Le développement du Maghreb et l’Europe

Conférence au CDTM : compte-rendu

« Si je demande un effort à l’Europe, je l’ai d’abord demandé aux pays en voie de développement. Par certitude objective». (E. Pisani)

M. Edgard Pisani, Président de L’IMA a donné le 17 octobre une conférence au CDTM sur le thème du « développement du Maghreb et l’Europe ».
Choisissant dès le départ de dialoguer avec son auditoire, M. Pisani a essayé en un temps relativement bref de développer trois idées forces tout en répondant aux questions du public.

La première de ces idées concerne la différence de nature entre les édifications européenne et maghrébine, sur un plan économique notamment. Le monde arabe tente d’effectuer son union par regroupement régional avec des ensembles à 4 ou 5 états tandis que l’Europe forme un réseau plus vaste. L’Europe apparaît autosuffisante et utilise ses complémentarités économiques pour consolider son union. Le Maghreb de son côté, pose les jalons d’une unité politique avant de créer les complémentarités économiques, ce qui rend difficile sa réalisation. M. Pisani insiste sur ces difficultés en précisant que «le Maghreb n’est pas autosuffisant, que son déficit alimentaire est de l’ordre de 60%. et que si des mesures sérieuses ne sont pas prises, il atteindra 70-75% dans vingt ans. De plus, le facteur de la main d’oeuvre à bon marché et le poids des matières premières jouent de façon plus faible ; il faut que les Maghrébins en tirent les conséquences ».

La seconde question évoquée par M. Pisani est celle du facteur humain qui relie le Maghreb et l’Europe. L’idée abordée ici concerne la démographie et les migrations : « L’Afrique va doubler sa population d’ici 2015 ; cela va poser un problème d ’urbanisation. L’Europe est directement affectée par ce phénomène à cause de l’immigration. Dans les dix prochaines années, il y aura un milliard d’hommes en plus dont 900 millions au Sud » affirme le Président de l’IMA. « Allons nous dresser une ligne Maginot, s’interroge-t-il, ou nous organiser ? ». Et M. Pisani de souligner la tradition française de laïcité et d’accueil et de s’interroger sur la mise en cause de la notion d’Etat laïc neutre. « Nul ne peut nous demander de renoncer à cette tolérance politique», déclare M. Pisani.

La troisième idée, développée par le Président de l’IMA, concerne la nécessité des rapports entre l’Europe et le Maghreb. Certes l’Europe traverse des mutations. «Les diversités culturelles et l’unité économique sont des contradictions qu’il faut assumer», précise-t-il. «Si demain, on me dit de détruire la culture française pour créer l’Europe, je refuse !», s’exclame-t-il. Il poursuit en expliquant que la France traverse une crise d ’identité, l’Europe nous met en cause dans la perception que nous avons de nous-mêmes. 

Ainsi, dans le passé, nous nous définissions par rapport à l’Est, mais les rapports est-ouest changent de nos jours. Le danger pour l’Europe, c’est justement de regarder uniquement vers l’Est, et d ’oublier le Sud. Pour chercher la résolution des tensions, il existe des solutions ; « l’Afrique doit inventer son modèle de développement, conclut M. Pisani. La CEE peut l’aider. Nous n’avons pas le choix, nous sommes condamnés à vivre ensemble ».


Bernard LECAT


Bernard Lecat, “Le développement du Maghreb et l’Europe”, Correspondances n°13, Centre de Documentation Tunisie-Maghreb, novembre 1989

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
IRMC (13 décembre 1989). Le développement du Maghreb et l’Europe. Le carnet de l'IRMC. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qi7u


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search