L’enseignement du Coran, ses acteurs et ses mutations à la  zawiya de Sidi  ‘mar Walhadj (Kabylie).

BESSAH Titem

Cet article est un résumé de l’intervention de Titem Bessah dans le cadre de sa participation à l’Ecole doctoral : Les usages du Coran. 

Ce texte donne un aperçu des modes d’enseignement du Coran, ses acteurs et ses mutations à  la  zawiya de Sidi  cmar Walhadj  en Kabylie. Pour décrire l’enseignement qui se dispense actuellement au sein de cette institution, trois grandes questions nous paraissent essentielles : le mode d’apprentissage pratiqué est-il traditionnel au plan de ses outillages pédagogiques (les planchettes) ? Cet apprentissage exige-il seulement un effort de mémoire centré sur le texte, ou est-il aussi accompagné par la compréhension du texte sacré ; ce que J. Goody appelle « l’exercice de rumination intellectuelle » ? Est-ce que cette zawiya a évolué sur le plan pédagogique ? Il s’agit de dresser un tableau d’ensemble des méthodes, procédés et programmes d’enseignement en vigueur dans cette zawiya en deux perspectives : synchronique et diachronique en présentant le personnel enseignant entre 1850 et 2015, d’une part, et les tulba en dressant leurs profils, origines, droits et obligations, d’autre part. Ce qui nous permettra ensuite d’examiner les recompositions de cet enseignement et de ses acteurs et de mieux analyser et saisir ses reconfigurations à travers l’étude de l’évolution du mode de gestion de cette zawiya.

L’évolution de la zawiya sur le plan pédagogique

      L’enseignement du Coran à la zawiya de Sidi cmar Walhadj se fait à l’intérieur d’une salle réservée à cet effet et qu’on appelle « la salle du Coran » où les tulba restent assis par terre sur un tapis et en formant le plus souvent un cercle. Ils utilisent les outils traditionnels (la planchette et l’encre).  Les étapes de la mémorisation du Coran se résument dans six opérations essentielles (Titem Bessah, 2019 : 175-176)  qui renvoient à ce qu’a décrit Jacques Jomier il y a près de trente ans : il s’agit de « Copier, apprendre, réciter, effacer de la tablette ce que l’on possède par cœur, écrire une nouvelle tranche, l’apprendre, la réciter, repasser ce qu’on a déjà vu auparavant pour ne pas que le souvenir s’en estompe » (Jacques Jomier, 1994, p. 330). Notant que la récitation du Coran doit se faire obligatoirement en suivant la méthode dite « Riwayat Warash ». Une fois cette méthode est bien maitrisée, le taleb pourra réciter le Coran en suivant d’autres méthodes.

     Le cycle d’étude à la zawiya est limité à six ans. Ainsi, les tulba sont tenus d’apprendre chaque année dix Hizbs, puisqu’en principe ils arriveront à la fin de leur cursus à mémoriser l’ensemble du Coran, qui contient soixante Hizbs. Le mode d’évaluation et ses sanctions montrent que le système d’organisation et de gestion tend à être apparenté au système d’enseignement moderne puisqu’à ce processus de contrôle et d’apprentissage s’ajoute l’institution d’un « certificat de mémorisation du Coran » chaque année, tandis que dans le passé, le taleb qui achève ses études bénéficie des « idjaza » qui lui seront délivrées par les maîtres qui l’autorisent à devenir Imam ou shikh.

     La lecture du règlement intérieur de la zawiya montre une évolution significative des programmes qui préconisent l’enseignement de plusieurs disciplines : la langue arabe, le droit musulman, la vie du Prophète. Ce règlement énonce clairement que l’étude de la mémorisation et de la récitation du Coran se complète par l’étude du sens et des significations. En outre, il prévoit l’enseignement d’autres disciplines comme l’histoire, la géographie, le calcul, les sciences naturelles, l’informatique et la culture générale.  Ce qui permet de penser que la zawiya a fait évoluer ses enseignements. Toutefois, la lecture des fonctions des shuyukh telles qu’elles sont énoncées dans le même règlement, montre que les programmes de la zawiya se concentrent sur les cours de langue arabe et le droit musulman et que l’activité de la mémorisation et de la récitation du Coran sont centrales dans la pédagogie d’enseignement où la majeure partie du temps de l’enseignement des tulba est réservée à cet effet. Nos observations et les témoignages montrent que dans les faits, les autres disciplines, à part la mémorisation et la récitation du Coran, ne sont pas dispensées à la zawiya qui n’a pas véritablement de programmes pour toutes ces matières.

