Institut de recherche sur le Maghreb contemporain : trente ans de recherche euro-maghrébine

Article paru dans la Lettre de l’InSHS, novembre 2022

 

Créé en 1992 par Michel Camau, l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC, UAR3077, CNRS / MEAE / AMU) fête cette année ses trente ans. Cet institut de recherche en sciences humaines et sociales a été fondé dans le contexte de la création de l’Union du Maghreb arabe (UMA), et avait vocation à ouvrir un bureau en Algérie, ainsi qu’à Rabat. Si l’extension algérienne ne s’est pas réalisée, contrairement à Rabat qui a pris son autonomie avec le Centre Jacques Berque pour les études en sciences humaines et sociales (CESHS, UAR3136, CNRS / MEAE), sa vocation est restée inchangée : celle d’être un lieu de formation et d’échanges entre les communautés scientifiques du Maghreb et d’Europe. Aujourd’hui, l’IRMC est l’UMIFRE dont la compétence géographique s’étend spécifiquement sur l’Algérie, la Tunisie et la Libye.
Cette année anniversaire a été marquée par deux grandes rencontres internationales organisées en Tunisie : le forum Insaniyyat des sciences humaines et sociales (organisé par les universités de la Manouba, de Tunis, de Tunis el Manar, par le groupement d’intérêt scientifique Moyen-Orient et mondes musulmans – GIS MOMM et l’IRMC), et les rencontres de la sociologie francophone (AISLF, université de Sfax, IRMC, AMU, Institut Français de Tunisie, Institut Sociétés en Mutation en Méditerranée – SoMuM, ECUMUS).
Mais, au-delà de ces grandes rencontres internationales en sciences humaines et sociales, ce qui fait la richesse de l’institut, ce sont avant tout les rencontres scientifiques plus quotidiennes : présentations de travaux et d’ouvrages récents sur le Maghreb, colloques et séminaires, hébergement de programmes de recherche internationaux, accueil scientifique de jeunes chercheurs et chercheuses. Ces rencontres font la vie de l’institut, et permettent de tisser des liens entre les chercheurs, chercheuses et étudiantes actuellement en poste ou en accueil, et les chercheurs et chercheuses proches de l’institut depuis souvent plusieurs années.

Perspectives et continuité : la formation scientifique au cœur des activités de l’institut

La formation en sciences humaines et sociales à destination d’étudiantes de master et doctorantes — toutes disciplines des SHS confondues — reste l’une des activités phares de l’IRMC. Tout au long de l’année, des ateliers doctoraux sont animés par les doctorantes, chercheurs et chercheuses de l’institut, et permettent aux jeunes chercheurs et chercheuses de présenter l’avancée de leurs travaux (qu’ils soient en phase d’enquête, de définition de leur sujet, ou à un stade plus avancé), et de recevoir des conseils et perspectives critiques sur des questions de méthodologie, d’approche. Des écoles doctorales avec des thématiques plus spécialisées sont également organisées régulièrement : les dernières en date portaient sur « Les usages contemporains du Coran », tandis qu’une autre interrogeait « Les cohabitations et concurrences religieuses au Maghreb et en Afrique subsaharienne », réunissant à chaque fois des doctorantes d’Europe, du Maghreb et d’Afrique de l’Ouest.
L’IRMC octroie également différents types de bourses. Une bourse d’accueil à la mobilité internationale est accordée chaque année à une doctorante, ce qui lui permet de résider en Tunisie pour y conduire ses recherches et de participer pleinement aux activités de l’institut pour une durée d’un à deux ans. Des bourses de mobilité (pour une durée d’un à trois mois) sont également attribuées chaque année pour financer le travail de terrain en Tunisie, en Algérie ou sur un sujet en lien avec la Libye. L’IRMC reçoit également en accueil scientifique des étudiantes venues effectuer leur travail de terrain en Tunisie, qui peuvent bénéficier des mêmes activités d’encadrement que les boursiers et boursières.
En partenariat avec Campus France et l’Inalco, l’IRMC héberge, depuis 2019, un stage annuel d’apprentissage de la langue arabe. Les enseignements, répartis entre l’Institut et l’Université de la Manouba, permettent à une petite dizaine d’étudiants boursiers de résider neuf mois à Tunis, de s’intégrer au système universitaire tunisien et de bénéficier d’une formation poussée sur la langue arabe standard et dialectale. Ce stage s’adresse à des étudiants arabisants confirmés, et concerne en priorité celles et ceux qui se destinent à l’enseignement de la langue arabe, à la traduction, ou qui souhaitent s’engager dans des travaux de recherche sur le monde arabe.

