

AB : Peut-être. Mais comment se développe une science et surtout une science sociale sinon à partir d’un objet et d’une méthodologie ? L’unité d’une discipline est celle de sa méthodologie ; son ancrage dans un moment historique déterminé se fait à travers son objet. Nous n’avions pas la prétention d’inventer une méthodologie, ni d’inventer des techniques d’investigation mais de contribuer à les faire évoluer… Je crois qu’il y a une universalité de la méthode qui doit être appliquée d’une façon ou d’une autre, pour mieux saisir le contexte que nous nous proposons d’étudier. Notre ambition n’était pas tellement de faire avancer la sociologie ou la démographie, que de mieux connaître notre société, par l’intermédiaire de méthodes éprouvées : c’est une des limites de notre action dans le cadre du CERES et de mon apport personnel en tant qu’enseignant de sociologie. Il fallait- et il faut encore- accumuler les recherches empiriques en Tunisie et sur la Tunisie, procéder à une relecture de notre société, ne pas nous contenter de la vivre immédiatement, avec naïveté, mais la lire avec un regard second, avec réflexion et analyse pour essayer de corriger les erreurs énormes, a priori, et préjugés qui ont été répandus par la recherche de type colonial, d’avertir les responsables de l’impossibilité de considérer la réalité humaine tunisienne comme interchangeable à n’importe quelle autre. Le planificateur n’agit pas sur l’économie par l’intermédiaire de l’économie, il agit sur des hommes qu’il faut connaître, dont il faut prendre le pouls et apprécier leurs dispositions à faire évoluer leur propre système : s’ils n’y sont pas disposés, celui-ci ne changera pas. Intervenir sur la société tunisienne, c’est avoir affaire à une réalité historique, culturelle avec laquelle il faut prendre la précaution minimale de la connaître !

KB : Pourquoi ce choix théorique de l’empirisme n’a-t-il pas prévalu aussi en matière d’information immédiate, sur ce qui s’écrivait sur la Tunisie et en Tunisie au moins ? Pourquoi ne retrouve-t-on pas dans la Revue Tunisienne de Sciences Sociales l’écho de la production sociologique sur la Tunisie pendant ces trente années ?

AB : Nous ne pouvions guère organiser d’une façon rationnelle, didactique et suivie cette information. La bibliothèque du CERES est très riche, mais elle n’est pas systématique. Les acquisitions viennent avec un certain retard et ne couvrent pas la totalité d’un champ. Nous avons pu rassembler des thèses, des publications nationales, maghrébines, européennes etc. Mais si vous prenez, dans un domaine particulier, la sociologie de l’Islam ou la psychosociologie de l’entreprise, vous ne trouverez pas une documentation complète. Le livre circule mal en Tunisie. Par le recours à un ami, un professeur ou un voyageur ; la bibliothèque s’enrichit par à-coups, sans ventilation chronologique régulière des publications qui permettent de couvrir un certain champ. C’est la raison essentielle qui nous a fait renoncer à la rubrique « Recensions ». Je dois ajouter aussi que les chercheurs n’avaient pas manifesté d’intérêt pour cette rubrique. Et pourtant ils étaient quelque quarante « permanents » ! Je publiais mes propres recensions dans Les Cahiers de Tunisie, plutôt que dans la Revue Tunisienne de Sciences Sociales, parce que cela n’a pas de sens de publier, de temps à autre, trois pauvres petits comptes rendus… J’avais pensé également à tenir d’autres rubriques : la chronologie des événements de notre société, des statistiques, signaler des études, des travaux de recherche, des thèses, des doctorats, quelque chose qui soit digne d’un niveau scientifique…

KB : A travers les 115 numéros de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales, on constate une absence de thématique générale. Quand on compare ses sommaires, à ceux des autres publications (Les Cahiers du CERES, colloques), on trouve des unités disciplinaires et non thématiques. Cet éclatement dans les thèmes était-il consciemment ressenti dans les coulisses de la revue ?

AB : Certainement et cela est lié à l’évolution en zigzag du Centre. Dans les études et recherches économiques et sociales, les disciplines (sociologie, démographie, économie, géographie) sont très étroitement imbriquées : la linguistique a été ajoutée en cours de route, avec notre éminent et regretté collègue Salah Garmadi… Puis est venue une autre étape, après 1972, où nous avons choisi d’encourager systématiquement la recherche dans les sciences humaines ; les facultés n’étant pas à ce moment-là équipées pour la mener, on a confié au CERES la tâche de l’organiser. Nous sommes passés de cinq à dix sections avec l’histoire du mouvement national, la littérature, les études islamiques…

KB : 1972, c’est la date de votre arrivée.

AB : Le CERES n’était plus limité à douze ou quinze chercheurs , il s’était enrichi d’à peu près cent-vingt collaborateurs qui venaient, sous contrat, faire de la recherche, il y a eu des tentatives de créer d’autres revues, sans grand résultat : un seul numéro de la Revue des Etudes Juridiques a vu le jour ; à la suite d’un projet de créer une revue des études littéraires, des conflits et difficultés avec Les Cahiers de Tunisie  et la faculté sont très vite apparus etc. Nous avons maintenu la Revue Tunisienne de Sciences Sociales comme expression des recherches qui sont menées au centre et beaucoup y étaient en effet menées mais publiées ailleurs, parce que leurs thèmes, leurs sujets s’intégraient très mal avec une revue dont on essayait de maintenir, malgré tout, l’unité. L’unité des thèmes n’apparaît vraiment que dans nos colloques parce qu’un colloque est délibérément organisé, bâti, structuré, autour d’un thème interdisciplinaire qui fait appel à des spécialistes de tous bords, des coopérations internationales ; un colloque est un carrefour, une rencontre, mais il y a au départ une unité de thème, tels que l’exclusion sociale, le rôle de l’université, les problèmes culturels de développement, le bilan du développement, les rencontres islamo- chrétiennes… La publication de la revue répondait à des préoccupations différentes.

KB : Quels étaient les protocoles laborieux au sein de la revue ? Avec cent-vingt chercheurs, comment s’organisait le travail du comité ?

AB : L’unité de base, c’était la section, avec un chef de section. A l’intérieur de celle- ci, une procédure d’évaluation collégiale et collective choisissait le thème ; l’avis de la section valait aussi pour les invitations, pour les diverses manifestations et pour la publication.

KB : Une sorte de mini-comité scientifique ?

AB : C’était un comité scientifique. Une première lecture entre collègues déterminait si la recherche pouvait être admise ou s’il fallait un complément de travail.

KB : Il existait donc un palier de sélection à l’intérieur de chaque section ?

AB : Oui. Venait ensuite le comité d’évaluation, composé des chefs de sections et du directeur du CERES qui examinait les textes présentés par les comités de section. C’est là que se faisaient, soit l’adoption définitive du travail, quand il ne posait pas de problèmes, soit la désignation d’un comité de lecture restreint, pour tel ou tel texte ; par la suite, comme le CERES avait évolué, le comité de programmes et d’évaluation ayant devant lui des textes et des orientations très divers, on a dû constituer un comité de lecture.

KB : Pourquoi la revue n’a pas éprouvé le besoin de rendre ce comité de lecture visible par le lecteur ?

AB : Ce comité de lecture n’était qu’un comité technique donnant au comité de programmes et d’évaluation puis au conseil scientifique, un avis sur la publication. Dans la mesure où la décision finale était prise par le comité de direction ou conseil scientifique, c’est à celui-ci qu’appartenait la responsabilité ultime.

KB : Est-ce que cela n’a pas contribué à rendre la Revue Tunisienne de Sciences Sociales absolument confondue avec le CERES ? Ne pensez-vous pas que ces méthodes ont fait que la revue n’a pas pu constituer un secteur autonome, avec des protocoles de travail indépendants du fonctionnement général de l’institution dont elle faisait partie ?

AB : Ce qui a prévalu, c’est que la revue publie d’abord les recherches faites au sein du CERES. Mais nous avions plus de productions scientifiques que ne pouvait en supporter la revue, même si, par moments, la synchronisation n’était pas au point (nous avions des interruptions, les textes n’arrivaient pas à temps, il y avait parfois un retard financier ou administratif dans la publication de la revue) ; l’un dans l’autre, la masse des travaux à publier dépassait la capacité de la revue, d’où un certain nombre de textes publiés ailleurs. Nous autorisions des chercheurs, appartenant à des sections qui ne font pas partie du « noyau dur » du CERES, à publier dans toutes sortes de supports : dans Les Cahiers de Tunisie, Ibla, La Revue de Théologie, Al Fikr, … Je dirais que le CERES c’est la Revue Tunisienne de Sciences Sociales plus les autres publications, les liens entre la revue et le CERES étant des plus intimes.

KB : Qu’a apporté la Revue Tunisienne de Sciences Sociales à l’enseignement des sciences sociales en Tunisie ?

AB : Il faut dire les choses telles quelles sont : nous avons très peu contribué à faire évoluer l’enseignement. D’abord parce qu’un grand débat a envenimé les rapports entre le CERES et facultés, celui de savoir si les chercheurs permanents du CERES ont ou non le droit d’enseigner dans les facultés et de diriger des travaux de recherche. Les facultés demandaient à contrôler les travaux de recherche qui se faisaient en leur sein, et la Faculté des Lettres et Sciences Humaines était particulièrement attachée à ce principe dans la mesure où un certain nombre de collègues du CERES n’étaient pas passés par les « fourches caudines » des recrutements nationaux. Nous ne pouvons cependant pas dire que la contribution était nulle : d’abord et pendant quinze bonnes années, grâce au statut de stagiaire de recherche, des étudiants étaient intégrés aux recherches ; la plupart des sociologues ont fait du terrain en tant qu’étudiants grâce au CERES. De plus et malgré les difficultés administratives, des étudiants de sciences sociales, de géographie, d’histoire, étaient recrutés pendant les trois mois d’été pour participer à nos recherches. De plus en plus, les facultés avaient du mal à faire faire du terrain à leurs étudiants ; même le mémoire de recherche obligatoire pour les étudiants de sociologie a été supprimé par la suite, vu le nombre croissant des étudiants. A partir du moment où les facultés n’étaient plus en mesure d’envoyer des sociologues et des géographes sur le terrain, seul le cadre du CERES permettait d’en faire. Deuxièmement, nos rencontres (il y en avait de toutes sortes, c’était une véritable « industrie » : j’en ai organisé plus de 120 pendant !e mandat que j’ai effectué au CERES), mobilisaient un public estudiantin très curieux, très actif. Nos équipes participaient à des rencontres, des colloques et des séminaires, qui drainaient un très large public ; une de celles qui m’a demandé le plus d’effort en m’apportant finalement satisfaction, a été la rencontre internationale Défi à la philosophie, Défi de la philosophie qui a rassemblé, face à une pléïade de très grands noms français et arabes, jusqu’à plus de 500 participants qui étaient nos étudiants et nos jeunes collègues. Il y avait, à ce moment-là, une soif et un désir de connaître alors que les manifestations culturelles se comptaient sur les doigts, et n’étaient pas aussi abondantes qu’aujourd’hui. Nous répondions à un véritable besoin de culture, de connaissance, d’approfondissement d’une manière timide, indirecte, je vous l’accorde, épisodique aussi ; mais nous avons quelque peu aidé de nombreux étudiants à être au diapason de la science telle qu’elle devait être.

KB : Concernant la vie matérielle de la revue, quels étaient les moyens pour la faire ? Quelle était sa place dans le budget ? Celui-ci était-il géré par l’administration du CERES ou par le comité de rédaction de la revue ?

AB : Le comité scientifique définissait l’ensemble du budget. La pratique normale de toute administration était de nous proposer un budget sur la base de nos propres prévisions. Après quoi, les instances de tutelle procédaient à des laminages successifs. Pour l’ensemble de nos publications, nous avons une enveloppe qui nous permettait de sortir quatre numéros de la revue et, selon les années, entre quatre à dix publications. La priorité était à la revue et il nous arrivait, en cas de besoin, de demander un concours extérieur. Lorsque, pour organiser un séminaire il nous arrivait de bénéficier de l’aide d’une instance internationale, d’une organisation non gouvernementale ou d’un pays ami, nous ne manquions pas de prévoir dans le « budget » extérieur un petit quelque chose pour la publication des Actes. Mais la revue, c’était le budget interne du CERES et elle avait toute priorité.

KB : Qui gérait les problèmes de fabrication, de correction, d’imprimerie ?

AB : C’était notre grand problème. Il existe toujours un service spécialisé de publication, des gens admirables, qui faisaient des heures supplémentaires non rémunérées et en quantité incalculable, des gens qui étaient « au four et au moulin », et qui étaient utilisés à mille tâches.

KB : Ils faisaient partie de l’administration ou de l’équipe scientifique ?

AB : De l’administration, ils s’occupaient de tout ce qui est fabrication, production, suivi. Pour la correction, des personnes recrutées sous contrat, procédaient à deux premières lectures ; la dernière correction qui aboutit au « bon à tirer » était donnée par le chercheur. Je dois dire que c’est la partie qui m’a donné le plus de ma! et le plus de difficulté : très souvent, ii m’est arrivé de retirer moi-même les textes, de m’apercevoir que des choses invraisemblables passaient dans la revue. Nous n’avons jamais pu avoir un contrôle sérieux par l’équipe rédactionnelle qui s’en remettait à cette équipe administrative alors qu’elle n’avait ni les compétences scientifiques, ni le temps nécessaires. Ce travail n’a jamais été fait dans les conditions optimales ; là était notre plus grande faiblesse.

KB : Il n’y a pas que chez vous que cela se passe de la sorte.

AB : Oui, mais si c’était à refaire, je me demande si j’aurais maintenu une publication dans ces conditions-là…

KB : Le catalogue des publications de la revue fait état de l’épuisement des dix-huit premiers numéros. Serait-ce un signe de succès puis d’une baisse de l’audience de la revue ? Comment interpréter ces données ?

AB : Le tirage se faisait au « pif » : au moins deux mille. Le plus gros était trois mille, parfois nous sortions à cinq mille. Le numéro 100 est sorti à cinq mille exemplaires. Il renfermait de très belles signatures, de très bons articles, il avait été soigneusement préparé. Les autres numéros de la revue et nos publications m’ont posé des problèmes rencontrés ailleurs : il existe certainement un lectorat potentiel pour nos publications, mais nous ne savions pas comment le toucher ; nous n’arrivons pas à le faire. Nous vendons une centaine d’exemplaires chez les dépositaires. Faut-il laisser s’empiler les tirages nos dépôts ? Faut-il essayer de trouver des lecteurs ? Après tout, nous écrivons, nous rassemblons, nous administrons, nous éditons, ii ne faut pas quand même nous demander de nous transformer en marchands. Nous ne savons pas vendre ; je n’ai jamais su pourquoi tel livre se vend et pas un tel autre. C’est un mystère. La Revue d’Etudes Juridiques qui est restée un unicum a été épuisée en un mois. Est-ce- qu’elle répondait à un besoin ? Est-ce-que le directeur de la section à l’époque a fait du porte-à-porte ? J’ai recruté quelqu’un qui, avec sa voiture, sillonnait la Tunisie ; il nous a vendu des milliers d’ouvrages à travers le pays. Simplement, je n’ai jamais pu le rémunérer correctement : l’administration qui a ses propres régies ne le permet pas ; il est donc parti. J’ai pris la décision d’organiser un service des échanges et qui procédera à une distribution gratuite. Nous avions une liste de 700 correspondants ; dès qu’un livre sortait, nous l’envoyions aux quatre coins du monde, à nos frais… On expédiait à Karachi, à Buenos Aires, dans les bibliothèques parisiennes, africaines, tunisiennes et les centres de recherche. Le reste parlait en deux, trois ou quatre ans, au hasard des conjonctures, il est normal que les toutes premières livraisons soient épuisées.

KB : Parce que les chiffres de tirage étaient moins importants, ou parce que la soif était plus grande ?

AB : Le temps passant par là, les publications sont épongées progressivement. Une bonne publication doit partir en un an ; il y en a qui, parfois, mettaient quatre ans à partir. Certaines livraisons étaient épuisées très rapidement et il nous est arrivé de recevoir des commandes qui nous laissaient rêveurs : cinq milles exemplaires pour tel livre de théologie par exemple !

KB : Les problèmes de fabrication de revue sont un maillon parlant de la difficulté de mener une revue depuis sa conception, dans sa réalisation et jusqu’à son arrivée au lecteur puis son écho.

AB : Ma conviction aujourd’hui est qu’il y a des professionnels de la vente des livres et il faut leur faire confiance.

KB : Mais pas de la revue !

AB : Ils peuvent faire la même chose pour les revues et il faudrait les y engager. C’est pour cela que si j’avais à refaire cette expérience, avant de créer une revue, je m’entendrais au préalable avec un éditeur pour tracer une politique éditoriale, qui n’est pas forcément celle d’un centre de recherche.

KB : Dans votre parcours de directeur de revue, vous seriez passé d’un Etat commandeur à un éditeur demandeur ?

AB : Exactement ; parce que la situation n’est plus la même. A l’époque, qu’y avait-il comme maison d’édition ? L’Etat : une maison d’édition non soutenue par l’Etat ne pouvait pas démarrer. Aujourd’hui, il y a une crise du livre qui a créé au niveau de la société tunisienne de nouvelles préoccupations. Parmi les éditeurs de la place, certains ont émergé, il faudrait les aider à survivre, car « s’ils vendent leurs chemises », nous sommes tous acculés à le faire. L’idée – à l’époque, je ne pouvais pas même pas en prendre conscience parce que la conjoncture était autre qu’aujourd’hui – est qu’il faudrait miser sur ce type de professionnel. Que leur statut soit étatique, semi-étatique, etc. ; c’est une autre question. Le problème en Tunisie est que l’Etat a trop étatisé le commerce du livre.

KB : Mais est-ce que la recherche est en situation de demande éditoriale ?

AB : Non.

KB : Croyez-vous que la solution est dans le fait de trouver un éditeur ?

AB : C’est à voir ! C’est une voie à explorer avec beaucoup d’attention et d’espoir.

KB : La recherche n’est pas un produit de consommation…

AB : Non, pas du tout. Je me suis même demandé parfois si, pour nous autres pays du Sud, ce n’était pas un luxe. Mais c’est une idée que je refuse parce que si je l’acceptais, je rentrerais chez moi. Il faut croire, continuer à œuvrer, à travailler et essayer de trouver des solutions. Je dois dire qu’avoir sorti cent quinze numéros de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales, c’est une performance.

KB : Que vous fait la disparition de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales ?

AB : Elle me chagrine parce que, vous savez, une bonne partie de ma vie ma vie se confond ou presque avec le CERES ; l’effondrement de ce qui a été construit patiemment avant tant de collègues admirables me chagrine profondément. Dans la masse des publications que nous avons faites, certaines ont un niveau international Nous avions aussi tissé un réseau d’amitiés intellectuelles et de coopérations internationales avec des partenaires très exigeants. C’est là un acquis. Faut-il qu’il se perde ?

KB : Est-ce qu’on pourrait sauver le CERES par la Revue Tunisienne de Sciences Sociales ?

AB : Je ne sais pas, les choses, comme on dit, ne me « regardent plus », même si je continue dans le secret à bien les regarder !

Entretien initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°24, mai-septembre 2019 et sur le blog Histoire culturelle de la Tunisie contemporaine de Kmar Bendana le 5 novembre 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Diplomatie et coopération entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne depuis l’Indépendance jusqu’à aujourd’hui

Echos de presse sur la Radio Libre Francophone

Manon Rousselle
Chargée de projets scientifiques et de valorisation de la recherche

Dans le cadre du séminaire mensuel « Migrations, mobilités et circulations intra-africaines : savoirs, critiques et méthodes » coordonné par Betty Rouland, le 28 février 2019 se tenait la conférence de Sophie Bessis, chercheure associée à l’IRIS, sur la coopération et les relations diplomatiques entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne.

Sophie Bessis passe en revue ces relations, de manière très factuelle. D’aucun pense que ces relations sont restées très embryonnaires entre l’Afrique subsaharienne, dans son ensemble, et la Tunisie. Elle remonte rapidement très loin dans l’histoire, à l’époque où les Carthaginois arrivent sur les rives du pays qui s’appelle, depuis 1840, la Tunisie mais qui était à l’époque la terre des Afridis. Ce peuple a donné son nom à tout un continent, ce qui n’est pas sans évoquer justement les relations de l’Afrique du Nord, et, en particulier, de la Tunisie, avec le reste du continent africain.

Elle rappelle que chaque pays d’Afrique du Nord a une politique très différente avec l’Afrique subsaharienne, l’Egypte, par exemple, entend la politique avec l’Ouganda ou l’Ethiopie, pays dans lesquels le Nil prend sa source, comme relevant de la politique intérieure du pays, l’Afrique devenant alors son hinterland direct. Mais, le reste
de l’Afrique méditerranéenne a des relations différentes. Néanmoins, d’un point de vue général, le Sahara a d’abord été un espace d’échange plus qu’une frontière, et ce depuis des temps très
anciens. En grande partie des échanges commerciaux, selon des témoignages historiques antiques tels que celui d’Hérodote. Aux époques médiévales, dès le IXe siècle, le trafic négrier devient le principal axe commercial entre les régions, jusqu’au XIXe siècle. Tozeur et Tunis, par exemple, étaient de grands marchés négriers, pour l’Empire ottoman entre autres, jusqu’à l’abolition officielle de l’esclavage en 1846, et par décret colonial en 1890.

L’époque contemporaine se caractérise aujourd’hui, selon Sophie
Bessis, comme une rencontre manquée entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne. D’une part, les contentieux historiques freinent ou ont freiné une partie des relations possibles, mais d’autre part, l’historienne relève un désintérêt évident des responsables tunisiens pour le Sud du Sahara, ainsi qu’un déni évident de la part africaine de la Tunisie. Malgré les tentatives de rapprochement, qui ont été nombreuses au cours des soixante dernières années, il n’y a pas eu de réelle suite donnée à ces souhaits. Elle divise cela en trois étapes : la période suivant l’Indépendance et le reste des indépendances africaines jusqu’aux années 1970, marquées par un certain activisme de la Tunisie et de nombreuses actions de coopération donnant une bonne image de la Tunisie et de Habib
Bourguiba au Sud du Sahara ; la deuxième période, des années 1980 à 2011, marquée par un désintérêt total de la Tunisie pour le Sud du Sahara : les vingt-trois ans du régime de Ben Ali ont totalement ignoré l’Afrique subsaharienne et la Tunisie ne s’est pas encore relevée de ce long silence ; enfin la période actuelle, post 2011, marquée par un souhait de renouer les relations mais essentiellement mercantiles.

