« Mohamed-Salah Mzali (1896-1984). La Tunisie du makhzen à l’État national »

Compte-rendu du colloque du 14 et 15 décembre 2023 à Beït al-Hikma

Autrice : Selma Hentati, responsable des publications à l’IRMC. 

En ouverture du colloque, Mahmoud Ben Romdhane, président de l’Académie Beït al-Hikma, souligne l’importance des travaux en histoire qui, partant d’un personnage, permettent de questionner des problématiques touchant à l’ensemble d’une société. Si ses mémoires possèdent une qualité littéraire et philosophique propre, Mohamed-Salah Mzali n’est pas un sujet isolé : c’est bien un objet d’étude historique auquel nous accédons par la micro-sociologie que propose Elyès Jouini autant dans la seconde partie des mémoires qu’à l’occasion de ce colloque sur l’évolution du makhzen du protectorat à l’indépendance. L’étude qu’il mène pose plus largement la question du rapport des élites « makhzéniennes » et intellectuelles au peuple et à la chose politique.

La première session de la matinée, présidée par Elyès Jouini et Samia Kassab-Charfi, s’intitule : « De la notabilité régionale à l’entrée dans le makhzen : stratégies familiales et matrimoniales ». M’hamed Oualdi débute en étudiant ce que deviennent les descendants des dignitaires mamlouks en Tunisie, et les moyens qu’ils déploient pour s’inscrire dans les cercles de pouvoir dans le contexte du protectorat. Il expose ainsi les quatre principales stratégies de restauration de la dignité familiale qu’ils mettent alors en place : recrutement au sein de l’administration tunisienne ; réformisme puis nationalisme ; biens fonciers et transmission d’un savoir culturel ; migration hors de Tunisie. L’intervention de Fatma Chalfouh propose une analyse des processus d’ascension et de chute qui ont marqué les hauts fonctionnaires de l’administration tunisienne, notamment au travers des formes d’alliances matrimoniales des grandes familles de l’époque et de la manière dont les personnalités interviennent pour recommander et faire recruter leurs proches. Elyès Jouini présente ensuite les familles de notables de Monastir, parmi lesquelles les Mzali, Nouira et Sakka. Leur arbre généalogique démontre comment le makhzen se renforce par les alliances matrimoniales, et comment les mariages donnent lieu à la fusion de familles caïdales et de grandes notabilités « makhzéniennes ». Il montre qu’au cours du protectorat, on passe d’une généalogie du pouvoir à une généalogie du savoir suivie d’une accession aux hautes charges justifiée non plus seulement par le réseau de connaissances, mais par les études – ce dont témoigne le parcours de Mohamed-Salah Mzali.

La deuxième session, présidée par Hichem Abdessamad et Noureddine Dougui, traite de la période de « l’entre-deux », « du makhzen à l’indépendance », avec quatre communications. La première, par Ahmed Ounaïes, revient sur l’« épisode complexe » de l’année 1954 en Tunisie, où se succèdent trois gouvernements, parmi lesquels celui de Mohamed-Salah Mzali, nommé en mars 1954 par le Bey. Ces nouvelles charges, qui ne dureront que cent jours (mars-juin 1954), mèneront le Premier ministre à sa perte suite à la signature des accords Mzali-Voizard qui, après un moment de flottement, sont rejetés par le Néo-Destour et deviennent alors largement impopulaires. Alors qu’il bénéficie de l’appui du Bey, Mohamed-Salah Mzali échoue dans son entreprise, pour des raisons qu’il faut interroger : a-t-il fait preuve d’une forme d’anachronisme dans sa volonté de concilier les deux parties, ou a-t-il manqué de la ferveur nationaliste sans compromission qu’attendait alors un peuple sur le point d’accéder à l’indépendance ? Dans la seconde intervention, Noureddine Dougui revient sur la montée du nationalisme tunisien entre les deux guerres, sur les diverses appellations qui entourent ce concept (« patriotisme » versus « nationalisme », « ouma tounsiyya» versus « ouma islamiyya »), et sur les groupements politiques qui s’y rattachent. Il met en exergue les diverses tendances qui ont alors cours : tandis que les groupes infra-nationaux, notamment les tribus, se reconnaissent dans une identité restrictive ou, à l’inverse, étendue à la ouma islamiyya, les élites ont une conscience plus prononcée d’une identité tunisienne alors en construction face à l’occupant. Dans une troisième intervention, Samya El Machat revient sur le parcours de Abdelaziz Thaâlbi, auteur (ou plus probablement l’un des rédacteurs) de La Tunisie martyre (1920), personnage iconoclaste, connu pour sa liberté de ton, sa doctrine hétérodoxe en matière de coutume religieuse, et son soutien initial à l’entreprise « civilisatrice » des autorités du protectorat. Ces positions lui valent nombre de détracteurs et de critiques – principalement de la part des franges les plus conservatrices et des élites religieuses zitouniennes qui lui intentent un procès – et des années d’exil. La communication aborde également son retour en Tunisie, l’évolution de ses positions vis-à-vis du protectorat (dont il deviendra à son tour le détracteur) ainsi que les relations qu’il entretient avec les nationalistes militants, parmi lesquels Ali Bach Hamba et Habib Bourguiba. Hichem Abdessamad clôture cette session par une intervention sur le phénomène d’« épurations » politiques dans une approche comparatiste. Il met ainsi en perspective deux moments de transition politique : celui de la fin du protectorat et de l’accession au pouvoir de Bourguiba, et celui des années qui ont suivi la révolution de 2011. Si comparaison n’est pas raison, des parallèles sont à souligner dans l’entreprise de « nettoyage » et de « purification » de la classe politique, soit du fait d’institutions (Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique, Assemblée Nationale Constituante, Instance Supérieure Indépendante des Elections), soit de la volonté d’un Parti, voire d’un homme (le Néo-Destour, Habib Bourguiba).

