Perspectives de paix au Proche-Orient

Conférence d’Alain Gresch au CDTM, le 20 juin 1989

L’histoire du Proche Orient est jalonnée d’occasions de paix manquées : 1947, avec la décision des Nations Unies de partager la Palestine : 1954-1955, avec les contacts secrets entre Nasser et les dirigeants israéliens ; 1973, avec la tenue de la conférence de Genève. C’est aussi à la lumière
de ce passé qu’il faut envisager les perspectives aujourd’hui dans la région.
Nous sommes sans aucun doute dans une période favorable à un règlement politique. Pour deux raisons :
– le développement de la révolte palestinienne en Cisjordanie et à Gaza, l’Intifada, qui démontre que le statu-quo est impossible.
– la détente entre l’URSS et les Etats-Unis qui crée un climat favorable à la solution des conflits locaux comme l’illustre l’accord sur la Namibie ou les négociations sur le Cambodge.
L’Intifada a influencé tous les acteurs du conflit.
1) L’OLP : renforcée par le mouvement qui a remis la question palestinienne au centre de la diplomatie, elle a pu prendre les décisions nécessaire pour débloquer l’impasse politique et obtenir un soutien plus important des pays occidentaux. Le Conseil national d’Alger de décembre 1988 a reconnu les résolutions 242 et 338 du Conseil de sécurité; accepté le plan de partage de la Palestine en deux Etats, l’un juif l’autre arabe et proclamé la naissance de l’Etat palestinien.
2) Les pays arabes : ils ont reconstitué une unité, encore fragile, autour du plan de paix palestinien. Pour la première fois un sommet arabe. Celui de Casablanca, a accepté la résolution 242.
3) Les Etats-Unis : ébranlés par la répression dans les territoires occupés, satisfaits par les concessions politiques de l’OLP, ils ont ouvert un dialogue officiel avec l’organisation de Yasser Arafat. La portée de ce tournant reste encore incertaine et les relations entre Washington et Jérusalem demeurent solides.
4) L’Europe et les options publiques ont aussi évolué en faveur d’une reconnaissance des droits nationaux palestiniens , ce dont a témoigné la visite de Yasser Arafat à Paris.
5) L’URSS : son action est liée surtout à la «nouvelle pensée politique» de M. Gorbatchev. Pour des raisons à la fois internes (économiques) et externes, Moscou souhaite un règlement des conflits locaux qui lui coûtent très cher. Des relations se sont établies avec Israël.
6) Israël : dans ce pays l’évolution est encore incertaine. Depuis le début de l’Intifada le camp favorable à des négociations avec l’OLP s’est renforcé : il regroupe toutes les forces à la gauche du parti travailliste et plusieurs dirigeants du parti travailliste (y compris des ministres de
l’actuel gouvernement). Dans le même temps, la droite s’est aussi radicalisée et renforcée. L’impasse est totale, accentuée par la crise du parti de MM. Pérès et Rabin.
Dans ce contexte, le plan du premier ministre Shamir ne constitue pas une percée significative. Le désaccord entre l’OLP et M. Shamir ne porte pas sur le principe des élections en Cisjordanie et à Gaza, mais sur la portée d’un scrutin dont tous les observateurs s’accordent à reconnaître qu’il sera remporté haut la main par l’OLP.
Si l’impasse se prolonge dans les deux années à venir, la situation pourrait évoluer vers une nouvelle guerre. Les fractions extrémistes de l’OLP pourraient reprendre le dessus arguant de l’échec de la «stratégie des concessions». Le prochain conflit au Proche-Orient ne sera pas une répétition des précédents, la course aux armements ayant été marquée par l’introduction des armes chimiques et de fusées à moyenne portée capables de toucher l’Europe occidentale ou le sud de l’Union soviétique.

Alain GRESH
Le Monde Diplomatique (Paris)
Conférence donnée au C.D.T.M. le 20 juin 1989


REPERES BIBLIOGRAPHIQUES

* GRESH (Alain). – Palestine 1947. – Paris : Ed. Complexe, 1989.
* GRESH (Alain). – O.L.P. : histoire et stratégie vers l’état palestinien/préf. Maxime Rodinson. – Paris : SPAC, 1983. – 285 p.
* GRESH (Alain), VIDAL (Dominique). – Les 100 portes du Proche-Orient : les dates, les chiffres, les noms, les faits, les textes. – Paris : Autrement, 1986. – 267 p.
* GRESH (Alain), VIDAL (Dominique). – Proche-Orient : une guerre de cent ans. – Paris : Ed. Sociales, 1984. – 207 p.
* HASSAN ALI (Kamal). – Combattants et négociateurs (muhâribun wa mufâwidun). – Le Caire : Al Ahram, 1986. – 431 p.
* AVNERY (Uri). – Mon frère, l’ennemi : un israélien dialogue avec les palestiniens ; témoignage/trad. par M. Herpe-Voslinsky. – Paris : Liana Levi, 1986. – 324 p.
* HEIKAL (Mohammed). – Le Sphinx et le commissaire/trad. M. Faure. – Paris : Ed. Jeune Afrique, 1980. – 360 p.
* RAJSFUS (Maurice). – Retours d’Israël. – Paris : L’Harmattan, 1987. – 293 p


Alain Gresch, “Perspectives de paix au Proche-Orient”, Correspondances n°9-10-11, Centre de Documentation Tunisie-Maghreb, sept. 1989

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
IRMC (13 décembre 1989). Perspectives de paix au Proche-Orient. Le carnet de l'IRMC. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qi7g


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search