La période bourguibienne

L’historienne explique que la Tunisie de l’indépendance hérite d’une série de relations de solidarité avec l’Afrique subsaharienne, comme l’ensemble des anciennes colonies africaines d’une manière générale ; c’est une période qui efface les contentieux et qui débouche sur une aide aux pays qui ne sont pas encore décolonisés et selon Sophie Bessis c’est ainsi que les années 1950-1960 sonnent l’apogée du Panafricanisme.

Cette période va pour la Tunisie jusqu’au milieu des années 1970 et sur la vingtaine d’année, la Tunisie est très présente en Afrique subsaharienne mais maintient tout de même une distance plus grande que les autres pays du Maghreb. Bourguiba ne montre pour l’intérieur du pays qu’un intérêt limité mais se lie d’amitié avec un certain nombre de leaders subsahariens dits « modérés » comme Léopold Sédar Senghor au Sénégal, le nigérien Hamani Diori et surtout Felix Houphouët-Boigny en Côte d’Ivoire qui est probablement le chef d’Etat dont Bourguiba se sent le plus proche. Par ailleurs, ce qui facilite la coopération, dès les années 1950, la Tunisie est un des pays possédant le plus de compétence en Afrique francophone et cela lui permet de construire une coopération relativement dynamique. Cette coopération permet au pays de se construire une aura internationale par le biais de nombreuses actions en Afrique subsaharienne, dont la plus célèbre est celle de 1961 lorsque la Tunisie envoie 2200 casques bleus au Congo qui est alors en pleine crise. Cette présence extrêmement importante de la Tunisie au Congo est notamment due aux liens d’amitié entre le Secrétaire général de l’ONU Dag Hammarskjöld et Mongi Slim ambassadeur de la Tunisie auprès de l’ONU. Ce contingent est le premier d’une série de participation de la Tunisie aux actions de l’ONU sur le continent africain, qui ira néanmoins en s’amenuisant jusqu’à la dernière mission en 2009.

Bourguiba et son régime sont résolument pro-occidentaux alors que l’heure est au progressisme et au tiers-mondisme sur le continent africain. En plein Guerre froide, la Tunisie fait partie du groupe de Morovia, un groupe de pays africains dits « modérés » et plutôt du côté des Etats-Unis et des occidentaux, ce qui l’exclue des mouvements de libération les plus importants de l’époque menés par les pays appartenant au groupe de Casablanca, identifié comme anti-impérialistes. La Tunisie prend d’ailleurs fait et cause pour les actions des Etats-Unis, à l’exemple des événements en Angola, ou la Tunisie soutien le Front national de libération de l’Angola, soutenu par les Etats-Unis, tandis que celui-ci s’oppose au Front de libération de l’Angola déjà existant qui était soutenu par Moscou. Du fait de ce positionnement politique et diplomatique, la Tunisie n’a pas produit de personnalité résolument engagé dans les mouvements anti-impérialistes comme Mehdi Ben Barka au Maroc, sans parler de l’Algérie autoproclamée leader du mouvement tiers-mondiste.

Néanmoins la Tunisie participe activement à la création de l’Organisation de l’Unité africaine en 1963, et pour l’occasion Bourguiba prononce le 25 mai un discours qui exalte l’africanité retrouvée de la Tunisie. Et en 1965, Bourguiba entame une longue tournée en Afrique subsaharienne, en Mauritanie, pays avec lequel la Tunisie a toujours été très proche, au Mali, au Sénégal, au Niger, au Libéria, en Centrafrique, au Cameroun. Ce sont donc plusieurs semaines de voyages qui ressemblent tout de même à un divertissement touristique, sauf l’étape dakaroise, car c’est lors de cette étape qu’est esquissée l’idée d’une organisation de la francophonie. Bourguiba est un personnage populaire au sud du Sahara, popularité qui ne sera jamais vraiment payée de retour.

En revanche la coopération est plutôt solide puisque la Tunisie envoie des conseillers dans plusieurs pays, l’appareil bancaire tunisien aide le Niger a construire son propre dispositif bancaire, de nombreux enseignants et personnels médicaux vont en Afrique subsaharienne et  la jeune université tunisienne accueil de plus en plus d’étudiants subsahariens essentiellement francophone ou arabophone. Si on ne peut parler de véritable coopération culturelle, il y a tout de même une présence culturelle de la Tunisie, notamment par le biais des journées cinématographiques de Carthage (JCC) qui sont organisées tout les deux ans en alternance avec le FESPACO (Festival panafricain du cinéma et de la télévision) de Ouagadougou, ont été pendant des années un grand moment de panafricanisme. L’hebdomadaire Jeune Afrique a également été créé par un tunisien. Dans les années 1960-1970, la Tunisie est membre de la ligue arabe et celle-ci prend position sur les dernières manifestations colonialistes, notamment lors du sommet d’Alger en 1972, la Ligue arabe rompt ses relations diplomatiques avec l’Afrique du Sud et avec le Portugal. Mais malgré ces liens, les échanges commerciaux restent très modestes et la Tunisie reste tournée vers l’Europe et partiellement vers le monde arabe.

Le règne de Ben Ali ou l’éclipse tunisienne en Afrique subsaharienne

Sophie Bessis estime que ce qu’elle caractérise comme une éclipse subsaharienne commence à la fin des années 1970 mais c’est à partir de 1987 qu’elle devient très évidente car le règne de Ben Ali est marqué par un tropisme arabe. En vingt-trois ans, le dictateur ne sera allé qu’à un seul sommet de l’OUA (devenue Union africaine dans les années 2000) et sa politique africaine ne se résumera, selon l’historienne, qu’à avoir été cordial avec le Maroc et l’Algérie. La coopération universitaire continue mais s’amenuise pourtant la Tunisie avait été très active dans la création de l’agence de coopération technique et culturelle, ancêtre de la francophonie, mais elle ne participe alors que formellement aux instances de cette organisation. Elle caractérise la politique de Ben Ali comme étant très provincialiste. Et sur le plan économique, l’Afrique subsaharienne est presque totalement absente des statistiques tunisiennes ; en 1995 par exemple, la totalité des exportations tunisienne est évaluée à 5 milliards de dollar et 0,7% se dirige vers l’Afrique subsaharienne tandis que 78% se dirige vers l’Europe.

Il demeure quand même quelques actions de coopération, mais elles sont plus l’œuvre d’individus isolés que d’une réelle politique, par exemple l’Office national de la famille et de l’enfant tunisien élabore grâce à un financement français un projet pilote au Niger de mise en place de clinique mobile pour les femmes, de consultations prénatales, de vaccination, de contraceptifs, etc. Mais les grandes heures de la présence tunisienne au sud du Sahara sont terminées. Même le transfert du siège de la Banque africaine de développement à Tunis en 2003 suite à la crise ivoirienne ne participe pas à un regain de coopération et au contraire même relève la chercheure, les fonctionnaires de la BAD se sont sentis rejetés par la population tunisienne, ils n’ont pas noué de liens avec la société tunisienne et c’est en fait avec satisfaction que la plupart ont quitté Tunis en 2014 lorsque la BAD relocalise son siège à Abidjan.

En nuançant son propos, l’historienne précise que quelques bureaux d’études remportent des contrats au sud du Sahara, quelques architectes sont présents aussi. Cette éclipse remarque-t-elle ainsi, a été un temps général dans l’ensemble du Maghreb central. L’Algérie à partir de 1988 s’enfonce dans une grande crise interne et n’a alors pas de réelle diplomatie, elle s’occupe simplement de ses zones frontalières sauf avec le Mali, qui reste son hinterland stratégique. Le Maroc quitte l’OUA en novembre 1984 suite à la reconnaissance de la République arabe sahraouie démocratique et ne renoue avec une politique africaine active qu’au début des années 2000.

Pour la Tunisie il faut attendre plus longtemps encore puisque ce n’est que récemment que les dirigeants tunisiens se tournent vers l’Afrique subsaharienne et la considère comme un hinterland intéressant pouvant constituer un nouveau marché.

La Tunisie et l’Afrique subsaharienne depuis 2011

Pour montrer la réalité de ce réinvestissement, Sophie Bessis commence par aborder les chiffres. En 2012, au lendemain de la révolution, il y a environ 500 sociétés tunisiennes opérant sur le marché subsaharien contre 2600 pour la seule Algérie ; les exportations vers le sud du Sahara représentent 311 millions d’euros, sur un stock d’exportation de plus de 5 milliard d’euros. Sur le plan diplomatique, en 2012, la Tunisie n’a que 9 représentations diplomatiques contre 21 pour le Maroc. Tunisair ne desservait que trois destinations subsaharienne contre 25 pour la Royal Air Maroc. Et il n’y avait aucune ligne maritime. Les relations sont donc plus que modestes et la présence tunisienne très discrète. Il n’y selon elle que la coopération universitaire qui échappe à cette situation, en 2010 il y avait environ 12 000 étudiants subsaharien, mais en 2012 il n’y en a que 8000. Diminution donc, mais présence tout de même. Elle relève que sur ces 8000, il n’y en a qu’un millier qui fréquente l’université publique tunisienne et 80% vient du Gabon, Cameroun, Côte d’Ivoire, Congo, Mali et ils sont soit boursiers de leur Etat soit boursiers de la Banque islamique de développement pour les pays à majorité musulmane.

La chercheure s’interroge alors : peut-on parler d’un nouveau départ à partir de 2012 dans les relations tuniso-subsaharienne ? Devant le déficit économique du pays et les difficultés du secteur privé tunisien, les entrepreneurs commencent à voir le marché subsaharien comme une opportunité intéressante. Cela se ressent aussi dans les politiques menées par les deux chefs d’Etats tunisiens en poste depuis 2011. Ils se sont régulièrement rendus à des sommets de l’UA par exemple. Mais les efforts publics ne sont pas vraiment à l’ordre du renforcement. Il y a de nombreux obstacles. Il n’y a pas réellement de diplomatie économique et le ministère des affaires étrangères agit selon Sophie Bessis comme un électron libre ; il y a un département Afrique en son sein, elle relève que ce n’est pas « Afrique subsaharienne ». Il y a tout de même une intensification des relations et notamment de nouvelles ambassades qui ouvrent, avec Ouagadougou en 2017 et Nairobi en 2018, ce qui témoigne de la prise de conscience de la part du pays de l’existence et de l’intérêt de l’Afrique de l’Est, très dynamique et en plein essor. Néanmoins, la Tunisie a moins d’ambassades en Afrique subsaharienne que la Serbie. La Tunisie a adhéré au COMESA, le marché commun de l’Afrique orientale et australe qui s’étend jusqu’à l’Afrique du Sud, et a obtenu le statut de membre observateur de la CDEAO, la communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest. Accompagnant ce mouvement, Tunisair a ouvert de nouvelles lignes. Néanmoins la Tunisie reçoit peu de dirigeants d’Afrique subsaharienne et se déplace d’ailleurs peu au sud du Sahara.

Sur le plan économique, quelques grands patrons regardent de plus en plus vers l’Afrique subsaharienne et le Tunisia-Africa Business Council a été créé pour œuvrer à ce rapprochement. En novembre 2018, un tunisien a été élu Vice-Président du conseil des jeunes entrepreneurs francophones. La chercheure relève que ce sont donc des initiatives du secteur privé et d’ailleurs, l’Université Centrale de Tunis, université privée, a ouvert un master d’intelligence économique des marchés africains, en collaboration avec un centre universitaire camerounais. Les clients principaux du Sud du Sahara pour la Tunisie sont l’Ethiopie, le Sénégal, le Rwanda, le Cameroun, la Côte d’Ivoire. En matière de coopération, l’assistance médicale tunisienne a pris un réel essor, notamment avec Djibouti mais aussi le Tchad. On note aussi quelques actions culturelles.

Mais elle estime que l’intérêt tunisien est encore trop faible, malgré le sommet de la francophonie programmé en 2020 pour la première fois à Tunis. Ce nouveau départ n’est pas, pour Sophie Bessis, à la mesure des ambitions affichées. Il y a des dysfonctionnements internes, manque de rigueur de l’administration tunisienne, manque de coopération qui dilue le peu de dynamisme qu’il peut y avoir. D’autre part une situation géopolitique difficile avec la Libye qui plonge toute une partie du territoire subsaharien, le Tchad en particulier, et dont la Tunisie a sous-estimé l’incidence, notamment sur la zone saharo-sahélienne qui est son arrière pays. Une indifférence extrêmement dangereuse car en n’acceptant pas faire partie de cette zone du monde, les tunisiens se mettent en danger. Leurs intérêts s’arrêtent à la Libye, sans voir que ce pays est la plaque tournante d’activités criminelles et mafieuses qui englobent toute la zone saharo-sahélienne. Seuls les militaires en Tunisie semblent avoir pris conscience de ces enjeux, mais poussés par les américains.

Depuis le 1er février, on renoue avec la tradition militaire de coopération onusienne puisque la Tunisie s’est jointe à la mission de l’ONU au Mali en envoyant une unité aérienne et un millier de militaires tunisiens devraient bientôt être casques bleus au Mali.

En conclusion, Sophie Bessis estime que la Tunisie a besoins d’en finir avec le déni de sa dimension africaine. Il y a une vieille culture de la domination, un malaise certain avec l’esclavage, surtout quand on n’a pas fait un travail de mémoire, ce qui est le cas de la Tunisie. Cette vieille histoire n’est pas étrangère à un racisme quelque peu désinhibé depuis 2011, dans deux champs principaux : les universités et le traitement de la population noire. De fait, aujourd’hui le monde universitaire tunisien n’est plus attractif pour les étudiants subsahariens. S’il y en avait 8000 en 2012, cela ne dépasse pas les 4500 aujourd’hui. Dans ces conditions, le souhait du ministère des affaires étrangères d’accueillir 20 000 étudiants subsahariens en 2020 paraît irréalisable. D’autre part, la migration de travail existe en Tunisie et qu’elle n’est plus aujourd’hui une migration de transit. La migration féminine est une réalité extrêmement importante dans le secteur domestique en Tunisie. Aucune politique de permis de séjour n’existe en Tunisie et les autorités refusent cette réalité. La société civile se mobilise notamment contre la discrimination raciale et une loi a été votée sous la pression des associations pour les droits humains en Tunisie en 2018 pénalisant les discriminations à caractère racial. Aucun autre pays arabe n’a un tel dispositif. Si la Tunisie a repris conscience de l’importance du marché subsaharien, mais tant que les tunisiens et tunisiennes ne changeront pas les habitus mentaux, la coopération avec l’autre rive du Sahara ne pourra pas se construire sur des bases solides et durables. En ce sens, le processus d’éducation citoyenne n’a pas réellement commencé.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°24, bulletin trimestriel mai-septembre 2019, parue le 1er octobre 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Semaine méthodologique en sciences humaines et sociales à l’intention des étudiants libyens

Atelier d’écriture scientifique et de méthodologie en sciences humaines et sociales, du 4 au 8 mars 2019, IRMC-Tunis

Manon Rousselle
Chargée de projets scientifique et de la valorisation de la recherche
Ouverture du workshop le 4 mars 2019 © Simon Engelkes (KAS)

Du 4 au 8 mars 2019 s’est déroulée une semaine de formation de
méthodologie et d’écriture scientifique en sciences humaines et sociales à l’hôtel Sidi Bou Saïd pour dix-huit étudiants libyens de l’Université de Tripoli et de l’Académie des hautes études de Tripoli en présence de cinq de leurs enseignants. Cet événement était
organisé par l’IRMC, avec le soutien du Programme régional « Dialogue politique  Sud-Méditerranée » de la Fondation Konrad Adenauer (KAS) et du Service de coopération et d’action
culturelle (SCAC) de l’ambassade de France en Libye.

Durant cette semaine, sont intervenus, en langue arabe, Ramzi Ben
Amara chercheur associé à l’IRMC (Université de Sousse), Slim Ben
Youssef, doctorant en accueil à l’IRMC, Sawssen Fray-Belkadhi, bibliothécaire de l’IRMC, Khaled El-Jomni documentaliste de l’IRMC, Sihem Kchaou, de l’Université de la Manouba, Monia Lachheb, chercheure à l’IRMC, Khaoula Matri, chercheure associée à l’IRMC (Université de Sousse), Imed Melliti, chercheur associé à l’IRMC (Université de Tunis) ainsi que Betty Rouland, chercheure à l’IRMC.
La coordination scientifique a été assurée par Kmar Bendana, chercheure associée à l’IRMC (Université de la Manouba) et Oissila Saaidia, directrice de l’IRMC.

Cet atelier avait pour objectif d’apporter un soutien méthodologique aux étudiants en sciences sociales libyens et de stimuler la coopération scientifique entre les établissements d’enseignement supérieur libyens, l’IRMC et l’Université tunisienne. La sélection des participants a ainsi été réalisée en concertation entre l’Université de Tripoli, l’Académie des hautes études de Tripoli et l’IRMC. L’intention est de diffuser le savoir-faire de l’IRMC en se fondant sur l’expérience accumulée et les partenaires de l’IRMC. L’accès à ces formations par les jeunes femmes a été privilégié, d’où une sélection paritaire des étudiants.

Tisser des liens scientifiques avec la Libye, pour une ouverture internationale

Fruit de la coopération entre plusieurs acteurs, à la fois diplomatique et scientifique, ce workshop a été pensé et mené en trois langues. Ainsi, le programme a été élaboré en arabe, en français et en anglais. Pendant les journées de formation, la majorité de la formation s’est faite en langue arabe ; une session a été prévue en anglais (réalisation d’une fiche de lecture) ; les sessions bibliographiques intégraient des références en français, et les
enseignants tunisiens se sont appuyés sur des références et des terminologies francophones, tout en faisant un réel effort de traduction et d’adaptation pour apporter un maximum d’informations, de références et d’outils en arabe.

Dès les mots de bienvenue, les bases sont lancées. Oissila Saaidia, directrice de l’IRMC explique en arabe les objectifs du workshop, ainsi que Denis Sainte-Marie, conseiller de coopération et d’action culturel pour l’ambassade de France en Libye, qui intervient en anglais. Tous deux expriment le besoin de tisser des liens, dans une perspective de dialogue ouvert et de collaboration scientifique, entre la Libye, la France et la Tunisie. Canan Atilgan, directrice du
programme régional de la Fondation Konrad Adenauer, en présentant sa fondation, ses actions et ses programmes, a exprimé le souhait de s’ouvrir à la Libye, en particulier aux chercheurs et aux étudiants. L’insuffisance des informations et des échanges scientifiques avec la Libye, notamment en tant que terrain d’étude, se fait cruellement sentir.

Adeel Kindier, de l’Université de Tripoli, atteste de la volonté de la recherche libyenne d’entamer ces échanges et de créer des ponts entre les pays, notamment sur les questions de méthode. Il réitère le besoin de développer les rencontres méthodologiques et de mettre l’accent sur la démarche scientifique pour doter la recherche libyenne d’une qualité polyvalente et transversale. La proposition de l’IRMC a donc été une réponse à un besoin exprimé par les sphères scientifiques libyennes.

Un programme intense placé sous les thématiques SHS propres au Maghreb et à l’Afrique

Le programme des cinq jours prévoyait une formation en méthodologie et en écriture scientifique : établir une fiche de lecture, écrire un article scientifique, rédiger un compte rendu, se servir du logiciel Zotéro pour classer sa bibliographie, découper les étapes de la recherche en SHS, conduire une recherche de terrain, approcher un terrain, opter pour la méthode qualitative, comparer les méthodes qualitative et quantitative. Chaque session a mobilisé un intervenant différent pouvant présenter son terrain, partager ses objets de recherche et sa démarche. Kmar Bendana, assurant la coordination scientifique, assistait à chacune des sessions. Elle était également présente pour les étudiants, les enseignants, les intervenants et les questions organisationnelles. Elle procédait à des
« synthèses » méthodologiques, appréciées par les formateurs présents car ouvrant sur la comparaison entre les pratiques pédagogiques tunisiennes et libyennes et permettant aux étudiants de comprendre la portée de leurs choix et des sujets à choisir.

Les étudiants issus de différentes disciplines des SHS, dont une majorité en droit, se situaient à un niveau master. La plupart n’avait pas encore conduit de recherche. Il s’agissait de leur offrir un aperçu des techniques et des bases de la recherche en SHS, en leur donnant les outils et les clés de la démarche scientifique. Au-delà des outils,
l’ambition est que les étudiants acquièrent des réflexes de méthode et de critique en prêtant attention à leurs travaux respectifs. Dans cette perspective, chaque jour un exercice est proposé de la part d’un ou plusieurs intervenants, travail destiné à être lu et discuté pendant les sessions de restitution. On a observé, le soir venu, des groupes de travail à l’œuvre.

La première session ciblait la recherche documentaire, avec Sawssen Fray-Belkadhi et Khaled El-Jomni (IRMC). Ils ont expliqué, montré aux étudiants et installé sur les ordinateurs de ces derniers le logiciel Zotéro. La session est interactive et permet de mettre en avant le fonds arabe de la bibliothèque de l’IRMC, les revues tunisiennes en arabe mais également de promouvoir l’apprentissage de l’anglais et/ou du français, langues essentielles de la recherche en SHS. Tout au long de la semaine, les étudiants devaient réaliser leurs bibliographies et Khaled Jomni les a accompagnés étroitement jusqu’à la restitution. La réalisation de la fiche de lecture, assurée en langue anglaise par Betty Rouland, chercheure en géographie (IRMC), s’appuie sur un texte en arabe et un texte en anglais. La communication a été difficile, la plupart des étudiants ne comprenant pas les termes techniques anglais. Kmar Bendana (IRMC) a assuré la traduction en arabe afin que la logique soit bien transmise aux étudiants. Il s’agissait notamment d’attirer leur attention sur la différence entre article scientifique et rapport d’expertise. En exercice, une fiche de lecture, en anglais ou en arabe,
a été réalisée sur l’un des deux textes choisis par Betty Rouland.

