L’IRMC et la recherche maghrébine : des liens pérennes

Par Hend Ben Othman (IRMC, Université de Carthage)

« Savoirs en usage, savoirs en partage » : tel a été l’intitulé du premier séminaire organisé par l’IRMC avec l’Académie des Arts, des Lettres et des Sciences Beit al-Hikma [1], et qui peut résumer le rôle joué par l’Institut dans la promotion de la recherche maghrébine en sciences humaines et sociales : celui d’un lieu de rencontre, de partage et de relais entre chercheurs s’intéressant au Maghreb contemporain.   

La création en 1992 de l’IRMC correspond à la transformation du Centre de documentation Tunisie-Maghreb (CDTM) [2] en un institut dédié à la recherche en sciences humaines et sociales et s’intéressant au Maghreb contemporain. Il avait pour ambition de jouer le rôle de catalyseur pour les chercheurs français, tunisiens et maghrébins pour la constitution de réseaux transdisciplinaires, de mettre en place des programmes de recherche et d’animer des débats sur le rôle des chercheurs en scrutant de près les transformations que connaissent les sociétés maghrébines et plus largement arabo-musulmanes depuis le début des années 1990. Force est de constater que trente ans plus tard, l’IRMC est devenu un repère incontournable pour les chercheurs de tous bords intéressés par la recherche en sciences humaines et sociales. Il s’agit d’un lieu de débat précurseur et d’un vivier de chercheurs maghrébins, grâce aux relations de coopération mises en place avec les universités maghrébines, mais également, et surtout, grâce aux liens tissés au fil des années et inscrits dans la durée et aux relations intellectuelles profondes nouées à l’occasion de programmes de recherche interdisciplinaires.

Les conventions de partenariat avec les universités et les institutions maghrébines : les premiers jalons pour la constitution de réseaux de recherche transméditerranéens

Depuis trois décennies, des liens solides ont été établis avec les universités maghrébines, les laboratoires de recherche et les institutions, du fait de la mise en place de conventions de partenariat ou grâce à la programmation de manifestations scientifiques et de journées d’études, qui ont permis de pérenniser les réseaux de recherche en sciences humaines et sociales entre la France et le Maghreb et de former une nouvelle génération de chercheurs et d’enseignants.

En Tunisie, les partenariats entre l’IRMC et les facultés de sciences humaines et sociales de Tunis (Universités de La Manouba, de Sousse et de Sfax) et ceux conclus avec les différents instituts universitaires [3],  les laboratoires et centres de recherches (à l’instar de Beit al-Hikma, DIRASET, CERES, SYFACTE et le CREDIF) avaient pour but de développer des réseaux de chercheurs sur des thématiques communes. Ils ont donné lieu à l’animation d’ateliers de recherche, l’organisation de colloques et la publication d’ouvrages collectifs de grande qualité, qui servent de références dans les divers champs de recherche.  

Mais les relations de l’IRMC avec les institutions tunisiennes ne se sont pas cantonnées aux universités et laboratoires. L’Institut a également initié des conventions de collaboration avec des observatoires et des administrations susceptibles de mener des recherches au plus près du terrain, ce qui a permis un ancrage des travaux de recherche au cœur des préoccupations de la société tunisienne. Ce fut le cas notamment durant la période post-2011, marquée par de profonds changements politiques et sociétaux. C’est ainsi que des partenariats ont été mis en œuvre avec l’Observatoire national de la Jeunesse (ONJ) de Tunis, l’Observatoire national du Sport, l’Office national de la Famille et de la Population, avec une ouverture sur les associations de recherche (Labo’ démocratique, Association tunisienne d’anthropologie sociale et culturelle). Le développement de relations de partenariat avec les Archives nationales et la Bibliothèque nationale a également permis aux chercheurs et boursiers venus de France ou d’ailleurs, en accueil à l’IRMC, d’accéder aisément aux fonds documentaires de ces deux institutions  et d’organiser de nombreuses manifestations scientifiques, qui ont abouti  à  l’élaboration de thèses et d’ouvrages scientifiques originaux.

 

À l’instar de la Tunisie, la coopération scientifique entre l’IRMC et l’Algérie a été initiée dès la fin des années 1990, notamment avec les Universités d’Alger, de Skikda, de Annaba, de Constantine, de Ouargla, d’Oran, de Sétif, de Tlemcen et le Consortium des Universités de l’Est algérien, ainsi qu’avec les différents centres de recherche [4]. Les conventions signées ne sont pas restées un vœu pieux, elles ont donné lieu à l’organisation de plusieurs séminaires et colloques en Algérie, en Tunisie et en France, sur des questions relatives aux changements socioculturels, au développement durable, aux questions patrimoniales etc. Elles ont également constitué l’opportunité d’éclairer à partir de plusieurs terrains de recherche les thématiques portées par les chercheurs des deux pays et d’associer d’autres chercheurs de pays maghrébins et méditerranéens aux réflexions. Surtout, l’ouverture de perspectives d’échanges scientifiques aux jeunes chercheurs et doctorants, grâce à l’organisation d’ateliers doctoraux dans les universités algériennes [5] et l’incitation à la mobilité par le biais de bourses et de séjours d’accueil à l’IRMC, permettra, à terme, de promouvoir de nouveaux réseaux de recherche et de les inscrire dans la durée. 

