La Grande Discorde de Hichem Djaït

DJAIT (Hichem). – La Grande Discorde. Religion et politique dans l’Islam des origines. – Paris : Gallimard, Bibliothèque des Histoires, 1989. – 417 p

Il s’agit du dernier ouvrage (*) de M. Hichem Djaït où il démontre, contrairement à l’idée communément admise, que la Fitna – la Grande Discorde : luttes intestines qui déchirèrent la Umma islamique entre les années 29 et 41 H./ 650-661 ap. J.C. – ne peut aucunement être réduite à une révolte contre la sécularisation de la politique ou à une politisation prosaïque de l’Islam premier avec pour seuls enjeux le pouvoir et un misérable jeu d’ambitieux se couvrant du voile de la religion. Ce serait “voir l’histoire par le petit bout de la lorgnette“ (p. 161), d’une part et mutiler la Fitna de l’extraordinaire richesse de ses dimensions spirituelles, humaines, anthropologiques et idéologiques où le politique vient s’insérer. A ce titre, M. Djaït soumet au lecteur les résultats d’une recherche menée depuis de longues années à un quadruple niveau : les arcanes d’une
religion nouvelle, édifiée entre autres dans l’univers mental des Arabes qui voyaient “un rêve impossible“ se réaliser en
entrant à Damas, Antioche, Ctésiphon…; les méandres de la politique, marquée par une recherche tâtonnante et inlassable du leadership idéal qui garantirait le maintien de l’œuvre prophétique (Etat et religion); les entrailles d’une idéologie, déterminée par un esprit coranique de Vérité et de Justice et enfin le fin fonds des consciences et des mentalités. A travers les éclairages de ce dernier niveau resplendit la nouveauté de l’approche, puisque l’auteur s’y livre à une véritable archéologie des sensibilités, des passions, de l’imaginaire et de la symbolique des hommes de l’époque.

L’ouvrage se subdivise en cinq parties : I. L’époque fondatrice pp. 19-70; II. La Fitna comme crise et la déchirure
du meurtre pp. 73-155; III. La Fitna déchaînée : le temps de la guerre pp. 159-259; IV. Pacifisme et intransigeance pp. 263-299; V. La lutte pour le pouvoir pp. 303-406.

Sources, orientalisme et méthodologie. Trois rapports lient l’auteur à ses sources dans un « tête-à-tête constant » : une profonde sensibilité, des convictions intuitives ainsi qu’une critique rigoureuse. M. Djaït en arrive à construire un schéma édifiant de l’élaboration du savoir et de sa transmission, de la genèse de la conscience historique arabe et de la culture au sens anthropologique (des Compagnons aux fuqahâ‘, aux traditionnistes en passant par les qurrâ’ et les chroniqueurs, dont Sha’bT, Abu Miknaf et Wâqidr..) (pp. 168-174).
A travers les différentes versions des événements écheveaux inextricables-qui sont déjà des lectures des “fondateurs du savoir”, M. Djaït démêle « le feu de l’histoire se faisant des récits symboliques ou des projections d’événements postérieurs, pures inventions des chroniqueurs ou expression de controverses tardives où intervient l’élément «logique et explicatif».
A côté des sources M. Djaït utilise, en les critiquant, les travaux des orientalistes et des Musulmans contemporains tombant dans les pièges de «l’idéologie historienne moderne économiste et sociale», de «l’économisme caricatural» et de l’historiographie musulmane des premiers siècles.

De la centralité de l’Evénement (1) : L’histoire de la Fitna faisait l’événement par excellence (khabar, plr, akhbâr: premier genre historique), aussi M. Djaït en fait-il son centre d’intérêt (l’événement fondateur de la scission définitive de la Umma étant le meurtre de Uthman b. Affân,, troisième Calife p. 153). Quel que soit le phénomène ou le problème à expliquer (de la Ridda – l’apostasie des tribus après la mort du Prophète-ou les Nubu’ât – les prophéties – jusqu’à la bataille de Nahrawân ou la Conférence de l’arbitrage) M. Djaït ne part jamais de définitions théoriques, de polémiques ou de raisonnements historisants et explicatifs. Son point de départ est toujours l’événement, la datation et la succession dans le temps. L’Evénement-dans son acception la plus générale en rapport avec la temporalité, l’historicité, l’histoire et la métahistoire-est perçu comme réalité immédiate vécue, comme cause ou conséquence d’une évolution ou comme fait isolé, inattendu ou énigmatique. A ce titre, le livre constitue un renouvellement de l’Histoire événementielle tendent vers une histoire globale où tout est sujet à l’interprétation.