Lors de la deuxième journée, est intervenue Khaoula Matri (IRMC) le matin sur les étapes de la recherche en sciences sociales, avec l’exemple de son propre sujet de recherche : « La virginité et le corps de la femme en Tunisie ». L’après-midi Sihem Kchaou (Université de la Manouba) a présenté les techniques de compte-rendu et de rédaction d’un article scientifique. Ces exercices sont très techniques et permettent d’aborder la question de la valorisation et de la diffusion des textes comme des savoirs. Le débat est revenu sur les liens et les différences entre article scientifique et rapport d’expertise. Savoir rédiger un compte-rendu sur des ouvrages et/ou des événements permet de diffuser et d’accéder au savoir à travers les réseaux des publications en distinguant les types éditoriaux. Sihem Kchaou étant directrice de revue scientifique, elle aborde également le cycle de la rédaction, sélection et publication des articles, ce qui amène à la présentation d’un ensemble de revues en arabe démontrant également l’importance des comptes-rendus et l’éclaircissement du point de vue scientifique (comparaison du compte-rendu d’un sociologue et celui d’un historien).

La posture épistémologique s’est imposée dès le premier jour. La question est revenue lors de l’intervention de Ramzi Ben Amara (IRMC) autour du terrain de recherche. De fait, sa présentation, très interactive et pensée comme un espace d’échange autour de l’approche d’un terrain, portait sur les mouvements Izala au
Nigeria. La présentation de son terrain et de son projet ont suscité des réactions immédiates quant à l’adaptation du chercheur, aux questions touchant à sa foi et à son intégrité, à son rôle d’observateur, aux questions de l’objectivité et de la subjectivité. Une certaine réserve quant au terrain et à la confrontation avec les conditions de l’enquête de la part des étudiants a été relevée. Les échanges avec Slim Ben Youssef (IRMC), sur l’approche d’un terrain, ont permis de faire passer de façon plus fluide le message méthodologique, son terrain (l’entreprise) étant beaucoup moins
« sensible ». 

Le débat concernant les méthodes et leur utilisation s’est clairement exprimé lors de la présentation des méthodes qualitatives. Imed Melliti (IRMC) a choisi de faire une introduction aux différentes méthodes de Durkheim, Comte ou Weber et de travailler sur des
textes en arabe. Cette introduction aux fondamentaux sociologiques a soulevé une vive discussion autour des méthodes et des écoles. Cela a permis à l’intervenant de démontrer l’importance du qualitatif à des étudiants habitués à ne travailler qu’avec du quantitatif. Monia Lachheb (IRMC) a relancé le débat lors de son intervention sur la complémentarité méthodologique et l’utilisation des deux méthodes en sciences humaines et sociales. Expliquant les démarches autour de thématiques comme le voile ou le genre, elle a amené les étudiants à interroger les références qu’ils citaient et à
engager une réflexion scientifique.

Dynamique de groupe

Au fur et à mesure de la semaine, une véritable dynamique de groupe s’instaure et l’interactivité participants étudiants progresse. Certaines thématiques sont plus propices à la discussion, comme le développement des comptes-rendus et les possibilités d’échanges entre les revues et/ou les universités afin d’encourager les échanges d’ouvrages et de revues entre la Tunisie et la Libye, par exemple. Les
évocations des possibilités de coopération sont nombreuses, notamment à travers l’open access et la diffusion numérique, notion nouvelle pour nombre de Libyens.

La réactivité du questionnement dans chaque session existe, la voix des étudiants masculins s’exprimant davantage. Les enseignants libyens interviennent parfois pour recadrer les étudiants en ramenant le débat à des questions scientifiques ou afin de veiller à ce que les exercices soient bien faits. Un des enseignants a lancé la formation de groupes mixtes de travail, ce qui a impulsé une nouvelle dynamique.

Les réactions face aux thématiques abordées sont dans un premier temps mitigées. Toutefois, passés les premiers embarras, au fil des thématiques, les questions fusent, notamment sur l’islam, sur le genre, et les participants insistent sur la démarche scientifique qui permet d’aborder tous les sujets. La distinction est faite à chaque début d’intervention et est réitérée tout au long du workshop.

La dynamique de groupe s’est renforcée lors des visites au musée du
Bardo et à l’IRMC le jeudi 7 mars. L’exposition Before the 14th. Instant Tunisien. Archives de la Révolution, fruit d’un travail de plusieurs années d’un collectif d’historiens et d’une équipe de maquettistes, monteurs, ingénieurs son et infographistes, met en lumière les 29 jours de la révolution tunisienne de 2011 à travers des archives des réseaux sociaux, de la presse télévisée ou écrite. Le Musée du Bardo accueille une version de cette exposition : sa visite et sa mise en perspective avec la délégation libyenne, a été un moment fort. Le groupe a réagi collectivement à la découverte de ce travail collectif autour des traces de la révolution tunisienne.

La visite dans les locaux de l’IRMC a été l’occasion pour étudiants et enseignants libyens de découvrir un des lieux de la recherche intellectuelle tuniso-française. Un ouvrage sur la méthodologie en droit, en langue arabe, a été remis à la directrice de l’IRMC. Ce don de l’Université de Tripoli à la bibliothèque de l’IRMC sera suivi d’autres et permettra, nous l’appelons de nos vœux, de s’ouvrir à la production scientifique libyenne afin de mieux en appréhender ses référentiels méthodologiques.

Conclusion : restitution et perspectives

Alors que le programme était plutôt intense, les étudiants ont été en demande d’approfondissement durant toute la semaine. Il apparaît que ce type de formation est rare au sein des établissements libyens avec lesquels nous avons travaillé. La découverte du logiciel Zotero et du fonds arabe de la bibliothèque de l’IRMC ont été utiles. Des différences sont apparues lors de la présentation des méthodes qualitatives et quantitatives. Se définissant comme « l’école libyenne », les enseignants et étudiants ont expliqué qu’ils utilisaient principalement la méthode quantitative dans leurs recherches. Ainsi, la méthode qualitative a été une véritable découverte pour nombre d’entre eux.

Les concepts qui, habituellement, sont donnés en français, ont dû être trouvés en anglais et traduits en arabe. Les outils comme les Powerpoint ou le logiciel Zotero ont été entièrement revus et adaptés au workshop. Ce fut donc une semaine dense, tant pour les étudiants libyens que pour les intervenants et les coordinateurs.

Des débats quant à la distinction entre approche scientifique et approche morale, idéologique voire religieuse ont émergé. Les discussions ont souvent mené à des considérations épistémologiques, en passant par la comparaison et la déconstruction des conditions de l’observation et de l’enquête.

Visite du 6 mars 2019 au Musée du Bardo © Manon Rousselle (IRMC)

Article initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°24, bulletin trimestriel mai-septembre 2019, paru le 1er octobre 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le patrimoine colonial du XIXe -XXe siècles en Algérie et le style néo-mauresque

Anissa Mami
Doctorante en Histoire de l’art au Centre Georges Chevrier -UMR 7366 (Ecole doctorale : Sociétés, Espace, Pratiques, Temps) Université de Bourgogne, Dijon. Elle a bénéficié d’une bourse IRMC-SCAC Alger du 30 avril au 30 juin 2019.
Contact : anissa.mami@outlook.com.

Dans son acception culturelle large, le patrimoine est synonyme d’histoire, de culture, de biens et de vestiges architecturaux dignes d’être conservés et sauvegardés. Le patrimoine confère aux sociétés et aux communautés d’importantes valeurs historiques, identitaires, culturelles, mémorielles et artistiques. De ce fait, son champ se voit
de plus en plus étendu, amplifié, complexifié et connaît donc différentes catégories, notamment en architecture.

Pour ce qui est de l’Algérie, son histoire lui confère un riche héritage
culturel et naturel. On dénombre sur son territoire une variété exceptionnelle de vestiges et d’édifices du fait des nombreuses civilisations qui se sont succédées. Son patrimoine recense, entre autres, les peintures et gravures rupestres du Sahara, des villes antiques romaines comme Timgad, connu aussi sous le nom de « Pompéi de l’Afrique du Nord », Djemila, ou encore les ruines de Tipaza, les vieilles médinas et casbahs d’Alger et de Constantine.
Quant aux constructions coloniales des XIXe et XXe siècles, elles constituent une figure majeure et prépondérante du paysage patrimonial algérien. D’ailleurs, à l’heure actuelle, ces édifices coloniaux constituent le noyau historique de la plupart des villes et représentent à eux seuls pratiquement la moitié du parc immobilier du territoire.

En effet, l’occupation française a marqué le territoire algérien, aussi bien du point de vue architectural, urbanistique que social. L’Algérie a hérité d’importantes constructions architecturales et urbaines de la période coloniale française des XIXe et XXe siècles, sous différentes formes et dans différents styles. Le néoclassique français occidental et européen a pendant longtemps été le style architectural privilégié : « L’architecture classisante d’appartenance européenne a été pendant soixante-dix ans l’architecture officielle de l’empire français en Algérie où la politique d’empire survécut à l’empire » (Deluz, 1988, 30). Par ailleurs, au début du XXe siècle, un nouveau style architectural émerge, le néo-mauresque, appelé également « style Jonnart », en référence au gouverneur général d’Algérie de l’époque (1900-1901 ; 1903-1911 ; 1918-1919). Ce style représente une référence à l’art et aux formes locales en se réappropriant d’une nouvelle manière les différents éléments
qui les caractérisent, à l’exemple de l’hôtel Cirta de Constantine, de la gare ferroviaire d’Annaba ou encore de la maison de Meriam Azza de Skikda.

Il semble cependant que la préservation et la conservation des édifices de l’époque coloniale ne soient pas une chose évidente. Même si leur valeur d’usage est admise, leur prise en charge et leur sauvegarde ne vont pas de soi. Celai amène à se poser certaines
questions sur les modalités de leur préservation, de leur conservation et surtout de leur reconnaissance en tant que patrimoine ou non, et ce, que ce soit au niveau de la politique patrimoniale engagée par l’État algérien ou au sein de la population algérienne, particulièrement pour ce qui concerne les bâtiments de style néo-mauresque. Ces derniers ne constituent en effet pas une réinterprétation de l’architecture et des valeurs traditionnelles ou locales du pays, mais ils restent tout de même un legs colonial retraçant une histoire sensible de l’Algérie contemporaine.

De ce fait, dans un pays où la protection du patrimoine culturel matériel et immatériel est une mission constitutionnelle, il est intéressant dans notre recherche, d’une part, de voir et de comprendre la perception et la conception des acteurs du patrimoine algérien et de la société algérienne à l’égard de cette architecture coloniale, d’autre part, de comprendre les effets de la patrimonialisation ou de la politique patrimoniale, ainsi que les mesures et les techniques de protection et de conservation déployées, à travers notamment une étude de terrain et une
enquête sociologique.

Dans cette enquête et dans ce travail de terrain, il est question, en premier lieu, de rassembler un maximum d’informations et de documentation sur place, en explorant les différentes archives existantes, les manuscrits, les plans techniques et les données pouvant être recueillis sur le terrain. Toutefois, cette étape ne s’avère pas simple compte tenu de l’accessibilité limitée ou interdite à certains documents et du nombre important d’archives égarées en
raison des déménagements ou du fait d’une défaillance dans l’archivage. Chaque consultation d’un relevé de bâtiment, chaque photographie, notamment lorsque ce dernier subit une des mesures de protection édictées dans la législation algérienne à travers la loi n° 98-04 relative à la protection du patrimoine culturel, à savoir le
classement, la mise en instance ou l’inscription sur l’inventaire supplémentaire, est soumise à une autorisation préalable. La demande d’octroi des principales autorisations ne peut s’obtenir qu’avec l’aval du ministère de la Culture et de ses différentes directions détachées ou sous tutelles. Dans un travail de recherche,
cet aspect de restriction de l’information, des rouages et des lenteurs de l’administration, dans un pays qui passe par une phase critique, tant politique que sociale, constitue une entrave à la recherche dans un cadre scientifique académique. Cela peut en effet entraîner des manques importants dans la collecte des données nécessaires, et une perte de temps pour le chercheur accablé par les procédures administratives sans garantie de résultat.

Dans cette enquête, il s’agit également d’appréhender et de comprendre la politique patrimoniale algérienne à l’égard du patrimoine colonial néo-mauresque des XIXe et XXe siècles et d’entrevoir ou de comprendre la perception et la conception que la société algérienne a de ce patrimoine architectural colonial. Pour ce faire, nous réaliserons des entretiens avec certains acteurs politiques et professionnels œuvrant pour le patrimoine. Puis, nous établirons un questionnaire à diffuser auprès de la population algérienne, toutes catégories confondues, afin d’appréhender son
ressenti et ses représentations vis-à-vis de cette architecture néo-mauresque coloniale. Ce questionnaire a déjà été réalisé et est diffusé en ligne depuis le mois de mai, sous le [lien].

Aborder la question du « patrimoine » colonial français fait systématiquement référence à une époque sensible de l’histoire de
l’Algérie. À travers cette étude, il est donc question d’appréhender son statut et sa reconnaissance en tant qu’héritage ainsi que d’analyser son ambiguïté, sa complexité et les questions qu’il pose
dans la société algérienne et auprès des pouvoirs publics.

Bibliographie

Deluz Jean-Jacques, 1988, L’urbanisme et l’architecture d’Alger, aperçu critique, Liège, Mardaga-OPU.

Chadouki Jihane, 2018, « Les monuments historiques en droit comparé et en contexte colonial », in J.-P. Bady, M. Cornu, J. Fromageau, J.-M Leniaud, V. Négri (dir.), De 1913 au code du patrimoine. Une loi en évolution sur les monuments historiques, Paris, La Documentation française.

Cohen Jean-Louis, Kanoun Youcef, Oulebsir Nabila, 2003, Alger :
paysage urbain et architecture, 1800-2000. Besançon, les éditions de
l’imprimeur.

Journal officiel de la République Algérienne Démocratique et
Populaire (=JORA), n° 44 du 22 safar 1419 correspondant au
17 juin 1998.

Pabois Marc, Toulier Bernard, 2007, Architecture coloniale et patrimoine : Expériences française, Paris, Somogy.

Initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°24, bulletin scientifique trimestriel mai-septembre 2019, parue le 1er octobre 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Des parcours de soins en parcours urbains ? Métropolisations ordinaires par le prisme des mobilités médicales en Tunisie

Étudiant en Master 2 d’Urbanisme et Coopération Internationale de l’Institut d’Urbanisme et Géographie Alpine (IUGA / ex-IUG), en stage de recherche au laboratoire Syfacte (Sfax) et en accueil scientifique à l’IRMC. Theo.maurette@gmail.com

Depuis la décennie 1980, la Tunisie se positionne au cœur d’un dispositif émergent de mobilités médicales transfrontalières (Lautier, 2005). Ce secteur, exportateur de soins, s’articule autour d’un ensemble d’acteurs privés d’importance croissante avec, pour objet central, les polycliniques privées. Ces établissements reçoivent chaque année de plus en plus de patients, des dynamiques parties d’abord de Libye, puis d’Europe et d’Algérie et plus récemment de Côte d’Ivoire et du Sénégal (Lautier, 2013). Aujourd’hui, ces circulations s’intensifient et se reconfigurent sans cesse, dessinant une aire de chalandise régionale et transnationale à l’échelle de l’Afrique du Nord. L’émergence de ce système de santé privé a conduit la carte sanitaire du pays à se recentrer sur ses grandes
agglomérations, en opposition avec les principes initiaux de l’infrastructure de Santé publique tunisienne, établie sur une base favorisant l’excellence de ses praticiens et leur juste répartition sur
l’ensemble du territoire national (Signoles, 1985). Partout dans le pays, les dynamiques urbaines se positionnent sur une scène tournée vers l’international et participent ainsi à l’émergence du paradigme métropolitain en Tunisie (Bennasr et al., 2015).

Derrière ces grands flux, des parcours de soins faits de trajectoires
individuelles complexes et diverses se forment, comme décrit depuis 2016 par les travaux de Betty Rouland, Marc Lautier et Mounir Jarraya, préfigurant l’émergence d’un champ d’étude interdisciplinaire de leur réalité matérielle.

Si l’acception d’une forme de tourisme médical est déjà remise en
cause depuis plusieurs années par l’étude de systèmes similaires,
notamment en Afrique du Sud (Crush, Chikanda, 2015), en Thaïlande (Bochaton, 2015) ou en Malaisie (Ormond, 2013), au profit de mobilités médicales contraintes, il s’agit ici de s’intéresser tant aux conditions de ces mobilités qu’à leur interaction spatiale
avec l’urbain tunisien.

L’un des constats formalisés durant mes terrains d’étude à Sfax et à Tunis entre novembre 2018 et juin 2019, faisait état de l’émergence certaine d’une forme de cluster médical à l’échelle de ces agglomérations, dans un élan d’homogénéisation et d’interréférencement des pratiques entre les institutions (ministères de la Santé et du Tourisme, Chambre syndicale des
polycliniques, Agence de tourisme médical). Ceci fait écho au concept de worlding (Roy, Ong, 2011), qui décrit comment, au travers d’un panel urbain de villes asiatiques en pleines émergences, celles-ci se construisent d’une part, un référentiel idéologique
commun issu de la mondialisation, et d’autre part, tout un ensemble de pratiques spécifiques afin de répondre à ce besoin de « se penser globales ». Cette volonté institutionnelle s’insère dans une stratégie territoriale de métropolisation, une nouvelle organisation urbaine tournée vers des hypothétiques marchés globaux et nécessitant alors de se conformer à des standards internationaux. Celle-ci se
formalise, notamment depuis l’entrée de la Tunisie dans une aire postrévolutionnaire et depuis la mise en place du cadre stratégique défini par le Schéma national d’aménagement du territoire (SNAT) qui donne ainsi des statuts spécifiques aux villes de Tunis, Sousse et Sfax en les nommant explicitement comme des métropoles.

Si l’on pense alors à se tourner vers la géographie économique afin d’étudier les objets qui en découlent et, notamment, les clusters, la dimension urbaine de cette dynamique n’en reste pas moins faite de
facteurs humains cruciaux. Ceci répond à l’appel de Magalie Tallandier et de Bernard Pecqueur, qui, en 2018, proposaient de refonder une nouvelle géographie économique, en se concentrant sur les intrants territoriaux propices à l’émergence des métropoles
(Pecqueur, Talandier, 2018). Durant mon accueil scientifique à l’IRMC, j’ai ainsi travaillé essentiellement à la construction
d’un projet de recherche portant sur cette question. Le titre proposé et accepté par le laboratoire PACTE (UMR 5194) et visant à la réalisation d’une thèse de géographie est le suivant : « Des parcours
de soins en parcours urbains ? Métropolisations ordinaires et clusties médicaux en Tunisie ».

Je propose ici de m’intéresser aux enjeux des travaux à venir plutôt qu’à l’introduction vulgarisée des concepts précis que ce projet mobilise. Alors que la focale économique m’a grandement servi à décrire et comprendre les chaînes de valeurs et les jeux d’acteurs complexes à l’œuvre dans les processus décrits précédemment, il
en reste néanmoins que ces parcours de soins sont aujourd’hui tributaires d’une grande part d’informalité dans les pratiques. Ce constat fut posé très rapidement lors du terrain exploratoire
conduit à Sfax en novembre 2018, corrélant les interrogations apportées par Betty Rouland (Rouland et al., 2016). Celles-ci se portaient notamment sur les phénomènes visibles et décrits par les
usagers au sein de l’espace public sfaxien. Les questions de l’hébergement et de la mobilité revenant souvent, particulièrement lorsque qu’il s’agissait de la venue massive des Libyens durant la guerre civile. 

Ces indices semés dans la ville se retrouvent à Tunis, sous des formes similaires, et laissent entrevoir un champ d’étude que les entretiens ciblés auprès d’acteurs stratégiques du milieu médical
ne suffiront pas à révéler.

La question de la construction méthodologique face à la récolte de
données « sensibles » sur ce terrain s’est alors posée. Ici le double sens fait office de point de départ à cette réflexion. J’aurais à faire à une informalité des pratiques qui revêt une dimension parfois illégale, discrète. Mais c’est la sensibilité spatiale qui m’intéresse ici également, tant la question des mobilités médicales pose un fort enjeu de compréhension fine dans leur relation à l’urbain et dans la
manière dont celle-ci se construit par des gestes et des perceptions au quotidien.

Au-delà de la poursuite d’un travail d’enquête « macro » sur ce milieu
industriel, il y a ici un positionnement interscallaire de premier ordre à saisir, un « micro » focalisé sur l’expérience et la pratique des patients et des acteurs de cette économie informelle, de cette « ville
ordinaire » (Backouche, Montel, 2007).

Afin de mobiliser efficacement ces données, je propose d’avoir recours aux méthodes d’enquêtes qualitatives, construites par les membres de l’équipe justice sociale du laboratoire PACTE, et ceux de l’équipe CRESSON du laboratoire AAU (UMR 1563). Nous
y retrouvons après les traditionnels outils des sciences humaines que sont les entretiens et l’observation, sous toutes leurs formes, des méthodes construites spécifiquement pour décrire et comprendre la spatialité des phénomènes observés.

Ainsi, les parcours commentés, qui consistent en des entretiens prenant place au sein des espaces vécus par les enquêtés, et les cartes mentales qui visent à mettre en lumière la perception spatiale
de ces derniers (Grosjean, Thibaud, 2001), sont, à mon sens, aujourd’hui les outils les plus pertinents à mobiliser. Reste à définir les conditions de leur usage et toute la question de se « situer »
dans le contexte tunisien.

Enfin, il y a ici un fort enjeu de relocaliser la question métropolitaine
par l’étude du quotidien de ses usagers, en comparaison avec les grands axes stratégiques développés à l’échelle institutionnelle.

Ce travail sera poursuivi dès la rentrée 2019 par des échanges
universitaires, dans l’objectif de consolider ce projet et d’expérimenter, au contact du terrain, les pistes méthodologiques envisagées.

Bibliographie

Backouche I., Montel N., 2007, « La fabrique ordinaire de la ville »,
Histoire urbaine, vol. 19, n° 2, 5-9.