Les shuyukh : Maîtres de la zawiya (1850-2015)

     Nous avons pu récupérer parmi les archives de la zawiya une liste exhaustive des shuyukh qui y ont enseigné durant trois périodes principales, à savoir entre 1850 et 1958, entre 1964 et 1970 et enfin de 1986 jusqu’à 2015. Cette liste permet d’abord de faire le constat sur la moyenne du séjour d’un maître qui était de cinq ans durant la période comprise entre 1850 et 1958, et de trois ans durant la période la plus récente. C’est loin d’être le cas pour la période intermédiaire comprise entre 1964 et 1970 puisque dix shuyukh ont été recrutés durant une période de six ans. Cela s’explique par le principe qui fait que certaines zawaya se font affectées des shuyukh de grande compétence comme une obligation et par le principe de l’échange et de la rotation des tulba entre les zawaya. En outre, l’on constate qu’entre 1964 et 1970 quatre shuyukh sur dix sont du lignage du saint Sidi cmar Walhadj, contrairement à la période suivante durant laquelle aucun shikh n’appartient à ce lignage.

     Cette liste permet aussi de constater que, contrairement à la période comprise entre 1850 et 1970, durant laquelle la majorité des shuyukh sont d’origine kabyle, il en va différemment pour la période récente (depuis 1986) puisque la majorité des shuyukh sont étrangers à la région kabyle. Sachant qu’à partir de 1967, le Ministre des affaires religieuses a nationalisé le secteur de l’enseignement traditionnel des zawaya en les liant étroitement au fonctionnement de la bureaucratie religieuse. En effet, à partir de cette date, les recrutements des enseignants se font par concours qu’organise le Ministère pour accéder à un statut du fonctionnaire du culte. Avec l’érection de plusieurs zawaya en Instituts des sciences islamiques à partir de 1975, tout taleb sorti d’une zawiya doit suivre un autre cursus de deux ans dans l’un de ces nouveaux instituts afin de pouvoir occuper un statut supérieur dans la nouvelle hiérarchie administrative du culte. Nous pouvons lire un aspect de cette nouvelle hiérarchisation dans le règlement intérieur de la zawiya qui définit les différents statuts de son personnel enseignant, qui est influencé par le contrôle administratif des affaires religieuses officielles. Cette nouvelle structure enseignante renvoie à quatre postes distincts avec des tâches bien délimitées pour chacun (Titem, Bessah, 2019, p. 179-180).

     Enfin, l’étude des profils de plusieurs shuyukh de la zawiya durant la seconde moitié du XIXe et la première moitié du XXe siècle montre qu’elle était intimement liée aux mouvements religieux qui ont marqués la région durant cette période, à savoir la tariqa rahmaniya et le réformisme. Il s’agit principalement de Mohand Welmokhtar, Mohand Said Oussahnoun (Ibid, p. 181-183) et Said Elyadjri (Ibid, p.184-190)

Les tulba : profils, droits et obligations

     Le règlement intérieur de la zawiya, qui consacre une grande partie aux tulba, précise d’abord les conditions de leur inscription : ne pas être atteint d’une maladie chronique ; ne pas avoir d’antécédents avec la justice ; ne pas être exclu d’une autre zawiya ; s’engager au respect de son règlement et des délais de dépôt du dossier d’inscription qui traduit ces exigences et enfin la préparation des affaires scolaires et de résidence. Après son inscription, la zawiya met à la disposition du taleb une carte d’étudiant et un certificat de scolarité.

     La zawiya avait en 1936 45 tulba alors qu’elle semble à son apogée en 1940/1943 avec 90 tulba. En 1945/1950, elle est désertée et ne compte plus que 25 tulba. Entre 1970 et 1975, elle en compte 18,dont 14 étrangers au village (Mohamed Brahim Salhi, 1979, p. 256-257). Selon les témoignages, la zawiya a repris son dynamisme à partir de 1975 avant de refermer ses portes à la fin des années 1970. Entre 1986 et 2004, le nombre de tulba varie entre 70 à 80 et en 2005 leur effectif s’est réduit et atteint environ une quarantaine. Depuis 2006, leur nombre n’a jamais dépassé 25 tulba. En 2009 la zawiya dispense un enseignement à 18 tulba qui lui proviennent majoritairement des régions de l’est algérien (deux seulement sont originaires de la Kabylie). Le même constat ressort des données de 2016.

     L’âge des tulba varie généralement entre 16 et 34 ans (l’une des conditions d’entrée est d’être âgé au minimum de 12 ans).  Leur niveau d’instruction varie entre la cinquième année d’étude primaire et la troisième année d’étude secondaire. Cette zawiya n’exige pas un niveau d’instruction bien précis pour accéder aux études et accueille les élèves qui ont échoué dans le cycle de l’éducation nationale afin de leur offrir une autre chance. 