Concernant l’Algérie, l’IRMC, conjointement avec le Service de coopération et d’action culturelle (SCAC) d’Alger, initie différentes actions qui s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre des préconisations du rapport Stora visant à renforcer la coopération universitaire entre la France et l’Algérie. Une douzaine d’étudiantes en SHS, de différentes universités d’Algérie sont accueillies en octobre 2022, pour une Masterclass de deux semaines délivrée par les chercheurs et chercheuses de l’IRMC. Au-delà de l’encadrement proposé à Tunis, l’IRMC se déplace : toujours suivant les recommandations du rapport Stora, l’Institut participe au programme de bourse André Mandouze (SCAC Algérie), qui finance des séjours scientifiques de chercheurs et doctorants algériens travaillant sur des fonds d’archives en France et sur des questions mémorielles. Katia Boissevain (actuelle directrice de l’IRMC) ainsi que Kmar Bendana (université de la Manouba, chercheuse associée à l’IRMC) avec Karima Dirèche (directrice de recherche CNRS) et Amar Mohand Ameur (Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle – CRASC), tous membres du comité scientifique, se sont rendus à Alger pour discuter des travaux issus de ces séjours d’accueil scientifique en France.
Aussi, en 2020 et 2021, quand la situation sanitaire et politique ne permettait pas de se déplacer, l’IRMC a mis en place une formation en ligne : les chercheurs et chercheuses de l’IRMC, sous la coordination de Neila Saadi, ont développé un MOOC en sciences humaines et sociales en 2021, s’adressant à des étudiantes de l’Université de Tripoli et de l’Académie libyenne des Hautes Études de Tripoli.

Par ailleurs, cette vocation pédagogique s’étend également en dehors des frontières maghrébines : depuis 2016, l’IRMC organise une École Doctorale Itinérante (initiée par Jérôme Heurtaux et Brema Ely Dicko), qui change chaque année d’université d’accueil. Cette école a pour but d’offrir une solide formation en méthodologie des sciences humaines et sociales à des doctorantes francophones du Maghreb et d’Afrique subsaharienne. Cette formation itinérante s’est tenue successivement à l’université des Lettres et Sciences Humaines de Bamako au Mali, à l’université Gaston Berger de Saint Louis du Sénégal, à l’université d’Abomey-Calavi de Cotonou au Bénin, à l’université de Sousse en Tunisie, et, enfin, sa dernière édition s’est organisée en 2022 à l’université Alassane Ouattara de Bouaké en Côte d’Ivoire (coordonnée par Jamie Furniss).

L’IRMC d’aujourd’hui, des liens tissés sur trois décennies de recherche en SHS

Aujourd’hui, l’équipe de recherche de l’Institut est composée de visages familiers et continue d’accueillir de nouvelles têtes. À sa direction, Katia Boissevain, anthropologue et chargée de recherche au CNRS et qui été boursière de l’Institut (de 1999 à 2003) puis postdoctorante (de 2003 à 2006). Hend Ben Othman, urbaniste, est en poste à l’IRMC depuis octobre 2021, en détachement de l’université de Carthage. Elle aussi fréquente les lieux depuis ses travaux de thèse, et participait déjà aux activités de l’Institut. Son programme de recherche collectif porte sur le processus de décentralisation en cours en Tunisie depuis 2011 et, plus largement, dans le monde arabe. Layla Baamara, politiste, a rejoint l’IRMC, en janvier 2022 avec un programme de recherche sur les engagements et mouvements estudiantins au Maghreb au XXIe siècle. Enfin, Jamie Furniss, anthropologue, travaille depuis trois ans à l’Institut, sur le programme de recherche « Environnement, déchets et économies de recyclage dans le Maghreb contemporain ». Cette équipe est enrichie de nombreux chercheurs et chercheuses « associés » qui, pour la plupart, ont été en poste à l’Institut et en sont restés proches.

L’IRMC continue ainsi d’héberger une grande diversité de thèmes de recherche et de disciplines des SHS. L’année 2023 promet d’être riche, notamment avec la poursuite du séminaire « Chercheures et féministes au Maghreb et en Afrique de l’Ouest », coordonné par Khaoula Matri (Université de Sousse, associée à l’IRMC) et Kmar Bendana.

L’année 2023 verra le lancement de deux séminaires de recherche. L’un est porté par Layla Baamara (conjointement avec Mohamed Tozy et Amin Allal). Il s’intitule « Mondes et mouvements étudiants en mutation : croiser les méthodes et les regards », et les séances se dérouleront à Tunis et Aix-en-Provence. Hend Ben Othman, avec Aude Signoles, lance également un séminaire de recherche itinérant, qui se déroulera dans plusieurs régions de Tunisie. Il permettra à des chercheurs et chercheuses travaillant sur la décentralisation dans les pays du Maghreb et du Moyen-Orient de penser ensemble ce processus, et de faire profiter aux universités locales d’un programme de recherche international. De plus, une école doctorale aura lieu en 2023, dans le cadre du Réseau des études maghrébines, sur les études amazighes, intitulée « Dynamiques amazighes dans le Maghreb contemporain : enjeux, formes et évolutions », organisé par Malika Assam (enseignante-chercheuse à AMU) et Neila Saaadi (maître-assistante à l’Institut Supérieur des Métiers du Patrimoine de Tunis).

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
IRMC (16 décembre 2022). Institut de recherche sur le Maghreb contemporain : trente ans de recherche euro-maghrébine. Le carnet de l'IRMC. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qim4


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search