2011, Révolution tunisienne : expériences et tournant scientifique ?

La troisième session du colloque anniversaire des 30 ans de l’IRMC (2-3 décembre 2022) a vu se réunir cinq chercheurs particulièrement proches de l’institut. Vincent Geisser (CNRS, Iremam), chercheur à l’IRMC de 1996 à 1999, a modéré la discussion, qui s’attachait à poser les bases d’une réflexion sur les effets de la Révolution tunisienne sur la recherche en sciences humaines et sociales, en Tunisie et sur la Tunisie. Plus largement, cette session appelait à penser ce que les révolutions font aux sciences sociales. Que produisent les mouvements contestataires sur la manière d’aborder les sociétés et sur les manières de travailler à l’étude des sociétés ?

Dans ce panel, chacun des chercheurs a fait l’expérience de cet événement dans sa manière de travailler. L’enchantement populaire s’est également traduit par un enchantement du chercheur face à des événements qui ouvraient toute une série de possibles en termes sociétal, politique et institutionnel.

Amin Allal (CNRS, CERAPS) apporte des remarques préliminaires sur une recherche en cours, avec une réflexion autour de l’état de la science politique tunisienne aujourd’hui. Sa communication, « Les aléas du réenchantement des sciences sociales du politique », propose une première lecture de l’évolution des sciences sociales en Tunisie et sur la Tunisie. Dans les décennies 1980 et 1990, la science politique sur la Tunisie n’est centrale ni en Tunisie ni ailleurs. Il n’existe par ailleurs pas de département de science politique dans les universités du pays – avec pour seule exception notable l’enseignement de Hamadi Redissi à l’Université de Tunis, cependant marquée par le droit public ainsi que la philosophie et la théorie politique. Aussi, peu de travaux empiriques sont réalisés sous le régime de Ben Ali. De cette génération de chercheurs sortent deux enseignants-chercheurs, comme Baccar Gherib (doyen de la Faculté des sciences juridiques de Jendouba) et Asma Nouira (Université de Tunis el Manar) qui vont occuper des positions importantes dans l’enseignement supérieur après 2011.

Sans relever des sciences sociales du politique à proprement parler, des chercheurs d’autres disciplines permettent également d’ébaucher les sciences sociales du politique en Tunisie : les géographes-urbanistes alimentent les réflexions de sociologie politique, les historiens apportent des clés pour comprendre la formation de l’État et des élites, ou encore y contribuent aussi les travaux sur le genre, ainsi que les études de droit (et principalement la manière militante de faire du droit). Des centres de recherche étrangers contribuent également à la formation des sciences sociales du politique sur le pays : notamment la science politique aixoise autour de Michel Camau, Sciences Po Paris, et le CEMAT à Tunis permettait aussi la venue de politistes états-uniens. Les binationaux qui étudient hors du pays détiennent également un rôle majeur dans la formation des sciences sociales sur la Tunisie.

Après 2011, la Tunisie connaît un engouement pour la chose publique. Cela se traduit par une multiplication des lieux de formation en science politique (notamment à Sousse et Jendouba), et plusieurs universités privées proposent également de l’enseigner, en partie pour répondre aux commandes d’expertise d’ONG et de fondations. Il n’existe cependant toujours pas de département de recherche en science politique dans le pays, ni de laboratoire de recherche.

Cet engouement (salutaire) pour les sciences sociales du politique en Tunisie demeure donc parfois « peu armé », selon Amin Allal : il se fait dans un contexte d’explosion de la coopération internationale et de l’aide au développement dans le pays, qui représente un risque pour la recherche fondamentale, beaucoup de jeunes chercheurs n’étant formés qu’à ce type de recherche.

Des aspirations sociales et démocratiques aux expressions de la révolution conservatrice

Mohamed-Chérif Ferjani (Université Lyon II) revient sur son expérience de la Révolution tunisienne. C’est en 2011 qu’il rejoint l’IRMC, avec un programme de recherche inspiré des événements en cours, qui porte sur les liens entre religion et démocratisation. Il pose la question de l’impact de la démocratisation sur l’évolution des religions et des pratiques religieuses, et ce dans le cadre d’un paradigme comparatiste avec le christianisme politique.

Après la Révolution tunisienne, un autre tournant intervient dans son travail de chercheur en 2016. Sous l’inspiration d’un article de l’historien David Lindenberg, « Une révolution conservatrice qui avance à visage découvert », Chérif Ferjani commence à réfléchir aux rapports entre islam politique et révolution conservatrice, toujours en suivant une approche comparative. De ces réflexions, il publie en 2022 l’ouvrage Néolibéralisme et révolution conservatrice.

Ouvrir les yeux, voir d’autres choses, faire d’autres croisements

Kmar Bendana (Université de la Manouba) évoque la Révolution tunisienne comme la première chose déstabilisante de sa vie professionnelle. Elle évoque une lenteur dans la compréhension des événements de 2011, et décrit la Révolution comme un vécu à grande vitesse où toutes et tous se sont trouvés entraînés. Le propre des régimes autoritaires : donner de la lenteur à tout, et la Révolution vient bouleverser cet état figé. Elle se dit alors secouée dans sa manière de raisonner sur les différentes séquences de l’histoire contemporaine, et va opérer un changement dans son style d’écriture, avec l’ouverture d’un blog scientifique (https://hctc.hypotheses.org/), qui reflète sa manière d’écrire depuis 2011. Elle s’intéresse à la culture politique tunisienne dans la période contemporaine, et à la façon dont les idées circulent entre la vie intellectuelle et la vie politique. Ce blogging scientifique lui permet d’écrire court, sur papier d’abord, et de relier présent et passé, avec un effort d’illustration par des événements contemporains.

