Les usages du Coran dans les sociétés musulmanes contemporaines

Yacob MAHI – Bruxelles Théologien, Islamologue,  Dr en Histoire et Sciences des Religieux,  Doctorant à l’Université Zitouna et European University of Benelux en Finalités de la shari’a

Ce billet, rédigé par Yacob Mahi, est un résumé de son intervention à l’école doctorale : Les usages du Coran dans les sociétés musulmanes contemporaines.

Tout contexte socioculturel implique une manière de dire le croire et d’interagir avec le rite. L’usage du Coran, sans le soustraire au vécu de l’instant, s’inscrit dans un élan inspirant dit légaliste, littéraliste, mystique, rationaliste, historico-critique, ou encore réformiste. Les tenants du concordisme soulignent que le Coran se suffit à lui-même, car il traite de tout. Il n’est pas un livre de guidance uniquement, mais aussi de sciences. Des féministes en font usage de défense des droits de la femme comme étendard qui donne du crédit à leur engagement. 

Tous ces mécanismes d’adhésion formulent une façon d’approcher le caractère central du Coran, comme verbe de Dieu dans le quotidien du musulman, restent au sommet de la hiérarchie des préoccupations du sacré. Livre céleste, il est inextricablement lié au vécu terrestre des sociétés. Des versets en réponse à des situations, précisent le contour. Un jaillissement le rendant contemporain, est essayé par-ci et là. L’usage du Coran comme principe général d’injonctions morales, valables pour tout lieu et temps inspire des enseignements. Son usage populaire permet de dire sa satisfaction, sa gratitude, sa confiance envers Dieu, face à une grâce, une félicité, ou une épreuve. Avec la sourate L’Ouverture, le mariage est béni, le pacte est scellé, le malade est protégé, le défunt est inhumé et le danger est évité. Son aspect normatif, tout comme sa dimension spirituelle, interrogent les sociétés et cultures dans leur diversité. 

Livre de guidance et de lumière, il est utilisé comme un code normatif légaliste chez certains, voire un ouvrage de défi scientifique de concordisme chez d’autres. Ou encore, il apporte une prétention à l’élitisme apologétique à d’autres. Ainsi, il prend une dimension dogmatique, immuable non interprétable, réfutant la rationalité, pensant que son sens est arrêté ad vitam aeternam. Il en est fait usage pour dire oui ou non, vrai ou faux, dans un discours populaire, qui offre une identité conflictuelle à ceux qui s’identifient par logique d’opposition. Il s’utilise pour argumenter un choix de mode de vie particulier, ou pour jeter l’anathème sur autrui. Afin de dire son universalité, certains lui donnent un caractère de juridisme desséché et de littéralisme figé dans le temps et l’espace, de façon univoque. D’autres en font un écrit mystique, ou y voient un messianisme puritain. Ainsi, entre usage narratif, normatif, persuasif, dogmatique, mystique, rationaliste, scientiste, libéral, littéraliste ou juridique, la confusion a engendré des usages divers du Coran. Tenter l’étude du texte par cœur, dans les écoles coraniques, les mosquées, et les classes de cours de religion, marque l’éducation, donne du crédit, valorise le lecteur aux yeux de la masse. Il accompagne les mariages, les naissances et les décès, par la psalmodie. Il en est fait usage mystique pour les soins psychosomatiques, rokya, face à une dimension maléfique. Le choix des sourates ou des versets est alors insidieux, lors de cérémonies. 

