Fabien Aignan, « Francesco Piraino, Le soufisme en Europe. Islam, Ésotérisme et New Age »

Compte-rendu initialement paru dans la revue Lectures

Au sein de l’islam, le soufisme occupe une place singulière. Tour à tour présenté comme une version mystique de l’islam, compatible avec la société libérale occidentale, ou comme outil de lutte contre le fondamentalisme islamiste, le soufisme s’avère bien plus complexe et traversé de différentes forces et traditions. À rebours des représentations simplistes, Francesco Piraino nous conduit dans une recherche à travers différentes confréries soufies présentes en France et en Italie, ainsi que dans leurs foyers originels au Maghreb comme à Chypre. Il envisage le soufisme sous différents angles, à la fois comme une mystique (scientia experimentalis) et une tradition discursive (sacra doctrina). Il aborde le soufisme en fonction de deux dimensions, une dynamique qui renvoie à l’évolution de la personne et une autre qui aborde la communauté des membres d’une confrérie. Son objectif est notamment de montrer comment le soufisme est lié, sans doute dès son origine, à d’autres courants et comment il évolue dans des voies diverses en fonction des confréries (tariqa), de leurs cheikhs et même des zawaya1. Pour ce faire, il aborde des influences qui peuvent être celles de la philosophie pérenne de René Guénon, ou du New Age et de Georges Gurdjieff. Dans la lignée des travaux antérieurs sur le soufisme en Occident, travaux qui semblent assez peu nombreux, il cherche à aborder le soufisme dans l’espace européen. Dans cette perspective, sa recherche se base sur une approche socio-anthropologique, qui l’a conduit à fréquenter des zawaya de différentes confréries présentes en France et en Italie, mais aussi à participer à des pèlerinages. À côté de l’observation participante, il a mené des entretiens avec certains membres des différentes confréries. Les contraintes de sa méthode l’empêchent cependant d’aborder l’intégralité de la présence soufie en Europe. Il a donc dû opérer un choix au cours de son doctorat et de ses recherches ultérieures. Plus précisément, il étudie la Qadiriyya Budshishiyya (originaire du Maroc et présente en France et en Italie), la Shadhiliyya Alawiyya (originaire d’Algérie et présente en France), la Naqshbandiyya Haqqaniyya (originaire de Chypre et présente en France et en Italie) et l’Ahmadiyya Idrisiyya Shadhiliyya (originaire d’Italie).

Le premier chapitre aborde le soufisme comme scientia experimentalis. L’auteur y défend l’emploi du mot mystique, forgé dans le cadre du christianisme, afin de parler du soufisme. En faisant dialoguer divers auteurs issus du christianisme et des sciences humaines et sociales qui se sont questionnés sur la mystique, il en vient à définir la scientia experimentalis comme une connaissance expérientielle, corporelle et intime du sacré. Cette définition lui permet d’aborder les phénomènes religieux dans une dialectique entre la scientia experimentalis et la sacra doctrina. Le soufisme apparaît alors comme participant de cette tension entre les deux dimensions. C’est dans le deuxième chapitre qu’il aborde le second pôle de cette dialectique. Francesco Piraino considère le soufisme dans sa tradition, ce qui lui permet de tracer son histoire depuis les origines jusqu’à nos jours. Cette histoire montre les relations que le soufisme a pu entretenir avec les institutions étatiques, de même qu’avec le reste de l’islam. Loin d’avoir toujours été marginal, le soufisme a ainsi occupé des positions de premier plan au cours de son histoire et au gré des confréries. Ce développement conduit à la période contemporaine dans laquelle le soufisme a subi d’une part les attaques de l’islam wahhabite et d’autre part les tentatives de penseurs occidentaux de le « désislamiser » en le rapprochant, notamment, des mouvements New Age. Cette tension entre sacra doctrina et scientia experimentalis nous semble constituer l’intérêt principal du livre. En effet, elle permet d’interroger à la fois la tradition et les évolutions, la structure de la confrérie et les individualités de ses membres.

Le troisième chapitre est consacré à l’histoire de la présence du soufisme en Europe. Il ne s’attarde pas sur la période médiévale durant laquelle un soufisme a pu exister, mais se concentre sur la période contemporaine. Le soufisme en Europe est, dans un premier temps, le fait des immigrants qui apportent leurs pratiques avec eux. Pour autant, il y a, dès René Guénon, des passerelles entre l’ésotérisme occidental et le soufisme. Ce penseur français de la philosophie pérenne exerce en effet une influence importante sur le soufisme européen. Plus tard, le soufisme se confronte aux différents discours New Age, notamment à travers l’influence de Georges Gurdjieff. La rencontre de l’ésotérisme, comme du New Age, est pour l’auteur l’occasion de discuter des définitions et contours de ces deux objets. Par la suite, il développe le cas particulier de ce que Wouter Hanegraaff nomme « religionisme » et qui constitue une forme de collusion entre le monde universitaire et la religion. Il s’attarde plus précisément sur les cas de Louis Massignon, Henry Corbin et Eva de Vitray-Meyerovitch. Francesco Piraino note alors que ces auteurs ont eu une influence réelle sur le soufisme européen contemporain. Cependant, il réfute une opposition entre un soufisme traditionnel et le soufisme, parfois « désislamisé », des convertis européens. Il défend l’idée qu’il n’y aurait pas de fractures hermétiques, mais que des dialogues existent au contraire entre les différents courants, et qu’il y a des formes d’hybridations au sein du soufisme contemporain.