Kmar Bendana considère la longue durée comme repère d’analyse pour appréhender la société, et c’est « relire » l’histoire tunisienne qui lui paraît aujourd’hui primordial. Elle apporte des questionnements sur les sources de la Révolution, mais également sur l’archive en train de se fabriquer aujourd’hui (pour exemple, nous ne disposons pas des premières versions de la Constitution de 2014, travaillées à l’ANC).

Par la suite, elle avance deux questions encore peu appréhendées par la recherche, qui pourtant sont des traits fondamentaux de l’histoire contemporaine : celle de l’histoire du féminisme tunisien, question qui n’est pas assez soumise à interrogation historique, et celle des travaux sur la jeunesse. L’histoire du mouvement national, la décolonisation et la montée de la jeunesse en Tunisie sont montés aussi avec l’importance des mouvements étudiants, pas assez étudiés jusqu’à ce jour. Elle appelle ainsi les chercheurs en sciences humaines et sociales à « faire d’autres croisements » pour rendre les événements contemporains intelligibles.

L’historienne propose deux observations de longue durée pour appréhender la période actuelle en Tunisie. Tout d’abord, le lien entre études universitaires, jeunesse, politique et leadership, qui est aujourd’hui vidé. Aussi, si l’on peut établir que les décolonisations et les mouvements de jeunesse sont liés à l’imprimerie, Internet aujourd’hui fait une autre Révolution. Inscrire l’histoire dans son monde contemporain, Internet compris (sans considérer qu’il y ait de Révolution 2.0, mais en reconnaissant l’obligation de travailler aujourd’hui sur ces différentes échelles pour comprendre le présent), est essentiel. Pour elle, les chercheurs doivent continuer de se nourrir de l’actualité pour lire l’histoire : sur l’évolution du savoir et de l’enseignement (y compris avec Internet, et le capitalisme du savoir) et sur la nature des faits traversés notamment.

Ce que la Révolution fait aux sujets de recherche

Les travaux d’Éric Gobe (CNRS, Iremam) depuis les années 2000 portent notamment sur la profession d’avocat en Tunisie – profession à laquelle la Révolution a ouvert une fenêtre politique. Avec la participation d’avocats dès le début des soulèvements populaires, cette profession passe d’une position de dominée (et résistante), dans le complexe juridictionnel sous Ben Ali, à une position hégémonique jusqu’en 2014 avec le vote de la constitution. Les mobilisations des avocats leur ont permis de constituer un capital de légitimité révolutionnaire, puisé pour jouer un rôle politique de premier plan. Dans la constitution de 2014, l’article 105 les reconnaît comme profession libre et indépendante, qui participe à l’exercice de la justice et à la défense des droits et libertés, au même niveau que la magistrature (gain perdu avec la constitution de 2021).

La Révolution fait ainsi évoluer ses objets de recherche : il travaille aujourd’hui sur les effets politiques et sociaux de l’expérimentation démocratique en Tunisie entre 2011 et 2021. Pour cela, il développe des recherches autour de deux thématiques principales : l’émergence de la justice transitionnelle (à l’introduction d’un type de justice visant à traiter de contentieux hérités d’un régime autoritaire, à l’appropriation de ce modèle normatif) ; et l’importation ainsi que l’usage du modèle des autorités publiques indépendantes après 2011. Il tend notamment à donner des clés de compréhension afin d’analyser les raisons pour lesquelles ces instances ont été partie prenante de jeux d’acteurs qui ont contribué à affaiblir leur revendication de neutralité et d’impartialité (cas du Conseil supérieur de la Magistrature). Les recherches récentes d’Éric Gobe s’inscrivent dans le cadre de l’ERC TARICA, dirigée par Alia Gana.

Chaque chercheur s’est trouvé tant enchanté qu’appelé à avoir un regard réflexif sur les méthodes de travail, sur les manières de penser face aux événements révolutionnaires de la région. Ces événements, qui ont pu donner l’image simpliste d’un effet « domino », ou encore d’un effet de « contagion », demeurent des réalités qu’il faut tenter d’expliquer. Tous ont fait face à ces soulèvements, et les ont pris en compte dans leur manière de faire de la recherche pour aborder les transformations en cours. À l’unisson, ils plaident en faveur de réflexions et de recherches collectives pour mieux appréhender ces phénomènes et penser des clés de compréhension sur les sociétés d’aujourd’hui.

Vanessa Aubry

Pour citer ce billet : « 2011, Révolution tunisienne : expériences et tournant scientifique ? » par Vanessa Aubry, compte-rendu de table-ronde avec Amin Allal, Kmar Bendana, Chérif Ferjani et Éric Gobe, animée par Vincent Geisser à l’occasion du colloque des 30 ans de l’IRMC, décembre 2022

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
IRMC (30 janvier 2023). 2011, Révolution tunisienne : expériences et tournant scientifique ? Le carnet de l'IRMC. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qima


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search