Il peut sembler étonnant de voir les divers aspects d’usage du Coran, marqués par les cultures locales, où l’on découvre des approches contradictoires. Soutenus par les uns, dénoncés par les autres et, entre les deux, il y a une marge interprétative chez celui qui se réapproprie le texte, dans une démarche entre l’humain et le divin. Le fait coranique dans une perspective anthropologique, au-delà de l’approche historique, dit quelque chose des nouvelles formes de religiosité, en espace séculier européen. Quel élan d’objectivité permet-il de cerner la réislamisation, dans un cadre de sécularisation où l’islam se recompose ? La présence de musulmans immigrés d’abord, et issus de l’immigration, par la suite, offre une nouvelle grille de lecture et un cadre théorisant, dévoilant la perspective anthropo-sociologique du rapport au Coran, différents d’une génération à une autre. L’articulation des usages divers permet d’identifier des variantes qui impliquent des choix doctrinaux historico-théologiques renouvelés dans une pratique populaire, commune, singulière, publique et privée, de façon conjoncturelle aux temps des hommes. Livre de guidance, message de règles ou encore code morale, le Coran est utilisé dans l’exigence de réciprocité, avec les gens du Livre ; ou dans un engament prosélyte socio-moral, ou dans un usage éthico-intellectualisant. L’usage d’ordre spirituel, social, ou moral, permet de cerner la transmission du sentiment religieux, afin de faire jaillir la portée symbolique de la conscience transcendantale, sans dogmatiser l’approche humaniste du religieux.

La recomposition du religieux rend compte de la sécularisation, de la réislamisation, ou encore du renouveau hybride qui appelle au retour à l’islam des origines, avec un élan réformiste. De nouvelles interprétations s’imposent selon des modalités propres marquées culturellement, et emprunts de modernités. Des usages nouveaux du Coran jaillissent et une forme nouvelle de regain religieux induit des considérations contemporaines du rapport au texte. Une démarche scientifique d’observation analytique transdisciplinaire s’impose, tant socio-anthropologique, qu’historico-culturelle, ainsi qu’une approche philosophico-théologique. Cela montre les évolutions contemporaines de la théologie et du religieux, et l’usage de celui-ci dans le contexte des sociétés sécularisées, sur la base d’une lecture appliquée des références scripturaires et des sciences humaines. 

La connaissance scientifique de l’Islam se veut être un questionnement contemporain dans le contexte de l’Islam européen. Cette perspective nécessite un préalable d’expressions culturelles anthropologiques et sociologiques du monde musulman. Ceci étant, il nous semble pertinent de se pencher sur l’observance de l’Islam, pour approcher le fait islamique et cerner, à travers l’histoire, le rapport entre l’Islam et le contexte, pour analyser les confrontations éventuelles, et les principes qui les animent idéologiquement et les assujettissent à un marquage confessionnel contemporain. 

Méthodologiquement, il s’agit de désacraliser l’interprétation humaine du Coran en la compréhension de l’islam, et faire de l’islam un objet d’étude scientifique. Pour assumer ces interrogations il est important de se pencher sur les mutations conceptuelles de l’Islam pour étudier et cerner les usages du Coran et de ses lectures, ses allégories, ses compréhensions pour sous tendre une nouvelle herméneutique de sa doctrine en Europe, celle d’un nouvel islam de cité ou d’une nouvelle conflictualité. L’intégration sociétale de l’islam dans la diversité culturelle européenne est-t-elle possible ? La conception de l’islam qui rivalise au sein de notre culture européenne avec la pensée laïque, a des implications incitant à une réflexion philosophique sur le Coran et son symbolisme. Le pluralisme européen peut-il fonder un nouvel humanisme avéroessien de l’Islam, sur la base d’une relecture révélatrice du Coran ? Cela pourrait approfondir et élargir l’horizon de la pensée musulmane sur la différence entre théologie, sciences religieuses et philosophie de la religion, et nourrir d’un point de vue critique, une interrogation indispensable à la réflexion et indissociable de tout essai de compréhension autour du Coran. Savoir ce qui dans l’Islam relève de l’intemporel, et quels aspects de l’islam sont marqués par l’histoire, est fondamental. Pour cerner l’approche d’une théologie nourrie par les sciences humaines, l’articulation entre le vécu de l’islam et sa construction, dans une perspective de problématique théologico-philosophique et sociopolitique, nécessite des outils nouveaux. C’est là, la question de l’Islam posée dans la cadre de la postmodernité. 

En effet, l’évolution des croyances au sein d’une société flexible relève de la problématique de l’intégration sociétale de l’Islam dans la diversité culturelle. Le concept de religion renvoi à la notion de foi, et le concept action renvoi à la notion de réalisation de la dignité humaine. Dans le cadre de cette approche anthropologique s’impose une approche d’ordre éthique, la quête de sens dans un espace de modernité, sur la base d’un texte révélé et révélateur de sens, de considérations, de déterminations et de symbolisme. 

