Allocution d’ouverture par Madame Katia Boissevain, directrice de l’IRMC

Colloque des 30 ans de l’IRMC

2-3 décembre 2022

Hôtel Belvédère

Son excellence Monsieur l’Ambassadeur,

Monsieur le Directeur général de la recherche scientifique

Madame Jouhaina Gherib, présidente de l’Université de La Manouba,

Mesdames les doyennes et vice-doyenne de la faculté des sciences juridiques

Monsieur docteur Khaled Aoun, président de l’Université de Tripoli, et Monsieur docteur Ramadan Al-Madani, président de l’Académie des Hautes études de Tripoli,

Madame et Messieurs les anciens directeurs de l’IRMC,

Mesdames et Messieurs professeurs d’université,

Cher·e·s collègues,

et cher·e·s ami·e·s,

Je voudrais commencer par dire à quel point je suis honorée de vous accueillir à l’occasion du colloque des trente ans de l’IRMC. Je vous remercie infiniment d’avoir accepté de participer à cette rencontre hors du commun, à la fois colloque scientifique (avec une thématique sérieuse, à laquelle nous nous attèlerons) portant sur les échanges et l’intégration scientifique au Maghreb, et, également, la célébration joyeuse d’une institution

Je tiens également à remercier toutes celles et ceux qui nous ont aidés à organiser ce colloque, tous les partenaires qui nous ont accompagnés. Je dois surtout remercier toute l’équipe de l’IRMC, qui a fourni un travail très important pour la bonne organisation, et tout spécialement Afef Toumi, qui a fait preuve d’une énergie et d’un enthousiasme sans faille pour régler tous les détails de cet événement, du premier coup d’envoi à la dernière touche musicale.

Il me faut mentionner quelques absents : Monsieur Camau et Monsieur Baduel, qui m’ont demandé de vous transmettre leurs amitiés et leurs regrets de ne pas être présents aujourd’hui. Ils se réjouissent de la tenue de ce colloque et nous souhaitent des échanges denses et joyeux. Madame Saaidia a dû malheureusement annuler sa venue pour des raisons familiales. Nos pensées sont avec elles. Voici pour les anciens directeurs.

D’autres nous manqueront aussi, mais les emplois du temps de fin d’année sont tels que je me réjouis déjà de voir autant de monde réuni ce matin.

Pour ouvrir ce colloque, que dire que vous ne savez déjà ?

La plupart d’entre nous ici présents partageons le même carburant, le même désir de comprendre et de transmettre. Comprendre les mécanismes sociaux, les contraintes politiques ou idéologiques avec lesquelles les femmes et les hommes composent, comprendre les contradictions apparentes, dans différents contextes géographiques, à différentes périodes, est ce qui nous unis. Il y a comprendre, et puis il transmettre, soit par l’écriture, soit par l’enseignement, voire les deux.

La plupart de celles et ceux qui interviendront aujourd’hui et demain ont appris leur métier à l’IRMC, ou sont en train de le faire. Plusieurs personnes dans la salle – elles se reconnaîtront – m’ont dit être nées à l’IRMC (scientifiquement). L’attachement à cette institution est donc en partie liée à cette dimension initiatique : la première recherche, la thèse, le premier gros programme de recherche, le premier livre et, en parallèle, parfois, des histoires personnelles heureuses, l’arrivée d’enfants, d’amitiés. Mais ce qui importe aussi est de dire que les doctorants et chercheurs passés par l’IRMC sont aujourd’hui des acteurs importants dans la recherche en sciences humaines et sociales au Maghreb et sur le Maghreb (la carte interactive présente dans la Lettre des 30 ans en est une illustration).

Bien entendu, la place particulière des chercheurs associés est un atout indéniable et central dans la dynamique générale des recherches qui sont conduites à l’institut. Ils et elles sont les relais précieux qui permettent d’être en contact étroit avec les universitaires, intellectuels et scientifiques du pays. Peut-être que les autres Umifres à travers le monde ont également cette chance. […]

Michel Camau avait obtenu du MAE de l’époque que l’IRMC puisse recruter deux chercheurs détachés de l’Université tunisienne pendant 3 années consécutives, afin qu’ils y dirigent un programme de recherche sur une thématique scientifique pertinente. Et c’est grâce à cette politique scientifique audacieuse et visionnaire que peu à peu, année après année, l’équipe de chercheurs associés s’étoffe et se renouvelle, et que des complicités intellectuelles se tissent, au cœur de la fabrique scientifique.

C’est aussi grâce à sa bibliothèque, et à la qualité du travail de ses bibliothécaires, que les étudiants et universitaires tunisiens, mais aussi algériens et libyens, continuent, années après années, de prendre leur carte pour y rédiger leur thèse, y rencontrer leurs amis et, ce faisant, y tisser des liens qui perdurent dans le temps. Pour illustration, la faculté des sciences juridiques est un lieu où, lorsque je me présente comme directrice de l’IRMC, les visages s’illuminent et les jeunes années remontent à la surface : « j’y ai écrit ma thèse, j’y ai passé de longs mois, j’y ai de beaux souvenirs ! »

Cet ancrage local de l’IRMC est donc dû à la proximité qu’il entretient avec le tissu scientifique local, ce qui nous amène à la thématique de notre colloque : échanges et intégration scientifique au Maghreb. En quoi les travaux conduits ici participent-ils aux échanges scientifiques au sein du Maghreb, et contribuent, un tant soit peu, à l’intégration de cette grande région ? M. Mahiou nous rappelait lors d’un colloque récent à Oran tous les points communs de cette grande région qui a tant de difficultés à faire du commun.