Plus récemment, avec le changement de régime politique en Libye, l’ouverture de l’IRMC sur les terrains de recherche libyens a été initiée en organisant à Tunis, avec l’Université de Tripoli et l’Académie des Hautes Études de Tripoli, d’un premier colloque en 2018 qui a réuni des universitaires de pays et de disciplines différents. Cette initiative a posé les jalons d’une belle collaboration donnant lieu à l’organisation d’un atelier méthodologique. Elle a aussi contribué à l’attribution de bourses aux étudiants libyens et à la mise en place d’un projet sur la jeune recherche en sciences sociales et son rôle dans le développement en Libye. Ce projet (qui a bénéficié du Fonds de Solidarité pour les Projets Innovants) a abouti à l’organisation de plusieurs ateliers en présentiel ou à distance, à la constitution d’un premier fonds documentaire sur la Libye, et d’un autre en Lybie, constitué d’ouvrages et de ressources numériques. Il a également donné lieu à l’extension de la coopération avec d’autres universités libyennes, notamment celles de Benghazi, de Sabha et de Omar Al Mokhtar. Il a surtout permis la mobilité d’étudiants en Tunisie, et l’initiation d’un cycle de formation en ligne par le biais de MOOC au profit de ces derniers, afin de contribuer à leur intégration dans la dynamique de la recherche en sciences sociales et à la mise en réseaux avec des chercheurs confirmés des deux rives de la Méditerranée.

Au-delà des partenariats institutionnels, la fabrique informelle de la recherche : des réseaux et des amitiés intellectuelles solides 

Les conventions et les accords signés avec les institutions sont certes incontournables et constituent un cadre « formel » pour la mise en place de projets, d’échanges scientifiques et de bourses de mobilité. Mais les liens informels, bâtis au fil de plusieurs années de recherches croisées sur le Maghreb, entre doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés de différentes disciplines et venus de divers pays, ont permis de transmettre les savoirs méthodologiques et empiriques sur la recherche.

Au-delà des conventions de partenariat inscrites dans la durée, les liens étroits avec les chercheurs associés, détachés ou lecteurs, qui fréquentent assidûment les conférences et les séminaires font de l’IRMC un point de rencontre et de débat libre et constructif. Ces réseaux, qui dépassent le cadre institutionnel, alimentent la recherche maghrébine et permettent des échanges d’idées, de terrains, et la mise en place de réseaux de recherche.

Les amitiés intellectuelles sont des terreaux fertiles pour creuser des sillons scientifiques. Les idées, les conseils de lectures, les envies de nouveaux terrains naissent dans le compagnonnage que permet l’Institut. Il s’est constitué une place au centre d’un réseau fluide de circulations autour de la Méditerranée, en allant jusqu’à Paris, Londres ou Berlin. L’IRMC a en effet une longue tradition de collaboration avec les chercheurs issus d’universités et d’instituts de recherche au Maghreb, par le biais des programmes de recherche et des cycles de conférences et séminaires initiés par des chercheurs tunisiens ou maghrébins en détachement ou associés à l’IRMC.

Depuis trente ans, l’IRMC a ainsi accueilli une dizaine de chercheurs tunisiens en détachement de l’Université tunisienne [6] pour une durée de quatre ans : l’opportunité pour ces derniers de mettre en place des programmes de recherche au cœur de leurs réflexions et terrains, et d’y associer des doctorants et des chercheurs d’universités tunisiennes, maghrébines, françaises ou de centres de recherche et d’UMIFREs. Cette ouverture sur de nouveaux réseaux de recherche a permis aux chercheurs tunisiens en poste de se consacrer à leurs terrains, et de les appréhender par de nouvelles focales grâce à des approches comparatistes avec des terrains en Méditerranée, au Moyen-Orient ou en Afrique. Les groupes de recherche thématiques ainsi constitués dans le montage d’autres projets ont été renforcés,  au bénéfice de l’Université tunisienne.

Il en est de même pour les programmes de recherche mis en place par des chercheurs issus d’universités françaises et qui ont associé des collègues dont les terrains portaient sur les pays du Maghreb, mais également de la région MENA, avec des approches pluridisciplinaires et des débats qui ont abouti à des publications collectives marquantes. Cette mise en perspective de travaux de recherche sur le Maghreb  (sur des thématiques diverses telles que l’histoire intellectuelle, les transformations religieuses, le rapport à l’Etat, l’évolution démocratique, pour ne citer que ces exemples) a donné lieu à des comparaisons entre les modèles et les politiques et à des sujets de réflexion sur les modalités et moyens de faire la recherche dans des contextes de politiques scientifiques différents, avec des positionnements et des focales sans cesse renouvelés.