Par la suite, chaque confrérie fait l’objet d’un chapitre où l’auteur expose son histoire, ainsi que le fonctionnement des rituels et des pèlerinages, ceci tout en rendant compte des observations qu’il a pu en faire et des entretiens qu’il a pu mener avec différents membres. Loin de présenter le soufisme comme un tout homogène, ce livre nous encourage à l’appréhender comme une constellation de mouvements dans laquelle chaque confrérie serait un microcosme. Chacune, en effet, en raison de son histoire notamment, aborde à sa façon à la fois l’importance de la tradition islamique, le rapport au monde contemporain et les discours issus des mouvements New Age et de la philosophie pérenne.

Les enquêtes conduites par Francesco Piraino sont riches et permettent d’entrevoir les différences qui existent, parfois même au sein des confréries, entre les différentes zawaya. Ainsi, la Budshishiyya originaire du Maroc se caractérise par des liens particuliers avec l’État marocain et par une mise en avant de pratiques extatiques, ce qui n’est pas nécessairement le cas des autres confréries. La scientia experimentalis y apparaît comme un élément central. Parallèlement, la Alawiyya repose pour sa part sur un fondateur charismatique qui diffuse en son sein à la fois la scientia experimentalis et un travail sur la sacra doctrina islamique, bien que les évolutions récentes, notamment autour du cheikh Khaled Bentounes, tournent l’institution vers des œuvres sociales qui, selon l’auteur, canalisent la scientia experimentalis. L’ouverture sur le monde de cette confrérie, qualifiée d’« humanisme islamique », ne va pas de pair avec un allégement de la pratique qui pourrait la lier avec le New Age, mais passe plutôt par un religionisme et une discussion avec les sciences humaines et sociales. Francesco Piraino s’interroge alors sur les évolutions de l’Alawiyya qui, aux yeux de certains disciples, semblerait passer à une vision postmoderne de l’islam.

Il en va différemment de la Naqshbandiyya Haqqaniyya. Fondée par cheikh Nazim, elle se situerait sur un autre plan : malgré un discours politique et moral conservateur, dès son fondement une ouverture semble se faire vers les discours New Age, à travers notamment une réappropriation des thèses gurdjieffiennes et de l’ennéagramme. Dans ce cas, Francesco Piraino parle d’un bricolage doctrinal qui favorise une grande disparité de pratiques entre les différentes zawaya pourtant parties prenantes de la même confrérie. La dimension New Age de la confrérie semble par ailleurs subir une forme de réislamisation à travers la personne du cheikh actuel, même si celui-ci possède une autorité relative sur les différentes zawaya. La dernière confrérie étudiée est donc l’Ahmadiyya Idrisiyya Shadhiliyya. Fondée par l’italien Abd al Wahid Pallavicini, elle est actuellement dirigée par son fils. Pour l’auteur, cette confrérie est le dernier exemple d’un soufisme guénonien. Dans ce cadre, les conversations métaphysiques et les éléments de la doctrine de René Guénon autour de la tradition primordiale occupent une place primordiale, au détriment des pratiques extatiques. Par ailleurs, elle est habitée d’une forme d’élitisme et entretien des rapports avec les mouvements politiques conservateurs européens et notamment italiens, mais assez peu avec les autres communautés musulmanes. Pour autant, ce que montre Francesco Piraino, c’est aussi que cette attitude, qu’il qualifie de sectaire, est en train d’évoluer sous l’influence du nouveau cheikh de la confrérie, qui opérerait une forme de « désotérisation » et un retour vers l’islam.

Finalement, cette recherche nous entraine à interroger la façon dont des institutions religieuses évoluent dans les cadres de sociétés contemporaines et occidentales, entre transmission de traditions, hybridation (qui selon l’auteur est partout présente dans les confréries étudiées), et confrontation à une société sécularisée dans laquelle d’autres discours se manifestent.

1 Une zawaya est un groupe local appartenant à une confrérie.

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
IRMC (1 juillet 2024). Fabien Aignan, « Francesco Piraino, Le soufisme en Europe. Islam, Ésotérisme et New Age ». Le carnet de l'IRMC. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ws1


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search