Nouvelle lecture, nouvelles interprétations : De la relecture des textes et de la perception originale de l’Evénement découlent inéluctablement des interprétations nouvelles de l’histoire de l’Islam premier.

Dans le cadre d’une problématique des rapports entre religion et politique, l’auteur démontre que la religion, « monstre de l’histoire », soumet le politique. Pour M. Djaït, le religieux une fois sorti du «sanctuaire de l’intériorité individuelle» comme dogme, foi et culte, est défini comme étant une histoire, des événements, des individualités, une communauté se réclamant de Dieu et de l’exemplarité du Prophète (p. 162). Et pourtant le Calife ne détient pas un pouvoir religieux et encore moins sui generis ou personnel (p. 379). Seule sa légitimité est religieuse (p. 163). Il suffit qu’elle soit remise en cause pour qu’on conteste son pouvoir. Ainsi, la problématique de l’essence du Califat s’est affinée et aiguisée par rapport à la contestation, résultant de la dynamique islamique nouvelle (p. 151). Toutefois, M. Djaït démontre l’excentricité du Califat dans le cadre de la Fitna, en rappelant que les opposants combattaient, aussi toujours au nom du Qur’an, pour des idéaux sacrés ; la Vérité, la Justice… Aussi, restitue-t-il toutes leurs charges religieuses à la révolte contre Uthmân « victoire totale de l’islam intériorisé » (p. 88) – ainsi qu’à la levée du Livre Sacré à l’issue de la bataille de Siffin en 37 H/657 ap. J.C. par les troupes de Mu’ âwiya b. AbTSufyân – fondateur de la dynastie omayyade (p. 259).

L’opposition ne s’arrête pas au stade de la contestation. Une fois la première phase des conquêtes –Jihâd-finie, les Musulmans en arriveront aux armes qu’ils retourneront les uns contre les autres. Ainsi, c’est à la faveur de la division qu’est née l’opinion politico-religieuse (p. 212) dont les différentes composantes se cristalliseront en partis politiques. Ces derniers se transformeront «(…) beaucoup plus tard en sectes constituées par conversions de cette histoire de l’islam premier en conviction religieuses ». (p. 153) C’était une histoire «matrice » par excellence.

Dans ce livre nous signalerons enfin la pertinence de l’analyse des images et des symboles des constructions d’événements a posteriori et des acteurs protagonistes de la Fitna. De Mu’âwiya et de ‘Amr b. al- ‘As-son bras droit -, les sources nous présentent «une image de cynisme politique par excellence», deux « compères machiavéliques, formant un front satanique (…) (p. 240). A l’opposé entre les années 38 et 40H-685-661 ap. J.C., «  Ali est campé comme pitoyable, accablé et délaissé par les Küfiotes : « une superbe figure tragique» (p. 328). L’auteur remet en cause cette « phase apocalyptique » et considère le meurtre de ‘Air comme «une inconnue de l’équation» (p. 370) dont profitera Mu’âwiya.
Par cette étude pluridimensionnelle de la Grande Discorde, dans son unité massive dans la longue durée et sa complexité et ses ramification à travers les moments, M Djaït parvient à saisir l’épaisseur de l’Histoire de l’Islam premier.

 

Khaled KCHIR


(*) M. Hichem DJAIT a notamment publié :
La personnalité et le devenir arabo-islamiques. – Paris : Seuil, Col. Esprit, 1974. – 301 p.
L’Europe et l’Islam. – Paris : Seuil, Col. Esprit, 1978. -190 p.
Al-Kufa. Naissance de la ville islamique. – Paris : Maisonneuve et Larose, Islam d’hier et d’aujourd’hui, 1986, 340 p.
– « La conquête arabe et l’Emirat » et «L’Afrique arabe au II/VIII siècles (86-184H./705-800)». Il s’agit des deux premiers
chapitres de L’Histoire de la Tunisie. Le Moyen Age, t. II. – Tunis : S.T.D., s.d., pp. 9-97.


Khaled KCHIR, Correspondances n°18, Centre de Documentation Tunisie-Maghreb, avril 1990

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
IRMC (22 décembre 1990). La Grande Discorde de Hichem Djaït. Le carnet de l'IRMC. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qi8t


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search