La religion constitue-t-elle un culte institutionnalisé, ou une essence éthique ? La spiritualité est une quête de sens, une donnée objective de l’identité humaine. Il appartient à toute spiritualité de témoigner au cœur de la cité, du sens de la vie, afin d’assumer le rôle de catalyseur offrant à la société des repères. La complexité et la nécessaire nuance, le Dieu amour, la foi ne s’oppose pas à la raison et ne confond pas la conviction avec des certitudes exclusivistes, la foi est une école de la paix, de maîtrise de soi, et de sérénité, la foi impose le prix de l’effort permanent. Avec toutes ces approches, l’horizon est identique, réformer l’espace de son intériorité, le sens du jihâd. La gestion de ces tensions est la condition d’accès à la foi qui libère des illusions et offre une lucidité en quête de l’Absolu. Ces acteurs veulent être autonomes, sujets de leur histoire, acteurs de sa cité, capables de s’exprimer de façon audible, de prendre une position critique et une décision circonstanciée sur les questions de société, tel est le souci du citoyen qui ne met pas sa foi en veilleuse. La spiritualité libératrice refuse une société tournée vers l’exclusion, qui renforce un communautarisme destructeur de l’altérité culturelle. Il nous faut sauvegarder une pluralité de référence identificatoire. 

La composante musulmane belge s’élève à plus de 750 000 personnes, et reste polarisée selon des critères ethniques. Constituée d’une population d’origine maghrébine, turco-albanaise, indo-pakistanaise, africaine sub-saharienne, et belgo-belge, l’islamité de ces citoyens n’est pas liée au regain religieux des pays musulmans, mais à une réorientation des perspectives migratoires, où le rapport au culte reste un enjeu identitaire majeur. L’Islam de l’immigration, est marqué tant par l’appartenance doctrinale que linguistique, composant la cartographie religieuse belgo-musulmane. Le fonctionnement de la pensée d’une religion diffère de l’évolution de son parcours historique. Convoquer cet ancrage est fondamental pour cerner l’élan du renouveau et ses ramifications, tout en mettant en évidence les éléments théologiques, qui offre à la raison humaine, une attitude différente des sociétés postmodernes, face à la vérité religieuse. 

L’Islam belge est une construction intellectuelle d’une nouvelle pensée, qui s’oppose à la résonnance traditionnelle des pays d’origine. Cette islamité est le produit de personnes novatrices, dressant un horizon de la pensée islamique en pleine effervescence. La majorité des figures de proue de cette approche reste généralement des intellectuels formés aux sciences humaines, à itinéraire séculier, sans aucun ancrage de formation théologique. Bien qu’il soit pertinent de voir l’académicien, acteur de la société civile, capable d’interroger le patrimoine juridico-théologique classique, nous ne personnifierons pas l’étude mais marquerons l’ingrédient de sciences socioreligieuses, inspirant la contemporanéité, tout en considérant les défis sociétaux qui s’imposent.

L’Islam comme objet d’étude en contexte européen, nécessite une approche critique, ouvrant sa sensibilité aux réalités spatio-temporelles. S’impose alors un maniement du cadre référentiel, avec un recul procurant de l’authenticité. Cela inspire une démarche propre à la modernité. Alors que cette dernière agit sur le processus d’individualisation, elle interroge l’Islam sur sa capacité à assimiler les principes de liberté, d’égalité entre les genres, de sécularisation, et à émanciper l’individu de la tradition religieuse ; la postmodernité bouleverse le rapport à la normativité et chasse l’emprise de la collectivité, pour asseoir la logique de l’être qui se construit sans aucune référence céleste, et qui tente de se surmonter, en supposant détenir des caractéristiques de dépassement de soi. L’objectif du renouveau, est de ramener l’être issu d’une société au bonheur artificiel sans aucune nuance, à engendrer un positionnement critique radical, sur un fond de réflexions philosophiques. 

