Enquêter sur la petite enfance en Tunisie. Perspectives anthropologiques

À l’occasion de la deuxième session de l’atelier doctoral de l’IRMC en février 2022, Paul Luciani, doctorant en anthropologie à l’Université Aix-Marseille (IDEMEC) et accueilli à l’IRMC cette année[1], propose un premier aperçu de son terrain dans un jardin d’enfant en Tunisie dans le cadre de sa thèse « Le berceau des subjectivités. Une anthropologie comparée de la petite enfance en Méditerranée (France, Tunisie) ».

Pourquoi et comment enquêter sur la petite enfance en sciences sociales ?

Dans un premier temps, Paul Luciani revient sur les contours de son sujet et les questions qu’il soulève pour l’anthropologue. Il montre d’abord que l’étude de la petite enfance place d’emblée le chercheur face aux évolutions qui affectent la famille et la société tunisienne tant au niveau des institutions que des pratiques et des représentations. Puis, il évoque ses perspectives théoriques, et notamment les problématiques épistémologiques propres à l’étude des bébés. En effet, les enquêtés, ici des bébés âgés de quelques mois à trois ans, ne maîtrisent pas encore le langage et ne peuvent dès lors attribuer verbalement de motif à leurs actes ou décrire leur expérience du monde à l’enquêteur. Comment, dès lors, les faire parler sans parler à leur place ?

L’angle privilégié consiste à envisager le bébé comme un sujet en construction et à interroger la relation intersubjective qui se noue avec l’enquêteur ou avec d’autres personnes au cours de ce processus. Il s’agit de se laisser affecter par chaque enfant et de tenter de comprendre ce qui pose problème pour lui ou fait crise chez lui à ce moment précis où il se structure en tant qu’être social en intériorisant des normes et des règles, mais aussi en se familiarisant avec un monde de symboles. Pour cela, Paul Luciani a choisi de s’intégrer à un jardin d’enfant en privilégiant une position d’observation très participante, intervenant avec le personnel auprès des enfants. Cette démarche a soulevé plusieurs questionnements et difficultés.

Un terrain peu représentatif de la situation tunisienne ?

La première question concerne la représentativité de ce terrain. En effet, le jardin d’enfant qui constitue le cœur de son enquête est un établissement accueillant un public aisé et situé dans un quartier relativement riche. Cependant, Paul Luciani précise qu’il ne s’agit pas du seul lieu d’enquête : il a également pu réaliser des observations, deux mois durant, chez une « assistante maternelle » informelle au sein d’un quartier populaire, et travaille désormais dans un centre de Protection maternelle et infantile situé dans un quartier très défavorisé. A cela, s’ajoutent des observations informelles réalisées auprès de connaissances ou de voisins et l’analyse d’un matériau culturel varié (contes, comptines, proverbes, etc.). En outre, en s’appuyant sur le dernier cours de Philippe Descola au Collège de France (« Qu’est-ce que comparer ? », 2018-2019), il montre que la question de la représentativité du terrain, ainsi posée, est contestable tant elle repose sur une définition arbitraire de la population étudiée, fondée par exemple sur les frontières nationales (les Tunisiens) et que l’investigation anthropologique s’attache plutôt à décrire la teneur d’une expérience intersubjective non reproductible, le « terrain ethnographique », et à tenter d’en tirer des enseignements théoriques.

Quoi qu’il en soit, cette recherche s’inscrit dans l’étude d’un phénomène social nouveau qui dépasse la Tunisie et qui s’étend à de nombreux pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient : le développement rapide d’institutions privées consacrées à la garde des jeunes enfants. En Tunisie, les enfants de moins de trois ans étant traditionnellement exclus des jardins d’enfants publics et des écoles coraniques, cette offre s’est développée avec l’apparition des jardins d’enfants privés à partir des années 1980, pour des prix allant de 300 à 1 200 dinars par mois (contre 50 ou 60 dinars pour les jardins d’enfants publics). Il s’agit donc d’un investissement important de la part des parents pour l’éducation de leurs enfants dont les causes (travail des femmes, éloignement de la famille élargie, baisse du recours à la solidarité de voisinage) et les objectifs (compétitivité scolaire, accès aux écoles françaises, expatriation, épanouissement) restent à déterminer précisément.

Positionnement et conflits

Entreprenant de décrire l’organisation interne du jardin d’enfant, Paul Luciani évoque une seconde difficulté, relative aux pratiques des adultes et à son positionnement au sein d’institution. Le jardin d’enfants, comportant une section « crèche » (0 à 2 ans) et une « toute petite section » (2 à 3 ans), obéit à une hiérarchie stricte (directrice, maîtresses, dames de service) et se structure selon une différenciation marquée en fonction de l’âge. Alors que les bébés, avant deux ans, sont laissés libres de jouer, ils doivent, à partir de deux ans, rester assis en classe sans se lever, crier ou jouer. Les activités éducatives qui leurs sont proposées sont relativement superficielles et plutôt axées sur la production de photographies destinées aux parents. Dans ce cadre, le chercheur est parfois amené à adopter avec les enfants des attitudes qui le répugnent : notamment faire régner l’ordre dans la classe ou laisser pleurer des bébés sans les prendre dans les bras. Néanmoins, cette difficulté peut constituer un atout en ce qu’elle révèle les points d’achoppement et les ruptures entre ses propres conceptions de la prise en charge des enfants (en tant que chercheur ayant enquêté en France, mais aussi en tant qu’individu ayant des représentations culturelles et subjectives) et celles de l’institution où il enquête.