La troisième session, intitulée « Une société en mutation », est présidée par M’hamed Oualdi et Hédi Jellab. Celui-ci débute par un exposé d’histoire économique et sociale autour des élites économiques tunisiennes dans l’entre-deux-guerres, les différentes catégories qui les composent ainsi que les facteurs qui permettent de les identifier. Kmar Bendana présente ensuite l’émergence d’une élite intellectuelle pendant le protectorat à partir du cas de Slaheddine Tlatli, premier Tunisien agrégé d’histoire. Cet exemple lui permet d’élargir l’analyse à l’ensemble des « premiers Tunisiens » qui obtiennent des diplômes universitaires à partir des années 1920, à l’instar de Mohamed-Salah Mzali, premier docteur en droit économique, ou encore Mohamed Attia, premier Tunisien agrégé d’arabe. Mohamed-Lotfi Chaïbi poursuit avec un exposé sur la franc-maçonnerie dans les cercles politiques et de pouvoir pendant le protectorat, en rappelant notamment l’affiliation maçonnique de Mohamed-Salah Mzali à deux loges : Grand Orient et Grande Loge de France. Il revient sur l’influence maçonnique au sein des groupements socialistes, sur les valeurs que prône l’ordre (laïcité, république universelle, libre-pensée, patriotisme plutôt que nationalisme, émancipation plutôt qu’indépendance) et leur articulation à l’idéologie du protectorat pour soutenir le principe d’assimilation de la population locale aux us et coutumes occidentaux. Dans un troisième temps, Abdelhamid Larguèche revient sur le personnage de Mohamed-Salah Mzali à travers ce qu’en écrit son ami Élie Cohen-Hadria, militant nationaliste franco-tunisien, et sur leurs liens, fondés sur des affinités à la fois intellectuelles et morales. Plus largement, cette proximité permet de mettre en lumière la façon dont l’auteur des mémoires était perçu par l’élite intellectuelle de son temps. Habib Kazdaghli clôture la session par une communication sur les divergences du parti communiste vis-à-vis du gouvernement Mzali : favorable à l’autonomie interne, il rejette fermement le principe de co-souveraineté auquel aboutissent les accords Mzali-Voizard (mars 1954), et souhaite un gouvernement tunisien homogène. Il revient également sur le gouvernement de Tahar Ben Ammar (1954-1956), qui refusera que le parti communiste participe aux négociations en vue de l’autonomie interne.

Enfin, la quatrième session, présidée par Kmar Bendana, traite de l’héritage intellectuel de Mohamed-Salah Mzali. Youssef Ben Ismaïl ouvre la séance par une communication sur le lien particulier qui unit le ministre Khéreddine et Mohamed-Salah Mzali, qui sauvera une grande partie des archives du personnage et contribuera à le faire entrer dans l’histoire nationale. Dans un second temps, Adel Ben Youssef présente l’abondante bibliographie de Mohamed-Salah Mzali, ses publications dans des revues, et la variété des thématiques qu’il a abordées, des questions d’agriculture aux us et coutumes locales, en passant par la publication des archives du ministre Khéreddine avec Jean Pignon. La troisième intervention, par Anis Marrakchi, aborde un aspect économique du parcours de Mohamed-Salah Mzali qu’il présente comme une rupture essentielle dans la pensée économique tunisienne, par sa dénonciation du corporatisme ou du mercantilisme et des travers d’une économie excluant toute concurrence. Enfin, en clôture de la session, Samia Kassab-Charfi propose une relecture des mémoires Au fil de ma vie par l’intertextualité et les phénomènes d’écho littéraires qui s’y déploient avec les traditions classiques et modernes. Elle met en lumière l’inclusivité de l’écriture de Mohamed-Salah Mzali, son ouverture à l’Autre et aux cultures du monde (comme en témoignent les voyages qu’il effectue, et dont il livre au lecteur de multiples anecdotes), ainsi que les altérités qui façonnent son ouvrage. Elle aborde également les traits philosophiques de son écriture, étroitement inspirée de celle des moralistes du XVI siècle français, et imprégnée des lumières et de culture classique. Plus largement, par sa portée heuristique, l’ouvrage s’inscrit dans l’intemporalité et interroge, au-delà des événements historiques, les revers de fortune qui caractérisent l’exercice du pouvoir.

Tout au long de ces sessions, les discussions ont fait émerger des sujets qui, loin d’être marginaux, mériteraient de faire l’objet d’une étude à part entière : les relations entre Mzali et Bourguiba, et la disgrâce que le second fait subir au premier lors de son accession au pouvoir ; l’œuvre et la paternité de La Tunisie martyre, ouvrage habituellement attribué à Abdelaziz Thaâlbi mais sans doute rédigé par plusieurs contributeurs, comme en témoigne la variété des thématiques qui y sont traitées ; l’imbrication entre élites politiques, économiques et intellectuelles, et le traitement qui leur sera réservé après la fin du protectorat.  

 



Citer ce billet
IRMC (2024, 5 avril). « Mohamed-Salah Mzali (1896-1984). La Tunisie du makhzen à l’État national ». Le carnet de l'IRMC. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w644

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search