Jocelyne DAKHLIA, L’oubli de la cité. Récits du lignage et mémoire collective dans le Sud Tunisien.

 

Compte-rendu, Thèse de doctorat nouveau régime, sous la direction de Lucette VALENSI. Paris, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, année 1988 – 1989, 487 p.

Il est difficile de rendre compte rapidement d’une thèse comme celle que J. Dakhlia vient de soutenir à Paris sous le titre de : « L’oubli de la cité». Récits du lignage et mémoire collective dans le Sud Tunisien » tant sont multiples les directions ouvertes par ce travail et les méthodes mises en oeuvre. Faute de reprendre les différents apports de cette thèse, relatons-en les hypothèses, la démarche et l’objet.
Le cadre est le Jérid, espace géographique mais surtout région politique, à « vocation historique… périphérique mais pas marginale, particulariste mais pas dissidente». Une réputation d’autonomie s’y double d’une ancienne tradition lettrée ; une structure sociale lignagère laisse supposer une riche mémoire collective sur laquelle J. Dakhlia a entrepris une enquête. Constatant et confirmant l’affirmation d’une identité collective à travers la parenté, l’historienne – ethnologue part à la recherche d’une autre forme de la cohésion de cette société tribale, d’une mémoire qui, au-delà de la célébration du lignage se superposerait à la mémoire de chaque groupe et constituerait ainsi un ciment supra-lignager.
Loin de croire à « une tradition orale officielle prête à être recueillie par l’ethnologue de passage», J. Dakhlia a entrepris une sociologie de la parole collective auprès d’informateurs, pour lesquelles elle a tenu le rôle de scribe se réappropriant le texte définitif pour en faire « une interprétation et presque une hypothèse”. L’hypothèse d’un souvenir historique du groupe, d’une conscience historique locale, d’une historiographie prolongement ou partie de la mémoire collective, commande de retrouver les traces d ’un événement (ou d’un oubli) fondateur à travers les récits du passé : contes, légendes, poèmes, chants retournant sans cesse aux origines des groupes lignagers perpétuent une tradition rituelle, affirment l’identité de chaque groupe de parenté par l’affiliation à un ancêtre.
Le temps se divise en un passé immémorial anté-islamique (jeté aux oubliettes avec les schismes postérieurs) et un passé où les récits se nourrissant d’images, de personnages de symboles répétés recréent une vision cyclique des épisodes des origines.

Chaque lignage produit une histoire de sa généalogie qui, tout en recoupant celle des groupes voisins, ne s’y réfère pas explicitement. Le cadre lignager, «cadre essentiellement idéologique et politique» ne semble pas être porté par un autre. Ce tarîkh que J. Dakhlia tente de déceler par-delà la mémoire ethnologique de chaque groupe et relégué par les informations au domaine de l’écrit ne transparaît pas à travers une histoire partagée face au pouvoir du Beylik ; de même, on ne retrouve pas dans la mémoire commune de légendes de résistance à la pénétration française qui préfigureraient une adhésion collective à la nouvelle Nation indépendante.
Nul doute que cette mémoire se nourrit de l’écrit dont le Jérid est à la fois prodigue et consommateur, la transmission se faisant par les érudits locaux nombreux et de tradition ancienne. Mais cet écrit demeure comme un recours, un « relais » de la mémoire plus qu’il n’est source d’une mémoire historiographique orale.
L’analyse privilégiée de la geste hilalienne s’imposait, eu égard à la tradition poétique du Jérid. Ce récit littéraire pris «comme un contexte et non comme une source» tout en rendant compte d ’une histoire originelle n’est pas à proprement parler une narration historique. De même qu’une attention à la tradition hagiographique des saints locaux ne permet pas de retrouver une représentation de l’histoire locale qui, antérieure aux clivages lignagers permettraient de dépasser les divisions entre les groupes agnatiques.s
Les récits intarissables sur les rites, les traditions, les coutumes du passé sont l’expression privilégiée d’une identité collective et d’une histoire lignagère. Mais cette mise en mémoire du passé est « loin de constituer la mémoire politique que laisse supposer la prédominance dans l’historiographie du Maghreb d’une définition politique du Jérid ».
En fait de souvenir collectif des Jéridis, J. Dakhlia n’a pas retrouvé trace des lois de la cité dans des récits où « le refus de l’autochtonie, l’enjeu de la conversion à l’Islam et d ’une origine arabe semblent avoir instauré l’oubli de l’histoire partagée ». 

 

Kmar BENDANA – MECHRI (Tunis I)


Kmar Bendana, Correspondances n°9-10-11, Centre de Documentation Tunisie-Maghreb, sept. 1989

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
IRMC (13 décembre 1989). Jocelyne DAKHLIA, L’oubli de la cité. Récits du lignage et mémoire collective dans le Sud Tunisien. Le carnet de l'IRMC. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qi7i


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search