L’approche historico-critique objectivable du contexte anthropologique interroge l’élan du texte. Le moment de la révélation coranique et celui de son cadrage, dans le singulier et le commun, pour cerner la volonté divine, de l’aptitude humaine. Une méthode de dialectique entre les sciences islamiques et cette approche permet la sauvegarde des spécificités respectives. Ainsi, un nouvel élan face à ce que l’Islam européen n’a pas encore intégré comme entité réelle de sa présence, s’impose. 

L’Islam belge est soit ‘issu de l’immigration’, soit de la ‘post-intégration’. Les stratégies d’islamités différenciées d’ordre socio-politique, généralisent les préoccupations à l’ensemble des musulmans, les catégorisant de façon obsolète. Ils sont amenés à vivre selon un cadre déterminé au travers du prisme de l’Etat, imposant une posture séculière, sous couverture de neutralité. La géographie humaine démontre que le fait religieux n’a jamais été unifié dans l’histoire, et relever le défi revient à éviter de s’enfermer dans un passé imaginaire. Plusieurs formes d’islamité à logique d’opposition, et posture de repli, tout aussi citoyenne, puisent leur légitimité dans le terreau de l’épouvante qu’engendre la scène internationale.   

L’affirmation de soi refusée engendre l’isolat social, une logique d’opposition menant aux réactions radicales de déculturation plus subie que volontaire. Dans le processus de reconstruction identitaire, le référant religieux permet l’intégration, sans éliminer les traits culturels, tout en favorisant leur mise en valeur. Sans se soumettre à la pression sociale, le citoyen acquiert une identification où les modes du croire étant empreints au modèle majoritaire, il y a une déperdition de la ferveur pratique cultuelle chez la nouvelle génération. Malgré l’assimilation, elle se dit musulmane, et malgré que certaines politiques favorisent une ghettoïsation des ethnies issues de l’immigration musulmane, la maturité acquise chez divers acteurs leur permet de se réapproprier le sens de leur islamité. C’est un mécanisme intime qui détermine l’adhésion, plus intellectuelle que traditionnelle à la religion. Cette recomposition identitaire du croire, est plus en phase avec l’environnement sociétal que familial, par ‘intellectualisation’, et ‘spiritualisation’, des formes qui autonomisent cultuellement. Ainsi, la façon de se revendiquer d’appartenance islamique, soulève la question de la pluralité juridico-théologique. L’attestation de foi, shahâda, implique l’adhésion du cœur, tasdîq bil janân, la confirmation de la langue, taqrîr bil lisân, et l’application des membres, tatbîq bil arkan. La foi constitue une autorité transcendantale, lumière qui oriente la raison et l’action, elle donne sens à la rationalité et l’accompagne dans ses postulats et limites. Chacun formalise sa codification inclusive ou exclusive de sa conception d’adhésion à l’islam, questionnant son vécu. 

Il n’y a ni particularisme ni spécificité belge d’audace rationnelle à emprunte moderniste, quant à l’exégèse libérale des textes religieux, qui ne soit conforme à l’esprit de l’islam originel et qui opère un réajustement interprétatif adaptant le texte au contexte. Le renouveau émergeant est caractérisé par des figures qui normalisent la protestation socioreligieuse, sur des logiques individualistes de recomposition du religieux. La théologie sert comme outil d’expertise, pour ne pas être en rupture face aux soubassements du patrimoine. Des efforts inachevés dans la manière de dépoussiérer l’audace d’élan moderniste, nous évitent la mise sous tutelle de cette approche novatrice, pour maintenir la prééminence de la raison en guise d’articulation principale, en fidélité à ce qui anima la méthode des anciens, dans leur quête de sens. Sur le plan associatif, des acteurs proposent une alternative médiane entre les tenants d’une ouverture à se perdre, et ceux idéologiquement fermés. Toutes ces approches démontrent des pivots d’actions permettant d’asseoir l’identité citoyenne ; la préservation de l’identité, la contribution citoyenne, et l’émancipation de la pensée islamique contre la sclérose. Les composantes culturels et religieuses sont insufflées de variantes, en fidélité dans le questionnement.

