Le projet JRSHS Libye : renouer avec le monde académique libyen

Par Neila Saadi (ISMPT, IRMC)

Le projet « La jeune recherche en sciences humaines et sociales : un outil de développement au service la Libye » (JRSHS Libye) s’est déroulé sur deux années (2020-2021). Il a permis à l’IRMC de consolider sa relation avec le monde académique libyen et de contribuer à la réflexion sur un pays et une région qui passent par de grands changements. En effet, en 2018, s’est tenu le colloque international « La Libye d’aujourd’hui : société, politique et espace », l’une des principales activités dirigées vers la Libye depuis quelques années.

La présence de plusieurs présidents d’universités libyennes à ce colloque a permis un dialogue institutionnel afin de garantir la stabilité des échanges académiques et de discuter des possibilités de coopération. L’obtention d’un financement [1] pour le projet JRSHS Libye offrait l’occasion de pouvoir monter plusieurs activités d’envergure.

Comme son intitulé l’annonce, le projet s’adresse principalement aux jeunes chercheurs libyens : une jeunesse appelée à analyser, comprendre et participer à la construction de son pays après le tournant de 2011. C’est ainsi que le projet a proposé à cette jeunesse des mécanismes d’accompagnement et de renforcement de ses capacités de recherche. Des bourses d’accueil à l’IRMC ont été octroyées, pendant les deux années du projet, à des étudiants en mastère et en doctorat inscrits dans différentes disciplines des SHS. Le projet a aussi permis la mise en place d’un MOOC en méthodologie de la recherche en SHS, en langue arabe. Des doctorants ont pu présenter leurs recherches en cours dans le cadre des séminaires de l’IRMC ou du colloque international organisé dans le cadre du projet. Toutes ces activités avaient aussi pour objectif de contribuer à rendre plus visible la recherche qui se fait en Libye et de permettre l’ouverture de ces jeunes chercheurs à de nouveaux espaces de la recherche.

L’enrichissement du fonds documentaire de deux institutions libyennes par des ouvrages en trois langues avait pour objectif de faire bénéficier le plus grand nombre d’étudiants d’outils récents certainement utiles à leurs recherches ; d’autant plus que le fonds documentaire de la bibliothèque de l’IRMC dédié à la Libye a été fortement enrichi, par des références sous format papier ou numérique, afin de satisfaire, par exemple, les besoins des chercheurs libyens en accueil.

D’un autre côté, le projet a associé les enseignants et les chercheurs libyens dans l’ensemble des activités du projet. Le comité scientifique du projet comptait quatre universitaires libyens parmi ses membres.

Trois séminaires ont été organisés, réunissant des chercheurs libyens. L’un d’eux a été consacré aux traditions de la recherche en sociologie en Libye en réunissant différentes générations de chercheurs. Plus d’une quinzaine d’universitaires libyens ont participé à un workshop sur « les outils de l’innovation et de la recherche en sciences humaines et sociales ».

Un colloque international « La Libye contemporaine entre Afrique et méditerranée » a été organisé en novembre 2021. C’était un point de rencontre de plusieurs spécialistes du terrain libyen, venus de Libye ou d’autres pays.

Une attention particulière a été portée à l’égalité des chances de participation des femmes et des jeunes chercheurs dans l’ensemble des activités menées par le projet. Il faut aussi souligner qu’à travers ce projet, plusieurs conventions de partenariat avec les universités libyennes ont été signées. On citera à titre d’exemple l’Université de Tripoli, l’Académie libyenne des hautes études de Tripoli, l’Université de Benghazi, ou encore l’Université d’Ezaytuna.

Une partie de ces activités a été documentée dans un numéro spécial de la Lettre de l’IRMC en français et en arabe.

Bien que le projet ait pris fin en décembre 2021, l’IRMC continue sa mission de centre de recherche et de lieu de formation académique, en maintenant une communication avec les différents boursiers, les universitaires et les institutions libyennes qui ont participé à ce projet, et en continuant à s’ouvrir à tous les collègues libyens qui souhaitent être accueillis par l’IRMC. D’ailleurs, certaines activités initiées par le projet vont se poursuivre et de nouveaux projets se dessinent à l’horizon.

Grâce à ce projet, au réseau des chercheurs tunisiens associés, mais aussi grâce à son réseau international et à sa proximité géographique, l’IRMC fête ses trente d’année d’existence par une nouvelle étape de la coopération avec le monde académique libyen. Je ne peux que souhaiter le succès espéré pour une coopération durable, riche et surtout bénéfique à tous.


[1] Le projet est financé par le fonds de solidarité pour les programmes innovants du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères via l’ambassade de France en Libye.


Pour citer ce billet : « Le projet JRSHS Libye : renouer avec le monde académique libyen », Neila Saadi, Lettre de l’IRMC n°33, septembre 2022

Photo de couverture : ©Skander Khlif 



Citer ce billet
IRMC (2022, 20 décembre). Le projet JRSHS Libye : renouer avec le monde académique libyen. Le carnet de l'IRMC. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qim8

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search