Outre les activités de recherche, la bibliothèque de l’IRMC a joué un rôle primordial dans la polarisation de chercheurs du Maghreb et des pays des deux rives de la Méditerranée. Elle est devenue un point de passage incontournable aussi bien pour les doctorants que pour les chercheurs, un lieu de lecture, de travail et d’échange. Les conférences et séminaires périodiques tenus à la bibliothèque ont constitué un espace de débat précurseur sur des problématiques novatrices et largement ancrées dans les sociétés maghrébines, surtout durant la période précédant 2011, alors que la liberté de parole faisait défaut. Des générations de juristes, sociologues, urbanistes, géographes, politistes, économistes, historiens, linguistes, anthropologues et autres spécialistes s’y sont côtoyées, ce qui a favorisé des échanges fructueux entre focales et disciplines.

Des liens inscrits dans la durée et sans cesse renouvelés

Tous ces liens plus ou moins anciens doivent être constamment alimentés. Les collaborations avec les universités algériennes et libyennes nécessitent d’être fréquemment actualisées, eu égard aux transformations politiques et aux tensions périodiques entre la France et les pays du Maghreb. La recherche scientifique doit en effet composer avec les réalités du terrain.

Actuellement, dans cette période post-Covid et de sortie progressive de crise en Libye, l’IRMC renforce ses liens avec les institutions maghrébines à travers la reprise des cafés itinérants, l’organisation de séminaires en régions et le développement de programmes de recherche trans-maghrébins et méditerranéens. La co-organisation du forum international Insanyyat en Tunisie est un appel d’air pour les universitaires de la région dans un désir de plus grande intégration scientifique, d’échanges et d’apprentissages mutuels. L’inscription enthousiaste des chercheurs de l’IRMC au Salon des sciences sociales prévu à Oran en novembre prochain augure quant à elle de belles rencontres et des débats fructueux avec leurs collègues algériens.

Il s’agira pour l’IRMC de s’adosser aux réalisations et de les consolider en favorisant les mobilités de doctorants et de chercheurs grâce à des bourses ou des programmes et des séminaires. C’est un travail de longue haleine, tissé patiemment au sein de l’IRMC, des fondations solides à partir desquelles se construisent, au fil des ans, des réseaux qui se densifient, se ramifient et permettent une meilleure circulation des savoirs en sciences humaines et sociales, et leur diffusion hors des murs des universités.


[1] Ce premier séminaire a été mis en place quelques semaines après l’inauguration officielle de l’IRMC en octobre 1992. Il a été conçu comme un forum d’échange te de rencontre à l’attention de chercheurs et d’universitaires en sciences sociales et ayant pour terrain de recherche le Maghreb (À ce sujet, voir l’article de Houria Zourgane dans La Presse du 10 janvier 1993)

[2] Le Centre de documentation Tunisie-Maghreb (CDTM) a été créé en 1980. Il s’agissait d’un espace documentaire spécialisé dans le Maghreb et le monde arabo-musulman. Il alliait les fonctions de bibliothèque spécialisée et d’espace d’accueil pour les chercheurs en sciences humaines et sociales. (À ce sujet, voir l’article de S. Ghannouchi Behi dans Le Renouveau du 16 novembre1988)

[3] L’Institut supérieur du Sport et de l’Éducation Physique de Ksar Saïd, l’Institut National du Travail et des Études sociales, l’École supérieure des Communications (SUPCOM) de Tunis, l’Institut national de Recherche agronomique de Tunisie, l’Institut national agronomique de Tunisie, l’Institut technologique d’Art, d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis et l’Institut supérieur d’Histoire de la Tunisie contemporaine.

[4] Le Centre national d’Études et d’Analyse pour la Planification d’Alger (CNEAP), le Centre de Recherche en Économie appliquée pour le Développement (CREAD) et le Centre de Recherche en Anthropologie sociale et culturelle (CRASC).

[5] Notamment avec les universités d’Oran, de Constantine et de Sétif, en associant, outre l’IRMC et le CRASC, des instituts universitaires tunisiens (Institut supérieur des Sciences Humaines de Tunis, Institut supérieur d’Histoire de la Tunisie contemporaine).

[6] Il s’agit successivement de Mohamed Kerrou, Mohamed Elloumi, Abdelhamid Hénia, Hassan Boubakri, Karim Ben Kahla, Yamina Mathlouthi, Sihem Najar, Imed Melliti, Monia Lachheb et Hend Ben Othman, auteure de cet article.


Pour citer ce billet : « L’IRMC et la recherche maghrébine : des liens pérennes », Hend Ben Othman, Lettre de l’IRMC n°33, septembre 2022

Photo de couverture : ©Skander Khlif 

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search