Bennasr A., Baron M., Ruffray S. De, Grasland C., Guérin-Pace F.,
2015, « Dilemmes de la réforme régionale tunisienne ». Revue
d’Economie Regionale Urbaine, n° 5, 853-882.

Bochaton A., 2015, « Cross-border mobility and social networks:
Laotians seeking medical treatment along the Thai border », Social
Science & Medicine, n° 124, 364-373.

Crush J., Chikanda A., 2015, « South–South medical tourism and the quest for health in Southern Africa », Social Science & Medicine, n° 124, 313-320.

Grosjean M., Thibaud J.-P., 2001, L’espace urbain en méthodes, s.l.,
Editions Parenthèses.

Lautier M., 2005, Les exportations de services de santé des pays en
développement : le cas tunisien, Paris, AFD.

Lautier M., 2013, Le développement des échanges internationaux de services de santé : Perspectives des exportations en Afrique du nord, Abidjan, BAD.

Ormond M., 2013, Neoliberal Governance and International Medical Travel in Malaysia, Londres, Routledge.

Pecqueur B., Talandier M., 2018, Renouveler la géographie
économique, Paris, Economica.

Rouland B., Mounir, Sébastien J., Betty, Jarraya M., 2016, « Du tourisme médical à la mise en place d’un espace de soins transnational. L’exemple des patients libyens à Sfax (Tunisie) », Revue francophone sur la santé et les territoires, 25 octobre, [En ligne].

Roy A., Ong A., 2011, Worlding Cities: Asian Experiments and the Art of Being Global, Chichester-Malden, Wiley-Blackwell.

Signoles P., 1985, L’Espace tunisien : Capitale et état-région, Tours,
Centre d’études et de recherches Urbama

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°24, bulletin trimestriel mai-septembre 2019, parue le 1er octobre 2019

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Environnement, déchets et économies de recyclage dans le Maghreb contemporain

Jamie Furniss est anthropologue, Maître de conférence à l'Université d'Edimbourg, chercheur MEAE à l'IRMC depuis mai 2019. Retrouvez son profil complet ici.

« Lecturer » (Maître de conférences) en anthropologie à l’Université
d’Edimbourg, j’ai rejoint l’IRMC en mai 2019. Depuis ma thèse en développement international qui abordait les conceptions du « développement » et les pratiques de sa mise en œuvre à travers le
cas des ramasseurs-recycleurs de déchets informels au Caire, mes recherches portent principalement sur les questions de développement, d’environnement et d’économie, abordées par l’entrée thématique des déchets. J’étudie, principalement sur le terrain égyptien, les représentations, les pratiques et les
circulations transnationales des déchets depuis 10 ans.

Persuadé de l’importance concrète ainsi que de l’intérêt disciplinaire du sujet de l’environnement, et en particulier des déchets et du recyclage, au Maghreb, mon objectif pour les années à venir est
d’ouvrir un nouveau chantier de recherche, à partir de la Tunisie, sur
« Environnement, déchets et économies de recyclage dans le Maghreb contemporain ». Les déchets fournissent une entrée concrète pour étudier comment la crise écologique contemporaine est vécue dans la région du Maghreb et la manière dont la région
s’inscrit dans cette problématique actuellement au premier plan de l’agenda international. La pertinence des déchets ne se limite pas aux enjeux écologiques, car ils constituent également une porte
d’entrée pour aborder les questions économiques, politiques et sociales qu’ils donnent à voir.

Mon projet se décline en deux principaux axes, dont le premier consiste en des enquêtes ethnographiques sur les filières de recyclage.

L’économie circulaire qui existait déjà

Afin de circonscrire le terrain et de poser un chantier réalisable, mon
objectif ici est de retracer une ou éventuellement deux filière(s) de
recyclage afin de mettre en lumière leurs lieux, acteurs et techniques. Les facteurs qui contribuent à l’émergence et à la
structuration d’une « filière » (« suite de personnes en rapport les unes avec les autres, servant d’intermédiaires à une activité ») sont en soi intéressants et complexes, ils mériteraient de faire l’objet d’une réflexion plus ample. Par exemple faut-il considérer que les
déchets ménagers constituent une filière et les déchets industriels une autre ? Faut-il considérer que les déchets traités par le secteur public, le secteur privé sous contrat de délégation et le secteur
privé dit « informel » constituent trois filières différentes ?

Ma préconisation est de définir les filières en fonction des matières, en distinguant la filière du plastique, celle du métal, celle des fripes, etc. Je fais ce choix pour plusieurs raisons. Premièrement, il s’agit d’une définition ethnographique, c’est-à-dire qui correspond à l’expérience du métier des recycleurs plutôt qu’un système ou une
théorie. Deuxièmement, un des partis pris du projet est d’étudier l’« économie circulaire qui existait déjà ». Cette décision se justifie, sur le plan disciplinaire, par le fait que l’étude des « économies circulaires réellement existantes » permet d’apporter des
éléments de réponse à une question économique et écologique primordiale, à savoir : sous quelles conditions une circularité des matières et des ressources est-elle possible ? L’étude de ces
« success-stories » permet également de problématiser l’idée que les pays des « Suds » suffoquent sous les immondices et les détritus, alors que les pays de la rive « Nord » de la Méditerranée auraient réglé le problème à travers une maîtrise technicienne des déchets. Un grand nombre des acteurs les plus innovants de ce qu’on peut appeler l’économie circulaire n’ont pas attendu la création de
cette étiquette pour se lancer. Ces recherches permettent en même temps de critiquer la notion d’économie circulaire, car il ne suffit pas de l’« inventer » ou de la nommer pour la créer. Il existe des contraintes géographiques, politiques, économiques et matérielles qui rendent possible ou impossible la circularité des matières dans des conjonctures précises.

La ferraille et le plastique semblent être les meilleurs choix dans ce contexte. Malheureusement le verre et le carton (pour prendre deux autres exemples de matières très répandues) ne semblent pas avoir donné naissance, en Tunisie, à des « économies circulaires » extrêmement développées. Les déchets de démolition constituent de toute évidence un problème de politique publique majeur en Tunisie car ceux-ci ne sont presque jamais déposés dans les décharges. Le manque de circularité au sein de ces filières incite à les enlever de mon enquête, sans nier l’importance du problème. La fripe est un sujet de très grand intérêt en Tunisie qui fait l’objet
d’enquêtes de la part d’autres chercheurs. Si elle permet, entre autre, de donner à voir l’interconnexion des flux mondiaux liés à la consommation, elle ne touche à mon sens qu’indirectement à la crise écologique, que je souhaite mettre au cœur de mon projet.

Ma manière de concevoir les filières dans le cadre de ce projet met donc au premier plan la « matérialité » des déchets. Celle-ci détermine leur recyclabilité à travers des facteurs comme les prix au kilo (et donc l’incitation économique à les recycler), les procédés techniques nécessaires (tri, lavage, fonte, etc.) et les cadres
réglementaires spécifiques (e.g. monopole d’État sur l’achat de la
ferraille). La discipline anthropologique envisage souvent la réalité comme une construction sociale malléable, sans essence ou noyau irréductible. Cette épistémologie reste importante dans le deuxième axe de mon projet orienté vers le déchiffrage des comportements, par exemple, à travers l’étude des conceptions de catégories comme
« environnement » ou « pollution ». Mais je suis persuadé que les caractères objectifs, tangibles et incontestables de différentes substances sont un facteur prépondérant pour le recyclage. L’épreuve du terrain le confirme puisque les économies de recyclage sont presque toujours structurées autour de matières et l’action la plus centrale pour le recyclage est la séparation selon le type de matière.

Quel « type » de problème constituent les déchets ?

Le deuxième axe de mon programme s’adresse à la spécificité, la variabilité socioculturelle et historique des catégories d’« environnement » et de « pollution », autour desquelles les
communautés internationales cherchent actuellement à se mobiliser. Le caractère « environnemental » de la crise des
déchets doit être, à mon sens, une question empirique plutôt qu’un acquis conceptuel. Mon postulat, autrement dit, est que les catégories d’« environnement » et de « pollution » ainsi que les « imaginaires environnementaux » s’emboîtent dans des registres éthiques, moraux, esthétiques et politiques spécifiques au contexte.

M’abstenant de réflexions sur le fait que le pays est « sale » en raison de la « mentalité » des Tunisiens et le manque de conscience environnementale, je considère qu’il est nécessaire dans cet axe du projet d’adopter une posture relativiste à l’égard à la fois du caractère du problème posé par les déchets et des éventuelles nuances qualitatives du concept environnement. Les accumulations de déchets dans l’espace public et les plastiques le long du littoral en
Tunisie sont une réalité indéniable, mais comment cette réalité est-elle comprise par les Tunisiens ? Il peut être utile de se rappeler dans ce contexte que si les déchets ont toujours posé problème (sanitaire à l’époque de la théorie miasmatique, de rareté des ressources, etc.), les sociétés euro-américaines ne les conçoivent pas comme un problème environnemental avant les années 1970.

J’espère donc pouvoir trouver d’autres sources, par exemple dans les manuels scolaires de géographie et d’éducation civique notamment, dans les archives autour de la création du ministère de l’Environnement tunisien, ou dans le syllabus obligatoire sur les « droits de l’Homme » durant l’époque de Ben Ali.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°24, bulletin trimestriel mai-septembre 2019, parue en octobre 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vivre au temps du COVID-19. chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la tunisie

Ouvrage sous la direction de Oissila Saaidia, aux éditions IRMC-Nirvana.

VIVRE AU TEMPS DU COVID-19
Chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la Tunisie

Le dimanche 22 mars 2020, le confinement entre en vigueur en Tunisie ; le lundi 4 mai, la phase du déconfinement débute. Entre ces deux dates, la société tunisienne a vécu une expérience unique, à l’instar d’autres pays à travers le monde.
C’est dans ce contexte que des chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS), de l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC / USR 3077, CNRS), se lancent dans un projet inédit, celui de réfléchir ensemble sur les incidences sociétales de cette crise dont ils sont partie prenante car ils vivent en Tunisie. Ce
livre collectif est un document unique sur la vie au temps du coronavirus car il a été rédigé par dix chercheurs de différentes disciplines, à partir d’un même objet, dans un laps de temps identique et depuis un même lieu géographique.
Cet ouvrage – le premier en SHS sur le Covid-19 publié par des universitaires francophones – livre des clés de lecture pour saisir la complexité d’un événement protéiforme et d’ampleur planétaire. L’analyse s’appuie sur le terrain tunisien même si sa portée dépasse la seule Tunisie car les thématiques abordées font immanquablement écho à des situations vécues dans d’autres sociétés à travers le monde.
Rédigés sous forme de chronique, ces textes mettent, notamment, en exergue un constat : cette crise planétaire est un révélateur, un accélérateur, un catalyseur de dysfonctionnements qui remontent aux années 1980, au moment de la bascule du monde vers un néo-libéralisme économique visant la dérégulation des échanges.
En ce sens, le Covid-19 n’invente rien, ne change rien, ne modifie rien mais il aggrave, renforce et amplifie les faiblesses des sociétés travaillées par les inégalités.
En d’autres termes, l’ouvrage propose des pistes pour nourrir la réflexion et enrichir le débat.

 


Sommaire


Présentation des contributeurs…………………………………………….. 9
Introduction : Le monde, la Tunisie, le Covid-19 et le chercheur
Oissila Saaidia…………………………………………………………………… 13

Première partie. Avril………………………………………………………. 19
Être chercheur au temps du coronavirus :
« le retour à la vraie vie » ?
Oissila Saaidia…………………………………………………………………… 21
Suspendue entre Berlin et Tunis : une chercheure tunisienne
témoigne
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 25
Le confinement comme intensificateur des situations
de vulnérabilité
Marta Luceño Moreno ………………………………………………………. 29
La société civile en Tunisie face au Covid-19 : le cas de la
mobilisation spontanée des jeunes des villes de l’intérieur
Marouen Taleb …………………………………………………………………. 33
Ramassage des déchets et recyclage en période de confinement :
incidences de la distinction entre activités « essentielles » et « non
essentielles »
Jamie Furniss…………………………………………………………………….. 37
Public / Privé au temps du confinement : le corps dansant en live
Monia Lachheb…………………………………………………………………. 41
Des circulations ignorées aux écosystèmes discrets :
secteur privé de santé et patientèle étrangère en Tunisie
Betty Rouland ………………………………………………………………….. 45
L’inégalité d’accès au savoir en temps de confinement :
petites histoires d’une « continuité pédagogique » improbable
Marta Luceño Moreno ……………………………………………………… 49
Les salarié-e-s du secteur privé face aux mesures de confinement
Mohamed Slim Ben Youssef ………………………………………………. 53
Où est passée la semoule ? Lecture de l’interventionnisme
étatique en Tunisie mis à mal par la crise du Covid-19
Marouen Taleb …………………………………………………………………. 57

Deuxième partie. Mai ………………………………………………………. 63
Le Covid-19, un outil multiforme : usages religieux et politiques
des pandémies
Jamie Furniss…………………………………………………………………….. 65
L’autre pandémie, les inégalités de genre
Marta Luceño Moreno ………………………………………………………. 69
De la condition de migrant immobilisé au temps du Covid-19
en Tunisie
Betty Rouland…………………………………………………………………… 75
Corps infecté ou la mort affectée au temps du coronavirus
Monia Lachheb…………………………………………………………………. 81
Se souvenir de 2011
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 85
L’économie repolitisée : propositions contradictoires et
alternatives politiques sur la sortie de crise en Tunisie
Mohamed Slim Ben Youssef ………………………………………………. 91
Science en situation. Réflexions autour de la recherche
tunisienne
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 95
Les inégalités de sexes en période de confinement : sociabilité
sur la toile et mobilisation contre les violences
Khaoula Matri ……………………………………………………………….. 101
La moralisation du Covid-19
Jamie Furniss…………………………………………………………………… 107
Les sexualités ou les oubliées du coronavirus
Monia Lachheb……………………………………………………………….. 111
Bas les masques : inégalités au temps du Covid-19
Betty Rouland…………………………………………………………………. 115

Conclusion
Oissila Saaidia…………………………………………………………………. 121

Annexes…………………………………………………………………………. 123
Chronologie mondiale de la pandémie
Claude Prudhomme………………………………………………………… 125
Chronologie Tunisie
Khaled Jomni………………………………………………………………….. 143
Trois stratégies nationales pour sortir du confinement
au 19 mai 2020
Claude Prudhomme………………………………………………………… 181

Présentation des contributeurs

Bendana Kmar est Professeure émérite d’histoire contemporaine
à l’Université de La Manouba et chercheure associée à l’IRMC.
Historienne de la culture et de la vie intellectuelle en Tunisie (XIXe
et XXe siècles), ses travaux portent sur l’histoire des revues, du
cinéma et sur les conditions de production du savoir en Tunisie.
Elle anime, depuis 2011, un carnet de recherche intitulé Histoire
et Culture dans la Tunisie Contemporaine (hctc.hypotheses.org).

Ben Youssef Mohamed Slim est doctorant en sociologie
politique à l’IEP d’Aix-en-Provence et boursier d’aide à la
mobilité internationale à l’IRMC. Ses recherches portent sur les
transformations de l’organisation du travail, le syndicalisme et les
politisations ouvrières dans la Tunisie post-2011. Dernier article
publié : « Tunisie. Qui paie le prix du coronavirus ? », Orient XXI,
en ligne.

Furniss Jamie, docteur en développement international de
l’Université d’Oxford, est Lecturer (maître de conférences) en
anthropologie sociale à l’Université d’Édimbourg. Il a rejoint
l’IRMC en 2019 et dirige le projet « Environnement, déchets et
économies de recyclage dans le Maghreb contemporain ». Parmi
ses publications : «What type of problem is waste in Egypt», Social
Anthropology (2017).

Jomni Khaled est documentaliste à l’IRMC.

Lachheb Monia est sociologue, chercheure détachée de l’Université
tunisienne, à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain.
Ses travaux s’inscrivent dans le champ de la sociologie du corps et des sexualités. Les études de genre relèvent aussi de ses champs de recherche. À côté de plusieurs articles académiques, des ouvrages collectifs sont parus sous sa direction dont le dernier est Transgresser au Maghreb. La normalité et ses dépassements, Paris, Karthala, 2018.

Luceño Moreno Marta est docteure en communication et information, chercheure associée à l’IRMC. Ses recherches portent sur des thématiques associées au genre, à la visibilité de la diversité sexuelle et de genre en Tunisie, avec une approche féministe intersectionelle décoloniale. Parmi ses publications récentes : « Des munaqabas aux Femen : le (dé)voilement du corps féminin comme problème public dans la période de la transition tunisienne », in Zahi F., Rhani Z. (dir.), Politiques du corps, Publications de l’IURS, 2019.

Matri Khaoula, docteure en sociologie de l’Université de Tunis et de
l’Université Paris V-Descartes, est Maître-Assistante à l’Université
de Sousse et chercheure associée à l’IRMC. Ces travaux portent sur la violence contre les femmes, la question du corps, du voile et des normes sociales. Dernier ouvrage publié : Le port du voile au Maghreb, l’exemple tunisien, Fondation du Roi Abdul-Aziz, Casablanca, 2015.

Prudhomme Claude est Professeur des Universités honoraire en histoire contemporaine de l’Université Lyon 2.

Rouland Betty, docteure en géographie, est actuellement chercheure à l’IRMC. Dans le cadre de son programme «  Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ? », elle a codirigé un projet de recherche sur la santé reproductive transfrontalière dans le Maghreb (Hef.so, Lausanne) et est membre de trois autres projets financés par la MSH en Bretagne, l’AFD et ANR DFG.

Saaidia Oissila, agrégée de l’Université en Histoire et licenciée en arabe, est Professeur des Universités en histoire contemporaine (Lyon 2). Elle s’intéresse aux enjeux religieux de part et d’autre de la Méditerranée. Elle dirige l’IRMC depuis septembre 2017. Dernier ouvrage publié L’Algérie catholique XIXe -XXIe siècles, Une histoire de l’Église catholique en Algérie, Éditions du CNRS, Paris, 2018, Prix d’histoire Diane PotierBoès de l’Académie française (2019).

Taleb Marouen, chercheur post-doctorant à l’IRMC, est docteur
en urbanisme et aménagement du territoire. Ses recherches portent
sur les modèles de gouvernance territoriale et de développement au
Maghreb. Parmi ses publications récentes : Gana Alia et Marouen Taleb, « Mobilisations foncières en Tunisie : révélateur des paradoxes de l’après « révolution » », Confluences Méditerranée, vol. 108, no 1, 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’administration au Maghreb : histoires, actions, perceptions

Compte rendu de lecture par Kmar Bendana, chercheuse en histoire contemporaine, associée à l'IRMC depuis 1993.
Couverture de l’ouvrage

Compte rendu de Hassan Elboudrari et Daniel Nordman (dir.), Les savoirs de l’administration. Histoire et société au Maghreb du XVIe au XXe siècles, Casablanca, Fondation du Roi Abdul-Aziz, 2015, 368 p.

Cet ouvrage collectif présente les travaux d’une communauté de chercheurs et de doctorants formée depuis 2006 de quatre équipes de recherche (française, marocaine, algérienne et tunisienne) rassemblées autour d’enquêtes couvrant la longue durée, du XVIe au XXe siècles. Le programme portait sur un champ d’étude peu éclairé par la recherche franco-maghrébine : la genèse de l’administration dans les pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie et Libye), son exercice, ses formes, son efficacité et ses multiples incidences historiques. Il a donné naissance à dix-neuf contributions qui sortent du prisme strictement colonial (commandant aussi la période moderne) et introduisent d’autres lectures des sociétés maghrébines à travers les manières d’exercer ou de servir le pouvoir comme de le subir. Il faut louer la persévérance des initiateurs qui ont su vaincre les difficultés d’un projet dont les dimensions humaine et géographique dépassent largement les objectifs des accords de coopération habituels. La thématique resserrée autour des rapports liant les administrations, les savoirs et les techniques gagne en vision panoramique et en profondeur comme les réflexions en pistes de comparaison. Le lecteur trouve son compte dans l’étendue des questionnements induits qui se partagent en quatre chapitres. L’État demeure au centre des contributions mais il est appréhendé par le biais des techniques de gestion ou par celui des acteurs et des compétences qu’il mobilise, ce qui présente l’intérêt de rendre sa nature moins abstraite et sa portée moins écrasante. Au-delà des institutions et des individus étudiés, l’ouvrage déroule une panoplie d’aspects matériels et d’éléments pratiques inhérents à une compréhension de l’évolution des pouvoirs, des populations et des territoires administrés. Sur fond de descriptions fines et à l’aide/au moyen de sources manuscrites ou imprimées parfois inédites, l’ensemble fait apparaître le mouvement qui traverse les sphères administratives et les liens, visibles ou secrets, entre les systèmes sociopolitiques maghrébins du XVIe au XXe siècle.

L’un des apports de l’ouvrage est d’offrir une vision plus détaillée des dispositifs qui étayent la détention du pouvoir au Maghreb. Toujours omniprésent, l’État se révèle à travers une connaissance plus précise des agents intermédiaires, connectée avec des questions et des difficultés (sur la régionalisation ou l’urbanisation) construites en savoirs éclatés ou délaissés. Tout en renseignant sur des décalages ou des concomitances entre les différentes organisations étatiques du Maghreb, les textes mettent les projecteurs sur les fonctions médianes de ces organisations. Que ce soit dans l’entourage du bey avec le secrétaire (katib ou khuja) , dans l’administration territoriale avec l’expert (gayyas, ‘irrif) ou le chef de corporation (amin) , ou fiscale avec le fermier général (lazzam), on voit fonctionner des activités qui touchent à des intérêts privés ou à des règlements locaux, régionaux ou municipaux. La création des apprentis médecins ou la formation de qabla-s (sages-femmes) en Algérie traduit les besoins croissants en « développement » qui nécessitent la constitution d’un personnel nouveau et des modalités de recrutement à mettre en place. Les instituteurs en Kabylie, les élus locaux ou les assemblées municipales sont des courroies de transmission de l’État.

