Compte rendu masterclass 2023

La session 2023 de la masterclass est conçue à l’image de la précédente autour de plusieurs modules d’initiations méthodologiques dispensés par les chercheur·e·s de l’IRMC. Elle est née en 2022, d’un appel commun entre le SCAC d’Alger, l’IRMC et le programme de bourse André Mandouze.

Dans le cadre de la mise en œuvre du rapport Stora, cette masterclass vise à renforcer la coopération universitaire. Elle s’adresse aux étudiant·e·s de Master 2 et de Doctorat inscrits dans une université algérienne, dans une discipline de sciences humaines et sociales (anthropologie, géographie humaine, histoire, sciences politiques, sociologie…). Ainsi, les étudiant·e·s sélectionné·e·s ont pu à la fois faire mûrir leur sujet de recherche, consolider leurs connaissances méthodologiques en SHS et échanger sur leurs thématiques.

Du 1er au 15 juin 2023, les 16 étudiant·es séléctionné·es ont eu l’occasion de se familiariser avec les méthodes propres à chaque discipline et de s’exercer à des travaux de documentation, de rédaction à la fois en groupe et individuellement. Parallèlement à ces formations techniques, les étudiant·es ont eu l’occasion de découvrir la ville de Tunis en effectuant des visites thématiques dans la Médina. Cette masterclass a été également l’opportunité de s’imprégner des lieux centraux de la recherche tunisienne telle que les Archives nationales de Tunisie, les bibliothèques de l’IRMC et de l’IBLA.

Une séance spéciale a été consacrée à la projection du long métrage Remparts d’Argile de Jean-Louis Bertuccelli (1969) qui renvoie à une enquête sociologique dans le village de Chebika.

Les enseignements se sont organisés autour de trois modules de 15 heures chacun. Ces moments ont été l’occasion de lier les entrées méthodologiques aux terrains spécifiques des doctorant·es.

Le premier module portait sur la terminologie et l’étude de concepts à partir des grands textes de SHS. Le module numéro 2 a été l’occasion de se pencher sur les disciplines et leurs spécificités. Sommes toutes, comment aborder un même objet en fonction de la discipline ? Enfin lors du dernier module, les boursiers ont œuvré à la construction d’un objet de recherche et à la pratique du terrain, avec une attention toute particulière sur l’Algérie et la Tunisie. Il s’agissait d’appréhender la recherche archivistique, la recherche documentaire ; la construction d’une bibliographie ; aborder un terrain ; penser et construire un entretien ou encore constituer un corpus.

Le texte qui suit, rédigé par les stagiaires de la masterclass, rend compte d’une journée passée aux archives nationales de Tunisie.

Visite au temple des gardiens de la mémoire

Les archives nationales de Tunisie ont été créées en 1874 par le ministre Khayreddine. Animée par l’historienne Kmar Bendana et la sociologue Sihem Najar, la journée a débuté par une initiation à l’archivistique. Une visite guidée des différents services s’en est suivie. Celle-ci a été assurée par Hasna Triia, directrice de l’exploitation des informations.

De la réception des documents à archiver

 Les locaux techniques regroupent plusieurs services dont le rôle va de la réception des documents à leur transformation en pièces d’archive. La visite a débuté par le service de réception des documents destinés à la conservation. Ces derniers sont accompagnés d’un bordereau de versement qui reprend les éléments descriptifs sommaires, rédigés en langue arabe selon la loi en vigueur. Dans cette fiche descriptive sont mentionnés le nom de l’expéditeur (organisme ou individu), la date de la parution ou de la mise en circulation de ces documents, leur volume en termes de kilomètres linéaires ainsi que le type de document. Le bordereau est également encodé à travers un numéro de série accompagné de la date de la réception des pièces à archiver.

Traitement physique et intellectuel

Suite à leur réception première et leur validation, les documents à archiver subissent un traitement spécifique qui se décline en deux phases : celle du traitement physique/matériel et celle du traitement intellectuel. La première phase consiste à améliorer l’état physique du document en le dépouillant des objets qui peuvent l’endommager (agrafes, trombones, etc.). Il est aussi question lors de cette phase de classer et de numéroter les documents par ordre chronologique et successif. Quant au traitement intellectuel, il renvoie à un processus d’indexation sur une base de données NISAM suivant la norme internationale de description des archives. Pour ce faire, les archivistes procèdent à l’extraction des descripteurs : mots clés, date et lieu qui servent à répertorier le document sur la base de données.