     Au-delà des activités liées à l’enseignement, les tulba doivent respecter d’autres obligations que leur confère le statut d’un taleb. On peut résumer l’essentiel des interdits en ce qui suit : l’absence sans justification et autorisation préalable des responsables ; passer la nuit en dehors de la zawiya sans une justification, héberger des zuwars ou recevoir leurs dons ; circuler sans motif dans les ruelles du village ; sortir au chef-lieu de la commune en dehors du week-end sans autorisation. En outre, le règlement contrôle l’apparence physique du taleb qui doit porter la tenue religieuse, couper ses cheveux et veiller à la propreté de son corps et de ses habits, veiller à la préservation des différentes propriétés de la zawiya et à utiliser rationnellement le gaz, l’électricité et l’eau ; maintenir l’ordre et la discipline à l’intérieur et à l’extérieur de la zawiya ; respecter les zuwars.  Sans oublier qu’ils sont tenus de respecter les interdits canoniques de la religion.

D’une  gestion « communautaire » à une gestion « associative »

     Les fonctions de gestion de la zawiya de Sidi cmar Walhadj étaient traditionnellement attribuées aux familles maraboutiques du village portant le même nom qui recrutent le shikh. Ce dernier préside l’enseignement sous le contrôle des responsables du village. Plusieurs témoignages affirment par ailleurs que les fonctions et les prérogatives traditionnelles du shikh dépassent largement le domaine de l’enseignement puisqu’il contribue à la gestion des ressources et des propriétés de la zawiya. Mais il n’avait pas l’autorité exclusive puisqu’il est assisté et contrôlé par tajmâat  ou le comité du village.

     Dans le passé, la répartition des tâches entre les tulba  se présentait de la façon suivante : les tulba n tnewalt (cuisiniers) s’occupaient de la préparation des repas, de la vaisselle et de l’entretien des espaces de la zawiya ; les tulba n sayba s’occupaient de l’acheminement de l’eau et de la récupération de laccur et enfin les tulba n tefthilin (les lampes) s’occupaient des lampes à l’huile qu’ils devaient allumer chaque jour vers le coucher du soleil et éteindre ensuite  après l’aube.  Cette fonction était généralement attribuée aux tulba les plus jeunes parce qu’elle est la tâche la plus aisée et qui ne demande pas d’efforts physiques.  La répartition des tâches à l’intérieur de la zawiya ne se présente plus de la même façon aujourd’hui puisque son fonctionnement a considérablement évolué, de même pour les droits et les obligations des tulba qui ont complètement changés. Ces changements s’expliquent entre autres par l’évolution des modes de vie qui est dûe au développement technique et matériel. Ainsi, par exemple, la tâche qui était attribuée dans le passé aux tulba n tefthilin (les lampes) n’existe plus depuis l’électrification de la région depuis le début des années 1980. De même pour l’acheminement de l’eau qui est disponible à domicile depuis une trentaine d’années.

     Le changement le plus remarquable remonte à 1986 puisque depuis cette date, les fonctions de gestion sont attribuées à l’association religieuse qui a été créée dans l’objectif de disposer d’un cadre adéquat pour gérer la zawiya ; et pour décharger ainsi l’instance villageoise des aléas de cette gestion qui pouvait se répercuter sur la gestion des affaires du village. A sa création, cette association est composée de neuf membres qui appartiennent au lignage du saint. Entre 1986 et 2016, la gestion de la zawiya est assurée par le président et le trésorier de l’association qui sont chargés, de plus, de participer à l’enseignement des tulba. Les profils de ces responsables indiquent qu’ils appartiennent au service officiel du culte et articulent ainsi la zawiya au secteur officiel des affaires religieuses (Bessah, Titem, 2019, p. 174).

     Pour faire participer les tulba à la gestion de la zawiya, son conseil administratif désigne le taleb le plus compétent parmi les tulba âgés de 16 ans et plus pour occuper la fonction du Muqadem. Ce dernier est l’intermédiaire entre l’administration et les tulba puisque son rôle principal consiste à transmettre les consignes et les ordres des shuyukh et des responsables aux tulba, d’une part, et à transmettre les préoccupations, réclamations et doléances de ces derniers aux responsables, d’autre part. Il doit, en plus, amener tous les tulba à respecter le règlement, ce qui lui exige d’avoir un comportement exemplaire. Enfin, le Muqadem est chargé de réveiller les tulba à la prière de l’aube et à participer activement aux festivités religieuses et culturelles. De la sorte, le taleb qui occupe le poste du Muqaden combine les fonctions rentrant dans le cadre des études et celles de la gestion avec ses multiples attributions.

Les anciens Tulba 

 

Les Tulba Mémorisent le Coran 

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
IRMC (3 mai 2023). L’enseignement du Coran, ses acteurs et ses mutations à la  zawiya de Sidi  ‘mar Walhadj (Kabylie). Le carnet de l'IRMC. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qimb


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search