Tout n’est pas radicalement nouveau dans les machines administratives, puisque des fonctions anciennes sont réactivées ou des mesures passées remises à l’ordre du jour. La fonction du muhtassib (distincte de celle du cadi) est réinvestie par la monarchie marocaine avant de tomber en désuétude avec l’instauration à partir de 1914 d’une administration municipale. Au XIXe siècle, la réforme du système d’imposition appelé mahçulat renouvelle la distribution du système fiscal tunisien entre les villes et les campagnes, faisant de l’ancienne mejba un impôt de capitation. Ces dispositions contribuent à faire évoluer les techniques d’observation, de consignation, de contrôle ou d’évaluation des activités de l’administration. Ces interventions a priori éloignées du centre du pouvoir nous font découvrir un personnel et des fonctions de l’Etat moins visibles, qui forment la trame des réseaux d’influence périphériques agissant sur les législations et les pratiques en action. La prise en compte de connaissances théoriques sur le droit, l’hygiène, la botanique, l’archéologie ou l’arabe remodèlent les usages dans l’administration en agissant d’abord sur la production écrite (rapports, traités, registres, contrats), support fondamental de la gestion étatique moderne. L’écriture, l’inventaire, le comptage, l’arpentage, l’onomastique font passer d’une fonction mal définie à une gestion plus segmentée et un suivi des populations, des territoires et des institutions plus disséminé et s’appuyant sur des tâches annexes. Cette évolution ne va pas sans créer de conflits ni poser des problèmes de hiérarchie ou de compatibilité : c’est particulièrement sensible avec l’installation de l’autorité coloniale qui consiste parfois à doubler les codes ou règlements existants (dans le droit foncier par exemple) : ce qui entraîne un traitement hybride des questions d’appropriation ou d’exploitation des terres.

Les percées de cette recherche collective dans la sociologie historique du pouvoir au Maghreb se doublent d’une attention particulière à la matérialité de son exercice. C’est un autre point fort de l’ouvrage d’offrir des grilles de lecture de la fabrique des archives maghrébines.

 Même quand elle propose de croiser les sources « endogènes » et « exogènes », la pratique historiographique tend à les distinguer. Plusieurs des études soulignent l’importance et la constance des emprunts et des métissages, qui expliquent l’évolution et l’usage des fatwa-s (les consultations juridiques), des traités de fiqh (la jurisprudence), de la littérature hagiographique ou des contrats notariés. Cette perspective révèle la porosité à double sens entre productions administrative et intellectuelle. Là aussi, la longue durée remet les choses dans un ordre qui intègre le rôle du temps et dans une circulation entre les genres qui fait du passage par l’écrit le lieu des réajustements et des adaptations entre le terrain et l’analyse, entre l’action et sa formulation. Les relations de voyage et les rapports militaires considérés aux XVIIe et XVIIIe siècles comme des accès à l’observation historique se nourrissent de la documentation locale disponible, éclairée ou influencée par les conventions de l’époque et par les horizons des auteurs autant que par leurs points de contact. Les contrats notariés, empreints d’oralité, évoluent avec les apports du droit, du savoir médical ou des techniques financières.

Le rapport, ou mémoire, le recensement, la liste, l’inventaire, la thèse, le reportage journalistique s’interpénètrent dans des formes et des contenus qui intègrent les savoirs mobilisés dans leurs procédures et leurs démarches. La monographie est systématisée par les géographes comme les plans d’urbanisme par les ingénieurs et les architectes. On rend compte des bâtiments (hôpitaux, dispensaires, minarets), comme des anciens et nouveaux quartiers (Bône au XIXe siècle). L’archive se diversifie tout comme le vocabulaire technique qui l’accompagne : au-delà des mœurs et des coutumes (ethnographie), il s’agit de surveiller les épidémies (la peste en Tunisie), de veiller à l’hygiène des populations, de réglementer les mosquées, oratoires et minarets dans l’espace urbain en changement. La technocratisation du pouvoir fabrique des écrits y compris face aux rituels (des zaouïas, des mosquées ou des cimetières)

Après le parchemin, le registre et la fiche rédigés à la main, le passage à la machine à écrire représente un tournant significatif dans l’évolution des méthodes administratives. La pratique du papier carbone multiplie les copies autant qu’elle brouille la notion de producteur comme le statut de copie unique ou d’original. L’exemple des douanes de Casablanca montre que cette transition administrative sous-étudiée (tout comme les incidences de l’entrée du télégraphe ou du téléphone) charrie une transformation qualitative des usages et un gonflement significatif de la matière documentaire conservée, détruite ou disparue.

La sélection bibliographique insérée dans l’ouvrage sert à situer le matériel disponible et les études générales ou spécialisées qui permettraient d’aller plus loin sur un sujet (l’administration) abordé souvent sous l’angle de la centralisation de l’État, de la modernisation des élites ou de l’appareil bureaucratique. L’ouvrage prolonge et élargit les focales des historiographies maghrébines sur ces questions en faisant de l’administration une entrée plus complexe et plus suggestive.

Il présente l’intérêt d’intégrer les savants (historiens, géographes botanistes, médecins…), les militaires, les touristes, les politiques locaux et les populations observées et administrées dans une dynamique qui n’est pas cantonnée au seul cadre précolonial et colonial, ainsi que le soulignent les articles revenant sur les notions de tribu/confédération, de confrérie religieuse ou d’indigène. Ces classifications sociopolitiques prouvent, une fois de plus, que leur complexité découle d’une évolution qui se reflète tantôt sur le terrain de l’action tantôt dans leur représentation « savante » ou leur perception gestionnaire.

Compte rendu paru dans Annales, Histoire et Sciences sociales n° 4, 2017 et sur le blog de Kmar Bendana : Histoire et Culture dans la Tunisie Contemporaine

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Tunisie. Qui paie le prix du coronavirus ?

Mohamed Slim Ben Youssef
Doctorant en sociologie politique rattaché à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC). Ses recherches portent sur les mobilisations au travail en Tunisie après le soulèvement de 2011.

Le confinement général que vit la Tunisie face à la pandémie du coronavirus, et qui vient d’être prolongé jusqu’au 3 mai, accentue dans la population les inégalités face au coût social d’une telle situation. Mais il fait également émerger des modes de résistance de la part des salariés et des précaires.

Officiellement, la pandémie se déclare en Tunisie le 2 mars 2020. Une série de mesures est prise pour freiner la propagation du coronavirus. Le 20 mars, le président Kaïs Saïed annonce un confinement général accompagné de l’interdiction des déplacements entre les villes. Cette décision suppose la capacité, pourtant inégalement distribuée, d’en supporter le coût, et cette capacité risque de faire défaut lorsqu’on (sur)vit par son travail. Si le recours au télétravail a été possible dans certains secteurs, il est loin d’être généralisable dans un pays où une grande partie de la population active est précaire.

Lors d’une allocution télévisée le 21 mars, le chef du gouvernement Elyes Fakhfakh annonce un dispositif de mesures sociales ayant trois objectifs : le premier est de ne laisser aucun Tunisien dans le besoin, le deuxième de ne perdre aucun emploi, et le troisième de ne voir disparaître aucune entreprise économique, et d’en préparer la relance une fois cette crise révolue.

LES TRAVAILLEURS DU SYSTÈME INFORMEL EXCLUS

Les mesures annoncées incluent une ligne de financement de 300 millions de dinars (96 millions d’euros) pour les travailleurs mis au chômage technique, de 150 millions de dinars (48 millions d’euros) à des aides sociales pour les couches précaires et à faible revenu, et le report du remboursement des crédits bancaires pour les salariés dont le revenu ne dépasse pas 1 000 dinars (319 euros).

Ce dispositif a certes été complété et élargi par la suite, notamment par l’augmentation des budgets alloués. Lors d’un entretien télévisé diffusé en direct le 19 avril, le chef du gouvernement a annoncé une deuxième vague d’aides financières à l’adresse des familles et des retraités les plus démunis, à l’occasion du ramadan (qui commencera le 23 ou le 24 avril). Pour autant, ces mesures demeurent insuffisantes. Ainsi, Leyla Riahi, membre du groupe de travail pour la souveraineté alimentaire en pointe le caractère inégalitaire sur les réseaux sociaux. Il en va ainsi notamment de l’exclusion de pans entiers de la population active, dont les travailleurs du secteur informel, c’est-à-dire plus de la moitié de l’économie tunisienne, les journaliers, les intérimaires et les salariés sous le régime du contrat d’initiation à la vie professionnelle (CIVP).

Ces catégories sont d’autant plus marginalisées qu’elles peinent parfois à se faire reconnaître comme telles par l’administration publique. En effet, nombreuses sont les personnes sans revenu stable qui ne sont pas recensées par les autorités, peinant donc à prouver leur statut de précaires au moment où elles demandent les subventions. Des reportages télévisés montrent des foules compactes dans leur quête des aides étatiques, se perdant dans le dédale administratif tunisien. Sur l’une de ces vidéos, une femme déplore : « Concernant le formulaire, je vais aux affaires sociales qui me renvoient à la délégation, qui encore me renvoie au cheikh… Chez le cheikh, rien ! Et entre temps, nous, on meurt de faim ! »

Autre problème, la pénurie des produits alimentaires de première nécessité. Les raisons de cette pénurie ne se réduisent pas à des achats compulsifs concomitants de la panique observée partout dans le monde. En Tunisie, la spéculation est aussi une cause importante de ce problème. Dans son allocution du 21 mars, Fakhfakh a ainsi annoncé des poursuites judiciaires à l’encontre des spéculateurs, qualifiés de « criminels de guerre » dans la terminologie officielle.

Pour autant, la solution pénale, seule, n’est pas à la hauteur de l’enjeu. La distribution de la semoule et d’autres biens d’importance vitale demeure largement inégalitaire. En effet, si les grandes villes littorales, notamment Tunis, connaissent un approvisionnement alimentaire plus ou moins normal, c’est loin d’être le cas pour les agglomérations, quartiers et bourgs périphériques, aux marges du circuit d’approvisionnement. Dans les régions paupérisées, des scènes filmées en vidéo et relayées par les réseaux sociaux révèlent au grand jour la misère sociale d’une population qui peine à se ravitailler. On y voit des habitants des quartiers populaires et des territoires périphériques du centre ouest du pays en foules compactes, se bousculant pour récupérer de la semoule. Dans les bourgs frontaliers du nord-ouest, dépendants du circuit d’approvisionnement des villes voisines, l’isolement imposé par la restriction des déplacements s’est traduit par un manque de denrées alimentaires, ce qui a motivé des mouvements protestataires. Au moment où le Liban connaît des « protestations de la faim », des dizaines de citoyens contestent collectivement les pénuries alimentaires dans le quartier populaire de Hay Intilaka à Tunis.

« NOS VIES VALENT MIEUX QUE LEURS PROFITS »

Parmi les salariés, l’application des mesures de confinement est problématique. En effet, à l’annonce du confinement total, le gouvernement a décidé la suspension de toutes les activités « non essentielles ». « 1,5 million de Tunisiens travaillera pour les 10 millions restants », avait alors déclaré Fakhfakh. Pour autant, des milliers de salariés de secteurs pourtant « non essentiels » se trouvent contraints de continuer à se rendre sur leur lieu de travail. Bravant les mesures de confinement annoncées, trop nombreuses sont les entreprises à avoir imposé à leurs employés la continuation de la production, moyennant des menaces de non-versement des salaires, voire de licenciement. C’est le cas de nombreux centres d’appels : des milliers de téléconseillers sont invités à maintenir leur présence dans les lieux de travail. Car, si certains grands centres ont pu, en accord avec les syndicats, mettre en place un dispositif de télétravail, d’autres ont continué à exiger la présence de leurs salariés.

Ces entreprises offshore, dont les services sont destinés très majoritairement au marché français, bénéficient d’une politique fiscale très avantageuse et de la plus-value que génère une main d’œuvre qualifiée et beaucoup moins coûteuse qu’en Europe. Employant plus de 30 000 personnes, ce secteur symptomatique de l’extraversion de l’économie tunisienne demeure pourtant faiblement syndiqué. En exigeant de leurs « téléconseillers » qu’ils continuent à assurer la sous-traitance du service après-vente et de l’assistance technique pour des marchés non tunisiens, ces entreprises bravent les mesures de confinement sans vraiment répondre à des besoins internes.

D’autres entreprises du secteur industriel privé, comme des biscuiteries, des usines de sous-traitance, et des filiales-ateliers de multinationales, notamment de l’industrie automobile tentent également d’imposer le maintien de leur routine productive.

Face à ces injonctions au travail, une résistance est tant bien que mal organisée par ces travailleurs et leurs représentants syndicaux sur les réseaux sociaux. Dans un communiqué de l’alliance syndicale internationale des centres d’appels dont l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) est cosignataire, le slogan « Nos vies valent mieux que leurs profits » est érigé en titre. Ali Ourak, le secrétaire général de la fédération générale de la technologie de l’information et des services de l’UGTT combat ces pratiques dans les centres d’appels.

LE PATRONAT CONTESTÉ

Alternant négociation, dénonciation publique des entreprises contrevenantes et appels à intervention au gouvernement, cette lutte a jusqu’ici réussi, non sans difficulté, à imposer le confinement à certains centres initialement récalcitrants. Les salariés de ce secteur ont, de leur côté, créé un groupe Facebook sur lequel on relaie, dévoile et dénonce les entreprises qui bravent le confinement total. Plus largement, la page Balance ton covid patronal créée par un groupe de syndicalistes et de militants de la société civile relaie les témoignages de travailleurs en proie aux intimidations, appels à la délation et menaces de licenciement de leur hiérarchie.

Dans une audition parlement datant du 17 mars, le ministre des finances Mohamed Nizar Yaiche annonce des déductions fiscales pour les entreprises privées contributrices au fonds 1818 créé pour faire face à la crise sanitaire. Or, la contribution de ces entreprises a été largement considérée comme modeste, de l’aveu même du chef du gouvernement Elyes Fakhfakh, au vu de ce que peuvent les grandes fortunes du pays. Dans son allocution du 21 mars, il a envisagé des « mesures unilatérales » à l’égard des grandes entreprises nationales qui se montrent peu généreuses dans la crise. À ce jour, l’acte n’a pas encore rejoint la parole.

De son côté, Samir Majoul, chef de l’organisation patronale du pays, se montre « préoccupé » par ce qu’il appelle « une phase de pré-nationalisation ». Le 25 mars, il déclare sur une chaîné télévisée privée que les entreprises ne peuvent pas payer à la fois les salaires, les impôts et les cotisations sociales. Le 15 avril, l’organisation patronale revient sur un accord signé la veille avec l’UGTT, garantissant le versement des salaires du mois d’avril pour les salariés du secteur privé. Dans un communiqué publié en cette date, l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica) s’est attiré les foudres des syndicalistes et de plusieurs militant.es sur les réseaux sociaux en déclarant être seulement disposée à transformer l’arrêt de travail imposé par le confinement en congé payé.

Or, depuis le début de cette crise sanitaire, les prises de position publiques du patronat ont été fortement contestées. Walid Besbes, contributeur du blog indépendant Nawaat, pointe, dans un article publié le 3 avril, la faiblesse de la contribution économique et fiscale du secteur privé. La captation de la valeur ajoutée du pays par quelques banques et entreprises privées, de fait en situation d’oligopole sous la coupe d’une minorité richissime, est ainsi fortement contestée.

Cette contestation vient même « d’en haut ». En marge de la réunion du conseil de sécurité nationale du 31 mars, le président de la République prononce un discours où il appelle le gouvernement à « prendre l’argent là où il est ». Rappelant des mesures de redistribution qu’il avait proposées lors de sa campagne électorale, Kaïs Saïd préconise de faire une liste des hommes d’affaires les plus corrompus en les obligeant à financer des projets d’infrastructure dans les régions les plus lésées.

UN « MODÈLE DE DÉVELOPPEMENT » DANS L’IMPASSE

Sur un autre plan, le spectre des répercussions socio-économiques de la crise sanitaire hante le débat politique tunisien dès les premières mesures de confinement. Pour le gouvernement comme pour ses opposants, le coronavirus révèle les dysfonctionnements du « modèle de développement », et des services publics fortement détériorés sous l’effet des politiques austéritaires imposées par les bailleurs de fonds internationaux. Néanmoins, la manière d’aborder cette situation est politiquement différenciée. Dans son audition au parlement, le ministre des finances avait souligné l’importance de la crise financière du pays, aggravée selon lui par la baisse anticipée des recettes fiscales et les dépenses exceptionnelles imposées par la situation sanitaire. Et il avait insisté sur la nécessité impérieuse de réformes structurelles : réforme de la méthode comptable des dépenses publiques, restructuration des entreprises publiques déficitaires, intégration du secteur informel.

Au même moment, des propositions alternatives ont été formulées, notamment à gauche. Il en va ainsi pour Hamma Hammami, figure historique de la gauche radicale. Dans une lettre ouverte au président de la République, il propose une série de mesures économiques, dont un impôt exceptionnel sur les grands bénéfices, un moratoire sur la dette publique extérieure et la suspension du transfert des bénéfices annuelles des entreprises étrangères établies sur le territoire tunisien.

Par ailleurs, dans un article paru le 7 avril sur Nawaat, Layla Riahi préconise des mesures qu’elle considère comme les « piliers d’une économie souveraine ». La mise en place d’une telle économie passerait notamment par la pleine reconnaissance de l’économie « informelle » et son intégration dans le système de sécurité sociale du pays, mais aussi par le sauvetage du secteur agricole. Selon elle, « soutenir la production revient opérationnellement à libérer de la trésorerie pour les producteurs par un moratoire sur les dettes agricoles et auprès de la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG), (particulièrement les Groupements de développement agricole), à revoir le prix des céréales et à fixer les prix des produits frais au niveau de l’exploitation, en garantissant une marge suffisante au producteur et enfin, à revoir la stratégie d’encouragement à l’investissement en misant sur le marché local et l’agriculture vivrière. »

En attendant, quoique l’action publique ait été plutôt préventive et jusque-là plutôt réussie dans la lutte contre la propagation du Covid-19 (879 cas confirmés et 38 décès au 19 avril), elle aura à affronter des contraintes plus importantes dans les semaines qui viennent. Or, la mobilisation des ressources matérielles nécessaires pour y faire face demande beaucoup plus que du volontarisme étatique. Au bout d’un moment, il va falloir faire des choix politiques tranchés, notamment sur les questions de la redistribution et de la dette publique.

Article initialement publié sur Orient XXI le 21 avril 2020 : https://orientxxi.info/magazine/tunisie-qui-paie-le-prix-du-coronavirus,3784

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

COVID-19 : Vue de tunisie

Kmar Bendana
Chercheuse associée à l'IRMC en Histoire contemporaine
ISHTC - Université de La Manouba

Tunis, le 6 avril 2020

Comme beaucoup de gens, j’ai mis du temps pour assimiler ce qui nous arrive et pour prendre conscience de l’ampleur humaine de l’expérience de l’épidémie du Corona. Vue de Tunisie, la crise bouscule l’actualité politique et suscite une série de débats qui, touchant à des questions politiques fondamentales (information, communication, santé publique), secouent une « transition » enlisée depuis des années dans des contradictions et des impasses.

Internet : pile et face

Le web permet de décréter la pandémie mondiale et de généraliser son nom : COVID-19 (et non plus virus chinois ou de Wuhan, Coronavirus). La Tunisie déclare son premier cas le 2 mars et renforce le 9 mars les mesures publiques prises en février. L’unification de l’information sur le site Covid-19.Tn, l’ouverture d’une plate-forme de dons 18/18 ou encore le « téléthon » organisé par des journalistes le 20 mars (fête de l’Indépendance, passée inaperçue) montrent une mobilisation qui relègue au second plan la façade médiatico-politique cachant l’impréparation du pays. L’Assemblée des Représentants du Peuple, la Présidence de la République, le gouvernement –entré en fonction le 27 février[1]– révèlent leur errance. A côté du Conseil de sécurité nationale, une cellule de crise du Ministère de la santé -en alerte depuis janvier face à la propagation, encore lointaine, du virus- intensifie les communiqués et les actions. Le pouvoir central s’organise et les bilans quotidiens font pressentir les dangers de la fracture régionale et sociale en train de s’exprimer. Avec l’instauration du couvre-feu (19 mars) puis du confinement, (22 mars) on apprend que les Algériens ne « vendrediront » pas pour la première fois depuis plus d’un an et que le Maroc -qui a connu son premier cas le même jour qu’en Tunisie- a décrété l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 20 avril. La carte journalière de l’université Johns Hopkins indique l’apparition de contaminés en Libye. Le 5 avril, sur les 2908 cas des 5 pays du Maghreb (dont 245 décès et 163 guérisons), la Tunisie a déclaré 596 atteints et 22 décès.

Ici comme partout, les mesures de confinement tracent la limite entre ceux qui restent productifs par le télétravail, ceux qui peuvent s’arrêter sans grande perte économique, ceux qui risquent de perdre emploi et salaire et ceux qui sont contraints de travailler à l’extérieur. Je ne parle pas de la population des prisons et des réfugiés qui n’ont le choix de rien. Universitaire à la retraite, je fais partie des privilégiés qui profitent d’Internet et participent à ses effets.

Les réseaux sociaux prennent des airs de Ramadan ou de fêtes, exhibant prouesses culinaires et conseils domestiques et hygiénistes. Nermine Sfar qui danse chaque soir en streaming avec ses admirateurs et les live musicaux, les projections de films et les vidéos éducatives et artistiques prouvent qu’Internet peut être complément de vie, support de culture et vecteur de solidarité.

Dans le milieu de l’enseignement, la « continuité pédagogique » à travers le web divise les rangs, tant que l’année scolaire et universitaire n’était pas menacée. La prolongation du confinement pousse les enseignantEs à bricoler des formules de cours et d’accompagnement diverses, laissant espérer que l’enseignement à distance amène à transformer les méthodes pédagogiques figées, à activer structures et équipements et à aplanir les inégalités des apprenantEs et des enseignantEs face à la technologie.