Archives publiques et privées

 Il est à noter qu’il existe deux catégories de versement : un versement qui s’effectue de la part d’institutions officielles et un autre du ressort du privé. Ce dernier peut se faire de la part de particuliers professionnels (architectes, avocats, chercheurs, artistes, écrivains, etc.) mais aussi par des personnes sans profession particulière qui peuvent verser leur propriété au service des archives familiales. Les documents proposés aux archives doivent être, en théorie, conformes ou complémentaires à l’archive publique. Cependant, pour un souci d’encouragement de la culture de l’archive et afin d’inciter un maximum d’individus à faire des dons aux archives, l’administration a donc décidé de ne jamais décliner un versement. Les documents reçus sont classés selon leur nature écrite ou orale (enregistrements audios ou audiovisuels).

Restauration des documents

 La restauration et la conservation des documents d’archive est l’une des missions fondamentales de l’archiviste. Cette étape s’inscrit dans la chaine archivistique après collecte et traitement des documents. Elle se déroule dans un laboratoire spécialisé dans la restauration et préservation des archives. Il s’agit pour le spécialiste d’effectuer des tests d’encre à l’aide de produits chimiques afin d’adopter la stratégie la plus adéquate pour la restauration des documents qui peut s’effectuer de manière manuelle et/ou technique.

Consultation des pièces d’archive

Afin de consulter les documents, l’archive dispose d’une salle d’instruments de recherche qui accueille les chercheurs usagers à la suite du dépôt d’une demande. Après acceptation, une orientation est assurée par le personnel sur la manière de chercher un document, sa consultation, sa citation comme référence ainsi que les règles de confidentialité à respecter. La salle est dotée d’un outil numérique qui permet aux visiteurs d’effectuer une recherche en ligne à distance, à partir du site officiel des Archives nationales de Tunisie. Pour une recherche documentaire régulière, les usagers assidus bénéficient d’un accès à la salle de lecture avec condition de laisser leurs affaires personnelles au niveau de l’accueil et ce, pour éviter l’endommagement et la détérioration des documents

Tout chercheur, même si son objet d’intérêt semble de prime abord très loin du monde archivistique, trouvera bénéfice à en exploiter les ressources. Elles permettent de repenser un bon nombre de thématiques de recherche afin de leur conférer une certaine épaisseur et ce, quelle que soit l’approche méthodologique initialement adoptée.

Voici la liste des participant·e·s à cette masterclass :


Sarah Bouchakour, travaille le rapport à l’écrit: sens et usages en Algérie.

Mokhtar Boughanem, travaille sur la mise en mots de l’espace dans la vallée du M’zab : territorialisation sociolinguistique et affirmation identitaire.

Mahamed Chahma, travaille sur les préférences de professionnelles des étudiants universitaires selon certaines théories de l’orientation et du choix de professionnel.

Fatima Zorha Chebab, travaille sur les langues et santé en Algérie. Analyse des pratiques langagières en milieu hospitalier algérien. Cas du Centre Hospitalo-Universitaire (CHU) de Mostaganem.

Amina Djaib, travaille sur l’analyse des caractéristiques du discours contestataire à travers les graffitis collectés sur les réseaux sociaux numériques.

Aldjia Daileb, travaille sur le patrimoine ferroviaire des XIXe et XXe siècles el Algérie, « cas des gares et des ouvrages d’art de la compagnie Bône-Guelma et prolongement ».

Thilleli Hamar, travaille sur le projet de l’émigration des jeunes chrétiens kabyles à Ait Bouaddou (Tizi-ouzou).

Amel Zohra Hayat Mostefai, travaille sur la construction discursive de l’ethos numérique féminin. Cas des commentaires de la page Facebook « femmes insoumises algériennes.

Nesrine Nacer, travaille sur l’enseignement en ligne et scénarisation pédagogique : difficultés et impacts, cas du département de français de Blida2.

Diha Ait Hammouda, travaille sur les chocs pétroliers et cohérence des politiques économiques en Algérie : enseignements et règles de stabilisation en perspectives.

Melissa Rassoul, travaille sur la socialisation dans la crèche en Kabylie : Le cas de la crèche « LYSA » sise à la nouvelle ville de TIZI OUZOU.

Wafaa Rouissat, travaille sur les villages indigènes du début de la colonisation française en Algérie (cas de l’Oranie).

Yasmine Nour El Houda Saidi, travaille sur l’architecture domestique urbaine du 20ème siècle à Tlemcen (formes et usages).

Kamelia Kirouani, travaille sur la communication patrimoniale pour la valorisation des territoires.

Hayet Imene Boudjemaa, travaille sur la rhétorique des chants contestataires du hirak dans l’espace public algérois.

L’IRMC remercie tout·e·s les participant·e·s pour la richesse des échanges et leur participation.



Citer ce billet
IRMC (2023, 6 septembre). Compte rendu masterclass 2023. Le carnet de l'IRMC. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qimn

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search