C’est ce dont il sera question pendant ces deux jours : comment les programmes conduits ont-ils permis des synergies entre chercheurs et institutions ? Quelles dynamiques intégratives permettent les formations, écoles doctorales et autres chantiers d’écriture aux niveaux maghrébin et méditerranéen ? Quels sont la place et le rôle d’un institut de recherche en sciences humaines et sociales pour accompagner, analyser les crises et transformations politiques majeures ? Et enfin, quelles thématiques nouvelles peuvent aider à décrypter la société ? Quelle transmission en termes de dissémination de la recherche ?

Je dirai un mot sur ce dernier point, la dissémination.les publications : en trente ans, l’IRMC a publié plus d’une centaine d’ouvrages (issus de thèses, collectifs et autres). Besma Ouraïed, Romain Costa et Selma Hentati vous en parleront demain. Un livre est une fabrication matérielle, mais il est aussi le résultat d’une réflexion, d’une enquête, de rapprochements, de comparaisons et de théorisations. C’est une écriture, une recherche du mot juste, du concept et de l’image qui s’approcheront au mieux d’une réalité observée et éprouvée.

Sans romantisme et avec lucidité (je pense), les sciences humaines et sociales entretiennent un rapport au monde : un rapport non-marchand, un rapport nuancé, un rapport complexe. Une appréhension du monde sans angélisme, qui met souvent le doigt là où problème il y a. Les chercheurs en sciences humaines et sociales sont conscients des contraintes avec lesquelles ils et elles doivent composer : à titre d’exemple, ces contraintes sont les coupes budgétaires, les appels à projets d’une complexité telle que de nouveaux métiers (et de nouvelles formations) se sont créés pour y répondre, les financements des ONG du développement avec lesquels il faut parfois composer.

Composer parfois, mais revendiquer notre spécificité toujours, qui est l’étude, le questionnement et, toujours, la remise en cause des évidences. 

Cette centaine de publications, ces milliers de colloques et ces heures innombrables de discussions scientifiques sont le résultat du travail inlassable des directeurs, directrices, chercheurs et chercheuses qui nous ont précédés. Ils sont également les fondements des amitiés nombreuses et sincères qui nous réunissent ici, aujourd’hui.

Pour conclure maintenant, il me reste à dire qu’à trente ans, on a la vie devant soi. Beaucoup de projets et d’envies prennent naissance dans chemin parcouru. Et maintenant, il faut penser à l’avenir. Cent livres ? Partageons notre savoir-faire ! Science ouverte ? Militons pour la possibilité de montrer nos réalisations au plus grand nombre, par exemple par la mise en ligne de toutes Les Lettres de l’IRMC, mais également, à l’occasion de ce colloque, de tous les numéros de Correspondances, publication qui a eu cours de 1992 à 2004. […]

L’IRMC, après trente ans, est donc tourné vers l’avenir. L’objectif initial était de former les nouvelles générations de spécialistes sur la région : cette carte interactive – que vous retrouverez sur le site –, fabriquée par Selma Hentati, indique les lieux où sont les doctorants et chercheurs aujourd’hui.

Nous sommes donc réunis pour tenter de répondre à la question « Et maintenant ? » Il nous faut des moyens, de l’argent, des recrutements de chercheurs pour développer de nouvelles collaborations dans un contexte qui a changé, avec les autres structures de recherche installées dans le pays cette dernière décennie. L’IRMC n’est pas seul. Nous avons besoin de personnel d’appui, car pour chaque euro dépensé pour la recherche, il faut un travail de gestion considérable au regard des règles de dépenses publiques (et j’en profite pour souligner que tout, à l’IRMC, tient au sérieux, à la bonne humeur et au travail sans relâche de son équipe administrative, avec Raja Chaaba en première ligne). Et enfin, il nous faut de la place, pour nous réunir aisément et, pourquoi pas, pour imaginer grandir comme notre grande sœur l’IFPO, à Beyrouth, et pour nous structurer en différents départements.

Nous pourrons discuter de ces nouvelles directions au cours de ces deux jours, et je termine par remercier très sincèrement nos collègues venus du Maroc (le CJB et l’INAU), d’Algérie (le CRASC, avec Belkacem Benzénine), de Libye, ainsi que le directeur du CERES de Tunis, pour leur présence qui nous permettra de réfléchir ensemble aux enjeux de la recherche en sciences sociales au Maghreb.

Je vous remercie beaucoup. Le colloque est ouvert !

 

 

 

 

 

 



Citer ce billet
IRMC (2023, 20 juillet). Allocution d’ouverture par Madame Katia Boissevain, directrice de l’IRMC. Le carnet de l'IRMC. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qimj

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search