La santé au centre de la politique

L’exposition de touTEs aux risques du COVID-19 et l’aptitude inégale de chacunE devant la maladie et la mort sont le dénominateur universel de cette crise sanitaire. Si le personnel médical tunisien s’est montré jusque-là efficace dans les décisions de prévention, on attend la formation d’un conseil scientifique nécessaire aux dimensions de la grave crise sociale et économique en cours[2]. Les femmes sont en première ligne du personnel médical et para–médical[3], reflet du système social et des tendances de la spécialisation des diplômes. La réponse sanitaire tunisienne transcende la division public/privé qui mine depuis trois décennies les acquis d’une santé publique qui a augmenté l’espérance de vie, vacciné contre la tuberculose, banalisé l’avortement, diffusé à travers les dispensaires et la radio une culture médicale péri et néo-natale. Les pouvoirs publics sollicitent la conscience citoyenne, surveillent l’application des mesures avec des moyens visiblement peu adaptés[4]. Les déficits de santé publique éclatent au grand jour alors que la Tunisie dispense une médecine qualifiée (soins du corps, procréation médicalement assistée…) pour les voisins maghrébins, d’Europe ou du Sud du Sahara. Le secteur économiquement prospère participe à cliver les bénéficiaires des soins : les cliniques privées se multiplient aux dépens d’un hôpital public en recul[5], les praticiens manquent dans les régions et le nombre des diplômés de la santé qui quittent le pays augmente, faute de recrutements. La médecine libérale se développe de manière rentable mais elle est incapable d’assurer les soins de proximité pour la population. 

L’impératif sanitaire a fouetté le paysage médiatique plombé par des querelles politiciennes : les médecins épidémiologistes, urgentistes, anesthésistes, réanimateurs, biologistes, radiologues, rhumatologues, internistes, les statisticiens (et non les sondeurs d’opinion), les psychologues expliquent, conseillent, orientent les décisions. Nous voulons entendre économistes, démographes, nutritionnistes, urbanistes, agronomes, architectes, géographes et l’ensemble des sciences humaines contemporaines nous éclairer.

Si la crise a mis en évidence la nécessité d’un journalisme scientifique dans la chaîne d’information, la visibilisation forcée du corps médical pourrait inspirer les gestionnaires du pays à s’entourer davantage des compétences scientifiques et des connaissances de terrain afin de traiter la chose publique avec la conscience, aujourd’hui évidente, que l’intérêt général est constitutif de chaque intérêt individuel.

Initialement publié dans Le Quotidien d’Oran, 8 avril 2020,  http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5288659

Cette chronique est également disponible sur le blog de Kmar Bendana : https://hctc.hypotheses.org/2735

 

[1] Après plus de quatre mois d’intérim du gouvernement Youssef Chahed et le rejet du gouvernement Habib Jemli en novembre 2019.

[2] Deux appels ont été publiés. Cf. Nawaat, 30 mars 2020  http://nawaat.org/portail/2020/03/30/lettre-ouverte-au-president-de-la-republique-appel-a-la-constitution-dun-conseil-scientifique-national/ et Leaders, 5 avril 2020  https://www.leaders.com.tn/article/29583-h-kazdaghli-et-h-mellakh-pour-un-haut-comite-scientifique-consultatif-dans-la-lutte-contre-le-covid-19

[3] Cf. le portrait de Nissaf Ben Aleya https://www.leaders.com.tn/article/29596-nissaf-ben-alaya-un-parcours-d-excellence

[4] L’arrivée des aides de l’Etat pose des problèmes logistiques majeurs.

[5] La mort de 12 nourrissons dans une maternité à Tunis en mars 2019 a choqué l’opinion.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Etre chercheur au temps du Coronavirus : « le retour à la vraie vie » ?

Oissila SAAIDIA
Professeur des Universités en Histoire contemporaine
Directrice de l’IRMC

Tunis, le 3 avril 2020

Alors que le confinement est perçu par l’écrasante majorité de la population comme une période extra-ordinaire, dans le sens premier du terme, c’est-à-dire hors de l’ordinaire, il est pour les chercheurs en sciences humaines et sociales un moment qui relève aussi de « la vraie vie » du chercheur. En effet, le temps de la recherche se répartit, dans ses grandes lignes, en deux moments forts : celui de la collecte de l’information et celui de son traitement. Si dans la première étape du travail scientifique, le chercheur est un être social au contact du monde, dans la seconde étape, il se transforme en reclus. Depuis son bureau, il semble alors s’isoler, y compris de ses proches. Ces derniers doivent apprendre à composer avec ce moment de l’enfouissement, ce tournant décisif où ils savent qu’il va devenir difficile de respecter les usages d’une vie « normale », notamment durant les week-end et les vacances, pour entrer dans un espace-temps assez proche du monastère. Le plus souvent retiré dans son bureau, le chercheur classe, analyse, interprète pour construire, donner à lire et à penser le monde. Absorbé par son objectif, il semble imperméable à toute autre préoccupation. 

Et pourtant cette période de confinement volontaire n’est pas un repli sur soi qui met hors de la société. Le chercheur n’écrit pas pour lui-même mais pour proposer une lecture qu’il soumet à la communauté scientifique et dont il espère qu’elle servira bien au-delà. Pour parvenir au but, il est nécessaire de lire (beaucoup) tout en poursuivant un laborieux travail d’écriture mais aussi de favoriser les échanges avec les collègues pour vérifier avec d’autres la pertinence de ses résultats. Paradoxalement, le confinement, quand on lui fixe un cadre et un objectif, devient fécond et la crise sanitaire générée par le Covid-19 se révèle déjà propice à de nouvelles hypothèses et au débat. Le Coronavirus oblige chacun d’entre nous à interroger son propre terrain de recherche et à y puiser des pistes pour essayer de donner plus d’intelligibilité au monde qui nous entoure.

Le géographe sera attentif aux différentes échelles d’analyse mobilisées pour la compréhension de la diffusion d’un virus parti d’un marché chinois en décembre 2019 avant de toucher le monde entier aujourd’hui. Il reviendra aussi sur la question des mobilités et des circulations qui sont au cœur de nos sociétés contemporaines et qu’immanquablement cette crise amènera à reconsidérer. L’historien, de son côté, sera interpellé par le caractère « répétitif » des grandes épidémies, notamment de la peste noire du XIVe siècle à la grippe espagnole de 1918, et ne manquera pas de rappeler cet adage qui lui est cher : « l’histoire ne se répète jamais, mais elle bégaie étrangement ». Il reviendra au politiste de repenser le politique à la lumière d’un événement d’envergure mondiale qui questionne tous les jours le fonctionnement de nos institutions démocratiques. Une des grandes nouveautés de ces dernières années reste la valorisation du  « principe de précaution ». Nos élites dirigeantes ont appris à l’intégrer dans leur discours, mais sans pouvoir échapper à un cruel dilemme, choisir, dans des pays fragilisés, entre santé et paix sociale, protection sanitaire et accès de tous aux biens indispensables. Des choix cornéliens auxquels les dirigeants ne peuvent échapper car il n’est pas possible de penser les uns sans les autres. Quant aux sociologues, leurs analyses sont précieuses pour comprendre l’émergence de nouveaux modes d’être en société et analyser les recompositions en cours que le Covid-19 ne fait qu’exacerber. Comment penser le religieux dans un monde confiné où les lieux de culte ont été très vite fermés car perçus comme des lieux potentiels de grande propagation de la maladie et relevant des activités non essentielles ? Beau paradoxe, dans ce monde de l’incertain, que de considérer ces lieux vécus comme le siège de l’espérance par des milliards d’individus comme ne relevant pas de l’indispensable, sans contestation apparente de la part des fidèles. Mais les faits sociaux ne se résument pas au religieux, ils englobent tous les aspects de l’existence (le sport, la danse, le travail et les loisirs, la contestation sociale etc)… et le rapport à la mort. C’est bien toute notre vie sociale qui est touchée.

Cette crise sanitaire interroge aussi les anthropologues face à un phénomène d’ampleur planétaire qui met en évidence la diversité des réponses apportées pour combattre l’épidémie. Or, l’une des ambitions de l’anthropologie n’est-elle pas de penser l’humanité au-delà des « barrières » politiques, linguistiques, culturelles pour s’intéresser à l’humain dans son « essence » ?  La situation provoquée par le Covid-19 offre une opportunité unique de penser un même objet à l’échelle de toute la planète.

Je pourrai allonger la liste des sciences humaines et sociales, évoquer les effets probables de cette expérience inédite sur la littérature ou la philosophie par exemple. Mais l’objet de cette chronique est seulement de rappeler l’importance du rôle critique joué par les sciences humaines et sociales dans un monde qui semblait définitivement voué aux impératifs de la rentabilité et aux lois du marché. Si mon propos est resté général, dans les jours à venir des exemples précis seront proposés par des chercheurs de l’IRMC pour montrer comment leur spécialité nourrit leur approche de cette vie en mode coronavirus et nous donne à (re)penser notre monde.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La recherche juridique en Tunisie à travers la Revue tunisienne de droit. Questions à Mohamed Charfi

10ème anniversaire de la mort de Mohamed Charfi, 2018 Entretien avec Elise Helin et Kmar Bendana

© zellige.fr

Publication de l’Institut des hautes études de Tunis (IHET), créé en 1945 et placé sous la tutelle scientifique de l’Université de Paris, la Revue tunisienne de droit (RTD) est née, en 1953, à l’initiative des professeurs agrégés, détachés des facultés françaises et affectés à la section droit de l’Institut. Si dans sa direction, comme dans l’ambition de ses fondateurs, la RTD s’ouvre au monde des praticiens, elle n’en reste pas moins un projet académique. En ce début des années 1950, sa naissance témoigne d’un important changement. Comme le rappelle, à juste titre, Sana Ben Achour : « auparavant porté par les administrateurs et les gens de la robe, le savoir juridique passe, avec la RTD, aux professeurs universitaires spécialisés dans la production du savoir ».

Après l’indépendance, la revue cesse de paraître durant trois années avant d’être à nouveau publiée, en 1962, mais désormais sous la tutelle d’une instance nationale, l’Université de Tunis. Cette nationalisation de la RTD, souvent appelée « tunisification », prend une signification concrète à partir de 1962/1965. Jusqu’alors éditée sous la forme de cahiers de couleur jaune, la RTD arbore maintenant le rouge et blanc du drapeau national. En 1966, pour la première fois, elle paraît sous la direction d’un universitaire tunisien, Chedly Ayari, alors doyen de la Faculté de droit, des sciences politiques et économiques de Tunis. Ce changement dans le personnel dirigeant s’accentue avec l’arrivée de nouveaux diplômés nationaux. Cependant, les coopérants français restent présents, du moins dans le comité de rédaction de la revue, jusqu’en 1976 et continuent de contribuer à sa parution par la publication d’articles. À partir de 1975, la RTD accompagne une seconde évolution, celle de l’arabisation de l’enseignement et de la recherche. C’est en effet à compter de cette date qu’apparaissent, aux côtés des contributions en langue française, les premiers articles publiés en arabe. Enfin, la Revue tunisienne de droit reste, jusqu’à nos jours, un miroir de l’évolution du droit tunisien et un témoin du développement des différentes disciplines du droit en Tunisie, avec l’arrivée de nouveaux spécialistes et la création de nouvelles institutions génératrices de droit, comme le Tribunal administratif.

Inspirée des modèles français dans sa présentation en différentes rubriques, la RTD s’en éloigne par son caractère généraliste, accueillant aussi bien le droit privé que le droit public. La comparaison avec les revues juridiques françaises trouve en effet sa limite dans l’absence d’un découpage disciplinaire. La pluralité des revues juridiques tunisiennes ne relève pas d’une autonomie des différents corps professionnels. Al-qada wa al-tashri’ est la revue des magistrats, Al-muhamet est publiée par les avocats et les universitaires s’expriment dans la RTD. Publication de la Faculté de droit, des sciences politiques et économiques de Tunis depuis 1966, puis du Centre d’études de recherches et de publications (CERP) de cette même faculté à compter de 1976, la RTD porte la marque de la tutelle exercée. À partir de 1986, c’est à ces derniers que revient la direction de la revue. La RTD n’est donc pas la revue d’un homme ou d’une équipe précise. Cependant, elle reste, malgré la création des Facultés de droit de Sousse et de Sfax, une revue essentiellement « tunisoise ». En 1987, la Faculté de droit de Tunis se scinde en deux et la RTD fait explicitement écho à cette scission. La fonction de rédacteur en chef devient bicéphale, désormais assurée par un représentant des deux nouvelles Facultés de droit de Tunis.

Quelques personnalités, par la longévité de leur engagement dans la revue et la diversité des fonctions qu’ils y ont occupées, ont largement accompagné son évolution.

Membre du comité de rédaction de 1963 à 1986, Mohamed Charfi assure le secrétariat de rédaction de la RTD de 1963 à 1968, alors qu’il est assistant à la Faculté de Tunis. Après avoir soutenu un doctorat à la Faculté de droit de Paris en 1967, puis obtenu le concours d’agrégation des facultés françaises de droit en 1971, il occupe la fonction de rédacteur en chef de la RTD à partir de 1973, jusqu’en 1978. C’est à ce titre que nous l’avons sollicité, pour la réalisation d’un entretien qui voulait, tout d’abord, évoquer les hommes, dirigeants ou chercheurs y publiant leurs articles, ayant contribué à la création, la relance et la pérennité de la RTD. Le projet avait également pour ambition de porter un regard sur l’architecture de la revue et sur son fonctionnement interne, d’analyser l’évolution de son contenu, ainsi que son rôle dans la diffusion du savoir juridique. Sur ces différents thèmes, Mohamed Charfi a accepté de répondre à nos interrogations [en 1995], en fonction de ses souvenirs et de ses propres conceptions. Il apporte le témoignage d’un homme dont la carrière universitaire a été marquée par l’exercice de différentes fonctions, notamment au sein de la RTD et qui est resté attentif à la recherche et à la vie de l’université en Tunisie.

Texte de l’entretien (1995)

Quels sont vos premiers souvenirs de travail à la Revue tunisienne de droit ?

Mes débuts à la Revue tunisienne de droit sont ceux d’un travailleur manuel. J’étais jeune assistant à la Faculté de Tunis, avec deux autres collègues, Sassi Ben Halima et Habib El Ayadi. Nous étions, je crois, parmi les premiers Tunisiens à débuter comme enseignants à la Faculté de droit, qui était alors encadrée presque exclusivement par des coopérants français, dont la plupart étaient agrégés. En 1964, la Revue tunisienne de droit était en panne. Elle avait démarré en 1953, avait paru de façon régulière jusqu’en 1958. En 1962, le professeur Jean Verdier, un enseignant français de très grande qualité, avait réussi à rassembler des arrêts de droit international privé, en collaboration avec des magistrats de Tunisie. Il les avait classés et commentés pour confectionner entièrement le numéro de 1962. Depuis, la revue avait à nouveau cessé de paraître. Mademoiselle de Lagrange, grande figure de l’époque, était parvenue tant bien que mal à réunir quelques articles et des arrêts qu’elle avait elle-même commentés. Un incident avec l’imprimeur, qui avait sous-traité la composition chez un autre, retardait le travail et on m’a donc « bombardé » secrétaire de rédaction. J’étais très fier d’être associé à la recherche. Pour un jeune assistant – ma thèse n’était pas encore achevée –, être associé à la recherche était quelque chose d’extraordinaire.

Donc, pour vous, une revue c’est déjà de la recherche ?

Bien sûr, c’est de la recherche : c’est déjà un haut niveau par rapport à un étudiant. Je m’occupais principalement d’aller chez l’imprimeur, chercher des épreuves et les donner aux auteurs pour qu’ils les corrigent. Je devais ensuite réaliser moi-même les deuxième, troisième parfois quatrième corrections parce qu’à l’époque il n’y avait pas de traitement de texte, comme maintenant. Par la suite, j’assurais la diffusion chez les libraires. Ma contribution était donc principalement matérielle. Tout cela se faisait sans aucune rémunération. Lorsqu’on envisage les conditions actuelles de la recherche, on se dit que la Tunisie de maintenant a été construite par des pionniers. Je parle de tous ces enseignants qui ont fait démarrer l’université tunisienne.

Aviez-vous les sentiments, à l’époque, qu’il s’agissait d’une période charnière pour la Revue tunisienne de droit ?

Certainement, mais sans rupture. La Faculté était encadrée par des enseignants français, puis les Tunisiens ont fait progressivement leur entrée. L’État tunisien a toujours veillé à ce que la Faculté soit dirigée par un agrégé. Il a donc fallu attendre l’arrivée du premier agrégé tunisien – Chedly Ayari – pour que la direction soit « tunisifiée ». Par la suite, on a continué à confier les cours à des agrégés, donc à des Français, jusqu’à ce qu’une nouvelle génération de Tunisiens prenne la relève. Cela s’est fait progressivement, sur une période d’une dizaine d’années.

La Revue tunisienne de droit a été lancée par les juristes et les économistes ?

La science économique est née dans les Facultés de droit, puis elle a pris son indépendance. C’était la même chose à  l’égard de la Revue tunisienne de droit. À un certain moment, le directeur de la revue était Chedly Ayari, un économiste. Il a été doyen lorsque droit et économie étaient dans la même faculté. Mais, depuis, on s’est séparés. C’était un divorce à l’amiable… Ce sont les juristes qui ont fait naître l’économie. Un bon juriste doit avoir des éléments d’histoire, de philosophie, d’économie et de sociologie.

Est-ce qu’il y avait déjà eu des Tunisiens intégrés à la Revue tunisienne de droit avant la création de l’Université de Tunis ?

Très peu. La Revue tunisienne de droit était ouverte à tous les Tunisiens qui étaient capables d’y participer. Déjà, dans les « numéros jaunes », des contributions de Tunisiens avaient été publiées. Il s’agissait d’avocats très bien formés, mais pas d’universitaires, parce  qu’il y avait très peu d’universitaires à l’époque.

Pensez-vous que la Revue tunisienne de droit ait voulu continuer l’oeuvre de quelques hommes comme Stéphane Berge ou Georges Rectenwald, si ce n’est pas la pratique du droit du moins dans la réflexion sur le droit ?

Oui. Je voudrais rappeler que la Faculté de droit de Tunis est la continuation de la section juridique de l’Institut des hautes études de Tunis. Les enseignants de la faculté ont toujours eu conscience qu’il s’agissait d’un centre de recherche de qualité. Il ne faut pas oublier que sont passés par Tunis de grands noms du droit et de l’économie : René Chapus, Raymond Barre, Roger Jambu-Merlin… Les enseignants de Tunis ont toujours eu conscience de passer par un centre de rayonnement et pour un agrégé recruté pour deux, quatre ou six ans, il fallait marquer son passage par un ou deux articles publiés à la Revue tunisienne de droit. D’autant que les autorités tunisiennes encourageaient beaucoup la publication de la revue, ainsi que la recherche en général. Je me rappelle qu’en 1965 ou 1966, Mahmoud Messaâdi, alors ministre de l’Éducation, a provoqué une réunion rassemblant tous les enseignants de la Faculté de droit. Il leur a dit l’espoir du gouvernement tunisien que tous les enseignants participent à la recherche sur le droit tunisien, pour le découvrir, le comprendre, le faire connaître et éventuellement le faire évoluer. À l’époque, on demandait aux coopérants de laisser des cours polycopiés. C’était difficile, dans la mesure où un cours polycopié représente un travail de plusieurs années de recherche, qui impose de s’imprégner du droit du pays. Pour un étranger, cela ne se fait pas en une ou deux années. Cette réclamation n’a d’ailleurs jamais été satisfaite et il a fallu attendre, par la suite, que des Tunisiens le fassent.

Comment fonctionnent les différents comités de rédaction auxquels vous avez participé ?

Dans les années 1960, le comité de rédaction était plus formel ou honorifique que réel. C’est-à-dire que les responsables de la revue cherchaient à associer les grands noms de la pratique judiciaire tunisienne : le premier président de la cour de cassation, le premier président de la cour d’appel, le procureur général, etc. Tout ce monde là faisait partie du comité de rédaction. On se réunissait une fois par an. On se félicitait de la parution du dernier numéro de la revue et les enseignants demandaient aux magistrats d’aider la revue en fournissant les arrêts les plus intéressants. C’est ce que les magistrats faisaient. Certains allaient plus loin et nous fournissaient soit les conclusions d’un procureur, soit une note sous un arrêt. C’est la matière première, pour un juriste, à côté de la loi qui est le droit théorique. L’oeuvre d’un juriste est de comparer constamment le droit pratique et le droit théorique et de voir l’osmose entre les deux.

Au cours des années 1960 et au début des années 1970, il s’agissait surtout d’initiatives individuelles. Les responsables de la revue réclamaient des articles aux enseignants : on mendiait parfois les articles. À partir de 1975, le comité de rédaction a commencé à avoir une consistance réelle. On recevait des articles qu’on pouvait se permettre de lire et, ainsi, assumer un véritable travail de comité de rédaction.

Comment était impulsé un article ?

Peu de sujets étaient choisis avant une proposition d’auteur. Tel enseignant, intéressé par tel secteur du droit et réputé pour la qualité de ses cours, était sollicité pour s’exprimer là où il était le plus à l’aise, là où il pouvait apporter à la recherche.

Quels étaient les modes d’intervention ?

Du temps où mademoiselle De Lagrange était rédactrice en chef, je pense que les articles passaient directement. Evidemment, Mademoiselle De Lagrange agissait de cette manière parce que n’écrivaient que des agrégés, des enseignants confirmés. On ne pouvait pas avoir des remarques à faire. Quand, par la suite, la revue a été ouverte à de jeunes assistants, la plupart du temps, leurs articles étaient bons et ils étaient publiés directement. Il est arrivé que certaines retouches soient apportées, mais cela s’est toujours fait amicalement, dans des discussions individuelles.

Est-ce qu’il y avait des modèles dans ce travail éditorial ?

C’est le plus difficile. Je crois qu’il n’y a jamais eu de responsable, sauf pour les mémoires de DES. L’expérience a été menée sur quelques numéros mais c’est un travail colossal dont l’intérêt varie selon l’importance du mémoire. Il peut y avoir de très bons mémoires qu’il est dommage de ne pas commenter et d’autres qui ont beaucoup moins d’intérêt.

La Revue tunisienne de droit était elle ouverte à des jeunes chercheurs ?

Au cours de la période française, c’était une revue de chercheurs confirmés. Par la suite, plus de jeunes Tunisiens étaient recrutés à la faculté, plus la revue leur permettait de faire leurs premiers pas dans la recherche. Dans la mesure où ces jeunes assistants avaient besoin de publier des travaux pour évoluer dans leur carrière, ils rendaient service à la Revue tunisienne de droit autant qu’elle les aidait.