Puis, Paul Luciani développe quatre cas d’enfants, en partant des problématiques exprimées par chacun d’eux et des conflits éclatant avec les adultes autour de ces problématiques, dégageant ainsi deux paradigmes de compréhension de la crèche. Le premier est celui de la séparation de l’enfant avec ses parents et de l’attachement aux adultes. Il est illustré par le cas de Youssouf (1 an et 1 mois), qui pleure lorsqu’il n’est pas dans les bras d’un adulte, mais que l’on refuse de porter, et celui de Younes (18 mois), qui n’est apaisé qu’en présence de l’une des dames de service, laquelle également très attachée à lui, le quitte brutalement à chaque instant pour s’affairer dans la crèche. Ces deux cas mettent en exergue les règles et les nécessités qui règnent au sein de la crèche, mais également les modalités des relations entre adultes et enfants et les représentations des premiers au sujet des seconds. Le second paradigme concerne l’injonction faite aux enfants à la maîtrise de leur corps et de leurs mouvements. Il est illustré par Abdallah (20 mois) et Mohammed (2 ans et demi), deux garçons très actifs et que l’on force à rester tranquilles.

Jugement de valeur et pistes d’analyse

Face à ces situations, la difficulté relève du jugement du chercheur et de l’analyse qu’il peut proposer. En effet, la tentation est forte d’opposer les terrains français et tunisiens en considérant que le second à partir de ses manques par rapport au premier. On pourrait ainsi affirmer que les pratiques des professionnelles en Tunisie trahissent une conception du bébé semblable à celle qui dominait en France avant la popularisation dans les crèches des thèses psychanalytiques, opérées notamment par Françoise Dolto. Cette conviction viendrait d’ailleurs confirmer les propos de certains membres du personnel pour qui « en Tunisie, on ne se soucie pas du développement psychologique de l’enfant ». Pourtant, de telles considérations paraissent tronquées, car elles ne replacent pas les éléments observés dans le contexte du terrain. Plusieurs pistes d’analyse sont ainsi à considérer.

La première, commune avec la France, consiste à s’intéresser aux contradictions propres à l’espace crèche. S’agissant d’un cadre intrinsèquement conflictuel, on peut constater dans les deux cas, qu’une part de la conflictualité découle directement des conditions d’accueil et des conditions de travail des professionnelles, et notamment de ce qu’on peut appeler une « économie de l’attention ». Il s’agit d’une configuration où les adultes sont toujours en déficit par rapport à ce qui serait nécessaire pour surveiller et assister les enfants de manière optimale (ce seuil étant déterminé par leurs propres conceptions).

La deuxième tente de déceler les conceptions et des pratiques locales de la prise en charge des bébés. Sans céder à l’idée qu’il existerait des particularités culturelles irrémédiablement ancrées dans les mœurs, on peut tenter de voir en quoi les attitudes des adultes font système : ainsi, on pourra relever les ordres formulés en un mot, souvent dissyllabique (nahhi, sayeb, ahbet, 7tti , yizzi, yja, mammi, nanni), ou la teneur très affective, voire parfois séductrice, des attitudes maternantes qui contraste avec la brutalité du sevrage imposé aux enfants. Néanmoins, un écueil important de cette perspective est que l’on risque de s’éloigner des bébés eux-mêmes : il paraît donc nécessaire de chercher à comprendre systématiquement la manière dont l’enfant reçoit et s’accommode de ces représentations et de ces pratiques.

Prolongements : autres apports disciplinaires

Pour conclure, Paul Luciani rappelle à la fois les liens étroits qu’entretient sa recherche avec les études sur la parenté et la famille. Bien que le modèle tribal et segmentaire ou celui de la « famille traditionnelle » strictement patrilinéaire soient aujourd’hui inopérants, notamment en milieu urbain, comme la relève la sociologie et l’histoire de la famille en Tunisie (Leila Blili, Lilia Ben Salem, 1994), la question de la garde des enfants et de la socialisation des bébés s’insère dans l’étude de la parentalité et de la parenté telle que conçues par Maurice Godelier, c’est-à-dire cherchant à comprendre conjointement les structures sociales et le développement des subjectivités individuelles.

Imed Melliti[2], lors d’une discussion avec l’auteur, fait émerger une autre spécificité de ce sujet : le lien étroit qu’il entretient avec la psychologie de l’enfance. Comment l’en émanciper, sans pour autant l’amputer de toute une théorie qui a marqué des générations successives dans leur rapport à l’enfance ? De même, en l’absence de mots, sur quel support communicationnel fonder ses observations ? Le jeu peut-il rendre possible cet espace de signification, par la gestuelle, la confrontation à l’autre, la gestion de l’altérité ? De fait, cette thématique fait émerger des nœuds épistémologiques nombreux, dont la résolution doit passer nécessairement par les apports d’autres disciplines, en l’occurrence la psychologie.

Paul Luciani.


[1] Il a bénéficié d’une aide du gouvernement français au titre du Programme Investissements d’Avenir, Initiative d’Excellence d’Aix-Marseille Université – A*Midex, en 2019 et en 2021.

[2] Chercheur associé à l’IRMC, sociologue et professeur à l’Université de Tunis El-Manar, et président de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF).

Peinture : Road to Kairouan, Tunisia, date: 1970 Artist: Ivan Albright



Citer ce billet
IRMC (2023, 6 septembre). Enquêter sur la petite enfance en Tunisie. Perspectives anthropologiques. Le carnet de l'IRMC. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qimm

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search