 

Sujet qui s’appréhende par une contextualisation systématique d’approche pluridisciplinaire, réformer n’est pas un processus automatique, mais plutôt complexe d’émancipation personnelle et sociale, d’une citoyenneté participative à l’autonomie face au passé. Une culture dominante s’approprie de façon naturelle les critères de références de son univers. Chaque société y fait face selon son type de régulation du religieux. En Belgique, la validation du croire ancrée en la législation, porte une forte charge culturelle des formulations de la foi judéo-chrétienne. Des mécanismes régulateurs sont nécessaires, permettant l’implication d’autres modèles aux principes universels. Il s’agit, pour le musulman d’établir un aggiornamento de l’Islam ritualiste et philosophico-théologique, une vision séculière et spirituelle du monde et de ses accommodements possibles, sans déritualiser le champ public.

La religion, connectée à des pratiques publiques, est une médiation entre le privé et le public, elle motive individuellement l’action du champ social. Il s’agit d’établir une pluralité de systèmes normatifs avec un équilibre des sphères, en fonction de la vertu de la distance, afin qu’elle instaure un repérage spatial, une incorporation à l’ordre sociétal, établissant une échelle de valeurs au sein de l’encadrement hiérarchique qu’est l’Etat, afin de sauvegarder l’intérêt général et particulier. La sphère d’activité éthico-juridique se réfère à l’activité sociale, à l’universalité des valeurs, et à des normes de justice. Il s’agit de s’ouvrir à un avenir commun dans une dialectique de l’universel et du particulier, du privé et du public, un système de gestion basé sur un contrat moral de responsabilité, un processus émanant d’aspirations d’individus.

La sharî’a, commune à toute sagesse, est l’absolu du sens des valeurs et des finalités. La jurisprudence fiqh, est une perspective d’harmonisation entre les données traditionnelles et les conditions de vie modernes, où le musulman devient sujet agissant dans l’histoire et non pas subissant celle-ci. Législation inspirée par le spatio-temporel, elle est marquée par le psychoculturel qui l’a élaborée, et par le biais de l’ijtihâd, élément dynamique rationnel, permet une re-visitation du texte qui élabore des finalités de la législation, maqâçid as-sharî’a, à savoir, préserver l’être, le penser, le croire, le devenir et l’avoir, en fonction de nouveaux besoins et de l’évolution des mentalités, à fidélité inventive. Cette sharî’a permet à l’homme d’atteindre, dans des conditions historiques nouvelles, les objectifs éternels de la révélation. La pluralité des sources juridiques favorisant un dynamisme philosophico-éthico-théologique, et insuffle la recomposition d’une identité ouverte, devenant le creuset de l’intégration. La compréhension des textes ne se situe pas hors l’histoire. Elle considère le révélé dans la maitrise des facteurs de contextualisation, sans relativisme des invariants non négociables. L’approche rationnelle et déductive des textes, à partir de principes théoriques logiques d’application pratique, valide le principe, et il ne s’agit pas d’une méthode inductive, partant de la pratique pour aboutir à la théorisation de principes. Le renouvellement des thèmes n’entraine pas une réinterprétation, ni une réinvention juridico-théologique, sinon l’ijtihâd serait une institution imaginaire, engendrant l’immobilisme, alors que, texte révélé et révélateur, il transcende le temps et l’espace, pour visiter le patrimoine, turath. L’émergence du renouveau dilue le religieux dans l’autorité de l’imam, comme unique voie d’interprétation légitime institutionnalisée, et construit un transfert du monopole sur la sphère théologique, pour voir comment des non spécialistes s’arrogent une compétence en matière d’interprétation de Coran, sans approche scientifique. Je ne me penche pas sur le texte coranique, sa codification, sa genèse ou sur sa signification, mais sur la manière dont des lecteurs se l’approprient dans leur quotidien. 

 

 

 



Citer ce billet
IRMC (2023, 4 mai). Les usages du Coran dans les sociétés musulmanes contemporaines. Le carnet de l'IRMC. Consulté le 21 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qimd

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search