Pouvez-vous dater cette évolution ?

Je crois que les années 1970 ont été une véritable charnière entre la période à dominante française et celle à dominante tunisienne. Les coopérants ont continué à exister pendant plusieurs années, mais la faculté était devenue principalement tunisienne. La langue arabe faisait son entrée. La revue s’arabisait, se « tunisifiait » et prenait de l’ampleur.

À partir de la fin des années 1970, apparait un noyau dur au sein du comité de rédaction, sur lequel semble reposer la responsabilité de la revue. Cette période correspond-elle à la stabilisation d’une élite universitaire ?

Bien sûr. Alors que les enseignants tunisiens ne constituaient que quelques unités, ils sont aujourd’hui des centaines, seulement en droit. La revue est le reflet de cette évolution.

Quel serait votre commentaire sur le passage des « petits cahiers jaunes » aux volumes rouge et blanc. Est-ce que c’était quelque chose de conscient ?

Il y a eu beaucoup de choses non dites mais qui existaient quand même. C’était un début de tunisification.

Pourquoi la partie arabe est elle apparue en 1975 ?

La recherche sur le droit tunisien moderne, ainsi que son enseignement, ont commencé en français. L’évolution normale supposait que la recherche, comme l’enseignement, se fassent un jour en langue arabe. C’est dans l’ordre des choses et cela devait commencer lorsque des chercheurs tunisiens seraient prêts et désireux de faire leurs recherches et d’enseigner en langue arabe. Cette évolution s’est déroulée progressivement depuis les années 1970.

La Revue tunisienne de droit a-telle publié les premiers articles en arabe qu’elle a reçus ?

Oui.

Est-ce qu’on écrivait en français sur certains sujets et en arabe sur certains autres ?

Je crois que l’on écrivait en français sur tous les sujets. Je ne pense pas qu’il y ait de sujets pour lesquels la langue française soit inadaptée. On peut penser, a priori, que la branche du droit la plus proche de la tradition, celle qu’on traite de préférence en arabe, est le statut personnel. Or, le statut personnel a fait l’objet de nombreuses études en langue française depuis le début des années 1960.

Ce thème est-il venu spontanément ?

un sujet de discussion inépuisable. C’est là où il y a un droit tunisien extrêmement original. La procédure civile tunisienne ressemble beaucoup à la procédure civile française ou italienne. Le droit des successions, quant à lui, ressemble beaucoup au droit égyptien ou syrien. Tandis que pour le mariage, le divorce, la filiation, la Tunisie est partie d’un système traditionnel et l’a modernisé à sa manière. À l’époque, les dirigeants tunisiens espéraient servir de modèle pour d’autres pays arabes. Cela ne s’est pas fait malheureusement. Seul le Yémen du Sud nous a imités. Mais, depuis la réunification, le Sud a renoncé à son code du statut personnel et la Tunisie est restée l’exemple unique. Le code du statut personnel tunisien est donc le code tunisien par excellence.

©alterinfo.net

Y avait-il des thèmes dont vous remarquiez l’absence ?

Oui. Par exemple, le droit commercial était le parent pauvre. Mais depuis les choses se sont améliorées avec l’arrivée de commercialistes tunisiens. La revue marche avec le spécialiste tunisien. Elle ne fonctionne pas avec les besoins du marché, mais avec les possibilités de la production.

La Revue tunisienne de droit n’aurait-elle pas voulu jouer, de façon active, le rôle de reflet ou d’écho du développement des différentes disciplines du droit en Tunisie ?

La revue était, de façon consciente, sans que cela fasse nécessairement l’objet de discussions ou de votes, le porte-parole de la tendance moderniste du droit tunisien. Il est évident que le droit tunisien est balloté entre un pôle traditionnaliste, conservateur et un pôle rénovateur, moderniste. Beaucoup de magistrats peuvent se considérer comme les gardiens du temple et sont donc des esprits conservateurs, dans le bon sens, estimant que le fiqh est ce qu’on a fait de mieux et qu’il n’y a pas lieu de changer. Pour ces magistrats, tout changement est un déchirement et toute innovation doit être ramenée, autant que possible, à la règle ancienne. On peut toujours interpréter un texte nouveau à la lumière d’une philosophie ancienne, et ainsi le vider de son sens.

Pour le point de vue opposé, moderniste, la loi de la vie, c’est le changement. Tout peuple qui n’avance pas recule, et le droit a besoin d’évoluer. Il faut donc adopter des textes nouveaux  et les interpréter correctement, c’est-à dire dans un esprit nouveau. Si le législateur n’adopte pas des textes nouveaux, il faudrait que la jurisprudence évolue et qu’à partir de textes anciens, des solutions nouvelles soient adoptées. Dans la plupart des cas, la Revue tunisienne de droit a prôné la modernité et les articles cherchaient à démontrer la possibilité, pour le droit tunisien, d’évoluer. Les décisions empreintes de conservatisme étaient critiquées, alors que les décisions empreintes de modernisme étaient, au contraire, bien expliquées et mises en valeur. Peut-être que finalement, c’est le rôle essentiel de cette revue. La Revue tunisienne de droit était un encouragement à la jurisprudence pour qu’elle évolue dans le sens d’une modernisation du droit tunisien. Je ne dis pas qu’elle a toujours réussi à le faire, mais je suis sûr qu’elle a influencé, dans beaucoup de branches, l’évolution du droit tunisien.

La Revue tunisienne de droit a-telle accompagné l’évolution institutionnelle plus que la réflexion sur le droit tunisien ?

Les deux sont intimement liées. Il ne peut pas y avoir d’évolution sans réflexion. Le législateur tunisien a pris des options révolutionnaires dans certains secteurs : pensez à la répudiation remplacée par le divorce, ou bien l’abolition de la polygamie. Dans d’autres secteurs, notamment en matière de filiation, il s’est exprimé de façon allusive. Il fallait – c’est le rôle de la doctrine- expliquer, à chaque fois que le législateur s’était exprimé de façon allusive, où il voulait aller et où les tribunaux, en interprétant, pouvaient aller. Mademoiselle De Lagrange, dans un article sur le législateur tunisien et ses interprètes, avait décortiqué les choix législatifs et les avait comparés aux choix jurisprudentiels, pour voir où il y avait presque connivence et où il y avait discordance. Par ailleurs, la réflexion peut devancer l’évolution du droit. Quand on s’adresse au législateur pour lui demander de réformer tel texte, cela signifie qu’on a réfléchi sur la réalité et qu’on trouve qu’elle est perfectible.

La Revue tunisienne de droit a donc joué un rôle d’avant-garde ?

Nombreux sont les articles qui sont des appels au législateur pour qu’il modifie la loi ou pour qu’il l’explicite mieux. Parfois, le commentateur d’une décision trouve que les tribunaux n’interprètent pas de la meilleure façon un texte et appelle le législateur pour qu’il intervienne par une loi qui explicite sa pensée, afin d’éviter les errements constatés. Dans ce cas, on peut dire que la doctrine appelle le législateur à jouer son rôle d’arbitre à l’encontre de la jurisprudence.

Comment diffusiez-vous la revue ?

Elle était vendue en librairie et à la faculté. À la faculté, pour les étudiants et en librairie, pour les autres.

Vous souvenez-vous des tirages ?

Non. Mais je me rappelle de stocks d’invendus très importants.

Le caractère généraliste et universitaire de la Revue tunisienne de droit a-t-il joué un rôle dans diffusion ?

Le caractère généraliste est lié à une question de moyens. La petite Tunisie ne peut pas se permettre de diffuser plusieurs revues juridiques spécialisées. Le caractère universitaire était à la fois le défaut et la qualité de la Revue tunisienne de droit. Celle-ci est, je pense, une revue de haut niveau. C’est donc une revue où le même monde se regarde, où des juristes écrivent pour des juristes, je dirais même des juristes confirmés pour des juristes confirmés. Evidemment, la revue a également toujours été un support fondamental pour la formation des étudiants. Des arrêts y sont commentés tout le long de l’année et chaque année, dans chaque branche du droit, les arrêts sont puisés dans la Revue tunisienne de droit. C’est donc un support du savoir, un support pédagogique. L’idéal serait que la revue soit aussi un moyen de communication entre l’ensemble des théoriciens de la faculté et l’ensemble des praticiens du droit, avocats et magistrats. Je crois qu’à ses débuts, la Revue tunisienne de droit, n’a pas pu jouer ce rôle pleinement. Le palais de justice fonctionnait en arabe, la revue était écrite en français ; le Palais de justice était dirigé par les magistrats tunisiens, la revue éditée par des professeurs français. Ces deux mondes se regardaient, cherchaient parfois à coopérer, mais enfin, ce n’était pas toujours la même façon de penser, ni le même idéal de justice, ni la même conception du droit. L’osmose n’était pas garantie. Avec le temps, je crois que cet obstacle s’atténue. Aujourd’hui, je ne dis pas que cet obstacle a disparu, mais il compte vraiment très peu. Le corps de la magistrature s’est rajeuni et désormais, tous les magistrats des tribunaux de première instance et même la plupart des magistrats des cours d’appel ont été étudiants à la Faculté de droit. Ils se sont familiarisés avec la Revue tunisienne de droit et ont appris leur droit en la lisant. Donc, si la revue n’a pas beaucoup influencé la jurisprudence il y a trente ans, elle est en train de l’influencer, aujourd’hui, au moins au niveau des juges du fond.

Est-ce que les avocats et magistrats achètent la Revue tunisienne de droit ?

Pour les jeunes magistrats, j’en suis à peu près sûr aujourd’hui.

Comment situeriez-vous la Revue tunisienne de droit par rapport à d’autres revues juridiques tunisiennes et notamment par rapport à la revue des magistrats ?

Comme la Revue tunisienne de droit, la revue Al Qada wa al tashri’ [Justice et Législation] joue aussi son rôle de revue juridique, en faisant connaître et en expliquant le droit et la jurisprudence. Cette revue, qui tenait une place importante, a toujours été très proche de la jurisprudence et des vues des tribunaux. Elle était donc plus analytique que critique, alors que la Revue tunisienne de droit était autant critique qu’analytique, voire plus critique qu’analytique. Ce sont deux revues qui se complètent.

La Revue tunisienne de droit est-elle présente à l’étranger, dans les centres de recherche et dans les facultés ?

Quand j’étais rédacteur en chef, on avait un réseau d’échanges considérable, avec des facultés de droit francophones, avec des bibliothèques universitaires. Je ne sais pas comment les choses ont évolué.

La Revue tunisienne de droit a-telle joué un rôle décisif dans la diffusion d’un droit proprement tunisien et d’une pensée juridique tunisienne ?

« Rôle décisif », l’expression est trop forte. Je ne sais pas si le droit tunisien est connu à l’étranger autant qu’il devrait l’être. Je ne le pense pas. Je crois, au contraire, que c’est un droit original qui est assez méconnu, notamment en ce qui concerne le code du statut personnel. Il était connu, en Europe, dans les années 1960 et 1970, peut-être. Mais aujourd’hui il est oublié. Lorsqu’on parle de droit musulman, en France, en Angleterre ou en Amérique, on ne pense pas que ce droit soit capable d’évoluer comme il l’a fait en Tunisie. Actuellement, il y a des efforts à faire pour diffuser la revue et faire connaître le droit tunisien. Elle pourrait être un bon miroir des innovations tunisiennes.

Cette méconnaissance est-elle liée à l’ignorance du droit musulman, ou tient-elle à la faiblesse du droit comparé chez les juristes en général ?

Le droit comparé n’a pas la place qu’il mérite à l’étranger. En Tunisie, nous sommes de bons comparatistes. Un juriste tunisien qui se respecte est un juriste qui possède des éléments de droit français assez importants et de droit du Moyen-Orient non négligeables. Nous sommes un peu spécialistes de droit comparé. Mais, à l’étranger, le droit comparé reste le parent pauvre dans les facultés. C’est dommage.

© leaders.com.tn/article/5391

Pensez-vous que la Revue tunisienne de droit reflète le passage d’un droit colonial à un droit étatique national ?

Il ne faut pas se méprendre. La branche coloniale du droit tunisien a été négligeable. Sous le protectorat, en dehors du droit foncier, les branches du droit qui intéressaient la colonisation n’étaient pas objet de législation. Le droit français était appliqué directement. Ainsi, à l’indépendance, il n’y avait pas de droit commercial tunisien. Les tribunaux français appliquaient le droit commercial français. Il existe cependant quelques exemples. En matière d’assurance, la loi de 1930 – une des lois qu’on dit parfaite – a été reproduite presque textuellement dans le journal officiel tunisien. Mais, pour l’essentiel du droit civil, du droit pénal, le droit tunisien est resté tunisien. Le protectorat n’a pas essayé de le franciser. La preuve en est qu’après le protectorat, le législateur tunisien moderne et indépendant, n’a pas senti le besoin de modifier ces codes. Parmi les codes essentiels, le code des obligations et des contrats, a connu sa première version avant le Protectorat. Il a été correctement élaboré et promulgué au cours des premières années du protectorat et il est resté en vigueur jusqu’à nos jours. N’oubliez pas que le premier code tunisien date de 1864, qu’il a été élaboré dans la foulée de la première Constitution et du Pacte Fondamental. Nous avons donc une tradition juridique. Le colonialisme n’a pas trouvé un non-État. Il a trouvé un État moderne qui s’était déjà constitué et qui fonctionnait, en dépit de ses imperfections. Il s’agissait donc d’une structure étatique, et non d’un pays tribal, comme on le dit parfois.

© youtube.com/watch?v=0Jx57G…

Comment situez-vous la Revue tunisienne de droit dans la naissance de l’Université tunisienne et dans l’enseignement du droit au sein de l’Université tunisienne ?

Le droit, si on le réduit à des textes de loi et à des arrêts de jurisprudence, est un droit sec, un droit incohérent ou incompréhensible. Il faut décortiquer les textes, les rapprocher des arrêts pour bien étudier le va-et-vient entre la théorie et la pratique. Et je crois que c’est l’oeuvre de la Revue tunisienne de droit. La Revue tunisienne de droit expose et explique le droit tunisien tel qu’il est conçu et tel qu’il est pratiqué.

Quelle est la part des articles de réflexion sur la vie politique ?

réflexion sur la vie politique ? Il y en a très peu. Au début, la revue se voulait scientifique, c’est-à-dire aussi loin que possible de la politique. Quelques articles de réflexion politique se sont glissés par-ci par-là. Mais cela n’a jamais été une préoccupation réelle de la revue.

Comment percevez-vous la revue en tant que lecteur ?

La Revue tunisienne de droit d’aujourd’hui, comparée à ce qu’elle était à la fin du Protectorat et au début de l’indépendance, est à l’image de la Tunisie des années 1990. D’abord sur le plan quantitatif. La différence saute aux yeux entre les premiers numéros qui étaient plutôt maigres et les livraisons des dernières années qui sont parfois un peu trop volumineuses. Quant à l’aspect qualitatif, je ne dirais pas que la qualité des articles est meilleure. Ce serait à la fois manquer de respect aux grands maîtres qui étaient les fondateurs de la revue et être injuste à leur égard. Je dirais plutôt que les premiers chercheurs qui y ont publié leurs travaux, ont placé la barre assez haut. Les chercheurs d’aujourd’hui sont des continuateurs fidèles qui, dans l’ensemble, maintiennent le même niveau, même si leurs articles sont probablement plus engagés et plus variés. Il est normal qu’ils soient plus engagés, car les juristes tunisiens parlant du droit tunisien et surtout du droit musulman observent moins de réserve. Ils sont aussi plus variés car rares sont les disciplines juridiques qui ne sont pas abordées. On peut dire que le lecteur assidu, pourvu qu’il ait la patience de la lire en entier, est assuré d’avoir une vue globale de l’ensemble du droit tunisien dans pratiquement toutes ses branches, et une connaissance des différents courants qui traversent la doctrine et la jurisprudence tunisiennes dans toute leur diversité.

Tunis, 1995

Entretien avec Elise Helin et Kmar Bendana

Pour citer ce billet : Elise Helin et Kmar Bendana, «La recherche juridique en Tunisie à travers la Revue tunisienne de droit. Questions à Mohamed Charfi», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2336.

 

 

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’Ecole doctorale itinérante Maghreb-Afrique subsaharienne de l’IRMC, témoignage d’une doctorante

Imane el Fakkaoui, doctorante, Centre marocain des sciences sociales, Université Hassan II, FLSH Ain Chock Casablanca, Maroc – la migration des femmes subsahariennes au Maroc

Les trois éditions de l’école doctorale itinérante ont réuni des doctorants et des docteurs, issus de plusieurs disciplines (sociologie, histoire, anthropologie, géographie, droit, agronomie, économie, démographie), ainsi que des encadrants et des conférenciers (chercheurs ou enseignants).

Les trois formations intensives se sont tenues à Bamako (Mali) en 2016, à Saint Louis (Sénégal) en 2017 et à Ouidah (Bénin) en 2018. Elles regroupaient un nombre important de doctorants et des jeunes chercheurs africains. Courtes, mais efficaces, ces formations nous ont permis de survoler notre continent. Entre les participants s’est développé un partage d’informations et d’expériences, un apprentissage interactif et participatif des cultures et des habitudes de l’autre. Les échanges ont dépassé les salles de cours pour s’imposer dans les couloirs des résidences et autour des tables à manger, ainsi que pendant les sorties organisées chaque soir par les doctorants originaires du pays où s’organisait l’école, jouant ainsi le rôle de guide et de négociateur lors de nos transactions.

Des liens, des amitiés et des relations qui dépassent les frontières ont été établis par la suite entre les doctorants, pour former un réseau de chercheurs qui collaborent : lecture des travaux, correction en cas de besoin, partages des annonces liées aux appels à communications et aux différentes opportunités. L’école doctorale itinérante en sciences sociales est une occasion unique de s’ouvrir sur d’autres thématiques, disciplines et terrains de recherche.

L’école doctorale se déroule toujours en deux temps. Les matinées sont consacrées aux conférences qui donnent lieu à des débats entre l’ensemble des doctorants et les conférenciers. Elles permettent de renforcer les convergences entre les travaux des étudiants et les avancées scientifiques récentes sur l’Afrique. Le second temps est consacré aux ateliers où l’occasion est donnée aux doctorants de présenter leurs travaux relevant de disciplines différentes, et abordant des thématiques diversifiées. Les présentations des doctorants, d’une durée maximale de 20 minutes, doivent permettre à l’auditoire de comprendre le sujet de la thèse, sa méthodologie, ses hypothèses, les premiers résultats et les terrains pratiqués. En retour les encadrants et les autres doctorants jouent le jeu de la discussion, pointant les convergences avec leurs propres travaux, apportant des conseils méthodologiques ou bibliographiques, des recommandations,parfois des orientations, ou posant des questions d’ordre factuel.

Ces ateliers ont permis de faire bénéficier d’un regard extérieur, fondé sur des remarques pertinentes qui ont permis aux doctorants de sortir de leur propre pensée et d’apporter un nouveau regard sur leur problématique.

Photo des doctorants maghrébins lors de la première édition de l’école doctorale itinérante qui a eu lieu à Bamako en 2016

© photo d’auteur.

Les photos de la troisième édition à Ouidah, Bénin

© photo d’auteur. 

© photos d’auteur.

Imane el Fakkaoui

Pour citer ce billet : Imane el Fakkaoui, «L’Ecole doctorale itinérante Maghreb-Afrique subsaharienne de l’IRMC, témoignage d’une doctorante», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2330.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les 1ères rencontres UC3/IRMC à Constantine

Les 1ères rencontres UC3/IRMC ont été organisées les 11 et 12 novembre 2018 en partenariat avec l’Université de Constantine 3. Cette manifestation scientifique a permis à l’IRMC de présenter ses travaux, ses programmes de recherche devant les chercheurs et étudiants constantinois et d’animer des ateliers conçus sur le modèle de l’école doctorale (conférences méthodologiques, présentations et discussions des projets de thèse) à destination des doctorants.

La première journée a présenté les perspectives de la recherche actuelle au Maghreb, en particulier en Algérie et en Tunisie. La matinée a été dédiée à la présentation de l’équipe de l’IRMC. Oissila Saaidia, directrice de l’IRMC, a insisté sur la politique scientifique menée à l’égard de l’Algérie par l’intermédiaire du SCAC (Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France) d’Alger. La volonté a été affichée de favoriser les échanges scientifiques avec l’Algérie – ici, en s’engageant dans un partenariat durable avec les universités de Constantine – comme celle d’encourager les doctorants algériens, et plus largement, les doctorants travaillant sur l’Algérie, à venir y faire du terrain en leur octroyant des bourses.

© tsa-algerie.com

Amin Allal, chercheur CNRS en science politique à l’IRMC, a présenté son programme de recherche sur « Les citoyennetés industrielles » qui repose sur une équipe de l’Université de Lille 3 et des chercheurs du Nord et du Sud afin de poser des questions communes sur la sociologie du travail et des institutions économiques. Il a également évoqué son projet ambitieux de tenir des « états généraux de la science politique au Maghreb » pour contribuer à enrichir la discipline par des bilans et des perspectives de recherche de/sur la région.

Hend ben Othman, architecte de formation, urbaniste et chercheure associée à l’IRMC, a parlé de l’apport de cette institution dans son itinéraire de formation. Pour elle, la phase de mutation actuelle favorise les grands projets urbains, l’avènement des acteurs privés et de l’action des habitants. Après avoir passé en revue les dernières rencontres maghrébines intéressant son domaine, elle a souligné le déni du patrimoine colonial. Elle a fait part de son projet d’habilitation à diriger des recherches (HDR) qui porte sur les principes et la mise en place des instruments de la décentralisation en cours.

Betty Rouland, chercheure en géographie à l’IRMC, a exposé son projet de recherche sur l’accès aux soins pour la patientèle étrangère en Tunisie et présenté son séminaire mensuel sur les migrations, mobilités et circulations intra-africaines. Par ailleurs, elle mène avec Irène Maffi, anthropologue, une enquête sur les mobilités médicales et le recours à la procréation médicalement assistée (PMA) en Tunisie.

Kmar Bendana, historienne à l’Université de la Manouba à Tunis et chercheure associée à l’IRMC, a abordé les « Chantiers d’écriture » qu’elle anime depuis des années pour consolider la formation méthodologique. Elle a appelé de ses voeux à une meilleure exploitation du bilinguisme scientifique arabe-français, bagage commun à plusieurs générations de la recherche sur le Maghreb.

