La Révolution française et le monde arabo-musulman

Organisé par la Société tunisienne d’Etude du 18ème siècle, et bénéficiant du soutien de la Faculté des Lettres et Sciences humaines (9 avril), de la Faculté des Lettres (Manouba) et du service culturel de l’Ambassade de France, un colloque international sur “La Révolution française et le Monde arabo-musulman”, s’est tenu à Tunis du 9 au 11 novembre.

Cette manifestation a constitué, après celle du Caire en mai 89, un événement culturel commémoratif. Son succès scientifique est, au dire des participants, certain. D’éminents spécialistes et chercheurs d’horizon divers, tunisiens, maghrébins et étrangers, notamment français dont Michel
Vovelle, ont savamment abordé des questions d’histoire, de littérature, de philosophie et de droit fort délicates. Les angles de vue étaient multiples. Les champs de réflexion étaient larges. Des questions peu ou non encore explorées ont été soulevées.

Avec le recul actuel l’on peut aujourd’hui mieux mesurer l’ampleur des échanges, vérifier leur authenticité et saisir leurs significations culturelles. Jusqu’à une date récente, les recherches n’échappaient guère – ou ne pouvaient échapper – aux présupposés, aux tentations sceptiques, aux craintes des interprétations tendancieuses. Le colloque de Tunis, par l’aisance et le sérieux des communications, les fructueux échanges des idées entre universitaires tunisiens et étrangers a joué en faveur du dépassement d’épineux obstacles. C’est que le thème traité, en raison même de sa dialectique historique aussi bien lumineuse qu’obscure et lieu d’enchantements, de drames et de soupçons (telle la mission civilisatrice des héritiers français de la Révolution), évoque plutôt un univers d’acculturation en quelque sorte humaniste. Certes l’univers du XIXème siècle et du début du XXème siècle est celui des passions et des luttes, mais il demeure toujours celui de la contradiction régénératrice des hommes et des idées des peuples et des nations. Ainsi, comme l’a ingénieusement indiqué Denise Brahimi, les Idéaux de la Révolution passèrent au Machrek et au Maghreb au moment même où ils se trouvèrent trahis en France et en Europe. N’en témoigna pas moins aussi l’attitude des autorités coloniales au Maroc qui interdirent aux nationalistes d’afficher sur les lieux publics fréquentés par les autochtones la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen de
1789 (Communication de Jamaa Baïda). En Algérie et en Tunisie les assises coloniales étaient combattues au nom de la devise « liberté-égalité ».

Cependant ces influences n’étaient ni directes, ni par simple filiation. Tout au contraire elles étaient les lieux de tortueuses contradictions et controverses qui présidaient à l’intégration dans la sphère coloniale : celui-là même qui, réconcilié d’une manière ou d’une autre avec la culture coloniale, soutenait, en une certaine mesure, l’émancipation nationale (un exemple singulier bien que fort discutable : la franc-maçonnerie en Tunisie, dont l’enjeu est brillamment analysé par Charles Porset).

Mais la diffusion de l’idéologie révolutionnaire dans le monde arabo-musulman était différente selon les circonstances ambiantes. De l’époque qui avait précédé la colonisation à celle qui la représentait, l’on passait d’un Orient (Mohammed-Ali, Tahtawi, Kheir-Eddine) fasciné par le progrès occidental à un Orient secoué par les guerres, les révoltes et les mouvements de renaissance nationale ; un Orient qui redécouvrait dans l’idée de liberté et de raison une ruse de l’idéologie conquérante. Cette diffusion était lente et inégale selon les contours régionaux : ici c’est l’enthousiasme, là c’est l’adversité, mais rarement l’indifférence.

Dans une direction inverse, l’image de l’Orient dans l’Europe des lumières et de la Révolution rompait avec les résidus religieux du Moyen-Age. Fascinations et craintes concouraient à former, du côté de l’Occident, une image multiforme et relativiste, suscitée par la découverte du monde, l’éclatement de l’Europe et la naissance du cosmopolitisme, cette autre face de la citoyenneté.

Le colloque de T unis a permis de dessiner les épures de l’influence révolutionnaire et les apports du nationalisme. A une époque qui s’est avérée éphémère, les regards venus des deux côtés se sont croisés en un point nodal politico humaniste que représentait un Raynal anti-colonialiste ou un Tahtawi comparant la démocratie française à une «communauté» égalitaire de la Haute-Egypte. Un regard qui malgré les revers de l’histoire ne s’est jamais éteint.

Abdelaziz LABIB, Université de Tunis I (I.S.A.C)


Abdelaziz LABIB, “La Révolution française et le monde arabo-musulman”, Correspondances n°15, Centre de Documentation Tunisie-Maghreb, janvier 1990



Citer ce billet
IRMC (1990, 19 décembre). La Révolution française et le monde arabo-musulman. Le carnet de l'IRMC. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qi89

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search