Insaniyyat Tunis 2022 : impressions de fin de fête

Les cinq jours qui s’achèvent ont été jalonnés de leçons et de démonstrations in vivo sur la santé des sciences humaines et sociales. Campé en Tunisie, le forum Insaniyyat a émis des messages que je souhaite expliciter. Je les résumerai en trois points prolongeant les discussions contradictoires qui ont structuré l’organisation et dont les conclusions ont été transposées dans les formules de travail et combinaisons choisies.

Tout n’a pas fonctionné à merveille. Nous aurons cependant bricolé ensemble, sur la durée, avec des contraintes, des divergences et des moyens limités, une rencontre autour des sciences humaines et sociales au Maghreb, au Machrek et ailleurs, qui rend compte des acquis selon les domaines, exprime des besoins et des aspirations, fait apparaître des manques et des décalages, révèle des déficits et des paradoxes, pointe quelques lueurs.

Au Maghreb, on fabrique des SHS

Le premier message est que le Maghreb n’est pas seulement une aire de spécialité, un terrain de recherche ou un espace de validation de propositions « théoriques ». Le Maghreb est aussi un territoire de travail scientifique, un ensemble de lieux où on dispense des savoirs, où naissent des idées, où s’exercent des activités de recherche. Universités publiques et privées, laboratoires, instituts y fabriquent des connaissances humanistes, essentiellement tournées vers le Maghreb. Cours, séminaires, colloques, revues, ouvrages fabriquent une matière, en arabe et en français principalement, mal consignée, peu diffusée et à peine accessible dans nos pays comme à l’extérieur. Ceux et celles qui fabriquent et transmettent le savoir circulent sous condition. Quand enseignant·es·, chercheur·e·s ou étudiant·es· parviennent à s’envoler vers des cieux plus attractifs, ils/elles sont rarement tenté·e·s de revenir vers les sols de leurs initiations et les terroirs de leurs apprentissages.

Vues de Tunisie, les sciences humaines et sociales sont écartelées entre le besoin d’internationalisation et les menaces de la mondialisation. Celle-ci affecte les dynamiques universitaires éloignées des grands circuits de l’échange et sans moyens de les fructifier sur place. Les bibliographies sont un des miroirs d’une dissymétrie qui se répercute sur le plan cognitif, accentuant l’effet mondial de concentration. Nos étudiant·e·s citent les références locales dans leurs masters ou thèses. Recruté·e·s dans les universités européennes, ils/elles passent aux citations de mise dans le nouvel environnement de formation. L’appareillage critique est une déclaration codée visant un futur recrutement universitaire.

Les langues des SHS

Ce tableau en surplomb mène à une interrogation : que peuvent les communautés scientifiques dans une situation globale qui ne « capte » des savoirs que des recrues à intégrer dans un système de concurrence internationale ? Malgré les bases de données digitales, les travaux du crû ne sont pas exploités car cela ne fait arriver nulle part, dans le marché mondialisé de l’emploi académique, conformément aux logiques du référencement.

La pente est sous-tendue par les usages linguistiques qui uniformisent les profils et les carrières. L’anglais, langue « internationale » de communication scientifique participe à lisser les complexités locales. Dans le cas tunisien, la langue arabe, appréhendée de façon passionnelle, contribue à diviser la communauté universitaire au lieu d’être valorisée comme une ressource de créativité et de conceptualisation nourrissant subtilité et nuance. Or, le triangle linguistique actif (avec le français comprimé entre deux tendances fortes) pourrait constituer un équilibre fécond, variable selon les formations et les cursus. Nos réalités reposent sur des épaisseurs mentales plurilingues dignes d’attention pour les sciences humaines et sociales en train de se faire et capables de nourrir leur nécessaire réflexivité. Les savoirs sur les sociétés ne pourraient-ils pas être à la fois locaux et internationaux ?

Le numérique comme issue

J’extrais le troisième point d’impressions tirées des ateliers d’humanités numériques auxquels j’ai assisté. Les nouvelles technologies ouvrent sur des formes d’exploitation des arts, des lettres et des savoirs qui élargissent les terrains et multiplient les contextes d’étude. Les moyens et les méthodes d’enseignement et de recherche se transforment, nous mettant au seuil d’autres rapports aux opérations et aux instances d’évaluation et de légitimation scientifiques. Internet, tout comme la science en mutation, contribuent à faire éclater les foyers de savoir, à étendre les lieux de vérification et de validation des modes d’observation et des approches. Les possibilités de croiser disciplines et savoirs en ciblant des applications s’en trouvent démultipliées. La pédagogie, l’édition et la communication scientifiques testent des formats, mélangent les acquis de différentes traditions, renouvellent les voies pour questionner les contenus des « littératures » dont disposent les sociétés et pour transmettre les apports des savoir-faire locaux. Malgré leurs situations satellitaires, nos sphères scientifiques ont du pain sur la planche : mieux connaître et organiser le réel immédiat, en adaptant les pratiques documentaires et pédagogiques aux nouveaux supports. Mutations technologiques et aspirations politiques invitent à changer nos relations aux institutions et à ouvrir les espaces scientifiques à des interactions de proximité qui restent en dialogue avec les normes internationales tout en offrant des perspectives d’extension et de conversion à de multiples terrains.

Je terminerai sur une note triviale en réponse aux participant·e·s qui ont critiqué les dimensions de la rencontre et la dispersion des activités, notamment entre le Campus de La Manouba et la Cité de la Culture. Notre souhait était d’expérimenter un rapprochement entre l’Université et un lieu public en ville, de sortir le discours scientifique des murs de l’académie, de croiser cultures et savoirs (sciences « dures » timidement comprises), de mélanger les générations de chercheurs appartenant à diverses traditions scientifiques, d’outrepasser les barrières linguistiques de chacun·e. Entre collègues de divers horizons, nous aurons au moins joué ensemble à concevoir des formats de travail et à tester des tournures qui matérialisent une envie commune de sortir des anciennes manières de faire.

A ceux et à celles qui nous ont dit leur embarras face à l’éventail des ateliers, ou leur regret d’avoir raté des interventions, sachez que notre désir -un peu démesuré- était de vous offrir un grand buffet ouvert à des choix et des partages libres plutôt qu’un restaurant à la carte, avec des menus fixés d’avance. J’espère que vous aurez quitté ce banquet des sciences humaines et sociales avec l’énergie et l’inspiration qui amèneront à organiser -en 2025 ou 2026- un forum Insaniyyat, avec suffisamment d’appétit pour développer notre envie de travailler ensemble, en testant d’autres recettes, l’objectif de construire un nouvel espace d’échanges SHS au Maghreb, ouvert, plurilingue, multidisciplinaire et joyeux.

Kmar Bendana

UMA, 24 septembre 2022

Mis au propre mai 2023



Citer ce billet
IRMC (2023, 11 septembre). Insaniyyat Tunis 2022 : impressions de fin de fête. Le carnet de l'IRMC. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qimo

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search