Monia Lachheb, chercheure en sociologie à l’IRMC, a présenté son programme de recherche sur les sexualités dites marginales au Maghreb (homosexualités, prostitution, etc.).

Nassima Mekaoui-Chebout, doctorante en histoire à l’EHESS à Paris et boursière à l’IRMC de 2016 à 2018, a évoqué l’atelier doctoral mensuel de l’IRMC. Elle a rappelé, parmi les manifestations scientifiques destinées aux doctorants, l’organisation des journées doctorales de l’IRMC en 2017. Elle a conclu en présentant son projet de thèse en cours sur « Les domestiques employé.e.s au service des Européen.ne.s en Algérie coloniale (1830-1962) ».

© univ-constantine3.dz

L’après-midi a été consacrée aux présentations des ouvrages les plus récents des chercheurs. Oissila Saaidia, directrice de l’IRMC et historienne, a présenté l’ouvrage issu de son HDR paru en 2015 : Algérie coloniale : musulmans et chrétiens, le contrôle de l’État, 1830-1914. Elle a développé dans un exposé synthétique la démarche méthodologique qu’elle a empruntée dans le prolongement de ses travaux antérieurs sur le fait religieux au Mashreq. Partant d’un questionnement interrogeant les discriminations subies par les musulmans en Algérie à l’époque coloniale, son raisonnement s’est étoffé autour d’une réflexion comparée. Son examen historique des politiques cultuelles l’a conduite à comparer l’islam et le catholicisme tels qu’ils étaient vus et administrés par l’État colonial. Ainsi, son travail d’enquête dans les archives l’a menée à deux conclusions. La première est le constat d’une méfiance de l’État à l’égard de toutes les religions quelles qu’elles soient (protestantisme et judaïsme n’ont été reconnus légalement en France qu’après la Révolution française), qui s’est traduite par une gestion étatique des cultes tout au long du XIXe siècle. La deuxième conclusion consiste à confirmer l’hypothèse de départ d’un traitement différencié de l’islam dans l’Algérie coloniale. Indépendamment des lois, le peu de financement des mosquées et de la formation des imams, l’accès rendu difficile aux pèlerinages, ne fût-ce qu’à la zaouia voisine, et la surveillance récurrente, constituent autant d’entraves à la liberté de la pratique de l’islam. Par ailleurs, son travail a permis de mettre en lumière la spécificité de l’Algérie concernant la situation unique du catholicisme organisé sur le modèle diocésain comme en France et non pas sur celui du vicariat apostolique ou du diocèse colonial.

L’historien Marc André (Université de Rouen) a présenté l’ouvrage issu de sa thèse paru en 2016 : Femmes dévoilées : des Algériennes en France à l’heure de la décolonisation. Son travail se place du côté de la rive métropolitaine. L’auteur s’est interrogé sur les migrations des musulmanes d’Algérie en métropole (environ 20 000 femmes sont concernées), et en particulier dans la région de Lyon, sachant que les Algériennes ne seront citoyennes qu’à partir de 1956, tandis que les Algériens sont citoyens, à certaines conditions, sous l’appellation de « Français musulmans d’Algérie » dès 1947. Par sa méthodologie, Marc André a mis en évidence la pertinence de l’enquête orale pour l’historien inspirée de la sociologie (entretien semi-directif), qu’il a nommé « histoire participative ». Ce faisant, il a montré à quel point le recours à l’interdisciplinarité en sciences sociales peut être stimulant. Il a évoqué les conditions de migration de ces femmes (regroupement familial, mariage, veuvage), puis leur « vie ordinaire » (logement, loisirs, travail), mais aussi leur implication politique dans la guerre d’Algérie (FLN, MNA). Il a prêté une attention particulière aux sources iconographiques, notamment aux photographies de la presse illustrée ou encore aux albums de famille qu’il a recueillies auprès de ses enquêtées. À cet égard, il a insisté sur la relecture genrée de son corpus de sources qu’a occasionné le changement de perspective suite au recalibrage de son sujet initial de recherche : les femmes invisibles, parce qu’invisibilisées, sont devenues visibles à ses yeux.

Enfin, Amin Allal a présenté l’ouvrage collectif paru en 2018 qu’il a dirigé avec Vincent Geisser : Tunisie : une démocratisation au-dessus de tout soupçon ? La diversité des contributions et la pluralité des approches montrent un renouveau historiographique certain de l’étude du fait politique dans la Tunisie post-révolutionnaire. En particulier, les oppositions binaires classiques – entre  autoritarisme et pluralisme, entre dictature et démocratie – y ont été démenties de façon convaincante. Ces actes de colloque s’inscrivent dans le sillage de l’hommage rendu à Michel Camau lors de la journée d’étude « Actualité de la question autoritaire » organisée en 2016 par l’IRMC. Amin Allal a présenté la méthodologie de la sociologie politique basée sur les entretiens et l’observation ethno-graphique. L’ouvrage est structuré en trois parties : la première s’interroge sur l’éventualité d’une refondation politique à travers les partis, les syndicats et les mouvements sociaux. La deuxième partie s’intéresse aux structures politiques (armée, sécurité, police, presse). La troisième partie astucieusement intitulée « Au-delà du mythe national, une nouvelle citoyenneté tunisienne » aborde la question des défis posés à la Tunisie. Les revendications des différentes minorités ethniques et sexuelles face aux discours racistes et homophobes questionnent la société tunisienne contemporaine. Les différentes facettes de la citoyenneté y sont abordées : le féminisme (ou sa relative absence dans le champ politique), la question des usages politiques de la darija (et notamment du dialecte arabe tunisien), la place de la diaspora dans les débats politiques (le désenchantement des binationaux), la question des harragas, etc.

La deuxième journée a commencé par deux conférences méthodologiques : la première a été assurée par Hend ben Othman, la seconde par Amin Allal. Hend ben Othman s’est intéressée à la méthodologie propre à toute recherche en sciences sociales. Elle a présenté les différentes étapes méthodologiques du travail de recherche aux doctorants : lectures ciblées (état de l’art), conduite d’entretiens exploratoires, identification des personnes ressources, etc. Elle a surtout insisté sur le caractère itératif, et non linéaire, du processus de la recherche : dit plus simplement, la recherche naît des allers-retours permanents entre problématisation, cadrage théorique et terrain. Elle a également mis en garde contre les écueils guettant toute recherche (la problématique doit être analytique et non descriptive) et plus spécifiquement les études urbaines. En effet, si l’expertise par le biais du diagnostic territorial n’est pas à proscrire absolument, elle ne constitue cependant pas un résultat heuristique en soi, seulement celui d’un savoir-faire technique. La recherche scientifique exige et se distingue par un questionnement pertinent et original qui correspond à un contexte et des enjeux actuels.

Dans sa conférence méthodologique sobrement intitulée « Faire une recherche en science politique » Amin Allal a proposé une approche nonconventionnelle, ou du moins qui ne fait pas l’unanimité, de la mise en oeuvre d’une recherche en science politique aujourd’hui. Partant de l’objet « Qu’estce- que le politique ? », l’entrée proposée par le chercheur est celle de la sociologie politique. En esquissant l’histoire de la discipline, la proximité fondatrice du droit avec la science politique est apparue, tout comme la vocation émancipatrice du divorce entre les deux disciplines. Du conseil au prince, la science politique s’est mue en science sociale : c’est l’acte de naissance des sciences sociales du politique. Il a défendu l’idée fondamentale selon laquelle le politique se niche dans les ramifications les plus inattendues de la société. À ce titre, en prenant l’exemple d’objets de recherche aussi variés que l’informel, la famille, le football et les loisirs, il a montré l’étendue et les possibilités offertes par un champ de recherche en pleine mutation. Il a abordé les méthodes disponibles pour mettre en oeuvre une telle recherche (quantitatives, qualitatives, ethnographiques, etc.). Mais surtout, Amin Allal a insisté sur la nécessité pour tout chercheur en sciences sociales de « mettre en énigme » l’objet social par un processus d’objectivation réflexif qui consiste entre autres à déconstruire le sens commun et à chercher des réponses sociologiques à la réalité sociale.

La deuxième partie de la journée était structurée autour des présentations des travaux des doctorants algériens, pour la plupart constantinois et/ou anciens boursiers de l’IRMC, devant des enseignants chercheurs de l’UC3 et de l’IRMC. Quatre panels ont été organisés : histoire et patrimoine ; géographie, aménagement du territoire et urbanisme ; sociologie et anthropologie ; sciences sociales du politique.

Au cours des panels, les doctorants ont eu l’opportunité de présenter leurs projets de thèse qui portent sur des sujets aussi variés que l’héritage colonial de la ville de Constantine à travers l’historicisation du fait urbain et architectural (1837-1962) ou les disparités socio-spatiales dans l’accès à l’eau à Tlemcen. Les travaux des doctorants s’inscrivent dans des disciplines aussi différentes que la sociologie de l’environnement et l’histoire ottomane. Nombre de questions méthodologiques et épistémologiques, soulevées par les pratiques disciplinaires et interdisciplinaires, mais aussi de difficultés du même ordre rencontrées par les doctorants ont été posées. Les bénéfices du recours à la science politique entendue comme sociologie politique, pour étudier les mobilisations syndicales dans la fonction publique algérienne (1989-2014), ont été bien démontrés. Les problèmes liés à la faisabilité de la thèse ont été mis en évidence à travers l’accès au terrain (ksours, c’est-à-dire l’architecture de terre, du sud algérien), ou aux sources (archives coloniales situées en France) selon les disciplines, et à travers la technicité des compétences requises pour traiter tel ou tel sujet de recherche (SIG pour la cartographie géographique, maîtrise de l’osmanli pour la lecture des manuscrits ottomans). Différents conseils ont été donnés face aux interrogations des doctorants, les discutants ont suggéré des solutions pragmatiques et adaptées aux demandes personnalisées de chacun : réduire la périodisation historique envisagée, diversifier le type de documents recherchés quand les sources sont lacunaires, mener une enquête de terrain par entretiens sociologiques avec les acteurs quand ils sont disponibles, s’ouvrir à d’autres méthodes telles que l’observation ethnographique dans une perspective plus anthropologique, etc.

En définitive, les discutants ont encouragé les doctorants à prendre connaissance et conscience de la propension des méthodes issues de plusieurs disciplines des sciences sociales à se compléter les unes les autres. Ainsi, la recherche doctorale sur les traces coloniales présentes dans l’espace urbain et architectural à Constantine mêle intelligemment histoire spatiale, étude de l’architecture coloniale et enjeu patrimonial autour d’un héritage contesté (la notion même de patrimoine colonial, utilisée avec parcimonie, est questionnée). Les doctorants ont également fait preuve de savoir-faire inventif en expérimentant des méthodes inédites telles que le photo-questionnaire pour analyser la « culture paysagère » ou le « paysage urbain » du secteur sauvegardé de Constantine. Employé pour prendre contact avec les enquêtés, le photoquestionnaire a été reconnu comme une manière pertinente et originale d’initier le dialogue et de recueillir des témoignages sur le vécu de la ville par les Constantinois. Des points plus classiques de la démarche méthodologique du chercheur ont aussi été réaffirmés : l’importance du travail d’enquête exploratoire, l’attention portée au choix de l’échantillon, la nécessité de bien identifier et hiérarchiser les acteurs interrogés pour accroître l’efficacité de la réflexion sociologique, pour mieux circonscrire le  terrain et finalement pour affiner sa problématique.

Les deux journées ont permis de donner des pistes de recherche empiriques et de réflexions plus théoriques pour aider les jeunes chercheurs à mieux articuler leur propre travail heuristique. La première journée a permis de déployer les questions épistémologiques et méthodologiques, au coeur de toute recherche en sciences sociales, à travers programmes de  recherche et présentations d’ouvrages. La matinée du deuxième jour a prolongé les débats sur ces enjeux avec les conférences méthodologiques. La deuxième journée, sur le modèle de l’atelier ou de l’école doctorale, a aussi été un moment d’écoute, d’échanges et de partage autour des projets de thèse des uns et des autres. Présenter sa problématique, son terrain et sa méthodologie en dix minutes de manière claire et intelligible à l’oral est un exercice exigeant qui impose une rigueur scientifique et une discipline de travail à tous. La discussion pédagogique et la nécessité de répondre aux critiques constructives de ses pairs en est un autre, complémentaire. La présentation doctorale d’un travail en cours permet un bilan d’étape indispensable pour repenser et éventuellement reformuler ses pratiques de recherche.

Nassima Mekaoui-Chebout

Pour citer ce billet : Nassima Mekaoui-Chebout, «Les 1ères rencontres UC3/IRMC à Constantine», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2323.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’internationalisation des institutions d’enseignement supérieur francophones

Le Groupe des responsables des relations internationales des institutions francophones d’enseignement supérieur (GRRIF) s’est réuni en février pour son quatrième séminaire tenu pour la première fois dans un pays du Sud. L’Université de la Manouba a accueilli les représentants des différents partenaires à la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités les 11 et 12 février 2019.

La rencontre se veut innovante et participative dans son approche. Le GRIFF envisage chaque séminaire annuel comme un moment de partage des bonnes pratiques et une opportunité de développer et de renforcer le réseau des professionnels de la coopération internationale. Le Groupe se présente comme un espace de dialogue et de réflexion sur les possibilités et les enjeux de l’internationalisation des institutions francophones dans un espace mondialisé et principalement anglophone. L’internationalisation est aujourd’hui essentielle pour le développement des établissements même si les stratégies divergent en moyens, capacités et autonomie.

Se poser la question de l’internationalisation francophone, c’est avant tout définir les contours de ce qu’est l’internationalisation. En cherchant à la définir et à la mettre en perspective dans une articulation Nord-Sud, en cherchant non pas un éclairage du Nord vers le Sud mais en mettant à jour les relations des Nords avec les Suds et des Suds avec les Nords, ce quatrième séminaire interroge à travers ses ateliers et ses membres les moyens, les perspectives et les changements possibles.

Dans une première demi-journée consacrée à la Tunisie, les intervenants ont souligné les spécificités de la Tunisie et sa place dans les Suds, mais aussi de ses expériences dans les Nords.

© ares-ac.be/fr

Un système tunisien d’enseignement supérieur paradoxal

Pour présenter les différents aspects du système d’enseignement supérieur tunisien, Samir Marzouki, de l’Université de la Manouba, s’est attardé sur quatre points essentiels. En premier lieu, l’histoire et l’ancrage de la francophonie en Tunisie, apparue avec la colonisation et choisie comme langue de scolarisation lors de l’indépendance. Le français est perçu comme une langue d’interna-tionalisation et de progrès. Les élites tunisiennes sont reconnues pour l’excellence de leur formationlinguistique, qui est aujourd’hui trilingue. Néanmoins, il ne s’agit pas de l’ensemble de la population. En cela, le système tunisien est très inégal, élitiste et paradoxal au vu du faible nombre d’heures consacré à l’enseignement du français, voire en français, dès l’école primaire et à la maîtrise du français par la masse scolaire.

En second point, il explique que le système d’enseignement supérieur tunisien ressemble au système français, et les exemples ne manquent pas : Ecole normale supérieure (ENS), agrégation, système LMD (Licence, Master, Doctorat) ; ce qui facilite la coopération entre les deux systèmes. Le troisième point souligne la grande féminisation de l’enseignement supérieur tunisien. Grâce à un ensemble de réformes bourguibiennes, qui perdure encore aujourd’hui, les chiffres montrent que les meilleurs élèves en Lettres ou au baccalauréat sont des étudiantes et des bachelières.

Enfin, le quatrième point soulève la principale difficulté à laquelle ce système est confronté : l’insertion des diplômés sur le marché du travail et la fuite des cerveaux. La situation économique de la Tunisie explique une partie du phénomène mais pas entièrement. Il semble y avoir des lacunes évidentes telles que le manque de maîtrise du français, une formation générale déficiente et un manque d’adaptabilité des nouvelles générations.

Une recherche tunisienne sous la tutelle de l’Etat

Samia Charfi Kaddour a présenté en deuxième session le système de recherche tunisien, entièrement sous l’égide du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. La Tunisie choisit de mettre l’accent de sa politique publique sur l’attraction d’étudiants étrangers (seulement 7000 en 2017) et sur les liens entre la recherche fondamentale et les entreprises.

La recherche tunisienne, c’est 38 écoles doctorales réparties sur 13 établissements d’enseignement supérieur et 13 000 doctorants pour 1500 thèses soutenues. Samia Kaddour explique ce décalage par l’octroi automatique d’une bourse de 250 dinars par mois pour tout doctorant. Beaucoup de thèses ne parviennent pas à soutenance et un projet de réforme pour pallier à ce problème est en cours d’élaboration. Elle insiste également sur le problème du chômage des diplômés en expliquant que les orientations de la politique publique du ministère consistent, entre autres, à mettre en place des partenariats docteurs/ entreprises via des stages qui permettraient, à terme, des embauches.

La valorisation de la recherche a un budget global de 6 millions de dinars tunisiens par an. Avec un faible capital humain et un bilan mitigé des publications tunisiennes1, la priorité est bien l’utilisation de la recherche et la diffusion du savoir. Dans ses objectifs de relations internationales, le ministère entend valoriser son partenariat avec l’Union européenne. De fait, la Tunisie est le premier et seul pays tiers à avoir, à ce jour, intégré le programme de financement Horizon 2020, basé sur les piliers de l’excellence scientifique, de l’innovation industrielle et des défis sociétaux.

© University of Manouba UMA.

Des témoignages précieux

La session « Regards croisés » a  permis de mettre en lumière les expériences de l’internationalisation par le biais de différents points de vue : doctorante, chercheure et personnel administratif. Au regard de ces témoignages, il est important de souligner la complexité et la lourdeur administrative, du côté tunisien (certaines lois tunisiennes sont extrêmement contraignantes) comme du côté des pays du Nord, en particulier de la France (obtention de visa, changement de statut, accords de co-tutelle, etc.). On relève également le regret d’une chercheure concernant les livrables et les exigences de rendre des comptes puisque cela se fait au détriment de la qualité de la recherche.

L’internationalisation est une expérience valorisante et importante pour l’ensemble des intervenants permettant d’amener une plus-value qualitative à leur travail et une reconnaissance qui serait parfois difficile sans ce processus. Le mécanisme se fait souvent grâce aux connaissances, au relationnel et la francophonie devient alors le principal opérateur de la coopération. Les lourdes contraintes administratives, le manque d’homogénéisation des accords bilatéraux, les problèmes des frais d’inscription qui se compliquent d’année en année, ne découragent pourtant pas la volonté des tunisiens pour l’internationalisation. Cela est perçu comme une grande chance et un droit important qui reste à développer en pratique, au niveau des mécanismes, pour les Suds comme pour les Nords.

La recherche et la francophonie à l’ère numérique

La question du numérique et de l’ouverture au monde virtuel a été également abordée sous plusieurs angles. Du point de vue de la gouvernance universitaire d’une part, avec la prise de conscience de la nécessité d’un renforcement des capacités, pour les Suds comme pour les Nords, dans ces domaines. Devant la multiplication des universités virtuelles, des MOOC (Massive Open Online Courses), des formations à distance, il est évident qu’émergent de nouveaux modèles économiques et d’autres modèles de gouvernance. Les opportunités de partenariats qui apparaissent ont pour objectif de faire du numérique un véritable levier au service de la gouvernance universitaire. Les réseaux de la francophonie travaillent activement sur ces questions, à l’image des appels à candidatures pour le développement des MOOC, des études sur les formations à distance ou les colloques sur la gouvernance universitaire à l’ère du numérique.

L’ère du numérique implique, d’autre part, de nouvelles pratiques
pour la recherche. Les services  numériques comme les revues en ligne, les visioconférences, les blogs de recherche, permettent une plus grande accessibilité depuis « chez soi » à un grand nombre de ressources comme ils procurent une certaine marge de manoeuvre en termes de mobilités et de moyens pour la recherche. L’accent est mis sur la visibilité de la recherche et donc sa valorisation, notamment dans l’espace francophone international.

Les partenariats, ou réseaux, sont aujourd’hui un facteur essentiel de l’internationalisation de l’enseignement supérieur et de la recherche. Ils permettent la diffusion des savoirs, les mobilités mais aussi une grande valorisation de la recherche par le biais notamment de la co-édition. Les membres du réseau de la francophonie sont des partenaires naturels, selon les témoignages tunisiens. La co-édition est aujourd’hui un élément essentiel pour la survie de l’édition scientifique, fragilisée par l’ère numérique – les avantages de l’internationalisation étant aussi ses inconvénients – et les partenaires francophones pour les publications en français sont essentiels, notamment pour la Tunisie.

Conclusion

Vivre l’internationalisation aujourd’hui n’est plus uniquement une expérience personnelle, d’étudiant ou de chercheur, mais un projet collectif des sphères de gouvernance aux sphères de recherche. Les stratégies sont vécues différemment mais il semble qu’une volonté par une avancée collective s’exprime. Les Nords et les Suds vivent les questions d’autonomie et de mobilité avec des difficultés différentes, mais des objectifs similaires. En intégrant les programmes européens comme Eramus + ou Horizon 2020, la Tunisie cherche à accroître son attractivité, ses collaborations et à attirer les étudiants étrangers dans ses établissements. Les obstacles administratifs existent de part et d’autre au niveau des pays et des bureaucraties, indépendamment des établissements eux-mêmes. Le travail actuel se porte sur les stratégies de partenariats et les nouveaux leviers de gouvernance comme les outils numériques, la coédition ou les laboratoires transdisciplinaires et transnationaux.

Manon Rousselle

1. L’indexation des publications tunisiennes n’est pas faite dans les revues en langue arabe, ce qui constitue une grande lacune du système d’évaluation.

Sources
https://www.ares-ac.be/fr/actualites/512-l-internationalisation-des-institutions-d-enseignement-superieu r-francophones-en-debat-a-tunis

https://www.auf.org/maghreb/nouvelles/ appels-a-candidatures/colloquegouver nance-universitaire-a-lerenumerique/

Pour citer ce billet : Manon Rousselle, «L’internationalisation des institutions d’enseignement supérieur francophones», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2310.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook